Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Chapitre 1. Présentation des découvertes du Peyrou 2 et de Saint-André, et conditions de l’étude

Texte intégral

1. Le cadre géographique : un site privilégié

1Sur la côte languedocienne, à 50 km au Sud-Ouest de Montpellier et à 40 km au Nord-Est de Narbonne, Agde occupe une situation centrale au fond du golfe du Lion. Dans le couloir que constitue la plaine du Languedoc entre le rivage et les premiers reliefs du Massif central, elle se trouve à mi-chemin entre le Rhône et les Pyrénées en bordure de l’Hérault qui se jette dans la mer Méditerranée à 4 km au Sud. C’est là un secteur largement ouvert vers un arrière-pays proche grâce à plusieurs fleuves côtiers aux embouchures voisines, l’Hérault lui-même et plus à l’Ouest, le Libron, l’Orb et l’Aude. Et ce dernier ouvre sur un horizon plus lointain, vers le Bassin aquitain (fig. 1). Pour les navigateurs, Agde se signale au loin par la présence toute proche du mont Saint-Loup, vestige d’un ancien volcan. Cette éminence qui culmine à 113 m, constitue un amer remarquable, le seul entre le mont Saint-Clair de Sète à l’Est, et le massif de la Clape à l’Ouest, aux environs de Narbonne. La ville est installée sur la table basaltique du volcan d’Agde, inclinée en pente douce vers le fleuve qu’elle domine d’une dizaine de mètres sur sa rive gauche (fig. 2).

Fig. 1. Localisation d’Agde et des établissements grecs de Méditerranée nord-occidentale (© B. Dedet).

Fig. 1. Localisation d’Agde et des établissements grecs de Méditerranée nord-occidentale (© B. Dedet).

Fig. 2. Vue aérienne cavalière de la ville d’Agde depuis le Nord, prise dans les années 1950. La flèche indique la localisation du quartier du Peyrou (cliché J. Cellard).

Fig. 2. Vue aérienne cavalière de la ville d’Agde depuis le Nord, prise dans les années 1950. La flèche indique la localisation du quartier du Peyrou (cliché J. Cellard).

2Dans la partie inférieure de son cours, l’Hérault coule dans une plaine particulièrement basse où cette table basaltique constitue le seul relief relativement important. Le fleuve en longe la lisière occidentale. Ces terrains volcaniques séparent deux zones lagunaires littorales, à l’Est les étangs du Bagnas et de Thau, et à l’Ouest un secteur récemment colmaté par les cours d’eau (fig. 3).

Fig. 3. Le contexte topographique d’Agde (© B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 3. Le contexte topographique d’Agde (© B. Dedet, M. Schwaller).

3Actuellement Agde est un site fluvial éloigné de la mer de plusieurs kilomètres ; il n’en a pas toujours été ainsi, comme le montrent les recherches récentes.

2. La topographie antique

4Les découvertes faites dans l’Hérault et ses abords, ainsi que les travaux géomorphologiques et archéologiques en cours, permettent de fixer un certain nombre de repères concernant l’évolution topographique des environs d’Agde.

5La fouille de J. Gascó, Th. Lachenal et leur équipe à La Motte 1, depuis 2011, sur l’actuelle berge de la rive droite du fleuve, à quelque 900 m en amont de la ville antique, révèle la présence d’un village établi au Bronze final IIIb sur le bord d’une lagune saumâtre en contact avec la mer (Gascó 2014) (fig. 4). Pour la période antérieure, cette zone de la basse vallée de l’Hérault est un grand golfe marin, remontant jusqu’à Florensac, progressivement atterri et qui se transforme peu à peu en lagune en partie fermée par un cordon littoral (Ambert 2001, 53-57 ; Devillers et al. 2015 ; Ropiot 2003 ; Ropiot 2015, 30-32). Ces recherches subaquatiques à La Motte 1 montrent l’embouchure de l’Hérault dans la lagune en ce lieu et à ce moment-là, au IXe s. av. J.-C. Ensuite, le colmatage de cette lagune s’accentue, avec pour conséquence un allongement du cours du fleuve.

Fig. 4. Le site d’Agde dans l’évolution de la basse vallée de l’Hérault durant la Préhistoire récente et la Protohistoire (schématisé d’après Devillers et al. 2015).

Fig. 4. Le site d’Agde dans l’évolution de la basse vallée de l’Hérault durant la Préhistoire récente et la Protohistoire (schématisé d’après Devillers et al. 2015).
  • 1 La proposition d’un bras oriental de l’Hérault entre le volcan et l’étang du Bagnas, à la suite d (...)

6Ainsi, au IIe s. av. J.-C. des aménagements portuaires semblent attestés dans le lit du fleuve une centaine de mètres en aval de la Motte 1, dans le secteur du château Laurens, toujours en rive droite, juste en amont de la ville antique (Tourrette 2002). Et des carottages récents semblent montrer l’existence du fleuve vers les IV e-IIIe s. av. J.-C. sur ce site dénommé La Motte 2 (renseignement J. Gascó). D’ailleurs, cela confirme l’enseignement qu’apportait déjà la découverte en 1968 d’une épave du IV e ou du début du IIIe s. av. J.-C., chargée d’amphores massaliètes, à 400 mètres encore plus en aval, sur la berge de la rive droite actuelle du fleuve (site Z), au droit de la ville antique (Lugand, Bermond dir. 2001, 405, n° 47). Au moment où la nécropole du Peyrou 2 est en usage, si ce n’est même plus tôt, la ville d’Agde se trouve désormais au bord du fleuve, même si la localisation de l’embouchure dans la lagune marine n’est pas encore bien précisée1 (fig. 4).

3. Aux sources de la colonie grecque

3.1. L’apport des textes antiques

7Des textes antiques attestent l’existence de la colonie grecque d’Agathè et la nécropole du Peyrou 2 apporte pour sa part une contribution non négligeable à la question de la date de sa fondation.

8Les deux textes essentiels émanent du Pseudo-Scymnos et de Strabon, qui écrivent, respectivement, au cours du IIe s. av. J.-C. et à l’époque d’Auguste.

9Selon le Pseudo-Scymnos (Circuit de la Terre, v. 201-216), Agathè serait occupée par les Phocéens de Marseille après qu’ils eurent fondé Emporion et Rhodè. Strabon attribue cette fondation à Massalia, de même que les autres colonies situées sur la côte provençale, Tauroention, Olbia, Antipolis et Nikaia : « Sur le cours de l’Arauris [le fleuve Hérault], se trouve Agathè, fondation des Massaliotes » (IV, 1, 6). Pour lui Agathè est un épiteichisma (un bastion avancé) « contre les barbares qui habitent le long du Rhône » (IV, 1, 5).

10Pour leur part, au Ier s. apr. J.-C., Pline l’Ancien signale Agatha comme ayant appartenu jadis aux Massaliètes (H. N., III, 4, 33), et Pomponius Mela nous dit que « l’Arauris, qui descend des Cévennes, jouxte Agatha » (II, 5, 80).

3.2. L’apport de l’archéologie

11L’habitat du Bronze final IIIb de La Motte 1, évoqué plus haut, se prolonge durant tout le VIIIe s. av. J.-C., marqué notamment par la présence du dépôt d’une parure métallique remarquable (Moyat et al. 2007). Sur le site même d’Agde, aucune découverte n’a été faite jusqu’à maintenant concernant ces époques. Des traces d’habitat qui dateraient de « l’extrême fin du VIIe s. av. J.-C. » ont été découvertes dans le sondage de l’impasse Molière en 1980 par A. Nickels, dans la partie septentrionale du site (Nickels 1985, 66). Elles seraient contemporaines de la fin de la nécropole du Peyrou 1, distante de 400 m. Cependant l’extension de cet établissement n’est pas connue et les fouilles et sondages les plus proches, comme ceux de la Placette et de la Glacière à quelque cent mètres au Sud de l’impasse Molière, n’ont révélé aucun vestige de cette époque, bien qu’ils aient été menés jusqu’au substrat naturel. Pourtant, le nombre de défunts découverts au Peyrou 1, au minimum 170 sujets qui s’échelonnent sur une durée d’un demi-siècle, suggère une certaine importance de cet habitat, d’autant que c’est seulement une partie du site funéraire qui a pu être étudiée (fig. 5, A).

Fig. 5. Les découvertes protohistoriques d’Agde (© B. Dedet, M. Schwaller).

Fig. 5. Les découvertes protohistoriques d’Agde (© B. Dedet, M. Schwaller).

12Dans les autres sondages et fouilles effectués sous l’emprise de la ville antique, les niveaux les plus anciens ne sont pas antérieurs au milieu du VIe s. av. J.-C. La période 550 - 400 av. J.-C. est bien documentée dans les travaux de l’impasse Molière évoqués ci-dessus, mais aussi dans le quartier de la Glacière, qui constitue le secteur le plus élevé du site, et plus au Sud à la place Conesa, à la rue Perben, au square Picheire, à la rue Jean Roger et au plan Sainte-Cécile (Ugolini dans Lugand, Bermond dir. 2001, 123-137, respectivement sites n° 3, 37, 19, 18, 14, 8 et 27). Cet établissement a, dès le début, une extension importante de l’ordre de 4,5 ha. Il est limité par un rempart, reconnu seulement au Nord dans l’impasse Molière pour la phase du milieu VIe - V e s. av. J.-C. (fig. 5, B). Ces découvertes livrent un matériel céramique importé très abondant, amphores massaliètes, grecques et étrusques, et vases à boire, qui mettent en évidence un rôle commercial certain (Garcia, Marchand 1995).

13Dans toutes ces fouilles, on constate une continuité de l’habitat par la suite et de nombreuses autres investigations montrent une occupation plus dense de l’emplacement de la ville antique à partir de la fin du V e s. av. J.-C. Aux fouilles et sondages que nous venons de citer, s’ajoutent, pour la phase 400-200 av. J.-C., ceux des rues Honoré Muratet, de la Poudrière, Jean Roger, du cloître Saint-Étienne, de l’angle des rues Louis Bages et Perben, de la rue de la Halle, du plan Boudou, des rues Blanqui, de la Maîtrise, Littré et de la Casemate, des impasses Terrisse et Saint-Vénuste, et de la Placette (Ugolini dans Lugand, Bermond dir. 2001, 123-137, sites n° 1, 4, 9, 12, 13, 16, 17, 21, 23, 25, 28, 30, 32 et 36). Un nouveau rempart en briques crues sur un puissant soubassement en pierre, dressé au IV e s. av. J.-C., est désormais reconnu en deux points opposés de l’agglomération, au Nord dans l’impasse Molière, et au Sud dans la rue Jean Roger, délimitant de manière précise l’assiette de cette ville. Cette densification de l’habitat se poursuit jusqu’au milieu du IIIe s., et serait suivie par une phase de repli, selon D. Ugolini, jusqu’au milieu du siècle suivant (2008, 202).

14Toutes ces découvertes, ainsi qu’un certain nombre d’autres, témoignent ainsi d’une occupation intra muros jusqu’au milieu du Ier s. apr. J.-C. (Ugolini dans Lugand, Bermond dir. 2001, 123-137). En outre, plusieurs sondages effectués dans la rue de l’Amour et ses alentours montrent une extension de l’habitat aux IIe et Ier s. av. J.-C. au-delà de cette implantation, à l’extérieur du tracé du rempart méridional (Lugand, Bermond dir. 2001, 137 et 138, sites n° 39 à 44 ; Ugolini 2008, 202) (fig. 5, C).

15La nécropole du Peyrou 2, située au même emplacement que le cimetière du VIIe s. av. J.-C., est contemporaine de cette ville pour sa phase comprise entre la fin du V e et le milieu du IIe s. av. J.-C. Les deux tombes de la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C. découvertes aux abords de l’église Saint-André paraissent témoigner d’une autre nécropole plus récente, jouxtant cette agglomération du côté opposé (Lugand, Bermond dir. 2001, 139-140) (fig. 5, C). Par ailleurs un bloc cylindrique en basalte portant une inscription en caractère grec, ΘΕΥ / ΧΑ, et un sarcophage en basalte également, découverts dans les parages de l’église Saint-Sever parmi de nombreuses trouvailles de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age ont parfois été interprétés comme des témoignages d’une troisième nécropole d’époque grecque (Garcia 1995, 148). Néanmoins ce lieu n’a fourni aucune tombe avérée de cette période et ni le bloc avec inscription, semble-t-il votive au demeurant, ni ce sarcophage utilisé au haut Moyen Age, ne peuvent être datés sans conteste aussi anciennement (pour l’inscription : Benoit 1965, 24 et 121 ; Lugand, Bermond dir. 2001, 138-139 ; Decourt 2004, 129).

16Sources antiques et découvertes archéologiques permettent ainsi de brosser un tableau de l’histoire d’Agde à l’âge du Fer. Trois ou quatre phases distinctes peuvent être cernées.

17Aux IXe et VIIIe s. av. J.-C. un premier établissement humain est installé non loin du site d’Agde, sur la rive de la lagune proche de l’embouchure de l’Hérault.

18À partir du second quart du VIIe s. av. J.-C., un autre habitat, actuellement non localisé, a dû exister dans les environs, dont l’existence est trahie par le cimetière retrouvé au lieu-dit le Peyrou. Ce dernier montre déjà les premiers contacts, plutôt sporadiques, de ces habitants avec les navigateurs méditerranéens. Dans quatre tombes seulement, sur 180, un vase à boire de type grec, cruche ou coupe, figurait dans le matériel accompagnant le défunt (Nickels 1983, 412-414). Ces relations avec le monde extérieur sont favorisées par la situation au bord de l’eau. Le rôle de cette voie fluviale mettant en relation le littoral avec l’intérieur de la région est également illustré alors par la cargaison échouée au large de Rochelongue, près de l’embouchure actuelle de l’Hérault, qui témoigne bien de la réalité d’un commerce de métal, vers 600 av. J.-C. : des petits objets en bronze, alors obsolètes, récupérés dans les habitats de la région, et des lingots de cuivre pur, d’étain et de plomb, ainsi que des amalgames de grains d’étain dans des sacs (Garcia 2002 ; Dedet, Marchand 2015a, 601-602).

19Sur le site même d’Agde, une agglomération étendue est clairement attestée à partir de la fin de la première moitié du VIe s. av. J.-C. Pour cette ville, qui s’inscrit entre 550 et 400 av. J.-C. environ, comme l’écrit André Nickels « les importations d’origine méditerranéenne augmentent nettement et témoignent désormais de contacts réguliers et non plus de rapports épisodiques. La structure même des échanges semble se modifier avec l’apparition des amphores, d’origine essentiellement étrusque, plus rarement grecque. Cette apparition des amphores correspond à la création de nouveaux circuits commerciaux, où les échanges sont plus actifs (...). À côté de cette modification de la structure des échanges, on observe une diversification très marquée des arrivages, avec du mobilier originaire soit de Grèce de l’Est soit d’Étrurie » (1983, 415). La réception de ces produits dans les habitats de l’arrière-pays proche, comme celui de la Monédière à Bessan, à cinq kilomètres et demi seulement, marque bien cette vocation commerciale (Nickels 1989). Pour le moment, on ne connaît pas la nécropole de cette agglomération.

20L’importance d’Agde par la suite se manifeste, dès les environs de 400 av. J.-C., par la construction d’une nouvelle enceinte et des réorganisations dans l’habitat découlant d’une nouvelle trame urbaine. L’interprétation du cadastre met aussi en évidence quatre phases de restructuration de cette trame sous forme de schémas orthogonaux avec la permanence d’une voie méridienne qui constitue un axe de symétrie de la ville antique (Nickels 1981, 29-50). A. Nickels plaçait à ce moment-là la fondation du comptoir massaliète d’Agathè à l’emplacement même de l’établissement primitif du VIe s. av. J.-C., à la suite de R. Aris et G. Claustres (Aris, Claustres 1939 ; Nickels 1983, 421-422). C’est à cette époque aussi que se situent les tombes les plus anciennes du Peyrou 2, et cette nécropole peut donc contribuer à alimenter cette question de la colonisation grecque.

4. Les recherches archéologiques au Peyrou (fouilles André Nickels 1977-1978)

21La nécropole grecque du Peyrou 2 est intimement liée au cimetière indigène du Peyrou 1, tant au niveau de sa découverte que de sa fouille.

4.1. La découverte du Peyrou

  • 2 L’encadrement de l’équipe était assuré par G. Marchand, C. Olive, C. Pellecuer, G. Pouzolles, C. (...)

22En 1977, M. Adgé, passionné du passé de sa ville, repéra des restes de tombes du premier âge du Fer dans des tranchées faites à l’occasion de la viabilisation d’un programme de lotissement de deux parcelles de la périphérie d’Agde, au lieudit le Peyrou (fig. 6). Il s’ensuivit aussitôt une fouille de sauvetage dirigée par A. Nickels, de la Direction des Antiquités Historiques du Languedoc-Roussillon2, qui s’est déroulée durant plusieurs mois, en 1977 et 1978 (fig. 7 et 8). Celle-ci a permis de mettre au jour 171 sépultures du VIIe s. av. J.-C. ainsi que 32 groupes cohérents de tessons pouvant correspondre à des tombes détruites de la même époque. Dans la même emprise, sont apparues également, de manière inattendue, 35 sépultures et une possible aire de crémation des IV e - IIe s. av. J.-C. Par ailleurs, cinq tombes du milieu du Ier s. apr. J.-C ont été rencontrées en bordure occidentale de l’ensemble (fig. 9).

Fig. 6. Localisation d’Agathè, du Peyrou et de Saint-André, sur fond de photographie aérienne des années 1950 (cliché IGN).

Fig. 6. Localisation d’Agathè, du Peyrou et de Saint-André, sur fond de photographie aérienne des années 1950 (cliché IGN).

Fig. 7. A : vue générale du site du Peyrou au début de la découverte
B : vue d’un secteur de la nécropole du Peyrou en cours de fouilles (clichés des fouilleurs).

Fig. 7. A : vue générale du site du Peyrou au début de la découverte B : vue d’un secteur de la nécropole du Peyrou en cours de fouilles (clichés des fouilleurs).

Fig. 8. A : fouille du squelette de la tombe 74 par Henri Duday
B : relevé d’une sépulture par André Nickels (clichés J. Grimal).

Fig. 8. A : fouille du squelette de la tombe 74 par Henri Duday B : relevé d’une sépulture par André Nickels (clichés J. Grimal).

Fig. 9. Localisation cadastrale des nécropoles successives du Peyrou et topographie moderne du site (d’après un relevé de G. Marchand).

Fig. 9. Localisation cadastrale des nécropoles successives du Peyrou et topographie moderne du site (d’après un relevé de G. Marchand).

23La problématique de départ étant l’étude d’une nécropole du premier âge du Fer, la priorité a été donnée à l’analyse de celle-ci, et la publication qui a suivi n’a pas inclus les tombes du second âge du Fer (Nickels, Marchand, Schwaller 1989), tandis que les sépultures gallo-romaines faisaient l’objet d’un article à part (Olive, Raynaud, Schwaller 1980). En fait, A. Nickels réservait la publication des tombes des IV e - IIe s. av. J.-C. dans le cadre d’une thèse qu’il projetait sur la colonie grecque d’Agde et son territoire, mais que son décès prématuré en 1990 a empêché de mener à bien. Il y a fait simplement allusion dans deux communications à des colloques en Italie, à Cortone en 1981 et à Naples en 1982 (respectivement : Nickels 1983 ; Nickels 1982).

4.2. La topographie du Peyrou et l’extension de la nécropole du Peyrou 2

  • 3 Section H, parcelles 613 et 614.

24Les parcelles du quartier du Peyrou concernées par ce gisement archéologique, en bordure du chemin du même nom, sont situées entre 400 et 500 mètres au Nord-Est de la ville antique3. Ces ensembles funéraires, Peyrou 1 pour le VIIe s. et Peyrou 2 pour les
IV e - IIe s. av. J.-C., ont été installés vers l’extrémité occidentale de la table basaltique que borde l’Hérault. Celle-ci, dans le cadre de ces deux parcelles qui totalisent une superficie de 8000 m2, accuse une faible pente d’Est en Ouest, entre 14 m et 11,60 m d’altitude, avec un léger thalweg dans sa partie centrale. La surface de ce substrat est très irrégulière. Des croupes de basalte compact alternent avec des dépressions remplies par les matériaux d’altération. Au-dessus, l’épaisseur de la terre arable varie de 0,20 m à plus d’un mètre de l’Est vers l’Ouest. De ce fait, la partie orientale des parcelles fouillées n’est pas favorable à une implantation et à une éventuelle conservation de tombes. Par ailleurs, ni labours profonds, ni plantations n’ont semble-t-il perturbé ces terrains. Les ensembles funéraires ont été découverts dans la partie comprise entre 13 m et 11,60 m d’altitude, les secteurs les plus hauts, du Nord-Ouest à l’Est, étant exempts de toute découverte (fig. 9).

25Ainsi à cause de cette topographie, on ignore si la nécropole du Peyrou 1 s’étendait davantage vers le Nord-Ouest et l’Est. Les tombes fouillées les plus septentrionales du Peyrou 1 sont les moins bien conservées, et dans ce secteur aucune sépulture du Peyrou 2 n’a été rencontrée en place. Seuls des objets découverts isolés, à une vingtaine de mètres à l’Est, peuvent peut-être témoigner de tombes détruites dans cette zone. C’est donc dans la région Sud-Ouest, où la sédimentation est la plus importante, jusqu’à plus d’un mètre d’épaisseur, que se trouvent les tombes du Peyrou 1 les mieux conservées ainsi que celles du Peyrou 2.

26La limite de ces deux ensembles funéraires vers le Sud-Ouest n’est pas connue. Ceux-ci devaient s’étendre dans cette direction, au-delà du terrain disponible pour la fouille. Deux indices vont dans ce sens : la densité des dépôts des deux périodes dans cette extrémité de la parcelle 614, et les découvertes faites dans la berme elle-même (fig. 10 et 11). Il apparaît donc qu’à l’issue des fouilles de A. Nickels, nous ne disposons que d’une partie de la nécropole du second âge du Fer. Déjà, dans les années 1977-1978, les deux parcelles concernées étaient les dernières non encore urbanisées. Depuis lors, aucune découverte fortuite n’a été signalée et toute recherche complémentaire n’est guère envisageable sur ces terrains maintenant bâtis.

Fig. 10. Plan général des nécropoles du Peyrou 1 et 2 (relevé d’après A. Nickels).

Fig. 10. Plan général des nécropoles du Peyrou 1 et 2 (relevé d’après A. Nickels).

Fig. 11. Plan de détail de la nécropole du Peyrou 2 dans son contexte des tombes du Peyrou 1 (relevé d’après A. Nickels).

Fig. 11. Plan de détail de la nécropole du Peyrou 2 dans son contexte des tombes du Peyrou 1 (relevé d’après A. Nickels).

27Il semblerait cependant que les limites nord, est et sud du cimetière du Peyrou 2 aient été atteintes. Cela ressort de la comparaison de la répartition des tombes du premier et de celles du second âge du Fer. En effet, d’une part les tombes les plus récentes sont disposées à la même profondeur que les plus anciennes, et d’autre part ces dernières présentent un bon état de conservation (fig. 12). Nul doute que des dépôts plus récents placés à ce niveau eussent été conservés. La seule incertitude subsiste côté ouest, du fait de la limite de la fouille.

Fig. 12. Vue d’un secteur de la nécropole du Peyrou, avec une tombe à incinération du Peyrou 1 en haut et à gauche, et une tombe à inhumation du Peyrou 2, à droite (cliché des fouilleurs).

Fig. 12. Vue d’un secteur de la nécropole du Peyrou, avec une tombe à incinération du Peyrou 1 en haut et à gauche, et une tombe à inhumation du Peyrou 2, à droite (cliché des fouilleurs).

4.3. De la fouille à l’étude

28Les tombes du Peyrou 2 ont été découvertes lors de l’exploration du Peyrou 1 et s’inscrivent dans le même carroyage. Leur numérotation n’a pas été mise à part et elle est incluse dans celle des tombes plus anciennes, au fur et à mesure des découvertes.

29Ces sépultures ont bénéficié de méthodes de fouille et d’enregistrement semblables aux tombes antérieures : décapage mécanique de la terre arable, décapage manuel mettant au jour tous les vestiges, couvertures effondrées, dépôts funéraires en place, qu’il s’agisse d’inhumations ou d’incinérations, et objets isolés (Nickels, Marchand, Schwaller 1989, 12-13). Cependant, concernant les tombes du Peyrou 2, les relevés, les photographies et les notes de terrain sont rarement aussi abondants et précis que pour le Peyrou 1. Dans la documentation disponible, le plus souvent les descriptions accompagnant les plans sont très peu développées et, sauf exception, les relevés des squelettes sont schématiques. Quelques détails concernant les tombes du Peyrou 2 apparaissent parfois dans la publication du Peyrou 1, lorsque les structures des unes et des autres sont proches ou enchevêtrées, comme le montrent ici les figures 11 et 12.

30Selon des méthodes répandues dans les années 1970, les squelettes en place n’ont pas fait alors l’objet d’une fouille « anthropologique », sauf cas particulier. Ils ont toutefois été prélevés par régions anatomiques consolidées et plus ou moins maintenues en bloc avec de la colle à bois diluée. Pour leur part, les restes de très jeunes sujets décédés en phase périnatale sont parfois seulement signalés, mais n’ont pas été conservés, même ceux qui étaient placés dans une amphore. De même, les ossuaires ont été vidés de leur contenu. Celui-ci a ensuite bénéficié du même traitement que celui des ossuaires du Peyrou 1 étudiés par H. Duday : tri à sec pour éviter la fragmentation des os et tamisage à l’eau du sédiment restant à la maille de 0,5 mm pour récupérer la quasi-totalité des esquilles (Duday 1989).

  • 4 Nos remerciements vont à Sophie Izac et Guy Pouzolles, qui nous ont facilité l’accès à cette docu (...)
  • 5 Nous devons d’ailleurs à celui-ci, les dessins de quelques objets.

31Quarante ans plus tard, nous avons pu revenir sur ce matériel entièrement conservé en l’état au dépôt de fouilles du Service Régional de l’Archéologie à Lattes4. Toute la documentation de fouille correspondante a pu également être exploitée, après avoir été au préalable classée et archivée par G. Marchand5. Bien qu’assez réduite, elle permet toutefois d’établir un catalogue détaillé des tombes.

5. Les découvertes de Saint-André (fouilles Raymond Aris 1939)

  • 6 La notice concernant les recherches de N. Houlès sur les tombes du Bas-Empire et du haut Moyen Ag (...)

32Les découvertes de Saint-André sont plus anciennes. Il s’agit de deux tombes à incinération de la seconde moitié du IIe s. av. J.-C. mises au jour lors de la fouille menée en 1939 par R. Aris et P. Puig dans le jardin de l’école Notre-Dame qui jouxte le flanc méridional de l’église Saint-André, à une centaine de mètres du tracé du rempart de la colonie grecque, à l’extérieur du périmètre que celui-ci enclot (Aris 1956) (fig. 13, I). Ces deux sépultures ont été englobées dans un cimetière en usage entre le V e et le XVIIIe s., autour de cette église et dans celle-ci. En effet, ce jardin a également livré une quarantaine de tombeaux de l’Antiquité tardive, du haut Moyen Age, et du Moyen Age. Ceux-ci sont de plusieurs types : en bâtière de tegulae et d’imbrices, ou en dalles, ou en sarcophages monolithiques en calcaire ou encore en amphores pour les deux premières périodes, et remplois de sarcophages ou inhumations en pleine terre pour la dernière époque. Dans ce secteur également, une série de huit sarcophages du VIe s. apr. J.-C. s’inscrit dans un bâti qui pourrait correspondre à une chapelle funéraire associée à la basilique dans laquelle s’est déroulé le concile d’Agde de 506 (fouilles R. Aris 1939 et N. Houlès entre 1986 et 1990)6 (fig. 13, II). D’autres tombes s’échelonnant entre le V e et le XVIe s. ont aussi été fouillées au chevet de l’église en 1948 et 1949 par R. Aris, puis par N. Houlès, et ce dernier a, de plus, découvert des sépultures d’époques médiévale et moderne à l’intérieur de l’église actuelle construite en 1575 (fig. 13, III et IV) (Houlès 1987).

Fig. 13. Les tombes grecques de Saint-André, au sein de la nécropole de l’Antiquité tardive et du Moyen Age (d’après I. Bermond et N. Houlès).

Fig. 13. Les tombes grecques de Saint-André, au sein de la nécropole de l’Antiquité tardive et du Moyen Age (d’après I. Bermond et N. Houlès).

33Les deux tombes d’époque grecque ont été trouvées au milieu des sépultures postérieures et au même niveau qu’elles. Étant donné cet enchevêtrement et cette superposition, on ne peut écarter l’idée d’un ensemble funéraire plus important détruit, d’autant que R. Aris et N. Houlès signalent des trouvailles de tessons de cette « période grecque » en position remaniée, notamment de la céramique à vernis noir campanienne, des amphores massaliètes et des amphores de type italique. Autre indice d’une nécropole plus étendue, à une soixantaine de mètres à l’Ouest, rue Jules-Ferry, R. Aris recueillit en 1970 quelques tessons de céramique campanienne A et d’amphore de type italique de forme Dressel 1A, ainsi qu’un morceau de « mâchoire » humaine (Lugand, Bermond dir. 2001, 139, n° 46).

  • 7 Nous sommes reconnaissants à Jean-Paul Cros d’avoir mis cette documentation à notre disposition, (...)

34Le matériel des deux tombes de Saint-André, objets et os, a été prélevé en deux ensembles bien distincts. Il a d’abord été exposé au Musée du Viel-Agathois, dans une présentation au public où R. Aris cherchait à restituer le mode de dépôt. Il est actuellement conservé, de la même manière, au siège du Groupe de Recherche Archéologique d’Agde, en cette ville, où nous avons pu l’étudier7.

6. Principes de l’étude

35Nous avons conservé la numération originelle des tombes de Saint-André. De même, pour le Peyrou 2, le catalogue a été organisé tombe par tombe, en gardant également la numérotation de chacune de celles-ci attribuée au moment de la fouille. Nous avons numéroté comme tombes 206, 207 et 208, à la suite de la dernière sépulture du premier âge du Fer, trois dépôts en amphore initialement dénommés par A. Nickels, respectivement, « amphore 1 », « amphore 3 » et « amphore 2 ». Les relevés de fouille originaux ont été repris tels quels pour illustrer les conditions de dépôt et compléter les rares photos et notes de terrain. Les parties de squelette prélevées en bloc lors de la fouille ont été dégagées de leur gangue, ce qui a permis de découvrir quelques objets supplémentaires.

Étude anthropologique

36La nécropole du Peyrou 2 rassemble sur le même site des inhumés et des dépôts secondaires d’incinération, tandis que Saint-André n’a livré que des dépôts de cette seconde catégorie.

37Pour chaque individu inhumé, nous avons cherché à approcher la position du corps dans la tombe, d’après les relevés et les photographies, et si celui-ci s’est décomposé en espace vide ou colmaté.

38L’estimation de l’âge au décès est fondée sur le stade de maturation des pièces du squelette, dents et os, et pour les adultes sur les processus de dégénérescence osseuse. Pour les enfants jusque vers 14 ans, c’est le développement de la dentition qui constitue le critère le plus important, éruption et minéralisation des différentes dents, dents déciduales et dents définitives. On a utilisé ici les schémas fournis par D.H. Ubelaker (1978) et ceux de C.F.A. Moorrees, E.A. Fanning et E.E. Hunt (1963a ; 1963b), qui tiennent compte de la variabilité individuelle. Pour les enfants plus âgés, en plus de la dentition, entrent également en ligne de compte les critères d’ossification des os, l’apparition des points d’ossification épiphysaires et complémentaires et la soudure de ces points à la diaphyse ou au corps de l’os (Ferembach, Schwidetzky, Stloukal 1979). L’appréciation de l’âge au décès des adultes repose sur l’absence de surfaces métaphysaires, le degré de synostose des sutures crâniennes et l’épaisseur de la corticale des os longs. De même, dans cette estimation, peut entrer en compte l’usure des dents (Molnar 1971 ; Brothwell 1981).

39L’identification du sexe, qui ne peut concerner que les adultes, est fondée uniquement sur la forme de l’os coxal et en particulier celle de la grande échancrure sciatique, donnée permettant d’atteindre un degré de sûreté satisfaisant (Ferembach, Schwidetzky, Stloukal 1979). L’examen de la forme de la surface auriculaire, de l’élévation de celle-ci, et du développement de la gouttière rétro-auriculaire, selon la méthode mise au point par J. Bruzek (Bruzek, Castex, Majo 1996), n’a pas permis de cas de détermination supplémentaire car il ne s’est pas trouvé, dans la série étudiée, de portion de coxal comprenant cette région sans la grande échancrure sciatique. Tout autre critère tel que certains caractères du crâne, gracilité ou robustesse des os, n’a pas été retenu pour cette diagnose, car le dimorphisme sexuel se traduit dans des moyennes et ne peut être apprécié correctement sur des pièces osseuses autres que le bassin sans une méthode statistique, ce qui est difficilement envisageable ici, étant donnée la fragmentation du matériel et le caractère réduit de l’échantillon des adultes inhumés. Toutefois, un squelette très robuste a plus de chances de correspondre à un homme, et des os graciles d’appartenir à une femme. Sauf exception (T 77) cette diagnose n’a pas été possible pour les défunts incinérés de cette nécropole, mais seulement pour les inhumés.

40L’étude des restes osseux brûlés - tri, identification, détermination par région anatomique (tête, tronc et membres) et étude pondérale - a été menée selon le protocole établi par H. Duday (Duday, Depierre, Janin 2000). Les valeurs de référence sont celles de B. Herrmann (1976) et J.I. McKinley (1993 ; 1994) pour le poids moyen d’un squelette brûlé, de Lowrance et Latimer (dans Krogman 1978) pour la représentation pondérale relative des différentes régions anatomiques du squelette adulte, et de F. Le Mort pour l’évaluation de la température de crémation (Le Mort et al. 2001). Les fragments « indéterminés », très nombreux du fait de leur taille le plus souvent extrêmement réduite découlant de la maille de tamisage utilisée de 0,5 mm, ne pouvaient qu’amoindrir les éventuelles différences, et ils n’ont donc pas été comptés en nombre. D’autre part, les membres supérieurs et inférieurs n’ont pu être que rarement différenciés, car la fragmentation très importante des restes osseux n’a pas permis, le plus souvent, de faire la distinction entre ces deux régions anatomiques. On a donc dû se contenter de considérer la catégorie globale des restes des membres.

41La notation des dents définitives est faite comme suit : I = incisive ; C = canine ; P = prémolaire ; M = molaire ; en exposant 1, 2, 3 = première, deuxième, troisième supérieures ; en indice 1, 2, 3 = première, deuxième, troisième inférieures ; C1 ou C1 pour la canine supérieure ou inférieure ; d = droite ; g = gauche.

Étude du mobilier

42Le mobilier issu de ces tombes a été restauré pour permettre dessins et photographies. Dans la description des objets, et en particulier du matériel céramique, nous utilisons diverses classifications. Pour les céramiques attiques, communes grecques, communes tournées du Languedoc occidental, les productions ibéro-languedociennes, de la Côte catalane, de l’atelier des Petites estampilles, les vases à pâte claire massaliète et les amphores massaliètes et gréco-italiques, nous adoptons le classement des formes mis au point pour le site de Lattes dans Dicocer 1 (Py dir. 1993) et Dicocer 2 (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001). Pour les céramiques à pâte claire ou à vernis noir de l’atelier de Rosas, nous suivons la classification de N. Lamboglia (1952) adaptée par A.-M. Puig (Puig 2006a ; Puig 2006b). Pour les monnaies, nous utilisons la typologie de M. Py (2006) et pour les fibules, celles de C. Tendille (1978) et R. Gebhard (1991).

Notes

1 La proposition d’un bras oriental de l’Hérault entre le volcan et l’étang du Bagnas, à la suite de Ptolémée qui, au IIe s. apr. J.-C., faisait d’Agde une île (II, 10, 2), est infirmée par les résultats de recherches géomorphologiques récentes (Ambert 2001, 55).

2 L’encadrement de l’équipe était assuré par G. Marchand, C. Olive, C. Pellecuer, G. Pouzolles, C. Raynaud, J.-C. Roux et M. Schwaller.

3 Section H, parcelles 613 et 614.

4 Nos remerciements vont à Sophie Izac et Guy Pouzolles, qui nous ont facilité l’accès à cette documentation.

5 Nous devons d’ailleurs à celui-ci, les dessins de quelques objets.

6 La notice concernant les recherches de N. Houlès sur les tombes du Bas-Empire et du haut Moyen Age de Saint-André, parues dans Gallia Informations, 1992, 1, 124, mentionne « deux incinérations datées du Ier s. av. J.-C. ». Comme a bien voulu nous le confirmer de vive-voix N. Houlès (9 mai 2016), il s’agit là en fait des deux tombes fouillées par R. Aris en 1939 et non pas de deux nouvelles découvertes, comme indiqué dans Garcia 1995, 148.

7 Nous sommes reconnaissants à Jean-Paul Cros d’avoir mis cette documentation à notre disposition, à Jean Grimal de nous avoir communiqué des archives de R. Aris, et à Noël Houlès pour ses précisions concernant ses recherches sur ce site.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation d’Agde et des établissements grecs de Méditerranée nord-occidentale (© B. Dedet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 2. Vue aérienne cavalière de la ville d’Agde depuis le Nord, prise dans les années 1950. La flèche indique la localisation du quartier du Peyrou (cliché J. Cellard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3. Le contexte topographique d’Agde (© B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 4. Le site d’Agde dans l’évolution de la basse vallée de l’Hérault durant la Préhistoire récente et la Protohistoire (schématisé d’après Devillers et al. 2015).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 5. Les découvertes protohistoriques d’Agde (© B. Dedet, M. Schwaller).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 6. Localisation d’Agathè, du Peyrou et de Saint-André, sur fond de photographie aérienne des années 1950 (cliché IGN).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 7. A : vue générale du site du Peyrou au début de la découverte B : vue d’un secteur de la nécropole du Peyrou en cours de fouilles (clichés des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 8. A : fouille du squelette de la tombe 74 par Henri Duday B : relevé d’une sépulture par André Nickels (clichés J. Grimal).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 9. Localisation cadastrale des nécropoles successives du Peyrou et topographie moderne du site (d’après un relevé de G. Marchand).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 10. Plan général des nécropoles du Peyrou 1 et 2 (relevé d’après A. Nickels).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 11. Plan de détail de la nécropole du Peyrou 2 dans son contexte des tombes du Peyrou 1 (relevé d’après A. Nickels).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 12. Vue d’un secteur de la nécropole du Peyrou, avec une tombe à incinération du Peyrou 1 en haut et à gauche, et une tombe à inhumation du Peyrou 2, à droite (cliché des fouilleurs).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 13. Les tombes grecques de Saint-André, au sein de la nécropole de l’Antiquité tardive et du Moyen Age (d’après I. Bermond et N. Houlès).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14993/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search