Version classiqueVersion mobile

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Première partie. Méthodologies des enquêtes archéologiques en moyenne et haute montagne

Exploitation de la haute montagne du Mercantour et impact sur l’environnement depuis l’âge du Fer. Étude de cas : l’exemple du vallon de Millefonts, commune de Valdeblore (Alpes-Maritimes)

Exploitation of the high mountain of Mercantour and impact on environment since the Iron age. Study of case : the example of the dale of Millefonts, village of Valdeblore (Alpes-Maritimes)

Franck Suméra et Henri Geist

Résumé

Les études archéologiques réalisées sur le vallon de Millefonts s’inscrivent dans le programme d’un Projet Collectif de Recherches dont l’un des objectifs est d’évaluer l’évolution des modes d’exploitation de la haute montagne du Mercantour et leurs impacts sur l’environnement depuis les âges des Métaux jusqu’à l’Époque moderne. Le croisement des données archéologiques, avec les observations paléoenvironnementales, et des datations radiocarbone laisse ici entrevoir une dynamique de défrichement qui ne correspondrait pas à une conquête progressive de la haute montagne mais se traduirait par une exploitation des fonds de vallons, laquelle ne tiendrait pas compte des étages végétatifs.

Texte intégral

01/06/2010

01/06/2013

  • 1 http://sigminesfrance.brgm.fr/sig.asp
  • 2 Un programme d’études paléoenvironnementales du vallon a été engagé en 2009. Il associe des géomorp (...)
  • 3 Gaspard Pagès (Université de Liège) a entrepris en 2009, au lieu-dit Le Clouté, la fouille d’un ate (...)

1Sans aucune singularité, le questionnement de ce programme d’étude repose sur l’identification des témoins liés au pastoralisme et/ou à la transhumance, à l’impact du pastoralisme sur l’environnement, à l’identification de la diversité des activités économiques développées, à l’enregistrement de l’évolution de l’environnement naturel (Suméra 2008a, b, c et d). L’enquête de terrain s’appuie sur tous les marqueurs d’anthropisation, tels que les constructions en pierres sèches, les terrasses, les itinéraires, sur l’identification des ressources naturelles organiques ou minérales mais aussi sur le recensement des marqueurs paléoenvironnementaux. À ce stade de l’étude, les données paléoenvironnementales sont à peine exploitées ; néanmoins les premières observations géomorphologiques et anthracologiques viennent, grâce à l’appui d’une première série de datations radiocarbone, apporter un éclairage complémentaire sur les données archéologiques. Le vallon de Millefonts a été retenu comme premier terrain d’étude d’expérimentation parce qu’il bénéficiait d’un important potentiel archéologique lié à la quantité d’enclos recensés par Henri Geist (Geist 1999 ; 2001), à la présence de gisements et d’exploitations métallifères identifiés depuis le xixe s. (Vérany 2001 ; Lambert 2005)1, ayant récemment fait l’objet de nouvelles prospections réalisées par l’équipe de Denis Morin et Patrick Rosenthal (Morin, Rosenthal 2002a et b) et, enfin, à l’existence de tourbières et de lacs qui constituent de bon capteurs de données paléoenvironementales. Précédée par une analyse des orthophotographies qui a permis de relever et localiser les principaux enclos, l’intervention archéologique a consisté sur le terrain en la réalisation d’une prospection systématique du vallon (360 ha) et en la fouille d’une dizaine de cabanes (200 m2, Suméra 2008b). Elle se poursuit aujourd’hui et intègre maintenant des études paléoenvironementales approfondies2 ainsi qu’un programme sur la réduction des minerais3.

1. Contexte géographique et géologique

  • 4 Toutes les altitudes sont données en référence au NGF.

2Situé à l’immédiate périphérie du socle cristallin qui constitue le cœur du massif du Mercantour, le vallon de Millefonts correspond à une empreinte glaciaire qui s’est formée à l’interface entre différentes formations géologiques. Localisée entre 1 800 et 2 400 m, cette unité paysagère, très fermée, occupe une superficie de 370 ha. Son contour est matérialisé par une ligne de crêtes qui part d’un verrou glaciaire localisé à 2 160 m NGF et qui passe d’est en ouest par une série de sommets et de cols : Tête Rol (2 225 m), Tête de la Tranche (2628 m), La Costasse (2 639 m), Le Col Ferrière (2 516 m), Tête des Marges (2 550 m), Tête du Barn (2 529 m), Col du Barn (2 452 m), Mont Pepoiri (2 674 m), Col du Veillos (2 194 m) (fig. 1)4. Le vallon orienté nord-nord-est, sud-sud-ouest prend naissance dans des terrains cristallins appartenant au socle du massif de l’Argenterra-Mercantour et vient buter sur des terrains sédimentaires du permien constitués de grès et de conglomérats (série du Bégo). L’ablation glaciaire a porté sur une zone de compression entre les complexes cristallins de La Tinée et de Chastillon Valmasque qui est jalonnée par la mylonite de la Valletta-Molière. Cette formation, qui suit un axe passant par le Col Ferrière et le Mont Pettonire, a été soumise à de fortes pressions qui ont provoqué la création de diaclases de part et d’autre de cet axe. Ces fractures ont été cimentées par les filons d’hématite (Fe2O3) exploitables dans le cadre d’une production métallurgique.

Fig. 1. Contexte géologique et géographique du Vallon de Millefonts (commune de Valdeblore). Extrait de la carte géologique (BD Scan-Géol50. Dalle 10230 © BRGM mai 2004).

Fig. 1. Contexte géologique et géographique du Vallon de Millefonts (commune de Valdeblore). Extrait de la carte géologique (BD Scan-Géol50. Dalle 10230 © BRGM mai 2004).

3Au nord du vallon, un chapelet de cinq lacs de surcreusement recueille et alimente le réseau hydrique qui s’écoule dans le fond du vallon par l’intermédiaire d’un réseau de ruisseaux qui alimentent et drainent les pâturages. Les profils en travers du vallon, plus marqués à l’est qu’à l’ouest, montrent que ses versants se referment progressivement vers le verrou glaciaire. Un léger épaulement de part et d’autre témoigne d’une phase de retrait qui a laissé un cordon de dépôts morainiques. D’importants blocs erratiques occupent la partie située immédiatement au-dessus du verrou. Sur le versant ouest, la carte du BRGM indique la présence de pseudo-moraines liées à la fonte de névés. Enfin, on observe conjointement aux phénomènes de dépôts morainiques latéraux la présence d’importants dépôts de pente provenant de l’activité érosive des versants. Ces derniers sont particulièrement actifs sur le versant est du vallon. La pelouse qui occupe la partie basse du vallon couvre une superficie de 37 ha.

2. Un paysage asylvatique

4Sur les deux versants de la vallée qui est située en amont du verrou glaciaire on observe la présence d’une forêt de conifères dont le développement devient épars à partir de la côte d’altitude des 1 960 m. Le centre de la vallée est occupé par des terres pâturables. Au-delà du verrou, le vallon de Millefont présente un couvert herbacé ras dans lequel aucun arbre n’est présent (fig. 2). Néanmoins, sur le sommet du versant est du vallon, on remarque la présence de rebord du vallon d’un petit bosquet épars constitué de mélèzes et dont le développement s’arrête vers le Col du Veillos autour de la cote d’altitude des 2 151 m. Le dernier mélèze a été identifié à 2 315 m. Le fond et les versants du vallon occupent donc des altitudes comprises entre 1 800 et 2 400 m. Ce paysage, où seuls quelques jeunes mélèzes subsistent de façon éparse, correspond à l’interface entre les zones alpines interne et intermédiaire. Ces altitudes, qui correspondent à la transition entre les étages subalpin et alpin, sont donc théoriquement occupées par des formations à mélèzes, à arolles (pin cembro) et à pins à crochet.

Fig. 2. Vue aérienne du Vallon de Millefonts. Le paysage asylvatique témoigne de l’impact de l’homme sur le paysage. Au premier plan à droite, le col de Ferrière (1) correspond à une zone d’extraction du minerai de fer ; à droite de l’image, sous la zone du verrou glacier, se situe la zone de réduction du minerai de fer (2) ; quelques mélèzes préservés dans les zones d’éboulis témoignent des possibilités de reconquête forestière dans cet étage alpin (3). © C. Hussy, SRA PACA.

Fig. 2. Vue aérienne du Vallon de Millefonts. Le paysage asylvatique témoigne de l’impact de l’homme sur le paysage. Au premier plan à droite, le col de Ferrière (1) correspond à une zone d’extraction du minerai de fer ; à droite de l’image, sous la zone du verrou glacier, se situe la zone de réduction du minerai de fer (2) ; quelques mélèzes préservés dans les zones d’éboulis témoignent des possibilités de reconquête forestière dans cet étage alpin (3). © C. Hussy, SRA PACA.

5Le vallon de Millefonts correspond à un paysage dont l’état asylvatique actuel a une origine anthropique illustrée par de nombreux témoignages archéologiques d’activités pastorales et sidérurgiques. Les prospections et fouilles ont permis de recenser une vingtaine d’enclos pastoraux, mais également des sites d’extraction et de réduction de minerai de fer. Leur répartition spatiale est fortement conditionnée par ce cadre géophysique mais aussi par leurs fonctions et l’adaptation à l’évolution des ressources végétales.

3. L’impact de la métallurgie

  • 5 Ces prospections on été réalisées dans le cadre d’un programme du BRGM appelé « Inventaire des ress (...)
  • 6 Prospection Alain Morand, Joséphine Lopez, Franck Suméra. Le site n’a pas encore été étudié et n’es (...)

6Dès le xixe s. la présence au Col Ferrière de minerai de fer, mais également celle de vestiges paléo-métallurgiques, était identifiée. Dans le cadre d’un inventaire des ressources géologiques des Alpes-Maritimes et de l’ancien Comté de Nice, le naturaliste Jean-Baptiste Vérany recensait la ­présence de vestiges liés à la réduction du fer mais aussi celle d’un important filon métallifère (Vérany 2001). Au détour d’une note, ce dernier envisage même l’implantation d’usines dans la montagne de Millefonts pour alimenter les arsenaux et signale l’existence de veines de fer oligistes qui auraient eu « plusieurs décimètres de puissance ». Il mentionne la présence autour du col de restes de fourneaux « à la Catalane », témoins d’une activité effacée de la mémoire collective. Probablement intrigué par cette présence alors que la montagne est déjà dénuée de couvert forestier, il précise : « la tradition du pays porte même qu’elle était couverte de forêts […] et qu’elle fut dépeuplée par suite des usines qui s’y formèrent ». En 1982, l’existence de cet important potentiel sidérurgique, au demeurant déjà soulignée par la toponymie, a été confirmée par le BRGM qui a effectué une campagne de prospection géochimique (fig. 3)5. Ces travaux ont montré, dans les prélèvements analysés, une teneur en fer située autour de 6  %. Entre 2000 et 2004, Bruno Ancel, puis Denis Morin et Patrick Rosenthal ont repris les investigations dans ce vallon dans le cadre du PCR « Mines et métallurgies du fer dans les Alpes du Sud ». Ils ont pu ainsi confirmer la présence d’une zone d’extraction située entre le Lac Petit (2 225 m) et le Col Ferrière (2 484 m) et découvert une zone de réduction située en contrebas du verrou glaciaire. La zone d’extraction correspond au secteur de la bande de mylonite où le substrat a subi des déformations qui ont créé des fissurations et diaclases, lesquelles ont été cimentées par des remplissages ferrugineux d’hématite. À l’intérieur d’une zone couvrant 12 ha, Morin et Rosenthal ont identifié une dizaine de gisements où le minerai affleure. La plupart suivent les lignes de crêtes qui délimitent le bassin de Millefonts, mais on note, à proximité du Lac Petit, la présence d’un site sortant de cette configuration topographique et qui est localisé en bas du petit vallon menant au Col Ferrière. En 2009, un autre site d’extraction par abattage au feu associé à une aire de concassage a été découvert au nord du Lac Petit (fig. 4)6.

Fig. 3. Répartition des vestiges liés à la métallurgie et des indices de minerai.

Fig. 3. Répartition des vestiges liés à la métallurgie et des indices de minerai.

Fig. 4. Indices d’abattage au feu (1) associés à une zone de concassage liée à une activité métallurgique (2). Cliché J. Lopez.

Fig. 4. Indices d’abattage au feu (1) associés à une zone de concassage liée à une activité métallurgique (2). Cliché J. Lopez.
  • 7 Les altitudes mentionnées dans cet article sont issues d’un report de données à partir du MNT de l’ (...)

7Ce mode d’exploitation, attesté dès la Protohistoire, nécessite l’emploi de combustible et pose donc la question de la provenance de ce dernier (Py 2002). Concernant la datation de l’exploitation de ces différents gisements, on ne dispose pas d’indicateurs chronologiques directs. On doit toutefois faire le lien avec la zone de réduction située en contrebas. Ainsi, à 1 300 m de distance, immédiatement sous le verrou glaciaire, une zone sidérurgique s’étendant sur 12 ha a pu être identifiée. À l’occasion de prospections pédestres menées en 2001, six implantations supposées de fours liés à la réduction du fer ont été localisées grâce à la présence de scories, de parois de four et de charbon de bois. Les analyses paléo-métallurgiques indiqueraient que ces fours étaient entièrement dédiés au traitement du minerai issu du Col Ferrière. Les sites F1, F2 et F4 sont localisés autour de la cote altimétrique des 2 000 m7 et portent respectivement les cotes d’altitudes suivantes 1990, 1973, 1977. Les sites F3, F7, F8 et F9 sont localisés autour de 1 800 m, soit 200 m en contrebas. F5 et F6 se détachent un peu du groupe et sont respectivement localisés à 1 640 m et 1 590 m. La distance à vol d’oiseau entre les points extrêmes de l’ensemble est d’exactement 1 000 m. Il faut cependant relativiser la valeur de la précision, topographique de ces informations : les derniers travaux, réalisés en 2009 par Gaspard Pagès (Pagès 2009), indiquent en effet que les différents locus découverts à l’occasion des prospections de Morin et Rosenthal semblent correspondre à des zones de colluvionnement et provenir de complexes métallurgiques moins nombreux et situés en amont des zones de découvertes. Ces précisions géographiques sur le contexte des découvertes ont été rendues possibles grâce à la réalisation des sondages et fouilles qui n’avaient pu être entrepris par les inventeurs des résidus de fours.

  • 8 Toutes les datations concernant la paléo-métallurgie présentées dans cet article sont issues des tr (...)
  • 9 Rappelons que le 14C date la mort du prélèvement analysé et que, dans un arbre, seul l’aubier et l’ (...)
  • 10 Dans un contexte où des charbons de bois de différentes périodes ont pu être brassés se pose aussi (...)

8Grâce à la collecte de charbons de bois, les indices de fours ont pu être datés. Les structures F1, F2 et F4 seraient ainsi attribuables à la période antique et le four F3 serait, quant à lui, antérieur et inclus dans une fourchette correspondant à la fin de l’âge du Fer et au début de l’époque romaine. L’ensemble s’étend sur un laps de temps compris entre le iie s. av. J.-C. et le vie ap. J.-C.8. Ces datations s’appuient sur les résultats d’analyses radiocarbone réalisées par le laboratoire de Gif-sur-Yvette sur des charbons de bois issus de ramassages de surface. Elles nécessitent donc d’être confirmées par de nouvelles analyses qui devraient être réalisées, cette fois-ci, sur des prélèvements issus de contextes archéologiques bien établis et sur des charbons de bois sélectionnés. En effet, dans le contexte des étages subalpin et alpin où se développent mélèzes et pins cembrons à l’espérance de vie pluri-séculaire, il importe de précéder les analyses radiocarbones par une reconnaissance anthracologique destinée à identifier les espèces à faible espérance de vie ou les jeunes brindilles9. De même il est important de privilégier les datations radiocarbone AMS qui portent sur des échantillons plus ciblés car les datations traditionnelles peuvent créer un nouveau biais lorsqu’elle repose sur des échantillons pouvant s’inscrire dans la diachronie10.

4. L’impact du pastoralisme

9Concernant les vestiges liés au pastoralisme, on note la présence d’une vingtaine d’enclos disposés en anneaux au pied des cônes d’éboulis et en périphérie externe de la zone pâturable la mieux drainée et la plus herbeuse (fig. 5).

Fig. 5. Répartition des vestiges liés aux activités pastorales.

Fig. 5. Répartition des vestiges liés aux activités pastorales.
  • 11 Arc-1572: 1450-1665 cal AD à 2 sigma.
  • 12 Arc-1778: 1125-1280 cal AD à 2 sigma.
  • 13 Ly-5683: 983-1033 cal AD à 2 sigma. Datation sur Pinus sylventris- Pinus uncinata (C. Delhon CEPAM)
  • 14 Ly-5681: 1026-1180 cal AD à 2 sigma. Datation sur Pinus sylventris-Pinus uncinata (C. Delhon CEPAM)
  • 15 Ly-5682 : 196-43 cal BC à 2 sigma. Datation sur Vaccinium iliginosum (C. Delhon CEPAM) issu du foye (...)
  • 16 Poz-27041 : 970-1050 cal AD à 2 sigma et Poz 27042 : 1020-1160 cal AD à 2 sigma.

10Cinq séries d’enclos associés aux vestiges de cabanes ont été fouillées à proximité du Lac Petit. L’une des cabanes fouillée en 1995 a livré deux niveaux de sols associés à des foyers (Geist 2001). Les charbons de bois issus du premier niveau de sol de la cabane ont été analysés par la société Archéolab et ont livré une datation située entre le xve et xviie s.11. Le deuxième foyer a été découvert dans un niveau archéologique situé 0,20 m en dessous du dernier état d’occupation. Les études radiocarbone réalisées sur ce deuxième niveau de foyer livrent une datation qui se situe entre le début du xiie et la fin du xiiie s.12. Les fouilles réalisées par Henri Geist ont été reprises en 2004 et ont permis la fouille de cinq autres cabanes dont l’une présentait trois niveaux de foyers. Les relations stratigraphiques, qui laissaient penser que ces foyers étaient liés à un ensemble de structures plus anciennes que le foyer du xiiie s. fouillé en 1995, ont été globalement confirmées. Les datations obtenues sont toutefois à peine antérieures. Ainsi, une couche cendreuse (US65), stratigraphiquement antérieure à la cabane de Geist, a livré une datation située autour de l’an mil13. À une quinzaine de mètres au nord de cette structure, une seconde cabane comportant trois états a livré deux foyers datés entre le milieu du xie et le milieu du xiiie s. (fig. 6). Plus au sud, dans un second enclos, une cabane a livré un autre foyer (US76) confirmant une occupation médiévale de ce complexe, soit au xie s.14. À 150 m au sud, un second complexe d’enclos a livré un foyer issu d’une petite structure quadrangulaire qui a pu être datée, grâce à la présence d’un foyer, entre le début du iie et le milieu du ier s. av. J.-C.15. Le contexte de cette structure, qui n’a fait l’objet que d’un sondage stratigraphique, reste à étudier et il n’est pas certain que cette dernière soit liée à une activité pastorale. Hormis cette dernière construction, l’ensemble des structures situées autour du Lac Petit à plus de 2 500 m d’altitude, témoigne ainsi d’une occupation récurrente entre le xie et le xviie s., avec, certes, des glissements d’implantations mais, néanmoins, un maintien de l’assiette du site à vocation pastorale. Une autre intervention, réalisée à la limite inférieure de ce même étage alpin, a montré la présence de structures médiévales datées autour de l’an mil. Ainsi un petit enclos situé autour du verrou glaciaire a livré deux niveaux de foyers datés respectivement du xie et du xiie s.16.

Fig. 6. Cabane associée à un groupe d’enclos situé à proximité du Lac Petit et ayant livré deux niveaux de foyers datés entre le xie s. et le début xiiie s. (cf. fig. 5, site 17).

Fig. 6. Cabane associée à un groupe d’enclos situé à proximité du Lac Petit et ayant livré deux niveaux de foyers datés entre le xie s. et le début xiiie s. (cf. fig. 5, site 17).

11Signalons enfin que la fouille de ces sites n’a livré que très peu de mobilier et, en particulier, aucun vestige céramique datable. Tous les sondages et fouilles réalisés sur les sites se sont révélés pratiquement stériles en mobilier, les seuls artefacts rencontrés en fouille correspondant aux foyers qui furent trouvés dans chacune des cabanes associées aux enclos. Néanmoins, parallèlement aux opérations de fouille, une reconnaissance au détecteur de métaux a été engagée sur les enclos afin de rechercher d’une part les vestiges liés à d’éventuelles activités métallurgiques et d’autre part ceux permettant d’identifier les espèces animales présentes : éléments de sellerie, briderie, harnarchement, ferrage etc… Cette prospection a permis de mettre en évidence des battants de sonnailles, clous de selleries, rivets d’harnachement et fers de sabots. Les fonctions liées à ces objets, pour la plupart indatables, témoignent de la spécialisation de ce lieu manifestement dédié à l’élevage et à la chasse. On remarque que la présence du fer à sabot évoque les asiniens et que les clous transformés en sonnailles sont à associer, par leur taille, à l’élevage des ovi-caprinés et non à celui des bovins. Concernant les activités cynégétiques, on note la présence de balles de plomb mais également celle d’un carreau d’arbalète quoique ce dernier soit plutôt associé à une arme de guerre. Enfin, il faut signaler que la présence immédiate du gisement de minerai de fer au Col Ferrière n’a pas débouché sur une économie annexe de la métallurgie. L’intérieur des enclos ou des cabanes ne recèle ainsi ni scorie, ni le minerai qui aurait pu être ramassé à l’occasion des estives.

5. Synthèse

5.1. Des activités cloisonnées dans l’espace

  • 17 Découverte en prospection au détecteur de métaux. N° inv. DT 2008‑7. Lambert II : X 988010, 472 ; Y (...)

12La distribution spatiale des sites dessine quatre zones qui semblent constituer des facteurs d’exclusion si l’on considère qu’il n’y a pratiquement pas de superposition dans la typologie des activités du vallon. De haut en bas, on distingue un premier groupe qui s’étend sur une douzaine d’hectares et qui est lié à l’extraction du minerai. On ne dispose pas directement d’éléments de datation concernant les activités d’extraction, néanmoins on sait qu’elle est au moins pour part contemporaine du fonctionnement de la zone de réduction située sous le verrou, laquelle a fonctionné entre la fin de l’âge du Fer et le début du haut Moyen Âge. En contrebas des sites d’extraction, une zone constituant un anneau autour de l’alpage central est matérialisée par l’implantation des enclos et structures de pierres sèches. Situés immédiatement sur le pourtour de la pelouse alpine, ils sont principalement installés sur des dépôts morainiques ou des éboulis de pente, souvent en situation perchée. Les datations réalisées sur ces structures montrent une continuité ou du moins une forte récurrence d’occupation entre le xe s. et la période contemporaine. Seuls deux indices de datation montrent l’existence d’une occupation antérieure à l’époque médiévale dans l’anneau de structure qui entoure la zone de pâturage central. Ainsi, au niveau du verrou, la découverte d’un sesterce de Gordianus III17 trouvé hors structure mais sur un chemin dont le tracé est contraint par le relief, atteste, sans autre précision, une fréquentation du vallon au cours du iiie s. ap. J.-C. Par ailleurs, un foyer (FY106) découvert dans la zone du Lac Petit, indiquerait une occupation pastorale au second âge du Fer. Ces deux éléments de datation constituent cependant des marqueurs éloignés du bloc de datations médiévales et modernes mais il est très probable, en l’état, que cela soit un effet de distorsion lié à l’enquête archéologique au cours de laquelle 20  % seulement des structures ont été explorés. Les analyses paléoenvironnementales et notamment la palynologie corrigeront probablement cette perception. Nous n’avons toutefois à ce jour aucune trace liée à des pratiques pastorales antérieures à l’âge du Fer.

13La troisième zone, celle du pâturage central du vallon, semble jouer un rôle répulsif et n’a livré aucun site. Cela évoque bien entendu un problème de taphonomie. Les observations réalisées sur les enclos situés sur les pentes ou sur les bas de pentes semblent néanmoins indiquer une relative stabilité des phénomènes d’érosion et de recouvrement. Il semblerait, plus vraisemblablement, que cette zone ait été délaissée du fait de sa pauvreté en blocs de construction au profit des zones bien mieux pourvues situées à l’interface avec les pierriers provenant des éboulis de pente.

14La dernière zone, qui est essentiellement caractérisée par la présence des ateliers de réduction du minerai offre une plus grande mixité puisqu’elle intègre aussi des enclos et des sites qui correspondent à de l’habitat. Elle se situe sous le verrou glaciaire entre 1 600 et 2 000 m.

5.2. Évolution du couvert forestier au cours des deux derniers millénaires

15Le croisement de ces données altimétriques, topographiques, archéologiques et dans une moindre mesure environnementales, permet de construire une hypothèse de restitution du schéma d’évolution de la végétation. Le couvert forestier actuel ne traduisant pas le potentiel naturel puisque la timberline se situe autour de 2 400 et 2 500 m, la question posée est celle de l’époque de la déforestation du massif entre 2 000 et 2 500 m d’altitude. Or, on observe que les activités métallurgiques ont généré la création d’une zone consacrée à l’extraction du fer qui se situant dans l’étage de la cembraie-mélézin (encore attestée aujourd’hui par la présence de quelques individus isolés). Cette activité n’est associée à aucune trace de réduction de minerai ou de charbonnière. En revanche, une zone consacrée à la réduction de ce même minerai a été localisée 140 m en en contrebas. On peut donc penser que si le minerai a été transporté pour être réduit à un kilomètre de distance, c’est qu’il n’y avait déjà plus de combustible au niveau du Col Ferrière et que, dès le iie s. av. J.‑C., la partie du vallon de Millefonts située au-dessus du verrou était entièrement déboisée. La découverte, en 2009, d’une zone d’extraction par abattage au feu vient toutefois pondérer ce constat. En considérant que cette activité est avant tout contrainte par la localisation du gîte métallifère, on peut envisager que le bois ait été acheminé sur place. Mais il se peut également que l’extraction corresponde à une première phase d’activité constituant l’une des causes du déboisement. Les fouilles à venir permettront, grâce à l’analyse des charbons de bois, de définir si les essences sont endogènes. Elles livreront par ailleurs les éléments de datation qui font aujourd’hui défaut.

16Les jalons chronologiques obtenus par les datations radiocarbone des fours de réduction, permettent aussi de déduire qu’il n’y a pas eu de reprise de la forêt à l’intérieur du vallon entre ce terminus post quem et le viie s. ap. J.‑C. puisque cette date correspond à la dernière période où une activité métallurgique est attestée en contrebas. À l’opposé, ces mêmes constatations indiquent que la forêt était présente sur les versants du vallon situé sous le verrou glaciaire alors qu’actuellement cette zone est entièrement dénuée d’arbres. Se dégage ainsi un schéma qui semble montrer ici une stabilité de l’implantation de la forêt entre l’âge du Fer et le haut Moyen Âge. Ainsi, sans être parvenue à reconquérir l’étage, celle-ci offrirait néanmoins toujours des ressources de ligneux dans le vallon situé en contrebas et sur les versants correspondants.

17On observe donc que la déforestation ne s’est pas faite simplement du bas vers le haut. L’étage de la cembraie-mélézin est ainsi détruit alors qu’en contrebas, les ressources forestières sont encore disponibles pendant l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Il faut cependant souligner que la régénérescence de la forêt de mélèzes est très difficile alors que celle du pin sylvestre est rapide. Il se peut donc que cette dernière ait connu des épisodes de déprise et de reprise. Les datations des fours pourraient dans ce cas n’indiquer que les pics de reprise de la forêt dans la partie inférieure de l’étage subalpin. La répartition des fours pourrait aussi donner une indication sur l’évolution de lisière de la forêt.

18Il semblerait ainsi que le déboisement se soit engagé avant l’âge du Fer et qu’il ait concerné principalement le fond des vallées, c’est-à-dire les espaces avec une couverture sédimentaire suffisante pour qu’une prairie puisse se développer. À l’inverse, les versants rocheux situés en amont du verrou semblent avoir été épargnés jusqu’au viie s. Cela semble indiquer que la motivation principale de la déforestation soit la création de prairies et non l’exploitation du bois. La carte géologique montre par ailleurs que la dynamique d’exploitation du bois semble conditionnée par la qualité des terrains et leur aptitude à permettre le développement d’une couverture herbacée. Ainsi, les flancs rocheux sont épargnés, mais il s’agit peut-être là aussi d’une question d’accessibilité de la coupe. Concernant la question de l’évolution du couvert forestier, l’analyse spatiale des sites montre l’existence d’une déprise forestière du territoire avant la fin de l’âge du Fer. L’impact des défrichements antérieurs semble si considérable qu’on peut estimer que la forêt est déjà détruite au-dessus du verrou lorsque les premiers métallurgistes de l’âge du Fer s’implantent au iie s. av. J.-C. Sur le fond, cette constatation confirme le schéma selon lequel l’ouverture définitive du paysage se réalise au cours de la Protohistoire. Mais, c’est de manière tout à fait exceptionnelle que nous percevons l’existence d’une déforestation aussi aboutie à plus de 2 000 m d’altitude alors que l’on pouvait penser que celle-ci était le fruit des activités du Moyen Âge et de l’Époque moderne.

19L’étude de Millefonts laisse entrevoir une dynamique de défrichement qui ne correspondrait pas à une conquête progressive de la haute montagne mais se traduirait par une exploitation des fonds de vallons conduisant à des zones pâturables de haute montagne et une exploitation immédiate des zones boisées les plus hautes. Ainsi, les premières terres de conquêtes pastorales ne correspondraient pas seulement à la moyenne montagne mais affecteraient très tôt les fonds de vallons situés en haute montagne, créant ainsi des couloirs qui mènent à des zones pâturables en épargnant les coteaux arides. Ce mécanisme de déprise forestière aurait affecté prioritairement les zones à recouvrement sédimentaire et, de ce fait, ne peut avoir qu’une origine anthropique, car des incendies naturels auraient suivi une propagation plus aléatoire sans liens avec le substrat. D’une manière générale, les mécanismes de déprise forestière en haute montagne reposent beaucoup sur des enregistrements palynologiques. Aussi, considérant que De Beaulieu et Goeury (2004) ont déjà attiré l’attention sur les difficultés à lire la présence de clairière dans les études palynologiques, si le schéma que nous entrevoyons se confirme, il faudrait probablement revisiter certaines études qui concluent à l’existence de milieu fermé en haute montagne pour des périodes récentes de l’Holocène. Pour être perçues, la présence de grandes clairières étendues sur l’axe des vallées nécessite donc des études entomologiques, malacologiques et géoanthracologiques livrant une vision plus localisée de l’environnement. La réalisation de transects paléoenvironnementaux perpendiculaires au vallon est probablement une réponse à ces questions.

5.3. Perspectives

20Concernant la suite immédiate de ce programme, signalons que des carottages ont été réalisés en 2009 dans le Lac Petit afin d’engager une première vague d’étude (fig. 7). Les premières carottes extraites ont livré des séquences sédimentaires couvrant les quatre derniers millénaires et présentent suffisamment de macrorestes organiques pour envisager un bon enregistrement paléo environnemental. Des analyses palynologiques, géoanthracologiques, géomorphologiques et entomologiques, prévues dans le cadre du programme paléoenvironnemental lancé en 2009, permettront, au cours de l’année 2010, d’apporter une autre lecture sur ce dossier. Des études géochimiques ont aussi été engagées dans l’objectif de préciser la chronologie des grandes périodes d’activité minière, grâce à la mesure des pollutions métallifères.

Fig. 7. Campagne de carottage réalisée en 2009 par le laboratoire EDYTEM dans les lacs du Vallon de Millefonts. © J.-M. Sivrine.

Fig. 7. Campagne de carottage réalisée en 2009 par le laboratoire EDYTEM dans les lacs du Vallon de Millefonts. © J.-M. Sivrine.

Bibliographie

De Beaulieu, Goeury 2004 : DE BEAULIEU (J.-L.), GOEURY (C.) – Les premiers signes de l’anthropisation dans les Alpes françaises d’après l’analyse pollinique. In : RICHARD (H.) dir., Néolithisation précoce. Premières traces d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, n° 777, série Envi­ronnement, sociétés et archéologie, 7, 2004, p. 163-172.

Geist 1995 : GEIST (H.) – Groupes de structures en pierres sèches des lacs des Millefonts. Archéam, 6, 1994-1995, p. 17-20.

Geist 1999 : GEIST (H.) – Valdeblore, les Millefonts (06) : coord. Lambert : x =988,200 - y =3212. Archéam, 8, 1998-1999, p. 40-41.

Geist 2001 : GEIST (H.) – Structure pastorale en pierres sèches de Millefonts (06- Valdeblore). Archéam, 8, 2000-2001, p. 51.

Morin, Rosenthal 2002a : MORIN (D.), ROSENTHAL (P.) – Mines et métallurgie du fer en Provence et dans les Alpes du Sud, département des Alpes-Maritimes. Commune de Saint-Dalmas, Valdeblore. Etude diachronique des vestiges d’exploitation minière et de métallurgie du fer, prospection au sol. DFS Opération PCR 2001, Aix-en-Provence, SRA PACA, 2002.

Morin, Rosenthal 2002b : MORIN (D.), ROSENTHAL (P.) – Valdeblore, Col Ferrière/ vallon de Margès et de Molières. Vestiges d’exploitation minière et de métallurgie du fer. Bilan Scientifique de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur 2003. Aix-en-Provence, SRA PACA, 2003, p. 73-74.

Pagès 2009 : PAGÈS (G.) – Le Clouté Valdeblore 2009, rapport de fouilles programmées. Aix-en-Provence, SRA PACA, 2009, 42 p.

Py 2002 : PY (V.) – Modalités d’exploitation forestière dans la haute vallée de la Durance au Moyen Âge. Approche croisée des données historiques, archéologiques et anthracologiques. Mémoire de DEA sous la direction de M. Fixot, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2002, 2 vol. , 215 et 80 p.

Lambert 2005 : LAMBERT (A.) – Les données géochimiques et alluvionnaires de l’inventaire minier du territoire national. Constitution d’une base de données exhaustives. Rapport final. Janvier 2005. BRGM/RP-53546-FR, 2005.

Suméra 2008a : SUMÉRA (F.) – Antiquité espace Rural. Projet Collectif de recherche « peuplement et occupation du sol dans le Mercantour au cours de l’Holocène ». Bilan scientifique de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur 2008. Aix-en-Provence, SRA PACA, 2008, p. 88-89.

Suméra 2008b : SUMÉRA (F.) dir., BLANC (F.), CAVANA (E.),

GILI (E.), HUSSY (C.), MIRAMONT (C.), SIVAN (O .) – Rapport de prospection thématique, communes de Valdeblore et Saint-Martin de Vésubie Campagne 2008. Rapport Final d’Opération 2008. Aix-en-Provence, SRA PACA, 2008, 52 p.

Suméra 2008c : SUMÉRA (F.) dir., GOURDON (G), HUSSY (C.), LASSALE (J.), PALMERO (B.), THOMASSIN (P.), TINNELI (B .) – Rapport intermédiaire d’opération correspondant à la première année d’exercice, campagne 2008. Projet Collectif de recherche « Peuplement et occupation du sol du massif du Mercantour et de l’Argenterra au cours de l’Holocène. Rapport. Final d’Opération 2008. Aix-en-Provence, SRA PACA, 2008, 105 p.

Suméra 2008d : SUMÉRA (F.) dir., BLANC (F.), CAVANA (E.), CHOLET (V.), DELHON (C.), GAULTIER (M.), MARTIN (L.) – Rapport de sondage, commune de Valdeblore. Campagne 2008. Rapport Final d’Opération 2008. Aix-en-Provence, SRA PACA, 2008, 30 p.

Vérany 2001 : VÉRANY (J.-B.) – Millefonte. In : Vérany J.-B. (1800-1865), Annales du Museum d’Histoire naturelle de Nice, t. 16, Nice, 2001, p. 24-25.

Notes

1 http://sigminesfrance.brgm.fr/sig.asp

2 Un programme d’études paléoenvironnementales du vallon a été engagé en 2009. Il associe des géomorphologues (Fabien Arnaud, EDYTEM, Chambéry ; Cécile Miramont et Élodie Brisset, IMEP, Aix-en-Provence), une anthracologue (Claire Delhon, CEPAM, Sophia-Antipolis), un palynologue (Frédéric Guité, IMEP), un entomologue (Philippe Ponel, IMEP), un dendrologue (Jean-Louis Édouard, CCJ, Aix-en-Provence).

3 Gaspard Pagès (Université de Liège) a entrepris en 2009, au lieu-dit Le Clouté, la fouille d’un atelier de réduction situé dans la zone sensible identifiée en 1982 par le BRGM et reprise en 2001 par D. Morin et P. Rosenthal.

4 Toutes les altitudes sont données en référence au NGF.

5 Ces prospections on été réalisées dans le cadre d’un programme du BRGM appelé « Inventaire des ressources minérales du territoire national » qui s’est déroulée entre 1975 et 1991. Les données sont consultables sur le réseau Internet (http://sigminesfrance.brgm.fr/sig.asp) et dans Lambert 2005.

6 Prospection Alain Morand, Joséphine Lopez, Franck Suméra. Le site n’a pas encore été étudié et n’est pas encore daté.

7 Les altitudes mentionnées dans cet article sont issues d’un report de données à partir du MNT de l’IGN. Ce choix est lié à un souci d’homogénéiser les données altimétriques. Les résultats différent quelque peu des données de D. Morin et P. Rosenthal établies par GPS.

8 Toutes les datations concernant la paléo-métallurgie présentées dans cet article sont issues des travaux de D. Morin et P. Rosenthal et reposent sur des ramassages de surface. Les références des fours sont celles utilisées par les auteurs des articles cités.

9 Rappelons que le 14C date la mort du prélèvement analysé et que, dans un arbre, seul l’aubier et l’écorce sont vivants. Or il existe en haute montagne des arbres qui peuvent atteindre 1 000 ans d’âge, si bien qu’une analyse provenant de ce type d’individu est susceptible de provoquer une erreur de même amplitude dans le cas où le prélèvement est issu du cœur ou de l’aubier de l’arbre.

10 Dans un contexte où des charbons de bois de différentes périodes ont pu être brassés se pose aussi la question de la méthode utilisée pour l’analyse radiocarbone. L’utilisation d’une datation traditionnelle, par comptage, à la place d’une datation AMS a pour effet de livrer un résultat qui n’est qu’une moyenne des datations des différents éléments analysés.

11 Arc-1572: 1450-1665 cal AD à 2 sigma.

12 Arc-1778: 1125-1280 cal AD à 2 sigma.

13 Ly-5683: 983-1033 cal AD à 2 sigma. Datation sur Pinus sylventris- Pinus uncinata (C. Delhon CEPAM).

14 Ly-5681: 1026-1180 cal AD à 2 sigma. Datation sur Pinus sylventris-Pinus uncinata (C. Delhon CEPAM).

15 Ly-5682 : 196-43 cal BC à 2 sigma. Datation sur Vaccinium iliginosum (C. Delhon CEPAM) issu du foyer FY 106.

16 Poz-27041 : 970-1050 cal AD à 2 sigma et Poz 27042 : 1020-1160 cal AD à 2 sigma.

17 Découverte en prospection au détecteur de métaux. N° inv. DT 2008‑7. Lambert II : X 988010, 472 ; Y 1911934 Z = 1993 m. Enfouissement à 5 cm.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Contexte géologique et géographique du Vallon de Millefonts (commune de Valdeblore). Extrait de la carte géologique (BD Scan-Géol50. Dalle 10230 © BRGM mai 2004).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-1.png
Fichier image/png, 8,1M
Titre Fig. 2. Vue aérienne du Vallon de Millefonts. Le paysage asylvatique témoigne de l’impact de l’homme sur le paysage. Au premier plan à droite, le col de Ferrière (1) correspond à une zone d’extraction du minerai de fer ; à droite de l’image, sous la zone du verrou glacier, se situe la zone de réduction du minerai de fer (2) ; quelques mélèzes préservés dans les zones d’éboulis témoignent des possibilités de reconquête forestière dans cet étage alpin (3). © C. Hussy, SRA PACA.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 3. Répartition des vestiges liés à la métallurgie et des indices de minerai.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-3.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 4. Indices d’abattage au feu (1) associés à une zone de concassage liée à une activité métallurgique (2). Cliché J. Lopez.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-4.png
Fichier image/png, 994k
Titre Fig. 5. Répartition des vestiges liés aux activités pastorales.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-5.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 6. Cabane associée à un groupe d’enclos situé à proximité du Lac Petit et ayant livré deux niveaux de foyers datés entre le xie s. et le début xiiie s. (cf. fig. 5, site 17).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-6.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 7. Campagne de carottage réalisée en 2009 par le laboratoire EDYTEM dans les lacs du Vallon de Millefonts. © J.-M. Sivrine.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/203/img-7.png
Fichier image/png, 5,9M

Auteurs

Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Service Régional de l’Archéologie, UMR 6573 CNRS – Université de Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Cercle d’Histoire et d’Archéologie des Alpes-Maritimes

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search