Desktop versionMobile Version

Signa et tituli

 | 
Sandrine Agusta-Boularot
, 
Emmanuelle Rosso

Hommage à Michel Janon

Sandrine Agusta-Boularot und Emmanuelle Rosso

Volltext

1Après avoir été ingénieur pendant plus de vingt ans au CNRS, d’abord au Centre de Recherches sur l’Afrique Méditerranéenne (CRAM) à Alger, puis à l’Institut d’Archéologie Méditerranéenne (IAM) qui allait devenir le Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence, Michel Janon part enseigner pendant dix ans à l’université d’Ottawa au Canada. En 1995, il revient à Aix-en-Provence et rejoint l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (CNRS)  : c’est à ce moment-là que nous avons fait sa connaissance, à un moment décisif de notre formation. C’est avec une grande générosité que Michel nous a associées à ses travaux. Épigraphiste reconnu, mais aussi éminent spécialiste du décor architectural, de la sculpture, de l’urbanisme antique et de la religion romaine, il poursuivait infatigablement ses recherches «  de Judée en Narbonnaise  », pour reprendre le titre d’un de ses articles les plus stimulants (Janon 1992). Michel a toujours été extrêmement attaché à une approche à la fois pluridisciplinaire et «  décloisonnée  » des Sciences de l’Antiquité. Curieux de tout, il a eu un rôle pionnier et novateur dans la réflexion sur les apports de l’outil informatique à la recherche en épigraphie, en un temps où l’informatique n’en était qu’à ses balbutiements. Dès 1972, il a animé un groupe de recherches sur ce thème qui a connu depuis lors, comme on le sait, une remarquable fortune. Michel était présent lors du sixième colloque des Inscriptions latines de Narbonnaise organisé en décembre 2008 par le Centre Camille Jullian, à Aix-en-Provence  : une partie des communications fut consacrée à faire le point sur l’épigraphie et l’informatique et même si Michel ne voulut pas que l’on rappelle ses hauts faits dans ce domaine, ces journées furent organisées comme un hommage à ses travaux. Ce dossier a été publié dans la Revue Archéologique de Narbonnaise (n° 43, 2010).

2Son souci de ne pas séparer les images antiques des textes qui leur étaient associés, comme de leur contexte archéologique et historique, fut constant. Cette préoccupation s’exprime de façon particulièrement claire à travers deux de ses travaux majeurs, parus à quelques mois d’intervalle  : entre 1985 et 1986, il a publié à la fois le premier volume des Inscriptions Latines de Narbonnaise (cité de Fréjus), avec Jacques Gascou, et les blocs à décor de rinceaux de Narbonne, premier volet d’une série d’études consacrées aux collections lapidaires de la capitale de la Gaule Narbonnaise qu’il projetait de mener à bien ultérieurement. Les nombreuses discussions que nous avons eues avec lui sur ces sujets, d’Aix-en-Provence à Glanum, de Saint-Bertrand-de-Comminges à Orange, ont très puissamment contribué à la réflexion qui a donné naissance au programme Signa et Tituli du Centre Camille Jullian, et au colloque dont nous publions ici les communications. Quelques mois avant sa disparition, Michel nous a fait l’amitié d’assister à ce premier volet du programme et d’en animer les débats avec l’enthousiasme qui le caractérisait  : ce projet lui doit beaucoup et nous tenions, à l’occasion de la parution de cet ouvrage, à lui rendre hommage.

3Michel nous a quittés le 31 mai 2010 mais nous n’oublions pas ce qu’il nous a appris  : regarder inlassablement les blocs, inscrits ou sculptés, avec passion, humilité et esprit critique.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2316/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 460k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search