Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Chapitre 2. Grecs et indigènes autour d’Empúries

1. Grecs et indigènes aux origines de l’enclave phocéenne d’Emporion

Xavier Aquilué, Pere Castanyer, Marta Santos et Joaquim Tremoleda

Résumé

Les références des sources écrites et les données archéologiques réfléchissent la continuité de l’identité grecque et phocéenne d’Emporion au long de son évolution historique et jusqu’à les transformations que la présence romaine provoqua. Néanmoins, la singularité de la réalité urbaine, sociale et culturale de cet établissement portuaire était conditionnée pour la forte interrelation avec la population autochtone, qui est présente aux alentours et à l’intérieur du propre noyau colonial. Cette réalité avait ses raisins dans le établissement emporique originaire et, au même temps, était renforcé par la fonction économique principale de la ville : le commerce, spécialement orienté vers le monde ibérique péninsulaire. Les évidences qu’on a sur la période archaïque d’Emporion, spécialement ceux des excavations de Sant Martí d’Empúries, ont contribué à la définition de cette étape initial et a la confirmation de la préexistence d’une occupation indigène dans cet promontoire littoral ; cependant les données archéologiques, spécialement ce qui font référence à les structures d’habitation, posent aussi questions interprétatives quand on doit caractériser le noyau originaire de la Palaia Polis et signaler ses possibles particularités autour la implantation postérieure du nouveau secteur urbain de la Neapolis.

References from written sources and archaeological data reflect the endurance of the Greek and Phocaean identity of Emporion along its historical evolution until the transformations resulting from the presence of the Romans. However, the specific urban, social and cultural character of this port settlement was conditioned by the close interrelationships with the autochthonous population, which was to be found both in the surrounding area and within the colonial nucleus itself. This reality has its roots in the original emporic enclave and was reinforced over time by the city’s main economic activity, its trade, which was particularly geared towards the Iberian communities. The evidence available to us regarding the archaic phase of Emporion, especially that which has been gained from the excavations in Sant Martí d’Empúries, has contributed to the definition of the initial period of the Phocaean settlement and to confirm the preexistence of an indigenous village on this coastal promontory. However, the archaeological data, particularly those relating to the dwelling structures, raise questions of interpretation when attempting to characterise the original nature of the Palaia Polis and pointing to possible distinguishing features with regards to the later creation of the new urban sector known as the Neapolis.

Texte intégral

1La cohabitation et l’étroite relation entre l’élément phocéen et l’élément indigène à Emporion sont, sans aucun doute, un des facteurs caractéristiques de cette enclave coloniale, dès ses origines au VIe siècle av. J.-C. et tout au long de son évolution historique. La présence de populations autochtones, aussi bien à l’intérieur de l’établissement grec que dans les environs, est une réalité dont témoignent les sources écrites et qui se réfléchit également dans les données archéologiques.

Fig. 48. Carte générale Empurdan

Fig. 48. Carte générale Empurdan

2Les deux textes les plus significatifs faisant référence à la ville, que l’on doit à Strabon et à Tite-Live, mentionnent explicitement la cohabitation de la population phocéenne emporitaine et des autochtones lorsqu’ils citent des événements et des moments divers de son évolution historique. Ainsi, Strabon, réunissant des informations de sources plus anciennes, décrit de manière succincte l’intégration au noyau grec des Indicètes qui s’étaient déjà installés à proximité. Ils partagèrent dès ce moment le même site fortifié, bien que divisé à l’intérieur par un mur et, avec le temps, un cadre juridique commun «  constitué par des lois barbares et grecques  » (Géographie, III. 4, 8). Certaines preuves archéologiques ont été mises en rapport avec ce processus de symbiose ou synœcisme  : il s’agit notamment de la construction de la nouvelle muraille qui protégeait et délimitait le périmètre urbain de la ville à partir de la première moitié du IV e s. av. J.-C. Le pan Sud de cette enceinte, renforcé par de puissantes tours carrées, a été bâti sur les ruines d’un possible quartier indigène, établi antérieurement à l’extérieur du noyau le plus ancien de la Néapolis et aux pieds d’un sanctuaire suburbain (Sanmartí et al. 1986  ; Sanmartí, Castanyer, Tremoleda 1988 et 1992).

3La description qu’en fait le texte de Tite-Live (XXXIV, 9), en revanche, doit être replacée dans le cadre des événements historiques qui ont immédiatement suivi le début de la présence militaire romaine à Emporion, quelques années après la fin de la deuxième Guerre punique et dans le contexte concret du débarquement des troupes commandées par Caton en 195 avant J.-C., venues étouffer la révolte des Indicètes. Tite-Live, qui reprend en grande partie le récit de Caton lui-même (Martínez Gázquez 1992), signale la présence d’un grand établissement d’Hispani à proximité de la ville grecque, mais plus éloigné de la mer. Son existence et son éventuel emplacement ont été l’objet d’un débat historiographique mouvementé. Ce noyau de population indigène a, par ailleurs, souvent reçu le toponyme Untika ou Indika, déduit de l’ethnique présent sur les monnaies de bronze avec caractères ibériques frappées à Emporion depuis le IIe siècle av. J.-C., ou de la mention dans un texte tardif d’Étienne de Byzance.

4Les problèmes d’interprétation que supposent les références citées et leur confrontation avec les relevés archéologiques connus sur l’évolution topographique des différents établissements de l’ancienne Empúries ont été abordés à plusieurs reprises (Almagro 1951, p. 40 sq. et 75 sq.  ; Ripoll 1978  ; Pena 1985 et 1988  ; Mar, Ruiz de Arbulo 1993, p. 192-194  ; Moret 1995). Nous ne reviendrons donc pas ici sur ce sujet.

  • 1 Une petite élévation d’à peine 2 ha aujourd’hui intégrée à la côte, suite à la transformation du pa (...)

5Nous nous concentrerons plus précisément sur l’étape initiale de l’enclave d’Emporion. En effet, les renseignements la concernant sont pratiquement absents des sources anciennes, à l’exception de brèves références relatives à son origine massaliète, que l’on trouve déjà dans les périples grecs faussement attribués à Scylax de Caryanda et Scymnos de Chios (Almagro 1951, p. 23 sq.  ; Mangas, Plácido, éd. 1999, p. 447 et p. 564-565). Citons également les informations données par Strabon lui-même, sur la situation du premier établissement grec dans une petite île à proximité de la côte, que les habitants d’Emporion eux-mêmes appelaient «  la vieille ville  » (Palaiá Polis). Le contexte dans lequel se fait l’implantation stable de marchands d’origine phocéenne à l’extrémité Sud de la baie de Roses, au cours du VIe siècle av. J.-C., et la nature emporique de ce noyau originel – qui donnera son nom à la ville au cours des siècles suivants – permettent de comprendre le lien fort, établi à partir de cette époque, avec la population indigène de la région. Les résultats des fouilles archéologiques réalisées à Sant Martí d’Empúries sont, à cet égard, particulièrement précieux. Il s’agit de l’ancien promontoire littoral 1 où se trouvent les vestiges du premier établissement phocéo-massaliète, origine de la Palaiá Polis citée dans le texte de Strabon (fig. 49).

Fig. 49. Vue aérienne générale d’Emporion, avec la Néapolis au premier plan et, au fond, le village actuel de Sant Martí d’Empúries, situé sur les restes de l’ancien établissement de la Palaiá Polis.

Fig. 49. Vue aérienne générale d’Emporion, avec la Néapolis au premier plan et, au fond, le village actuel de Sant Martí d’Empúries, situé sur les restes de l’ancien établissement de la Palaiá Polis.

6Les fouilles réalisées dans le passé à cet endroit (Almagro 1964  ; Sanmartí 1982, p. 287-290) avaient déjà permis de récupérer du matériel archéologique attestant l’ancienneté du village et son antériorité par rapport à l’implantation au Sud de la petite anse naturelle, origine du secteur connu aujourd’hui sous le nom de «  Néapolis  » (Rouillard 1991, p. 249-251). Néanmoins, la première découverte de restes de constructions et de niveaux d’occupation attribuables à l’occupation archaïque de la Palaiá Polis s’est produite à l’occasion du projet de fouilles archéologiques réalisées en 1994-1995 (Aquilué dir. 1999). Ces premières preuves, bien que très partiellement conservées, ont été trouvées dans l’un des secteurs fouillés de la partie haute du promontoire, à proximité des anciens sondages de M. Almagro. Quelques années plus tard, d’autres fouilles réalisées sur un terrain situé au Nord du village actuel ont permis de mieux connaître les constructions attribuables à l’établissement archaïque et de confirmer leur continuité au cours du V e siècle av. J.-C. (Aquilué et al. 2000 et 2002). Par ailleurs, cette intervention a démontré la superposition d’autres vestiges correspondant à l’occupation postérieure du lieu, à l’époque romaine républicaine, romaine tardive, médiévale ou moderne.

7Dans les deux secteurs mentionnés, les niveaux du VIe siècle av. J.-C. recouvraient une séquence stratigraphique précédente qui, pour la première fois, apportait des preuves archéologiques claires de l’occupation indigène du promontoire, antérieure à l’installation de l’emporion phocéen. L’existence de ce noyau d’habitat autochtone avait déjà été pressentie à partir de l’étude de certains matériels céramiques obtenus lors des premiers sondages réalisés sur le site (Pons 1984, p. 32  ; Rovira, Sanmartí 1983, p. 99-101). Néanmoins, nous connaissons aujourd’hui quelques évidences de niveaux d’habitation, des éléments de construction et des dispositifs domestiques qui permettent d’entrevoir les caractéristiques de ce village préexistant. Nous nous appuyons également sur un ensemble important de matériels archéologiques qui peuvent servir à établir son évolution chronologique.

L’occupation indigène antérieure à l’établissement phocéen

8Les débuts de cet établissement côtier correspondent, en fait, à un horizon chrono-culturel du Bronze final II/IIIa, qui remonte aux premiers siècles du premier millénaire avant notre ère. C’est à cette période que commencent à se concrétiser les schémas qui caractérisent la structure du peuplement indigène de la région. Cette première occupation (phase I) est surtout connue grâce aux matériels céramiques fournis par les strates les plus profondes sur le sous-sol calcaire naturel du promontoire (Esteba, Pons 1999). Les fouilles de 1998, quant à elles, ont dégagé quelques vestiges d’habitat de cette période, mais encore trop limités  : traces de ce qui pourrait être un fond de cabane, des structures de combustion et quelques fosses. S’y ajoute la découverte d’un dépôt de bronzes formé de haches et d’autres outils, entiers ou fragmentaires, destinés à être refondus (Santos 2007).

9Cependant, l’occupation indigène immédiatement antérieure à l’installation de l’emporion phocéen, celle qui, ici, nous intéresse le plus, correspond à une période chronologique plus récente, située entre la seconde moitié du VIIe siècle et les premières décennies du VIe siècle av. J.-C. En ce qui concerne les caractéristiques et l’évolution de cet habitat portuaire du Premier âge du fer, les données fournies par les fouilles sont beaucoup plus claires.

10Ainsi, les structures de l’habitat de la première étape du village (phase IIa) semblent surtout se situer sur la partie la plus élevée du promontoire, à l’Est, afin de contrôler le littoral et l’accès, par le Nord, à l’ancien estuaire du fleuve et, par le Sud, à une petite baie naturelle utilisable comme zone d’abri et de mouillage des embarcations. Les restes de constructions trouvés sur la Plaça Major de Sant Martí, bien que partiels, prouvent l’existence de cabanes de forme subrectangulaire, bâties avec de l’argile (torchis) sur une structure végétale, et avec quelques pierres à la base des murs. Les espaces domestiques sont regroupés et juxtaposés. Ils semblent former des blocs séparés par des espaces de circulation à usage collectif (Castanyer et al. 1999, p. 105-114  ; Aquilué et al. 2002, p. 306-307). Dans l’espace intérieur des cabanes on a trouvé des sols en argile et des structures de combustion, comme quelques soles de foyers et un petit four domestique (fig. 50).

Fig. 50. Détail d’un petit four domestique, appartenant à la phase la plus ancienne d’occupation du village du Premier âge du fer établit sur le promontoire de Sant Martí d’Empúries.

Fig. 50. Détail d’un petit four domestique, appartenant à la phase la plus ancienne d’occupation du village du Premier âge du fer établit sur le promontoire de Sant Martí d’Empúries.

11À une période plus récente (phase IIb), qui se prolonge jusqu’aux premières décennies du VIe siècle av. J.-C., la surface occupée par le village semble avoir augmenté, à partir des informations de la séquence fouillée en 1998 sur le versant Nord du promontoire. À cet endroit, la plupart des évidences correspondent plutôt à une zone ouverte à usage collectif, probablement consacrée aux activités de mouture et au traitement des céréales (essentiellement de l’orge).

12À l’heure actuelle, les restes du Premier âge du fer découverts à Sant Martí d’Empúries constituent les seules structures d’habitat connues pour cette période dans la zone emporitaine. Cependant, ce petit village portuaire a pu exister en même temps que d’autres éventuels établissements situés à proximité, notamment autour des terres alluviales cultivables. Les données carpologiques indiquent effectivement que l’agriculture s’intensifie à partir de cette période (Buxó 2001, p. 68-70). Dès le début, le modèle d’occupation a été conditionné par les caractéristiques particulières du paléo-paysage de cette partie Sud-Est de la plaine de l’Alt Empordà (Marzoli 2005)  : un ensemble de collines proches de la mer constituant l’extrémité septentrionale du massif tertiaire du Montgrí, à côté desquelles se trouvaient les anciens estuaires du Ter Vell et du Fluvià, ainsi que la formation, qui en découle, d’aires humides et de marais dans les zones basses proches de la côte et de terres alluviales le long des cours d’eau. Soulignons à cet égard l’information récemment fournie par d’autres sites archéologiques situés aux alentours du paléo-lit du Ter, non loin de son ancienne embouchure à Empúries, comme celle relative aux matériels archéologiques de cette période trouvés à Mas Gusó de Bellcaire (Casas, Soler 2004, p. 29-38) et, surtout, la nécropole à incinération située sur le versant Sud de la colline de Vilanera (l’Escala), à ce jour partiellement fouillée (Agustí et al. 2004  ; Aquilué et al. 2008a). Le développement de cet important espace funéraire commence au Bronze final, parallèlement à l’utilisation de la nécropole et de l’habitat probable de Parrallí, sur la colline proche de Les Corts (Almagro 1955, p. 337-356  ; Pons 1984, p. 37 et 90-92). Cependant, la plupart des tombes à incinération de Vilanera, regroupées autour de quelques grandes structures tumulaires, correspondent au Premier âge du fer (VIIe siècle-début du VIe siècle av. J.-C.). Cette nécropole est donc contemporaine du village de Sant Martí d’Empúries (fig. 51).

Fig. 51. Urne indigène en céramique non tournée, provenant d’une des tombes d’incinération de la nécropole de Vilanera (l’Escala).

Fig. 51. Urne indigène en céramique non tournée, provenant d’une des tombes d’incinération de la nécropole de Vilanera (l’Escala).

13Jusqu’à présent, nous manquons de données concluantes sur la situation, à cette époque, d’autres implantations situées à proximité de cette nécropole. Mais tout semble indiquer qu’elles ont existé, de manière plus ou moins concentrée ou dispersée, et que le site de Sant Martí, situé à quelques kilomètres, faisait partie de la même structure de peuplement de la zone. La fonction du village côtier était, sans doute, fortement liée aux activités de la mer – la pêche et les relations avec les navigations commerciales – favorisées par son emplacement stratégique. Les matériels fournis par les différents niveaux d’occupation du village de Sant Martí d’Empúries et surtout par les ensembles funéraires de Vilanera semblent prouver, en effet, le rôle clé dans les échanges de cet établissement indigène qui a su attirer, dès la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C., l’intérêt du commerce phénicien (Santos 2003  ; Aquilué et al. 2008a) (fig. 52).

Fig. 52. Pithos en céramique peinte, faisant partie du groupe d’importations phéniciennes provenant des ensembles funéraires de Vilanera.

Fig. 52. Pithos en céramique peinte, faisant partie du groupe d’importations phéniciennes provenant des ensembles funéraires de Vilanera.

14L’arrivée d’autres produits d’origine étrusque ou grecque, apportés par les navigations commerciales qui, depuis le Golfe du Lion, rejoignaient l’extrémité de la baie de Roses, est attestée dès le début du VIe siècle av. J.-C. Le pourcentage de ces importations, dans les niveaux les plus récents de l’habitat indigène de Sant Martí, est certainement très faible, ce qui nous pousse à les situer à l’époque du début des contacts avec l’emporía phocéenne qui, depuis Massalia, lança les premières navigations de reconnaissance des régions indigènes les plus dynamiques et ouvertes aux échanges.

Les structures archaïques de la Palaiá Polis

15La période d’occupation suivante est caractérisée par les transformations dont témoignent les fouilles réalisées à Sant Martí d’Empúries (phase III). Ces transformations ont été interprétées comme étant le résultat de l’installation de l’emporion phocéo-massaliète à partir du deuxième quart du VIe siècle av. J.-C., une initiative qui signifia la cristallisation des contacts initiés à la période précédente (Castanyer, Santos, Tremoleda 1999  ; Santos 2003). Il s’agirait donc de la première enclave stable de peuplement grec en cet endroit. Elle serait à l’origine de la Palaiá Polis d’Emporion, peu importante du point de vue du nombre d’individus installés, directement concernés par une activité commerciale tolérée et favorisée par la population indigène.

16Il convient de signaler néanmoins que la séquence stratigraphique établie à Sant Martí ne permet pas de détecter de césure ni de hiatus chronologique significatif par rapport au village préexistant. Malgré cette continuité de l’occupation du promontoire, certains éléments signalent clairement un point de rupture par rapport à la période précédente. Il est tout particulièrement évident dans les restes récupérés par les fouilles de 1998, et attribués au premier établissement archaïque emporitain (Aquilué et al. 2002, p. 309-316). Nous détaillerons dans ce qui suit ces éléments de rupture relevés dans le registre archéologique, qui permettent de déduire un changement significatif de la nature de l’établissement.

17D’un point de vue strictement stratigraphique, les niveaux d’occupation et les restes de construction de cette nouvelle étape s’installent directement sur des strates d’abandon des structures indigènes précédentes (phase IIIa1).

18Par ailleurs, la composition des contextes de matériels archéologiques subit un changement substantiel  : face à la prédominance absolue des céramiques de tradition autochtone dans les niveaux du village du Premier âge du fer, une baisse progressive des pourcentages de céramique indigène apparaît dans les phases suivantes. Cette baisse est encore plus forte si on tient compte de la possible inclusion de nombreux fragments résiduels de céramique non tournée, venant des niveaux plus profonds de la stratigraphie. En plus, l’augmentation de la proportion de l’ensemble de matériels d’importation qui en découle, s’accompagne d’un changement significatif de leur composition, ce qui traduit sans doute un nouveau contexte d’échanges. Ainsi, l’arrivée de produits transportés dans des amphores d’origine phénicienne est pratiquement interrompue. Cela correspond au recul, à partir du deuxième quart du VIe siècle av. J.-C., de l’activité commerciale développée par les enclaves phéniciennes méridionales et celles d’Ibiza le long de la façade méditerranéenne de la péninsule. En revanche, l’augmentation du pourcentage des éléments de vaisselle d’origine grecque est très claire de même que, parmi les amphores, celle des fragments d’amphores vinaires d’origine étrusque (Aquilué et al. 2000, 2004 et 2006). La composition des contextes archéologiques de Sant Martí d’Empúries, à partir du deuxième quart du VIe siècle av. J.-C, représente ainsi une preuve évidente de l’intégration de ce petit comptoir portuaire dans la nouvelle dynamique du commerce maritime du littoral Nord-Ouest de la Méditerranée, après l’implantation phocéenne à Massalia.

19Parmi la céramique grecque provenant des niveaux archaïques de la Palaiá Polis, la proportion de vaisselle peinte à pâte claire élaborée dans des ateliers massaliètes est relativement significative, parallèlement à une présence peu importante d’importations originaires de la Grèce de l’Est, corinthiennes, attiques ou magno-grecques. Nous pouvons également citer la présence d’une production locale de céramique grise monochrome, dont les caractéristiques de fabrication et le répertoire formel sont semblables à ceux des productions de Massalia et d’autres ateliers occidentaux de ce type de vaisselle de tradition gréco-orientale (Aquilué et al. 2000, p. 318-326).

20Les restes de structures qui correspondent à la première période du nouvel établissement (phase IIIa2), datant d’avant le milieu du VIe siècle av. J.-C., sont justement à rapprocher de cette activité artisanale (fig. 53). Celle-ci semble fondamentalement destinée à répondre à la demande locale et peut être considérée comme l’un des indicateurs archéologiques de l’installation stable d’un premier groupe de gens d’origine phocéenne, sans doute étroitement lié à l’activité commerciale réalisée à l’emporion. Aux côtés des vestiges de simples fours circulaires, de petites dimensions (à peine 1 m à 1,10 m de diamètre), utilisés pour la fabrication de vaisselle tournée en céramique grise, d’autres pièces de céramique commune et de mortiers, les fouilles de 1998 ont mis à jour d’autres vestiges attribués aux espaces domestiques de cette première période et, également, aux phases qui ont suivi l’établissement (phases IIIa2 à IIIe). Ses caractéristiques de construction représentent également un saut qualitatif évident par rapport aux structures du village indigène précédent (Aquilué et al. 2002, p. 309-316). Il s’agit maintenant de constructions rectangulaires ou quadrangulaires, dont les parois sont bâties avec des briques crues – généralement observées uniquement par fragments dans les niveaux de destruction – qui s’appuient sur des soubassements à double parement en pierres calcaires irrégulières, unies par de l’argile, suivant un tracé et une technique de réalisation relativement soignés.

21Le contraste, par rapport aux cabanes indigènes antérieures, est évident. Le résultat est une nouvelle installation qui doit être associée à un changement important de sa nature, conséquence de l’installation phocéenne à cet endroit. Les caractéristiques constructives mentionnées ne diffèrent en rien de ce que laissent voir les structures archaïques d’autres établissements coloniaux, notamment celles de Massalia (Gantès 1992, p. 72-79  ; Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 49-51  ; Bouiron, Tréziny éd. 2001, p. 419-421 et p. 425-426). Elles seront également systématiquement utilisées pour les constructions ultérieures de la ville emporitaine. Il faut reconnaître néanmoins que l’utilisation de la brique crue, sur des soubassements en pierre, connaît une longue tradition antérieure dans le monde indigène de la péninsule (synthèse dans Moret 2002b, p. 381-382) et que, dans la région du Sud de la Catalogne, elle est pleinement attestée dès le Premier âge du fer (Belarte 1997, p. 67-71). Une transformation semblable des procédés de construction est attestée archéologiquement à une époque un peu plus récente dans l’habitat ibérique des environs d’Empúries, un phénomène où les influences coloniales pourraient rejoindre le processus d’évolution des techniques indigènes. Dans le cas précis d’Ullastret, l’introduction de l’utilisation de la brique crue sur des soubassements en pierre semble remonter à la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. (Martin et al. 1999, p. 315-316). Un phénomène similaire est aussi attesté au-delà des Pyrénées, dans la région occidentale du Languedoc où des gisements tels que ceux de La Monédière (Bessan), La Moulinasse (Salles d’Aude) ou Pech Maho (Sigean) témoignent de la première diffusion de ces nouvelles techniques de construction (Nickels 1976  ; Passelac 1995  ; Moret 2002a, p. 330-338).

22Mais c’est surtout la typologie des constructions relevées dans la Palaiá Polis qui a posé le plus de problèmes d’interprétation. Les structures de l’habitat archaïque découvertes lors des fouilles de la Plaça Major étaient trop fragmentaires pour permettre d’étudier la nouvelle organisation du site (Castanyer, Santos, Tremoleda 1999, p. 221-227, fig. 214). De leur côté, les restes découverts en 1998 définissent des espaces domestiques dont les caractéristiques architecturales sont très simples. Il s’agit d’espaces rectangulaires, très allongées, de caractère multifonctionnel, et qui s’ouvrent, au Sud, sur une rue ou un espace de circulation suivant la pente, d’Est en Ouest, sur ce versant du promontoire (Aquilué et al. 2002, p. 309-316).

23Le tracé de cette rue semble remonter jusqu’à la phase d’occupation antérieure au milieu du VIe siècle (phase IIIa2), époque à laquelle est déjà attesté un espace construit selon les caractéristiques mentionnées, de forme légèrement trapézoïdale. Il ne présentait pas de séparations intérieures évidentes et sa longueur était d’environ 8 m. La largeur intérieure varie entre 3,20 et 2,80 m, avec une surface utile d’environ 24 m2 (fig. 53). Les soubassements en pierre de ses murs sont partiellement conservés, en raison de l’arasement motivé par la superposition des constructions suivantes et de la présence d’une grande fosse creusée à la période romaine tardive. Les parties conservées de ce solin montrent parfois un tracé peu rectiligne, d’une épaisseur d’environ 46 cm, et incluent parfois quelques briques crues dans son parement, d’environ 30 cm de largeur visible et de 7/8 cm d’épaisseur. Le revêtement de sol intérieur était réalisé avec de l’argile rougeâtre compactée et on y trouve également une sole de foyer sur une base réfractaire faite de fragments d’amphores étrusques.

Fig. 53. Structures correspondant à la première phase de l’habitat archaïque de la Palaiá Polis (phase IIIa2), qui incluent des petits fours pour la fabrication de vaisselle en céramique grise monochrome de tradition phocéenne, comme la cruche figurant sur l’image.

Fig. 53. Structures correspondant à la première phase de l’habitat archaïque de la Palaiá Polis (phase IIIa2), qui incluent des petits fours pour la fabrication de vaisselle en céramique grise monochrome de tradition phocéenne, comme la cruche figurant sur l’image.

24Cependant, c’est dans la restructuration que semble avoir connu le noyau dans le dernier tiers du VIe siècle (phase IIIc), que nous pouvons le mieux observer l’alignement régulier de plusieurs espaces de ce type, aux dimensions assez uniformes et aux proportions étroites – largeur intérieure de 2,40 m seulement – et relativement profondes – une longueur indéterminée mais supérieure à 6,5/7 m – qui s’adaptent à la légère inclination du terrain. Sa surface utile devait à peine atteindre les 20 m2. La technique de construction utilisée est la même que celle décrite précédemment, soubassements en pierre calcaire supportant des parois de briques crues. Mais les restes montrent un tracé presque rectiligne et des parements soignés, qui fonctionnent avec des pavements formés de diverses couches d’argile superposées. Les quatre espaces relevés font partie d’un même bloc de constructions. Ils partagent des murs mitoyens d’environ 40 cm d’épaisseur, dont les assises de la base sont plus larges et encastrées dans une petite tranchée creusée dans le sol. Elles formaient donc une ligne continue de façade au Nord de la rue mentionnée précédemment, qui fonctionnait comme axe d’aménagement de cette zone Nord du promontoire (fig. 54 et 55). Sur le mur de la façade, plus large – 45/50 cm d’épaisseur, avec des assises inférieures jusqu’à 55/60 cm –– et parfois renforcé par de grands blocs calcaires, s’ouvraient les accès aux différents espaces. La présence de quelques soles de foyer et, en général, le matériel archéologique associé, semble signifier une utilisation domestique de ces espaces. Nous ne disposons d’aucun autre indice prouvant une utilisation spécifique comme lieux de stockage ou pour d’autres activités artisanales. Les restes conservés ne permettent pas, néanmoins, de confirmer la présence d’éléments de séparation de l’espace intérieur, banquettes adossées aux murs latéraux ou tout autre type de dispositif domestique. Également, on n’a pas documenté des ouvertures reliant les différents espaces, qui semblent former des unités indépendantes remplissant plusieurs fonctions.

Fig. 54. Vue des fouilles pratiquées en 1998 à Sant Martí d’Empúries, avec les vestiges des constructions correspondant à l’occupation de la Palaiá Polis à partir du dernier tiers du VIe siècle et durant le Ve siècle av. J.-C. (phases IIIc/IIIe). À gauche se superposent quelques structures postérieures du IIe siècle av. J.-C.

Fig. 54. Vue des fouilles pratiquées en 1998 à Sant Martí d’Empúries, avec les vestiges des constructions correspondant à l’occupation de la Palaiá Polis à partir du dernier tiers du VIe siècle et durant le Ve siècle av. J.-C. (phases IIIc/IIIe). À gauche se superposent quelques structures postérieures du IIe siècle av. J.-C.

Fig. 55. Reconstitution de l’aspect des maisons tardo-archaïques relevées à Sant Martí d’Empúries (phase IIIc) (dessin : J. Sagrera).

Fig. 55. Reconstitution de l’aspect des maisons tardo-archaïques relevées à Sant Martí d’Empúries (phase IIIc) (dessin : J. Sagrera).

25L’espace de la rue présentait une superposition de sols de circulation, formés de cailloux, de gravier et de sable, ainsi que de nombreux tessons de céramique et des restes de coquillages. D’une largeur assez régulière, environ 3 m, il est délimité au Sud par d’autres murs de constructions partiellement découvertes pouvant répondre à un système d’aménagement différent.

26Le type d’implantation relevé au Nord de la rue n’a pratiquement pas changé à la période suivante, bien qu’aux alentours du milieu du V e s. av. J.-C. le terrain ait été légèrement surélevé et les espaces d’habitation reconstruits. Ceux-ci ont conservé des proportions et une forme pratiquement identiques mais certains d’entre eux se sont vus dotés d’un petit porche ou auvent devant la porte d’accès, délimité par le prolongement des murs latéraux qui forment donc des petites antes (fig. 56). Dans un de ces nouveaux espaces il y avait aussi un mur intérieur ou un soubassement, parallèle à la paroi latérale, avec une fonction indéterminée. La séquence d’occupation mise au jour lors des fouilles arrive jusqu’au début du IV e s. av. J.-C., époque à laquelle il faut attribuer les niveaux d’abandon de ces constructions. Il ne faut pas exclure la possibilité que les déblaiements successifs aient fait disparaître d’autres preuves de la continuité de l’habitat de la Palaiá Polis à partir de cette époque  ; en tout cas, les restes ultérieurs de construction mis au jour par les fouilles correspondent déjà au IIe s. av. J.-C.

Fig. 56. Plan des vestiges correspondant à la reconstruction des espaces d’habitation dans les environs de 450/425 av. J.-C. (phase IIIe), qui reposent sur les structures précédentes (en gris).

Fig. 56. Plan des vestiges correspondant à la reconstruction des espaces d’habitation dans les environs de 450/425 av. J.-C. (phase IIIe), qui reposent sur les structures précédentes (en gris).

27Il ne faut pas oublier que la surface étudiée à ce jour ne représente qu’une petite partie de l’ancien établissement. Les constructions décrites introduisent un autre élément ambivalent dans la définition de la nature de ce noyau et de l’identité de ses habitants. S’agit-il d’un type particulier d’espaces domestiques introduit par la population grecque installée dans l’emporion, ou bien nous trouvons-nous devant la preuve d’une influence directe des formes d’habitat indigène dans la nouvelle implantation phocéenne  ? Ou peut-être même est-ce la preuve de la continuité de la présence de population autochtone qui occupait le promontoire de Sant Martí  ?

  • 2 Voir aussi les contributions de P. Moret et de C. Belarte dans ce même volume (p. 329-332 et p. 319 (...)

28Comme cela a déjà été souligné (Aquilué et al. 2002, p. 322-323, Moret 2002a et 2002b) 2, il faut reconnaître que ces constructions particulières de la Palaiá Polis ne trouvent pas facilement leur place dans l’architecture domestique grecque de cette étape chronologique. La construction d’unités domestiques simples, de forme quadrangulaire et aux fonctions multiples, parfois dotées de porche ou d’antichambre à l’avant, trouve sans doute ses origines dans la typologie de l’habitat grec, et se serait finalement imposée sur les autres types de maisons, de forme ovale ou en abside, avec lesquelles elles coexistèrent à l’époque géométrique. Ces structures orthogonales simples, s’adaptant plus facilement à un aménagement urbain plus ou moins régulier, sont également présentes dans les phases plus anciennes de l’urbanisme des établissements coloniaux. Cependant, au cours des VIIe et VIe siècles av. J.-C. des structures domestiques plus complexes se développent déjà (synthèse dans Lang 1996 et 2002). Elles disposent de deux espaces ou plus, accessibles par un couloir, un espace transversal ou à partir d’une cour intérieure. Elles préfigurent les schémas développés par la suite dans l’architecture domestique grecque. Mais les exemples de continuité d’unités plus simples formées d’un seul espace d’habitation carré ou rectangulaire, ou divisé en deux espaces de surface inégale, ne manquent pas non plus. Quant aux établissements phocéens de Méditerranée occidentale, les données de Massalia sont encore assez limitées. Lors des fouilles réalisées dans le secteur de la ville archaïque, des constructions réalisées à partir de soubassements en pierre et de parois de briques crues ont été attestées, comme nous l’avons signalé plus haut. Elles formaient des espaces domestiques de forme quadrangulaire, composés parfois de deux pièces ou plus, aux dimensions le plus souvent réduites (Gantès 1992, fig. 3-4  ; Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 49-51  ; Rothé, Tréziny coord. 2005, p. 317, p. 417-434). Parmi les structures datées entre les dernières décennies du VIe siècle et le début du V e s. av. J.-C., il convient de signaler une juxtaposition d’espaces rectangulaires d’environ 4 m de large, accolés au mur de soutènement d’une terrasse supérieure et relevés lors des fouilles de la rue de la Cathédrale. Le fait que seuls des fragments de ces structures soient connus, empêche de savoir s’il s’agissait d’espaces indépendants ou s’ils formaient une unité plus complexe (Gantès, dans Bouiron, Tréziny ed. 2001, p. 421, fig. 4.4).

29Le cas de Hyele/Élée fournit une vision plus complète des caractéristiques de l’habitat d’un établissement colonial phocéen qui se développe précisément à l’époque tardo-archaïque (Cicala 2002, avec la bibliographie précédente). Si on laisse de côté la particularité de leurs caractéristiques constructives – comme l’utilisation de l’appareil polygonal en plus de la combinaison habituelle de soubassements en pierre et de parois de briques crues, il faut signaler que parmi les diverses solutions planimétriques relevées, rares sont les exemples de maisons monocellulaires. Ce qui prévaut surtout ce sont les unités d’habitation rectangulaires divisées en deux espaces inégaux qui suivent une disposition linéaire. Leurs accès sont généralement situés sur le côté le plus large de l’édifice. Il existe néanmoins quelques exemples d’espaces plus carrés précédés d’un petit porche délimité par des antes. La présence de maisons plus complexes, composées de plus de deux pièces semble être en revanche minoritaire, contrastant ainsi avec les exemples d’édifices domestiques plus articulés, avec des pièces remplissant diverses fonctions, qui sont déjà connus dans d’autres centres coloniaux à une époque antérieure. Cette simplicité et le traditionalisme relatif des plans, des constructions et de la conception même de l’espace domestique à Élée ont été interprétés, d’ailleurs, comme des éléments de l’identité phocéenne de la ville (Cicala 2002, p. 301-306).

30Dans cette problématique, la particularité des restes relevés à Sant Martí d’Empúries, au-delà du caractère simple de son implantation, est surtout due aux dimensions réellement étroites des différents espaces. Le remarquable développement en longueur vient compenser cette étroitesse, avec une proportion qui dépasse 1 :3. Aujourd’hui, en raison de notre connaissance très partielle des structures archaïques, il est impossible de savoir avec certitude si la typologie singulière de ces constructions a coexisté avec d’autres formes d’habitat. La distribution de l’espace selon un simple alignement d’unités monocellulaires est une tradition très ancienne en Méditerranée et pourrait être conditionnée par la topographie spécifique de ce secteur précis du promontoire. Ces facteurs ne la rendraient pas incompatibles avec une origine spécifiquement grecque de l’implantation (Moret 2002a, p. 345  ; 2002b  ; Moret dans ce volume, p. 329-332).

31Néanmoins, comme dans le cas des techniques de construction utilisées, il est inévitable d’établir un parallèle avec les espaces domestiques similaires du monde indigène, de forme rectangulaire plus ou moins profonde, souvent juxtaposés et avec des murs mitoyens, formant des blocs accessibles depuis la rue ou les espaces d’utilisation collective. La diffusion de ce type d’habitat est étroitement liée à l’introduction de constructions solides en pierre et briques crues. Il trouve ses origines à une époque bien antérieure, comme dans le cas des villages du Bronze final de la moyenne vallée de l’Èbre. Au Nord-Est de la péninsule, on commence à le trouver à partir du Premier âge du Fer, notamment dans les gisements proches du cours inférieur de l’Èbre, mais il est surtout présent dans l’urbanisme ibérique (synthèse sur ce sujet dans Moret 2002a et 2002b  ; Belarte 1997, p. 152-153 et dans ce volume, p. 319-328). Dans le territoire proche d’Emporion, les gisements de Puig de Sant Andreu à Ullastret (maisons de la zone 9) et Mas Castellar de Pontós (Pons et al. 2005, fig. 5) fournissent des exemples de constructions de forme rectangulaire, également dotées de petits porches ou d’antichambres à l’avant. Leur chronologie ne peut cependant pas être remontée au-delà de la seconde moitié du V e s. av. J.-C. En revanche, d’autres parallèles peuvent être faits avec des gisements situés à proximité de la côte languedocienne. Leur date est plus ancienne, comme dans le cas de la maison mise à jour à La Moulinasse, dans la vallée de l’Aude, dont la construction remonte à la seconde moitié du VIe s. av. J.-C. (Passelac 1995). Des similitudes ont été aussi détectées pour cette période avec le site de Pech Maho, où a été relevée une juxtaposition d’espaces quadrangulaires allongés, avec des murs mitoyens, constituant des blocs de constructions accolés à un pan de muraille (Gailledrat, Solier 2004, p. 375-382). Selon P. Moret (2002a, p. 338), il se pourrait que nous nous trouvions dans le cas d’un exemple de confluence d’influences ibériques et coloniales – dans ce cas, du type de structures présentes dans la Palaiá Polis emporitaine – dans le nouveau mode d’organisation de l’habitat.

32Pour en revenir aux constructions relevées à Sant Martí d’Empúries, la problématique ambivalente qu’elles suscitent – pour déterminer si elles doivent être considérées comme des innovations introduites par l’installation phocéenne ou comme un résultat de l’évolution de la tradition architecturale indigène, – est difficile à résoudre, sachant qu’il est impossible de les confronter correctement à d’autres exemples emporitains de la même période. Cependant, il faut souligner le fait que les restes des structures découverts dans la Palaiá Polis semblent faire partie d’une organisation précise et prédéterminée du noyau qu’il paraît logique d’associer à la création de l’emporion phocéen. Nous pensons que la rue orientée S.-E./N.-O., qui déjà avant le milieu du VIe s. av. J.-C. desservait la partie Nord du site, faisait sans doute partie d’une première structure urbaine adaptée au relief naturel du lieu. L’organisation de l’établissement archaïque, malgré sa petite superficie, aurait été complétée par une ou deux autres voies plus ou moins parallèles qui rendaient possible la liaison entre la partie plus escarpée du promontoire et la partie inférieure, facilement accessible depuis la zone portuaire, et avec les espaces découverts, à usage collectif, et d’autres voies éventuelles Nord-Sud. Néanmoins, il faut reconnaître qu’en dehors des restes partiels trouvés sur la Plaça Major, nous ne disposons pour le moment d’aucune autre preuve permettant de reconstituer la structure de cette première implantation.

33Comme cela a déjà été dit, le tracé de la rue relevé sur le terrain fouillé en 1998 subsiste lors des phases successives de la Palaiá Polis, malgré quelques modifications et la reconstruction des édifices situés le long de son parcours. Les espaces situés au Nord ont la même orientation N.-E./S.-O., légèrement oblique par rapport à l’axe de la voie. Ils sont sans doute le résultat d’une distribution organisée de l’espace reprenant un aménagement préexistant, qui ne variera presque pas lors de la reconstruction du V e s. av. J.-C. On a voulu accentuer le caractère grec de cette implantation (Moret 2002a, fig. 119  ; 2002b, p. 388-389), notamment par la tentative de chercher l’utilisation d’un tracé régulateur s’appuyant sur une unité de mesure coïncidant avec le pied ionique-attique de 29,5/30 cm, utilisé dans le monde phocéen occidental depuis l’époque archaïque (Tréziny 1989). Ainsi la largeur de la rue, d’environ 3 m, équivaudrait à un module de 10 pieds, théoriquement utilisé aussi dans la répartition de l’espace situé au Nord, en prenant comme référence la largeur des espaces, mesurée dans l’axe des murs, bien que les dimensions réelles fussent légèrement plus étroites (une largeur intérieure de seulement 2,40 m et une distance approximative entre les axes des murs mitoyens de 2,80 m). L’état de conservation des structures et le caractère partiel des restes découvertes appellent cependant à une certaine prudence quant à la recherche d’un schéma régulateur applicable à l’agencement de la Palaiá Polis.

Le développement de la ville grecque d’Emporion et la coexistence avec l’élément indigène

34La restructuration de la Palaiá Polis dans la seconde moitié du VIe s. av. J.-C. coïncide avec un moment d’inflexion particulièrement important de l’évolution de l’établissement. Dans le nouveau contexte historique dû au passage de la métropole phocéenne aux mains de l’armée perse, au résultat de l’affrontement naval avec les Étrusques et les Carthaginois sur les eaux de la mer Tyrrhénienne et au renforcement du rôle de Massalia sur les routes du commerce maritime vers l’Occident, le rôle de l’enclave emporitaine se conforte dans sa fonction de port d’escale et de vecteur de navigations commerciales clairement tournées vers le littoral ibérique de la péninsule. Le développement de l’emporion phocéen originel et sa transformation en petite polis coloniale, étroitement liée à l’activité portuaire, fera apparaître le besoin d’étendre la zone habitée sur la côte située au Sud du port naturel. Cela donnera naissance à ce qui sera le secteur urbain principal d’Emporion, connu aujourd’hui sous le nom moderne de «  Néapolis  » (supra, fig. 49).

35Même si nous avons voulu concentrer notre contribution sur l’étape archaïque de l’établissement et sur ses précédents, avec un intérêt particulier pour les données fournies par les fouilles de Sant Martí d’Empúries, nous aborderons brièvement, pour terminer, la situation créée après cette nouvelle implantation sur la «  terre ferme  », également citée dans le texte de Strabon (III, 4, 8).

36Les contextes archéologiques les plus anciens de la Néapolis semblent confirmer la contemporanéité entre sa première occupation et les phases d’habitation de la Palaiá Polis à partir du troisième quart du VIe s. av. J.-C. Le premier établissement se centre sur la zone la plus proche de la limite Sud du port, avec une probable utilisation comme espace sacré de la partie la plus élevée de ce secteur, endroit connu sous le nom de Torre Talaia. Mais c’est surtout au cours des dernières décennies de ce siècle et au début du V e s. av. J.-C. que semble prendre corps la première structure urbaine de la Néapolis. C’est ce qui ressort des données, toujours extrêmement partielles, de différents sondages stratigraphiques réalisés lors des fouilles effectuées sous la supervision d’Emili Gandia entre 1908 et 1936 et plus tard, à l’initiative de Martín Almagro (Ruiz de Arbulo 1994). C’est aussi ce qu’indiquent les résultats, en grande partie encore non publiés, d’autres travaux de fouilles plus récents dans le secteur Nord du site, ainsi que ceux des interventions actuellement en cours dans le secteur de la stoa hellénistique et à côté de l’édifice actuel du Musée (Aquilué et al. 2008b). En ce qui concerne ces dernières fouilles, il faut souligner la découverte de structures qui formaient la limite Nord-Ouest de l’enceinte déjà à l’époque tardo-archaïque et l’accès depuis la paléo-plage qui existait au Sud de la petite anse naturelle, à côté duquel nous pouvons situer la présence probable d’un sanctuaire portuaire.

Fig. 57. Inscription ibérique sur lame de plomb, retrouvée durant les fouilles du secteur méridional de la Neápolis (Sanmartí 1988).

Fig. 57. Inscription ibérique sur lame de plomb, retrouvée durant les fouilles du secteur méridional de la Neápolis (Sanmartí 1988).

37Cependant, les données sur les plus anciennes structures d’habitation de la Néapolis sont aujourd’hui insuffisantes (Aquilué et al. 2002, p. 317-322) et interdisent malheureusement de les confronter correctement à celles de la Palaiá Polis décrites plus haut. Les éléments relevés lors des sondages (vestiges de murs, revêtements de sol, structures de combustion, niveaux d’utilisation de rues) sont trop partiels et sans relations les uns avec les autres pour recréer la physionomie du premier établissement. Dans le cas des fouilles réalisées en 1985 dans le secteur Nord de la Néapolis, il a été possible d’obtenir une vision plus large de certains espaces domestiques des V e et IV e siècles av. J.-C. Ils furent bâtis avec des murs en briques crues et des soubassements en pierre et disposaient de sols en terre compactée, ainsi que de bases carrées pour des foyers ou braséros (Aquilué et al. 2002, p. 319, pl. XI). Nous ne pouvons cependant pas certifier qu’il s’agit de pièces d’une construction domestique déjà plus complexe. Par ailleurs, grâce aux fouilles actuellement en cours dans le secteur occupé au IIe s. av. J.-C. par la stoa de l’agora, il semble se dessiner l’existence antérieure d’un aménagement plus ou moins régulier, avec des rues étroites orientées du Nord au Sud et d’autres voies perpendiculaires dans le sens Est-Ouest. Cette forme d’urbanisme pourrait remonter à l’époque tardo-archaïque.

38D’autre part, nous ne disposons pas, pour le moment, d’études comparatives détaillées des contextes archéologiques de la seconde moitié du VIe s. et du V e s. av. J.-C., qui procèdent des deux secteurs mentionnés du comptoir phocéen. Elles pourraient apporter des données susceptibles d’indiquer aussi des différences dans leur nature, peut-être avec une composition sociale et un contexte culturel à caractère plus mixte ou, en tout cas, plus ambigu dans le cas de la Palaiá Polis, et de caractère bien plus grec et colonial dans celui de la «  Néapolis  ».

39Une fois le nouvel établissement créé, l’intensification progressive de l’activité portuaire et commerciale a sans doute provoqué une croissance de la population dans les alentours emporitains, là où, aux côtés des éléments grecs d’origine phocéenne, auraient toujours été présents les autochtones. Ces derniers participaient certainement à l’activité commerciale et s’intégraient sûrement même à la communauté coloniale grâce à des unions mixtes. Pour la population indigène de cette région, son identification avec les Misgetes mentionnés par Hécatée de Milet (selon Etienne de Byzance) a parfois été proposée (Sanmartí 1993a, p. 88  ; 1993b, p. 20). Plus tard, ils feront partie du groupe ethnique ibérique des Indicètes qui occupait les territoires de l’extrémité Nord-Est de la péninsule. Comparée aux données dont nous disposons aujourd’hui sur le premier âge du Fer, paradoxalement, l’information sur la présence d’habitats indigènes proches et contemporains du premier développement urbain du noyau portuaire phocéen est encore limitée.

40Dans ce sens, on a souvent insisté sur l’emplacement de la nécropole paléo-ibérique de la «  Muraille NE  », contemporaine de l’habitat archaïque de la Palaiá Polis et des phases d’occupation plus anciennes du nouvel établissement créé au Sud du port (fig. 58). L’utilisation de ce secteur funéraire, dont nous ne connaissons que 17 tombes à incinération et quelques rares sépultures d’enfants (Almagro 1955, p. 357-399), pourrait être liée à la présence d’un groupe de population autochtone installé dans l’enclave coloniale même. La présence de céramiques grecques et étrusques parmi les vases d’accompagnement confirme, comme dans l’exemple précédent des importations phéniciennes de Vilanera, la rapide incorporation de ces éléments apportés par le commerce emporique aux rituels funéraires traditionnels. Cependant, l’emplacement de la nécropole à proximité de la limite Ouest de l’anse portuaire pourrait également indiquer la formation d’un noyau d’habitat indigène dans cette zone, remontant à l’époque archaïque et qui aurait subsisté jusqu’à des périodes plus récentes de l’évolution historique d’Emporion (Mar, Ruiz de Arbulo 1993, p. 193  ; Moret 1995, p. 73-74). Il s’agit sans aucun doute d’une position stratégique, directement reliée à la zone de mouillage côtier et au Nord, à l’ancienne embouchure du Fluvià. Néanmoins, cette hypothèse est aujourd’hui impossible à confirmer du fait de l’absence de fouilles dans le tiers Nord de la grande colline d’Empúries où, des siècles plus tard, s’étendra la ville romaine. De leur côté, les zones de sépulture les plus anciennes utilisées par la population grecque (nécropole de Portitxol et Les Coves) se situent près de la côte, bien plus au Sud du premier établissement de la Néapolis (Sanmartí 1996).

Fig. 58. Un des ensembles funéraires provenant de la nécropole indigène de la “Muraille Nord-Est.” (VIe siècle av. J.-C.).

Fig. 58. Un des ensembles funéraires provenant de la nécropole indigène de la “Muraille Nord-Est.” (VIe siècle av. J.-C.).

41Dans l’introduction, nous avions déjà signalé la présence possible d’une petite agglomération autochtone, formée avec le temps à proximité de la limite Sud de la ville grecque, aux alentours d’un sanctuaire périurbain construit au cours du V e s. av. J.-C. (Sanmartí, Castanyer, Tremoleda 1988 et 1992  ; Sanmartí 1993a, p. 88-89). La présence de ce nouvel espace sacré – aux pieds des anciens lieux de culte qui occupaient peut-être la partie la plus élevée ou petite «  acropole  » de la Néapolis depuis l’époque archaïque – représenterait sans doute un facteur fondamental d’intégration, grâce à sa fonction d’espace neutre, favorisant une coexistence pacifique, la régularité des échanges et du contact culturel (Sanmartí 1992, p. 31  ; Ruiz de Arbulo 2002-2003). Quelques structures domestiques ont été attribuées à ce possible habitat indigène extra-muros. Elles disparurent lors de la construction du pan de muraille bâti dans la première moitié du IV e s. av. J.-C. et avec la mise en place de la nouvelle entrée de la ville grecque (Sanmartí et al. 1986). Comme on l’a dit plus haut, cela a été interprété comme une preuve archéologique du processus d’intégration d’un quartier de population indigène à l’intérieur de l’enceinte défensive elle-même, partagée avec les Grecs, comme l’indique le bref témoignage de Strabon (III, 4, 8).

42L’ampleur réelle de ce phénomène est difficile à reconstituer à partir des seules données archéologiques, mais il aurait sans doute eu des conséquences sur l’organisation, la structure sociale et le contexte culturel même de l’établissement. Ainsi, en plus des nombreux matériels de tradition indigène qui sont une composante constante des contextes fournis par les excavations, il convient de mettre en avant les exemples d’écriture en alphabet ibérique, inscrits sur des céramiques ou sur des lames de plomb, à partir des IV e et IIIe siècles av. J.-C. (supra, fig. 57) (Sanmartí 1988, 1993a, 1993b  ; Sanmartí et al. 1995). Il faut y ajouter l’utilisation commune des espaces funéraires développés au fil du temps, à l’Ouest et au Sud de la ville grecque – zones connues sous le nom de nécropole Martí, Mateu/Granada, Bonjoan et du Parking – qui comptent aux côtés des inhumations majoritaires, des tombes à incinération de la même époque, généralement attribuées à des individus d’ethnie indigène (Almagro 1953  ; Gailledrat 1995  ; López Borgoñoz 1998).

43En ce qui concerne le territoire immédiat de la ville, la présence probable d’autres établissements de population ibérique sur les collines proches d’Empúries, comme dans le secteur de Vilanera/Muntanya Rodona, nécessite encore une vérification archéologique appropriée. D’autres sites archéologiques, comme celui de Mas Gusó de Bellcaire, confirment clairement la continuité, à cette période, d’autres habitats proches apparus lors du Bronze final et du Premier âge du Fer (Casas, Soler 2004, p. 51 sq.).

44Pour conclure et pour ne pas aborder maintenant des périodes plus récentes de l’histoire d’Emporion qui rejoignent la première intervention romaine, nous citerons simplement le rayonnement progressif de l’enclave coloniale sur l’ensemble du territoire proche. Même si sa fonction initiale était celle d’un port de commerce, qui se conforta au cours des siècles qui suivirent, la relation avec l’arrière-pays immédiat semble toujours avoir été un facteur essentiel en tant qu’espace générateur des ressources nécessaires à sa subsistance et, avec le temps également, d’une production significative de céréales que le commerce pouvait aider à canaliser. L’augmentation du trafic maritime, favorisée par le port colonial, s’est faite parallèlement à l’intensification de l’exploitation des terres les plus fertiles de la plaine de l’Empordà et de ses alentours, au-delà des zones des marais proches de la côte. Les nombreux champs de silos, en relation avec les noyaux d’habitat ibériques stables comme Ullastret, Mas Castellar de Pontós ou Peralada et aussi d’autres installations rurales moins importantes, en sont la preuve. Ce fait soulève la question de la définition d’un espace territorial plus ou moins étendu sur lequel Emporion a pu exercer un contrôle économique direct et de l’existence d’une chôra dépendant du comptoir grec (Plana 1994). Cependant, l’étendue et la structure de cette possible chôra et le moment chronologique de son implantation ont été l’objet de débats sur lesquels nous ne reviendrons pas ici, pas plus que sur sa délimitation par rapport à la zone d’influence de Rhodé au Nord, et par rapport au territoire des principaux centres indicètes de la région, sous la prééminence du grand oppidum d’Ullastret.

45L’importance de l’élément autochtone dans le contexte social et culturel d’Emporion et ses rapports étroits et réciproques avec la population indigène de la région sont des facteurs permettant de définir une réalité particulière, différente de celle d’autres établissements phocéens, qui trouve ses racines dans l’enclave emporique initiale et dans sa fonction économique clairement tournée vers le commerce avec le monde ibérique de la péninsule. Cette réalité a été souvent décrite comme le résultat d’une identité mixte ou hybride «  gréco-ibérique  ». Nous ne pouvons cependant pas oublier que les témoignages de sources écrites, l’évolution urbaine et architecturale de ce petite ville portuaire et le matériel archéologique lui-même ne laissent planer aucun doute sur la physionomie grecque de l’établissement d’Emporion – Graecum oppidum dans le texte de Tite-Live (XXXIV, 9, 2) – encore clairement perceptible au début de la période romaine.

Bibliographie

Agustí et al. 2004 : AGUSTÍ (B.), CODINA (D.), DEHESA (R.), LLINÀS (J.), MERINO (J.), MONTALBÁN (C.), VARGAS (A.) – Excavacions arqueològiques a Vilanera (l’Escala, Alt Empordà). Tribuna d’Arqueologia 2000-2001, Barcelone, 2004, p. 99-114.

Almagro 1951 : ALMAGRO (M.) – Las fuentes escritas referentes a Ampurias, Barcelone, 1951 (Monografías Ampuritanas I).

Almagro 1953 : ALMAGRO (M.) – Las necrópolis de Ampurias, I. Introducción y necrópolis griegas, Barcelone, 1953 (Monografías Ampuritanas III.1).

Almagro 1955 : ALMAGRO (M.) – Las necrópolis de Ampurias, II. Necrópolis romanas y necrópolis indígenas, Barcelone, 1955 (Monografías Ampuritanas III.2).

Almagro 1964 : ALMAGRO (M.) – Excavaciones en la Palaiapolis de Ampurias, Madrid, 1964 (Excavaciones Arqueológicas en Espanya 27).

Aquilué dir. 1999 : AQUILUÉ (X.), dir. – Intervencions arqueològiques a Sant Martí d’Empúries (1994-1996). De l’assentament precolonial a l’Empúries actual, Girona, 1999 (Monografies Emporitanes 9).

Aquilué et al. 2000 : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – Les ceràmiques gregues arcaiques de la Palaiapolis d’Empúries. In : Cabrera (P.), Santos (M.) coord., Ceràmiques jònies d’època arcaica. Centres de producció i comercialització al Mediterrani Occidental, Barcelone, 2000, p.285-346 (Monografíes Emporitanes 11).

Aquilué et al. 2002 : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – Nuevos datos acerca del hábitat arcaico de la Palaiapolis de Emporion. In : Luce (J.M.) coord., Habitat et Urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.-C.) = Pallas, 58, Toulouse, 2002, p.301-327.

Aquilué et al. 2004 : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – L’evolució dels contextos de materials amfòrics en la Palaia Polis d’Empòrion entre els segles VI i II aC. In : La circulació d’àmfores al Mediterrani occidental durant la Protohistòria (segles VIII-III aC) : aspectes quantitatius i anàlisi de continguts (Calafell 2002), Barcelone, 2004, p.165-183 (ArqueoMediterrània 8).

Aquilué et al. 2006 : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – El comercio etrusco en Emporion : evidencias sobre la presencia de materiales etruscos en la Palaia Polis de Empúries. In : Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti del XXIV Convegno di Studi Etruschi ed Italici (Marseille-Lattes 2002) I, Pise-Rome, 2006, p.175-192.

Aquilué et al. 2008a : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – Noves evidències del comerç fenici amb les comunitats indígenes de l’entorn d’Empúries. In : Contactes. Indígenes i fenicis a la Mediterrània occidental entre els segles VIII i VI ane, Alcanar, 2008, p.171-190.

Aquilué et al. 2008b : AQUILUÉ (X.), CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – Intervencions arqueològiques a Empúries (l’Escala, Alt Empordà) als anys 2006 i 2007. In : Novenes Jornades d’Arqueologia de les Comarques de Girona (L’Escala – Empúries 2008), Girona, 2008, p.185-210.

Belarte 1997 : BELARTE (M.C.), Arquitectura domèstica i estructura social a la Catalunya protohistòrica, Barcelone, 1997 (ArqueoMediterrània 1).

Bouiron, Tréziny éd. 2001 : BOUIRON (M.), TRÉZINY (H.) éd. – Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René (Marseille 1999), Aix-en-Provence, 2001 (Ét. Massa. 7).

Buxó 2001 : BUXÓ (R.) – L’origen i l’expansió de l’agricultura a l’Empordà, del Neolític a la Romanització, Girona, 2001.

Casas, Soler 2004 : CASAS (J.), SOLER (V.) – Intervenciones arqueológicas en Mas Gusó (Gerona). Del asentamiento precolonial a la villa romana, Oxford, 2004 (BAR Int. Series 1215).

Castanyer et al. 1999 : CASTANYER (P.), ESTEBA (Q.), PONS (E.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – L’assentament indígena de la primera edat del Ferro. In : Aquilué dir. 1999, p.103-215.

Castanyer, Santos, Tremoleda 1999 : CASTANYER (P.), SANTOS (M.), TREMOLEDA (J.) – L’assentament d’època arcaica : Fase III. In : Aquilué dir. 1999, p.217-330.

Cicala 2002 : CICALA (L.) – L’edilizia domestica tardo arcaica di Elea, Università degli Studi di Napoli Federico II, 2002 (Quaderni del Centro Studi Magna Grecia 2).

Esteba, Pons 1999 : ESTEBA (Q.), PONS (E.) – El primer hàbitat a Sant Martí : Fase I. In :Aquilué dir. 1999, p.89-101.

Gailledrat 1995 : GAILLEDRAT (E.) – Grecs et Ibères dans la nécropole d’Ampurias (VIe-IIe siècles av. J.-C.). Mélanges de la Casa de Velázquez, 31.1, 1995, p.31-54.

Gailledrat, Solier 2004 : GAILLEDRAT (E.), SOLIER (Y.) – L’établissement côtier de Pech Maho (Sigean, Aude) aux VIe-Ve s. av. J.-C (Fouilles 1959-1979). Lattes, 2004 (Monogr. d’Arch. Médit.19)

Gantès 1992 : GANTÈS (L.-F.) – La topographie de Marseille grecque : bilan des recherches (1829-1991). In : Bats (M.), Bertucchi (G.), Conges (G.) et Treziny (H.) dir., Marseille grecque et la Gaule). Lattes/Aix-en-Provence, p.71-88 (Trav. du Centre C.-Jullian 11 ; Ét. Massa. 3).

Hermary, Hesnard, Tréziny 1999 : HERMARY (A.), HESNARD (A.), TRÉZINY, (H.) dir. – Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.). Paris, 1999.

Lang 1996 : LANG (F.), Archaische Siedlungen in Griechenland. Struktur und Entwicklung. Berlin, 1996.

Lang 2005 : LANG (F.) – Structural change in Archaic Greek housing. In : Ault (B.A.), Nevett (L.C.) éd., Ancient Greek houses and households, Philadelphia, 2005, p.12-35.

López Borgoñoz 1998 : LÓPEZ BORGÓÑOZ (A.) – Distribución espacial y cronológica de las necrópolis emporitanas. De les estructures indígenes a l’organització provincial romana de la Hispània Citerior. In : Homenatge a Josep Estrada i Garriga. Barcelone, 1998, p.275-298.

Mangas, Plàcido eds. 1999 : MANGA (J.), PLÁCIDO (D.) eds. –
La Península Ibérica prerromana : de Éforo a Eustacio, Madrid, 1999 (Testimonia Hispaniae Antiqua II B).

Mar, Ruiz de Arbulo 1993 : MAR (R.), RUIZ DE ARBULO (J.) – Ampurias romana. Historia, Arquitectura y Arqueología, Sabadell, 1993.

Martin et al. 1999 : MARTIN (A.), BUXÓ (R.), LÓPEZ (J.B.), MATARÓ (M.) dir. – Excavacions arqueològiques a l’Illa d’en Reixac (1987-1992), Girona, 1999 (Monografies d’Ullastret 1).

Martínez Gázquez 1992 : MARTÍNEZ GÁZQUEZ (J.) – La Campaña de Catón en Hispania, ed. Universitat de Barcelona (Aurea Secula). Barcelone, 1992 [2ª ed].

Marzoli, 2005 : MARZOLI (D.) – Die Besiedlungs- und Landschaftsgeschichte im Empordà von der Endbronzezeit bis zum Beginn des Romanisierung.Mayence, 2005 (Iberia Archaeologica 5).

Moret 1995 : MORET (P.) – Tite-Live et la topographie d’Emporion. Mélanges de la Casa de Velázquez, 31.1, 1995, p.55-75.

Moret 2002a : MORET (P.) – Maisons phéniciennes, grecques et indigènes : dynamiques croisées en Méditerranée occidentale (de l’Hérault au Segura). In : Luce (J.M.) coord., Habitat et Urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.-C.) = Pallas, 58. Toulouse, 2002, p.329-356.

Moret 2002b : MORET (P.) – Emporion et les mutations de l’architecture ibérique au premier Âge du Fer. Zephyrus 53-54 (2000-2001), Salamanque 2002, p.379-391.

Nickels 1989 : NICKELS (A.) – La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches. Documents d’Archéologie Méridionale, 12, p.51-119.

Nieto et al. 2005 : NIETO (X.), REVIL (A.), MORHANGE (Ch.), VIVAR (G.), RIZZO (E.), AGUELO (X.) – La fachada marítima de Ampurias : estudios geofísicos y datos arqueológicos. Empúries, 54, 2005, p.71-100.

Passelac 1995 : PASSELAC (M.) – Una maison de l’habitat protohistorique de la Moulinasse, à Salles d’Aude (VIe s. av.n.è). In : Sur les pas des Grecs en Occident. Hommages à André Nickels, p.367-370 (Ét. Massa. 4)

Pena 1985 : PENA (M.J.) – Le problème de la supposée ville indigène à côté d’Emporion. Nouvelles hypothèses. Dialogues d’Histoire Ancienne, 11, 1985, p.69-83.

Pena 1988 : PENA (M.J.) – Hipòtesis noves sobre Empúries a partir de l’anàlisi de les fonts literàries. Fonaments 7, 1988, p.11-45.

Plana 1994 : PLANA (R.) – La Chora d’Emporion. Paysage et structures agraires dans le nord-est catalan è la période pré-romaine. Paris, 1994 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon 544).

Pons 1984 : PONS (E.) – L’Empordà de l’edat del Bronze a l’edat del Ferro 1100-600 aC. Centre d’Investigacions Arqueològiques (Sèrie Monogràfica 4), Girona, 1984.

Pons et al. 2005 : PONS (E.), ASENSIO (D.), BOUSO (M.), FUERTES (M.) – Noves aportacions sobre la periodització del jaciment de Mas Castellar de Pontós (Alt Empordà). In : Món Ibèric als Països Catalans, XIII Col·loqui Internacional d’Arqueologia de Puigcerdà (2003). Puigcerdà, 2005, p.361-377.

Rothé, Tréziny coord. 2005 : ROTHÉ (M.P.), TRÉZINY, (H.) coord., Marseille et ses alentours. Paris, 2005 (Carte Archéologique de la Gaule 13/3).

Rouillard 1991 : ROUILLARD, P. – Les Grecs et la Péninsule Ibérique du VIIIe au IVe siècle avant Jésus-Christ. Paris, 1991 (Publications du Centre Pierre Paris 21).

Rovira, Sanmartí 1983 : ROVIRA (J.), SANMARTÍ (E.) – Els orígens de l’Empúries precolonial i colonial. Informació Arqueològica, 40, Barcelone 1983, p.95-110.

Ruiz de Arbulo 1994 : RUIZ DE ARBULO (J.) – Situación de sondeos estratigráficos en la Neàpolis de Ampurias (1908-1983). Iberos i griegos. Lecturas desde la diversidad (Ampurias 1991). Huelva Arqueológica 13.2, 1994, p.59-72.

Ruiz de Arbulo 2002-2003 : RUIZ DE ARBULO (J.) – Santuarios y Fortalezas. Cuestiones de indigenismo, helenización y romanización en torno a Emporion y Rhode (s. VI-I A :C.). Cuadernos de Prehistoria y Arqueología de la Univerdad Autónoma de Madrid, 28-29, 2002-2003, p.161-202.

Sanmartí 1982 : SANMARTÍ, E. – Les influences meditérranénnes au Nord-Est de la Catalogne à l’époque archaïque et la réponse indigène. In : I Focei dall’Anatolia all’Oceano (Napoli, 1981) = La Parola del Passato 204-207, 1982, p.281-298.

Sanmartí 1988 : SANMARTÍ-GREGO (E.) – Una carta en lengua ibérica, escrita sobre plomo, procedente de Emporion. Revue Archéologique de Narbonnaise, 21, 1988, p.95-113.

Sanmartí 1992 : SANMARTÍ-GREGO (E.) – Massalia et Emporion, une origine commune, deux destins différents In : Bats (M.), Bertucchi (G.), Conges (G.) et Treziny (H.) dir., Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, p.27-41 (Trav. du Centre C.-Jullian, 11 ; Ét. Massa. 3).

Sanmartí 1993a : SANMARTÍ-GREGO (E.) – Els íbers a Emporion (segles VI-III a.C.). Laietania, 8, 1993, p.87-95.

Sanmartí 1993b : SANMARTÍ-GREGO (E.) – Grecs et Ibères à Emporion. Notes sur la population indigène de l’Empordà et des territoires limitrophes, Documents d’Archéologie Méridionale, 16, 1993, p.19-25.

Sanmartí 1996 : SANMARTÍ-GREGO (E.) – La « Tumba Cazurro » de la necrópolis emporitana de « El Portitxol » y algunos apuntes acerca de la economía de Emporion en el siglo V a. C. Archivo Español de Arqueología, 69, 1996, p.17-36.

Sanmartí, Castanyer, Tremoleda 1988 : SANMARTÍ-GREGO (E.), CASTANYER (P.), TREMOLEDA (J.) – La secuencia histórico-topográfica de las murallas del sector meridional de Emporion. Madrider Mitteilungen, 29, 1988, p.191-200.

Sanmartí, Castanyer, Tremoleda 1992 : SANMARTÍ-GREGO (E.), CASTANYER (P.), TREMOLEDA (J.) – Nuevos datos sobre la historia y la topografía de las murallas de Emporion. Madrider Mitteilungen 33, 1992, p.102-112.

Sanmartí et al. 1986 : SANMARTÍ (E.), CASTANYER (P.), TREMOLEDA (J.), BARBERÀ (J.) – Las estructuras griegas de los siglos V y IV a. de J.C. halladas en el sector sur de la Neápolis de Ampurias (Campaña de excavaciones del año 1986). Cuadernos de Prehistoria y Arqueología Castellonenses, 12, 1986, p.141-184.

Sanmartí et al. 1995 : SANMARTÍ-GREGO (E.), CASTANYER (P.), TREMOLEDA (J.), SANTOS (M.) – Testimonios epigráficos de la presencia indígena en Emporion. In : Iberos y Griegos : lecturas desde la diversidad (Ampurias 1991) = Huelva Arqueológica XIII. 2, 1994, p.204-214.

Santos 2003 : SANTOS (M.) – Fenicios y griegos en el extremo N.E. peninsular durante la época arcaica y los orígenes del enclave foceo de Emporion. In : Contactos en el extremo de la Oikouméne. Los griegos en Occidente y sus relaciones con los fenicios. XVII Jornadas de Arqueología Fenicio-Púnica (Eivissa 2002), Eivissa, 2003, p.87-132 (Treballs del Museu Arqueològic d’Eivissa i Formentera 52).

Santos 2007 : SANTOS (M.) – Un depósito metálico en el poblado del Bronce Final de Sant Martí d’Empúries. In : El hallazgo leonés de Valdevimbre y los depósitos del Bronce Final atlántico en la Península Ibérica, León, 2007, p.298-312.

Tréziny 1989 : TREZINY (H.) – Métrologie, architecture et urbanisme dans le monde massaliète. Revue Archéologique de Narbonnaise, 22, 1989, p.1-46.

Notes

1 Une petite élévation d’à peine 2 ha aujourd’hui intégrée à la côte, suite à la transformation du paysage de la zone et de l’ensablement de l’ancien port. Son aspect dans l’Antiquité, tel que le transmet Strabon, aurait été celui d’un îlot côtier, situé entre une anse naturelle et la paléo-embouchure du fleuve Fluvià ; bien que, d’un point de vue géomorphologique, il doive être considéré comme une petite péninsule reliée au littoral par un isthme rocheux étroit (Marzoli 2005, p. 82 ; Blech, Marzoli 2005, p. 50-51 ; Nieto et al. 2005, p. 87).

2 Voir aussi les contributions de P. Moret et de C. Belarte dans ce même volume (p. 329-332 et p. 319-328).

Table des illustrations

Titre Fig. 48. Carte générale Empurdan
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 49. Vue aérienne générale d’Emporion, avec la Néapolis au premier plan et, au fond, le village actuel de Sant Martí d’Empúries, situé sur les restes de l’ancien établissement de la Palaiá Polis.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 50. Détail d’un petit four domestique, appartenant à la phase la plus ancienne d’occupation du village du Premier âge du fer établit sur le promontoire de Sant Martí d’Empúries.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 51. Urne indigène en céramique non tournée, provenant d’une des tombes d’incinération de la nécropole de Vilanera (l’Escala).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 52. Pithos en céramique peinte, faisant partie du groupe d’importations phéniciennes provenant des ensembles funéraires de Vilanera.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 53. Structures correspondant à la première phase de l’habitat archaïque de la Palaiá Polis (phase IIIa2), qui incluent des petits fours pour la fabrication de vaisselle en céramique grise monochrome de tradition phocéenne, comme la cruche figurant sur l’image.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 54. Vue des fouilles pratiquées en 1998 à Sant Martí d’Empúries, avec les vestiges des constructions correspondant à l’occupation de la Palaiá Polis à partir du dernier tiers du VIe siècle et durant le Ve siècle av. J.-C. (phases IIIc/IIIe). À gauche se superposent quelques structures postérieures du IIe siècle av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 55. Reconstitution de l’aspect des maisons tardo-archaïques relevées à Sant Martí d’Empúries (phase IIIc) (dessin : J. Sagrera).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 56. Plan des vestiges correspondant à la reconstruction des espaces d’habitation dans les environs de 450/425 av. J.-C. (phase IIIe), qui reposent sur les structures précédentes (en gris).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 57. Inscription ibérique sur lame de plomb, retrouvée durant les fouilles du secteur méridional de la Neápolis (Sanmartí 1988).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 58. Un des ensembles funéraires provenant de la nécropole indigène de la “Muraille Nord-Est.” (VIe siècle av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/254/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

Auteurs

Director Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries. c/ Puig i Cadafalch s/n. Apart 21. E-17130 L’Escala (Espagne) <xaquilue@gencat.net>

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access