Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Chapitre 3. Le Peyrou 2. Les pratiques funéraires

Texte intégral

1Ce secteur de nécropole du Peyrou, utilisé pendant deux siècles à deux siècles et demi, des environs de 400 à la première moitié du IIe s. av. J.-C., a regroupé au moins 35 sépultures, peut-être 36 selon le statut de la structure 200, et autant de défunts. En premier lieu, sera examinée la composition de ce groupe humain en termes d’âge et de sexe, le « recrutement » de ce cimetière selon le mot de Claude Masset (1987). Ensuite, nous synthétiserons les données concernant les différents types de traitement des corps, de mode de dépôts de ceux-ci ou de leurs restes, de morphologie des sépultures. Pour terminer, les objets accompagnant les défunts seront classés en fonction de tous ces paramètres. Étant donné le petit nombre de tombes datées précisément, toutes ces questions seront envisagées pour l’ensemble de la période que couvre cette nécropole, et il est clair que ne figure ici qu’une représentation limitée de la population d’Agde.

1. Le recrutement

  • 25 Adjectif formé sur le nom du médecin anglais Edward Jenner (1749-1823), qui ouvrit l’ère de la va (...)

2Le nombre de sépultures fouillées et de défunts découverts est réduit, 35 ou 36 tombes ayant livré en tout un nombre minimum de 36 sujets décédés, qui s’échelonnent sur une période d’au moins deux siècles. Malgré la faiblesse numérique de cet ensemble, il est néanmoins possible d’estimer si sa composition est conforme ou non à la mortalité préjennerienne25. C’est surtout pour les immatures, les moins de 20 ans, que la composition par âge peut être approchée avec le plus de précision, la connaissance de l’âge des adultes, même ceux qui ne sont pas incinérés, restant beaucoup plus vague. La répartition entre défunts masculins et féminins peut être appréhendée par l’examen des os coxaux pour, ici, un peu moins de la moitié des 20 tombes d’adultes ou d’adolescents présents.

1.1. Âge au décès et âge d’accès au cimetière

3Les âges au décès dans la nécropole du Peyrou 2 sont les suivants :

  • Tombe T 44 : un adolescent, 15-19 ans ;

  • Tombe T 44bis : un adulte de plus de 30 ans ;

  • Tombe T 48bis : un enfant, 3,5-7 ans ;

  • Tombe T 50bis : un sujet d’âge indéterminé mais pas un petit enfant ;

  • Tombe T 52 : un adulte, 25-35 ans ;

  • Tombe T 53 : un adulte âgé ;

  • Tombe T 54 : un adulte de plus de 30 ans ;

  • Tombe T 55 : un enfant, vers 10 ans ;

  • Tombe T 56 : un enfant, 8-10 ans ;

  • Tombe T 57 : un adulte âgé ;

  • Tombe T 65bis : un adulte ;

  • Tombe T 73 : un adulte, 35-45 ans ;

  • Tombe T 74 : un adulte, 30-50 ans ;

  • Tombe T 76 : un enfant, 7-10 ans ;

  • Tombe T 77 : un adulte, plus de 30 ans ;

  • Tombe T 79 : un adolescent, 15-18 ans ;

  • Tombe T 80 : un enfant, 5-7 ans ;

  • Tombe T 81 : un adulte ;

  • Tombe T 84 : un adulte âgé ;

  • Tombe T 86 : un enfant, 4-6 ans ;

  • Tombe T 87 : un adulte ;

  • Tombe T 88 : un périnatal ;

  • Tombe T 90 : un périnatal ou très jeune enfant ;

  • Tombe T 93 : un enfant, vers 10 ans ;

  • Tombe T 160 : un adulte de plus de 30 ans ;

  • Tombe T 163 : un adulte de plus de 50 ans ;

  • Tombe 184 : un adulte, 20-30 ans ;

  • Tombe 194 : un enfant, vers 11 ans ;

  • Tombe 195 : un périnatal ;

  • Tombe 196 : un périnatal ;

  • Tombe 199 : un périnatal ;

  • Tombe ou bûcher 200 : adulte ;

  • Tombe 201 : un sujet d’âge indéterminé mais pas un petit enfant ;

  • Tombe 206 : un périnatal ;

  • Tombe 207 : un périnatal ;

  • Tombe 208 : un périnatal.

4En données brutes, ce quartier de la nécropole a accueilli au total sept ou huit périnatals, un jeune enfant vers 1 an, deux jeunes enfants entre 2 et 5 ans, deux grands enfants entre 8 et 14 ans, un adolescent, quinze adultes, un sujet adolescent ou adulte et un sujet d’âge indéterminé, enfant, adolescent ou adulte.

5Le degré de représentation de chaque classe d’âge des immatures du Peyrou 2 peut être précisé en comparant leur distribution à celles que l’on connaît en démographie historique, établies selon une espérance de vie à la naissance déterminée, suivant le modèle mis au point par Pascal Sellier lors de l’étude du tumulus de Courtesoult (Sellier 1996). Pour cela, les effectifs de ces immatures doivent être exprimés selon les mêmes classes que celles de la démographie historique, des classes d’âge quinquennales, en années révolues, à l’exception des deux premières, respectivement d’une durée d’un an (0-12 mois révolus) et de quatre ans (1-4 ans révolus). Pour chaque classe est calculé le quotient de mortalité (rapport du nombre de décès à la totalité de l’effectif de cette classe et des classes plus âgées) de type « aqx » (où « x » désigne l’âge d’entrée dans la classe, et « a » la durée de cette classe en années révolues, « q » signifiant quotient). Ces quotients sont ensuite comparés aux modèles théoriques des tables de mortalité de Ledermann (1969) dont l’espérance de vie à la naissance est comprise entre 25 et 35 ans. On ne connaît en effet aucune société préjennérienne, si désavantagée soit-elle, qui ait une espérance de vie à la naissance inférieure à 20-24 ans ; et, par ailleurs, les chiffres les plus élevés pour les classes les plus favorisées de ces populations n’excèdent pas 36-39 ans (par exemple la noblesse britannique aux XVIe - XVIIe siècles, la « classe dirigeante » de Genève au XVIIe siècle ou encore la famille des empereurs Ming en Chine) (Sellier 1996, 191 et 193). Les écarts à la norme observés peuvent donc être considérés comme des anomalies découlant des coutumes funéraires, en l’absence de cause taphonomique identifiable.

6Un tel classement introduit parfois des coupures trop strictes qui masquent l’imprécision de l’évaluation de l’âge. Celle-ci est généralement établie sous la forme d’un intervalle entre deux anniversaires qui peut se trouver à cheval sur deux classes d’âge. Dans ce cas, la correspondance entre la détermination de l’âge et l’attribution à une classe est résolue selon le principe de « minimalisation des anomalies » préconisé par P. Sellier (1996, 191-192) : pour obtenir la distribution la moins éloignée d’une mortalité naturelle de type préjennérien est choisie alors l’hypothèse qui se conforme le mieux à ce schéma de mortalité archaïque. Ainsi, selon ce principe de conformité, le sujet de 3,5-7 ans de la tombe 48bis et celui de 4-6 ans de la tombe 86 sont placés dans la classe des 1-4 ans.

7Pour les six classes d’âge retenues, la répartition des sujets du Peyrou 2 est la suivante (fig. 56) :

Fig. 56. Le Peyrou 2. Classement des défunts par grandes classes d’âge.

Fig. 56. Le Peyrou 2. Classement des défunts par grandes classes d’âge.
  • 0-12 mois : 7 individus (tombes 88, 90, 195, 196, 206, 207 et 208) ;

  • 1-4 ans : 2 individus (tombes 48bis et 86) ;

  • 5-9 ans : 3 individus (tombes 56, 76 et 80) ;

  • 10-14 ans : 3 individus (tombes 55, 93 et 194) ;

  • 15-19 ans (adolescents) : 2 individus (tombes 44 et 79) ;

  • 20 ans et plus (adultes) : 16 individus (tombes 44bis, 52, 53, 54, 57, 65bis, 73, 74, 77, 81, 84, 87, 160, 163, 184 et 200).

Cette distribution appelle un certain nombre de remarques.

8Cette population se répartit tout à fait équitablement entre adultes de plus de 20 ans, 16 sujets, et immatures, 17 individus. Le classement par âge des premiers n’est guère signifiant, vu l’imprécision de la détermination de l’âge au décès : il y aurait deux adultes jeunes, deux adultes moyens, quatre adultes âgés et huit adultes d’âge non précisé. Il n’en va pas de même avec les immatures.

9Les défunts de moins d’un an sont ici normalement représentés (fig. 57, A et B). Le quotient de 212,12 ‰ est tout à fait conforme à la mortalité attendue pour cette classe d’âge.

Fig. 57. Le Peyrou 2. A : quotient de mortalité (en ‰) des défunts immatures. Pour comparaison, tables-types de Ledermann pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans. B : La courbe des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).

Fig. 57. Le Peyrou 2. A : quotient de mortalité (en ‰) des défunts immatures. Pour comparaison, tables-types de Ledermann pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans. B : La courbe des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).

10La classe suivante, celle des 1-4 ans, avec un taux de 76,92 ‰, marque une baisse de cette mortalité, conformément aux tables-types puisqu’il meurt normalement moins d’enfants à cette âge. Mais à l’évidence au Peyrou 2, il manque entre les deux tiers et les trois quarts de ces jeunes enfants. Ceux-ci montrent un fort déficit par rapport à la proportion attendue, entre 362,76 ‰ et 195,88 ‰. En revanche, les 5-9 ans, les 10-14 ans et les 15-19 ans,
avec des quotients de mortalité respectifs de 125 ‰, 142,85 ‰ et 111,11 ‰, sont quelque peu sur-représentés (fig. 57, A et B).

11La courbe de mortalité reflétée par le recrutement du Peyrou n’est donc pas fondamentalement différente de la tendance générale propre à une société ancienne. La modestie de l’échantillon peut expliquer la faiblesse du score des 1-4 ans et la légère sur-représentation des 5-9 ans et des 10-14 ans. En revanche, il convient de souligner la conformité avec la mortalité pré-jennérienne de la représentation des 0-1 an. Cela indique clairement que les périnatals et les nourrissons sont admis au cimetière de cette communauté. C’est là une différence fondamentale avec les nécropoles protohistoriques autochtones de la région, où ces très jeunes défunts font complètement défaut. Nous reviendrons sur cette question dans le chap. 5, § 1.

1.2. Défunts masculins et féminins

12Le sexe biologique n’a pu être déterminé avec quelque probabilité que pour 8 des 18 ou 19 adultes et/ou adolescents inhumés ou incinérés que compte cette nécropole. Cette diagnose repose sur les restes d’os coxaux où la grande échancrure sciatique et parfois la surface auriculaire sont observables. En outre, la robustesse des os associée au caractère très proéminent du bourrelet sus-orbitaire et de la crête nuchale plaident fortement pour trois autres sujets masculins. Ainsi, on aurait donc au Peyrou 2 :

  • 1 tombe d’homme : T 54 ;

  • 3 tombes d’hommes probables : T 74, 87 et 163 ;

  • 7 tombes de femmes : T 52, 53, 73, 81, 84, 160 et 194.

  • 26 Dans les tombes du monde indigène du Midi de la France, la connotation féminine de la fusaïole es (...)

13Par ailleurs la possible présence de fusaïole auprès de l’adulte incinéré de la tombe 184 pourrait signaler un sujet féminin supplémentaire26.

14Ce déséquilibre n’est pas interprétable. Il n’est peut-être qu’apparent car il peut résulter de la faiblesse du lot disponible et du nombre relativement important d’indéterminés, sept individus, dont un adulte robuste, indice plutôt de masculinité (tombe 57).

1.3. Répartition topographique

15L’examen de la répartition des défunts sur le terrain, en fonction de leur âge et, pour les plus de quinze ans, de leur sexe, permet quelques observations (fig. 58). L’évidence principale concerne les tout-petits, qui se répartissent essentiellement en deux groupes. L’un d’eux, au centre du secteur fouillé, rassemble trois tombes topographiquement très proches et, vu leur morphologie, l’inhumation dans le même type d’amphore, sans doute très proches dans le temps (T 206, 207 et 208). Ces trois enchytrismes sont entourés par trois tombes de femmes (T 52, 53 et 73). Il serait tentant de voir là un regroupement non fortuit, mais le décalage chronologique entre ces nouveau-nés, déposés au plus tard vers 225 av. J.-C, et ces femmes, dont deux sépultures ne sont pas antérieures au début du IIe s. av. J.-C., semble réfuter cette idée, à moins d’imaginer des mères ayant survécu plusieurs décennies à leur bébé. L’autre groupe de tout-petits, au Sud, avec les trois sépultures 195, 196 et 199, est beaucoup moins serré et il s’agit d’un secteur bien moins dense en dépôts de cette période. Cependant n’oublions pas que nous sommes là juste en limite méridionale de la fouille. En dehors de ces deux ensembles, seul un sujet de cette classe d’âge est isolé de ses congénères, à l’Ouest, celui de la tombe 88.

Fig. 58. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts selon l’âge et éventuellement le sexe.

Fig. 58. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts selon l’âge et éventuellement le sexe.

16Les autres défunts immatures ne montrent aucune répartition particulière. Ils sont dispersés parmi les tombes d’adultes. Ces derniers sont également éparpillés. Seule une densité plus importante de femmes ressort dans la partie centrale du secteur fouillé. Pour les autres adultes, l’imprécision des âges au décès et la rareté des diagnoses sexuelles ne permettent pas davantage d’observation.

2. Le traitement du corps

2.1. Inhumation et incinération

17Les tombes du Peyrou 2 montrent l’emploi de deux procédés de traitement du corps, l’incinération et l’inhumation (fig. 59).

Fig. 59. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts selon le traitement du corps et la chronologie.

Fig. 59. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts selon le traitement du corps et la chronologie.

18Globalement l’inhumation est la pratique la plus fréquente : vingt-neuf défunts sont inhumés pour cinq incinérés seulement, soit un rapport de l’ordre de 85 % d’inhumés pour 15 % d’incinérés. Chronologiquement, trois de ces derniers se placent plutôt dans la phase la plus ancienne, entre 400 et 300/275, et deux dans la phase médiane, entre 300/275 et 200. Aucun incinéré n’apparaît dans les tombes de la dernière phase, après 200 av. J.-C. En revanche, l’inhumation est attestée durant toute la durée d’utilisation de ce secteur de la nécropole : cinq inhumés se rapportent à la phase ancienne, trois à la phase médiane et deux à la phase finale, tandis que quatre peuvent être classés dans l’une comme l’autre des deux premières phases, et que seize ne peuvent être datés précisément.

19Cette répartition dans le temps marque-t-elle une évolution ? On soulignera que le dépôt de l’incinération 44bis datée de la première phase a bouleversé l’inhumation 44 de cette même époque qui est par conséquent antérieure. D’autre part l’absence d’incinération après 200 av. J.-C. est un fait. Cependant cette constatation ne repose que sur un nombre réduit de sépultures de cette période finale. Il est difficile d’aller plus loin : si la datation des incinérations est plus aisée du fait d’un matériel d’accompagnement moins rare que dans les inhumations, plus de la moitié de ces dernières n’ont pas de mobilier ou, s’il est présent celui-ci est peu précisément datable. La seule évidence est qu’incinération et inhumation sont donc attestées dès la phase ancienne et durant la phase moyenne, mais seule l’inhumation existe encore dans la phase finale (fig. 60).

Fig. 60. Le Peyrou 2. Nombre des défunts incinérés ou inhumés par phases chronologiques.

Incinération

Inhumation

Phase 1   400-300/275

3

5

Phase 2   300/275-200

2

2

Phase 3   200-150

0

2

Phase 1-2   400-200

0

4

Phase indéterminée   400-150

0

17

20Parmi les cinq incinérés figurent un adolescent entre 15 et 18 ans (T 79) et quatre adultes (T 44bis, 77, 184 et 200). L’inhumation, elle, concerne toute les classes d’âge, depuis la naissance. Elle est exclusive pour les enfants et demeure majoritaire pour les adultes et les adolescents, du moins dans ce secteur de la nécropole. Aucun enfant en dessous de 14 ans ne subit l’incinération ; ce traitement est donc réservé à des sujets de plus de 15 ans, et seulement à certains d’entre eux (fig. 61).

Fig. 61. Le Peyrou 2. Nombre des défunts incinérés ou inhumés par classes d’âge.

âge

Incinération

Inhumation

0-12 mois

0

7

1-4 ans

0

2

5-9 ans

0

2

10-14 ans

0

3

15-19 ans

1

1

> 20 ans

4

14

21Sur le terrain, toutes les tombes à incinération sont rangées sur une ligne méridienne. Et à l’extrémité Sud de celle-ci se trouve la structure 200, tombe ou peut-être bûcher crématoire. Cet alignement forme d’ailleurs la bordure orientale de la nécropole du Peyrou 2 car au-delà, plus vers l’Est, s’étend la nécropole bien conservée du premier âge du Fer. Il s’agit bien d’une situation marginale pour ces incinérations, qui n’apparaissent pas ailleurs dans le secteur fouillé (fig. 62). La répartition des tombes par période, que nous venons d’évoquer, ne permet toutefois pas de conclure à un développement de la nécropole depuis cette limite orientale vers l’Ouest.

Fig. 62. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts en fonction du traitement du corps et de l’âge.

Fig. 62. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts en fonction du traitement du corps et de l’âge.

2.2. La question des bûchers

22Les quatre tombes à incinération bien caractérisées, T 44bis, T 77, T 79 et T 184, sont toutes des dépôts secondaires de crémation. La seule découverte permettant d’alimenter, ou plutôt de poser la question du ou des lieux d’incinération est la structure 200, qui pourrait peut-être correspondre aux restes d’un bûcher, daté entre 375 et 325 av. J.-C. Cependant, cette structure est trop mal connue pour qu’on ne puisse pas être dubitatif (fig. 62). Elle n’a pas été fouillée intégralement et les indications dont nous disposons sont beaucoup trop fragmentaires. Nous savons seulement qu’il s’agit d’un niveau de 3 à 10 cm d’épaisseur, sur une surface non précisée, incluant des os brûlés se rapportant à un adulte, au moins, des charbons de bois et une petite cruche incomplète (ci-dessus, chap. 2, § 1.32.). On pourrait donc avoir affaire aussi bien aux vestiges d’un ustrinum, mais aussi à ceux d’une tombe-bûcher, ou encore à un dépôt secondaire d’incinération. Selon la première hypothèse, s’il s’agit bien d’un bûcher, celui-ci serait contemporain des tombes d’adultes incinérés 44bis et 184, et pourrait peut-être les concerner.

3. Mode de dépôt et forme de la tombe

23Mode de dépôt et forme de la tombe sont pris en compte en même temps car ils apparaissent intimement liés, dans cette nécropole particulièrement. Les sépultures à inhumation ne sont jamais partagées par plusieurs défunts mais toujours individuelles, et pour toutes les incinérations, l’étude des os ne révèle jamais plus d’un sujet. Les tombes bien datées entre les limites chronologiques de la nécropole étant minoritaires, on considérera ici en bloc l’ensemble des sépultures découvertes.

3.1. Les tombes à inhumation

24L’analyse des vingt-neuf tombes à inhumation permet de dégager un certain nombre de caractères, dont la fig. 63 donne un résumé. On s’attachera dans ce sous-chapitre à la morphologie de la tombe, à la position du corps, son orientation et la question d’ordre utilitaire que posent certains objets, fibules ou épingles.

Fig. 63. Le Peyrou 2. Tableau synthétique des principales caractéristiques des tombes à inhumation.

Fig. 63. Le Peyrou 2. Tableau synthétique des principales caractéristiques des tombes à inhumation.

3.1.1. Morphologie de la tombe

25La morphologie de chacune des tombes à inhumation est souvent fort mal connue, nous l’avons vu dans le catalogue (ci-dessus chap. 2). La nature du sédiment encaissant est rarement précisée par les fouilleurs. Les limites des creusements, et partant leurs dimensions, ne sont pas documentées. Cependant des portions de fosses peuvent être parfois inférées de l’observation de contraintes exercées sur certains os ou parties du squelette. Il en va de même du remplissage de la fosse, et le fait que celle-ci ait été remblayée ou non dès l’origine, ne peut être déduit que des éventuels dérangements de certaines pièces osseuses hors du volume du corps. La distinction entre blocs de couverture ou de coffrage d’une part, et, d’autre part pierres effondrées dans la fosse, est difficilement perceptible. Enfin, sauf exception, les dimensions de la partie superficielle des sépultures ne sont pas connues. Malgré cela, il possible de répartir les vingt-cinq tombes à inhumation suffisamment conservées en quatre grands types morphologiques (fig. 64).

Fig. 64. Le Peyrou 2. Typologie de la morphologie des tombes à inhumation (© B. Dedet).

Fig. 64. Le Peyrou 2. Typologie de la morphologie des tombes à inhumation (© B. Dedet).

26Type 1 : fosse creusée à la dimension d’un corps allongé ou exceptionnellement fléchi, immédiatement comblée après le dépôt du cadavre et surmontée d’un amoncellement de blocs de basalte. Cette formule est la plus employée, elle concerne neuf sépultures, les tombes 53, 54, 57, 73, 74, 76, 84, 87 et 194.

27Type 2 : fosse creusée à la dimension d’un corps allongé, non comblée après le dépôt du cadavre qui s’est décomposé en espace vide avant les infiltrations et l’effondrement de la couverture de blocs de basalte. Deux variantes semblent pouvoir être distinguées :

  • Type 2a : le corps, habillé ou non et/ou dans un linceul ou non, est déposé directement dans la fosse ;

  • Type 2b : le corps, habillé ou non et/ou dans un linceul ou non, est déposé dans un coffre en matériau périssable, bois sans doute, lui-même placé dans la fosse.

28Le type 2a est représenté par une seule sépulture, la tombe 163 et il en va de même du type 2b avec la tombe 48bis. En outre, six autres sépultures peuvent être placées dans l’une ou l’autre de ces variantes, les tombes 52, 56, 81, 86, 93 et 160. Si on considère l’ensemble du type 2, cette formule, avec huit occurrences, est presque autant employée que la première dans cette nécropole.

29Type 3 : fosse creusée à la dimension d’un corps allongé, non remblayée après le dépôt du cadavre qui s’est décomposé en espace vide avant les infiltrations et l’effondrement de la couverture de blocs de basalte, et des blocs de chant limitent l’espace. Là aussi, deux variantes paraissent pouvoir être différenciées :

  • Type 3a : le corps, habillé ou non et/ou dans un linceul ou non, est déposé directement dans la fosse qui est bordée, de manière plus ou moins continue, par des blocs posés de chant, formant un coffre plus ou moins rudimentaire ;

  • Type 3b : le corps, habillé ou non et/ou dans un linceul ou non, est déposé dans un coffre en matériau périssable, bois sans doute, et calé par des pierres placées entre ce coffre et les parois de la fosse.

30Le type 3a est représenté par deux sépultures, les tombes 88 et 90. Un seul cas relève du type 3b, la tombe 80. L’utilisation de ce type 3 est donc minoritaire.

31Type 4 : fosse creusée à la dimension d’une amphore massaliète enfermant le corps d’un tout-petit défunt, placée verticalement ou couchée, et calée par quelques pierres. Ce type regroupe cinq sépultures, les tombes 195, 196, 206, 207 et 208.

32Les types 3 et 4 paraissent nettement réservés aux plus jeunes, le type 4 aux périnatals et le type 3 également à des périnatals mais aussi à des jeunes enfants. Les types 1 et 2 concernent toutes les classes d’âge hormis les périnatals et les tout-petits, et, pour les adultes et adolescents, les deux sexes. Notamment pour ces deux derniers types, aucune évolution chronologique n’est perceptible.

3.1.2. Position du corps

33Mettons à part les sujets périnatals ou très jeunes enfermés dans des amphores massaliètes, les tombes 195, 196, 206, 207 et 208, ou placés dans des fosses, les tombes 88 et 90, pour lesquels nous ne disposons d’aucune information. Pour les autres défunts, qu’il s’agisse d’enfants, d’adolescents ou d’adultes, la position générale du corps est le plus souvent connue ; cela intéresse vingt des sujets inhumés (fig. 65).

Fig. 65. Le Peyrou 2. Les différents types de positions générales des corps des défunts adultes, adolescents ou enfants à l’exclusion des périnatals.

Fig. 65. Le Peyrou 2. Les différents types de positions générales des corps des défunts adultes, adolescents ou enfants à l’exclusion des périnatals.

34Deux types de décubitus sont ici attestés, le dorsal et le latéral. Le décubitus dorsal est le plus fréquent et de loin, concernant 19 individus de tous âges à partir de la petite enfance, et des deux sexes pour les adolescents et/ou les adultes. Le second type est le décubitus latéral, qui ne se retrouve en revanche que pour un seul sujet (tombe 74).

35La position de la tête des défunts en décubitus dorsal est toujours inclinée vers le bas et tournée vers l’une des épaules. Cela affecte tous ceux qui se sont décomposés en espace immédiatement colmaté (tombes 53, 54, 57, 73, 76, 84, 87 et 194). Pour eux, il s’agit donc bien d’une position spécifique, soit voulue, soit induite par l’exiguïté de la fosse. Par voie de conséquence, il est donc probable que cette position, concerne également les corps décomposés en espace vide (tombes 48bis, 52, 56, 80, 81, 86, 93, 160 et 163). Pour la grande majorité de tous ces individus, soit 14, la tête est inclinée vers l’épaule gauche, et ce, quels que soient l’âge et le sexe ; seuls trois ont la tête penchée vers l’épaule droite, deux femmes (tombes 52, 53) et un enfant âgé de 4 à 6 ans (tombe 86). Et par ailleurs, ce penchement du crâne n’apparaît pas corrélé aux différentes positions des membres. Manifestement, cette inclinaison préférentielle de la tête vers la gauche pourrait traduire un choix plutôt qu’une contrainte due au creusement de la fosse qui eût entraîné une répartition de ce penchement plus aléatoire et donc équilibrée. Cette disposition n’est liée ni au sexe ni à l’âge du défunt.

36La position des membres supérieurs et inférieurs est discernable pour 16 de ces individus en décubitus dorsal. Il en ressort plusieurs modalités qui ne concernent cependant généralement pas les extrémités des membres, mains et pieds, dont les os n’ont que rarement été observés à la fouille et sont peu fréquemment visibles sur les relevés et les photographies dont nous disposons.

37La position la plus fréquente est celle où les membres sont en rectitude, bras et avant-bras le long du corps, et cuisse et jambes dans l’axe de celui-ci. Elle affecte huit de ces défunts, soit la moitié : tombes 54, 56, 73, 76, 86, 93, 160 et 194. Un neuvième sujet, dont les membres inférieurs semblent avoir été ployés à la verticale du fait de la faible longueur du coffre, peut entrer dans cette catégorie (tombe 48bis). Cette posture touche très majoritairement des enfants. En effet parmi eux figurent six enfants jeunes ou grands, et seulement trois adultes, soit un rapport de deux tiers - un tiers, alors que dans la population globale des inhumés ayant dépassé le stade périnatal, la proportion de ces deux catégories est inversée.

38L’autre moitié des défunts se distinguent par la position des membres supérieurs, non plus en extension le long du corps mais ramenés sur lui selon des modalités variables, qui ne sont représentées chacune que pour un ou exceptionnellement deux sujets :

  • les deux bras le long du corps, les deux avant-bras ramenés légèrement sur le bassin, membres inférieurs en extension dans l’axe du corps (T 57) ;

  • les deux bras le long du corps, les deux avant-bras ramenés et croisés sur le bassin, membres inférieurs en extension dans l’axe du corps (T 81) ;

  • les deux bras le long du corps, l’avant-bras gauche ramené sur le bassin, l’avant-bras droit replié sur la poitrine et la main posée sur le coude gauche, les membres inférieurs en extension, jambes croisées (T 87) ;

  • le membre supérieur droit et le bras gauche le long du corps, l’avant-bras gauche ramené sur le bassin, les membres inférieurs en extension dans l’axe du corps (T 52 et 53) ;

  • le bras droit et le membre supérieur gauche le long du corps, l’avant-bras droit fortement replié sur l’épaule homolatérale, les membres inférieurs en extension dans l’axe du corps (T 80) ;

  • les deux membres supérieurs fortement repliés sur la poitrine, mains au niveau des clavicules, les membres inférieurs en extension dans l’axe du corps (T 84 et 163).

39Tous les défunts dans ces positions variées sont des adultes, à l’exception de celui de la tombe 80, un enfant vers 5-7 ans. Ce sont aussi bien des femmes que des hommes.

40Le décubitus latéral ne concerne qu’un sujet, l’adulte probablement masculin de la tombe 74, sur le côté droit : le tronc courbé vers l’avant, le membre supérieur droit le long du corps, le gauche devant le corps, les membres inférieurs repliés à 90° et les deux pieds en extension. Cette position participe de la variété dont font preuve les ensevelissements des adultes.

41Quelle que soit la position générale du corps, les pieds, pour lesquels les informations sont rares, peuvent être en extension (tombes 74, 81 et 87) ou en position plus ou moins verticale, sans doute appuyés contre l’extrémité de la fosse (tombes 53, 54 et 84).

42De cet examen de la position des inhumés, exception faite des périnatals, quelques tendances plus ou moins fortes ressortent : le décubitus dorsal, l’inclinaison de la tête à gauche, les membres inférieurs en extension dans l’axe du corps, une variabilité certaine pour les membres supérieurs en extension le long du corps ou ramenés sur le ventre ou encore repliés sur la poitrine. Et d’une manière générale, la position des adultes paraît beaucoup moins codifiée que celle des enfants, qui presque toujours ont les membres en rectitude, les supérieurs le long du corps et les inférieurs dans l’axe de celui-ci.

3.1.3. Orientation du corps

43L’orientation du corps est connue pour vingt inhumés. À partir de l’indication du côté où gît la tête, le classement global des différentes occurrences est le suivant (fig. 66, A) :

Fig. 66. Distribution des orientations des corps des défunts inhumés à partir d’une origine commune, les pieds étant vers le centre et la tête vers la périphérie. La longueur des segments est proportionnelle au nombre d’individus. A-B-C : Le Peyrou 2 (A : ensemble des défunts, à l’exclusion des périnatals ; B1 : adultes et adolescents ; B2 : hommes ; B3 : femmes ; C : enfants à l’exclusion des périnatals). D-E-F : Marseille/Sainte-Barbe (D : ensemble des défunts, à l’exclusion des périnatals ; E : adultes et adolescents ; F : enfants à l’exclusion des périnatals).

Fig. 66. Distribution des orientations des corps des défunts inhumés à partir d’une origine commune, les pieds étant vers le centre et la tête vers la périphérie. La longueur des segments est proportionnelle au nombre d’individus. A-B-C : Le Peyrou 2 (A : ensemble des défunts, à l’exclusion des périnatals ; B1 : adultes et adolescents ; B2 : hommes ; B3 : femmes ; C : enfants à l’exclusion des périnatals). D-E-F : Marseille/Sainte-Barbe (D : ensemble des défunts, à l’exclusion des périnatals ; E : adultes et adolescents ; F : enfants à l’exclusion des périnatals).
  • tête au Nord : 2 cas (T 54, T 56) ;

  • tête au Nord-Est : 4 cas (T 44, T 74, T 160 et 163) ;

  • tête à l’Est : 6 cas (T 57, T 73, T 81, T 86, T 87, T 194) ;

  • tête au Sud-Est : 5 cas (T 48bis, T 53, T 55, T 84, T 93) ;

  • tête au Sud : 3 cas (T 52, T 76, T 80).

44Aucun de ces défunts n’a la tête placée à l’Ouest. Dans la majorité des cas la tête est disposée entre Nord-Est et Sud-Est (15 cas), tandis qu’une minorité (5 cas) se partagent entre tête au Nord ou au Sud. C’est donc cette grande moitié Est de la distribution des orientations qui a la faveur de cette population inhumée. Ces variations ne présentent pas de répartition topographique particulière (fig. 67). En revanche, bien que l’échantillon soit réduit, une distinction sexuelle semble se dégager pour les adultes : les hommes ont la tête orientée dans le quart Nord-Est, tandis que pour les femmes la direction privilégiée est le quart Sud-Est (fig. 66, B1 et B2). Pour les enfants la dominante est aussi ce quart Sud-Est (fig. 66, C). Rien ne permet de dire si cette convergence avec les femmes est fortuite ou non.

Fig. 67. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts montrant la variabilité de l’orientation du corps des défunts inhumés (dessin M. Schwaller d’après relevé A. Nickels).

Fig. 67. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts montrant la variabilité de l’orientation du corps des défunts inhumés (dessin M. Schwaller d’après relevé A. Nickels).

3.1.4. Un possible linceul ?

45L’attestation la plus vraisemblable de la présence d’un linceul concerne l’enfant de la sépulture 93. C’est ce que laissent supposer certains indices taphonomiques ainsi que l’aiguille à coudre positionnée sur le thorax. En effet cet objet est largement présent dans les sépultures du monde grec et apparaît souvent auprès d’adultes, interprété alors comme symbole d’appartenance au monde féminin. On le trouve aussi auprès d’enfants, et dans ce cas c’est la fermeture du linceul, dont l’usage est attesté par des sources écrites, qui est évoquée (Hermary et al. 2010, 165-167 et 258-259).

46Quatre autres inhumés sont pourvus d’une fibule. Celle-ci a-t-elle pu remplir la même fonction ou bien appartenir à l’habillement ? La seconde hypothèse paraît la plus probable pour deux raisons. La situation de ces fibules dans la sépulture est très variable. Pour les adultes des tombes 84 et 87 cet objet est positionné sous la mandibule, au niveau du cou. En revanche il prend place au niveau du bassin pour l’adulte de la tombe 53, et sur le bras gauche de l’enfant de la tombe 80. L’usage du linceul semble donc ici exceptionnel (peut-être la tombe 93), et les seules constrictions décelables sur les squelettes de ces tombes ne semblent dues qu’à l’exiguïté des fosses ou des coffres.

3.2. Les tombes à incinération

47Cette portion du cimetière du Peyrou 2 ne compte que quatre tombes à incinération bien caractérisées, T 44bis, T 77, T 79 et T 184, toutes individuelles. Pour sa part, la structure 200 peut correspondre aux vestiges d’une tombe ou bien d’un bûcher, également pour un seul sujet. Les trois sépultures les mieux conservées, T 77, T 79 et T 184, montrent une indéniable conformité, qui n’est guère démentie par la tombe 44bis. Aucune ne concerne d’enfant en dessous de 15 ans.

3.2.1. Morphologie de la tombe

48Chacune des trois sépultures les mieux connues est constituée d’une fosse creusée dans le sédiment recouvrant le substrat (tombes 77, 79 et 184). Cette fosse renferme un ossuaire entouré de blocs de basalte, le tout déposé avec soin. Le dépôt du vase et l’accumulation de ces pierres de manière très serrée autour de lui, traduisent des gestes successifs sans solution de continuité (fig. 33, D). Les limites du loculus sont essentiellement perçues par ce comblement. Ces fosses sont circulaires ou ovalaires, avec des diamètres ou des axes de l’ordre de 60 cm à 75 cm. Dans la tombe 79, des portions inférieures de la paroi et, en partie, le fond du creusement sont tapissés par des pans d’une amphore gréco-italique. Un fait mérite d’être souligné. Pour deux d’entre-elles, les tombes 77 et 79, le loculus est nettement surdimensionné par rapport à l’encombrement du dépôt funéraire perceptible, un seul vase-ossuaire, accompagné dans un cas d’un petit vase à parfum. La raison de cette disproportion nous échappe, de même que cette présence régulière de blocs. Manifestement, ceux-ci, soigneusement disposés et n’écrasant pas l’ossuaire, ne peuvent provenir de l’effondrement d’un platelage de soutien d’une couverture. Leur fonction pourrait donc dépasser celle d’un simple calage.

49La couverture n’est sûrement perceptible, du moins partiellement, que pour la tombe 77. Un lit de blocs de basalte de quelque 20 cm de module recouvre la fosse sur environ un mètre carré. Mais la morphologie de détail, et notamment la bordure de ce dispositif, ne sont pas connues.

3.2.2. Le dépôt osseux

50Dans les sépultures 77, 79 et 184, les os du défunt sont placés dans un vase-ossuaire. Dans tous les cas, il s’agit d’une céramique de forme haute, une œnochoé pour les tombes 77 et 79, œnochoé ou urne pour la tombe 184. Dans la tombe 77 ce récipient est fermé par une petite coupe à vernis noir renversée, faisant office de couvercle. Dans la tombe 79, c’est une coupe-couvercle tronconique qui joue ce rôle, mais posée à l’envers, bouton de préhension vers le bas. Le caractère très réduit de l’échantillon ne permet pas de noter de différence entre la classe des adultes et celle des adolescents. L’écrêtement de la tombe 184 ne permet pas de savoir si l’ossuaire était pareillement obturé. Pour la tombe 44bis, bouleversée, on ignore si la caccabè, dont des morceaux ont été découverts mêlés aux os, a servi d’ossuaire. La même question se pose pour le vase de la structure 200 (fig. 71).

51Apparemment, d’après la documentation dont nous disposons, aucun reste osseux et résidu de la crémation n’est signalé dans la fosse en dehors de l’ossuaire.

52La position des objets accompagnant le mort est variable. Dans deux des tombes à ossuaire, tombes 77 et 184, ceux-ci sont posés au sommet de l’amas osseux. Dans la troisième, tombe 79, le corymbe est signalé, par les fouilleurs, « mêlé » aux os dans l’ossuaire, tandis que l’unguentarium se trouve à l’extérieur de lui, entre deux pierres de la base du blocage.

53La masse osseuse placée dans le vase varie nettement d’un dépôt à l’autre : 482,6 g pour la tombe 184, 583 g pour la tombe 77 et jusqu’à 828,8 g pour la tombe 79, et dans les trois cas c’est la totalité du dépôt osseux qui est conservée. Les trois vases-ossuaires ont une capacité similaire. Celle-ci n’est donc pas corrélée à la masse osseuse. Le poids d’os de la tombe 44bis, peut-être dépourvue d’ossuaire, 419,8 g, est très proche de cette fourchette, d’autant que tous les restes osseux n’ont probablement pas pu être récupérés. Concernant des morts adultes et adolescents, ces poids sont très inférieurs aux valeurs de référence, soit en moyenne, hommes et femmes confondus, 1770 g pour B. Hermann (1976) et 1625 g pour J. MacKinley (1993).

54Le poids moyen des fragments osseux identifiés varie de 0,49 g (tombe 184) à 0,83 g (tombe 79). Le taux d’identification par grande région du squelette est le plus souvent élevé, de 79,4 % à 95,3 % du total des fragments. Seule la tombe 184 a un taux nettement inférieur, de 65 % (fig. 68).

Fig. 68. Le Peyrou 2. Tableau récapitulatif des taux d’identification des os des tombes à incinération, et indices pondéraux de chaque grande région anatomique, en % par rapport au poids total d’os identifiés dans chaque tombe.

Fig. 68. Le Peyrou 2. Tableau récapitulatif des taux d’identification des os des tombes à incinération, et indices pondéraux de chaque grande région anatomique, en % par rapport au poids total d’os identifiés dans chaque tombe.
  • 27 Pour les poids théoriques du crâne, du tronc et des membres, on se reportera à Krogman 1978.

55La valeur théorique du poids du crâne par rapport à la totalité du squelette est de 20 % environ pour un sujet de taille adulte27. Au Peyrou 2, les pourcentages varient de 20,3 % à 27,4 %. Toutefois, on remarque que, pour les trois lots complets (tombes 77, 79 et 184), ceux-ci sont tout à fait conformes à la normale. Pour tous les individus du Peyrou 2 le poids relatif du tronc est anormalement bas. Il oscille entre 2 % et 11,1 % du poids total d’os attesté. À l’exception de la tombe 77, avec l’indice pondéral le plus élevé de 11,1 %, ces valeurs sont nettement inférieures à l’intervalle 10 - 20 % considéré comme « normal », la moyenne théorique étant de 17 % (Duday, Depierre, Janin 2000, 21-22). La part des membres est comprise entre 67,4 % et 75,8 %, donc, dans tous les cas, supérieure à la moyenne théorique de 62,6 % (fig. 68).

4. Les objets d’accompagnement du défunt

56Excluons d’emblée le récipient avec son couvercle qui abritent le défunt ou ses restes, et considérons uniquement les pièces accompagnant le mort. Les sépultures du Peyrou 2 se répartissent en deux ensembles : les deux tiers d’entre elles livrent des objets, tandis qu’un tiers n’en contient aucun.

4.1. Tombes sans objet d’accompagnement

57Dans tous les cas, soit douze au total, les tombes dépourvues de tout objet d’accompagnement sont des inhumations, les tombes à incinération en étant toujours équipées. Ce nombre représente 41 % des défunts inhumés.

58Parmi ces sépultures figurent cinq périnatals ou très jeunes défunts (T 88, 195, 196, 199 et 207), un grand enfant de 11 ans (T 194), un adolescent (T 44) et cinq adultes (T 54, 57, 65bis, 160 et 163). Nous n’avons pas inclus dans ces derniers, les deux adultes équipés seulement d’une fibule, bien que celle-ci puisse servir seulement pour la fermeture d’un linceul (T 84 et 87) (voir ci-dessus, dans ce chap. § 3.1.4). Pareille répartition appelle quelques remarques (fig. 63).

59Cette occurrence affecte différemment les grandes classes d’âge distinguées : la plupart des défunts périnatals ou très jeunes, cinq sur un total de huit ; un seul des huit enfants âgés entre trois et onze ans ; le seul adolescent inhumé et cinq adultes sur treize inhumés. Cette absence d’objets concerne donc surtout les périnatals et, dans une bien moindre mesure, les adultes non brûlés des deux sexes (38 % de ces derniers). En revanche, il est notable que la grande majorité des enfants ayant dépassé les deux ou trois premières années d’existence soit pourvue de tels objets. Par ailleurs, ce sont aussi bien des hommes que des femmes qui sont privés de toute pièce d’accompagnement.

60D’autre part, tous les types morphologiques de tombes sont touchés par ce manque de mobilier, aussi bien les périnatals en amphore ou en fosse, que les adultes dans une fosse immédiatement comblée ou non (fig. 63).

4.2. Tombes avec objets d’accompagnement

61Si toutes les tombes à incinération, en plus du vase ossuaire et de son couvercle, sont pourvues d’objets d’accompagnement, la moitié seulement des inhumations en livrent : 17 sur 29 tombes complètes, à condition de considérer que les fibules servent à fermer le vêtement plutôt qu’un éventuel linceul.

  • 28 Ce calcul est obtenu en ne considérant pas les fibules comme fermeture de linceul, soit 16 inhuma (...)

62Malgré la disproportion des deux lots, il est indéniable qu’une différence quantitative notable apparaît entre les deux types de traitement du corps. Tandis que pour les incinérés la moyenne est de 3 objets par sépulture, elle n’est que de 1,7 objets pour les inhumés28, une inégalité qui tient au fait que la grande majorité de ces derniers, 70,5 %, ne bénéficient que d’un seul objet (fig. 69 et 70). Cette modestie dans l’accompagnement est aussi à rapprocher de la forte proportion des inhumés privés de tout objet, 12 cas.

Fig. 69. Le Peyrou 2. Tableau récapitulatif du nombre d’objets par tombe. En gras et en grisé les adultes et adolescents ; en maigre et en blanc les moins de 15 ans.

Fig. 69. Le Peyrou 2. Tableau récapitulatif du nombre d’objets par tombe. En gras et en grisé les adultes et adolescents ; en maigre et en blanc les moins de 15 ans.

Fig. 70. Le Peyrou 2. Proportion des tombes à inhumation ou à incinération en fonction du nombre d’objets par tombe.

Fig. 70. Le Peyrou 2. Proportion des tombes à inhumation ou à incinération en fonction du nombre d’objets par tombe.

Fig. 71. Le Peyrou 2. Typologie des vases, ossuaires et accompagnement. A : cruches et urnes ; B : caccabè, couvercle et assiette ; C : olpé (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 71. Le Peyrou 2. Typologie des vases, ossuaires et accompagnement. A : cruches et urnes ; B : caccabè, couvercle et assiette ; C : olpé (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

63Si l’on exclut les périnatals, les enfants sont en moyenne mieux pourvus que les adultes. Sur huit défunts entre 3,5 et 11 ans, un seul est dépourvu de tout accompagnement et pour les autres la moyenne est de 2,3 objets par tombe ; sur 19 adultes ou adolescents, six n’ont pas d’accompagnement et la moyenne est de 1,6 objets pour chacun des autres inhumés ou incinérés. Et cet écart entre ces deux grandes classes d’âge est sans doute plus fort dans la mesure où les incinérés, en général mieux dotés, ne sont pas des enfants (9 adultes inhumés totalisant 10 objets).

64Les pièces déposées appartiennent à des catégories diverses, reflets de différentes fonctions et préoccupations.

65L’habillement est essentiellement attesté par la fibule. Celle-ci est présente dans quatre tombes à inhumation, trois adultes (T 53, T 84 et T 87) et un jeune enfant (T 80). Sa position sur le corps est variable : contre le cou (T 84 et T 87), contre le bras gauche (T 80), sur le pubis (T 53). La localisation de petits clous en bronze aux pieds du jeune défunt de la tombe 80 pourrait permettre d’évoquer des chaussures (fig. 72).

Fig. 72. Le Peyrou 2. Typologie des petits objets : fibules en fer (T 84, T 80) ou en bronze (carré XXII), aiguille en bronze à chas (T 93), bagues en fer (T 77 et T 44bis), bracelet en fer (T 48bis), anneau en bronze (T 206), boucle d’oreille en or (T 93), appliques en bronze ( T76), clous en bronze (T 80), clous en fer (T 184), balle de fronde en terre cuite (carré XXI) ou en plomb (carré XII), monnaie en bronze ou en argent fourré (T 48bis) (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 72. Le Peyrou 2. Typologie des petits objets : fibules en fer (T 84, T 80) ou en bronze (carré XXII), aiguille en bronze à chas (T 93), bagues en fer (T 77 et T 44bis), bracelet en fer (T 48bis), anneau en bronze (T 206), boucle d’oreille en or (T 93), appliques en bronze ( T76), clous en bronze (T 80), clous en fer (T 184), balle de fronde en terre cuite (carré XXI) ou en plomb (carré XII), monnaie en bronze ou en argent fourré (T 48bis) (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

66La parure du corps est représentée par une boucle en or découverte à l’oreille même d’un enfant âgé d’environ 10 ans inhumé (T 93), un bracelet en bronze dans une autre tombe à inhumation d’enfant âgé de 3 à 7 ans (T 48bis), possiblement à l’extrémité du bras droit, et la bague dans deux sépultures d’adultes incinérés (T 44bis et T 77). Les éléments de collier ou de pendentif, présents dans deux tombes de périnatals ou nourrissons (T 206 et T 90) et dans celle de l’enfant déjà évoqué (T 48bis), sont sans doute plutôt des amulettes que des parures, comme le suggèrent le très jeune âge, et donc la fragilité de ces défunts, selon des croyances bien attestées alors dans le monde grec (fig. 72 et 73).

Fig. 73. Le Peyrou 2. Typologie des petits objets (suite) : anneaux en os ou en pierre (T 48bis), amulette en ambre (T 48bis), corymbes en terre cuite (T 79 et carré XVI), perles et branche de corail (T 90), osselets (T 86), valves de coquillages (T 53, 48bis, 86 et 208) (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 73. Le Peyrou 2. Typologie des petits objets (suite) : anneaux en os ou en pierre (T 48bis), amulette en ambre (T 48bis), corymbes en terre cuite (T 79 et carré XVI), perles et branche de corail (T 90), osselets (T 86), valves de coquillages (T 53, 48bis, 86 et 208) (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

67Les objets en rapport avec des activités quotidiennes ne semblent guère représentés ici. Des fragments en terre cuite dans la tombe 184 pourraient peut-être signaler la présence d’une fusaïole, mais cela reste sujet à caution. L’aiguille à coudre en bronze, retrouvée sur le thorax de l’enfant de 10 ans de la tombe 93, pose pour sa part la question de la présence d’un éventuel linceul (fig. 72).

68Le vase à parfum, lécythe ou unguentarium, témoignant d’un usage spécifique lors des pratiques funéraires dans le monde grec, est ici l’élément le plus fréquemment placé dans la tombe. Il figure dans les quatre tombes à incinération (T 44bis, T 77, T 78 et T 184) et dans six des inhumations, aussi bien pour des adultes (T 50bis, T 52, T 53 et T 81) que pour des enfants d’environ 10 ans (T 55 et T 93). Ce récipient est toujours en un seul exemplaire, sauf dans l’incinération 184 qui en a livré deux. Dans trois de ces inhumations sa position a pu être repérée. Dans deux cas, le vase intact est placé à la main gauche (T 53 et T 55). Celui de la sépulture 93 montre un arrangement quelque peu différent puisque ce récipient a été cassé lors du dépôt, et le fond positionné à la main gauche alors que la partie supérieure est mise au pied, gauche également (fig. 74).

Fig. 74. Le Peyrou 2. Typologie des vases tournés en céramique fine. A : lécythes ; B : unguentaria ; C : petite olpé ; D : guttus (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 74. Le Peyrou 2. Typologie des vases tournés en céramique fine. A : lécythes ; B : unguentaria ; C : petite olpé ; D : guttus (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

69Dans d’autres tombes, la finalité du dépôt du vase paraît moins claire. Ainsi, le guttus ou biberon placé auprès de la tête de l’enfant de la T 48bis (fig. 74) sert-il de vase à parfum ou de récipient alimentaire ? Pour sa part, le gobelet de la Côte catalane de l’inhumation T 73 rentre plutôt dans la catégorie des vases à boire, fonction sans doute affirmée également par un dépôt contre la tête du défunt (fig. 75). Par ailleurs dans trois tombes à inhumation (T 56, T 74 et T 86) et dans une tombe à incinération (T 184) la présence d’un petit morceau d’une olpé, d’une cruche ou d’une urne pose problème : dépôt intentionnel du reste d’un vase à liquide utilisé dans le rituel funéraire ou intrusion involontaire lors du comblement de la fosse ?

Fig. 75. Le Peyrou 2. Typologie des vases tournés en céramique fine (suite) : gobelet, coupes, canthare (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 75. Le Peyrou 2. Typologie des vases tournés en céramique fine (suite) : gobelet, coupes, canthare (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Plusieurs autres objets offrent d’autres perspectives.

70Les valves uniques de cardium, de praire ou de coquille Saint-Jacques sont mises dans cinq tombes : l’adulte incinéré de la T 77, l’adulte féminin inhumé de la T 53, les deux jeunes enfants inhumés des tombes T 48bis et T 86, et le périnatal de la tombe T 208. Leur localisation est variable, près de la tête de l’enfant de la T 86, en position de contenant, entre les cuisses de la femme de la T 53 et aux pieds du jeune enfant de la T 48bis. Leur utilité ou leur symbolisme ont donné lieu à diverses interprétations, palette à fard, cuillère, jouet, talisman (Stroszeck 2012). Dans le même registre, figurent les deux osselets près de la main gauche de cet enfant de la T 86 (fig. 73), jouets ou fonction apotropaïque (Carè 2012) ? Les deux monnaies dont est pourvu le jeune enfant de la tombe 48bis semblent devoir être interprétées comme « l’obole à Charon » placée dans la bouche du mort, à la mode grecque, d’autant que celle des deux qui apparaît sur le relevé de fouille se trouve tout près de la mandibule, la position orthodoxe de ce type de dépôt (Hermary et al. 2010, 259-260) (fig. 72).

71La couronne de fleurs en céramique en guise d’hommage mortuaire « à la grecque », accompagne l’adolescent incinéré de la tombe 79 (fig. 73).

72Pour les incinérations, les objets accompagnant le défunt peuvent prendre place dans l’ossuaire ou en dehors de lui. Dans la tombe 77, tous sont dans l’ossuaire, sur le dessus de l’amas osseux. Et notamment la coquille est en position renversée. En revanche, dans la tombe 79, le corymbe de la couronne mortuaire figure au sein de l’amas osseux, tandis que l’unguentarium est soigneusement déposé à l’extérieur du vase-ossuaire, debout sur son fond, entre des pierres du remplissage de la fosse. L’état de conservation des tombes 44bis et 184 ne permet pas des observations aussi précises, cependant, pour la tombe 184, il semble que les tessons de l’unguentarium et du lécythe, tous deux incomplets, soient posés dans le vase-ossuaire, sur le paquet d’os brûlés.

73Malgré le faible nombre d’individus munis d’objets, quelques tendances se dégagent, une fois exclues certaines pièces, boucle d’oreille, bracelet, aiguille, corymbe, monnaie, attestées dans une seule tombe chaque fois. En effet, éléments de collier et de pendentif, autant d’objets à valeur apotropaïque, sont tous dans des tombes de périnatals et d’enfants, tandis que les fibules et les bagues figurent plutôt auprès d’adultes. Le coquillage accompagne indifféremment adultes, enfants, et périnatals. En revanche, ces tout-petits sont dépourvus de vase à parfum. Par ailleurs on ne peut distinguer de différence entre hommes et femmes du fait du caractère réduit de l’échantillon.

4.3. Des objets épars : dépôts sur la tombe ou restes de sépultures endommagées ?

74Par leur datation et leur nature, les objets découverts en position remaniée, tessons de vases et d’amphores, fibules, balles de fronde, proviennent indubitablement de la nécropole, soit de la structure profonde de tombes endommagées, soit de leur couverture ou de leur partie superficielle. Il est bien sûr impossible de le déterminer.

75À ce propos on notera la forte proportion de coupes et de vases à boire, neuf exemplaires, tous dispersés, qui contraste avec leur rareté à l’intérieur des tombes : une assiette dans le carré XI, sept coupes ou bols dans les carrés XIII, XIV, XIX, XVIII, XLII et XLIII (fig. 52 et 53). Peut-être faut-il y voir les restes de ces vases à libation déposés après les funérailles sur la tombe même, comme le montrent les représentations des lécythes attiques à fond blanc de cette époque (Oakley 2004). Il en va de même de l’élément céramique de couronne mortuaire du carré XVI et des lécythes, unguentaria et petite olpé des carrés XIII, XVI et XVIII, objets visibles également dans cette iconographie (fig. 53, 73, 74 et 75).

76Par ailleurs dans le carré XLIII, la partie inférieure d’une amphore, représentée par un nombre important de restes, évoque pour sa part une sépulture de périnatal détruite ou non repérée lors de la fouille, de forme semblable aux enchytrismes des tombes 195, 196, 206 207 et 208 (fig. 76).

Fig. 76. Le Peyrou 2. Les amphores : types gréco-italique (T 79) et massaliètes (carrés XII, XVIII, XLIII, LVI et tombes 196, 206 et 208) (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 76. Le Peyrou 2. Les amphores : types gréco-italique (T 79) et massaliètes (carrés XII, XVIII, XLIII, LVI et tombes 196, 206 et 208) (dessins B. Dedet, M. Schwaller).

4.4. Des provenances d’origines variées

77Le matériel mis en œuvre dans les sépultures du Peyrou 2 témoigne d’origines diverses, bien que le plus souvent incertaines. C’est le cas notamment des vases. Aux productions locales agathoises peuvent être rattachés un couvercle tronconique (T 79), une petite urne ansée (structure 200) et sans doute le gobelet imitant une production de la Côte catalane (T 73). Aux ateliers de Rosas se rapporte une coupe (T 77). Une caccabè (T 44bis) serait une production gréco-italique. Deux lécythes (T 55 et carré XVIII), un canthare (carré XXVIII) et trois coupes (carrés XIV, XIX et XLII) proviennent de l’Attique, un lécythe aryballisque est importé de l’Italie du Sud ou de la Sicile (T 50bis), une coupe est issue d’un atelier latial des petites estampilles. Si une amphore « gréco-italique » (T 79) peut venir de l’une de ces régions italiennes, la plupart d’entre elles sont des produits de la région massaliète (T 195, T 196, T 206, T 207, T 208 et carrés XVIII, XLIII et LVI). D’autres vases, lécythes et unguentaria (T 44bis, T 77, T 79, T 184 et carré XVI), guttus (T 48bis) et olpés (T 93, T 77, T 79 et T 184), tous à pâte claire, reflètent une ambiance de colonie massaliète sans qu’on puisse préciser davantage faute d’analyses de pâtes.

78Si la plupart du matériel métallique, fibule, bague, bracelet, boucle d’oreille, s’intègre tout à fait au contexte régional languedocien, en revanche, on remarque l’absence de toute céramique locale non tournée dans ces tombes. Il est vrai qu’à cette époque, entre le IV e et le milieu du IIe s. av. J.-C., celle-ci est extrêmement rare dans l’habitat agathois (Nickels 1995, 82-83). Ainsi dans les fouilles de la rue Perben, cette céramique ne représente que 1 % de la vaisselle (hormis les amphores) entre 350 et 300 av. J.-C., et 4 % entre 300 et 200 av. J.-C. Or, son score était de 45 % au VIe s., avant l’installation de l’établissement massaliète, et encore d’environ 20 % au début du IV e s. av. J.-C. (Garcia, Marchand 1995, 100).

Notes

25 Adjectif formé sur le nom du médecin anglais Edward Jenner (1749-1823), qui ouvrit l’ère de la vaccination.

26 Dans les tombes du monde indigène du Midi de la France, la connotation féminine de la fusaïole est admise pour les adultes, les adolescents et les enfants de plus de 7 ans, car, sauf exception, elle n’est jamais associée à des objets tranchants et des armes, pièces marquant au contraire le sexe opposé (Dedet 2008, 371-381).

27 Pour les poids théoriques du crâne, du tronc et des membres, on se reportera à Krogman 1978.

28 Ce calcul est obtenu en ne considérant pas les fibules comme fermeture de linceul, soit 16 inhumations. D’autre part divers éléments participant d’un même objet, comme par exemple des perles d’un collier, ont été comptés pour un ; de même un ou plusieurs tessons d’un même vase ont été comptés pour un seul récipient.

Table des illustrations

Titre Fig. 56. Le Peyrou 2. Classement des défunts par grandes classes d’âge.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 57. Le Peyrou 2. A : quotient de mortalité (en ‰) des défunts immatures. Pour comparaison, tables-types de Ledermann pour une espérance de vie à la naissance de 25 ans, 30 ans et 35 ans. B : La courbe des quotients de mortalité (en ‰) des défunts immatures comparées à celles de trois populations de référence dont l’espérance de vie à la naissance est de 25 ans, 30 ans et 35 ans (d’après les tables-types de Ledermann 1969, 86-88).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 58. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts selon l’âge et éventuellement le sexe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 59. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts selon le traitement du corps et la chronologie.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 62. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts en fonction du traitement du corps et de l’âge.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 63. Le Peyrou 2. Tableau synthétique des principales caractéristiques des tombes à inhumation.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 64. Le Peyrou 2. Typologie de la morphologie des tombes à inhumation (© B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 65. Le Peyrou 2. Les différents types de positions générales des corps des défunts adultes, adolescents ou enfants à l’exclusion des périnatals.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 66. Distribution des orientations des corps des défunts inhumés à partir d’une origine commune, les pieds étant vers le centre et la tête vers la périphérie. La longueur des segments est proportionnelle au nombre d’individus. A-B-C : Le Peyrou 2 (A : ensemble des défunts, à l’exclusion des périnatals ; B1 : adultes et adolescents ; B2 : hommes ; B3 : femmes ; C : enfants à l’exclusion des périnatals). D-E-F : Marseille/Sainte-Barbe (D : ensemble des défunts, à l’exclusion des périnatals ; E : adultes et adolescents ; F : enfants à l’exclusion des périnatals).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 67. Le Peyrou 2. Répartition topographique des défunts montrant la variabilité de l’orientation du corps des défunts inhumés (dessin M. Schwaller d’après relevé A. Nickels).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 68. Le Peyrou 2. Tableau récapitulatif des taux d’identification des os des tombes à incinération, et indices pondéraux de chaque grande région anatomique, en % par rapport au poids total d’os identifiés dans chaque tombe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 69. Le Peyrou 2. Tableau récapitulatif du nombre d’objets par tombe. En gras et en grisé les adultes et adolescents ; en maigre et en blanc les moins de 15 ans.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 70. Le Peyrou 2. Proportion des tombes à inhumation ou à incinération en fonction du nombre d’objets par tombe.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 71. Le Peyrou 2. Typologie des vases, ossuaires et accompagnement. A : cruches et urnes ; B : caccabè, couvercle et assiette ; C : olpé (dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 72. Le Peyrou 2. Typologie des petits objets : fibules en fer (T 84, T 80) ou en bronze (carré XXII), aiguille en bronze à chas (T 93), bagues en fer (T 77 et T 44bis), bracelet en fer (T 48bis), anneau en bronze (T 206), boucle d’oreille en or (T 93), appliques en bronze ( T76), clous en bronze (T 80), clous en fer (T 184), balle de fronde en terre cuite (carré XXI) ou en plomb (carré XII), monnaie en bronze ou en argent fourré (T 48bis) (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 73. Le Peyrou 2. Typologie des petits objets (suite) : anneaux en os ou en pierre (T 48bis), amulette en ambre (T 48bis), corymbes en terre cuite (T 79 et carré XVI), perles et branche de corail (T 90), osselets (T 86), valves de coquillages (T 53, 48bis, 86 et 208) (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 74. Le Peyrou 2. Typologie des vases tournés en céramique fine. A : lécythes ; B : unguentaria ; C : petite olpé ; D : guttus (dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 75. Le Peyrou 2. Typologie des vases tournés en céramique fine (suite) : gobelet, coupes, canthare (dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 76. Le Peyrou 2. Les amphores : types gréco-italique (T 79) et massaliètes (carrés XII, XVIII, XLIII, LVI et tombes 196, 206 et 208) (dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/15002/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search