Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apollonia du Pont (Sozopol)

 | 
Antoine Hermary

Première partie. La topographie d’Apollonia et la nécropole de Kalfata

Chapitre 2. Histoire de la recherche archéologique à Apollonia

Krastina Panayotova

Texte intégral

1Bien que le nom d’Apollonia Pontique apparaisse souvent dans les sources antiques, les témoignages des auteurs anciens sur cette ville s’avèrent assez laconiques. Ils concernent essentiellement la fondation et le caractère ethnique de l’apoikia. Les études archéologiques de la ville et de ses nécropoles fournissent, en fait, l’essentiel des informations dont nous disposons sur le développement de la plus ancienne colonie grecque du littoral bulgare de la mer Noire.

  • 39 Teplyakov 1833, p. VIII ; Vajarova 1960, p. 59.

2L’intérêt envers les antiquités de la colonie milésienne d’Apollonia remonte à l’époque de la guerre russo-turque de 1828-1829. Durant ces événements, le poète et voyageur russe V. Teplyakov a visité Sozopol et acquis « deux vases de terre de grosseur moyenne » qu’il a envoyés au musée d’Odessa39. Il rapporte que les vases faisaient partie du mobilier d’une tombe à ciste découverte par les soldats russes à l’occasion de travaux exécutés sur les redoutes qui occupaient les hauteurs à proximité de la ville. Il a également assisté à la découverte dans cette même zone de deux tombeaux voûtés en briques, sans doute romains, qui ont livré des ossements humains, des unguentaria en verre et des objets en argile dont nous n’avons pas la description.

3K. Jireček, qui s’est rendu dans la ville en 1884, nous apprend que des chercheurs de trésors sont tombés sur la nécropole d’Apollonia, qu’il situe à trois quarts d’heure de route au Sud-Est de la ville (Jireček 1886, p. 165). Plusieurs amphores timbrées, des fragments de vases à vernis noir et de fabrication locale, d’un vase en bronze et d’un autre en verre, des lampes et des restes d’une couronne funéraire ont été découverts à cette occasion. Il est fort probable que ces activités ont eu lieu dans le secteur exploré l’année suivante par le consul grec P. Goffas.

  • 40 Seure 1924, p. 328-330. Ces renseignements étaient contenus dans les rapports qui lui ont été adres (...)
  • 41 Škorpil 1891, p. 125-126, et 1999, p. 48, qui situent ces travaux sur le cap Baglar Alti, qui n’est (...)
  • 42 Il semble que plusieurs vases provenant d’Apollonia, qui se trouvent aujourd’hui dans de grands mus (...)

4Les fouilles de Goffas sur le cap Kolokita en 1885 marquent le début de l’exploration archéologique des nécropoles de l’antique colonie milésienne. Elles ont concerné quatre tumuli qui semblent avoir livré plusieurs sépultures et un riche mobilier datant du IVe s. av. J.-C. Malheureusement, le consul grec n’a laissé aucun témoignage écrit de ses travaux, qui ne nous sont connus que par quelques renseignements transmis quarante ans plus tard par l’archéologue français G. Seure40 et les indications sommaires des frères Škorpil qui ont visité l’emplacement des fouilles en 188941. Les objets découverts ont été dispersés ou vendus à l’étranger42.

5La découverte fortuite en 1895 du relief funéraire en marbre de Deinès, fils d’Anaxandros, daté du début du Ve s. av. J.-C. (Dobruski 1896, p. 430-432, fig. 4, et ci-dessus p. 14), a donné une nouvelle impulsion à l’intérêt pour les antiquités d’Apollonia. En 1904, le consul de France à Plovdiv, A. Degrand, a exploré une quinzaine de tumuli sur le cap Kolokita, ainsi que dans le secteur de la baie de Kavatsité, aux lieux-dits Mapité, Sinetudes, Draku Saya, Kara Agach (fig. 6). Les sépultures découvertes ne sont pas nombreuses, mais appartiennent à des types variés qui peuvent être datés par leur mobilier des IVe-IIIe s. av. J.-C. En parallèle à ces travaux, Degrand a effectué également plusieurs sondages sur l’île de Sveti Kirik, afin de localiser le célèbre sanctuaire d’Apollon Iétros mentionné par les sources anciennes. Ses recherches ont fait l’objet d’une analyse détaillée par G. Seure, qui a pu utiliser les rapports que le consul lui avait personnellement adressés (Collignon 1905 ; Seure 1924, p. 328-341). Une partie du matériel provenant de ces fouilles a été transporté au Louvre et plus tard publié par J. Frel (1960, p. 239-251). Le reste est conservé au Musée National d’Archéologie de Sofia. Certaines trouvailles ont été répertoriées dans la monographie de D. Robinson sur les figurines en terre cuite d’Olynthe (Robinson 1952, p. 27-30) et le catalogue des terres cuites du Louvre (Mollard-Besques 1954, p. 41-42, pl. XXX).

Fig. 6. Croquis de la région de Sozopol

Fig. 6. Croquis de la région de Sozopol

Avec l’emplacement des nécropoles tumulaires (Degrand 1904).

Reproduit d’après Seure 1924, fig. 87.

  • 43 Seure 1924, p. 341-344. Une erreur de date peut être corrigée grâce à une lettre de Chahovskoy publ (...)
  • 44 Cf. Reho 1992, p. 39, n° 39 et p. 104, nos 237-239. Cependant, ces vases ne figurent pas parmi les (...)

6Un peu plus tard dans la même année, le prince B. Chahovskoy, consul de Russie à Bourgas, a fouillé cinq tumuli sur les collines de Sveti Iliya et Sveta Marina, où il a dégagé six sépultures attribuables au IVe s. av. J.-C. et à l’époque romaine. Dans ce cas encore, les seules données dont nous disposons nous sont fournies par G. Seure43, qui s’est servi d’un rapport sommaire et de quelques croquis que l’assistant de Chahovskoy, A. Tacchella, lui avait envoyés. Le devenir des objets découverts est incertain : quelques-uns sont probablement entrés dans les fonds du Musée National d’Archéologie de Sofia44, mais les plus intéressants semblent avoir été exportés et vendus à l’étranger.

  • 45 Filov 1912-1913. Cf. aussi Seure 1924, p. 343 : tumulus IV.

7En 1911, en guise de préparation à des travaux qui n’ont jamais eu lieu, B. Filov a effectué de petits sondages sur les tumuli de Sveti Iliya et Sveta Marina, dans la zone explorée auparavant par le prince Chahovskoy45. Ces sondages n’ont pas donné de résultats significatifs, si ce n’est la découverte dans un tumulus de Sveti Iliya d’une tombe à ciste (probablement hellénistique) qui a livré une petite « bouteille » en argile et des éléments en terre cuite provenant sans doute d’une couronne funéraire.

8En 1924, à l’occasion de la construction du bâtiment de l’École de pêche, V. Mikov a eu l’opportunité de faire des fouilles de sauvetage sur l’île de Sveti Kirik (Mikov 1925). Il a dégagé des restes d’édifices de l’Antiquité tardive, quelques tombes de date incertaine, des fragments de céramique de différentes époques, des monnaies en bronze, etc. L’auteur a également publié, avec les résultats de ses recherches, quelques inscriptions inédites de Sozopol.

9Trois ans plus tard, en 1927, le dragage du port de Sozopol a livré un riche ensemble de vases, stèles et autres objets, dont l’origine, la date et la fonction sont extrêmement variées (Pandaleev 1928-1929, p. 328). Les vases de la période pré-romaine, publiés par I. Galabov (1952, p. 102-117, et 1965), présentent les caractéristiques d’un mobilier funéraire, posant en retour la question de l’existence éventuelle d’une partie des nécropoles d’Apollonia dans ce secteur (Panayotova 1994, p. 126-129).

10Lors de la construction d’une route le long de la rive Sud-Est de l’île de Sveti Kirik, on a découvert en 1935 « quelques tombes antiques construites en plaques de pierre ». Dans une de ces tombes a été mise au jour une petite tête en marbre blanc d’époque archaïque (Gerasimov 1938 ; Mansova 1972).

11H. Danov a indiqué la découverte, au mois de mars 1937, d’une tombe au lieu-dit Kavatsité, le long de la baie du même nom, au Sud de Sozopol (Danov 1937). La sépulture proprement dite a été détruite, mais quelques objets de son mobilier ont été conservés et plus tard transmis au musée de Bourgas. Il s’agit d’un lécythe à figures rouges, de trois lécythes à palmette et d’un miroir en bronze qui permettent de proposer une date dans la première moitié du IVe s. av. J.-C. (cf. Reho 1990, p. 138-139, nos 395-398). Dans le même secteur, à l’emplacement d’une carrière de sable, ont été découverts à diverses occasions de nombreux vases, ainsi que des tombes à ciste datant de l’époque hellénistique. Dans le livre d’inventaire du musée archéologique de Sozopol figurent dix-huit numéros correspondant à des objets provenant de la « carrière de sable ». Parmi eux, on dénombre deux stèles funéraires et un peson en argile. Les autres trouvailles (lécythes, coupes, coupelles à vernis noir, cruches, plat à poisson, gril, etc.) font partie de la vaisselle caractéristique du mobilier funéraire des nécropoles d’Apollonia. V. Mikov indique par ailleurs que, dans la même localité, on trouve fréquemment des monnaies autonomes en bronze d’Apollonia, en particulier les types frappés entre le IVe et le IIe s. av. J.-C. (Mikov 1925, p. 239).

12Durant la période 1946-1949, une équipe de l’Institut d’archéologie de Sofia, sous la direction d’Ivan Venedikov, a réalisé des fouilles à grande échelle sur une superficie d’environ 2500 m² au lieu-dit Kalfata, le long de la plage de Harmanité. 801 tombes ont été étudiées à cette occasion, s’échelonnant stratigraphiquement jusqu’à une profondeur de cinq mètres. Elles se rattachent chronologiquement à une période allant de la deuxième moitié du Ve s. à la fin du IIIe s. av. J.-C. (Venedikov 1948, p. 11-27, et 1963, p. 17-59). La même équipe a également réalisé des sondages dans le « jardin maritime » de Sozopol, sur une superficie d’environ 267 m². On y a découvert 89 tombes, la plupart datées des IIIe-IIe s. av. J.-C. ; huit sont attribuées à l’époque romaine, une seule est définie comme paléochrétienne, une dernière n’est pas datée (Venedikov 1963a, p. 60-64). L’ensemble des sépultures, les objets du mobilier et les contextes rituels mis au jour ont plus tard fait l’objet de deux importantes monographies, comportant les contributions de plusieurs savants, qui demeurent aujourd’hui encore notre principale source de connaissance sur les nécropoles d’Apollonia (Venedikov et al. 1948 et 1963).

  • 46 Tsaneva 1975 et 1982 ; Lazarov 2003, nos 3, 5-6, 16, 18, 20, 23-25, 29, 36-38, 51, 53-59, 62. Voir (...)
  • 47 Tsaneva, Dimitrov 1976 ; Tsaneva 1983, 1985a-b, 1986a-b. Pour le matériel découvert, cf. aussi Dimi (...)
  • 48 Bojkova, Petrova 2007 ; Katsarova 2007 ; Mikov 2007.

13En relation avec le développement des activités de construction dans les années 1960-1970, plusieurs fouilles de sauvetage ont eu lieu dans la zone du quartier Harmanité, où a été localisée une nécropole des VIe-IIIe s. av. J.-C. Les nombreuses sépultures découvertes lors de ces travaux ne nous sont malheureusement connues que par quelques communications préliminaires de M. Lazarov (1969, p. 7) et M. Tsaneva (1976, 1977, 1980), qui ont également publié certains des objets les plus intéressants46. Dans des circonstances similaires, quelques tumuli ont été explorés sur le cap Kolokita et les collines de Sveti Iliya et Sveta Marina au cours des années 1970-198047, ainsi que tout récemment, en 200648.

  • 49 Pour un aperçu d’ensemble des recherches récentes à Kalfata, voir Panayotova 1998a-b ; Nedev, Panay (...)
  • 50 Hermary, Panayotova 2006 ; Panayotova, Riapov, Baralis 2006 ; Baralis, Riapov 2006 ; Hermary 2007 ; (...)

14Les travaux de construction plus récents à Kalfata et sur la péninsule de Boudjaka ont nécessité, en 1992, la reprise des fouilles dans cette partie de la nécropole d’Apollonia. Le site étudié se situe au lieu-dit Kalfata, à 500 m environ au Sud du secteur exploré en 1946-1949. Les fouilles de sauvetage se sont poursuivies sans interruption à cet endroit jusqu’en 2008, entraînant la découverte d’environ 1.200 tombes des Ve-IIIe s. av. J.-C., de centaines de vestiges de rites post-funéraires et de milliers d’objets49. Au cours des campagnes 2002-2004, une partie de ces recherches a été effectuée en collaboration avec les archéologues du Centre Camille Jullian : plusieurs articles préliminaires ont déjà paru avant la présente publication50.

  • 51 Tsaneva, Panayotova 1991 ; Panayotova, Penkova, Nedev 1994.
  • 52 Les fouilles dans l’espace urbain d’Apollonia sont commentées plus loin par D. Nedev et M. Gyuzelev (...)

15Parallèlement à l’étude de la nécropole de Kalfata, des fouilles de sauvetage ont également été menées à l’emplacement de la nécropole hellénistique et romaine dans le Jardin maritime51, ainsi que dans le périmètre du noyau urbain d’Apollonia sur la péninsule de Skamni52. La multiplication des activités de construction dans le centre historique de Sozopol au cours de ces dernières décennies a abouti à la découverte d’une grande quantité de céramique archaïque dans des niveaux de construction plus ou moins perturbés, en particulier dans la partie Sud-Est et centrale de la péninsule. On a également étudié des restes d’édifices à caractère privé, public et religieux de l’époque classique et hellénistique, des vestiges de voirie et du système d’approvisionnement en eau de la ville.

  • 53 Bojkova 1997 et 2000 ; Docter et al. 2008 ; Giuzelev 2002 ; Keenleyside, Panayotova 2005 ; Keenleys (...)

16Les résultats des dernières fouilles à Apollonia ont été synthétisés dans une série d’études qui comprennent également la publication préliminaire de certains types de monuments53.

17Les recherches archéologiques représentent une source fondamentale pour l’étude de l’histoire et de l’urbanisme d’Apollonia, ses fortifications et son système d’approvisionnement en eau, son développement économique et ses relations commerciales et culturelles. L’exploration exhaustive des nécropoles offre la possibilité de définir les éléments principaux des croyances de ses citoyens. Elle fournit une information précieuse sur l’identité culturelle de cette ville et sur la place qu’elle occupe dans le monde classique.

Notes

39 Teplyakov 1833, p. VIII ; Vajarova 1960, p. 59.

40 Seure 1924, p. 328-330. Ces renseignements étaient contenus dans les rapports qui lui ont été adressés par le consul Degrand et par A. Tacchella, chargé par les autorités bulgares de surveiller les travaux exécutés par le prince Chahovskoy. Les deux hommes les ont obtenus auprès d’un ancien employé de Goffas qui leur a également permis de dessiner, photographier ou acquérir quelques objets dérobés.

41 Škorpil 1891, p. 125-126, et 1999, p. 48, qui situent ces travaux sur le cap Baglar Alti, qui n’est probablement que le nom turc du cap Kolokita ou de la péninsule de Boudjaka dont il fait partie.

42 Il semble que plusieurs vases provenant d’Apollonia, qui se trouvent aujourd’hui dans de grands musées européens, soient issus des fouilles de Goffas. Ce sont notamment deux lécythes du « Groupe d’Apollonia » conservés à Berlin et à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg : voir ci-dessous, p. 181, et Hermary, sous presse.

43 Seure 1924, p. 341-344. Une erreur de date peut être corrigée grâce à une lettre de Chahovskoy publiée dans Vajarova 1960, p. 277. Celle-ci établit de façon incontestable que les fouilles du consul de Russie ont eu lieu en 1904 et non pas en 1908, comme l’affirme Seure.

44 Cf. Reho 1992, p. 39, n° 39 et p. 104, nos 237-239. Cependant, ces vases ne figurent pas parmi les trouvailles mentionnées par Seure et, dès lors, leur provenance des fouilles de Chahovskoy doit être considérée comme douteuse.

45 Filov 1912-1913. Cf. aussi Seure 1924, p. 343 : tumulus IV.

46 Tsaneva 1975 et 1982 ; Lazarov 2003, nos 3, 5-6, 16, 18, 20, 23-25, 29, 36-38, 51, 53-59, 62. Voir également Reho 1985, p. 32-33, nos 2-9 ; Reho 1990, nos 84, 86, 134-136, 138-144, 146-147, 157, 185, 187, 190, 192, 332.

47 Tsaneva, Dimitrov 1976 ; Tsaneva 1983, 1985a-b, 1986a-b. Pour le matériel découvert, cf. aussi Dimitrov 1973 ; Reho 1990, p. 136-137, nos 388-389, 392 ; Damyanov 2005, p. 214-216, fig. 2.

48 Bojkova, Petrova 2007 ; Katsarova 2007 ; Mikov 2007.

49 Pour un aperçu d’ensemble des recherches récentes à Kalfata, voir Panayotova 1998a-b ; Nedev, Panayotova 2003, p. 125-140.

50 Hermary, Panayotova 2006 ; Panayotova, Riapov, Baralis 2006 ; Baralis, Riapov 2006 ; Hermary 2007 ; Baralis, Riapov, sous presse.

51 Tsaneva, Panayotova 1991 ; Panayotova, Penkova, Nedev 1994.

52 Les fouilles dans l’espace urbain d’Apollonia sont commentées plus loin par D. Nedev et M. Gyuzelev. Voir aussi Nedev, Panayotova 2003, p. 95-106, 120-123.

53 Bojkova 1997 et 2000 ; Docter et al. 2008 ; Giuzelev 2002 ; Keenleyside, Panayotova 2005 ; Keenleyside, Schwarcz, Panayotova 2006 ; Konova 1997 ; Nedyalkov 2008 ; Panayotova 2003a-b, 2005a-b, 2006, 2007, 2008a-c ; Panayotova, Drajeva 2003.

Table des illustrations

Titre Fig. 6. Croquis de la région de Sozopol
Légende Avec l’emplacement des nécropoles tumulaires (Degrand 1904).
Crédits Reproduit d’après Seure 1924, fig. 87.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/166/img-1.png
Fichier image/png, 183k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access