Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Chapitre 5. Les nécropoles grecques d’Agde dans le contexte funéraire du midi méditerranéen, monde indigène et établissements massaliètes

Texte intégral

  • 36 Mercurin 2015 et aimables renseignements de Romuald Mercurin que nous remercions.
  • 37 La nécropole de la pointe de Vella à Port-de-Bouc, entre Marseille et l’embouchure du Rhône, cons (...)

1Les tombes étudiées dans les chapitres précédents, échelonnées entre le début du IV e s. et l’extrême fin du IIe s. av. J.-C., seront ici mises dans la perspective des usages funéraires du Midi de la Gaule, et cela selon quatre plans fondamentaux, le recrutement des défunts admis au cimetière, le traitement de leur corps, la forme de leur tombe et enfin les objets qui les accompagnent. Chacun de ces thèmes sera abordé à différents niveaux, celui du passé local, celui des nécropoles contemporaines du monde indigène régional, Ensérune, Mourrel-Ferrat, Ambrussum et Sizen-Vigne, et enfin celui des colonies massaliètes voisines. Les deux premiers niveaux permettent de souligner l’originalité de ces sépultures du Peyrou 2 et de Saint-André, et leur caractère étranger par rapport aux pratiques funéraires autochtones. Le troisième cherche à mesurer les convergences et les différences avec les Grecs, essentiellement ceux des établissements de Méditerranée nord-occidentale. Cependant en plus d’Agathè/Agde, des nécropoles ne sont actuellement connues que dans deux autres colonies ou comptoirs, Massalia/Marseille et Emporion/Ampurias. Et si quelques sépultures attestant la présence de Grecs à Nikaia/Nice viennent d’être mises au jour36, les tombes de Rhodè/Rosas, Thelinè/Arles, Tauroeis/Le Brusc, Olbia et Antipolis/Antibes restent à découvrir37 (fig. 86).

Fig. 86. Localisation des colonies grecques et des nécropoles et tombes du second âge du Fer dans le Midi méditerranéen (© B. Dedet).

Fig. 86. Localisation des colonies grecques et des nécropoles et tombes du second âge du Fer dans le Midi méditerranéen (© B. Dedet).

1. Le recrutement des défunts admis au cimetière

  • 38 Contrairement aux immatures, la détermination de l’âge des adultes, qui repose essentiellement su (...)

2La comparaison du recrutement avec les nécropoles régionales indigènes ne peut être appréciée que sous l’angle de l’âge au décès, et en particulier celui des immatures et le rapport de ceux-ci avec les adultes, toutes saisons de l’existence confondues38. En effet ce recrutement ne peut être envisagé sur le plan de la répartition sexuelle du fait de la généralisation de la pratique de la crémation dans le Midi de la France depuis la fin du Bronze final. Le sexe biologique des adultes n’est que très rarement déterminable du fait de la fragmentation et de la déformation des os incinérés, et seule la connotation d’objets permet dans certains cas de distinguer hypothétiquement des hommes et des femmes.

  • 39 Évidemment, il n’est pas possible de tenir compte de Saint-André dont on ne connaît que deux sépu (...)

3La courbe de mortalité des défunts immatures du Peyrou 2 est conforme à la tendance générale propre à une société ancienne39 (voir ci-dessus, chap. 3, § 1. et fig. 57). Les défunts de moins d’un an sont ici tout à fait bien représentés, avec un quotient de mortalité de 212,12 ‰, typique d’une société préjennérienne. Certes il manque en revanche des jeunes enfants (classe des 1-4 ans : 76,92 ‰) et il y a un peu trop de sujets immatures plus âgés (classes 5 - 9 ans : 125,00 ‰ ; classe 10-14 ans : 142,85 ‰ ; classe 15-19 ans : 111,11 ‰), mais ces légères différences sont sans doute dues à la faiblesse de l’échantillon (33 individus classés). On peut donc en conclure que périnatals et nourrissons sont normalement admis au cimetière de cette communauté agathoise, et c’est là une différence fondamentale avec les nécropoles indigènes de la région où ces très jeunes morts font complètement défaut, ou bien sont extrêmement minoritaires (Dedet 2008, 79-156).

4Localement, trois nécropoles de la basse vallée de l’Hérault illustrent ces usages funéraires antérieurs au Peyrou 2 : les Vignes-Vieilles à Bessan, à 8 km au Nord-Ouest d’Agde, datant du Bronze final IIIb, Le Bousquet/La Tuilerie à Agde, à 3 km au Nord du Peyrou, et bien sûr, le Peyrou 1, ces deux dernières, strictement contemporaines, datant du milieu et de la seconde moitié du VIIe s. av. J.-C.

5Les deux premières ne peuvent être utilisées dans cette comparaison du fait d’une documentation très incomplète ou encore inédite. En effet, aux Vignes-Vieilles une quarantaine de tombes à incinération, très endommagées par les labours, ont été repérées, et treize fouillées mais on ne dispose d’aucune analyse ostéologique (Grimal 1972). Le Bousquet-La Tuilerie a livré vingt tombes dont l’étude est pour le moment en cours (Mazière 2013). En définitive, seul l’ensemble du Peyrou 1, complètement publié à ce jour, peut être confronté avec les tombes de la colonie grecque agathoise, sur ce sujet du recrutement des défunts comme sur les autres pris en compte dans ce chapitre (Nickels, Marchand, Schwaller 1989). Cependant, aucune tombe n’est actuellement connue pour les deux siècles séparant le Peyrou 1 du Peyrou 2, entre la fin du VIIe et la fin du V e s. av. J.-C., malgré la continuité de l’habitat sur le site même d’Agde.

6Au Peyrou 1, sur 114 individus dont l’âge au décès est connu, figurent 93 adultes, 4 adolescents, 6 enfants de 5-14 ans, 9 enfants de 1 - 5 ans et 2 nouveau-nés ou nourrissons de 0-12 mois (fig. 87). Avec un quotient de mortalité de 17,54 ‰ ces derniers sont ici extrêmement sous-représentés. De même, on note un déficit important pour les jeunes enfants entre 1 et 4 ans révolus : 80,35 ‰. En revanche, à partir de l’intervalle 5-9 ans, les quotients sont conformes à la mortalité attendue (fig. 88) (Dedet 2008, 48 et 60-65). On le voit, contrairement au Peyrou 2, les tout-petits sont ici quasiment exclus du cimetière, ainsi qu’une bonne part des jeunes enfants, et c’est entre 5 et 10 ans que l’âge n’est plus un critère pour admettre les défunts dans la nécropole.

Fig. 87. Répartition des effectifs issus des données brutes selon les classes d’âge de la démographie historique, pour la nécropole grecque Agde/Peyrou 2 et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France antérieures (entre le IXe et le V e s. av. J.-C.).

Fig. 87. Répartition des effectifs issus des données brutes selon les classes d’âge de la démographie historique, pour la nécropole grecque Agde/Peyrou 2 et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France antérieures (entre le IXe et le V e s. av. J.-C.).

Fig. 88. Quotients de mortalité (en ‰) pour les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France entre le IXe et le IIIe s. av. J.-C. Pour comparaison, tables-types de Ledermann pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans (Ledermann 1969, 86-88).

Fig. 88. Quotients de mortalité (en ‰) pour les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France entre le IXe et le IIIe s. av. J.-C. Pour comparaison, tables-types de Ledermann pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans (Ledermann 1969, 86-88).

7Ces coutumes ne sont pas propres alors à ce seul secteur géographique de la basse vallée de l’Hérault. En effet, toutes les nécropoles du Sud de la France, au Bronze final IIIb et au premier âge du Fer, montrent ces mêmes tendances. On y retrouve une absence ou un déficit extrêmement important des 0-12 mois dont les quotients varient selon les cas de 0 ‰ à 36,36 ‰. On y note également la rareté plus ou moins marquée des 1 - 4 ans révolus, avec des quotients allant de 20,00 ‰ à 128,57 ‰. Et, pour la classe suivante, l’accès à la nécropole devient de plus en plus courant partout et atteint souvent une fréquence normale par rapport à la démographie archaïque, voire supérieure (Dedet 2008, 64, fig. 43) (fig. 87, 88 et 89).

Fig. 89. Les courbes des quotients de mortalité (en ‰) pour différentes nécropoles du monde indigène protohistorique du Midi de la France avant la création des établissements grecs, comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).

Fig. 89. Les courbes des quotients de mortalité (en ‰) pour différentes nécropoles du monde indigène protohistorique du Midi de la France avant la création des établissements grecs, comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).

8Par la suite, à l’époque du Peyrou 2, ces habitudes séculaires restent en vigueur dans les nécropoles de ce monde indigène, pour toutes ces classes d’âge.

9Périnatals et nourrissons sont alors absents de la nécropole d’Ensérune, entre 430 et 200 av. J.-C., et de celle d’Ambrussum entre 275 et 200 av. J.-C. (Schwaller et al. à paraître ; Dedet 2012a). Dans les deux cas, le quotient de 0-12 mois est égal à 0 ‰ (sur, respectivement, 95 et 22 individus d’âge déterminé) (fig. 88, 90 et 91). À Mourrel-Ferrat, où tout calcul démographique est impossible vu le petit nombre de tombes fouillées (12 défunts en tout), on note cependant l’absence des tout-petits, comme d’ailleurs des autres enfants de moins de 15 ans, dans le dernier quart du IV e s. av. J.-C. (Janin et al. 2000). Et il en va de même dans le petit ensemble de Mermoz à Castelnau-le-Lez, sur les neuf sépultures datées des V e-IV e s. av. J.-C. (Ott et al. 2010). Malgré une densité de nécropoles bien moindre qu’au Bronze final III et au premier âge du Fer, la dispersion de ces sites depuis la moyenne vallée de l’Aude jusqu’au cœur du Languedoc oriental montre bien qu’il s’agit là d’une coutume générale au Midi méditerranéen, comme lors des siècles précédents. Dans ce paysage, seul tranche le Sizen-Vigne à Beaucaire, daté entre le milieu du IV e s. et la fin du IIIe s. av. J.-C., avec un quotient de 141,30 ‰ pour les 0-12 mois, inférieur seulement de moitié par rapport à la mortalité attendue (Demangeot, Dedet 2016, 249-242). Cependant il s’agit là d’un secteur de la nécropole beaucairoise bien particulier par de nombreux autres aspects des pratiques funéraires (Demangeot et al. 2016).

Fig. 90. Répartition des effectifs issus des données brutes selon les classe d’âge de la démographie historique, pour les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France de la même époque (entre la fin du V e et la fin du IIIe s. av. J.-C.).

Fig. 90. Répartition des effectifs issus des données brutes selon les classe d’âge de la démographie historique, pour les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France de la même époque (entre la fin du V e et la fin du IIIe s. av. J.-C.).

Fig. 91. Les courbes des quotients de mortalité (en ‰) pour deux nécropoles du monde indigène protohistorique du Midi de la France, Ambrussum et Beaucaire/Sizen-Vigne et les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).

Fig. 91. Les courbes des quotients de mortalité (en ‰) pour deux nécropoles du monde indigène protohistorique du Midi de la France, Ambrussum et Beaucaire/Sizen-Vigne et les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).

10Les jeunes enfants de plus d’un an, à Ensérune comme à Ambrussum, commencent à être acceptés dans le cimetière mais il en manque encore beaucoup. Ainsi, le quotient de mortalité des 1 - 4 ans est de 130,43 ‰ à Ambrussum, soit une bonne moitié d’absents, et sans doute autant à Ensérune, où le calcul a été fait sur la tranche des Infans I (1 - 6 ans). Ceux-ci n’apparaissent pas du tout, ni à Mourrel-Ferrat, ni à Mermoz. En revanche, avec un quotient de 227,84 ‰, les 1 - 4 ans sont tout à fait normalement représentés à Sizen-Vigne. Ensuite partout où le calcul est possible, à Ensérune, à Ambrussum comme au Sizen-Vigne, la présence des enfants plus grands est normale par rapport à la mortalité préjennérienne (fig. 88, 90 et 91).

11Concernant le recrutement, c’est donc essentiellement à propos des tout-petits que le Peyrou 2 montre des habitudes fondamentalement différentes des usages des indigènes de la région. En revanche ces pratiques agathoises rejoignent celles qui sont en vigueur dans la colonie grecque de Marseille et aussi dans l’établissement d’Ampurias, à la même époque.

12À Marseille, c’est la nécropole de Sainte-Barbe, avec une série de 96 tombes d’époque grecque comprises entre les environs de 400 et 150 av. J.-C., qui donne une base solide pour connaître les usages funéraires de ses habitants, ou du moins d’un échantillon d’entre eux (Moliner et al. 2003). Les autres ensembles funéraires de Marseille grecque, rue du Tapis-Vert, cours Julien, La Bourse, Le Carénage, Le Pharo et, dernier reconnu, le boulevard de Paris ne peuvent être pris en compte faute d’étude anthropologique ou en raison d’un nombre trop réduit de sépultures (Moliner 2016).

13Dans ce cimetière de Sainte-Barbe les très jeunes morts sont très bien attestés : pour l’ensemble de la partie du cimetière antérieure à l’époque gallo-romaine, le quotient de mortalité de ces moins d’un an est de 312 ‰ correspond parfaitement aux quotients de référence calculés par les démographes pour des espérances de vie à la naissance comprises entre 25 et 35 ans. La présence de la classe suivante, celle des jeunes enfants de 1 - 4 ans, est bien marquée mais elle est sous représentée, avec un quotient de 54,5 ‰ au lieu des quotients de références entre 195,88 ‰ et 362,76 ‰ pour des espérances de vie comprises entre 35 et 25 ans. C’est là un score tout à fait proche de celui du Peyrou 2 (76,92 ‰). En revanche, à partir des 5-9 ans, la conformité avec la mortalité archaïque est atteinte, tandis que les taux du Peyrou 2 sont légèrement supérieurs (fig. 88, 90 et 91).

14De tout cela ressort une conclusion importante : dans les deux colonies grecques, Marseille et Agde, la classe des 0 - 1 an accède normalement au cimetière. C’est aussi le cas à Ampurias, à l’extrémité Sud-Ouest du golfe du Lion, ce qui souligne un lien culturel supplémentaire à ces trois établissements grecs d’Occident.

15À Ampurias, l’absence d’étude anthropologique ne permet pas de mesure de proportion précise de ces défunts, mais cependant les observations de fouille autorisent une certaine approche. Les pratiques funéraires d’époque grecque sont connues essentiellement au travers des sépultures mises au jour dans les propriétés Bonjoan (84 tombes de la fin du VIe s. au IIe s. av. J.-C.) et Martí (172 tombes du IIIe au Ier s. av. J.-C.), à proximité immédiate des remparts de la Neapolis (Almagro 1953, 29-216). Certes ces fouilles sont anciennes, effectuées durant les années 1940, et leur publication fait la part belle aux objets, selon les normes en vigueur au milieu du XXe siècle. Néanmoins, outre un catalogue des pièces, cet ouvrage apporte quelques données utilisables pour un nombre important de sépultures, en particulier des indications concernant la morphologie de la tombe et surtout, pour les tombes à inhumation, Martín Almagro donne la longueur du squelette et a clairement distingué les périnatals/nourrissons (en espagnol « criaturas »), soit les sujets de moins d’un an, des autres individus plus âgés.

16Le secteur Martí est le plus signifiant à cet égard, avec au moins 133 inhumés, tous âges confondus (Almagro 1953, 29-127) : ce sont 43 « criaturas » qui y figurent. On peut répartir ces jeunes sujets en trois groupes selon le mode de dépôt du corps, au cas où cela marquerait une différence d’âge à l’intérieur de cette classe (Dedet 2011, 37-38) :

  • groupe 1 : 30 sujets déposés en amphore ;

  • groupe 2 : 6 sujets déposés en fosse, sans objet d’accompagnement ;

  • groupe 3 : 7 sujets déposés en fosse, avec objet(s) d’accompagnement.

17Comme il n’est pas à exclure, faute d’analyse ostéologique, que les groupes 2 et 3 admettent aussi des défunts ayant dépassé la première année, il convient donc de formuler trois hypothèses :

  • 1) si seul le groupe 1 correspond aux moins d’un an, le quotient de mortalité de cette classe (1q0) serait de 225,6 ‰ ;

  • 2) si ce sont les groupes 1 et 2 qui correspondent à cette classe, le quotient de mortalité (1q0) serait alors de 270,7 ‰ ;

  • 3) si ce sont les trois groupes 1, 2 et 3, le quotient de mortalité (1q0) passerait à 323,3 ‰.

18On aurait dans la nécropole Martí, aux IIIe, IIe et Ier s. av. J.-C., un quotient de mortalité des moins d’un an compris entre 225 et 323 ‰, tout à fait conforme à la mortalité pré-jennérienne (Dedet 2011, 37). Malgré le caractère quelque peu grossier de la mesure, mais on ne peut guère faire autrement pour le moment, il semble bien que l’on se trouve ici dans le même cas de figure qu’à Marseille et Agde, avec un cimetière normalement ouvert aux nouveau-nés. La fouille plus récente conduite par E. Sanmartí à l’emplacement du Parking confirme cette constatation, même si l’étude ostéologique manque : on compte huit « enfants inhumés en amphore » sur un total de 34 tombes (Sanmartí et al. 1983-1984). S’il s’agit bien là des tout-petits, on aurait pour la classe de 0-12 mois de cette nécropole un quotient de mortalité de 235,29 ‰.

  • 40 Informations de Manuel Moliner et de Michel Bats. Et il est intéressant aussi de constater qu’auc (...)

19Ces nouveau-nés, d’ailleurs, ne sont pas signalés dans les habitations de ces colonies grecques. Pas plus qu’à Agde, les maisons d’époque grecque fouillées à ce jour à Marseille n’ont livré de tombe ou de vestige de squelette de tout-petit. Il en va de même dans le comptoir massaliète d’Olbia en Provence40. Cette absence est en total contraste avec le monde autochtone du Midi de la France, où beaucoup de périnatals sont inhumés à l’intérieur des agglomérations des vivants, dans les maisons ou dans les cours domestiques. Actuellement cent cinquante individus sont connus dans une trentaine d’habitats depuis le début du premier âge du Fer au moins et durant tout le second âge du Fer, en Roussillon (Ruscino, Port de Salses), en Languedoc (Pech-Maho, Cayla de Mailhac, Montlaurès, Ensérune, La Monédière, La Ramasse, Les Gardies, Sextantio, Lattara, Gailhan, La Jouffe, Plan de Lavol, Vié-Cioutat, Castelvielh, La Liquière, Roque de Viou, Mauressip, Nages, Le Marduel, Nîmes, Mas Saint-Jean, Les Barbes-et-Fon-Danis et peut-être Ambrussum), dans le Sud du Massif central (Puech de Mus, Roc de l’Aigle) (Dedet 2008, 79-138 ; Dedet 2012b). Tout près d’Agde, à six kilomètres seulement, on soulignera cet usage dans l’habitat indigène de La Monédière à Bessan, abandonné à la fin du V e av. J.-C.

20Et en Provence, il n’est pas inintéressant d’observer que l’usage marseillais tranche complètement avec celui des oppida voisins : des nouveau-nés ensevelis à la manière indigène dans les maisons, on en trouve tout autour de Marseille, à Saint-Blaise, à Roquepertuse, à Entremont, et même, à moins de deux heures de marche des murs de la colonie grecque, au Baou de Saint-Marcel (Dedet, Gantès 2014).

2. Le traitement du corps

21Le type de traitement du corps du défunt n’est pas uniforme du Bronze final III à la fin du second âge du Fer dans le monde indigène du Midi de la France. Des différences régionales entre défunts incinérés et défunts non brûlés peuvent être observées alors, ainsi qu’une évolution générale (Dedet 2004).

22Au début de la période, en Languedoc occidental et dans les régions situées plus à l’Ouest, antérieurement aux tombes du Peyrou 2, et ce depuis la fin du Bronze final, la crémation est le traitement « normal » du corps des défunts admis au cimetière. À l’Ouest de la basse vallée du fleuve Hérault et des reliefs occidentaux du Massif central, dans les plaines du Languedoc occidental et du Roussillon, la chaîne pyrénéenne, ses vallées et son piémont, le couloir Aude-Garonne, les vallées et plateaux du Tarn et du Quercy méridional, c’est le règne sans partage de l’incinération. Les Pyrénées d’ailleurs ne constituent pas une limite car cet usage s’étend largement sur la péninsule Ibérique, en Catalogne et en Aragon pour ne parler que des contrées les plus proches (Maya 1986 ; Pons i Brun 2000).

23À l’Est de cette vallée de l’Hérault en revanche, l’inhumation est la norme au Bronze final IIIb, en Languedoc oriental, dans le Sud du Massif central, en vallée du Rhône, en Provence comme dans les Alpes du Sud. Ensuite, au début du premier âge du Fer, ce domaine oriental demeure fidèle pour sa plus grande part aux usages ne mettant pas en jeu l’incinération. Cependant, et c’est là la nouveauté, dans le Languedoc oriental et sur les causses de la Lozère, parmi une majorité de défunts non brûlés, figurent des cas assez nombreux d’individus incinérés. Cette apparition de l’incinération semble se faire ici progressivement, et dès le début du VIe s. av. J.-C. elle affecte tout le Languedoc oriental jusqu’au Nord du département du Gard et remplace désormais complètement les usages ne faisant pas appel à elle. Puis la crémation se propage à l’Est du Rhône, en Provence occidentale et orientale durant le VIe s. av. J.-C., même si elle n’y devient pas encore la règle. C’est seulement à partir de la deuxième moitié du V e s. av. J.-C. que tous les défunts « normaux », hormis notamment les nouveau-nés, sont désormais incinérés dans l’ensemble du monde indigène du Sud de la France, à l’exception toutefois de l’extrême Est, le cœur des Alpes du Sud, où l’inhumation restera le seul traitement du corps en vigueur au moins jusqu’au IIIe s. av. J.-C. (Dedet 2004).

24Pour ce qui concerne la région d’Agde avant l’époque du Peyrou 2, les nécropoles témoignent de la pratique exclusive de l’incinération, propre au domaine occidental. C’est bien ce que montrent les Vignes-Vieilles à Bessan pour le Bronze final IIIb, Le Bousquet-La Tuilerie et Le Peyrou 1 à Agde pour le VIIe s. av. J.-C.,
Saint-Julien de Pézenas du VIIe au début du V e s. au moins, ou encore Saint-Antoine à Castelnau-de-Guers au milieu du VIe s. av. J.-C.

25Ensuite, alors qu’incinération et inhumation se côtoient au Peyrou 2 à la même époque, dans toutes les nécropoles du monde autochtone actuellement connues, la norme est l’incinération, aussi bien à l’Ouest, à Mourrel-Ferrat en Minervois, qu’au Sud à Pech-Maho-Les Oubiels en Narbonnais ou à l’Est, à Saint-Pierre/Lattes (Jung 2014 ; Bel 2014), à Mermoz/Castelnau-le-Lez, à Ambrussum et au Sizen-Vigne/Beaucaire, en Languedoc oriental, ou encore aux Conques/Cucuron en Provence (Dumoulin 1962). Et il en va de même avec la nécropole d’Ensérune, distante de seulement trente kilomètres d’Agde (fig. 86). Ainsi sur ce point, la nécropole du Peyrou 2 contraste fortement avec le contexte indigène régional.

  • 41 Exception faite du « fœtus » inhumé, signalé dans Bertucchi 1992, 133.

26Cette dualité dans le traitement du corps attestée au Peyrou 2, est aussi le propre de la colonie grecque de Marseille (fig. 94). Ainsi, aux IV e - IIIe s. av. J.-C., la crémation est la règle à la Bourse41 tandis que les deux sujets du cours Julien, un adulte et un jeune enfant, sont, eux, inhumés (Bertucchi 1992, 132-134 ; Moliner, Rothé dans Rothé, Tréziny dir., 2005, notice n° 211, 679). Ailleurs les deux pratiques coexistent dans le même lieu : trois inhumés et un incinéré dans la rue du Tapis-Vert entre le début du V e s. et le IIe s. av. J.-C. (Chabaud, Féraud 1959, 84-86 ; Moliner, Rothé dans Rothé, Tréziny dir., 2005, notice n° 159, 599-600) ; cinq inhumés et cinq ou sept incinérés à Saint-Mauront entre la fin du V e s. et le milieu du IIIe s. av. J.-C. (Moliner, Rothé dans Rothé, Tréziny dir., 2005, notice n° 208, 676-679) ; « 25 inhumés et des incinérés » au boulevard de Paris aux V e s. et IV e s. av. J.-C. (Newman, Michel, Touma 2012, 137-138). À Sainte-Barbe, la mieux connue des nécropoles marseillaises grâce notamment aux études anthropologiques, les enfants de moins de dix ans sont toujours inhumés alors que les grands enfants, adolescents et adultes peuvent être inhumés (27 cas, 56 %) ou incinérés (21 cas, 44 %). Au Peyrou 2, les proportions diffèrent quelque peu de celles mesurées à Marseille, mais cela peut résulter d’un échantillon plus réduit : ce sont là tous les moins de 15 ans qui sont inhumés et, pour les adolescents et les adultes, le ratio est de 17 inhumations pour 5 incinérations, soit respectivement 77 % et 23 % (fig. 92).

Fig. 92. Rapport incinération-inhumation dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2, Marseille/Sainte-Barbe, Ampurias/Martí, Ampurias/Mateu-Granada, Ampurias/Parking et Ampurias/Bonjoan, sans distinction des phases chronologiques (V e-IIe s. av. J.-C.).

Fig. 92. Rapport incinération-inhumation dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2, Marseille/Sainte-Barbe, Ampurias/Martí, Ampurias/Mateu-Granada, Ampurias/Parking et Ampurias/Bonjoan, sans distinction des phases chronologiques (V e-IIe s. av. J.-C.).

Fig. 93. Rapport incinération-inhumation dans les nécropoles grecques de Marseille/Sainte-Barbe et Apollonia du Pont/Kalfata et celle d’Aléria/Alalia, par phases chronologiques.

Fig. 93. Rapport incinération-inhumation dans les nécropoles grecques de Marseille/Sainte-Barbe et Apollonia du Pont/Kalfata et celle d’Aléria/Alalia, par phases chronologiques.

Fig. 94. Localisation des nécropoles de la colonie grecque de Marseille/Massalia (© B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 94. Localisation des nécropoles de la colonie grecque de Marseille/Massalia (© B. Dedet, M. Schwaller).

27Inhumation et incinération sont aussi employées concurremment en Grèce même pour les défunts adultes, et ce dans des proportions variables selon le lieu et le moment. Les exemples sont nombreux. C’est le cas à Athènes et en Attique aux époques archaïque, classique et hellénistique. Et ici aussi les deux modes de traitement du corps s’accompagnent des mêmes rites. Le choix pour l’un ou l’autre peut découler simplement d’une préférence du défunt ou de sa famille (Kurtz, Boardman 1971, 71, 91, 96 et 163). Cela est aussi signalé dans bien d’autres cités de Grèce, comme par exemple Théra, Érétrie, Olynthe ou encore Clazomènes (Kurtz, Boardman 1971, 195 ; Hürmüzlü, 2004, 80-81). De même, inhumations et incinérations coexistent dans nombre de colonies. Ainsi à Abdère, en Thrace, dans les deux cimetières des colons venant de Clazomènes et de Téos, et cela de la seconde moitié du VIIe s. av. J.-C. à la période hellénistique (Koukouli-Chrysanthaki, 1994, 40, 52 et 66). C’est ce qui ressort encore des fouilles récentes de Megara Hyblaea (Duday, Bérard, Sourisseau 2013) ou de celles d’Apollonia du Pont sur la mer Noire (Hermary et al. 2010).

28Le rapport entre inhumation et incinération varie localement. Au Peyrou 2 il n’est pas possible de l’évaluer en fonction du temps vu le nombre de tombes sans objets d’accompagnement, et donc datées sans précision dans la fourchette du cimetière. En revanche à Marseille/Sainte-Barbe, une évolution semble perceptible. Les défunts sont d’abord, au IV e s. av. J.-C., majoritairement inhumés (13 sujets sur les 18 recensés, soit presque les trois quarts), et par la suite ils se partagent à peu près équitablement entre les deux pratiques, 5 inhumés et 7 incinérés au IIIe s. av. J.-C., et 8 inhumés pour 8 incinérés dans la première moitié du siècle suivant (Moliner et al. 2003, 34-36) (fig. 93). Les autres ensembles marseillais vont dans le même sens. À Saint-Mauront l’incinération n’apparaît qu’à partir de la fin du IV e s., et à la rue du Tapis-Vert la tombe la plus récente, datée du IIe s. av. J.-C., est celle d’un défunt incinéré.

29Cette dualité et cette évolution semblent comparables à Ampurias, dans les nécropoles les plus proches de la Neapolis suffisamment renseignées (fig. 95). Dans les secteurs Martí, Bonjoan, Granada-Mateu, un comptage réalisé à partir de la synthèse de M. Almagro (1953), une fois déduits les périnatals et les nourrissons soupçonnés (« criaturas ») toujours déposés en amphore, fournit des résultats éloquents. Dans le terrain Martí, entre le milieu du VIe et la fin du IIIe s. av. J.-C., sur 129 tombes, figurent 97 inhumés et 32 incinérés, et ces derniers sont toujours postérieurs au milieu du V e s. Dans la propriété Bonjoan, sur environ 74 sépultures datées de la fin du VIe s. av. J.-C. et surtout des IIIe et IIe s. av. J.-C., 70 sont des inhumations et les quatre incinérations sont toutes du IIe s. av. J.-C.
Durant les mêmes siècles, dans le secteur Mateu-Granada prennent place 16 inhumations et 12 incinérations, ces dernières parmi les plus récentes, du IIIe et du IIe s. av. J.-C. Et d’autre part dans la fouille du Parking, un autre secteur contigu à la colonie comme celui de la nécropole Martí, sur 25 tombes d’adultes ou d’adolescents des IV e et IIIe s. av. J.-C., on compte 13 inhumés et 12 incinérés (Sanmartí, Nolla, Aquilue 1983-1984) (fig. 92).

Fig. 95. Localisation des nécropoles de l’établissement d’Ampurias/Emporion (© B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 95. Localisation des nécropoles de l’établissement d’Ampurias/Emporion (© B. Dedet, M. Schwaller).

30Dans le monde grec, une évolution semblable a souvent été notée vers davantage d’incinérations au fil du temps, comme le souligne M. Almagro pour les colonies de Grande Grèce (1953, 256). Et ailleurs, Apollonia du Pont et Aléria, où les données sont précises, illustrent bien ce phénomène. À Apollonia tous les sujets sont inhumés entre 450 et 375 av. J.-C. (12 tombes) ; ensuite, entre 375 et 300, l’incinération apparaît, tout en étant peu fréquente (3 tombes sur 26), et, dans la première moitié du siècle suivant, elle affecte plus du tiers des défunts (6 tombes sur 17) (Hermary et al. 2010, 139). À Aléria, l’incinération est d’abord très minoritaire, 2 tombes sur 26 du début du V e s. au milieu du IV e s. av. J.-C., puis elle compte pour un quart des individus du milieu du IV e s. au milieu du IIIe s. av. J.-C. (14 tombes sur 55), pour atteindre un tiers ensuite avant le milieu du siècle suivant (8 tombes sur 23) (Jehasse, Jehasse 1973, 26) (fig. 93).

3. Morphologie de la tombe

3.1. Les tombes à incinération

31Les tombes à incinération d’Agde, concernant toutes des adultes et/ou des adolescents, se présentent sous deux formes (fig. 96).

Fig. 96. Morphologie des deux types de tombes à incinération agathoises. A : tombe à loculus juste aux dimensions du dépôt des vases (Saint-André 28). B : tombe à loculus plus important que le dépôt des vases (Peyrou 79) (dessins B. Dedet).

Fig. 96. Morphologie des deux types de tombes à incinération agathoises. A : tombe à loculus juste aux dimensions du dépôt des vases (Saint-André 28). B : tombe à loculus plus important que le dépôt des vases (Peyrou 79) (dessins B. Dedet).

32Au Peyrou 2, la fosse est creusée dans le sédiment qui recouvre le substrat basaltique (fig. 96, B). Les loculus sont ovalaires avec des dimensions variant de 35 à 40 cm pour le petit axe et 50 à 76 cm pour le plus grand. Parmi les quatre tombes attestées, seuls les ensembles 77 et 79, les mieux conservés, permettent une observation précise. La taille de la fosse dépasse largement l’encombrement du dépôt funéraire. L’ossuaire est placé verticalement au sein d’une accumulation très serrée de blocs de basalte de 20 à 30 cm de module, disposés sur deux niveaux, qui remplissent intégralement le reste de l’espace. En outre dans la tombe 79 des portions de la paroi et du fond de la fosse sont tapissées par des panses d’amphore. Par son ampleur et le soin apporté à sa mise en place, cet aménagement de blocs dépasse la simple fonction de calage, et il ne peut s’agir de l’effondrement de la couverture. Celle-ci n’est sûrement perceptible, du moins partiellement, que dans le cas de la tombe 77 où un lit de blocs de basalte recouvre la fosse sur environ un mètre carré. Aucun vestige de stèle n’a jamais pu être observé sur ce site.

33La morphologie des deux tombes de Saint-André diffère de celle du Peyrou 2, du moins pour la partie enterrée, car nous ne disposons ici d’aucun élément concernant l’éventuel recouvrement. Si les contours des fosses n’ont pas été vus lors de la fouille, leurs formes et dimensions peuvent être restituées à partir de la disposition et la nature du mobilier. Contrairement au Peyrou 2, ces creusements ne dépassent guère la taille de l’ossuaire lui-même, soit un loculus probablement circulaire de 35 à 40 cm de diamètre. Des tessons d’amphore en position peu ou prou verticale calent l’urne, et dans la tombe 27, la recouvrent partiellement (fig. 96, A).

34Les différences entre ces deux nécropoles résultent sans doute de la chronologie. En effet les deux morphologies ne sont pas contemporaines, les tombes à incinération du Peyrou 2 datant de la seconde moitié du IV e s. et du IIIe s. av. J.-C., tandis que celles de Saint-André, plus récentes, se placent entre 150 et 90 av. J.-C.

35De leur côté, les sépultures contemporaines du monde autochtone voisin, toutes à incinération, se présentent sous diverses variantes, en fonction notamment de la présence ou de l’absence de l’ossuaire. C’est ce que montrent les nécropoles d’Ensérune, de Mourrel-Ferrat et des Bosquets en Languedoc occidental, et celles d’Ambrussum et du Sizen-Vigne. Et les différences avec les deux formules connues à Agde sont souvent nettes.

36À Ensérune, entre 425 et 325 av. J.-C., la fosse, creusée partiellement dans le substrat naturel et/ou dans la couche d’argile qui le surmonte, présente une forme variable. Presque toujours le plan est grossièrement circulaire, avec un diamètre de 20 cm à 80 cm et une moyenne se situant autour de 40-45 cm. Les dimensions sont généralement limitées à l’emprise du vase-ossuaire et à des pierres de son calage éventuel. Le plus souvent la hauteur de la fosse n’excède guère celle du vase lui-même et le cas échéant de sa fermeture. Parfois cependant, quand la couverture de pierres a été observée, par exemple pour les tombes 21, 60, 65, 87, 97 et 112, cette ampleur peut dépasser le vase d’une vingtaine de centimètres. Cet ossuaire, placé dans la partie centrale du loculus ou vers un bord de la fosse, est parfois calé à sa base par des pierres, de dimensions moins importantes qu’au Peyrou 2 et ne remplissant pas ici l’ensemble du creusement. Plusieurs autres différences avec Le Peyrou 2 peuvent être remarquées. Dans plusieurs cas, notamment les tombes 18, 79, 95 104, le vase-ossuaire est installé dans un surcreusement de la fosse, et ailleurs, pour les tombes IB 14 et IB 29, IB 81, IB 136, l’encroûtement de dépôts calcaires à la surface du récipient montre que la fosse ne semble pas avoir été comblée après la cérémonie. Les dispositifs de couverture sont constitués de blocs de pierres et parfois une stèle rudimentaire, en pierre locale simplement équarrie, a pu être observée, jouant le rôle d’un dispositif de signalisation, comme par exemple dans la tombe 56 datée de la première moitié du IV e s. av. J.-C. (fig. 97, B et C).

Fig. 97. Morphologie des tombes du Languedoc occidental autochtone. A : tombe S5 d’Ensérune (Nissan-Lez-Ensérune, Hérault) ; en haut, dispositif de couverture ; au centre, ossuaire, vases d’accompagnement et dépôt de faune ; en bas, restitution en coupe (clichés et relevé M. Schwaller). B : tombe 60 d’Ensérune (dessin S. Hanicotte). C : tombe 9 d’Ensérune (cliché : archives du Musée d’Ensérune). D : tombe 18 de Mourrel-Ferrat (Olonzac, Hérault) ; en haut, la sépulture ; au centre : coupe du loculus ; en bas, plan du bûcher associé à la tombe (clichés et relevé T. Janin). E : tombe B2 des Bosquets à Cesseras, Hérault, plan et coupe ; 1 : dispositif de recouvrement ; 2 : fosse funéraire ; 3 : fosse adjacente avec résidus du bûcher (d’après G. Rancoule).

Fig. 97. Morphologie des tombes du Languedoc occidental autochtone. A : tombe S5 d’Ensérune (Nissan-Lez-Ensérune, Hérault) ; en haut, dispositif de couverture ; au centre, ossuaire, vases d’accompagnement et dépôt de faune ; en bas, restitution en coupe (clichés et relevé M. Schwaller). B : tombe 60 d’Ensérune (dessin S. Hanicotte). C : tombe 9 d’Ensérune (cliché : archives du Musée d’Ensérune). D : tombe 18 de Mourrel-Ferrat (Olonzac, Hérault) ; en haut, la sépulture ; au centre : coupe du loculus ; en bas, plan du bûcher associé à la tombe (clichés et relevé T. Janin). E : tombe B2 des Bosquets à Cesseras, Hérault, plan et coupe ; 1 : dispositif de recouvrement ; 2 : fosse funéraire ; 3 : fosse adjacente avec résidus du bûcher (d’après G. Rancoule).

37Dès la fin du IV e s. av. J.-C., toujours à Ensérune, les différences sont encore plus grandes avec les tombes à incinération d’Agde. Un accroissement de la dimension des fosses est notable : dans certains cas le creusement atteint plus d’un mètre sur le plus grand axe (tombes 55, 101, 153, 157, 158, 162, 163, 175, S 1 à S 6). La morphologie du loculus varie en fonction du substrat. Dans la zone Nord du cimetière le plan est le plus souvent circulaire et les dimensions sont plus restreintes, avec une moyenne de 60 cm de diamètre, alors que dans la partie la plus orientale, où le socle est constitué par un conglomérat très hétérogène, la fosse affecte des formes relativement irrégulières. Dans ce secteur, elle est oblongue plutôt que circulaire et son grand axe peut atteindre 1,40 m. Le substrat rocheux est fréquemment aménagé pour accueillir l’ossuaire et des ressauts sont utilisés pour tout ou partie de l’accompagnement. Les dimensions du loculus dépassent presque toujours l’encombrement maximum des vases, créant ainsi des espaces importants pouvant recevoir des objets de grande taille, comme des armes, des quartiers de viande, ou des objets en matériaux en partie périssables. À partir de la fin du IV e s., les tombes les mieux conservées présentent une couverture de blocs de pierres construite en deux lits, les éléments du niveau supérieur ayant un module plus important, autour de 20 à 25 cm, que ceux du niveau inférieur, entre 15 et 20 cm (fig. 97, A). Celle-ci devait reposer sur un platelage ménageant un espace originel vide dans la fosse, comme le montrent le remplissage progressif des fosses par un sédiment d’infiltration et l’affaissement des blocs. Lorsqu’elles sont conservées, toutes les stèles, anépigraphes mais néanmoins travaillées sur un ou plusieurs côtés, sont situées en bordure des fosses (Schwaller et al. à paraître).

38Un type de tombe différent à la fois de celles d’Ensérune et d’Agde existe aux Bosquets à Cesseras, dans la seconde moitié du V e s. av. J.-C. Il comprend plusieurs éléments d’après les cas les mieux conservés, les sépultures B2 et B3 : une fosse grande et profonde (1 à 1,5 m de long sur 0,7 m de large pour 0,4 à 0,5 m de profondeur), remplie de cendres, de terre rougie et de blocs de grès ayant subi l’action du feu ; les restes ramassés sur le bûcher, charbons, os humains incinérés et éléments très fragmentés du mobilier sont déversés sur le dessus du comblement de cette fosse et dans une petite dépression adjacente de 0,5 m de diamètre pour 0,10 à 0,15 m de profondeur. L’ensemble est recouvert par des blocs de grès (fig. 97, E) (Rancoule 1983).

39À Mourrel-Ferrat, le loculus est adapté à un autre type de dépôt qu’à Agde, comme d’ailleurs à Ensérune et aux Bosquets. L’ossuaire est placé au fond et au centre de la fosse qui est intégralement comblée de matières provenant du bûcher, sédiment charbonneux, os humains brûlés et mobilier fragmentaire (Janin et al. 2000). De volume tronconique, le loculus est quelque peu surdimensionné par rapport au vase-ossuaire, à la différence des tombes de Saint-André. Et par ailleurs, ici à Mourrel-Ferrat, il semble jouxter l’ustrinum, ou même perforer celui-ci, à la manière de certaines tombes-bûchers connues au VIe s. av. J.-C. dans le monde autochtone du Midi de la France, comme celles de Gros-Ped aux Arcs-sur-Argens ou de la Guérine à Cabasse, dans le Var (fig. 97, D) (Dedet 2012c, 217-219).

40La formule du vase-ossuaire déposé dans un loculus, entouré d’un espace comblé par des résidus du bûcher, et parfois densément entouré par des pierres, est aussi attestée dans la basse vallée du Rhône, dans la nécropole du Sizen-Vigne à Beaucaire au IV e et dans la première moitié du IIIe s. av. J.-C., par exemple dans la tombe 12W (Demangeot et al. 2016, 32-33). Cependant elle est très minoritaire sur ce site. Elle y côtoie des tombes sans vase-ossuaire, un mode de dépôt complètement absent des nécropoles grecques d’Agde. Celles-ci sont constituées par de simples petites fosses généralement circulaires ou ovalaires, de 30 à 40 cm de diamètre ou d’axes, peu profondes, entre 5 et 15 cm, et comblées par un sédiment incluant des os incinérés et des résidus du bûcher. Ces sépultures sont marquées par une couverture de galets (fig. 98, C). Et cette dualité, fosses avec ou sans vase-ossuaire, existe aussi ailleurs en Languedoc, dans la nécropole de la ZAC Mermoz à Castelnau-le-Lez aux V e - IV e s. av. J.-C. (Ott et al. 2010).

Fig. 98. Morphologie des tombes du Languedoc oriental autochtone. A : Ambrussum, tombe à recouvrement, plan, coupe et restitution (relevés B. Dedet). B : Ambrussum, tombe sans recouvrement, plan et coupe (relevés B. Dedet). C : Beaucaire Sizen-Vigne, tombe avec vase-ossuaire (T12W) accolée à une tombe sans vase-ossuaire (relevé et cliché C. Demangeot, Hadès).

Fig. 98. Morphologie des tombes du Languedoc oriental autochtone. A : Ambrussum, tombe à recouvrement, plan, coupe et restitution (relevés B. Dedet). B : Ambrussum, tombe sans recouvrement, plan et coupe (relevés B. Dedet). C : Beaucaire Sizen-Vigne, tombe avec vase-ossuaire (T12W) accolée à une tombe sans vase-ossuaire (relevé et cliché C. Demangeot, Hadès).

41La pratique du dépôt funéraire en vrac, sans ossuaire, dans une fosse peu profonde, est d’ailleurs d’un usage plus ou moins fréquent dans le monde indigène du Languedoc occidental, depuis le IXe s. av. J.-C. et devient prépondérante vers la fin du VIe s. av. J.-C. et durant le siècle suivant (Dedet à paraître). À la même époque que Le Peyrou 2, où elle ne figure pas, elle est bien documentée dans le secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum, dans les trois derniers quarts du IIIe s. av. J.-C.

42Sur ce site, on peut reconnaître deux types d’architecture sépulcrale, les tombes à loculus surmonté d’un recouvrement et celles qui en sont dépourvues (fig. 98, A et B). Ces loculus sont de plan à peu près circulaire ou ovale. Ils mesurent de 50 à 140 cm de diamètre ou d’axes pour une profondeur variant entre 8 cm et 36 cm. Ils sont remplis par un sédiment incluant des restes osseux du défunt et du matériel qui l’a accompagné sur le bûcher. Lorsqu’il existe, le recouvrement de la tombe est constitué d’un léger amoncellement de terre débordant tout autour de la fosse sur le sol de circulation. Son épaisseur varie de 2 cm à 10 cm selon les cas, avec un maximum de hauteur juste au-dessus du comblement de la fosse. Il renferme des fragments d’os humains incinérés, le plus souvent de petite taille, éparpillés ou parfois regroupés, de petits morceaux de charbons de bois, quelques objets, tessons de vases et surtout objets personnels des défunts, comme des pièces d’habillement ou de parure ayant subi l’action du feu du bûcher. Son amplitude peut atteindre 4 m de diamètre, mais presque toujours elle se situe entre 2 m et 3 m. Des vases ou portions de vases, sont écrasés à plat sur le sol de circulation du cimetière, en bordure même ou à proximité immédiate de l’ouverture des loculus. D’autres sépultures, plus rudimentaires, voisinent avec les précédentes. Elles ne comportent qu’un seul aménagement, une simple dépression ou cuvette, plus ou moins grande à l’ouverture mais toujours peu profonde, creusée dans le sol, dépourvue de structure de surface surmontant son comblement (Dedet 2012a).

43Ainsi, qu’il s’agisse du Peyrou 2 ou de Saint-André, la forme des tombes diffère de toutes celles en usage dans le monde indigène environnant la colonie grecque d’Agde. Ces sépultures d’Agde ressemblent-elles à celles des fondations grecques les plus proches ? Pour cette comparaison, seule Marseille peut être prise en compte car l’architecture des tombes à incinération d’Ampurias est encore particulièrement mal connue d’après les études de M. Almagro, en attendant la publication des fouilles récentes, dans le secteur Granada, dans le Parking et le Centre d’Accueil des Visiteurs (Castanyer, Santos, Tremoleda 2016). Mais de toute façon, Marseille est particulièrement intéressante puisqu’elle est à l’origine de la fondation agathoise, selon les textes des historiens anciens.

44Pour Marseille/Sainte-Barbe, la douzaine de tombes à incinération suffisamment bien conservées, possèdent un loculus de plan circulaire ou ovalaire. Celles de plan circulaire ont un diamètre compris entre 50 et 80 cm. Lorsque le plan est ovalaire, le petit axe varie de 32 à 50 cm et le grand de 50 à 120 cm. Le plus souvent le vase-ossuaire, en position verticale ou couchée, est calé par quelques pierres (tombes 60, 99, 192, 198, 245 et 258) (fig. 99, A et E), mais parfois c’est le reste de l’espace de la fosse qui est presque entièrement occupé par des blocs, comme dans le cas des loculus des tombes 66 et 90, qui, au demeurant, ne figurent pas parmi les plus grands du site (fig. 99, C et D). Le dépôt au fond du loculus est immédiatement recouvert par la terre du creusement et aucune inclusion de résidus de la crémation n’est signalée. Lorsqu’elle n’a pas disparu, la couverture est constituée de quelques blocs de pierres auxquels sont parfois mêlés des tessons d’amphores, et dans un cas des résidus provenant du bûcher (fig. 99, E et G) (Moliner 1994 ; Moliner et al. 2003).

Fig. 99. Morphologie des tombes à incinération de Marseille. A : Sainte-Barbe 43, plan et coupe ; B : Sainte-Barbe 194 ; C : Sainte-Barbe 66 ; D : Sainte-Barbe 90 ; E : Sainte-Barbe 60 ; F : Sainte-Barbe 258 ; G : Sainte-Barbe 115, à g. couverture, à dr. loculus ; H : Sainte-Barbe 102 (d’après Moliner et al. 2003) ; I : la Bourse, caissons du monument à triglyphes (d’après Bertucchi 1992).

Fig. 99. Morphologie des tombes à incinération de Marseille. A : Sainte-Barbe 43, plan et coupe ; B : Sainte-Barbe 194 ; C : Sainte-Barbe 66 ; D : Sainte-Barbe 90 ; E : Sainte-Barbe 60 ; F : Sainte-Barbe 258 ; G : Sainte-Barbe 115, à g. couverture, à dr. loculus ; H : Sainte-Barbe 102 (d’après Moliner et al. 2003) ; I : la Bourse, caissons du monument à triglyphes (d’après Bertucchi 1992).

45Tous ces usages propres aux incinérations de Sainte-Barbe ne diffèrent guère de ceux que l’on a pu observer à Agde, toutefois certaines tombes de cette nécropole de Marseille présentent aussi d’autres dispositifs spécifiques. La fosse de la tombe 194 inclut un coffre en bois dont subsistent des clous, et celle de la tombe 102 un caisson de dalles de chant, et ce sont là des fosses parmi les plus grandes de la nécropole (fig. 99, B et H). D’autre part, une dalle de chant cloisonne le loculus de la tombe 97 en deux parties, le dépôt osseux hors de tout vase-ossuaire d’un côté et, de l’autre, quelques objets liés au rituel. Une stèle en calcaire ou en poudingue local signale encore la moitié des sépultures bien conservées, mais la présence d’un tel marqueur au Peyrou 2 comme à Saint-André ne peut être reconnue compte tenu de l’arasement des lieux (fig. 99, F).

46À côté de ces tombes « normales », il existe aussi à Marseille au IV e s. av. J.-C., des édifices funéraires à l’architecture monumentale bien ostentatoire, comme l’Enclos Nord et le Monument à triglyphes de la Bourse. Ceux-ci sont bâtis en grand appareil, l’un d’eux comportant une ornementation sculptée. À l’intérieur, les sépultures, toutes à incinération à l’exception d’un périnatal inhumé, sont placées dans une fosse creusée à la dimension de l’urne-ossuaire ou bien dans un caisson monolithique ou un coffre constitué de dalles, et le colmatage est effectué avec des restes du bûcher (fig. 99, I) (Bertucchi 1992, 132-134).

3.2. Les tombes à inhumations

47Les 29 tombes à inhumation d’Agde/le Peyrou 2 ont été réparties en quatre catégories principales (fig. 64).

  • 42 Tombes 53, 54, 57 et 73.
  • 43 Tombe 163.
  • 44 Tombe 48bis.
  • 45 Tombes 52, 56, 81, 86, 93 et 160.

48Dans quatre cas (type 1), le défunt est déposé dans une fosse immédiatement comblée et recouverte par une couverture de pierres locales42. Le second type, le plus fréquent, est marqué par une décomposition du corps en espace vide et l’effondrement de cette couverture. Le mort est alors déposé soit directement dans la fosse43 (type 2a), soit dans un cercueil en bois44 (type 2b). La distinction avec ou sans cercueil ne peut être établie pour six sépultures non colmatées45 (type 2). Ces deux types de dépôt touchent toutes les classes d’âge à l’exception des périnatals et des tout-petits.

  • 46 Tombes 195, 196, 206, 207, 208.

49Le type 3 est une fosse aux parois parementées, également non remblayée. Il est représenté par trois tombes. Les sépultures 88 (un périnatal) et 90 (un périnatal ou très jeune enfant) sont marquées par des blocs posés de chant qui bordent le squelette (type 3a) alors que dans la tombe 80, qui accueille un sujet âgé entre 5 et 7 ans, des pierres semblent caler un coffre en bois (type 3b). Le type 4, une fosse creusée aux dimensions d’une amphore massaliète debout ou couchée, est réservé aux périnatals46.

50Dans les tombes en fosse, le corps est toujours en décubitus dorsal, avec les membres inférieurs le plus souvent en extension, sauf dans le cas de la tombe 74 où le sujet est déposé en décubitus latéral. On observe une plus grande variété dans la position des membres supérieurs, allant de l’extension des bras, vers le repliement complet vers le haut du corps en passant par une flexion plus ou moins importante de l’un ou l’autre des avant-bras (fig. 65). L’orientation des squelettes est variable, avec une position de la tête au Nord, à l’Est ou au Sud, mais jamais à l’Ouest de l’axe nord-sud (fig. 66).

51Comme au Peyrou 2, certaines tombes de Marseille/Sainte-Barbe sont immédiatement comblées après le dépôt funéraire, tandis que dans d’autres, la décomposition du corps s’est faite en espace non colmaté. Et parmi la cinquantaine d’adultes et d’enfants inhumés, plus de la moitié (37 cas) sont mis en pleine terre. Les autres sont placés dans des cercueils ou des caissons en bois, avec ou sans coffrage de pierres, ou encore dans des sarcophages en pierre (3 cas), cette dernière façon de procéder étant la seule non attestée au Peyrou d’Agde.

52Lorsqu’il est conservé, et c’est le cas seulement pour un quart des tombes, le recouvrement de la fosse se fait le plus souvent, comme au Peyrou 2, au moyen d’un amoncellement de blocs, ici du poudingue local. C’est le cas, par exemple, de Sainte-Barbe 56, 116 et 244 (fig. 100, A). Toutefois on ignore si cette couverture était complètement enterrée ou si elle émergeait au-dessus du sol. On rencontre aussi deux autres formules plus rares et qui n’apparaissent pas à Agde, une chape de morceaux d’amphores, comme pour les tombes 47, 57 et 134, ou des blocs de calcaire et de poudingue disposés avec soin et surmontés d’un amas de blocs irréguliers incluant des tessons d’amphores, comme la tombe 129 (fig. 100, D). Parfois, et à la différence du Peyrou 2, une pierre est plantée près de la tête, qui émerge plus ou moins au-dessus du sol, comme pour certaines tombes à incinération, jouant un rôle de marqueur ou de stèle (par exemple tombe 58 ; fig. 100, E).

Fig. 100. Morphologie des tombes à inhumation de Marseille/Sainte-Barbe. A : tombe 56 ; B : tombe 64 ; C : tombe 105 ; D : tombe 129 ; E : tombe 58 ; F : tombe 122 (d’après Moliner et al. 2003).

Fig. 100. Morphologie des tombes à inhumation de Marseille/Sainte-Barbe. A : tombe 56 ; B : tombe 64 ; C : tombe 105 ; D : tombe 129 ; E : tombe 58 ; F : tombe 122 (d’après Moliner et al. 2003).

53Les deux modes de dépôt des périnatals du Peyrou 2, dans une amphore ou directement en pleine terre, se retrouvent à Sainte-Barbe (fig. 100, F et G). Mais dans certains cas, à Marseille, l’amphore-réceptacle ou le corps même du défunt est recouvert par des pans d’amphores (tombes 19, 104 et 409). Exceptionnellement à Sainte-Barbe, une urne, une hydrie ou même un cercueil en bois constituent le contenant du petit corps (Dedet 2011, 14, tab. 5). Une tombe de périnatal de Sainte-Barbe (T 109) est même marquée par une pierre verticale émergeant de la surface du sol.

54Dans les deux colonies, les adultes comme les enfants sont en grande majorité inhumés en décubitus dorsal. Les membres inférieurs sont en extension et les membres supérieurs ont des positions diverses, le long du tronc ou plus ou moins repliés (fig. 100, A, B et C). À Ampurias, il est bien malaisé de faire la part entre les différents types d’inhumation aussi bien des adultes et que des enfants. Les fosses aménagées en pleine terre semblent les plus fréquentes mais on rencontre également des coffrages de pierres ou de tuiles, ou encore des coffres en bois. Adultes et enfants sont également le plus souvent déposés en décubitus dorsal, et les périnatals de leur côté sont ici aussi majoritairement placés dans des amphores, en l’occurrence dans des amphores « ibériques ».

55Au Peyrou 2, l’orientation du corps privilégie la direction Est-Ouest, avec la tête vers l’Est, cela concernant près de la moitié des sépultures. Aucun défunt n’est positionné tête à l’Ouest (fig. 66). Ce parti-pris se retrouve à Ampurias/Martí où 92 % des sujets ont la tête vers l’Est et seulement 3 % vers l’Ouest, et de manière quelque peu atténuée à Marseille/Sainte-Barbe, avec seulement 15 % environ des individus qui ont la tête à l’Ouest de l’axe nord-sud. Et pour les sujets dont on connaît l’âge et le sexe anthropologique, aucune différence n’apparaît entre hommes, femmes et enfants. À ce sujet, la comparaison avec le monde indigène régional est intéressante. Certes, aux IV e - IIe s. av. J.-C., l’inhumation a alors disparu, sauf dans les Alpes du Sud, mais antérieurement, au premier âge du Fer, pour les inhumés, toutes les orientations étaient attestées dans des proportions variables, et l’orientation tête vers l’Ouest était bien connue. C’est le cas dans les Grands Causses, avec un déficit assez net pour la position tête au Sud (Dedet 2001, 279, fig. 242), en Languedoc oriental (Cazevieille B4, D14, I1 et L9, Pontel, Vestric : Vallon 1984 ; Dedet, Gauthey, Pène 1998 ; Dedet, Mahieu, Sauvage 1997) ou encore dans les Alpes méridionales (Mahieu, Boisseau 2000). Et en particulier dans le tumulus communautaire 5 de Chabestan, dans les Hautes-Alpes, dix inhumés sont placés selon un ordonnancement circulaire autour d’une tombe centrale, montrant ainsi que l’orientation du défunt n’est pas une réelle préoccupation dans ce monde indigène (Billy 1968 ; Courtois, Willaume 1991, 162).

56Ce choix de la tête vers l’Est, que l’on décèle dans ces trois colonies phocéennes d’Occident, et qui tranche par rapport aux autochtones, semble refléter une préoccupation de type culturel. Et à ce propos on notera que cette répugnance à positionner la tête vers l’Ouest est fréquente en Grèce, ainsi que dans les colonies grecques de la mer Noire (Hermary et al. 2010, 140-141).

4. Tombes sans objet d’accompagnement

57Les sépultures agathoises se répartissent en deux ensembles, une fois exclus bien sûr l’ossuaire et son couvercle ou l’amphore contenant les tout-petits. Au Peyrou 2, sur 30 sépultures à inhumation et à incinération, 13 sont dépourvues de tout objet d’accompagnement, soit 43 %. Et à Saint-André, l’une des deux tombes ne comporte aucun mobilier dans l’ossuaire ou autour de lui.

58Compte-tenu de la différence quantitative des deux échantillons, ce sont là des proportions proches de celles que l’on peut calculer pour Marseille/Sainte-Barbe, avec près de 54 % des individus démunis de tout matériel (43 sur 79). Cette fréquence des tombes sans objet d’accompagnement varie quelque peu en fonction du traitement du cadavre. Dans les deux colonies, l’absence d’objet touche davantage les inhumés que les incinérés : 46 % des inhumés et 0 % des incinérés au Peyrou 2 ; il en va de même à Sainte-Barbe, même si les taux sont quelque peu différents, 66 % des inhumés et 16 % des incinérés.

59Sur ce sujet la comparaison avec Ampurias est délicate mais néanmoins instructive. On ne peut tenir compte que des deux secteurs les mieux renseignés, Marti et le Parking, et dans les deux cas seulement des inhumations. En effet l’approche archéo-anthropologique fait défaut et le plus souvent tombes à incinération et ustrina ne peuvent guère être différenciés d’après les données publiées (Almagro 1953, 47-127 ; Sanmarti et al. 1983-1984). Sur les 140 inhumations que compte Martí, 46 % sont dépourvues de toute pièce d’accompagnement, et au Parking cette proportion atteint 65 % (13 inhumations sur 20), soit des valeurs tout à fait équivalentes à celles fournies par Agde et Marseille. Et d’ailleurs cette dualité, tombes avec objets voisinant avec des tombes sans matériel est une constante dans le monde grec d’alors. Par exemple à Olynthe, les tombes sans mobilier comptent pour presque 40 % de la nécropole (Robinson 1942, 174).

60À Agde comme à Marseille/Sainte-Barbe toutes les classes d’âge sont touchées par cette absence de mobilier, mais de manière plus ou moins marquée (fig. 101). Dans les deux colonies, les proportions paraissent semblables pour les périnatals ou très jeunes défunts avant un an et pour les adolescents. En revanche, elles sont quelque peu différentes pour les adultes, plus souvent dépourvus d’objets, semble-t-il, à Sainte-Barbe qu’au Peyrou 2. Mais c’est surtout pour les enfants de 1 à 14 ans que le Peyrou 2 se distingue le plus de Sainte-Barbe : un enfant sur huit sans accompagnement dans la première nécropole et six sur huit dans la seconde. Par ailleurs dans ces deux cimetières, cette absence affecte aussi bien des hommes que des femmes.

Fig. 101. Nombre de tombes dépourvues de matériel d’accompagnement à Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, par grandes classes d’âge.

Fig. 101. Nombre de tombes dépourvues de matériel d’accompagnement à Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, par grandes classes d’âge.

61Pour ce qui concerne l’âge de ces morts sans mobilier, le Peyrou 2 semble se rapprocher davantage d’Ampurias que de Marseille si l’on en croit l’exemple du secteur ampuritain Martí. Sur ce dernier site, faute d’étude anthropologique, nous ne disposons que d’approximations fondées sur des indications de la taille du squelette par l’auteur de la publication (Almagro 1953, 47-127). Et d’autre part, des objets ont pu échapper du fait des conditions de fouilles. Cependant, sur cette base, il est possible d’avancer quelques estimations pour les 65 inhumations dites sans mobilier. On y trouve une très grande majorité de 0 - 12 mois (94 % des « criaturas »), comme au Peyrou 2 tandis qu’à Sainte-Barbe cette proportion est nettement moins forte (60 %). La part des autres enfants sans mobilier est de 16 % à Ampurias, un taux bien plus proche d’Agde que de la nécropole marseillaise ; et il en va de même pour les 45 % d’adultes ou sujets de taille adulte. Ce rapprochement Agde-Ampurias n’est pas limité à ce seul aspect des pratiques funéraires : certains objets, quand ils sont présents, sont également révélateurs de cette proximité culturelle.

62La comparaison du rapport tombes avec objets et tombes sans objet entre Grecs et indigènes montre une différence plus ou moins sensible. À Ensérune toutes les tombes suffisamment documentées de la phase I (425-325/300 av. J.-C.) ont au moins une pièce d’accompagnement, et il en va de même de toutes les sépultures du quartier fouillé d’Ambrussum au siècle suivant. En revanche au Sizen-Vigne un petit nombre de sépultures, 8 sur 104 (soit 7,7 %) datées entre 400/350-250 av. J.-C., se rapportant aussi bien à des adultes qu’à des enfants, n’ont aucun mobilier. En outre 13 autres (soit 12,5 %) n’ont livré qu’un ou deux petits tessons de poterie mêlés aux os ou au comblement de la fosse, mais il n’est pas possible de savoir si on affaire à un dépôt intentionnel ou à une adjonction involontaire. De toutes manières, le cumul des deux ensembles n’atteindrait que 20 % soit une proportion bien moindre que dans les colonies que nous venons d’évoquer. De même dans la phase récente d’Ensérune (325/300-200 av. J.-C.), sur 58 tombes, 6 à 8 seulement (soit 10 à 14 %) n’ont aucun matériel accompagnant le défunt, et cela concerne surtout les enfants de plus d’un an, un tiers d’entre eux. En fait ces chiffres montrent que les indigènes répugnent à laisser leurs défunts démunis dans le tombeau, à la différence des Grecs d’Agde et de Marseille.

5. Les objets d’accompagnement du défunt

63La qualité, la quantité, la position des objets et leur signification seront successivement abordées.

5.1. Les catégories représentées

64À Agde, nous l’avons déjà noté, la quantité et la nature du matériel accompagnant le défunt est très variable en fonction de l’âge au décès, qu’il s’agisse des tout-petits, des autres enfants et des adolescents et adultes (voir ci-dessus, chap. 3, § 4.2.). Par conséquent, il convient de conserver ces classes pour les comparer à leurs homologues massaliètes et ampuritains ainsi qu’avec le monde indigène environnant.

Les périnatals

65Chez les autochtones, les périnatals ne figurent pas dans les cimetières, et ceux qui sont enterrés dans les habitats sont dépourvus de tout objet (Dedet 2008, 79-138). Au Peyrou 2, un seul des sept périnatals attestés semble concerné par le dépôt d’objet, celui de la tombe en amphore 208. Il serait muni seulement d’une praire, sans doute ici un talisman, fonction souvent évoquée pour les coquillages concernant les enfants (Stroszeck 2012). Cette rareté trouve un écho à Ampurias où aucun coquillage ne semble apparaître auprès d’un tout-petit dans les tombes des secteurs Martí et Parking. Un tel dépôt est en revanche très fréquent à Marseille/Sainte-Barbe, car il affecte quatre des huit périnatals avec mobilier (Dedet 2011, 14, tab. V).

  • 47 Selon l’expression d’Enric Sanmartí (Sanmartí et al. 1983-1984).

66Contrairement au Peyrou 2, d’autres objets peuvent figurer auprès des défunts de cet âge à Sainte-Barbe, vase-biberon, petite olpé ou corymbe. Ces pièces, toujours uniques, intéressent quatre tombes sur les huit, dont une pourvue également d’un coquillage. La même situation semble prévaloir dans le secteur du Parking à Ampurias. Sur les huit « inhumations infantiles en amphore »47 découvertes, s’il s’agit bien de sujets périnatals, cinq sont pourvues de lécythes ou de gobelets ou d’un collier ou encore d’un petit bracelet. Toutefois dans la colonie ampuritaine, la situation ne semble guère homogène pour cette classe d’âge car aucun objet n’est signalé dans les 28 sépultures de « criaturas » en amphore des fouilles anciennes de la nécropole Martí, mais les données sont ici à utiliser avec précaution car imprécises, et le contraste entre les secteurs Martí et du Parking n’est peut-être qu’apparent en raison de conditions de fouille différentes.

Les enfants

67La composition du mobilier associé aux enfants déposés au cimetière dans le monde indigène obéit à des normes variant selon l’âge au décès, qui plongent leurs racines dans le passé local (Dedet 2008 ; Dedet 2012b). Et celles-ci sont différentes de celles qu’on peut entrevoir dans les nécropoles des colonies grecques de la région.

68On a déjà évoqué les périnatals enterrés en habitat dans la Protohistoire régionale, sans aucun objet d’accompagnement à la différence d’Agde comme de Marseille. Dans ce monde indigène, la coutume change pour les nourrissons. Parmi les rares sujets de cette classe d’âge qui ont accès au cimetière de la communauté, seuls les plus âgés, les 6-12 mois sont presque toujours accompagnés d’objets. Le plus souvent, il s’agit d’éléments d’un simple collier ou d’un pendentif, anneaux ou perles en bronze, perles en ambre ou en corail, autant de pièces à la valeur prophylactique reconnue (Dedet 2016b, 24-26). Les usages appliqués aux nourrissons de la première année marquent ainsi une rupture pour les individus qui ont atteint ou dépassé le cap des six mois d’existence, reflet d’un début de socialisation (même si ce n’est qu’une petite minorité d’entre eux qui a accès à la nécropole villageoise), sans doute lié au fait que le risque de décès devient quelque peu moins grand à cet âge. Et on cherche désormais à protéger ces tout-petits par des amulettes, comme on le constate parfois à Agde/Peyrou 2 et à Marseille/Sainte-Barbe, et dans le reste du monde grec.

69Ensuite, au-delà de la première année, existe une coutume particulière pour les enfants plus âgés dans le monde indigène du Midi. Celle-ci concerne la connotation sexuelle associée à un nombre important d’entre eux, et elle est particulièrement discernable pour le premier âge du Fer du fait de l’abondance de la documentation, mais est bien attestée aussi au second âge du Fer. Entre 1 et 6 ans, lorsque les petits objets familiers qui les accompagnent portent une symbolique sexuelle – c’est le cas pour un tiers des tombes connues – on remarque une quasi-exclusivité des pièces « féminines », fusaïole, plusieurs bracelets. De plus, lorsque le jeune enfant accompagne un adulte dans sa sépulture, le plus souvent ce dernier est une femme ou un individu pourvu d’un mobilier à symbolique féminine. Souvent aussi, ces tombes de jeunes enfants sont placées dans une dépendance topographique très étroite avec la sépulture d’un adulte accompagné d’objets à symbolique féminine, et, a contrario, de tels liens avec des adultes pourvus d’objets connotés masculins sont tout à fait exceptionnels. Cette absence complète d’équilibre dans la symbolique sexuelle des objets placés dans les tombes de ces jeunes morts est en total contraste avec le matériel attribué aux enfants plus âgés. En effet, les 7 - 14 ans pourvus d’objets supposés « masculins » (couteau, et même arme…) sont presque aussi nombreux que ceux qui sont munis de pièces « féminines ». Dès lors, la connotation féminine du mobilier du jeune enfant, entre 1 et 6 ans, ne renvoie pas à son sexe, mais elle est bien plutôt le signe de son appartenance à la sphère féminine de la maisonnée ; et, à l’évidence, un changement intervient vers 7 ans, avec désormais la distinction entre garçons et filles (Dedet 2008, 157-240 ; Dedet 2012b, 153-165).

70Des cas observés à Ensérune et à Ambrussum montrent un tel fonctionnement au second âge du Fer.

71Ainsi, à Ambrussum, entre bien dans ce schéma la tombe d’un jeune enfant de 2 à 4 ans pourvu d’un objet à symbolique féminine, un collier (T 22), qui, de plus, est située sous le recouvrement de la tombe d’un adulte à connotation également féminine (T 23). À Ensérune, sur six tombes doubles associant un jeune enfant, entre 1 et 7 ans, et un adulte, la connotation exclusivement féminine est avérée dans cinq cas (tombes 9, 33, 112, 126 et 172bis).

72Dans les établissements grecs de la région, c’est un traitement semblable qui affecte les nourrissons jusqu’à un an, tandis que pour les enfants plus âgés, la connotation sexuelle n’apparaît jamais.

  • 48 Inhumations 43, 116, 117, 130, 135 et 136.

73Le sujet de la tombe 90 du Peyrou 2 pourrait être un défunt de quelques mois à cause de la dimension du coffrage qui l’abrite. Avec ses éléments de collier en corail, il se distingue bien des périnatals de cette nécropole. En revanche, les deux nourrissons de Marseille/Sainte-Barbe (T 105 et 305) sont tous deux équipés de coquillages, comme certains des périnatals voisins. À Ampurias l’indication de la longueur des restes du squelette, entre 60 et 71 cm (soit une valeur supérieure à celle des « criaturas »), pourrait peut-être permettre de reconnaître six tombes de nourrissons inhumés en dehors d’une amphore dans le secteur Martí48, et, même s’il est quantitativement limité, le mobilier offre ici une variété certaine : deux d’entre eux (Inhumations 130 et 135) ont des éléments de collier, un autre une aiguille à chas (Inhumation 43) et un quatrième (Inhumation 136) un gobelet de la Côte catalane et une fibule, deux pièces de très petites dimensions.

74Dans les trois colonies, on soulignera que les pièces éventuellement présentes auprès de ces tout-petits, périnatals et nourrissons, ont aussi un but essentiellement prophylactique. Et dans les rares cas de dépôt d’autres objets, ceux-ci sont miniaturisés.

  • 49 Tombes 16, 22, 51, 57, 65, 129, 259 et 261.

75Au Peyrou 2, sur huit enfants entre 3,5 et 11 ans, sept ont au moins un objet d’accompagnement. Un seul, apparemment le plus âgé, vers 11 ans (Peyrou T 194), en est dépourvu, circonstance qui affecte ici, nous l’avons vu, un grand nombre de défunts adultes. Cette proportion rejoint celle que l’on pourrait peut-être estimer à Ampurias, secteur Martí, en considérant les « enfants » signalés en tant que tels et les squelettes des inhumés dont la longueur a été estimée entre 80 cm et 120 cm par M. Almagro. En effet sur 37 « enfants » inhumés, 34 sont accompagnés d’objet, soit 92 %. En revanche, la situation est bien différente à Marseille/Sainte-Barbe. Sur les huit défunts âgés entre 1 et 12 ans49, tous inhumés, deux seulement sont pourvus d’objets (Sainte-Barbe T 16 et T 57), de même qu’un neuvième individu, un peu plus âgé, vers 10-14 ans, incinéré celui-là (Sainte-Barbe T 194).

76La comparaison entre Agde et Marseille/Sainte-Barbe est délicate car seules trois tombes de cette classe d’âge contenant un objet sont connues dans la seconde nécropole (fig. 102). Les deux sites n’ont en commun que le bracelet, le coquillage et le vase à parfum. En revanche, le strigile, la trousse de toilette et la coupelle accompagnent certains défunts à Sainte-Barbe alors qu’ils font défaut au Peyrou 2.

Fig. 102. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes d’enfant de un à quatorze ans d’Agde/Peyrou 2, Marseille/Sainte-Barbe et Ampurias/Martí. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.

Fig. 102. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes d’enfant de un à quatorze ans d’Agde/Peyrou 2, Marseille/Sainte-Barbe et Ampurias/Martí. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.

77Toutes les catégories présentes à Agde auprès des enfants figurent également à Ampurias/Martí, mais les différences de fréquence entre les deux ensembles de tombes sont cependant impossibles à évaluer compte tenu de l’inégalité des deux échantillons (fig. 102) : les colliers, quels que soient les éléments qui les composent, les pendants d’oreille, les bracelets, les vases à parfum, les olpés ou les urnes, les guttus, les valves de coquillages, les osselets, les monnaies et les appliques et clous en bronze, ainsi que les fibules et aiguilles à chas. Il en va de même de l’amulette représentant le « geste de la figue » auprès du jeune enfant de l’inhumation 48bis du Peyrou, qui est un objet exceptionnel. Dans une forme comportant seulement la main sans le phallus comme à Agde, elle est attestée à cette époque à Ampurias, dans l’inhumation Martí 96 (fig. 103). Par ailleurs certains objets déposés dans le secteur Martí, comme les alabastres en verre, les figurines et statuettes en terre cuite ou encore les éléments de coffrets en os n’apparaissent pas à Agde, mais ces sépultures ampuritaines, particulièrement « riches », comptent parmi les plus anciennes, datant de la seconde moitié du V e s. av. J.-C. ou du premier quart du siècle suivant (Inhumations Martí 20, 77 et 84).

Fig. 103. 1 : amulette en ambre, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre la suspension, de la tombe 48bis du Peyrou 2. 2 : amulette en os, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre la suspension, de l’inhumation Marti 96 d’Ampurias (d’après Almagro 1953, 93). 3 : amulette en os, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre le phallus, et la suspension au centre, du Grand Parc à Arles (d’après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004, 277, fig. 38, n° 68).

Fig. 103. 1 : amulette en ambre, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre la suspension, de la tombe 48bis du Peyrou 2. 2 : amulette en os, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre la suspension, de l’inhumation Marti 96 d’Ampurias (d’après Almagro 1953, 93). 3 : amulette en os, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre le phallus, et la suspension au centre, du Grand Parc à Arles (d’après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004, 277, fig. 38, n° 68).

78Malgré ces différences plus ou moins marquées entre ces trois établissements, d’une manière générale tant à Agde, à Marseille qu’à Ampurias, lorsqu’ils sont accompagnés d’objets, ces enfants apparaissent mieux pourvus que les adultes, et ce à la différence du monde indigène.

Les adultes et les adolescents

79Comme à Agde, la part des adultes et adolescents dotés d’objets est majoritaire à Marseille, ainsi qu’à Ampurias si l’on en croit le secteur le mieux connu, celui de Martí. Cette part est toutefois plus importante à Agde qu’à Marseille/Sainte-Barbe. En effet pour le Peyrou 2 et Saint-André confondus, elle atteint le tiers de ces défunts (12 sur 18), tandis qu’à Sainte-Barbe elle dépasse à peine la moitié des individus (23 sur 44), que ceux-ci soient inhumés ou incinérés dans ces deux colonies. À Ampurias/Martí on observe une proportion très proche de celle de Sainte-Barbe (28 sur 55), mais dans ce cas, seuls les inhumés ont pu être pris en compte faute de pouvoir estimer l’âge des incinérés (fig. 104).

Fig. 104. Comparaison des proportions de tombes d’adultes et d’adolescents avec ou sans matériel d’accompagnement dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe et d’Ampurias/Martí et les nécropoles du monde indigène régional, Ensérune, Mourrel-Ferrat et Ambrussum (les éventuels ossuaires et les couvercles étant exclus du comptage).

Fig. 104. Comparaison des proportions de tombes d’adultes et d’adolescents avec ou sans matériel d’accompagnement dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe et d’Ampurias/Martí et les nécropoles du monde indigène régional, Ensérune, Mourrel-Ferrat et Ambrussum (les éventuels ossuaires et les couvercles étant exclus du comptage).

80Le nombre d’objets placés dans la tombe est très proche dans les trois ensembles considérés ci-dessus, variant de un à cinq à Agde/Peyrou 2/Saint-André, de un à six à Marseille/Sainte-Barbe et de un à sept à Ampurias/Martí. En outre, lorsque la comparaison est possible, on remarque une même tendance : les adultes ou adolescents incinérés sont plus dotés que les inhumés. Ainsi à Agde la moyenne est de 3 objets par tombe pour les premiers et 1,3 objets pour les seconds. Cet écart est moins important à Marseille, en moyenne 2 objets pour les incinérés et 1,5 objets les inhumés. Toutefois, sur les deux sites, les fourchettes sont très proches : entre un et trois objets pour les inhumés à Agde et entre un et cinq pour ceux de Sainte-Barbe ; entre deux et cinq pour les incinérés d’Agde et entre un et six pour les incinérés de Sainte-Barbe. Et, de plus, ce sont les scores les plus faibles, un ou deux objets d’accompagnement par tombe, qui dominent largement aussi bien pour les inhumés que pour les incinérés sur les deux sites. On retrouve ces caractères à Ampurias/Martí, du moins pour les inhumés, avec une fourchette comprise entre 1 et 7 objets et une écrasante majorité de tombes avec un ou deux objets (fig. 105).

Fig. 105. Comparaison du nombre d’objets par tombe d’adultes et d’adolescents dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2/ Saint-André, de Marseille/Sainte-Barbe et d’Ampurias/Martí (les éventuels ossuaires et les couvercles étant exclus du comptage).

Fig. 105. Comparaison du nombre d’objets par tombe d’adultes et d’adolescents dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2/ Saint-André, de Marseille/Sainte-Barbe et d’Ampurias/Martí (les éventuels ossuaires et les couvercles étant exclus du comptage).

81L’objet personnel d’habillement et/ou de parure est très rare à Agde, comme à Marseille/Sainte-Barbe, et quand il est attesté, il s’agit de la fibule et de la bague.

82La fibule accompagne trois des adultes d’Agde (soit 16,6 %) et un seul de Marseille/Sainte-Barbe (soit 2,2 %), et la bague, un unique défunt d’Agde (soit 5,5 %) et quatre de Sainte-Barbe (soit 9 %).

83L’instrument de toilette, qui n’apparaît pas à Agde, est parfois représenté à Marseille : la trousse de toilette seulement au Cours-Julien et le strigile, plus fréquemment, à Sainte-Barbe, pour trois adultes (soit 6,6 %). Mais ce dernier objet, là encore, plutôt que refléter l’activité du vivant peut participer du nettoyage et de la purification du défunt. C’est d’ailleurs à cette fonction de soin du cadavre que se rapportent les récipients le plus fréquemment déposés dans les tombes, unguentaria, alabastres, lécythes, aussi bien à Agde qu’à Marseille, et cela parfois, en plusieurs exemplaires dans la même sépulture à incinération (trois à Agde/Saint-André 28 ou encore deux à Sainte-Barbe 247).

84Hormis une possible fusaïole ( ?) auprès d’un incinéré du Peyrou 2 (T 184), les objets des activités de la vie quotidienne font complètement défaut dans les deux colonies, pour les adultes et adolescents. Et il en va de même de toute pièce d’armement.

85Même s’il est moins fréquent que dans les tombes d’enfants, le coquillage est présent auprès de rares adultes d’Agde/Peyrou 2 comme de Marseille/Sainte-Barbe, sans qu’il soit possible de trancher entre fonction symbolique, comme pour les plus jeunes, ou utilitaire, telle une palette à fard.

86Les éléments en terre cuite de couronnes florales mortuaires, cônes, fleurs, corymbes, dont un exemplaire a été découvert dans l’ossuaire du Peyrou 79 à Agde, sont bien connus à Marseille où ils peuvent orner aussi bien l’épaulement de l’ossuaire (Sainte-Barbe 90, 192 et 247 entre autres), que le corps inhumé (Sainte-Barbe 257), en manière d’hommage au défunt. Et c’est sans doute également la même intention à l’égard du disparu qui est reflétée par les quelques vases à libation, coupes, gobelets ou olpés, présents à un ou deux exemplaires dans des tombes d’Agde comme de Marseille. Le mobilier des tombes de défunts de taille adulte d’Ampurias montrent également un faciès semblable, et on soulignera en particulier la fréquence des petits vases à huile ou à parfum, notamment dans le secteur Martí (fig. 106 et 107).

Fig. 106. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes à inhumation d’adultes et d’adolescents d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe/Tapis-Vert/Cours Julien et d’Ampurias/Martí. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.

Fig. 106. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes à inhumation d’adultes et d’adolescents d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe/Tapis-Vert/Cours Julien et d’Ampurias/Martí. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.

Fig. 107. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes à incinération d’adultes et d’adolescents d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.

Fig. 107. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes à incinération d’adultes et d’adolescents d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.

87Dans les nécropoles indigènes, le matériel confié aux adultes et adolescents diffère souvent en nature et en qualité de celui de ces établissements grecs régionaux, et en moyenne, celui-ci est plus abondant.

88À Ensérune, dans la première étape (vers 425-350/325), l’accompagnement du défunt est peu abondant par rapport à la phase suivante, qu’il s’agisse des tombes à ossuaire ou des tombes sans ossuaire, ces dernières disparaissant dans le second quart du IV e s. av. J.-C. Si plus de la moitié des tombes à ossuaire, 56 %, n’ont aucun vase d’accompagnement, 17 % ont un seul vase complet, généralement une coupe ou coupelle, et plus d’un quart, 27 %, ont reçu des tessons d’un ou deux vases à boire attiques. Ces morceaux proviennent de coupes à tige, surtout au début (deux tiers des cas), mais aussi, à partir du premier quart du IV e s., de coupes sans tige, de bolsal ou de skyphos. À cette époque, les pièces de parure et/ou d’habillement sont relativement fréquentes : ainsi 25 % des défunts ont une fibule et/ou une agrafe de ceinture, et 16 % un ou plusieurs bracelets. Une proportion non négligeable de ces individus, 14 %, probablement des hommes, est équipée d’une ou plusieurs armes, essentiellement l’épée et son fourreau, ou bien la lance ou le javelot, et très exceptionnellement d’un élément défensif, bouclier ou casque (fig. 108, A). De même, nombreuses sont les tombes à connotation uniquement féminine (fig. 108, B).

Fig. 108. Deux exemples de matériel de tombes de la phase 1 d’Ensérune. A : tombe IB 29, sujet adulte avec mobilier à connotation masculine, premier quart du IV e s. av. J.-C. (1 : vase-ossuaire, cruche à pâte claire ; 2 : coupe attique de type C, à figures rouges ; 3 : embouchure de balsamaire en bronze ; 4 : épée en fer dans son fourreau ; 5 : pointe de lance en fer). B : tombe 126, sujet adulte avec mobilier à connotation féminine, première moitié du IV e s. av. J.-C. (1 : vase-ossuaire, cruche à pâte claire ; 2 : bracelet en bronze ; 3 : fibule en bronze ; 4-5 : fusaïoles en terre cuite) (clichés et dessins M. Schwaller, T. Lejars, G. Marchand).

Fig. 108. Deux exemples de matériel de tombes de la phase 1 d’Ensérune. A : tombe IB 29, sujet adulte avec mobilier à connotation masculine, premier quart du IV e s. av. J.-C. (1 : vase-ossuaire, cruche à pâte claire ; 2 : coupe attique de type C, à figures rouges ; 3 : embouchure de balsamaire en bronze ; 4 : épée en fer dans son fourreau ; 5 : pointe de lance en fer). B : tombe 126, sujet adulte avec mobilier à connotation féminine, première moitié du IV e s. av. J.-C. (1 : vase-ossuaire, cruche à pâte claire ; 2 : bracelet en bronze ; 3 : fibule en bronze ; 4-5 : fusaïoles en terre cuite) (clichés et dessins M. Schwaller, T. Lejars, G. Marchand).

89Moins nombreuses semble-t-il, dix-huit cas avérés, les tombes sans vase-ossuaire n’ont reçu qu’exceptionnellement un vase entier (1 sur 18). La grande majorité d’entre elles, 83 %, contient des tessons d’un à trois vases à boire attiques, bols, skyphos et surtout coupes, ainsi que d’autres coupes à pâte claire. Une tiers d’entre elles aussi renferme des fragments d’amphores massaliètes. En revanche, si les armes sont présentes dans une proportion similaire à celle des tombes à ossuaire (3 cas sur 18), parure et habillement sont encore plus fréquents : 44 % de ces tombes sans ossuaire avec des éléments de colliers, 33 % avec un ou plusieurs bracelets, 55 % avec une ou plusieurs fibules et 22 % avec une agrafe de ceinture.

90Pour la phase courant de la fin du IV e s à la fin du IIIe s. av. J.-C., qui est celle où la nécropole d’Ensérune atteint sa plus grande extension, ne figurent plus que des sépultures munies d’un vase-ossuaire. Celles qui n’ont aucun vase d’accompagnement ne sont plus qu’une petite minorité, environ 10 % (22 sur 210). La plupart des défunts reçoivent de un à huit vases, la majorité se contentant de deux ou trois récipients. Les pièces d’habillement sont toujours très fréquentes, mais il s’agit surtout de fibules (35 % des tombes d’adultes), tandis que le dépôt de la ceinture devient rare (5 %). Les colliers sont toujours aussi abondants (22 % des tombes), mais la fréquence des bracelets est moindre (6 %). La nouveauté par rapport à la période précédente, c’est le fort accroissement de la présence de l’armement, désormais 58 % des tombes en contiennent. Le plus souvent il s’agit de l’épée dans son fourreau, mais le dépôt de la lance a tendance à augmenter quelque peu, tandis que le bouclier se généralise, présent dans 76 % des tombes à armes. Et l’association armement offensif et bouclier affecte désormais plus des deux tiers de ces tombes à armes (69 %) (fig. 109 et 110).

Fig. 109. Exemple de matériel d’une tombe de la phase 2 d’Ensérune, tombe 14, sujet adulte avec mobilier à connotation masculine, première moitié du IIIe s. av. J.-C. (1 : canthare à vernis noir de Rosas servant d’ossuaire ; 2 : cruche non tournée ; 3 : bol à vernis noir de l’atelier des petites estampilles ; 4-5 : épée en fer dans son fourreau ; 6 : chaîne de ceinture en fer ; 7 : umbo de bouclier en fer ; 8 : morceau d’orle de bouclier en fer) (dessins M. Schwaller, T. Lejars).

Fig. 109. Exemple de matériel d’une tombe de la phase 2 d’Ensérune, tombe 14, sujet adulte avec mobilier à connotation masculine, première moitié du IIIe s. av. J.-C. (1 : canthare à vernis noir de Rosas servant d’ossuaire ; 2 : cruche non tournée ; 3 : bol à vernis noir de l’atelier des petites estampilles ; 4-5 : épée en fer dans son fourreau ; 6 : chaîne de ceinture en fer ; 7 : umbo de bouclier en fer ; 8 : morceau d’orle de bouclier en fer) (dessins M. Schwaller, T. Lejars).

Fig. 110. Exemple de matériel d’une tombe de la phase 2 d’Ensérune, tombe 63, sujet adulte avec mobilier à connotation féminine, premier quart du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne de forme balustre servant d’ossuaire ; 2 : urne non tournée ; 3 : coupelle à pâte claire ; 4 : coupelle à vernis noir ; 5 : anneaux de ceinture en bronze ; 6 : fusaïole en terre cuite) (dessins G. Marchand, M. Schwaller).

Fig. 110. Exemple de matériel d’une tombe de la phase 2 d’Ensérune, tombe 63, sujet adulte avec mobilier à connotation féminine, premier quart du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne de forme balustre servant d’ossuaire ; 2 : urne non tournée ; 3 : coupelle à pâte claire ; 4 : coupelle à vernis noir ; 5 : anneaux de ceinture en bronze ; 6 : fusaïole en terre cuite) (dessins G. Marchand, M. Schwaller).

91Le dépôt de denrée d’origine animale, ou de leurs restes consommés, constitue à Ensérune une autre différence avec Agde. Il est variable selon l’époque. Dans la phase ancienne de la nécropole, il n’est signalé que pour un quart des tombes. Il concerne uniquement la triade domestique, moutons ou chèvres, porcs et, dans une moindre mesure, bœufs. Certains de ces restes osseux brûlés sont mêlés aux os du défunt, ce qui atteste la présence de viande variée sur le bûcher. À partir de la fin du IV e s. av. J.-C.
ces espèces sont désormais représentées par des quartiers de viande déposés dans la fosse, le plus souvent des pattes d’individus juvéniles, parfois en plusieurs exemplaires. À cela s’ajoutent désormais la volaille et le poisson, presque toujours entiers, dans des récipients. C’est bien ici de la viande préparée et non consommée qui a accompagné le mort dans son tombeau. Ces dépôts concernent alors une grande majorité de sujets, hommes et femmes, comme d’ailleurs des enfants.

92À la différence des tombes d’Agde, qui au-delà de leur modestie montrent une grande uniformité, un autre fait marquant d’Ensérune est que certains dépôts, notamment parmi les plus récents, au IIIe s. av. J.-C., se distinguent nettement des autres par une forme de représentation et d’ostentation évidente de certains adultes. Ainsi sont les tombes 163 et 1001, avec une dizaine de vases entiers pour les provisions et/ou la consommation de denrées, l’équipement plus ou moins complet d’un guerrier, épée intacte dans son fourreau, fer de lance et éléments métalliques du bouclier, des fibules, des éléments de tabletterie en os et des quartiers de viande (Rapin, Schwaller 1987 ; Bel et al. 2016). Et dans le même ordre d’idée, est éloquent à Ensérune le détournement du cratère, puis du canthare, de la fonction sympotique à celle d’ossuaire, comme l’a montré M. Bats (2002). Ce type de récipient y sert de réceptacle des os du défunt dans 60 % des sépultures entre 325 et 200 av. J.-C. (Schwaller et al. à paraître).

93Dans la nécropole d’Ambrussum, au IIIe s. av. J.-C., 25 % des adultes et sujets de taille adulte n’ont aucun objet personnel mais seulement, et pas toujours, des tessons d’un ou plusieurs vases incomplets. Par ailleurs 50 % des individus sont équipés d’un ou deux objets personnels et 25 % en possèdent entre 3 et 5 objets, pièce d’habillement et de parure, arme ou fusaïole (fig. 111). Tout ce mobilier, le plus souvent très fragmenté et incomplet, montrant fréquemment des traces de passage sur le bûcher, a accompagné le cadavre lors de la crémation et est éparpillé dans la fosse, en même temps que les restes osseux (Dedet 2012a). Les portions de squelette de moutons ou chèvres et de suidés présentes dans plusieurs sépultures sont ici incomplètes et portent les stigmates d’un passage sur un foyer ou sur le bûcher crématoire.

94La moitié de ces tombes d’Ambrussum a livré de l’armement, une proportion proche de celle d’Ensérune à la même époque, et des éléments d’armes figurent également dans les aires crématoires fouillées. À Ambrussum comme à Ensérune, l’équilibre entre défunts connotés féminins et tombes avec arme indique que tous les hommes en âge de se battre emportent leur armement dans l’au-delà (fig 108, A, 109 et 111, A). Plutôt qu’une classe de guerriers, cet armement semble tout simplement marquer la présence d’hommes capables, de leur vivant, de défendre leur village, leurs récoltes et leurs troupeaux (Dedet, Marchand 2015b, 46-48). Et cette fréquence des armes chez ces indigènes est en total contraste avec leur absence dans les nécropoles de Marseille et d’Agde, preuve sans doute d’une défense communautaire organisée par le pouvoir de la colonie.

Fig. 111. Deux exemples de matériel de tombes d’Ambrussum, IIIe s. av. J.-C. A : tombe 21, adulte avec mobilier à connotation masculine (1-5 : rivets en fer de garniture de poignée d’épée ; 6 : bord en gouttière de plaque avers de fourreau d’épée, en tôle de fer ; 7-10 : anneaux en fer ou en bronze de suspension d’épée ; 11 : agrafe de ceinture en bronze ; 12 : talon de lance en fer ; 13-16 : rivets en fer de fixation d’ailettes d’un umbo de bouclier ; 17 : fibule en fer ; 18 à 21 : lamelle en fer avec rivet, éléments de décoration de poignée d’épée, de fourreau ou de coffret ; 22 : tête de clou en bronze ; 24 : tesson de col d’urne non tournée). B : tombe 19, adulte avec mobilier à connotation féminine (1 : boucle d’oreille en argent ; 2 : perle en pâte de verre ; 3 : bracelet en bronze ; 4 : fibule en bronze et corail ; 5 et 6 : élément de ceinture en bronze ; 7 et 8 : tessons d’une urne et d’une coupe non tournées) (d’après B. Dedet 2012a).

Fig. 111. Deux exemples de matériel de tombes d’Ambrussum, IIIe s. av. J.-C. A : tombe 21, adulte avec mobilier à connotation masculine (1-5 : rivets en fer de garniture de poignée d’épée ; 6 : bord en gouttière de plaque avers de fourreau d’épée, en tôle de fer ; 7-10 : anneaux en fer ou en bronze de suspension d’épée ; 11 : agrafe de ceinture en bronze ; 12 : talon de lance en fer ; 13-16 : rivets en fer de fixation d’ailettes d’un umbo de bouclier ; 17 : fibule en fer ; 18 à 21 : lamelle en fer avec rivet, éléments de décoration de poignée d’épée, de fourreau ou de coffret ; 22 : tête de clou en bronze ; 24 : tesson de col d’urne non tournée). B : tombe 19, adulte avec mobilier à connotation féminine (1 : boucle d’oreille en argent ; 2 : perle en pâte de verre ; 3 : bracelet en bronze ; 4 : fibule en bronze et corail ; 5 et 6 : élément de ceinture en bronze ; 7 et 8 : tessons d’une urne et d’une coupe non tournées) (d’après B. Dedet 2012a).

95Une telle distribution des morts adultes en trois ensembles selon le mobilier d’accompagnement, les hommes présumés, les femmes présumées et les indéterminés, est bien connue dans le monde indigène protohistorique du Sud de la France, avec toutefois des variations dans les proportions, selon les lieux et les périodes. Par exemple, au Peyrou 1, au VIIe s. av. J.-C., 68 % des tombes individuelles d’adultes ou d’adolescents ont un matériel présentant une connotation sexuelle, et parmi elles figurent 60 % de femmes présumées et 40 % d’hommes présumés (Dedet 2008, 380), et dans les tumulus des Garrigues, au premier âge du Fer, près de 42 % des 103 tombes individuelles d’adultes ou d’adolescents livrent un mobilier à symbolique sexuelle, et sur ce lot 44 % ont un mobilier « féminin » et 56 % un matériel « masculin » (Dedet 1992, 193-198). En fait, pareille répartition dans la connotation sexuelle des tombes d’adultes et d’adolescents peut être peu ou prou remarquée pour chaque nécropole protohistorique du monde indigène du Midi où un nombre important de tombes a pu être étudié, alors qu’à Agde comme à Marseille le sexe n’est pas indiqué par le mobilier l’accompagnant.

96Dans la nécropole du Sizen-Vigne, le matériel accompagnant les défunts, ou du moins certains d’entre eux, comprend deux séries d’objets : d’une part les pièces personnelles du mort, parures, accessoires du vêtement, ustensiles d’une activité quotidienne, qui portent presque toujours les stigmates du passage sur le bûcher, et d’autre part des portions de vases incomplets ou des tessons de plusieurs vases, restes de récipients qui ont dû avoir un usage lors des funérailles, sans doute pour contenir des denrées destinées au mort ou consommées par les vivants durant les cérémonies (fig. 112, A).

Fig. 112. Deux exemples de matériel de tombes d’Ugernum. A : tombe 44E du Sizen-Vigne, sujet de taille adulte, première moitié du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne non tournée incomplète ; 2-3 : bracelets en bronze ; 4 : anneau en bronze ; 5 : fibule en fer (d’après Demangeot et al. 2016). B : tombe 3 des Colombes, adulte avec mobilier à connotation masculine, fin du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne-ossuaire en céramique non tournée ; 2 : épée en fer dans son fourreau ; 3 et 5 : plats à vernis noir ; 4 : plat en céramique non tournée ; 6 : fibule en fer ; 7 : obole de Marseille) (d’après B. Dedet, A. Michelozzi, M. Py 1974).

Fig. 112. Deux exemples de matériel de tombes d’Ugernum. A : tombe 44E du Sizen-Vigne, sujet de taille adulte, première moitié du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne non tournée incomplète ; 2-3 : bracelets en bronze ; 4 : anneau en bronze ; 5 : fibule en fer (d’après Demangeot et al. 2016). B : tombe 3 des Colombes, adulte avec mobilier à connotation masculine, fin du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne-ossuaire en céramique non tournée ; 2 : épée en fer dans son fourreau ; 3 et 5 : plats à vernis noir ; 4 : plat en céramique non tournée ; 6 : fibule en fer ; 7 : obole de Marseille) (d’après B. Dedet, A. Michelozzi, M. Py 1974).

97La quantité et la nature des objets personnels sont variables d’un dépôt à un autre du Sizen-Vigne. Un objet personnel et des tessons de vases non tournés accompagnent rarement les nourrissons. Les autres jeunes enfants n’ont qu’un mobilier d’accompagnement très réduit : fibule, tessons de plusieurs récipients et/ou portion de vase. Certains jeunes enfants de 1 - 4 ans, sont équipés d’un unique objet, perle trahissant un pendentif ou un collier (T 30). Les usages paraissent changer à partir des grands enfants, avec une tendance à l’augmentation du nombre des objets personnels qui se poursuit pour les adultes, mais, en cette matière, tous ces défunts ne sont pas logés à la même enseigne.

98Une bonne part des 41 adultes en tombe individuelle (15 individus, soit 36,6 %) est munie de deux à six objets personnels. Huit autres, soit 19,5 %, n’ont qu’un seul objet personnel avec eux. Mais également, un fort contingent de ces sujets, 18 individus soit 43,9 %, est dépourvu de tout objet personnel dans la sépulture.

99Presque toujours, ces objets relèvent ou bien de la parure du corps (bracelets, perles de colliers ou pendentifs), ou bien de l’habillement (fibules, agrafes, anneaux, chaînettes et autres éléments de ceinture). Les ustensiles liés à des activités quotidiennes, rasoir ou fusaïole, sont très rares, et toute pièce d’armement est absente. Ce dernier est toutefois attesté à Beaucaire/Ugernum plus tard, comme dans la tombe 3 du secteur des Colombes (fig. 112, B).

100Une originalité de la nécropole Sizen-Vigne est l’absence de dépôt animalier. Cependant dans d’autres ensembles funéraires plus récents de Beaucaire, comme ceux des Colombes et des Marronniers aux IIe et Ier s. av. J.-C., des restes de porc ou de sanglier, non brûlés, n’ayant donc pas accompagné le défunt sur le bûcher sont présentés dans des assiettes (Dedet, Michelozzi, Py 1974 ; Dedet et al. 1978).

À propos de quelques objets particuliers, valve de coquillage, osselets, monnaie, vases à parfum

101La valve de coquillage, cardium ou Saint-Jacques, accompagnant un certain nombre d’adultes et d’enfants au Peyrou 2 d’Agde, mais aussi à Marseille et à Ampurias, est complètement absente dans les nécropoles du monde indigène contemporain, Ensérune, Mourrel-Ferrat, comme Ambrussum et Beaucaire, ou encore dans les tombes isolées de cette région, et il en va de même des éléments de couronne florale, en céramique.

102Le dépôt d’osselets de mouton accompagnant en deux exemplaires l’enfant âgé de 4 à 6 ans de la tombe 86 du Peyrou 2 n’est attesté qu’à Ensérune, dans trois tombes de jeunes enfants de 1 à 6 ans (tombes 53, 84 et 167) et une de grand enfant entre 6 et 12 ans (tombe 176). Dans cette dernière nécropole, le nombre de ces pièces est chaque fois plus élevé, de 3 à 24 osselets.

  • 50 Pour les tombes d’époque grecque découvertes au Bassin de Carénage dans la première moitié du XIX(...)

103Le dépôt de deux monnaies, une obole et un petit bronze de Marseille, existe au Peyrou 2 dans la tombe 48bis, celle d’un enfant entre 3 et 7 ans, décédé vers 200 av. J.-C., un dépôt qui n’apparaît pas dans les nécropoles de Marseille/Sainte-Barbe et de Marseille/Bassin de Carénage50. La position exacte d’une de ces monnaies est connue, tout près de la bouche du défunt dont la mandibule avait basculé vers l’avant. Il semble qu’on ait là l’illustration du dépôt de « l’obole à Charon », attestée dans les sources littéraires grecques dès la fin du V e s. av. J.-C. Aristophane l’évoque déjà dans sa comédie Les Grenouilles, sans indiquer la position par rapport au corps du défunt. Celle-ci est spécifiquement précisée dans la bouche du mort par Callimaque (Fr. 278 Pfeiffer), dans la première moitié du IIIe s. av. J.-C., et un peu plus tard, au milieu du IIe s. apr. J.-C. par Lucien (De Luctu, 10). De fait la monnaie apparaît dans les tombes grecques en plein V e s. av. J.-C., comme à Corinthe et à Olynthe, et cet usage se diffuse à partir du siècle suivant, progressivement dans l’ensemble du monde grec et en Grande Grèce (Ceci 2005, 407).

104Certes, le paiement à Charon pour le passage dans l’au-delà est une tradition de la culture grecque, qui se développe par exemple à Athènes à l’époque hellénistique et affecte aussi bien les inhumés, avec dépôt de la pièce dans la bouche ou dans la main, que les incinérés (Kurtz, Boardman 1971, 116 et 211). Cependant il est loin d’être régulier. Par exemple, il est attesté de manière discrète à la fin du IV e s. av. J.-C. à Apollonia du Pont, mais beaucoup plus fréquemment à Olynthe (A. Baralis dans Hermary et al. 2010, 147). Même contraste en Occident puisque ce dépôt est absent des tombes d’Aléria (Jehasse, Jehasse 1973) comme de celles de Marseille, mais il est en revanche présent à Ampurias. Dans cette colonie toute proche de la Gaule, quatre des inhumations du secteur Ampurias/Martí, datées de la deuxième moitié du IV e et de la première moitié du IIIe s. av. J.-C., en sont pourvues : la pièce est placée dans la bouche du défunt de l’inhumation 36, et elle a été découverte « à la tête » ou « sous le cou » des sujets des inhumations 108 et 109 (Almagro 1953, 65, 93 et 98-101). Un peu plus tard, dans le quartier Ampurias/Las Corts, les incinérations 9, 24, 27, 53, 108 et 154, des IIe et Ier s. av. J.-C., en renferment également (Almagro 1953, 257-258, 281-284, 292-297, 315, 351 et 378).

105Mais, si dans certains cas, la monnaie est bien signalée auprès de la bouche du mort, ou dans un autre endroit de la tombe, la plupart du temps, on ignore son emplacement exact. À côté de cette explication littéraire de l’obole à Charon, il existe peut-être une intention moins restrictive, la monnaie devenant une simple amulette (Gorecki 1975).

106Dans le monde indigène du Midi de la France, comme d’ailleurs en Gaule interne, un tel dépôt est exceptionnel en milieu funéraire à cette époque. Pour le plein second âge du Fer, les quelque 500 sépultures d’Ensérune n’en ont livré aucune, pas plus que le secteur Sizen-Vigne de Beaucaire ni la portion de nécropole fouillée à Mourrel-Ferrat. En revanche la couche de fonctionnement de l’aire de crémation B1 d’Ambrussum, contenait deux oboles de Marseille ayant subi l’action du feu. Dans la mesure où le prélèvement des restes de la crémation en vue du dépôt secondaire dans la tombe est ici toujours très partiel, ces pièces auraient très bien pu figurer dans une ou deux tombes de cette nécropole. Ont-elles été placées là, sur le bûcher, en contact étroit avec un ou deux cadavres sur le point d’être incinéré, à la manière d’un objet personnel, ou bien jetées dans le foyer durant la crémation ? Évidemment la pratique crématoire ne permet aucune réponse sur ce point mais, de toutes manières elles accompagnaient des défunts (Dedet 2012a, 209-210). Cependant c’est bien dans la tombe qu’avait été déposée une obole de Marseille aux Colombes à Beaucaire (tombe 3 datée vers 200 av. J.-C. (Dedet, Michelozzi, Py 1974, 81).

107Dans ce monde autochtone cependant, une telle présence de monnaie en milieu funéraire ne va pas tarder à se répandre. Elle est moins exceptionnelle durant la première moitié du Ier s. av. J.-C., puisque attestée dans les tombes 5 des Colombes (Ibid. 1974, 99-100) et 7 de Mouriès à Servanes (Bouches-du-Rhône) (Marcadal, Marcadal, Paillet 2003, 263-264). Et elle devient plus fréquente à partir de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. et au siècle suivant (Bel et al. 2008, 334, fig. 283). Elle est aussi bien attestée dans plusieurs inhumations datant du Haut-Empire de la nécropole marseillaise de Sainte-Barbe, avec plusieurs cas de pièce de monnaie dans la bouche du mort, huit sûrs et six probables (Moliner et al. 2003, 208-209). L’adoption progressive de cet usage dans le Midi de la France à partir du dernier siècle avant notre ère est sans doute un des premiers indices de romanisation dans les pratiques funéraires.

  • 51 Aimable renseignement D. Ugolini.

108Les vases à parfum ou à huiles parfumées, lécythes et unguentaria, bien attestés dans les tombes d’Agde, au Peyrou 2 comme à Saint-André, entre le début du IV e s. et la fin du IIe s. av. J.-C., sont présents en infime proportion dans l’habitat agathois51 et n’apparaissent dans le monde indigène funéraire contemporain qu’à Ensérune et presque exclusivement dans des tombes, mais ils y sont exceptionnels. Le lécythe à figures rouges ou à vernis noir, semblable à celui du Peyrou 55, ne figure que dans six des 170 tombes datées entre 425 et 325 av. J.-C. (tombes 71, 100, 103, IB 21, IB 39 et IB 128). L’unguentarium à pâte claire, court et très globulaire, de forme assez proche de celle de l’exemplaire du Peyrou 77 prend place dans une tombe antérieure à 325 (Ensérune GR3). L’unguentarium plus ou moins pansu ou fusiforme de type Cuadrado BVI et BVII du Peyrou 53, 184 et 79 et de Saint André trouve son homologue dans les tombes 1001 et MM 74 d’Ensérune, au IIIe s. av. J.-C., soit deux tombes sur 280 de cette période. Dans cette nécropole, on trouve également de petits vases dont les formes sont différentes des séries agathoises mais qui peuvent avoir une fonction identique, c’est notamment le cas du balsamaire à panse basse très marquée de la tombe GR 3 et du petit vase ansé à pâte à pâte claire MM 47. Enfin des goulots en bronze de vases probablement en cuir peuvent avoir fait office également de vases à parfum (tombes IB 29 et 90) (Schwaller et al. à paraître).

109Ailleurs en Languedoc comme en Provence, aucune tombe du milieu indigène ne renferme de tels vases à cette époque. Cette présence à Ensérune pourrait s’expliquer par la proximité géographique avec Agde, facilitant des échanges de produits plutôt que par des Grecs immigrés sur cet oppidum. En effet, dans cette nécropole, ces vases apparaissent dans des sépultures dont le reste du mobilier ne tranche pas, ni par sa nature ni par sa quantité, avec celui des autres tombes.

Synthèse

110Très peu de catégories d’objets sont communes aux deux milieux funéraires, celui des colonies d’Agde et de Marseille, et celui du monde autochtone. Il s’agit de la fibule, du collier, du pendant d’oreille, de la bague, de la monnaie et de l’osselet. Pour sa part le vase à parfum est aussi dans les deux ensembles, mais de manière extrêmement inégale, assez fréquent dans les colonies, exceptionnel chez les indigènes. À l’inverse le dépôt de restes d’animaux consommés, marqués par des os brûlés ou portant des stries de découpe, est absent à Agde et extrêmement rare à Marseille/Sainte-Barbe (deux tombes : Moliner et al. 2003, 191). De même le récipient pour contenir des provisions comestibles très courant et souvent en nombre dans le monde indigène, n’est que très rarement représenté à Agde et à Marseille, si tant est qu’on puisse interpréter en ce sens les rares exemplaires d’œnochoés ou d’olpés des tombes de ces colonies, lorsqu’ils ne servent pas d’ossuaire.

111Bien plus nombreux en revanche sont les dépôts spécifiques à l’un de ces deux ensembles et qui n’apparaissent pas dans l’autre. Côté colonial, il s’agit de la trousse de toilette, du strigile, du coquillage et de la couronne florale. Côté indigène, ce sont le bracelet, l’agrafe et la chaîne de ceinture, la fusaïole, le rasoir, le couteau et les armes, ainsi que le dépôt d’œuf et celui de viande, marqué dans la tombe par la présence d’un quartier de bœuf, de mouton, de chèvre ou de porc, ou encore le squelette d’une volaille ou d’un poisson.

5.2. La position des objets d’accompagnement dans les tombes d’Agde/Peyrou 2 et de Marseille/Sainte-Barbe

112Contrairement à Agde, la position des objets d’accompagnement dans la tombe n’a pu être que très rarement observée à Marseille/Sainte-Barbe, ce qui rend la comparaison entre les deux sites très incomplète. Et celle-ci ne peut même pas être envisagée avec les fouilles anciennes d’Ampurias.

113Dans les tombes à incinération, à Agde comme à Marseille/Sainte-Barbe, ces objets peuvent prendre place aussi bien dans l’ossuaire qu’en dehors de lui. C’est notamment le cas du plus spécifique, le vase à parfum ou à huile parfumée.

114Pour les inhumés, en dehors d’Agde, la place des objets, normalement plus évidente et marquante, est peu documentée. Les rares pièces personnelles d’habillement ou de parure sont presque toujours en position fonctionnelle sur le corps à Agde, pendant d’oreille en place (Peyrou 93), fibule près du cou (Peyrou 84 et 87), au bras gauche (Peyrou 80), sur le ventre (Peyrou 53), aiguille sur le thorax (Peyrou 93). À l’inverse, les éléments disjoints d’un collier apparaissent déposés au niveau des jambes d’un enfant, dans une tombe bien conservée (Peyrou 48bis). La parure ou l’habillement, ne figure qu’exceptionnellement à Sainte-Barbe : il s’agit d’un bracelet, qui a été placé sur la jambe gauche d’un enfant également (T 16).

115Autre comparaison possible, celle du dépôt des coquillages. Ceux-ci prennent place à Agde aussi bien à la tête (Peyrou 86), qu’entre les jambes (Peyrou 53) ou encore aux pieds du corps (Peyrou 48bis), tandis qu’à Marseille/Sainte-Barbe seules les deux dernières situations sont attestées (T 16 et 19 : entre les jambes ; T 57 et 105 : aux pieds).

116En revanche, on ne sait rien de la position des vases à huile ou à parfum à Marseille/Sainte-Barbe, alors qu’au Peyrou 2 ceux-ci occupent des positions variées, à droite ou à gauche de la tête (T 48bis, 73 et 86), à l’avant-bras ou à la main gauche (T 53, 55 et 93 pour la partie inférieure du vase) ou encore au pied gauche (T 93 pour la partie supérieure du même récipient).

5.3. Quel horizon pour ces objets ?

117Les pièces déposées dans les sépultures d’Agde témoignent de provenances ou, du moins, d’horizons divers, comme nous l’avons déjà souligné dans le catalogue des tombes (voir ci-dessus chap. 2 et 4).

118Les rares objets métalliques, qu’il s’agisse des fibules en fer du Peyrou 80 et 84, de la bague du Peyrou 77, du bracelet en fer également du Peyrou 48bis, ou encore de la boucle d’oreille en or du Peyrou 93, sont semblables à ceux qui sont en usage dans le reste du monde indigène régional.

119Manifestement certaines céramiques de tombes de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C., en particulier les morceaux d’amphores et les deux urnes de Saint-André servant d’ossuaire ainsi que le couvercle de l’une de ces dernières, proviennent d’ateliers proches de la ville, comme celui qui a été fouillé dans le quartier Saint-Michel (Gomez 2013). Local ou biterrois serait le couvercle de l’ossuaire du Peyrou 79. Le Languedoc occidental ou la région de Marseille, sans qu’il soit possible de préciser, pourrait être à l’origine des œnochoés et des urnes à pâte claire du Peyrou 77, 79 et 184. Les amphores des tombes à enchytrisme 195, 196, 206, 207 et 208, et les deux monnaies du Peyrou 48bis, une obole et une petit bronze, quant à elles, sont issues du domaine marseillais. Pour sa part, la petite urne de la structure Peyrou 200 présente une pâte très semblable aux vases similaires fabriqués à Ampurias. Sont attestées aussi des importations plus lointaines.

120La caccabè de la tombe 44bis, en céramique commune tournée, semble originaire de Grèce ou de Grande Grèce. Le lécythe du Peyrou 50bis est attribuable de prime abord à un atelier de Campanie, celui du « peintre de Caivano » (Hurschmann 1997, 12-13). Le lécythe à figures rouges du Peyrou 55 est issu d’un « atelier grec », au sens large (série 1137-1141 d’Agora XII : Sparkes, Talcott 1970). Par ailleurs, locale ou lointaine, l’origine du lécythe de la tombe du Peyrou 44bis imitant très bien celui du Peyrou 50bis est impossible à déterminer en l’absence d’analyse scientifique précise de l’argile. Et, en tout état de cause, cette production d’imitation n’est semble-t-il attestée dans aucune des trois nécropoles des établissements grecs proches, ni à Aléria, ni à Marseille ni à Ampurias où figure cependant, dans l’inhumation Martí 67, un exemplaire venant, comme celui du Peyrou 50bis, de Campanie.

121Les unguentaria de type Cuadrado B VI ou VII (Cuadrado 1977), présents au Peyrou 53 et 184, ont leurs homologues dans les trois colonies phocéennes proches dont les nécropoles sont connues, aussi bien à Ampurias qu’à Marseille ou encore à Aléria, malgré des différences de détail, une lèvre non proéminente, l’absence de bandes peintes sur la panse et la couleur noire de la peinture du col.

122Pour leur part, les autres formes d’unguentarium attestées au Peyrou 2 n’apparaissent pas à Marseille, qu’il s’agisse des nécropoles de Sainte-Barbe, du Tapis-Vert, du Carénage ou de Saint-Mauront, alors qu’elles figurent à Ampurias et à Aléria : le type B VII ici pourvu de deux anses (Peyrou 79) et le type CII (Peyrou 77). En compensation, en quelque sorte, l’alabastre en pâte claire bien présent dans les nécropoles de Marseille, manque complètement à Agde. Des vases de cette forme en albâtre ou en pâte de verre existent aussi à Aléria et à Ampurias, mais à date un peu plus ancienne, dans des tombes du V e s. av. J.-C. (fig. 113).

Fig. 113. Présences comparées des différentes formes de vases à parfum ou huile dans les tombes d’Agde, d’Ampurias, d’Aléria et de Marseille.

Fig. 113. Présences comparées des différentes formes de vases à parfum ou huile dans les tombes d’Agde, d’Ampurias, d’Aléria et de Marseille.

123En ce qui concerne la pâte, seul l’exemplaire de type B VII avec deux anses de la tombe 79 a une pâte bien différente de celle de ses homologues d’Ampurias, tandis que les autres, de type B VI - B VII (tombe 53) et C II (tombe 77), ont une pâte et une technique que l’on retrouve sur un certain nombre de leurs homologues ampuritains. De ce point de vue, la même forme à Ampurias, peut admettre des caractères variables. Évidemment en ce qui concerne Le Peyrou 2, le caractère unique de chaque forme ne permet pas cette approche. D’ailleurs les deux unguentaria de forme B VII de la tombe 28 de Saint-André, issus sans doute d’un même atelier local plus tardif, ont une pâte et une facture identiques mais très différentes de celles de l’exemplaire de la tombe 53 du Peyrou, par ailleurs de forme très proche. Leur pâte ne trouve d’équivalent ni dans les exemplaires de Marseille ni dans ceux d’Ampurias.

124De la tombe 79 du Peyrou, celle d’un adolescent incinéré, provient un élément de couronne florale en argile. Cet objet est ici mêlé aux os du défunt, comme si ce dernier avait été brûlé avec sa couronne. Ces éléments sont bien présents à Marseille, accompagnant aussi bien des inhumés (Sainte-Barbe 254 et 257) que des incinérés (Sainte-Barbe 90, 192 et 247, et Tapis-Vert), presque uniquement des adultes, à l’exception néanmoins du périnatal de Sainte-Barbe 254. Si à Sainte-Barbe la situation de ces objets n’est pas précisée pour les tombes à inhumations, pour les incinérations, ceux-ci ont été rencontrés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du vase-ossuaire (T 192 pour la première occurrence et T 90 pour la seconde) (Moliner et al. 2003, 160-162). De tels dépôts funéraires de couronnes, avec éléments en argile et/ou en bronze, sont courants en Grèce même et dans d’autres colonies grecques, aussi bien auprès des inhumés des deux sexes que des incinérés. Et cette couronne peut prendre place sur la tête des premiers, ou bien être déposée dans l’ossuaire ou à côté de lui. La nécropole d’Apollonia du Pont montre bien, pour cette époque, la fréquence de cet usage et la diversité de sa forme (Hermary et al. 2010, 255-256).

125L’amulette du jeune enfant de l’inhumation 48bis du Peyrou, représentant le « geste de la figue », est un objet rare à cette période. La forme comportant seulement la main, sans le phallus, n’est attestée pour le moment, à cette époque qu’en milieu grec colonial, en l’occurrence à Ampurias, dans l’inhumation Martí 96. Les autres exemplaires géographiquement proches, mais qui diffèrent par la présence d’un phallus à l’opposé de la main et une suspension centrale, figurent pour leur part en milieu indigène, comme dans la tombe 66 du Turó dels dos Pins ou dans l’habitat camarguais du Grand Parc (García i Roselló 1993, 145-146 ; Pasqualini, Excoffon, Vella 2004, 275-277) (fig. 103).

6. Des pratiques funéraires de type grec

126Les coutumes funéraires que signalent toutes les tombes d’Agde étudiées ici, celles du Peyrou 2 comme celles de Saint-André, apparaissent bien différentes de celles du monde autochtone environnant et nous orientent vers le monde grec, et notamment celui de la sphère massaliète. Elles présentent un faciès relativement homogène. Différents aspects méritent d’être soulignés, particulièrement signifiants du fait de leur attestation fréquente dans le monde grec de l’époque.

1) Le recrutement de la nécropole.

127La quantité des défunts en phase périnatale est tout à fait conforme à la mortalité attendue pour cette classe d’âge à cette époque, comme à Marseille et à Ampurias. Et cela tranche très nettement avec les nécropoles indigènes du Midi de la Gaule où ceux-ci sont normalement absents.

2) La pratique de l’inhumation.

128Les inhumés sont très largement majoritaires à Agde/Peyrou 2, par rapport aux incinérés, alors que la pratique de l’inhumation a totalement disparu du monde indigène environnant depuis plusieurs siècles, et ne persiste à cette époque que dans les régions montagneuses des Alpes méridionales. Pareil voisinage entre inhumés et incinérés affecte également les nécropoles préromaines de Marseille et d’Ampurias.

3) Une orientation des inhumés qui évite de placer la tête à l’Ouest.

129Au Peyrou 2, le défunt est orienté de préférence selon une direction Est-Ouest, avec la tête vers l’Est, comme à Marseille et à Ampurias, et l’on répugne à placer la tête du côté de l’occident contrairement aux coutumes des indigènes de la région pour lesquels cette orientation est aussi courante que les autres.

4) La fréquence des défunts dépourvus de tout objet d’accompagnement.

130Près de la moitié des défunts d’Agde n’est accompagnée d’aucun objet, cela affectant davantage les inhumés que les incinérés, et il en va de même à Marseille/Sainte-Barbe.

5) Une quantité de matériel modeste.

131Globalement, le nombre de pièces accompagnant le défunt est réduit à Agde comme à Marseille. Certes dans le monde indigène, bien des sépultures peuvent être considérées comme « pauvres », mais celles-ci voisinent avec de nombreuses tombes abondamment pourvues.

6) Des objets marqués du sceau de l’hellénisme.

132Dans ces sépultures prend place du matériel de culture hellénique complètement étranger au milieu autochtone, et en cela les tombes d’Agde sont aussi tout à fait comparables à celles de Marseille et d’Ampurias. Celui-ci se rapporte à deux fonctions essentielles dans les pratiques funéraires du monde grec, la toilette du mort et l’hommage fait au défunt.

133Les vases à parfum ou à huiles parfumées, lécythes, alabastres et unguentaria, entrent dans la première catégorie. Les sources écrites grecques témoignent largement de ces substances contenues dans ces récipients, répandues sur le mort et sur le bûcher, et plus généralement fort utilisées dans la sphère religieuse (Scheid 1984,120, note 13), soit en offrandes aux divinités, soit pour installer symboliquement le mort dans son incorruptibilité, soit encore en rite de purification, ou, plus prosaïquement, pour masquer les mauvaises odeurs.

134Dans le registre de l’hommage figurent des éléments en terre cuite de couronnes florales mortuaires, cônes, fleurs, corymbes, ainsi que des coupes à libation.

135Toutes ces différentes pièces apparaissent souvent sur les représentations de tombeaux et les scènes funéraires figurées sur les lécythes à fond blanc produits en Attique aux V e et IV e s. av. J.-C. (fig. 114).

Fig. 114. Représentation de vases à parfum, coupes et couronnes florales déposés sur un tombeau. Lécythe attique à fond blanc du peintre de Bosanquet, vers 440 av. J.-C. (d’après Oakley 2004, fig. 168).

Fig. 114. Représentation de vases à parfum, coupes et couronnes florales déposés sur un tombeau. Lécythe attique à fond blanc du peintre de Bosanquet, vers 440 av. J.-C. (d’après Oakley 2004, fig. 168).

7) Un matériel dépourvu de connotation sexuelle discernable

136Aucune symbolique sexuelle ne se laisse saisir dans le matériel accompagnant les adultes d’Agde, et ce, à la différence du monde indigène. Comme à Marseille Sainte-Barbe, l’examen comparatif des objets associé aux inhumés dont le sexe biologique est connu ne montre en effet aucun élément spécifique aux hommes ou aux femmes. Et singulièrement, l’armement est absent des tombes coloniales, contrairement à celles du monde indigène local.

8) Un matériel semblable pour les inhumés et les incinérés.

137À Agde, ce sont les mêmes catégories fonctionnelles d’objets qui accompagnent les inhumés et les incinérés. Aucune différence n’apparaît sur ce plan entre les uns et les autres, et il en va de même à Marseille et à Ampurias.

138De ce bilan comparatif entre les sépultures d’Agde/Peyrou 2/Saint-André et celles des indigènes du Sud de la France aux IV e, IIIe et IIe s. av. J.-C., il ressort des usages funéraires et des gestes bien différents entre les deux domaines, concernant en particulier l’accès au cimetière, la manière de traiter le corps du défunt et son accompagnement dans la tombe.

139Les coutumes de la sphère autochtone régionale de cette époque sont tout à fait dans la continuité de celles du premier âge du Fer (Dedet à paraître). En revanche, celles que l’on perçoit au Peyrou 2 et à Saint-André se retrouvent parfaitement dans le monde grec d’alors. Certes, ce dernier n’est pas homogène en la matière. Bien des différences existent entre les cités grecques ou entre les colonies, et des évolutions sont nettes dans la même cité (Kurtz, Boardman 1971 ; Cuche 2016). En fait, il s’agit de combinaisons de pratiques qui varient selon le lieu et/ou l’époque, des « séquences funéraires » selon l’expression de J.-M. Luce (2007). Et d’ailleurs une telle séquence est clairement illustrée dans cette région du littoral méditerranéen Nord-occidental par la proximité des usages agathois avec ceux qui sont en vigueur dans les établissements grecs d’Ampurias et surtout de Marseille.

140Ces coutumes funéraires des colonies grecques et du monde indigène témoignent en fait d’une conception de l’au-delà propre à chacune de ces deux populations, et donc de deux cultures différentes. Et rien dans les tombes que l’on connaît actuellement dans la colonie agathoise, n’évoque la présence d’individus qui auraient été traités « à la manière indigène ».

141Pour les indigènes du Midi de la France protohistorique, la mort n’est pas une fin de l’existence, mais un au-delà où le défunt peut entrer pour survivre sous différentes conditions et échapper en quelque sorte à elle. Elle lui ouvre la porte d’un ailleurs où le double du défunt va survivre avec le double des objets qui ont symbolisé son existence terrestre. De leur côté, pour les colons massaliètes des IV e, IIIe et IIe s. av. J.-C., comme pour le commun des mortels de la Grèce d’alors, en dehors des cercles intellectuels ou philosophiques, la mort c’est d’abord l’arrêt des plaisirs de la vie et aussi un séjour vague au royaume des ombres, l’Hadès, sans repère ni espoir d’aucun accomplissement, une mort sans horizon et donc sans besoin d’accompagnement. Dès lors les seuls objets présents dans la tombe sont fonctionnels ; ils ont leur utilité dans le traitement du cadavre, ou bien servent à un hommage au disparu (Dedet 2011, 31-36 ; Dedet 2015, 279-282 ; Dedet à paraître).

Notes

36 Mercurin 2015 et aimables renseignements de Romuald Mercurin que nous remercions.

37 La nécropole de la pointe de Vella à Port-de-Bouc, entre Marseille et l’embouchure du Rhône, considérée d’abord comme « hellénistique » et qui aurait attesté « l’installation de Grecs marseillais » (H. Marino, C. Rigeade, Une nécropole hellénistique à la Pointe de Vella (Port-de-Bouc, Bouches-du-Rhône). Documents d’Archéologie Méridionale, 28, 2005, 115-150.) se rapporte en fait à l’Antiquité tardive, selon les datations par le radiocarbone effectuées après la publication et ne saurait être prise en compte.

38 Contrairement aux immatures, la détermination de l’âge des adultes, qui repose essentiellement sur le degré de synostose des sutures crâniennes, est trop imprécise.

39 Évidemment, il n’est pas possible de tenir compte de Saint-André dont on ne connaît que deux sépultures.

40 Informations de Manuel Moliner et de Michel Bats. Et il est intéressant aussi de constater qu’aucun reste de périnatal humain ne provient des niveaux d’habitat d’époque grecque de la Paléapolis d’Ampurias fouillés entre 1994 et 1996 et dont les os ont été systématiquement étudiés. Le seul os d’enfant de moins d’un an découvert en ce lieu provient d’une couche d’habitat de la fin du VIIe ou du début du VIe s. av. J.-C. (phase IIb), bien antérieure à la fondation de la colonie grecque (Aquilué et al., 1999, 649).

41 Exception faite du « fœtus » inhumé, signalé dans Bertucchi 1992, 133.

42 Tombes 53, 54, 57 et 73.

43 Tombe 163.

44 Tombe 48bis.

45 Tombes 52, 56, 81, 86, 93 et 160.

46 Tombes 195, 196, 206, 207, 208.

47 Selon l’expression d’Enric Sanmartí (Sanmartí et al. 1983-1984).

48 Inhumations 43, 116, 117, 130, 135 et 136.

49 Tombes 16, 22, 51, 57, 65, 129, 259 et 261.

50 Pour les tombes d’époque grecque découvertes au Bassin de Carénage dans la première moitié du XIXe siècle, ce fait est bien souligné par N. Toulouzan, responsable de la commission des fouilles (cité par Rothé, Tréziny 2005, 659).

51 Aimable renseignement D. Ugolini.

Table des illustrations

Titre Fig. 86. Localisation des colonies grecques et des nécropoles et tombes du second âge du Fer dans le Midi méditerranéen (© B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 87. Répartition des effectifs issus des données brutes selon les classes d’âge de la démographie historique, pour la nécropole grecque Agde/Peyrou 2 et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France antérieures (entre le IXe et le V e s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 88. Quotients de mortalité (en ‰) pour les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France entre le IXe et le IIIe s. av. J.-C. Pour comparaison, tables-types de Ledermann pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans (Ledermann 1969, 86-88).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 89. Les courbes des quotients de mortalité (en ‰) pour différentes nécropoles du monde indigène protohistorique du Midi de la France avant la création des établissements grecs, comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 90. Répartition des effectifs issus des données brutes selon les classe d’âge de la démographie historique, pour les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, et différentes nécropoles du monde indigène du Midi de la France de la même époque (entre la fin du V e et la fin du IIIe s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 91. Les courbes des quotients de mortalité (en ‰) pour deux nécropoles du monde indigène protohistorique du Midi de la France, Ambrussum et Beaucaire/Sizen-Vigne et les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 92. Rapport incinération-inhumation dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2, Marseille/Sainte-Barbe, Ampurias/Martí, Ampurias/Mateu-Granada, Ampurias/Parking et Ampurias/Bonjoan, sans distinction des phases chronologiques (V e-IIe s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 93. Rapport incinération-inhumation dans les nécropoles grecques de Marseille/Sainte-Barbe et Apollonia du Pont/Kalfata et celle d’Aléria/Alalia, par phases chronologiques.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 94. Localisation des nécropoles de la colonie grecque de Marseille/Massalia (© B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 95. Localisation des nécropoles de l’établissement d’Ampurias/Emporion (© B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 96. Morphologie des deux types de tombes à incinération agathoises. A : tombe à loculus juste aux dimensions du dépôt des vases (Saint-André 28). B : tombe à loculus plus important que le dépôt des vases (Peyrou 79) (dessins B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 97. Morphologie des tombes du Languedoc occidental autochtone. A : tombe S5 d’Ensérune (Nissan-Lez-Ensérune, Hérault) ; en haut, dispositif de couverture ; au centre, ossuaire, vases d’accompagnement et dépôt de faune ; en bas, restitution en coupe (clichés et relevé M. Schwaller). B : tombe 60 d’Ensérune (dessin S. Hanicotte). C : tombe 9 d’Ensérune (cliché : archives du Musée d’Ensérune). D : tombe 18 de Mourrel-Ferrat (Olonzac, Hérault) ; en haut, la sépulture ; au centre : coupe du loculus ; en bas, plan du bûcher associé à la tombe (clichés et relevé T. Janin). E : tombe B2 des Bosquets à Cesseras, Hérault, plan et coupe ; 1 : dispositif de recouvrement ; 2 : fosse funéraire ; 3 : fosse adjacente avec résidus du bûcher (d’après G. Rancoule).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 98. Morphologie des tombes du Languedoc oriental autochtone. A : Ambrussum, tombe à recouvrement, plan, coupe et restitution (relevés B. Dedet). B : Ambrussum, tombe sans recouvrement, plan et coupe (relevés B. Dedet). C : Beaucaire Sizen-Vigne, tombe avec vase-ossuaire (T12W) accolée à une tombe sans vase-ossuaire (relevé et cliché C. Demangeot, Hadès).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 99. Morphologie des tombes à incinération de Marseille. A : Sainte-Barbe 43, plan et coupe ; B : Sainte-Barbe 194 ; C : Sainte-Barbe 66 ; D : Sainte-Barbe 90 ; E : Sainte-Barbe 60 ; F : Sainte-Barbe 258 ; G : Sainte-Barbe 115, à g. couverture, à dr. loculus ; H : Sainte-Barbe 102 (d’après Moliner et al. 2003) ; I : la Bourse, caissons du monument à triglyphes (d’après Bertucchi 1992).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 100. Morphologie des tombes à inhumation de Marseille/Sainte-Barbe. A : tombe 56 ; B : tombe 64 ; C : tombe 105 ; D : tombe 129 ; E : tombe 58 ; F : tombe 122 (d’après Moliner et al. 2003).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 101. Nombre de tombes dépourvues de matériel d’accompagnement à Agde/Peyrou 2 et Marseille/Sainte-Barbe, par grandes classes d’âge.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 102. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes d’enfant de un à quatorze ans d’Agde/Peyrou 2, Marseille/Sainte-Barbe et Ampurias/Martí. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 103. 1 : amulette en ambre, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre la suspension, de la tombe 48bis du Peyrou 2. 2 : amulette en os, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre la suspension, de l’inhumation Marti 96 d’Ampurias (d’après Almagro 1953, 93). 3 : amulette en os, avec d’un côté le signe de la figue et de l’autre le phallus, et la suspension au centre, du Grand Parc à Arles (d’après Pasqualini, Excoffon, Vella 2004, 277, fig. 38, n° 68).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 104. Comparaison des proportions de tombes d’adultes et d’adolescents avec ou sans matériel d’accompagnement dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe et d’Ampurias/Martí et les nécropoles du monde indigène régional, Ensérune, Mourrel-Ferrat et Ambrussum (les éventuels ossuaires et les couvercles étant exclus du comptage).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 105. Comparaison du nombre d’objets par tombe d’adultes et d’adolescents dans les nécropoles grecques d’Agde/Peyrou 2/ Saint-André, de Marseille/Sainte-Barbe et d’Ampurias/Martí (les éventuels ossuaires et les couvercles étant exclus du comptage).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 106. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes à inhumation d’adultes et d’adolescents d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe/Tapis-Vert/Cours Julien et d’Ampurias/Martí. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 107. Présences comparées des différentes catégories d’objets d’accompagnement dans les tombes à incinération d’adultes et d’adolescents d’Agde/Peyrou 2, de Marseille/Sainte-Barbe. Y figurent le n° de la tombe et, entre parenthèses, le nombre d’objets de cette catégorie dans la tombe si celui-ci est supérieur à 1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 108. Deux exemples de matériel de tombes de la phase 1 d’Ensérune. A : tombe IB 29, sujet adulte avec mobilier à connotation masculine, premier quart du IV e s. av. J.-C. (1 : vase-ossuaire, cruche à pâte claire ; 2 : coupe attique de type C, à figures rouges ; 3 : embouchure de balsamaire en bronze ; 4 : épée en fer dans son fourreau ; 5 : pointe de lance en fer). B : tombe 126, sujet adulte avec mobilier à connotation féminine, première moitié du IV e s. av. J.-C. (1 : vase-ossuaire, cruche à pâte claire ; 2 : bracelet en bronze ; 3 : fibule en bronze ; 4-5 : fusaïoles en terre cuite) (clichés et dessins M. Schwaller, T. Lejars, G. Marchand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 109. Exemple de matériel d’une tombe de la phase 2 d’Ensérune, tombe 14, sujet adulte avec mobilier à connotation masculine, première moitié du IIIe s. av. J.-C. (1 : canthare à vernis noir de Rosas servant d’ossuaire ; 2 : cruche non tournée ; 3 : bol à vernis noir de l’atelier des petites estampilles ; 4-5 : épée en fer dans son fourreau ; 6 : chaîne de ceinture en fer ; 7 : umbo de bouclier en fer ; 8 : morceau d’orle de bouclier en fer) (dessins M. Schwaller, T. Lejars).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 110. Exemple de matériel d’une tombe de la phase 2 d’Ensérune, tombe 63, sujet adulte avec mobilier à connotation féminine, premier quart du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne de forme balustre servant d’ossuaire ; 2 : urne non tournée ; 3 : coupelle à pâte claire ; 4 : coupelle à vernis noir ; 5 : anneaux de ceinture en bronze ; 6 : fusaïole en terre cuite) (dessins G. Marchand, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 111. Deux exemples de matériel de tombes d’Ambrussum, IIIe s. av. J.-C. A : tombe 21, adulte avec mobilier à connotation masculine (1-5 : rivets en fer de garniture de poignée d’épée ; 6 : bord en gouttière de plaque avers de fourreau d’épée, en tôle de fer ; 7-10 : anneaux en fer ou en bronze de suspension d’épée ; 11 : agrafe de ceinture en bronze ; 12 : talon de lance en fer ; 13-16 : rivets en fer de fixation d’ailettes d’un umbo de bouclier ; 17 : fibule en fer ; 18 à 21 : lamelle en fer avec rivet, éléments de décoration de poignée d’épée, de fourreau ou de coffret ; 22 : tête de clou en bronze ; 24 : tesson de col d’urne non tournée). B : tombe 19, adulte avec mobilier à connotation féminine (1 : boucle d’oreille en argent ; 2 : perle en pâte de verre ; 3 : bracelet en bronze ; 4 : fibule en bronze et corail ; 5 et 6 : élément de ceinture en bronze ; 7 et 8 : tessons d’une urne et d’une coupe non tournées) (d’après B. Dedet 2012a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 112. Deux exemples de matériel de tombes d’Ugernum. A : tombe 44E du Sizen-Vigne, sujet de taille adulte, première moitié du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne non tournée incomplète ; 2-3 : bracelets en bronze ; 4 : anneau en bronze ; 5 : fibule en fer (d’après Demangeot et al. 2016). B : tombe 3 des Colombes, adulte avec mobilier à connotation masculine, fin du IIIe s. av. J.-C. (1 : urne-ossuaire en céramique non tournée ; 2 : épée en fer dans son fourreau ; 3 et 5 : plats à vernis noir ; 4 : plat en céramique non tournée ; 6 : fibule en fer ; 7 : obole de Marseille) (d’après B. Dedet, A. Michelozzi, M. Py 1974).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 113. Présences comparées des différentes formes de vases à parfum ou huile dans les tombes d’Agde, d’Ampurias, d’Aléria et de Marseille.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 114. Représentation de vases à parfum, coupes et couronnes florales déposés sur un tombeau. Lécythe attique à fond blanc du peintre de Bosanquet, vers 440 av. J.-C. (d’après Oakley 2004, fig. 168).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15008/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search