Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts et acculturations en Méditerranée occidentale

 | 
Réjane Roure

Étrusques et Grecs en Méditerranée nord-occidental

Les sources littéraires sur la topographie de Marseille grecque : César et Aviénus

Henri Tréziny

Résumé

On étudie deux textes littéraires souvent utilisés pour lʼétude de la topographie de Marseille. Dans les récits du siège de la ville par les Romains en 49 av. J.-C., on a eu tendance à expliquer les obscurités du texte de César dans le Bellum Ciuile en sʼappuyant sur les passages correspondants de Lucain. Mais le poème épique de Lucain avait dʼautres finalités et ne peut servir sans précautions à des interprétations topographiques. Il en va de même, mutatis mutandis, pour les vers dʼAviénus dans lʼOra maritima, quʼil faut dʼabord étudier comme un poème de tradition hellénistique et que lʼon ne peut utiliser tel quel pour restituer les paysages antiques.

This paper deals with the two literary texts often used to study the topography of Marseille. In the accounts about the siege of the city by the Romans in 49 BC, there was a tendency to explain the obscurities of the text of Caesar in Bellum Civile by pressing the corresponding passages of Lucan. But the epic poem of Lucan had other purposes and may not be used without precautions to topographical interpretations. The same thing exists, mutatis mutandis, for the verses of Avienus in Ora maritima, which must be study at first as a poem belonging to Hellenistic tradition and which cannot be used to understand the ancient landscapes.

Entrées d'index

Géographique :

Marseille

Texte intégral

1Dans son œuvre dʼarchéologue et dʼhistorien, Michel Bats s’appuie en grande partie aussi sur les sources écrites, épigraphiques et littéraires, comme en témoigne notamment l’article de 1994 sur « Les silences d’Hérodote… ». Je ne reviendrai pas ici sur les origines de Marseille que les textes littéraires éclairent de façon ambiguë, mais plutôt sur l’utilisation que l’on fait des textes pour éclairer la topographie de Marseille grecque. Et je le ferai en commençant par la fin, en traitant d’abord du siège de la ville par César en 49 av. J.-C., puis du passage de l’Ora maritima où Aviénus décrit Marseille. Mon intention n’est pas ici de traiter de la topographie de la ville en tant que telle mais bien de la légitimité que nous pouvons accorder à des textes que l’on utilise fréquemment.

Le siège de Marseille par César en 49 av. J.-C.

  • 1 Le titre officiel de l’œuvre de Lucain est également Bellum Ciuile, mais l’appellation plus commu (...)

2Le siège de Marseille par les légions césariennes en 49 av. J.-C. nous est connu par deux sources essentielles, César, Bellum Ciuile, livre I et surtout livre II, et Lucain, Pharsale1. Jusqu’au début du XXe s. (découverte du « mur de Crinas » dans les terrains démolis autour de la place Jeanguin, derrière la Bourse), et même jusqu’aux années 1970/1980 (fouilles de la Bourse et de la butte des Carmes) ces textes (et quelques autres) étaient notre principale source d’information sur la topographie de Marseille. Ils ont donc été abondamment commentés. On retiendra surtout les contributions de Camille Jullian (1899, 1900), Michel Clerc (1898 puis 1929) et Gaston Vasseur (1914), et on suivra de près les importants apports de M. Euzennat et Fr. Salviat (1967, puis 1970 avec P. Veyne).

3Les débuts du siège de Marseille et la première bataille navale sont décrits par César dans le livre I du Bellum Ciuile (I, 34-36, I, 56-58), mais les opérations proprement dites commencent au livre II (1-17).

  • 2 BC, II, 1 : Texte et traduction P. Fabre, CUF, Paris 1936, avec quelques modifications (en italiq (...)

4César aborde franchement son sujet en décrivant d’abord les deux secteurs d’attaque choisis par Trébonius2 :

  • 3 Les manuscrits donnent partem, « secteur », texte retenu par Jullian ; portam « porte » est une c (...)

Duabus ex partibus aggerem, vineas turresque ad oppidum agere instituit. Una erat proxima portui navalibusque, altera ad portam3, qua est aditus ex Gallia atque Hispania, ad id mare, quod adiacet ad ostium Rhodani. Massilia enim fere tribus ex oppidi partibus mari alluitur ; reliqua quarta est, quae aditum habeat ab terra. Huius quoque spatii pars ea, quae ad arcem pertinet, loci natura et valle altissima munita longam et difficilem habet oppugnationem.

  • 4 Sur cette traduction, cf. Euzennat, Salviat, 1967.

5« (Trébonius) entreprend de pousser devant la place, sur deux points, une terrasse, des baraques d’approche et des tours. Une de ces positions d’attaque était à proximité immédiate du port et des chantiers maritimes, l’autre dans le voisinage de la porte par laquelle on pénètre dans la ville quand on vient de Gaule et d’Espagne, près de cette partie du rivage qui touche à l’embouchure du Rhône. Marseille est en effet baignée par la mer sur près des trois-quarts de son périmètre ; le dernier quart4 est le seul qui soit accessible par terre. Même de ce côté, la partie qui touche à la citadelle est défendue par la nature du terrain et un ravin extrêmement profond, ce qui en rend l’attaque longue et difficile. »

  • 5 Ad locum in occidentem adsurgentem urbisplicia dixerunt (M. Annaei Lucani Commenta Bernensia, III (...)

6Le premier secteur est donc au Nord, vers la porte de Gaule et d’Espagne, du côté du golfe du Lion, c’est-à-dire sans doute dans la topographie médiévale et moderne, vers la Porte Galle ou la porte de la tour Sainte-Paule, par où passait le chemin d’Aix. Cette indication nous est confirmée par une scholie de Lucain, « vers un secteur se dressant à l’ouest, que l’on appelle urbisplicia », même si le sens de urbisplicia a fait l’objet de discussions. Quelle que soit l’origine de la scholie, elle suggère que l’existence d’une attaque par le Nord se trouvait également dans une source autre que le Bellum ciuile5.

  • 6 Ad portum, quem locum portus pedeon uocant. Un manuscrit porte la graphie portem : faut-il lire p (...)

7La deuxième attaque se fait du côté du port et des navalia, ce que nous confirme aussi le scholiaste de Lucain « vers le port, vers cet endroit qu’on appelle la plaine du port »6. Les arsenaux sont sans doute les neosoikoi (hangars à bateaux) dont l’extrémité occidentale a été découverte récemment dans les fouilles de la place Villeneuve-Bargemon près de la Mairie, et qui devaient se continuer jusqu’à la Bourse (Hesnard et al., 2001). L’emplacement de la deuxième attaque, sur la porte d’Italie dans le secteur de la Bourse, ne fait donc guère de doute.

  • 7 César décrit ainsi le site de Gergovie, qu’il renonce à attaquer directement : Caes., BG, VII, 36 (...)

8Après avoir exposé les choix du commandement romain, César en explique méthodiquement les raisons. C’est que Marseille est entourée d’eau sur « près des trois quarts de son périmètre. Il n’est donc possible de l’attaquer que sur le dernier quart du périmètre, dans la partie terrestre. Encore de ce côté-ci la partie centrale est-elle occupée par la citadelle (arx) qui « est défendue par la nature du terrain et un ravin extrêmement profond, ce qui en rend l’attaque longue et difficile »7. Au lieu de suivre l’ordre logique du syllogisme (on ne peut attaquer que du côté de la terre, mais le centre de ce côté est occupé par la citadelle, donc on attaque sur les côtés), César donne d’abord la conclusion (les deux axes d’attaque), avant les données topographiques qui la justifient.

9Ici s’arrête la description du site de Marseille. César a démontré que le choix des deux axes d’attaque était imposé par la topographie et que la citadelle, arx, est précisément le secteur qu’il choisit de ne pas attaquer.

10Chacune des directions d’attaque comprend une terrasse d’assaut (agger), des baraques d’approche (uineae), des tours (turres).

  • 8 Caes., BC, II, 14 : Temptaverunt hoc idem Massilienses postero die. Eandem nacti tempestatem maio (...)

11Pour qui douterait qu’il y avait bien un agger par zone d’attaque, lorsque, plus tard (BC, II, 14), les Marseillais tentent des sorties pour incendier les machines de guerre romaines, ils attaquent d’abord une des zones d’assaut (César ne dit pas laquelle) et détruisent la terrasse (agger), les mantelets (plutei), la tortue (testudo), la tour (turris), les pièces d’artillerie (tormenta). Puis ils font (sans succès cette fois) une autre attaque ad alteram turrim aggeremque, contre la seconde tour et le second agger, évidemment ceux du second secteur8.

12Et pourtant, dans la discussion qui oppose Gaston Vasseur (1914, p. 213-226) à Michel Clerc (1898) sur l’emplacement de la butte des Carmes (à l’intérieur ou à l’extérieur de l’enceinte hellénistique) le principal argument porte sur l’emplacement et les dimensions de l’agger lancé contre la citadelle. Le point de départ de la discussion est à chercher chez Camille Jullian (1899, 1900), qui n’hésite pas à utiliser le texte de la Pharsale de Lucain pour rendre compte des obscurités du Bellum Ciuile.

  • 9 BC, II, 1, fin : Ad ea perficienda opera C. Trebonius magnam iumentorum atque hominum multitudine (...)
  • 10 On comparera les récits que Diodore de Sicile fait de la construction des remparts de Syracuse au (...)

13Il est vrai que le texte de César n’est pas tout à fait aussi cohérent que je l’ai dit jusqu’à présent. Aussitôt après qu’il a mentionné l’arx, César commence à décrire les travaux de circonvallation et mentionne la construction d’un grand agger, précédé d’une galerie couverte (testudo)9. Puis, après le récit détaillé de la seconde bataille navale, il décrit avec force détails la construction d’une tour (II, 8-9), puis d’une autre galerie ou musculum (II, 10). On a l’impression à le lire que ces ouvrages sont uniques, mais César décrit probablement les ouvrages de l’une des lignes d’attaque, sans prendre la peine de dire qu’il y en a d’autres ailleurs. Il s’agit sans doute de textes rédigés à part, décrivant des opérations techniques, et insérés sans trop de soin dans le récit chronologique des opérations10. Il y a loin de ces textes à la description synthétique de l’assaut en II, 1.

  • 11 Le passage a été retraduit en français par A. Hesnard et A. Tchernia dans Hermary, Hesnard, Trézi (...)
  • 12 BC, II, 14 : Hostes … nostris languentibus atque animo remissis, subito meridiano tempore, cum al (...)
  • 13 Pharsale, III, v. 498-506 :
    Vltro acies inferre parant armisque coruscas
    nocturni texere faces, au
    (...)

14C’est le texte de Lucain dans La Pharsale qui privilégie un assaut unique contre l’arx, au moyen d’un agger de dimensions considérables. C’est lui qui justifie l’interprétation en ce sens des points faibles du récit de César. Mais c’est oublier que le propos de Lucain n’est pas celui de César. Là où le récit du Bellum ciuile, en dépit de son caractère parfois polémique et de nombreuses négligences dans la rédaction (Rambaud 1966), peut s’apparenter à un texte historique, en tout cas une chronique décrivant des faits réels, le texte de Lucain est d’abord un poème épique qui s’appuie sur des événements réels pour forger une grande fresque poétique. Il n’y a chez Lucain qu’une grande bataille navale (Pharsale, vers 509-762)11, alors que nous savons par le récit détaillé de César qu’il y en eut deux (BC, I, 56-58 et II, 3-7). La sortie faite par les Marseillais pour incendier les machines de guerre romaines s’est faite à l’heure la plus chaude de la journée, quand le vent soufflait le plus fort12 : chez Lucain, cela devient une sortie nocturne, dans laquelle, même s’il ne l’écrit pas expressément, les flammes se reflètent sur les boucliers et les cuirasses, dans une esthétique baroque qui évoque les tragédies de Sénèque ou le grand incendie de Rome13. Le but poursuivi par Lucain n’est pas le même que celui de César, et il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il ait réuni les deux attaques de César sur les points faibles de la défense marseillaise en une seule attaque, monumentale, sur le point le plus fort.

Fig. 1. Topographie de Marseille à l’époque du siège de César. La ligne pointillée indique le tracé possible de la circonvallation romaine, les flèches les deux principales directions d’attaque (Tréziny 2011).

Fig. 1. Topographie de Marseille à l’époque du siège de César. La ligne pointillée indique le tracé possible de la circonvallation romaine, les flèches les deux principales directions d’attaque (Tréziny 2011).

15Les textes de César et de Lucain appartiennent à des genres littéraires différents. C’est pour l’avoir oublié que l’on a voulu expliquer par Lucain les points obscurs du récit de César, alors même que le reste du récit césarien, parfaitement clair, contredit le texte de Lucain.

La description de Marseille par Aviénus dans l’Ora maritima

  • 14 Dans le prologue du poème, Aviénus affirme ne se référer quʼà des auteurs anciens de la fin du VI (...)

16Le poète latin Festus Aviénus a vécu au IVe s. de notre ère. Il est l’auteur d’un poème en sénaires iambiques, l’Ora maritima, sans doute incomplet, qui décrit les côtes de la Méditerranée occidentale de Tartessos à Marseille. Le texte est souvent utilisé par les historiens et les archéologues de ces régions. On y a vu tantôt la transcription d’un périple maritime phocéen (thèse reprise récemment par Luca Antonelli 1998), tantôt un itinéraire terrestre (D. Ugolini à propos de Béziers). Les textes sur lesquels s’appuie Aviénus sont peut-être très anciens (comme il le dit lui-même au début du poème14), mais peut-être aussi d’époque hellénistique et romaine (Ugolini, Olive 1987), si bien que nous ignorons la date des paysages qu’il décrit.

  • 15 Aviénus, Descriptio orbis terrae, texte établi par Paul Van de Woestijne, Bruges 1961 (avec appar (...)
  • 16 La description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou La leçon de géographie, introduit et (...)
  • 17 Aviénus, Phaenomena Arati, texte établi et traduit par P. Soubiran, CUF, Paris 1981.
  • 18 Aratos, Phaenomena, texte, traduction et commentaire par Jean Martin, CUF, Paris 1998 (2 vol. )

17On attribue avec beaucoup de vraisemblance à Aviénus deux autres poèmes, qui sont des traductions en hexamètres dactyliques d’œuvres hellénistiques également conservées, la Descriptio Orbis Terrae15, d’après la Périégèse de Denys d’Alexandrie16, et les Arati Phaenomena17, traduction des Phaenomena d’Aratos de Cnide18.

  • 19 Principales éditions du texte : Rufi Festi Avieni Carmina, édités par Alfred Holder, Oettingen 18 (...)

18Il existe de l’Ora maritima plusieurs traductions et commentaires, soit de l’ensemble de l’œuvre19, soit de passages précis (pour Marseille Clerc 1928, Hesnard 2001).

19Le texte qui nous occupe s’étend sur un peu plus de 8 vers. Il se compose de deux parties, une première descriptive se terminant par la phrase « la cité est une presqu’île », suivie d’une deuxième partie de portée plus générale. L’établissement du texte et sa ponctuation ont donné lieu à de nombreuses discussions. On donnera d’abord le texte et la traduction de l’édition Berthelot.

Massilia et ipsa est ; cuius urbis hic situs :
[705] Pro fronte littus praeiacet ; tenuis uia
Patet inter undas ; latera gurges adluit,
Stagnum lambit urbem, et unda lambit oppidum
Laremque fusa :
ciuitas peninsula est :
Sic aequor omne caespiti infundit manus,
[710] Labos et olim conditorum diligens
Formam locorum et arua naturalia
Euicit arte...

20« ...et Marseille elle-même, dont voici la situation : le rivage s’étend en avant, un étroit chemin s’ouvre entre les eaux, la mer baigne les côtés, un étang entoure la ville et l’eau se répand dans la ville et les maisons, la cité est une presqu’île. Ainsi la main humaine a introduit la mer dans la terre, la forme des lieux et la nature du sol ont été modifiés par le labeur diligent des fondateurs... »

  • 20 Clerc 1929, p. 167 et n. 5, p. 171 et n. 1. À la suite du livre de Clerc, le passage a été commen (...)
  • 21 L. A. Constans, compte-rendu de Clerc, Massalia, dans JS, 1931, p. 31-39, deuxième partie (premiè (...)

21Le vers 706 (pro fronte litus praejacet) est énigmatique. La traduction Berthelot n’a guère de sens. Michel Clerc20, qui voit dans le texte d’Aviénus un récit maritime, traduit « À qui arrive du large, se présente le rivage ». Mais le texte de l’édition princeps (Venise 1488) porte fonte (leçon acceptée par Constans21), qui serait une source en arrière du rivage.

22La suite dépend beaucoup des présupposés de chaque auteur. La tenuis via qui s’ouvre au milieu des flots est pour beaucoup une route maritime, qui donne accès au goulet d’entrée dans le port. Les mots qui suivent, latera gurges adluit, se rapportent alors à urbis : « les flots baignent les côtés de la ville » (Clerc, « La haute mer baigne le flanc de la ville »). Mais si on ne se place pas d’emblée dans une perspective maritime, la tenuis via devient un isthme dont les côtés sont baignés par les flots (Antonelli). On pourra objecter qu’Aviénus dit alors deux fois la même chose (la voie s’ouvre au milieu des eaux, les flots en baignent les côtés), mais c’est oublier que, comme l’écrit Jean Soubiran dans l’introduction aux Arati Phaenomena, cette « tendance à répéter la même idée sous des formes différentes » est une des caractéristiques du style d’Aviénus. Ainsi le vers 766 des Phaenomena d’Aratos de Cnide

νῆα περιστέλλει πεφοήµενος ἦρι θαλάσσης

23« (le marin) craignant la tempête ramène son navire » est-il transposé par Aviénus (Arati Phaenomena, v. 1393-1395) :

doctus securam subducit ab aequore classem
nauita et actaea retinet statione phaselum
cum matutinae praesensit signa procellae.

24« le marin avisé ramène sa flotte à l’abri loin de la haute mer et retient son esquif dans le port abrité lorsqu’il sent au matin les signes de la tempête »,

25où le simple navire d’Aratos devient « la flotte de guerre et un frêle esquif », en somme « le bateau dans tous ses états », du plus grand au plus petit.

26Cette caractéristique se retrouve, toujours dans les Phaenomena, dans la multiplication des mots de la sphère du « brillant », qui apparaissent proportionnellement au moins deux fois plus chez Aviénus que chez Aratos, souvent plusieurs fois dans le même vers ce qui est beaucoup plus rare dans le texte original (Lewis 2010). Plutôt que de « répétition », on parlera alors de « variations » autour d’un thème.

27Les deux vers suivants sont ceux qui ont été le plus sollicités pour une description du paysage de Marseille.

Stagnum ambit urbem et unda lambit oppidum
laremque fusa ciuitas paene insula est.

  • 22 Comme l’a bien vu Murphy 1976, reprenant une correction de Heinsius, le texte lambit des manuscri (...)
  • 23 Murphy: “A lagoon surrounds the city and the wave laps the town”.

28La traduction de Clerc est tout à fait caractéristique d’une tendance à interpréter le texte en fonction de l’idée que l’on se fait de la topographie : « l’eau stagnante longe la ville basse ; de sorte que l’eau, partout répandue, lèche la ville haute et la ville basse : la cité est une presqu’île ». Stagnum, « l’eau stagnante », doit être le Vieux-Port, ce qui oblige à traduire ambit (entoure)22 par « longe » (le Vieux-Port n’entoure pas la ville), et à comprendre urbem comme la « ville basse » ; puis dans le couple oppidum laremque, larem est à nouveau la « ville basse ». Murphy (1976) sort de cette difficulté en coupant entre oppidum et larem : un lac entoure la cité et le flot lèche la ville23. Cela l’oblige à comprendre au vers suivant « Ayant répandu ses maisons, la ville est une presqu’île », ce qui n’est pas très satisfaisant.

29Mais je ne crois pas que l’on doive couper entre oppidum et larem. Le couple oppidum/lar n’est qu’un développement de l’urbem qui précède, comme nous l’indiquent deux vers de la Descriptio (v. 367-368) :

Hic urbs est Thebae, Thebae quae moenibus altis
Praecinxit larem…

« Voici la ville de Thèbes, Thèbes qui entoure ses maisons de hautes murailles ».

30Dans ce texte, qui s’inspire du vers 249 de la Périégèse, Aviénus remplace la description conventionnelle de Thèbes, et notamment l’épithète homérique hekatompylon (« aux cent portes ») tirée de l’Iliade, par une expression assez proche du passage de l’Ora maritima. Le couple moenia/lar, comme oppidum/lar, ne sert pas à distinguer précisément deux parties de l’urbs mais plus généralement à désigner la ville par ses deux composantes, les maisons et le rempart, les parties pour le tout, le tout et ses parties.

31Je suggère donc de lire le texte d’Aviénus de la façon suivante : « L’eau (sous la forme stagnum) entoure la ville, et l’onde (unda) répandue lèche le rempart et les maisons (oppidum laremque) ». De même que la classis et le phaselus des Phaenomena représentent le bateau sous toutes ses formes, stagnum et unda, comme gurges et peut-être fons, représentent toutes les formes de l’eau. Marseille est une presqu’île reliée à la terre par un isthme bordé par les flots, l’eau y est partout. Et je ne crois pas qu’il soit opératoire d’un point de vue topographique de faire des distinctions subtiles dans ce qui est avant tout un jeu littéraire.

  • 24 Murphy: “So does the entire sea spread its force on the land. But the careful labor of its ancien (...)

32La deuxième partie du texte n’est pas moins conflictuelle. La traduction la plus simple (Clerc, Murphy24) dit que l’eau tout entière (l’eau dans tous ses états ?) s’est déversée dans le pays, nouvelle variation autour de ce qui a été dit précédemment, et que le travail des fondateurs a vaincu la nature ; il faut sans doute comprendre des travaux de drainage et d’assèchement.

  • 25 Mais, dans le même temps, Berthelot s’indigne : « Le tableau de Marseille brossé par Aviénus n’a (...)

33Berthelot, suivi par Antonelli, comprend autrement : c’est la main de l’homme (manus) qui a fait pénétrer l’eau dans les terres, l’action humaine (arte) s’opposant à l’état naturel (naturalia)25. Dans la première interprétation, Marseille est une presqu’île baignée par les eaux, et c’est l’action humaine qui la rend habitable. Dans la seconde, Marseille est une presqu’île, oui, mais pas seulement par un effet de la nature : l’homme y a aussi contribué.

  • 26 Pour une description générale de l’évolution du site de la Bourse, cf. Tréziny 2013, fig. 5 ; cet (...)

34Il se trouve que la documentation archéologique pourrait conforter l’une ou l’autre de ces interprétations. Nous pensons aujourd’hui que les marais de la Bourse sont en grande partie le résultat de l’ennoiement de carrières d’argile au début du Ve s. Mais nous savons aussi que dès le Ve, et surtout à partir du IVe s., ces marais sont progressivement comblés26.

35Mais ce qui est en jeu ici n’est pas la topographie de Marseille, et il serait en contradiction avec mon propos de vouloir utiliser ce que nous savons – ou croyons savoir – de la topographie de Marseille pour traduire Aviénus.

  • 27 Prioux sous presse ; Braginskaja 1981.
  • 28 J.-L. Charrière me fait part courtoisement dʼune autre hypothèse selon laquelle le passage dʼAvié (...)

36Aviénus ne décrit pas précisément un paysage réel mais brode sur un canevas qui lui offre sans doute quelquefois des vues réelles, mais trop rarement pour que nous puissions l’utiliser avec efficacité. Pour lui, Marseille est une presqu’île et les huit vers qu’il y consacre ne sont que des variations autour de cette vision très vague. Comme les Tableaux de Philostrate ne sont pas la description d’un musée réel mais un texte de goût hellénistique27, la Descriptio est une suite de vignettes dont la précision et la fiabilité sont très variables. Même si la conclusion se révèle décevante pour l’historien, il faut admettre que style et composition obéissent avant tout à un projet littéraire plus que géographique ou historique28.

37Cette note veut donc être d’abord un appel à la prudence quand on utilise des textes littéraires, cette prudence dont Michel Bats a toujours su user dans son travail d’historien.

Bibliographie

Antonelli 2010 : ANTONELLI (L.) – L’ora marittima di Avieno e la tradizione dei Geographi Graeci Minores. Hesperìa, 26, 2010, p. 189-217.

Bouiron, Mellinand 2013 : BOUIRON (M.), MELLINAND (Ph.), dir. – Quand les archéologues redécouvrent Marseille, Paris 2013.

Bats 1994 : BATS (M.) – Les silences dʼHérodote ou Marseille, Alalia et les Phocéens en Occident jusquʼà la fondation de Vélia. AIONStAnt, NS 1, 1994, p. 133-148.

Braginskaja 1981 : BRAGINSKAJA (N. V.) – La composition des Tableaux de Philostrate l’Aîné. In : Ivanov V. S. et al, Structure du texte-81. Thèses du colloque, Moscou 1981, p. 129-133.

CAG Marseille : ROTHÉ (M.-P.) et TRÉZINY (H.) – Carte Archéologique de la Gaule, vol. 13/3, Marseille et ses environs, Paris, 2005.

Clerc 1898 : CLERC (M.) – Le développement topographique de Marseille depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. In : dans Études sur Marseille et la Provence, Congrès National des Sociétés Savantes de Géographie, XIXe session, 1898, p. 20-44.

Clerc 1929 : CLERC (M.) – Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité, des origines à la fin de l’Empire romain d’Occident (476 apr. J.-C.), t. 2, Marseille, 1929.

Euzennat, Salviat 1967 : EUZENNAT (M.), SALVIAT (Fr.) – Sur un passage de César (Guerre Civile, II, 1) et la topographie de Marseille pré-romaine. Etudes Classiques Aix, 2, 1967, p. 179-183.

Euzennat, Salviat, Veyne 1970 : EUZENNAT (M.), SALVIAT (Fr.), VEYNE (P.) – Les scholies bernoises de Lucain. César et Marseille antique, Études Classiques Aix, 3, 1968-1970, p. 13-24.

Hermary, Hesnard, Tréziny 1999 : HERMARY A., HESNARD A., TREZINY H. (dir.), Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.), Paris, Errance, 1999. 184 p.

Hesnard et al. 2001 : HESNARD (A.), BERNARDI (Ph.), MAUREL (Chr.) – La topographie du port de Marseille de la fondation de la cité à la fin du Moyen Age, dans Bouiron M. et al. (éd.), Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René, colloque archéologique international, Marseille, 3-5 novembre 1999 (Études massaliètes 7), Aix-en-Provence 2001, p. 159-202.

Jullian 1899 : JULLIAN (C.) – Notes gallo-romaines, 4. Lucain historien, Les préliminaires du siège de Marseille. REA 1, 1899, p. 310-316.

Jullian 1900 : JULLIAN (C.) – Notes gallo-romaines, 8. Lucain historien, 2. Le siège de Marseille : la terrasse d’approche. REA 2, 1900, p. 329-345.

Lewis 2010: LEWIS (A.-M.) – The Frequency and Function of Words of Astronomical Brightness in the Latin Poetic Translations of Aratus’ Phaenomena. RBPH, 88, 2010, p. 25-43.

Prioux sous presse : PRIOUX (E.) – Le vocabulaire de l’architecture chez Philostrate. In : Dire l’architecture dans l’Antiquité, colloque d’Aix-en-­Provence, octobre 2010, sous presse.

Rambaud 1966 : RAMBAUD (M.) – L’Art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Annales de l’Université de Lyon, 1952. 2e éd. augmentée en 1966.

Raschieri 2010 : Raschieri (A. A.) – L’image du monde entre l’écriture et la réécriture : le cas de Denys le Périégète et de son traducteur latin Aviénus.
In : Isabelle Milliat-Pilot, éd., Texte du Monde, Monde du texte, colloque 2006, Grenoble 2010, p. 25-48.

Tréziny 2013 : TREZINY (H.) – L’espace périurbain de Marseille. In : M.C. Belarte et R. Plana Mallart, éd., Le paysage périurbain en Méditerranée occidentale pendant la Protohistoire et l’Antiquité. Actes du Colloque international, Institut Catalan d’Archéologie Classique, Tarragone, 6-8 mai 2009, Tarragone 2013.

Ugolini, Olive 1987 : UGOLINI (D.), OLIVE (Chr.) – Béziers et les côtes languedociennes dans l’Ora maritima d’Aviénus (vv. 586-594). RANarb 20, 1987, p. 143-154.

Vasseur 1914 : VASSEUR (G.) – L’origine de Marseille. Annales Musée Hist Nat Marseille XIII, 1914.

Notes

1 Le titre officiel de l’œuvre de Lucain est également Bellum Ciuile, mais l’appellation plus commune Pharsale permet d’éviter la confusion avec le texte de César.

2 BC, II, 1 : Texte et traduction P. Fabre, CUF, Paris 1936, avec quelques modifications (en italiques).

3 Les manuscrits donnent partem, « secteur », texte retenu par Jullian ; portam « porte » est une correction acceptée par Fabre. Le sens général n’en est pas modifié.

4 Sur cette traduction, cf. Euzennat, Salviat, 1967.

5 Ad locum in occidentem adsurgentem urbisplicia dixerunt (M. Annaei Lucani Commenta Bernensia, III, 381, Teubner, Leipzig 1869, repr. Olms, Hildesheim 1967, éd. Usener). Sur cette discussion, cf. Euzennat, Salviat, Veyne 1970, p. 14 sqq. Le scholiaste se réfère explicitement à un certain Cornutus, que nous ne connaissons pas par ailleurs (mais qu’il ne faut pas confondre avec L. Annaeus Cornutus, l’un des maîtres de Lucain).

6 Ad portum, quem locum portus pedeon uocant. Un manuscrit porte la graphie portem : faut-il lire portam, une porte ? L’assaut porterait alors précisément sur la porte d’Italie.

7 César décrit ainsi le site de Gergovie, qu’il renonce à attaquer directement : Caes., BG, VII, 36 : (Gergovia) posita in altissimo monte omnes aditus difficiles habebat, de expugnatione desperavit.

8 Caes., BC, II, 14 : Temptaverunt hoc idem Massilienses postero die. Eandem nacti tempestatem maiore cum fiducia ad alteram turrim aggeremque eruptione pugnaverunt multumque ignem intulerunt.

9 BC, II, 1, fin : Ad ea perficienda opera C. Trebonius magnam iumentorum atque hominum multitudinem ex omni provincia vocat ; vimina materiamque comportari iubet. Quibus comparatis rebus aggerem in altitudinem pedum LXXX exstruit, « Pour mener à bien ces travaux dʼapproche, C. Trébonius réquisitionne dans toute la province un grand nombre dʼanimaux et dʼhommes ; il fait rassembler de lʼosier et du bois. Lorsque tout cela est prêt, il élève une terrasse de quatre-vingt pieds de haut » (trad. Fabre).

10 On comparera les récits que Diodore de Sicile fait de la construction des remparts de Syracuse au livre XIV, ch. 18 de la Bibliothèque historique (année 401), puis au livre XV, ch. 13 (année 385) : le premier est une description détaillée des travaux sur un secteur de la muraille, le second un récit très synthétique des travaux de défense de Denys. Mais les deux textes, issus de sources différentes, font sans doute allusion au même programme de construction.

11 Le passage a été retraduit en français par A. Hesnard et A. Tchernia dans Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 149-151.

12 BC, II, 14 : Hostes … nostris languentibus atque animo remissis, subito meridiano tempore, cum alius discessisset, alius ex diutino in ipsis operibus quieti se dedisset (…), portis se foras erumpunt, secundo magnoque uento ignem operibus inferunt. Hunc sic distulit uentus uti uno tempore agger, plutei (…) flammam conciperent …, « L’ennemi (…), l’élan de nos troupes calmé et leur énergie se relâchant, soudain, vers midi, alors que les uns s’étaient éloignés et que les autres, fatigués par un long travail, s’étaient mis à faire la sieste dans les ouvrages mêmes (…), fait une sortie par les portes et, secondé par un vent violent, met le feu aux ouvrages. Le vent se propagea si rapidement qu’en un instant la terrasse, les mantelets (…) furent en flammes… ».

13 Pharsale, III, v. 498-506 :
Vltro acies inferre parant armisque coruscas
nocturni texere faces, audaxque iuuentus
erupit.
Non hasta uris, non letifer arcus,
telum flamma fuit, rapiensque incendia uentus
per Romana tulit celeri munimina cursu.

Nec, quamuis uiridi luctetur robore, lentas
Ignis agit uires, taeda sed raptus ab omni
Consequitur nigri spatiosa uolumina fumi,

Nec solum siluas, sed saxa ingentia soluit...
« (Les Grecs) se préparent à prendre l’offensive à la faveur de la nuit ; ils cachèrent sous leurs boucliers les torches scintillantes et, guerriers audacieux, se précipitèrent au dehors. Les hommes n’ont point de lances, ni d’arc homicide, leur arme est la flamme, et le vent, propageant l’incendie, le porta d’un cours rapide à travers les retranchements romains. Et, bien qu’il lutte contre des troncs verts, le feu n’exerce pas ses ravages avec lenteur, mais, propagé par toutes les torches, il suit les volutes spacieuses de la noire fumée, et il ne consume pas seulement le bois, mais d’énormes roches,

14 Dans le prologue du poème, Aviénus affirme ne se référer quʼà des auteurs anciens de la fin du VIe s. (Hécatée de Milet, Scylax de Caryanda) ou du Ve s. (Hellanicos de Lesbos, Philéas dʼAthènes, Euctémon dʼAthènes, Hérodote et Thucydide) et dʼautres auteurs moins connus ; la seule exception serait Salluste, invoqué pour le Palus Maeotis (passage perdu).

15 Aviénus, Descriptio orbis terrae, texte établi par Paul Van de Woestijne, Bruges 1961 (avec apparat critique et index, sans traduction) ; L'« Orbis terrae » di Avieno, a cura di Amedeo Alessandro Raschieri. Acireale-Rome, 2010, texte latin, traduction italienne et commentaire ; voir aussi Raschieri 2010.

16 La description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou La leçon de géographie, introduit et traduit par Christian Jacob ; traduction française d’extraits de la version grecque, revue et augmentée par Edward Wells, Paris 1990 ; Dioniso di Alessandria. Descrizione della terra abitata, traduit en italien par Eugenio Amato, Milan 2005 ; Guida delle terre abitate, Dionigi d’Alessandria, il Periegeta, a cura di Amedeo Alessandro Raschieri, Rome 2010.

17 Aviénus, Phaenomena Arati, texte établi et traduit par P. Soubiran, CUF, Paris 1981.

18 Aratos, Phaenomena, texte, traduction et commentaire par Jean Martin, CUF, Paris 1998 (2 vol. )

19 Principales éditions du texte : Rufi Festi Avieni Carmina, édités par Alfred Holder, Oettingen 1887 ; Aviénus, Ora Maritima, texte, traduction et commentaire par André Berthelot, Paris 1934 ; Avieno, Ora maritima : periplo massaliota del siglo VI a. de J.C. : junto con los demás testimonios anteriores al año 500 a. de J.C., éd. de A. Schulten, Barcelone 1922, 1955 ; Avienus, Ora Maritima, texte, traduction et commentaire en anglais par John P. Murphy, Chicago 1977 ; Ruf Fest Aviè, Periple (Ora maritima), édité par Pere Villalba i Varneda, Barcelone, 1986 ; Luca Antonelli, Il periplo nascosto, texte, traduction et commentaire de l’Ora maritima en italien, Padoue 1998. Voir aussi Antonelli 2010.

20 Clerc 1929, p. 167 et n. 5, p. 171 et n. 1. À la suite du livre de Clerc, le passage a été commenté par Constans (ci-dessous note 20), Busquet en 1932 et 1938, Roberty en 1932 et 1944, Duprat en 1935.

21 L. A. Constans, compte-rendu de Clerc, Massalia, dans JS, 1931, p. 31-39, deuxième partie (première partie dans JS, 1930, p. 460-467).

22 Comme l’a bien vu Murphy 1976, reprenant une correction de Heinsius, le texte lambit des manuscrits, curieusement accepté par Villalba ou Antonelli, doit être corrigé en ambit, d’abord pour des raisons métriques (le vers ne peut se scander sous la forme donnée par les manuscrits), ensuite parce que si Aviénus aime répéter la même idée sous des formes différentes, il est moins adepte de l’anaphore.

23 Murphy: “A lagoon surrounds the city and the wave laps the town”.

24 Murphy: “So does the entire sea spread its force on the land. But the careful labor of its ancient founders skillfully conquered the shape of the place and the natural fields.”

25 Mais, dans le même temps, Berthelot s’indigne : « Le tableau de Marseille brossé par Aviénus n’a pas grand rapport avec celui qu’elle offre à nos yeux ; nous ne trouvons nulle trace de l’étang ou marais qui aurait entouré la ville, pas davantage des bassins ou canaux creusés de main d’homme au milieu des maisons ».

26 Pour une description générale de l’évolution du site de la Bourse, cf. Tréziny 2013, fig. 5 ; cette réinterprétation s’appuie sur les fouilles de carrières d’argile dans le chantier de l’Alcazar (Bouiron, Mellinand 2013, p. 54).

27 Prioux sous presse ; Braginskaja 1981.

28 J.-L. Charrière me fait part courtoisement dʼune autre hypothèse selon laquelle le passage dʼAviénus ne concernerait pas Marseille mais la zone des étangs vers Martigues, hypothèse que je ne retiens pas ici, mais qui montre la difficulté dʼinterprétation du poème dʼAviénus.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Topographie de Marseille à l’époque du siège de César. La ligne pointillée indique le tracé possible de la circonvallation romaine, les flèches les deux principales directions d’attaque (Tréziny 2011).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 965k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access