Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Conclusion générale

Frédéric Marty

Texte intégral

1La fouille archéologique préventive a permis d’étudier une surface de 6566 m² au pied de la colline du Castellan, connue pour avoir été le siège d’une agglomération fortifiée des premier et second âges du Fer. Les vestiges fouillés ont été découverts dans un état de conservation variable en fonction de leur localisation sur le terrain, de leur appartenance chronologique et des types d’aménagements récents qui les recouvraient. Ainsi, si certaines phases ou certains bâtiments antiques sont complètement arasés, il a été possible, d’une manière générale, de restituer des plans d’ensemble permettant de percevoir l’organisation générale du site. On notera d’ailleurs que l’emprise du projet correspond presque exactement à la superficie totale conservée du site de piémont. Autrement dit, bien que l’érosion et l’urbanisation aient effacé une grande partie de son extension, l’occasion a été donnée de traiter la quasi totalité de la surface préservée jusque-là. Plusieurs phases d’occupation, de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, ont été mises en évidence.

2Du Ve au début du IVe s. av. J.-C., des habitations mitoyennes, à architecture de pierre et probablement de terre, se regroupent au pied de l’habitat perché. Si la présence de foyers maçonnés évoque des espaces domestiques, l’indigence du mobilier pose la question du caractère éventuellement saisonnier de l’usage de ces bâtiments, peut-être construits au plus près des aires d’activité. Quoi qu’il en soit, ces vestiges témoignent de la vitalité de l’occupation à cette époque, certainement stimulée par la proximité de l’oppidum de Saint-Blaise, agglomération majeure de la rive occidentale de l’Étang de Berre. Par ailleurs, ils indiquent que le site du Castellan, comme certainement la plupart des habitats de hauteur, ne regroupe pas l’intégralité des bâtiments sur le plateau sommital, mais s’étend aussi au pied de la colline. Ce phénomène, mis en évidence un peu partout dans le Midi de la Gaule, n’a jamais pu être clairement abordé sur une grande superficie. Au Castellan, malgré une fenêtre de fouille conséquente, les aménagements sont trop mal conservés pour pouvoir donner une idée précise des modalités de l’occupation basse. On ne sait donc pas ce qui la différencierait de l’habitat perché que l’on ne connaît d’ailleurs qu’à travers le mobilier. Par conséquent, les quelques traces mises au jour constituent pour le moment les premiers vestiges en place de cette époque reconnus scientifiquement sur le site.

3Une phase que l’on place aux IIe - Ier s. av. J.-C. n’est connue que par un lambeau de mur témoignant peut-être d’une installation de bas de pente également en relation avec l’agglomération perchée, définitivement effacée par les importants travaux de terrassement du Haut-Empire. Seul le mobilier résiduel permet de l’évoquer, notamment un boulet en basalte. Ce projectile, que l’on retrouve habituellement sur les habitats régionaux détruits militairement à la fin du IIIe s., à la fin du IIe s. et au milieu du Ier s. av. J.-C., pose la question d’un éventuel conflit armé ayant eu lieu sur place au second âge du Fer. Cet indice doit être rapproché de la découverte ancienne d’une balle de fronde en plomb de l’armée romaine et de la fouille, en 2000, d’une maison détruite brutalement à la fin du IIe s. av. J.-C. L’hypothèse devra bien entendu être vérifiée à la lumière de fouilles archéologiques plus étendues au sommet de la colline.

4La nouveauté la plus significative concerne la période du Haut-Empire. En effet, alors que l’on subodorait l’existence d’une villa gallo-romaine, dite villa de Sainte-Catherine, l’étendue de la fouille a permis de mettre clairement en évidence une agglomération secondaire rurale occupée du deuxième quart du Ier s. au début du IIIe s. Son implantation succède à l’habitat protohistorique abandonné quelques décennies plus tôt, sans doute pour profiter de la proximité de ressources naturelles variées, mais aussi de l’existence d’un réseau de communication bien établi. La population, constituée d’indigènes descendant peut-être en partie des derniers habitants de l’âge du Fer, regroupe des familles vivant principalement de la pêche et de l’agriculture. L’agglomération s’organise autour de quatre voies creusées dans le substrat, de direction est-ouest et se raccordant à une longue voie nord-sud, utilisées pour la circulation des chariots mais aussi pour l’évacuation des eaux de pluie. Les bâtiments, étagés après nivellement du sol en fonction de la topographie du terrain, répondent à une vocation domestique et artisanale. Ils se composent de plusieurs pièces disposées différemment d’un bâtiment à l’autre. Dans quatre cas, on observe une organisation en L donnant sur un espace ouvert. L’architecture utilise des moellons de molasse locale liés à la terre. L’emploi d’adobes dans la partie haute de l’élévation est possible dans un cas. Quelques bâtiments portent des traces d’enduit de chaux, dont un avec joints tirés au fer à l’intérieur et à l’extérieur. Une seule pièce se distingue par un décor de peintures murales. Les sols sont constitués dans un premier temps par le substrat, puis sont rénovés à l’aide de remblais damés composés de terre prélevée dans un substrat meuble riche en coquilles d’huîtres fossiles. L’approvisionnement en eau est assuré par cinq puits privés creusés dans des cours et dans un jardin.

5Une économie de type rural transparaît de la confrontation de différents indices. Les ressources naturelles des étangs sont exploitées à travers la pêche et la récolte des moules. L’élevage n’est pas clairement mis en évidence ; toutefois, la plaine de la Crau étant dévolue au pâturage des ovins depuis la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., il n’est pas exclu que les habitants aient commercialisé la laine produite. La récolte de miel et de cire est peut-être plus anecdotique puisque un seul élément de ruche a été identifié. Quelques fosses suggèrent la plantation de vignes tandis que l’oléiculture devait constituer une part non négligeable des activités agricoles pratiquées au sein de l’agglomération. La transformation des aliments, notamment la boulangerie, est également mise en lumière grâce à la découverte de meules manuelles, de fragments de molae asinariae et d’un four. Quant à l’artisanat, il concerne essentiellement l’extraction de la pierre, visible notamment au niveau d’une carrière de dalles, la fabrication d’outils ou les petits travaux de réparation et de soudure d’objets en fer ainsi que le travail du plomb.

6Aucun bâtiment ni lieu de culte public n’a été mis au jour. Les croyances se manifestent dans des pratiques rituelles se déroulant au sein de l’espace domestique dans lequel on peut trouver un autel ou des dépôts propitiatoires comparables à ceux de l’âge du Fer. Le monde des morts est aussi intimement lié au monde des vivants comme l’attestent une tombe à inhumation placée dans une cour et un petit noyau funéraire implanté en bordure d’un jardin.

  • 260  Chausserie-Laprée 2017 ; Chausserie-Laprée, Rétif 2002
    et 2015.
  • 261  Borréani, Brun 1997.
  • 262  Pomarèdes 2008.

7On le voit donc, rien ne distingue vraiment cet habitat d’un établissement agricole ordinaire, si ce n’est le fait que les habitations soient regroupées en hameau ou village. Cependant, la mise en évidence de cette caractéristique est fondamentale puisqu’elle renouvelle complètement notre vision de l’occupation du territoire et des modes de peuplement à l’ouest de l’Étang de Berre. Après Tholon, à Martigues, site reconnu récemment comme une agglomération secondaire260, et maintenant le Castellan, l’organisation de l’habitat rural et la gestion du terroir prennent une nouvelle forme. Aux villae, établissements et bergeries viennent s’ajouter de petites agglomérations qui trouvent leur place dans le maillage territorial. La fouille extensive révèle ainsi ce que les prospections et les fouilles limitées ne permettaient pas de percevoir. Pourtant, ce schéma est très certainement généralisable. Mais les agglomérations secondaires rurales fouillées sont rares. Les mieux connues et les plus directement comparables sont celle de Berthoire, à Pignans dans le Var261, et celle de Peyre-Plantade, à Clermont l’Hérault262. Toutes deux sont situées le long d’une voie routière auprès de laquelle sont bâties des maisons de vignerons.

8La confrontation des études de mobilier et de l’évolution chronologique des habitats de l’ouest de l’Étang de Berre autorise aujourd’hui à avancer de nouvelles hypothèses quant aux interactions entre les communautés. Le fait le plus marquant est la disparition du port de Fos en tant qu’avant-port d’Arles et plaque tournante du commerce méditerranéen et rhodanien vers 220/230. L’agglomération du Castellan, dont la population venait y acquérir les denrées acheminées depuis les rives de la Méditerranée contre quelques marchandises locales (produits de la pêche, moules, laine...), est justement abandonnée à peu près à la même époque, vers 210/220, destin comparable, semble-t-il, à celui de l’agglomération de Tholon. Ces évènements ont donc de fortes chances d’être liés. La population locale, privée de facilité commerciale, a pu se déplacer vers un autre pôle de peuplement plus attractif.

  • 263  Une carotte sédimentaire qui serait réalisée au centre de l’étang apporterait probablement les m (...)

9Malgré toutes ces nouvelles connaissances, de nombreuses questions restent en suspens. Ainsi, bien que des prospections de surface aient permis de recueillir des tessons de céramique attestant une fréquentation au sommet de la colline durant le Haut-Empire, nous ne savons absolument rien des modalités d’une éventuelle occupation de hauteur. Seules de nouvelles fouilles permettraient de comprendre si l’habitat est strictement localisé au pied de la colline ou s’il se développe également à l’emplacement de l’agglomération fortifiée protohistorique, à l’instar d’autres agglomérations antiques du Midi gaulois. Par ailleurs, la relation entre l’agglomération et l’étang de l’Olivier, si elle paraît essentielle, n’en demeure pas moins obscure. En effet nous ne disposons pas encore de données paléo-environnementales les plus à même d’aider à reconstituer l’évolution du plan d’eau et donc sa géographie et ses ressources potentielles263.

  • 264  Trément 1999, 217-219.

10La dernière phase, relativement discrète, correspond à des traces de fréquentation durant l’Antiquité tardive, attribuées à la récupération de matériaux de construction dans les ruines de l’agglomération désertée. Les céramiques recueillies directement au contact des niveaux de démolition datent cet épisode de la fin du IV e ou du début du V e s. Cette chronologie s’accorde avec celle de la fondation d’une agglomération perchée sur la colline de Saint-Michel264, distante de 2,1 km. La création de ce nouvel habitat groupé a pu être à l’origine d’une recherche de matériaux d’accès facile.

Notes

260  Chausserie-Laprée 2017 ; Chausserie-Laprée, Rétif 2002
et 2015.

261  Borréani, Brun 1997.

262  Pomarèdes 2008.

263  Une carotte sédimentaire qui serait réalisée au centre de l’étang apporterait probablement les meilleurs éléments de réponse.

264  Trément 1999, 217-219.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search