Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Troisième partie. Études spécialisées

Chapitre 2. Les céramiques du Haut-Empire

Frédéric Marty

Texte intégral

  • 180  Marty 2014.

1Les céramiques du Haut-Empire ont fait l’objet d’une étude détaillée, parue dans les actes du congrès de la SFECAG en 2014, à laquelle on se reportera pour plus d’informations et pour des renvois bibliographiques plus nombreux180. Aussi, dans le présent volume, se contentera-t-on d’exposer une synthèse illustrée, accompagnée de tableaux de comptage inédits (annexes 2-13), afin que le lecteur non spécialiste puisse avoir accès aux principaux résultats. Ce sera aussi l’occasion de revenir sur quelques pièces pour lesquelles l’information disponible s’est, entre temps, étoffée.

I- Phasage du mobilier

2Le phasage décrit supra (deuxième partie, chapitre 1, II) est utilisé pour suivre l’évolution des assemblages de vaisselle, d’amphores et autres objets en céramique. Toutefois, les phases A et B ont été regroupées car elles ont livré un mobilier peu abondant et comparable qui ne permet pas de proposer de séquences chronologiques très différentes. De la même manière, le mobilier de la phase E, assez pauvre, a été réuni avec celui de la phase D, très similaire bien que davantage étendu dans le temps, offrant une base statistique plus élargie.

3La datation des différentes phases s’appuie sur les indices stratigraphiques ainsi que sur la typologie du mobilier. Des sigillées italiques éparses légèrement antérieures à -20 sont compatibles avec une datation aux alentours du changement d’ère. Toutefois, aucun niveau archéologique en place ne peut être attribué à la période augustéenne. Par conséquent, il n’est pas interdit de dater le début de la phase AB d’une époque sensiblement plus récente. En effet, les céramiques fines de cette phase s’accordent avec un terminus post quem dans le deuxième quart du Ier s. (sigillées italiques Consp. 18, 22, 24.4). Les vases les plus récents placent la fin de la phase au tournant des Ier et IIe s. (notamment sigillée sud-gauloise Drag 37 à marque infra-décorative appartenant peut-être à Senilis).

4La phase C, qui n’est pas séparée de la précédente, sur le terrain, par un niveau stratigraphique net en raison de la continuité de l’occupation sur l’ensemble du site, admet un chevauchement chronologique. Parmi les céramiques fines, les formes Drag 15/17, 18, 24/25, 27, 33 et 37 en sigillée sud-gauloise prédominent. Elles appartiennent à un faciès datable du milieu du Ier s. au début du IIe s. La présence de quelques formes précoces en sigillée claire B (Desbat 1, 12, 16 et 19) et de deux marmites Hayes 197 en céramique culinaire africaine indiquent que la phase se poursuit jusqu’au milieu du IIe s.

5Pour les mêmes raisons que précédemment, la phase DE chevauche la phase C. Parmi la vaisselle, l’écrasante majorité des formes Drag 18, 24/25, 27, 33 et 37 en sigillée sud-gauloise fait débuter la phase dans la première moitié du IIe s. Les céramiques de la seconde moitié du siècle sont bien présentes (sigillées claires A et B, culinaire africaine). L’absence totale de sigillée claire C interdit de prolonger cette phase au-delà des années 220-230, mais de rares témoins du IIIe s. sont bien identifiés (cruche Desbat 84 en sigillée claire B, pot à bord en amande Marty 2004 n°25 en céramique commune brune rhodanienne, amphorette levantine, amphore Kapitän 2) indiquant une continuité de l’occupation jusqu’aux premières années du IIIe s.

6Pour résumer, le phasage du mobilier se décompose comme suit :

7- phase AB : 25/100 ;

8- phase C : 50/150 ;

9- phase DE : 100/220.

II- La céramique

1028549 fragments de céramique ont été pris en compte pour l’étude (fig. 303). Ils se répartissent dans les 3 phases selon les proportions suivantes : AB : 1494 (5,2 %) ; C : 7966 (27,9 %) ; DE : 19089 (66,8 %). Le nombre minimum d’individus calculé s’élève à 2666 et se répartit à peu près de la même manière : AB : 166 (6,2 %) ; C : 679 (25,4 %) ; DE : 1821 (68,3 %). Les quantités sont donc très inégales d’une phase à l’autre, mais suffisamment élevées pour permettre de dégager les principales caractéristiques du faciès céramologique.

Fig. 303. Tableau de comptage des céramiques des phases AB, C et DE.

Fig. 303. Tableau de comptage des céramiques des phases AB, C et DE.

1- Céramique fine

11La céramique fine représente 27 à 31,5 % du NMI des céramiques selon les phases. Elle se répartit entre productions italique (sigillée italique, céramique à glaçure plombifère), gauloise (sigillée sud-gauloise unie ou marbrée, sigillée du Centre de la Gaule, sigillée claire B), africaine (sigillée claire A), hispanique et orientale (parois fines) et enfin orientale (sigillée orientale B).

12La catégorie la mieux représentée dans les trois phases est sans surprise la sigillée sud-gauloise, passant de 64 (+ 2 % de marbrée), à 70 puis 65 % du NMI des céramiques fines. Viennent ensuite les parois fines qui décroissent au fil du temps : 17, puis 9 % en phases C et DE. Il en est de même de la sigillée italique qui passe de 13 à 6, puis 1%. Les sigillées claires A et B font leur apparition en phase C (4 et 2%) et prennent de l’importance en phase DE (11 et 9 %). La céramique à glaçure plombifère, la sigillée du Centre de la Gaule et la sigillée orientale B restent anecdotiques (jusqu’à 0,5 %).

13La sigillée italique, qui se rapporte aux échanges commerciaux antérieurs au milieu du Ier s., est constituée d’un répertoire relativement varié dans lequel aucune forme ne prédomine (fig. 304). Sept timbres de potiers ont été identifiés (fig. 305), signalant des origines diverses (Arezzo, Pise, Italie centrale ?, Lyon ?).

Fig. 304. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée italique. 1 : Consp 5.2 ; 2 : Consp 11 ; 3 : Consp 22 ; 4-6 : Consp 22.1 ; 7 : Consp 23 ; 8 : Consp 26.1 ; 9 : Consp 33.5 ; 10 : coupelle indéterminée ; 11 : ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 304. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée italique. 1 : Consp 5.2 ; 2 : Consp 11 ; 3 : Consp 22 ; 4-6 : Consp 22.1 ; 7 : Consp 23 ; 8 : Consp 26.1 ; 9 : Consp 33.5 ; 10 : coupelle indéterminée ; 11 : ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 305. Inventaire des timbres sur sigillées italiques et sud-gauloises.

Fig. 305. Inventaire des timbres sur sigillées italiques et sud-gauloises.

14Prolongement naturel des importations fines italiques dans la seconde moitié du Ier s. et au début du IIe s., la sigillée tardo-italique, toujours très discrète sur le littoral sud-gaulois, est attestée ici par deux individus trouvés en dehors des contextes retenus pour les comptages : une coupelle étrusque Consp. 44.1 (fig. 306, n°1) et une coupe Drag. 29 décorée sous la carène de la répétition d’un personnage tourné vers la gauche, assis sur un tabouret, et d’une feuille de palmier (fig. 306, n°2). Au-dessus de la carène, on reconnaît des colonnes torsadées et la partie inférieure d’un personnage drapé.

Fig. 306. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée tardo-italique . 1 : Consp 44.1 ; 2 : Drag 29 (DAO Fr. Marty).

Fig. 306. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée tardo-italique . 1 : Consp 44.1 ; 2 : Drag 29 (DAO Fr. Marty).

15La sigillée sud-gauloise est sans conteste la catégorie de céramique fine la mieux représentée sur l’ensemble de la période (fig. 307-309). En phase AB, les formes Drag 24/25 (16% du NMI des sigillées sud-gauloises : fig. 307, n°14-17) et Drag 27 (23% : fig. 307, n°18-24) prédominent. Leur taux reste élevé durant toute l’occupation (phase C : 15 et 10 % ; phase DE : 12 et 21 %). À partir de la phase C, les formes Drag 18 (10 % : fig. 307, n°4-6) et Drag 37 (13 % : fig. 308, n°13-16 et fig. 309, n°1) s’affirment. Le service est complété par le bol Drag 33 (12 % : fig. 308, n°7-11). Ces trois derniers types se maintiennent en phase DE (respectivement 10%, 17 % et 11 %). Tous ces vases caractérisent principalement la période flavienne et la première moitié du IIe s. La sigillée marbrée (0,5 % des individus en phase DE) livre, quant à elle, 3 individus de formes Drag 22A (fig. 309, n°4) et Ritt 8 (fig. 309, n°5) de la seconde moitié du Ier s. Parmi les timbres (fig. 305), 27 ont été clairement identifiés, permettant notamment de repérer deux potiers originaires de Banassac – d’où provient également un fragment de Drag 37 à légende TREVERIS FELICITER (fig. 308, n°15) – au milieu de la masse des produits de la Graufesenque.

Fig. 307. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1-2 : Haltern 5 ; 3 : Drag 15/17 ; 4-6 : Drag 18 ; 7-13 : assiette indéterminée ; 14-17 : Drag 24/25 ; 18-24 : Drag 27 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 307. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1-2 : Haltern 5 ; 3 : Drag 15/17 ; 4-6 : Drag 18 ; 7-13 : assiette indéterminée ; 14-17 : Drag 24/25 ; 18-24 : Drag 27 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 308. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1 : Drag 35 ; 2-3 : Ritt 8 ; 4-6 : coupelle indéterminée ; 7-11 : Drag 33 ; 12 : Drag 29 ; 13-16 : Drag 37 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 308. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1 : Drag 35 ; 2-3 : Ritt 8 ; 4-6 : coupelle indéterminée ; 7-11 : Drag 33 ; 12 : Drag 29 ; 13-16 : Drag 37 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 309. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1 : Drag 37 ; 2 : Curle 11 ; 3 : indéterminé. Sigillée sud-gauloise marbrée. 4 : Drag 22A ; 5 : Ritt 8 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 309. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1 : Drag 37 ; 2 : Curle 11 ; 3 : indéterminé. Sigillée sud-gauloise marbrée. 4 : Drag 22A ; 5 : Ritt 8 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
  • 181  Oswald 1936, n°313 et 609.

16Deux coupes Drag 37 montrent une composition décorative assez bien conservée. La première (fig. 308, n°16), dont le profil peut être daté de l’époque flavienne (lèvre fine angulaire, bandeau court, pied bas peu large, vasque basse), porte un décor où alternent les personnages de Vénus tenant un miroir et de Silène jouant de la double flûte, séparés par des ceps de vigne chargés de grappes. Cette composition est datable de la période Vespasien-Domitien et pourrait éventuellement être attribuée au décorateur Cornutus de La Graufesenque qui emploie ces poinçons181.

  • 182  Oswald 1936, n°630.
  • 183  Non répertorié par Oswald.
  • 184  Oswald 1936, n°1493.
  • 185  Oswald 1936, n°2389.
  • 186  Oswald 1936, n°110.
  • 187  Mees 1995, pl.183, n°3.
  • 188  Je remercie Thierry Martin pour ses remarques au sujet
    de ce vase.

17La deuxième coupe (fig. 309, n°1), peut-être plus récente mais d’époque flavienne (bandeau plus développé, pied épaissi), est décorée à l’aide de poinçons représentant un satyre182, Hercule reconnaissable à la peau du lion de Némée posée sur sa jambe183, un lion attaquant un homme184, un dauphin185, Diane chasseresse accompagnée de son chien186, des oiseaux et un palmier. On remarque deux extrémités de lettres d’une marque infra-décorative. La signature pourrait être celle de Senilis. En effet, elle se superpose presque exactement avec le relevé d’une marque provenant de La Graufesenque, au niveau de l’extrémité supérieure du S initial et du L187. Ce décor et ces poinçons n’étaient, semble-t-il, pas connus chez Senilis. L’attribution à ce décorateur, bien qu’hypothétique, est renforcée par deux autres indices : l’ove à dard trifide et l’absence de guirlande inférieure, souvent remarquée188.

  • 189  Sur les sigillées orientales dans le sud de la Gaule, voir Marty 2006.

18Comme dans tout corpus volumineux du littoral sud-gaulois, la sigillée du Centre de la Gaule, bien qu’exceptionnelle, est représentée. On a ainsi identifié une coupelle carénée Lezoux 38 (fig. 310, n°1) de la seconde moitié du IIe s. et du premier tiers du IIIe s. dans la phase DE. De la même manière, la sigillée orientale B, originaire de la région d’Éphèse, a donné trois fragments dont deux bords de plats répondant au type Hayes 60 (fig. 310, n°2-3), dans les phases C et DE189.

Fig. 310. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée Centre Gaule. 1 : Lezoux 38. Sigillée orientale B. ; 2-3 : H 60. Sigillée africaine A. ; 4 : H 3A ; 5 : H 3C ; 6 : H 7 ; 7 : H 9B. Sigillée claire B. ; 8 : Desbat 1 ; 9 : Desbat 8 ; 10-11 : Desbat 12 ; 12-13 : Desbat 19 ; 14 : Desbat 66 ; 15 : Desbat 84. Céramique à glaçure plombifère. ; 16 : GLA-RO 22 ; 17 : GLA-RO 16 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 310. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée Centre Gaule. 1 : Lezoux 38. Sigillée orientale B. ; 2-3 : H 60. Sigillée africaine A. ; 4 : H 3A ; 5 : H 3C ; 6 : H 7 ; 7 : H 9B. Sigillée claire B. ; 8 : Desbat 1 ; 9 : Desbat 8 ; 10-11 : Desbat 12 ; 12-13 : Desbat 19 ; 14 : Desbat 66 ; 15 : Desbat 84. Céramique à glaçure plombifère. ; 16 : GLA-RO 22 ; 17 : GLA-RO 16 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

19La sigillée africaine claire A apparaît en phase C, probablement entre le dernier quart du Ier s. et le début du IIe s., avec les formes Hayes 3A (fig. 310, n°4), 3C (fig. 310, n°5), 6C, 8A et 9A. Un tesson pourrait aussi appartenir à un guttus Hayes 123, peu fréquent en Gaule. Le répertoire se diversifie en phase DE. Il est complété par les formes Hayes 3B et 7 (fig. 310, n°6) ainsi que par une série plus tardive composée des types Hayes 6B, 9B (fig. 310, n°7), 14A et 14B utilisés jusque dans la seconde moitié du IIe s. Au IIe s., cette vaisselle, largement représentée (11 % de la céramique fine en phase DE), complète les importations de sigillée sud-gauloise (65 %) avant de prendre progressivement le relais, accompagné de la sigillée claire B, après le milieu du IIe s.

20La sigillée claire B, originaire de la moyenne vallée du Rhône, est utilisée dès la phase C en complément de la sigillée africaine claire A (fig. 310, n°8, 10-13). Le répertoire se diversifie en phase DE avec l’arrivée de nouvelles formes (fig. 310, n°9, 14-15). Les bols Desbat 8, 12 et 19 constituent à eux trois 62 % des formes recueillies dans cette dernière phase.

21Avec 0,5 % du NMI des céramiques fines, la céramique à glaçure plombifère italique livre une coupe en phase C (fig. 310, n°16) ainsi qu’une coupe (fig. 310, n°17) et un gobelet en phase DE .

  • 190  Pellegrino 2009.

22La typologie des céramiques à parois fines renvoie essentiellement au Ier s. Les quantités décroissent avec le temps, passant de 17 % en phase AB à 9 % du NMI des céramiques fines en phases C et DE. Les gobelets de typologie hispanique, parmi lesquels dominent les formes Mayet 37 (fig. 311, n°1-3) et, dans une moindre mesure, Mayet 38 (fig. 311, n°4), sont majoritaires. Deux gobelets Mayet 10 et un gobelet Mayet 21 var., de typologie italique, sont d’origine incertaine. Dès la phase C et surtout dans la phase DE, le gobelet Marabini 68 (fig. 311, n°5), dont les caractères techniques suggèrent une origine orientale, prend le relais des productions probablement hispaniques. Il atteint alors 25 % des formes identifiées, le reste du mobilier pouvant être considéré comme résiduel. On peut donc admettre que le gobelet Marabini 68 oriental conquiert le sud de la Gaule dans la seconde moitié du IIe s., cette donnée étant à verser à un dossier où règne la confusion du fait de la multiplicité des lieux de production probables190.

Fig. 311. Céramiques du Haut-Empire. Parois fines. 1-3 : Mayet 37 ; 4 : Mayet 38 ; 5 : Marabini 68 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 311. Céramiques du Haut-Empire. Parois fines. 1-3 : Mayet 37 ; 4 : Mayet 38 ; 5 : Marabini 68 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

2- Céramique commune

23La céramique commune représente 52 % du NMI des céramiques dans toutes les phases. Elle se répartit entre productions régionale, de la moyenne vallée du Rhône et italique indifférenciées (pâte claire, claire engobée, mortiers à pâte calcaire et non calcaire), régionale (brune provençale, CNT d’époque romaine, CNT des Alpilles, CNT de la vallée de l’Argens), de la moyenne vallée du Rhône (kaolinitique, kaolinitique micacée, kaolinitique sableuse, commune à engobe micacé, commune oxydante micacée, CNT rhodanienne, brune rhodanienne, grise rhodanienne, celtique, claire savonneuse), de la moyenne vallée du Rhône et gardoise (grise savonneuse), de Gaule centrale (céramique à engobe blanc), hispanique (commune hispanique), italique (rouge pompéien, commune italique, mortier italique, CNT italique), africaine (culinaire africaine, commune africaine) et orientale (commune égéenne, commune levantine).

  • 191  Les céramiques à pâte claire italique comptabilisées avec celles d’origines régionale et rhodani (...)

24Ce classement montre que les productions régionales et rhodaniennes (surtout les céramiques à pâte claire et les mortiers à pâte calcaire qui constituent le plus gros volume des céramiques communes191) sont difficiles à dissocier à la vue de simples fragments et même souvent des formes. Il est donc impossible de quantifier précisément leur part respective dans l’approvisionnement de l’agglomération secondaire du Castellan. La diversité des catégories assurément rhodaniennes (18 % du NMI des céramiques communes en phase AB, 11 % en phase C et 14 % en phase DE) face aux céramiques typiquement provençales (9, 18 et 15 %) prouve la dynamique des échanges avec la moyenne vallée du Rhône, qui s’exprime jusque dans la vaisselle consommée à Istres. Les deux régions réunies totalisent 75 % (phase AB), 79 % (phase C) et 70% (phase DE) du NMI des céramiques communes. Les rares produits de Gaule centrale et du Gard complètent la production gauloise sans modifier de manière significative les chiffres précédents.

25La vaisselle italique est bien représentée en phase AB (11 %), mais tend à se raréfier après le Ier s. (phase C : 6 % ; phase DE : 4 %). Ce phénomène est lié au développement des importations de céramique africaine (phase AB : 1 % ; phase C : 6 % ; phase DE : 19 %), notamment des plats et marmites à partir de l’époque flavienne et surtout du milieu du IIe s. Les céramiques en provenance d’Espagne et de Méditerranée orientale ne font pas l’objet d’un commerce régulier à destination de la Gaule puisqu’elles atteignent au maximum 1 % des céramiques communes.

2.1- Productions régionale, rhodanienne et italique indifférenciées

26La céramique à pâte claire est bien évidemment la plus abondante (23 à 31 % du NMI des céramiques communes). Comme à l’accoutumée, les cruches sont toujours majoritaires (fig. 312-316). Les variantes à bord déversé simple (CL-REC 1 : fig. 312, n°5 et 7) et à bord mouluré (CL-REC 4) sont les plus nombreuses en phase C. Le faciès évolue en phase DE avec une majorité de cruches à bord déversé simple (CL-REC 1 : fig. 312, n°2 et 6), à bord épaissi (CL-REC 2 : fig. 313, n°3) et à bord à gorge intérieure (CL-REC 3). À côté des produits régionaux et rhodaniens largement majoritaires, on compte aussi une olpé Olcese 4 (fig. 313, n°4) et un pot à garum Olcese brocche tipo 4 du Latium, ainsi qu’un pot de conserve Marty 2002 n°38-39 (non ill.) originaire d’Étrurie.

Fig. 312. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1 : CL-REC 2 ; 2 : CL-REC 1 ; 3 : H4 n° 4 ; 4 : olpé ind. ; 5 : CL-REC 1f ; 6-7 : CL-REC 1 (DAO Fr. Marty et L. Robin).

Fig. 312. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1 : CL-REC 2 ; 2 : CL-REC 1 ; 3 : H4 n° 4 ; 4 : olpé ind. ; 5 : CL-REC 1f ; 6-7 : CL-REC 1 (DAO Fr. Marty et L. Robin).

Fig. 313. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-3 : CL-REC 2 ; 4 : Olcese 4 ; 5-11 : cruche ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 313. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-3 : CL-REC 2 ; 4 : Olcese 4 ; 5-11 : cruche ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 314. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-2 : pot ; 3 : CL-REC 9i ; 4 : CL-REC 9f (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 314. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-2 : pot ; 3 : CL-REC 9i ; 4 : CL-REC 9f (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 315. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-2 : amphore ind. (DAO Fr. Marty et L. Robin).

Fig. 315. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-2 : amphore ind. (DAO Fr. Marty et L. Robin).

Fig. 316. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1 : CL-REC 16f ; 2 : coupe à anses ; 3 : CL-REC 16a (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 316. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1 : CL-REC 16f ; 2 : coupe à anses ; 3 : CL-REC 16a (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

27La céramique à pâte claire engobée regroupe l’ensemble de la vaisselle de table fabriquée dans les officines utilisant des argiles de composition calcaire, dont la surface est recouverte d’un engobe brun à rouge. Les vases engobés, bien qu’entretenant des relations avec la céramique à pâte claire non engobée, forment un répertoire distinct composé de coupes (fig. 317, n°1-5), bols, cruches (fig. 317, n°6-8) et d’un brûle-parfum.

Fig. 317. Céramiques du Haut-Empire. Céramique claire engobée. 1 : DER-A 2865 ; 2-3 : Pasqualini 2 ; 4-5 : CL-ENG B2b ; 6-7 : CL-REC 1 ; 8 : cruche ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 317. Céramiques du Haut-Empire. Céramique claire engobée. 1 : DER-A 2865 ; 2-3 : Pasqualini 2 ; 4-5 : CL-ENG B2b ; 6-7 : CL-REC 1 ; 8 : cruche ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

28Durant toute la durée de l’occupation, l’ensemble des mortiers à bord en bandeau mouluré CL-REC 18, dans ses variantes à bord vertical CL-REC 18a (fig. 318, n°1), incliné vers l’extérieur CL-REC 18b (fig. 318, n°2) et à lèvre légèrement convergente CL-REC 18c, domine largement le répertoire des formes malgré des proportions qui vont décroissant avec le temps (76 % du NMI des mortiers à pâte calcaire identifiés en phase AB, 70 % en phase C et 56 % en phase DE). Cette diminution s’explique par le développement, surtout dans la phase DE, des mortiers à collerette CL-REC 21 (fig. 318, n°3) et de leurs variantes qui atteignent alors 28 % du NMI.

Fig. 318. Céramiques du Haut-Empire. Mortier à pâte claire calcaire. 1 : CL-REC 18a : 2 : CL-REC 18b ; 3 : CL-REC 21 ; 4 : autre (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 318. Céramiques du Haut-Empire. Mortier à pâte claire calcaire. 1 : CL-REC 18a : 2 : CL-REC 18b ; 3 : CL-REC 21 ; 4 : autre (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

29Trois fragments d’un mortier à pâte non calcaire, de type indéterminé, ont été recueillis en phase DE. Seule l’utilisation d’une argile différente, rouge, justifie de le séparer des mortiers à pâte calcaire.

2.2- Productions régionales

30La céramique à pâte brune provençale, bien que produite à proximité, dans la région d’Aix-Marseille, entre la seconde moitié du Ier s. et la fin du IIIe s., est supplantée, pour la cuisson des aliments, par la céramique culinaire africaine en phases C et DE et par les céramiques non tournée des Alpilles, grise rhodanienne et non tournée d’époque romaine en phase C. Elle représente donc 11 % du NMI des céramiques de cuisson en phase C et 17 % en phase DE. La répartition par type révèle le poids des pots (fig. 319, n°5-9 ; phase C : 81 % ; DE : 89 %), face aux marmites (fig. 319, n°3-4), jattes (fig. 319, n°1-2) et couvercle.

Fig. 319. Céramiques du Haut-Empire. Céramique commune brune provençale. 1 : type 4100 ; 2 : type 4110 ; 3-4 : type 4210 ; 5 : type 5200 ; 6 : type 5220 ; 7-8 : type 5310 ; 9 : type 5500. CNT d’époque romaine. 10-13 : Mellinand 1b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 319. Céramiques du Haut-Empire. Céramique commune brune provençale. 1 : type 4100 ; 2 : type 4110 ; 3-4 : type 4210 ; 5 : type 5200 ; 6 : type 5220 ; 7-8 : type 5310 ; 9 : type 5500. CNT d’époque romaine. 10-13 : Mellinand 1b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

31La céramique non tournée d’époque romaine ne livre qu’une seule forme, un pot caréné dénommé Mellinand 1b (fig. 319, n°10-13), habituellement produit entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le premier tiers ou la première moitié du Ier s. apr. J.-C. Le taux élevé de cette catégorie céramique parmi la vaisselle de cuisson en phase C (11 %) laisse supposer que son utilisation ne faiblit pas avant le milieu du Ier s.

32La céramique non tournée des ateliers de la région des Alpilles (fig. 320-321), produite à Orgon dès le début du Ier s. av. J.-C., est représentée au Castellan par l’essentiel de son répertoire morphologique. Les quantités élevées d’individus, calculées sur l’ensemble des vases de cuisson, notamment en phases AB et C (18 et 22 %), ont de quoi surprendre. Il semblerait que cette céramique soit encore largement utilisée jusqu’au milieu du Ier s. contrairement à ce que l’on supposait jusque-là. Cette impression est renforcée par la mise en évidence de formes tardives évoquant, par certains aspects, les céramiques grises de la moyenne vallée du Rhône. Il s’agit notamment des pots CNT-ALP 1a10 (fig. 320, n°8-10) et 1a11 (fig. 320, n°11-13) qui constituent 55 % des pots en CNT des Alpilles retrouvés sur le site. Les détails de façonnage varient d’un vase à l’autre, l’épaulement étant plus ou moins marqué, la lèvre légèrement allongée ou très courte, seulement déversée ou bien nettement repliée vers l’extérieur et la panse peignée horizontalement (type 1a10) ou bien rugosée (type 1a11). Sur certains pots, le peignage, très régulier, est visiblement réalisé à la tournette (fig. 320, n°7 et 10). Le col, habituellement lissé, est parfois lui aussi pourvu de stries de peignage très marquées (fig. 320, n°7). Une finition au tour lent est également perceptible sur un pot de grande taille (fig. 320, n°13). En effet, les parois sont irrégulières, mais l’on observe de légères stries de tournage horizontales, rectilignes. Une finition « tardive » est aussi visible sur une cruche CNT-ALP 2b3 graphiquement complète dont le col porte des stries horizontales serrées (fig. 320, n°4) alors qu’habituellement le col est simplement lissé. Cette série donne donc un aperçu intéressant des dernières productions de CNT des ateliers des Alpilles, mieux documentées pour les phases antérieures.

Fig. 320. Céramiques du Haut-Empire. CNT des ateliers des Alpilles. 1-2 : CNT-ALP 4d3 ; 3 : CNT-ALP 5b1 ; 4 : CNT-ALP 2b3 ; 5 : CNT-ALP 4b1 ; 6 : CNT-ALP 7.1 ; 7 : CNT-ALP 1a8 ; 8-10 : CNT-ALP 1a10 ; 11-13 : CNT-ALP 1a11 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 320. Céramiques du Haut-Empire. CNT des ateliers des Alpilles. 1-2 : CNT-ALP 4d3 ; 3 : CNT-ALP 5b1 ; 4 : CNT-ALP 2b3 ; 5 : CNT-ALP 4b1 ; 6 : CNT-ALP 7.1 ; 7 : CNT-ALP 1a8 ; 8-10 : CNT-ALP 1a10 ; 11-13 : CNT-ALP 1a11 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 321. Céramiques du Haut-Empire. CNT des ateliers des Alpilles. 1 : CNT-ALP 4a2 ; 2 : CNT-ALP 4a3 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 321. Céramiques du Haut-Empire. CNT des ateliers des Alpilles. 1 : CNT-ALP 4a2 ; 2 : CNT-ALP 4a3 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

33Les ateliers de céramique non tournée de la vallée de l’Argens alimentent principalement la ville de Fréjus. Malgré la proximité du port, le site du Castellan n’a livré que trois tessons informes dans les phases C et DE qui démontrent, si besoin était, le caractère limité de l’aire de répartition.

2.3- Productions rhodaniennes

  • 192  « ... il est certain que toute eau qui a bouilli est meilleure (...) Le moyen de corriger de l’e (...)

34Représentant 3 à 5 % du NMI des céramiques communes, la céramique grise kaolinitique (fig. 322) est, sans surprise, essentiellement constituée de bouilloires KAOL F1 (fig. 322, n°1) provenant du nord du Vaucluse ou de la Drôme (78 % du NMI de la céramique grise kaolinitique en phase C ; 54 % en phase DE). Ces bouilloires, qui portent souvent encore des traces de passage sur le feu et un dépôt de tartre interne, servaient à faire bouillir l’eau de consommation pour l’assainir comme le recommande Pline l’Ancien192.

Fig. 322. Céramiques du Haut-Empire. Grise kaolinitique. 1 : KAOL F1 ; 2 : KAOL I7 ; 3 : pot. Kaolinitique micacée. 4 : pot ind. ; 5 : couvercle. Grise savonneuse. 6 : H3bis n° 27 ; 7 : CL-ENG B1 ; 8 : CL-REC 2. Commune oxydante micacée. 9 : COM-O-M A3 ; 10 : COM-O-M A4 ; 11 : COM-O-M B1 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 322. Céramiques du Haut-Empire. Grise kaolinitique. 1 : KAOL F1 ; 2 : KAOL I7 ; 3 : pot. Kaolinitique micacée. 4 : pot ind. ; 5 : couvercle. Grise savonneuse. 6 : H3bis n° 27 ; 7 : CL-ENG B1 ; 8 : CL-REC 2. Commune oxydante micacée. 9 : COM-O-M A3 ; 10 : COM-O-M A4 ; 11 : COM-O-M B1 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

35Deux céramiques kaolinitiques de la phase DE, un pot (fig. 322, n°4) et un couvercle (fig. 322, n°5), se distinguent nettement de la catégorie précédente par une cuisson oxydante leur donnant des tons rosés et des inclusions très fines de quartz, de grains rouges et noirs ainsi que de particules de mica blanc et doré éparses. Une origine gardoise, en Uzège, n’est pas improbable.

  • 193  Classement réalisé à partir de Leblanc 2007.

36On regroupe sous l’appellation de céramique grise savonneuse toutes les céramiques à pâte calcaire très épurée, cuites en mode B, souvent recouvertes d’un engobe gris à noir, quelle que soit leur provenance. Cette catégorie ne représente que 1 % du NMI des céramiques communes. Parmi les formes bien identifiées, on note la présence d’un gobelet caréné de type KAOL I7, de deux pots Mellinand 1a et d’un gobelet H3bis n°27193 (fig. 322, n°6) certainement produits dans la moyenne vallée du Rhône. Une coupe CL-ENG B1 (fig. 322, n°7) – caractérisée par un aspect très savonneux au toucher, un engobe noir épais, une paroi externe facettée et un sillon concentrique à l’intérieur du fond – ainsi qu’une cruche à col étroit et lèvre triangulaire (fig. 322, n°8) sont, pour leur part, plutôt issus de la région nîmoise.

37La céramique commune oxydante micacée (fig. 322) apparaît en phase C où elle représente moins de 1% du NMI des céramiques communes. Ses proportions croissent très légèrement en phase DE (2 %), ce qui indique une consommation à partir du courant du IIe s., probablement le milieu du siècle La forme prédominante, comme partout, est le pot COM-O-M A4 (fig. 322, n°10) qui atteint 86 % de l’effectif.

38La céramique commune à engobe micacé, proche parente de la précédente par la technologie employée, le répertoire des formes et l’aire de diffusion, n’a donné que deux fragments de panse en phase DE.

39La céramique non tournée rhodanienne, qui précède la grise rhodanienne, fournit un fragment de pot H3 n°59 (= CNT-BI 4) résiduel en phase C.

40Les céramiques grises rhodaniennes (fig. 323) du Castellan présentent toutes les caractéristiques des produits des ateliers de la région de Vienne. Représentant un tiers des céramiques culinaires en phase AB, elles se stabilisent à 14 et 13 % du NMI en phases C et DE. Elles occupent donc une place non négligeable dans la vaisselle des habitants de l’agglomération. Tout au long de l’occupation, le pot caréné Mellinand 1a (= H3 n°99 ; fig. 323, n°1) prédomine largement (phase AB : 72 % ; phase C : 80 % ; phase DE : 65 %). A partir de la phase C, arrive le pot strié Mellinand 2 (= H8 n°75 ; fig. 323, n°2-3) qui atteint 17 % du NMI en phase DE. Cette forme, qui ne concurrence jamais vraiment la première, semble apparaître plus tardivement à Istres, dans la seconde moitié du IIe s.

Fig. 323. Céramiques du Haut-Empire. Grise rhodanienne. 1 : Mellinand 1a ; 2-3 : Mellinand 2 ; 4 : H6 n° 68 ; 5 : marmite ind. ; 6 : H4 n° 108. Brune rhodanienne. 7 : SABL-OR A12. Céramique celtique. 8 : CELT 11b. Claire savonneuse. 9 : bol à collerette. Claire à engobe blanc. 10 : cruche. Vernis rouge pompéien. 11-12 : Goudineau 15. Culinaire italique. 13-14 : COM-IT 6c ; 15 : COM-IT 7f. Mortier italique. 16 : CL-REC 21b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 323. Céramiques du Haut-Empire. Grise rhodanienne. 1 : Mellinand 1a ; 2-3 : Mellinand 2 ; 4 : H6 n° 68 ; 5 : marmite ind. ; 6 : H4 n° 108. Brune rhodanienne. 7 : SABL-OR A12. Céramique celtique. 8 : CELT 11b. Claire savonneuse. 9 : bol à collerette. Claire à engobe blanc. 10 : cruche. Vernis rouge pompéien. 11-12 : Goudineau 15. Culinaire italique. 13-14 : COM-IT 6c ; 15 : COM-IT 7f. Mortier italique. 16 : CL-REC 21b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

41La céramique brune rhodanienne regroupe des productions à pâte brune probablement produites dans la moyenne vallée du Rhône, dont l’origine exacte est encore mal assurée. Au Castellan on n’en recense que deux individus, une bouilloire H3bis n°21 en phase C et un pot SABL-OR A12 (fig. 323, n°7) en phase DE.

42Dans la céramique de type celtique, trois « bols de Roanne » CELT 11b à décor peint effacé (fig. 323, n°8), probablement originaires de la région de Vienne, paraissent résiduels en phases C et DE puisque habituellement datés de la fin du Ier s. av. J.-C. et de la première moitié du Ier s. apr. J.-C.

  • 194  Je remercie Céline Huguet et Aline Lacombe (Direction Archéologie de la ville d’Aix-en-Provence) (...)
  • 195  Leblanc 2007, fig. 68, n°25, 78, n°22 et p. 165.
  • 196  Mobilier observé dans les vitrines d’exposition lors du congrès de la SFECAG en 2016. Cf. Ahü-De (...)

43La céramique claire savonneuse a livré un unique bol à collerette en phase DE (fig. 323, n°9). La pâte est beige rosée claire, fine et épurée, de texture serrée. La surface, dont le traitement par polissage sur le tour a laissé des facettes apparentes, est de couleur uniformément beige clair. Comme les bols CL-ENG B1, elle présente un aspect savonneux au toucher. La collerette a été volontairement découpée, la cassure étant finement régularisée par abrasion comme le prouve un examen à la loupe binoculaire. Cette production soignée, morphologiquement inspirée de la vaisselle fine (par exemple, coupe Desbat 29 en sigillée claire B), est relativement rare dans la région. Un exemplaire strictement identique, mais de plus grand diamètre, est issu de la fouille réalisée en 2009 sur le cours des Minimes à Aix-en-Provence, dans un niveau de la première moitié du IIIe s.194 Deux vases strictement identiques proviennent de la maison des Dieux Océans, à Saint-Romain-en-Gal, où ils sont datés de la seconde moitié du Ier s. et de la première moitié du IIe s.195 O. Leblanc suggère de rechercher l’origine de cet objet dans la région d’Aoste où des vases à pâte claire et surface lissée sont fabriqués. Toutefois, des bols techniquement très proches, mais recouverts d’un engobe, ont été produits à Autun196. Aussi la possibilité d’une origine dans le val de Saône ne doit-elle pas non plus être écartée.

2.4- Autre production gauloise

44Une lèvre de cruche en céramique claire à engobe blanc (fig. 323, n°10) a été découverte en phase DE. On ne sait s’il s’agit d’une production du Centre de la Gaule ou d’ateliers localisés dans le Tarn et l’Aveyron, les deux régions ayant pu exporter ce type d’objet.

2.5- Production hispanique

  • 197  Marty 2002a, n°37 ; Djaoui 2014.

45Quelques fragments de panses de pots attribuables à la céramique commune hispanique ont été découverts dans différents contextes des phases AB à DE. Les découvertes de Fos et d’Arles permettent de comprendre qu’ils appartiennent à des pots à corps ovoïde, col cylindrique, bord divergent et petit fond ombiliqué, utilisés comme vases échantillon d’une cargaison d’huile de Bétique en provenance de Cadix ou de Malaga ou bien, peut-être, comme pots de conserve d’une préparation alimentaire à base d’huile197.

2.6- Productions italiques

46Représentant 4 % du NMI des céramiques communes en phase AB, la fréquence des importations campaniennes de céramique à vernis rouge pompéien décroît nettement par la suite, devenant probablement résiduelle après le Ier s. La forme essentielle est le plat à cuire Goudineau 15 (fig. 323, n°11-12) ou 15/19, mais l’on dénombre aussi un plat Goudineau 4, plus ancien, du Ier s. av. J.-C.

47Comme pour la catégorie précédente qu’elle accompagne et complète, la céramique culinaire italique représente 6 % du NMI des céramiques communes en phase AB et devient en grande partie résiduelle par la suite. La forme la plus répandue au Ier s. est la patina COM-IT 6c (fig. 323, n°13-14). Les couvercles (fig. 323, n°15), beaucoup plus nombreux, devaient servir à couvrir également les plats à vernis rouge pompéien. On doit aussi noter l’absence totale de caccabus.

48En dehors de deux mortiers campaniens COM-IT 8e et 8f, des IIe et Ier s. av. J.-C., la phase DE a livré deux mortiers italiques en pâte calcaire à lèvre à collerette CL-REC 21 (= Olcese tipo 11), dont un complet de variante 21b (fig. 323, n°16), habituellement fréquent dans les trois premiers quarts du Ier s.

  • 198  Marty, Capelli, Cabella 2009.

49Un minuscule fragment de lèvre, résiduel en phase DE, appartient incontestablement à un gobelet à anse à poucier Bérato F921 en céramique non tournée italique. On rappellera simplement qu’il s’agit d’une production artisanale de faible ampleur, centrée sur les deuxième et troisième quarts du Ier s. et diffusée le long des côtes entre Pise et Narbonne. L’analyse pétrographique suggère de rechercher l’origine de l’atelier en Ligurie orientale, en Corse nord-orientale ou dans la région de Livourne. Cette dernière possibilité pourrait s’accorder avec les attestations pisanes198.

2.7- Productions africaines

50La céramique culinaire africaine (fig. 324) connaît un fort développement tout au long de l’occupation du site, passant de 1 % du NMI des céramiques communes en phase AB, à 6 % en phase C et 19 % en phase DE. La phase AB ne compte qu’un plat Ostia II.306 (fig. 324, n°1). En phase C, apparaissent les plats H 23A (fig. 324, n°2-3) et surtout H 23B (fig. 324, n°4-5). Constituant à eux deux 39 % de la céramique culinaire africaine, ils sont sérieusement concurrencés, dès le milieu du IIe s., par les marmites H 197 (fig. 324, n°6 ; 15 % en phase DE) puisqu’ils chutent à 25 %, mais restent le récipient africain privilégié pour la cuisson. Aux plats et marmites, sont associés des couvercles H 196 (fig. 324, n°9) comptant pour 48 % des céramiques africaines de cuisine en phase DE.

Fig. 324. Céramiques du Haut-Empire. Culinaire africaine. 1 : Ostia II.306 ; 2-3 : H 23A ; 4-5 : H 23B ; 6 : H 197 ; 7 : Ostia I.270 ; 8 : Ostia II.324 var ; 9 : H 196 ; 10 : H 185. Commune africaine. 11 : Bonifay 48 ; 12 : Bonifay 51 ; 13 : Bonifay 51 ? ; 14 : Bonifay 53 ? (DAO F. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 324. Céramiques du Haut-Empire. Culinaire africaine. 1 : Ostia II.306 ; 2-3 : H 23A ; 4-5 : H 23B ; 6 : H 197 ; 7 : Ostia I.270 ; 8 : Ostia II.324 var ; 9 : H 196 ; 10 : H 185. Commune africaine. 11 : Bonifay 48 ; 12 : Bonifay 51 ; 13 : Bonifay 51 ? ; 14 : Bonifay 53 ? (DAO F. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

51Les phases C et surtout DE ont livré quelques céramiques communes africaines (0,3 % du NMI des céramiques communes en phase DE), bien distinctes des céramiques culinaires. Trois formes fermées sont reconnues. Une cruche Bonifay 48 (fig. 324, n°11), un bord (fig. 324, n°12) et probablement un fond (fig. 324, n°13) de cruche Bonifay 51, ainsi qu’un filtre et un fond de cruche à filtre et bec tubulaire Bonifay 53 (fig. 324, n°14).

2.8- Productions de Méditerranée orientale

52Les céramiques de la mer Egée, toujours très discrètes, sont toutefois utilisées tout au long de l’occupation. Les formes reconnues à Fos et à Istres sont celles qui ont le plus facilement voyagé en direction des ports de Méditerranée nord-occidentale. En phase AB, il s’agit d’une marmite Agora G 194-195 et, en phase DE, d’une bouilloire Agora G 188 et d’un plat de cuisson Knossos 2 originaire de Phocée (fig. 325, n°1).

Fig. 325. Céramiques du Haut-Empire. Commune égéenne. 1 : Knossos 2. Commune levantine. 2 : marmite ; 3-4 : amphorette ; 5 : cruche ou amphorette ; 6 : balsamaire (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 325. Céramiques du Haut-Empire. Commune égéenne. 1 : Knossos 2. Commune levantine. 2 : marmite ; 3-4 : amphorette ; 5 : cruche ou amphorette ; 6 : balsamaire (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
  • 199  Voir l’analyse du contenu dans la deuxième partie,
    chapitre 3, II.

53La céramique commune levantine n’apparaît qu’en phase DE, dans des proportions très modestes (0,5 % du NMI des céramiques communes), mais chacun des cinq individus est unique. Il s’agit d’une marmite (fig. 325, n°2), d’amphorettes (fig. 325, n°3-4), d’une cruche (fig. 325, n°5) et d’un balsamaire199 (fig. 325, n°6).

3- Amphores

54Les amphores représentent 12 à 16 % du NMI des céramiques selon les phases. Elles se répartissent entre productions gauloise (amphore massaliète impériale, gauloise, gauloise sableuse), italique (amphore italique), ibérique (amphore de Bétique, de Lusitanie, punique ébusitaine, de Tarraconaise), africaine (amphore africaine, punique) et orientale (amphore grecque, levantine).

55Le vin en amphores massaliètes impériales (14 % du NMI des amphores en phase AB) puis gauloises (C : 30 % ; DE : 50 %) domine nettement les autres productions, tandis que la Bétique obtient le quasi monopole de la commercialisation d’huile et de salaisons de poisson en amphores (AB : 10 % ; C : 32 % ; DE : 27 %). Les autres catégories d’amphores restent très modestes, mis à part, au Ier s., celles contenant le vin de Tarraconaise (AB : 10 % ; C : 6 %).

3.1- Amphores d’origine gauloise

56La plus grande partie des amphores massaliètes impériales (fig. 326) se rapporte au début de l’occupation du site. La forme la plus courante est l’amphore Bertucchi 6a (58 % ; fig. 326, n°1).

Fig. 326. Céramiques du Haut-Empire. Amphore massaliète impériale. 1 : Bertucchi 6a ; 2 : Bertucchi 6b. Amphore gauloise. 3 : G2 ; 4 : G4 ; 5 : fond plat ; 6 : Dressel 2/4. Amphore italique. 7-8 : amphore ovoïde latiale (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 326. Céramiques du Haut-Empire. Amphore massaliète impériale. 1 : Bertucchi 6a ; 2 : Bertucchi 6b. Amphore gauloise. 3 : G2 ; 4 : G4 ; 5 : fond plat ; 6 : Dressel 2/4. Amphore italique. 7-8 : amphore ovoïde latiale (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

57Dès le milieu du Ier s., elles sont remplacées par les amphores gauloises à pâte calcaire (fig. 326), notamment par le type G4 (fig. 326, n°4) qui supplante tous les autres au IIe s. (C : 44 % ; DE : 57 %). L’amphore G5 est assez bien représentée jusqu’au début du IIe s. (C : 28 % ; DE : 15 %), de même que l’amphore G2 (fig. 326, n°3) apparue dès la phase AB (C : 12 % ; DE : 15 %). Un graffito (fig. 326, n°6), gravé après cuisson au-dessus de l’épaulement d’une Dressel 2/4, indique probablement, plutôt qu’un produit, le début du nom d’un propriétaire : VIN[.

3.2- Amphores de la péninsule italique

  • 200  Tchernia 1969.
  • 201  Tchernia1969, 307-308.
  • 202  Tchernia 1969, 299.
  • 203  Amar, Liou 1984, 184.
  • 204  Cipriano, Carre 1989, 74-77.
  • 205  Scardozzi 2007.

58Un bord (fig. 326, n°8) et une anse (fig. 326, n°7) d’amphore ovoïde latiale, probablement à huile, ont été découverts dans le remblai d’une cave condamnée au milieu du Ier s. Il s’agit d’éléments résiduels de l’occupation protohistorique du site. Notre attention s’est toutefois portée sur le timbre imprimé sur l’anse : M.TVCCI.L.F.TRO / GALEONIS. Ce timbre figure, en effet, dans la cargaison de l’épave Planier 3, au large de Marseille, constituée d’amphores ovoïdes latiales, d’amphores à vin Lamboglia 2 du sud du Picenum et Dressel 1B200. On peut développer la lecture ainsi : M(arci) Tucci L(uci) f(ili) Tro(mentina tribu) Galeonis, soit Marcus Tuccius Galeo, fils de Lucius, de la tribu Tromentina. A. Tchernia201 a démontré que ce personnage n’est autre que celui dont a hérité Cicéron en 47 av. J.-C., ce qui constitue un terminus ante quem pour le timbre. La marque, largement diffusée en Méditerranée et jusqu’à Londres202, est aussi répertoriée non loin de là, à Fos-sur-Mer203. La forme de l’amphore a initialement été attribuée aux ateliers de Brindes. Mais cette hypothèse a été mise en doute au profit d’une production tyrrhénienne204, probablement localisée dans la vallée du Liri-Garigliano, dans le sud du Latium, d’après des données onomastiques et archéologiques, bien qu’aucun atelier n’ait encore été découvert205.

  • 206  Panella, Fano 1977, 149.
  • 207  Je remercie Marie-Brigitte Carre d’avoir bien voulu se pencher sur la lecture de ce timbre et de (...)

59Les amphores italiques postérieures au changement d’ère sont peu nombreuses et toutes destinées au conditionnement du vin : une Dressel 6A, une amphore « de Forlimpopoli » en phase DE et trois Dressel 2/4. Parmi ces dernières, figure une amphore à pâte rouge brique contenant des particules noires volcaniques abondantes, typiquement campanienne (fig. 327, n°1), provenant du même contexte que l’amphore ovoïde latiale, dont le mobilier renvoie au deuxième quart du Ier s. La forme parait répondre au type 1 de C. Panella et M. Fano206. Sur le col, une estampille au cartouche rectangulaire indique une officine pour laquelle nous n’avons pas trouvé de parallèle dans la bibliographie. Le texte se développe sur trois lignes. La première et la dernière, qui se suivent, sont séparées par un nom cerclé. Un doute persiste pour la première lettre de la ligne 1, C ou P ouvert. La dernière ligne, par la disposition des lettres dans le cartouche, paraît complète. Quant à la ligne centrale, elle est formée de plusieurs lettres liées qui ont complexifié sa lecture. Toutefois, un examen attentif a permis de retenir une proposition qui semble à présent cohérente207. On lit donc : P (ou C ) AG / RIVS / « [T]HEOP(H)IL »(VS). On obtient ainsi les tria nomina, au nominatif, d’un citoyen romain, P(ublius) ou C(aius) Agrius Theophilus, pour lequel nous n’avons pas d’autre attestation bien que le gentilice soit très courant.

3.3- Amphores de la péninsule ibérique

  • 208  Berni Millet 2015.
  • 209  Aguelo i Mas, Carreras Monfort, Huertas Arroyo 2006, 65.
  • 210  Mauné 2012, 152-153.
  • 211  Je remercie Piero Berni Millet pour les indications qu’il m’a fournies au sujet de ce pied d’amp (...)

60Le vin de Tarraconaise, qui surpasse nettement en quantité celui d’Italie, mais ne rivalise jamais avec celui de Narbonnaise, est transporté dans de rares amphores Pascual 1 et une amphore Oberaden 74 au début de l’occupation du site, mais surtout dans des amphores Dressel 2/4 durant le Ier s. Un pied appartenant à la variante Dressel 2C (fig. 327, n°2), datée vers 30/50208, porte un timbre dont un éclat a supprimé la première lettre : [L] « AE »TI. On connaissait déjà un potier Laetus apposant un timbre assez similaire sur des amphores Pascual 1 de l’officine de Santa Caterina, à Barcelone, à la fin de l’époque augustéenne209. Selon S. Mauné210, ce pérégrin semble avoir loué ses services dans d’autres ateliers de poterie dans la première moitié du Ier s. : Aspiran (Hérault) pour la fabrication d’amphores Pascual 1 et Dressel 2/4 ; Jonquières et Saint-Saturnin (Hérault) puis La Graufesenque (Aveyron) pour celle de sigillée. La pâte de l’amphore d’Istres, rouge foncé à grains de quartz abondants, est bien distincte de celles de la région de Barcelone211. Elle est, en revanche, caractéristique de la Léétanie orientale. Étant donné l’écart chronologique constaté entre les timbres LAETI de Barcelone et le nouveau timbre d’Istres, il paraît raisonnable de considérer que nous ayons affaire à deux homonymes ayant travaillé dans des ateliers distincts à quelques années d’intervalle. Pour en revenir au commerce du vin, l’île d’Ibiza reste discrète avec seulement une amphore Ramon 25 (fig. 327, n°3).

Fig. 327. Céramiques du Haut-Empire. Amphore italique. 1 : Dressel 2/4. Amphore de Tarraconaise. 2 : Dressel 2C. Amphore punique ébusitaine. 3 : Ramon 25. Amphore de Bétique. 4 : Dr 12 ; 5 : Dr 14A ; 6 : Dr 7/11 ; 7 : Beltran 2B ; 8 : Dr 20A ; 9 : Haltern 70 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 327. Céramiques du Haut-Empire. Amphore italique. 1 : Dressel 2/4. Amphore de Tarraconaise. 2 : Dressel 2C. Amphore punique ébusitaine. 3 : Ramon 25. Amphore de Bétique. 4 : Dr 12 ; 5 : Dr 14A ; 6 : Dr 7/11 ; 7 : Beltran 2B ; 8 : Dr 20A ; 9 : Haltern 70 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

61Les salaisons de poisson de Bétique (fig. 327) sont acheminées dans des conteneurs de formes variées parmi lesquels prédomine l’amphore Dressel 7/11. Le type, qui disparaît dans le courant de l’époque flavienne, est remplacé par l’amphore Beltran IIB (fig. 327, n°7), peu abondante au Castellan. Faut-il donc comprendre que les salaisons de poisson importées sont moins fréquemment consommées après la fin du Ier s. ?

  • 212  Au sujet des conserves d’olives hispaniques arrivées en amphores à Fos, voir Marty et al. 2016.

62L’huile, bien qu’en partie produite sur le site, fait aussi l’objet d’un approvisionnement en provenance de Bétique. Les amphores, toutes de type Dressel 20 (fig. 327, n°8), arrivent assez régulièrement au moins jusqu’au milieu du IIe s. Des amphores Haltern 70 (fig. 327, n°9), provenant de la même région, transportaient vraisemblablement des olives confites212, au Ier s.

3.4- Amphores d’origine africaine

  • 213  Marty, Zaaraoui 2009, fig. 14, n°5.
  • 214  Panella 1977, pl. 66, n°32.
  • 215  Béraud, Gébara, Pasqualini 1992, fig. 14.
  • 216  Je remercie Alessia Contino (Centre Camille Jullian) pour ces informations et l’envoi de dessins (...)
  • 217  Contino 2013.
  • 218  Bonifay et al. 2015 ; Djaoui, Garnier, Dodinet 2015.

63Les amphores africaines (fig. 328), bien que représentées par des types variés témoignant de la diversité des contenus et d’une durée d’occupation étendue dans le temps, atteignent des pourcentages, calculés sur le NMI amphorique, relativement modestes (AB : 7 % ; C : 3 % ; DE : 2 %). Parmi les formes les moins courantes, on compte deux Ostia 59, dont une complète (fig. 328, n°3) et un fond portant l’inscription NI ou IN, tracée avant cuisson (fig. 328, n°2). L’amphore complète provient d’un contexte de remblai au mobilier abondant que l’on daterait du milieu du Ier s. si n’était la présence d’un fragment de sigillée claire B dans l’inventaire (intrusion très probable). Ses proportions sont nettement supérieures à celles des quatre individus découverts dans les structures de bonification de l’Estagnon, à Fos-sur-Mer, vers 65/85213, du module le plus courant de Pompéi214 et de l’exemplaire figuré dans la publication des aménagements drainants de la Plate-Forme de Fréjus, vers 70/100215. Il semble, en effet, que les amphores dont le diamètre de la lèvre est compris entre 16 et 18 cm soient antérieures au modèle classique de la forme Ostia 59. A. Contino a ainsi constaté leur présence à Rome, au Nuovo Mercato Testaccio, de l’époque de Tibère à celle des Flavien, puis leur absence des contextes plus récents216. La forme de la lèvre permet de classer cette variante précoce dans le type 5 du Nuovo Mercato Testaccio217. En ce qui concerne la variante classique, non attestée au Castellan, des recherches récentes situent sa région d’origine dans le nord-ouest de la Tunisie, entre Bizerte et Tabarka. Les inscriptions peintes semblent indiquer la conserve d’olives bien que des analyses chimiques effectuées sur des exemplaires d’Arles aient montré la présence d’huile de ben, contenu probablement exceptionnel compte tenu de sa préciosité et principalement destiné à la fabrication de parfums et de médicaments218. Pour l’heure, on ne sait si la variante précoce provient de la même région et si son contenu est comparable ou non. Des analyses restent à faire pour le déterminer.

Fig. 328. Céramiques du Haut-Empire. Amphore africaine. 1 : Africaine ancienne ; 2-3 : Ostia 59 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 328. Céramiques du Haut-Empire. Amphore africaine. 1 : Africaine ancienne ; 2-3 : Ostia 59 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

3.5- Amphores de Méditerranée orientale

  • 219  Reynolds 2010, 90.
  • 220  Dyczek 2010.
  • 221  Bezeczky 2013.
  • 222  Article non publié dans les actes.

64Les amphores à vin égéo-micrasiatiques et peut-être pontiques, bien que peu nombreuses (AB : 3 % du NMI des amphores ; C : 1 % ; DE : 2 %) n’en restent pas moins bien présentes, comme ailleurs sur le littoral, dans la capitale des Gaules et sur le limes germanique. Elles sont de types Crétoise 1 (fig. 329, n°1), 2 et 4, Rhodienne 7 (fig. 329, n°2) ou encore Benghazi MRA 3 (fig. 329, n°3) produit dans la région d’Éphèse. Le seul élément de forme, un pied dont la largeur avoisine les 8 cm, appartient à la variante Agora F65 du Ier s. Une amphore Kapitän 2 (fig. 329, n°4), presque complète (seul le fond est absent), a été retrouvée au sommet du dernier niveau d’utilisation du puits 47, daté du début du IIIe s. Elle présente toutes les caractéristiques des amphores les plus anciennes : col renflé, panse courbe, épaulement arrondi, anses peu épaisses et hauteur totale inférieure à 70 cm. Son origine reste encore discutée. Des comparaisons de pâtes entre amphores orientales, effectuées par P. Reynolds219, laissent supposer une origine pontique, peut-être en Crimée. Une production locale repérée à Novae, des ateliers signalés à Romula, en Dacie, ainsi que d’autres à Madara, en Mésie inférieure, donnent du sens à cette hypothèse220. De son côté, T. Bezeczky221, identifie une production locale à pâte chamois, peu exportée, qui serait originaire de la vallée du Caystre et de la région d’Éphèse, d’après des analyses de pâtes. Selon l’auteur, Samos ne serait pas, non plus, à exclure. Plus récemment encore, lors du congrès « Per terram, per mare. Production and transport of roman amphorae in the Eastern Mediterranean (Nicosia, Chypre 2013) », A. Opait propose une probable origine chiote à partir de l’observation des amphores de la Stoa d’Attale, à Athènes, et de comparaisons avec des monnaies sur lesquelles figure une amphore222. On le voit donc, le dossier est loin d’être clos et les lieux de production sans doute multiples. La découverte des ateliers produisant les modèles exportés en Méditerranée occidentale permettrait de mettre un terme définitif à ces hésitations scientifiques.

Fig. 329. Céramiques du Haut-Empire. Amphore grecque. 1 : Crétoise 1 ; 2 : Rhodienne 7 ; 3 : Benghazi MR3. Amphore pontique ? 4 : Kapitän 2. Amphore levantine. 5 : Camulodunum 189 / Carrot 2. Amphore ind. 6 : Dressel 7/11 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 329. Céramiques du Haut-Empire. Amphore grecque. 1 : Crétoise 1 ; 2 : Rhodienne 7 ; 3 : Benghazi MR3. Amphore pontique ? 4 : Kapitän 2. Amphore levantine. 5 : Camulodunum 189 / Carrot 2. Amphore ind. 6 : Dressel 7/11 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
  • 223  Carreras Montfort, Williams 2002 ; Reynolds et al. 2009.

65Deux fragments de panse de la phase DE appartiennent à une amphore levantine de type Camulodunum 189, dite « amphore carotte » en raison de sa forme évocatrice. E. Aquaron avait déjà mis au jour un exemplaire de variante Carrot 2 (fig. 329, n°5) lors de ses fouilles des années 1948-1950, au Castellan. La pâte, grise, contient un dégraissant très fin de quartz, de grains noirs et de points blancs visible à la loupe binoculaire. Les surfaces sont recouvertes d’un engobe beige. Cette amphore, que l’on supposait être levantine depuis longtemps, est au moins en partie produite à Beyrouth comme le prouve la récente découverte d’un atelier de potiers, suivie d’analyses physico-chimiques. Il s’agit d’un conteneur destiné à l’exportation de dattes, mais aussi probablement d’autres fruits secs223.

3.6- Amphore d’origine indéterminée

  • 224  Je remercie Michel Bonifay (Centre Camille Jullian) d’avoir examiné cet objet.
  • 225  Je remercie Yahya Zaaraoui de m’avoir procuré des échantillons de pâte de cet atelier.

66Une lèvre d’amphore Dressel 7/11 (fig. 329, n°6) se distingue des amphores de Bétique habituellement rencontrées à Fos-sur-Mer et à Istres, notamment, par des parois relativement minces (8 mm au niveau du col) et une pâte différente. De couleur rose-orangée, elle présente une surface externe jaunâtre. Cette pâte, très épurée, contient quelques gros grains rouges visibles à l’œil nu. À la loupe binoculaire apparaissent quelques grains de quartz et de minuscules grains translucides, blancs et rouges. Si une origine africaine avait été au départ pressentie, Michel Bonifay224 n’est pas convaincu par une telle hypothèse. Les comparaisons avec les pâtes de l’atelier marocain de Dhar Aseqfane225, qui a produit des amphores Beltran 2A et Almagro 51 AB, n’autorisent aucun rapprochement. Par conséquent, l’origine exacte de cet objet nous échappe.

4- Autres céramiques

67Parmi le lot des autres céramiques, figurent deux fragments de balsamaires, sept bouchons d’amphore CL-REC 16b et 16c, huit bouchons taillés dans des supports céramiques différents (céramique non tournée, amphore de Bétique, amphore gauloise, tegula), douze pesons circulaires et un fragment de terre cuite représentant un personnage assis qui n’appellent aucun commentaire en raison d’un état de conservation médiocre ou de la banalité de tels éléments par rapport au contexte de découverte.

68Sur 36 lèvres de dolium identifiées, 91 % sont épaisses (bd 5 et 8) dont 87 % avec un méplat horizontal (bd 8a, c, e, f et g) plutôt qu’intérieur (bd 5a, b [fig. 330] et c). Les types les plus abondants sont à lèvre arrondie bd 8a (25 %), à lèvre triangulaire bd 8e (22 %) et à lèvre en quart de cercle bd 8f (22 %). Les types à bord convergent bd 1a et bord divergent mince bd 4a sont anecdotiques car probablement résiduels et attribuables à la fin de l’âge du Fer.

Fig. 330. Céramiques du Haut-Empire. Dolium (bd 5b) (DAO Fr. Marty).

Fig. 330. Céramiques du Haut-Empire. Dolium (bd 5b) (DAO Fr. Marty).

69Parmi les lampes à huile découvertes, outre celles retrouvées en contexte funéraire, on retiendra notamment pour leur iconographie les suivantes :

701 : Lampe Deneauve IVA (fig. 331, n°1). Médaillon : cavalier tourné à gauche, armé d’un glaive et d’un bouclier. Relief empâté.

712 : Lampe Deneauve IVA (fig. 331, n°2). Médaillon : masque de théâtre comique.

723 : Lampe Deneauve VA (fig. 331, n°3). Médaillon : gladiateur samnite vaincu tombant en arrière, tourné à droite, bouclier à terre. Bulles de surmoulage bien visibles.

734 : Lampe Deneauve IVA (fig. 331, n°4). Médaillon : cheval galopant vers la droite. Bulle de surmoulage.

745 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°5). Médaillon : griffon ailé courant à droite. Bulles de surmoulage bien visibles.

756 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°6). Médaillon : bouquetin courant à gauche.

767 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°7). Médaillon : personnage penché en avant, vers la droite, les deux mains dans un panier. à l’arrière plan, apparaît la tête d’une chèvre. Relief empâté.

778 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°8). Médaillon : décor incomplet. Subsistent les jambes antérieures d’un cheval harnaché tourné vers la droite, jambe avant gauche levée, portant probablement un cavalier. Bulles de surmoulage.

789 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°9). Médaillon : scène érotique.

7910 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°10). Médaillon : masque de théâtre. Relief légèrement empâté.

8011 : Lampe indéterminée (fig. 331, n°11). Médaillon : base d’un décor incomplet représentant un génie ailé jouant avec une panthère couchée sur un lit.

Fig. 331. Céramiques du Haut-Empire. Lampes. 1-2 : Deneauve IVA ; 3 : Deneauve VA ; 4 : Deneauve IVA ; 5-11 : ind. (clichés Fr. Marty).

Fig. 331. Céramiques du Haut-Empire. Lampes. 1-2 : Deneauve IVA ; 3 : Deneauve VA ; 4 : Deneauve IVA ; 5-11 : ind. (clichés Fr. Marty).

III- Conclusion

81Pour la première fois dans la région de l’ouest de l’Étang de Berre, nous disposons d’un corpus céramologique du Haut-Empire quantitativement significatif autorisant des comptages et des calculs de proportions exploitables. Le découpage en phases à la chronologie relativement large et la présence d’un mobilier résiduel abondant, qui s’expliquent par une durée d’occupation de près de deux siècles et un balayage régulier des sols, atténuent légèrement la finesse des observations relatives à l’évolution des assemblages céramiques. La tendance générale ainsi esquissée devra donc être précisée par de futures recherches, notamment par l’étude de contextes géographiquement proches, à la chronologie plus serrée.

  • 226  Marty, Zaaraoui 2009, 415.
  • 227  Bonifay, Carre, Rigoir 1998, 383-385.
  • 228  Bats 2006, 241.
  • 229  Excoffon, Pasqualini, Pellegrino 2011, 160.

82Le meilleur site de comparaison, en l’état actuel des recherches, est le port antique de Fos-sur-Mer dont les collections sous-marines anciennes, bien que considérées comme hors stratigraphie, sont suffisamment abondantes et bien conservées pour que l’on puisse disposer d’une documentation et de comptages utilisables. Ces données ont été récemment complétées par la fouille de la bonification antique de l’Estagnon. Sur ce dernier site, le taux d’amphores226 est nettement supérieur à celui du Castellan (32 % du NMI contre 12 à 16 %), ce qui pourrait s’expliquer par la spécificité du contexte étant donné que les taux relevés dans les villes portuaires de Marseille (12 % sur le secteur de l’épave de la Bourse227), Olbia (12 % en phase 4228) et Fréjus (15 %229) s’accordent avec les données istréennes. Indépendamment des quantités transportées, on remarque la prépondérance des amphores à vin (C : 59 % ; DE : 58 %). Les proportions d’amphores à huile baissent significativement entre les phases C et DE (21 à 13 %) au profit des amphores à salaisons de poisson (10 à 25 %). Les amphores à fruits, principalement d’olives confites, sont évidemment beaucoup moins nombreuses. Elles disparaissent probablement après l’époque flavienne (C : 9 % ; DE : 2 %).

83La diversité des catégories de céramiques et la présence significative d’objets rares en Gaule méridionale (sigillée orientale B, commune africaine, commune égéenne, commune hispanique, commune levantine, CNT italique...) impliquent l’existence de liens privilégiés entre l’agglomération et le port des Fossae Marianae, dont on connaît l’importance stratégique dans les échanges méditerranéens et rhodaniens durant le Haut-Empire.

84Des céramiques locales se cachent peut-être parmi les céramiques à pâte claire, mais l’essentiel de la vaisselle est importé. Les principaux fournisseurs sont la région, la moyenne vallée du Rhône et la Méditerranée occidentale. La vaisselle culinaire est particulièrement révélatrice de ces grands courants d’échange et de leur évolution. Cinq catégories retiennent surtout l’attention. Les pots carénés Mellinand 1b en céramique non tournée d’époque romaine constituent 11 % de la vaisselle de cuisson en phase C. Ce chiffre assez élevé indique que leur emploi ne faiblit pas avant le milieu du Ier s. Les céramiques non tournées des ateliers des Alpilles obtiennent des taux largement supérieurs en phase AB (18 %) et C (22%). Il est évident que cette céramique est encore largement utilisée jusqu’au milieu du Ier s. Le léger rajeunissement de la phase finale de cette production est aussi suggéré par la mise en évidence de formes aux caractéristiques « tardives ». On notera aussi les proportions appréciables de céramique brune provençale (C : 11 % ; DE : 17 %) qui prouvent la vitalité de sa diffusion, au moins jusqu’à l’ouest de l’Étang de Berre. Les céramiques grises rhodaniennes, bien que d’origine un peu plus lointaine, descendent facilement la vallée du Rhône. Elles sont majoritaires en phase AB (33%) et restent bien présentes en phases C (14 %) et DE (13%), l’acmé de leur consommation étant situé dans la seconde moitié du Ier s. Elles sont relayées, au IIe s., par les céramiques culinaires africaines qui surpassent toutes les autres dans la seconde moitié du IIe s. et au début du IIIe s. (C : 15 % ; DE : 36 %). Ceci implique des transformations dans les pratiques culinaires, les pots utilisés pour la cuisson bouillie étant en grande partie remplacés par des marmites destinées à la cuisson mijotée en atmosphère close.

Notes

180  Marty 2014.

181  Oswald 1936, n°313 et 609.

182  Oswald 1936, n°630.

183  Non répertorié par Oswald.

184  Oswald 1936, n°1493.

185  Oswald 1936, n°2389.

186  Oswald 1936, n°110.

187  Mees 1995, pl.183, n°3.

188  Je remercie Thierry Martin pour ses remarques au sujet
de ce vase.

189  Sur les sigillées orientales dans le sud de la Gaule, voir Marty 2006.

190  Pellegrino 2009.

191  Les céramiques à pâte claire italique comptabilisées avec celles d’origines régionale et rhodanienne sont suffisamment rares pour ne pas perturber les proportions attribuées à ces dernières.

192  « ... il est certain que toute eau qui a bouilli est meilleure (...) Le moyen de corriger de l’eau malsaine est de la faire bouillir jusqu’à réduction de moitié. » (Histoire Naturelle, XXXI, 23).

193  Classement réalisé à partir de Leblanc 2007.

194  Je remercie Céline Huguet et Aline Lacombe (Direction Archéologie de la ville d’Aix-en-Provence) pour leurs renseignements au sujet de ce vase.

195  Leblanc 2007, fig. 68, n°25, 78, n°22 et p. 165.

196  Mobilier observé dans les vitrines d’exposition lors du congrès de la SFECAG en 2016. Cf. Ahü-Delor, Mouton-Venault, Labaune 2016, pl. 3, J25.

197  Marty 2002a, n°37 ; Djaoui 2014.

198  Marty, Capelli, Cabella 2009.

199  Voir l’analyse du contenu dans la deuxième partie,
chapitre 3, II.

200  Tchernia 1969.

201  Tchernia1969, 307-308.

202  Tchernia 1969, 299.

203  Amar, Liou 1984, 184.

204  Cipriano, Carre 1989, 74-77.

205  Scardozzi 2007.

206  Panella, Fano 1977, 149.

207  Je remercie Marie-Brigitte Carre d’avoir bien voulu se pencher sur la lecture de ce timbre et de m’avoir fourni de précieuses indications au sujet des amphores italiques.

208  Berni Millet 2015.

209  Aguelo i Mas, Carreras Monfort, Huertas Arroyo 2006, 65.

210  Mauné 2012, 152-153.

211  Je remercie Piero Berni Millet pour les indications qu’il m’a fournies au sujet de ce pied d’amphore timbré.

212  Au sujet des conserves d’olives hispaniques arrivées en amphores à Fos, voir Marty et al. 2016.

213  Marty, Zaaraoui 2009, fig. 14, n°5.

214  Panella 1977, pl. 66, n°32.

215  Béraud, Gébara, Pasqualini 1992, fig. 14.

216  Je remercie Alessia Contino (Centre Camille Jullian) pour ces informations et l’envoi de dessins qui confirment l’existence, au Nuovo Mercato Testaccio, de lèvres semblables à celle de l’amphore complète du Castellan.

217  Contino 2013.

218  Bonifay et al. 2015 ; Djaoui, Garnier, Dodinet 2015.

219  Reynolds 2010, 90.

220  Dyczek 2010.

221  Bezeczky 2013.

222  Article non publié dans les actes.

223  Carreras Montfort, Williams 2002 ; Reynolds et al. 2009.

224  Je remercie Michel Bonifay (Centre Camille Jullian) d’avoir examiné cet objet.

225  Je remercie Yahya Zaaraoui de m’avoir procuré des échantillons de pâte de cet atelier.

226  Marty, Zaaraoui 2009, 415.

227  Bonifay, Carre, Rigoir 1998, 383-385.

228  Bats 2006, 241.

229  Excoffon, Pasqualini, Pellegrino 2011, 160.

Table des illustrations

Titre Fig. 303. Tableau de comptage des céramiques des phases AB, C et DE.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 304. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée italique. 1 : Consp 5.2 ; 2 : Consp 11 ; 3 : Consp 22 ; 4-6 : Consp 22.1 ; 7 : Consp 23 ; 8 : Consp 26.1 ; 9 : Consp 33.5 ; 10 : coupelle indéterminée ; 11 : ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 305. Inventaire des timbres sur sigillées italiques et sud-gauloises.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 306. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée tardo-italique . 1 : Consp 44.1 ; 2 : Drag 29 (DAO Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 307. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1-2 : Haltern 5 ; 3 : Drag 15/17 ; 4-6 : Drag 18 ; 7-13 : assiette indéterminée ; 14-17 : Drag 24/25 ; 18-24 : Drag 27 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 308. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1 : Drag 35 ; 2-3 : Ritt 8 ; 4-6 : coupelle indéterminée ; 7-11 : Drag 33 ; 12 : Drag 29 ; 13-16 : Drag 37 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 309. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée sud-gauloise. 1 : Drag 37 ; 2 : Curle 11 ; 3 : indéterminé. Sigillée sud-gauloise marbrée. 4 : Drag 22A ; 5 : Ritt 8 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 310. Céramiques du Haut-Empire. Sigillée Centre Gaule. 1 : Lezoux 38. Sigillée orientale B. ; 2-3 : H 60. Sigillée africaine A. ; 4 : H 3A ; 5 : H 3C ; 6 : H 7 ; 7 : H 9B. Sigillée claire B. ; 8 : Desbat 1 ; 9 : Desbat 8 ; 10-11 : Desbat 12 ; 12-13 : Desbat 19 ; 14 : Desbat 66 ; 15 : Desbat 84. Céramique à glaçure plombifère. ; 16 : GLA-RO 22 ; 17 : GLA-RO 16 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 311. Céramiques du Haut-Empire. Parois fines. 1-3 : Mayet 37 ; 4 : Mayet 38 ; 5 : Marabini 68 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 312. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1 : CL-REC 2 ; 2 : CL-REC 1 ; 3 : H4 n° 4 ; 4 : olpé ind. ; 5 : CL-REC 1f ; 6-7 : CL-REC 1 (DAO Fr. Marty et L. Robin).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 313. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-3 : CL-REC 2 ; 4 : Olcese 4 ; 5-11 : cruche ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 314. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-2 : pot ; 3 : CL-REC 9i ; 4 : CL-REC 9f (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 315. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1-2 : amphore ind. (DAO Fr. Marty et L. Robin).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 316. Céramiques du Haut-Empire. Céramique à pâte claire. 1 : CL-REC 16f ; 2 : coupe à anses ; 3 : CL-REC 16a (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 317. Céramiques du Haut-Empire. Céramique claire engobée. 1 : DER-A 2865 ; 2-3 : Pasqualini 2 ; 4-5 : CL-ENG B2b ; 6-7 : CL-REC 1 ; 8 : cruche ind. (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 318. Céramiques du Haut-Empire. Mortier à pâte claire calcaire. 1 : CL-REC 18a : 2 : CL-REC 18b ; 3 : CL-REC 21 ; 4 : autre (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 319. Céramiques du Haut-Empire. Céramique commune brune provençale. 1 : type 4100 ; 2 : type 4110 ; 3-4 : type 4210 ; 5 : type 5200 ; 6 : type 5220 ; 7-8 : type 5310 ; 9 : type 5500. CNT d’époque romaine. 10-13 : Mellinand 1b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 320. Céramiques du Haut-Empire. CNT des ateliers des Alpilles. 1-2 : CNT-ALP 4d3 ; 3 : CNT-ALP 5b1 ; 4 : CNT-ALP 2b3 ; 5 : CNT-ALP 4b1 ; 6 : CNT-ALP 7.1 ; 7 : CNT-ALP 1a8 ; 8-10 : CNT-ALP 1a10 ; 11-13 : CNT-ALP 1a11 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 321. Céramiques du Haut-Empire. CNT des ateliers des Alpilles. 1 : CNT-ALP 4a2 ; 2 : CNT-ALP 4a3 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 322. Céramiques du Haut-Empire. Grise kaolinitique. 1 : KAOL F1 ; 2 : KAOL I7 ; 3 : pot. Kaolinitique micacée. 4 : pot ind. ; 5 : couvercle. Grise savonneuse. 6 : H3bis n° 27 ; 7 : CL-ENG B1 ; 8 : CL-REC 2. Commune oxydante micacée. 9 : COM-O-M A3 ; 10 : COM-O-M A4 ; 11 : COM-O-M B1 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 323. Céramiques du Haut-Empire. Grise rhodanienne. 1 : Mellinand 1a ; 2-3 : Mellinand 2 ; 4 : H6 n° 68 ; 5 : marmite ind. ; 6 : H4 n° 108. Brune rhodanienne. 7 : SABL-OR A12. Céramique celtique. 8 : CELT 11b. Claire savonneuse. 9 : bol à collerette. Claire à engobe blanc. 10 : cruche. Vernis rouge pompéien. 11-12 : Goudineau 15. Culinaire italique. 13-14 : COM-IT 6c ; 15 : COM-IT 7f. Mortier italique. 16 : CL-REC 21b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 324. Céramiques du Haut-Empire. Culinaire africaine. 1 : Ostia II.306 ; 2-3 : H 23A ; 4-5 : H 23B ; 6 : H 197 ; 7 : Ostia I.270 ; 8 : Ostia II.324 var ; 9 : H 196 ; 10 : H 185. Commune africaine. 11 : Bonifay 48 ; 12 : Bonifay 51 ; 13 : Bonifay 51 ? ; 14 : Bonifay 53 ? (DAO F. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 325. Céramiques du Haut-Empire. Commune égéenne. 1 : Knossos 2. Commune levantine. 2 : marmite ; 3-4 : amphorette ; 5 : cruche ou amphorette ; 6 : balsamaire (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 326. Céramiques du Haut-Empire. Amphore massaliète impériale. 1 : Bertucchi 6a ; 2 : Bertucchi 6b. Amphore gauloise. 3 : G2 ; 4 : G4 ; 5 : fond plat ; 6 : Dressel 2/4. Amphore italique. 7-8 : amphore ovoïde latiale (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 327. Céramiques du Haut-Empire. Amphore italique. 1 : Dressel 2/4. Amphore de Tarraconaise. 2 : Dressel 2C. Amphore punique ébusitaine. 3 : Ramon 25. Amphore de Bétique. 4 : Dr 12 ; 5 : Dr 14A ; 6 : Dr 7/11 ; 7 : Beltran 2B ; 8 : Dr 20A ; 9 : Haltern 70 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 328. Céramiques du Haut-Empire. Amphore africaine. 1 : Africaine ancienne ; 2-3 : Ostia 59 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 329. Céramiques du Haut-Empire. Amphore grecque. 1 : Crétoise 1 ; 2 : Rhodienne 7 ; 3 : Benghazi MR3. Amphore pontique ? 4 : Kapitän 2. Amphore levantine. 5 : Camulodunum 189 / Carrot 2. Amphore ind. 6 : Dressel 7/11 (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 330. Céramiques du Haut-Empire. Dolium (bd 5b) (DAO Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 331. Céramiques du Haut-Empire. Lampes. 1-2 : Deneauve IVA ; 3 : Deneauve VA ; 4 : Deneauve IVA ; 5-11 : ind. (clichés Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14913/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search