Version classiqueVersion mobile

Grecs en Gaule du Sud

 | 
Bernard Dedet
, 
Martine Schwaller

Introduction

Texte intégral

1La colonie grecque d’Agathè, déjà citée par des auteurs de l’Antiquité, le Pseudo-Scymnos, Strabon, Pline l’Ancien, Pomponius Mela, Ptolémée, Étienne de Byzance, a fait couler beaucoup d’encre parmi les historiens modernes qui cherchaient surtout sa localisation précise et sa date de fondation. Il faut attendre les premières recherches de terrain de Raymond Aris à la fin des années 1930 pour disposer d’observations archéologiques précises. Mais ce sont surtout les travaux et les conclusions d’André Nickels dans les années 1970, malheureusement interrompus trop tôt par les Parques, qui permettent de renouveler et d’étayer fortement ce dossier, avec les fouilles de la rue Jean-Roger, de la rue Perben, de l’impasse Molière et du square Picheire pour l’habitat, et du Peyrou pour le domaine du funéraire, ainsi que les opérations d’archéologie préventive qui ont suivi.

2Découverte fortuite révélée par l’érudit agathois Michel Adgé, au départ, le Peyrou n’était qu’une nécropole du premier âge du Fer. Mais, outre quelque 180 tombes du VIIe s. av. J.-C., la fouille de sauvetage programmée dirigée par A. Nickels en 1977 et 1978 a aussi procuré 35 sépultures bien différentes des autres, datées entre les environs de 400 et le milieu du IIer s. av. J.-C., sans compter cinq incinérations d’époque flavienne. Conformément aux objectifs de départ, l’ensemble du premier âge du Fer a fait l’objet d’une étude et d’une publication, et il en est allé de même pour les tombes d’époque gallo-romaine. A. Nickels réservait les tombes du second âge du Fer à une étude particulière, qu’il n’a pas eu le temps d’entreprendre.

3Le travail sur ces tombes du Peyrou contemporaines de la colonie grecque, que nous présentons ici, souhaite combler cette lacune, en quelque sorte sauver un sauvetage. C’était l’occasion de lui adjoindre deux autres sépultures de cet établissement colonial découvertes plus anciennement par R. Aris dans un autre secteur d’Agde, celui de Saint-André. L’étude de ces deux ensembles funéraires vient compléter les données déjà acquises sur la ville. Surtout c’est un apport nouveau et très important pour la connaissance des habitants d’Agde car les usages funéraires reflètent les préoccupations culturelles les plus profondes, celles auxquelles un groupe humain est le plus attaché.

4Par ailleurs, parmi les colonies grecques ou massaliètes du Midi de la Gaule, seule Massalia/Marseille avait jusqu’ici fourni des données dans le domaine funéraire, sans parler de la découverte toute récente de quelques tombes de Nikaia/Nice. De ce point de vue, les autres comptoirs sont pour le moment muets, qu’il s’agisse d’Antipolis/Antibes/, d’Olbia/Hyères, de Tauroeis/Six-Fours, de Théliné/Arles, ou encore de Rhodanousia/Espeyran ( ?). De ce fait, la comparaison des tombes d’Agde avec celles de Marseille, et en particulier avec la nécropole de Marseille/Sainte-Barbe, la seule actuellement publiée en détail, analyse anthropologique comprise, permet de proposer un premier aperçu du «  paysage  » funéraire phocéen d’Occident.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search