Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Chapitre 4. Les tombes de Saint-André

Texte intégral

1Dans ce chapitre seront d’abord examinées les deux tombes à dépôt secondaire d’incinération de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. découvertes en 1939 près de l’église Saint-André. La nécropole qu’elles suggèrent sera ensuite comparée à celle du Peyrou 2 dont elle pourrait prendre la succession, à l’opposé de la ville grecque (fig. 5, C et fig. 6 et 13).

1. Description des tombes

2Pour cette étude nous manquons de toute observation précise de fouille et de tout relevé. Néanmoins, les photographies des dépôts in situ et les dessins d’objets annotés par R. Aris, permettent une approche de ceux-ci et de la partie profonde des tombes. Leur reconstitution pour la présentation au public faites par le fouilleur au Musée du Viel-Agathois complète la vision que l’on peut en avoir (fig. 77). En revanche, nous ne disposons d’aucune donnée concernant les parties supérieures de ces deux sépultures, mais celles-ci avaient peut-être disparu avant même la fouille, vu la réutilisation très dense du lieu à des fins funéraires entre le V e et le XVIIIe s (fig 78, A, B et C).

Fig. 77. Saint-André. Présentation muséographique des tombes 27 et 28 (clichés B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 77. Saint-André. Présentation muséographique des tombes 27 et 28 (clichés B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 78. Saint-André. Le secteur de la nécropole de l’Antiquité tardive et du Moyen Age incluant les tombes grecques 27 et 28. A : plan (relevé I. Bermond et N. Houlès d’après R. Aris) ; B et C : vues partielles du secteur (fouille et cliché R. Aris).

Fig. 78. Saint-André. Le secteur de la nécropole de l’Antiquité tardive et du Moyen Age incluant les tombes grecques 27 et 28. A : plan (relevé I. Bermond et N. Houlès d’après R. Aris) ; B et C : vues partielles du secteur (fouille et cliché R. Aris).

3Les deux loculus de ces tombes sont distants d’environ deux mètres l’un de l’autre. Chacun jouxte une tombe à inhumation sous bâtière de tegulae et imbrices de l’Antiquité tardive, la tombe 27 auprès la tombe 33, et la tombe 28 auprès de la tombe 32 (fig. 78, A).

1.1. Tombe 27

4La tombe 27 abrite, dans un vase-ossuaire, un adulte jeune, vers 18 - 25 ans, incinéré, et dont le sexe ne peut être précisé (fig. 79 à 81).

Fig. 79. Saint-André, tombe 27. A : vue du dépôt funéraire lors de sa fouille (cliché R. Aris). B et C : coupe et plan schématisés de la fosse et de son contenu (dessin B. Dedet).

Fig. 79. Saint-André, tombe 27. A : vue du dépôt funéraire lors de sa fouille (cliché R. Aris). B et C : coupe et plan schématisés de la fosse et de son contenu (dessin B. Dedet).

Fig. 80. Saint-André, tombe 27. 1 et 2 : l’ossuaire et son couvercle en céramique commune tournée ; A, B et C : morceaux de panse d’amphores agathoises entourant l’ossuaire.

Fig. 80. Saint-André, tombe 27. 1 et 2 : l’ossuaire et son couvercle en céramique commune tournée ; A, B et C : morceaux de panse d’amphores agathoises entourant l’ossuaire.

Fig. 81. Saint-André, tombe 27. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).

Fig. 81. Saint-André, tombe 27. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).

La tombe

5D’après la photo dont nous disposons, on distingue l’ossuaire, une urne en céramique, verticale (n° 1), fermée par un couvercle en céramique en position fonctionnelle, non inversée (n° 2) (fig. 79, A). L’ensemble est calé par trois tessons d’amphores sub-verticaux. Ceux-ci entourent partiellement l’ossuaire et l’un d’eux le surmonte en partie (tesson A). Le loculus n’a pas pu être vu par le fouilleur, mais la disposition et la taille des récipients suggèrent une fosse d’environ 40 cm de diamètre, au maximum, dont la profondeur ne saurait être inférieure à 30 cm (fig. 79, B et C). Le mobilier conservé correspond à celui figurant sur la photo de fouille, mais manifestement dans la présentation muséographique, la position des tessons d’amphore n’a pas pu être respectée (fig. 77, A).

6Les trois éléments d’amphore appartiennent à autant d’exemplaires.

7- Morceau d’épaulement d’une amphore de forme italique Dressel 1A (fig. 80, A). Pâte de couleur rose orangé vers la périphérie, avec litage crème et rosé, grisé au centre. Inclusions de chamotte, de fines particules blanches et de nodules organiques brunâtres friables. Diam. à l’épaule : 290 mm.

8Les caractéristiques de forme et de pâte sont celles de la production agathoise, récemment mise en évidence par la fouille des fours de Saint-Michel, dans la périphérie de la ville (Gomez 2013, 47). Ces fours ont été datés entre 140 et 90 av. J.-C. par archéo-magnétisme.

9- Morceau de panse d’une amphore de forme gréco-italique ou italique (fig. 80, B). Pâte de couleur gris jaune vers la périphérie, rosé au centre, litée. Inclusions de fines particules blanches. Diam. max. cons. : 286 mm. L’aspect de cette pâte est proche de celui de l’exemplaire agathois précédent.

  • 29 Nous remercions Céline Pardies, archéologue à la Communauté d’agglomérations Hérault-Méditerranée (...)

10- Morceau de panse d’une amphore de forme gréco-italique ou italique (fig. 80, C). Pâte fortement litée de couleur gris à rosé. Inclusions de fines particules blanches et de nodules organiques brunâtres friables. Diam. max. cons. : 336 mm. L’aspect de cette pâte est très proche de celle du tesson A et correspond à une semblable production agathoise29.

Le défunt

11L’ossuaire contient 416 morceaux d’os brûlés humains totalisant 465,6 g. Le poids moyen des fragments déterminés est de 1,12 g. (fig. 81). Le taux d’identification est de 68,7 % du nombre total de fragments et 95,5 % de la masse totale.

12La plupart des morceaux présente une couleur blanc crayeux qui traduit une température de crémation supérieure à 500 - 600°, selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975). Des morceaux de diaphyses sont fissurés en ondes concentriques, indiquant que l’incinération a concerné des os frais.

13L’estimation de l’âge au décès découle de plusieurs faits. Le terminus post quem de 18 ans repose sur plusieurs indices : branche horizontale droite de la mandibule avec racine de la deuxième molaire en place et alvéole vide de la troisième molaire dont le bord montre que cette dent a fait éruption ; épiphyse distale de l’humérus soudée à la diaphyse ; corps vertébraux avec listel soudé. Toutefois le fait que la première vertèbre sacrée ne soit pas soudée à la suivante indique un terminus ante quem vers 25 ans.

14Les éléments conservés des coxaux ne permettent pas de diagnostiquer le sexe, mais l’ensemble du squelette reflète une gracilité certaine qui plaide en faveur d’une femme.

  • 30 Toutefois, le même fait peut être constaté dans certaines incinérations du monde indigène, comme (...)

15Le poids d’os déposés ne représente guère que 29 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé (1627,1 g selon McKinley 1993). Avec seulement 3,6 % du poids total, le crâne est très sous-représenté (poids théorique : 20,4 %) ; en revanche, avec 29,7 % du poids, le tronc est très fortement sur-représenté (poids théorique : 17 %) et il en va de même des membres, mais dans une moindre mesure, avec 66,7 % du poids total (poids théorique : 62,6 %). On notera la part très forte du tronc, due essentiellement aux os du rachis. C’est là un fait inhabituel dans les lots d’os incinérés protohistoriques dans lesquels, cette partie du squelette est plus ou moins fortement sous-représentée30. Ici, ce fait doit résulter d’une chauffe moins importante de cette région du corps.

16L’ossuaire ayant été manifestement déjà manipulé avant notre intervention, nous manquons de toute observation sur l’ordre de dépôt des pièces dans le vase.

Ossuaire

17- Urne en céramique commune tournée, intacte (fig. 80, n° 1). Bord déversé court ; lèvre très légèrement en gouttière ; panse ovoïde haute ; fond plat, très légèrement creux. Pâte homogène, de couleur rose orangé, incluant de fines particules blanches ou brun noir. En surface, traces de tournassage. Haut. : 210 mm ; diam. ouv. : 156 mm ; diam. max. panse : 180 mm ; diam. fond : 69 mm.

18- Couvercle en céramique commune tournée, intact (fig. 80, n° 2). Panse tronconique très évasée, et légèrement courbe ; bouton de préhension obtenu en repoussant l’argile de l’intérieur. Pâte semblable à celle de l’ossuaire. Haut. : 45 mm ; diam. max. : 143 mm ; diam. bouton : 27 mm.

19Pour ces deux vases, il s’agit très probablement d’une production agathoise, comme celle des amphores des fours de Saint-Michel.

Objets d’accompagnement

20Aucun objet d’accompagnement ne figure dans cette tombe.

Datation proposée

21Les produits céramiques agathois de cette tombe permettent de dater le dépôt entre 140 et 90 av. J.-C.

1.2. Tombe 28

22La tombe 28 abrite les restes d’un ou deux sujets adultes incinérés, dont le sexe ne peut être précisé.

La tombe

  • 31 Ce vase figurait toutefois dans la présentation au Musée du Viel-Agathois ; son emplacement est e (...)

23La photo de cette tombe in situ montre l’ossuaire, une urne en céramique en position verticale (fig. 82, A), en partie recouverte par un tesson d’amphore. D’un côté, entre la panse de l’urne et la paroi du loculus figure un grand tesson d’amphore vertical. De l’autre, trois unguentaria sont posés sur leur pied au fond de la fosse, inclinés contre la paroi de celle-ci. Le loculus de cette sépulture, également, n’a pas pu être vu à la fouille, mais son diamètre, entre 35 et 40 cm, est induit par la disposition et la taille des vases. Notamment la position inclinée des unguentaria indique des parois de ce loculus plus évasées que celui de la tombe 27. Par ailleurs la profondeur ne peut être inférieure à 30 cm (fig. 82, B et C). Le mobilier conservé correspond à celui figurant sur la photo, à l’exception d’un des unguentaria qui n’a pas été retrouvé31 mais dont nous disposons d’un croquis sommaire de la main de R. Aris. La position des tessons d’amphore dans la présentation muséographique ne correspond pas à l’aménagement initial (fig. 77, B).

Fig. 82. Saint-André, tombe 28. A : vue du dépôt funéraire lors de sa fouille (cliché R. Aris). B et C : coupe et plan schématisés de la fosse et de son contenu (relevé B. Dedet).

Fig. 82. Saint-André, tombe 28. A : vue du dépôt funéraire lors de sa fouille (cliché R. Aris). B et C : coupe et plan schématisés de la fosse et de son contenu (relevé B. Dedet).

24Ces deux tessons d’amphore appartiennent à deux exemplaires.

25- Morceau de panse d’une amphore de forme gréco-italique ou italique (fig. 83, A). Pâte de couleur rose orangé vers la périphérie, grise au centre avec des inclusions de fines particules blanches. Diam. max. cons. : 378 mm.

Fig. 83. Saint-André, tombe 28. 1 : l’ossuaire en céramique commune tournée ; 2, 3 et 4 : unguentaria (4 : dessin R. Aris) ; A et B : morceaux de panse d’amphores gréco-italiques et/ou italiques protégeant l’ossuaire (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 83. Saint-André, tombe 28. 1 : l’ossuaire en céramique commune tournée ; 2, 3 et 4 : unguentaria (4 : dessin R. Aris) ; A et B : morceaux de panse d’amphores gréco-italiques et/ou italiques protégeant l’ossuaire (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

26- Morceau de panse d’une amphore italique (fig. 83, B). Pâte de couleur rosée, avec des inclusions de fines particules blanches. Diam. max. cons. : 360 mm. La paroi intérieure est poissée.

  • 32 Là encore nous sommes redevables à Céline Pardies de ce diagnostic.

27Ces deux amphores ne présentent pas les caractéristiques de la production agathoise connue32.

Le ou les défunts

  • 33 Lorsque nous avons étudié ce lot (avril 2016), celui-ci était conservé dans l’ossuaire qui était (...)

28L’ossuaire contient 325 morceaux d’os brûlés humains totalisant 413,5 g33. 77,2 % des fragments ont pu être identifiés plus ou moins précisément, et au moins par grande région squelettique. Deux doublons trahissent la présence de deux individus de taille adulte : les morceaux de la branche montante gauche de deux mandibules et ceux de deux extrémités proximales d’ulna gauche. Le reste du lot osseux indique un âge adulte pour les deux sujets : épiphyses de fémur soudées à la diaphyse, phalanges de main montrant une base soudée à l’extrémité proximale ; tous les corps vertébraux avec listel soudé ; rares fragments crâniens avec sutures en cours de synostose. Aucun élément des coxaux ne permet de déterminer leur sexe, mais l’ensemble donne une impression de gracilité.

29Le poids moyen des fragments déterminés est de 1,27 g. (fig. 84). Le taux d’identification des fragments, 96,7 % du poids total, est très élevé du fait de la taille importante de ceux-ci.

Fig. 84. Saint-André, tombe 28. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).

Fig. 84. Saint-André, tombe 28. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).

30S’agit-il d’une tombe double ou bien les deux doublets résultent-ils d’un ramassage involontaire, sur le bûcher, de restes d’une crémation antérieure ? L’absence de différence d’âge observable dans cet ensemble rend la réponse pour le moins problématique. Et par ailleurs, comme l’ossuaire a été déjà manipulé avant étude, l’ordre de dépôt des pièces n’a pas pu être envisagé.

31Des variations très nettes de couleur sont notables selon la géographie du squelette. Les restes crâniens, les côtes et les os des membres supérieurs, y compris les phalanges, sont d’un blanc crayeux, ce qui indique une température d’au moins 500 à 600°, selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975). Les morceaux de diaphyses des membres supérieurs sont fissurés en ondes concentriques. Le rachis et les os des membres inférieurs, coxaux compris, sont de couleur brune et ils sont peu fissurés ; ils ont donc subi une durée ou une intensité de chauffe moindre.

32Si deux individus il y a réellement, brûlés de la même manière, cela pourrait impliquer un foyer commun. Ces différences d’intensité ou de durée de chauffe peuvent résulter de l’effondrement du bûcher ou bien d’une intervention humaine durant la crémation.

33S’il s’agit de deux adultes, la masse totale d’os déposée est très faible : de l’ordre de 13 % seulement du poids moyen de deux squelettes d’adultes brûlés (1627,1 g pour un individu selon McKinley 1993). Toutefois on ignore si l’un des sujets est mieux représenté que l’autre.

34Globalement, les poids par grandes régions anatomiques sont très proches des poids théoriques : 18,3 % des fragments identifiés pour le crâne (poids théorique : 20,4 %), 19,5 % pour le tronc (poids théorique : 17 %) et 62,2 % pour les membres (poids théorique : 62,6 %). On notera la part normale du tronc, due essentiellement aux os du rachis, comme dans la tombe 27 de Saint-André.

Ossuaire

35- Urne en céramique commune tournée, intacte (fig. 83, n° 1). Bord déversé court ; lèvre en gouttière ; panse ovoïde haute, avec, sur sa partie supérieure, deux sillons horizontaux, peu profonds ; fond plat, portant des stries concentriques. Pâte homogène, de couleur jaune orangé clair, incluant de fines particules brunâtres. Traces de tournassage sur toute la surface. Haut. : 225 à 232 mm ; diam. ouv. : 183 mm ; diam. max. panse : 224 mm ; diam. fond : 102 mm.

36Il s’agit très probablement d’une production agathoise, comme celle des amphores des fours de Saint-Michel.

Objets d’accompagnement

37Unguentarium en céramique tournée à pâte claire, intact, de type B VII de E. Cuadrado (1977) (fig. 83, n° 2). Col long et très légèrement évasé ; légers bourrelets dans la partie supérieure du col, qui permettent de l’identifier avec l’exemplaire situé en haut et à gauche sur le cliché de R. Aris (fig. 76, A) ; bord à lèvre épaissie formant un angle vers l’extérieur ; panse globulaire en continuité avec le col ; bas de la panse très resserré se terminant par un pied en bouton élargi à base plane. Pâte de couleur orange clair. Une file horizontale de petites moulures obliques creuses et très peu profondes au niveau du diamètre maximum de la panse. Une autre file semblable mais aux moulures plus fines et plus resserrées, marque la jonction de la panse et du pied haut. Vernis orange sombre sur tout le bord et le col ; le reste du vase n’a pas de couverte. Haut. : 166 mm ; diam. ouv. : 23 mm ; diam. panse : 45 mm.

38Unguentarium en céramique tournée à pâte claire, intact, de type B VII de E. Cuadrado (1977) (fig. 83, n° 3). Col long et vertical ; bord à lèvre épaissie avec un angle moins marqué que pour le vase précédent ; panse globulaire en continuité avec le col ; bas de la panse très resserré se terminant par un pied en bouton anguleux à base légèrement convexe. Pâte de couleur orange pâle. Quatre stries légèrement obliques au milieu du pied. Engobe orange sombre du bord au bas de la panse. Vernis rouge sombre à noir sur le bord et l’ensemble du col. Ce vase n’est pas exactement symétrique, notamment au niveau de l’épaulement, le col n’est pas parfaitement dans l’axe vertical et le plan d’ouverture n’est pas horizontal (2 mm de différence d’un côté du bord à l’autre). Haut. : 170 à 172 mm ; diam. ouv. : 19 mm ; diam. panse : 40 mm.

39Ces deux vases proviennent à l’évidence du même atelier. Leur facture est très peu soignée, en particulier celle du second, qui ne tient pas debout du fait de l’étroitesse et de l’irrégularité de son plan de pose. Leur pâte, identique, ne se retrouve ni dans les exemplaires de Marseille, ni dans ceux d’Ampurias. Ces arguments plaident en faveur d’une fabrication locale, comme cela a été observé pour certaines nécropoles d’époque hellénistique (Massar 2009, 311-312).

40Unguentarium actuellement disparu, mais connu par la photo de fouille et un croquis sommaire de R. Aris (fig. 83, n° 4). Même si, sur le cliché l’individualisation de ces exemplaires n’est pas possible, on remarquera la similitude des formes et des factures, et d’après ces documents, ce vase était déposé intact (fig. 76, A). Sa forme est donc analogue à celle des deux précédents, et peut être classée dans le même type B VII de E. Cuadrado. Comme eux, le col est enduit d’un vernis. Le dessin de R. Aris montre des dimensions semblables (de l’ordre de 175 mm).

Os d’animaux

41Parmi les os humains incinérés figurent trois morceaux d’épiphyses d’os longs de mammifères, également brûlés.

Datation proposée

42Le type B VII d’unguentarium est un des plus tardifs de cette catégorie de vase, très fréquent notamment dans les nécropoles ampuritaines. Il est daté globalement du IIe et de la première moitié du Ier s. av. J.-C (Cuadrado 1977, 394). Des exemplaires semblables à ceux de la tombe 28 de Saint-André, par la morphologie, les proportions et parfois la présence de vernis sur le col et d’incisions sur la panse, figurent dans plusieurs tombes d’Ampurias :

  • inhumation Mateu 6 (Almagro 1953, 229, fig. 193, n° 1);

  • incinération Granada 1, deux exemplaires datés entre 200 et 150 av. J.-C. par la céramique campanienne A (ibid., 246, fig. 211, n° 3 et 4) ;

  • incinération Las Corts 24 (ibid., 293, fig. 245, n° 13).

43De même, est semblable l’unguentarium de la tombe 4 d’Aléria, que le contexte place également entre 200 et 150 av. J.-C. (Jehasse, Jehasse 1973, 128-131 et pl. 142, n° 36).

44Si ce créneau convient pour l’amphore de type gréco-italique, cependant la présence d’un tesson de panse d’amphore italique ne permet pas de remonter au-delà de 150 av. J.-C. Par ailleurs, la similitude de pâte entre l’ossuaire de cette tombe et celui de la tombe 27 semble un argument déterminant pour donner à ces deux sépultures la même datation, entre 150 et 90 av. J.-C.

2. Du Peyrou 2 à Saint-André

45La comparaison entre les ensembles funéraires du Peyrou 2 et de Saint-André est instructive à plus d’un titre, malgré un nombre de tombes extrêmement réduit pour Saint-André et donc un corpus quantitativement très inégal.

46Hormis un petit groupe de sépultures établies au milieu du Ier s. apr. J.-C. en bordure occidentale du site de la nécropole du Peyrou (fig. 9), pour l’époque de la colonie grecque l’utilisation de ce cimetière cesse dans la première moitié ou au milieu du IIe s. av. J.-C. C’est donc dans les années qui suivent immédiatement que se placent les deux tombes de Saint-André. Celles-ci appartiennent-elles au même groupe humain que celui du Peyrou 2 et reflètent-elles par conséquent le déplacement de son cimetière ? Ou bien Saint-André est-il le site de la nécropole d’un autre quartier de la ville grecque ? En fait, la topographie comme certaines nuances dans les pratiques funéraires semblent permettre de privilégier la seconde hypothèse.

47Les deux lieux, le Peyrou et Saint-André, sont diamétralement opposés par rapport à la colonie grecque, le premier au Nord-Est et le second au Sud-Ouest. La distance entre le cimetière et la ville se réduit aussi très sensiblement puisque le Peyrou 2 est à 500 m environ de celle-ci et Saint-André à une centaine de mètres à peine de zones habitées (fig. 5, C).

48À Saint-André, ce sont seulement deux sépultures grecques qui sont connues, mais de nombreux tessons de vases découverts lors des fouilles, qui leur sont contemporains, pourraient indiquer la présence d’autres dépôts bouleversés par la poursuite de la vocation funéraire du lieu. Le type de traitement du corps attesté par ces deux tombes est l’incinération. On ignore si c’est le seul mis en œuvre ici. En tous cas il convient d’écarter la tentation de voir dans les quelques squelettes, retrouvés dans des fosses sans aucun objet d’accompagnement, des inhumations d’époque grecque semblables à celles du Peyrou 2. En effet, ceux-ci sont parfaitement intégrés dans les rangées des tombes en bâtière de l’Antiquité tardive, selon les mêmes alignement et orientation, ce qui marque bien une contemporanéité avec ces dernières.

49La comparaison de la morphologie des tombes à incinération de Saint-André et du Peyrou 2 reste très limitée. Aucune donnée concernant la superstructure des deux sépultures n’est disponible à Saint-André. En revanche ici, le loculus apparaît beaucoup plus exigu qu’au Peyrou 2. Le blocage des pans d’amphores et des unguentaria contre l’ossuaire même marquent bien l’étroitesse de ce creusement, alors qu’au Peyrou 2 la fosse est surdimensionnée par rapport au dépôt funéraire qui est contraint entre des blocs de basalte emplissant le reste de l’espace. Le seul trait commun est le placage de ces morceaux de panse d’amphores contre la paroi du loculus, attesté sur les deux sites.

  • 34 En excluant sur ce site les données de la structure 200 qui n’est peut-être pas une tombe.

50La crémation du corps semble moins poussée à Saint-André. Le fait est particulièrement notable sur les rachis, et, en outre sur les membres inférieurs pour la tombe 28. Les os sont aussi moins fragmentés qu’au Peyrou 2. Le poids moyen des éléments identifiés est de 1,12 g et 1,27 g, à Saint André, alors qu’il varie de 0,49 g à 0,83 g. pour une moyenne de 0,7 g au Peyrou 2 (fig. 85)34.

Fig. 85. Le Peyrou 2 et Saint-André. Tableau récapitulatif des taux d’identification des os des tombes à incinération, et indices pondéraux de chaque grande région anatomique, en % par rapport au poids total d’os identifiés dans chaque tombe.

Fig. 85. Le Peyrou 2 et Saint-André. Tableau récapitulatif des taux d’identification des os des tombes à incinération, et indices pondéraux de chaque grande région anatomique, en % par rapport au poids total d’os identifiés dans chaque tombe.

51Le ramassage des restes osseux sur les bûchers est également quelque peu différent. Alors que la part du crâne est toujours conforme à la valeur théorique au Peyrou 2 et en est très proche dans la tombe Saint-André 28, elle est étonnamment faible (3,6 % du poids d’os) dans Saint-André 27. Plus surprenante encore est la forte représentation des os du tronc à Saint-André, 19,5 % du poids osseux dans la tombe 28 et 29,7 % dans la tombe 27, dépassant très largement le poids théorique de 17 %, très rarement atteint au demeurant dans la Protohistoire régionale (Duday, Depierre, Janin 2000, 20). D’ailleurs au Peyrou 2, comme c’est le plus souvent le cas, ce score est compris entre 2 % et 11,1 %.

52En revanche les masses globales d’os recueillies n’apparaissent guère différentes dans les deux ensembles : 465,6 g pour la tombe Saint-André 27, valeur proche de celles du Peyrou 2 comprises entre 419,8 g et 828,8 g pour une moyenne de 578,5 g. La masse globale de 413,5 g pour la tombe Saint-André 28 est faible si celle-ci est effectivement double, mais reste conforme à ces valeurs si les doublets constatés ne proviennent que d’un ramassage involontaire sur un bûcher commun.

  • 35 Il n’est pas certain que la caccabè de la tombe Peyrou 44bis ait servi d’ossuaire.

53Sur les deux sites on constate une unité dans le type d’ossuaire utilisé, même si la variation chronologique induit des productions différentes : un vase haut dans les deux cas, cruche ou urne35 à pâte claire au Peyrou 2, pot à cuire de production agathoise à Saint-André. Lorsque les conditions de conservation le permettent, on observe que la fermeture de ce récipient est toujours assurée. Le pot à cuire de Saint-André 27 a reçu le couvercle adapté à son utilisation domestique et dans sa position fonctionnelle. En revanche, celui de Saint-André 28 est simplement recouvert par un pan d’amphore. Au Peyrou 2, les cruches n’ayant pas de couvercle dans leur usage courant, ce sont des vases très différents qui servent à l’obturation, coupe à boire (tombe 77) ou couvercle de pot à cuire (tombe 79), tous deux posés à l’envers par rapport à leur utilisation normale dans la vie de tous les jours.

54Aucune pièce d’habillement ni de parure n’accompagne les adultes de Saint-André, mais ces objets sont aussi très rares pour cette catégorie de défunts du Peyrou 2, qu’il s’agisse des incinérés ou des inhumés. L’élément le plus remarquable commun aux deux ensembles est sans conteste le vase à parfum ou à onguent qui figure dans l’une des deux sépultures de Saint-André (T 28) et qui figurait déjà au Peyrou 2, dans toutes les incinérations et dans quelques inhumations. Et parfois même cette présence est répétée à deux exemplaires dans la tombe 184 du Peyrou, ou trois dans la tombe 28 de Saint-André (qui est peut-être une tombe double, ce qui expliquerait ce nombre). Ces lécythes, ces unguentaria, de même que plusieurs autres éléments de ces tombes du Peyrou 2 et de Saint-André montrent que, dans les deux cas, nous nous trouvons dans la même sphère culturelle, celle de la colonie grecque d’Agathè, au-delà de différences de détails résultant d’une évolution et/ou d’un recrutement dans deux quartiers différents de l’habitat.

Notes

29 Nous remercions Céline Pardies, archéologue à la Communauté d’agglomérations Hérault-Méditerranée, pour son avis sur ces productions agathoises.

30 Toutefois, le même fait peut être constaté dans certaines incinérations du monde indigène, comme dans la tombe de Saint-Martin de Colombs à Fabrègues, Hérault, où le tronc, représenté presque uniquement par le rachis, compte pour presque 23 % du poids total (Dedet, Paya 2006-2007, 116-117).

31 Ce vase figurait toutefois dans la présentation au Musée du Viel-Agathois ; son emplacement est encore marqué sur le support.

32 Là encore nous sommes redevables à Céline Pardies de ce diagnostic.

33 Lorsque nous avons étudié ce lot (avril 2016), celui-ci était conservé dans l’ossuaire qui était présenté comme nous l’avons indiqué, et sans fermeture. Sur le dessus figuraient quatre éléments osseux humains et deux d’animaux non brûlés, qui ont toute chance d’avoir été introduits dans le vase ultérieurement, peut-être lors de la fouille (n’oublions pas que des tombes à inhumation plus récentes sont toutes proches), peut-être lors de l’exposition dans le musée (l’ossuaire n’était pas couvert). Ces os humains non brûlés n’appartiennent manifestement pas aux deux sujets incinérés. Ils se rapportent à deux autres individus au moins : un adulte robuste (deux morceaux de voûte crânienne très épaisse, aux sutures synostosées) et un jeune enfant (un morceau de voûte crânienne aux sutures libres et une diaphyse de tibia). Pour la faune, il s’agit d’un tarso-métatarse d’oiseau galliforme adulte et d’une extrémité distale d’humérus d’ovi-capriné adulte.

34 En excluant sur ce site les données de la structure 200 qui n’est peut-être pas une tombe.

35 Il n’est pas certain que la caccabè de la tombe Peyrou 44bis ait servi d’ossuaire.

Table des illustrations

Titre Fig. 77. Saint-André. Présentation muséographique des tombes 27 et 28 (clichés B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 78. Saint-André. Le secteur de la nécropole de l’Antiquité tardive et du Moyen Age incluant les tombes grecques 27 et 28. A : plan (relevé I. Bermond et N. Houlès d’après R. Aris) ; B et C : vues partielles du secteur (fouille et cliché R. Aris).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 79. Saint-André, tombe 27. A : vue du dépôt funéraire lors de sa fouille (cliché R. Aris). B et C : coupe et plan schématisés de la fosse et de son contenu (dessin B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 80. Saint-André, tombe 27. 1 et 2 : l’ossuaire et son couvercle en céramique commune tournée ; A, B et C : morceaux de panse d’amphores agathoises entourant l’ossuaire.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 81. Saint-André, tombe 27. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 82. Saint-André, tombe 28. A : vue du dépôt funéraire lors de sa fouille (cliché R. Aris). B et C : coupe et plan schématisés de la fosse et de son contenu (relevé B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 83. Saint-André, tombe 28. 1 : l’ossuaire en céramique commune tournée ; 2, 3 et 4 : unguentaria (4 : dessin R. Aris) ; A et B : morceaux de panse d’amphores gréco-italiques et/ou italiques protégeant l’ossuaire (dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 84. Saint-André, tombe 28. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 85. Le Peyrou 2 et Saint-André. Tableau récapitulatif des taux d’identification des os des tombes à incinération, et indices pondéraux de chaque grande région anatomique, en % par rapport au poids total d’os identifiés dans chaque tombe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15007/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search