Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Chapitre 2. Le Peyrou 2. Description des tombes et autres structures

Texte intégral

1Ce chapitre rassemble de manière analytique les données récoltées dans les trente-cinq tombes du second âge du Fer découvertes lors des recherches conduites en 1977 et 1978 sur la nécropole du premier âge du Fer. Il est complété par l’examen des restes d’une tombe ou d’un possible bûcher et de vestiges mobiliers de la même époque en situation remaniée. Les tombes sont soit des inhumations soit, selon la terminologie préconisée dans Blaizot dir. 2009, 175, des « dépôts secondaires de crémation ». Pour chacune, seront examinés la morphologie des structures, la position du défunt ou de ses restes osseux, le dispositif de recouvrement, ainsi que le matériel accompagnant le défunt.

1. Inventaire des tombes

1.1. Tombe 44

2La tombe 44 a accueilli un adolescent, non brûlé, âgé entre 15 et 19 ans, de sexe non déterminé, mais gracile (fig. 14).

Fig. 14. Le Peyrou 2 : tombe 44. Vue depuis le Sud et relevé. En rouge la tombe 44bis superposée (d’après relevé et cliché des fouilleurs).

Fig. 14. Le Peyrou 2 : tombe 44. Vue depuis le Sud et relevé. En rouge la tombe 44bis superposée (d’après relevé et cliché des fouilleurs).

La tombe

  • 8 Datation effectuée par le Centre de Datation par le Radiocarbone de Lyon 1 à Villeurbanne : Lyon- (...)

3Cette sépulture a été fortement remaniée en son sein par l’installation du dépôt à incinération d’époque grecque de la tombe 44bis. Du fait de cette superposition, le fouilleur avait attribué la tombe 44 au cimetière du VIIe s. av. J.-C., malgré l’absence de tout objet d’accompagnement, et en avait donné une description et un croquis dans la publication du Peyrou 1 (Nickels, Marchand, Schwaller 1989, 23, 96 et 98, fig. 80). En fait, une datation d’os par le C14 faite en 2015, permet de rattacher cette tombe 44 à la nécropole du Peyrou 2 : 2320 ± 30 BP. Intervalle en années réelles après correction dendrochronologique (95,4 % de confiance) : de 429 à 235 av. J.-C. Dates autour desquelles se situent les maximums de probabilités : de 429 à 357 av. J.-C8.

4Selon le fouilleur, « la position des éléments restés en place indique qu’il s’agit d’une inhumation en décubitus dorsal, installée dans une dépression longitudinale creusée dans le substrat ». Lors du creusement du loculus de la tombe à incinération 44bis, « certains éléments ont été remaniés, extraits et remis au fond de la fosse. La partie supérieure du crâne et des éléments des bras se sont retrouvés ainsi au niveau du bassin. La machoire inférieure, restée en place, indique cependant clairement la position d’origine du crâne ». (Ibid., 96). Par ailleurs, le plan d’ensemble du carré C4 du Peyrou 1 (Ibid., 23), montre deux alignements de blocs de basalte bordant les deux longs côtés de la sépulture, structure qui ne peut guère être attribuée, en l’état, à une tombe du premier âge du Fer. Il semblerait donc que l’on ait affaire à des éléments d’un coffrage de 1,5 m et 1,2 m sur les longs côtés et d’une soixantaine de centimètres de large (fig. 14). Comme les restes osseux, cette structure pourrait aussi porter les stigmates de transformations, lors de l’aménagement de la sépulture à incinération 44bis. Il est donc impossible de connaître l’aspect premier de cette tombe.

Le défunt

5Le croquis et le cliché de fouille permettent de positionner la plupart des restes osseux conservés (fig. 14). La mandibule et deux segments des diaphyses des humérus gisent à environ 20 cm à l’Est de la boîte crânienne. De l’autre côté de cette dernière, au Sud-Ouest, s’étalent, sur environ 60 cm et hors de tout ordre anatomique, des segments de fémur gauche, de fibula et des tibias.

6La détermination de l’âge au décès, entre 15 et 19 ans, est fondée sur la maturation osseuse et sur la denture. La paroi crânienne est peu épaisse et les sutures sont libres. Les dents, à l’exception des troisièmes molaires, sont sorties et ont leur apex fermé. Les couronnes sont très peu usées. Les troisièmes molaires supérieures et inférieures sont en germe et leurs racines ne sont qu’à moitié formées. En l’absence des restes des coxaux, et du secteur sus-orbitaire et de la crête nuchale sur le crâne, le sexe ne peut être identifié.

Le mobilier

7Aucun mobilier n’accompagne ce sujet.

Datation proposée

8En fonction de la datation des os par le radiocarbone et compte tenu de l’âge du sujet au décès, cette tombe est à placer entre la fin du V e s. et le milieu du IV e s. av. J.-C.

1.2. Tombe 44bis

9La tombe 44bis, abrite un seul sujet incinéré, un adulte d’au moins 30 ans, dont le sexe ne peut être précisé (fig. 15).

Fig. 15. Le Peyrou 2, tombe 44bis. A : vue en cours de fouille (la mire mesure 30 cm). B : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse). 1 : caccabè en céramique commune. 2 : lécythe à pâte grise. 3 : bague (?) en fer.

Fig. 15. Le Peyrou 2, tombe 44bis. A : vue en cours de fouille (la mire mesure 30 cm). B : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse). 1 : caccabè en céramique commune. 2 : lécythe à pâte grise. 3 : bague (?) en fer.

La tombe

10L’installation de cette tombe a partiellement remanié une sépulture à inhumation antérieure, mais néanmoins relevant de la nécropole du Peyrou 2, la tombe 44. Le dépôt repose sur plusieurs blocs de pierre qui pourraient appartenir à la structure de cette inhumation 44. Il occupe une surface d’environ 50 cm sur 30 cm. Selon la fiche de fouille, il comprend « un tas d’os brûlés mêlés à deux vases » : des morceaux d’une marmite (caccabè), environ la moitié du vase, dispersés sur toute cette surface d’après le cliché de fouille, et un lécythe intact (fig. 15, A). C’est la seule information dont nous disposons à ce sujet et on ignore si la caccabè a servi d’ossuaire.

Le défunt

11Cet adulte est représenté par 419,8 g d’os brûlés (fig. 15, B). Le poids moyen des fragments déterminés est de 0,65 g. L’estimation de l’âge, au moins 30 ans, repose sur deux indices : une moitié proximale de phalange (de pied, semble-t-il) avec sa base soudée ; plusieurs fragments de voûte crânienne montrant des sutures synostosées en face endocrânienne et en cours de comblement en face exocrânienne.

12Les morceaux de diaphyses présentent parfois des fissures en ondes concentriques, indice d’une incinération sur os frais. La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975).

13Le poids d’os déposés représente 25,8 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé, 1627,1 g selon McKinley (1993). Le taux d’identification des fragments, par grandes parties du squelette, est de 93,2 % du poids total. Avec 27,4 % du poids d’os déterminés, le crâne est sur-représenté par rapport au poids théorique (20,4 %). La représentation du tronc, 2 % de la masse des identifiés, est très faible par rapport aux 17 % attendus. Celle des membres, 70,6 % est bien supérieure au poids théorique de 62,6 %. Mis à part le déficit du tronc, qui est pratiquement une constante dans les incinérations protohistoriques du Midi de la Gaule (Duday, Depierre, Janin 2000, 21-22), cette répartition semble indiquer un prélèvement des restes sur le bûcher sans préférence pour une partie du corps.

Le mobilier

14- Caccabè en céramique commune tournée (fig. 15, n° 1). Il est impossible de savoir si ce vase, actuellement très lacunaire, a été déposé complet. Panse arrondie et surbaissée ; col court bien séparé de la panse, avec un bord en gouttière vers l’intérieur pour recevoir un couvercle ; fond plat dans la continuité de la courbure de la panse ; deux anses verticales parallèles, indépendantes du bord. La pâte est vacuolée et renferme un abondant dégraissant quartzeux. Sa couleur varie du gris fer au brun orangé. Haut. : 122 mm ; diam. ouv. : 139 mm ; diam. max. panse : 208 mm.

15Ce type de vase ne figure dans la région qu’en contexte d’établissements côtiers ou coloniaux grecs, et se rattache sans doute aux productions de Grèce ou de Grande Grèce. En particulier, il est attesté en abondance à Agde durant la seconde moitié du IV e s. av. J.-C. et surtout le IIIe s. av. J.-C. (Ugolini 2002b, 195 et 197, fig. 5, n° 1 et 2) et notamment dans la fouille de la rue Perben (Nickels 1995, 80 et fig. 17 ; Garcia, Marchand 1995, 102). Cette caccabè peut être classée dans la forme COM-GRE 3a. Par ses proportions et son fond plat, elle se rapproche de la variante 3a5, datée entre 350 et 200 av. J.-C., mais elle a plutôt les anses et le bord de la variante 3a4 qui débute un peu plus tôt, dès la fin du V e s. av. J.-C. (Dicocer 1, 347).

16- Lécythe en céramique tournée à pâte grise, déposé intact (fig. 15, n° 2). Profil très élancé, col haut, étroit et évasé ; bord à lèvre élargie en méplat horizontal ; panse globuleuse surbaissée, en continuité avec le col ; pied en disque ; anse en ruban vertical reliant la partie supérieure de la panse à la partie médiane du col. Pâte grise légèrement pulvérulente. Peinture noire et brillante sur l’embouchure, la partie supérieure du col et de l’anse, ainsi que le bas de la panse et le pied. Le dessous du pied est également peint, signe probable de trempage. Aucune trace de décoration n’est visible dans les parties non peintes. Haut. : 119 mm ; diam. ouv. : 32 mm ; diam. max. panse : 43 mm ; diam. fond : 30 mm.

17Ce vase imite une forme de lécythe d’Italie du Sud ou de Sicile à figures noires, dite « groupe de Pagenstecher », daté du IV e s. et du début du IIIe s. av. J.-C. (Hurschmann 1997). Cependant, à la différence de ces lécythes, la panse de l’exemplaire d’Agde n’est pas décorée d’une figure et d’une palmette. Ce type de vase n’est attesté nulle part ailleurs en Provence et en Languedoc, ni dans les habitats indigènes de la région côtière pas plus que dans les colonies grecques, à Olbia ou dans les nécropoles de Marseille. Un fragment de lécythe de la même catégorie figure aussi au Peyrou 2 dans la tombe 184, et un exemplaire complet, de pareille forme mais importé celui-ci, provient de la tombe 50bis.

18- Possible bague (?) en fer, incomplète (fig. 15, n° 3). Demi-anneau de section rubanée, s’amincissant d’une extrémité à l’autre (de 0,5 à 4 mm de largeur et de 0,7 mm d’épaisseur) ; diam. rest. : 22 mm.

19Fragment de diaphyses non brûlées : faune ? Poids total : 13 g

Datation proposée

20Vers 350-275 av. J.-C.

1.3. Tombe 48bis

21Cette tombe à inhumation est celle d’un jeune enfant de 3,5 ans à 6,5 ou 7 ans. Localisée dans un secteur densément investi par les tombes du second âge du Fer, elle a partiellement bouleversé la partie Nord et Est d’une tombe à incinération de la fin du VIIe s. (tombe 48). Nous ne disposons que d’un relevé, ainsi que de clichés de cette sépulture (fig. 16, B).

Fig. 16. Le Peyrou 2, tombe 48bis. A : couverture de blocs. B : la tombe 48 du VIIe s. av. J.-C. et la tombe 48bis en cours de fouille (la mire mesure 30 cm). C : plan ; les numéros renvoient aux objets de la fig. 12 et à leur numérotation dans le texte (clichés des fouilleurs ; dessin B. Dedet, M. Schwaller d’après le relevé des fouilleurs).

Fig. 16. Le Peyrou 2, tombe 48bis. A : couverture de blocs. B : la tombe 48 du VIIe s. av. J.-C. et la tombe 48bis en cours de fouille (la mire mesure 30 cm). C : plan ; les numéros renvoient aux objets de la fig. 12 et à leur numérotation dans le texte (clichés des fouilleurs ; dessin B. Dedet, M. Schwaller d’après le relevé des fouilleurs).

22La partie souterraine comprend un coffre rectangulaire de 75 cm sur 30 cm, orienté Sud-Est/Nord-Ouest, probablement en bois. En effet, celui-ci est bien marqué par la présence d’une dizaine de clous en fer le long de chacun des petits côtés (fig. 16, B et C). Cinq petits blocs de basalte sont dispersés au fond de la fosse où est installé ce coffre. D’après un des clichés, cette sépulture est recouverte par de gros blocs de basalte dont le module varie de 30 à 50 cm de long (fig. 16, A). La fosse a en partie détruit la tombe 48 antérieure.

Le défunt

23Le squelette est très incomplet : figurent sur les documents de fouille seulement le crâne, quelques segments de côtes, un des os longs du membre supérieur droit et deux os symétriques des membres inférieurs, sans doute les deux tibias au vu de la taille de la structure. Seuls des restes osseux crâniens, très fragmentés, des dents et l’atlas sont conservés.

24Le corps est allongé, en décubitus dorsal semble-t-il, avec la tête au Sud-Est. Celle-ci est inclinée vers l’épaule gauche. L’occiput est appuyé contre la paroi du coffre marquée par les clous. La position des membres ne peut être précisée, mais les jambes sont sans doute repliées, étant donné l’âge du défunt dont la taille est supérieure à celle du coffre. De toutes façons, les dérangements observés, disjonction de la mandibule et du bloc crânio-facial, désordre des os des membres supérieurs, correspondent bien à une décomposition en espace vide, dans un coffre fermé.

25La détermination de l’âge au décès, entre 3,5 ans et 6,5 ou 7 ans, est fondée sur plusieurs indices. La branche transverse gauche de l’atlas n’est pas soudée à l’arc antérieur, un processus qui se déroule entre 5 et 9 ans. On constate le début de la résorption des racines de plusieurs dents déciduales (di1 d ; di1 d ; di1 g ; dm1 d ; dm1 g et dm2 g), qui intervient entre 3,5 et 6,5 ans (Ubelaker 1978). Cet intervalle est également marqué par le degré de minéralisation des germes de dents définitives : les germes de M1 d, M1 g, M1 d, M2 d et M1 g ainsi que celui d’une I1 ou I2 d ou g ont une couronne complète (Moorrees, Fanning, Hunt 1963).

Le mobilier

26Un guttus ou biberon (fig. 16, n° 28) est placé à gauche de la tête et une monnaie (fig. 16, n° 29) proche de la mandibule. Plusieurs éléments de collier, trois anneaux, un disque et une amulette, ainsi qu’un bracelet sont groupés près de la jambe droite (fig. 16, n° 22 à 27). Il semblerait ainsi que ces parures n’étaient pas portées par le cadavre mais plutôt déposées à côté. Une seconde monnaie (fig. 17, n° 30) n’est pas localisée. Une coquille de pecten est disposée près des pieds du sujet (fig. 16, n° 31). Le reste du mobilier prend place dans la partie Ouest de la fosse au droit des membres inférieurs, probablement les fémurs.

Fig. 17. Le Peyrou 2, tombe 48bis, mobilier. 1 à 17 : clous en fer ; 18 à 20 : fragments de fibule en fer ; 21 : anneau en fer ; 22 : amulette en ambre ; 23 à 25 : anneaux et disque en os ; 26 : anneau en pierre ; 27 : bracelet en fer ; 28 : guttus à pâte claire ; 29 : moyen bronze ; 30 : obole ; 31 : valve de coquille (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 17. Le Peyrou 2, tombe 48bis, mobilier. 1 à 17 : clous en fer ; 18 à 20 : fragments de fibule en fer ; 21 : anneau en fer ; 22 : amulette en ambre ; 23 à 25 : anneaux et disque en os ; 26 : anneau en pierre ; 27 : bracelet en fer ; 28 : guttus à pâte claire ; 29 : moyen bronze ; 30 : obole ; 31 : valve de coquille (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Habillement et parure

27- Bracelet en fer, fermé semble-t-il d’après le croquis de fouille, brisé en quatre morceaux (fig. 17, n° 27) ; tige de section ovalaire (3 x 4,5 mm) ; diam. ext. est. : 61 mm ; diam. int. : 52 mm.

28Ce bracelet est d’un type courant dans le monde indigène régional au second âge du Fer (Tendille 1979, 72-73). D’une manière générale, le bracelet n’apparaît pas dans les nécropoles grecques de Marseille et ne figure que rarement dans celles d’Ampurias, où il est toujours en bronze (inhumations Martí 112 et 138 et Bonjoan 53 (Almagro 1953, 102-103, 113-114 et 191-192).

29- Plusieurs éléments de collier :

30a- Pendentif en ambre, brûlé et incomplet (fig. 17, n° 22). On y voit une main, avec le pouce entre l’index et le majeur, ainsi qu’une bonne partie de l’avant-bras (ou du manche), sans perforation de suspension, et qui va en s’élargissant vers l’extrémité manquante. Long. cons. : 26 mm.

31Ce pendentif représente le « geste de la figue », symbole sexuel féminin, une amulette à valeur apotropaïque d’un type connu à cette époque sous deux formes et éventuellement dans d’autres matières, mais dans un petit nombre d’exemplaires.

32Une seule amulette avec le « geste de la figue » figure dans une tombe d’un établissement grec de Méditerranée occidentale, celle de l’inhumation Martí 96 d’Ampurias (Almagro 1953, 93 et pl. XIII, n° 11). Cet exemplaire, en os, est complet ; le manche s’élargit vers l’extrémité opposée à la main et possède un trou de suspension à cette extrémité. Il est daté par deux oboles de la seconde moitié du IV e s. av. J.-C. qui l’accompagnent dans le dépôt.

33L’autre forme, avec d’un côté le « geste de la figue », et de l’autre un phallus, tandis qu’une perforation située à mi-chemin assure la suspension, est attestée dans la région littorale proche par deux exemplaires. L’un, en argent, provient de la tombe 66 de la nécropole ibérique du Turó dels Dos Pins à Cabrera de Mar près de Barcelone, datée de la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C. (Garcia i Roselló 1993, 145-146, 189 et 240) ; l’autre, en os, a été trouvé sur le site du Grand Parc en Camargue, un habitat du Ier s. av. J.-C. lié à la colonisation romaine d’Arles (Pasqualini, Excoffon, Vella 2004, 275 et 277, fig. 38, n° 68).

34L’exemplaire du Peyrou 2 semble appartenir plutôt à la première forme dans la mesure où le manche, en grande partie conservé, ne présente pas la perforation centrale. Comme pour celui d’Ampurias, c’est l’extrémité opposée à la main qui devait se terminer par le trou de suspension.

35b- Deux anneaux circulaires en os (fig. 17, n° 23 et 24) ; section ovalaire, de même épaisseur pour les deux (3 x 4 mm) ; diam. respectifs : 20 mm et 22 mm.

36c- Un petit disque en os, pourvu d’une perforation centrale (fig. 17, n° 25) ; diam. : 20 mm ; diam. perforation : 4 mm ; ép. : 2 mm.

37De tels disques en os, de morphologie et module semblables, sont assez courants dans les sépultures d’Ampurias, par exemple les inhumations Martí 5 et 58 et Bonjoan 18 (Almagro 1953, 48-49, n° 4 et 5, 73, n° 11 à 14, et 161, n° 1 à 3) datées du IIIe s. et du début du IIe s. av. J.-C.

38d- Anneau circulaire en pierre dure, de couleur blanchâtre (genre marbre) (fig. 17, n° 26) ; section ovalaire (4 x 5 mm) ; diam. : 28 mm. À titre d’exemple, un exemplaire en quartz, de forme proche, provient de l’inhumation Bonjoan 31 d’Ampurias, datée de la première moitié du IIIe s. av. J.-C. (Almagro 1953, 171-172).

39e- Fragment d’anneau en fer (n° 21) ; section circulaire de 3 mm d’épaisseur ; diam. : 20 mm.

40- Trois segments de tige en fer d’un objet indéterminé (fig. 17, n° 18 à 20) ; l’un est fortement recourbé ; section sub-circulaire ; long. cons. respectives : 26 mm, 40 mm et 10 mm.

Céramique

41Guttus ou biberon intact en céramique tournée à pâte claire (fig. 17, n° 28). Col court et évasé ; embouchure circulaire avec bord épaissi et muni d’une gouttière vers l’intérieur ; panse globulaire surbaissée, en continuité avec le col ; fond annulaire très bas ; anse verticale de section aplatie, collée au col et rattachée au haut de la panse ; tube verseur placé au niveau du diamètre maximum de la panse et dans un axe à 90° par rapport à celui de l’anse. Pâte orange pâle, fine, présentant quelques inclusions argileuses rouge sombre. Des bandes peintes rougeâtres horizontales occupent toute la panse. Haut. : 101 mm ; diam. ouv. : 49 mm ; diam. max. panse : 101 mm.

42Cette forme ne semble pas attestée dans les productions régionales à pâte claire. Elle existe cependant en céramique à vernis noir italique, forme Morel 5811a1, datée entre 350 et 250 av. J.-C. (Morel 1981, 389 et pl. 191). En pâte claire, seul le guttus de la tombe 118 de Sainte-Barbe à Marseille, daté de la fin du IV e s. av. J.-C., peut être rapproché du vase du Peyrou, mais il en diffère par divers caractères, son embouchure percée de petits trous et la forme du col et de l’anse (Moliner et al. 2003, pl. 10, n° 136).

Matériel divers

  • 9 Nous suivons ici la normalisation de J.-C. Richard (1969, 184).

43- Petit bronze de Marseille, très usé (fig. 17, n° 29). Poids : 1,376 g ; module de 13,7 à 14,6 mm ; épaisseur : 1,9 mm. Avers : tête à gauche ; revers : taureau cornupète à droite ; au-dessus ...ΣΣ... semble-t-il discernable, et au-dessous illisible. Direction des coins : 3 h9.

44L’état de conservation de ce petit bronze ne permet pas de préciser la série entre les PBM-29 et les PBM-35, dont les frappes sont datées entre la fin du IIIe s. av. J.-C. et la fin du siècle suivant (Py 2006, 177-194).

45- Obole de Marseille (fig. 17, n° 30). Argent fourré de bronze, très altérée. Poids : 0,38 g ; module de 8,6 à 9 mm ; épaisseur : 1,5 mm. Avers : tête juvénile à gauche, aux favoris semble-t-il (mais l’état de conservation ne permet pas d’être certain de ce détail). Revers : roue à 4 rayons. Lettres M et A. La barre du A est droite et les extrémités des lettres bouletées. Direction des coins : 5 h.

46Cette obole appartient au type OBM-10 (avec favoris) ou au type OBM-11 (sans favoris). Les frappes des monnaies de ces deux types apparaissent au début du IIIe s. et cessent à la fin du IIe s. av. J.-C. (Py 2006, 37-54).

47- Une coquille Saint-Jacques (Pecten jacobeus), fragmentaire (fig. 17, n° 31).

Éléments du cercueil

4817 Clous en fer (fig. 17, n° 1 à 17, dont deux non conservés, n° 6 et 14) ; section quadrangulaire ; tête circulaire, bombée sauf pour le n° 2 avec une tête plate. Le diamètre des têtes est compris entre 20 et 26 mm ; la longueur des six exemplaires complets varie de 70 à 104 mm. Des empreintes ligneuses sont conservées par l’oxydation du métal vers la pointe de quatre de ces clous.

49La présence de nombreux clous en fer de module semblable se remarque dans un nombre important de tombes à inhumation d’Ampurias, et cela, dès la seconde moitié du IV e s. av. J.-C., comme par exemple dans l’inhumation Martí 90 (Almagro 1953, 90).

Datation proposée

50Le petit bronze de Marseille interdit de dater cette tombe avant la fin du IIIe s. av. J.-C., et le guttus ne permet pas de descendre dans le IIe s. av. J.-C. On placera donc cette sépulture au tournant des IIIe et IIe s. av. J.-C.

1.4. Tombe 50bis

51Cette tombe a été seulement repérée et n’a pas été fouillée. Elle prend place tout contre l’enclos de d’une tombe à incinération du premier âge du Fer, la tombe 50 (fig. 11). Elle était marquée par des os longs non brûlés au contact du substrat. Ceux-ci n’ont pas été prélevés et en l’absence d’indication contraire il semblerait que nous ayons affaire à un individu de taille adulte. Tout à côté de ce squelette partiellement repéré, un lécythe intact était en position presque verticale, à l’envers, fond vers le haut.

Matériel céramique

52Lécythe à figures noires, déposé complet (fig. 18, n° 1 et 1bis). Profil très élancé, col haut, étroit et évasé ; bord à lèvre élargie en méplat très légèrement rentrant ; panse globuleuse non surbaissée, en continuité avec le col ; pied en disque creusé sous le plan de pose ; anse en ruban vertical, reliant la partie supérieure de la panse à la partie médiane du col. Pâte jaune rosé légèrement pulvérulente, avec un engobe orangé recouvrant la totalité de la surface jusque sur le marli. Peinture noir brillant sous le pied, sur le bas de la panse ainsi que sur la partie supérieure du col et de l’anse. Décor peint en noir dans la zone ainsi réservée. Une palmette figure sous l’anse. Sur la face opposée, un cygne est debout, à gauche, les pattes, les ailes et la tête rehaussées par des traits incisés. Les pattes débordent par leurs incisions dans la base noire. Haut. : 121 mm ; diam. bord : 28 mm ; diam. max. panse : 45,7 mm ; diam. pied : 32,8 mm.

Fig. 18. Le Peyrou 2, tombe 50bis. 1 : lécythe à figures noires ; 1 bis : détail et restitution du décor (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller)  ; A : pour comparaison, exemplaires provenant de Campanie, d’après Hurschmann 1997, pl. 7a, b et c.

Fig. 18. Le Peyrou 2, tombe 50bis. 1 : lécythe à figures noires ; 1 bis : détail et restitution du décor (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller)  ; A : pour comparaison, exemplaires provenant de Campanie, d’après Hurschmann 1997, pl. 7a, b et c.

53Ce vase fait partie d’un groupe de productions caractérisé par R. Pagenstecher (1912). Il est probablement issu de l’atelier du peintre de Caivano, en Campanie, en activité entre 340 et 320 av. J.-C. (Hurschmann 1997, 12-13). La figuration du cygne et de la palmette est comparable à celle de deux exemplaires de cet atelier conservés dans des collections de Berlin et d’Altenburg (Hurschmann 1997, pl. 7 a, b et c) (fig. 18, A). Il a servi de modèle pour le type AT-FR Lt6 du Dicocer 2 (329-330). Le seul spécimen géographiquement proche, mais avec une figure féminine, est celui de l’inhumation Marti 67 d’Ampurias, daté vers 300 av. J.-C., qualifié de production « italiote de Capoue » par M. Almagro (1953, 77, fig. 46, n° 4 et pl. III, n° 6). Au Peyrou, la forme de ce lécythe de la tombe 50bis est très voisine de celle du lécythe d’imitation de la tombe 44bis. Par rapport à ce dernier, cependant, la pâte est différente, la forme plus élancée, et le bord plus fin, témoignant d’une fabrication plus soignée.

Datation proposée

54Vers 350-300 av. J.-C.

1.5. Tombe 52

55Cette sépulture à inhumation est celle d’un adulte féminin dont l’âge peut être estimé entre 25 et 35 ans.

56Nous ne disposons que d’un relevé du squelette et d’un cliché (fig. 19). Aucune limite de fosse, ni aucune structure de coffre et d’élément de couverture ne sont mentionnés. Le squelette est incomplet les os sont en mauvais état et fragmentés sur place. En particulier, les pieds ainsi que la fibula gauche ne sont pas figurés et sont absents des restes conservés.

Fig. 19. Le Peyrou 2, tombe 52. Le squelette (cliché et relevé des fouilleurs).

Fig. 19. Le Peyrou 2, tombe 52. Le squelette (cliché et relevé des fouilleurs).

Le défunt

57Le corps est en décubitus dorsal, tête au Sud inclinée vers l’épaule droite, pieds au Nord. Le membre supérieur droit est en extension, le long du corps. Le bras gauche est le long du thorax et l’avant-bras est ramené en travers du bassin, la main à la hanche droite. Les deux membres inférieurs sont en rectitude.

58Le membre supérieur droit, étroitement collé au corps, semble marquer une contrainte de ce côté. Celle-ci est également soulignée par l’épaule homolatérale relevée. Il est impossible de dire s’il s’agit du bord de la fosse ou d’un coffrage en matériau périssable. Quelques dérangements sont aussi perceptibles : la disjonction de la mandibule, la mise à plat du bassin, le déplacement de la patella gauche vers l’axe longitudinal du corps. Ils traduisent une évolution en espace non colmaté. Le corps a donc été placé soit dans un coffre de bois, soit directement dans une fosse fermée par un couvercle. Nous ignorons tout de la partie supérieure de cette tombe.

59La détermination de l’âge au décès, entre 25 ans et 35 ans, est fondée sur la maturation osseuse et sur la denture. Les sutures crâniennes sont en cours de synostose en face endocrânienne mais encore bien visibles en face exocrânienne. Toutes les dents ont leur apex fermé, y compris les troisièmes molaires supérieures et inférieures. Elles sont moyennement usées (degré d’usure 3 à 4 de Molnar 1971). La P2 g a disparu ante mortem et l’alvéole est colmatée. La reconnaissance du sexe, féminin, découle d’un morceau d’ilion gauche : le fond de la grande échancrure sciatique, bien visible sur la face externe, paraît en effet suffisamment large. La face interne, avec la surface auriculaire, n’est cependant pas conservée. Aucune observation n’est possible non plus sur le secteur sus-orbitaire et celui de la crête nuchale.

Mobilier

60La fouille des éléments du squelette prélevés en blocs a livré sept très petits tessons de panse d’un petit vase à pâte claire, rose orangé, pulvérulente, sans trace de vernis ni d’engobe. Ils peuvent appartenir à un lécythe ou un aryballe, type de vase qui figure assez souvent dans les tombes du Peyrou 2 (non dessinés).

Datation proposée

61Les restes céramiques de cette sépulture ne permettent pas de précision à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.6. Tombe 53

62Dans la tombe 53 a été inhumé un adulte relativement âgé, probablement féminin (fig. 20 et 21).

Fig. 20. Le Peyrou 2, tombe 53. Vues de la couverture (A) et du squelette (B) (clichés des fouilleurs).

Fig. 20. Le Peyrou 2, tombe 53. Vues de la couverture (A) et du squelette (B) (clichés des fouilleurs).

Fig. 21. Le Peyrou 2, tombe 53. A : la couverture ; B : le squelette (relevés des fouilleurs) ; C : détail de la partie supérieure du squelette montrant la position de l’unguentarium (cliché des fouilleurs) ; D : hémi-mandibule gauche ; E : fragment de coxal gauche interne ; F : fragment de coxal droit interne ; 1 : unguentarium ; 2 : fragments de fibule en fer ; 3 : valve de coquille Saint-Jacques (1, 2, 3, D, E, F : clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 21. Le Peyrou 2, tombe 53. A : la couverture ; B : le squelette (relevés des fouilleurs) ; C : détail de la partie supérieure du squelette montrant la position de l’unguentarium (cliché des fouilleurs) ; D : hémi-mandibule gauche ; E : fragment de coxal gauche interne ; F : fragment de coxal droit interne ; 1 : unguentarium ; 2 : fragments de fibule en fer ; 3 : valve de coquille Saint-Jacques (1, 2, 3, D, E, F : clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

63La couverture de la tombe est intacte, d’une longueur maximale de 1,50 m pour une largeur n’excédant pas 0,45 m (fig. 20 et 21, A). Elle est formée d’une chape de blocs basaltiques disposés sur deux lits. Les dimensions de ces éléments sont variables. Plusieurs gros blocs, pouvant atteindre 0,30 m, marquent l’extrémité sud-est du côté de la tête du sujet, mais également les parois latérales vers le Nord. Les interstices sont comblés par des pierres de plus faible module.

Le défunt

64Le sujet repose en décubitus dorsal, tête au Sud-Est, inclinée vers l’épaule droite (fig. 20, B et 21, B et C). Le membre supérieur droit, en supination, est en extension le long du corps. L’avant-bras gauche, également en supination, est replié au milieu du bassin, la main en contact avec un lécythe posé parallèlement au poignet, goulot dirigé vers le bas du corps, embouchure vers le bas (fig. 21, B n° 1 et C). Le grill costal s’est affaissé verticalement. Le bassin s’est ouvert. Les membres inférieurs sont en extension bien parallèles, et les deux pieds sont relevés en position verticale, appuyés contre la paroi de la fosse. Une coquille Saint-Jacques complète est placée entre les fémurs, vers le tiers inférieur des cuisses, mais on ignore sur quelle face elle était posée (fig. 21, B, n° 3). Trois fragments de tige en fer, peut-être ardillon et arc de fibule, ont été découverts au niveau du pubis (fig. 21, B, n° 2).

65En dehors des deux extrémités, nuque et pieds également relevés, aucun autre effet de contrainte exercée sur le corps n’apparaît. On ne discerne pas non plus de dérangements des os hors du volume du cadavre qui auraient pu traduire une décomposition en espace vide. Il semble donc que le défunt ait été déposé directement dans une fosse creusée juste à ses dimensions et rapidement rebouchée avant d’être surmontée par la couverture de blocs de pierres.

66La détermination de l’âge au décès, plus de 50 ans, est fondée sur la maturation osseuse et sur l’état de la denture. Toutes les sutures crâniennes sont complètement synostosées en face endocrânienne et en cours de synostose avancée en face exocrânienne. L’angle mandibulaire est grand, les branches horizontales montrent une forte régression du bord alvéolaire (fig. 21, D). De chaque côté de la mandibule on constate la perte de la seconde prémolaire et de la première molaire, et la résorption des alvéoles correspondantes. La M2 g, in situ, présente une très importante carie du collet. On notera par ailleurs que la M3 g n’est pas sortie.

67Le squelette est gracile, la crête nuchale est très peu marquée, les grandes échancrures sciatiques sont larges, d’après les fonds qui sont conservés (fig. 21, E et F), et le sillon préauriculaire est bien visible sur l’ilion droit, autant d’indices en faveur d’une attribution au sexe féminin.

Mobilier

68Unguentarium fusiforme à pâte claire, de forme B VI ou B VII de E. Cuadrado (1977) (fig. 21, n° 1). La panse est ovoïde, le col très haut, terminé par une lèvre à peine marquée ; le fond est absent ; pâte de couleur beige chamois ; à l’extérieur, partie supérieure du col peinte en noir, et traces d’engobe orangé sur le reste de la paroi ; à l’intérieur, peinture noire au moins sur toute la paroi du col. Haut. cons. : 160 mm ; diam. ouv. : 26 mm ; diam. panse : 53 mm.

  • 10 Nous remercions Marta Santos Retolaza, directrice du MAC-Empuries, de nous avoir permis les compa (...)

69On retrouve des vases de forme comparable dans les secteurs Bonjoan, Granada et Las Corts de la nécropole ampuritaine (Almagro 1953, pl. 397), ainsi qu’à Marseille/Sainte-Barbe (Tombes 99, 102, 194, 198, 547 : Moliner et al. 2003, pl. 8, 9, 12 et 17). Toutefois, sur ces deux sites, ils diffèrent du spécimen d’Agde par plusieurs traits : le bord se termine par une lèvre triangulaire ou en bourrelet bien marqué ; dans beaucoup d’exemplaires la peinture ne se limite pas à la seule partie supérieure du col, mais des bandes horizontales sont également peintes sur la moitié supérieure de la panse ; et la teinte de la peinture est rose ou rouge. Malgré ces différences, on observe une grande similitude de pâte entre cet unguentarium et certains de ceux d’Ampurias10.

70- De l’objet en fer signalé sur le relevé de fouille par des éléments droits ou courbes près du pubis, sans doute une fibule, seuls subsistent deux fragments de tige rectiligne, non jointifs, de section circulaire, pouvant appartenir à l’ardillon. Long. : 16 et 18 mm ; diam. : 2 mm (fig. 21, n° 2).

71- Une valve de coquille Saint-Jacques (Pecten jacobeus) (fig 21, n° 3).

Datation proposée

72La datation repose uniquement sur la présence de l’unguentarium. Les formes B VI et B VII sont datées globalement entre 200 et 50 av. J.-C. par E. Cuadrado (1977, 399). Elles sont présentes dans des tombes ampuritaines datées par de la céramique à vernis noir de la fin du IIIe s. et de la première moitié du IIe s. av. J.-C. : inhumations Bonjoan 21 et 72 et inhumation Granada 4 (Almagro 1953, 164, fig. 133, 210, fig. 178 et 236, fig. 199). D’autres figurent dans une tombe du plein IIe s. av. J.-C., l’inhumation Bonjoan 18 (Almagro 1953, 161, fig. 130), et dans une tombe un peu plus récente, Las Corts 97, datée par E. Cuadrado entre 125 et 75 av. J.-C. (Almagro 1953, 341, fig. 321 ; Cuadrado 1977, 400). Ces exemplaires orientent plutôt vers la première moitié du IIe s. av. J.-C., d’autant qu’aucune tombe datée du Peyrou ne semble postérieure au milieu de ce siècle.

1.7. Tombe 54

73La tombe 54 abrite un adulte inhumé, âgé, robuste, de sexe masculin probable. Nous ne disposons d’aucun relevé ni de notes sur cette sépulture, mais seulement d’un cliché. Seul l’examen détaillé du squelette et de sa position permet d’appréhender la forme de la tombe (fig. 22).

Fig. 22. Le Peyrou 2, tombe 54. A : vue de la tombe entamant la sépulture 51 du Peyrou 1 ; B : détail de la tombe ; C : détail du crâne (A et B : clichés des fouilleurs ; C : cliché B. Dedet).

Fig. 22. Le Peyrou 2, tombe 54. A : vue de la tombe entamant la sépulture 51 du Peyrou 1 ; B : détail de la tombe ; C : détail du crâne (A et B : clichés des fouilleurs ; C : cliché B. Dedet).

74Le défunt repose en décubitus dorsal, tête au Nord, inclinée vers l’épaule gauche, membres supérieurs allongés le long du corps et membres inférieurs en rectitude, pieds joints, mais les os sont très fragmentés et le spongieux très altéré (fig. 22, A et B). Le corps a été placé dans une fosse creusée jusqu’au substrat rocheux et des contraintes sont perceptibles en plusieurs endroits. L’occiput et les pieds sont relevés, marquant les deux extrémités du creusement. Le côté gauche du tronc et du bassin est contraint par un gros bloc de basalte (n° 1), peut-être un élément du substrat. Sur ce bloc, repose le membre supérieur gauche, en extension, mais décollé du tronc, avec l’avant-bras en pronation. Deux gros blocs (n° 2 et 3), dont le plus important mesure 0,60 par 0,30 m, figurent immédiatement à gauche du corps, mais on ignore s’ils préexistent ou non au dépôt du cadavre. En particulier on ne peut discerner si l’avant-bras gauche bute contre le bloc n° 2 surmontant le bloc de base n° 1, ou s’il est recouvert par lui. Le membre supérieur droit, en extension, est collé au corps, l’avant-bras en supination et la main contre la cuisse. Le grill costal s’est affaissé verticalement et le coxal droit est ouvert.

75La photographie de fouille ne révèle pas de dérangements des os hors du volume du corps qui auraient pu traduire une décomposition en espace non colmaté. Il semble donc que le cadavre ait été déposé directement dans une fosse creusée juste à ses dimensions et rapidement rebouchée. Cette fosse a été placée tout contre une tombe à incinération du VIIe s. av. J.-C., la tombe 51, et sa partie sud a entamé quelque peu le dépôt antérieur, le détruisant partiellement. La cause de la présence des blocs n° 2 et 3 ne peut être résolue : appartiennent-ils à des éléments encore en place de la bordure d’une tombe du premier âge du Fer contre lesquels a été placé le corps ? Ou bien ont-ils été réutilisés au deuxième âge du Fer et ont-ils fait partie de la couverture de la tombe de cette période ? Nous ne possédons aucun autre indice concernant cette dernière.

76Les os sont très fragmentés sur place. La détermination de l’âge au décès, plus de 50 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture. Les sutures crâniennes sont complètement colmatées en face endocrânienne, et presque entièrement en face exocrânienne. La partie droite de la mandibule, bien conservée, a un angle mandibulaire important, et la branche horizontale montre la perte des trois molaires, des alvéoles complètement colmatées et une forte régression du bord alvéolaire (fig. 22, C). Toutes les dents sont usées (degré d’usure 4 à 5 de Molnar 1971) à l’exception de la M3 d moins usée (degré d’usure 3). Sur un morceau de coxal, la faible amplitude de la grande échancrure sciatique semble indiquer un individu de sexe masculin, et cela est en accord avec un bourrelet sus-orbitaire très prononcé, la robustesse des os et la puissance des insertions musculaires.

Aucun objet n’accompagne ce cadavre.

Datation proposée

77Cette sépulture ne peut être datée avec précision à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.8. Tombe 55

78Cette sépulture abrite un enfant inhumé, dont l’âge semble pouvoir être estimé aux environs de 10 ans. Nous disposons seulement d’un relevé de fouille de cette sépulture, avec localisation de morceaux de six diaphyses osseuses et d’un vase, sans aucune note ni cliché (fig. 23, A). La morphologie de cette tombe ne nous est pas connue, qu’il s’agisse de la partie superficielle, comme des limites et des dimensions de la fosse.

Fig. 23. Le Peyrou 2, tombe 55. A : relevé des fouilleurs ; 1 : lécythe attique ; 1 bis : décor visible ; 2 : pour comparaison, lécythe provenant de Capoue (Zimmermann-Elseify 2015, p. 114 et pl. 59, 5-6), (1 et 1bis : clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 23. Le Peyrou 2, tombe 55. A : relevé des fouilleurs ; 1 : lécythe attique ; 1 bis : décor visible ; 2 : pour comparaison, lécythe provenant de Capoue (Zimmermann-Elseify 2015, p. 114 et pl. 59, 5-6), (1 et 1bis : clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Le défunt

79Les os sont très corrodés et altérés. Le n° 4 du relevé est une partie centrale de diaphyse de fémur droit et le n° 3 une diaphyse de tibia gauche. Les pièces osseuses numérotées 1, 2, 5 et 6 sur le relevé, sont extrêmement émiettées et non identifiables ; toutefois le n° 1 pourrait appartenir à un humérus, et le n° 2, os plus petit, pourrait correspondre au radius ou au cubitus. Si l’on prend en compte la latéralisation indiquée par les n° 3 et n° 4, ce défunt pourrait avoir été déposé en décubitus dorsal, tête au Sud-Est, pieds au Nord-Ouest. Un lécythe a été déposé du côté gauche du corps, semble-t-il à proximité de l’extrémité du membre supérieur gauche (fig. 23, A, vase 1).

80La détermination de l’âge, aux alentours de 10 ans, est fondée sur la taille des diaphyses conservées de fémur et de tibia. Ces deux os ont un module comparable à celui de leurs correspondants des sujets des tombes 56 et 93 du Peyrou 2, dont la détermination de l’âge, entre 8 et 11 ans, repose sur un faisceau de critères plus important.

Mobilier

81Lécythe aryballisque, attique à figures rouges, complet (fig. 23, n° 1). Col haut et étroit, terminé par un bord évasé avec un large marli vers l’intérieur ; une rainure horizontale dans sa partie médiane. Panse globulaire, avec un léger ressaut à la jointure du col. Fond annulaire large et bas. Une anse verticale en ruban, attachée sur le haut de la panse et la partie médiane du col. Pâte rose orangé dure, recouverte d’un vernis noir brillant sur tout le vase, y compris sous le pied et à l’intérieur du col. Décor peint sur le côté de la panse opposé à l’anse. Malgré un état altéré de la peinture, le motif dessine une grande palmette (fig. 23, n° 1bis). Haut. : 118 mm ; diam. bord : 38 mm ; diam. max. panse : 61 mm ; diam. fond : 49 mm.

82Ce vase est datable du dernier quart du V e s. et surtout de la première moitié du IV e s. av. J.-C. (série 1137-1141 d’Agora XII : Sparkes, Talcott 1970, 153-154 et pl. 38). Il peut admettre plusieurs types de décor, à figure humaine ou animale, réticulé ou à palmette. Le motif de palmette, comme ici, figure avec diverses variantes sur plusieurs exemplaires du secteur Marti d’Ampurias (Incinération 21, Inhumations 23, 90 et 103 ; Almagro 1953, 59, 90, 97 et 124). Bien que difficilement discernable dans sa globalité, la palmette du lécythe d’Agde paraît très proche de celle d’un exemplaire provenant de Capoue et conservé à Berlin (Zimmermann-Elseify 2015, 114 et pl. 59, 5-6) (fig. 23, n° 2).

  • 11 Étude en cours sous la direction d’Aurora Martín, que nous remercions pour ce renseignement.

83Les vases de cette forme, en ne tenant pas compte du décor, sont fréquents dans les cimetières de l’ensemble du monde grec, comme par exemple celui d’Apollonia du Pont sur la mer Noire (Hermary et al. 2010, 181-188). Ils sont bien attestés aussi dans les colonies de la côte Nord-Ouest de la Méditerranée durant les trois premiers quarts du IV e s. av. J.-C. : par exemple dans la tombe 78 d’Aléria (Jehasse 1973, 388 et pl. 81, n° 1456), la tombe 47 de Marseille/Sainte-Barbe (Moliner et al., 2003, 255, et pl. 2, n° 16) et, en nombre conséquent, à Ampurias (inhumations Marti 15, 20, 23, 49, 84, 90, 101, 103, 105, 134 ; inhumation Bonjoan 54 ; incinérations Martí 20 et 29 ;
Almagro 1953, passim). En revanche, les habitats eux-mêmes de Marseille et d’Agde n’en livrent que de très rares vestiges alors que la céramique attique de cette époque y est abondante (Gantès 2000, 134 ; Ugolini 2000, 203). De même, ils sont très rares dans les habitats de la sphère indigène de la région littorale, Lattes, Ensérune, Ruscino, Ullastret ou Pontos, et toutefois mieux attestés dans leurs nécropoles, à Ensérune dans quatre tombes (Mouret IB 39, T 71, T 100 et T 103 : Dubosse 2007, 297 ; Schwaller et al. à paraître) et à Puig de Serra, nécropole d’Ullastret (Martin, Codina, de Prado 2016), dans cinq tombes sur quatre-vingt-huit11.

Datation proposée

84Le lécythe aryballisque, dont l’exemplaire de Capoue est placé entre 400 et 350 av. J.-C. (Schöne-Denkinger, V.I. 2495), peut-être daté vers 400 - 325 av. J.-C. selon les attestations régionales (Dicocer 2, 330). Pour sa part, M. Almagro retient la fourchette 350-325 av. J.-C. pour les exemplaires d’Ampurias très ressemblants (tombe 23 et 103) (Almagro 1953, 59 et 97). On placera la tombe Peyrou 55 dans les deuxième et troisième quarts du IV e s. av. J.-C.

1.9. Tombe 56

85Dans la tombe 56 a été inhumé un enfant entre 8 et 10 ans. Nous avons pour cette sépulture un relevé de fouille mais aucune note ni cliché (fig. 24).

Fig. 24. Le Peyrou 2, tombe 56 (relevé des fouilleurs).

Fig. 24. Le Peyrou 2, tombe 56 (relevé des fouilleurs).

86Le squelette est très mal conservé. D’après le relevé de fouille, le défunt paraît reposer en décubitus dorsal, tête au Nord, pieds au Sud. La mandibule s’est détachée du bloc crânio-facial, légèrement décalée vers le thorax. Le membre supérieur droit est allongé le long du corps et les deux membres inférieurs sont en extension. Toutes les extrémités sont absentes. Les os du membre supérieur gauche sont dérangés. Leur déplacement, de même que celui de la mandibule, accréditent l’hypothèse d’une décomposition en espace non colmaté, soit directement dans une fosse surmontée d’une fermeture, soit dans un coffre en matériau périssable. Les limites du creusement n’ont pas été observées. Une pierre plate de 13 cm de diamètre surmonte le crâne et c’est sans doute là le seul élément conservé d’une éventuelle couverture (fig. 24). Le nettoyage des parties de squelette prélevées en bloc a livré un seul tesson de vase.

Le défunt

87L’âge, vers 8-10 ans, est déterminable grâce à la dentition (seulement des dents isolées conservées, une dent supérieure et dix-sept inférieures). Les dents de lait ne sont représentées que par des molaires : les trois qui subsistent, dm1 d, dm2 d et dm2 g, sont en phase de décalcification très avancée (autour de 9 ans selon Ubelaker 1979). On constate aussi d’autres détails : la formation achevée des incisives définitives avec leur apex fermé et leur couronne non usée ; l’éruption des canines définitives avec des racines à moitié formées (stade R 1/2 de Moorrees, Fanning, Hunt 1963 : vers 8 ans) ; l’éruption des prémolaires définitives avec des racines à moitié formées (stade R 1/2 de Moorrees, Fanning, Hunt 1963 : vers 8,5 ans) ; la formation achevée des premières molaires définitives avec leur apex fermé, et leur couronne non usée (autour de 9 ans selon Ubelaker 1979) ; l’éruption des secondes molaires définitives avec le quart de la racine formée (stade R 1/4 de Moorrees, Fanning, Hunt 1963 : vers 9,5 ans).

Mobilier

88Un tesson de vase tourné à pâte claire, œnochoé, olpé ou urne (non dessiné) ; pâte dure, de couleur orange sombre, contenant un très fin mica. La surface externe porte un engobe rose-orangé. Ép. paroi : 4,8 à 5,7 mm.

Datation proposée

89Cette sépulture ne peut être datée avec précision à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.10. Tombe 57

90Dans la tombe 57 est inhumé un adulte âgé, de sexe non déterminé. Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché de cette sépulture (fig. 25). Le squelette est très mal conservé et les os sont très fragmentés. Seul l’examen détaillé du squelette et de sa position permet d’appréhender la forme de la tombe.

Fig. 25. Le Peyrou 2, tombe 57. A : vue de la tombe  ; B : relevé du squelette (cliché et dessin des fouilleurs)  ; C et D : mandibule, extrémité mentonnière et branche horizontale gauche (C) et branche horizontale droite (D) (cliché B. Dedet).

Fig. 25. Le Peyrou 2, tombe 57. A : vue de la tombe  ; B : relevé du squelette (cliché et dessin des fouilleurs)  ; C et D : mandibule, extrémité mentonnière et branche horizontale gauche (C) et branche horizontale droite (D) (cliché B. Dedet).

91Le corps repose en décubitus dorsal, tête vers l’Est, inclinée vers l’épaule gauche, et pieds à l’Ouest (fig. 25, A et B). La mandibule semble être restée à peu près en connexion. Le rachis montre une légèrement inflexion mais les restes des côtes ne sont guère visibles. Le membre supérieur gauche est en extension le long du corps, main sur le bassin. Le droit est légèrement fléchi : le bras s’écarte quelque peu du thorax mais l’avant-bras, en supination, est ramené vers la hanche droite. Le bassin semble à plat. Les deux membres inférieurs sont en rectitude.

92Le côté gauche du corps semble contraint par une limite, à la différence du droit. Quelques blocs basaltiques de taille moyenne (module de 15 à 20 cm) sont présents près du crâne, du membre supérieur droit et des pieds, mais on ignore s’ils proviennent d’un dispositif de couverture ou s’il s’agit simplement de remontées du substrat. Les os visibles sur la photographie et le relevé de fouille ne paraissent pas témoigner de dérangement en dehors du volume du corps. Il semblerait donc que le cadavre ait été placé directement dans une fosse aussitôt comblée, plaqué contre le côté oriental de celle-ci.

Le défunt

93La détermination de l’âge au décès, plus de 50 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture. Les sutures crâniennes sont complètement colmatées en face endocrânienne, et presque entièrement synostosées en face exocrânienne. La partie droite de la mandibule, la mieux conservée, montre un angle mandibulaire important (fig. 25, D). Des molaires, seule subsiste en place la M2 g, et les alvéoles des dents perdues sont complètement colmatées (fig. 25, C). On remarque aussi une forte régression du bord alvéolaire. Toutes les dents sont très usées (degrés d’usure 5 à 6 de Molnar 1971), à l’exception de la M3 d qui est moins usée (degré d’usure 2).

94L’état de conservation des coxaux, extrêmement fragmentés et émiettés, ne permet pas de déterminer le sexe. Sur le crâne, le secteur sus-orbitaire et celui de la crête nuchale ne sont pas conservés. Ce sujet est plutôt robuste d’après les grands os longs des membres, mais semble présenter une ou deux pathologies : le fémur gauche, le mieux conservé, est très nettement courbé (rachitisme ?) ; d’autre part, la paroi de la voûte crânienne est très mince, pour une adulte, et un fragment porte une perforation non anthropique.

Cette tombe n’a pas livré de mobilier d’accompagnement.

Datation proposée

95Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.11. Tombe 65bis ?

96Ce numéro a été attribué par les fouilleurs à plusieurs fragments osseux non brûlés découverts à proximité d’une tombe à incinération du premier âge du Fer, la tombe 65. Il s’agit de trois petits morceaux de diaphyses de phalanges ou de métacarpiens ou de métatarsiens, et de huit fragments de voûte crânienne épaisse se rapportant à un sujet adulte. Nous n’avons aucun autre élément concernant cette tombe, si tombe il y a.

1.12. Tombe 73

97Dans la tombe 73 a été inhumé un adulte, probablement une femme, dont l’âge peut être estimé entre 30 et 50 ans. Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché de cette sépulture (fig. 26, A et B). Sur ces documents, aucun vestige de coffrage ou de structure de la partie superficielle de la tombe n’est signalé. Seul l’examen détaillé du squelette et de sa position permet d’appréhender sa forme.

Fig. 26. Le Peyrou 2, tombe 73. A : relevé du squelette ; B : vue de la tombe  ; C : vue de détail du haut du tronc, du crâne et du vase in situ (clichés et dessin des fouilleurs) ; D : fragment de coxal gauche ; E : bloc maxillaire-mandibule ; 1 : gobelet d’imitation de la Côte catalane (clichés et dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 26. Le Peyrou 2, tombe 73. A : relevé du squelette ; B : vue de la tombe  ; C : vue de détail du haut du tronc, du crâne et du vase in situ (clichés et dessin des fouilleurs) ; D : fragment de coxal gauche ; E : bloc maxillaire-mandibule ; 1 : gobelet d’imitation de la Côte catalane (clichés et dessin B. Dedet, M. Schwaller).

98Ce sujet est allongé en décubitus dorsal, tête vers l’Est, pieds vers l’Ouest. Le crâne est incliné vers l’épaule gauche. La mandibule s’est maintenue en position, bouche fermée. Le grill costal s’est affaissé verticalement. Les membres supérieurs sont en extension le long du corps, l’avant-bras droit en supination, le gauche en pronation, les mains au niveau du haut des cuisses. Le bassin s’est mis à plat. Les membres inférieurs sont en rectitude. D’après la photo de fouille, une tranchée a fait disparaître les pieds. Un gobelet est posé verticalement près de la tête, juste à côté de l’occiput (fig. 26C).

99Les os ne semblent pas avoir fait l’objet de déplacements notables en dehors du volume du corps.
Le défunt a donc dû se décomposer dans un milieu colmaté. Aucune trace de contrainte n’est perceptible, ce qui révèle une fosse suffisamment ample pour l’accueillir, mais la délimitation de celle-ci n’a pas été observée.

Le défunt

100La détermination de l’âge au décès, entre 30 et 50 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture. Les sutures crâniennes sont colmatées en face endocrânienne mais non synostosées en face exocrânienne. Les dents ont toutes leur apex fermé, y compris les troisièmes molaires sorties. On note l’agénésie de la troisième molaire inférieure gauche. Les couronnes sont moyennement usées (degré 3 ou 4 de Molnar 1971). Le sujet a perdu ante mortem la canine supérieure droite et la seconde incisive inférieure droite, et les alvéoles correspondantes sont colmatées (fig. 26, E).

101La détermination du sexe féminin repose sur la largeur de la grande échancrure sciatique et la présence du sillon préauriculaire, bien visibles sur le coxal gauche (fig. 26, D), et, par ailleurs, la crête nuchale très peu marquée et la gracilité des os des membres vont dans le même sens.

Mobilier

102Gobelet tourné d’imitation de la Côte catalane, dont il manque le bord (fig. 26, n° 1). Panse biconique à carène peu marquée ; décor de trois fins listels horizontaux et équidistants sur la partie supérieure de la panse ; une anse en ruban verticale. Paroi très fine (1,5 mm). Pâte dure, sans dégraissant visible, de couleur rouge brique. Haut. cons. avec anse : 107 mm ; diam. max. panse : 91 mm.

103La forme est celle des gobelets gris ampuritains, forme 5 de C. Aranegui Gascò (1985, 106-107), classé en COT-CAT Gb5 (Dicocer 1, 395). Elle est bien datée du IIe s. av. J.-C., notamment dans la nécropole d’Ampurias (par exemple tombe Las Corts 23, associée à un plat en campanienne A de la première moitié du IIe s. av. J.-C. ; Almagro 1953, 292, fig. 244). En revanche, la pâte, notamment sa couleur, est différente des productions de la Côte catalane, et il s’agit sans doute d’une production locale ou régionale contemporaine.

Datation proposée

104200 - 150 av. J.-C.

1.13. Tombe 74

105La tombe 74 est l’inhumation d’un adulte, âgé de 30 à 50 ans, dont le sexe ne peut être déterminé, mais plusieurs indices plaident néanmoins en faveur d’un homme. Nous ne disposons que d’un relevé précis du squelette et d’un cliché de cette sépulture (fig. 27).

Fig. 27. Le Peyrou 2, tombe 74. A : relevé du squelette (dessin H. Duday) ; B et C : vue de la tombe (clichés des fouilleurs) ; D : bloc maxillaire-mandibule ; 1 : bord de vase à pâte claire (cliché et dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 27. Le Peyrou 2, tombe 74. A : relevé du squelette (dessin H. Duday) ; B et C : vue de la tombe (clichés des fouilleurs) ; D : bloc maxillaire-mandibule ; 1 : bord de vase à pâte claire (cliché et dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Le défunt et la tombe

106Le défunt est en décubitus latéral droit, tête au Nord-Est (fig. 27, A et B). Le tronc est courbé vers l’avant. La tête est penchée vers l’arrière, la mandibule est restée en place, le menton reposant sur l’épaule gauche fortement relevée (fig. 27, C et D). Le membre supérieur gauche est en pronation, remonté vers la tête et plaqué contre la poitrine, la main repliée vers le haut. Le membre supérieur droit est étendu le long du corps, le bras sous le rachis et l’avant-bras, en supination, le long du dos, la main repliée vers le coxal. Les membres inférieurs sont repliés à 90°. Les deux pieds sont en extension, le gauche apparaissant par sa face supérieure et le droit par la face inférieure.

107Les os ne semblent pas avoir fait l’objet de déplacements notables en dehors du volume du corps. Le défunt a donc dû se décomposer dans un milieu colmaté. Les limites de la fosse n’ont pas été observées. Deux blocs d’une vingtaine de centimètres de longueur chacun, au-devant du tronc, et deux pierres plus petites contre le coude gauche et sur le ventre semblent faire partie du comblement de la fosse car ils sont au même niveau que la base des os. Aucune structure de la partie superficielle de la tombe n’est signalée.

108Les os sont fragmentés sur place. La détermination de l’âge au décès, entre 30 et 50 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture. Les sutures crâniennes sont en cours avancé de synostose en face endocrânienne mais non synostosées en face exocrânienne. Les dents ont toutes leur apex fermé. La troisième molaire inférieure gauche est sortie. Les couronnes sont généralement assez peu usées (degré 2 ou 3 de Molnar 1971), cependant, pour trois d’entre-elles, dont la P2 g et une molaire inférieure, l’usure est telle que seule subsiste la partie inférieure de la racine. Le sujet a aussi perdu ante mortem plusieurs dents : notamment la M3 d et la M2 d, et les alvéoles correspondantes sont colmatées, puis la M1 d et la M2 g et le colmatage des alvéoles est en cours. La M3 d et la M3 g ne figurent pas dans le matériel conservé (peut-être ne sont-elles pas sorties ?).

109Le mauvais état de conservation des deux coxaux ne permet pas la diagnose sexuelle ; on soulignera toutefois la robustesse des os, la crête nuchale très saillante et le bourrelet sus-orbitaire assez prononcé, ce qui pourrait plutôt plaider en faveur d’un individu masculin.

110Ce défunt semble présenter des pathologies d’après les os : les deux fémurs sont très nettement courbés (rachitisme ?) ; la paroi de la voûte crânienne paraît mince pour un adulte, et l’intérieur du pétreux semble altéré.

111Au moment de la fouille, aucun mobilier n’a été aperçu, mais quatre tessons ont été retrouvés lors de l’analyse des portions de squelette prélevées en bloc.

Mobilier

112Quatre tessons d’une petite olpé à pâte claire, dont un bord (fig. 27, n° 1). Pâte de couleur orange pâle ; diam. ouv. : env. 50 mm. Il s’agit probablement de la forme CL-MAS 521, dont la datation est imprécise entre le VIe et le Ier s. av. J.-C. (Bats 1988, 179-180 et pl. 49, n° 1364-1365 ; Dicocer 1, 1993, 215).

Datation proposée

113La présence des tessons de la petite olpé permet seulement de placer cette tombe dans les limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.14. Tombe 76

114Il s’agit de la tombe à inhumation d’un enfant âgé de 7 à 10 ans. Nous disposons de clichés pris à deux moments de la fouille de cette sépulture et d’un relevé sommaire du squelette (fig. 28, A, B et C).

Fig. 28. Le Peyrou 2, tombe 76. A : vue de la couverture ; B : vue du squelette ; C : relevé du squelette (clichés et relevé des fouilleurs) ; 1 : sept appliques en bronze (clichés B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 28. Le Peyrou 2, tombe 76. A : vue de la couverture ; B : vue du squelette ; C : relevé du squelette (clichés et relevé des fouilleurs) ; 1 : sept appliques en bronze (clichés B. Dedet, M. Schwaller).

La tombe et le défunt

115Les os sont très mal conservés, très fragmentés et émiettés, et les extrémités sont absentes. Le corps est placé en décubitus dorsal, la tête au Sud inclinée vers l’épaule gauche. Les membres supérieurs apparaissent fortement repliés le long du tronc, parallèles à l’axe longitudinal du corps. Les membres inférieurs sont en extension (fig. 28, B et C). Le relevé et la photographie ne semblent pas montrer de déplacement d’os en dehors du volume du corps qui semble, par ailleurs, contraint par des limites. Celui-ci devait donc être, dès l’origine, dans un espace colmaté.

116La couverture de la tombe est bien conservée (fig. 28, A). Elle atteint une longueur d’un mètre. Elle est constituée de pierres de module variable, entre 10 et 25 cm de côté, placées sur deux épaisseurs, la plus profonde découverte en contact immédiat avec les os des membres inférieurs (fig. 28, B). À l’extrémité méridionale de cette couverture, un bloc de basalte plus important (45 x 20 cm) pourrait correspondre à un élément de signalisation particulier, comme une stèle, désormais couché.

117L’estimation de l’âge, entre 7 et 10 ans, repose sur la dentition. Maxillaire, côté droit : dm2 (couronne peu usée), M1 (apex fermé), germe de M2 (racine en tout début de formation), P1 en germe (R =1/4), I1 (apex non fermé), dc’. Maxillaire, côté gauche : dm2, M1 (usure 1 de Molnar 1971), germe de M2 (racine en tout début de formation), P1 en germe (R =1/4), I1 (apex non fermé), dc’. Mandibule, côté droit : dm2, dm1, M1 (apex non fermé), M2 en éruption (racine en tout début de formation), dc1 (début résorption racine), C1 en éruption (R =1/2), I1. Mandibule, côté gauche : dm2, P2 en germe, dm1, M1 (apex non fermé), M2 en éruption (racine en tout début de formation), P1 en éruption (R =1/2), C1 en éruption (R =1/2), I2, I1.

Mobilier

118Aucun objet n’est signalé au moment de la fouille mais, dans la collection conservée, figure une série d’appliques en bronze, non localisées par rapport au corps.

119Sept petites appliques en bronze (fig. 28, n° 1). Chacune est constituée d’un petit disque épais de 1 à 1,5 mm, muni sur une face d’une barrette diamétrale à arête aiguë destinée à l’incrustation dans un support (en bois ?). Diam. : de 3,5 à 5 mm ; ép. : 2,5 mm.

Datation proposée

120Nonobstant les appliques, cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.15. Tombe 77

121La tombe 77 a accueilli un adulte incinéré, âgé d’au moins 30 ans, de sexe indéterminé (fig. 29, 30 et 31).

Fig. 29. Le Peyrou 2, tombe 77. A : vue du loculus ; B et C : relevés de la couverture (en C, les n° 61.1 à 61.5 correspondent aux tombes «  à simple ossuaire  » du Peyrou 1) ; D et E : relevé et vue à la verticale de l’ossuaire en cours de fouille ; F : vue de l’ossuaire et de son couvercle in situ (clichés et relevés des fouilleurs) ; G : coupe schématisée de l’ossuaire et de son contenu (1 : ossuaire ; 2 : coupe servant de couvercle ; 3 : balsamaire ; 6 : valve de cardium) (dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 29. Le Peyrou 2, tombe 77. A : vue du loculus ; B et C : relevés de la couverture (en C, les n° 61.1 à 61.5 correspondent aux tombes «  à simple ossuaire  » du Peyrou 1) ; D et E : relevé et vue à la verticale de l’ossuaire en cours de fouille ; F : vue de l’ossuaire et de son couvercle in situ (clichés et relevés des fouilleurs) ; G : coupe schématisée de l’ossuaire et de son contenu (1 : ossuaire ; 2 : coupe servant de couvercle ; 3 : balsamaire ; 6 : valve de cardium) (dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 30. Le Peyrou 2, tombe 77. A : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; B : fragment de coxal droit, face externe ; C : fragment de coxal droit, face interne (clichés B. Dedet).

Fig. 30. Le Peyrou 2, tombe 77. A : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; B : fragment de coxal droit, face externe ; C : fragment de coxal droit, face interne (clichés B. Dedet).

Fig. 31. Le Peyrou 2, tombe 77. 1 : ossuaire à pâte claire ; 2 : coupe à vernis noir de l’atelier de Rosas ; 3 : unguentarium à pâte claire ; 4 : bague en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 31. Le Peyrou 2, tombe 77. 1 : ossuaire à pâte claire ; 2 : coupe à vernis noir de l’atelier de Rosas ; 3 : unguentarium à pâte claire ; 4 : bague en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

La tombe

122La partie enterrée de la tombe comprend un vase-ossuaire vertical, une œnochoé, enserré très étroitement, au moins en partie, par un groupement de quatre blocs de basalte, de 20 à 30 cm de module. Ces vestiges déterminent une fosse d’au moins 75 cm de long sur 35 cm de large, dont le plan exact ne peut être restitué (fig. 29, A). L’ensemble paraît avoir été déposé dans un laps de temps très court. Ce loculus est protégé par une couverture de blocs de basalte ; il en reste neuf, qui mesurent de 15 à 25 cm de côté. L’ensemble conservé a une longueur de 100 cm pour une largeur maximale de l’ordre de 80 cm. Plusieurs pierres de plus petit module accompagnent ces éléments, cependant la morphologie de détail de ce dispositif, et notamment sa bordure, ne sont pas connues (fig. 29, B).

123A. Nickels avait attribué certains de ces blocs de couverture aux sépultures « à simple ossuaire » toutes proches ou sous-jacentes, de la phase 1 du Peyrou (VIIe s. av. J.-C.), les tombes 61.1 à 61.5. Or les sépultures de cette catégorie au Peyrou 1 n’ont pas ce type de recouvrement mais simplement, quelquefois, une pierre fermant l’ossuaire ou le loculus, et plus rarement, de petites pierres entourant le bord de ce dernier (fig. 29, C) (Nickels, Marchand, Schwaller 1989, 103, fig. 86 et 119-121 et 370).

124Les restes osseux brûlés remplissent cette œnochoé jusqu’au niveau de l’attache inférieure de l’anse (fig. 29, G). Un unguentarium, une valve de cardium, une probable bague en fer et deux tessons de céramique non tournée ont été déposés sur le sommet de l’amas d’os humains (fig. 29, D, E et G). L’unguentarium est couché et la valve de cardium est mise la face intérieure vers le bas. Le dépôt osseux contenu dans l’ossuaire semble complet, mais on ignore si des résidus du bûcher avec des os incinérés ont également été placés dans le loculus. Cet ossuaire était fermé par une coupe à vernis noir, placée à l’envers (fig. 29, F et G).

Le défunt

125Le défunt est représenté par 583 g d’os brûlés. Le poids moyen des fragments déterminés est de 0,81 g (fig. 30, A). L’estimation de l’âge adulte repose sur plusieurs indices : une épiphyse proximale de fémur soudée à la diaphyse ; six fragments de phalanges montrant une base soudée à l’extrémité proximale ; des morceaux de corps vertébraux au listel soudé ; enfin, un élément de voûte crânienne avec suture synostosée en face endocrânienne et en cours de synostose en face exocrânienne, indice d’un âge d’au moins 30 ans. Il s’agirait d’une femme car un morceau de coxal droit montre le fond de la grande échancrure sciatique largement ouverte (fig. 30, B et C). Les morceaux de diaphyses présentent des fissures en ondes concentriques, traces d’une incinération sur os frais. La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650°, selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975).

126Le poids d’os déposés représente 35,8 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé, 1627,1 g selon McKinley (1993). Le taux d’identification des fragments est de 95,2 % du poids total. Avec 21,1 % du poids d’os identifiés, la représentation du crâne est très proche du poids théorique (20,4 %). Le tronc compte pour 11 % du poids des os déterminés, ce qui est un peu inférieur au poids théorique (17 %). Le poids des membres avec 67,4 % dépasse les 62,6 % attendus. Comme pour la tombe 44, cette répartition semble indiquer un prélèvement des restes sur le bûcher sans préférence pour une partie du corps.

Mobilier

127- Œnochoé à pâte claire, de type peut-être massaliète (fig. 31, n° 1). Le col est brisé mais le vase est complet. Embouchure arrondie ; lèvre en gouttière et légèrement inclinée vers l’intérieur ; col assez court et large, séparé d’une panse ovoïde et haute par un listel ; pied annulaire bas ; anse pseudo-bifide, verticale, non surélevée, attachée sur la face de la lèvre. Pâte jaune paille, très fine et tendre. Pas de trace de décor. Haut. : 255 mm ; diam. ouv. : 133 mm ; diam. max. panse : 182 mm.

  • 12 M. Bats classe cette forme sous la rubrique CL-MAS 545a, qui ne figure pas dans Dicocer 1.

128Cette cruche, qui n’a pas de correspondance exacte dans Dicocer 1, se rapporte à la forme Bats F543 des IIIe et IIe s. av. J.-C. (Bats 1988, 182). C’est la forme la plus courante dans la couche de destruction de l’oppidum de Teste-Nègre aux Pennes (B. d. R.), vers 200 av. J.-C. (Gantès 1977, 60)12. Certains exemplaires ibéro-languedociens de la nécropole d’Ensérune, datés du IV e s. av. J.-C. par leur contexte, lui sont très ressemblants malgré quelques différences de détails (tombes IB 11, IB 105, IB 141, T 16 et T 56 ; Schwaller et al., à paraître).

129- Coupe à vernis noir de l’atelier de Rosas, déposée presque intacte (ébréchure sur le bord) (fig. 31, n° 2). Forme ROSES 1b de A.-M. Puig (2006, 305-306), bord rentrant, fond à pied annulaire, pas de décor. Pâte rose, vernis noir mat. Haut. : 52 mm ; diam. ouv. : 105 mm ; diam. panse : 108 mm. Ce type de coupe est produit durant tout le IIIe s. av. J.-C.

130Unguentarium en céramique tournée à pâte claire de forme C II de E. Cuadrado (1977), déposé intact (fig. 31, n° 3). Col court et évasé ; bord à lèvre non épaissie, dans le prolongement du col ; panse globulaire en continuité avec le col ; bas de la panse très resserré, se terminant par un pied en bouton à base plane. Pâte de couleur orangé, épiderme recouvert entièrement d’un engobe très mince, incolore donnant un reflet brillant. Haut. : 107 mm ; diam. col : 23 mm ; diam. panse : 53 mm ; diam. fond : 14 mm.

131Pareil vase manque dans les nécropoles grecques de Marseille ainsi que dans le comptoir d’Olbia. Il figure dans une tombe d’Aléria, la tombe 4, datée de la première moitié du IIe s. av. J.-C. (Jehasse 1973, 131 et pl. 142, n° 40). Surtout, c’est une forme très répandue dans la nécropole d’Ampurias au IIIe s. av. J.-C. et dans la première moitié du siècle suivant, dans la même technique. En particulier, avec les mêmes dimensions et les mêmes proportions dans la morphologie, on signalera les tombes Bonjoan 1, 2, 18, 27, 30 et Granada 7. Et dans ces deux dernières, ce vase est associé à un unguentarium semblable à celui de la tombe 79 du Peyrou 2 (Almagro 1953, passim).

132- Deux tessons de céramique non tournée sont mentionnés « mêlés aux ossements » et figurés sur le plan de l’ossuaire (fig. 29, D, n° 5). Font-ils partie du dépôt funéraire ou proviennent-ils de la nécropole antérieure ? Ces éléments n’ont pas été retrouvés dans les collections.

133- Bague fragmentaire en fer, très corrodée (fig. 31, n° 4). Il en subsiste l’emplacement du chaton, de forme ronde, et une partie de l’anneau en ruban plus ou moins épais selon la corrosion. Le chaton n’est pas conservé. Diam. ext. : 29,5 mm ; diam. int. : 23 mm.

134Des bagues semblables en fer, avec parfois leur chaton d’ambre ou de pâte de verre, figurent dans plusieurs tombes d’adultes des nécropoles des colonies grecques qui encadrent Agde. Ainsi, à Marseille/Sainte-Barbe, trois sépultures à incinération d’époque grecque sur 96, soit la même proportion qu’à Agde, en ont livré une : les tombes 245 et 247, datées du IV e s. av. J.-C. et la tombe 96, de la première moitié du IIe s. av. J.-C. (Moliner et al. 2003, 261 et 270-271). À Ampurias, ce sont quatre inhumations, Marti 6 et 24 datées de la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C., et Bonjoan 71 et 78 (Almagro 1955, 49, 60 et 210). Des exemplaires sont aussi connus dans des habitats de la sphère indigène datés à partir du IIIe s. av. J.-C., comme ceux des oppida de Pech-Maho ou de Nages (Tendille 1980, 102 ; Py 2016, 131).

135- Valve de cardium (fig. 29, D et G, n° 6). Cet objet n’a pas été retrouvé dans les collections, mais le cliché de fouille permet son identification.

Datation proposée

136L’association de la coupe de l’atelier de Rosas et de l’unguentarium, place cette tombe dans la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C., voire le dernier quart de ce siècle. Cet assemblage permet de remonter sans doute la datation proposée par E. Cuadrado pour son type C II d’unguentarium qu’il place entre 200 et 75 av. J.-C. (Cuadrado 1977, 400).

1.16. Tombe 79

137La tombe 79 est celle d’un adolescent âgé entre 15 et 18 ans, incinéré, dont les restes ont été déposés dans un vase-ossuaire (fig. 32, 33 et 34).

Fig. 32. Le Peyrou 2, tombe 79. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).

Fig. 32. Le Peyrou 2, tombe 79. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).

Fig. 33. Le Peyrou 2, tombe 79. A : vue du remplissage du loculus, niveau supérieur (1 : ossuaire ; 2 : coupe-couvercle ; 3 : unguentarium ; B : vue du remplissage du loculus, niveau inférieur (A : amphore) ; C : relevé du niveau inférieur du loculus (clichés et relevés des fouilleurs) ; D : coupe schématisée de la fosse et de son contenu (dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 33. Le Peyrou 2, tombe 79. A : vue du remplissage du loculus, niveau supérieur (1 : ossuaire ; 2 : coupe-couvercle ; 3 : unguentarium ; B : vue du remplissage du loculus, niveau inférieur (A : amphore) ; C : relevé du niveau inférieur du loculus (clichés et relevés des fouilleurs) ; D : coupe schématisée de la fosse et de son contenu (dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 34. Le Peyrou 2, tombe 79. 1 : ossuaire à pâte claire ; 2 : coupe-couvercle en commune tournée ; 3 : unguentarium à pâte claire ; 4 : corymbe ; A : amphore massaliète (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 34. Le Peyrou 2, tombe 79. 1 : ossuaire à pâte claire ; 2 : coupe-couvercle en commune tournée ; 3 : unguentarium à pâte claire ; 4 : corymbe ; A : amphore massaliète (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

La tombe

138La partie enterrée de la tombe est constituée d’une fosse de plan ovale, de 60 cm à 90 cm d’axes, creusée en pleine terre. La partie inférieure de sa paroi, au sud et à l’est, de même que son fond sont en partie tapissés par de grands pans d’une même amphore (vase A). Le panneau A1 est un gros morceau rectangulaire placé transversalement sur sa tranche, tout comme le panneau A2 dressé verticalement. L’ossuaire est posé au centre. Il est calé en position verticale par des blocs de basalte de 20 à 30 cm de module, soigneusement empilés sur deux niveaux, très serrés (fig. 33, A, B, C et D). Entre deux des blocs du niveau inférieur, près de la paroi du loculus, prend place un unguentarium, en position proche de la verticale, fond vers le bas. Le caractère contraint de l’ensemble traduit une succession de gestes dans un laps de temps très court (fig. 33, D). Aucun reste osseux brûlé ni résidu du bûcher n’est signalé dans cette fosse en dehors de cet ossuaire. Aucun dispositif de couverture de la sépulture n’est signalé, mais on ne peut exclure qu’en proviennent certains éléments pierreux de la partie nord du niveau supérieur.

139Les morceaux d’amphore appartiennent à la panse d’un exemplaire gréco-italique de forme A-GR-ITA LWa (fig. 34, A, A1 à A5). Il s’agit des tessons de la partie la plus large de la panse (moins du cinquième de celle-ci est représenté). Pâte orange assez vif, constellée de particules noirâtres parfois assez grosses (1,5 mm d’épaisseur). Les dimensions de cette amphore sont : haut. cons. : 195 mm ; diam. max. panse : 340 mm ; ép. paroi : 11 mm.

140Ce type d’amphore gréco-italique est daté entre 350 et 250 av. J.-C. (Dicocer 1, 1993, 47). Il figure par exemple dans la tombe 33 d’Aléria (vase 357), entre 320 et 275 av. J.-C. (Jehasse, Jehasse 1973, 194, 219 et pl. 143).

141L’œnochoé servant d’ossuaire (vase n° 1) est brisée mais complète. Une partie des fragments du col est disposée sur les blocs. Ce vase est fermé par une coupe-couvercle (vase n° 2), placée pointe vers le bas. Un unguentarium (vase n° 3) est posé sur un bloc inférieur du comblement, entre deux pierres (fig. 33, A, B et C). Dans le vase cinéraire, un corymbe (objet n° 4) était mêlé aux os humains brûlés. D’autres morceaux de l’amphore prennent place parmi les blocs de pierre, entre eux, et recouvrent également en partie le dépôt funéraire.

Le défunt

142L’ossuaire a livré 828,8 g d’os brûlés. Le poids moyen des fragments déterminés est de 0,83 g. (fig. 32). Des morceaux de diaphyses sont fissurés en ondes concentriques, indiquant que l’incinération a concerné des os frais. La couleur blanc crayeux indique une température supérieure à 650°, selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975).

143L’estimation de l’âge au décès, entre 15 et 18 ans, découle d’un faisceau d’indices : apex fermés des racines d’une molaire et d’une seconde prémolaire supérieure ; des segments de phalanges montrant une base soudée à l’extrémité proximale ; un morceau de corps vertébral avec listel soudé ; et, élément le plus précis, l’extrémité proximale d’un radius droit en cours de synostose. Le sexe ne peut être déterminé.

144Le poids d’os déposés représente 50,9 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé, 1627,1 g selon McKinley (1993). Le taux d’identification des fragments est de 79,5 % du poids total. Avec 20,3 % du poids total des fragments déterminés, le poids du crâne correspond au poids théorique (20,4 %). Il en va de même pour les membres. Le tronc, en revanche, est sous-représenté, comme d’habitude (3,9 % du poids déterminé ; poids théorique : 17 %). Les membres sont donc sur-représentés, avec 75,8 % des déterminés au lieu des 62,6 % attendus. Pareille répartition semblerait néanmoins correspondre à un prélèvement des restes sur le bûcher sans préférence pour une partie du corps, si on tient compte du fait que 20,5 % de la masse osseuse n’a pas pu être déterminée.

Mobilier

145- Œnochoé à pâte claire de type massaliète (fig. 341). Embouchure arrondie ; lèvre en gouttière et légèrement inclinée vers l’intérieur ; col assez court et large, séparé par un listel d’une panse haute ovoïde ; trois rainures horizontales peu profondes sur la partie médiane de la panse ; pied annulaire bas ; anse pseudo-bifide, verticale, non surélevée, attachée sur la face de la lèvre. Pâte jaune clair, tendre, légèrement pulvérulente et finement micacée. Traces de peinture rouge sombre dans la gouttière de la lèvre. Haut. : 237 mm ; diam. ouv. : 126 mm ; diam. max. panse : 168 mm.

  • 13 Voir ci-dessus, dans ce chapitre, note 12.

146Cette cruche est très proche de celle de la tombe 77 du Peyrou 2, forme Bats F545 rapportée aux IIIe et IIe s. av. J.-C. (Bats 1988, 182). Elle correspond à la variante 545a, non figurée dans Dicocer 1 (1993, 217)13.

147- Couvercle en céramique commune tournée, intact (fig. 342). Panse tronconique très évasée ; bouton de préhension à carène basse obtenu en repoussant l’argile de l’intérieur, percé en son centre d’un orifice de 3 mm de diamètre maximum. Pâte de couleur brun noir à dégraissant siliceux, grossièrement lissée. Haut. : 52 mm ; diam. max. : 131 mm ; diam. bouton : 22 mm.

148Ce couvercle peut être rattaché à la forme CCT-LOC 5a, de la céramique commune tournée du Languedoc occidental, une production qui apparaît dès le milieu du V e s. av. J.-C. (Dicocer 1993, 158). Il figure notamment dans les basses vallées de l’Hérault et de l’Orb, par exemple à Béziers, dans des niveaux des V e et IV e s. av. J.-C. (Ugolini et al. 1991, 167-170 et fig. 19, n° 18 à 23).

149Unguentarium en céramique tournée à pâte claire, intact sauf ébréchure du bord (fig. 343) de type UNGUENT B3a (Dicocer 1, 582). Col long et évasé ; bord à lèvre épaissie, de profil triangulaire ; panse globulaire surhaussée, en continuité avec le col ; bas de la panse très resserrée se terminant par un pied en bouton élargi à base plane. Deux anses en boudin, recourbées sur la panse, subverticales, prenant attache sous le diamètre maximum. Pâte brun-orangé, avec de minuscules inclusions noires, sans couverte. Haut. : 121 mm ; diam. ouv. : 24 mm ; diam. panse : 42 mm.

  • 14 Comparaison faite au Musée d’Archéologie d’Ampurias, avec l’aide de Marta Santos.

150Cet unguentarium a la forme B VII de E. Cuadrado, type daté entre 300 et 75 av. J.-C., mais avec en plus deux anses (Cuadrado 1977, 400). Il est absent de Marseille et d’Olbia. En revanche, il est attesté dans la tombe 64 d’Aléria, du dernier quart du IIIe s. av. J.-C.,
avec des anses comme dans la sépulture 79 du Peyrou 2 (Jehasse, Jehasse 1973, 343 et pl. 142, n° 1190). Il figure plus fréquemment dans plusieurs sépultures d’Ampurias des IIIe - IIe s. av. J.-C., et parfois avec un fond quelque peu épaissi et un plan de pose légèrement creux (Las Corts 7, 19, 48 et 97 ; Bonjoan 30 et inhumation Granada 7 ; Almagro 1953, passim). Ces exemplaires sont cependant plus grands, compris entre 13 et 18 cm et leur pâte a une couleur différente, beige jaune14.

151- Corymbe incomplet, élément de couronne florale en céramique à pâte grise (fig. 344). Les deux morceaux conservés montrent des pétales radiaux ; la partie centrale manque et le système d’accrochage est donc inconnu. Diam. : 32 mm.

  • 15 Ces auteurs avaient placé cette tombe à l’époque gallo-romaine mais, depuis, M. Moliner a replacé (...)

152Des corymbes sont bien attestés dans les nécropoles grecques de la région, à l’image d’autres cimetières du monde grec hellénistique. C’est le cas à Marseille. En particulier un exemplaire identique, avec pétales, a été trouvé dans la nécropole du Carénage au XIXe s., mais on ignore tout des conditions de son dépôt (Rothé, Tréziny 2005, 658, fig. 957, objet XXXII). Dans le cimetière de Sainte-Barbe, cette forme est aussi présente : dans la première phase 400-300 av. J.-C. (incinération 247 et inhumation de périnatal 254) comme dans la phase ultime 200-150 av. J.-C. (incinération 192), ainsi que parmi le matériel retrouvé hors-tombe (Moliner et al. 2003, 160-162). Un autre corymbe provient d’un ossuaire d’époque grecque de la rue du Tapis-Vert (Chabot, Féraud 1959, 69)15. Dans certaines de ces tombes (T 247) et dans d’autres, inhumation 257 et incinération 90, aux mêmes époques, d’autres corymbes ont une forme conique (Moliner et al. 2003, 160-162). Les deux morphologies coexistent aussi dans l’incinération 1 de l’Hôpital Van Gogh à Arles, datée du début du Ier s. av. J.-C. (Sintès 1987, 102-103). Un seul exemplaire avec pétales est signalé à Ampurias, incinération Las Corts 22 (Almagro 1953, 291).

Datation proposée

153L’ensemble de ce matériel indique un enfouissement vers 300-200 av. J.-C.

1.17. Tombe 80

154Dans cette tombe a été inhumé un enfant décédé entre 5 et 7 ans (fig. 35).

Fig. 35. Le Peyrou 2, tombe 80. A : relevé du squelette ; B : vue générale de la tombe  ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps avec l’emplacement de la fibule n° 1 (relevés et clichés des fouilleurs) ; 1 : fibule en fer ; 2 : clous en bronze ; 3 : segment de tige en fer : 4 et 5 : fragments d’amphores massaliètes (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 35. Le Peyrou 2, tombe 80. A : relevé du squelette ; B : vue générale de la tombe  ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps avec l’emplacement de la fibule n° 1 (relevés et clichés des fouilleurs) ; 1 : fibule en fer ; 2 : clous en bronze ; 3 : segment de tige en fer : 4 et 5 : fragments d’amphores massaliètes (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

La tombe

155D’après le relevé sommaire et le cliché de fouille dont nous disposons, le corps repose en décubitus dorsal, tête vers le Sud, inclinée sur l’épaule gauche, bras droit, au moins, et membre supérieur gauche le long du corps, membres inférieurs en extension. Les os sont dans un état très médiocre, très fragmentés et écrasés. Une fibule en fer se trouve sur l’humérus gauche. Deux clous en bronze et un petit morceau d’objet en fer prennent place aux pieds du corps (fig. 35, A, B et C).

156Le corps apparaît contraint dans un espace limité. Cela est particulièrement net à l’Ouest, pour tout son côté gauche, avec le bras et l’avant-bras plaqués contre le tronc, et le membre inférieur en rectitude. À 5 ou 6 cm plus à l’Ouest, ce côté du corps est bordé par quatre blocs de pierre allongés, dont deux placés de chant, dont la longueur oscille entre 15 et 30 cm. De l’autre côté, un bloc longe la tête et l’épaule, à 10 cm d’elles. Ce sont autant d’indices pour imaginer le dépôt du corps dans un coffre ou cercueil en bois, des blocs de pierres étant disposés entre la paroi de celui-ci et le bord de la fosse. Deux autres pierres se trouvant le long du bras droit, pourraient avoir appartenu à une couverture effondrée après la décomposition du dispositif en bois ; et il en va de même d’une pierre plus petite figurant contre la nuque (fig. 35, A, B et C). De ce recouvrement de blocs nous avons un autre indice : dans le dépôt de fouille, un petit sac contenait trois tessons d’amphores massaliètes avec une étiquette portant la mention « ramassés sur la couverture de pierres ». Mais celle-ci n’est ni illustrée ni décrite par les fouilleurs.

Le défunt

157Un certain nombre de déplacements d’os indiquent une dégradation du corps en espace vide. En effet, si l’humérus droit paraît en place le long du thorax et si les os de la main, droite semble-t-il, localisés près de l’épaule, trahissent un membre supérieur droit replié, en revanche une ou deux diaphyses de l’avant-bras ont subi un déplacement et reposent sur le thorax perpendiculairement à l’axe longitudinal du corps. Le radius gauche a glissé vers le haut, le long de l’humérus homolatéral. La partie distale du fémur droit a été déplacée vers l’axe longitudinal du corps et n’est plus dans le prolongement des os de la jambe. Si la fibula gauche est bien dans l’alignement du fémur correspondant, la partie proximale du tibia gauche a été déplacée vers la jambe droite, surmontée par le tibia droit, mais recouvrant la fibula droite.

158La détermination de l’âge au décès repose sur toute une série d’indices. Toutes les sutures crâniennes sont libres, mais c’est l’examen de la dentition qui permet d’attribuer un âge au décès entre 5 et 7 ans. Les deux maxillaires sont en très mauvais état et très incomplets, comme cela apparaît bien sur la photo de fouille (fig. 35, C). De chacun, il ne subsiste que des morceaux non jointifs, avec des dents déciduales ou définitives en place, et, aux cassures, des germes de dents définitives sont visibles (de même, les cassures permettent de distinguer parfois le développement ou la résorption des racines) :

159- maxillaire, à droite : dm2 et M1 (avec racines R3/4 = 5-6 ans) et, à la cassure, germe de P1 (couronne sans début de racine), dm1 et c’ (pas de résorption des racines) ; germes de CI (couronne sans début de racine), de I1d (racine entre R1/4 et 1/2 =5-7 ans), de I2 (couronne avec début de racine, moins R1/4 =5-6 ans), de P1d et de M2d (couronne seule).

160- maxillaire, à gauche, à la cassure, germe (couronne sans début de racine), en place dc’ g (racine non résorbée), dm1 et dm2, M1g (avec racines R3/4 = 5-6 ans), germes de I1g (racine entre R1/4 et 1/2 =5-7 ans), de I2g (couronne avec début de racine, moins R1/4 =5-6 ans), de CI, de P1 et de P2 (couronnes sans début de racine).

161- mandibule, branche horizontale droite : dm1, dm2 et M1, germe de CI (couronne sans début de racine) ; branche horizontale gauche, di1, di2, dc, , dm1 et dm2, M1 (avec racines R3/4 = 5-6 ans).

Mobilier de la tombe

162- Fibule en fer incomplète (fig. 35, n° 1). Seuls subsistent des fragments de l’arc arrondi, de section circulaire (diam. : 3 mm), du pied qui semble replié vers l’arc, d’un ressort à quatre spires (larg. : env. 20 mm) et de l’ardillon. Long. cons. : environ 60 mm.

163Malgré les lacunes, cette fibule semble appartenir au type 10 de C. Tendille (1978, 93) daté du IV e s. et du début du IIIe s. av. J.-C.

164- Deux clous en bronze, semblables, dont la pointe manque pour l’un (fig. 35, n° 2). Tête non élargie et aplatie, tige à section quadrangulaire, pointe effilée. L’exemplaire complet mesure 16 mm de long. Tous deux sont recourbés, et cette forme évoque une épaisseur de matière enclouée de 10 mm, ce qui peut correspondre à un petit coffre ou une caissette en bois.

165- Petit segment de tige en fer, peut-être élément de clou (fig. 35, n° 3) ; section quadrangulaire aplatie.

Mobilier de la couverture

166- Deux fragments d’une amphore massaliète (fig. 35, n° 4), dont un correspondant au départ du col, à pâte beige en surface et rose dans l’épaisseur, et fin mica.

167- Des morceaux d’une autre amphore massaliète (fig. 35, n° 5) ; pâte jaune paille et fin mica doré ; ép. paroi : 19 à 23 mm.

Datation proposée

168Vers 400 - 275 av. J.-C.

1.18. Tombe 81

169La tombe 81 est celle d’un adulte entre 30 et 50 ans, de sexe probablement féminin. Nous ne disposons que d’un relevé et de clichés du squelette (fig. 36). Aucun objet n’accompagne ce défunt, si l’on excepte cependant un unique tesson de probable lécythe ou aryballe retrouvé parmi les os de la jambe droite lors de l’étude ostéologique. On ignore cependant si le dépôt de celui-ci est volontaire ou accidentel, vu la présence de vases et autres objets fragmentaires du second âge du Fer dans l’environnement des sépultures. Aucun vestige de coffrage ni de structure de la partie superficielle de cette tombe n’est signalé.

Fig. 36. Le Peyrou 2, tombe 81. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette, en 1, position de la fibule ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps (relevé et clichés des fouilleurs) ; D : fragment de corps de coxal droit en vue interne, grande échancrure sciatique et surface auriculaire (cliché B. Dedet).

Fig. 36. Le Peyrou 2, tombe 81. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette, en 1, position de la fibule ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps (relevé et clichés des fouilleurs) ; D : fragment de corps de coxal droit en vue interne, grande échancrure sciatique et surface auriculaire (cliché B. Dedet).

La tombe

170Le corps est allongé sur le dos, tête à l’Est, inclinée vers l’épaule gauche, et pieds à l’Ouest, avant-bras ramenés sur le ventre, le droit surmontant la main gauche qui est placée au niveau de la hanche droite, main droite dans la région pelvienne, membres inférieurs en rectitude et pieds croisés. Une contrainte apparaît de chaque côté, au niveau des deux bras collés au corps, ainsi que du grill costal qui s’est affaissé verticalement (fig. 36, A et B). Celle-ci peut tout aussi bien provenir des bords de la fosse comme d’un contenant en bois. Il est impossible d’y répondre, les limites du creusement n’ayant pas été observées.

171Divers dérangements, bien visibles sur la photographie, traduisent une évolution en espace non colmaté. La mandibule s’est affaissée vers l’avant et a quelque peu pivoté vers la droite (fig. 36, C). Des dents uniradiculées sont tombées du parodonte.
Le bassin s’est mis à plat. La clavicule gauche a pivoté vers le bas. L’humérus gauche, qui se présente par sa face postérieure, a effectué une rotation. Les associations radius-ulna ne sont plus strictes. Les os de la main droite sont disjoints. La patella droite s’est déplacée vers l’axe médian du corps. La présence de phalange(s) de la main et de métacarpes vers le haut de la poitrine, côté gauche, marque aussi une forte perturbation dans cette région.

Le défunt

172La détermination de l’âge au décès, entre 30 et 50 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture. Les sutures crâniennes sont en cours de synostose avancée en face endocrânienne mais non synostosées en face exocrânienne. Les dents ont toutes leur apex fermé. Leur degré d’usure varie du stade 1 à 2 de Molnar (1971) (I2 et P1 g, I2, P2 et M2 d ainsi que P1 d) au stade 3-4 (I1 et I2 g et I1 d et M3 g) et au stade 7 (trois racines de M). M2 et M3 g sont tombées ante mortem et les alvéoles sont en cours de résorption. P1 g et M3 g présentent de fortes caries (fig. 36, C).

173Par ailleurs, l’ampleur de l’ouverture de la grande échancrure sciatique des coxaux, de même que le sillon pré-auriculaire bien marqué plaident en faveur d’une femme.

Mobilier

174- Tesson de panse de petit vase fermé, en céramique tournée à pâte jaune, pulvérulente. Il pourrait se rapporter à un lécythe ou un aryballe ; diam. panse max. : env. 50 mm. Non illustré.

Datation proposée

175Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.19. Tombe 84

176Dans la tombe 84 est inhumé un adulte âgé, de sexe probablement féminin. Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché de cette sépulture (fig. 37). Le squelette est très mal conservé, les os sont très fragmentés et les épiphyses détruites.

Fig. 37. Le Peyrou 2, tombe 84. A : relevé du squelette ; B : vue générale de la tombe ; C : vue de détail du crâne (relevé et clichés des fouilleurs) ; D : fragment de corps de coxal droit en vue interne, grande échancrure sciatique et surface auriculaire ; 1 : fibule en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 37. Le Peyrou 2, tombe 84. A : relevé du squelette ; B : vue générale de la tombe ; C : vue de détail du crâne (relevé et clichés des fouilleurs) ; D : fragment de corps de coxal droit en vue interne, grande échancrure sciatique et surface auriculaire ; 1 : fibule en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

La tombe

177Le corps repose en décubitus dorsal, tête au Sud-Est, pieds au Nord-Ouest. Le tronc est légèrement tourné sur le flanc gauche, la tête inclinée vers l’épaule gauche. Les membres supérieurs sont ployés, le gauche plus fortement que le droit, et ramenés devant le visage. La main droite est en extension et la gauche est ployée vers elle. Une fibule se trouve au niveau des mains et contre la bouche. Les membres inférieurs sont en rectitude, chevilles jointes.

178Il semble exister une contrainte sur le côté droit du corps : le côté droit du grill est relevé, de même que le coxal homolatéral, comme si le dos était appuyé contre une paroi. À l’inverse, le coude du membre supérieur gauche est bien écarté du corps, trahissant une absence de restriction de ce côté. Une autre contrainte pourrait exister au niveau des pieds qui semblent quelque peu relevés d’après les documents de terrain dont nous disposons.

179Les os visibles sur la photographie et le relevé de fouille ne paraissent pas témoigner de dérangement en dehors du volume du corps. Le coxal gauche s’est mis à plat et la mandibule n’est pas disjointe du maxillaire. Le cadavre a donc, semble-t-il, été placé directement dans une fosse aussitôt comblée, plaqué contre le côté oriental de celle-ci. Cependant, les documents disponibles ne permettent pas d’en déterminer les limites, et aucun élément de couverture n’est visible. On ignore donc si cette tombe était pourvue d’un recouvrement de pierres. La position de la fibule ne permet pas d’interpréter sa fonction : fermeture du vêtement ou d’un linceul.

Le défunt

180La détermination de l’âge au décès, plus de 50 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture. Les sutures crâniennes sont complètement colmatées en face endocrânienne, et presque entièrement synostosées en face exocrânienne. La partie droite de la mandibule montre un angle mandibulaire important et une forte régression du bord alvéolaire. De ce côté, plusieurs dents sont tombées ante mortem, P1, M1, M2 et M3, et les alvéoles correspondantes sont colmatées. De la partie gauche de la mandibule ne subsiste qu’un fragment et tout vestige du maxillaire est absent. La plupart des couronnes sont usées (degré 4 de Molnar 1971), à l’exception de la M3 g qui l’est très peu (degré 1). Plusieurs dents sont cariées au collet : c’est le cas de trois prémolaires et une importante carie a détruit presque entièrement la couronne d’une incisive.

181La détermination du sexe féminin repose sur la largeur importante de la grande échancrure sciatique, appréciable sur un fragment d’ilion gauche (fig. 37, D). Par ailleurs, sur le crâne, le bourrelet sus-orbitaire est très peu prononcé et il en va de même de la crête nuchale, et l’ensemble du squelette montre une gracilité certaine.

Mobilier

182- Fibule en fer incomplète (fig. 37, n° 1). Ressort bilatéral à quatre spires et corde extérieure ; arc en tige mince de section circulaire de 4 à 5 mm de diamètre ; long pied recourbé et fixé au sommet de l’arc par une bague très peu saillante ; deux fragments d’ardillon ; long. : 98 mm ; larg. au ressort rest. : 26 mm ; la lacune au niveau du pied ne permet pas de savoir si celui-ci était orné d’un nodule.

183Il s’agit du type 13c ou 14 de R. Gebhard, daté à La Tène C1, soit entre 275 et 200 av. J.-C. (Gebhard 1991, 15-17, 95 et pl. 18). Des exemplaires similaires proviennent des tombes 153 d’Ensérune (Schwaller et al., à paraître) et 24 d’Ambrussum (Dedet 2012a, 85-86), datées de la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C.

Datation proposée

184Vers 275 - 200 av. J.-C.

1.20. Tombe 86

185Cette tombe abrite un enfant inhumé, dont l’âge au décès peut être estimé entre 4 et 6 ans (fig. 38).

Fig. 38. Le Peyrou 2, tombe 86. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail du crâne (relevé et clichés des fouilleurs) ; 1 : amphore massaliète ; 2 : céramique tournée ; 3 : valve de cardium ; 4 et 5 : osselets d’ovi-caprinés (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 38. Le Peyrou 2, tombe 86. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail du crâne (relevé et clichés des fouilleurs) ; 1 : amphore massaliète ; 2 : céramique tournée ; 3 : valve de cardium ; 4 et 5 : osselets d’ovi-caprinés (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

La tombe

186Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché de cette sépulture (fig. 38, A et B). Le squelette apparaît très mal conservé et incomplet, et les os sont très fragmentés. Le corps est allongé, en décubitus dorsal tête à l’Est et pieds à l’Ouest. La tête est inclinée vers l’avant. Les membres sont en extension parallèlement à l’axe longitudinal du corps, bras et avant-bras légèrement écartés du tronc. Une valve de cardium est placée à droite de la tête, face intérieure vers le haut (fig. 38, C). Un fond de vase la sépare de celle-ci. Au niveau de la main gauche, disparue, se trouvent deux osselets. La position de deux tessons d’amphore massaliète retrouvés dans le matériel conservé de cette tombe n’est pas précisée par les fouilleurs.

187D’après la disposition des restes du squelette, il semble qu’il n’ait pas existé de contrainte. En revanche, plusieurs os montrent un déplacement en dehors du volume du corps. C’est en particulier le cas pour la migration des grands os longs du membre inférieur gauche vers ceux du droit encore en connexion (fig. 38, A et B). Le défunt a donc été déposé dans un espace non colmaté à l’origine, où s’est faite la décomposition. Aucune limite de creusement n’a été observée. Il peut donc s’agir soit d’une fosse fermée où le corps a été placé directement, soit d’une fosse avec un coffre fermé, en matière périssable. Une petite pierre (8 cm) gît sur le coxal droit ; elle pourrait provenir de la couverture de surface. Il en va de même d’un bloc plus important (24 cm dans sa plus grande dimension), découvert près de la jambe gauche, en dehors de l’espace du corps.

Le défunt

188La taille du sujet est au minimum d’un mètre. La détermination de son âge, entre 4 et 6 ans, est fondée sur le degré de maturité des os longs conservés et sur la dentition. Cet enfant possède encore toutes ses dents déciduales, sauf dcI et d1 d qui manquent. On perçoit les germes de I1 et I2 droites, M1 d et M1 g sont en éruption (avec pour les racines R = 1/4 à 1/2 ; Moorrees, Fanning, Hunt 1963) et M3 g également en éruption. Les sutures crâniennes sont complètement libres et la paroi de la voûte crânienne est très mince.

Mobilier

189- Deux tessons, dont un départ d’anse, d’une amphore massaliète (fig. 38, n° 1) ; pâte beige contenant de très fines écailles de mica assez abondantes.

190- Fond plat de vase tourné, sans doute petite olpé ou urne (fig. 38, n° 2) ; pâte grise pulvérulente ; diam. fond : 67 mm.

191- Valve de cardium (fig. 38, n° 3), de 80 mm de diamètre.

192- Deux osselets (fig. 38, n° 4 et 5) ; astragales (talus gauches) de moutons ou chèvres juvéniles ; long. 28,5 mm et 29,5 mm.

Datation proposée

193Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.21. Tombe 87

194La sépulture 87 est celle d’un adulte inhumé, d’âge moyen, et semble-t-il de sexe masculin (fig. 39).

La tombe

195Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché pour cette tombe (fig. 39, A et B). Aucun élément concernant la fosse et la couverture n’est signalé.

Fig. 39. Le Peyrou 2, tombe 87. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la zone temporale et mandibulaire droite avec la fibule in situ (relevé et clichés des fouilleurs)  ; 1 : segment de tige en fer, provenant probablement de la fibule (cliché B. Dedet).

Fig. 39. Le Peyrou 2, tombe 87. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la zone temporale et mandibulaire droite avec la fibule in situ (relevé et clichés des fouilleurs)  ; 1 : segment de tige en fer, provenant probablement de la fibule (cliché B. Dedet).

196Les os apparaissent très fragmentés et particulièrement mal conservés dans les parties spongieuses. Le corps repose en décubitus dorsal, tête à l’Est, pieds à l’Ouest. La tête est tournée vers le bas et la gauche ; la mandibule n’est pas disjointe du maxillaire et le menton est contre l’épaule gauche. Une fibule se trouve en arrière de la branche droite de la mandibule, contre le cou (fig. 39, C). Le grill costal et le coxal droits sont légèrement relevés, à l’inverse de leurs homologues de gauche qui paraissent à plat. Les deux bras sont parallèles au thorax, collés à lui. Le bras gauche est replié à environ 70°, main sur le ventre. Le droit est plié à 90°, la main droite reposant sur le coude gauche. Les membres inférieurs sont en extension. Le gauche est très légèrement incliné vers la droite de l’axe du corps. Le droit est en rectitude et la jambe droite surmonte son homologue gauche.

197Les os visibles sur la photographie et le relevé de fouille ne paraissent pas témoigner de dérangement en dehors du volume du cadavre (fig. 39). Une contrainte apparaît de chaque côté, au niveau des deux bras collés au corps, du côté droit du tronc légèrement relevé. Cette contrainte peut tout aussi bien résulter des bords de la fosse comme des parois d’un contenant en bois. Toutefois, l’absence de déplacement des pièces osseuses indique plutôt une décomposition dans une fosse immédiatement colmatée. Les limites de ce creusement n’ont pas été observées et on ignore si cette tombe était pourvue d’un recouvrement de pierres. On soulignera la position de la fibule près du cou, pouvant indiquer la fermeture du vêtement ou d’un linceul, comme dans la tombe 84.

Le défunt

198La détermination de l’âge au décès, adulte d’âge moyen, entre 30 et 50 ans, est fondée sur des sutures crâniennes en partie masquées par la synostose en face endocrânienne tandis que celles-ci sont bien visibles en face exocrânienne. Les dents sont dans l’ensemble moyennement usées. Selon le classement de Molnar (1971), cette usure s’échelonne du degré 2 pour la M3 g et la P2 d, au degré 3 pour de nombreuses dents, degré 5 pour la M1 g et même 8 pour la P1 d et plusieurs autres dents non reconnaissables. Certaines dents présentent une carie du collet. De plus, la P2 g est tombée ante mortem et l’alvéole est ouverte sur le côté extérieur de la branche mandibulaire (abcès ?).

199La détermination du sexe est incertaine : seul le caractère très marqué du bourrelet sus-orbitaire et de la crête nuchale plaident en faveur d’un sujet masculin.

Mobilier

200- Une fibule en fer est portée sur le plan de fouille mais n’a pas été retrouvée dans la collection. Cependant, lors de cette étude, la fouille du crâne prélevé tel quel a permis de rencontrer un segment de tige en fer long de 24 mm, de section circulaire (diam. : 4 mm), qui semble bien appartenir à cet objet (fig. 39, n° 1).

Datation proposée

201Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.22. Tombe 88

  • 16 La position exacte de cette sépulture, à l’intérieur du carré XIX, n’est pas indiquée par les fou (...)

202Cette tombe abrite un périnatal, inhumé16.

La tombe

203Le corps est placé dans un coffre de pierres très bien conservé (fig. 40, A et B). L’entourage est constitué de blocs posés de chant pour la plupart, dont les dimensions varient entre 15 et 30 cm dans leur plus grande longueur. Ce coffrage atteint 1,05 m de long pour une largeur maximale de 0,30 m. Il est couvert par un lit de trois pierres qui s’appuient sur le sommet de ses arêtes. Aucun mobilier n’a été signalé dans cette sépulture.

Fig. 40. Le Peyrou 2, tombe 88. A : vue de la couverture ; B : vue du coffre (clichés des fouilleurs) ; 1 : germe dentaire a : face labiale ; b : face linguale ; 2 : fragment de diaphyse de radius ; 3 : fragment de diaphyse de tibia ; 4 : fragments de clavicule ; 5 : éléments du grill costal (clichés B. Dedet).

Fig. 40. Le Peyrou 2, tombe 88. A : vue de la couverture ; B : vue du coffre (clichés des fouilleurs) ; 1 : germe dentaire a : face labiale ; b : face linguale ; 2 : fragment de diaphyse de radius ; 3 : fragment de diaphyse de tibia ; 4 : fragments de clavicule ; 5 : éléments du grill costal (clichés B. Dedet).

Le défunt

204Il s’agit d’un périnatal proche du terme ou à terme. Il n’est représenté que par un germe dentaire (fig. 40, 1a et 1b) et quelques fragments osseux non brûlés, très friables et très mal conservés (fig. 40, n° 2 à 5). Les éléments identifiés sont les suivants :

  • n° 1a et 1b : germe de di1g. Le développement de ce germe indique le terme de la gestation, plus ou moins deux mois selon Ubelaker (1979).

  • n° 5 : plusieurs fragments du grill costal, visibles en place dans des mottes de terre conservées.

  • n° 4 : fragment de diaphyse de clavicule gauche, vers l’extrémité latérale.

    • 17 Nous utilisons ici les mesures préconisées par H. Duday et A.-M. Tillier dans Duday, Laubenheimer (...)

    n° 2 : fragment de diaphyse de radius droit ou gauche. La seule mesure possible est le périmètre au milieu de la diaphyse (Ra 8 = 11,2 mm)17.

    • 18 Voir note 17.

    n° 3 : fragment de diaphyse de tibia droit ou gauche. Les seules mesures possibles sont le périmètre au milieu de la diaphyse (Ti 2 = 17,8 mm), le diamètre sagittal au milieu de la diaphyse (Ti 3 = 50 mm) et le diamètre sagittal au milieu de la diaphyse (Ti 4 = 50 mm)18.

205Aucune mensuration de grand os long des membres permettant d’affiner de l’âge au décès d’après les équations de Fazekas et Kosa n’est possible. Les mesures sur le tibia, en elles-mêmes, induisent peu de précision pour la connaissance de l’âge au décès, toutefois, leur comparaison avec celles d’autres périnatals protohistoriques du Midi de la Gaule est quelque peu instructive. En effet, ces valeurs sont celles du sujet de 10 mois lunaires du Plan de Lavol (Boucoiran, Gard), du défunt S2 de la Liquière (Calvisson, Gard), prématuré de 8,5 mois lunaires, des deux individus S2 et S4 des Castels (Nages, Gard), très légers prématurés de 9,5 à 10 mois lunaires. En revanche, elles sont légèrement inférieures à celles des sujets 2 et 4 du Puech de Mus (Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron), deux nouveau-nés à terme de 10 mois lunaires (Dedet 2008, 336-348 et 369, fig. 192). Les mêmes remarques peuvent être faites à propos du fragment de radius. La mesure prise peut correspondre à celle de prématurés de 8,5 mois lunaires (Puech de Mus 3) ou de nouveau-nés à terme de petite stature (Castelvielh 1, La Jouffe). On remarquera aussi que le germe dentaire est légèrement plus petit que son homologue du Plan de Lavol. Le défunt de la tombe 88 du Peyrou est donc soit un léger prématuré, soit un nouveau-né de petite stature à terme.

Datation proposée

206Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.23. Tombe 90

207La tombe 90 est probablement celle d’un périnatal ou d’un très jeune enfant.

La tombe

208Le seul document disponible est un cliché de fouille (fig. 41, A). Il montre des blocs de basalte de 10 à 15 cm de côté qui dessinent un coffrage d’environ 0,80 m sur 0,40 m, suggérant la fosse dans laquelle celui-ci est aménagé. Trois pierres à l’intérieur de la surface ainsi délimitée peuvent appartenir à la couverture (fig. 41, A, a, b et c). Deux éléments de parure ou d’amulette en corail ont été découverts dans cette structure. Aucun ossement n’est signalé. La dimension de ce coffre et sans doute aussi la nature du mobilier paraissent cependant bien indiquer une sépulture de périnatal ou de très jeune enfant dont les os n’auraient pas été perçus, ou pu être perçus.

Fig. 41. Le Peyrou 2, tombe 90. A : vue générale (cliché des fouilleurs) ; 1 : perle en corail ; 2 : parure en corail (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 41. Le Peyrou 2, tombe 90. A : vue générale (cliché des fouilleurs) ; 1 : perle en corail ; 2 : parure en corail (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Le mobilier

209- Perle en corail, circulaire et aplatie (fig. 41, n° 1). La perforation est décentrée et un côté de l’objet est plus épais que l’autre. Cette perle est peinte en rouge et porte des traces de feu. Diam. : 16,5 mm ; diam. perforation : 2,5 sur une face et 4 mm sur l’autre ; ép. : 4,5 à 5,2 mm.

210De telles perles sont absentes de la nécropole grecque de Marseille/Sainte-Barbe, et, à Ampurias, un seul exemplaire figure dans l’inhumation Marti 138, celle d’un enfant (Almagro 1953, 113-114). Elles manquent également dans les nécropoles indigènes de la région : Ensérune, Mourrel-Ferrat, Ambrussum, Beaucaire/Ugernum.

211- Branche de corail, sans doute élément de parure (fig. 41, n° 2). Cet élément, semble-t-il non travaillé, a la forme d’un arc de 23 mm d’amplitude, avec une corde de section circulaire de 2 mm de diamètre. Il a subi l’action du feu.

212La seule comparaison proche se trouve à Ampurias, dans l’inhumation Marti 77, encore celle d’un enfant, datée du milieu du V e s. av. J.-C. (Almagro 1953, 83-84).

Datation proposée

213Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.24. Tombe 93

214Le sujet inhumé dans la tombe 93 est un enfant décédé vers 10 ans.

La tombe

215D’après le relevé de fouille et les clichés dont nous disposons, le corps repose en décubitus dorsal, tête au Sud-Est, pieds au Nord-Ouest, membres en extension (fig. 42, A et B). La tête est tournée vers le bas et la gauche, la mandibule n’est pas disjointe du maxillaire et le menton est contre l’épaule gauche (fig. 42, C). Les deux membres supérieurs sont allongés le long du tronc, parallèles à l’axe du corps. Les deux coxaux et le grill costal sont à plat. Cependant, une perturbation a affecté le côté droit du défunt dans cette partie : déplacement de plusieurs côtes hors du volume du corps, derrière la tête, et déviation de l’humérus droit dont l’extrémité distale n’est plus dans l’axe des os de l’avant-bras. Les membres inférieurs se rejoignent au niveau des genoux. Les petits os des mains et des pieds ont semble-t-il disparu.

Fig. 42. Le Peyrou 2, tombe 93. A : vue générale ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps ; D : vue de détail de l’extrémité inférieure du corps ; (relevé et clichés des fouilleurs) ; 1 : lécythe ; 2 : boucle d’oreille en or ; 3 : aiguille en bronze (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 42. Le Peyrou 2, tombe 93. A : vue générale ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps ; D : vue de détail de l’extrémité inférieure du corps ; (relevé et clichés des fouilleurs) ; 1 : lécythe ; 2 : boucle d’oreille en or ; 3 : aiguille en bronze (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

216Une aiguille en bronze est posée sur le thorax, fermeture d’un vêtement ou d’un linceul (fig. 42, C, n° 3). Une boucle d’oreille en or a été découverte lors de la fouille de la boîte crânienne, au niveau d’un temporal, sans doute en position anatomique. La partie inférieure d’un lécythe aryballisque est posée au niveau de la main gauche, ou sur celle-ci. La partie supérieure de ce vase figure en revanche couchée sur la cheville gauche (fig. 42, C et D, n° 1). Ce récipient a-t-il été déposé ainsi, cassé en deux parties, ou bien a-t-il été placé à la main du défunt et son état lors de la découverte résulte-t-il d’une perturbation de ce milieu ? La distance entre les deux portions du vase plaide plutôt en faveur de la première hypothèse, de même que la position respective des deux lots, précisément l’un sur une main et l’autre sur un pied. Quoiqu’il en soit, les déplacements des côtes paraissent indiquer que le cadavre s’est décomposé en espace vide, mais le resserrement du corps, la situation d’éléments de côtes dans l’espace vide derrière la tête plaident en faveur d’une enveloppe disparue, soit un coffre en bois, soit plutôt un tissu comme pourrait l’indiquer l’aiguille. Les limites de la fosse n’ont pas été observées. Deux pierres plates, l’une contre la cheville droite, l’autre surmontant en partie le pied gauche, sont sans doute les seuls éléments conservés d’une couverture qui sont tombés dans cette fosse (fig. 42, A, B et D).

Le défunt

217D’après l’état de synostose des os, crâniens et autres, il s’agit d’un enfant et son âge, vers 10 ans, est précisable grâce à la dentition. Les incisives définitives ont toutes leur apex fermé. Les canines définitives ont une racine de stade R 3/4 (Moorrees, Fanning, Hunt 1963 : vers 9 ans). Les prémolaires définitives sont en germe avec une racine de stade R 1/2 (Ibid. : vers 9 ans) et elles sont surmontées par les molaires déciduales. Les premières molaires définitives sont sorties et leur apex est presque complètement fermé. Les secondes molaires définitives sont en éruption avec des racines à moitié formées, de stade 1/2 (Ibid. : vers 9-10 ans). Figure aussi un germe de troisième molaire inférieure définitive (M3 g), avec une couronne à moitié formée, de stade C 1/2 (Ibid. : vers 10 ans).

Mobilier

218- Lécythe aryballisque à pâte claire, tourné, incomplet (fig. 42, n° 1). Embouchure à bord épaissi avec bourrelet mouluré et tourné vers l’extérieur ; goulot haut et étroit, non séparé de la panse globuleuse ; fond plat ; anse pseudo-bifide, verticale, attachée sur le goulot et non surélevée. Pâte très fine, pulvérulente, de couleur jaune très clair tirant sur le vert. Pas de trace d’engobe ni de peinture. Haut. rest. : 133 mm ; diam. ouv. : 49 mm ; diam. max. panse : 98 mm.

219Les lécythes aryballisques de forme la plus proche sont ceux de la nécropole d’Ampurias, datés du V e s. av. J.-C., surtout les deux exemplaires de la tombe Bonjoan 55, ainsi que celui de la tombe Mouret GR3 d’Ensérune, découvert en association avec un cratère en cloche attique daté entre 375 et 350 av. J.-C. Ils diffèrent cependant de celui de la tombe 93 du Peyrou 2 par un fond annulaire (Almagro 1953, 194, n° 3 et 4, et 392, n° 1 à 4 ; Schwaller et al. à paraître). On peut rapprocher aussi ce vase du Peyrou 2 de la forme CL-MAS 551 (Dicocer 1993, 217), qui est datée des V e et IV e s. av. J.-C. (Dicocer 2001, 742-743). Sa pâte semble indiquer une production de l’aire massaliète qui ne se rencontre en revanche pas du côté ampuritain.

220- Pendant d’oreille en or (fig. 42, n° 2) ; formé d’un simple fil de section circulaire, recourbé en cercle dont les deux extrémités se chevauchent légèrement et sont amincies. Diam. : 9 à 13 mm ; ép. max. : 1,6 mm ; poids : 0,7 g.

221Cette forme simple de boucle d’oreille est bien attestée dans le Sud-Est de la Gaule, dans des habitats comme en milieu funéraire, du Bronze final IIIb à la fin de l’âge du Fer, en bronze surtout, mais aussi plus rarement en argent ou en or. Ainsi, en Languedoc oriental, des exemplaires en bronze ont été signalés sur les habitats de hauteur indigènes du Roc de Gachone, à Calvisson, au Bronze final IIIb, de Roque de Viou à Saint-Dionisy vers 300 av. J.-C., ou encore à Nages au Ier s. av. J.-C. (Tendille 1980, 99-100). Plus fréquentes, cependant, sont les découvertes en nécropoles : en argent ou en bronze à Las Peyros dans l’Aude au VIe s. av. J.-C. (tombes 17 et 79 ; Solier et al. 1976, 21 ; Passelac et al. 1981, 23-24), à Mourrel-Ferrat, Hérault, dans la tombe 5 datée du dernier quart du IV e s. av. J.-C. ou du début du siècle suivant (Janin et al. 2000, 224, fig. 6, n° 54), et à Ambrussum au IIIe s. av. J.-C. (tombes 2 et 19 : Dedet 2012, 66, fig. 29, n° 1 et 149, fig. 80, n° 1 et 2). À Ensérune, de tels exemplaires en bronze ou en argent voisinent avec de rares spécimens en or, quelque peu différents, en anneau renflé obtenu à partir de deux coques serties : tombes 147 et 151, datées de la seconde moitié du IIIe s. av. J.-C. (Schwaller et al., à paraître). Il en va de même à Pech-Maho/Les Oubiels (Anwar 2010, 306). Pour les nécropoles des colonies grecques, l’absence actuelle à Marseille des pendants de même forme que celui du Peyrou 2 contraste avec une présence d’exemplaires généralement en bronze mais aussi plus rarement en argent, présence répétée à Ampurias (Almagro Basch 1953, passim).

222- Aiguille à chas, en bronze (fig. 42, n° 3) ; tige très fine ; l’extrémité proximale est cassée mais le départ de la perforation est perceptible. Long. cons. : 74 mm ; diam. section : 1 mm.

223Les aiguilles à chas manquent complètement dans le monde indigène contemporain du Peyrou 2, à Ensérune, à Ambrussum, comme à Beaucaire/Sizen-Vigne. Elles sont également absentes du cimetière massaliète de Sainte-Barbe, mais en revanche plusieurs tombes de la nécropole ampuritaine en ont livré. Des aiguilles à chas figurent dans les trois inhumations Martí 3, 101 et 104, et peut-être aussi dans quatre autres, Martí 43, 63, 110 et 140, si l’extrémité manquante est bien à chas. Ici, ces tombes sont indifféremment celles de défunts de taille adulte ou d’enfants (Almagro 1953, passim).

Datation proposée

224Vers 400 - 350 av. J.-C.

1.25. Tombe 160

225La tombe 160 abrite un adulte inhumé, âgé d’au moins 30 ans, probablement une femme.

La tombe

226Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché du squelette en fin de dégagement (fig. 43, A et B). Celui-ci est mal conservé et les os sont très fragmentés. Le corps repose en décubitus dorsal, tête au Nord-Est, pieds au Sud-Ouest, membres en extension. La tête est inclinée vers l’épaule gauche. Les membres supérieurs sont parallèles au corps, les membres inférieurs en rectitude, chevilles jointes.

Fig. 43. Le Peyrou 2, tombe 160. A : vue générale ; B : relevé du squelette (relevé et cliché des fouilleurs) ; C : coxal droit, face antérieure ; D : coxal droit, face postérieure (cliché B. Dedet).

Fig. 43. Le Peyrou 2, tombe 160. A : vue générale ; B : relevé du squelette (relevé et cliché des fouilleurs) ; C : coxal droit, face antérieure ; D : coxal droit, face postérieure (cliché B. Dedet).

227Les coxaux sont à plat et un certain nombre de dérangements sont perceptibles mais cependant dans le volume du corps. Il n’est pas possible d’apprécier si la mandibule est disjointe du maxillaire, et les connexions au niveau des membres inférieurs apparaissent bien conservées ; cependant, un déplacement du radius est visible au niveau du coude droit et un certain nombre d’os des deux mains ont migré vers les jambes. Le cadavre a donc évolué en espace non colmaté, soit dans une fosse creusée juste aux dimensions du corps et non comblée aussitôt, soit dans un coffre en matériau périssable, sans qu’on dispose d’un quelconque indice pour l’une ou l’autre possibilité. Trois blocs de basalte de taille moyenne (module de 20 à 25 cm) au niveau du thorax, dont un recouvre le bras gauche et la partie gauche du grill costal, et une pierre plus petite (10 cm de module) sur le crâne, doivent correspondre à des éléments de la couverture de la tombe.

Cette tombe n’a pas livré de mobilier.

Le défunt

228La détermination de l’âge au décès, plus de 30 ans, est fondée sur le degré de maturation osseuse et sur l’état de la denture : début de synostose des sutures crâniennes ; trois dents conservées, les trois molaires inférieures gauches définitives ont leur apex fermé et les couronnes sont très usées. La détermination du sexe féminin repose sur la largeur importante de la grande échancrure sciatique, appréciable surtout sur l’ilion droit (fig. 43, C et D). D’ailleurs, la crête nuchale est fort peu prononcée et le bourrelet sus-orbitaire peu marqué.

Datation proposée

229Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.26. Tombe 163

230La sépulture 163 a accueilli un adulte inhumé, âgé d’au moins 50 ans, robuste, apparemment un sujet masculin.

La tombe

231Cette sépulture a partiellement bouleversé un ensemble de blocs appartenant à un groupe de tombes du premier âge du Fer (tombes “à simple ossuaire” 164, 165, 166 et 172) et son niveau de base apparaît en dessous de celui de ces vases-ossuaires antérieurs. Nous ne disposons que d’un relevé du squelette et d’un cliché (fig. 44, A et B).

Fig. 44. Le Peyrou 2, tombe 163. A : vue générale ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps ; D : vue de détail du bassin (relevé et clichés des fouilleurs).

Fig. 44. Le Peyrou 2, tombe 163. A : vue générale ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps ; D : vue de détail du bassin (relevé et clichés des fouilleurs).

232Le corps est en décubitus dorsal, tête au Nord-Est, pieds au Sud-Ouest. La tête est inclinée vers l’avant et vers l’épaule gauche qui est légèrement relevée. La mandibule n’est pas disjointe du bloc crânio-facial. Les deux avant-bras sont repliés sur les bras. La main droite est ramenée à l’épaule correspondante, et la gauche est fléchie sur la poitrine (fig. 44, C). Les membres inférieurs sont en rectitude. Le grill costal et les coxaux sont à plat. Quelques dérangements sont perceptibles, mais tout à fait minimes et dans le volume du corps. Ils traduisent néanmoins une évolution en espace non colmaté.

233Le corps a donc été placé soit dans un coffre en bois, soit, plutôt, directement dans une fosse fermée par un couvercle. La seconde hypothèse semble devoir être privilégiée car les deux extrémités du corps paraissent quelque peu relevées (inclinaison de la tête et extrémités distales des jambes), de même que, sur les côtés, au moins le coude gauche.

234Si les photographies et relevés ne montrent aucun élément de structure de surface, une note de fouilles fait cependant état « d’une couverture de l’inhumation ».

Cette tombe n’a pas livré de mobilier.

Le défunt

235La détermination de l’âge au décès, 50 ans environ, est fondée sur la maturation osseuse et sur la denture. Les sutures crâniennes sont complètement synostosées en face endocrânienne et présentent un état de synostose très avancé en face exocrânienne. Toutes les dents ont leur apex fermé, y compris les troisièmes molaires supérieures et inférieures. Elles sont très usées (degré d’usure 5, 6 et même 7 pour la canine inférieure droite (Molnar 1971). L’état de fragmentation des coxaux ne permet pas d’apprécier le sexe (fig. 44, D) et seul un bourrelet sus-orbitaire très proéminent et la robustesse des os pourraient faire penser que l’on se trouve en présence d’un homme.

Datation proposée

236Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.27. Tombe 184

237La tombe 184, à incinération, est celle d’un adulte jeune, peu robuste, décédé entre 20 et 30 ans.

La tombe

238Les restes osseux ont été placés dans un vase-ossuaire (fig. 45). La tombe a été écrêtée par un mur antique et ce vase, une urne ou une œnochoé posée sur son fond, est écrêté à mi-panse. Les restes du col n’ont pas été retrouvés, ce qui nous prive notamment de son éventuelle fermeture. La fosse aménagée en pleine terre a une profondeur variant entre 6 et 14 cm. Des pierres basaltiques devaient à l’origine la combler et caler le vase cinéraire : il en reste quelques blocs autour de l’ossuaire, dont le module oscille entre 10 et 16 cm de longueur.

Fig. 45. Le Peyrou 2, tombe 184. A : vue générale ; B : relevé du dépôt (relevé et cliché des fouilleurs) ; C : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; 1 : ossuaire en céramique à pâte claire ; 2 : bord d’urne en céramique à pâte claire ; 3 : unguentarium ; 4 : lécythe ; 5 : perle en terre cuite ; 6 : segment de lame en fer ; 7 et 8 : clous en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 45. Le Peyrou 2, tombe 184. A : vue générale ; B : relevé du dépôt (relevé et cliché des fouilleurs) ; C : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; 1 : ossuaire en céramique à pâte claire ; 2 : bord d’urne en céramique à pâte claire ; 3 : unguentarium ; 4 : lécythe ; 5 : perle en terre cuite ; 6 : segment de lame en fer ; 7 et 8 : clous en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

239L’ossuaire contient, en surface du dépôt osseux, un lécythe et un unguentarium, tous deux incomplets et des fragments de deux fusaïoles (ou perles ?) en terre cuite. Une lame en fer, prend place hors du vase. Deux clous ont été retrouvés, l’un à l’extérieur et l’autre, le plus grand, à l’intérieur de cet ossuaire (fig. 45, A et B). Par ailleurs, figure dans le matériel conservé un tesson d’une autre urne, sans que sa position dans la tombe ne soit connue.

Le défunt

240Cet adulte est représenté par 482,6 g d’os brûlés, contenus dans l’ossuaire (fig. 45, C). Malgré l’arasement de la partie supérieure de ce vase, le dépôt paraît complet comme l’indique la présence des différents objets sur le dessus de l’amas osseux conservé. Toutefois, on ignore si des résidus du bûcher, avec des os incinérés, ont également été mis dans le loculus.

241Le poids moyen des fragments déterminés est de 0,49 g. L’estimation de l’âge, un adulte jeune, se fonde sur les indices suivants : la fermeture de l’apex de la racine d’une dent uniradiculée ; la soudure du listel des corps vertébraux ; un fragment crânien montrant une suture non soudée sur les faces endocrânienne et exocrâniennes. Le sexe ne peut être précisé, mais la présence de deux fusaïoles pourrait indiquer un sujet féminin, d’autant que le squelette paraît peu robuste.

242L’incinération a affecté des os frais comme le montrent des fissures en ondes concentriques visibles sur des morceaux de diaphyses. La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650°, selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975).

243La masse osseuse déposée correspond à 29,6 % de la masse moyenne d’un squelette d’adulte brûlé (1627,1 g selon McKinley 1993). Le taux d’identification des fragments est de 65 % du poids total. La masse des fragments crâniens, 22,1 % du poids des morceaux déterminés, est supérieure au poids théorique du crâne (20,4 %). Il en va de même avec celle des membres, 72,7 %, assez loin des 62,6 % attendus. En revanche, la représentation du tronc est faible, 5,2 % du poids total pour un poids théorique de 17 %. Étant donné l’importance de la masse osseuse indéterminée (35 % du poids total), on ne peut exclure que cette répartition corresponde néanmoins à un prélèvement des restes sur le bûcher sans préférence particulière pour une partie du corps.

Ossuaire

244Urne ou œnochoé tournée à pâte claire dont ne subsiste que la partie inférieure (fig. 45, n° 1). Panse ovoïde large ; fond légèrement creux. Pâte fine de couleur rosé clair. Haut. cons. : 123 mm ; diamètre maximal de la panse : 256 mm. La typologie des vases massaliètes similaires à pâte claire ne propose aucun modèle pourvu d’un tel fond.

Mobilier

245- Fragment de partie supérieure de col, avec bord, d’une autre cruche tournée à pâte claire (fig. 45, n° 2). Col évasé et lèvre simplement arrondie. Pâte fine, jaune très clair. Diam. ouv. : 140 mm. Le caractère très incomplet de cet élément ne permet pas de déterminer la forme de l’embouchure et donc de rapporter cette cruche aux typologies connues pour cette catégorie.

246Unguentarium en céramique tournée, représenté par la partie inférieure de la panse (fig. 45, n° 3). Panse élancée, très resserrée vers le bas, se prolongeant par l’amorce d’un petit pied creux. Pâte rouge orangé, engobe beige à l’extérieur, recouvert de vernis noir dont il ne reste que des traces. Diam. de la panse conservée : 50 à 52 mm ; diam. de la tige du pied : 20 mm.

247Malgré son état très incomplet, on peut rapprocher ce vase de plusieurs exemplaires présents dans des tombes d’Ampurias, datées du IV e s. et surtout du IIIe s. av. J.-C. : inhumations Martí 94 et 109, inhumations Bonjoan 1, 12, 31 et 72 (Almagro 1953, 92, fig. 68, 99-101, fig. 78, 157, fig. 124, n° 1 à 6, 172, fig. 141 et 210, fig. 178). En particulier dans l’inhumation Martí 109, datée de la première moitié du IV e s. av. J.-C., l’unguentarium a une pâte rouge et de la peinture noire à l’extérieur.

248- Lécythe en céramique tournée dont il ne reste qu’un tesson du bas de la panse (fig. 45, n° 4). Panse resserrée vers le bas. Pâte grise, engobe beige sombre à l’extérieur. Diam. max. cons. entre 53 et 55 mm.

249Ce fragment semble témoigner d’un lécythe tout à fait comparable à celui de la tombe 44bis. Il s’agirait alors de l’imitation locale d’une production à figures noires d’Italie du Sud ou de Sicile, celle du « groupe de Pagenstecher », datée du IV e s. et du début du IIIe s. av. J.-C. (Hurschmann 1997).

250- Fragments de perle en terre cuite ; il pourrait peut-être s’agir d’une petite fusaïole (?), mais l’état lacunaire de cet objet ne permet pas d’en être sûr (fig. 45, n° 5). Diam. : 22 mm.

251- Une seconde « perle en terre cuite », est présente et notée ainsi sur le relevé de fouille. Cet objet, disparu, n’a pas pu être identifié.

252- Segment de bande en fer (fig. 45, n° 6) ; section plate. Long. cons. : 42 mm ; larg. : 26 mm. Objet indéterminé.

253- Clou en fer brisé en trois tronçons (fig. 45, n° 7) ; tête plate, tige de section quadrangulaire ; la pointe manque. Long. cons. : 56 mm.

254- Clou en fer, dont ne manque que l’extrémité (fig. 45, n° 8) ; tête légèrement bombée de 16 mm de diamètre ; tige de section quadrangulaire. Long. tot. : 76 mm.

255L’absence de traces ligneuses sur ces deux clous ne permet pas d’évoquer l’hypothèse d’un coffre. Dès lors, s’agit-il de vestiges liés à la crémation, comme pourrait le laisser supposer l’un des deux clous découverts mêlé au remplissage de l’ossuaire ?

Datation proposée

256Vers 400/350-275/250 av. J.-C.

1.28. Tombe 194

257Tombe à inhumation d’un grand enfant, entre 11 et 13 ans, peut-être de sexe féminin.

La tombe

258Nous ne disposons que d’un relevé et d’un cliché du squelette en fin de dégagement. Celui-ci est mal conservé et les os sont très fragmentés (fig. 46, B et C). Le corps repose en décubitus dorsal, tête à l’Est, pieds à l’Ouest, membres en extension. Une légère torsion semble affecter la zone du bassin. La tête est inclinée vers l’épaule gauche. Les membres supérieurs sont parallèles au corps, les membres inférieurs sont en rectitude, chevilles jointes. Les os de la main gauche et des deux pieds ont disparu, de même que beaucoup de ceux du thorax. Néanmoins, d’après les restes visibles sur le cliché, il ne semble pas exister de dérangement à l’extérieur du volume du corps. La mandibule ne paraît pas disjointe du maxillaire et les connexions au niveau des membres supérieurs et inférieurs sont bien conservées. Le cadavre a donc, semble-t-il, évolué dans une fosse aussitôt comblée. Celle-ci était recouverte d’une chape de pierres dont plusieurs éléments ont été découverts : un imposant bloc de basalte (dimensions maximales : 115 cm par 60 cm) recouvre le haut du corps, de la tête aux cuisses ; deux blocs plus petits (longueurs respectives : 42 et 35 cm) surmontent la région des genoux et des jambes ; un troisième petit bloc (40 cm de long) figure au Sud du grand bloc (fig. 46, A).

Fig. 46. Le Peyrou 2, tombe 194. A et B : relevés de la couverture et du squelette ; C : vue générale (relevés et cliché des fouilleurs) ; D : fragment de coxal gauche, faces interne (a) et externe (b) ; E : fragment de coxal droit, faces interne (a) et externe (b) (clichés B. Dedet).

Fig. 46. Le Peyrou 2, tombe 194. A et B : relevés de la couverture et du squelette ; C : vue générale (relevés et cliché des fouilleurs) ; D : fragment de coxal gauche, faces interne (a) et externe (b) ; E : fragment de coxal droit, faces interne (a) et externe (b) (clichés B. Dedet).

Le défunt

259La détermination de l’âge au décès, vers 11-13 ans, est fondée sur plusieurs indices, la finesse de la paroi de la voûte crânienne, l’absence de dents déciduales et l’état de la dentition définitive. Les apex des incisives et des premières molaires sont fermés. Ceux des canines sont presque colmatés. Les prémolaires sont en éruption avec des racines aux trois quarts formées, de même que les secondes molaires mais avec des racines à moitié formées. Ce sont là autant de processus intervenant entre 10 et 13 ans (Moorrees, Fanning, Hunt 1963). Les couronnes ne portent aucune trace d’usure.

260Les deux coxaux, mais surtout le droit mieux conservé, montrent une largeur importante pour la grande échancrure sciatique, qui pourrait être l’indice du sexe féminin (fig. 46, D et E).

Mobilier

261Les notes de fouille mentionnent un tesson d’amphore massaliète « posé pratiquement sur le squelette », mais qui n’a pas été retrouvé dans la collection conservée. Cette tombe n’a livré aucun autre mobilier.

Datation proposée

262Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.29. Tombe 195

  • 19 La position de ce dépôt n’est pas précisée dans le carré LXVIII.

263Il s’agit de l’inhumation en amphore d’un sujet très jeune, sans doute d’âge périnatal19 (fig. 47, A et B).

Fig. 47. Le Peyrou 2, tombe 195. A : vue générale de la fosse en cours de fouille ; B : vue de l’amphore en place (clichés des fouilleurs).

Fig. 47. Le Peyrou 2, tombe 195. A : vue générale de la fosse en cours de fouille ; B : vue de l’amphore en place (clichés des fouilleurs).

264L’amphore est posée sur son fond, légèrement inclinée, dans une fosse circulaire de 0,60 m de diamètre, creusée en pleine terre. Son col a été sectionné pour permettre l’introduction du défunt et n’a pas été ajouté dans la tombe. La plupart des fragments de l’épaulement ont été retrouvés dans le fond du vase, signe que celui-ci n’a pas été colmaté après le dépôt du corps. Cette amphore est calée sur son pourtour par des pierres posées sur chant qui épousent sa forme depuis la base. La longueur moyenne de ces blocs est de 25 cm. Un autre bloc de forme arrondie (diam. : 30 à 35 cm) recouvre l’ensemble.

265Les notes de fouille font état de « traces d’ossements non incinérés dans le fond », mais ceux-ci n’ont pas été conservés. Aucun objet n’accompagne ce très jeune mort.

Réceptacle du corps

266Amphore massaliète incomplète ; le col manque ; pâte feuilletée de couleur orange vif, contenant un mica blanc argenté très abondant, notamment des paillettes pouvant atteindre 4 mm. Les parois sont complètement émiettées et cette amphore n’est pas reconstituable. Les mesures faites lors de la fouille lui donnent un diamètre maximum de 38 cm.

Datation proposée

267Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.30. Tombe 196

  • 20 La position de ce dépôt n’est pas précisée dans le carré LXVII.

268La tombe 196 est celle d’un très jeune enfant, sans doute un périnatal20. Celui-ci est contenu dans une amphore massaliète couchée sur le flanc, ouverture vers le Sud-Ouest. Apparemment, il n’a pas été nécessaire de découper le col pour introduire le corps, l’étroiture de 10 à 12 cm de diamètre étant suffisante (fig. 48, A et B).

Fig. 48. Le Peyrou 2, tombe 196. A : vue générale de l’amphore en cours de fouille ; B : vue de détail de l’amphore en place, montrant la jonction col-panse (clichés des fouilleurs ) ; 1 : amphore massaliète (dessin B. Dedet).

Fig. 48. Le Peyrou 2, tombe 196. A : vue générale de l’amphore en cours de fouille ; B : vue de détail de l’amphore en place, montrant la jonction col-panse (clichés des fouilleurs ) ; 1 : amphore massaliète (dessin B. Dedet).

269Les documents de fouille ne permettent pas de préciser la taille et la forme de la fosse. Quelques petites pierres qui pouvaient appartenir au calage du vase, sont mentionnées au Sud-Est.

270Des os humains non brûlés sont signalés à l’intérieur de l’amphore, ainsi que des charbons de bois. Ils n’ont toutefois pas été conservés. L’écrasement des pans de panse de l’amphore permet d’envisager un espace non colmaté après le dépôt du sujet.

Réceptacle du corps

271Amphore massaliète A-MAS 4 (Dicocer 2001, 132-135) dont le bord est brisé au niveau de l’attache supérieure des anses (fig. 48, n° 1) ; pâte rosée parsemée de fines écailles de mica. Haut. cons. : 525 mm ; diam. max. panse : 330 mm ; diam. pied : 65 mm. Datation : vers 400 - 225 av. J.-C.

Datation proposée

272400 - 225 av. J.-C.

1. 31. Tombe 199

  • 21 La position de ce dépôt n’est pas précisée dans le carré LXVIII.

273Cette sépulture est l’inhumation d’un très jeune sujet, mort en phase périnatale, ou prématuré21. D’après la photographie et les notes de fouilles les os occupent un espace sub-rectangulaire de 45 cm sur environ 20 cm (fig. 49). C’est là, le seul élément permettant d’approcher l’âge du défunt, car les os n’ont pas été conservés.

Fig. 49. Le Peyrou 2, tombe 199. Vue générale du squelette en cours de fouille (cliché des fouilleurs).

Fig. 49. Le Peyrou 2, tombe 199. Vue générale du squelette en cours de fouille (cliché des fouilleurs).

274Aucune trace de coffre ou de couverture n’est visible. Le sujet, tête à l’Ouest, semble en décubitus dorsal. Lors de la fouille, « quelques os de la mâchoire, des fragments de côtes et des os des jambes », ont été reconnus. Cette tombe ne contenait apparemment aucun mobilier.

Datation proposée

275Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.32. Structure 200, tombe ou bûcher

276Les fouilleurs ont noté l’existence d’un « véritable niveau » d’une épaisseur irrégulière, variant entre 3 et 10 cm, sur une « zone » de surface non précisée. Selon eux, cette couche est composée d’os brûlés et de charbons de bois répartis sur toute la surface. En revanche, les fragments d’une céramique sont indiqués « localisés contre la berme ». Nous ne disposons d’aucun relevé ou document photographique. Tout au plus peut-on souligner que cette structure, dont nous ignorons l’ampleur, est incomplète, de même que les restes humains et les objets éventuels qui l’accompagnaient.

277De ce lieu proviennent 141,7 g d’os brûlés (fig. 50, A), le poids moyen des fragments étant de 0,58 g. Aucun doublon n’est perceptible parmi ces pièces et il semble donc que cette structure ne concerne qu’un seul défunt.

Fig. 50. Le Peyrou 2, structure 200 (tombe ou bûcher). A : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; 1 : céramique commune tournée (dessin B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 50. Le Peyrou 2, structure 200 (tombe ou bûcher). A : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; 1 : céramique commune tournée (dessin B. Dedet, M. Schwaller).

278Ces restes osseux se rapportent à un adulte de sexe indéterminé, âgé d’au moins 30 ans. L’estimation de l’âge se fonde sur un fragment d’extrémité proximale d’humérus montrant l’épiphyse soudée à la diaphyse, et sur un fragment crânien avec suture colmatée en face endocrânienne et non colmatée en face exocrânienne.

279Comme pour les tombes à incinération du Peyrou 2, des morceaux de diaphyses ont des fissures en ondes concentriques, traces d’une incinération sur os frais. La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650°, selon le barème de E. Bonucci et G. Grazziani (1975).

280Le poids d’os représente 8,7 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé, 1627,1 g selon McKinley (1993). Le taux d’identification des fragments est de 88,4 % du poids total. Avec 27,6 % du poids des os déterminés, la représentation du crâne est supérieure au poids théorique (20,4 %). Il en va de même des membres, avec 68,83 % du poids d’os déterminés (poids théorique 62,6 %). En revanche, ici encore, la part du tronc est très faible : 3,6 % de la masse osseuse déterminée (poids théorique : 17 %). Pareille répartition est semblable à celle relevée dans les sépultures à incinération de cette nécropole.

281Le mobilier correspond à un seul vase fragmentaire et incomplet.

282L’hypothèse d’un ustrinum a été évoquée dans les notes de fouilles, notamment en raison de la présence des charbons de bois. Cependant, on ne peut écarter celle d’une tombe, comme semblent l’indiquer la répartition osseuse et le mobilier. En fait, seule la surface occupée par ces vestiges, que nous ignorons, pourrait permettre de trancher.

Le mobilier

283- Vase fermé en céramique commune tournée, incomplète (fig. 50, n° 1). Panse globuleuse, col court et cylindrique, bord évasé à lèvre arrondie, fond plat ; tesson d’une anse verticale ; décor de deux sillons horizontaux en haut de la panse. Pâte orange à gris, dure, rugueuse en surface, contenant des traces de mica brillant et des inclusions blanches. Haut. cons. : 110 mm ; haut. est. : 135 à 140 mm ; diam. ouv. : 100 mm ; diam. max. panse : 153 mm ; diam. fond : environ 60 mm.

284Ce vase présente une pâte semblable à celle du couvercle de la tombe 79 du Peyrou 2, rattachée aux productions des basses vallées de l’Orb et de l’Hérault, qui sont datées des trois derniers quarts du V e et du IV e s. av. J.-C.

Datation proposée

285Étant donnée la limite supérieure de la nécropole, on datera cette structure entre 400 et 300 av. J.-C.

1.33. Tombe 201

  • 22 Berme du carré LXVIII.

286La tombe 201, à inhumation, a été simplement appréhendée en limite sud-ouest de la zone fouillée22 : un bloc de 30 cm d’épaisseur, entouré de pierres plus petites « disposées verticalement », recouvrait un crâne. Celui-ci, aux dires des fouilleurs, « a été fouillé sans être ramassé ». Ce sont là tous les éléments dont nous disposons. Il semble donc que nous ayons affaire à un sujet de taille adulte, car on peut supposer qu’un âge immature eût été signalé, dont le reste du squelette doit s’étendre vers le Sud sous la berme. Aucun objet n’est mentionné aux abords de ce crâne.

Datation proposée

287Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C.

1.34. Tombe 206

  • 23 Pour les archéologues, l’enchytrisme est la mise du cadavre dans un vase en terre cuite (de chytr (...)

288La tombe 206 est sans doute celle d’un enfant décédé en phase périnatale, inhumé dans une amphore massaliète. Cet enchytrisme23 a partiellement bouleversé la couverture de la tombe 48, une sépulture à
incinération du premier âge du Fer (fig. 51, A et B). Les seuls documents disponibles, photographiques, ne permettent pas d’identifier la fosse d’installation.

Fig. 51. Le Peyrou 2, tombes 206, 207 et 208. A : vue générale du carré de fouille XII ; B : vue rapprochée des tombes 206 et 207 (clichés des fouilleurs ; T 47, T 48 et T 82, tombes du Peyrou 1 ; l’échelle mesure 50 cm) ; 1 et 2 : tombe 206, amphore massaliète et fragment d’anneau en fer ; 3 et 4 : tombe 208, amphore massaliète et coquille de praire (cliché et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 51. Le Peyrou 2, tombes 206, 207 et 208. A : vue générale du carré de fouille XII ; B : vue rapprochée des tombes 206 et 207 (clichés des fouilleurs ; T 47, T 48 et T 82, tombes du Peyrou 1 ; l’échelle mesure 50 cm) ; 1 et 2 : tombe 206, amphore massaliète et fragment d’anneau en fer ; 3 et 4 : tombe 208, amphore massaliète et coquille de praire (cliché et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

289Cette amphore a été découverte couchée, mais en l’absence de loculus repéré il est difficile de savoir s’il s’agit de sa position initiale. Un fragment d’anneau en bronze a été trouvé lors de la présente étude parmi les tessons de l’amphore. Nous ignorons donc s’il était contenu dans celle-ci au moment de l’enfouissement ou s’il provient de son environnement. Le fait qu’il ne s’agisse que d’un fragment semble plaider pour cette seconde hypothèse, alors qu’un anneau complet aurait pu constituer un pendentif prophylactique bien abrité par l’amphore. Les restes osseux n’ont pas été conservés.

Réceptacle du corps

290Amphore massaliète très fragmentaire, effritée (fig. 51, n° 1). Seuls une partie du fond et le bas de la panse sont reconnaissables. Pâte beige rosé contenant de fines écailles de mica doré. D’après la photographie in situ, il s’agit probablement d’une A-MAS 4, type daté entre 400 et 225 av. J.-C. (Dicocer 2001, 132-135). Diam. max. fond : 55 mm.

Le mobilier ?

291Fragment d’anneau circulaire en bronze (fig. 51, n° 2). Diam. ext. 40 mm ; diam. int. : 33 mm ; section ronde de 3,5 à 4 mm de diamètre.

Datation proposée

292Cette sépulture ne peut être datée précisément entre 400 - 225 av. J.-C., créneau chronologique du type de l’amphore ici présente.

1. 35.Tombe 207

293La tombe 207 appartient probablement aussi à un sujet très jeune, sans doute également un périnatal, placé dans une amphore massaliète. Celle-ci a été découverte dépourvue de col, en position sub-verticale. À l’instar de la tombe 206, nous ignorons tout de la fosse qui l’a accueillie. La proximité avec la précédente, quelques centimètres à peine d’après la photo, permet d’envisager l’éventualité soit de deux loculus contigus, soit d’une fosse commune aux deux ensevelissements et donc de leur simultanéité (fig. 51, A et B).

294Les os humains sont absents des collections. Aucun objet n’a semble-t-il été découvert dans l’amphore.

Réceptacle du corps

295Amphore massaliète, privée, semble-t-il, de son col au moment du dépôt. La pâte est de couleur orange à brun et contient d’abondantes écailles de mica. Seuls sont conservés quelques tessons de la panse qui n’autorisent pas une restitution graphique ; le document photographique permet cependant de proposer un diamètre maximal entre 350 et 400 mm (fig. 51, B).

Datation proposée

296Cette sépulture ne peut être datée précisément à l’intérieur des limites connues de la nécropole, 400 - 150 av. J.-C., mais sa proximité avec les tombes similaires 206 et 208 pourrait marquer une fourchette plus resserrée entre 400 et 225 av. J.-C.

1.36. Tombe 208

297Une troisième tombe en amphore a été découverte à 3 m au Sud-Est des deux précédentes. En position verticale, ce vase est largement écrêté juste au-dessus du diamètre maximal de la panse. Il est probable que la partie supérieure a disparu du fait des labours, mais comme ses voisines, elle devait cependant initialement être dépourvue de col.

298L’amplitude de la fosse n’est pas connue, mais en l’absence de pierres de calage, elle devait avoisiner le diamètre du vase, soit une quarantaine de centimètres. Les os humains n’ont pas été conservés. Parmi les tessons de l’amphore figure un coquillage fragmentaire.

Réceptacle du corps

299Amphore massaliète probablement A-MAS 4, type daté vers 400 - 225 av. J.-C. (Dicocer 2001, 132-135). Il n’en reste que la moitié inférieure de la panse et le fond (fig. 51, n° 3). Pâte jaune beige contenant de fines écailles de mica doré. Haut. cons. : 330 mm ; diam. max. panse : 176 mm ; diam. fond : 36 mm.

Le mobilier

300Un morceau de praire (Venus verrucosa) (fig. 51, n° 4).

301Datation de la tombe : 400 - 225 av. J.-C.

2. Mobilier hors tombe

302Sur l’ensemble de la superficie fouillée, la couche de terre, surmontant par endroits les structures funéraires, a livré un certain nombre de tessons de vases et autres objets divers entrant dans les limites chronologiques marquées par les tombes du Peyrou 2. Ces objets ont été prélevés par carrés de cinq mètres de côté (fig. 52). Ils peuvent provenir soit de tombes détruites, notamment dans le secteur où le substrat rocheux est le plus haut, carrés XXI, XXII et XXVIII, soit marquer des dépôts effectués sur ou auprès des sépultures. Rien ne permet actuellement de trancher entre les deux hypothèses.

Fig. 52. Le Peyrou 2. Répartition du mobilier hors tombe par rapport aux sépultures. Les numéros 1 à 17 renvoient aux objets illustrés figure 53. La position précise de chacun de ceux-ci dans les carrés est inconnue (d’après relevé A. Nickels).

Fig. 52. Le Peyrou 2. Répartition du mobilier hors tombe par rapport aux sépultures. Les numéros 1 à 17 renvoient aux objets illustrés figure 53. La position précise de chacun de ceux-ci dans les carrés est inconnue (d’après relevé A. Nickels).

Carré XI

303Fond d’assiette en céramique tournée à pâte claire (fig. 53, n° 1). Pied annulaire ; pâte épurée de couleur brun-beige. Haut. cons. : 22 mm ; diam. pied : 58 mm. Forme probable CL-MAS 130 ou 131 (Dicocer 1993, 207).

Fig. 53. Le Peyrou 2. Mobilier découvert hors tombe. 1 : céramique à pâte claire ; 2 : balle de fronde en plomb ; 3 : bord d’amphore massaliète  ; 4 : pied de coupe attique ; 5 : olpé à pâte claire ; 6 : pied de bol attique ; 7 : lécythe ou unguentarium ; 8 : corymbe ; 9 : pied de lécythe attique ; 10 : bord d’amphore massaliète ; 11 : balle de fronde en terre cuite ; 12 : fragment de fibule en bronze ; 13 : bord de canthare à poucier attique ; 14 : fond de coupelle attique ; 15 : panse et fond d’amphore massaliète ; 16 : bol de l’atelier des petites estampilles ; 17 : fond d’amphore massaliète (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 53. Le Peyrou 2. Mobilier découvert hors tombe. 1 : céramique à pâte claire ; 2 : balle de fronde en plomb ; 3 : bord d’amphore massaliète  ; 4 : pied de coupe attique ; 5 : olpé à pâte claire ; 6 : pied de bol attique ; 7 : lécythe ou unguentarium ; 8 : corymbe ; 9 : pied de lécythe attique ; 10 : bord d’amphore massaliète ; 11 : balle de fronde en terre cuite ; 12 : fragment de fibule en bronze ; 13 : bord de canthare à poucier attique ; 14 : fond de coupelle attique ; 15 : panse et fond d’amphore massaliète ; 16 : bol de l’atelier des petites estampilles ; 17 : fond d’amphore massaliète (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).

Carré XII

304- Balle de fronde en plomb, coulée (fig. 53, n° 2) ; forme en noyau d’olive presque symétrique. Long. : 37 mm ; diam. max. : 17,1 mm.

305Les balles de fronde en plomb sont connues dans les mondes grec et étrusque anciennement, dès le VIe s. av. J.-C. Les exemplaires du Sud de la Gaule antérieurs à la conquête de la Narbonnaise ont toutes chances d’être des importations (Feugère 1992, 140).

  • 24 Ce vestige a été noté comme « tombe 47 » dans Nickels, Marchand, Schwaller 1989, 100.

306- Bord d’amphore massaliète24 de forme A-MAS bd 8 (Dicocer 1993, 63) (fig. 53, n° 3). Tesson non retrouvé dans les collections, pour lequel nous ne disposons que d’un dessin effectué lors de la fouille. Il a été découvert parmi des vestiges qui semblent appartenir à une couverture de tombe détruite, avec des blocs de pierre et des fragments osseux animaux. Datation : entre 350 et 150 av. J.-C.

Carré XIII

307- Fragment de pied de coupe ou de vase fermé attique à vernis noir dont la forme ne peut être précisée (fig. 53, n° 4). Pâte orange clair assez dure ; vernis noir à l’extérieur et sous le plan de pose. Diam. pied : 69 mm.

308- Petite olpé à pâte claire, très incomplète (fig. 53, n° 5). Panse en forme d’ampoule ; col court, très resserré, non séparé de la panse ; embouchure ronde à bord oblique, replié vers l’extérieur ; fond très légèrement creux, marqué de stries concentriques ; départ d’une anse en ruban dans la partie du diamètre maximum de la panse. Pâte dure de couleur rose orangé, sans couverte. Haut. rest. : env. 65 mm ; diam. max. rest. : 55 mm ; diam. ouv. : 37 mm ; diam. fond : 42 mm.

309Ce vase correspond à la forme CL-MAS 522 variante b, datée du IV e s. av. J.-C. (Dicocer 2001, 709 et, par exemple 715, n° 3780). La pâte, quant à elle, semble plutôt nous orienter vers une production des ateliers de Rosas, de forme CL-ROS 58, de même datation (Puig 2006, 483, fig. 9.20, n° 9 et 10, et 484). Des vases semblables figurent en nombre dans l’habitat colonial agathois fouillé dans la rue Perben, datés par la stratigraphie des second et troisième quarts du IV e s. av. J.-C. (Nickels 1995, 81, fig. 17, n° 32, 4 et 19, et 90, fig. 24, n° 9 et 10).

310- Deux fragments d’une amphore massaliète à pâte beige, et abondant mica très fin (non dessiné).

311- Cinq fragments appartenant à un vase fermé non tourné (urne ?). Diam. ind. (non dessiné).

Carré XIV

312Pied annulaire de bol attique à vernis noir de forme AT-VN 777-842-fd1 (Dicocer 2, 388) (fig. 53, n° 6). Pied annulaire haut, à flanc extérieur bombé et flanc intérieur rectiligne, plan de pose sur arête. Pâte orangée, de texture savonneuse. À l’intérieur décor estampé, complexe : deux cercles concentriques de palmettes liées, encadrant un cercle d’oves ; le cercle intérieur, entièrement conservé, comprend cinq palmettes disposées irrégulièrement autour d’une palmette centrale. Sous le fond, cercles peints concentriques noirs sur fond d’engobe rougeâtre. Ce type de fond est plutôt compatible avec un bol à bord rentrant de types Lamboglia 21 et 26 (Lamboglia 1952, 170-171 et 175-176). Diam. pied : 68 mm ; haut. : 17 mm. Le fond a été découpé au niveau du départ de la panse, pour un second usage à l’envers, comme coupelle.

313La forme AT-VN 777-842-fd1 est datée de la première moitié du IV e s. av. J.-C. (Dicocer 2, 388 et exemplaire très comparable, 389, n° 1989).

Carré XVI

314- Lécythe ou unguentarium en céramique tournée grise, représenté par la partie inférieure de la panse (fig. 53, n° 7). Panse élancée, très resserrée vers le bas, se prolongeant par un petit pied creux. Pâte grise, légèrement pulvérulente ; traces d’engobe beige à l’extérieur, recouvert de vernis noir dont il ne reste que des traces. Haut. cons. : 37 mm ; diam. max. cons. : 46 mm ; diam. tige du pied : 26 mm.

315Malgré l’état très incomplet de ce vase, on peut le rapprocher de nombreux exemplaires similaires de la nécropole d’Ampurias, datés du IV e s. av. J.-C. (Almagro 1953, 396, n° 5, 6 et 8).

316- Corymbe, élément de couronne florale en céramique, incomplet, dont il reste presque la moitié (fig. 53, n° 8). Pâte grise. Le morceau conservé montre des pétales radiaux ; la partie centrale manque et le système d’accrochage est donc inconnu. Diam. : 42 mm.

317Ce corymbe est semblable à celui de la tombe 79 du Peyrou 2 et appelle les mêmes comparaisons.

Carré XVIII

318- Fond de lécythe aryballisque attique (fig. 53, n° 9). Pâte jaune rosé, assez tendre ; vernis noir mat à l’extérieur sauf sous le fond, usé aux arêtes. Haut. cons. : 13 mm ; diam. fond : 35 mm.

319Ce vase peut correspondre à la forme AT-FR Lt4, datée dans les trois premiers quarts du IV e s. av. J.-C.
(Dicocer 2, 2001, 329-330). On le rapprochera de l’exemplaire complet de la tombe 55 du Peyrou 2.

320- Bord d’amphore massaliète A-MAS bd4 (Dicocer 2001, 144-145) (fig. 53, n° 10). Les facettes sont peu accentuées et le méplat n’est pas concave ; une rainure encadrée par deux listels souligne la lèvre. Pâte orange clair à mica abondant. Haut. cons. : 58 mm ; diam. ouv. (sur l’arête extérieure) : 180 mm. Avec pareil méplat, ces amphores sont plutôt datées de la première moitié du IV e s. av. J.-C. (Ibid., 149).

Carré XIX

321Un tesson de panse de coupe attique, à pâte de couleur orange et une vingtaine de tessons appartenant à une panse d’amphore massaliète à pâte jaune beige, fine, contenant un mica extrêmement fin (non dessiné).

Carré XXI

322Balle de fronde oblongue, de forme olivaire, en terre cuite (fig. 53, n° 11). Pâte beige à marron. Long. max. : 47 mm ; diam. : 26 à 30 mm.

323En terre cuite, les balles de fronde sont attestées régionalement dans des habitats, par exemple à la Rallongue au VIe s. av. J.-C. ou à Entremont au IIe s. av. J.-C. (Savay-Guerraz, 1985, 8 ; Willaume 1987, 118).

Carré XXII

324Petite fibule en bronze, incomplète (fig. 53, n° 12). Il n’en reste que l’arc bombé, de section semi-circulaire, avec départ du ressort et amorce du porte-ardillon. Long. cons. : 37 mm.

325L’état de conservation ne permet pas de classer cette fibule dans un type précis de la première partie du second âge du Fer.

Carré XXVIII

326Fragment de panse et de bord de petit canthare attique à vernis noir, à pouciers, de forme AT-VN 696-704 (Dicocer 2001, 377-379) (fig. 53, n° 13). Col évasé, non décoré ; bord mouluré. Pâte dure, de couleur orangé ; vernis noir de mauvaise qualité. Haut. cons. : 36 mm ; diam. ouv. : 91 mm. Cette forme est datée entre 375/350 et 275 av. J.-C.

Carré XLII

327Fragment de fond de coupelle attique à vernis noir correspondant à la forme AT-VN 877-878 (Dicocer 1993, 127) (fig. 53, n° 14). Fond bas à anneau large. Vernis noir de bonne qualité couvrant la totalité de la pièce, hormis le plan de pose. Décor estampé à l’intérieur au fond de la vasque : palmettes radiales
(sans doute huit, mais seulement trois conservées) disposées en périphérie d’un petit cercle. Haut. cons. : 12 mm ; diam. pied : 52 mm. Ce tesson a subi l’action d’un feu et doit provenir d’un bûcher ou d’une tombe à incinération.

328Cette forme de coupelle est datée entre 425 et 375 av. J.-C.

Carré XLIII

329- Amphore massaliète incomplète, représentée par le bas de la panse et le fond, probablement A-MAS 4 datée entre 400 et 225 av. J.-C. (Dicocer 2001, 132-135) (fig. 53, n° 15). Pâte jaune paille contenant de fines particules de mica doré. Haut. cons. : 280 mm ; diam. max. cons. : 270 mm ; diam. fond : 60 mm.

330Cette partie inférieure d’une amphore, dont il reste un nombre important de tessons, évoque une sépulture de périnatal détruite ou non repérée lors de la fouille.

331- Bol à vernis noir de l’atelier des Petites estampilles de forme Lamboglia 27a-b (PET-EST 2783, var. 3) (Dicocer 2001, 1161-1162), représenté par plusieurs tessons de bord, de panse et du pied, mais la partie centrale du fond manque (fig. 53, n° 16). Pâte de couleur beige à jaune rosé ; vernis noir mat écaillé vers les arêtes. Haut. : 61 mm ; diam. ouv. : 137 mm ; diam. pied : 52 mm.

332La production de ces bols couvre la fourchette 325-250 av. J.-C.

Carré LVI

333Fond en bobine d’amphore massaliète probablement A-MAS 4 datée entre 400 et 225 av. J.-C. (Dicocer 2001, 132-135) (fig. 53, n° 17). Pâte orangée, micacée. Haut. cons. : 59 mm ; diam. fond : 72 mm.

3. Datation de la nécropole

334Après l’examen des tombes et des objets découverts hors de celles-ci, et avant de synthétiser les pratiques funéraires en vigueur, il convient de préciser les limites temporelles de cette portion de la nécropole du Peyrou et de voir si ces sépultures peuvent être ordonnées chronologiquement.

335Une part non négligeable de ce lot, huit tombes (T 54, T 57, T 88, T 160, T 163, T 194, T 199 et T 201), n’a livré aucun mobilier. Pour le reste, la précision est très variable en fonction des objets présents. Même s’il est impossible d’établir un ordre de succession précis de toutes ces sépultures, néanmoins trois ensembles chronologiques semblent se dégager, l’un entre 400 - 300/275, l’autre entre 300/275 - 200 et le dernier entre 200 - 150 av. J.-C. (fig. 54).

Fig. 54. Le Peyrou 2. Graphique synoptique de datation des tombes.

Fig. 54. Le Peyrou 2. Graphique synoptique de datation des tombes.

336Dans le premier groupe (vers 400 - 300/275) figurent huit ensembles : les tombes 44, 44bis, 50bis, 55, 80, 93, 184 et la tombe ou le bûcher 200. Pour la sépulture 44, la datation repose sur l’analyse par le radiocarbone. Celle de la tombe 55 est donnée par un lécythe attique à figures rouges daté entre 400 et 325. La datation des tombes 44bis, 50bis et 184 est fournie par des lécythes en céramique tournée à pâte grise ou jaune, de profil très élancé, du groupe dit de Pagenstecher, l’un (T 50bis) probablement issu d’un atelier de Campanie, en activité entre 340 et 320 av. J.-C., et les deux autres, T 44bis et T 184, plutôt des imitations. Le lécythe de la tombe 93, d’un type différent, permet de positionner ce dépôt dans le même groupe, mais parmi les plus anciennes tombes, dans la première moitié du IV e s. La cruche à pâte claire de la tombe 184, le vase en commune tournée locale de la structure 200, la caccabè de la tombe 44bis et la fibule de la tombe 80 entrent tout à fait dans cette fourchette (fig. 55).

Fig. 55. Le Peyrou 2. Tombes 184, 44bis, 77, 79, 48bis et mobilier hors-tombe. Graphiques synoptiques de datation des objets.

Fig. 55. Le Peyrou 2. Tombes 184, 44bis, 77, 79, 48bis et mobilier hors-tombe. Graphiques synoptiques de datation des objets.

337Le deuxième ensemble (vers 300/275 - 200) regroupe quatre tombes : T 48bis, T 77, T 79 et T 84.

338Pour deux d’entre-elles, T 77 et T 79, c’est un assemblage de vases, qui permet cette attribution (fig. 55). Une autre, T 84, est datée dans cette phase, moins précisément toutefois, par la seule présence d’une fibule. Quant à la T 48bis, si le guttus à pâte claire se rapporte à la deuxième moitié du IV e et au IIIe s., la présence du petit bronze de Marseille interdit de remonter plus haut que le dernier quart du IIIe s. Elle serait donc la plus récente de ce deuxième groupe (fig. 54 et 55).

339Enfin dans le troisième ensemble, entre 200 et 150 av. J.-C., se placent deux sépultures, T 53 datée par un unguentarium et T 73, avec un gobelet de la Côte catalane (fig. 54).

340Trois tombes de périnatals privées de tout mobilier, admettent une chronologie large, entre 400 et 225 av. J.-C., car contenues dans des amphores massaliètes de type A-MAS 4, les tombes 196, 206 et 208. Elles peuvent ressortir des deux premiers groupes distingués ci-desssus (fig. 54).

341En marge de ces trois groupes, huit sépultures, T 52, T 56, T 74, T 76, T 81, T 86, T 87, T 90 et T 195 ne peuvent être datées précisément, mais les très rares objets et tessons qu’elles ont livrés, entrent néanmoins dans la fourchette chronologique que fournissent les tombes les mieux pourvues, soit entre 400 et 150 av. J.-C. (fig. 54).

342Par ailleurs, dans cette fourchette, entrent aussi les documents trouvés hors tombe. En majorité ceux-ci cependant concernent le IV e et la première moitié du siècle suivant (fig. 55).

343En conclusion, les limites chronologiques de l’utilisation de la nécropole du Peyrou 2 peuvent être fixées entre 400 et 150 av. J.-C. : en effet, rien ne permet de faire remonter ce secteur du Peyrou avant l’extrême fin du V e s. ou le tout début du IV e s. av. J.-C., et d’autre part la fin de son utilisation n’est seulement marquée sûrement que par deux tombes de la première moitié ou du milieu du IIe s. av. J.-C. C’est l’absence totale d’amphore italique qui permet de fixer le terminus ante quem vers 150 av. J.-C. Toutefois, rien n’interdit de remonter quelque peu cette limite vers le premier quart du IIe s. av. J.-C. En effet, le manque réel de céramique campanienne A, pourtant bien présente dans l’habitat d’Agde lui-même dès la fin du IIIe s. av. J.-C., comme ailleurs dans la région, par exemple à Lattes, de l’ordre de 20 % de la vaisselle sur ces deux sites, montre que cette nécropole est alors de moins en moins utilisée à partir de cette époque (Garcia, Marchand 1995,103 ; Dicocer 2001, 435).

Notes

8 Datation effectuée par le Centre de Datation par le Radiocarbone de Lyon 1 à Villeurbanne : Lyon-12326 (sacA42854). Cette analyse a été prise en charge par le programme Artémis du Ministère de la Culture.

9 Nous suivons ici la normalisation de J.-C. Richard (1969, 184).

10 Nous remercions Marta Santos Retolaza, directrice du MAC-Empuries, de nous avoir permis les comparaisons avec les exemplaires ampuritains, notamment ceux des sépultures fouillées récemment dans le secteur Granada.

11 Étude en cours sous la direction d’Aurora Martín, que nous remercions pour ce renseignement.

12 M. Bats classe cette forme sous la rubrique CL-MAS 545a, qui ne figure pas dans Dicocer 1.

13 Voir ci-dessus, dans ce chapitre, note 12.

14 Comparaison faite au Musée d’Archéologie d’Ampurias, avec l’aide de Marta Santos.

15 Ces auteurs avaient placé cette tombe à l’époque gallo-romaine mais, depuis, M. Moliner a replacé sa datation à l’époque hellénistique (Moliner in Rothé, Tréziny, 2005, 600).

16 La position exacte de cette sépulture, à l’intérieur du carré XIX, n’est pas indiquée par les fouilleurs.

17 Nous utilisons ici les mesures préconisées par H. Duday et A.-M. Tillier dans Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, 74, qui complètent celles de Fazekas et Kosa.

18 Voir note 17.

19 La position de ce dépôt n’est pas précisée dans le carré LXVIII.

20 La position de ce dépôt n’est pas précisée dans le carré LXVII.

21 La position de ce dépôt n’est pas précisée dans le carré LXVIII.

22 Berme du carré LXVIII.

23 Pour les archéologues, l’enchytrisme est la mise du cadavre dans un vase en terre cuite (de chytra, la marmite en grec), et par extension, dans une amphore.

24 Ce vestige a été noté comme « tombe 47 » dans Nickels, Marchand, Schwaller 1989, 100.

Table des illustrations

Titre Fig. 14. Le Peyrou 2 : tombe 44. Vue depuis le Sud et relevé. En rouge la tombe 44bis superposée (d’après relevé et cliché des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 15. Le Peyrou 2, tombe 44bis. A : vue en cours de fouille (la mire mesure 30 cm). B : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse). 1 : caccabè en céramique commune. 2 : lécythe à pâte grise. 3 : bague (?) en fer.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 16. Le Peyrou 2, tombe 48bis. A : couverture de blocs. B : la tombe 48 du VIIe s. av. J.-C. et la tombe 48bis en cours de fouille (la mire mesure 30 cm). C : plan ; les numéros renvoient aux objets de la fig. 12 et à leur numérotation dans le texte (clichés des fouilleurs ; dessin B. Dedet, M. Schwaller d’après le relevé des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 17. Le Peyrou 2, tombe 48bis, mobilier. 1 à 17 : clous en fer ; 18 à 20 : fragments de fibule en fer ; 21 : anneau en fer ; 22 : amulette en ambre ; 23 à 25 : anneaux et disque en os ; 26 : anneau en pierre ; 27 : bracelet en fer ; 28 : guttus à pâte claire ; 29 : moyen bronze ; 30 : obole ; 31 : valve de coquille (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 18. Le Peyrou 2, tombe 50bis. 1 : lécythe à figures noires ; 1 bis : détail et restitution du décor (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller)  ; A : pour comparaison, exemplaires provenant de Campanie, d’après Hurschmann 1997, pl. 7a, b et c.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 19. Le Peyrou 2, tombe 52. Le squelette (cliché et relevé des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 20. Le Peyrou 2, tombe 53. Vues de la couverture (A) et du squelette (B) (clichés des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 21. Le Peyrou 2, tombe 53. A : la couverture ; B : le squelette (relevés des fouilleurs) ; C : détail de la partie supérieure du squelette montrant la position de l’unguentarium (cliché des fouilleurs) ; D : hémi-mandibule gauche ; E : fragment de coxal gauche interne ; F : fragment de coxal droit interne ; 1 : unguentarium ; 2 : fragments de fibule en fer ; 3 : valve de coquille Saint-Jacques (1, 2, 3, D, E, F : clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 22. Le Peyrou 2, tombe 54. A : vue de la tombe entamant la sépulture 51 du Peyrou 1 ; B : détail de la tombe ; C : détail du crâne (A et B : clichés des fouilleurs ; C : cliché B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 23. Le Peyrou 2, tombe 55. A : relevé des fouilleurs ; 1 : lécythe attique ; 1 bis : décor visible ; 2 : pour comparaison, lécythe provenant de Capoue (Zimmermann-Elseify 2015, p. 114 et pl. 59, 5-6), (1 et 1bis : clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 24. Le Peyrou 2, tombe 56 (relevé des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 25. Le Peyrou 2, tombe 57. A : vue de la tombe  ; B : relevé du squelette (cliché et dessin des fouilleurs)  ; C et D : mandibule, extrémité mentonnière et branche horizontale gauche (C) et branche horizontale droite (D) (cliché B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 26. Le Peyrou 2, tombe 73. A : relevé du squelette ; B : vue de la tombe  ; C : vue de détail du haut du tronc, du crâne et du vase in situ (clichés et dessin des fouilleurs) ; D : fragment de coxal gauche ; E : bloc maxillaire-mandibule ; 1 : gobelet d’imitation de la Côte catalane (clichés et dessin B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 27. Le Peyrou 2, tombe 74. A : relevé du squelette (dessin H. Duday) ; B et C : vue de la tombe (clichés des fouilleurs) ; D : bloc maxillaire-mandibule ; 1 : bord de vase à pâte claire (cliché et dessin B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Fig. 28. Le Peyrou 2, tombe 76. A : vue de la couverture ; B : vue du squelette ; C : relevé du squelette (clichés et relevé des fouilleurs) ; 1 : sept appliques en bronze (clichés B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 29. Le Peyrou 2, tombe 77. A : vue du loculus ; B et C : relevés de la couverture (en C, les n° 61.1 à 61.5 correspondent aux tombes «  à simple ossuaire  » du Peyrou 1) ; D et E : relevé et vue à la verticale de l’ossuaire en cours de fouille ; F : vue de l’ossuaire et de son couvercle in situ (clichés et relevés des fouilleurs) ; G : coupe schématisée de l’ossuaire et de son contenu (1 : ossuaire ; 2 : coupe servant de couvercle ; 3 : balsamaire ; 6 : valve de cardium) (dessin B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 30. Le Peyrou 2, tombe 77. A : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; B : fragment de coxal droit, face externe ; C : fragment de coxal droit, face interne (clichés B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 31. Le Peyrou 2, tombe 77. 1 : ossuaire à pâte claire ; 2 : coupe à vernis noir de l’atelier de Rosas ; 3 : unguentarium à pâte claire ; 4 : bague en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 32. Le Peyrou 2, tombe 79. Tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 33. Le Peyrou 2, tombe 79. A : vue du remplissage du loculus, niveau supérieur (1 : ossuaire ; 2 : coupe-couvercle ; 3 : unguentarium ; B : vue du remplissage du loculus, niveau inférieur (A : amphore) ; C : relevé du niveau inférieur du loculus (clichés et relevés des fouilleurs) ; D : coupe schématisée de la fosse et de son contenu (dessin B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Fig. 34. Le Peyrou 2, tombe 79. 1 : ossuaire à pâte claire ; 2 : coupe-couvercle en commune tournée ; 3 : unguentarium à pâte claire ; 4 : corymbe ; A : amphore massaliète (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 35. Le Peyrou 2, tombe 80. A : relevé du squelette ; B : vue générale de la tombe  ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps avec l’emplacement de la fibule n° 1 (relevés et clichés des fouilleurs) ; 1 : fibule en fer ; 2 : clous en bronze ; 3 : segment de tige en fer : 4 et 5 : fragments d’amphores massaliètes (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 36. Le Peyrou 2, tombe 81. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette, en 1, position de la fibule ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps (relevé et clichés des fouilleurs) ; D : fragment de corps de coxal droit en vue interne, grande échancrure sciatique et surface auriculaire (cliché B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 37. Le Peyrou 2, tombe 84. A : relevé du squelette ; B : vue générale de la tombe ; C : vue de détail du crâne (relevé et clichés des fouilleurs) ; D : fragment de corps de coxal droit en vue interne, grande échancrure sciatique et surface auriculaire ; 1 : fibule en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 38. Le Peyrou 2, tombe 86. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail du crâne (relevé et clichés des fouilleurs) ; 1 : amphore massaliète ; 2 : céramique tournée ; 3 : valve de cardium ; 4 et 5 : osselets d’ovi-caprinés (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 39. Le Peyrou 2, tombe 87. A : vue générale de la tombe  ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la zone temporale et mandibulaire droite avec la fibule in situ (relevé et clichés des fouilleurs)  ; 1 : segment de tige en fer, provenant probablement de la fibule (cliché B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 40. Le Peyrou 2, tombe 88. A : vue de la couverture ; B : vue du coffre (clichés des fouilleurs) ; 1 : germe dentaire a : face labiale ; b : face linguale ; 2 : fragment de diaphyse de radius ; 3 : fragment de diaphyse de tibia ; 4 : fragments de clavicule ; 5 : éléments du grill costal (clichés B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 41. Le Peyrou 2, tombe 90. A : vue générale (cliché des fouilleurs) ; 1 : perle en corail ; 2 : parure en corail (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 42. Le Peyrou 2, tombe 93. A : vue générale ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps ; D : vue de détail de l’extrémité inférieure du corps ; (relevé et clichés des fouilleurs) ; 1 : lécythe ; 2 : boucle d’oreille en or ; 3 : aiguille en bronze (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 43. Le Peyrou 2, tombe 160. A : vue générale ; B : relevé du squelette (relevé et cliché des fouilleurs) ; C : coxal droit, face antérieure ; D : coxal droit, face postérieure (cliché B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 44. Le Peyrou 2, tombe 163. A : vue générale ; B : relevé du squelette ; C : vue de détail de la partie supérieure du corps ; D : vue de détail du bassin (relevé et clichés des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 45. Le Peyrou 2, tombe 184. A : vue générale ; B : relevé du dépôt (relevé et cliché des fouilleurs) ; C : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; 1 : ossuaire en céramique à pâte claire ; 2 : bord d’urne en céramique à pâte claire ; 3 : unguentarium ; 4 : lécythe ; 5 : perle en terre cuite ; 6 : segment de lame en fer ; 7 et 8 : clous en fer (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 46. Le Peyrou 2, tombe 194. A et B : relevés de la couverture et du squelette ; C : vue générale (relevés et cliché des fouilleurs) ; D : fragment de coxal gauche, faces interne (a) et externe (b) ; E : fragment de coxal droit, faces interne (a) et externe (b) (clichés B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 47. Le Peyrou 2, tombe 195. A : vue générale de la fosse en cours de fouille ; B : vue de l’amphore en place (clichés des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 48. Le Peyrou 2, tombe 196. A : vue générale de l’amphore en cours de fouille ; B : vue de détail de l’amphore en place, montrant la jonction col-panse (clichés des fouilleurs ) ; 1 : amphore massaliète (dessin B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 49. Le Peyrou 2, tombe 199. Vue générale du squelette en cours de fouille (cliché des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 50. Le Peyrou 2, structure 200 (tombe ou bûcher). A : tableau de détermination des os humains incinérés (poids en grammes ; calculs des pourcentages sur la masse) ; 1 : céramique commune tournée (dessin B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 51. Le Peyrou 2, tombes 206, 207 et 208. A : vue générale du carré de fouille XII ; B : vue rapprochée des tombes 206 et 207 (clichés des fouilleurs ; T 47, T 48 et T 82, tombes du Peyrou 1 ; l’échelle mesure 50 cm) ; 1 et 2 : tombe 206, amphore massaliète et fragment d’anneau en fer ; 3 et 4 : tombe 208, amphore massaliète et coquille de praire (cliché et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 52. Le Peyrou 2. Répartition du mobilier hors tombe par rapport aux sépultures. Les numéros 1 à 17 renvoient aux objets illustrés figure 53. La position précise de chacun de ceux-ci dans les carrés est inconnue (d’après relevé A. Nickels).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 53. Le Peyrou 2. Mobilier découvert hors tombe. 1 : céramique à pâte claire ; 2 : balle de fronde en plomb ; 3 : bord d’amphore massaliète  ; 4 : pied de coupe attique ; 5 : olpé à pâte claire ; 6 : pied de bol attique ; 7 : lécythe ou unguentarium ; 8 : corymbe ; 9 : pied de lécythe attique ; 10 : bord d’amphore massaliète ; 11 : balle de fronde en terre cuite ; 12 : fragment de fibule en bronze ; 13 : bord de canthare à poucier attique ; 14 : fond de coupelle attique ; 15 : panse et fond d’amphore massaliète ; 16 : bol de l’atelier des petites estampilles ; 17 : fond d’amphore massaliète (clichés et dessins B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 54. Le Peyrou 2. Graphique synoptique de datation des tombes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 55. Le Peyrou 2. Tombes 184, 44bis, 77, 79, 48bis et mobilier hors-tombe. Graphiques synoptiques de datation des objets.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14997/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 440k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search