Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Conclusion. Une approche de la présence des grecs à Agde grâce à la connaissance des usages funéraires

Texte intégral

1L’étude de deux groupes de tombes, Le Peyrou 2 au Nord de la ville actuelle et Saint-André au Sud, a permis une première approche des pratiques funéraires en usage à Agde à l’époque grecque.

2Le Peyrou 2, dans l’emprise d’une nécropole antérieure, du premier âge du Fer, compte trente-cinq tombes, datées entre les environs de 400 et la première moitié du IIe s. av. J.-C. S’y côtoient inhumations et incinérations, réparties en trois grandes phases chronologiques. La première, entre 400 et 275 av. J.-C., regroupe huit inhumations, deux incinérations et un possible bûcher. À la seconde se rapportent trois inhumations et deux incinérations des trois derniers quarts du IIIe s. av. J.-C. ; enfin deux inhumations peuvent être attribuées à la première moitié du IIe s. av. J.-C. Parmi ces tombes du Peyrou 2, seize, sans mobilier, ne peuvent être classées dans une phase précise. De Saint André sont connues seulement deux sépultures de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. ou du tout début du siècle suivant, découvertes au sein d’un cimetière de l’Antiquité tardive et du Moyen Age, et qui prennent la suite de celles du Peyrou.

3Ces deux ensembles funéraires du Peyrou 2 et de Saint-André permettent, entre autres, d’alimenter deux dossiers importants pour la connaissance de la Protohistoire du Midi de la Gaule, la datation de la fondation de l’établissement grec d’Agathè et le « paysage funéraire » des Grecs de cette région de Méditerranée Nord-occidentale.

Des pratiques funéraires originales

4L’ensemble des champs abordés a permis de mettre en évidence des différences fondamentales entre ces tombes agathoises et les ensembles funéraires connus dans le monde indigène régional. Celles-ci concernent tous les aspects des pratiques funéraires, depuis le traitement du corps, son dépôt ou celui de ses restes, la morphologie de la tombe et les objets qui y sont placés. Soulignons les principaux caractères.

5Une réflexion a pu être menée d’abord sur le recrutement. La courbe de mortalité que reflète le Peyrou 2 n’est pas fondamentalement éloignée de la tendance générale propre à une société ancienne, et la population se répartit équitablement entre adultes de plus de 20 ans et immatures, avec une distribution selon les classes d’âge relativement aléatoire car la connaissance de cette nécropole n’est que partielle. Les enfants sont dispersés parmi les tombes d’adultes et seule une densité plus importante de femmes ressort dans la partie centrale du secteur mis au jour. C’est au cœur de ce groupe féminin qu’apparaît une premier ensemble de tombes de tout-petits en amphores ; et c’est bien la présence de ces périnatals et de ces nourrissons de moins d’un an dans le cimetière qui différencie nettement le recrutement de ce groupe humain agathois de celui des nécropoles protohistoriques de la région. En effet, contrairement au monde indigène, le taux de mortalité pour cette classe d’âge est ici tout à fait conforme à celui attendu dans une démographie préjennerienne. La plupart de ces très jeunes enfants sont déposés dans une amphore massaliète décolletée. Non seulement la présence de cette catégorie de défunts est tout à fait inhabituelle dans les cimetières de l’âge du Fer régional, mais de surcroît le mode de sépulture choisi à Agde, le dépôt du cadavre dans un vase, l’enchytrisme, tranche nettement avec la coutume indigène de l’enterrement dans une fosse creusée au sein de la sphère domestique.

6Autre contraste avec le monde autochtone, la dualité dans le traitement du corps. Alors que seul le procédé de l’incinération est utilisé dans le Languedoc occidental indigène depuis la fin du Bronze final, inhumation et incinération sont concurremment employées à Agde, et ce dès la phase ancienne du Peyrou 2. Ce voisinage inhumés - incinérés a été diversement interprété par le passé. À Agde, il a été attribué par A. Nickels à la coexistence de Grecs et d’indigènes, et ce cimetière en serait le reflet. Selon lui, il « ne peut s’expliquer que si l’on admet la présence, dans la même nécropole, de sujets d’origines différentes, colons massaliètes et indigènes fortement hellénisés, mais fidèles dans leur tombe au vieux rite indigène de l’incinération » (1983, 422-423). La même idée avait déjà été avancée par M. Almagro pour la nécropole ampuritaine du secteur Martí (1953, 32). Celui-ci y voyait l’illustration du texte de Strabon : « dans le voisinage immédiat du nouvel Emporium se trouvaient quelques tribus d’Indicètes, qui, tout en continuant à s’administrer elles-mêmes, voulurent, pour leur sûreté, avoir avec les Grecs une enceinte commune. Par le fait, l’enceinte fut double, puisqu’un mur transversal la divisa par le milieu. Mais, avec le temps, les deux villes se fondirent en une seule cité, dont la constitution se trouva être un mélange de lois grecques et de coutumes barbares, ce qui du reste s’est vu en beaucoup d’autres lieux » (Géographie, III, 4, 8, trad. A. Tardieu 1867). Cette interprétation a été reprise depuis par É. Gailledrat et E. Sanmartí pour l’ensemble des nécropoles d’Ampurias. Pour eux, avant l’acceptation des indigènes dans la Neapolis au début du IV e s. av. J.-C., on trouverait uniquement des tombes de Grecs inhumés, tandis qu’ensuite se mélangeraient des indigènes incinérés parmi les Grecs inhumés (Marcet, Sanmartí 1989, 167-171 ; Gailledrat 1995, 33, 50 et 52-54).

7Cette hypothèse a le mérite de poser le problème des rapports entre colons grecs et indigènes pouvant habiter la colonie ou ses environs immédiats, dans leurs relations quotidiennes. Cependant dans cette problématique d’autres éléments concernant les usages funéraires doivent être pris en compte qui montrent une réalité sans doute plus complexe (Dedet 2011 ; Dedet 2015).

8D’une manière plus générale, la coexistence de ces deux formes de traitement du cadavre est un phénomène très souvent observé dans les sociétés anciennes ou traditionnelles, simultanément dans un même lieu, sans qu’il accompagne une quelconque différence d’origine ethnique et sans que l’idéologie funéraire et les croyances eschatologiques elles-mêmes ne changent. Le choix pour l’un ou l’autre traitement résulte seulement du statut du défunt, des circonstances ou des modalités de sa mort, ou de l’interprétation que les survivants font des causes de celle-ci, et non pas d’une appartenance ethnique ou d’une revendication culturelle (Hertz 1928, 5).

9Plus signifiant d’un point de vue culturel dans le traitement funéraire, est sans aucun doute le matériel qui accompagne le défunt dans la tombe et cela est lié à la conception du devenir du mort dans l’au-delà. On constate que la nature des objets figurant dans les tombes d’Agde est différente de celle des tombes du monde indigène contemporain, et que très peu de catégories sont communes aux deux milieux funéraires. Dans les sépultures d’Agde on trouve notamment des lécythes, des unguentaria, vases à parfum ou à huiles parfumées, qui ont pu servir à la toilette et la purification du cadavre. Ce type de substances répandues sur le mort ou le bûcher, mais aussi les rituels de purification, sont largement évoqués dans les sources écrites grecques. Et les nombreuses représentations de tombeaux et scènes funéraires sur les lécythes attiques à fond blanc du V e et du IV e s. av. J-C., attestent la pratique de l’hommage au défunt dont témoignent à Agde les vases à libation et les éléments en terre cuite de couronnes florales mortuaires. Ce sont là autant de pièces qui n’ont pas d’utilité dans la vie censée être menée outre-tombe par ces Grecs, à la différence des objets vestimentaires, des parures, des ustensiles de la vie quotidienne, des provisions et des armes nécessaires à l’au-delà des indigènes. Et d’ailleurs la forte proportion de tombes agathoises dépourvues de tout mobilier, près de la moitié des défunts, surtout les inhumés, illustre bien le manque d’intérêt et de besoin d’un dépôt d’objets ne servant ni à la toilette du mort ni à quelque hommage.

10Et de plus à Agde, on ne constate aucune différence dans le choix du mobilier placé auprès des inhumés et des incinérés, qui aurait pu signaler l’appartenance à deux cultures distinctes. Cette différence dans le traitement du corps ne saurait par conséquent distinguer des Grecs et des indigènes.

La question de la fondation de la colonie d’Agathè

11Ces tombes montrent la présence sur les bords de l’Hérault, non loin de son embouchure de l’époque, d’une population traitant ses morts à la « manière grecque », et cela à partir des environs de 400 av. J.-C.
Il n’est guère douteux qu’il s’agisse alors de Grecs, ou d’indigènes adoptant les mœurs grecques en la matière comme peuvent le faire les épouses autochtones de ces colons ou les descendants de ces unions. De ce fait, les plus anciennes sépultures du Peyrou 2 prouvent avec netteté la présence de Grecs en ce lieu et confortent celle de l’existence de l’établissement colonial grec au tournant des V e et IV e s. av. J.-C. Mais qu’en est-il de la date de la fondation de ce comptoir par les Massaliètes ou les Phocéens, car les textes des auteurs antiques y faisant allusion ne fournissent pas d’élément permettant de la fixer (voir ci-dessus chap. 1, § 3.1.)?

12Le site d’Agde est habité peut-être dès la fin du VIIe s. ou le début du VIe s. av. J.-C., comme l’ont montré les découvertes faites au Nord du centre-ville actuel, dans le secteur de l’Esplanade-impasse Molière (Nickels 1985, 66). Pour cette période initiale, selon A. Nickels, il s’agirait d’un « habitat indigène de l’Âge du Fer que rien ne permet de distinguer des autres gisements contemporains de la région » (1995, 92-93). Pour la suite, abandonnant l’hypothèse qui prévalait jusqu’alors d’une fondation coloniale dès le premier quart du VIe s. av. J.-C., il penchait pour « une installation permanente d’un petit groupe de Phocéens au milieu - ou à côté - d’une communauté indigène », et parlait d’un « relais maritime » et d’une « petite communauté phocéenne » pour le plein VIe et le plein V e s. av. J.-C. Et il envisageait la création d’une véritable colonie massaliète dans le dernier quart du V e s. av. J.-C. (Nickels 1983, 417-422).

13Toute cette argumentation concernant une installation de Grecs sur le site dès le VIe s. av. J.-C., sans aller jusqu’à envisager une fondation coloniale, reposait sur les données issues de l’habitat, modes de construction des maisons et du rempart, et part des importations céramiques. Le manque actuel de tombes pour la période comprise entre la nécropole de « rite indigène » du Peyrou 1 et celle de « rite grec » du Peyrou 2, soit entre la fin du VIIe s. et la fin du V e s. av. J.-C., nous prive d’une précieuse lumière sur ce sujet et sur la présence réelle de Phocéens ou de Massaliètes en ce lieu à cette période.

14En fait, il s’agit plutôt probablement alors, entre les environs de 600 et les environs de 400, d’un port indigène grandement ouvert au commerce méditerranéen, comme l’attestent les importations étrusques et grecques, et ce dès la fin du VIIe s. av. J.-C. (Garcia 1995, 142), avec en contre-partie l’exportation des objets en bronze récupérés dans l’arrière-pays, comme semble le montrer aussi l’épave échouée au large de Rochelongue (Dedet, Marchand 2015a, 599-602). En effet, la céramique recueillie dans l’habitat d’Agde montre une proportion de produits importés très élevée, amphores et vases à boire, mais également des origines diverses pour ces récipients. On dispose de données précises pour deux fouilles de sauvetage, rue Perben et square Picheire, et toutes deux montrent une évolution dans les approvisionnements avec un changement net vers la fin du V e s. av. J.-C.

15Rue Perben, dans les trois premiers quarts du VIe s. av. J.-C. les amphores sont très majoritairement étrusques et non grecques : entre 560-520 av. J.-C., l’Étrurie en fournit 70 %, les 30 % restant provenant essentiellement de Grèce. Les rapports changent en s’équilibrant vers la fin du VIe et le début du V e s. av. J.-C. : 40 % d’amphores étrusques, autant d’amphores massaliètes et 20 % de grecques. Puis durant le V e s., le taux d’amphore massaliète est en constante augmentation, et atteint les 95 % du matériel amphorique vers 425-400 av. J.-C. Et ce taux se maintient à ce niveau durant tout le siècle suivant, à peine concurrencé par les amphores ibéro-puniques puis par les gréco-italiques au IIIe s. av. J.-C. (fig. 115, A) (15 % des amphores) (Garcia, Marchand 1995, 101).

Fig. 115. A : Agde, fouilles de la rue Perben, proportions comparées des amphores étrusques et massaliètes (% sur le total des fragments d’amphores) (d’après Garcia, Marchand 1995, 101). B : Lattes/Lattara, proportions comparées des amphores étrusques et massaliètes (% sur le total des fragments d’amphores)(d’après Dicocer2, p. 16, fig. 2, A et 129, fig. 15).

Fig. 115. A : Agde, fouilles de la rue Perben, proportions comparées des amphores étrusques et massaliètes (% sur le total des fragments d’amphores) (d’après Garcia, Marchand 1995, 101). B : Lattes/Lattara, proportions comparées des amphores étrusques et massaliètes (% sur le total des fragments d’amphores)(d’après Dicocer2, p. 16, fig. 2, A et 129, fig. 15).

16Le square Picheire fournit des proportions à partir du V e s. av. J.-C. et l’évolution apparaît similaire : au V e s., 63 % d’amphores massaliètes, pour 12 % d’amphores étrusques et 15 % d’amphores ibériques, le reste étant indéterminé ; au IV e s., 80 % d’amphores massaliètes et près de 20 % d’amphores ibériques (Ugolini, Olive 2004, 61 et 62, fig. 5 ; Ugolini 2012, 177, fig. 3, n°4).

17De la seule prédominance de cette présence des amphores massaliètes à la fin du V e s. av. J.-C., on a parfois déduit la fondation d’un établissement grec (Garcia, Marchand 1995, 101). Mais pareille évolution dans ces proportions n’est pas le propre d’Agde et de la basse vallée de l’Hérault. Elle se retrouve de manière identique sur un autre port côtier languedocien, et qui n’est pas réputé être une colonie ou un comptoir massaliète, celui de Lattes (fig. 115, B) : la proportion d’amphores étrusques y passe de 82 % à 15 % du matériel amphorique entre le dernier quart du VIe s. et le troisième quart du V e s. av. J.-C., et dans le même temps, celles des amphores massaliètes évolue de 16 % 90 % (Dicocer2, 16, fig. 2A, et 129, fig. 15). De même à Espeyran, dans le même laps de temps, l’amphore de Marseille représente 91 à 97 % du matériel amphorique (Barruol, Py 1978, 92). Ce sont là des proportions qui sont courantes dans les habitats côtiers du littoral du Languedoc oriental et central. On le voit, dans ces régions, cette prédominance écrasante des amphores massaliètes ne saurait constituer « le » critère indiquant l’existence d’un établissement colonial. Pareille prépondérance ne peut donc être retenue pour la fondation de celui d’Agde, pour la période précédant les tombes du Peyrou 2.

18Les découvertes concernant la forme de l’habitat apportent également des indications intéressantes, car l’architecture montre un changement net vers la fin du V e s. av. J.-C., même si les renseignements sont fragmentaires, issus d’interventions archéologiques ponctuelles et limitées.

19Jusqu’à la fin du V e s. av. J.-C., cette agglomération d’Agde reste composée d’édifices aux parois de torchis sur poteaux porteurs, et parfois on constate l’utilisation de la brique crue, notamment pour l’édification du rempart qui entoure cet habitat dès le milieu du VIe s. av. J.-C. La première technique constructive est bien connue sur l’ensemble de la région, tandis que la seconde n’apparaît alors que sur les sites littoraux ou proches de la côte méditerranéenne, comme Lattes,
La Monédière à Bessan, La Moulinasse à Salles-d’Aude, Montlaurès près de Narbonne, Pech Maho à Sigean ou encore le Port à Salses, etc. (Chazelles 2010, 310 ; Chazelles, Ugolini dir. 2015, 351-357).

20En ce domaine, la fin du V e s. av. J.-C. marque un net changement. À partir de cette époque l’occupation apparaît plus dense. Les maisons d’Agde sont désormais construites exclusivement en briques séchées sur solins de pierres. Le rempart primitif est nivelé et une nouvelle enceinte est reconstruite à son emplacement. Et, coïncidence, c’est aussi de cette période que datent les plus anciennes tombes de « rite grec » du Peyrou, des sépultures qui signalent des Grecs qui ont pu vivre en ces lieux depuis deux ou trois décennies avant leur décès.

21Cet ensemble de données paraît donc converger pour confirmer la fondation du comptoir d’Agathè à la fin du V e s. av. J.-C., et les premières tombes du Peyrou 2 contribuent à dissiper le flou qui régnait jusqu’ici sur cette question. En revanche les pratiques funéraires des habitants de ce port côtier indigène, entre le VIe et la fin du V e s. av. J.-C., mais aussi celles des autochtones qui continuèrent à vivre à Agathè au voisinage des colons grecs à partir des environs de 400 av. J.-C., nous échappent complètement, comme par exemple cette BITUNA dont le nom figure en écriture gallo-grecque sur un peson de tisserand découvert place Molière (Pardies, Ugolini 2014 ; Pardies, Ugolini, Dana 2015).

Le « paysage » funéraire des colons grecs du golfe du Lion

22Cette étude a permis de définir le faciès funéraire de cette colonie agathoise et de mettre l’accent sur les différences avec les nécropoles indigènes de la région. À travers les similitudes avec Marseille et Ampurias, elle contribue aussi à caractériser une « séquence funéraire » propre à Marseille et aux établissements massaliètes d’Occident.

23Les caractéristiques essentielles de ce faciès s’établissent comme suit :

  • un recrutement dans le cimetière qui admet les plus jeunes défunts, y compris les nouveau-nés ;

  • l’inhumation réservée aux plus jeunes, jusqu’à 10 - 14 ans ;

  • la coexistence de l’inhumation et de l’incinération à partir de cette classe d’âge ;

  • l’usage très fréquent du dépôt du périnatal dans une amphore, selon la pratique de l’enchytrisme ;

  • le décubitus dorsal pour la plupart des sujets inhumés ayant dépassé le stade périnatal ;

  • une orientation du corps qui privilégie très majoritairement la tête à l’Est, et la quasi-absence du dépôt avec la tête à l’Ouest ;

  • différentes formules pour la partie enterrée de la tombe, simple fosse, cercueil en bois, coffre de dalles, sarcophage pour les inhumés, et simple fosse pour les incinérés, avec le plus souvent vase-ossuaire ;

  • accumulation de blocs de pierres en surface pour couvrir et signaler le tombeau ;

  • des défunts souvent dépourvus de tout objet ;

  • un accompagnement éventuel réduit et une très grande rareté des objets personnels, sans aucune connotation sexuelle ;

  • des objets bien particuliers, servant au nettoyage du cadavre (vases à parfums), à un hommage au défunt (éléments de couronnes florales), à une libation (coupe) ;

  • aucune différence entre l’accompagnement des inhumés et celui des incinérés ;

  • des objets particuliers pour les enfants ayant dépassé le stade périnatal, servant d’amulettes et traduisant un souci de protection.

24À cela s’ajoutent, du moins à Marseille au IV e s. av. J.-C., des édifices funéraires à l’architecture grecque monumentale bien ostentatoire, les deux enclos de la Bourse situés près d’une des portes de la cité, réservés à des groupes privilégiés.

  • 52 Les recherches effectuées à Phocée par F. Sartiaux (Hermary 2008), et surtout par E. Akurgal puis (...)

25Au-delà de ces deux monuments particuliers, on a là un ensemble homogène de pratiques, un « paysage funéraire » que l’on retrouve peu ou prou dans les nécropoles actuellement connues des colonies de la côte Nord de la Méditerranée occidentale. Et à ce sujet, la comparaison avec les usages en vigueur dans la cité grecque de Phocée eût été bien instructive, mais l’état des recherches archéologiques dans la mère patrie 52 ne la permet pas actuellement.

Notes

52 Les recherches effectuées à Phocée par F. Sartiaux (Hermary 2008), et surtout par E. Akurgal puis Ö. Özyigit ont essentiellement permis la mise au jour de sanctuaires, dont le temple d’Athéna, d’un théâtre et du rempart de la cité (Özyigit 1994 ; Özyigit, Erdogan 2000). Quelques tombes à inhumation en sarcophage ont cependant été fouillées au Sud de la cité, à proximité d’autels abandonnés, l’une du second quart du VIe s. av. J.-C., une d’époque hellénistique et plusieurs autres d’époque romaine (Özyigit, Erdogan 2000, 16).

Table des illustrations

Titre Fig. 115. A : Agde, fouilles de la rue Perben, proportions comparées des amphores étrusques et massaliètes (% sur le total des fragments d’amphores) (d’après Garcia, Marchand 1995, 101). B : Lattes/Lattara, proportions comparées des amphores étrusques et massaliètes (% sur le total des fragments d’amphores)(d’après Dicocer2, p. 16, fig. 2, A et 129, fig. 15).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search