Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Troisième partie. Études spécialisées

Chapitre 1. Les enduits peints du bâtiment 7

Sabine Groetembril et Lucie Lemoigne

Texte intégral

I- Introduction

1L’espace 32 du bâtiment 7 a fourni des enduits peints : la partie basse de la zone inférieure conservée in situ, à la base du mur 252, côté est de la pièce, ainsi que des plaques effondrées au sol. Le prélèvement a été réalisé selon un carroyage établi sur l’ensemble de la pièce (fig. 279). Celle-ci mesure 3,95 m de long sur 3,42 m de large et constitue un espace de 13,50 m². Cette pièce a la forme d’un quadrilatère irrégulier dont les angles sont, à l’ouest, presque droits et, à l’est, aigu et obtus.

Fig. 279. Carroyage du bâtiment 7 (DAO N. Gonzalez et J. Tisseyre).

Fig. 279. Carroyage du bâtiment 7 (DAO N. Gonzalez et J. Tisseyre).

2La plinthe située au niveau du mur épierré 252, conservée sur 3,40 m de long et 0,14 m de haut, a été déposée en trois parties. Les plaques effondrées en place ont subi d’importantes inondations, dues à de violentes intempéries, avant leur prélèvement. En outre, le contexte particulièrement humide, au contact de la nappe phréatique, a provoqué l’induration de certains supports et l’adhérence des couches picturales avec le sol de la pièce. Nous n’attendions donc pas de remontage conséquent des plaques lors de la phase d’étude, mais une meilleure compréhension des éléments conservés. Pour la zone inférieure, nos observations durant la stabilisation ont abouti à une lecture plus précise du décor. En revanche, quelques points restent énigmatiques quant à l’adéquation du décor à l’architecture en zone médiane.

II- Description

1- Ensemble prélevé « in situ »

3L’enduit conservé en place, au niveau du mur est, témoigne de la zone inférieure du décor et du raccord avec le sol (fig. 280). Sa composition a été décrite lors de son prélèvement : une plinthe noire (0,14 m de hauteur), couronnée par un filet blanc, est surmontée d’une partie basse composée de compartiments larges et étroits séparés par de simples filets blancs. Les compartiments larges (0,92 m de longueur) sont ocre jaune, parsemés de veinures rouge ocre éparses, imitant le marbre. Les compartiments étroits (0,41 m) sont rouges à motifs verts. En effet, lors de la stabilisation en atelier, le nettoyage a permis de repérer les traces de rehauts verts laissant entrevoir de larges touches caractéristiques des motifs de touffes végétales (fig. 281-282).

Fig. 280. Plaque prélevée en place sur le mur est : plinthe et partie basse (cliché L. Lemoigne).

Fig. 280. Plaque prélevée en place sur le mur est : plinthe et partie basse (cliché L. Lemoigne).

Fig. 281. Détail de la plinthe et des compartiments (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 281. Détail de la plinthe et des compartiments (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 282. Proposition de restitution de la touffe végétale (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 282. Proposition de restitution de la touffe végétale (cliché et DAO L. Lemoigne).

4Si la partie droite de la dépose indique la longueur de deux compartiments, l’un jaune, l’autre rouge, la lecture de la moitié gauche demeure difficile. En effet, seules quelques traces de pigments montrent la répétition du décor, mais ne permettent pas de définir les limites des compartiments (cf. observations techniques). La restitution infographique illustre le cas le plus simple : une alternance régulière (fig. 283). Cette proposition est cohérente avec la dimension du mur 252, soit 3,61 m.

Fig. 283. Proposition de restitution de la zone inférieure (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 283. Proposition de restitution de la zone inférieure (cliché et DAO L. Lemoigne).

2- Ensemble fragmentaire (fond blanc)

5L’observation des effondrements lors de la fouille permet de supposer que les plaques d’enduit prélevées au sol proviennent en grande partie du mur est. Elles correspondent au décor de zone médiane et viennent donc compléter le décor de zone inférieure que nous venons de décrire. Cependant, aucun fragment ne témoigne de la transition entre la zone inférieure et médiane. Le remontage des plaques montre un décor simple : un champ blanc rythmé par des filets noirs et des bandes rouges agrémentées de filets jaunes. L’absence de jonction entre les éléments pose, bien entendu, des problèmes de compréhension. Attachons-nous donc tout d’abord aux données connues.

2.1- Bandes rouges

  • 170  Les traces de lissage sont caractérisées par de fines stries que l’on observe au compte-fil sur (...)

6Il existe deux types de bandes rouges qui indiquent que la composition est basée sur une alternance de panneaux et d’inter-panneaux, un schéma habituel reprenant la partition de la zone inférieure. Le premier type présente une bande rouge formant un angle droit que l’on peut observer sur la plaque 5. L’orientation de cette plaque est ici donnée par le sens de lissage qui définit l’horizontale170, ainsi que par les marques laissées dans l’enduit frais. La bande est agrémentée, à 0,035 m, d’un filet d’encadrement intérieur jaune, orné dans les angles d’une série de points en diagonale (fig. 284-285 et plaques 2 à 6). Une alternance de couleur des filets d’encadrement est probable, selon les panneaux, car la bande rouge de la plaque 1 est agrémentée d’un filet noir, cette fois.

Fig. 284. Bande rouge et filet d’encadrement intérieur [plaque 5] (cliché L. Lemoigne).

Fig. 284. Bande rouge et filet d’encadrement intérieur [plaque 5] (cliché L. Lemoigne).

Fig. 285. Détail des plaques 3 et 5 (cliché L. Lemoigne).

Fig. 285. Détail des plaques 3 et 5 (cliché L. Lemoigne).

7Le second type montre une bande bordée d’un filet jaune et agrémentée d’un filet d’encadrement intérieur noir à trois ou quatre centimètres de distance. Il a la particularité d’être systématiquement en bordure d’un angle (fig. 286 et plaques 7 à 11). En effet, la bande rouge porte la trace d’une rupture nette du mortier ou d’un ressaut de mortier, caractéristique des angles dressés pour les aménagements de paroi tels que les angles de mur, les niches, ou encore les ouvertures. Notons que sur ces plaques, le lissage du fond est parallèle à la bande.

Fig. 286. Plaques 7 et 8 (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 286. Plaques 7 et 8 (cliché et DAO L. Lemoigne).

2.2- Bande noire

8La plaque 6, prélevée à proximité de la plaque 5, indique la présence d’une bande noire agrémentée d’un filet de même tonalité. Si l’on oriente les plaques en fonction du sens de lissage, la bande noire se positionne horizontalement, au-dessus du panneau, et constitue la limite haute de la zone médiane, surmontée d’un champ blanc conservé sur 0,16 m, dont on ignore l’ampleur (fig. 287-288). En revanche, sur la plaque 22, le lissage est perpendiculaire à la bande, ce qui suggère que cette dernière est verticale. Aussi, le profil du support est caractéristique d’un angle. On peut ainsi supposer que le décor possédait une zone supérieure, encadrée par une bande noire agrémentée d’un filet.

Fig. 287. Restitution d’un inter-panneau [zone médiane] (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 287. Restitution d’un inter-panneau [zone médiane] (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 288. Restitution de l’angle droit d’un panneau [zone médiane] (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 288. Restitution de l’angle droit d’un panneau [zone médiane] (cliché et DAO L. Lemoigne).

2.3- Inter-panneau (?)

9Un filet noir jouxte la bande rouge à des distances variables (de 0,03 à 0,10 m ; plaques 4 et 5). Dans un premier cas, le filet marque probablement le centre de l’inter-panneau à la façon d’un pseudo-candélabre. Ce filet devait vraisemblablement rejoindre le filet horizontal qui souligne la bande sommitale (fig. 287). Dans le second cas, le filet borde l’inter-panneau de chaque côté (fig. 288). Les deux restitutions sont des propositions construites à partir de la répartition de la zone inférieure et axées dans le prolongement des compartiments. On observe ainsi des configurations diverses qui montrent l’influence des aménagements architecturaux sur l’organisation de la paroi.

2.4- Les ouvertures

10Quelques éléments nous permettent d’envisager la présence d’ouvertures dans la paroi : des vestiges d’angles apparaissent essentiellement sur les plaques prélevées dans les carrés situés le long du mur est (F, O, Q). La plupart des plaques ne montrent plus que des arrachements réguliers de mortier (plaques 7, 9, 10, 13, 17). Rappelons que les enduits révèlent les aménagements architecturaux d’une pièce et que chaque angle présente des caractéristiques correspondant à ces aménagements : angles de pièce, piliers, encadrements de porte, de fenêtre, niches ou édicules.

11Nous l’avons dit, chaque angle saillant ou rentrant (arêtes) est souligné d’une bande rouge bordée de jaune. La plaque 7 présente un angle qui semble marquer un plan oblique de 100°, caractéristique d’un appui de fenêtre haute (fig. 286). Les éléments décrits pourraient appartenir aux tableaux d’une telle ouverture (fig. 289-290). Un filet d’encadrement intérieur noir, bouleté dans les angles supérieurs, retombe sur la bande rouge. Nous avons observé sur les plaques 16 et 17 le départ d’un couvrement : incliné de 100 à 105°, il semble dessiner un léger arrondi (fig. 291 et plaque 17). La plaque 15 donne une hauteur minimale de 0,80 m. L’embrasure de la fenêtre et la largeur du mur permettent d’envisager une embrasure de 0,56 m de largeur, si l’on considère l’épaisseur de mur d’une cinquantaine de centimètres comme en témoignent les premières assises de pierres conservées sur le site.

Fig. 289. Schéma illustrant les éléments principaux d’une fenêtre (DAO L. Lemoigne).

Fig. 289. Schéma illustrant les éléments principaux d’une fenêtre (DAO L. Lemoigne).

Fig. 290. Tableau gauche vu de face (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 290. Tableau gauche vu de face (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 291. Plaque 16 : couvrement arqué (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 291. Plaque 16 : couvrement arqué (cliché et DAO L. Lemoigne).

2.5- Embrasure en angle de pièce ?

12Les plaques 18 et 19 présentent un profil particulier composé de trois plans et de deux angles : l’un de 105°, l’autre de 110° (fig. 293). Le premier correspond à l’angle sud-est de la pièce. Le second forme vraisemblablement le départ de l’embrasure, à proximité du retour du mur sud (fig. 292-294).

Fig. 292. Hypothèse de restitution d’une fenêtre haute (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 292. Hypothèse de restitution d’une fenêtre haute (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 293. Plaque 19 (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 293. Plaque 19 (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 294. Angle sud-est (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 294. Angle sud-est (cliché et DAO L. Lemoigne).

2.6- Champ jaune

  • 171  Une petite plaque portant le même profil que celui de la plaque 17 a été prélevée le long du mur (...)

13Les plaques 24 (carré L) et 25 (carré F) montrent un champ ocre jaune très altéré, posé sur une sous-couche rose et bordé par une bande rouge ocre171. Sur la plaque 24, la bande n’est pas conservée dans toute sa largeur. Sur la plaque 25, elle souligne un angle en biseau (fig. 295). Cette association de couleurs rappelle la partie basse de la paroi, mais la sous-couche rose n’a pas été observée sur les plaques in situ. Notons qu’il est fréquent d’observer des différences de mise en œuvre d’un mur à l’autre dans une même pièce. Ces plaques appartiennent simplement à un autre mur. Si l’on oriente les plaques selon un lissage horizontal, la bande rouge de la plaque 24 borde le champ jaune horizontalement et pourrait correspondre à la bande de séparation qui assure la transition entre la zone inférieure et médiane. En revanche, sur la plaque 25, elle marque verticalement un angle au profil biseauté. Sa position en fouille, à proximité du seuil 278 de la porte, permet de penser qu’il s’agit de l’angle avec le chambranle.

Fig. 295. Plaque 24 et 25 à lissage horizontal (cliché et DAO L. Lemoigne).

Fig. 295. Plaque 24 et 25 à lissage horizontal (cliché et DAO L. Lemoigne).

III- Observations techniques

1- Support

14Les peintures conservées montrent, nous l’avons évoqué, des altérations dues au contexte humide. Celles-ci sont aussi visibles au revers des fragments, érodés et concrétionnés. Cependant, certaines plaques ont gardé l’empreinte négative caractéristique des incisions en chevrons, réalisées afin d’améliorer l’adhérence de l’enduit sur le mur. Ces empreintes avaient déjà été observées, sur le terrain, au revers de la plinthe en place (fig. 296).

Fig. 296. Plaque 2 et son revers vus en lumière rasante (cliché L. Lemoigne).

Fig. 296. Plaque 2 et son revers vus en lumière rasante (cliché L. Lemoigne).
  • 172  Coutelas 2009 : « un enduit est une succession de couches de préparation (dont la première est c (...)

15En coupe, cette fois, l’étude macroscopique des mortiers a permis de réaliser des observations simples sur les caractéristiques techniques liées à la mise en œuvre, en particulier sur le nombre et la nature des couches du support172 (fig. 297) :

Fig. 297. Support représentatif du décor de l’espace 32, vu en coupe [échelle centimétrique] (cliché L. Lemoigne).

Fig. 297. Support représentatif du décor de l’espace 32, vu en coupe [échelle centimétrique] (cliché L. Lemoigne).

16a : Couche d’une épaisseur d’1 mm, à matrice blanche. Son granulat est composé d’un sable siliceux et de cristaux de calcite.

17b : D’une épaisseur irrégulière de 10 mm en moyenne, sa matrice est beige clair. Son granulat, de texture sableuse, est composé d’un sable siliceux dont les grains les plus gros ne dépassent que rarement 2 mm de diamètre.

18c : D’une épaisseur irrégulière, jusqu’à 12 mm, sa matrice est beige clair. Elle comporte le même granulat que la couche « b », mais présente de nombreuses empreintes de fibres végétales et des porosités.

19L’application des supports est cohérente dans l’ensemble, en ce qui concerne la nature des couches de mortier. Le granulat se compose d’un sable siliceux pour les diverses couches de préparation. La couche de finition est enrichie de cristaux de calcite, vraisemblablement du marbre broyé. La mise en œuvre, quant à elle, est complexe : les plaques conservées témoignent pour beaucoup d’aménagements tels que les ouvertures ou les angles de parois. On y observe donc de grandes différences d’épaisseur de mortier, particulièrement au niveau des préparations des arêtes et des angles impliquant des contraintes techniques spécifiques.

2- Couches picturales et état de surface

2.1- Zone inférieure

  • 173  Allag, Monier 2004.

20Quatre couleurs sont employées : noir, jaune, rouge et vert. Le pigment noir de la plinthe est appliqué sur une sous-couche ocre jaune (fig. 298). Cette dernière est dans la continuité du fond des compartiments. Elle a vraisemblablement été appliquée à la fois comme fond, pour les compartiments marbrés, et comme sous-couche de la plinthe et des compartiments rouges. Les imitations de marbre montrent un jeu de taches rouge ocre sur un aplat ocre jaune (fig. 299). Les aspects techniques de la représentation des roches décoratives ont déjà été abordés173. Il s’agirait, ici, d’un marbre jaune antique, probablement du Chemtou, suggéré par les nodules rouges réalisés à l’éponge.

Fig. 298. Détail de la couche picturale noire appliquée sur une sous-couche jaune au niveau de la plinthe (cliché L. Lemoigne).

Fig. 298. Détail de la couche picturale noire appliquée sur une sous-couche jaune au niveau de la plinthe (cliché L. Lemoigne).

Fig. 299. Détail des marbrures rouges sur fond jaune dans le compartiment long (cliché L. Lemoigne).

Fig. 299. Détail des marbrures rouges sur fond jaune dans le compartiment long (cliché L. Lemoigne).

21En ce qui concerne les éléments végétaux des compartiments étroits, l’état de conservation ne permet pas de déterminer si les feuillages étaient en nuances de vert, pour figurer le relief, ou juste évoqués par une seule tonalité. La couche picturale verte est visible sur le premier compartiment rouge, à droite de la paroi (fig. 300), et quelques indices subsistent au niveau du compartiment de gauche (fig. 301), confirmant la répétition du motif.

Fig. 300. Détail de la couche picturale verte sur fond rouge et sous-couche jaune dans le compartiment court (cliché L. Lemoigne).

Fig. 300. Détail de la couche picturale verte sur fond rouge et sous-couche jaune dans le compartiment court (cliché L. Lemoigne).

Fig. 301. Traces de couche picturale verte dans le compartiment court (cliché L. Lemoigne).

Fig. 301. Traces de couche picturale verte dans le compartiment court (cliché L. Lemoigne).

2.2- Zone médiane

22La gamme des pigments est réduite : seuls le noir, le rouge et le jaune sont utilisés sur un fond blanc. Des repères, sur l’enduit frais, ont permis de placer la composition générale sous la forme de petites marques incisées (fig. 302). La plaque 20 montre l’une d’elles au niveau de l’angle des filets bouletés. Elle porte la trace de pigments jaunes.

Fig. 302. Plaques 11 et 20, vues en lumière rasante, montrant des repères tracés dans l’enduit frais (cliché L. Lemoigne).

Fig. 302. Plaques 11 et 20, vues en lumière rasante, montrant des repères tracés dans l’enduit frais (cliché L. Lemoigne).

IV- Commentaires

23Les indices permettant d’appréhender le rythme du décor et la jonction entre la zone inférieure et la zone médiane n’ont pas été conservés. Les détails de la composition nous échappent donc un peu. En effet, lorsque l’on envisage l’alternance de panneaux et inter-panneaux suivant l’axe des compartiments de zone inférieure, les différences d’écartements des bandes et filets suggèrent un schéma décalé, difficile à préciser.

  • 174  Groetembril 1993.
  • 175  Becq, Monier 1990.
  • 176  Groetembril 2006.

24Dans l’ensemble, le décor se caractérise par une composition linéaire simple, sans fioriture, et réalisée à partir de pigments de base à la gamme peu étendue. Ce type de décor provient souvent de pièces d’habitation issues de quartiers artisanaux prospères, de boutiques ou d’espaces utilitaires dans les habitations cossues. On le rencontre avec des choix chromatiques similaires, par exemple, au milieu du IIe s. dans la salle 30 du quartier Vaulabelle, à Auxerre174, ou dans la seconde moitié du Ier s. dans la salle au-dessus de la pièce U de la domus de la place Formigé, à Fréjus175, où des imitations analogues de Chemtou sont également représentées en bas de paroi. Citons également l’ensemble I du quartier de Tholon, à Martigues, dans la première moitié du IIe s.176. Mais là, le décor est un rien plus raffiné, agrémenté de motifs élégants (rinceaux, guirlandes, oiseaux).

  • 177  Defente 1987.
  • 178  Fuchs 1989, 27-29.

25À Istres, seule la zone inférieure paraît plus colorée et plus « élaborée », associant des imitations de marbre et des touffes végétales. Ces motifs sobres, mais soignés, figurent parmi les plus récurrents pour les décors pariétaux de bas de paroi durant l’Antiquité. Ce qui est moins fréquent, c’est leur association. On la retrouve, toutefois, dans la salle VII du « Château d’Albâtre », à Soissons, au milieu du Ier s.177 La zone basse y est constituée de larges compartiments à fond noir, ornés d’une touffe végétale centrée sur l’axe du candélabre et de compartiments plus courts à imitations de marbre. À Avenches, le salon rouge de l’insula 18 adopte également ce schéma au milieu du Ier s.178 À Istres, l’état de conservation de la touffe végétale ne permet pas de faire de rapprochement avec d’autres décors. Quant aux marbres, il s’agit de simples placages sans effets de moulures en trompe l’œil. Notons, cependant, que le marbre représenté ici est du jaune antique ou marbre de Chemtou, provenant de Numidie (actuelle Tunisie). Il apporte un peu de raffinement à ce décor commun, proche du décor de Fréjus mentionné ci-dessus.

  • 179  Allag 2008, 567.

26De nombreux indices ont été observés au sujet des aménagements architecturaux mais, une fois encore, les arguments sont maigres pour pouvoir les repositionner sur la paroi. Une réflexion a été menée à partir de vestiges campaniens encore en élévation, notamment sur « le lien entre la position de l’ouverture, sa forme, sa fonction et le type de décor »179. Parmi tous ces éléments extrêmement lacunaires, plusieurs informations sont à retenir :

  • Les éléments à profils complexes suggèrent l’existence de plusieurs ouvertures (fenêtre, porte).

  • Les tableaux reposent sur un plan positionné en oblique. On peut alors penser à des fenêtres hautes, où l’inclinaison des embrasures ainsi que de l’appui favorisent l’entrée de la lumière.

  • Les divers plans des embrasures montrent des différences ténues avec la composition du décor de la paroi.

27L’ensemble des observations sur le décor, associées à l’existence d’un béton de sol, permettent de se poser des questions sur la fonction de cette structure. Ce type de décor évoque d’ordinaire un espace utilitaire ou lié aux servitudes de la maison. Dans le cas présent, au regard de la position de cette pièce dans le quartier, isolée de toute autre pièce d’habitation et dont la forme irrégulière est conditionnée par les voies qui la bordent, on pourrait pencher pour un espace artisanal. Cependant, le choix des imitations de marbre et des touffes de feuillage montrent une volonté d’embellissement qui évoquerait plutôt un espace commercial de type boutique, taverne, etc...

28Quant à la chronologie, ce décor s’inscrit dans les tendances picturales que l’on rencontre entre le milieu du Ier et le milieu du IIe s. Les données stratigraphiques permettent de placer l’aménagement du bâtiment dans la troisième phase observée pour le Haut-Empire, correspondant à la mise en place des principales constructions de l’agglomération secondaire. Le décor a pu être réalisé durant la première moitié du IIe s. et perdurer durant tout ce siècle.

Notes

170  Les traces de lissage sont caractérisées par de fines stries que l’on observe au compte-fil sur la surface de l’enduit et qui résultent de la mise en œuvre de la couche de finition (le dressage).

171  Une petite plaque portant le même profil que celui de la plaque 17 a été prélevée le long du mur ouest de la pièce (carré K).

172  Coutelas 2009 : « un enduit est une succession de couches de préparation (dont la première est celle présente contre la paroi), terminée par une couche de finition. Une nomenclature à base de lettres est employée pour faciliter la description et, surtout, permettre une meilleure présentation, discussion et compilation des données entre différents chercheurs. La description des couches de mortier s’effectue alors de la couche picturale vers le mur, soit donc de l’avers vers le revers, dans l’ordre inverse de leur constitution. Un enduit peint se décompose comme suit :

Couche picturale, notée Cp ;

Couche d’épiderme ou de finition notée (a) ;

Couches de préparation, notées (b), (c), (d), etc. »

173  Allag, Monier 2004.

174  Groetembril 1993.

175  Becq, Monier 1990.

176  Groetembril 2006.

177  Defente 1987.

178  Fuchs 1989, 27-29.

179  Allag 2008, 567.

Table des illustrations

Titre Fig. 279. Carroyage du bâtiment 7 (DAO N. Gonzalez et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 280. Plaque prélevée en place sur le mur est : plinthe et partie basse (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 281. Détail de la plinthe et des compartiments (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 282. Proposition de restitution de la touffe végétale (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 283. Proposition de restitution de la zone inférieure (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 284. Bande rouge et filet d’encadrement intérieur [plaque 5] (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 285. Détail des plaques 3 et 5 (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 286. Plaques 7 et 8 (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 287. Restitution d’un inter-panneau [zone médiane] (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 288. Restitution de l’angle droit d’un panneau [zone médiane] (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 289. Schéma illustrant les éléments principaux d’une fenêtre (DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 290. Tableau gauche vu de face (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 291. Plaque 16 : couvrement arqué (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 292. Hypothèse de restitution d’une fenêtre haute (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 293. Plaque 19 (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 294. Angle sud-est (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 295. Plaque 24 et 25 à lissage horizontal (cliché et DAO L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 296. Plaque 2 et son revers vus en lumière rasante (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 297. Support représentatif du décor de l’espace 32, vu en coupe [échelle centimétrique] (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 298. Détail de la couche picturale noire appliquée sur une sous-couche jaune au niveau de la plinthe (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 299. Détail des marbrures rouges sur fond jaune dans le compartiment long (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 300. Détail de la couche picturale verte sur fond rouge et sous-couche jaune dans le compartiment court (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 301. Traces de couche picturale verte dans le compartiment court (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 302. Plaques 11 et 20, vues en lumière rasante, montrant des repères tracés dans l’enduit frais (cliché L. Lemoigne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14902/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines - Soissons.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search