Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Première partie. Méthodologies des enquêtes archéologiques en moyenne et haute montagne

L’archéologie en milieu montagnard en Languedoc-Roussillon : études de cas en Cerdagne (Pyrénées-Orientales) et sur les causses lozériens (Lozère)

Mountain archaeology in Languedoc-Roussillon region: studies of cases in Cerdagne (Pyrénées-Orientales) and on the lozerian limestone plateaus (Lozère)

Véronique Lallemand et Hélène Breichner

Résumé

Cet article présente, à travers quelques cas, comment dans une même région et dans deux départements, la mise en œuvre administrative des opérations archéologiques, la pratique de terrain et les résultats qui en découlent sont différents alors même que les vestiges archéologiques sont similaires.

This article presents, throughout a few cases, how, within one region and two districts, the administrative implementation of archeological operations, the consequent field practice and results are different, although that the archeological remains are alike.

Texte intégral

1Quand on parle du Languedoc-Roussillon, on ne l’associe pas d’emblée à la montagne. On pense d’abord à la vaste plaine languedocienne et roussillonnaise, au littoral, aux garrigues ou aux Cévennes, mais on oublie que cette région dispose d’espaces montagnards dont certains à étage alpin. Si l’archéologie de cette région s’est concentrée sur la plaine, la montagne en a été longtemps le parent pauvre. Les approches archéologiques de ces territoires d’altitude, si elles ont heureusement bénéficié du travail pionnier d’archéologues bénévoles, ont mis du temps à trouver leur place et ce n’est que récemment, grâce aux opérations d’archéologie programmée menées en Cerdagne à partir des années 1990 et en Lozère à partir des années 2000 sur le Mont Lozère, qu’elles se sont fait jour.

2Aujourd’hui, les espaces montagnards du Languedoc et du Roussillon sont l’objet de travaux agricoles, forestiers, d’exploitation de carrière, d’aménagements et d’urbanisme qui impactent les vestiges archéologiques et nécessitent une prise en compte spécifique. Si la loi sur l’archéologie préventive permet, pour partie, cette prise en compte, certains types de travaux échappent à cette législation (notamment les travaux agricoles et forestiers) alors qu’ils sont tout aussi destructeurs que les travaux d’aménagement.

1. Un cadre géographique spécifique pour chacun des massifs (fig.1)

3Le département des Pyrénées-Orientales, d’une superficie de 4 116km2, a un développement économique et une population (440 000 hab., 106 hab./km2) inégalement répartis sur le territoire, avec une forte polarisation autour de Perpignan, de la bande côtière et de la plaine du Roussillon. La Cerdagne, plaine d’altitude (entre 1 150 et 1 500 m) orientée est-ouest, a une faible densité d’occupation (24 hab./km2) et une activité essentiellement tournée vers l’agriculture (élevage) et le tourisme. Ce bassin sédimentaire est situé entre le massif métamorphique du Carlit (2 921m) au nord et le massif sédimentaire du Cadi-Puigmal (2 600/2 900m) au sud. Le versant granitique est orienté au sud et descend en pente douce vers le fond de vallée. Le versant sédimentaire forme une barrière continue et raide particulièrement spectaculaire dans la sierra del Cadi. La vallée, au relief accidenté, est drainée par le Sègre qui s’écoule vers l’est pour rejoindre l’Ebre. Le climat est de type méditerranéen montagnard avec un fort ensoleillement avec des aspects plus rudes et plus marqués dans les étages alpins du Carlit et du Cadi-Puigmal.

Fig. 1. Localisation des départements de la Lozère et des Pyrénées-Orientales en Languedoc-Roussillon.

Fig. 1. Localisation des départements de la Lozère et des Pyrénées-Orientales en Languedoc-Roussillon.

4La Lozère est un département montagnard qui comptait 145 000 habitants en 1851 et n’a cessé de se dépeupler depuis (actuellement 76 000 habitants pour un territoire de 5 167km2). Il est le moins peuplé en valeur absolue et en valeur relative (14 hab./km2 en moyenne) des départements métropolitains. C’est également le département présentant l’altitude moyenne de zone habitable la plus élevée de France (environ 1 100m). D’une grande variété de paysages, il englobe : au nord, les montagnes cristallines de la Margeride, au nord-ouest, les plateaux volcaniques de l’Aubrac ; au sud-est, les Cévennes, avec le mont Lozère (1 699m) et le Bougès (1 424m). Au sud-ouest, les Grands Causses introduisent un paysage totalement différent de plateaux calcaires karstifiés (Sauveterre, Méjean) et de gorges profondes (Lot, Tarn). L’occupation du sol est surtout dominée par l’omniprésence du couvert forestier (environ 45 % du territoire lozérien).

5On observe donc, dans ces deux entités, un paysage de moyenne montagne mais avec des spécificités propres à chacun des massifs.

2. Le cadre de l’archéologie de ces deux départements

6L’archéologie des Pyrénées-Orientales, ce sont de nombreux archéologues bénévoles qui ont œuvré, à partir des années 1960 et jusqu’au développement de l’archéologie professionnelle, en effectuant des prospections, des fouilles de sauvetages et des fouilles programmées. C’est aussi, un potentiel important de chercheurs du CNRS, de l’Université, du SRA, de l’Afan puis de l’Inrap qui s’est investi sur le département depuis des dizaines d’années. C’est un inventaire archéologique, initié par Pierre-Yves Genty avec la collaboration des archéologues bénévoles et des archéologues professionnels en devenir, qui a été soigneusement élaboré et qui est une base de décision pour l’archéologie même s’il est assez faible pour ce qui concerne le milieu montagnard. Actuellement, c’est un département qui est géré par deux agents du service régional de l’archéologie, qui a une archéologie préventive développée et qui bénéficie d’opérateurs institutionnels (Inrap et Pôle archéologique départemental des Pyrénées-Orientales), d’un service de collectivité non agréé (Ville de Perpignan) et d’un opérateur privé (SARL ACTER) dont le siège social est situé dans le département.

7En Lozère, l’éloignement des pôles de recherches régionaux (Montpellier, Clermont-Ferrand, Toulouse…) explique l’investissement très modéré des études universitaires sur ce département. Le tissu associatif est également très faible. Enfin, l’archéologie lozérienne pâtit encore de l’absence d’appui d’un service de collectivité local.

8Les données disponibles sur ce département relèvent d’une tradition fortement ancrée par les érudits chercheurs du siècle passé et se traduisent par une forte mobilisation autour du mégalithisme. Plus récemment, une équipe pluridisciplinaire menée par Alain Ferdière (Université de Tours) s’est penchée sur le cas de Javols (Anderitum), chef-lieu de la cité gallo-romaine en contexte de montagne. Enfin, il faut noter l’investissement d’I. Darnas et d’I. Rémy, médiévistes et castellologues qui explorent les castra du Gévaudan depuis plus de 20 ans.

9La gestion de ce département est confiée de manière transversale à un agent du service régional de l’archéologie (prescription, suivi des documents d’urbanisme, carte archéologique nationale…) qui se charge également de l’établissement de la carte archéologique nationale sur un autre secteur de la région ainsi que de dossiers relevant de son domaine de compétence chronologique.

3. Des vestiges similaires

10Malgré les différences géographiques et géomorphologiques de ces deux massifs, les vestiges archéologiques rencontrés sont très similaires. Ils sont les témoins des activités qui, de tout temps, ont été pratiquées en montagne et que l’on pratique encore aujourd’hui, pour certaines. Roches gravées, mégalithes, villages désertés médiévaux, exploitations des ressources naturelles de toutes périodes (carrières, mines et métallurgie, charbonnières…), aménagements vernaculaires et systèmes agropastoraux… sont le lot de l’archéologie montagnarde. D’un point de vue taphonomique, les sites ont les mêmes caractéristiques : leur conservation est généralement très bonne. Ils peuvent présenter des élévations importantes et des recouvrements sédimentaires parfois faibles à nuls. C’est un réservoir patrimonial qui n’a pas, ou peu, été touché par l’agriculture mécanisée : la base de la pelouse alpine ou de la prairie peut être en contact direct avec les vestiges archéologiques de chronologie différente dans un même horizon d’humus. La base de données Patriarche est peu alimentée sur ces espaces faute d’investissement ; de prospecteurs locaux et de réelles enquêtes archéologiques ; mais aussi en raison des contraintes propres au milieu : étage alpin, altitude importante, accès difficile qui rebute, enrésinement couvrant, prairies à la lisibilité nulle. Mais, lorsque le milieu s’ouvre, par exemple lors d’un incendie, et que l’on choisit de s’investir, les travaux de prospection-inventaire sont révélateurs d’un nombre de sites et d’indices largement insoupçonnés (exemple des travaux d’O. Passarrius après l’incendie de Rodès, 66). Ainsi, les menaces sur ce patrimoine sont donc plus sensibles par tous types de travaux d’aménagement, même hors du sol, alors que les plaines alluviales constituent ponctuellement une forme de protection naturelle pour les vestiges enfouis.

4. Les types d’aménagements et d’archéologie de l’espace montagnard

11Les deux départements, aux antipodes de la région, divergent dans leur organisation sociale et démographique et surtout dans l’investissement en matière de recherche archéologique.

12La Cerdagne a été, jusqu’à une date récente, peu investie par l’archéologie préventive. Seules les prospections, les recherches (notamment sur les roches gravées) et les fouilles menées par Pierre Campmajo et les opérations d’archéologie programmées récentes engagées par Christine Rendu ont jeté les bases de nouvelles méthodes d’approche et développé des problématiques. Elles ont apporté un éclairage nouveau sur ces espaces de montagne, longtemps délaissés par la recherche. Au cours des six dernières années, l’urbanisation et les projets d’aménagements touristiques en lien avec les sports d’hiver, ont connu un important développement sous la forte impulsion de la clientèle espagnole. Cette pression urbanistique sur des superficies importantes, dans des espaces non investis par les prospections systématiques et sans données archéologiques, a nécessité une prise en compte de la part du service régional de l’archéologie. En effet, si l’archéologie préventive s’était, jusque-là, principalement développée dans la plaine du Roussillon en raison de son développement économique, c’est parce qu’elle bénéficiait aussi de données tangibles apportées par les prospections systématiques qui avaient largement investi la plaine. Une première démarche a donc été entreprise auprès des services de l’Équipement, afin que le service régional de l’archéologie soit destinataire, de l’ensemble des dossiers de lotissements, d’UTN (Unité Touristique Nouvelle) et de tout autre projet d’importance en Cerdagne, ce qui n’était pas le cas. À la faveur des nouvelles dispositions législatives sur l’archéologie préventive, à partir de 2004, ce fut chose faite. Aujourd’hui, de nombreux dossiers qui ont, ou vont générer des opérations d’archéologie préventive en montagne, sont adressés au service régional de l’archéologie et l’on se retrouve ainsi dans la même situation d’approche administrative qu’en plaine avec des choix à faire en matière de prescriptions, au regard de l’ensemble de l’archéologie préventive régionale.

13Le contraste est fort en Lozère où la superficie des aménagements est rarement très étendue pour des demandes soumises à autorisation d’urbanisme (sauf pour les carrières et les éoliennes). Avec un solde migratoire beaucoup plus faiblement positif que dans le reste du Languedoc, le nombre de lotissements n’a pas crû de manière exponentielle ces dernières années. En revanche, les aménagements agricoles et forestiers, qui ne répondent pas aux critères du cadre du Code du Patrimoine, sont prépondérants et affectent tout autant les vestiges archéologiques. Ce type d’aménagement est d’ailleurs encouragé par des mesures incitatives telles que les subventions européennes (FEADER : Fond Européen Agricole pour le Développement Rural, PER : Pôle d’Excellence Rural, LEADER : Liaisons Entre Actions de l’Économie Rurale). Des zones encore préservées de tout aménagement destructeur sont désormais menacées par l’extension des exploitations agricoles mécanisées qui grignotent peu à peu les flancs des dolines, les coteaux et les crêtes en réduisant les constructions vernaculaires à l’état de gravier sous la lame des broyeurs-concasseurs. Il est d’autant plus difficile de prévenir ce genre de destructions que les sites ne sont souvent visibles et reconnaissables qu’une fois éventrés.

14La perception de la protection du patrimoine archéologique s’avère donc plus sensible que dans un cadre législatif clairement applicable.

15Le traitement de ces différents dossiers est donc d’ordre différent, quels sont les outils à mettre en œuvre ?

4.1. Les cas cerdans en moyenne montagne à étage alpin : une archéologie préventive

16Plusieurs opérations d’archéologie préventive ont été menées ou vont être menées en Cerdagne au cours des prochaines années.

17La première opération d’archéologie préventive a été réalisée en 2005 dans le cadre d’un projet de lotissement sur la commune d’Angoustrine (1 350m d’altitude). Le diagnostic a été mené par l’Inrap sur une parcelle comportant de nombreuses boules de granit issues de l’activité fluvio-glaciaire et sans doute employées en aménagements parcellaires. Peu formé à ce type de terrain chahuté, où des éléments naturels sont potentiellement des aménagements rupestres de datation indéterminée, peut-être en lien avec des vestiges protohistoriques découverts en sous-sol, le responsable d’opération a eu beaucoup de difficultés à mener son diagnostic, en raison du manque d’expérience dans l’approche du milieu montagnard et de ses spécificités et de la contrainte de la banalisation des tranchées mécaniques. Ce diagnostic a livré une occupation sur environ 1 000m2 appartenant au premier âge du Fer. Une structure fossoyée contenait un mobilier très abondant de céramique modelée généralement liée à un habitat. Une collaboration s’est établie avec Pierre Campmajo pour l’étude de ce mobilier dit à « décor cerdan ». La présence de ces vestiges archéologiques justifiait la mise en œuvre d’une fouille préventive compte tenu de l’impact des travaux. Toutefois, le coût de la fouille archéologique préventive, qui remettait en cause l’économie du projet, a été très mal vécu par la municipalité. Aussi, c’est en travaillant avec l’architecte du projet que des solutions techniques ont été trouvées afin de préserver le site. Ainsi, aujourd’hui seules les données du diagnostic permettent de documenter ce site.

18La seconde opération d’archéologie préventive (2006) concernait un projet de construction immobilière à Bolquère au lieu-dit Pla de la Creu (1 780m). Le diagnostic archéologique, qui a bénéficié d’une collaboration entre l’Inrap et le CNRS, portait sur un terrain, en limite de la station de ski de Pyrénées 2000, non soumis à l’agriculture mécanisée et couvert d’une pelouse alpine émaillée de blocs ou amas de blocs granitiques. Une prospection préalable a été menée. Ses résultats ont permis de guider l’ouverture des sondages mécaniques qui par la suite ont été étendus à la parcelle dans le sens de la pente. Un site protohistorique avec des aménagements parcellaires de blocs de granit, lié à une zone humide a été mis en évidence. Le projet d’aménagement était porté par la mairie avec deux cabinets d’architectes. Sur une partie du site, où les vestiges étaient peu importants, un des architectes, a proposé une modification des fondations, sous forme de pieux, pour assurer leur conservation. Le second cabinet d’architecte, peu sensibilisé à l’archéologie, a poursuivi son projet sans proposer de solution technique. La fouille préventive s’est donc révélée nécessaire. Toutefois, suite à diverses embûches administratives, la fouille de cette partie du site, réalisée par l’Inrap, n’a eu lieu qu’en juin 2008. Elle a été menée par un responsable d’opération protohistorien, qui a été parfois dérouté par ce type de site, où les amas de granit directement à l’air libre, peuvent faire partie intégrante des structures protohistoriques.

19En 2008, trois opérations archéologiques préventives ont été prescrites : un projet de station de ski avec urbanisation et pistes (62,5ha), un projet d’UTN (Unité Touristique Nouvelle) avec urbanisation et golf (91ha) et un projet d’aménagement touristique autour de l’ancienne centrale solaire Thémis (9,75ha). Pour les deux premiers, il s’agit de dossiers d’UTN, dossiers longs en terme administratif et à enjeux politiques importants : c’est dans ce type de dossiers qu’on mesure le millefeuille administratif, l’État intervient souvent avec beaucoup de casquettes et les différentes politiques sectorielles ne sont pas toujours compatibles.

20Le projet d’aménagement du domaine skiable de « Porte des Neiges » avec son espace résidentiel (fig. 2) porte sur un site actuellement vierge de tout aménagement, en vis à vis du Pas de la Case (Andorre) fortement urbanisé et aménagé pour la pratique du ski. Ce projet a bénéficié d’une autorisation d’UTN en 1996. Il se place au cœur d’un cirque glaciaire au fond duquel coule l’Ariège, qui constitue la frontière entre la France et l’Andorre. Le projet s’étage de 1 850m au nord à 2 715m au sud et touche des terrains couverts par la pelouse alpine et des zones d’éboulis. Ce projet privé, qui bénéficie de capitaux venus d’Espagne et d’Andorre, était alors soutenu par la municipalité de l’époque (avant 2008).

21Le projet d’UTN de Porté-Puymorens, se situe en zone frontalière avec l’Espagne, au pied du col du Puymorens. Il prévoit une urbanisation sous forme d’hôtels, de résidences hôtelières et secondaires (11ha), la création d’un golf (70ha) et l’agrandissement et la modernisation de la station de ski (10ha). Si l’urbanisation porte sur les abords ouest et nord du village actuel occupé par des prairies dégradées, le golf porte sur des espaces agricoles et naturels sans aménagements qui comportent de nombreuses formations quaternaires d’origine glaciaire (blocs, moraines), à une altitude comprise entre 1 600 et 1 800 m. Ce projet est pour l’instant porté par la commune de Porté-Puymorens.

22Le dernier projet concerne un aménagement touristique de la reconversion du site de la centrale électro-solaire Thémis sur la commune de Targasonne. Ce projet, soutenu par le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, est localisé à une altitude comprise entre 1 600 et 1 700 m, sur un versant exposé au sud, dominé par le Pic dels Moros (2 135m) qui surplombe le haut plateau cerdan. Les terrains sont occupés par la prairie et des espaces boisés dans les talwegs.

23Pour les deux premiers projets, aucun site archéologique n’est actuellement enregistré dans la base de données Patriarche. Pour le troisième, les parcelles recèlent, d’ores et déjà, des sites archéologiques enregistrés. Il s’agit d’un village occupé durant tout le Moyen Âge avec son église et son cimetière, ceinturé de parcelles agricoles. À l’ouest du projet, des zones renfermant des tumuli ont été observées. Enfin, au sud, le chaos de Targasonne a livré de nombreux sites archéologiques de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer.

24Ces trois projets offrent l’opportunité d’engager, dans le cadre de diagnostics, une recherche archéologique qui vient s’intégrer pleinement dans les programmes sur l’histoire de l’anthropisation de la haute montagne de la préhistoire jusqu’à nos jours (travaux de C. Rendu pour la Cerdagne, de J. Palet-Martinez, Y. Miras et S. Riera Mora de l’Université de Barcelone et de l’Institut Catalan d’Archéologie Classique de Tarragonne pour l’Andorre, prospection thématique dans le Cantal de Y. Miras et F. Surmely). Pour appréhender ces espaces montagnards dans le cadre de l’archéologie préventive, il faut s’appuyer sur une approche pluridisciplinaire (archéologie du paysage, agropastorale, approche environnementale, géographie physique et paléo-écologie, palynologie, anthracologie…), qui associe les opérateurs d’archéologie préventive (Inrap et Pôle Archéologique Départemental des Pyrénées-Orientales) aux équipes du CNRS œuvrant sur les mêmes terrains. Ainsi, pour la préparation des projets d’opérations, chacun des opérateurs (Inrap et PADPO) s’est rapproché des équipes du FRAMESPA UMR 5136 afin de formaliser des partenariats par le biais de conventions et d’élaborer des projets de diagnostic prenant en compte ce milieu spécifique, s’appuyant sur des méthodes déjà rodées, s’intégrant aux problématiques générales sur l’espace cerdan et mettant en commun les connaissances.

25Mais dans le cadre de ces dossiers, il faudra se plier aux contraintes extérieures liées au milieu, aux législations environnementales fortes et aux questions scientifiques spécifiques à ces espaces. Les contraintes naturelles du milieu montagnard sont prégnantes. Topographie et climat imposent leur poids. Les prospections vont être menées sur des parcelles en fort dénivelé ne permettant pas de couvrir les mêmes surfaces qu’en plaine. La période d’intervention sur le terrain est bornée par les chutes de neiges laissant une fenêtre d’intervention comprise entre le début du mois de juin et le milieu du mois d’octobre. Les contraintes environnementales sont fortes. Ces projets portent sur des sites protégés au titre de l’environnement et pratiquer, par exemple, un sondage dans une tourbière nous paraît, à nous archéologue indispensable, pour avoir une approche du paléo-environnement ; mais la DDAF (Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt) et la DIREN (Direction Régionale de l’Environnement) ne voient pas la chose du même œil quand le site est protégé (NATURA 2000, Zone Naturelle d’Intérêts Écologiques Faunistiques et Floristiques, Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux…). La mise en œuvre de sondages demande donc des validations préalables de ces services. De même, le défrichement et le déboisage d’une zone pour la réalisation du diagnostic, ne sont pas forcément conformes aux préconisations de ces services. Il ne faut pas perdre de vue que les archéologues interviennent dans un milieu naturel protégé et fragile, où toute action peut avoir des conséquences sur l’environnement (perturbation ou disparition d’espèces végétales ou animales, modification des écosystèmes, érosion des sols…).

26Ici, le diagnostic va devoir prendre obligatoirement une forme différente et originale pour s’adapter à ces contraintes et répondre au mieux aux questions scientifiques spécifiques posées par cet espace : le diagnostic « classique », tel qu’on le pratique depuis des années sous forme de tranchées systématiques, ne peut répondre à toutes ces exigences.

27Dans tous les cas, le diagnostic doit avoir pour objectif de définir les « marqueurs » archéologiques liées à l’anthropisation du territoire concerné. En cela, le but est d’identifier les types de sites rencontrés (cabanes, enclos, couloirs à traire, voies pastorales et de transhumance, charbonnières, structures minières et métallurgiques, roches gravées).

28Il doit d’abord passer par une étude documentaire prenant en compte la documentation textuelle et cadastrale des époques médiévales, modernes et contemporaines, la photo-interprétation et carto-interprétation avec localisation des structures ainsi découvertes. Dans un second temps, il doit être suivi d’une prospection pédestre de toute la zone d’étude avec une géolocalisation des sites et vestiges archéologiques (GPS). La réalisation des sondages manuels ou à l’aide d’engin mécanique spécialisé dans les zones de forte pente (type « pelle-araignée »), en zone difficile ou écologiquement sensible, doit nécessairement bénéficier de l’accord des services compétents en matière d’environnement quant à leur implantation. Ces sondages doivent permettre d’obtenir une stratigraphie (phases d’abandon, d’occupation, de construction), les fonctions supposées des structures expertisées et d’effectuer des prélèvements pour des études paléo-environnementales et des datations radiocarbone.

29À l’issue du diagnostic, ces données doivent être formalisées pour être un outil d’aide à la décision, pour le SRA et l’aménageur qui auront à discuter sur la compatibilité du projet avec les vestiges archéologiques et qui décideront des suites à donner, notamment par la mise en œuvre de fouilles préventives, de mesures conservatoires ou la modification du projet sur les sites. Ainsi, ces diagnostics sont une première étape essentielle car, bien souvent dans le cadre de vastes projets, les modifications ou les mesures conservatoires (quand ce n’est pas l’abandon du projet pour des raisons extérieures) sont souvent retenues. Elles permettent d’éviter l’engagement de fouilles préventives considérées comme onéreuses par les aménageurs, qui n’en tiennent pas compte lors de l’établissement en amont des projets et contraignantes en matière de calendrier.

30À l’heure où nous rédigeons cet article, le projet de Porta essuie de nombreux refus administratifs alors que le diagnostic devait être engagé en juin 2009 et le projet de Porté-Puymorens est encore en instruction administrative. Seul le projet de diagnostic concernant l’aménagement touristique sur l’ancienne centrale Thémis devrait être engagé à partir d’avril 2009, par une équipe du Pôle Archéologique Départemental de Pyrénées-Orientales et du FRAMESPA UMR 5136, selon le schéma de diagnostic précédemment défini. Ici enfin, nous pourrons avoir un retour d’expérience sur une prescription d’archéologie préventive en espace montagnard.

4.2. Les cas lozériens en moyenne montagne : une archéologie programmée « palliative »

31L’archéologie préventive sur le territoire lozérien est rare : en 2007, sur 22 dossiers parvenus au SRA, 7 ont été prescrits (en 2008 : 12 dossiers arrivés, 3 prescrits). Qu’il s’agisse des dossiers de carrières ou de lotissements, les aménagements concernés peuvent être remis en question d’un point de vue économique par les travaux archéologiques. C’est le cas notamment d’une carrière où le montant de la fouille sera égal au chiffre d’affaires d’une année entière d’exploitation. Les enjeux d’emploi à l’échelon local dépassent largement le seul domaine de l’archéologie. Récemment, un arrêté de diagnostic a dû être abrogé pour ces raisons sur la commune de La Canourgue où les données historiques et archéologiques sont pourtant riches en informations. La viabilité du lotissement étant en péril et le préfet de Région ne souhaitant pas aggraver la perception des effets de la crise financière sur le secteur du BTP, des solutions « palliatives » ont permis de s’assurer de l’absence de vestiges menacés. Il faut souligner que ce cas risque de se reproduire à très court terme et pas uniquement sur des secteurs ruraux.

32À ces maigres exemples d’archéologie préventive, il faut ajouter deux initiatives particulières à ces milieux ruraux et forestiers, qui comme on l’a déjà évoqué, échappent en théorie à notre législation.

33La première concerne une découverte réalisée sur un terrain agricole au lieu-dit « les Aouzerals » sur la commune de La Malène. Bien que le site soit connu et publié, les vestiges d’un habitat du haut Moyen Âge ont été bouleversés par l’exploitant de la parcelle qui s’est contenté de pousser un pierrier au bulldozer. Les arases de murs en pierres sèches d’une ferme du haut Moyen Âge y ont été mises au jour, associées à de très abondants lots de céramiques (fig. 3).

Fig. 3. La Malène (Lozère) : site des Aouzerals vu avant et après l’intervention archéologique. Clichés H. Breichner.

Fig. 3. La Malène (Lozère) : site des Aouzerals vu avant et après l’intervention archéologique. Clichés H. Breichner.

34L’agriculteur étant dans l’impossibilité de prendre en charge le coût d’une fouille archéologique d’urgence, il a été décidé de mettre en place une fouille pluriannuelle programmée dirigée par un agent du SRA. On pourrait arguer du fait de l’existence du Fonds National pour l’Archéologie Préventive pour répondre à ce genre de sollicitations mais sans rentrer dans des détails complexes, ce type de cas ne peut être intrinsèquement considéré comme répondant aux critères d’éligibilité de prise en charge. La solution conservatoire a dû également être écartée car les vestiges étaient déjà fortement érodés et leur intérêt scientifique justifiait une documentation plus complète. L’agriculteur a accepté de surseoir aux travaux mais devait pouvoir récupérer la partie de la parcelle concernée. Au terme des trois années engagées, c’est chose faite.

35Parallèlement à ces missions ponctuelles de sauvetages programmés, d’autres actions de sensibilisation en amont de travaux ont été effectuées auprès du plus gros aménageur lozérien : l’ONF.

36Cet établissement public établit régulièrement des cartes d’inventaires de chaque forêt domaniale dont il a la charge. À cette occasion, le service régional de l’archéologie a été sollicité pour obtenir la carte des sites archéologiques localisés dans ces aires de plusieurs hectares (forêts domaniales du Bramont et de Mende). Ces documents constituent des références pour une dizaine d’années. Une simple réponse cartographique ne pouvait suffire à établir un contact durable et faire comprendre à ces partenaires privilégiés les enjeux de conservation de zones aujourd’hui peu ou pas prospectées. En effet, les agents de terrain n’ont pas forcément les moyens de savoir à quoi correspondent les pastilles de la carte. C’est pourquoi, une journée de formation a permis de réunir, sur le terrain, les agents chargés de l’établissement de ces inventaires, les gardes forestiers et un agent du SRA. Cette journée avait pour but de donner des clefs de lecture afin de détecter d’éventuels vestiges et surtout de déterminer quelles mesures de précaution adopter en cas de doute. Par prudence, chaque zone suspecte fera l’objet d’une protection d’office et ne sera pas sujette à l’exploitation forestière. Ces contacts permettent également de faire remonter des informations qui ne parviennent pas forcément aux services archéologiques. De même, cette sensibilisation a démontré qu’une forêt pourtant bien connue par ses gestionnaires, recelait des témoignages anthropiques insoupçonnés. C’est donc sur la base d’un échange de données SIG puis d’une formation sur place des techniciens, que cette collaboration va se poursuivre par le biais d’une convention et d’un système d’alerte de vigilance, de propositions de mise en place de zones « gelées », pour éviter les destructions des sites majeurs (oppidum, champ de tumulus) ou simplement en cas de présomption de vestiges. En revanche, une nouvelle fois dans ce genre de dossiers nous sommes amenés à renoncer à effectuer des diagnostics préalables aux coupes ou à l’ouverture de pistes. Les surfaces sont trop importantes et inaccessibles (lisibilité des sols, dénivelés…).

37En conclusion, le contexte montagnard cumule donc des spécificités archéologiques et des problématiques particulières permettant de les aborder tout en composant avec des contraintes extérieures assez lourdes. Dans les deux cas, la gestion des dossiers implique de nombreux partenaires institutionnels, avec des implications fortes dans le domaine environnemental : DIREN, DDAF, Parc National des Cévennes, ou Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes.

38D’un point de vue méthodologique, nous tenons à souligner l’importance de la première approche de terrain (prospection et diagnostic) qu’il faut considérer comme une opération archéologique globale et fondamentale, qui sera souvent la seule façon d’explorer sur une petite fenêtre une problématique très large qui est celle de l’occupation des espaces d’altitude sur la longue durée. Il convient donc de tenter d’explorer le maximum du champ d’investigation lors de la première phase de diagnostic en promouvant une synergie avec les forces en présence (CNRS, Collectivités, Inrap).

39En effet, pour des raisons de viabilité économique, ces projets soumis parfois à des diagnostics ou explorés en sondages ne seront jamais étudiés par des fouilles archéologiques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des départements de la Lozère et des Pyrénées-Orientales en Languedoc-Roussillon.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/274/img-1.png
Fichier image/png, 488k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/274/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 3. La Malène (Lozère) : site des Aouzerals vu avant et après l’intervention archéologique. Clichés H. Breichner.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/274/img-3.png
Fichier image/png, 929k

Auteurs

Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC de Languedoc-Roussillon, Service Régional de l’Archéologie

Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC de Languedoc-Roussillon, Service Régional de l’Archéologie, Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne (LAMM), UMR 6572 CNRS – Université de Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme 2

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access