Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apollonia du Pont (Sozopol)

 | 
Antoine Hermary

Première partie. La topographie d’Apollonia et la nécropole de Kalfata

Chapitre 5. Kalfata dans l’ensemble des nécropoles d’Apollonia

Krastina Panayotova

Texte intégral

1. Topographie générale

1Les nécropoles qui entourent la cité constituent notre principal fil conducteur (fig. 18) pour comprendre l’évolution de la ville, bien que l’emplacement des sépultures les plus anciennes reste encore inconnu. Il n’est pas exclu que les secteurs funéraires de la fin du VIIe et du début du VIe s. av. J.-C. soient installés sur la péninsule même de Skamni, dans le voisinage immédiat de l’habitat des premiers colons ioniens, ou sur l’île toute proche de Sveti Kirik. G. Seure, dans le compte rendu qu’il donne des fouilles du consul Degrand, rapporte en effet la présence sur cette île, en particulier dans la partie Sud, de tombes construites en plaques calcaires qu’il considère toutes comme antiques (Seure 1924, p. 321 et 348). V. Mikov, T. Gerasimov et I. Galabov ont, par la suite, complété ces informations (Mikov 1925, p. 237-239 ; Gerasimov 1938 ; Galabov 1965, p. 13-16). On mentionnera en particulier une petite tête en marbre, de style vaguement dédalique (Gerasimov 1938 ; Mansowa 1972), énigmatique à la fois pour sa fonction (la partie inférieure montre qu’elle n’était pas associée à un corps) et sa date : il pourrait s’agir d’un support de lampe ou de brûle-parfum imitant des modèles dédaliques. I. Galabov met d’autre part en relation les découvertes faites sur l’île avec le matériel retrouvé lors du dragage du port en 1927, qui a livré plusieurs stèles funéraires, ainsi qu’un intéressant matériel céramique, démontrant peut-être que les alentours de l’actuelle zone portuaire ont été utilisés très tôt comme nécropole (Panayotova 1994, p. 128-130).

2À partir du milieu du VIe s. av. J.-C., les habitants de la colonie ionienne ont commencé à enterrer leurs morts à l’extérieur de la péninsule de Skamni, en particulier sur les pentes méridionales de la colline rocheuse qui accueille de nos jours le quartier moderne de Harmanité (Lazarov 1969, p. 3-20 ; Tsaneva 1976, 1977 et 1980). Ce secteur de la nécropole, situé immédiatement au Sud de la cité, demeure en fonction jusque dans les premières décennies du IIIe s. av. J.-C. Il constitue le noyau initial à partir duquel s’opère dans la seconde moitié du Ve s. un remarquable développement des zones funéraires, le long du littoral, en direction du Sud. La nécropole classique et hellénistique occupe en effet la deuxième terrasse sableuse, au lieu-dit Kalfata, ainsi que les falaises constituant l’extrémité occidentale de la péninsule de Boudjaka. Les inhumations se poursuivent dans cette zone éloignée de la cité jusqu’au début du IIe s. av. J.-C. (Venedikov 1963a, p. 7-59 ; Panayotova 1998a et b ; Nedev, Panayotova 2003, p. 125-126). Des sépultures de la même époque ont également été signalées au-delà de la péninsule de Boujdaka, au lieu-dit Kavatsité, distant de 5 km d’Apollonia. Dans ce secteur, plusieurs sources font état de découvertes fortuites réalisées lors du fonctionnement, au cours du XXe s., d’une carrière de sable sur un terrain délimité par l’ancienne route littorale et la nouvelle route panoramique pour Tsarevo. Les fouilles de sauvetage conduites durant ces trois dernières années aux lieux-dits Kavatsité et Solinaria ont depuis confirmé ces observations (Panayotova et al. 2006, p. 243). Il n’est toutefois pas exclu que les habitants inhumés ici proviennent d’une agglomération secondaire installée sur le territoire de la cité.

  • 67 Nous remercions chaleureusement D. Nedev, directeur du Musée archéologique de Sozopol, pour ces inf (...)

3Parallèlement, I. Venedikov rapporte la découverte, au Sud-Ouest de la péninsule de Skamni, le long de la route moderne conduisant à Bourgas, de plusieurs tombes datées des Ve et IVe s. av. J.-C., dispersées sur les pentes rocheuses (Venedikov 1963a, p. 8). Plusieurs autres exemples, mis au jour accidentellement, sont venus s’ajouter récemment lors des travaux de construction des nouvelles infrastructures hôtelières67. Ces découvertes permettent de fixer la limite septentrionale de la nécropole classique et hellénistique, qui atteignait la petite rivière Patovska qui se jette dans la mer le long du terrain du camping « Gradina ».

4L’extension remarquable des zones funéraires aux Ve-IIIe s. av. J.-C. a de fortes chances de refléter une croissance parallèle du nombre des habitants : en s’appuyant sur le témoignage d’Enée le Tacticien (20, 4), Ch. Danov estimait à environ 3.000 citoyens la population d’Apollonia à cette époque (Danov 1969, p. 293).

Fig. 18. Carte des nécropoles d’Apollonia

Fig. 18. Carte des nécropoles d’Apollonia

1. Jardin maritime. Nécropole tardo-hellénistique et romaine. Fouilles d’I. Venedikov en 1949 (Institut et Musée archéologique de Sofia),de M. Tsaneva et de K. Panayotova, de 1987 à 1992 et en 1998 (Musée archéologique de Sozopol et Institut et Musée archéologique de Sofia).
2. Harmanité. Nécropole archaïque et classique. Fouilles de M. Lazarov de 1964 à 1966 et de M. Tsaneva dans les années 1970 (Musées archéologiques de Bourgas et de Sozopol).
3. Kalfata. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles d’I. Venedikov de 1946 à 1949 (Institut et Musée archéologique de Sofia).
4. Kalfata. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de K. Panayotova, depuis 1992 (Institut et Musée archéologique de Sofia).
5. Kalfata. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de D. Nedev (Musée archéologique de Sozopol), K. Panayotova (Institut et Musée archéologique de Sofia), M. Gyuzelev (Musée archéologique de Bourgas) en 2001 et de 2005 à 2007.
6. Boudjaka. UPI 5040 à 5094. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de K. Panayotova de 2005 à 2009 (Institut et Musée archéologique de Sofia).
7. Boudjaka. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de D. Nedev en 2007 (Musée archéologique de Sozopol).
8. Kolokita. Nécropole tumulaire. Fouilles du consul de Grèce à Bourgas Goffas en 1885, du consul de France à Plovdiv Degrand en 1904, ainsi que de M. Tsaneva de 1981 à 1985 (Musée archéologique de Sozopol), A. Boshkova, A. Petrova, V. Katsarova et R. Mikov en 2006 (fouilles de sauvetage de l’Institut et Musée archéologique de Sofia).
9. Morski Skali. Nécropole médio-byzantine. Fouilles de D. Nedev en 1993 (Musée archéologique de Sozopol).

© CCJ

5Tout autour de ces secteurs funéraires, où est inhumé l’essentiel de la population de la colonie, se développe parallèlement une nécropole exclusivement tumulaire qui entoure les secteurs de Kalfata et de Boudjaka. Ces tumuli s’installent à partir du début du IVe s. av. J.-C. sur le cap Kolokita (à l’extrémité orientale de la péninsule de Boudjaka), au lieu-dit Mapité, près de la baie de Kavatsité, ainsi que sur la crête des collines de Sveti Ilia (Saint-Elie) et Sveta Marina, qui dominent au Sud/Sud-Ouest la ville antique. Un des plus grands tumuli de la région, celui de Mapité I, a livré une tombe à dromos, dans lequel ont été découvertes deux cistes : elles contenaient, selon les identifications proposées, un sujet de sexe masculin et un autre de sexe féminin, tous deux couronnés et accompagnés d’un mobilier datable de la fin du IVe ou du début du IIIe s. av. J.-C. (Seure 1924, p. 335-337 ; Ruseva 2002, n° 32). Dans le secteur de la colline de Sveti Iliya, quelques tumuli protégeaient des urnes en pierre ou des cistes avec des restes de crémations. Les offrandes funéraires, similaires à celles attestées à Kalfata et Boudjaka, peuvent être datées pour la plupart vers le milieu du IVe s. av. J.-C. (Seure 1924, p. 341-344 ; Tsaneva, Dimitrov 1976).

  • 68 Tous les fouilleurs rapportent en effet que les tumuli explorés avaient été fortement perturbés par (...)
  • 69 Poster présenté à l’occasion du IIIe Congrès Pontique à Prague, 11-18 septembre 2005, « A burial mo (...)

6Les fouilles de sauvetage effectuées ces dernières années sur le cap Kolokita ont confirmé le caractère particulier de cette nécropole tumulaire. Lors des premières fouilles dans ce secteur, réalisées en 1885 par le consul grec P. Goffas, un cercle de 50 amphores avait été mis au jour dans le tumulus IV, autour d’une tombe en pierre de contenu inconnu (Seure 1924, p. 330). Il est également probable que 62 autres amphores découvertes par le consul de France A. Degrand en 1904 proviennent du même complexe (ibid.). Dans le tumulus étudié par M. Tsaneva dans les années 1980, 120 amphores étaient disposées en demi-cercle (Tsaneva 1985b, p. 355-356 ; Tsaneva 1986b, p. 170-171). En 2006, d’autres tumuli ont été fouillés à Kolokita, livrant des vestiges d’importantes structures funéraires du IVe s. av. J.-C. (Alexandrov 2007, p. 234 ; Katsarova 2007, p. 307-310, fig. 1-3 ; Mikov 2007, p. 341-344, fig. 1-3). Sur la base des observations effectuées sur un des tumuli, qui a livré 75 timbres amphoriques datés des années 390-380 (Bojkova, Petrova 2007, p. 247), et en comparant ces données avec celles publiées par G. Seure, A. Bojkova et A. Petrova ont récemment formulé l’hypothèse que la nécropole établie sur le cap Kolokita exerçait, dans la première moitié du IVe s. av. J.-C., une fonction tout à fait spécifique. Elle aurait servi en effet à accueillir les sépultures, essentiellement symboliques, d’Apolloniates morts loin de leur patrie (Bojkova, Petrova 2007, p. 247). À l’appui de cette hypothèse, on peut citer le témoignage des frères Škorpil, qui rapportent la découverte dans ce secteur d’une boîte en cuivre argenté portant l’inscription DHMOS APOLLWNIA (Škorpil 1891, p. 126, et 1999, p. 48). Cependant, comme me l’indiquent A. Baralis et A. Riapov, la probabilité que les tumuli étudiés en 2006, tous étrangement dépourvus de restes humains, correspondent non à des cénotaphes, mais plutôt aux dix tumuli fouillés par les consuls Goffas et Degrand au tournant des XIXe et XXe s., ne saurait être exclue68. Le caractère relativement luxueux des sépultures et des structures funéraires découvertes sur le cap Kolokita doit en revanche être souligné, suivant en cela la remarque formulée par M. Damyanov sur la base d’une comparaison des rites funéraires accomplis à cet endroit avec ceux attestés dans la zone de Kalfata69.

  • 70 Venedikov 1963a, p. 60-64, et fouilles de sauvetage de M. Tsaneva, K. Panayotova, D. Nedev en 1997- (...)

7Entre les IIIe et Ier s. av. J.-C., les zones funéraires connaissent une forte contraction, à l’issue de laquelle elles délaissent les secteurs de Kalfata et de Boudjaka pour se concentrer de nouveau à proximité des murs de la ville, dans le secteur de l’actuel Jardin maritime70, suivant une tradition qui s’est poursuivie durant l’époque moderne. Il est intéressant, sur ce point, de constater que cette évolution de la topographie funéraire intervient bien avant le sac de la ville perpétré en 72 av. J.-C. par Marcus Lucullus, auquel on attribue un déclin général de la cité (Pline, Hist. Nat., XXXIV, 39).

8Par analogie avec d’autres nécropoles antiques, on peut supposer que le Jardin maritime avait initialement servi, durant l’époque hellénistique, comme lieu de sépulture pour des citoyens honorés par la cité (Winniczuk 1988, p. 9). La découverte à cet endroit d’objets de parure en or (Mladenova 1963a, p. 293-296, fig. 104, pl. 158-159) semble conforter cette hypothèse, tout comme la mise au jour de deux stèles funéraires de soldats, datées du IIIe s. av. J.-C., sur lesquelles on lit la formule O DHMOS accompagnée de la représentation d’un autel couronné (Robert 1959, p. 220 ; Venedikov, Velkov 1963, p. 328 nos 1159-1160 ; Mihailov 1970, nos 395bis et ter ). Elles témoignent des honneurs particuliers que les citoyens de la cité ont accordés aux défunts, selon une pratique connue par exemple à Athènes ou dans la nécropole de Métaponte-Pantanello où, à la fin du IVe et au début du IIIe s. av. J.-C., des membres de l’élite ont été inhumés dans les secteurs de la nécropole disposés à proximité immédiate de la ville (Carter 1998, p. 49).

9En 1980, lors de fouilles de sauvetage dirigées par M. Tsaneva et T. Stoyanov sur le site « Kulturen dom », dans la partie Nord-Ouest du Jardin maritime, ont été découvertes une dizaine de sépultures appartenant à la nécropole antique d’Apollonia. La plus ancienne est une ciste construite en dalles de calcaire à l’époque hellénistique, puis réutilisée à l’époque romaine (IIIe-IVe s. ap. J.-C.) (Tsaneva, Stoyanov 1981, p. 70-71). Parmi les trouvailles provenant de la zone voisine, on note une monnaie de Philippe II et cinq monnaies d’Apollonia datées de 350-306 av. J.-C., des fragments de tuiles et d’amphores, ainsi que de la céramique attique et ionienne importée. Parmi les vases importés, les coupes et les skyphoi prédominent, certains portant des graffiti. Il s’agit, jusqu’à présent, du secteur funéraire le plus proche de l’espace urbain.

10Cette mobilité dans la topographie funéraire de la ville d’Apollonia/Sozopolis se poursuit au Moyen Âge. Au cours de l’époque médio-byzantine, les nécropoles occupent par exemple l’extrémité Nord de la péninsule de Skamni, tout comme, de façon éparse, celle de Harmanité. Elles se concentrent en revanche durant l’époque ottomane autour des églises extra-muros, notamment celles du Jardin maritime où elles demeurent en fonction tout au long du XIXe s., comme le rappellent les stèles encore visibles contre l’église de Sveti Zosim (Saint-Zosime).

2. La nécropole de Kalfata, remarques générales

  • 71 Les plus anciennes nécropoles de Mendé, d’Akanthos ou d’Abdère étaient situées sur la côte, non loi (...)

11La partie de la nécropole d’Apollonia du Pont découverte dans le secteur de Kalfata est localisée sur la deuxième terrasse sableuse qui borde la large baie de Harmanité (fig. 19). Le choix du lieu n’est pas fortuit et répondait probablement au désir d’utiliser les terres impropres à l’agriculture le long de la bande littorale. Cette pratique, consistant à inhumer les défunts sur la côte sableuse, est très largement diffusée parmi les premiers colons présents dans les cités grecques de Thrace égéenne71.

Fig. 19. Vue aérienne de Kalfata et de la péninsule de Harmanité depuis le S.-O.

Fig. 19. Vue aérienne de Kalfata et de la péninsule de Harmanité depuis le S.-O.

© Larus Ltd.

  • 72 La rigole qui traverse durant l’époque hellénistique le secteur exploré de la nécropole de Nymphaio (...)

12Les plus anciennes sépultures découvertes au lieu-dit Kalfata datent du milieu du Ve s. av. J.-C. environ. Les données archéologiques laissent supposer que l’espace funéraire était initialement défini par l’intermédiaire d’une rigole creusée dans le substrat argileux ou dans la roche meuble (fig. 20), selon un modèle également connu dans la nécropole de Nymphaion72. Son tracé, suivi actuellement sur plus de 120 m, suit la ligne de côte selon une orientation N.-O./S.-E. De section trapézoïdale, elle est plus large en surface (120 à 130 cm) et plus étroite dans sa partie inférieure (64 à 73 cm) ; son comblement est constitué de sable pur.

Fig. 20. Kalfata (phase 1)

Fig. 20. Kalfata (phase 1)

Rigole et tombes du troisième quart du Ve s. (parcelle cadastrale UPI 5518).

Photo K. Panayotova, 2007

13En raison de l’accumulation de remblais au-dessus des structures funéraires, ainsi que de l’évolution naturelle du terrain (formation de dunes), la rigole a rapidement cessé de fonctionner et a été recoupée et recouverte par des sépultures postérieures.

14Environ un siècle plus tard, l’espace funéraire a été réorganisé des deux côtés d’une voie littorale, baptisée parfois « via sacra » dans les rapports de fouilles (fig. 21). La portion étudiée de cette route sur le site de Kalfata est dépourvue de revêtement ; sa largeur varie de 6,50 à 7 m (fig. 22). Elle suit la même orientation N.-O./S.-E. que la rigole, dont deux à trois mètres la séparent en direction de l’Est. Les observations réalisées plus au Sud, au lieu-dit Boudjaka, démontrent que, dans ce secteur également, la nécropole s’organisait des deux côtés d’une voie qui prolonge celle de Kalfata.

Fig. 21. Kalfata, plan schématique de la voie littorale Sud, dite parfois « via sacra »

Fig. 21. Kalfata, plan schématique de la voie littorale Sud, dite parfois « via sacra »

Atanas Kameranov

Fig. 22. La voie littorale vue du Nord (Kalfata, parcelle cadastrale UPI 5525)

Fig. 22. La voie littorale vue du Nord (Kalfata, parcelle cadastrale UPI 5525)

À droite, le secteur étudié durant les fouilles conjointes franco-bulgares, à gauche, les périboles funéraires mis au jour par K. Panayotova en 2005.

Photo K. Panayotova

  • 73 Au Ve s. av. J.-C., l’organisation de la nécropole de Thasos suit la direction des routes reliant l (...)

15L’existence d’un lien entre les nécropoles et le réseau routier constitue une pratique habituelle dans le monde antique. Une organisation analogue de l’espace funéraire, des deux côtés des axes de circulation principaux, est attestée sur plusieurs sites de Grèce (Vokotopoulou 1994, p. 92) et dans le monde colonial73.

16Des enclos familiaux, délimités par des murs en pierre, ont été implantés de part et d’autre de l’axe de circulation qui traverse le site de Kalfata. Les façades tournées vers la route présentent un travail plus soigné, avec un enduit à base de chaux et de sable conservé par endroit ; elles sont édifiées en moellons, ou en petits blocs de calcaire sur un soubassement de moellons. Les mêmes moellons sont également utilisés par endroit comme une sorte de superstructure, restes probables d’aménagements postérieurs. Les blocs de l’élévation sont agencés en deux ou trois assises disposées en retrait l’une par rapport à l’autre, de façon à former des sortes de gradins. La répartition interne de l’espace est effectuée au moyen de blocs de pierre disposés perpendiculairement aux murs de façade, ou d’alignements de moellons plus sommaires (Nedev, Panayotova 2003, p. 128, pl. 4, fig. 1-2). L’espace ainsi délimité, de plan carré ou rectangulaire, reste ouvert à l’arrière. Les murets peuvent entourer les petits tumuli qui recouvraient une ou plusieurs tombes.

  • 74 Les données disponibles sur le territoire d’Apollonia ne nous permettent pas de définir son organis (...)

17Les différents enclos sont alignés, formant une suite continue le long de la route : l’ensemble le plus long est conservé sur environ 40 mètres (fig. 23). Leur juxtaposition précise montre que ces aménagements, qui dessinent des secteurs réguliers d’une longueur moyenne de six à sept mètres, ont été construits en plusieurs étapes, mais suivant une même logique et un plan préétabli (fig. 24). Il semble donc que le terrain de la nécropole ait été partagé en parcelles de dimensions identiques pour chaque famille, tout comme pouvait l’être, éventuellement, la terre labourable74.

Fig. 23. Alignement de périboles funéraires du IVe s. (Kalfata, parcelle cadastrale UPI 5525-5518)

Fig. 23. Alignement de périboles funéraires du IVe s. (Kalfata, parcelle cadastrale UPI 5525-5518)

Ouest de la voie littorale.

Photo K. Panayotova

Fig. 24. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5518)

Fig. 24. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5518)

Vue depuis l’Est sur les enclos funéraires du IV e s. et la voie littorale.

Photo K. Panayotova, 2007

18Durant ces dernières années, les recherches ont confirmé les observations réalisées sur l’existence d’un parcellaire régulier à Kalfata, qui se prolonge à Boudjaka, dans les secteurs méridionaux de la nécropole (fig. 25). Deux structures monumentales en pierre, dont la face est constituée de trois rangées de blocs de calcaire métamorphique liés par des crampons en queue d’aronde, en fer et en plomb, ont récemment été mises au jour à cet endroit. L’intérieur de la première est constitué de quatre rangées de blocs de grès dunaire, matériau également employé pour le soubassement. On a découvert par ailleurs des fragments de marbre provenant probablement d’un décor monumental, ce qui permet d’identifier cette structure comme un monument commémoratif.

Fig. 25. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5073)

Fig. 25. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5073)

Vue depuis le S.-O. sur les enclos funéraires du IV e s.

Photo D. Nedev, 2005

  • 75 Notons qu’un péribole du IVe s. av. J.-C. a été découvert dans la nécropole Sud de Thasos (Koukouli (...)

19La deuxième structure représente un monument tripartite dans lequel, pour la première fois dans la nécropole d’Apollonia, a été découvert un sarcophage en marbre dont les parois internes sont peintes en rouge ; il était accompagné de deux cistes (fig. 26). A l’intérieur de cette structure, l’espace entre les tombes est comblé par des blocs de grès. La façade, tournée vers le tracé supposé de la voie, est constituée de blocs à bossage. Ces sépultures peuvent être datées vers le milieu du IVe s. av. J.-C. On trouve un parallèle proche dans une structure rectangulaire de la nécropole d’Aiani, en Macédoine, qui entoure quatre cistes (Karamitrou-Mentesidi 1995, p. 32–33). De tels aménagements, appelés « tombes-périboles », sont apparus dans le monde grec dans la deuxième moitié du Ve s. av. J.-C. (Triantaphyllos 2000). En Attique, leur construction s’est poursuivie jusqu’en 317 av. J.-C., lorsque la loi promulguée par Démétrios de Phalère a interdit d’élever des monuments funéraires luxueux, mettant un terme à une pratique impliquant des dépenses parfois importantes75.

Fig. 26. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5172)

Fig. 26. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5172)

Terrasse funéraire du milieu du IV e s.

Photo K. Kostova, 2007

20Parallèlement aux murs de façade, on trouve souvent entre les différents secteurs des bases de stèles funéraires ; d’autres étaient vraisemblablement érigées sur les murs mêmes des enclos.

21L’organisation de la nécropole de Pantanello, à Métaponte, offre un parallèle proche de celle d’Apollonia. Elle est divisée en espaces familiaux cloisonnés qui s’échelonnent le long des routes. Les parcelles de terre utilisées pour leur construction semblent avoir eu des dimensions standardisées qui, d’après J. Carter, sont similaires à celles des périboles du IVs. av. J.-C. au Céramique, ainsi qu’à celles observées dans d’autres nécropoles des environs d’Athènes (Carter 1998, p. 161, fig. 5A.7).

Notes

67 Nous remercions chaleureusement D. Nedev, directeur du Musée archéologique de Sozopol, pour ces informations.

68 Tous les fouilleurs rapportent en effet que les tumuli explorés avaient été fortement perturbés par des creusements récents. Il serait possible, par ailleurs, de rapprocher le matériel amphorique découvert par A. Bojkova et A. Petrova des trouvailles du tumulus IV fouillé par Goffas et Degrand (Seure 1924, p. 330), ou de comparer la tombe en fer à cheval dégagée par V. Katsarova à une structure très similaire mentionnée par les frères Škorpil, que l’on peut mettre en rapport avec les fouilles de Goffas (Škorpil 1999, p. 48).

69 Poster présenté à l’occasion du IIIe Congrès Pontique à Prague, 11-18 septembre 2005, « A burial mound in the vicinity of Apollonia Pontica ».

70 Venedikov 1963a, p. 60-64, et fouilles de sauvetage de M. Tsaneva, K. Panayotova, D. Nedev en 1997-1998.

71 Les plus anciennes nécropoles de Mendé, d’Akanthos ou d’Abdère étaient situées sur la côte, non loin du premier lieu d’installation des colons. La nécropole d’Oisymè est également localisée au Sud de la ville sur la plage. D’après Ch. Koukouli-Chrysanthaki, la situation de cette nécropole, le long de la côte, révèle un choix conscient des colons qui ne désiraient pas perdre la terre propre à l’agriculture : Koukouli-Chrysanthaki 2006, p. 172.

72 La rigole qui traverse durant l’époque hellénistique le secteur exploré de la nécropole de Nymphaion, selon une direction E./O., présente en coupe une forme triangulaire (120 cm de large à la surface, 10 cm au fond). Sa profondeur varie entre 78 et 134 cm. Elle est creusée dans le rocher. S.L. Solovyov considère qu’elle servait à établir les fondations d’une palissade en bois, ce qui expliquerait la présence de trous d’un diamètre de 18 cm et d’une profondeur de 10 à 16 cm au fond de cette rigole, tout comme son remplissage de terre, de pierres et de tessons de céramique : Solovyov 2003, p. 105-106, pl. 256–257.

73 Au Ve s. av. J.-C., l’organisation de la nécropole de Thasos suit la direction des routes reliant la ville à l’intérieur de l’île. La nécropole Nord de Galepsos se développe des deux côtés de la route antique par laquelle la ville fortifiée communiquait avec l’intérieur du pays. La situation des nécropoles le long des routes antiques, qui est courante dans les villes de Grèce méridionale, se retrouve également dans d’autres colonies grecques de la côte Nord de l’Egée : la nécropole d’Argilos est située le long d’une route qui correspondrait à celle suivie par Xerxès (Perreault, Bonias 1998, p. 37-48) ; celle de Tragilos suit également une voie antique et la nécropole S.-E. d’Amphipolis est localisée des deux côtés de la route moderne qui reprend le tracé de la route antique (Koukouli-Chrysanthaki 2006, p. 173).

74 Les données disponibles sur le territoire d’Apollonia ne nous permettent pas de définir son organisation. En revanche, nos connaissances sur les dispositions juridiques antiques révèlent que les colons recevaient lors de la fondation d’une nouvelle colonie des lots agricoles dont l’un avait le statut de lot principal et servait de garantie pour leur adhésion de plein droit à la communauté civique (Zubar 1993, p. 10).

75 Notons qu’un péribole du IVe s. av. J.-C. a été découvert dans la nécropole Sud de Thasos (Koukouli-Chrysanthaki, Sgourou, Agelarakis 1996, p. 775, pl. 2).

Table des illustrations

Titre Fig. 18. Carte des nécropoles d’Apollonia
Légende 1. Jardin maritime. Nécropole tardo-hellénistique et romaine. Fouilles d’I. Venedikov en 1949 (Institut et Musée archéologique de Sofia),de M. Tsaneva et de K. Panayotova, de 1987 à 1992 et en 1998 (Musée archéologique de Sozopol et Institut et Musée archéologique de Sofia).2. Harmanité. Nécropole archaïque et classique. Fouilles de M. Lazarov de 1964 à 1966 et de M. Tsaneva dans les années 1970 (Musées archéologiques de Bourgas et de Sozopol).3. Kalfata. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles d’I. Venedikov de 1946 à 1949 (Institut et Musée archéologique de Sofia).4. Kalfata. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de K. Panayotova, depuis 1992 (Institut et Musée archéologique de Sofia).5. Kalfata. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de D. Nedev (Musée archéologique de Sozopol), K. Panayotova (Institut et Musée archéologique de Sofia), M. Gyuzelev (Musée archéologique de Bourgas) en 2001 et de 2005 à 2007.6. Boudjaka. UPI 5040 à 5094. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de K. Panayotova de 2005 à 2009 (Institut et Musée archéologique de Sofia).7. Boudjaka. Nécropole classique et hellénistique. Fouilles de D. Nedev en 2007 (Musée archéologique de Sozopol).8. Kolokita. Nécropole tumulaire. Fouilles du consul de Grèce à Bourgas Goffas en 1885, du consul de France à Plovdiv Degrand en 1904, ainsi que de M. Tsaneva de 1981 à 1985 (Musée archéologique de Sozopol), A. Boshkova, A. Petrova, V. Katsarova et R. Mikov en 2006 (fouilles de sauvetage de l’Institut et Musée archéologique de Sofia).9. Morski Skali. Nécropole médio-byzantine. Fouilles de D. Nedev en 1993 (Musée archéologique de Sozopol).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-1.png
Fichier image/png, 341k
Titre Fig. 19. Vue aérienne de Kalfata et de la péninsule de Harmanité depuis le S.-O.
Crédits © Larus Ltd.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-2.png
Fichier image/png, 722k
Titre Fig. 20. Kalfata (phase 1)
Légende Rigole et tombes du troisième quart du Ve s. (parcelle cadastrale UPI 5518).
Crédits Photo K. Panayotova, 2007
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 21. Kalfata, plan schématique de la voie littorale Sud, dite parfois « via sacra »
Crédits Atanas Kameranov
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 22. La voie littorale vue du Nord (Kalfata, parcelle cadastrale UPI 5525)
Légende À droite, le secteur étudié durant les fouilles conjointes franco-bulgares, à gauche, les périboles funéraires mis au jour par K. Panayotova en 2005.
Crédits Photo K. Panayotova
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-5.png
Fichier image/png, 594k
Titre Fig. 23. Alignement de périboles funéraires du IVe s. (Kalfata, parcelle cadastrale UPI 5525-5518)
Légende Ouest de la voie littorale.
Crédits Photo K. Panayotova
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-6.png
Fichier image/png, 625k
Titre Fig. 24. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5518)
Légende Vue depuis l’Est sur les enclos funéraires du IV e s. et la voie littorale.
Crédits Photo K. Panayotova, 2007
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-7.png
Fichier image/png, 228k
Titre Fig. 25. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5073)
Légende Vue depuis le S.-O. sur les enclos funéraires du IV e s.
Crédits Photo D. Nedev, 2005
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-8.png
Fichier image/png, 438k
Titre Fig. 26. Boudjaka (parcelle cadastrale UPI 5172)
Légende Terrasse funéraire du milieu du IV e s.
Crédits Photo K. Kostova, 2007
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/183/img-9.png
Fichier image/png, 417k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access