Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Première partie. Méthodologies des enquêtes archéologiques en moyenne et haute montagne

L’exploitation pastorale des territoires de confins de la haute vallée de la Roya à travers les sources écrites (xiie-xviiie s.). Contribution à une approche pluridisciplinaire

Pastoral use of lands at the confines of upper Roya valley, based on written 12th to 17th century documents. Contribution to a pluridisciplinary study

Juliette Lassalle and Béatrice Palmero

Abstract

Nous livrons les résultats des recherches menées sur les pâturages de confins de la haute vallée de la Roya (France/Italie) à partir des sources écrites (périodes médiévale et moderne) et cartographiques. Cette démarche s’inscrit dans une approche diachronique et dans une dynamique pluridisciplinaire visant à confontrer les résultats tirés de l’archéologie et de l’histoire à travers l’analyse spatiale des données livrées par les textes et par le terrain. Les territoires choisis ici se situent en altitude (Parc du Mercantour/Parco regionale Alta Valle Pesio e Tanaro), zone délaissée par les récentes publications consacrées à la transhumance dans les Alpes. Ils se définissent avant tout par l’exploitation des ressources, tant coutumière que commerciale, à travers une série de droits d’usage dans le cadre d’une économie montagnarde fondée sur l’élevage (pâturages de proximité), la transhumance à courte, moyenne et longue distances et l’exploitation du bois. Entre le milieu du xiie et la fin du xviie s., ces territoires ont été dotés de structures liées à l’économie pastorale qui ont laissé une empreinte plus ou moins pérenne sur le territoire (enclos, cabanes pour la fabrication des fromages, abris des bergers, vayles). Les limites de juridiction et de droits d’exploitation des différents ayants-droits ont été matérialisées sur le terrain par l’implantation de bornages successifs associant des éléments anthropiques (bornes de pierre, chemins) et naturels (cours d’eau, croix gravées dans les rochers). Le déplacement des troupeaux et des hommes a également été codifié selon un ensemble d’itinéraires autorisés (drailles), parfois selon les saisons en fonction de la montée ou de la descente des alpages. Ces itinéraires associent l’accessibilité, la proximité de l’eau pour le bétail et les hommes ainsi que celle des zones boisées (branchages pour la construction des enclos, des cabanes et des abris, bois de chauffage, nourriture des troupeaux). Cette contribution se conçoit donc comme un point d’appui au référentiel chronologique de l’exploitation des écosystèmes des pâturages d’altitude par les communautés d’habitants locales.

We present the results of studies carried out on pastures at the confines of the upper Roya valley (between France and Italy), based on both mediaeval and contemporary documents and maps. This study was part of diachronic project involving the use of a dynamic multidisciplinary approach, in which it was proposed to compare the results of archaeological and historical studies and to perform spatial analyses on data based on written texts and obtained on the field. The territories selected for this purpose were located at high altitudes (in the Parc du Mercantour and the Parco regionale Alta Valle Pesio e Tanaro), regions somewhat neglected by recent studies on Alpine patterns of transhumance. It was proposed in particular to describe the use made of traditional and trading resources during various periods by examining a set of customary rights and practices in the framework of a mountain economy mainly involving sheep-raising activities (due to the availibily of pastures), including short, medium and long-distance transhumance movements and woodworking activities. Between themed-12th century and the late 17th century, these territories were equipped with typically pastoral structures leaving variably durable traces (enclosures, cheese-making huts, shelters for sheperds, vayles). The legal boundaries and the rights of various heirs were materialized on the field by series of boundary markers consisting of both man-made signs (stones, paths) and natural features (streams, crosses engraved on rocks). The movements of herds and men were also codified in the form of a set of authorized itineraries (sheep parts), sometimes depending on the seasons, according to the wether the sheep were being driven up to their Alpine pastures or down again. These itineraries were selected on the basis of characteristics such as their accessibility of water for the herds and shepherds and the proximity of woodlands areas (providings branches for building enclosures, huts and shelters, firewood and food for the herds). This paper therefore sets the foundations for chronological description of how local communities of inhabitants used high-altitude pasture ecosystems.

Full text

1Le travail que nous présentons ici livre les résultats d’une enquête menée sur les pâturages de confins que constitue le territoire de Malaberga, situé dans la haute vallée de la Roya (Alpes-Maritimes). Cette enquête s’appuie sur une importante production documentaire qui provient essentiellement des procédures de règlement des conflits sur les confins de territoire qui ont opposé les communautés de Tende et de La Brigue selon une fourchette chronologique qui s’étend du milieu du xiie au milieu du xviiie s. Cette documentation, essentiellement écrite, livre, dans le cadre de procédures judiciaires (sentences seigneuriales, procès) ou infrajudiciaires (compromis et arbitrages), les étapes successives de délimitations territoriales et permet d’en reconstituer la chronologie au cours du Moyen Âge puis de la période moderne. Ces délimitations s’appuient sur de nombreux micro-toponymes qui permettent de les restituer dans l’espace et qui fixent le territoire juridique au sein duquel chaque communauté, ensemble ou alternativement, est autorisée à exploiter les ressources locales. Les modalités de cette exploitation s’appuient sur une codification précise des droits d’usages et de leurs conditions d’exercice. Ces droits d’exploitation relèvent essentiellement du domaine pastoral et concernent à la fois le déplacement des troupeaux dans le cadre de simples remues des troupeaux de la vallée ou des vallées voisines, le développement de la transhumance sur de moyennes ou de longues distances, l’exploitation des pâturages et du bois. L’organisation territoriale de ces deux communes à l’époque moderne (fin xvie s.-moitié xviie s.) nous fournit d’autres données descriptives à partir de la réglementation et de l’enregistrement des lieux de pâturage au cadastre savoyard (début du xviiie s.). Les toponymes lient alors droits d’appartenance, de possession et d’usage du territoire de l’époque moderne à une exploitation strictement pastorale de l’espace qui relevait d’accords remontant au Moyen Âge. Le croisement des données textuelles et cartographiques nous permet de proposer une analyse spatiale du territoire qu’il reste à confronter à des données archéologiques de terrain fiables dont nous ne disposons pas encore dans cette région. C’est donc essentiellement à travers les sources écrites issues de l’administration communale ou judiciaire que nous tenterons de suivre les transformations de l’espace pastoral alpin situé aux confins des terres de La Brigue et de Tende.

2Le toponyme de Malaberga est employé dès la seconde moitié du xiie s. sous la forme plastra Madalberga par les hommes de Tende et de La Brigue. Cette forme toponymique désigne un plateau qui constitue un espace de confins à vocation pastorale entre les deux communautés. Cet espace est aujourd’hui encore défini comme une « enclave de la commune de La Brigue » qui se trouve séparée du territoire communal de La Brigue par celui de Tende. Il confine désormais avec les crêtes qui constituent aujourd’hui la frontière franco-italienne entre le département français des Alpes-Maritimes et le Piémont italien. Il s’agit donc d’une terre d’altitude dévolue au pastoralisme depuis des siècles, même si l’ensemble de la vallée de la Roya reste absente des récentes publications consacrées à la transhumance dans les Alpes (Jourdain-Annequin, Duclos 2006). Partant de la formation du territoire de Malaberga, cette étude se propose dans un premier temps de décrire la méthodologie sur laquelle s’appuie la reconstitution topographique de l’organisation des terres pastorales qui constituent les confins de haute vallée de la Roya.

1. La reconstruction topographique des limites de pâturages de confins : de la micro-toponymie à la délimitation territoriale

  • 1 Parmi ces cinq documents, deux sont les parchemins originaux des sentences rendues le 15 octobre 11 (...)
  • 2 Ce document n’est conservé que sous la forme d’un extrait qui fut copié au cours de la seconde moit (...)
  • 3 Archives Municipales de Tende (désormais A.M.T.), Catégorie VII, dossier n. 8, « Recueil Lanteri », (...)
  • 4 Jugement prononcé par Guido de Susaria, docteur en loi, en faveur de Tende sur les controverses ent (...)
  • 5 A.M.T., Catégorie I -Parchemins, document n. 26, 17 mars 1326, adjudication de la bandite de Trevel (...)
  • 6 Le vallon de Bachialon actuel correspond au vallon de Celle Vieilles de la période napoléonienne et (...)
  • 7 Les perspectives des études historiques actuelles appréhendent les statuts des communautés comme de (...)
  • 8 A.D.A.M., 02Mi 039, Statuts de La Brigue (1585), ch. 160, « Confins de la bandite Malberga » ; ch. (...)
  • 9 Istituto internazionale Studi Liguri Bordighera (desormais I.I.S.L.) Fondo Rossi, Statuti di Tenda (...)
  • 10 A.D.A.M., Insinuation de Tende, C 3271, c. 483 r.-485 v. « Capitoli in forme ai quali la comunità d (...)
  • 11 A.S.T. sezione riunite, Camerale-Estimi e misure catastali, Catasto antico della Briga (1702). Palm (...)
  • 12 A.D.A.M., Fonds Consulat et Empire, Délimitation des communes, p. 155, Tende, un cahier, 19 folios, (...)
  • 13 Cartes topographiques italiennes : Limone Piemonte – valle delle Meraviglie – Saint Dalmas de Tende(...)

3La première étape de ce travail réside dans la constitution d’un corpus documentaire cohérent qui permet de suivre la formation de l’espace pastoral de Malaberga sur une longue période historique (milieu du xiie-début du xviiie s.). Les premiers documents qui mentionnent explicitement le territoire de Malaberga remontent aux années centrales du xiie s. Il s’agit de cinq sentences judiciaires rendues entre 1162 et 1169 pour régler les différends territoriaux qui opposent alors Tende et La Brigue au sujet de leurs confins1. On peut probablement rattacher à ce dossier documentaire une notice de plaid de 1149 qui fait état d’une guerre qui aurait alors opposé les habitants de Tende et de La Brigue2. Ces sentences fixent à la fois les limites territoriales des deux communautés dans la partie la plus septentrionale de la vallée de la Roya et les droits que les hommes de La Brigue pouvaient ou non exercer sur les terres tendasques lorsqu’ils traversaient ces dernières pour rejoindre leurs terres de Malaberga. Après 1169, nous ne trouvons plus de litiges territoriaux concernant le territoire de Malaberga qui semble être passé sous le contrôle exclusif de La Brigue. C’est l’accès à ce territoire, qui impose aux Brigasques de traverser le territoire de Tende, qui suscite de nouvelles querelles dans les dernières années du xiiie s.3. Les sentences rendues en 1282 et confirmées 1284 par les comtes de Vintimille réaffirment les droits de passage de La Brigue sur le territoire de Tende pour rejoindre Malaberga et exigent des syndics qui représentent la communauté de Tende qu’ils s’engagent à ne plus perturber, ni inquiéter les hommes de La Brigue lors de ces déplacements. Les deux communautés s’accordent ensuite sur les modalités de l’exploitation des ressources des territoires traversés par les Brigasques pour rejoindre Malaberga à travers une codification complexe, notamment dans le domaine pastoral et forestier4. Au cours du premier tiers du xivs., le territoire tendasque de Trevellega puis ceux de Bachiolo et d’Orno sont institués en « bandites » par la communauté : ce sont désormais des territoires de pâturages réservés et bornés, que la communauté de Tende cède en adjudication à des particuliers avec les droits attachés à ces territoires pour une période donnée5. Ces terres se localisent en deçà de la fraction territoriale attribuée à La Brigue sur l’adret du vallon de Bachialon actuel6. Dès lors les conditions de traversée des troupeaux de La Brigue s’en trouvent modifiées ce qui suscite de nouveaux conflits au cours des xive et xve s. dont le détail s’est malheureusement perdu. Au cours de la période moderne, dans le cadre de la réorganisation des pouvoirs territoriaux orchestrée par l’administration piémontaise, les communautés se dotent d’instruments pour maîtriser le territoire local7. Les statuts communaux de La Brigue8 et de Tende9 de la fin du xvie s. ainsi que le règlement des bandites de la communauté datant de 164510 nous fournissent les données toponymiques qui permettent la localisation des terres de pâturage et des passages sur lesquels s’appuient le fonctionnement et la gestion des confins en fonction des différents droits de pâturage qui grèvent le territoire de Malaberga. Le cadastre de La Brigue, réalisé entre 1698 et 170211, nous permet de compléter le dossier descriptif de ce territoire et des pâturages de confins à travers l’analyse des micro-toponymes sur lesquels reposent l’articulation des droits d’usage et la possession de terres de pâturage que les villages maîtrisent en tant que finage intercommunautaire. Enfin, les procès-verbaux de délimitations territoriales de la période napoléonienne, qui traçaient les limites de finage entre Tende et La Brigue dans le cadre de la réorganisation administrative et fiscale des départements et des communes, complètent le dossier documentaire de Malaberga12. À partir de cette documentation écrite, nous avons procédé à un relevé systématique de toutes les données spatiales sur lesquelles s’appuyaient les règlements des litiges territoriaux opposant Tende et La Brigue dans cette partie de la vallée : micro-toponymes désignant une terre, une couverture végétale, un cours d’eau, un torrent, une zone de pâturage, un col, un sommet ou une draille. Dans un troisième temps, l’ensemble de ces données toponymiques a été confronté aux données cartographiques actuelles13.

  • 14 Il n’est cependant pas rare de trouver plusieurs toponymes proches voire identiques dans les vallée (...)
  • 15 La limite napoléonienne suivait le vallon du col de Pertigale appelé Celles Vieilles et rejoignait (...)

4Les données toponymiques révélées par les procédures de règlement des litiges territoriaux du Moyen Âge constituent donc la base documentaire d’une approche micro-­analytique des territoires de confins à travers la réglementation et l’organisation territoriale de ces communes à l’époque moderne. En l’absence de représentation cartographique ancienne, la première étape de cette reconstitution consistait à relever les différents micro-toponymes fournis comme support des délimitations territoriales médiévales puis à en retrouver la localisation grâce aux données fournies par les procès-verbaux de délimitation territoriale de la période napoléonienne, puis par les cartes topographiques actuelles. Cette seconde phase du travail a été facilitée par la relative stabilité de la toponymie constatée dans l’ensemble de cette région (Lassalle 2008)14. Les divisions territoriales de 1163, reprises en 1266 puis en 1285 fixent la limite territoriale des deux communautés au col de Pertigale dans la zone orientale. La limite suit ensuite le vallon de Pertigade jusqu’à une route qui traverse le plateau de Licaponte et rejoint ensuite le plateau de Maderberga. Puis, la délimitation conduit vers Laschina et vers l’alma de Maderberga, puis on suit la crête de Monte Caballum jusqu’au col de Ciceraste. La confrontation de cette délimitation territoriale médiévale et de celles issues des procédures de délimitation napoléonienne permet d’identifier et de localiser un certain nombre de toponymes : le versant nord de cette colline, le Monte Caballum médiéval, jouxte le vallon de Malaberga. La limite médiévale partait donc du col de Pertigale puis suivait le cours du vallon et remontait probablement la route de Cravaluna citée dans les sentences judiciaires de 1162 pour rejoindre la crête de Monte Caballum qui constituait la limite territoriale des deux communautés dans cette zone15 (fig. 1 et 2).

  • 16 Un breve recordationis de la seconde moitié du xiie s. révèle en effet les liens entretenus entre l (...)

5Cette reconstitution cartographique met en évidence la situation de confins du territoire de Malaberga qui occupe le versant méridional de la ligne de crête qui permet la jonction entre la haute vallée de la Roya et la haute vallée du Pesio mettant ainsi en relation les itinéraires qui permettent de se rendre du Piémont méridional actuel à la Provence orientale d’une part, à la Ligurie occidentale d’autre part. Ce territoire est irrigué de plusieurs itinéraires qui permettent de passer d’un versant alpin à un autre : via Cravaluna, via de Pertigale, viae de Terre Rosse, Strata Marencha, bien que la continuité et la précision de leur tracé nous échappent encore. L’enjeu du litige du xiie s. semble résider dans le nécessaire contrôle des cols alpins pour permettre aux communautés de rejoindre leurs terres de pâturage. Alors que la commune de Tende réalise la continuité territoriale vers l’Est où elle dispose de droits territoriaux et juridictionnels, celle de La Brigue est obligée de traverser le territoire de Tende pour rejoindre ses terres de pâturages de Malaberga et peut-être déjà celles de la haute vallée du Pesio16.

2. Formation d’une enclave pastorale

6Les délimitations territoriales médiévales créaient un espace de pâturage qui s’appuyait sur les cours d’eau et des itinéraires de déplacement des troupeaux qui se prolongeaient au-delà des lignes de crête. Dès 1162, les hommes de La Brigue avaient obtenu l’autorisation de traverser les terres de Tende pour rejoindre les terres pastorales sur lesquelles leurs troupeaux « montaient » durant la période estivale. La route qui traversait le plateau de Licaponte et supportait la limite méridienne de l’enclave de Malaberga, entre le vallon de Pertigale et le monte Caballum, constituait probablement déjà un passage intercommunautaire qui se trouve réaffirmé par le règlement tendasque de 1645. Cet itinéraire qui jouxte alors les limites des pâturages tendasques se constitue comme un droit brigasque de passage à propos duquel il est précisé que les troupeaux de La Brigue peuvent rejoindre leurs pâturages de Malaberga et ainsi ceux de Carsene, situés sur le versant septentrional, à l’opposé de la ligne de crête formée par les Monts Carsene, dans la haute vallée du Pesio. Comme au xiie s., les troupeaux brigasques pouvaient à nouveau l’emprunter pour revenir des estives et regagner leur village, mais il leur était cependant interdit de pâturer en deçà de Malaberga. Seul le passage était donc autorisé, comme l’avaient établi les sentences de la seconde moitié du xiie s. afin de relier les alpages éloignés au village créant ainsi un espace pastoral de proximité. Il s’agit donc en d’autres termes d’un espace qui reproduit dans la longue durée des relations de pâturage entre villages alpins limitrophes sous forme des statuts, règlements ou de nouvelles sentences qui interviennent pour conserver la circulation des troupeaux entre les versants opposés des montagnes (Palmero 2005, p. 47-68). L’étude du territoire de Malaberga sur une longue période historique met donc en évidence la formation d’un alpage séparé du finage communautaire que les remaniements frontaliers entre France et Italie établis en 1947 ne remettent pas en question. Malgré le démembrement du territoire de la commune de La Brigue de part et d’autre de la ligne de crête en 1948, la délimitation médiévale départage encore aujourd’hui les finages de Tende et La Brigue.

  • 17 A.M.T., Catégorie I – Parchemins, document n. XX, 25 juillet 1316 et A.D.A.M., 1 Mi 12 R 12, docume (...)

7Le territoire de Malaberga réapparaît dans les statuts des communautés rédigés à la fin du xvie s. en tant que bandite. Ces terres particulières que constituent les bandites se définissent à la fois comme un type d’organisation spatiale des zones pastorales du village et comme un droit de pacage exclusif des bandiotes, titulaires des bandites. On retrouve dans ces descriptions modernes l’organisation médiévale des confins intercommunautaires du territoire de Malaberga qu’elles définissent alors comme une bandite brigasque, sur laquelle s’exercent des droits de pâturage des troupeaux de La Brigue. Ces statuts définissent en effet à la fois les confins du pâturage des communautés, les limites du pacage des troupeaux sur les « alpes » des villages, les droits de passage du bétail et la description topographique du finage des « bandites », c’est-à-dire un espace réservé au pâturage des troupeaux des ayants droit. Les statuts de La Brigue, particulièrement attentifs à la toponymie des localités de pâturage, consacrent un chapitre entier aux « confins de la bandite de Malberga », réservée toute l’année aux pâturages. Dans sa partie orientale, l’étendue de la bandite de Malaberga est délimitée par des croix sur les confins d’une autre bandite brigasque nommée Seneca, et par le territoire alpin du village piémontais de Limone à l’Ouest. Dans sa partie méridionale, elle jouxte une autre bandite, celle de Valmaurina, relevant depuis le début du xive s. au moins du territoire de Tende (in districtu Tendae). En 1316, la valle Maurina avaient en effet été vendue par une famille brigasque à un notable de Tende, Audoin Cassio. Trente ans plus tard, son fils renonce à tous ses droits en faveur de la communauté de Tende17. L’acte de vente précise alors que cette vallée est composée de prés, de bois et d’alpes et que ses limites jouxtent les terres de la commune et des hommes de La Brigue là où se trouve la division de territoire établie entre les deux communautés, dans la partie inférieure du vallon qui sort de Malaberga. Le territoire médiéval de la valle Maurina s’étend jusqu’au vallon du même nom, puis rejoint la Vallée Gosta plus au Sud (Valgosta actuel), remonte en direction des cimes, puis jusqu’à une draille qui conduit au col de Cinoirasca situé sur la crête et de là à la cime du Monte Caballeto (Monte Caballum). La limite de la bandite brigasque de Malaberga et de la bandite tendasque de Valmaurina se superpose ici à celle des confins des territoires des deux communautés et rencontrent celles du village de Limone au Nord-Ouest. L’utilisation de la bandite dans le sens de confins de pacage s’articule dans l’organisation du territoire communal, soit en fonction des locations de pâturage, soit en fonction de l’assignation des bandites comme rente aux créanciers de la commune, selon un calendrier qui distinguait la période et les ayants droit au pâturage. La bandite de Malaberga s’inscrit donc dans une vaste organisation territoriale, qui repose sur l’articulation de plusieurs bandites situées aux confins des deux communautés de Tende et de La Brigue. Ceux-ci apparaissent comme des territoires maîtrisés, constitués d’espaces de pacage réservés et délimités par des bornes au sein de l’organisation spatiale des zones de pâture des villages. Le finage intercommunautaire se consolide alors sur le tracé de passages médiévaux et les bornes-frontières de certaines bandites selon la codification des droits de pâturage et la règlementation de l’espace local des deux villages. L’enclave de Malabergue définit ainsi une « frontière des estives de la communauté » qui se consolide sur les confins des alpes entre Tende et La Brigue.

3. La « fouille juridictionnelle » du droit de pâturage sur les confins des deux communautés à l’époque moderne

  • 18 A.M.T., Catégorie VIII, carton n. 9, pièces 11 et 12 (1701-1703). À la fin du xviie s., le prêtre B (...)

8C’est le règlement d’un abus de pâturage18 du troupeau brigasque sur le territoire de Tende que nous permet de mieux comprendre la complexité de ce site de pâturage par rapport à l’exploitation moderne de cet espace pastoral. Nous proposons d’abord une lecture juridictionnelle des actes de procédures et des témoignages produits à l’occasion de ce procès (1700-1703). L’abus de pâturage, reproché par les Tendasques au troupeau brigasque entre la fin du xviie et le début du xviiie s. identifie trois discours des ayants-droit : celui des campiers de Tende sur la juridiction communale ; celui du troupeau brigasque sur le droit de passage ; celui des bergers d’Entracque qui louent une bandite tendasque. Ces discours dévoilent les pratiques coutumières des bergers sur ces lieux de pâturage et détaillent les droits qu’ils pouvaient y exercer d’après la codification des juridictions en vigueur sur ces terres de confins. Ces actes conservent en outre les témoignages des différents ayants droit au pâturage avec leurs titres et possessions. Nous proposons donc la lecture de ce dossier comme une « fouille juridictionnelle » du droit de pâturage sur les confins des deux communautés à l’époque moderne.

  • 19 A.D.A.M., Insinuation Tende C3271, cc.483r-485v. Palmero 2005, p. 723-729. Statuts La Brigue (1585) (...)
  • 20 A.M.T., Registres de l’adjudication des bandites, années 1645-1675 : nous retrouvons les bandiotes (...)
  • 21 A.M.T., catégorie VIII, carton n. 9, pièce 12, dessin s.d., réalisé au cours du débat judiciaire su (...)
  • 22 Istituto Geografico Militare di Firenze, chargé de la cartographie du royaume d’Italie depuis 1865, (...)
  • 23 I.G.C., « Alpi Marittime e Liguri » 1/50 000, Torino, 1953 et 2005.

9En premier lieu, les troupeaux brigasques traversaient le territoire de Tende pour rejoindre la bandite de Malaberga selon un droit de passage codifié dans le règlement des bandites de 1645, comme nous l’avons déjà souligné. En outre, les troupeaux brigasques pouvaient rejoindre les alpes « au-delà des cols » durant l’été, selon les anciens statuts19. En revanche, les gardes champêtres (campari ou campiers) de Tende s’appuyaient sur le règlement des bandites pour justifier plusieurs saisies des troupeaux brigasques dans le lieu nommé Piagia Cavalla situé sur la bandite de Valmaurina. La production de deux chapitres extraits des règlements champêtres de Tende (datés du 28 septembre 1598) venait à l’appui du procès : « Que les bandites soient interdites au bétail » et « que les campari soient tenus d’en interdire l’accès ». Un chapitre des statuts de Tende consacré à « l’observation des bandites » nous permet de mieux expliciter l’exercice d’un droit exclusif de pâturage des troupeaux à travers le calendrier des adjudications des bandites établi par la commune de Tende. Les troupeaux issus de la communauté pouvaient s’y rendre dès le 15 avril. Ils étaient rejoints par les troupeaux étrangers le 1er mai et tous pouvaient y rester jusqu’au 8 septembre. Les campiers de Tende pouvaient donc interdire le pâturage de ces bandites, qui pouvaient être assignées comme rente aux créanciers de la communauté ou dont la location aux éleveurs était mise aux enchères par la communauté de Tende20. Les bandites de Tende constituaient ainsi un « marché des pâturages » qui était ouvert à des adjudicataires étrangers, notamment aux bergers d’Entracque (valle Gesso-Cuneo). Selon les témoignages de la procédure de l’abus de pâturage du début du xviiie s., ces derniers avaient obtenu l’adjudication de la bandite de la Valmaurina depuis 1694 et y retrouvaient le bétail brigasque. L’analyse juridictionnelle de ces témoignages permet donc de recomposer les entrelacs des droits de pâture selon une « stratification » des pratiques pastorales sur ce site de pâturage pendant l’été. L’ancien droit de pacage des grands troupeaux issus des communautés sur les alpes communales « au-delà des cols » durant l’été (droit de vayle) se superpose à l’assignation de terres de pacage à des créanciers de la communauté ou à leur location à des adjudicataires étrangers (droit de bandite) et croise la fréquentation « au-delà du col » par les vaches des voisins. De même, le droit de passage s’entrelace avec les confins intercommunautaires et se superpose aux pâturages réservés aux différents ayants droit en concurrence avec le troupeau communautaire. Puisque la fréquentation de cet espace de proximité remonte à des « temps immémoriaux », comme le soutiennent les témoins brigasques, la solution du conflit conduit en premier lieu à une nouvelle visite des lieux pour réaffirmer les bornes des confins et les passages intercommunaux. La contestation des droits d’exploitation et d’usages qui s’élève entre les deux communautés conduit ainsi à la redéfinition des lieux de pâture modernes et de leurs limites en raison de la concurrence entre estives communautaires et pâturages de bandites. C’est un dessin réalisé au cours de la procédure21 qui nous permet de mieux comprendre l’articulation du territoire de Malaberga avec les différentes pratiques pastorales de cette région (fig. 3). Cette illustration replace dans l’espace, à l’appui des toponymes, les éléments et droits disputés par les différents protagonistes du procès. Le schéma que nous avons réalisé transpose les discours des différents droits sur les relevés altimétriques de la carte militaire de 187922 et des cartes actuelles23 (fig. 4) et nous donne une idée de l’exploitation de cet espace pastoral au début du xviiie s. Le lieu de la saisie des deux vaches du prête Boino et d’autres bêtes brigasques illustré dans le dessin du xviiie s. réalisé au cours du procès (fig. 3) se concentre sur le vallon de Pertega (ou Pertegale) situé dans la bandite de Valmaurina. On y repère également l’existence d’une structure d’élevage construite au lieu-dit « Campo del capraro », tandis que la « Piagia Cavalla » est indiquée en amont de la bandite tendasque. Le toponyme Monte Caballum médiéval désigne la colline dont la Piagia Cavalla moderne désigne l’adret. La crête de cette colline porte encore aujourd’hui le nom de Cima Malaberga. À l’arrière-plan, on peut voir la bandite brigasque de Malaberga, avec ses trois alpes, qui jouxte la bandite tendasque de Valmaurina. C’est le long du vallon de Pertega que les campiers de Tende avaient arrêté plusieurs fois à la mi-juin les troupeaux brigasques en vertu de ce qu’ils jugeaient comme un abus de pâturage. Selon eux, ce bétail ne se trouvait pas le long du passage intercommunal coutumier pour monter à Malaberga.

Fig. 3. Dessin de l’abus de pâturage réalisé au cours de la procédure (xviiie s.).

Fig. 3. Dessin de l’abus de pâturage réalisé au cours de la procédure (xviiie s.).
  • 24 “Gias de Vermorina” 1 851m d’altitude et 1 600 bâti (IGM1879) ; « vacherie de Valmorine » 1 848 m d (...)

10En revanche, pour les Brigasques, les troupeaux longeaient le parcours vers les alpages brigasques de Malaberga, faisaient paître leur bétail sur les sprescie (terrasses occupent l’ubac ou les côtes en amont d’une bandite) de Seneca et sur le plateau de Piagia Cavalla, que nous pouvons localiser entre 1 600 et 1 850 m d’altitude au nord-est du vallon de Valmaurina24 (fig. 4). Le développement des constructions destinées à l’élevage, suggéré par l’exercice des droits d’usage lié à la fabrication du fromage dès le Moyen Âge (ius cellandi) est attestée par la confrontation cartographique. Les témoignages des procédures modernes permettent même supposer une concurrence entre bovins et ovins pour l’utilisation des stations d’élevage d’altitude à l’époque moderne.

Fig. 4. Malaberga : bandites, passage et structures d’élevage (début du xviie s.).

Fig. 4. Malaberga : bandites, passage et structures d’élevage (début du xviie s.).

4. Limites des bandites et droits de passage entre Moyen Âge et époque moderne

11La dispute des droits locaux de pâturage avait conduit les autorités à visiter les lieux. Elles confirmaient les limites de pâturages. Pour rejoindre les alpes de Malaberga, les troupeaux brigasques ne devaient pas traverser le territoire de Tende, mais se contenter de suivre le parcours formé par les limites des bandites. L’un des passages connus touche les confins des bandites de Baccialone et de Seneca ; il se situe à 1 600 m d’altitude.

  • 25 Les sentences judiciaires du xiies. et la codification des bandites et des passages relevées dans l (...)

12L’autre jouxte les limites des bandites de Malaberga et de Seneca, mais aussi de Valmaurina à 1 750 m d’altitude environ. La transposition cartographique de ces passages révèle l’organisation des bandites et les quatre itinéraires que pouvaient emprunter les troupeaux brigasques pour traverser le territoire de la commune de Tende. Le premier traversait les terres de Tende par le chemin inférieur de Velega qui correspondait probablement à la Via Cravaluna médiévale. Le second, dit chemin supérieur de Velega suivait les crêtes et permettait aux Brigasques de contourner les bandites tendasques de Velega et de Baccialone. Il correspondait probablement aux viae de Terre Rosse médiévales et permettait de rejoindre la Strata Marencha citée dans les sentences juridiciaires de 1162 et dont un tronçon est toujours visible sur les cartes actuelles25. Le chemin supérieur de Velega desservait également la forêt de Baccialone et permettait de rejoindre directement le chemin de Pertigale qui longeait une partie du vallon du même nom et conduisait à Tende. S’il n’est pas désigné sous cette forme toponymique dans la documentation médiévale, cet itinéraire permettait pourtant déjà de relier la haute vallée de la Roya à celles du Tanaro et de l’Arroscia par le col de Pertigale. La transposition cartographique des litiges territoriaux du Moyen Âge et leur confrontation avec les sources de la période moderne suggèrent dans cette zone un déplacement des passages vers le Sud et une exploitation des estives élevée dans la seconde moitié du xiie s., à 2 500 m d’altitude environ. Au cours de la période moderne, les limites de Malaberga prennent appui sur les bandites et les passages conventionnels hérités en partie du Moyen Âge. Ces itinéraires irriguaient le réseau de pâturages situés à distance des villages, sur les terres de confins situées de part et d’autres des crêtes et fréquentées par les bergers de la Haute-Roya. Au cours de la période moderne, les limites du territoire de Malaberga se renforcent sur les règlements et les statuts des bandites. L’analyse de l’abus de pâturage brigasque illustre la consolidation du finage entre les deux communautés sur un espace de pâturage de confins doté de stations d’élevage.

5. Conclusion : confins des alpes et « pâturages de proximité », un site archéologique ?

  • 26 Le prêtre, don Antonio Boino, l’un des Brigasques accusé d’abus de pâturage, possédait la moitié de (...)

13Nous avons vu qu’entre les xive et xvie s., les sociétés pastorales de la haute Roya mettent en place un réseau de bandites situé sur les passages conventionnels qui longent les confins des finages de Tende et de La Brigue : Baccialone, Seneca, Valmaurina, qui assurent les mouvements des troupeaux locaux. Les témoignages des bergers d’Entracque, de Tende et de La Brigue qui fréquentent ces bandites entre 1694 et 1703 précisent les droits d’usages dont la pratique est autorisée sur ces pâturages de proximité. Le berger d’Entracque, qui avait loué la bandite de Valmaurina à Tende, affirme notamment que les margari (gardien des troupeaux de gros bétail) du prêtre Boino, montaient jusqu’au gias d’en haut (gias soprano) durant le mois de juillet. Ce gias, identifié comme le jas de Valmaurina localisé sur les cartes actuelles à 1 846 m d’altitude, est localisé par le témoin dans la bandite tendasque du même nom (fig. 4). Néanmoins, le fait que la commune de Tende ne soit jusqu’alors jamais intervenue contre le prêtre Boino et ses margari depuis 1694 compromet de fait pour les Tendasques l’utilisation et la possession des gias de ces bandites que les Brigasques semblent s’être appropriées. La bandite de Malaberga avait également un « gias d’en haut », mais la carte de l’année 1879 révèle qu’il existe alors au moins deux autres structures à l’intérieur du territoire brigasque. Seule celle qui se trouve à 1 743 m d’altitude apparaît sur la carte de 1953 sous la dénomination de « vacherie de Malaberga », tout comme l’on trouve une vacherie dans la bandite de la Valmaurina. Enfin, sur la bandite de Seneca qui appartenait à La Brigue, il existait également des structures pastorales, les celle de Pertegale, dont la propriété revenait aux Brigasques26. C’est dans le vallon de Seneca que nous avons localisé un bâti à 1 699 m d’altitude nommé la Sella tandis qu’une autre construction est identifiée à 1935 m d’altitude, au nord de Cima Pertega, sous le nom de « le Selle » (fig. 4). La construction de structures liées à l’élevage – enclos, cabanes pour la fabrication du fromage, abri de bergers – sur les alpages relevait de la juridiction de la communauté. Ces constructions, en principe temporaires, avaient été consolidées par la fréquentation des alpes et l’exploitation de l’espace selon différentes altitudes, comme l’atteste la cartographie du xixe s. Les pâturages de proximité se définissent donc comme des lieux de dépaissance dotés de structures d’élevage alpines, situés sur les alpes des communautés, loin des villages, et délimités par un réseau de passages conventionnels formés par les confins des terres communales de villages limitrophes.

14La contextualisation des sources médiévales et modernes sur la base de données toponymiques et sur une « longue durée historique » permet d’identifier l’existence d’un site sur les confins des terres de pâturages des communautés. Il s’agit d’un espace de pâturage complexe codifié par un ensemble de règles de compascuité pesant à la fois sur le territoire et sur les passages utilisés par les bergers et les troupeaux entre le Moyen Âge et l’époque moderne sur les confins intercommunautaires de Tende et La Brigue. La confrontation cartographique du discours juridique des litiges médiévaux et de celui des bergers de la fin du xviies. montre un changement de perspective dans la maîtrise de l’espace pastoral. L’enjeu repose sur le contrôle des cols pour permettre le passage des troupeaux, en direction des pâturages d’altitude ou dans le cadre du développement de la transhumance avec les Alpes ligures d’une part. De l’autre, les pratiques pastorales et les droits d’usage sur un système de pâturages de proximité sont bien évidents à l’époque moderne. Cette évolution tend à une spécialisation territoriale des pâturages communautaires soit en tant que bandites, soit en tant que pâturages communautaires à travers les règles d’accès qui les définissent. Elle révèle également une concurrence sur l’accès aux alpages entre différents ayants droit. Les sources écrites soulèvent également l’hypothèse d’une concurrence de l’élevage entre ovins et bovins et dans l’utilisation des stations de pâturage d’altitude (> 1 600, > 1 800, > 2 000 m) sans qu’il soit possible de préciser à quel moment celle-ci se développe. Les pratiques pastorales, la codification locale des droits et des règles ainsi que les discours juridictionnels construisent ici un territoire de confins sur la « longue durée », traversé par des itinéraires et sur lequel se développent des structures d’exploitation pastorale différenciées. La documentation écrite permet d’identifier des indices importants de l’exploitation des écosystèmes des pâturages d’altitude par les communautés d’habitants que nous livrons ici aux problématiques développées par ­l’archéologie des sites de montagne.

Bibliography

Casana 2000 : Casana (P.)Gli Statuti di Vernante e il diritto locale nella contea di Tenda. Cuneo, Società degli Studi Storici, Archeologici e Artistici di Cuneo, fonti VI, 2000.

Ferrières 2001 : Ferrières (M.) – Une enquête sur les statuts du Vaucluse. Les Statuts de Gigondas (1592). Histoire des Sociétés Rurales, 16, 2001, p. 177-204.

Jourdain-Annequin, Duclos 2006 : Jour­dain-Annequin (C.), Duclos (J.-C.) dir. – Aux origines de la transhumance. Les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui, Paris, Picard, 2006, 315 p.

Lassalle 2008 : Lassalle (J.) – Entre Provence, Ligurie et Piémont. Litiges territoriaux et conflits d’alpages de la haute vallée de la Roya (xiie-xve s.), thèse de doctorat de 3e cycle, sous la direction de Monique Bourin, Université de Paris-I/Panthéon-Sorbonne – LAMOP, décembre 2008.

Ortolani 1991 : Ortolani (M.) – Tende 1699-1792. Destin d’une autonomie communale. Breil, 1991.

Palmero 2005 : PALMERO (B.) – Communautés, enjeux de pouvoir et maîtrise de l’espace pastoral aux confins du comté de Nice (Tende, La Brigue et Triora) à l’époque moderne. Une approche micro-historique : les alpes de proximité, thèse de doctorat de 3e cycle, sous la direction de George Comet, Université de Provence, Aix-Marseille I – TELEMME, novembre 2005.

Notes

1 Parmi ces cinq documents, deux sont les parchemins originaux des sentences rendues le 15 octobre 1162 sous l’autorité du légat impérial de Frédéric Ier Barberousse en Italie du Nord pour régler le conflit territorial qui oppose les deux communautés. Ces originaux d’un contenu identique sont conservés au Musée des Merveilles de Tende et dans les archives privées de la famille Alberti della Briga. On en trouve une copie complète et un extrait dans le recueil d’actes du notaire Guidi de Tende (seconde moitié du xve s., circa 1470-1472), Archives Départementales des Alpes-Maritimes (désormais A.D.A.M.), 1 Mi 12 R 12 (micro-films), document n. 136, fol. 25 v., document n. 2, 15 octobre 1162 (copie intégrale) et fol. 26 r., document n. 3, extrait. Deux autres sentences sont rendues en 1163. Nous n’en conservons que des copies médiévales issues de l’inventaire cité précédemment (seconde moitié du xve s.). L’un de ces deux documents est une sentence arbitrale qui reprend la délimitation du territoire attribué à Tende par le tribunal féodal qui se réunit à Borgo San Dalmazzo le 5 juillet 1163. La seconde sentence reprend les dispositions de l’année précédente au sujet des territoires de Malaberga et des Bois. A.D.A.M.), 1 Mi 12 R 12, document n. 136, fol. 26 r.-v., document n. 4, 5 juin 1163. Acte de division territoriale entre Tende et La Brigue, validée par le tribunal féodal le 5 juin 1163, A.D.A.M., idem, fol. 26 v. -27 r., document n. 5, 5 juin 1163. Le dernier document est une sentence arbitrale rendue par l’évêque de Vintimille dans le litige opposant Tende et La Brigue au sujet des territoires de Malaberga et De Bosco en 1169, A.D.A.M., idem, fol. 27 v.-28 r., document n. 8, 23 avril 1169, copie médiévale. L’original de cet inventaire est conservé à l’Archivio di Stato di Torino (désormais A.S.T.), fonds « Città e Contado di Nizza », mazzo 51, « Tende, Limone e Vernante », document n. 1.

2 Ce document n’est conservé que sous la forme d’un extrait qui fut copié au cours de la seconde moitié du xve s. par le notaire Guidi de Tende. Cet extrait ne précise pas l’objet de la querelle. A.D.A.M., 1 Mi 12 R 12 (micro-films), document n. 136, fol. 25 v., document n. 1, 1149, extrait et A.S.T., fonds « Città e Contado di Nizza », mazzo 51, « Tende, Limone e Vernante », document n. 1 (original), fol. 25 v., document n.1. L’analyse de cet inventaire et son contenu étudié par Lassalle, 2008, p. 204-252 et p. 324-348 sont en cours de publication.

3 Archives Municipales de Tende (désormais A.M.T.), Catégorie VII, dossier n. 8, « Recueil Lanteri », fol. 5-38 et 41-44 (1282-1284).

4 Jugement prononcé par Guido de Susaria, docteur en loi, en faveur de Tende sur les controverses entre Tende et La Brigue au sujet des litiges territoriaux sur le territoire dit « Des Bois » ou Nemorum et sur le territoire de Malaberge. A.D.A.M., 1 Mi 12 R 12, document n. 136, fol. 29 r., document n. 13, circa 1291, extrait. Au cours de la même période, plusieurs contentieux opposent les communautés de Tende et de Limone sur les terres situées à l’Ouest de Malaberga.

5 A.M.T., Catégorie I -Parchemins, document n. 26, 17 mars 1326, adjudication de la bandite de Trevellega à Jean Jordana pour neuf ans en échange de l’extinction d’une dette que la communauté avait envers lui. A.D.A.M., 1 Mi 12 R 12, document n. 136, fol. 31 r., document n. 20, sans date (document de procédure du xve s. qui rappelle les adjudications du début du xives.).

6 Le vallon de Bachialon actuel correspond au vallon de Celle Vieilles de la période napoléonienne et au vallon Pertegale antérieur.

7 Les perspectives des études historiques actuelles appréhendent les statuts des communautés comme des sources à part entière pour l’histoire des territoires. Ferrières, 2001. La production des statuts de l’ancien « comté de Tende » dans les éditions du xvis. fait l’objet d’une recherche menée par Casana, 2000. En outre, les statuts des communautés du xvis. reproduisent l’organisation de l’espace local à travers la codification des accords médiévaux et la reprise d’anciennes réglementations. Palmero 2005, p. 431-436.

8 A.D.A.M., 02Mi 039, Statuts de La Brigue (1585), ch. 160, « Confins de la bandite Malberga » ; ch. 170, « Confins bandite Seneca » ; ch. 67 « passage pour venir des alpes aux bandites… ». Le manuscrit, dont il n’existe aucune version imprimée, est composé entre 1707 et 1711. Palmero 2005, p. 731-749.

9 Istituto internazionale Studi Liguri Bordighera (desormais I.I.S.L.) Fondo Rossi, Statuti di Tenda (1579), ch. 62 et 67. Ce manuscrit se termine sur la délibération du conseil communal pour sa publication (20 décembre 1620). Une copie imprimée des statuts de Tende, datée 1621, est conservée à la Bibliothèque royale de Turin.

10 A.D.A.M., Insinuation de Tende, C 3271, c. 483 r.-485 v. « Capitoli in forme ai quali la comunità di Tenda da a suoi creditori in pagamento le bandite et pascui », 7 septembre 1645, ch 12 et 13.

11 A.S.T. sezione riunite, Camerale-Estimi e misure catastali, Catasto antico della Briga (1702). Palmero 2005, annexe H, p. 764-774.

12 A.D.A.M., Fonds Consulat et Empire, Délimitation des communes, p. 155, Tende, un cahier, 19 folios, An XI ; Idem, p. 117, La Brigue, un cahier, 18 folios, 1806. Lassalle 2008, p. 74-83.

13 Cartes topographiques italiennes : Limone Piemonte – valle delle Meraviglie – Saint Dalmas de Tende, n. 114, 1/25 000, Istituto Geografico Centrale (désormais IG.C.), 1989 ; Alpi Marittime e Liguri, carta dei sentieri e dei rifugi, n. 8, 1/50 000, I.G.C., 1973. Cartes topographiques françaises : Viévola, série orange, n. 3840, 1/50 000, I.G.N., n.1991 ; Vallée de la Roya – vallée des Merveilles, promenades et randonnées balisées, n. 3, 1/25 000, I.G.N. et Conseil Général des Alpes-Maritimes, 1990 ; Marguareis-Mongioie, Alpes sans frontières, les spéciales de l’I.G.N, n. 3, 2002.

14 Il n’est cependant pas rare de trouver plusieurs toponymes proches voire identiques dans les vallées voisines. Ainsi, on trouve sur le versant oriental de la ligne de crête qui sépare La Brigue de la Ligurie actuelle les toponymes « Rocche del Piano Cavallo » et « Cima di Piano Cavallo ». Seules la transcription cartographique des délimitations territoriales et une vision globale des litiges territoriaux des communautés de la haute Roya et de ces communautés avec celles des versants voisins permettent de s’assurer de la localisation correcte de ces micro-toponymes.

15 La limite napoléonienne suivait le vallon du col de Pertigale appelé Celles Vieilles et rejoignait ensuite le vallon de Malaberga. Sur les cartes topographiques françaises actuelles, le vallon de Bachialon mène au col de Celle Vieille (colle de Selle Vecchie sur les cartes italiennes). La réunion de ces deux torrents donne naissance au vallon de Réfréi correspondant au vallon de Rio Freddo dans la délimitation de 1805. Colle Selle Vecchie sur les cartes itailennes (n. 114, 1/25 000, 1989) ou col de la Celle Vieille sur les cartes françaises (voir supra), 2 098m. Un autre dossier de conflits territoriaux opposant cette fois la commune de Tende à celles des Châtellenies (Cosio et Pornassio, en Ligurie actuelle, dans la haute vallée de l’Arroscia) permet d’identifier le col de Pertigale médiéval comme celui de Celles Vieilles. Lassalle 2008, p.483-500.

16 Un breve recordationis de la seconde moitié du xiie s. révèle en effet les liens entretenus entre les seigneurs de Morozzo qui contrôlent la haute vallée du Pesio et notamment la localité de Chiusa, et les Tendasques. En échange du contrôle militaire des populations alpines éloignées du cœur patrimonial des Morozzo, les hommes de Tende avaient obtenu le remboursement d’une dette probablement gagée sur l’usufruit de pâturages de la haute vallée du Pesio. Lassalle 2008, p. 317-362 et p.556-557.

17 A.M.T., Catégorie I – Parchemins, document n. XX, 25 juillet 1316 et A.D.A.M., 1 Mi 12 R 12, document n. 136, fol. 30, document n. 15, extrait médiéval du parchemin original. A.M.T., idem, document n. XXXIV, 11 avril 1344 et A.D.A.M., Idem, fol. 31 v., document n. 23, extrait. Lassalle 2008.

18 A.M.T., Catégorie VIII, carton n. 9, pièces 11 et 12 (1701-1703). À la fin du xviie s., le prêtre Boino et d’autres de La Brigue conduisaient leurs troupeaux à proximité du vallon de Malaberga. Ils sont accusés par le garde champêtre de Tende de pâturer sur un lieu qui se trouve sur la bandite tendasque qui jouxte celle de La Brigue. Le prêtre Boino fait appel de sa condamnation par la justice tendasque auprès du tribunal du Sénat de Nice. Une lecture en terme de la procédure judiciaire des campiers de Tende est réalisée par Ortolani 1991, p. 69-71.

19 A.D.A.M., Insinuation Tende C3271, cc.483r-485v. Palmero 2005, p. 723-729. Statuts La Brigue (1585), cit., chap. 224.

20 A.M.T., Registres de l’adjudication des bandites, années 1645-1675 : nous retrouvons les bandiotes d’Entracque qui participent aux enchères des bandites de Tende depuis 1650 et qui deviennent bandiotes de la Valmaurina une fois dans l’année en 1657 et en 1664. Palmero 2005, p. 489-497.

21 A.M.T., catégorie VIII, carton n. 9, pièce 12, dessin s.d., réalisé au cours du débat judiciaire sur la base de l’audition du capitaine Giovanni Francesco Chianea qui a lieu le 29 juillet 1703. Ce fragment se trouve actuellement détaché et intégré dans le dossier fasc. 11.

22 Istituto Geografico Militare di Firenze, chargé de la cartographie du royaume d’Italie depuis 1865, desormais IGM 1879-1895, F. 91 III Carta d’Italia. Tenda.

23 I.G.C., « Alpi Marittime e Liguri » 1/50 000, Torino, 1953 et 2005.

24 “Gias de Vermorina” 1 851m d’altitude et 1 600 bâti (IGM1879) ; « vacherie de Valmorine » 1 848 m d’altitude et 1 600 environ bâti (IGC1953).

25 Les sentences judiciaires du xiies. et la codification des bandites et des passages relevées dans les statuts de l’époque moderne montrent que la route Marenca reliait deux cols (col de Pertigale et col de Carezio- actuel Garezzo) mais aussi la haute vallée de la Roya à celle du Tanaro en direction des plaines piémontaises et à celle de l’Arroscia en direction des plaines ligures.

26 Le prêtre, don Antonio Boino, l’un des Brigasques accusé d’abus de pâturage, possédait la moitié de la montagne de Seneca où se trouvaient les celle (celle de Pertegale), tandis que l’autre moitié était déclarée au cadastre par le syndic de La Brigue. A.S.T., Catasti antichi, Briga 1702, dichiarazione Antonio Boino fu Marc’Antonio, c. 132 ; dichiarazione del sindaco Pietro Alberti, c. 167. Les celles sont codifiées dans les statuts de La Brigue (1585), comme appartenance de la bandite homonyme de Seneca (cit., chap. 170).

List of illustrations

Title Fig. 3. Dessin de l’abus de pâturage réalisé au cours de la procédure (xviiie s.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/235/img-1.png
File image/png, 340k
Title Fig. 4. Malaberga : bandites, passage et structures d’élevage (début du xviie s.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/235/img-2.png
File image/png, 184k

Author(s)

Laboratoire d’Histoire des Alpes USI-Academia di Architettura, LabiSAlp Mendrisio (Suisse), Via ville 30, I18039 Ventimiglia, Imperia (Italie).

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540