Dynamiques des activités anthropiques sur un milieu montagnard dans les Pyrénées occidentales catalanes durant la Préhistoire : une approche multidisciplinaire

Dynamics of human activities on a mountain site in Western Catalan Pyrenees during the prehistoric period: a multidisciplinary approach

Ermengol Gassiot, Albert Pèlachs, Marie-Claude Bal, Virginia Garcia, Ramon Julià, Ramon Pérez, David Rodríguez et Anne-Charlotte Astrou

Résumé

Les recherches archéologiques menées depuis l’an 2000 dans le Noguera Pallaresa et le Noguera Ribagorçana ont permis de documenter les habitats humains dans les zones alpines et subalpines depuis le début du Néolithique jusqu’à aujourd’hui. Généralement, les données archéologiques montrent des modèles d’habitats et d’exploitations de l’environnement variables dans le temps et dans l’espace. De nombreux sites sont répertoriés pour la période allant de 3400 à 2450 cal BC, alors que les évidences archéologiques décroissent brusquement après cette période et jusqu’à la fin du Premier Millénaire cal BC. Cet article présente premièrement une synthèse des données archéologiques sur les habitats humains répertoriés dans la zone d’étude depuis le début de l’Holocène jusqu’à la période romaine. Deuxièmement, la comparaison avec les données paléoécologiques met en évidence les changements environnementaux passés pour lesquels nous tentons de distinguer les origines climatiques ou anthropiques de ces dynamiques. Finalement, notre approche multidisciplinaire fait ressortir de nouvelles interrogations issues des données archéologiques comme la chute du nombre de sites à la fin de la Préhistoire. Cela suscite de nouvelles hypothèses qui conduiront vers des recherches futures.

1. Introduction

1Traditionnellement, les Pyrénées ont joué un rôle important dans une bonne partie des paradigmes explicatifs des différentes périodes de la préhistoire du nord de la Péninsule Ibérique. Elles ont été pensées aussi bien comme lieu de passage des groupes humains et des pratiques culturelles, que comme lieu central dans la configuration des réseaux de transhumance de certaines sociétés préhistoriques à partir du Néolithique (Estéban et al. 2003 ; Llovera et al. 1994 ; Martín, Vaquer 1995 ; Ruíz Zapatero 1995). Cependant, à la fin du xxe s., la connaissance du peuplement préhistorique du massif était pratiquement nulle. Il existait notamment un véritable désert de preuves dans les zones hautes de la chaîne, là même, paradoxalement, où les milieux alpins ou subalpins auraient pu accueillir un possible élevage saisonnier préhistorique. Ces dernières années, ce panorama a commencé à changer, grâce à la consolidation de travaux archéologiques en Andorre et au développement de programmes de recherche orientés vers la documentation des activités humaines et de leurs changements au cours du temps en haute montagne (Gassiot, Jiménez 2006 ; Gassiot, Jiménez, Picón 2006 ; Miras et al. 2007 ; Palet-Martinez et al. 2008).

2Ce travail présente les résultats des recherches archéologiques qui, complétées par des données paléo-écologiques, sont conduites depuis 2001 dans les Pyrénées occidentales de Catalogne. Parmi les objectifs spécifiques qui sous-tendent cette recherche, se détachent en particulier les processus de colonisation postglaciaire de ces espaces, l’introduction des pratiques pastorales et leur évolution au cours du temps, l’apparition de nouvelles activités de production (telles que les activités minières), enfin, la façon dont les relations entre les communautés humaines de haute montagne et celles d’autres zones géographiques ont structuré différentes formes de territorialité.

2. Problématique

3Il est établi aujourd’hui, pour une partie de l’archéologie, que les hautes montagnes, lieux peu propices à l’établissement d’un peuplement humain, ont hébergé des groupes relativement marginaux par rapport aux évolutions sociales de leur époque, en grande partie réticents au changement et fortement conditionnés par les caractéristiques du milieu physique (Llovera et al. 1994 ; Pons 1994 ; Ruiz Zapatero 1995). On a en outre souvent recouru aux sources indirectes – principalement à la documentation historique et ethnographique – pour valider certaines représentations de la vie sociale durant la Préhistoire. Ces interprétations ont pu induire des erreurs telles, par exemple, que l’affirmation du fait que les pratiques pastorales saisonnières de la fin du xixe s. reflétaient, comme fossilisées dans le temps, la gestion des troupeaux et de la faune domestique, quasiment depuis le Néolithique (Gardes 1996).

4Les recherches présentées dans cet article se proposent d’échapper à ces a priori :

  • en redéfinissant les potentialités, pour l’être humain, des milieux alpins et subalpins, notamment par l’analyse des façons dont les différents écosystèmes de montagne ont changé sur la longue durée, tant du point de vue climatique que de celui des perturbations naturelles et humaines du paysage .

  • en partant de l’hypothèse que les populations des zones de montagnes possèdent, elles aussi, des modes de vie changeants au cours du temps, que ce soit sous l’effet de processus locaux ou de phénomènes de plus grande ampleur géographique.

5En ce sens, il faut souligner le travaille novateur de Rendu (2003) en Cerdagne du Nord, qui démontre la nécessité de recourir aux données archéologiques quand cela s’avère possible. Le recours à l’analogie ethnographique ou aux sources historiques récentes doit s’effectuer en revanche avec précaution, et plutôt dans le but de poser des questions ou justifier la définition d’indicateurs archéologiques, que dans celui de représenter des pratiques d’une période différente de celle dont ces sources procèdent.

3. Cadre de la recherche

6Les résultats exposés ici sont issus des recherches archéologiques réalisées dans le Parc Nacional d’Aigüestortes i Estany de Sant Maurici, ainsi que dans sa zone périphérique et ses adjacences. C’est une zone de montagne dont les sommets atteignent jusqu’à 3 000 m d’altitude. Elle est de façon générale assez rocheuse et abrupte, avec des variations selon le substrat dominant (granite ou schiste). Elle comprend principalement les hautes vallées, une toute petite partie de ce territoire se situant en dessous de la cote des 1 800 m d’altitude (fig. 1).

Fig. 1. Carte de la zone de la recherche avec l’indication des sites mentionnés et sa chronologie (triangle : 9000-6000 cal BC ; carré : 6000-3000 cal BC ; cercle : 3000-2300 cal BC) : 1- Cova de Sarradé, 2- Covetes, 3- Cova del Sardo, 4- Obagues de Ratera, 5- Portarró, 6- Coma d’Escós, 7- Abric de l’Estany de la Coveta I, 8- Dolmen de la Font dels Coms, 9- étang de Burg.

Fig. 1. Carte de la zone de la recherche avec l’indication des sites mentionnés et sa chronologie (triangle : 9000-6000 cal BC ; carré : 6000-3000 cal BC ; cercle : 3000-2300 cal BC) : 1- Cova de Sarradé, 2- Covetes, 3- Cova del Sardo, 4- Obagues de Ratera, 5- Portarró, 6- Coma d’Escós, 7- Abric de l’Estany de la Coveta I, 8- Dolmen de la Font dels Coms, 9- étang de Burg.

7Le climat est caractéristique de la haute montagne pyrénéenne et fortement conditionné par l’altitude, avec des contrastes très marqués entre les parties les plus basses et les plus hautes du territoire. Dans ces dernières, le taux de précipitation oscille entre 1 000 et 1 300 mm par an, atteignant jusqu’à 2 000 mm/an dans la zone de l’Estany Gento. Dans les fonds de vallée en revanche, les précipitations peuvent être inférieures à 700 mm par an. La température moyenne annuelle est comprise entre 2 et 9 degrés sur les hauteurs et entre 9 et 12 degrés dans les vallées (Martín Vide 1992).

8La végétation reflète également les contrastes du relief : la partie haute associe zones rocheuses et pelouses alpines tandis que l’aval est peuplé d’importantes forêts de pin noir (Pinus mugo subsp. uncinata), de sapin (Abies alba) et de pin sylvestre (Pinus sylvestris).

4. Matériel et méthodes de recherches

4.1. Archéologie

9La recherche archéologique réalisée depuis 2001 a consisté en une prospection systématique du territoire entre 1 500 et 2 900 m d’altitude sans exclure aucun type d’espace en raison de sa morphologie tant qu’il était accessible à pied. Cette prospection s’est effectuée à partir de transects au sein desquels ont été enregistrées toutes les traces d’occupation humaine observées, à l’exception de celles du xxe s. déjà cartographiées.

  • 1 Il est intéressant, de ce point de vue, de souligner la présence d’outils sur éclats silex et d’aut (...)

10La documentation de certains contextes a été complétée par le nettoyage de structures et par la réalisation de sondages stratigraphiques. Ces sondages, d’extension réduite, ont été réalisés selon deux objectifs : évaluer le potentiel archéologique de certains secteurs (comme par exemple des grottes), et obtenir du mobilier afin de dater les contextes documentés, la prospection de surface ne permettant que très rarement un diagnostic chronologique pertinent1.

11Parallèlement, des fouilles extensives ont été réalisées sur trois des gisements préalablement repérés : le Dolmen de la Font dels Coms, l’abri de l’Estany de la Coveta I et la Cova del Sardo (fig. 1).

4.2. Paléoécologie

12Les données archéologiques obtenues ont été confrontées avec d’autres données, paléoécologiques, provenant des sites archéologiques eux-mêmes mais aussi de trois sondages sédimentaires réalisés à l’étang de Burg, un paléolac fonctionnant aujourd’hui comme une tourbière (fig. 2). Dans le premier sondage (CMB-I) 6,57 m de sédiment ont été recueillis au moyen d’un carottier « Eijkelkamp ». Les deux autres sondages (CMB-8 et CMB-9) ont été réalisés postérieurement, avec un carottier mécanique Rolatec RL 48-L de 10 cm de diamètre qui a permis d’extraire 16,5 m de matériel.

13Outre le diagramme pollinique issu de ces sondages (Pèlachs et al. 2007), on a utilisé, pour l’interprétation de la dynamique paléoenvironnementale, celui issu du sondage de l’Estany Redó dans la vallée de Sant Nicolau (Catalán, Pérez Obiol, Pla 2001). Ces données ont été comparées avec celles d’autres diagrammes polliniques proches (Montserrat 1992 ; Estéban et al. 2003 ; Miras et al. 2007).

14Les données palynologiques ont été complétées par l’analyse des macrocharbons sédimentaires (>150 μm) et l’analyse sédimentaire (lithologie, teneur en matière organique, LOI et composition géochimique) des sondages CMB-8 et CMB-9 issus de l’étang de Burg.

5. Résultats et interprétations

5.1. Les gisements répertoriés

  • 2 Le qualificatif de site est difficile à appliquer, dans ces contextes marqués par l’absence de site (...)

15Plus de 200 gisements2 archéologiques ont été identifiés dans l’ensemble des zones prospectées. Peu de secteurs sont restés vides de découvertes archéologiques, mis à part ceux de très forte pente ou d’accès difficiles, certains non prospectés, ou ceux où les processus géologiques récents ont altéré le relief.

16La typologie de ces traces archéologiques est très variable : elle va de vestiges architecturaux de morphologies et de grandeurs diverses (de cabanes ou enclos isolés à de grands ensembles composés de dizaines de structures qui peuvent couvrir plus de 0,35 ha d’extension), à des épandages de surface d’artefacts, en passant par de petits abris et cavités avec traces archéologiques d’occupation humaine, par des tranchées minières, et enfin, ponctuellement, par des panneaux d’art rupestre. Cette diversité de formes et, semble-t-il, de fonctions des vestiges découverts se traduit par une grande diversité des emplacements. Bien que la plupart des sites composés de vestiges architectoniques se trouvent principalement en fond de vallées et dans les cirques glaciaires, certains ont été découverts sur des crêtes, des lieux proches des sommets, ou encore sur des versants boisés et rocheux. La chronologie des ensembles archéologiques documentés a été essentiellement établie à partir de datations absolues, et ponctuellement, non sans précautions, à partir des caractéristiques du mobilier trouvé. 38 datations, documentant 20 sites, ont ainsi été obtenues sur la marge ouest de la vallée de la Noguera Pallaresa (tabl. 1).

5.1.1. La colonisation mésolithique des espaces de haute montagne

17La séquence archéologique mise au jour dans la zone étudiée laisse apparaître des indices, ténus, de peuplement humain dès le début de l’Holocène. Les données proviennent de deux sites. Le premier est celui du Dolmen de la Font dels Coms, une sépulture mégalithique, située à 1 830 m d’altitude dans la vallée de Baiasca et qui fut réutilisée postérieurement, à l’époque romaine, pour y installer un four de réduction du fer. Sous le tumulus funéraire, est apparu, dans un petit sondage, un possible trou de poteau entouré de pierres, dont les restes de charbons ont été datés entre 8745 et 8560 cal BC (Rapalino et al. 2007 ; tabl. 1). Bien que l’ensemble ne soit pas des plus évidents, il faut noter que c’est dans le niveau stratigraphique où s’ouvre le creusement correspondant au trou de poteau qu’est apparu un des deux fragments de silex taillés du gisement. La présence du tumulus, couvert d’un pavement de pierres plates, écarte l’hypothèse d’une intrusion.

18Les données provenant de l’Abric de l’Estany de la Coveta I sont plus détaillées et plus fiables. Le gisement est un petit abri rocheux, formé par l’accumulation naturelle de grands blocs de granite, qui ménage un petit espace habitable de 5,8 m2. Comme bien d’autres abris similaires, celui-ci est aujourd’hui délimité sur certaines de ses ouvertures par des murs, et contient des indices d’activités humaines. Cet abri se situe à 2 425 m d’altitude, entre l’étang de la Coveta et l’étang Negre.

19La cavité a été fouillée en extension en 2005 après la découverte, entre ses fissures internes, d’un récipient céramique attribué, par sa typologie, au iie millénaire cal BC. L’intervention a permis de documenter trois phases d’occupation. En dessous d’une phase datant possiblement du haut Moyen Âge, fut fouillé un grand foyer de la fin du Néolithique, situé près de l’entrée et chronologiquement placé, à partir d’un charbon entre 3340 et 3328 cal BC. L’occupation précédente, séparée de celle-ci par un niveau stérile, a livré une autre aire de combustion de 0,5 m2, située elle aussi près de l’entrée. La datation obtenue, à nouveau sur un fragment de Pinus sp. brûlé, est placée cette fois entre 7001 et 6572 cal BC. Associées au foyer, trois petites lames de silex allochtone ont été prélevées, ainsi qu’une lamelle de quartz très altérée par le feu.

20Les pièces sont de petite taille, aucune ne dépasse 17 mm de large. Une des lames de silex est marquée, sur son tranchant distal, par de petites ébréchures et un poli propres au travail de la peau séchée. Ces traces signent un maniement transversal que l’on peut associer à un dégrossissement du cuir.

21Bien que rares et encore fragmentaires, les données actuelles indiquent donc que ces espaces de hautes montagnes ont fait l’objet d’un intérêt de la part des populations humaines dans une chronologie pré-néolithique. En l’absence d’assemblages faunistiques conservés, qui s’explique par l’acidité des sols granitiques à l’Abric de l’Estany de la Coveta, il est difficile de soutenir la fonction cynégétique de ce premier peuplement. Les traces d’activité présentes sur une des pièces lithiques de ce site illustrent néanmoins un processus de production dérivé de cette activité.

5.1.2. Les occupations de la première moitié du Néolithique (5800-3400 cal BC)

22Une grande partie des occupations néolithiques suivantes sont circonscrites à la Cova del Sardo, un petit baume situé à 1 820 m sur la partie basse de l’un des versants de la vallée de Sant Nicolau. Orientée est-ouest, cette vallée, l’une des principales de la zone d’étude, et constitue l’une des voies d’accès les plus faciles pour passer du bassin de la rivière Noguera Ribagorçana à celui de la Noguera Pallaresa.

23En 2004, un sondage de 1 m2 effectué sur ce site a livré une phase du haut Moyen Âge et permis d’obtenir deux dates préhistoriques pour les niveaux stratigraphiques sous-jacents. Une fouille en extension fut donc entreprise en 2006 et complétée en 2008, atteignant une surface totale de 74,1 m2, dont 19,2 m2 correspondent à l’intérieur de la cavité, le reste à la terrasse frontale. Au cours des trois campagnes, quatre phases d’époque historique (xviiie, xvie, xe et iie s.) ont été mises au jour ainsi que diverses occupations d’époque préhistorique qui se situent entre 2570 et 5540 cal BC.

24La Cova del Sardo contient les seuls contextes archéologiques documentés sur la zone d’étude, entre 6500 et 3500 cal BC. À la base de la séquence archéologique apparaissent, sur un sédiment stérile, les vestiges de trois structures de combustion. Deux de ces structures sont des cuvettes de plan circulaire et de section concave, la troisième, également fouillée, est formée de trois cercles concentriques de pierres de chant, qui délimitent une petite cuvette centrale pourvue d’un pavement de pierres plates. Comme pour les époques postérieures, cette disposition résulte plus vraisemblablement d’une succession d’occupations humaines au cours d’un certain laps de temps, difficile à estimer, que d’une occupation unique. La datation d’un charbon provenant d’une des cuvettes à permis la seule mesure 14C, située entre 5609 et 5376 cal BC. Si la fouille de ces foyers a livré divers fragments lithiques taillés, actuellement en cours d’étude, elle n’a en revanche livré aucun matériel céramique.

25À partir de 4500 cal BC, les occupations de la cavité deviennent progressivement plus intenses, comme le montre l’augmentation du volume de restes (innombrables charbons dispersés sur l’ensemble de la surface, fragments de diaphyses brûlées, augmentation des vestiges lithiques, apparition des fragments céramiques, principalement de petits bols hémisphériques ainsi que des jarres globulaires). On continue à trouver des aires de combustion, certaines aménagées dans des cuvettes circulaires, d’autres simplement délimitées par un cercle, d’autres enfin dépourvues de toute préparation apparente de l’espace.

26Autour de 4667-4454 cal BC, est également documenté l’un des deux seuls contextes préhistoriques connus au-dessus de la cavité. Il consiste en un petit terrassement contenu par un mur frontal et un soubassement postérieur disposé parallèlement à l’entrée de la grotte. Fouillé partiellement, cet espace a livré un dépôt de 9 cm d’épaisseur couvrant une surface de 20 m2, qui contenait une grande quantité de charbons et de cendres. Les artefacts archéologiques sont en revanche quasiment absents. Dans l’attente des résultats d’analyses chimiques du sédiment, on ne connaît toujours pas la fonction de cet espace, qui paraît lié à une activité spécifique, différente de celles observées à l’intérieur de la grotte.

27En raison de la très mauvaise conservation des restes osseux et de leur forte fragmentation, il est difficile d’inférer des activités d’élevage à partir des seuls assemblages faunistiques. Les vestiges lithiques offrent en revanche quelques indices préliminaires très suggestifs. On observe en effet, tout au long de la séquence, la présence de lames de silex et de pièces géométriques (principalement des trapèzes), qui ont été apportés sur le site déjà manufacturés. Les matières premières dont elles sont issues semblent provenir de sites d’extraction assez distants (les chaînes des Pré-Pyrénées, nord et sud et, peut-être, de plus long).

28L’analyse tracéologique des deux lames issues des ensembles datés entre 4000 et 3500 cal BC a révélé une utilisation pour couper l’herbe fraîche au ras du sol, activité qui, de manière hypothétique, pourrait être mise en relation avec l’approvisionnement de fourrage. Parallèlement, les deux pièces géométriques analysées, de même chronologie, présentent une utilisation comme pointes de projectiles. Bien qu’il soit nécessaire de confirmer ces interprétations par des études tracéologiques plus poussées, ces indices semblent révéler une combinaison des pratiques pastorales et de chasse (tabl. 1).

Tabl. 1. Datations radiocarbone des sites du Parc Nacional d’Aigüestortes i Estany de Sant Maurici et du niveau mésolithique du Dolmen de la Font dels Coms.

Code laboratoire

Site

Âge BP

Âge cal (1 sigma)

Âge cal (2 sigma)

KIA-23142

Dolmen Font dels Coms

9375+/-35

8712-8609 cal BC

8745-8560 cal BC

KIA-29818

Abric Estany Coveta I

7845+/-45

6749-6606 cal BC

7000-6571 cal BC

KIA-37689

Cova del Sardo

6525+/-45

5539-5391 cal BC

5607-5374 cal BC

KIA-37690

Cova del Sardo

5850+/-40

4784-4685 cal BC

4825-4600 cal BC

KIA-36935

Cova del Sardo

5695+-/35

4552-4461 cal BC

4666-4452 cal BC

KIA-32340

Cova del Sardo

5245+/-40

4221-3979 cal BC

4228-3969 cal BC

KIA-26248

Cova del Sardo

5060+/-40

3941-3798 cal BC

3961-3765 cal BC

KIA-32342

Cova del Sardo

4945+/-35

3764-3661 cal BC

3790-3650 cal BC

KIA-36934

Cova del Sardo

4765+/-40

3634-3520 cal BC

3640-3379 cal BC

KIA-37691

Cova del Sardo

4715+/-35

3625-3378 cal BC

3631-3373 cal BC

KIA-32351

Cova del Sardo

4555+/-30

3364-3125 cal BC

3482-3102 cal BC

KIA-29816

Abric Estany Coveta I

4475+/-30

3326-3093 cal BC

3338-3026 cal BC

KIA-28276

Portarró

4255+/-40

2913-2777 cal BC

3006-2694 cal BC

KIA-26251

Cova del Sardo

4210+/-35

2890-2704 cal BC

2900-2675 cal BC

KIA-36936

Coma d’Escós

4180+/-30

2878-2697 cal BC

2885-2665 cal BC

KIA-28280

Obagues de Ratera

4160+/-35

2871-2677 cal BC

2879-2625 cal BC

KIA-32348

Cova del Sardo

4090+/-35

2838-2572 cal BC

2862-2493 cal BC

KIA-32341

Covetes

3960+/-30

2564-2457 cal BC

2570-2345 cal BC

KIA-32335

Cova de Sarradé

3945+/-25

2558-2347 cal BC

2568-2306 cal BC

KIA-28279

Fangassals

2115+/-30

190-97 cal BC

340-47 cal BC

KIA-32349

Estany Xic de Subenuix

1875+/-30

78-210 cal AD

70-225 cal AD

KIA-32347

Cova del Sardo

1845+/-25

130-215 cal AD

86-239 cal AD

KIA-28278

Abric de l’Estany de la Ribera

1725+/-30

256-380 cal AD

243-394 cal AD

KIA-28277

Pletiu de Subenuix II

1715+/-30

259-383 cal AD

250-401 cal AD

KIA-26469

Abric de l’Estany Llebreta

1530+/-30

440-580 cal AD

432-601 cal AD

KIA-28281

Pletiu de la Coveta

1425+/-35

606-651 cal AD

570-661 cal AD

KIA-28086

Abric de l’Estany Gran de Colieto II

1155+/-30

783-962 cal AD

778-972 cal AD

KIA-37688

Cova del Sardo

1105+/-30

896-981 cal AD

885-1014 cal AD

KIA-32339

Cova del Sardo

1050+/-25

982-1019 cal AD

898-1036 cal AD

KIA-32336

Abric del Bosc del Cantó

650+/-25

1290-1387 cal AD

1282-1393 cal AD

KIA-32337

Estany Gémena de Dalt

545+/-25

1329-1423 cal AD

1319-1433 cal AD

KIA-32350

Cova de Serradé

395+/-30

1445-1616 cal AD

1439-1629 cal AD

KIA-37692

Estanys Vidals de Dalt

385+/-30

1449-1617 cal AD

1442-1632 cal AD

KIA-28272

Vall de Tallada Llarga

365+/-30

1458-1621 cal AD

1448-1635 cal AD

KIA-32363

Cova del Sardo

350+/-30

1481-1631 cal AD

1457-1636 cal AD

KIA-32352

Cova del Sardo

150+/-25

1674-1942 cal AD

1667-1951 cal AD

KIA-32338

Abric de l’Estany de Castieso

135+/-25

1681-1939 cal AD

1675-1942 cal AD

5.1.3. L’augmentation des sites à la fin du Néolithique (3400-2400 cal BC)

29À partir de 3400 cal BC et au cours des mille ans qui suivent, le nombre de gisements datés augmente de manière significative. Ce phénomène est particulièrement net pour la seconde moitié de la période. L’autre phénomène marquant réside dans l’absence de niveaux d’occupation datés de la seconde moitié du iiie millénaire cal BC, lacune qui se prolonge jusqu’au début de l’époque romaine. À la Cova del Sardo, entre 3370 et 3104 cal BC les occupations de l’intérieur de la cavité semblent s’interrompre, tandis que s’établit à l’extérieur une construction de bois dont le toit s’appuie sur la corniche. C’est à peu près de la même époque que date la deuxième occupation de l’Abric de ­l’Estany de la Coveta, mentionnée plus haut.

30À partir de 2900 cal BC se dessine un net accroissement du nombre d’occupations en grottes qui se matérialisent par des aires de combustions et leurs vestiges respectifs (petits ensembles céramiques et lithiques). Ce sont l’Abric del Portarró (3007-2696 cal BC), l’Abric d’Obagues de Ratera (2886-2667 cal BC), l’occupation préhistorique la plus récente de la cavité de Covetes (2571-2347 cal BC), la grotte de Sarradé (2569-2348 cal BC), ainsi que la Cova del Sardo (2864-2495 cal BC), qui continue d’abriter des occupations humaines, comme le montrent la datation d’une aire de combustion (2864-2495 cal BC) et celle issue du sondage. Une chronologie similaire (2886-2667 cal BC) a été obtenue à partir de la datation d’une poutre provenant du toit effondré d’une construction de plan rectangulaire de 8 x 5 m, dont la base est formée d’un mur de pierre d’1 m de large, située à 2 290 m d’altitude dans la vallée de Coma d’Escós. Certains ensembles sans datation absolue s’inscrivent en outre très probablement dans cette période et /ou dans la précédente. Le premier est celui de l’Abric de la Girada Gran de Monestro, dans lequel un sondage a livré un niveau avec du débitage laminaire de silex. Les deux autres occurrences correspondent aux découvertes d’une lame et d’un fragment de lame en deux points de la même crête, à 2 755 m d’altitude.

31Ainsi les preuves recueillies montrent une augmentation de la présence humaine à la fin du Néolithique, avec un modèle de peuplement caractérisé principalement par des occupations relativement étendues et intensives au sein de cavités de grandes dimensions situées relativement bas sur les versants des vallées principales (Covetes et Cova del Sardo), et complété par l’utilisation extensive de petits abris situés à la source des réseaux hydriques, qui accueillent des occupations de plus faible ampleur. Dans les deux cas l’outillage lithique, essentiellement sur silex, se compose d’éclats et de supports laminaires et géométriques (ainsi que d’une pointe foliacée à la Cova del Sardo) et les vestiges céramiques sont marqués par la prédominance de grands récipients. La construction de la Coma d’Escós illustre d’autre part la présence d’habitats de plein air partiellement construits en pierre, fait nouveau à la fin du Néolithique en Catalogne. La découverte de vestiges d’outillage lithique dans certaines zones très hautes où il ne semble pas y avoir de traces d’habitat, signale que ces parages furent fréquentés certainement comme des aires de travail (chasse ou contrôle des troupeaux), et de circulation.

32L’ensemble de ces indices archéologiques dessine donc un processus d’anthropisation croissante du territoire. Ce tableau concorde avec les données des autres travaux réalisés dans la partie méridionale des Pyrénées (Palet-Martinez et al. 2008 ; Rendu 2003).

5.1.4. L’absence de contextes d’habitat entre le milieu du iiie millénaire et la fin du ier millénaire cal BC

33À partir de 2400 cal BC, les traces d’occupations disparaissent de toute la zone d’étude. Étonnement, les abris et les cavités échantillonnés qui pourtant seront à nouveau occupés aux périodes romaines et médiévales, n’ont livré aucun contexte de cette époque. Il en est de même pour les sites de plein air à architecture de pierre, dont les datations les plus anciennes, exception faite du cas cité précédemment, sont d’époque tardo-romaine. Ce phénomène interroge, dans la mesure où il est traditionnellement admis que les Pyrénées connurent, aux second et premier millénaire cal BC, un certain accroissement démographique et une intensification des activités pastorales (Maluquer 1979 ; Maya 1977 ; Ruiz Zapatero 1995).

34Les seuls vestiges qui, pour l’instant, dans la zone d’étude qui nous concerne, s’inscrivent dans cet intervalle chronologique, sont trois découvertes de céramiques attribuées typologiquement au iie millénaire cal BC (Gassiot, Jiménez 2006). Il s’agit de récipients entiers (deux vases de grandes dimensions avec des cordons appliqués dans les deux premiers cas et trois récipients dans le troisième). Dans tous les cas, ces découvertes proviennent de lieux protégés, à l’écart, amas rocheux, failles ou fissures de petits abris. La fuille d’un d’eux, l’Abric de l’Estany de la Coveta, n’a livré aucune autre trace d’occupation susceptible d’être mise en relation avec l’époque théoriquement indiquée par la typologie céramique. Dans les autres cas, le lieu de découverte ne contenait pas de sédiment permettant le même jeu d’association.

35Une lecture exclusive du registre archéologique conduirait donc à formuler l’hypothèse que les zones hautes des Pyrénées Occidentales Catalanes, postérieurement à 2400 cal BC, ont connu un processus de dépeuplement. Les petits dépôts de matériel répertoriés suggèrent cependant que cette décrue du nombre des sites ne peut être corrélée à une absence de fréquentation du territoire. La présence de récipients de stockage, a priori liés à des activités de production ou de consommation d’aliments, pose, quant à elle, des questions difficiles à résoudre dans l’état actuel des données.

5.2. Les indices paléoécologiques comme complément du registre archéologique

5.2.1. Les traces de contamination des métaux lourds

36La géochimie des 5 premiers mètres du registre sédimentaire des sondages CMB-2 et CMB-3 (fig. 2) montre trois épisodes de croissance marquée et soutenue des taux de certains métaux lourds (cuivre, zinc, arsénique, chrome, cadmium) entre 3100 et 2000 cal BC. Deux de ces épisodes se situent entre 3100 et 2500 cal BC, période qui coïncide avec celle du maximum de gisements d’époque pré-médiévale. Ce fait ne peut être attribué uniquement à l’effet réservoir de la matière organique puisque d’autres niveaux caractérisés par des taux élevés de matière organique ne présentent pas ce type d’anomalie et que certaines de ces anomalies correspondent à des limons (silts). Par conséquent, cette augmentation doit être attribuée à un processus de mobilisation des accumulations d’arsénopyrite décrites dans la région (Soler et al. 1995). À ce fait s’ajoute celui que la combinaison Cu, Zn et As est à mettre en relation avec la pollution générée par la métallurgie de cuivre et de bronze. Ce phénomène ouvre sur la possibilité d’expliquer, ou du moins de corréler l’augmentation de sites observée entre 3000 et 2500 cal BC avec une hypothétique métallurgie du cuivre naissante qui aurait pu être combinée à d’autres activités, comme le pastoralisme.

37Cette hypothèse devra cependant être confrontée avec des recherches orientées vers la documentation de contextes directement liés à ces activités, pour l’heure encore inconnus.

Fig. 2. Présence de métaux lourds (cuivre, zinc, arsénique) dans le registre sédimentaire de Burg. Les données pour chaque métal sont calibrées avec un élément stable (titanium) pour éliminer les oscillations résultants des changements dans la dynamique de sédimentation.

Fig. 2. Présence de métaux lourds (cuivre, zinc, arsénique) dans le registre sédimentaire de Burg. Les données pour chaque métal sont calibrées avec un élément stable (titanium) pour éliminer les oscillations résultants des changements dans la dynamique de sédimentation.

5.2.2. Végétation et intervention humaine

38La figure 3 synthétise l’évolution de la végétation, elle a été élaborée à partir des données paléoécologiques provenant de l’étang de la Coma de Burg et complétée par les informations provenant d’autres sites des zones proches (Catalan et al. 2001 ; Estéban et al. 2003). Pour faire bref, nous ne signalerons ici que les indices d’influence anthropique.

39Quelques sources disponibles signalent la possibilité d’un impact humain durant les années 5850-6400 cal BC. Elles se fondent sur le signal incendie issu de l’analyse des macro-charbons (Bal, inédit) et sur l’augmentation de différentes espèces caractéristiques des milieux ouverts (Poaceae, herbacées héliophiles, Ericaceae, Fabaceae, etc.), qui auraient été colonisés postérieurement par Betula et Corylus (Miras et al. 2007). L’identification de Cerealia dans certaines séquences du secteur occidental de la zone d’étude antérieurement à 6000 cal BC pourrait appuyer cette hypothèse. Cette identification a toutefois été discutée (Estéban et al. 2003) et l’on ne dispose pour l’instant d’aucune donnée supplémentaire.

Fig. 3. Séquence de paléo-végétation dans le registre sédimentaire de Burg. À gauche, les grandes phases paléo-climatiques. À droite, les indices d’impact humain sur la végétation.

Fig. 3. Séquence de paléo-végétation dans le registre sédimentaire de Burg. À gauche, les grandes phases paléo-climatiques. À droite, les indices d’impact humain sur la végétation.

40Il n’y a aucune polémique en revanche sur l’apparition ponctuelle de céréales sur toute la zone d’étude entre 4200 et 3600 cal BC et sur la relation qu’entretient ce phénomène avec la mise en oeuvre de pratiques agricoles. L’hypothèse est en outre corroborée par la présence de Rumex et Polygonum et la baisse simultanée de Pinus (Estéban et al. 2003). Cette activité a été détectée aussi dans d’autres séquences proches des deux extrémités de la zone d’étude : l’étang Redon (Estéban et al. 2003) et la vallée du Madriu (Miras et al. 2007). L’occupation archéologique de la Cova del Sardo à cette période, celle de quelques sites andorrans, ainsi que le signal incendie de l’étang de Burg confirment encore le phénomène, qui ne paraît toutefois pas avoir eu un fort impact sur le paysage (Bal et al. soumis).

41Cet impact augmente en revanche nettement à partir de 3300 cal BC dans le secteur oriental quand, résultant de l’activité humaine, Cerealia apparaît clairement dans le diagramme pollinique, en association avec d’autres indicateurs caractéristiques des espaces ouverts par les déforestations (Poaceae, Plantago, Juniperus, etc.). Betula, Qercus caducifolié et Pinus baissent alors momentanément. Ces indices de l’impact anthropique concordent avec une augmentation des vestiges archéologiques et avec les indices d’incendie que livre le comptage des macro-charbons dans l’étang de Burg. Cette phase a également été décrite dans des secteurs proches, comme la vallée Madriu (Miras et al. 2007), l’étang Redo et l’étang Redon (Estéban et al. 2003). Cet impact anthropique sur le paysage se maintient jusque vers 1300 cal BC. Si certaines phases plus marquées sont suivies par une succession rapide de formations végétales, les indicateurs dénotent toujours une activité humaine relativement modérée.

42La transition d’Abies à Pinus (1500-850 cal BC) coïncide avec un nouvel impact anthropique, sensible à l’échelle de toute la région. Les zones de pâturage s’étendent de façon significative, tandis que disparaissent certaines espèces forestières propres à l’étage montagnard, telles que le chêne et l’orme (Estéban et al. 2003). L’augmentation des valeurs de Cerealia, Poaceae et Plantago et le fort impact détecté sur Pinus et Abies autour de 700-650 cal BC sont contemporains d’un pic très net du signal incendie (Pèlachs et al. 2007). Comparable en intensité à celui du Moyen Âge, celui-ci n’est en revanche pas aussi durable, puisqu’il ne se prolonge pas au-delà de 550 cal BC. Cette forte pression humaine, et l’extension des pâturages qui l’accompagne, ont également été détectées dans la vallée du Madriu (Miras et al. 2007).

6. Discussion et conclusions

43Les données archéologiques récentes révèlent une présence humaine dans les zones d’altitude de l’aire d’étude depuis pratiquement le début de l’Holocène. Elles soulignent tout autant l’accroissement des contextes datés du Néolithique final / Chalcolithique que l’absence de lieux d’habitat entre 2400 cal BC et le début de notre ère. Cette lacune coïncide cependant avec la découverte, en divers points, de petits dépôts de céramiques attribués, par la typologie, à l’âge du Bronze. De leur côté, les données paléoécologiques montrent que l’impact anthropique sur la végétation, déjà sensible tout au long du Néolithique, se renforce précisément durant certaines des phases correspondant à cette période de vide de sites archéologiques : traces de déforestation dans les diagrammes polliniques, apparition de Cerealia et signal incendie marqué. Cette dichotomie dans les données interroge sur le caractère potentiellement biaisé de la vision que délivre le registre archéologique. Elle pourrait être le fruit d’un changement du modèle d’occupation, qui s’orienterait plus nettement vers des habitats de plein air à la fin du iiie millénaire cal BC.

44L’espace disponible pour cette communication limite à une simple énumération les conclusions du travail en cours. Les matières premières lithiques, majoritairement allochtones, interrogent sur l’existence de réseaux de circulation de biens et de personnes durant les différentes phases documentées. L’étude tracéologique en cours, en suggérant, de manière encore préliminaire, l’utilisation de lames de silex pour couper l’herbe autour de 3600 cal BC, soulève de nouvelles interrogations sur de probables pratiques d’affouragement des troupeaux. Il faut enfin souligner les traces de pollution de métaux lourds à l’étang de Burg. Contemporaines de la période de densité maximale des sites entre 3000 et 2400 cal BC, elles orientent les hypothèses vers l’existence d’une métallurgie du cuivre assez ancienne dans la zone d’étude.

Bibliographie

Bal et al. soumis : Bal (M.C.), Pèlachs (A.), Pérez Obiol (R.), Julià (R.), Cunill (R.) – Fire history and human activities during the last 3300 cal yr. BP in Spain’s central Pyrenees: the case of Estany de Burg. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology (soumis 2009).

Catalán, Pérez Obiol, Pla 2001 : Catalán (J.), Pérez Obiol (R.), Pla (S.) – Canvis climàtics a Aigüestortes durant els darrers 15000 anys. In : V Jornades sobre Recerca al Parc Nacional d’Aigüestortes i Estany de Sant Maurici (2000), Lleida, Departament de Medi Ambient, 2001, p. 45-51.

Estéban et al. 2003 : estéban (A.) coord., oliver (J.), còts (P.), pèlachs (A.), mendizàbal (E.), soriano (J.M.), nasarre (E.), Matamala (N.) – La humanización de las altas cuencas de la Garona y las Nogueras (4500 aC-1955 dC). Madrid, Servicio Nacional de Parques Nacionales, 2003, p. 469.

Gardes 1996 : GARDES (P.) – La néolithisation des piémonts pyrénéens occidentaux : un phénomène de longue durée ? Rubricatum 1(2), Actes del Ier Congrés del Neolític a la Península Ibèrica, 1996, p. 863-877.

Gassiot, Jiménez 2006 : GASSIOT (E.), JIMÉNEZ (J.) – El poblament prefeudal de l’alta muntanya dels Pirineus occidentals catalans. Tribuna d’arqueologia 2004-2005, 2006, p. 89-122.

Gassiot, Jiménez, Picón 2006 : GASSIOT (E.), JIMÉNEZ (J.), PICÓN (A.) – Nuevas Aportaciones al Estudio de la Prehistoria y la Protohistoria en las Zonas Altas del Pallars Sobirà : Planteamientos, Resultados y Potencialidad. In : Oliverira (N.) ed., Simbolismo, Arte e Espaços Sagrados na Pré-história da Península Ibérica. Actas do IV Congreso de Arqueología Peninsular. Faro, Universidade do Algarve, 2006, p. 169-179.

Llovera et al. 1994 : LLOVERA (X.), LLUELLES (M.J.), MARTÍN (A.), MARTLUFF (M.), ROVIRA (J.) – Atles històric d’Andorra. Introducció general, la Prehistòrica (12000-1000 aC), Andorra la Vella, Govern d’Andorra, 1994.

Maluquer 1979 : MALUQUER (J.) – L’economia i les estrtuctures sòcio-polítiques del Neolític. In : SALVAT (J.) dir., Història de Catalunya, vol. 1, Barcelona, Salvat ed., 1979, p. 105-118.

Martín Vide 1992 : MARTÍN VIDE (J.) – “El Clima”. In : Geografia General dels Països Catalans, 1, Barcelona, Enciclopèdia Catalana, 1992, p. 1-110.

Martín, Vaquer 1995 : MARTÍN (A.), VAQUER (J.) – El poblament dels Pirineus a l’Holocè, del Mesolític a l’Edat del Bronze. In : BERTRANPETIT (J.), VIVES (E.) ed., Muntanyes i población. El passat dels Pirineus des d’una perspectiva multidisciplinària. I Simposi dels Pirineus, Andorra la Vella, Centre de Trobada de les Cultures Pirinenques, 1995, p. 35-73.

Maya 1977 : MAYA (J.L.) – Lérida prehistórica, Lleida, Dilagro S.A., 1977.

Miras et al. 2007 : MIRAS (Y.), EJARQUE (A.), RIERA (S.), PALET (J.M.), ORENGO, (H.), EUBA (I.) – Dynamique holocène de la végétation et occupation des Pyrénées andorranes depuis le Néolithique ancien, d’après l’analyse pollinique de la tourbière de Bosc dels Estanyons (2 180 m, Vall del Madriu, Andorre). Comptes rendus. Palévol, 6 (4), 2007, p. 291-300.

Montserrat 1992 : MONTSERRAT (J.M.) – Evolución glaciar y postglaciar del clima y la vegetación en la vertiente sur del Pirineo : Estudio Palinológico, Zaragoza, Instituto Pirenaico de Ecología - C.S.I.C., 1992.

Palet-Martinez et al. 2008 : PALET-MARTINEZ (J. M.), EJARQUE (A.), MIRAS (Y.), RIERA (S.), EUBA (I.), ORENGO (H.) – Formes d’ocupació d’alta muntanya a la vall de la Vansa (Serra del Cadí-alt Urgell) i a la valldel Madriu-Perafita-Claror (Andorra) : estudi diacrònic de paisatges cuturals pirinencs. Tribuna d’ arqueologia, 2006-2007, 2008, p. 229-253.

Pèlachs et al. 2007 : PÈLACHS (A.), SORIANO (J.M.), NADAL (J.), ESTEBAN (A.) – Holocene environmental history and human impact in the Pyrenees. Contributions to Science 3 (3), 2007, p. 423-431.

Pons 1994 : PONS (J.) – Territori i societat romana a Catalunya (dels inicis al Baix Imperi), Barcelona, Edicions 62, 1994.

Rapalino 2007 : RAPALINO (V.), MARIGAN (C.M.), GASSIOT (E.), FONT (J.), CAZANEUVE (X.), CASES (LL.), BRINGUÉ (J.M.), ADELL (J.A.) – Un passeig per la història de Llavorsí. Lleida, Ajuntament de Llavorsí i Pagès Editors, 2007.

Rendu 2003 : RENDU (C.) – La montagne d’Enveig, une estive pyrénéenne dans la longue durée. Canet, Trabucaire eds, 2003.

Ruiz Zapatero 1995 : RUIZ ZAPATERO (G.) – El poblamiento del primer milenio a.c. en los Pirineos. In : Muntanyes i población. El passat dels Pirineus des d’una perspectiva multidisciplinària. I Simposi dels Pirineus, 1995, p. 85-106.

Soler et al. 1995 : SOLER (A), DELGADO (J.), ARCOS (D.), CARDELLACH, (E.), AYORA (C.) – The diverse types of Au mineralization in the Pyrenees and their significace in the evolution of Hercynian orogen. In: PASAVA (J.), KRIBEK (B.), ZAK (K.) ed., Mineral Deposits: From their origin to environmental impacts, Rotterdam, Balkema, 1995, p. 71-74.

Notes

1 Il est intéressant, de ce point de vue, de souligner la présence d’outils sur éclats silex et d’autres matières tant dans des contextes d’époque romaine que médiévale, et même du xvie s.

2 Le qualificatif de site est difficile à appliquer, dans ces contextes marqués par l’absence de sites agglomérés, par un modèle diffus de peuplement et d’usage de l’espace, par une dispersion de petits vestiges d’activités humaines et, souvent, par un usage récurrent des mêmes emplacements. D’autres chercheurs, dans les Pyrénées, se sont heurtés au même problème (Palet-Martinez et al. 2006 ; Rendu 2003).

Auteurs

Ermengol Gassiot

Departament de Prehistoria, Facultat de Filosofia i Lletres – Edifici B, Universitat Autonoma de Barcelona

Albert Pèlachs

Departament de Geografia, Facultat de Filosofia i Lletres – Edifici B, Universitat Autonoma de Barcelona

Marie-Claude Bal

Departament de Geografia, Facultat de Filosofia i Lletres – Edifici B, Universitat Autonoma de Barcelona

Virginia Garcia

Departament de Prehistoria, Facultat de Filosofia i Lletres – Edifici B, Universitat Autonoma de Barcelona

Ramon Julià

Institute de Ciences de la Terra Jaume Almera, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas

Ramon Pérez

Departament de Biologia Animal, de Biologia Vegetal i d’Ecologia, Facultat de Ciències – Edifici C, Universitat Autonoma de Barcelona

David Rodríguez

Departament de Prehistoria, Facultat de Filosofia i Lletres – Edifici B, Universitat Autonoma de Barcelona

Anne-Charlotte Astrou

Université de Toulouse II-Le Mirail