Version classiqueVersion mobile

Fish & Ships

 | 
Emmanuel Botte
, 
Victoria Leitch

Introduction

Emmanuel Botte et Victoria Leicht

Texte intégral

1Les travaux qui composent cette publication sont issus de l’atelier doctoral Fish & Ships. Production et commerce des salsamenta durant l’Antiquité, qui s’est tenu à Rome du 18 au 22 juin 2012, à l’École française de Rome et à la British School at Rome.

2Il a impliqué quatre partenaires scientifiques principaux : l’École française de Rome, la British School at Rome, le centre Camille Jullian et l’université d’Oxford à travers le programme Oxford Roman Economy Project. Nous remercions les directeurs respectifs de ces institutions, qui ont soutenu le projet dès le début : Catherine Virlouvet, Christopher Smith, Marie-Brigitte Carre et Andrew Wilson.

3Cet atelier a également bénéficié du soutien financier du LabexMed de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, et notre projet de publication a été retenu par l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation.

4L’objectif de cette rencontre était de réunir sur une longue durée des spécialistes de la recherche sur la conservation du poisson et sur son commerce durant l’Antiquité, des spécialistes de céramique, mais également des chercheurs travaillant sur l’économie, tout cela dans un double objectif : à la fois faire le point sur des zones qui désormais sont les vitrines de nos disciplines : l’Afrique et la péninsule Ibérique pour ne pas les citer, mais également mettre l’accent sur des zones ou des périodes qui sont encore trop peu connues ou étudiées.

5Nous avons choisi d’organiser un atelier doctoral plutôt que de tomber dans le piège de la « colloquite » selon l’expression de Jacques le Goff. L’avantage en était évident : plutôt que de réunir les maîtres de la discipline pour les faire discuter entre eux, ils allaient aussi servir d’encadrants à des doctorants et jeunes chercheurs internationaux travaillant sur le sujet. À notre connaissance, parmi tous les travaux que l’on recense sur ce thème, aucun atelier doctoral n’avait encore été organisé.

6Durant cette rencontre, 14 intervenants et 14 participants – doctorants ou jeunes docteurs – se sont retrouvés pour présenter leurs travaux et échanger leurs idées et points de vue. Ainsi autour des participants les discussions ont été riches, notamment grâce à R. Auriemma, T. Bekker-Nielsen, D. Bernal, M. Bonifay, M.-B. Carre, N. Garnier, S. Grainger, A. Marzano, S. Pesavento Mattioli, M. Sternberg, A. Tchernia, I. Vaz Pinto, A. Wilson. Nous remercions ceux parmi eux qui ont accepté d’êtres les examinateurs des contributions qui composent ce volume.

  • 1 A. Marzano, Harvesting the Sea, Oxford, 2013.
  • 2 Nous ne les citons pas ici car ils apparaîtront dans les bibliographies respectives des articles qu (...)
  • 3 MEFRA 110-1, 1998 ; 111-1, 1999 et 112-1, 2000.

7Les travaux synthétiques sur ce domaine ne sont pas nombreux, et il faut saluer celui qui vient de paraître d’A. Marzano1. Auparavant, et hormis des publications ciblées sur des ateliers ou des zones géographiques plus restreintes, peu de travaux avaient vu le jour2. Il faut néanmoins rappeler la publication dans les MEFRA d’une série de séminaires qui portaient le nom de la cultura del mare3. À l’intérieur de ces séminaires, on voyait déjà se profiler les zones d’étude privilégiées de nos disciplines, mais aussi y apparaître les lacunes. Parmi les grandes lignes, on pouvait déjà voir que la péninsule Ibérique occupait la première place, et cela n’a pas véritablement changé depuis, mais il faut souligner que depuis cette publication, on a vu l’intérêt porté sur d’autres régions, et notamment sur la mer Noire, l’Afrique, mais aussi sur l’Italie qui, bien que l’hôte de cet atelier doctoral, n’avait pas grand-chose de synthétique à offrir

  • 4 A. Tchernia, Conclusions de la 3e journée Cultura del Mare, MEFRA, 112-1, 2000, p. 169-171._

8André Tchernia, dans ses conclusions au séminaire la cultura del mare4, écrivait : « un des objectifs de la réunion était de mettre en lumière les lignes de possibles travaux futurs », et nous pensons que les travaux qui composent ce volume illustrent cet objectif espéré, mais qu’ils constituent également non pas un état de la question définitif, mais bien un pas en avant vers une meilleure connaissance de l’artisanat et du commerce des produits de la mer durant l’Antiquité.

9L’ouvrage est composé en trois chapitres, respectivement dédiés à des approches historiographiques et technologiques, aux études archéologiques sur l’Afrique et enfin à celles dédiées au reste de la Méditerranée. Plutôt que de faire un classement relatif à la chronologie évoquée dans chacune des contributions, nous avons pris le parti de les classer selon un ordre géographique d’ouest en est, plus aisé à suivre pour le lecteur.

10Enfin, nous tenons à remercier Henri Tréziny d’avoir accepté de recevoir ce manuscrit dans la collection BiAMA.

Notes

1 A. Marzano, Harvesting the Sea, Oxford, 2013.

2 Nous ne les citons pas ici car ils apparaîtront dans les bibliographies respectives des articles qui composent ce volume.

3 MEFRA 110-1, 1998 ; 111-1, 1999 et 112-1, 2000.

4 A. Tchernia, Conclusions de la 3e journée Cultura del Mare, MEFRA, 112-1, 2000, p. 169-171._

Auteurs

School of Archaeology and Ancient History. University of Leicester. University Road. Leicester LE1 7RH, UK. vl46@le.ac.uk

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search