Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Grecs et indigènes de la Catalogne à la mer Noire

 | 
Henri Tréziny

Avant-Propos

Henri Tréziny

Nota del editor

Les normes bibliographiques utilisées dans l’ouvrage sont celles de la collection, mais adaptées avec une grande souplesse pour tenir compte des habitudes de chaque pays pour les textes en langue étrangère (italien, espagnol, anglais) ou en français traduits du catalan, de l’italien, du grec, du bulgare, du roumain...
Des résumés en une ou plusieurs langues de chaque article sont regroupés en fin d’ouvrage.

Texto completo

1Le programme de travail qui aboutit à ce livre s’inscrit dans le cadre du Réseau d’excellence européen Ramses 2, initié par la Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme. La partie scientifique du Réseau était divisée en «  Workshops  » (WPS), notre programme constituant un «  Atelier  » du WPS 3.2. La circulation des modèles technologiques. Le titre initial de l’atelier, Contacts et échanges technologiques entre Grecs et indigène à la frontière des territoires des colonies grecques (VIIIe-IIe s. av. J.-C.), a été élargi pour tenir compte de réflexions qui dépassaient le cadre strictement technologique et abordaient plus largement les contacts culturels.

2Le but de ce programme n’était pas d’affronter les aspects théoriques des contacts culturels entre Grecs et populations indigènes dans le monde colonial, ni de travailler sur le concept d’ «  ethnicité  », largement abordé dans des publications récentes, notamment les actes des congrès de Tarente de 1997 (Confini e frontiera nella grecità d’Occidente) pour l’Occident, ou de 2000 (Problemi della chora coloniale dall’Occidente al mar Nero) plus généralement en Méditerranée.

3On se demandera plus modestement, au gré de diverses approches régionales, comment se pose dans chaque région géographique, la question des rapports entre Grecs et indigènes, en fonction de l’histoire locale, mais aussi de l’histoire de la recherche qui amène à privilégier ici ou là des questions différentes, ou à poser différemment les mêmes questions. On s’interrogera par exemple sur les critères archéologiques qui permettent d’interpréter un site comme grec, indigène, mixte, à partir de techniques de construction (des fortifications, des plans d’urbanisme, des maisons), mais aussi à partir des objets de la vie quotidienne. Les céramiques, par exemple, nous intéressent non seulement par leurs caractéristiques techniques, ou par les proportions des diverses séries (grecques ou indigènes), mais aussi, à l’intérieur de la catégorie des céramiques « grecques », par les proportions des diverses formes, qui peuvent être l’indice de pratiques alimentaires variées.

4L’ensemble des communications ont été réparties en chapitres à l’intérieur de deux grandes parties. Dans des «  approches régionales  », nous tâchons d’approcher les relations entre Grecs et indigènes dans des sous-ensembles régionaux en Sicile Occidentale (à partir du site d’Himère), en Catalogne (autour d’Empuries), en France (autour de Marseille), en Campanie (autour de Vélia), enfin en Thrace à partir de Thasos. Le choix de ces sites est évidemment subjectif et très dépendant des «  réseaux  » existants ou mis en place au cours de ce programme. Si les sites phocéens d’Occident ont été fortement privilégiés, c’est en raison de l’habitude qu’avaient déjà les chercheurs du Centre Camille Jullian, de Catalogne, de Campanie méridionale de travailler ensemble sur la colonisation phocéenne. Le choix de la Thrace égéo-pontique était également dicté, outre l’intérêt spécifique de la région, par les liens existant entre le Centre Camille Jullian et l’Ecole française d’Athènes (fouilles de Thasos), l’Institut Archéologique de Sofia (fouilles d’Apollonia) ou l’Université de Thessalonique.

5Privilégier ces sites, c’était laisser de côté tous les autres, mais beaucoup se retrouveront dans la deuxième partie intitulée «  approches thématiques  », et fallait de toute façon faire des choix, nécessairement frustrants. L’accent a été mis bien sûr sur les approches techniques  : techniques de construction, techniques de production et de transformation des produits. Mais d’autres aspects ont été approchés, comme la langue et l’écriture, les espaces funéraires et les cultes, même si on s’est attaché là aussi à privilégier les aspects matériels. Certains thèmes ont été abordés en détail dans certaines régions du monde grec colonial, traités sommairement, quelquefois ignorés dans d’autres régions  : c’est la conséquence de la relative autonomie qui était laissée dans ce programme aux «  groupes régionaux  »  ; c’est aussi l’indication que tous les groupes de chercheurs qui travaillent dans ce domaine n’ont pas, en ce moment, les mêmes centres d’intérêt, et que les questionnements sont différents d’une région à l’autre, ce qui était l’une des questions posées au début de ce travail.

6Tous les participants aux tables rondes de ces deux années n’ont pu donner un texte pour publication dans les délais impartis. Inversement, de nombreux collègues qui n’avaient pu participer aux réunions ont tenu à fournir un texte dans ce volume dont le plan thématique ne reflète donc que très imparfaitement le contenu des discussions de chaque rencontre. On s’en rendra mieux compte en comparant la table des matières de ce volume avec la chronique des réunions Ramses donnée infra p. 9-11. Nous avons donc renoncé à retranscrire les discussions, pourtant très riches, qui ont accompagné chacune de nos réunions : les plus significatives ont du reste généralement été prises en compte par les auteurs.

Il nous faut remercier d’abord les collègues de la MMSH qui ont initié le projet Ramses et en ont permis le bon déroulement, particulièrement P. Vergès et Th. Fabre, P. Pomey, alors directeur du Centre Camille Jullian, et Marie-Brigitte Carre, responsable au CCJ du suivi du programme européen, X. Nieto, responsable du WPS 3.2. Les financements du programme Ramses ont été complétés par des ressources diverses, particulièrement la traduction en français par des membres du CCJ du catalogue de l’exposition «  Des Grecs en Occident...  » organisée à Marseille en 2006 par la Surintendance de Palerme  : ce catalogue constituait de fait la première production de notre atelier. Nos remerciements enfin à tous ceux qui, outre le Centre Camille Jullian, nous ont accueillis lors de ces deux années de réunions  : l’Université de Palerme et le Musée archéologique de Catalogne à Empùries (2006), l’Ecole française d’Athènes, qui a pris à sa charge une partie de l’hébergement de la réunion de mars 2007, le Groupement de Recherche Européen sur la mer Noire, qui a financé les voyages des collègues russes, roumains et bulgares, le Centre Jean Bérard de Naples.
Enfin, bien sûr le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur qui a permis la publication de cet ouvrage.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access