Chapitre 4. Présentation de l’espace urbain et du territoire

Dimitar Nedev et Martin Gyulezev

Note de l’éditeur

Voir la Pl. 1 pour la localisation des sites.

  • 54 Lazarov 1974, p. 107-108, fig. 1-6 ; Lazarov 1993, p. 9 ; Angelova, Draganov, Dimitrov 1994 ; Draga (...)

1Les vestiges de l’antique Apollonia sont situés sur la péninsule de Skamni, sous l’actuel centre ancien de Sozopol. Sur cette péninsule et dans son voisinage immédiat, les témoignages d’occupation s’étalent sur plus de 6.000 ans, les premiers habitats apparaissant vers la fin du Chalcolithique et le début de l’âge du Bronze. Il s’agit de deux sites submergés, découverts dans le port de Sozopol à une profondeur de 5-6 m sous le niveau de la mer, qui ont fait l’objet de fouilles systématiques et d’un programme suivi de prospections géophysiques durant la période 1987-199554. Les résultats combinés de ces recherches ont montré qu’au moment de leur existence les habitats en question étaient installés dans un environnement paléolittoral fort différent de l’actuel : le site du Chalcolithique final était situé sur le rivage même de la mer, dans l’ancienne vallée (aujourd’hui submergée) de la rivière Patovska ; après son abandon suite à un incendie, la zone s’était progressivement transformée en lagune d’eau douce au cours des siècles suivants avant qu’une occupation palafitte ait repris place durant le Bronze ancien (Angelova, Draganov, Dimitrov 1994, p. 18-19 ; Draganov 1995, p. 234-235).

2Les derniers rapports parus sur l’exploration de ces sites font état également de la découverte sur le fond marin au Sud-Ouest, dans la zone de l’actuel port de plaisance, des restes d’un habitat de l’âge du Fer ancien (Angelova, Draganov, Dimitrov 1994, p. 19 ; Lazarov 2000, p. 28). Ce dernier est interprété à son tour comme un site submergé, détruit à la suite d’une montée du niveau de la mer. À la différence des sites mentionnés ci-dessus, il ne s’agit pas de vestiges qui sont en place, ce qui nous empêche pour l’instant d’accepter cette hypothèse. Néanmoins, une occupation de la période en question à l’extrémité méridionale de l’isthme sableux reliant la péninsule de Skamni au continent, à proximité de l’emplacement probable d’une source d’eau potable (Papaïoannidis 2004, p. 15 et 24), ne peut être exclue.

  • 55 Les fragments en question n’ont pas été publiés. Pour le matériel découvert lors du dragage du port (...)
  • 56 Voir Dimitrov 1987, p. 11, où il est fait état de la découverte, lors de travaux de construction da (...)

3Pour la même époque, il existe quelques indices concernant une occupation sur la péninsule proprement dite. Lors de fouilles réalisées en 1971 à son angle Sud-Est, près des fortifications de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, on a découvert dans la couche la plus profonde deux tasses en argile du Bronze récent (XVe-XIIe s. av. J.-C.) (Lazarov 1974, p. 109, et 2000, p. 28). En se basant sur cette découverte et la présence de fragments datés de la fin du IIe et du début du Ier millénaire av. J.-C. dans le matériel provenant du dragage du port de Sozopol en 192755, les auteurs du chapitre consacré aux habitats et fortifications thraces de la Strandja dans le premier volume des Mégalithes en Thrace ont formulé un peu plus tard l’hypothèse d’un établissement indigène à Skamni durant les quelques siècles précédant la colonisation grecque, selon le modèle attesté plus au Nord à Mésambria (Venedikov et al. 1976, p. 156 ; Venedikov 1980). Quelques découvertes ultérieures56, ainsi que les résultats des dernières recherches sur le site, montrent que cette hypothèse n’est pas dénuée de fondement. Des fragments céramiques au décor caractéristique du début de l’âge du Fer ont été mis au jour sous des niveaux archaïques (fin du VIIe/début du VIs. av. J.-C.) dans la partie Sud-Est de la péninsule, au n° 2 rue Milet – site « Krepostni steni i saorajeniya » –, ainsi que dans sa partie centrale – site « Antichen jilishten kompleks » (Nedev, Panayotova 2003, p. 95-96 ; Gyuzelev 2008, p. 119-120). Néanmoins, leur quantité restreinte ne permet pour l’instant d’avoir aucune certitude quant à l’intensité et au caractère de l’occupation de la péninsule durant cette période, ni d’ailleurs de comprendre le lien qui existait entre cet éventuel établissement et les vestiges découverts dans la zone du port de plaisance au Sud.

4Vers la fin du VIIe s. av. J.-C. s’installent à cet endroit les colons grecs fondateurs d’Apollonia, la plus ancienne apoikia de la côte Sud-Ouest du Pont-Euxin selon le Pseudo-Skymnos. Il s’agit vraisemblablement de groupes originaires de Milet et de plusieurs autres villes d’Ionie du Sud. Cet événement est bien établi par les sources écrites et les monuments épigraphiques, ainsi que par les résultats des recherches archéologiques conduites sur l’île de Sveti Kirik et dans le centre ancien de Sozopol (Nedev, Panayotova 2003, p. 96 ; Gyuzelev 2008, p. 120-122).

  • 57 Collignon 1905, p. 303 et 306 ; Škorpil 1930/1931, p. 81-82 ; Papaïoannidis 2004, p. 41 ; Blavatska (...)
  • 58 Dimitrov 1975b, p. 15-16 ; Dimitrov, Porojanov, Orachev 1982, p. 442 ; Lazarov 2000, p. 26-27 ; Opp (...)
  • 59 Seure 1924, p. 320-325 ; Venedikov 1948, p. 9 ; Mihailov 1970, p. 353-356, n° 388 bis ; Panayotova (...)

5La localisation du noyau primitif de la colonie ionienne, et celle du célèbre temple d’Apollon Iétros qui lui est souvent étroitement associée, sont l’objet d’importantes controverses qui durent maintenant depuis plus de 100 ans. À la base de ces discussions se trouve le passage de Strabon (VII, 6, 1) indiquant que la plus grande partie de la ville et le sanctuaire d’Apollon se trouvaient sur une petite île, ainsi que les interprétations du célèbre décret en l’honneur du navarque Hégésagoras découvert à Histria, mais provenant d’Apollonia. Le problème a déjà été examiné ci-dessus, dans le chapitre consacré à l’histoire et la topographie d’Apollonia. Nous nous bornerons ici à rappeler que la majorité des chercheurs semble s’accorder pour situer le temple abritant la statue colossale de Calamis sur l’actuelle île de Sveti Kirik, dans laquelle certains reconnaissent le premier établissement des colons grecs57, alors que d’autres considèrent qu’elle ne formait au début qu’une partie de la péninsule de Skamni, dont elle aurait été séparée par une montée du niveau marin vers la fin de l’époque hellénistique58, hypothèse contredite par le résultat des récentes recherches géomorphologiques (voir le chapitre précédent). Il existe d’autre part un groupe non négligeable de spécialistes qui, en suivant les indications de G. Seure, suppose que l’île de Sveti Kirik n’a eu qu’un usage strictement funéraire et que la ville antique s’est toujours développée sur la péninsule de Skamni, qui devait abriter également le temple d’Apollon59.

6Pour le moment, les arguments archéologiques permettant d’étayer l’une ou l’autre de ces hypothèses sont assez rares. En ce qui concerne l’île de Sveti Kirik, les fouilles du consul Degrand en 1904 (Collignon 1905, p. 303-306 ; Seure 1924, p. 320-322 et 344-349) et les découvertes faites à l’occasion de la construction du bâtiment de l’ancienne École de pêche en 1924 (Mikov 1925, p. 236-239 ; Škorpil 1930/1931, p. 82), bien qu’ayant livré un matériel fort intéressant remontant aux premières décennies de l’existence de la colonie ionienne, n’ont pas réussi à résoudre le problème de l’utilisation de cet espace dans l’Antiquité.

Fig. 14. Vestiges architecturaux d’époque hellénistique

Fig. 14. Vestiges architecturaux d’époque hellénistique

Rue Milet n° 16 (UPI XI-XII-515).

Photo D. Nedev.

  • 60 Voir Pandaleev 1928-29, p. 328 ; Galabov 1952, p. 102-117 ; Galabov 1965 ; Panayotova 1994.
  • 61 On notera ainsi, avant le début des travaux dont il sera question plus loin, une seule publication (...)

Les riches trouvailles du dragage du port de Sozopol en 1927 posent également d’importants problèmes d’interprétation60. Il reste à espérer que les nouvelles fouilles débutées il y a quelques mois à peine par K. Panayotova sur la partie la plus élevée de l’île, à proximité immédiate du bâtiment de l’ancienne École de pêche, permettront d’apporter des éléments de réponse supplémentaires. Cependant, dans l’attente de la publication des premiers résultats, les informations les plus récentes dont nous disposons proviennent de la péninsule. Entièrement recouverte par le centre ancien de Sozopol (datant pour l’essentiel de la fin de l’époque ottomane), celle-ci est restée pendant très longtemps à l’écart des recherches archéologiques61, avant que la restitution des biens nationalisés par le régime communiste et les travaux de construction durant ces quinze dernières années aient fourni l’occasion tant attendue d’étudier un nombre important de parcelles et d’effectuer des observations importantes sur l’urbanisme et l’architecture de la ville antique.

Fig. 15. Fosses d’époque archaïque

Fig. 15. Fosses d’époque archaïque

Rue Sveti Kiril i Metody n° 36.

Photo D. Nedev.

Bien que la localisation du temple d’Apollon Iétros reste toujours problématique, les récentes fouilles de sauvetage ont confirmé que, dès la fin du VIIe s. av. J.-C., Skamni était déjà pleinement intégrée au noyau urbain de la cité, rejetant ainsi l’hypothèse d’un établissement initial des colons grecs sur l’île qui ne se serait étendu que dans un second temps à la péninsule. C’est à la présentation de ces données que nous consacrons les lignes suivantes.

  • 62 Drajeva, Nedev 1994a et b ; Drajeva, Nedev 1995 ; Drajeva, Nedev 1996, p. 54 ; Drajeva, Nedev 2005  (...)

7Les principales étapes de l’occupation de la péninsule au cours de l’époque archaïque peuvent être retracées d’après la diffusion et la concentration des céramiques archaïques. Il convient de signaler que les fouilles récentes à Skamni ont livré l’ensemble le plus vaste et le plus varié de céramiques de cette époque, qui dépasse toutes les découvertes effectuées précédemment sur l’île de Sveti Kirik ou dans le port de Sozopol (Nedev, Giuzelev, sous presse ; Nedev, Panayotova 2003, p. 99). Toutefois, la répartition de ce matériel sur la surface de la péninsule n’est pas uniforme. On note une forte densité dans les parties sud-orientale et centrale, sur les sites dits « Antichen jilishten kompleks », « Starata obshtina » (n° 17 rue Sveti Kiril i Metodiy), « Krepostni steni i saorajeniya » (n° 2 rue Milet), « UPI XI-XII-515 » (n° 16 rue Milet) (fig. 14), « Maison Sumilev » (n° 36 rue Milet), restaurant Orfey (n° 34 rue Sveti Kiril i Metodiy), « Starata darvodelna » (n° 46 rue Sveti Kiril i Metodiy), ainsi que sur le site situé au n° 36 rue Sveti Kiril i Metodiy (fig. 15)62. Dans la partie septentrionale de la péninsule, où la densité est moindre, des fragments de cette époque sont attestés sur les deux sites dits « Morski skali » (n° 27 et 29 rue Morski skali). Enfin, un nombre bien inférieur de céramiques archaïques a été découvert à l’Ouest de l’axe central de la péninsule. Ces différences dans l’intensité d’occupation restent pour l’instant difficiles à expliquer, mais sont probablement dues aux conditions climatiques moins favorables sur les faces Ouest et Nord de Skamni.

8En règle générale, le matériel archaïque provient de couches perturbées ou de fosses de rebuts creusées dans le substrat rocheux. C’est le cas tout particulièrement pour la partie Ouest de la péninsule. Dans quelques cas seulement, des restes d’habitations ont pu être dégagés, sans qu’il ait été possible de fixer leur plan d’ensemble. Il a tout de même été établi qu’elles étaient construites en briques crues sur un socle de pierres et qu’elles suivaient une orientation générale Nord-Sud. Leur couverture était probablement constituée de tuiles (Nedev, Panayotova 2003, p. 99 ; Gyuzelev 2007, p. 274).

9La répartition chronologique des trouvailles confirme les observations faites précédemment au sujet de la céramique archaïque découverte à Apollonia (Nedev, Giuzelev, sous presse). Les fragments les plus anciens appartiennent à des productions de la Grèce de l’Est : des vases de la deuxième phase du style moyen des Chèvres sauvages (Middle Wild Goat Style II) et des bols à oiseaux qui sont datés de la fin du VIIe s. av. J.-C. Les importations de Grèce de l’Est se poursuivent tout au long du siècle suivant avec le style tardif des Chèvres sauvages et le style de Fikellura. Les productions attiques à figures noires apparaissent dès la première moitié du VIe s. av. J.-C. et deviennent progressivement dominantes dans le courant de la deuxième moitié de ce même siècle. Les importations corinthiennes sont rares et limitées essentiellement à la première moitié du VIe s. av. J.-C.

  • 63 Dimitrov 1987, p. 29 ; Nedev, Panayotova 2003, p. 101-102 ; Gyuzelev 2008, p. 124-125. Les vestiges (...)

10Durant l’époque classique et hellénistique, l’établissement grec de Skamni possédait tous les éléments qui le caractérisent comme un noyau urbain (asty). Il était probablement protégé par un mur barrant l’isthme. Enée le Tacticien (20, 4) mentionne l’importante fortification et la porte de la ville d’Apollonia. Bien que ce témoignage ne soit pas confirmé par les données archéologiques, il est généralement accepté que le rempart entourait la plus grande partie de la péninsule et que la porte mentionnée par Enée se trouvait à proximité du port, lequel avait une grande importance dans la vie économique de la cité63.

11Dans l’asty étaient concentrés tous les bâtiments publics. Les recherches archéologiques n’ont pas donné jusqu’à présent d’indications sur la localisation de l’acropole et de l’agora d’Apollonia, mais elles ont enrichi nos connaissances sur les édifices de culte. Les vestiges d’un sanctuaire sont attestés sur le site « Starata Darvodelna » ; il était lié au culte de l’Aphrodite Syrienne, comme le montre le graffite Ζάμοι ἀνέθηκεν ʼΑφροδίτηι Συρίηι sur le fond d’un skyphos attique à vernis noir retrouvé dans la pièce septentrionale, avec d’autres vases du troisième quart du Ve s. (Nedev, Panayotova 2003, p. 102 ; Gyuzelev 2008, p. 125-126). Le bâtiment n’a pu être que partiellement exploré, car il a été incorporé dans le rempart de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge, mais les restes de deux pièces orientées N.-E./S.-O. dans l’axe longitudinal ont été dégagés. Contre la face interne du mur Ouest de la pièce septentrionale ont été découvertes trois plates-formes rituelles, dont deux présentaient des traces de feu à leur base ; une quatrième plate-forme, de plus grandes dimensions et construite en pierres taillées sur un socle de moellons, se trouvait dans la pièce méridionale contre un mur de séparation. Celle-ci était malheureusement recoupée par le rempart médiéval et ses dimensions précises n’ont pu être établies. Les pièces conservées étaient recouvertes à leur tour par un bâtiment hellénistique (IIIe-IIe s. av. J.-C.), qui fournit un terminus ante quem assuré pour la période de fonctionnement du sanctuaire. La largeur des fondations et la grande dimension des blocs utilisés pour la construction témoignent du caractère monumental de cet édifice de culte, mais rien de plus précis ne peut être dit au sujet de son plan d’ensemble.

12Un autre sanctuaire a été localisé à l’extrémité méridionale de la première terrasse rocheuse qui se trouve au contact avec l’isthme (Nedev, Panayotova 2003, p. 121-122 ; Gyuzelev 2008, p. 126). Ses vestiges étaient situés juste au-dessus du substrat, entre le rempart de l’Antiquité tardive et celui du Moyen Âge qui à cet endroit sont distincts. Une pièce à exèdre avec une entrée peu profonde qui permettait d’y accéder depuis le Sud a été dégagée. Au Sud de cette dernière ont été découvertes les fondations d’un autel construit en blocs de taille moyenne avec un emplecton constitué de mœllons non appareillés. À proximité a été mise au jour une base de statue portant l’inscription ʼΑρτεμίδωρος ʽΕκάτηι. Le texte a un caractère votif, comme l’indique le nom au datif de la déesse Hécate. Le nom propre Artemidôros est théophore et doit probablement être mis en relation avec le syncrétisme des cultes d’Artémis et Hécate (Mihailov 1972, p. 229). L’espace sacré était limité à l’Ouest par un mur d’enceinte d’une longueur conservée de 18,50 m. Les objets découverts dans la pièce à exèdre et autour de l’autel datent approximativement de la fin du IIIe ou du IIe s. av. J.-C. ; on notera, parmi eux, un médaillon à l’effigie d’Artémis, un kernos zoomorphe et des jetons en argile. La situation du sanctuaire à la périphérie méridionale de la ville s’explique par les fonctions d’Hécate comme protectrice des voyageurs ou son rôle chthonien, étant donné la proximité de la nécropole hellénistique.

  • 64 Nedev, Panayotova 2003, p. 122. Voir également Drajeva, Nedev 1994a, 1995, 1996 et 2003, p. 107-108

13Un troisième sanctuaire, datant également de l’époque hellénistique (2e moitié du IIIe s.), a été découvert au Nord de l’église Sveti Georgi (Saint-Georges), lors des fouilles du site « Antichen jilishten kompleks » (Nedev, Panayotova 2003, p. 122). En l’absence d’inscriptions permettant de l’identifier, il ne peut être lié à un culte précis. Il s’agit d’un édifice orienté Nord-Sud, composé d’une seule pièce précédée d’une petite antichambre sur son flanc méridional, dans laquelle avait été aménagée l’entrée. Les spécificités du plan et le grand nombre de terres cuites découvertes dans le comblement intérieur permettent de l’identifier comme un lieu de culte, probablement un sanctuaire domestique qui desservait l’ensemble résidentiel contemporain qui a été étudié à proximité64.

14En plus de ces découvertes, les documents épigraphiques nous renseignent sur la présence d’autres cultes dans la ville. Ainsi, une inscription datée du Ve ou du IVe s. av. J.-C. mentionne l’existence d’un megaron de la déesse chthonienne Gaia (Kalinka 1905, col. 337, n° 441 ; Mihailov 1970, p. 365-366, n° 398). Deux inscriptions plus tardives témoignent de l’existence d’organisations religieuses liées au culte et aux fêtes de Dionysos. La première d’entre elles représente une liste des membres du thiase du dieu, avec leurs fonctions (Mihailov 1970, p. 370-372, n° 401). La deuxième – le décret en l’honneur du navarque histrien Hégésagoras de la première moitié du IIe s. av. J.-C. – est d’une importance particulière pour l’étude de l’organisation sociale, politique et religieuse d’Apollonia (voir ci-dessus). Le fait même que le navarque soit honoré par les plus hauts magistrats de la cité lors des Dionysies témoigne du rôle très important joué par ce culte à Apollonia.

15Parallèlement aux édifices de culte, les fouilles de sauvetage sur la péninsule de Skamni ont permis de révéler les restes de quelques bâtiments, dont le caractère monumental permet de supposer un usage public ou commercial. Un de ces édifices, datant de l’époque classique, a été découvert récemment au Sud de l’église Saint-Georges lors des fouilles du site « Starata obshtina » (Gyuzelev 2007, p. 275) (fig. 16). Il a malheureusement été en grande partie détruit par une maison hellénistique de la fin du IIIe ou du début du IIe s. av. J.-C. qui s’est installée sur ses vestiges. Les restes architecturaux comprennent un mur dont la façade est tournée au Sud-Est, construit en appareil régulier et associé à une plate-forme rectangulaire du côté Est. Onze éléments architecturaux appartenant à une corniche, un fragment de décret et un relief votif donnent une indication sur la probable fonction publique de l’édifice.

16Un autre ensemble monumental, comprenant une vaste citerne de plan polygonal, creusée à une profondeur de 3,5 m dans le substrat rocheux, et les restes d’un bâtiment qui lui était associé à l’Ouest, a été mis au jour au n° 35 rue Sveti Kiril i Metodiy (Drajeva, Nedev 1995 ; Nedev, Panayotova 2003, p. 104 ; Gyuzelev 2008, p. 127). L’analyse quantitative des trouvailles a permis d’identifier quelque 2.000 vases, dont la plupart proviennent d’un ensemble clos (le remplissage de la citerne) qui peut être daté des années 380-330 av. J.-C. par une soixantaine de timbres amphoriques héracléotes et thasiens. Les fragments de vases à figures rouges sont d’une grande valeur artistique : on a répertorié des cratères, des lékanides, des askoi, un grand skyphos décoré de scènes du banquet d’Héraclès, un cratérisque, ainsi que plusieurs coupes-skyphoi appartenant à la production de l’atelier du « Peintre Q ». Le site est interprété par D. Nedev comme un bâtiment à vocation commerciale ou économique.

17À proximité immédiate, au n° 34 rue Sveti Kiril i Metodiy, un ensemble similaire datant de l’époque hellénistique (fin du IIIe ou première moitié du IIe s. av. J.-C.) a été dégagé lors de sondages dans la cour du restaurant « Orfey » (Orphée) (Nedev, Panayotova 2003, p. 122 ; Gyuzelev 2008, p. 127). Ici encore, l’élément le mieux conservé était un puits de dimensions 2,45 x 2,5 m et d’une profondeur de 4,5 m. Il était construit en grands blocs de grès sans mortier et entièrement recouvert de deux couches d’enduit hydraulique à l’intérieur et au fond. Le remplissage comportait une grande quantité de tuiles (kalypters) à décor plastique, des antéfixes, des simas, des fragments d’une corniche en terre cuite à décor polychrome, ainsi que trois chapiteaux doriques. Ce puits a été interprété par D. Nedev comme un élément de fontaine ou de nymphée.

18Dans l’espace de la péninsule a été localisé un certain nombre de maisons, à péristyle ou à pastas, construites sur une surface réduite (Nedev, Panayotova 2003, p. 106). Leurs fondations étaient établies sur un socle en pierres d’une largeur moyenne de 50 à 80 cm. L’élévation était en briques crues avec une armature en bois, le tout enduit d’argile ; le toit était probablement à double pente. L’état de conservation des murs ne permet pas de procéder à des reconstitutions précises des élévations, mais les fragments de tuiles de type laconien et corinthien découverts dans le remblai donnent des indications sur la couverture. Les nombreux objets découverts attestent la répartition interne des pièces en espaces à fonction économique ou domestique, auxquels s’ajoutaient parfois d’autres aménagements, telles des citernes ou des canalisations. En règle générale, il manque les éléments architecturaux permettant de supposer une dimension monumentale pour ces habitations.

Fig. 16. Vestiges d’un bâtiment public d’époque classique

Fig. 16. Vestiges d’un bâtiment public d’époque classique

Site « Starata obshtina (Ancienne mairie) »,rue Sveti Kiril i Metody n° 17.

Photo D. Nedev.

19Les vestiges étudiés dans les différents secteurs du noyau urbain d’Apollonia montrent une grande densité d’occupation et de construction sur toute la surface disponible. L’urbanisme est soumis à des principes uniformisés pour l’orientation des édifices, en fonction des conditions topographiques. Cette tendance, perceptible dès la première moitié du VIe s., est attestée jusqu’à la fin de l’Antiquité (Nedev, Panayotova 2003, p. 104).

20Une part importante des témoignages sur l’urbanisme d’Apollonia nous est fournie par le système d’approvisionnement en eau. Sa mise en place a été effectuée en fonction des conditions spécifiques de la péninsule de Skamni, où la pénurie d’eau se faisait encore sentir jusqu’à une époque très récente. Le système était basé sur la construction d’un réseau de citernes creusées dans le substrat rocheux et revêtues dans la plupart des cas d’une maçonnerie en pierre. Elles étaient disposées le long de l’axe central de la péninsule, où le terrain est le plus élevé, ainsi que sur les terrasses côtières plus basses au Sud, au Sud-Est et à l’Ouest. Leur fonction était de récolter et de conserver l’eau de pluie. Le puits découvert dans la cour du restaurant Orphée (n° 34 rue Sveti Kiril i Metodiy) et celui connu depuis de longues années sur l’île de Sveti Kirik (Filov 1912-1913 ; Seure 1924, p. 321) constituent les seuls aménagements alimentés par des eaux souterraines. Les citernes étaient souvent situées dans la cour des maisons. Au n° 35 de la rue Saints Cyrille et Méthode a été mis au jour le plus important aménagement de ce type, d’une capacité de 100 m3, situé au Nord-Ouest du tracé probable d’une rue antique.

Fig. 17. Vestiges d’un complexe de production céramique

Fig. 17. Vestiges d’un complexe de production céramique

Site « Morski Skali (Roches marines) », rue Morski skali n° 27-29.

Photo D. Nedev.

  • 65 Concernant cette source, qui était un lieu de promenade privilégié pour les habitants de Sozopol au (...)

21Un autre élément important du système d’approvisionnement en eau de la ville est la canalisation en terre cuite (datée entre la fin du Ve s. et le début du troisième quart du IVe s. av. J.-C.) découverte lors des fouilles de la nécropole classique et hellénistique au lieu-dit Kalfata, qui part de la baie de Rayski zaliv et longe la plage de Harmanité. Elle était destinée à apporter de l’eau depuis une source à haut débit située à 1,5 km de la ville65.

22Les dernières recherches en milieu urbain apportent également des données sur la vie artisanale de la population. Dans la partie septentrionale de la péninsule – sites « Morski skali » (fig. 17) et « Vyatarna melnitsa » – ont été mis au jour les vestiges de deux fours de potiers (Drajeva, Nedev 1994a ; Nedev, Panayotova 2003, p. 105 ; Gyuzelev 2008, p. 127-128). Les trouvailles provenant de l’intérieur de ces structures – restes d’enduit rubéfié et de sole, fragments de vases à vernis noir et de productions communes – permettent de les dater de la deuxième moitié du IVe s. av. J.-C. Nous pouvons donc supposer qu’un quartier d’artisans, aux limites encore incertaines, avait existé dans cette partie de la ville.

23Les larges accumulations de scories que l’on a retrouvées à divers endroits lors des fouilles de sauvetage témoignent par ailleurs d’une production métallurgique développée à Apollonia : il s’agit principalement de scories de bronze que l’on trouve surtout dans les couches des VIe-IVe s. av. J.-C. (Nedev, Panayotova 2003, p. 106 ; Drajeva, Nedev 2003, p. 107 ; Gyuzelev 2007, p. 274). De même, les restes de deux fours métallurgiques ont été découverts en 2006 lors de fouilles dans la parcelle UPI 226, carré 18 (Nedev, Drajeva 2007, p. 358). Un seul de ces fours était relativement bien conservé. Il avait une forme tronconique, était enduit d’argile à l’intérieur et revêtu de moellons à l’extérieur. Le praefurnium était situé au Nord-Est. Les deux structures peuvent être datées du troisième quart du VIe s. av. J.-C. La production métallurgique à Apollonia était probablement destinée essentiellement à l’exportation, car ni les fouilles sur la péninsule de Skamni, ni celles des différentes nécropoles de la cité antique n’ont livré jusqu’à présent des quantités significatives d’objets en bronze.

  • 66 Pour un aperçu détaillé de l’évolution du territoire d’Apollonia, se reporter en particulier au cha (...)

24Un processus d’appropriation des territoires extra-urbains se développe parallèlement au développement urbain. La chôra d’Apollonia connaît à chaque période une dynamique de développement particulière66. Durant l’époque archaïque ses limites probables sont, au Nord, la péninsule d’Atiya et, au Sud, la baie de Kavatsité. La découverte d’une statue archaïque et d’un important trésor de monnaies-pointes de flèches (Pandaleev 1928-1929, p. 328 ; Galabov 1952, p. 93-102), étayée par la tradition littéraire, témoigne de l’intérêt d’Apollonia pour la péninsule d’Atiya qui devait lui procurer l’accès aux riches gisements de cuivre des collines de Rosen bair et Medni Rid. La cité devait contrôler également l’ensemble du réseau portuaire entre la baie de Sozopol et celle d’Atiya, au sein duquel le port d’Atiya devait avoir une importance particulière. La zone d’activité commerciale la plus ancienne entre les Thraces et les Grecs semble avoir été la région des lacs de Bourgas, dotée de terres fertiles et de riches gisements miniers. La céramique archaïque provenant des fosses rituelles découvertes au lieu-dit Kostadin Tchechma, près du village de Debelt, souligne le rôle du lac de Mandra, accessible par le cap Phoros (Balabanov 1986, p. 222-223 et 228-230 ; Balabanov 1999).

25Le remarquable développement économique d’Apollonia à l’époque classique s’exprime par la mise en place définitive du territoire de la cité. La ville élargit son activité commerciale vers le Nord, dans la région des lacs de Bourgas qu’elle contrôle désormais, comme en témoignent les découvertes d’un habitat antique situé au lieu-dit « Sladkite kladentsi », dans l’actuel quartier « Pobeda » de Bourgas (Galabov 1950b ; Balabanov, Drajeva 1985). Cette prospérité économique et le contrôle des routes maritimes dans ce secteur du Pont-Euxin aboutissent à la création d’un nouveau territoire côtier, dont les limites atteignent au Nord l’établissement d’Anchialos (sur la péninsule de Pomorié), qui a probablement été fondé à cette époque. Au voisinage de ce dernier, au lieu-dit Gerena, a été mis au jour du matériel d’époque classique (Stoyanov 1993). D’après Strabon (VII, 6, 1), le territoire de la cité s’étendait au Nord jusqu’à Anchialos et au Sud jusqu’au cap Thynias. La prospérité d’Apollonia a eu une influence positive sur les habitats thraces situés dans son territoire et à ses franges, sur les sommets des collines de Meden Rid. La cité dispose alors de nouvelles zones de contact au Sud, dans la région de la lagune d’Alepou et de Malkoto Kale, dans celle de l’embouchure du Ropotamo et le long de la frange littorale qui s’étend au Sud de la péninsule de Buruna. Dans l’ensemble de ces zones, on voit se multiplier au IVe s. av. J.-C. les trouvailles de céramique grecque importée et de tuiles timbrées produites à Apollonia.

26Durant l’époque hellénistique, on ne note pas de changements essentiels dans la structure de la cité : Apollonia protège bien son intégrité territoriale, comme en témoigne la guerre avec Mésambria, mentionnée dans le décret en l’honneur d’Hégésagoras découvert à Histria. Pour cette période, on dispose de quelques données nous renseignant sur la présence de structures extra-urbaines dans le territoire d’Apollonia, grâce à un décret du IIIe ou du IIe s. av. J.-C. mis au jour sur l’île de Sveti Kirik, qui fait état des relations entre Apollonia et le gouverneur thrace Kotys, fils de Taroulas (Mihailov 1970, p. 397, n° 469bis).

27Apollonia garde son rôle dominant sur la côte occidentale de la mer Noire jusqu’aux premières décennies du Ier s. av. J.-C., quand elle est conquise et détruite par les Romains.

Notes

54 Lazarov 1974, p. 107-108, fig. 1-6 ; Lazarov 1993, p. 9 ; Angelova, Draganov, Dimitrov 1994 ; Draganov 1995, p. 233-239 ; Angelova, Draganov 2003, p. 20-22.

55 Les fragments en question n’ont pas été publiés. Pour le matériel découvert lors du dragage du port, voir les références ci-dessous.

56 Voir Dimitrov 1987, p. 11, où il est fait état de la découverte, lors de travaux de construction dans le centre ancien de Sozopol, d’un vase décoré de mamelons (« Buckelkeramik ») et d’une tasse à une anse du type connu à Troie VIIb2.

57 Collignon 1905, p. 303 et 306 ; Škorpil 1930/1931, p. 81-82 ; Papaïoannidis 2004, p. 41 ; Blavatskaya 1952, p. 26-27 ; Frel 1960, p. 251 ; Robert 1961, p. 191-192.

58 Dimitrov 1975b, p. 15-16 ; Dimitrov, Porojanov, Orachev 1982, p. 442 ; Lazarov 2000, p. 26-27 ; Oppermann 2004, p. 29 ; Gyuzelev 2008, p. 60-61.

59 Seure 1924, p. 320-325 ; Venedikov 1948, p. 9 ; Mihailov 1970, p. 353-356, n° 388 bis ; Panayotova 1994, p. 126-129.

60 Voir Pandaleev 1928-29, p. 328 ; Galabov 1952, p. 102-117 ; Galabov 1965 ; Panayotova 1994.

61 On notera ainsi, avant le début des travaux dont il sera question plus loin, une seule publication consacrée à une oenochoé du style des Chèvres sauvages découverte par hasard lors du creusement d’un canal dans le centre ancien de Sozopol (Dimitrov 1975a).

62 Drajeva, Nedev 1994a et b ; Drajeva, Nedev 1995 ; Drajeva, Nedev 1996, p. 54 ; Drajeva, Nedev 2005 ; Nedev 2006, p. 241 ; Gyuzelev 2007, p. 274-275 ; Nedev, Gospodinov 2007, p. 354 ; Nedev, Drajeva 2007, p. 357-358.

63 Dimitrov 1987, p. 29 ; Nedev, Panayotova 2003, p. 101-102 ; Gyuzelev 2008, p. 124-125. Les vestiges de remparts conservés à la périphérie Sud-Est de la péninsule datent de l’époque protobyzantine (fin du V e ou début du VIe s. ap. J.-C.), ils ont été remaniés au Moyen Âge (XIIe-XIV e s.) : voir Drajeva, Nedev 1994b ; Nedev, Gospodinov 2007, p. 353 ; Nedev 2007, p. 356.

64 Nedev, Panayotova 2003, p. 122. Voir également Drajeva, Nedev 1994a, 1995, 1996 et 2003, p. 107-108.

65 Concernant cette source, qui était un lieu de promenade privilégié pour les habitants de Sozopol au début du XXe s., voir Papaioannidis 2004, p. 23-24.

66 Pour un aperçu détaillé de l’évolution du territoire d’Apollonia, se reporter en particulier au chapitre de M. Gyuzelev dans Nedev, Panayotova 2003, p. 107-119. Pour un inventaire complet et un commentaire des sites archéologiques qui y ont été repérés, voir Gyuzelev 2008, p. 95-119 et 142-150.

Auteurs

Dimitar Nedev

Martin Gyulezev