Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Étrusques et Grecs en Méditerranée nord-occidental

Vie quotidienne et transformations à Fratte (SA), un établissement étrusco-campanien situé à l’embouchure du fleuve Irno

A. Pontrandolfo und A. Santoriello
Übersetzt von Maria Giovanna Canzanella

Zusammenfassung

Le site de Fratte occupe une petite éminence à la périphérie nord de la ville actuelle de Salerne, au confluent du fleuve Irno avec les torrents Pastorano et Grancano. La zone fouillée, définie comme l’acropole, en raison non seulement de la qualité de ses structures, mais aussi de sa position topographique, a été aménagée en parc archéologique. L’importance de l’occupation peut être mise en relation avec l’expansion étrusque dans le sud de la Campanie durant les dernières décennies du VIe s. av. J.-C. Ensuite Fratte fut occupé par des groupes de Samnites entre la seconde moitié du IVe s. et le milieu du IIIe s. av. J.-C. et en raison de son importance ce site est entré dans la littérature archéologique, en étant identifié comme la Marcina mentionnée par les sources antiques, notamment par Strabon.

The old settlement in Fratte occupies a low flat topped hill situated in the northern neighbourhood of the present town of Salerno at the confluence of the river Irno with the streams Pastorano and Grancano. The investigated area, defined “acropolis”, for the quality both of its structures and for its topographic position, was fenced and used as archaeological park. The importance of this settlement can be compared to the Etruscan expansion in southern Campania over the last decades of the 6th century B.C. It was later occupied by groups of Samnite origin in a period between the second half of the 4th century and the half of the 3rd century B.C. and for its importance it was included in the archaeological literature and was identified with the Marcina mentioned by literary sources, particularly by Strabo.

Indexeinträge

Volltext

1L’ancien établissement de Fratte s’étend à la périphérie nord de la ville de Salerne, sur le plateau au sommet de la colline de Scigliato. Le site est une partie d’une implantation plus vaste, en position dominante au confluent du fleuve Irno avec les torrents Pastorano et Grancano. L’identification des premières traces de la présence d’un site archéologique dans la zone de Fratte remontent aux débuts du XIXe s., lorsque du matériel de surface et hors contexte apparaît pendant la construction de la manufacture des Cotoniere Meridionali. Plus d’un siècle plus tard, entre 1927 et 1929, A. Maiuri fouille dans la même zone une nécropole de 169 sépultures. Les recherches dans l’habitat commencent en 1947 avec P.C. Sestieri, dans l’actuel quartier de Fratte ; dans les années cinquante, V. Panebianco y conduit une fouille extensive qui révèle la présence d’un important noyau d’habitations, intégrées actuellement au parc archéologique (fig. 1). Dans les années soixante et soixante-dix, l’expansion urbaine du quartier de Fratte permet de découvrir 400 tombes, dans des espaces proches des zones fouillées durant les années vingt.

Fig. 1. Plan général de l’habitat de Fratte avec sa localisation dans la vallée du fleuve Irno.

Fig. 1. Plan général de l’habitat de Fratte avec sa localisation dans la vallée du fleuve Irno.

2Une nouvelle étape de la recherche commence en 1985, dans le cadre d’un projet de valorisation du territoire du fleuve Irno. Depuis 1995 les activités de terrain se poursuivent sans interruption, dans le but d’identifier les éléments nécessaires à la compréhension et à la reconstruction des différentes phases de l’établissement ancien et de l’évolution du paysage naturel (Greco, Pontrandolfo 1990 ; Pontrandolfo 2009 ; Pontrandolfo, Santoriello 2011 ; Pontrandolfo, Santoriello, Tomay 2011). Les résultats de la recherche ont permis d’identifier la dynamique de l’habitat antique et, sur ces bases, un projet de réaménagement du parc archéologique a été conçu, vu comme lieu du palimpseste historique sous-jacent lié à une remise en valeur de l’actuel quartier urbain.

3Les premières phases d’occupation du site de Fratte, de la fin du VIIe s., sont documentées par les restes d’un grand édifice à abside (fig. 2), d’environ 15 m sur 6, encore en cours de fouille, dans la zone de la colline près du torrent Pastorano, au confluent de l’Irno. La richesse et la qualité du mobilier trouvé à l’intérieur – dont des céramiques d’impasto et des vases de bucchero, surtout des kantharoi – sont la preuve d’une importante présence des Étrusques, dans le cadre d’une circulation d’hommes et de biens complémentaire des petites escales sur la côte (par exemple à Vietri sul Mare, où on a trouvé des céramiques de la même époque, dont un vase protoattique attribué au Peintre de la Gorgone). Les objets provenant de ce grand bâtiment ressemblent au matériel des plus anciennes sépultures de Fratte, dont le mobilier consiste en vases de bucchero associés à des céramiques importées de Corinthe. Ces tombes, identifiées dans les années vingt sur la rive opposée du torrent Pastorano, sont une preuve évidente que, depuis les origines de l’habitat, l’espace des morts était nettement séparé de l’espace destiné à l’habitat. L’établissement situé aux bouches de l’Irno, contrôlant la partie nord du golfe de Salerne, surgit presque en même temps que la fondation de Poséidonia, au Sud du même golfe. La fonction originaire de cet emporion, liée aux petits ports étrusques de la Péninsule de Sorrente, se confirme au cours du VIe s., lorsque la communauté de Fratte joue un rôle fondamental de liaison entre les populations de Poséidonia et de Capoue. Ce statut plus important devient manifeste entre le dernier quart du VIe et la première moitié du Ve s. av. J.-C. soit dans les riches mobiliers funéraires des tombes, soit dans l’habitat, qui s’agrandit, occupant de nouveaux espaces, suivant un programme d’urbanisme cohérent et organisé sur des axes réguliers. Ce phénomène s’intègre dans un processus bien documenté dans les communautés les plus avancées de l’Italie antique et représente un reflet évident d’importantes transformations structurelles, politiques et institutionnelles. Le plan d’urbanisme de Fratte est contemporain, en effet, des plans connus en Etrurie padane et tyrrhénienne, dans les centres de la Campanie étrusque, tels Capoue, l’habitat plus ancien de Pompéi, Pontecagnano, et surtout les poleis de la Grande Grèce, notamment Poséidonia, dont le plan d’urbanisme date de la fin du VIe s. av. J.-C. Cette phase de développement est la manifestation la plus concrète d’une période de croissance économique des communautés de la Péninsule italienne, régies par des aristocraties qui semblent avoir des comportements similaires, bien que non homogènes et non assimilables, dans les villes grecques, dans les villes étrusques et même dans les réalités indigènes plus proches de ces milieux qui ont atteint un niveau élevé et complexe de structuration politique. On est donc de plus en plus porté à partager l’hypothèse que l’établissement de la fin du VIe s. à l’embouchure de l’Irno puisse correspondre à Marcina, mentionnée par Strabon (V, 4, 13, C251) : au Ier s. av. J.-C., cet historien géographe reporte, d’après une source plus ancienne, peut-être Artémidore d’Ephèse : « Entre les Sirenussae et Poseidonia [se trouve] Marcina, fondation des Tyrrhènes, habitée par les Samnites. D’ici à Pompéi, par Nuceria, il y a un isthme qui ne fait pas plus de 120 stades ».

Fig. 2. Zone 4 : plan général avec l’édifice à abside (en orange).

Fig. 2. Zone 4 : plan général avec l’édifice à abside (en orange).

4D’une manière de plus en plus évidente, la recherche archéologique semble confirmer une fondation tyrrhénienne du site de Fratte à l’époque tardo-archaïque, au moment de son plus grand épanouissement, et une occupation samnite dans le courant du IVe s. En particulier, les inscriptions sur des vases faisant partie, avec d’autres objets, des mobiliers des tombes d’un secteur de la nécropole, laissent apercevoir une remarquable cohésion entre groupes de gens différents par l’appartenance ethnique et linguistique : nous avons donc là le signe d’une grande mobilité et d’une intégration sociales, un élément de distinction propre au site à l’embouchure de l’Irno, parmi les centres du pourtour du golfe de Salerne. Un exemple significatif en est l’inscription gravée avant cuisson sur une petite olpé fabriquée à Poséidonia, découverte dans une tombe fouillée en 1963-1964, célébrant, en vers, les jeux érotiques entre personnages étrusques, grecs et italiques, pratiqués dans cet espace privilégié d’intégration qu’est le symposion.

5Sans forcer les données, nous croyons quʼil faut néanmoins approfondir la réflexion sur le phénomène qui voit, au moins dans les dernières décennies du VIIe s., une projection sybarite sur la Mer Tyrrhénienne pour le contrôle de l’accès méridional au golfe de Salerne et, en même temps, une avancée étrusque pour le contrôle de l’accès nord du même golfe, n’est pas dû au hasard.

6Il faut se demander si ces épisodes de mobilité gouvernée par des entités culturelles et politiques différentes sont les résultats d’oppositions ou plutôt de stratégies dictées par les intérêts convergents des aristocraties intéressées par le contrôle du secteur inférieur de la côte tyrrhénienne. Il faut aussi reconsidérer le rôle spécifique de Fratte par rapport à Pontecagnano, c’est-à-dire déterminer si la première est née en opposition avec la seconde, comme intermédiaire direct sur la voie entre Capoue et Poséidonia, ou si toutes les deux, sous des formes diverses, entrent dans un programme plus vaste de rapports qui, de toute façon, sont liés à des groupes aristocratiques.

7Dans la zone archéologique au sommet de la colline de Fratte (environ 900 m2), lieu d’une « centralité » politique (une acropole ou un arx), les recherches récentes ont conduit à l’identification de trois routes orientées dans le sens est-ouest, perpendiculaires à un axe Nord-Sud. La mise en œuvre d’un plan d’urbanisme unitaire apparaît également dans l’adoption d’une unité de base de 12,80 m de long (fig. 3), utilisée pour définir, par multiples et sous-multiples, le plan des îlots, la distribution des espaces urbains et les dimensions des édifices. Les dimensions maximales des îlots dans le sens nord-sud, environ 25,60 m, sont un multiple de l’unité de base, ce qui restitue un module fondé sur un rapport ­longueur/largeur de 1:2.

Fig. 3. Zones 2 et 3 : schéma du module théorique de l’organisation des espaces à l’époque archaïque.

Fig. 3. Zones 2 et 3 : schéma du module théorique de l’organisation des espaces à l’époque archaïque.

8Les deux îlots qui occupent la zone centre-nord de l’acropole dessinent des grands espaces bien distincts, à peu près rectangulaires, de 36 x 25 m, aux côtés longs orientés dans le sens est-ouest. Un seul complexe résidentiel occupe en entier l’îlot septentrional qui, par ses dimensions, position et fonction des pièces, se caractérise comme une résidence aristocratique (fig. 3 et 4). Tout le côté occidental, ouvert sur une vaste esplanade centrale découverte et enrichie par une fontaine monumentale, est occupé par des espaces qui semblent destinés à des fonctions de représentation, peut-être à des cérémonies ; on pense, au contraire, à des fonctions de service pour deux petites structures du côté oriental, situées l’une face à l’autre et ouvertes sur un petit atrium qui permet également l’accès à la cour centrale à l’endroit où se situe un puits pour la captation de l’eau.

Fig. 4. Zone 3 : reconstruction axonométrique de l’îlot archaïque.

Fig. 4. Zone 3 : reconstruction axonométrique de l’îlot archaïque.

9Les habitations de l’autre îlot, bien que construites elles aussi sur les côtés occidental et oriental, sont plus petites et apparemment bien distinctes et différenciées quant à leurs fonctions (fig. 3b). Le plan de la construction la mieux conservée, de 16,50 x 5,80 m, est celui d’une maison à pastas : un édifice rectangulaire, séparé en deux ou trois pièces de différentes dimensions, avec une petite cour. Le local au nord, à peu près quadrangulaire, devait être complètement couvert, tandis que l’autre, doté d’un puits pour l’approvisionnement en eau de la nappe phréatique, était vraisemblablement couvert par une toiture terminant à l’est par un porche donnant sur une aire ouverte et partiellement délimitée par un mur. Cette maison, comme l’autre similaire placée de l’autre côté de l’îlot, était probablement destinée à des activités complémentaires de celles des habitants de la casa-palazzo. Cette hypothèse serait renforcée par les larges surfaces laissées libres dans l’îlot, réservées peut-être à des potagers ou à des activités artisanales. Il faut également considérer la position de cet îlot, entre la casa-palazzo et l’aire sacrée au sommet du plateau.

10De la zone sacrée, on connaît bien deux phases chronologiques (fig. 5). Dans la phase archaïque, l’édifice en blocs de tuf équarris présente un plan rectangulaire (23 x 6,50 m), divisé en quatre espaces. La pièce centrale (de 6,50 x 7,50 m) est formée d’un espace interne précédé par une entrée étroite et allongée ; dans la pièce au milieu, de dimensions plus réduites (2 x 6 m), il y a un puits d’évacuation, faisant partie d’un aménagement hydraulique assez complexe, réalisé sur toute la colline lors de la création du plan d’urbanisme à axes réguliers. Il s’agit d’un système constitué de canaux de surface, puits verticaux atteignant la nappe phréatique, puits de liaison et galeries souterraines. Ces dernières sont taillées dans le banc de tuf gris campanien, sont dépourvues de revêtement et montrent une structure à voûte, haute en moyenne 1,80 m sur 0,70 m de largeur. Revenant à l’édifice de culte, sur le côté nord de la pièce médiane, la fouille a mis au jour un petit canal qui avait à l’origine une entrée en maçonnerie située dans le coin nord-est de la structure. Au sommet de la canalisation on a trouvé les restes d’un récipient aux parois percées et un tuyau de terre cuite : éléments qui font ­penser à l’existence d’une fontaine monumentale.

Fig. 5. Zone 9 : plan général de l’aire du sanctuaire (avec les phases archaïque et samnite) et du système hydraulique.

Fig. 5. Zone 9 : plan général de l’aire du sanctuaire (avec les phases archaïque et samnite) et du système hydraulique.

11Dans un des puits situés dans l’aire libre devant l’édifice sacré, le mobilier découvert confirme la destination cultuelle de l’ensemble au sommet de la colline. Parmi les objets, on trouve une bague sertie d’une intaille en cornaline avec la représentation d’Heraclès en lutte contre le lion de Némée. Cette découverte témoigne de la fortune du culte du héros à l’époque archaïque et suggère de revenir aux nombreux vases attiques de très grande qualité, découverts dans la nécropole de Fratte et souvent décorés de scènes liées aux travaux d’Heraclès : la grande amphore du Peintre de Priam montrant Heraclès et le sanglier d’Erymanthe, l’hydrie du Peintre de Kléophrades montrant sur l’épaule du vase le héros enlevé par les Satyres, l’amphore à figures noires du Groupe de Léagros avec Heraclès étranglant le Triton, la kalpis à figures rouges représentant le héros frappant à mort Hippolyte, la reine des Amazones et, enfin, le cratère à figures noires avec l’image d’Heraclès en lutte avec le lion de Némée. Ces vases étaient déposés dans les sépultures des personnages éminents de la communauté, souvent associés à de la vaisselle en bronze de production étrusque, des chenets, des broches et d’un couteau en fer.

12Après une période de stagnation, mais pas d’abandon, vers le milieu du IVe s. le site de Fratte montre une nouvelle phase de développement, liée à l’arrivée des Samnites, phénomène qui s’observe dans la plupart des centres de la Campanie tyrrhénienne. Les fouilles ont permis de mettre au jour de nombreuses inscriptions en langue osque : c’est le cas de la tuile incisée, appartenant à une série plus étendue, portant l’anthroponyme de l’acheteur ou du destinataire, trouvée près du fourneau de la zone artisanale, qui témoigne de la samnitisation de l’établissement, où par ailleurs persistent, à la même époque, des inscriptions en grec et en étrusque, avec même des mots écrits dans des alphabets de différentes traditions.

13Durant cette phase, les plans des édifices archaïques et les fonctions des îlots et de leurs espaces ne changent pas sensiblement.

14La casa-palazzo voit des transformations dans l’architecture et dans la distribution des espaces qui ne modifient pas, cependant, l’essentiel des répartitions d’origine. Cette phase montre de manière plus évidente la destination artisanale de l’îlot voisin (fig. 6), où, dans la partie orientale, près d’un puits toujours en fonction, est installé un four. Derrière le four, un chemin en terre battue est aménagé vraisemblablement pour relier les différentes activités des secteurs du puits, du four et de la maison-ergasterion, cette dernière placée dans la zone orientale, où l’on voit bien la distinction des espaces pour la préparation de la nourriture, la conservation des denrées et les petites activités artisanales. Cependant, la découverte d’une grande quantité de céramique pour préparer et réchauffer la nourriture (marmites, clibani, récipients identifiables peut-être comme des cloches de cuisson) par rapport aux vases destinés à la consommation, et la présence de nombreux louteria, peut-être excessive pour une petite maison comme celle-ci, laissent ouverte l’hypothèse que tout cet ensemble de structures soit reliée à l’aire sacrée qui n’est pas loin, dans la partie méridionale de la colline, et puisse avoir eu des fonctions liées aux activités et aux pratiques de culte.

Fig. 6. Zone 2 : reconstruction axonométrique de l’aire à vocation artisanale à l’époque samnite.

Fig. 6. Zone 2 : reconstruction axonométrique de l’aire à vocation artisanale à l’époque samnite.

15L’édifice archaïque de la zone du sanctuaire est agrandi et enrichi de décorations architectoniques, comme le clipeus avec Heraclès et le lion de Némée. Deux petits bassins de forme ovale, enduits de mortier hydraulique, sont aménagés dans l’espace d’en face, dont la limite occidentale voit la construction d’une petite chambre de combustion avec praefurnium et parois de tuiles. On assiste également à l’aménagement d’un système hydraulique souterrain, formé par une entrée avec un local quadrangulaire au fond, d’où partent deux longues galeries. Le matériel découvert à l’intérieur des couloirs souterrains, accumulé autour du milieu du IIIe s. av. J.-C., lors d’un brusque événement qui marque l’abandon du site, nous donne indirectement une « photo instantanée » des activités du sanctuaire. Les restes de faune renvoient à des sacrifices de suidés, d’ovi-capridés et d’une dizaine d’animaux apparentés au bos taurus. Les céramiques forment des services de table constitués de coupes, patères et coupelles à vernis noir, de cruches d’argile épurée de différentes tailles, associées à des vases à cuisson, surtout des marmites, ollae, lopades et caccabés. À côté de fragments de figurines féminines de terre cuite avec porcelet et d’antéfixes à tête d’Athéna, témoins d’un système de toiture à double pente soutenue par des poutres en bois et munie de gouttières, nous avons des inscriptions dʼun très grand intérêt qui confirment la réalité mixte de cette communauté, avec des textes en grec et en osque, dont un fragment de dédicace à Heraclès. Cette inscription, notamment, est une preuve irréfutable de l’importance de la figure et du culte du héros grec auprès des populations italiques de la deuxième moitié du IVe s. et de l’expression d’identité politique que prend le culte auprès de ces communautés.

16Durant cette phase, l’aire de l’acropole en contrebas du versant est de la colline et apparemment en rapport avec l’édifice sacré, est occupée par un petit groupe de tombes à chambre et à caisse, bâties avec des blocs de réemploi provenant des édifices archaïques, ornées de peintures et avec des mobiliers funéraires répondant, dans leur composition, à l’idéologie des populations samnites. Dans les sépultures masculines est toujours présent le ceinturon de bronze, souvent répété, associé au couteau en fer placé dans un bassin en bronze ; dans les tombes féminines sont déposés des vases à parfums, des pyxides, des lébètes et un miroir en bronze. La position de ces sépultures dans un espace public, réaménagé avec des nouvelles fonctions, suggère d’une part une transformation à la verticale d’une société désormais samnite, d’autre part la formation d’une nouvelle structure politique : ces tombes sont l’expression de la classe dominante à Fratte entre la fin du IVe et la première moitié du IIIe s. av. J.-C., terme chronologique de l’abandon du centre urbain, pour des raisons qu’en l’absence de textes, nous ne pouvons pas préciser.

17La vision d’ensemble que nous donnent l’étude des nécropoles et les recherches systématiques menées dans le secteur monumental du site, montre la vie d’une implantation qui devait être bien plus vaste que ce qu’on perçoit aujourd’hui dans la zone archéologique : des indices de cette étendue nous viennent des résultats d’interventions localisées pour la protection du patrimoine, des prospections au sol et de l’étude des images de télédétection. Au sud-est de l’acropole, dans la zone de plaine proche des sources Vitologatti, ont été mis au jour des restes du tracé urbain à plan régulier : une série de voies et de structures relatives à des installations artisanales du IVe s. av. J.-C. Plus en amont, des restes de murs à double courtine et remplissage appartenant à un système de fortifications réalisé dès l’époque archaïque, ont été dégagés ; ces derniers définissent clairement des zones destinées à l’habitat. Ces murs s’étendent, avec une fonction stratégique de contrôle, jusqu’à la hauteur de Epipoli, où les prospections au sol ont révélé des structures et du matériel de l’époque samnite.

18Près de la rive gauche de l’Irno, un tronçon de voie dallée témoigne, avec celle découverte par P.C. Sestieri dans le quartier des Case Popolari, de l’existence d’un réseau routier vers la côte, longeant le cours du fleuve. La rivière même, peut-être, était une voie de communication vers la mer : au pied du secteur méridional de la colline, il est possible d’imaginer la présence d’un lieu d’accostage naturel dont les indices seraient un ancien lit du fleuve clairement visible sur les anciennes photographies aériennes et quelques structures individualisées dans ce secteur.

19La situation géographique particulière de ce site en fait un lieu naturel de passage et un point de confluence des axes routiers entre l’intérieur et la côte (fig. 8) : il s’agit en effet de l’un des parcours obligés, depuis la préhistoire, entre la plaine campanienne dominée par le Vésuve et la plaine du fleuve Sele. Sur ce tracé, à partir de l’époque historique, viennent s’insérer et se structurer des routes bien construites, comme c’est le cas de la voie A. Ce réseau, dès le IVe s. av. J.-C., occupe ce qui sera au IIe s. av. J.-C. une partie de l’axe consulaire romain Regio-Capuan. Le tracé n’est pas encore tout à fait clair, mais Fratte a certainement exercé un rôle de charnière entre différents réseaux : la voie entre la basse vallée de l’Irno et la mer (voie A), documentée également par les récentes découvertes de Salerne, et la voie entre Fratte et la plaine du Sele, le long du parcours aux pieds des collines entre Ogliara et San Mango Piemonte (voie B), dans la vallée du Grancano-Fuorni.

20Les établissements agricoles sont le signe le plus évident des transformations survenues auprès des populations italiques à la veille de la romanisation. Lorsque l’habitat de Fratte est abandonné, au milieu du IIIe s. av. J.-C., sur les monuments de l’acropole, désormais privés de leur ancienne fonction, s’installe une grande structure rurale (fig. 7).

Fig. 7. Zone 2 : reconstitution axonométrique de l’implantation rurale républicaine.

Fig. 8. Le réseau viaire dans la vallée du fleuve Irno.

Fig. 8. Le réseau viaire dans la vallée du fleuve Irno.

21Cet ensemble, formé d’au moins 5 espaces quadrangulaires d’égales dimensions, recouvre en grande partie les structures de la zone artisanale de la phase samnite et représente sans doute le noyau de l’implantation rurale qui s’étend avec une série d’aménagements, même temporaires, également sur d’autres secteurs de la colline.

22On peut comparer cette installation aux nombreuses implantations, de caractère plus ou moins marginal, situées le long des réseaux routiers primaire et secondaire ; par ailleurs, elle est un des plus anciens témoignages de la présence des Romains dans une zone qui entre, en 194 av. J.-C., dans le territoire de la colonie de Salernum.

23L’intervention romaine dans le golfe conduit à une transformation profonde du paysage, grâce à une organisation plus stable et durable de l’exploitation du territoire et du réseau viaire. La zone septentrionale de la vallée de l’Irno est parsemée, entre le Ier s. av. J.-C et le Ier s. apr. J.-C., de nombreuses installations agricoles qui semblent s’insérer dans une centuriation entrant dans le même contexte que celle de plus ample portée reconnue le long du littoral oriental de Salerne.

Literaturverzeichnis

Greco, Pontrandolfo 1990 : Greco (G.), Pontrandolfo (A.) – Fratte. Un insediamento etrusco-campano. Modena, 1990.

Pontrandolfo 2009 : Pontrandolfo (A.) in collaborazione Santoriello (A.) – Fratte. Il complesso monumentale arcaico. Salerno, 2009.

Pontrandolfo, Santoriello 2011 : Pontrandolfo (A.), Santoriello (A.) – Fratte. L’area a vocazione artigianalee produttiva. Paestum, 2011.

Pontrandolfo, Santoriello, Tomay 2011 : Pontrandolfo (A.), Santoriello (A.), TOMAY (L.) – Il primo insediamento urbano. Fratte. In : Campanelli (A.), Dopo lo tsunami. Salerno antiqua. Napoli, 2011, p. 198-210.

Santoriello, Scelza 2008 : Santoriello (A.), SCELZA (F.) – L’applicazione di analisi quantitative a contesti stratigrafici critici. In : De Felice (G.), L’informatica e il metodo stratigrafico, Atti del Workshop (Foggia 6-7 giugno 2008). Bari, 2008, p. 91-106.

Abbildungsverzeichnis

Titel Fig. 1. Plan général de l’habitat de Fratte avec sa localisation dans la vallée du fleuve Irno.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 464k
Titel Fig. 2. Zone 4 : plan général avec l’édifice à abside (en orange).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 208k
Titel Fig. 3. Zones 2 et 3 : schéma du module théorique de l’organisation des espaces à l’époque archaïque.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 80k
Titel Fig. 4. Zone 3 : reconstruction axonométrique de l’îlot archaïque.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 392k
Titel Fig. 5. Zone 9 : plan général de l’aire du sanctuaire (avec les phases archaïque et samnite) et du système hydraulique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 456k
Titel Fig. 6. Zone 2 : reconstruction axonométrique de l’aire à vocation artisanale à l’époque samnite.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 616k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-8.png
Datei image/png, 265k
Titel Fig. 8. Le réseau viaire dans la vallée du fleuve Irno.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2077/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 745k

Autoren

Université de Salerne

Université de Salerne

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access