Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Troisième partie. Études spécialisées

Chapitre 7. Analyse anthracologique de la fosse-bûcher

Carine Cenzon-Salvayre et Aline Durand

Texte intégral

1Les résidus de crémation de la fosse-bûcher 2057 – datée de la seconde moitié du IIe s. – ont fait l’objet de prélèvements de charbons de bois en vue de la réalisation d’une étude anthracologique. Il s’agit d’une structure de crémation avec geste double : une partie des ossements est laissée en place après la crémation tandis qu’une autre partie est prélevée pour être déposée dans un second lieu. Par ailleurs, la structure est incomplète dans le sens où un drain a entamé son angle sud-est (carrés E1, E2, F1 et F2).

I- Problématique et prélèvements

2Dans un premier temps, l’anthraco-analyse des charbons de bois vise à définir l’usage du bois dans le cadre précis de la pratique de la crémation. Les questionnements ont concerné plus particulièrement les points suivants :

  • tenter de comprendre la pratique crématoire au travers de la reconnaissance de gestes techniques ou rituels.

  • appréhender les milieux forestiers dans lesquels l’homme a pu s’approvisionner et, par ce biais, essayer de distinguer le matériel ligneux ayant servi à la combustion de celui pouvant être déposé sur le bûcher dans le cadre du rituel.

3Ces hypothèses de travail reposent sur un prélèvement organisé en carroyage, unités stratigraphiques et passes, permettant de replacer les essences spatialement et de comparer leur répartition avec celles du mobilier et des ossements. Ainsi une interprétation en termes de construction et conduite du bûcher funéraire peut être développée.

II- Méthode

  • 250  Jacquiot 1955 ; Jacquiot et al. 1973 ; Schweingruber 1990 ; Vernet et al. 2001.

4Sur le terrain, la fouille et le prélèvement ont suivi la méthode de l’anthropologie, à savoir la pose d’un carroyage et la fouille par carrés, passes (de 0,05 m) et unités stratigraphiques. Douze carrés délimitent des espaces de 0,30 m de côté : six colonnes (notées A à F) et deux lignes (1 et 2). L’analyse a respecté cette répartition par carré. L’intégralité du sédiment ainsi prélevé a été tamisée sur une colonne de tamis de mailles 4 mm à 1 mm afin d’extraire les charbons de bois qui ont été analysés en laboratoire. Au total, 380 fragments ont été observés au microscope à réflexion selon les trois plans anatomiques du bois obtenus par cassure fraîche à la main ou à l’aide d’un scalpel. La détermination des taxons a été faite en s’aidant d’ouvrages spécialisés sur l’anatomie du bois250 et de la collection de référence de bois actuels du Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (UMR 7298).

  • 251  Cenzon-Salvayre 2014.

5Lors d’une étude anthracologique en contexte de crémation, il est nécessaire d’analyser un même nombre de fragments de charbons de bois par carré afin d’offrir des comparaisons en terme de présence/absence statistiquement correctes. Nous avons établi qu’un nombre minimum de 100 charbons analysés par carré et passe (pour un échantillon mono-spécifique le nombre minimal peut être fixé à 50) autorisait une telle approche251. Or, dans notre cas, le nombre minimum requis n’a pu être obtenu (un seul échantillon atteint les 100 fragments de charbons et un carré [B2] n’a pas fourni de matériel analysable : fig. 348) rendant, de fait, les comparaisons entre carrés fragiles sur le plan quantitatif. Néanmoins et malgré ce biais, les résultats demeurent interprétables en termes qualitatifs, c’est-à-dire floristiques, et en termes de répartition spatiale morphologique.

Fig. 348. Identification des charbons de bois de la fosse-bûcher 2057.

Fig. 348. Identification des charbons de bois de la fosse-bûcher 2057.

III- Identification taxinomique des charbons de bois et remarques anatomiques

6Quatre taxons appartenant à la végétation méditerranéenne locale ont été identifiés.

7Juniperus sp. (genévrier), famille des cupressacées : Bois homoxylé, sans canaux résinifères. Rayons d’une hauteur moyenne de 2 à 5 cellules très rondes. Absence de trachéides transversales. Présence de ponctuations cupressoïdes dans les champs de croisement. Associée à la chênaie verte, c’est une espèce héliophile qui recherche les sols bien exposés au soleil. Il précède la venue de formations arborescentes.

8Quercus coccifera/ilex (chênes kermès-vert), famille des fagacées : Bois hétéroxylé à pores diffus ou semi-poreux. Cernes annuels peu distincts, répartition radiale des pores, isolés et peu nombreux. Vaisseaux à parois épaisses de 50 à 100 µ de diamètre dans le bois initial diminuant progressivement de 30 à 80 µ dans le bois final ; perforations simples, grandes ponctuations inter- et radiovasculaires. Rayons ligneux homogènes, en majorité unisériés, de 4-12 cellules de hauteur, et très nombreux ; rayons ligneux plurisériés larges d’environs 300-500 µ et hauts de 3 à 10 mm. Parenchyme axial très abondant. Les chênes méditerranéens supportent des sols secs.

9Pinus halepensis (pin d’Alep), famille des pinacées : Bois homoxylé présentant des canaux résinifères bordés de cellules à parois minces. Les critères de distinction des espèces sont la taille et la répartition des canaux résinifères dans le cerne annuel et la forme des ponctuations de champs de croisement, ici une à quatre ponctuations pinoïdes. Présence de trachéides transversales à paroi fines, faiblement dentées. Essence de lumière (espèce héliophile) qui supporte de forts éclairements et de longues périodes de sécheresse (espèce xérophile). Le Pin d’Alep constitue des bois ou pinèdes dans le midi méditerranéen, considérés comme des forêts de substitution à la forêt mixte de chêne vert et de chêne liège. Il colonise les terrains laissés déserts après la disparition ou la dégradation de la forêt sclérophylle en raison de conditions climatiques non favorables ou d’activités anthropiques. C’est une espèce pionnière et pyrophyte.

  • 252  Ozenda 1975.

10Olea sp. (olivier), famille des oléacées : Bois à pores diffus, disposés en ligne radiale de 2 à 4 pores, présence de parenchyme paratrachéal et circumvasculaire très abondant. Rayons hétérogènes de 1 à 3 cellules. Espèce très thermophile, l’olivier appartient à l’étage thermoméditerranéen où il forme avec le caroubier l’assemblage Oleo-Ceratonia. Seule une bande littorale extrêmement dégradée de cette formation est présente dans le midi méditerranéen sur la Côte d’Azur252. Aussi l’olivier est-il cultivé dans le Midi.

  • 253  Marguerie, Hunot 2007.
  • 254  Vaschalde 2013.

11Les fragments identifiés comme olivier (Olea) montrent des dégradations qui semblent, a priori, provenir des conditions de combustion avancées. En effet, les charbons présentent des traces de vitrification (fig. 349). Celles-ci correspondent à une fusion variable des éléments anatomiques du bois. À l’heure actuelle, les anthracologues ne savent pas interpréter correctement ce phénomène multifactoriel dans lequel les conditions de combustion jouent sans doute un rôle important253. Cependant, depuis quelques années, C. Vaschalde254 inclut dans ses études anthracologiques une quantification systématique de la vitrification. Pour ce faire, il a mis en place une échelle de quantification, permettant d’évaluer l’intensité de ce phénomène, à laquelle nous faisons désormais systématiquement appel dans nos analyses.

Fig. 349. Présence d’éléments vitrifiés sur les fragments d’olivier de la fosse-bûcher 2057.

Fig. 349. Présence d’éléments vitrifiés sur les fragments d’olivier de la fosse-bûcher 2057.

IV- Interprétation des données

1- La structure du bûcher

  • 255  Marty 2003, 280.
  • 256  Leveau et al. 1993, fig. 2 et 3.

12Les éléments de construction de la structure du bûcher sont constitués pour l’essentiel de pin d’Alep (Pinus halepensis). Malgré l’absence d’analyse paléo-écologique sur ce site, nous pouvons supposer que le pin d’Alep était présent aux alentours. Associé au genévrier, il présente un faciès de végétation anthropisée liée à la reconquête d’un sol et d’un couvert forestier. En effet, une étude réalisée sur le site voisin de l’atelier de potier de Sivier255 montre la présence de la chênaie sempervirente et du pin. Ces données ont été confirmées par une carotte prélevée dans l’Étang de Berre dans laquelle les pollens de pin sont majoritaires avec ceux de chênes méditerranéens256. En revanche, à Sivier, le genévrier est absent de l’étude, mais celle-ci ne disposait que d’un faible échantillonnage.

13Le chêne sempervirent n’est présent dans la structure de crémation qu’avec une seule occurrence. Or, il semble présent de manière non négligeable sur les diagrammes palynologiques et dans les études anthracologiques précédentes. Par conséquent, à des fins crématoires, le choix s’est orienté vers une essence, le pin d’Alep, qui devait certainement présenter les qualités morphologiques satisfaisant la construction de la structure du bûcher, sous forme de bûches car les fragments ne présentent pas de courbure sous le microscope.

2- Mise à feu et conduite du bûcher

14La combustion d’un corps humain nécessite un feu homogène permettant la disparition des chairs. À la suite de l’étude anthropologique, nous savons, d’après la coloration osseuse, que la combustion a été menée correctement et de manière homogène sur toute la surface du corps qui se présentait en extension. La mise à feu de la structure est un point de départ essentiel dont dépendra la combustion dans son ensemble. Or, en plan, la répartition des morphologies de bois laisse apparaître, dans quelques carrés de fouille, des concentrations de brindilles dont le diamètre est inférieur à 0,01 m (152 fragments au total). Il semble donc que ces brindilles aient été disposées afin de multiplier les points d’allumage au sein de la structure (fig. 350).

Fig. 350. Concentration des brindilles au sein de la fosse-bûcher 2057 (C. Cenzon-Salvayre).

Fig. 350. Concentration des brindilles au sein de la fosse-bûcher 2057 (C. Cenzon-Salvayre).
  • 257  Cenzon-Salvayre 2014.
  • 258  Figueiral, Fabre, Bel 2010, 329.

15Ce n’est pas la première fois que tels résultats apparaissent dans les analyses anthracologiques en contexte de crémation. La nécropole de Richeaume (Puyloubier, 13) est configurée de la même manière avec la présence de brindilles localisées en fond de fosse ou réparties parmi des éléments de bois plus gros257. Une étude menée sur des contextes urbains et ruraux du Languedoc montre aussi l’utilisation d’espèces arbustives, de branches et brindilles qui répondaient certainement aux exigences du processus de combustion258. Par ailleurs, lors de l’analyse, la saisonnalité a pu être déterminée pour les brindilles de pin d’Alep et de genévrier : pour 88 % d’entres elles, le dernier cerne arrête sa croissance systématiquement

16en bois initial. Il s’avère donc que le petit bois récolté pour le bûcher a été coupé vers la période du printemps. Seulement 18 % des brindilles ont, semble-t-il, été coupées vers la fin de l’été. Dans ce cas-ci, il pourrait s’agir d’un ramassage opportuniste de petit bois.

3- La présence de l’olivier

  • 259  Nous citerons, à titre anecdotique, le texte de Sénèque sur la crémation d’Hercule qui indique q (...)

17Nous ne pouvons déterminer, à partir d’une observation classique au microscope, si les fragments d’olivier identifiés appartenaient à des individus cultivés ou sauvages. Cependant, le contexte d’occupation gallo-romaine plaide en faveur d’une économie rurale comprenant la culture de l’olivier. Sa présence, concentrée dans les carrés A et B au nord de la fosse, où se situaient les fragments crâniens, peut être l’indice d’un dépôt de végétaux servant de coussin ou parant le front du défunt259. Toutefois, on ne doit pas écarter non plus l’hypothèse d’un simple ramassage opportuniste, dans l’environnement proche, et une utilisation comme combustible.

Notes

250  Jacquiot 1955 ; Jacquiot et al. 1973 ; Schweingruber 1990 ; Vernet et al. 2001.

251  Cenzon-Salvayre 2014.

252  Ozenda 1975.

253  Marguerie, Hunot 2007.

254  Vaschalde 2013.

255  Marty 2003, 280.

256  Leveau et al. 1993, fig. 2 et 3.

257  Cenzon-Salvayre 2014.

258  Figueiral, Fabre, Bel 2010, 329.

259  Nous citerons, à titre anecdotique, le texte de Sénèque sur la crémation d’Hercule qui indique que « le peuplier qui orne le front d’Hercule environne partout le bûcher » (Hercule sur l’Oeta, Acte V, v. 1640).

Table des illustrations

Titre Fig. 348. Identification des charbons de bois de la fosse-bûcher 2057.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 349. Présence d’éléments vitrifiés sur les fragments d’olivier de la fosse-bûcher 2057.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 350. Concentration des brindilles au sein de la fosse-bûcher 2057 (C. Cenzon-Salvayre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search