Version classiqueVersion mobile

Fish & Ships

 | 
Emmanuel Botte
, 
Victoria Leitch

Seconde partie. Études archéologiques sur l'Afrique

La production urbaine de salaisons en Algérie à l’époque romaine : l’exemple de Tipasa (Maurétanie Césarienne)

Touatia Amraoui

Texte intégral

Introduction

  • 2 Lassère 1982, p. 369, fig. 39 ; seuls quelques sites identifiés comme ayant compté des ateliers d (...)
  • 3 Bien qu’elle soit relativement ancienne, la synthèse de Ponsich, Tarradell 1965 reste incontourna (...)
  • 4 Notamment Ben Lazreg et al. 1995, p. 106, fig. 2 ; Slim et al. 2004 ; Slim et al. 2007.

1Comme on peut l’observer sur la carte publiée en 1977 par J.-M. Lassère2, si des recherches archéologiques ont révélé l’existence de nombreux ateliers de transformation du poisson sur les côtes du Maroc3 – Maurétanie Tingitane – et sur les côtes de Tunisie4 – Afrique Proconsulaire et Byzacène –, les investigations sur le territoire algérien qui comprend à la fois la Maurétanie Césarienne, la Numidie et une petite part de l’Afrique Proconsulaire, restent encore très modestes.

  • 5 Les rapports de fouilles et croquis ont été consultés dans les centres d’archives d’Alger et d’Ai (...)

2Toutefois, l’étude des publications anciennes – rapports de fouilles, monographies, etc.5 – permet de localiser quelques installations artisanales en rapport avec ce type de productions. Dans le cadre de mes recherches doctorales, mon intérêt s’est porté plus particulièrement sur les ateliers urbains, c’est pourquoi je m’intéresserai au seul site urbain où l’on a clairement reconnu la présence d’ateliers de salaisons : Tipasa, en Maurétanie Césarienne.

  • 6 J’emploierai ici le terme de salaisons au sens large, car comme cela a été longuement débattu au (...)

3La méthode employée dans le cadre de cette analyse consiste à étudier les installations artisanales à partir de la documentation écrite, majoritairement les rapports de fouilles, et d’un travail sur le terrain. De fait, un réexamen des informations nous amène d’une part à mettre à jour et à compléter la documentation, et d’autre part à déterminer si les installations découvertes sont bien des ateliers de salaisons6, et si oui, quels en sont les aménagements et les particularités.

1. Le site

4Le site de Tipasa est localisé sur la côte, à environ 25 km à l’est de Caesarea, capitale de Maurétanie Césarienne.

  • 7 Lancel 1982, p. 757-767.
  • 8 Id., p. 767.
  • 9 C’est ce que l’on constate à partir du mobilier publié par J. Baradez issu des fouilles stratigra (...)

5Tipasa connaît une première implantation urbaine à partir du VIe s. avant notre ère lors de la création d’un comptoir punique ; la superficie de l’agglomération se limite à quelques hectares. Elle reçoit le titre de municipe sous Claude et est élevée au rang de colonie sous le règne d’Hadrien7. Elle est ensuite dotée d’une vaste enceinte de soixante hectares, enceinte qui ne semble entièrement occupée qu’à partir du IV e s.8. La ville est prise par les Vandales en 430, mais l’occupation du site semble se poursuivre au moins jusqu’à la période byzantine9.

  • 10 À ce sujet, cf. Oulebsir 2004.
  • 11 Gsell 1926.
  • 12 C’est ce que nous apprennent les rapports de fouilles annuels publiés par le Directeur des Antiqu (...)

6Tipasa n’a pas fait l’objet de fouilles programmées annuelles comme cela a été le cas pour d’autres sites algériens comme Timgad, puis Djemila10. Les fouilles, commencées à partir de la fin du XIXe s.11, ne seront réalisées que sporadiquement, surtout par des membres de l’École française de Rome en séjour en Algérie pour quelques mois12.

  • 13 Baradez 1961a.
  • 14 Lancel 1982, p. 778.
  • 15 Notamment Bouchenaki 1975.

7Ce n’est qu’à l’arrivée de J. Baradez à la direction des fouilles en 1948 et jusqu’en 1961 que des fouilles extensives débutent vraiment13. Toutefois, comme le souligne S. Lancel, on connaît mieux les nécropoles que la ville elle-même14 puisqu’après l’indépendance de l’Algérie, les recherches sont amenées à se développer surtout dans ces zones périphériques15. En effet, lorsque l’on regarde le seul «  plan de localisation des vestiges » très schématique (fig. 1), on remarque à quel point le domaine urbain est encore peu connu. Par exemple, deux voies seulement ont été fouillées ponctuellement : le decumanus maximus et le cardo maximus. Pour les bâtiments fouillés, s’ils n’ont pas fait l’objet d’une publication de détail lors de leur découverte, il n’en existe à l’heure actuelle aucun plan.

Fig. 1. Plan de localisation des vestiges de Tipasa (d’après Baradez 1961a).

Fig. 1. Plan de localisation des vestiges de Tipasa (d’après Baradez 1961a).

8En outre, le tracé reporté de l’enceinte montre que seule la partie septentrionale de la ville antique est aujourd’hui préservée, le reste de la cité antique est sous la ville moderne qui ne cesse de s’agrandir comme partout ailleurs en Algérie.

  • 16 Baradez 1952, p. 23.
  • 17 En effet, il décède quelques années seulement après son retour en France en 1969.

9La photo par satellite (fig. 2) ne peut pas nous être d’une meilleure aide puisque le site a été conçu comme un jardin archéologique – le Parc Trémaux – à la demande des anciens propriétaires du terrain ; il donne donc autant d’importance à la végétation qu’aux vestiges16. Les lacunes documentaires touchent donc une bonne partie des vestiges fouillés par J. Baradez qui n’a pas pu publier de monographie scientifique complète17 ; de fait, les installations de salaisons restent méconnues.

2. Les ateliers de salaisons

10À Tipasa, les rapports de fouilles et les publications mentionnent trois «  fabriques de garum » : la première que j’appelle «  l’atelier A », la seconde, «  l’atelier B » et enfin la troisième est localisée dans la «  Maison des Fresques ».

2.1. L’atelier A

11L’atelier A est situé dans la partie centrale du site, à environ 50 m du rivage actuel. Au sud, il est mitoyen des «  thermes de la crique » et voisin de la «  Maison de la mosaïque d’Achille » : il est donc établi en plein centre urbain (fig. 2). Au nord, il est longé par un decumanus secondaire qui n’a pas été complètement mis au jour et dont le dallage semble avoir disparu.

Fig. 2. Vue par satellite du site du Tipasa et localisation des installations étudiées (Google Earth, juin 2003).

Fig. 2. Vue par satellite du site du Tipasa et localisation des installations étudiées (Google Earth, juin 2003).
  • 18 Gsell 1926, p. 113.
  • 19 Leschi 1950, p. 20, fig. 13.

12D’après J. Baradez, cette «  fabrique de garum » compte les pièces 1 à 6, mais en réalité, dans l’état actuel des fouilles, seule la pièce 1 est occupée par l’atelier de salaisons qui avait été fouillée au cours du XIXe s. On y observe la présence de quatre bassins rectangulaires le long du mur oriental, qui ont été l’objet de plusieurs interprétations. En effet, en 1926, S. Gsell identifiait ce local comme celui d’un atelier de potier en raison de la présence de nombreux tessons, d’amas de terre glaise et de «  cuves qui auraient servi de pourrissoirs pour l’argile ». Toutefois, il souligne aussi le fait qu’aucun four de potiers n’a été trouvé18. Puis, en 1950, L. Leschi propose de voir dans les aménagements de la pièce 1, un atelier de tanneur19.

  • 20 Ils ne présentent pas de cuvette dans le radier.
  • 21 Ponsich,Tarradell 1965, p. 58-59.

13Enfin, ce n’est que dans les années 1950, lorsque J. Baradez décide d’étendre la fouille et entreprend de nettoyer le fond des bassins qu’il y découvrira des restes de poissons permettant d’identifier le local comme un atelier de salaisons. D’ailleurs, la morphologie des bassins (1,85 x 1,40 x 1,10 m) aux angles arrondis, construits en moellons, semi-enterrés et recouverts20 d’un épais enduit de tuileau rappelle la typologie de ceux découverts dans d’autres ateliers africains – notamment au Maroc : Cotta, Tahadart21, etc.

2.1.1. Le plan

14Dans son état actuel, la pièce 1, mesurant 164 m2, est marquée par la présence de rangées de piliers nord-sud destinés à supporter la toiture (fig. 3). Le sol présente un enduit épais. Les autres pièces découvertes après 1955 par J. Baradez ne communiquent pas avec la pièce 1 ; pour celles situées au nord, elles ne sont accessibles que depuis la rue.

Fig. 3. Plan de l’atelier A et des pièces environnantes (plan T. Amraoui).

Fig. 3. Plan de l’atelier A et des pièces environnantes (plan T. Amraoui).
  • 22 Il y a une meta conique dans la cavité centrale : ce remontage est fort probablement postérieur ; (...)

15Lors de sa découverte, la pièce 2 préservait un dolium. Elle est mitoyenne au sud avec une petite pièce 3 avec laquelle elle ne conserve pas de communication ; on remarque la présence d’un pétrin mécanique dans cette dernière22. Au sud, en contre-haut, un bassin semi-circulaire appartenant aux thermes présente une évacuation qui est prolongée par une canalisation en pierre ; celle-ci traverse les pièces 3 et 2 pour rejoindre la rue en longeant leur mur ouest.

16À l’ouest, la pièce 4 comportait plusieurs dolia in situ, aujourd’hui en très mauvais état malgré les restaurations ; le sol en béton a été creusé pour y placer ces grands récipients. Une canalisation située sous le sol en mortier de tuileau est visible tout le long de l’espace 4 ; elle rejoint elle aussi la rue nord. Un mur curviligne de mauvaise facture sépare la pièce 4 et une pièce 5, au sud, qui n’est pas entièrement dégagée.

17À l’ouest de la pièce 4, une grande pièce 6 de 135 m2 présente des piliers supportant la toiture. Au sud-est, elle communique par quelques marches avec un espace desservant à la fois les thermes et, semble-t-il, la Maison «  à la mosaïque d’Achille ».

  • 23 Précisons tout de même que l’identification des différentes phases s’appuie sur des hypothèses ét (...)

18Ainsi, la pièce 1 s’avère être bien isolée des autres pièces qui fonctionnent indépendamment les unes des autres. Toutefois, l’étude du bâti que j’ai réalisée sur le terrain conduit à revoir l’évolution de l’ensemble, car l’état actuel révèle clairement qu’il y a eu différentes phases d’aménagement : trois au moins ont été reconnues23.

2.1.2. Les différentes phases d’aménagement et l’évolution de l’atelier

19La phase 1 correspond à un état antérieur à l’implantation des bassins. En effet, l’espace de la pièce 1 préexiste comme le démontre l’existence d’un seuil à rainure longitudinale centrale et panneau mobile au pied du bassin a (fig. 4). Il est aujourd’hui visible car les murs l’environnant sont très arasés ; il devait lui-même être surmonté par des blocs ou des moellons aujourd’hui disparus. Comme il est impossible qu’une porte ouvre sur le bassin a puisqu’elle aurait buté contre la paroi de celui-ci, il ne peut s’agir que d’un aménagement antérieur révélant un espace à vocation commerciale.

Fig. 4. Atelier A, pièce 1 : au premier plan, seuil B et bassins de salaisons ; au second plan le bassin-citerne e et les thermes (photo T. Amraoui).

Fig. 4. Atelier A, pièce 1 : au premier plan, seuil B et bassins de salaisons ; au second plan le bassin-citerne e et les thermes (photo T. Amraoui).
  • 24 Elle est réalisée à l’aide d’un mortier de tuileau épais mêlé à quelques pierres : je pense que l (...)

20La phase 2 correspond à l’atelier de salaisons qui devait occuper une surface plus importante que celle découverte. L’examen de l’emplacement des piliers centraux révèle effectivement l’existence d’un module régulier d’est en ouest dans l’architecture de la pièce 1. Celui-ci vient englober au moins les pièces 2 et 3 : de fait, la pièce 1 s’étendait donc plus à l’ouest car on identifie la présence des piliers dans les murs de ces espaces qui ont été bouchés à l’aide de murs faits d’appareils grossiers (fig. 5). De plus, le mur sud de la pièce 1 présentait une sorte de banquette haute d’une vingtaine de centimètres24 dont on observe un tronçon dans la pièce 3 (fig. 5).

Fig. 5. Au premier plan, pièce 3 : appareils grossiers employés pour boucher l’espace entre les piliers ; au second plan l’atelier A. On remarque aussi que la « banquette » visible le long du mur sud de la pièce 1 se poursuit dans la pièce 3 (photo T. Amraoui).

Fig. 5. Au premier plan, pièce 3 : appareils grossiers employés pour boucher l’espace entre les piliers ; au second plan l’atelier A. On remarque aussi que la « banquette » visible le long du mur sud de la pièce 1 se poursuit dans la pièce 3 (photo T. Amraoui).

21Parallèlement, dans la pièce 1, on peut aussi reconnaître la présence d’un autre module dans le sens nord-sud, au niveau de la série de bassins de salaisons (fig. 6). En effet, si l’on tente de reporter les mesures des bassins conservés au nord, on observe qu’il est très probable que deux bassins étaient situés au sud, là où sera implanté le bassin e au cours d’une troisième phase.

Fig. 6. Atelier A : hypothèse de restitution de six bassins pour la phase 2 (plan T. Amraoui).

Fig. 6. Atelier A : hypothèse de restitution de six bassins pour la phase 2 (plan T. Amraoui).

22La phase 3 correspond au dernier état mis au jour par la fouille. Cet état présente quatre bassins de salaisons et la pièce 1 est plus petite car amputée d’une partie de son extension occidentale convertie en une succession de petits espaces desquels elle est complètement isolée.

23Ainsi, les deux bassins de salaisons présumés auraient été bouchés ; leur emplacement est occupé par le bassin e (fig. 4) dont le fond s’élève à près d’un mètre par rapport au niveau de circulation de l’atelier. Il présente des quarts-de-rond et il englobe au sud-ouest une partie d’un pilier de la pièce 1. Même si une partie du bassin est aujourd’hui encombrée par l’effondrement de l’étage des thermes, toutes ses caractéristiques conduisent à l’identifier plutôt comme une citerne que comme un bassin de salaisons. Cette réserve d’eau supplémentaire devait s’avérer nécessaire à l’approvisionnement de bains qui n’ont cessé de s’agrandir. Ainsi, contrairement à ce que pensait J. Baradez, il apparaît que ce n’est pas l’atelier qui empiète peu à peu sur les thermes, mais bien l’inverse. C’est du moins ce que l’on peut constater à partir des plans représentant les différents stades de l’évolution architecturale des thermes réalisés par le fouilleur, même s’il est encore difficile de préciser exactement les correspondances chronologiques entre l’atelier et les thermes.

  • 25 D’après un croquis réalisé par le fouilleur.
  • 26 Thébert 2000, p. 134-135, pl. XXXV.

24En outre, un second témoin permet aussi de constater l’agrandissement des thermes aux dépens de l’atelier : c’est la canalisation qui, venant du bassin semi-circulaire des bains, traverse les pièces 2 et 3. En effet, le mur à travers lequel la conduite passe a été cassé et elle est construite sur un remblai (fig. 7). D’après les informations de J. Baradez, ce bassin est construit durant la «  troisième époque des thermes » ; le plan des bains25 est alors analogue à celui des thermes situés au nord-est du théâtre de Bulla Regia et qui sont datés du IV e s.26.

Fig. 7. Le bassin des thermes au sud de la pièce 3 et le passage de la canalisation à travers le mur détruit (photo T. Amraoui).

Fig. 7. Le bassin des thermes au sud de la pièce 3 et le passage de la canalisation à travers le mur détruit (photo T. Amraoui).

25Les remarques permises par l’observation des vestiges archéologiques mise en relation avec les archives de J. Baradez conduisent à tenter quelques propositions de datation.

26En ce qui concerne le mobilier conservé, les quelques éléments que j’ai pu voir datent soit du IIe s. de notre ère soit du V e-VIe s. ; ils pourraient correspondre aux deux phases d’occupation les plus extrêmes de ce secteur.

  • 27 Duval 1946, p. 96, fig. 12 et p. 167.

27Pour ce qui est de l’architecture et des techniques de construction, je me suis intéressée aux différents types de parement présents dans l’atelier que j’ai comparé à ceux décrits et datés par P.-M. Duval dans le cadre de son travail sur les murs des enceintes de Tipasa et de Cherchel27. De cette comparaison, il semblerait que la phase 1 présente des constructions en appareil «  semi-grossier » que cet auteur considérait comme antérieur au IIIe s., ce qui correspond avec le mobilier découvert. Cette première phase correspond à l’implantation de locaux à vocation commerciale comme le démontre le seuil B.

28La phase 2 présente un appareil «  grossier » qui, selon P.-M. Duval, aurait été employé entre le IIIe s. et la première moitié du IV e s. : ainsi, le premier état de l’atelier daterait peut-être de cette période.

29Enfin, pour la phase 3, nous ne disposons que du plan des thermes qui auraient été agrandis au cours du IV e s. ( ?) aux dépens de l’atelier.

  • 28 Baradez 1961b, p. 195-199.

30Parallèlement, à partir du mobilier mis au jour et des croquis réalisés par J. Baradez, l’abandon du secteur de l’atelier A daterait au plus tôt du VIe s., à l’instar de ce qui a été proposé par le fouilleur pour la Maison des Fresques voisine28.

2.1.3. Bilan

31Finalement, nous pouvons réfuter l’hypothèse de Baradez selon laquelle l’atelier comptait en tout 6 pièces, étant donné que le travail de terrain a conduit à reconnaître une seule pièce principale dans l’état actuel des vestiges. De plus, il semble que l’évolution de l’atelier avait échappé à notre prédécesseur. Il apparaît probable que l’atelier de salaisons s’est implanté au cours du IIIe s. de notre ère, qu’il a connu une évolution au cours du IV e s. ; mais il est encore difficile de préciser s’il était encore en activité au V e s.

32Subsiste un problème majeur, celui de l’approvisionnement en eau. En effet, aucun aménagement susceptible d’avoir alimenté l’atelier n’a été localisé ; le bassin situé sur la voie au nord-ouest de l’atelier n’est pas datable et il ne présente aucune trace d’aménagement en direction de la pièce 1.

  • 29 Comme on peut le voir au Musée de Nabeul sur des restitutions à l’aquarelle réalisées par J.-M. G (...)
  • 30 Ponsich, Tarradell 1965, p. 58-59, p. 62-63, p. 86-87, etc.

33D’un point de vue technique, l’ensemble de la pièce 1 est conforme aux plans connus ailleurs pour ces installations, avec ses quatre à six bassins de salaisons latéraux et sa grande aire de travail au sol bétonné. On peut citer pour comparaison de nombreux exemples où les bassins sont mitoyens d’une aire de travail où les employés préparaient le poisson sur des étals de bois comme cela a été proposé pour Nabeul par exemple29. Ailleurs, les bassins rayonnent autour d’une salle centrale munie de piliers ou bien ils sont alignés sur un ou deux côtés comme à Troia, Cotta, Tahadart, Belo Claudia ou Bolonia30 : de fait, on peut se demander s’il y avait aussi d’autres bassins à l’emplacement actuel des pièces 2 et 3. Mais, pour répondre à cette question et pour préciser la chronologie, seule la réalisation de sondages pourrait nous aider.

2.2. L’atelier B

34L’atelier B ne figure pas dans les monographies qui portent sur Tipasa. Il est situé au pied de la colline où s’élevait la basilique chrétienne de Tipasa ; à une cinquantaine de mètres de l’atelier A (fig. 2) et, contrairement à ce dernier, l’atelier B est proche du bord de mer.

35L’aspect général de l’installation est assez original puisqu’elle occupe seulement une pièce longitudinale (10 x 3 m) qui comporte quatre bassins rectangulaires alignés d’est en ouest (2,20 x 1,97 m en moyenne, profondeur non mesurable) et entièrement revêtus d’un enduit de tuileau (fig. 8 et 9). Latéralement, le long des murs, le sol de circulation, complètement enduit, est très étroit, il mesure 40 cm en moyenne.

Fig. 8. Plan schématique de l’atelier B (plan T. Amraoui).

Fig. 8. Plan schématique de l’atelier B (plan T. Amraoui).

Fig. 9. Vue depuis l’est de l’atelier B (photo T. Amraoui).

Fig. 9. Vue depuis l’est de l’atelier B (photo T. Amraoui).

36L’accès se fait par une large ouverture à l’est présentant un seuil de boutique avec rainure longitudinale et panneau mobile gauche, ainsi que des traces de dispositifs de fermeture. L’entrée de l’officine est précédée d’une plateforme couverte d’un épais béton de tuileau mêlé à des cailloutis ; on observe aussi la présence de plusieurs blocs épars.

37L’atelier B semble s’être implanté dans un espace préexistant, peut-être une boutique, car la pièce qu’il occupe est mitoyenne au nord comme au sud d’une autre pièce longitudinale aux dimensions semblables, mais celles-ci ne conservent aucun aménagement particulier. Les murs de l’atelier sont conservés jusqu’à une hauteur de 3 m, il est possible qu’il y ait eu un étage au-dessus, auquel cas l’accès se faisait vraisemblablement en contre-haut à l’ouest à mi-hauteur de la colline.

  • 31 Pour Baelo Claudia, il s’agit de secteurs des ateliers C.I. IV et C.I. VII (Arévalo, Bernal 2007, (...)

38La typologie particulière de l’officine B est originale, mais les caractéristiques de ses bassins nous conduiraient à la rattacher à un atelier de salaisons : ni les ateliers liés au travail du textile ni les tanneries ne présentaient de telles installations. D’ailleurs, la cuvette en céramique – une amphore décolletée et remployée – n’est pas sans rappeler les «  cuvettes de nettoyage » mises au jour dans quelques ateliers de salaisons, dont celui de Nabeul. En outre, l’atelier B n’est pas un cas isolé puisque des ateliers de salaisons présentant des dispositions similaires ont été mis au jour à Baelo Claudia et à Sabratha31.

39Par toutes ses particularités, l’atelier B offre un bon exemple d’optimisation de l’espace car on a aménagé dans un local restreint le plus grand nombre de bassins possible ; en revanche, les voies de circulation en pâtissent car l’accès aux bassins est restreint. Les employés de l’officine disposaient de peu d’espace pour circuler et travailler ; ils devaient sans doute être moins nombreux que dans l’atelier A où ni l’accès aux bassins, ni le travail de préparation des poissons ne posaient de problèmes. Par ailleurs, l’atelier B ne compte pas d’espace de travail : on peut seulement supposer que les poissons étaient apprêtés à l’extérieur, devant l’entrée, sur la plateforme bétonnée qui fait face à la mer et qui était sans doute en partie couverte comme l’indiquent la présence de quelques bases de pilier.

  • 32 L’un comme l’autre, St. Gsell et J. Baradez rapportent la découverte d’un grand nombre de tessons (...)

40Si l’atelier A disposait d’un espace de travail qui pouvait servir également à mettre les salaisons dans des contenants – amphores ou en dolia32 – directement sur place, il semble que l’atelier B ait été utilisé surtout pour l’étape de la macération des poissons. Il est en effet difficile d’imaginer que la mise en contenant – quel qu’il soit – des salaisons ou des sauces ait été réalisée à l’air libre ou que ces productions aient été stockées sur place. Les aménagements de l’atelier B impliquent ainsi une activité limitée du fait de la disposition des bassins et de leur nombre. Comme la préparation des poissons devait avoir lieu dehors sur la plateforme, il devait être réalisé par beau temps, ce qui pourrait indiquer une activité saisonnière ; les poissons, une fois disposés dans les bassins, étaient à l’abri durant les mois nécessaires à leur transformation en salaisons. De fait, le manque d’espace laisse aussi penser que pour l’atelier B, le lieu de production des salaisons ne pouvait être le lieu de leur commercialisation.

  • 33 Botte 2011, p. 100-101.

41Pour la datation de l’atelier B, nous ne disposons d’aucune information. Remarquons que l’officine correspond à la dernière phase d’occupation de l’espace car les bassins sont en très bon état. De la même façon qu’E. Botte33 s’est posé la question de savoir si les bassins circulaires et les bassins rectangulaires différaient d’un point de vue de l’utilisation ou de la chronologie, on peut se demander si la différence entre les bassins rectangulaires à angles arrondis de l’atelier A et les bassins rectangulaires à angles presque droits de l’atelier B relève aussi d’un critère chronologique. Mais, là encore, les informations à notre disposition ne permettent pas de répondre à cette question.

2.3. Le pseudo atelier de salaisons de la Maison des « Fresques » et les espaces à dolia

42La Maison des Fresques, fouillée par J. Baradez au cours des années 1950, est située à l’est du cardo et en bord de mer.

  • 34 Baradez 1961b, p. 141-142, pl. VIII.

43D’après J. Baradez, au cours d’une phase tardive d’occupation – la «  phase IV » – après s’être en partie effondrée suite à un incendie, la partie nord de la maison aurait été réaménagée en atelier de salaisons. S’il date cette période d’occupation de la deuxième moitié du IV e s. au V e s., le mobilier publié en revanche est plus tardif et relève plutôt des V e-VIe s. comme l’attestent notamment des lampes de type Atlante X ainsi que des plats Hayes 103 et 104 à décors chrétiens34.

  • 35 En Afrique, et plus particulièrement en Numidie et en Afrique Proconsulaire, des « bâtiments à au (...)

44Or, sur le plan publié de la phase IV, aucun aménagement particulier en rapport avec un atelier de salaisons n’est reporté. Toutefois, la description publiée précise que «  toutes les jardinières ornementales creusées dans les blocs de grand appareil sont devenues des bacs de la salerie » ; ces «  jardinières » étaient disposées entre les colonnes du péristyle. Sur le terrain, j’ai pu en observer deux in situ (fig. 10). Or, il s’agit de mangeoires comme l’attestent les trous encore visibles qui servaient à attacher des équidés35 ; elles ont donc été récupérées et utilisées comme jardinières pour orner le péristyle de la maison. Par conséquent, l’hypothèse de J. Baradez est à rejeter dans la mesure où il est impossible d’utiliser de tels petits bacs pour la macération des poissons.

Fig. 10. Les « jardinières » du péristyle de la Maison aux Fresques (photo T. Amraoui).

Fig. 10. Les « jardinières » du péristyle de la Maison aux Fresques (photo T. Amraoui).

45Par ailleurs, J. Baradez ne précise pas la raison qui le conduit à reconnaître une activité en rapport avec la transformation du poisson, mais il intègre aussi à l’atelier une boutique abritant huit dolia qui ont presque totalement disparu depuis leur mise au jour. En effet, pour le fouilleur, il semble que les récipients faisaient eux aussi partie de la chaîne opératoire : était-ce vraiment le cas ?

46Pour tenter de répondre à cette question, je me suis d’abord intéressée aux autres exemples de «  boutiques à dolia » de Tipasa. Ainsi, j’ai relevé la présence d’autres attestations de ce genre de boutiques datées de l’époque tardive (V e-VIe s.) correspondant à la dernière période d’occupation. Ainsi, dans le même secteur, on dénombre une boutique à dolia dans la Maison de Lotis et une autre dans la pièce 4 voisine de l’atelier A.

  • 36 Lassus 1958, p. 239.

47À Annaba, autre ville côtière, une boutique à dolia a été identifiée comme une fabrique de garum en raison de la présence de restes de poissons dans le fond des dolia36. Par conséquent cette découverte conduit à se demander s’il existait une production de sauces de poissons directement dans des récipients en céramique.

  • 37 Curtis 1979 qui s’appuie sur un passage d’Astronomica de Manilius ; Botte 2009, p. 96-97.

48En est-il de même à Tipasa ? Est-ce la découverte de restes de poissons dans les dolia de la Maison des Fresques qui a conduit J. Baradez à l’identifier comme un atelier de salaisons ? En est-il de même aussi pour la pièce 4 ou la Maison de Lotis ? Les rapports du fouilleur restent muets à ce sujet. Toutefois, si c’est bien le cas, l’exemple de Tipasa viendrait confirmer celui d’Annaba : on stockait des sauces de poisson ou des poissons salés dans des dolia, mais rien ne permet de préciser s’ils étaient produits à l’intérieur. En effet, cette situation n’est pas sans rappeler celle évoquée par R. Curtis et E. Botte pour l’officine à garum de Pompéi où il est probable que les dolia servaient soit à traiter des sauces par l’ajout d’autres ingrédients (vin, épices…), soit à produire directement le condiment37.

  • 38 Quelques arguments viennent supporter l’idée que ces dolia renfermaient du blé. D’une part, aux T (...)

49Cette comparaison est intéressante mais à l’heure actuelle il est difficile de la confirmer puisqu’il ne reste rien dans les récipients qui sont exposés à l’air libre depuis plus d’un demi-siècle. En tout cas, la présence de ces contenants en céramique de taille importante dans des boutiques accessibles seulement depuis la rue, démontre clairement la commercialisation d’une denrée dans un contexte tardif. Si ce ne sont pas des salaisons, il peut tout aussi bien s’agir d’huile, de vin ou de céréales38 produits dans l’arrière-pays et vendus en ville.

Conclusions

  • 39 En effet, depuis la tenue du séminaire, A. Wilson s’est rendu il y a quelques mois à Tipasa où il (...)

50L’étude de la production de salaisons à Tipasa met en évidence l’existence d’ateliers urbains, implantés en pleine ville dans des quartiers résidentiels, du moins c’est clairement le cas pour l’atelier A voisin de la Maison à la mosaïque d’Achille et de la Maison de Lotis. Avec quatre, voire six bassins, les ateliers restent modestes en comparaison avec les grandes officines découvertes au Maroc à Lixus ou Cotta, ou en Tunisie, à Nabeul par exemple. La fouille des vestiges situés au nord de l’atelier A, et ailleurs en bord de mer à Tipasa, permettrait peut-être de découvrir d’autres ateliers urbains de salaisons ou de sauces de poissons. En effet, un troisième atelier (C ?) a peut-être été localisé au nord-ouest de l’atelier B39.

  • 40 À l’ouest, au Guelta, un atelier présentant neuf cuves a été identifié (Leglay 1955, p. 216-217).

51De plus, on peut supposer que la taille modeste des ateliers urbains est due à une contrainte d’espace à disposition dans la ville tout comme l’indique clairement l’exemple de l’atelier B car il faut souligner que dans le contexte suburbain ou rural, on connaît déjà quelques exemples d’ateliers comportant une dizaine de bassins dans la province40.

  • 41 Lassus 1957, p. 130.
  • 42 Habibi 2007, p. 189.

52Pour ce qui est de la datation de l’établissement des ateliers de salaisons à Tipasa, il semble que le plus ancien soit implanté au plus tard au début du IIIe s. de notre ère puis il connaît un déclin à une époque tardive entre le milieu du IV e et le VIe s. au moment où une grande partie de l’installation est sacrifiée par l’agrandissement des thermes. Il en va de même dans les zones moins urbanisées puisque l’atelier de salaisons des Trois Îlots est lui aussi abandonné à une époque tardive : les cinq bassins de salaisons sont remblayés et des pièces munies de dolia sont aménagées au-dessus41. Là encore, la présence de ces grands récipients laisse à penser qu’une nouvelle activité qui reste à déterminer se développe au détriment de la première. Le fonctionnement d’ateliers de salaisons durant l’Antiquité tardive a également été mis en évidence pour des officines découvertes au Maroc, quelques-unes à Lixus notamment42.

53Enfin, à quel marché étaient destinées ces productions urbaines ? On ne pourra vraiment répondre à cette question qu’à partir de recherches sur les contenants, amphores et peut-être dolia, afin d’identifier la zone de diffusion de ces productions et les potentiels résidus organiques qu’ils renferment.

54On peut émettre l’hypothèse que ces petits ateliers urbains fournissaient le marché local sans exporter leur production, car il n’y a aucune trace à l’heure actuelle d’ateliers d’amphores. On peut supposer que les productions urbaines étaient stockées et commercialisées dans des amphores remployées (comme c’est le cas à Pompéi), dans des tonneaux de bois ou encore des dolia. Si les ateliers urbains approvisionnaient un marché local, il est probable en revanche que les grandes officines rurales étaient destinées à un commerce à plus grande échelle.

Je souhaite remercier très sincèrement les organisateurs du séminaire doctoral Fish and Ships, E. Botte et V. Leitch, ainsi que les chercheurs qui ont participé à cette rencontre dont les remarques et les encouragements m’ont été très utiles, notamment M. Sternberg, I. Vaz Pinto, M. Bonifay, A. Wilson, D. Bernal Casasola et T. Bekker-Nielsen.

Bibliographie

Arévalo, Bernal 2007 : Arévalo (A.), Bernal (D.) (éd.) - Las cetariae de Baelo Claudia, Avance de la investigaciones arqueológicas en el barrio meriodional (2000-2004), Cádiz-Sevilla, 2007.

Baradez 1952 : Baradez (J.) - Tipasa, ville antique de Maurétanie, Alger, 1952.

Baradez 1961a : Baradez (J.) - Quatorze années de recherches archéologiques à Tipasa, 1948-1961, méthode et bilan, Revue africaine, CV, 468-469, 1961, p. 215-250.

Baradez 1961b : Baradez (J.) - Nouvelles fouilles à Tipasa. La maison des fresques et les voies la limitant, Libyca, IX, 1961, p. 49-199.

Baratte 2010 : Baratte (F.) - Le dossier des «  monuments à auges ». Etat des questions. In : Bejaoui (F.) (coord.), Actes du 6e colloque international sur l’histoire des steppes tunisiennes (Sbeitla, session 2008), Tunis, 2010, p. 285-306.

Ben Lazreg et al. 1995 : Ben Lazreg (N.), Bonifay (M.), Drine (A.), Trousset (P.) - Production et commercialisation des salsamenta de l’Afrique ancienne. In : Morel (J.-P.) (éd.), Productions et exportations africaines, actualités archéologiques en Afrique du nord antique et médiévale, CTHS, Paris, 1995, p. 103-132.

Blanchard-Lemée 1975 : Blanchard-Lemée (M.) - Maisons à mosaïques du quartier central de Djemila (Cuicul), Paris, 1975.

Botte 2009 : Botte (E.) - Salaisons et sauces de poissons en Italie du Sud et en Sicile durant l’Antiquité, Naples, 2009.

Bouchenaki 1975 : Bouchenaki (M.) - Fouilles de la nécropole occidentale de Tipasa (1968-1972), Alger, 1975.

Curtis 1979 : Curtis (R.) - The garum shop of Pompei, Cronache pompeiane, V, 1979, p. 5-23.

Duval 1946 : Duval (P.-M.) - Cherchel et Tipasa, recherches sur deux villes fortes de l’Afrique romaine, Paris, 1946.

Duval, Cintas 1976 : Duval (N.), Cintas (J.) - IV. Encore les monuments à auges d’Afrique : Tébessa Khalia, Hr Faraoun, MEFRA, 88, 2, 1976, p. 929-959.

Duval, Golvin 1972 : Duval (N.), Golvin (J.-C.) - Haïdra à l’époque chrétienne. IV : Le monument à auges et les bâtiments similaires, CRAI, 116, 1, 1972, p. 133-172.

Gsell 1926 : Gsell (S.) - Promenades archéologiques aux environs d’Alger (Cherchel, Tipasa, Le Tombeau de la Chrétienne), Paris, 1926.

Habibi 2007 : Habibi (M.) - Nouvelle étude chronologique du quartier industriel de Lixus. In : Lagóstena (L.), Bernal (D.) et Arévalo (A.) (éd.), Cetariae 2005, Salsas y salazones de pescado en Occidente durante la Antigüedad, Oxford, 2007, p. 183-189.

Lancel 1982 : Lancel (S.) - Tipasa de Maurétanie I, ANRW, II, 10.2, Berlin, 1982, p. 739-786.

Lassère 1982 : Lassère (J.-M.) - Ubique Populus, Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 av.-235 ap.), Paris, 1982.

Lassus 1957 : Lassus (J.) - L’archéologie algérienne en 1956, Libyca a/é, V, 1, 1957, p. 123-152.

Lassus 1958 : Lassus (J.) - L’archéologie algérienne en 1957, Libyca a/é, VI, 2, 1958, p. 197-266.

Leglay 1955 : Leglay (M.) - L’archéologie algérienne en 1954, Revue africaine, XCIX, 1955, p. 212-233.

Leschi 1950 : Leschi (L.) - Tipasa de Maurétanie, Alger, 1950.

Leveau 1984 : Leveau (P.) - Caesarea de Maurétanie, une ville romaine et ses campagnes, CEFR, 80, 1984.

Ponsich, Tarradell 1965 : Ponsich (M.), Tarradell (M.) - Garum et industries de salaisons dans la Méditerranée occidentale, Paris, 1965.

Slim et al. 2004 : Slim (H.), Trousset (P.), Paskoff (R.), Oueslati (A.) - Le littoral de la Tunisie : étude géoarchéologique et historique, Paris, 2004.

Slim et al. 2007 : Slim (L.), Bonifay (M.), Piton (J.), Sternberg (M.) - An example of fish saleries in Africa Proconsularis : the officinae of Neapolis (Nabeul, Tunisia). In : Lagóstena (L.), Bernal (D.) et Arévalo (A.) (éd.), Cetariae 2005, Salsas y salazones de pescado en Occidente durante la Antigüedad, Oxford, 2007, p. 21-44.

Thébert 2003 : Thébert (Y.) - Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, BEFAR, 315, Rome, 2003.

Wilson 2007 : Wilson (A.) - Fish salting worshops in Sabratha. In : Lagóstena (L.), Bernal (D.) et Arévalo (A.) (éd.), Cetariae 2005, Salsas y salazones de pescado en Occidente durante la Antigüedad, Oxford, 2007, p. 173-181.

Yorke, Davidson 1968 : Yorke (R. A.), Davidson (D. P.) - Roman harbours of Algeria, Report of the Maghreb Project, 1968.

Notes

2 Lassère 1982, p. 369, fig. 39 ; seuls quelques sites identifiés comme ayant compté des ateliers de salaisons sont répertoriés : Tipasa, Cherchel, Guelta et les Trois Îlots.

3 Bien qu’elle soit relativement ancienne, la synthèse de Ponsich, Tarradell 1965 reste incontournable pour les découvertes réalisées sur les côtes marocaines et ibériques.

4 Notamment Ben Lazreg et al. 1995, p. 106, fig. 2 ; Slim et al. 2004 ; Slim et al. 2007.

5 Les rapports de fouilles et croquis ont été consultés dans les centres d’archives d’Alger et d’Aix-en-Provence.

6 J’emploierai ici le terme de salaisons au sens large, car comme cela a été longuement débattu au cours du séminaire doctoral Fish and Ships, il est encore difficile d’identifier les cuves destinées aux salaisons de celles liées plutôt à la fabrication des sauces de poissons, garum, hallec, etc.

7 Lancel 1982, p. 757-767.

8 Id., p. 767.

9 C’est ce que l’on constate à partir du mobilier publié par J. Baradez issu des fouilles stratigraphiques de la Maison des Fresques notamment (Baradez 1961b).

10 À ce sujet, cf. Oulebsir 2004.

11 Gsell 1926.

12 C’est ce que nous apprennent les rapports de fouilles annuels publiés par le Directeur des Antiquités algériennes.

13 Baradez 1961a.

14 Lancel 1982, p. 778.

15 Notamment Bouchenaki 1975.

16 Baradez 1952, p. 23.

17 En effet, il décède quelques années seulement après son retour en France en 1969.

18 Gsell 1926, p. 113.

19 Leschi 1950, p. 20, fig. 13.

20 Ils ne présentent pas de cuvette dans le radier.

21 Ponsich,Tarradell 1965, p. 58-59.

22 Il y a une meta conique dans la cavité centrale : ce remontage est fort probablement postérieur ; ces instruments ne sont pas à leur emplacement d’origine.

23 Précisons tout de même que l’identification des différentes phases s’appuie sur des hypothèses établies à partir des vestiges tels qu’ils sont visibles aujourd’hui ; elles devront être vérifiées par des sondages pour confirmer et préciser l’évolution de l’espace.

24 Elle est réalisée à l’aide d’un mortier de tuileau épais mêlé à quelques pierres : je pense que l’on peut identifier cet aménagement comme une sorte de gros solin destiné à protéger la base du mur. En effet, les espaces de travail devaient être nettoyés à grande eau, c’est pourquoi les coins fragiles ont dû être renforcés.

25 D’après un croquis réalisé par le fouilleur.

26 Thébert 2000, p. 134-135, pl. XXXV.

27 Duval 1946, p. 96, fig. 12 et p. 167.

28 Baradez 1961b, p. 195-199.

29 Comme on peut le voir au Musée de Nabeul sur des restitutions à l’aquarelle réalisées par J.-M. Gassend.

30 Ponsich, Tarradell 1965, p. 58-59, p. 62-63, p. 86-87, etc.

31 Pour Baelo Claudia, il s’agit de secteurs des ateliers C.I. IV et C.I. VII (Arévalo, Bernal 2007, p. 131, fig. 46 ; p. 180-181, fig. 125-127) ; pour Sabratha (Wilson 2007, p. 173, fig. 1 et 2).

32 L’un comme l’autre, St. Gsell et J. Baradez rapportent la découverte d’un grand nombre de tessons d’amphores et dolia dans la pièce 1 notamment.

33 Botte 2011, p. 100-101.

34 Baradez 1961b, p. 141-142, pl. VIII.

35 En Afrique, et plus particulièrement en Numidie et en Afrique Proconsulaire, des « bâtiments à auges » ont été mis au jour dans plusieurs villes et bourgades : ces édifices tardifs qui ont été longuement étudiés par N. Duval puis Fr. Baratte semblent avoir eu une vocation économique peut-être en rapport avec les olives et l’huile (Duval, Golvin 1972 ; Duval, Cintas 1976 ; Baratte 2010).

Dans le cas de Tipasa, d’autres maisons présentent des auges tout comme c’est le cas aussi en Numidie dans des villes comme Timgad ou Djemila. Comme le souligne M. Blanchard-Lemée (1975, p. 138) dans sa thèse, ces contenants en pierre ont eu divers usages aussi bien dans le cadre artisanal – bassins de rinçage dans des fullonicae, etc. – que dans le cadre domestique pour le stockage des denrées alimentaires. En revanche, les récipients découverts dans la Maison des Fresques de Tipasa présentent des parois moins épaisses et ne sont pas alignés et disposés les uns contre les autres comme c’est le cas des « monuments à auges ».

36 Lassus 1958, p. 239.

37 Curtis 1979 qui s’appuie sur un passage d’Astronomica de Manilius ; Botte 2009, p. 96-97.

38 Quelques arguments viennent supporter l’idée que ces dolia renfermaient du blé. D’une part, aux Trois Îlots on a trouvé dans les pièces à dolia un moulin à grain composé d’une meta conique et d’un catillus. De plus, rappelons qu’à Tipasa, la pièce 3 située à l’ouest de l’atelier A présente un pétrin mécanique et qu’elle est mitoyenne de la pièce 2 qui contenait des dolia.

39 En effet, depuis la tenue du séminaire, A. Wilson s’est rendu il y a quelques mois à Tipasa où il a identifié des restes de bassins dans la falaise ; les traces restent très modestes. Je remercie très sincèrement A. Wilson pour cette information. S’il s’agit de bassins de salaisons et non de citernes, ils semblent avoir été plus grands que ceux des ateliers A et B. Toutefois, lors de leur prospection sur le littoral algérien, R. Yorke et D. Davidson signalent dans ce secteur la présence de citernes (Yorke, Davidson 1968, p. 14-15).

40 À l’ouest, au Guelta, un atelier présentant neuf cuves a été identifié (Leglay 1955, p. 216-217).

41 Lassus 1957, p. 130.

42 Habibi 2007, p. 189.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de localisation des vestiges de Tipasa (d’après Baradez 1961a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 2. Vue par satellite du site du Tipasa et localisation des installations étudiées (Google Earth, juin 2003).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 3. Plan de l’atelier A et des pièces environnantes (plan T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 4. Atelier A, pièce 1 : au premier plan, seuil B et bassins de salaisons ; au second plan le bassin-citerne e et les thermes (photo T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 5. Au premier plan, pièce 3 : appareils grossiers employés pour boucher l’espace entre les piliers ; au second plan l’atelier A. On remarque aussi que la « banquette » visible le long du mur sud de la pièce 1 se poursuit dans la pièce 3 (photo T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 6. Atelier A : hypothèse de restitution de six bassins pour la phase 2 (plan T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 7. Le bassin des thermes au sud de la pièce 3 et le passage de la canalisation à travers le mur détruit (photo T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 8. Plan schématique de l’atelier B (plan T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 9. Vue depuis l’est de l’atelier B (photo T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 10. Les « jardinières » du péristyle de la Maison aux Fresques (photo T. Amraoui).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1662/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 707k

Auteur

Docteur en archéologie. Université de Lyon 2. touamraoui@yahoo.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search