Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Avant-Propos

Réjane Roure

Texte intégral

1La question des contacts entre les différents peuples qui bordent les rives de la Méditerranée nord-occidentale est l’une des thématiques majeures de la recherche archéologique de ces trente dernières années. Que l’on parle d’époque archaïque et classique, ou de Protohistoire et d’âge du Fer, les échanges et les processus d’acculturation de ces peuples (Grecs, Celtes, Phéniciens, Ibères, Ligures, Étrusques) qui rentrèrent alors en contact les uns avec les autres ont retenu l’attention des chercheurs travaillant sur l’expansion grecque dans ces régions, sur les trafics commerciaux et les échanges culturels. L’œuvre de Michel Bats traverse toutes ces thématiques : la présence des Phocéens et des Étrusques dans le bassin occidental de la Méditerranée, l’acculturation et les identités ethno-culturelles, les recherches sur la céramique et ses usages dans une perspective anthropologique, l’appropriation de l’écriture par les sociétés protohistoriques. Afin de rendre hommage à cet acteur majeur de la recherche archéologique protohistorique et méditerranéenne, un colloque international a été organisé à Hyères, du 15 au 18 septembre 2011, réunissant plus d’un centaine de participants. Nombre de ses collègues ont ainsi pu témoigner à Michel leur amitié et leur dette intellectuelle, dans une ambiance chaleureuse et conviviale, à l’image de celui qui a profondément marqué tous ceux qui l’ont rencontré et qui a fait naître tant d’amitiés durables tout autour de la Méditerranée. La dimension internationale de la carrière de Michel Bats et l’impact de ses travaux se reflètent donc dans les 48 contributions réunies dans ce volume, qui forment les actes de cette rencontre.

2Chercheurs italiens, français, espagnols, entre autres, présentent des articles qui permettent tout à la fois de dresser un bilan et de définir de nouvelles perspectives autour de la thématique des contacts et de l’acculturation. Ces actes offrent la possibilité de découvrir les recherches les plus récentes de l’archéologie dans l’aire géographique concernée – l’agglomération du Premier âge du Fer de La Cougourlude en France, le sanctuaire hellénistique de Cumes et les fouilles récentes de Fratte en Italie, les ateliers de potiers de Rosas et les dernières découvertes d’Emporion en Espagne –, tandis que d’autres auteurs se sont attachés à proposer des synthèses sur la présence grecque en Espagne, sur les pratiques funéraires, sur les identités culturelles et ethniques, sur les pratiques culinaires, sur l’origine de l’écriture, et même sur la notion d’acculturation.

3Si un certain nombre de ces questions ont été débattues régulièrement lors des Congrès de Tarente pour l’Italie, et des Colloques de Calafell en Espagne, en France, le dernier grand colloque sur ces questions a été le congrès de l’Institut d’études étrusques qui s’est tenu à Marseille et Lattes en 2002 (publié en 2006) ; il faut ensuite remonter à 1997 pour le colloque de Carcassonne sur Mailhac et le Premier âge du Fer (publié en 2000), puis à 1990 pour le grand colloque sur Marseille grecque et la Gaule (publié en 1992). La tenue de ce colloque en 2011 (et la publication de ses actes) respecte donc une sorte de périodicité des manifestations sur ce sujet et offre à la communauté scientifique, comme au grand public, un ouvrage de synthèse et d’actualité sur la thématique des contacts et de l’acculturation en Méditerranée nord-occidentale.

4À l’instar du colloque lui-même, les contributions ont été réparties entre quatre grandes thématiques, intitulées ici : Étrusques et Grecs en Méditerranée nord-occidentale, Questions d’identités et d’acculturations, Autour de la céramique, La logique de l’écriture. Les communications orales et les posters, enrichis par quelques contributions supplémentaires, ont été mêlés, en essayant toutefois de respecter une certaine cohérence géographique, chronologique ou thématique à l’intérieur de chacune des parties. Par ailleurs, soulignons que le volume compte de nombreux articles de jeunes chercheurs, à côté de ceux des archéologues qui ont côtoyé Michel tout au long de sa carrière, les complices des premiers temps comme ses anciens élèves devenus d’éminents chercheurs à leur tour.

5Le colloque s’est déroulé sur trois journées, ponctuées d’événements en hommage au chercheur honoré. Il était inévitable d’inclure dans les festivités une visite du site d’Olbia de Provence sur lequel Michel Bats a débuté sa carrière d’archéologue, alors jeune étudiant venu travailler aux côtés de son professeur de Bordeaux Jacques Coupry ; où il a formé plusieurs générations à la fouille archéologique et à la céramologie dans les années 1980 et 2000 ; et où il dirige encore aujourd’hui un programme de recherche qui a permis d’étudier le tronçon septentrional de la fortification. Lors de la première soirée, Michel Bats a reçu la médaille de la Ville d’Hyères-les-Palmiers des mains de l’adjoint à la Culture Michel Pellegrino. Le lendemain soir, le Centre Archéologique du Var a offert un buffet qui s’est déroulé dans les merveilleux jardins de la Villa Noailles, dominant la ville jusqu’à la presqu’île de Giens et les îles d’Or. Enfin, après une dernière journée de fructueux et stimulants échanges scientifiques, le colloque s’est achevé par une nouvelle soirée à Olbia où un concert de rebétiko était organisé par le service de valorisation et de médiation du site d’Olbia, puis par la visite le dimanche matin d’une exposition consacrée au sanctuaire d’Aristée à L’Acapte, préparée par le Musée Archéologique de la ville d’Hyères.

6Cette rencontre a été co-organisée par le laboratoire « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (UMR 5140, Lattes-Montpellier) et le Centre Camille Jullian (UMR 7299, MMSH, Aix-en-Provence) avec le soutien de la Ville de Hyères-les-Palmiers, du Ministère de la Culture, de l’INSHS, de l’Université de Provence et du Centre Archéologique du Var. La publication des actes quant à elle a été rendue possible par la contribution du Labex ArcHiMedE « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Egypte anciennes » (Programme IA - ANR-11-LABX-0032-01), de la ville de Hyères-les-Palmiers, et également du Centre Camille Jullian qui a accepté de l’accueillir dans sa collection de la Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine (BIAMA), au sein de laquelle elle forme le numéro 12 des études Massaliètes.

7L’organisation de ce colloque s’est accompagnée de la préparation d’un ouvrage intitulé D’un monde à l’autre. Contacts et acculturation en Gaule méditerranéenne réunissant les principaux articles de Michel Bats, articulés en six chapitres introduits chacun par un ou deux chercheurs présentant la perspective historiographique de ces diverses publications : les usages de la vaisselle céramique, anthropologie de l’écriture, identités et acculturation, Marseille et la Gaule, Étrusques et Phocéens en Occident, Olbia de Provence. Ce volume a été publié par le Centre Jean Bérard de Naples (UMS 1797 CNRS/EFR), que Michel Bats a dirigé pendant dix ans. Le choix a été fait de placer au début de cet ouvrage une série de textes introductifs présentant la carrière et le parcours intellectuel de Michel Bats, qui avaient été présentés à l’ouverture du colloque de Hyères : il s’agit des contributions de Michel Gras (Pour un dialogue franco-italien), de Jean-Pierre Brun (Les années napolitaines (1991-2000)), d’Emanuele Greco (In Magna Grecia con Emanuele Greco) et d’Alain Schnapp et Bruno d’Agostino (L’anthropologie de l’antiquité et l’archéologie, réflexion sur un parcours). Enfin, ce volume – le n°38 de la Collection du Centre Jean Bérard – comprend la bibliographie complète de Michel Bats, ainsi que deux textes qu’il a lui-même rédigé pour présenter ses thématiques de recherche. Que toutes les personnes qui ont contribué, de près ou de loin, à cette série d’hommages, trouvent ici l’expression de notre gratitude.

Comité scientifique du colloque

8Bruno d’agostino (Université de Naples), Carmen Aranegui (Université de Valence, Espagne), Jean-Pierre Brun (Directeur du Centre Jean Bérard à Naples), Javier De Hoz (Université de Madrid), Michel Gras (Directeur de l’École française de Rome), Emanuele Greco (Directeur de l’École archéologique italienne à Athènes), Mario Lombardo (Université du Salento), Jean-Paul Morel (Professeur émérite Université de Provence), Michel Py (CNRS, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes), Pierre Rouillard (Directeur de la Maison René-Ginouvès), Joan Sanmarti (Université de Barcelone), Henri Tréziny (CNRS, Centre Camille Jullian, MMSH, Aix-en-Provence).

Comité d’organisation du colloque

9Philippe Boissinot (EHESS, TRACES, Toulouse), Alain Bouet (Université de Toulouse Le Mirail, TRACES, Toulouse), Dominique Garcia (Université de Provence, Centre Camille Jullian, MMSH, Aix-en-Provence), Thierry Janin (Université de Montpellier 3, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Lattes), Rosa Plana (Université de Montpellier 3, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Lattes), Réjane Roure (Université de Montpellier 3, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Lattes), Jean-Christophe Sourisseau (Université de Provence, Centre Camille Jullian, MMSH, Aix-en-Provence), Florence Verdin (CNRS, Ausonius, Bordeaux).

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access