Version classiqueVersion mobile

Signa et tituli

 | 
Sandrine Agusta-Boularot
, 
Emmanuelle Rosso

Deuxième partie. Espaces et monuments funéraires

Signa et tituli dans les Alpes maritimae : l’exemple des stèles funéraires en forme de porte

Stéphane Morabito

Résumé

Cet article s’est attaché à un ensemble de cinq stèles cohérent et original des Alpes maritimes : les stèles en forme de porte. La présence de symboles militaires gravés sous les inscriptions, appréciée également dans le milieu militaire du littoral dalmate, permet à l’auteur de remonter une des pistes possibles qui expliquerait l’origine de ce motif iconographique : la présence d’auxiliaires originaires de Dalmatie dans la province des Alpes maritimes.

Entrées d'index

Géographique :

Danube

Chronologique :

Empire romain

Texte intégral

  • 1 Morabito, 2010b.

1La reprise du matériel épigraphique des Alpes maritimae nécessaire à la constitution du corpus de cette province a permis de relever parmi les quelques quatre cents inscriptions formant ce corpus provincial1, un type de monument particulier, les stèles funéraires en forme de porte. L’organisation d’un colloque rassemblant épigraphistes et spécialistes de la sculpture nous offre l’occasion d’étudier ces documents sous un angle nouveau.

2Quelques mots au préalable sur la géographie administrative de ce secteur méridional du massif alpin mal connue si l’on en croit encore certaines études concernant les provinces occidentales.

3Au lendemain de la pacification du massif alpin par Auguste, une partie du massif méridional a été érigée en préfecture sous la responsabilité d’un membre de l’ordre équestre. La préfecture des Alpes maritimes s’est concentrée dès l’origine sur le versant occidental du massif alpin, enserrée entre la IXe région pour l’est et le sud-est, Nikaia sous la responsabilité de Marseille pour le sud-ouest, la province de Narbonnaise pour l’ouest et les Alpes cottiennes au nord et au nord-est (fig. 1).

Fig. 1. Limites de la préfecture des Alpes maritimes dans la première moitié du Ier s.

Fig. 1. Limites de la préfecture des Alpes maritimes dans la première moitié du Ier s.

4L’évolution des Alpes maritimae du rang de préfecture à celui de province, sans doute durant le règne de Néron, marque une évolution de leurs limites territoriales. La capitale Cemenelum a vraisemblablement étendue son territoire aux vallées de la Vésubie et de la Tinée, placée précédemment dans le royaume cottien. La province est alors formée de six ciuitates (fig. 2).

Fig. 2. Limites de la province des Alpes maritimes à la fin du IIe s.

Fig. 2. Limites de la province des Alpes maritimes à la fin du IIe s.

5Avant la fin du IIe s. de notre ère, les Alpes maritimae vont connaître un accroissement de leur territoire en direction du nord avec l’intégration de Dinia / Digne, localité de la province de Narbonnaise, et celles de Caturigomagus / Chorges, d’Eburodunum / Embrun et de Rigomagus / Faucon-de-Barcelonnette antérieurement dans la province des Alpes cottiennes.

  • 2 Sur ce point et les informations précédentes, voir Morabito, 2010a.

6Durant l’Antiquité tardive, la cité de Caturigomagus perd son rang de ciuitas et se retrouve intégrée dans le territoire d’Eburodunum. Nous ne pouvons préciser si ce remaniement à accompagner l’élévation d’Embrun au rang de métropole des Alpes maritimes, ceci étant assuré pour le début du V e s. Brigantio semble avoir connu le même sort que Caturigomagus, son territoire étant ajouté à celui de Glanate. Enfin, dans la première moitié du V e s., une localité secondaire de la haute vallée du Verdon, Eturamina / Thorame-Haute, obtient le statut de ciuitas et le rang d’évêché2.

7Le nombre de stèles en forme de porte relevé dans les Alpes maritimae, cinq individus, peut apparaître faible. Cependant, nos recherches préliminaires sur ce type de monument à travers les corpora des autres provinces occidentales et des régions italiennes ont rapidement démontré le contraire. Nous avons trouvé une vingtaine d’exemples pour l’Occident.

  • 3 Morabito, 2010b, n°189 et 192.

8Intéressons-nous en premier lieu à la localisation de ces monuments dans l’aire géographique retenue. Honneur à la capitale provinciale, Cemenelum / Cimiez (fig. 3). Deux stèles de ce type ont été mises au jour dans cette cité et plus particulièrement dans la nécropole dite «  suburbaine du Nord  » qui marque, par son ampleur, les confins septentrionaux de Cemenelum. Ces deux stèles ont été découvertes lors de l’édification des fondations d’un immeuble en 1962 et transférées dans le musée d’archéologie de Nice - Cemenelum où elles sont présentées au public3 (fig. 4 et 5).

Fig. 3. Localisation des stèles en forme de porte et des monuments à lunule dans la province des Alpes maritimes

Fig. 3. Localisation des stèles en forme de porte et des monuments à lunule dans la province des Alpes maritimes

Fig. 4. Stèle en forme de porte dédiée à T. Annius Firmus, découverte à Cemenelum (Cl. S. Morabito).

Fig. 4. Stèle en forme de porte dédiée à T. Annius Firmus, découverte à Cemenelum (Cl. S. Morabito).

Fig. 5. Stèle en forme de porte dédiée à Epicadus Velox, découverte à Cemenelum (Cl. S. Morabito).

Fig. 5. Stèle en forme de porte dédiée à Epicadus Velox, découverte à Cemenelum (Cl. S. Morabito).
  • 4 Morabito, 2010b, n°138.

9Limitrophe de Cemenelum à l’ouest, la cité de Vintium / Vence (fig. 3) possède également dans son territoire deux exemples de ce type de stèles. Mises au jour dans le quartier de l’Autreville, dans la commune de Coursegoules, dans la seconde moitié du XIXe s., elles ont été détruites par le propriétaire du terrain peu de temps après leur découverte4. Nous possédons heureusement un dessin de l’abbé Tisserand qui, s’il offre un détail des monuments et permet de les rattacher à la catégorie des stèles en forme de porte, fait cependant naître des questions quant aux inscriptions qu’ils comportaient (fig. 6). Le dessin de Tisserand a malheureusement été réalisé avant un déterrement complet des stèles et nous prive d’informations supplémentaires.

Fig. 6. Reproduction dessin des stèles découvertes à Coursegoules (abbé Tisserand, 1862).

Fig. 6. Reproduction dessin des stèles découvertes à Coursegoules (abbé Tisserand, 1862).
  • 5 Morabito, 2010b, n°57.

10Au nord du territoire de Vintium, le municipe de Brigantio / Briançonnet (fig. 3) conserve la dernière stèle en forme de porte découverte à ce jour dans la province des Alpes maritimae. Le lieu exact de trouvaille de cette stèle est inconnu. Elle se situe aujourd’hui sous une voûte encastrée dans le mur d’une maison du village de Roquestéron, dans la vallée de l’Estéron5. L’inscription est pratiquement illisible, quelques lettres tout au plus, et une grande partie de la partie inférieure de la stèle a disparu, cachée par les différents rehaussements du niveau de circulation de la ruelle (fig. 7).

Fig. 7. Stèle présente dans le village de Roquestéron (Cl. S. Morabito).

Fig. 7. Stèle présente dans le village de Roquestéron (Cl. S. Morabito).
  • 6 Tisserand, 1860, p. 7 et 1862, p. 48.

11Outre la représentation de deux ou quatre caissons superposés et séparés par un trait vertical, symbolisant ainsi les battants d’une porte, nous relevons que trois des cinq stèles possèdent un fronton triangulaire. Nous ne pouvons le préciser pour les deux stèles de Coursegoules (fig. 6), celles-ci n’ayant pas été totalement déterrées au moment de la visite de l’abbé Tisserand, seul auteur à avoir pu les observer6.

12Deux de ces trois frontons possèdent comme décor une lunule, symbole que l’on rencontre fréquemment sur les monuments funéraires des Alpes maritimae puisque onze monuments ont ce symbole gravé, accompagné parfois d’étoiles comme pour la stèle de Roquestéron. La carte de répartition des monuments comportant des lunules établit qu’ils se concentrent majoritairement dans les mêmes cités que les monuments en forme de porte (fig. 3) : Briançonnet avec cinq monuments  ; Vence avec trois monuments et Cimiez avec deux monuments. Seul un monument comportant une lunule apparaît dans un autre territoire, celui de Castellane, à proximité immédiate de la limite entre cette cité et celle de Briançonnet.

13Autre point commun entre quatre des cinq monuments en forme de porte, la présence de symboles militaires gravés dans les différents caissons présents sous les inscriptions.

  • 7 Morabito, 2010b, p. 56-57.

14La conquête de 14 avant notre ère marque le début du stationnement de cohortes auxiliaires dans les Alpes maritimae avec Cemenelum comme lieu de garnison. Préalablement formée de la cohors Nauticorum et de la cohors Gaetulorum, la garnison a été très tôt augmentée d’une cohorte recrutée localement, la cohors Ligurum. Au plus tard durant le règne de Tibère, les troupes stationnées dans le chef-lieu des Alpes maritimes atteignent un nombre de 1500 hommes. Sous Néron, dans une province où la romanisation est désormais enracinée, la décision a été prise de retirer les cohortes Nauticorum et Gaetulorum et de laisser, seule, la cohors Ligurum. Sans doute durant le règne de Vespasien, cette cohors Ligurum est scindée en deux unités, la cohors prima Ligurum et la cohors secunda Ligurum, avec l’adjonction de contingents extérieurs après une courte durée d’existence. La cohors II Gemina Ligurum et Corsorum a reçu alors un cantonnement en Sardaigne, tandis que la cohors I Ligurum et Hispanorum Ciuium Romanorum va demeurer un temps à Cimiez. Vers la fin du règne de Trajan, la cohors I Ligurum et Hispanorum Ciuium Romanorum est déplacée en Germanie Supérieure, signe que la province et ses habitants ne nécessitaient plus désormais la présence d’une troupe7.

  • 8 T(ito) Annio Firmo, | uexillar(io) | coh(ortis) Gaet(ulorum), (centuria) Galli. | H(eres) ex t(es (...)
  • 9 Epicado, Scenutis | f(ilio), Veloci, Dalmat(ae), | mil(iti) coh(ortis) Lig(urum), (centuria) Mael (...)

15Pour les stèles de Cemenelum (fig. 4 et 5), l’une conserve des enseignes ou uexilla pour les caissons supérieurs quand l’autre possède un glaive ou gladius dans le caisson de gauche et un poignard ou pugio dans celui de droite. Les uexilla sont reproduits avec une grande précision : l’étoffe carrée terminée par des franges est placée sur une lance dont la partie inférieure possède un cran d’arrêt servant à limiter l’introduction de la lance en terre. En ce qui concerne les deux épées, la précision est également là : elles sont représentées dans leur fourreau avec les attaches pour les glisser sur un cingulum. Elles sont à pommeau et les cannelures de la poignée du gladius sont également représentées. Les caissons inférieurs de ces deux stèles sont occupés chacun par un décor circulaire évidé qui peut-être un collier ou torquis ou une phalera, ces insignes entrant dans la catégorie des dona militaria. Si les décors de ces stèles ne laissent aucun doute quant à l’appartenance des défunts à la catégorie des militaires, les épitaphes l’assurent. Le premier défunt, T. Annius Firmus8, était membre de la cohors Gaetulorum. Son rôle de uexillarius au sein de cette cohorte a amené la gravure des uexilla sur sa stèle pour rappeler sa fonction. Le second défunt, Epicadus Velox, fils de Scenus, dont l’onomastique offre peut-être un cas de dénomination pérégrine bi-membre, était membre de la cohorte des Ligures9.

16En ce qui concerne les autres stèles, celle découverte dans le territoire de Briançonnet (fig. 7) comporte un pugio ainsi que le manche avec pommeau d’une épée indéterminée, le reste des décors étant désormais illisible. Celle mise au jour dans le territoire de Vence (fig. 6) présentait un gladius ainsi que des décors circulaires et un petit rectangle qui rappellent une patera et un uexillum. La dégradation des inscriptions de ces stèles voire la disparition presque totale de celle gravée sur la stèle de Briançonnet ne permet pas d’assurer que ces monuments ont été élevés en l’honneur de militaires, même si nous le supposons fortement.

  • 10 Sex(to) Vibio C(aii) [f(ilio)] | Seuero, (domo) Suetrio, | militi | coh(ortis) I Lig(urum) et His (...)
  • 11 Bonifassi, 1808, n°86 et 105.

17L’existence dans le territoire marseillais de Nikaia, au sud de la province des Alpes maritimae, d’une stèle en forme de porte comportant un fronton triangulaire, de nombreux attributs militaires et une épitaphe d’un membre de la cohors I Ligurum et Hispanorum Ciuium Romanorum10, stationnée dans la cité voisine de Cemenelum, confirme à nouveau la prédilection des auxiliaires stationnés dans les Alpes maritimes pour ce type de monument. Malheureusement, une nouvelle fois, ce monument n’a pu parvenir jusqu’à nous. Inséré dans le pavement d’une église dans le quartier dit du Vieux-Nice, il a été détruit lors de la réfection du sol. Seul un dessin fait par l’abbé Bonifassi11 au début du XIXe s. permet de connaître ce monument (fig. 8). Une nouvelle fois ce monument comporte une lunule et des étoiles dans le fronton, un gladius et un pugio dans les premiers caissons positionnés sous l’inscription, ainsi que des torques et peut-être des uexilla dans les caissons inférieurs. Une originalité apparaît cependant par rapport aux autres stèles, la présence de lances et de flèches de part et d’autre des caissons et du cartouche de l’inscription. Les flèches séparant les caissons dans la partie inférieure ne sont peut-être que l’extrapolation par l’abbé Bonifassi du trait symbolisant la séparation des vantaux de la porte.

Fig. 8. Reproduction dessin de la stèle découverte dans le pavement de l’église Saint-François, quartier du Vieux-Nice (abbé Bonifassi, 1808).

Fig. 8. Reproduction dessin de la stèle découverte dans le pavement de l’église Saint-François, quartier du Vieux-Nice (abbé Bonifassi, 1808).

18Quelles informations est-il possible de retenir de l’étude de ces différentes stèles  ?

19En premier lieu, ce style de monuments était particulièrement privilégié dans le milieu des auxiliaires originaires ou stationnés dans les Alpes maritimes, même si la disparition totale ou partielle de certaines épitaphes ne permet pas de conclure définitivement pour l’ensemble de ces stèles.

  • 12 Dodig, 2005.
  • 13 Sanader, 2003 ; Cambi, 2005 et Tončinić, 2007.

20L’absence de stèles en forme de porte dans les cités mitoyennes des Alpes maritimae, si ce n’est à Nikaia mais pour un auxiliaire engagé dans une cohorte stationnée à Cemenelum, interroge sur l’arrivée de ce type de décor dans notre région. L’origine dalmate d’Epicadus, membre de la cohorte des Ligures, incite à examiner les monuments de sa région d’origine. Les divers corpora et études sur la Dalmatie comportent plusieurs exemples de stèles en forme de fausse porte telles que celles exhumées à Narona12, colonie romaine proche du littoral de l’Adriatique et siège d’un conuentus rassemblant treize ciuitates, ou celles découvertes à Tilurium13, cité située au nord-ouest de Narona, qui fut le siège de la VIIe légion dans la première moitié du Ier s., dont le corpus comporte des stèles de légionnaires de ce type datées des années 40 de notre ère.

21L’observation de quelques-unes des stèles dalmates dévoile une parenté évidente avec celles des Alpes maritimae : fronton triangulaire, inscription dans un cartouche et quatre caissons, superposés deux par deux. Cependant, les stèles dalmates sont plus stylisées. Elles comportent parfois une représentation du défunt. Les épitaphes sont régulièrement encadrées par deux colonnettes et les décors présents dans les frontons et les caissons sont quelque peu différents de ceux observés sur les stèles de notre province : animaux  ; personnages  ; tête de Gorgone, des végétaux, outil ou poignées de porte en forme de tête de lion.

  • 14 Tramunto, 2008a et Verzár, 2009.
  • 15 Antolini, 2000, p. 369-370 et Pentiti, 2000, p. 272-273.
  • 16 Tramunto, 2008b.

22Cette parenté, complétée par l’absence de ces stèles dans le voisinage immédiat de la province des Alpes maritimes, entraînent à envisager une possible transmission de ce style de la Dalmatie vers notre province, par l’intermédiaire d’auxiliaires originaires de la côte orientale de l’Adriatique. Outre une différence de style entre les stèles des Alpes maritimes et de Dalmatie d’une part et celles d’Italie d’autre part, de la Xe région par exemple (Aquilée, Vérone, Brescia ou Parenzo)14 ou de la VIe région qui rassemble les cités d’Ombrie15, une autre différence apparaît dans l’origine des défunts. Si ceux-ci sont en majorité voire exclusivement des militaires pour les Alpes maritimes et la Dalmatie, auxiliaires ou légionnaires, nous observons essentiellement des civils pour les stèles italiennes avec, par exemple dans la cité de Sentinum dans la VIe région, cinq femmes sur les six défunts connus par l’intermédiaire de stèle en forme de porte16.

23Il n’est nullement question d’aller au-delà dans la détermination de l’origine des stèles en forme de porte. L’existence du symbole de la porte dans différentes cultures depuis l’Egypte des pharaons en passant par l’Etrurie, puis l’Italie durant la fin de la période républicaine et la période impériale, avec toujours la symbolisation du transfert de la vie vers le monde des morts, rend plus que difficile la résolution de cette question et dépasse largement ce travail et la documentation étudiée. Nous pouvons seulement envisager qu’une transmission du style apprécié dans le milieu militaire du littoral dalmatien a pu avoir lieu vers le milieu militaire de la plus méridionale des provinces alpines, par l’intermédiaire d’auxiliaires originaires du territoire de l’ancienne peuplade des dalmatae comme Epicadus Velox, membre de la cohorte des Ligures. La période de réalisation des stèles dalmates, dans le courant des années 40 de notre ère, contemporaine de celles des Alpes maritimes, élevées entre les règnes de Claude et des Flaviens, sans être un indice incontestable autorise à envisager cette hypothèse.

24L’adoption de ce style de stèle pour honorer certains auxiliaires stationnés et décédés à Cemenelum a pu s’accompagner de l’ajout de décors présents dans les monuments funéraires en milieu celtique et particulièrement dans les Alpes maritimes, à savoir la lunule, parfois accompagnée d’étoiles.

25L’étude de quelques stèles de la province des Alpes maritimae, sous le regard croisé de la sculpture et de l’épigraphie, est un nouvel exemple de l’intérêt d’associer ces deux spécialités, permettant ainsi de faire apparaître de nouvelles perspectives de recherche.

Bibliographie

Antolini 2000 : ANTOLINI (S.) - Regio VI – Umbria, Suasa. Supplementa Italica, nuova serie, XVIII, 2000, p. 317-394.

Bonifassi 1808 : BONIFASSI (J.) - Nicienses inscriptiones tum veteres tum recentiores a J. B. collectae, manuscrit, 2 vol. , Bibliothèque de Cessole, Nice, 1808.

Cambi 2005 : CAMBI (N.) - Attis or someone else on funerary monuments from Dalmatia ? In : Sanader (M.), Miocevic (A.R.) et Toncinic (D.) dir., Religija I mit kao poticaj rimskoj provincijalnoj plastici, Akti VIII - Medunarodnog kolokvija o problemima rimskog provincijalnog umjetničkog stvaralaštva, Zagreb (5-8 mai 2003), Zagreb, Golden marketing-Tehnicka knjiga, 2005, p. 511-520.

Dodig 2005 : DODIG (R.) - Afterlife on military monuments in Narona hinterland. In : Sanader (M.), Miocevic (A.R.) et Toncinic (D.) dir., Religija I mit kao poticaj rimskoj provincijalnoj plastici, Akti VIII - Medunarodnog kolokvija o problemima rimskog provincijalnog umjetničkog stvaralaštva, Zagreb (5-8 mai 2003), Zagreb, Golden marketing-Tehnicka knjiga, 2005, p. 205-211.

Morabito 2010a : MORABITO (S.) - Entre Narbonnaise et Italie : le territoire de la province des Alpes maritimes à travers l’antiquité romaine (Ier s. av. n. è. – V e s. de n. è.). Gallia, 67-2, p. 99-124.

Morabito 2010b : MORABITO (S.) - Inscriptions latines des Alpes maritimes (ILAM), Nice/Montpellier, IPAAM/CERCAM, 2010, 530 p. (Mémoires IPAAM, Hors série VI).

Pentiti 2000 : PENTITI (G.A.) - Regio VI – Umbria, America. Supplementa Italica, nuova serie, XVIII, 2000, p. 191-315.

Sanader 2003 : SANADER (M.) - Grabsteine der legio VII aus Tilurium – Versuch einer Typologie. In : Noelke (P.), Schneider (B.) et Naumann-Steckner (F.) dir., Romanisation und Resistenz : in Plastik, Architektur und Inschriften der Provinzen des Imperium Romanum, Akten des VII. internationalen Colloquiums über Probleme des provinzialrömischen Kunstschaffens, Köln (2-6 Mai 2001), Mainz am Rhein, Éd. Ph. Von Zabern, 2003, p. 501-510.

Tisserand 1860 : TISSERAND (E.) - Histoire de Vence, Paris, Éd. E. Belin, 1860, 311 p.

Tisserand 1862 : TISSERAND (E.) - Histoire civile et religieuse de la cité de Nice et du département des Alpes-Maritimes, 2 tomes, Nice, Éd. Visconti et Delbecchi, 1862, 320 p.

Tončinić 2007 : TONCINIC (D.) - Werkzeugdarstellungen auf einer Grabstele aus Tilurium. In : Walde (E.) et Kainrath (B.) dir., Die Selbstdarstellung der römischen Gesellschaft in den Provinzen im Spiegel der Steindenkmäler, IX. Internationales Kolloquium über Probleme des provinzialrömischen Kunstschaffens, Innsbruck (25-28 mai2005), Innsbruck, Éd. Innsbruck university press, 2007, p. 259-264.

Tramunto 2008a : TRAMUNTO (M.) - Le Ianuae Ditis della decima regio augustea : una puntualizzazione. In : Basso (P.), Buonopane (A.), Cavarzere (A.) et Pesavento Mattioli (S.) dir., Est enim ille flos italiae… Vita economica e sociale nella Cisalpina romana, Atti delle Giornate di studi in onore di Ezio Buchi, Verona (30 novembre – 1 dicembre 2006), Verona, Éd. QuiEdit, 2008, p. 521-525.

Tramunto 2008b : TRAMUNTO (M.) - Le portae Ditis di Sentinum. Bertinelli (A.), Gabriella (M.) et Donati (A.) dir., La comunicazione nella Storia antica : fantasia e realtà, Atti del III Incontro Internazionale di Storia Antica, Genova (23-24 novembre 2006), Roma, Éd. G. Bretschneider, 2008, p. 255-258.

Verzár 2009 : VERZAR (M.) - La produzione di scultura calcarea di Aquileia e il rapporto con le province limitrofi : l’esempio delle stelle. In : Gaggadis-Robin (V.), Hermary (A.), Redde (M.) et Sintes (C.) dir., Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, styles et iconographie, Actes du Xe colloque international sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence (21-23 mai 2007), Aix-en-Provence / Arles, Centre Camille Jullian / Musée départemental Arles antique, 2009, p. 169-178.

Notes

1 Morabito, 2010b.

2 Sur ce point et les informations précédentes, voir Morabito, 2010a.

3 Morabito, 2010b, n°189 et 192.

4 Morabito, 2010b, n°138.

5 Morabito, 2010b, n°57.

6 Tisserand, 1860, p. 7 et 1862, p. 48.

7 Morabito, 2010b, p. 56-57.

8 T(ito) Annio Firmo, | uexillar(io) | coh(ortis) Gaet(ulorum), (centuria) Galli. | H(eres) ex t(estamento). À Titus Annius Firmus, vexillaire de la cohorte des Gétules, de la centurie de Gallus. Son héritier (fit élever ce monument) selon le testament (Morabito, 2010b, n°189).

9 Epicado, Scenutis | f(ilio), Veloci, Dalmat(ae), | mil(iti) coh(ortis) Lig(urum), (centuria) Maelini. | H(eres) ex t(estamento). À Epicadus Velox, fils de Scenus, Dalmate (par son origine), soldat de la cohorte des Ligures, de la centurie de Maelinus. Son héritier (fit élever ce monument) selon le testament (Morabito, 2010b, n°192).

10 Sex(to) Vibio C(aii) [f(ilio)] | Seuero, (domo) Suetrio, | militi | coh(ortis) I Lig(urum) et Hisp(anorum) | C(iuium) R(omanorum), (centuria) Muci(i). Stip(endiorum) XI. | H(eres) ex t(estamento) f(ecit). À Sextus Vibius Severus, fils de Caius, Suetrius par son origine, soldat de la I re cohorte de Ligures et d’Espagnols Citoyens Romains, de la centurie de Mucius. Il a servi onze ans. Son héritier a fait (ce monument) en vertu du testament (CIL V, 7900).

11 Bonifassi, 1808, n°86 et 105.

12 Dodig, 2005.

13 Sanader, 2003 ; Cambi, 2005 et Tončinić, 2007.

14 Tramunto, 2008a et Verzár, 2009.

15 Antolini, 2000, p. 369-370 et Pentiti, 2000, p. 272-273.

16 Tramunto, 2008b.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Limites de la préfecture des Alpes maritimes dans la première moitié du Ier s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2. Limites de la province des Alpes maritimes à la fin du IIe s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 3. Localisation des stèles en forme de porte et des monuments à lunule dans la province des Alpes maritimes
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4. Stèle en forme de porte dédiée à T. Annius Firmus, découverte à Cemenelum (Cl. S. Morabito).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 5. Stèle en forme de porte dédiée à Epicadus Velox, découverte à Cemenelum (Cl. S. Morabito).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 6. Reproduction dessin des stèles découvertes à Coursegoules (abbé Tisserand, 1862).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 7. Stèle présente dans le village de Roquestéron (Cl. S. Morabito).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 8. Reproduction dessin de la stèle découverte dans le pavement de l’église Saint-François, quartier du Vieux-Nice (abbé Bonifassi, 1808).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2713/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Service archéologie de la Ville de Nice, Chercheur associé Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence. stephane.morabito@ville-nice.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search