Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Étrusques et Grecs en Méditerranée nord-occidental

Commerces méditerranéens en Provence orientale au 1er âge du Fer : un état de la question

Laurence Mercuri

Résumé

L’article effectue un bilan des importations méditerranéennes découvertes en Provence orientale, sur le littoral et à l’intérieur des terres. Celui-ci conduit à réexaminer la place de cette région au sein des échanges maritimes du 1er âge du Fer et à reconsidérer la chronologie d’Antipolis et de Nikaia.

This paper offered a synthesis about the Mediterranean imports discovered in oriental Provence, on the coast and the hinterland, which drives to revise the place of this area concerning the maritime exchanges during the First Iron Age and to reconsider the chronology of Antipolis and Nikaia.

Entrées d'index

Chronologique :

âge du fer

Texte intégral

1L’histoire de l’archéologie et les conditions de recherche en Provence orientale, en ­particulier dans les actuelles Alpes-Maritimes, ont conditionné l’image que nous avons aujourd’hui de cette région, ainsi que les hypothèses émises quant à sa place au sein des changements survenus durant le 1er âge du Fer. En Méditerranée occidentale, ces changements ont été marqués avant tout par une grande mobilité et un accroissement des contacts et des échanges. Or, la Provence orientale y serait demeurée étrangère.

2Le tableau historique que l’on admet aujourd’hui pour cette période résulte de la comparaison avec la région de Marseille et le Languedoc. Trois idées principales s’en dégagent :

  • Le littoral de Provence orientale vit à l’écart des premiers échanges réalisés alors entre élites indigènes et élites gréco-étrusques sur les côtes occidentales ;

  • les produits méditerranéens, s’ils y sont importés, se limitent à la frange littorale et ne pénètrent pas à l’intérieur des terres ;

  • Nice est une fondation massaliète très tardive, pas antérieure au IIIe s. av.
    J.-C.

3Chacune de ces hypothèses mérite aujourd’hui d’être réexaminée à la lumière d’un bilan des données archéologiques et textuelles.

Un littoral à l’écart des premiers échanges ?

4On sait que, dans l’analyse des premières pratiques commerciales du 1er âge du Fer, s’est imposé le modèle de la praxis formalisé à partir de 1979 par A. Mele (Mele 1979 et 1986) et selon lequel les élites de cultures différentes pratiquent occasionnellement des échanges d’objets de prestige (métaux ou autre) dans le cadre d’une économie de don et de contre-don. Pour le sud de la Gaule, ce modèle s’appuie sur des objets étrusques ou grecs découverts isolés dans des contextes funéraires indigènes et dont les plus anciens, datés dans la 2e moitié du VIIe s. et désormais bien connus, ont été découverts en Languedoc (fig. 1) : à Mailhac, une coupe profonde de type protocorinthien provenant de la nécropole du Grand-Bassin I (Gras 2000) ; à Agde, trois skyphoi et une oinochoè issus de la nécropole du Peyrou (Nickels et al. 1989 ; Gras 2004) et un skyphos de la nécropole du Bousquet (Mazières 2003 ; Janin, Py 2012).

Fig. 1. Carte de situation.

Fig. 1. Carte de situation.

5En l’absence d’indices archéologiques, on s’accorde à reconnaître parfois la praxis dans des traditions littéraires comme celle de la fondation de Marseille pour la Gaule, telle qu’elle est rapportée par Aristote (ap. Ath., XIII, 576), Trogue-Pompée et Justin (XLIII, 3-4) : Euxène (ou Prôtis) de Phocée reçoit femme et territoire de Nannos, roi des Ségobriges, au nom de la philia et de la xénia qui, à partir de ce moment-là, doivent unir d’une étroite alliance l’élite phocéenne et l’élite des Ségobriges.

6On ne connaît pas de traditions comparables en Provence orientale. L’archéologie ne dit rien non plus d’éventuelles alliances entre commerçants méditerranéens et populations locales, si bien qu’on a toujours considéré que cette région se trouvait à l’écart des activités d’échanges élitaires, pourtant traditionnelles ailleurs en Méditerranée occidentale.

7Il ne s’agit pas ici de faire dire aux textes ni à l’archéologie ce qu’ils ne disent pas. Pourtant, on oublie, quand on compare le Languedoc, la vallée du Rhône et l’extrême Sud-Est de la Gaule, que les marqueurs archéologiques témoignant d’une activité de praxis sur les côtes occidentales proviennent tous de contextes funéraires du 1er âge du Fer et que, si on n’a pas retrouvé d’objets aussi anciens en Provence orientale, c’est peut-être bien parce qu’on n’y a pas encore découvert à ce jour de nécropoles de cette période. Remarque simple mais pas sans importance. Car, tant que cette lacune archéologique ne sera pas comblée, l’argument e silentio reste périlleux.

8En revanche, si cette absence venait à être vérifiée, il faudrait alors comprendre le vide représenté par le littoral de la Provence orientale, et cela, jusqu’à Gênes, puisque la Ligurie italienne située à l’Est de Gênes présente un profil assez comparable à celui du Languedoc, les importations grecques y apparaissant dès le début du VIIe s. (Maggiani 2006, Gras 2005, Mercuri 2008), à Rapallo (Melli 1998), Massarosa, Pise et Chiavari (Gras 2000, De Marinis 2004) (fig. 1).

  • 1 Cf., pour toute la période, une synthèse des importations méditerranéennes et, en particulier, ét (...)

9Cette disparité géographique semblant exister jusqu’au Ve s.1, on s’accorde habituellement à mettre celle-ci au compte d’une configuration littorale du golfe de Ligurie hostile à la navigation, propice aux naufrages et mal adaptée à l’accostage des bateaux. On admet ainsi que ces mauvaises conditions maritimes auraient conduit à « court-circuiter » le fond du golfe pour privilégier l’itinéraire par la haute mer, depuis le nord de l’Étrurie jusqu’au golfe du Lion, en passant par la Corse.

  • 2 Cf. Peretti (A.) - Il periplo di Scilace. Studio sul primo portolano del Mediterraneo, Pise 1979.

10Cette hypothèse a l’avantage d’être conforme aux sources textuelles. Selon Strabon (4, 6, 2), « tout le littoral, depuis le port de Monoikos jusqu’à l’Étrurie, est droit ; on n’y trouve pas de ports mais seulement des lieux de mouillage et d’ancrage sans profondeur ». Le périple de Scylax (4, 6-7), écrit entre le VIe s. et le IVe s.2, dit peu de chose de cette portion de littoral, à moins de considérer (tout en surinterprétant) qu’il en souligne indirectement le vide signalé plus tard par Strabon en qualifiant la côte située à l’Ouest d’Antipolis jusqu’aux colonnes d’Héraclès de « terre tout entière pourvue de bons ports ».

11Ainsi, sur la base de ces témoignages littéraires et en l’absence de données archéologiques substantielles, a-t-on rangé le littoral de Provence orientale et le littoral ligure jusqu’à Gênes parmi les côtes restées à l’écart des circuits d’échanges maritimes.

Absence d’impact des échanges dans l’arrière-pays ?

12Si on veut bien laisser de côté le déséquilibre quantitatif des découvertes archéologiques déjà signalé entre l’extrême Sud-Est de la Gaule et les régions plus occidentales, le tableau économique de la région alpine est comparable à celui de la basse vallée du Rhône à partir de l’âge du Fer moyen (v. 625-550/525). Certes, l’autoconsommation demeure première mais l’économie locale intègre aussi à partir de ce moment-là les échanges méditerranéens.

13Pour la vallée du Rhône, on connaît bien aujourd’hui les lignes principales de l’économie régionale, en particulier grâce aux travaux de P. Arcelin (1986), M. Bats (1989, 1992, 1998) et L.-F. Gantès (1992), et l’archéologie sous-marine en a consolidé le tableau en apportant des données concordantes (notamment Pomey, Long 1992) : les importations étrusques et grecques prédominent dans la 1ère moitié du VIe s. avant d’être rapidement concurrencées et distancées par les produits massaliètes, parmi lesquels, dès le 2e quart du siècle, la vaisselle fine à pâte claire et en grise monochrome, et, à partir de 550-540, les amphores vinaires. On enregistre les mêmes tendances en Provence orientale où les importations étrusques et grecques, peu nombreuses mais réelles, précèdent l’arrivée des productions massaliètes dans le courant du VIe s.

  • 3 Cf. Arcelin 1986 ; Bats 1989, p. 183-184 ; Arcelin (P.), Arcelin-Pradelle (Ch.), Gasco (Y.) – Le (...)
  • 4 Publication en cours dans le cadre du projet collectif de recherche coordonné par É. Delaval sur (...)

14Certes, on est loin de pouvoir aujourd’hui avancer des statistiques comme dans la région de Marseille, à Saint-Blaise, au Baou de Saint-Marcel ou au Mont-Garou3. Seules, les fouilles stratigraphiques menées sur le rocher d’Antibes laissent voir que, dans la chapelle du Saint-Esprit (1981-1984), les céramiques importées représentent 40% des fragments recueillis pour le dernier quart du VIe s., dont une majorité d’origine massaliète (amphores et vases à pâte claire) (Arcelin, Bats, Pollino 1984 ; Mercuri 2008)4, et, place Mariéjol et montée Dor de la Souchère (2009), 81% (Bats 2011, p. 87-89).

  • 5 La colline du Château à Nice, PCR coordonné par M. Bouiron depuis 2005.

15À Nice, le réexamen du matériel d’importation des fouilles de F. Benoit et de D. Mouchot, effectué dans le cadre du projet collectif de recherche sur la colline du Château5, a permis de retrouver un tableau général similaire, malgré une documentation restreinte (Mercuri 2008, 2010, 2013). Les résultats principaux sont les suivants :

  • 6 Malgré la mention de bucchero nero dans une lettre de D. Mouchot à Ch. Lagrand (d’après Ch. Lagra (...)

16Les amphores étrusques y sont bien représentées avec 26 fragments pour un NMI de 11, les exemplaires datables se répartissant entre 575 et 4006 (fig. 2a) :

  • 2 individus de forme PY 3A5, daté entre 575 et 450 : lèvre épaissie, col étroit oblique ; argile marron à noyau couleur rouille, mica ; engobe épais beige marron à l’extérieur et à l’intérieur du col ; diam. restitué 19 cm ;

  • 2 de forme Py 4, v. 525-500 : argile rouge-marron à noyau gris-noir, fin mica blanc et doré, particules noires et rouges ; diam. restitué 17 et 14 cm ;

  • 5 de forme PY 3C, datés entre 500 et 400 : 1) argile brique orangé avec nodules noirs et blancs et peu de mica,  achrome, sans engobe ; 2) pâte brun-marron en surface, marron gris à l’intérieur ; engobe beige orangé assez épais ; 3) pâte brun-rouge avec nodules noirs, rougeâtre en surface ; 4) argile rouge avec noyau gris, mica blanc et nodules blancs, engobe crème ; diam. restitué 16 cm ; 5) lèvre arrondie, pendante et concave à l’extérieur ; pâte orangée, granuleuse, avec divers dégraissants dont mica blanc.

  • 7 Le NMI est probablement sous-évalué compte tenu de l’état fragmentaire des trouvailles et la diff (...)

17Les amphores massaliètes, datables entre la fin du VIe et le début du IIIe s., s’élèvent à 177 fragments pour un NMI de 187 (fig. 2b). Parmi les plus anciens, on compte :

  • 3 individus de première génération (type Bertucchi 1), en forme de toupie et en argile non micacée : pour l’argile, groupe 1 et 3 de Bertucchi ; respectivement, compacte, marron et rougeâtre par bandes, avec de petits dégraissants blancs, et beige à noyau gris, avec des nodules blancs ;

  • un individu à bord replié et lèvre ovale sans moulure, datable dans le 1er quart du Ve s. av. J.-C. : pâte marron rosé avec grosses paillettes de mica et nodules noirs.

Fig. 2. Nice, colline du Château. a) Amphores étrusques.; b) amphores amssaliètes.

Fig. 2. Nice, colline du Château. a) Amphores étrusques.; b) amphores amssaliètes.
  • 8 Sur l’ensemble de ce matériel, cf. Mercuri 2013.

18La céramique fine massaliète, quant à elle, débute dans le 2e quart du VIe s. av. J.-C. avec les pâtes claires, suivies de la grise monochrome, de la « pseudo-attique » et de la céramique grise peinte. Les autres céramiques fines proviennent principalement de la Grèce de l’Est pour le VIe s. – le plus ancien fragment importé appartenant à un bol de « Vroulia », du 2e quart du VIe s. – ; l’autre provenance principale est l’Attique pour les Ve et IVe s.8.

19Ainsi, dans l’état actuel des connaissances, la colline du Château à Nice et le rocher d’Antibes semblent bien s’insérer dès le début du VIe s. dans les circuits d’échanges méditerranéens, tout comme les sites littoraux de Provence occidentale. Ce qui nous échappe en revanche, c’est bien l’ampleur de ces échanges.

20Par ailleurs, s’est imposée la thèse d’un commerce littoral sans diffusion dans l’arrière-pays (Gazenbeek 2004, p. 253), ce décalage entre la côte et l’intérieur des terres résultant de la nature même de la distribution des produits massaliètes qui serait prioritairement maritime (Bats 1992, p. 268). Les importations sont en effet rares dans les sites de l’intérieur comme celui du Baou des Noirs, à Vence, relativement bien documenté (Latour 1985), alors que l’impact des commerces méditerranéens est bien perceptible dans les sites littoraux à travers un matériel d’importation plus nombreux. C’est le cas du rocher d’Antibes et de la colline du Château à Nice, nous l’avons vu, mais aussi, ce qui est moins connu, des oppida de la butte de Saint-Cassien, à Cannes (céramique grise monochrome, pâte claire massaliète, amphores massaliètes de type Bertucchi 1, 3 et 4) (Gazenbeek 2003, p. 195-196, 201 ; CAG 06 2010, s.v.), du Pezou, à Vallauris (pâte claire du début Ve s., céramique grise monochrome, amphores massaliètes et ioniennes à décor peint) (CAG 06, 2010, s.v.), et du domaine de Saint-Andrieu, à Villeneuve-Loubet (amphores étrusques et massaliètes, pâte claire massaliète, céramique grise monochrome, céramique attique) (Vindry 1978, p. 39-40 ; Bats 1990a, p. 210 ; CAG 06, 2010, s.v.) (fig. 3).

Fig. 3. Carte de répartition des importations méditerranéennes connues sur le littoral de la Provence orientale.

Fig. 3. Carte de répartition des importations méditerranéennes connues sur le littoral de la Provence orientale.

21Cette déduction historique – un arrière-pays à l’écart des commerces méditerranéens – ne prend cependant pas suffisamment en compte la situation de l’archéologie dans les Alpes-Maritimes car la documentation ancienne à disposition provient pour l’essentiel de l’activité de l’érudition locale, alors que la recherche institutionnelle n’a lancé des programmes sur la protohistoire et l’Antiquité que dans les années 1980 : la fouille stratigraphique du Baou des Noirs à Vence (Latour 1985) et le projet collectif sur les enceintes de hauteur qui a permis un recensement et une classification des sites (Gazenbeek 2003) en font partie. Mais pour l’essentiel, ces travaux académiques reposent sur des prospections et rares ont été les fouilles de gisements. Le manque de données fiables est donc flagrant, il suffit de prendre pour exemple ne serait-ce que la difficulté de dater les enceintes protohistoriques dont 34 % restent sans chronologie précise, selon un recensement récemment effectué entre Vence et Briançonnet (Lautier 2010).

22Dans l’état actuel des connaissances, les sites archéologiques de la Provence orientale, en particulier ceux des Alpes-Maritimes, ne fournissent donc pas de données chiffrées pour une exploitation historique fiable et ne permettent pas de quantifier la pénétration du commerce maritime dans l’arrière-pays ni son éventuel impact sur les traditions artisanales locales durant le 1er âge du Fer. Il semble néanmoins éclairant de proposer ici une cartographie provisoire des céramiques étrusques et grecques importées dans l’arrière-pays à partir des données collectées récemment par la carte archéologique des Alpes-Maritimes (2010) (fig. 4).

Fig. 4. Cartographie des importations étrusques et grecques dans l’arrière-pays et sur le littoral.

Fig. 4. Cartographie des importations étrusques et grecques dans l’arrière-pays et sur le littoral.

23On en soulignera cependant d’emblée les défauts. La répartition des découvertes repose en effet exclusivement sur les grandes catégories de céramiques – amphores étrusques, amphores grecques, amphores massaliètes, bucchero nero etc – sans datation ni dénombrement précis compte tenu de l’accès difficile au matériel. On verra aussi que les données sont essentiellement concentrées dans la vallée du Loup, entre la Siagne et le Var, c’est-à-dire dans le secteur le mieux prospecté à ce jour. Enfin, cette cartographie se limite provisoirement à l’actuel département des Alpes-Maritimes alors qu’il faudra à l’avenir, pour pouvoir saisir les tendances et les variations, étendre l’investigation vers l’ouest jusqu’aux massifs montagneux de l’Estérel et des Maures, qui constituent une frontière naturelle. Ainsi, la cartographie actuelle reflète moins une situation historique que l’état de la recherche archéologique dans la région. Elle ne permet pas moins de tirer certains enseignements et d’offrir des perspectives.

24Les cartes de répartition, en effet, mettent en évidence, contrairement à l’idée reçue, la circulation des importations maritimes à plus de 30 km à vol d’oiseau, à l’intérieur des terres, et indiquent clairement que les vallées de la Siagne et du Loup sont des voies de liaison habituelles entre le littoral et l’intérieur (fig. 4-6).

Fig. 5. Cartographie des importations étrusques et grecques en Provence orientale par type de céramique.

Fig. 5. Cartographie des importations étrusques et grecques en Provence orientale par type de céramique.

Fig. 6. Tableau des grandes catégories de céramiques étrusques et grecques découvertes sur les communes des Alpes-Maritimes (recensement 2012).

Commune

Importations étrusques ou grecques

Antibes

Amphore étrusque ; amphore massaliète ; grise monochrome ; pâte claire massaliète ; céramique ionienne ; céramique attique

Bar-sur-Loup (plateau de la Sarrée)

Amphore étrusque ; amphore massaliète ; pâte claire massaliète

Beaulieu-sur-mer

Bucchero nero

Cannes (butte de Saint Cassien, île Sainte-Marguerite)

Amphore massaliète ; grise monochrome ; pâte claire massaliète ; céramique attique

Châteauneuf de Grasse

Amphore massaliète

Èze

Amphore massaliète ; pâte claire massaliète

Gourdon

Amphore massaliète

Grasse

Amphore étrusque ; amphore massaliète

Gréolières

Grise monochrome

Mougins

Pâte claire massaliète

Nice (colline du Château)

Amphore étrusque ; amphore corinthienne b ; amphore massaliète ; grise monochrome ; pâte claire massaliète ; céramique ionienne ; céramique attique

Roquefort-les-Pins

Amphore étrusque ; amphore massaliète

Le Rouret (Camp du Bois)

Amphore étrusque ; amphore massaliète ; grise monochrome ; pâte claire massaliète

Saint-Cézaire-sur Siagne (Camp-Long)

Amphore massaliète ; grise monochrome ; pâte claire massaliète

Sospel

amphore massaliète

Spéracèdes

amphore massaliète

Tourrettes-sur-Loup

amphore massaliète

Vallauris (Le Pezou)

Amphore ionienne ; amphore massaliète ; grise monochrome

Vence (Baou des Noirs)

Amphore étrusque ; amphore massaliète

Villefranche-sur-Mer

Amphore massaliète

Villeneuve-Loubet (Saint-Andrieu)

Amphore étrusque ; amphore massaliète ; grise monochrome ;pâte claire massaliète ; céramique attique

25Au 1er âge du Fer, certains habitats fortifiés de ces deux vallées apparaissent plus étroitement liés aux circuits d’échanges maritimes par la quantité et la variété des céramiques d’importation qu’ils ont restituées. C’est le cas de trois enceintes protohistoriques, deux découvertes à Roquefort-les-Pins et au Rouret, dans la vallée du Loup, et une à Saint-Cézaire, plus à l’Ouest, dans la vallée de la Siagne (fig. 7).

Fig. 7. Habitats fortifiés de Roquefort-les-Pins et du Rouret, dans la vallée du Loup, et de Saint-Cézaire dans la vallée de la Siagne, qui marquent les voies de liaison habituelles entre le littoral et l’intérieur.

Fig. 7. Habitats fortifiés de Roquefort-les-Pins et du Rouret, dans la vallée du Loup, et de Saint-Cézaire dans la vallée de la Siagne, qui marquent les voies de liaison habituelles entre le littoral et l’intérieur.

26À Roquefort-les-Pins, l’enceinte de 0,6 ha, localisée à la cote 137 au-dessus du Loup, a fait l’objet de prospections en 2007, qui ont permis de récolter des fragments d’amphores étrusques et massaliètes, et de la pâte claire (Lautier, Lepère 2007, p. 41-42 ; CAG 06, 2010, s.v.). Dans la commune du Rouret, au lieu-dit Camp-du-Bois, une petite enceinte de 0,4 ha a restitué une quantité notable d’amphores étrusques et massaliètes, et de céramiques grises monochromes et à pâte claire (Vindry 1978, p. 29-30, 67, fig. 30 ; Bats 1990a, p. 210 ; Latour 2005, 2005a ; CAG 06, 2010, s.v.). Enfin, à Saint-Cézaire-sur-Siagne, l’enceinte du Camp-Long, de plus grande superficie (2,2 ha), a donné une quarantaine de fragments de céramique grise monochrome et à pâte claire, ainsi qu’un fragment d’amphore massaliète (Arcelin-Pradelle 1984, p. 110-115, 154 ; Bats 1990a, p. 210 ; Gazenbeek 2006, p. 29-38 ; CAG 06 2010, s.v.).

27Ces gisements sont prometteurs et l’archéologie doit à l’avenir s’employer à compléter ce tableau et étendre l’enquête aux vallées, plus ouvertes et plus pratiquables, du Var et du Paillon, qui ont pu contribuer, selon toute vraisemblance, à la circulation des produits méditerranéens et à leur acheminement vers l’intérieur des terres.

Rouvrir le débat sur la chronologie d’Antipolis et de Nikaia

28On l’a donc vu, la Provence orientale s’insère dans les échanges méditerranéens dès le 1er quart du VIe s. Cette nouvelle dynamisation a pu conduire à une restructuration du peuplement, manifestée par le regroupement des habitats sur la côte dont témoigneraient le rocher d’Antibes, la colline du Château à Nice et, également, le Castellar à Èze (Bats 1989). Dans ce contexte se pose donc la question du rôle des fondations massaliètes, Antipolis et Nikaia, et de la chronologie de leur occupation respective.

29Pour la colonisation massaliète, le modèle le plus articulé à ce jour a été proposé par M. Bats (notamment 1989 et 1998). Celui-ci restitue une première phase de type emporique pour les VIe et Ve s. av. J.-C., caractérisée par des échanges sur le littoral sans être accompagnée de l’implantation des Grecs. L’installation des fondations massaliètes n’aurait lieu qu’au IVe s., à un moment où Massalia, pour s’imposer aux populations locales, aurait transformé sa présence en une implantation véritable sous forme d’une série de forteresses, les epiteichismata mentionnés par Strabon (IV, 1, 5) qui auraient alors constitué des positions avancées pour protéger l’espace maritime de Massalia.

30Ce modèle est construit non seulement à partir des textes mais aussi à partir du cas particulier d’Olbia de Provence, aujourd’hui la mieux connue des fondations massaliètes sur le plan archéologique (Bats 2004, p. 62). Antipolis lui serait donc contemporaine et Nikaia n’apparaîtrait qu’un peu plus tard, au IIIe s. av. J.-C.

31Pour Antipolis, depuis les fouilles préventives de la place Mariéjol (2009), la date du IVe s. av. J.-C. est avancée moins sur la base de l’accroissement des importations massaliètes sur le rocher à cette époque (plus de 80% des céramiques depuis le VIe s. av. J.-C.) que sur celle d’un changement des pratiques alimentaires traduit par l’augmentation des récipients individuels en céramique tournée pour absorber les aliments (bols/écuelles et assiettes) (Bats 2011, p. 143).

32Quant à la date de fondation de Nikaia, placée par l’historiographie vers le milieu du IIIe s., elle est déduite, par manque de données archéologiques, du témoignage de Polybe (XXXIII, 8-10), selon lequel Rome entreprit en 154 une expédition pour secourir les habitants d’Antipolis et de Nikaia assiégés par les Ligures Déciates et Oxybiens. C’est là sans aucun doute la première mention textuelle de Nikaia car, avant Polybe, Nikaia est absente des sources littéraires, en particulier des périples : elle n’apparaît ni dans la Périégèse du Pseudo-Scymnos (dont la source la plus ancienne remonte à Timée, mort v. 256), ni dans le Périple de Scylax, daté au plus tard au IVe s.

  • 9 Sur ce débat, cf. Mercuri 2008.

33Les modernes ont donc fixé la fondation de Nikaia, par déduction, au plus tôt dans le courant du IIIe s. av. J.-C. et en ont ainsi fait le rejeton ultime et tardif de Massalia9. On a voulu aussi voir une confirmation de cette date tardive dans les fouilles de la colline du Château par F. Benoit, selon qui le pourcentage de céramique non tournée fléchirait nettement entre le IIIe et le IIe s. av. J.-C. Mais, seule, une véritable fouille stratigraphique pourra valider une telle thèse car, nous l’avons vu, la documentation issue des fouilles des années 1970, ne peut faire l’objet de statistiques fiables ni conduire à des conclusions d’une telle portée.

34Ajoutons que l’argument ex absentia fondé sur les sources littéraires est dangereux et qu’il convient d’admettre au contraire que, dans la chronologie de Nikaia, seul le terminus ad quem de 154 av. J.-C. peut être tenu pour certain et que, seule, l’archéologie sera susceptible à l’avenir de dater les phases antérieures de l’occupation de Nikaia.

  • 10 Cependant, les tentatives d’identification d’un réseau urbain antique dans le centre historique d (...)

35La prudence est en effet de mise compte tenu de l’attestation d’une quantité significative d’importations méditerranéennes sur la colline du Château à Nice dès le 2e quart du VIe s., même si, bien évidemment, une activité commerciale n’implique pas une fondation. En effet, dans l’état actuel des connaissances, la céramique non tournée domine dans le matériel archéologique du Ier âge du Fer et semble correspondre non pas à un établissement grec, mais bien plutôt à un habitat indigène de hauteur en relation avec le commerce maritime à partir du VIe s. av. J.-C. Dans ces conditions, l’hypothèse de M. Bats selon laquelle Nice présente, à l’âge du Fer, un profil proche de celui du rocher d’Antibes est loin d’être infondée : comme à Antibes, on aurait affaire à Nice à un habitat indigène installé sur le promontoire, doublé (ou bien remplacé ?) dans un second temps par un établissement massaliète implanté quant à lui dans la plaine, près de l’embouchure du Paillon, selon une topographie plus conforme à celle des villes grecques (Bats 1990)10.

36La reconstruction historique qui fait de Nikaia une fondation massaliète du IIIe s. a connu de nombreux développements, appuyés notamment sur la théorie du binôme Antipolis / Nikaia. Depuis J. Ducat (1982), la recherche sur Antibes et sur Nice s’est en effet développée sur le thème de la dualité et, pour mieux dire, de la gémellité des deux fondations. Selon J. Ducat, l’approche comparée se justifie parce que les deux fondations « se présentent comme un couple presque inséparable », dans l’espace et le temps (Ducat 1982, p. 89), et que c’était là aussi la perception antique puisque les textes ne nomment jamais l’une sans l’autre : situées de part et d’autre du Var, elles sont toutes deux des forteresses massaliètes ; et toutes deux assiégées par les Ligures au même moment, elles doivent leur sauvegarde commune à l’intervention de Rome. La toponymie, bien entendu, n’est pas étrangère à cette vision duelle puisqu’Antipolis est étymologiquement la « ville d’en face » : de ce fait, Nikaia s’impose très naturellement comme l’autre terme du binôme géographique (Ducat 1982 ; Gras 2003), même si on a aussi supposé, dans une vision plus micro-géographique, qu’Antipolis pourrait avoir été nommée en référence à l’établissement protohistorique déjà implanté sur le rocher homonyme (Bats 1990). On a cependant souligné récemment les conséquences historiques de cette interprétation (Mercuri 2008) : si Antipolis tire son nom de sa position géographique par rapport à Nikaia, il faut en conclure en toute logique soit qu’Antipolis a été fondée après Nikaia, soit que les deux fondations massaliètes sont au moins aussi anciennes (IVe s., selon le modèle de M. Bats), et, dans ces conditions, que la chronologie basse de Nikaia n’est pas recevable. Nous l’avons vu, le corpus des céramiques importées issu des fouilles Benoit va dans ce sens : les données actuelles indiquent que la colline du Château, comme le rocher d’Antibes, commence à participer aux échanges maritimes dans le premier quart du VIe s. et que les liens économiques sont étroitement établis avec Marseille dès le début du Ve s. (Mercuri 2008).

37On le voit, la chronologie basse de Nikaia pose plus de questions qu’elle n’en résout. Elle a été également remise en question par M. Gras, qui a suggéré de mettre en relation le nom de Nikaia avec une possible réorganisation du secteur du Var après la bataille d’Alalia (Gras 2003). Dans cette hypothèse, si l’on suit le Pseudo-Skylax (4, 1) qui fait débuter la Tyrrhénie à Antion (Antipolis), le nom de Nikaia pourrait être la traduction grecque d’un nom étrusque équivalent visant à commémorer une victoire des Étrusques de Tyrrhénie sur les Grecs de Ligystique, tout comme Nikaia aurait été aussi, en Corse, le nom par lequel les Étrusques auraient rebaptisé le site grec d’Alalia après leur victoire sur les Phocéens, v. 540 av. J.-C. (d’après Diodore de Sicile V, 13 corrigé). Ce serait donc de cette époque que daterait le binôme AntipolisNikaia, les deux établissements se trouvant alors de part et d’autre de la frontière entre Grecs et Étrusques marquée par le Var (Gras 2005, p. 14). Mais rien pour l’instant, dans les données archéologiques de Nice, ne vient corroborer cette proposition. Et pourtant, seule, dans l’avenir, l’archéologie sera en mesure d’apporter des éléments nouveaux sur les fondations massaliètes et sur les rapports de la Provence orientale avec la Méditerranée.

Bibliographie

Arcelin 1986 : ARCELIN (P.) – Le territoire de Marseille grecque dans son contexte indigène. In : Bats (M.), Tréziny (H.) dir., Le territoire de Marseille. Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence (1985), Aix-en-Provence, 1986 (Ét. Mass. 1), p. 43-104.

Arcelin, Bats, Pollino 1984 : ARCELIN (P.), BATS (M.), POLLINO (É.)  –  Rapport des fouilles de la Chapelle du Saint-Esprit à Antibes. Campagnes 1981-1984 (inédit).

Arcelin-Pradelle 1984 : ARCELIN-PRADELLE (C.) – La céramique grise monochrome en Provence, RAN suppl. 10, Paris, CNRS, 1984.

Bats 1989 : BATS M. – La Provence protohistorique. In : Février (P.A.) éd., La Provence des origines à l’an Mil, Rennes, p. 169-256.

Bats 1990 : BATS M. – Antibes. In : Voyage en Massalie. 100 ans d’archéologie en Gaule du Sud, Marseille, 1990, p. 221-222.

Bats 1990a : BATS M. – La diffusion des amphores massaliètes en Provence orientale. In : BATS (M.) dir., Les amphores de Marseille grecque. Chronologie et diffusion. Actes de la table ronde de Lattes (11 mars 1989), Aix-en-Provence, 1990 (Ét. Mass. 2), p. 207-213.

Bats 1992 : BATS M. – Marseille, ses colonies et les relais indigènes du commerce massaliète en Gaule méridionale. In : Bats (M.), Bertucchi (G.), Congés (G.) et Tréziny (H.) dir., Marseille grecque et la Gaule, Actes des colloques de Marseille (1990), Aix-en-Provence, 1992, (Ét. Mass. 3), p. 263-278.

Bats 1998 : BATS M. – Marseille archaïque. Étrusques et Phocéens en Méditerranée nord-occidentale. MEFRA 110-2, 1998, p. 609-633.

Bats 2004 : BATS (M.) – Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire aux IVe-IIIe s. av. J.-C. In : Agusta-Boularot (S.) dir., Lafon (X.) dir., Des Ibères aux Vénètes, Rome, Collection ÉFR 328, p. 51-64.

Bats 2011 : BATS (M.), Le matériel céramique protohistorique (fin VIe s./Ier s. av. n. è.) et Le faciès céramique des phases 1 à 4. In : Thernot (R.) (dir.), Alpes-Maritimes, Antibes, Place Mariéjol et montée Dor de La Souchère. Du village protohistorique à la ville romaine, Inrap Méditerranée, Rapport de fouille, 2011, p. 85-100 et 143 (inédit).

CAG 06, 2010 : LAUTIER (L.), ROTHÉ (M.-P.) et al. – Carte archéologique de la Gaule. Les Alpes-Maritimes 06, Paris, 2010.

De Marinis 2004 : DE MARINIS (R. C.) – I Liguri tra VIII° e V° secolo a.C. In : I Liguri. Un antico popolo europeo tra Alpi e Mediterraneo, Gênes, Palazzo ducale, 2004, p. 197-211.

Ducat 1982 : DUCAT (J.) – Antipolis et Nikaïa : implantations et activités économiques. Ktema 7, 1982, p. 89-99.

Gantès 1992 : GANTÈS (L.-F.) – L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète. In : Bats (M.), Bertucchi (G.), Congés (G.) et Tréziny (H.) dir., Marseille grecque et la Gaule, Actes des colloques de Marseille (1990), Aix-en-Provence, 1992, (Ét. Mass. 3), p. 171-178.

Gazenbeek 2003 : GAZENBEECK (M.) coord. – P.C.R. des enceintes de hauteur dans les Alpes-Maritimes, D.F.S. décembre 2003, Sophia-Antipolis, CEPAM, 344 p.

Gazenbeek 2004 : GAZENBEECK (M.) – Les oppida de la Ligurie occidentale : état de la question. In : Agusta-Boularot (S.), Lafon (X.) (éd.), Des Ibères aux Vénètes, Rome, 2004, p. 251-275.

Gazenbeek 2006 : GAZENBEECK (M.) – Le mobilier de l’enceinte de Camp Long à Saint-Cézaire-sur-Siagne (06). Mém. IPAAM 48, 2006, p. 29-38.

Gras 2000 : GRAS M. – Les Étrusques et la Gaule méditerranéenne. In : Mailhac et le premier âge du Fer en Europe occidentale. Hommages à O. et J. Taffanel (Carcassonne 1997), Lattes, 2000, p. 229-241.

Gras 2003 : GRAS M. – Antipolis et Nikaia. Les ambiguïtés de la frontière entre la Massalie et l’Italie. In : Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, Montpellier, 2003 (RAN suppl. 35), p. 241-246.

Gras 2004 : GRAS M. – Les Étrusques vus de la Gaule. Échanges maritimes et implantations. DAM 27, 2004, p. 213-235.

Gras 2005 : GRAS M. – Parcours emporiques en Ligurie. In : Aei mnēstos : miscellanea di studi per Mauro Cristofani, Prospettiva (Florence), suppl. 2, 2006, p. 212-220.

Janin, Py 2012 : JANIN (Th.), PY (M.)  Grecs et Celtes en Languedoc. In : Hermary (A.), Tsetskhladze (G.R.), From the pillars of Hercules to the footsteps of the Argonauts, Louvain-Paris-Walpole (Ma), 2012, p. 141-162.

Latour 1985 : LATOUR (J.) – L’oppidum du Baou des Noirs à Vence (A.‑M.). DAM 8, 1985, p. 9-24.

Latour 2005 : LATOUR (J.) – Le camp du Bois au Rouret (06) : étude du matériel de la collection Paul Goby en dépôt au musée de Grasse. Mém. IPAAM 47, 2005, p. p. 57-73.

Latour 2005a : LATOUR (J.) – Un lot d’objets en fer de la collection Paul Goby du musée de Grasse (06), p. 233-238.

Lautier 2010 : LAUTIER (L.) – Les systèmes de peuplement des Préalpes de Grasse de l’âge du Bronze à l’Antiquité tardive : apport de l’analyse factorielle à une étude de cas, Thèse de doctorat, Université de Nice Sophia-Antipolis, 2010 (inédit).

Lautier, Lepère 2007 : LAUTIER (L.), LEPÈRE (C.) – Rapport de prospection-inventaire des vallées du Loup, de la Cagne et du Malvan. Commune de Roquefort-les-Pins, Valbonne, CEPAM UMR6130, 2010, 80 p. (inédit).

Maggiani 2006 : MAGGIANI (A.) – Rotte e tappe nel Tirreno settentrionale. In : Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti del XXIV convegno di studi etruschi e italici, Marseille-Lattes, 2002, Pise 2006, p. 435-453.

Mazière 2003 : MAZIÈRE (F.) – Le Bousquet (Agde). Une nécropole du premier âge du Fer. In : Archéologie en pays d’Agde. Bilan des recherches récentes. Catalogue de l’exposition. Agde, GRAA, 2001, p. 24-27.

Mele 1979 : MELE (A.)  Il commercio greco arcaico. Prexis ed emporie, Naples, 1979.

Mele 1986 : MELE (A.) – Pirateria, commercio e aristocratizia : replica a Benedetto Bravo. DHA, 12, 1986, p. 67-109

Melli 1998 : MELLI (P.) – Il recupero della tomba di Rapallo : nuovi dati sul popolamento del Tigullio tra la fine del VII e gli inizi del VI sec. a.C. Rivista di studi liguri, LXII, 1996, p. 95-114. 

Mercuri 2008 : MERCURI (L.) – La Ligurie occidentale et la Méditerranée durant le premier âge du Fer. Bulletin du musée d’anthropologie préhistorique de Monaco, suppl. 1, 2008, p. 271-273.

Mercuri 2010 : MERCURI (L.) – La colline du Château à Nice d’après les importations pré-italiques (fin VIIe s.-fin IVe s. av. J.-C.). In : LAUTIER (L.), ROTHÉ (M.-P.) et al., Carte archéologique de la Gaule. Les Alpes-Maritimes 06, Paris, 2010, p. 539-541.

Mercuri 2013  : MERCURI (L.) – Les céramiques d’importation de l’âge du Fer (VIe-IVe s. av. J.-C.). In : Bouiron (M.) (dir.), Nice, La colline du Château. Histoire millénaire d’une place forte, Nice, 2013, p. 245-250, 290.

Nickels et al. 1989 : NICKELS (A.), MARCHAND (G.), SCHWALLER (M.), DUDAY (H.) collab., COLUMEAU (P.) collab. – Agde, la nécropole du premier âge du Fer. Paris, CNRS, 1989, 498 p. (Revue archéologique de Narbonnaise. Supplément 19)

Pomey, Long 1992 : LONG (L.), POMEY (P.) – Les premiers échanges maritimes du midi de la Gaule du VIe au IIIe s. à travers les épaves. – In : Bats (M.), Bertucchi (G.), Congés (G.), Tréziny (H.) dir., Marseille grecque et la Gaule, Actes des colloques de Marseille (1990), Aix-en-Provence, 1992, (Ét. Mass. 3), p. 189-198.

Vindry 1978 : VINDRY (G.) – Un siècle de recherches préhistoriques et ­protohistoriques en Provence orientale (1875-1975). DAM 1, 1978, p. 7-76.

Notes

1 Cf., pour toute la période, une synthèse des importations méditerranéennes et, en particulier, étrusques, dans la vallée du Rhône et en Languedoc, dans Gras 2004.

2 Cf. Peretti (A.) - Il periplo di Scilace. Studio sul primo portolano del Mediterraneo, Pise 1979.

3 Cf. Arcelin 1986 ; Bats 1989, p. 183-184 ; Arcelin (P.), Arcelin-Pradelle (Ch.), Gasco (Y.) – Le village protohistorique du Mont-Garou (Sanary, Var). Les premières manifestations de l’impérialisme marseillais sur la côte provençale. DAM, 5, 1982, p. 53-137.

4 Publication en cours dans le cadre du projet collectif de recherche coordonné par É. Delaval sur les fouilles anciennes et récentes d’Antibes : Antipolis, des origines au royaume des Francs (VIIe-VIe s. avJ.-C./VIe s. apJ.-C.

5 La colline du Château à Nice, PCR coordonné par M. Bouiron depuis 2005.

6 Malgré la mention de bucchero nero dans une lettre de D. Mouchot à Ch. Lagrand (d’après Ch. Lagrand, dans Le bucchero nero étrusque et sa diffusion en Gaule méridionale. Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence 1975, Aix-en-Provence 1976, p. 131), aucun témoignage n’a été repéré. Cette absence est d’autant plus remarquable que l’amphore étrusque est relativement bien représentée avec 11 individus et que le bucchero en est une vaisselle d’accompagnement fréquente.

7 Le NMI est probablement sous-évalué compte tenu de l’état fragmentaire des trouvailles et la difficulté d’identifier les individus à partir des seuls fragments de paroi.

8 Sur l’ensemble de ce matériel, cf. Mercuri 2013.

9 Sur ce débat, cf. Mercuri 2008.

10 Cependant, les tentatives d’identification d’un réseau urbain antique dans le centre historique de Nice relèvent encore de l’hypothèse de travail. Cf. St. Morabito, Localisation de l’établissement de Nikaia, Nice (Alpes-Maritimes). Histoire & mesure, XVIII, 1/2, 2003, p. 39-71.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de situation.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 2. Nice, colline du Château. a) Amphores étrusques.; b) amphores amssaliètes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3. Carte de répartition des importations méditerranéennes connues sur le littoral de la Provence orientale.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 4. Cartographie des importations étrusques et grecques dans l’arrière-pays et sur le littoral.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2005/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 5. Cartographie des importations étrusques et grecques en Provence orientale par type de céramique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2005/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 7. Habitats fortifiés de Roquefort-les-Pins et du Rouret, dans la vallée du Loup, et de Saint-Cézaire dans la vallée de la Siagne, qui marquent les voies de liaison habituelles entre le littoral et l’intérieur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/2005/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access