Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Deuxième partie. L'agglomération secondaire rurale antique

Chapitre 4. Statut et évolution de l’agglomération

Frédéric Marty et Brice Chevaux

Texte intégral

I- Un nom pour l’agglomération ?

(Frédéric Marty)

  • 138  964 : Ystro ; 1054 : de Istro ; 1170 : de Istrio ; 1175 : ad Istrum ; Rostaing 1950, 66-67.
  • 139  Villeneuve 1824, pl. 9.
  • 140  Trément 1999, 18-19.
  • 141  Barruol 1969, 194-202.
  • 142  Chouquer, Favory 1992, 152-153 ; Verdin 2000, 196-198.

1En l’absence d’inscription apte à révéler un toponyme relatif à l’agglomération, seuls les auteurs gréco-latins sont susceptibles d’apporter une réponse à la question. Le prétendu nom « Istrium » inventé au XIXe s. par N. Toulouzan, à partir du nom médiéval donné au bourg138 pour illustrer sa carte des lieux antiques du département parue dans la Statistique des Bouches-du-Rhône139, ne doit pas être retenu. L’auteur est d’ailleurs responsable de plusieurs mystifications géo-historiques140. L’étude de géographie historique de G. Barruol livre deux noms de lieux susceptibles d’être situés sur la bordure occidentale de l’Étang de Berre : Caenica ou Caenicum et Maritima Avaticorum141. Le premier toponyme, connu sur deux fragments du cadastre A d’Orange, est maintenant placé dans la partie sud-est des Alpilles, vers Eyguières142. Malgré l’imprécision de la localisation, il paraît difficile, à présent, d’en faire une ville des rives de l’Étang de Berre.

  • 143  Bouche 1664, 167.
  • 144  Pline l’Ancien, Hist. Nat., III, 4, 34 ; Arthémidore d’Ephèse, apud. Etienne de Byzance ; Ptolém (...)
  • 145  Achard 1787, 613-625.
  • 146  Papon 1776, 78-79 et 86-88.
  • 147  D’Anville 1760, 441.
  • 148  Barruol 1969, 194-197 ; Tréziny 2004, 102-103.
  • 149  Gascou 2002, 196-197.
  • 150  Chausserie-Laprée, Rétif 2002, 170-180.
  • 151  Bureau de perception de droits de péage s’appliquant sur les marchandises transportées.
  • 152  Ganshof 1960, 130.

2Qu’en est-il du second toponyme ? Les géographes modernes ont une approche de la toponymie antique qui s’appuie presque exclusivement sur les textes anciens dont l’imprécision et les erreurs provoquent un discours circulaire animé de polémiques stériles. Ainsi, à la fin du XVIIIe s., L.-J.-J.-P. Capeau, viguier d’Istres, à la suite de H. Bouche143, interprète les sources bibliographiques antiques144 et situe la ville antique d’Astromela à l’emplacement d’Istres. Il reconnaît toutefois qu’aucun vestige de l’époque tels que colonnes, monnaies, etc... n’a été découvert sur la commune145. Une carte de « La Viscomté de Martegue », datée de 1559, s’accorde déjà avec cette hypothèse (fig. 275). D’autres auteurs contemporains ne partagent pas cet avis. C’est le cas de l’abbé J.-P. Papon qui pense qu’Astromela était le nom d’une ville bâtie près d’Istres, mais du côté de Saint-Chamas, au Cap-d’Œil146. J.-B. Bourguignon d’Anville attire l’attention sur la confusion existant entre Astromela ou Mastramela et Maritima147. Une lecture attentive des sources permet de comprendre que Mastromela désigne un étang, celui de Berre ou ceux de l’Estomac et de Lavalduc et par extension un oppidum géographiquement proche, tandis que Maritima est le chef-lieu de la peuplade des Avatici qui aurait reçu le titre de colonia selon Ptolémée148. Cette dernière affirmation est probablement une erreur du géographe ou des copistes du manuscrit car Pline ne signale pas Maritima au nombre des colonies romaines et latines149. Alors que Maritima est traditionnellement placée à Martigues en raison de sa proximité avec Saint-Blaise, ancien centre politique, de sa position dans les descriptions géographiques et les itinéraires routiers antiques ou de l’origine du nom de Martigues supposé dériver de Maritima, dernièrement, J. Chausserie-Laprée150 propose plus précisément l’agglomération secondaire de Tholon, sur le territoire de cette même ville. En effet, les fouilles récentes ont révélé que le site de Tholon est bien une agglomération fondée dans la première moitié du Ier s. av. J.-C., et non une villa comme on aurait pu le croire il y a quelques années. Le schéma d’organisation des îlots d’habitation est comparable à celui du second village gaulois de l’île de Martigues, déserté à la fin du IIe s. av. J.-C. L’importance de cette agglomération pourrait être suggérée par la mention d’un tonlieu151 signalé à cet endroit en 1096, gardant peut-être le « souvenir d’une fonction commerciale ou douanière de la cité antique » concordant avec le port antique de Fos, avant-port d’Arles au Haut-Empire, lui aussi qualifié de tonlieu au VIIe s.152.

Fig. 275. « La Viscomté de Martegue », 1559 [détail].

Fig. 275. « La Viscomté de Martegue », 1559 [détail].
  • 153  Chausserie-Laprée 2005, 107-108.

3Si l’on suit la théorie de G. Barruol, Maritima Avaticorum aurait été le centre politique des Avatici avant la Conquête. L’agglomération serait toujours active au Haut-Empire, d’après les auteurs anciens, mais sa mention disparaît dans les Itinéraires antonins et sur la Table de Peutinger. Cette chronologie convient au site du Castellan, doté d’une agglomération perchée fortifiée au second âge du Fer à laquelle succède, probablement quelques décennies plus tard, une agglomération secondaire couvrant une grande partie du Haut-Empire. Toutefois, la proximité du vaste oppidum de Saint-Blaise, implanté à 6 km au sud, interdit de voir dans le Castellan la capitale des Avatici. Il paraît plus raisonnable de confier ce rôle à Saint-Blaise, détruit militairement à la fin du IIe s. av. J.-C., et d’envisager un déplacement de sa population (et de celle de l’île de Martigues ?) dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. vers Tholon qui aurait conservé le nom de l’ancienne capitale, Maritima. Un témoignage anecdotique d’un lien direct entre les deux agglomérations est d’ailleurs donné par deux graffiti gallo-grecs gravés sur céramique campanienne, l’un à la fin du IIe s. av. J.-C. à Saint-Blaise et l’autre au milieu du Ier s. av. J.-C. ou un peu avant à Tholon, mentionnant la même marque nominative gauloise, « ουεβρο[...] »153. Par conséquent, en l’état actuel des recherches et en l’absence d’indication épigraphique, il convient de considérer le Castellan comme une agglomération secondaire anonyme.

II- Statut et hiérarchisation de l’habitat

(Frédéric Marty)

  • 154  Favory 2012 ; Garmy 2002 ; Leveau 2002 ; Tarpin 2002.

4Selon certains historiens, le terme latin vicus doit être réservé aux agglomérations nommément désignées ainsi par l’épigraphie ou possédant des édifices remarquables. On lui attribue généralement une valeur juridique qui rend donc son emploi délicat. Pourtant, d’après Ph. Leveau, reprenant les définitions données par Sextus Pompeius Festus et par Isidore de Séville, vicus peut désigner des agglomérations rurales de statuts très différents possédant ou non une personnalité juridique reconnue. Les données épigraphiques disponibles, quant à elles, se rapportent en général à de petites villes154. L’agglomération secondaire rurale du Castellan correspond davantage à un hameau agricole ou à un village de rang inférieur, l’incertitude entre ces deux termes venant du fait que son étendue totale reste inconnue. En effet, bien que des ramassages de tessons et des fouilles anciennes aient livré des céramiques du Haut-Empire au sommet de la colline, en l’absence de la reprise de fouilles scientifiques, on ne connaît rien d’une éventuelle occupation de hauteur à cette époque, tandis que la partie basse non explorée paraît irrémédiablement détruite par l’érosion et l’urbanisation récente. Quel que soit le rang que l’on attribue à cette agglomération, celle-ci devait posséder un terroir vivrier propre faisant partie intégrante du territoire arlésien.

  • 155  Ad Vicesimum ? : Leveau 1996, 83-84.
  • 156  Marty 2003.
  • 157  Marty 2013.
  • 158  Lagrue, Prades 2011.
  • 159  Trément 1999, 172-175.

5La carte de répartition des agglomérations secondaires connues (fig. 276) place le Castellan à équidistance d’Entressen155, de Merveille, de Tholon (Maritima Avaticorum) et du port des Fossae Marianae. Cette « nouvelle » agglomération antique, que l’on croyait être jusqu’en 2011 une simple villa, trouve donc une place cohérente dans le paysage archéologique. À l’échelle d’Istres (fig. 277), la carte archéologique, issue de prospections pédestres systématiques, montre plusieurs modes d’occupation du sol différents. Les terres du vallon de Saint-Jean, au nord de l’étang de l’Olivier, sont exploitées par la villa de Sivier qui produisait notamment du vin comme l’atteste la fouille d’un four à amphores vinaires gauloises156. Au sud de l’étang de l’Olivier, devait s’étendre le terroir agricole de l’agglomération du Castellan. L’urbanisation actuelle a produit un vide archéologique artificiel dans ce secteur. Un diagnostic d’archéologie préventive récent sur le site du chemin des Arnavaux, à 265 m au sud, a révélé des vestiges de mise en culture des terres, durant le Haut-Empire, matérialisés par un parcellaire délimité par des fossés et un canal d’irrigation157. Ces quelques traces correspondent sans doute à des champs exploités par les habitants de l’agglomération toute proche. Des indices de fréquentation et un mur antique du Haut-Empire ont aussi été repérés lors d’un diagnostic au Forum des Carmes, à 480 m au sud-ouest158. Vers le sud de la commune et au nord de l’étang de Lavalduc, l’éclatement des points de découverte autour d’une zone centrale plus dense en mobilier est qualifié d’« habitat polynucléaire » par Fr. Trément159, sorte de hameau composé d’un noyau d’habitation principal et de dépendances. Il s’agit d’établissements agricoles de taille variable, peut-être complémentaires pour certains d’entre eux. Enfin, toute la plaine de la Crau, située à l’ouest, est vouée aux pâturages des troupeaux d’ovicapridés comme l’attestent les nombreuses bergeries antiques détectées dans les coussous préservés de l’agriculture moderne et contemporaine. L’archéologie met donc en lumière des modes de gestion complémentaires du terroir, reflétant probablement des interactions. Pour autant, aucune hiérarchisation n’est perceptible entre les communautés. On doit plutôt déceler dans ces disparités différentes formes de l’appropriation des terres. Tout au plus peut-on voir dans l’agglomération du Castellan un probable lieu d’échange en relation avec sa position géographique à la croisée des axes de communication entre l’Étang de Berre et la Crau.

Fig. 276. Agglomérations antiques de l’étang de Berre et de la Crau (DAO Fr. Marty).

Fig. 276. Agglomérations antiques de l’étang de Berre et de la Crau (DAO Fr. Marty).

Fig. 277. Répartition de l’habitat du Haut-Empire autour de l’agglométation du Castellan (DAO Fr. Marty).

Fig. 277. Répartition de l’habitat du Haut-Empire autour de l’agglométation du Castellan (DAO Fr. Marty).

III- Causes de l’abandon

(Frédéric Marty)

  • 160  Mauné 1998, 106-119.
  • 161  Trément 1996.
  • 162  Trément 1996, fig. 7.
  • 163  Armit et al. 2014 ; Marty 2002b.

6L’abandon de l’agglomération est bien daté du début du IIIe s., probablement vers 210/220, par le mobilier céramique. Cette période correspond à une période de mutation ou de crise perceptible dans les campagnes de Gaule narbonnaise160. À l’ouest de l’Étang de Berre, Fr. Trément avait noté une nette diminution du nombre de sites archéologiques et de tessons de céramiques à partir du milieu du IIe s., le déclin atteignant son point le plus bas à la fin du IIIe s. (54 % des sites du Haut-Empire sont apparemment abandonnés aux IIIe - IV e s.). Les désertions touchant essentiellement de petits établissement implantés à la périphérie de domaines plus importants, l’auteur interprète ce phénomène comme étant le résultat d’une concentration foncière. Mais là où les villae sont absentes, les établissements existants qui auraient pu bénéficier de cette concentration foncière ne paraissent pas plus prospères. D’où l’hypothèse d’un éventuel recul démographique, peut-être en partie favorisé par la « peste antonine » de 165/189161. La désertion de l’agglomération du Castellan s’accorde difficilement avec le schéma d’une réorganisation foncière profitant aux grands domaines. La villa de Sivier, la plus proche, montre un profil chronologique en creux aux IIIe-IV e s.162 D’autres causes doivent donc être recherchées. Après une période d’activité de près de deux siècles, est-il envisageable que les principales ressources vivrières soient épuisées, marquant la fin d’un cycle ? Pour l’âge du Fer, l’habitat groupé du Castellan est densément occupé aux VIe et V e s. av. J.-C. Les IV e et IIIe s. av. J.-C. marquent une période de relative latence avant une reprise et une restructuration de l’habitat aux IIe et Ier s. av. J.-C., peut-être marquée par la mise en place d’une nouvelle trame urbaine163. Bien que les données sur l’âge du Fer méritent encore d’être précisées par des fouilles archéologiques, il semble que l’occupation soit rythmée par des cycles de fonctionnement de l’ordre de deux siècles. Plusieurs facteurs ont dû entrer en jeu pour provoquer ces périodes de crise, mais la dimension environnementale a pu aggraver une situation fragile sur le plan politique, économique ou sanitaire.

  • 164  Cette datation s’appuie notamment sur l’existence de rares formes Hayes 42 et 50A en sigillée af (...)
  • 165  Chausserie-Laprée 2017 ; Chausserie-Laprée, Rétif 2002 ; 2015.

7Toutefois, on constate un fait marquant ayant pu avoir des conséquences sur l’occupation du territoire à l’ouest de l’Étang de Berre : la disparition, vers 220/230, du port de Fos en tant qu’avant-port d’Arles et plaque tournante du commerce méditerranéen et rhodanien164. Les deux évènements sont donc peut-être liés, même si la désertion du Castellan paraît légèrement plus précoce, le port de Fos ayant pu connaître quelques signes de déclin dès le tout début du IIIe s. L’étude céramologique prouve, en effet, que le port de Fos constitue un lieu d’échange privilégié pour la population locale qui venait notamment y acquérir les denrées du commerce méditerranéen et la vaisselle fabriquée dans la moyenne vallée du Rhône contre des marchandises locales telles que les produits de la pêche, les moules ou la laine. Privée de cette facilité commerciale, la population a pu se déplacer vers un autre pôle de peuplement plus attractif. Cette constatation trouve un écho dans l’agglomération de Tholon, située sur les rives de l’Étang de Berre, à Martigues. En effet, le site semble connaître un destin comparable puisqu’il est visiblement abandonné à la fin du IIe s. ou au début du IIIe s., avant d’être de nouveau fréquenté par des récupérateurs de matériaux aux IIIe et IV e s.165 Il existe donc indéniablement un phénomène et des interactions qui s’opèrent à l’échelle régionale.

IV- Les récupérateurs de l’Antiquité tardive (fin IVe s. - début Ve s.)

(Frédéric Marty, Brice Chevaux)

8L’opération archéologique a, pour la première fois, permis de mettre en évidence au Castellan une phase chronologique relative à l’Antiquité tardive. Il s’agit de traces de fréquentation attribuées à la récupération de matériaux de construction dans les ruines de l’agglomération désertée au début du IIIe s., après un hiatus de plus de 150 ans. En effet, aucune construction tardive n’a été identifiée. Les seules structures reconnaissables sont trois fosses et un radier, dans la partie nord du chantier, tandis que le mobilier, relativement rare, a été généralement retrouvé épars, posé sur les niveaux d’abandon.

9La fosse 243 (largeur : 3,20 m ; profondeur : 1,20 m) est creusée dans des niveaux de démolition, à l’ouest du mur de terrasse 204. Elle présente des parois évasées et un fond irrégulier. Son remplissage, limono-sableux, contenait un fragment d’amphore africaine IIIB. Cette fosse est recoupée par la fosse 244 (largeur : 2,22 m ; profondeur : 0,70 m) présentant les mêmes caractéristiques morphologiques.

10Au-dessus de l’espace 20, la fosse 42 (2,75 x 1,43 x 0,45 m) prend place dans les niveaux de démolition du mur 46. Comblée par un limon sableux dans lequel se trouvait piégé un fragment de bol en DS.P. Rigoir 6b, elle est recouverte par un radier (294) constitué de moellons de molasse, formant un quadrilatère de 1,64 x 1,57 m.

  • 166  Guéry 1990.
  • 167  Marty 2007, 295 ; Tréglia 2005.

11L’ensemble du mobilier recueilli sur le site et attribué à l’Antiquité tardive est peu abondant (31 tessons de céramique, 1 meule et 1 monnaie), mais paraît homogène et peut être placé dans une séquence chronologique de la fin du IV e - début V e s. Les céramiques fines sont représentées par les DS.P. et la sigillée africaine claire C. À la première catégorie, appartiennent des bols Rigoir 6b (fig. 278, n°2), un fragment de bol ou de coupe décoré (fig. 278, n°3) et un fond de plat décoré (fig. 278, n°4). On notera que les trois bols Rigoir 6b, trouvés espacés sur 70 m de long dans la fosse 42, sur le niveau de démolition du bâtiment 10 et sur la voie 230, paraissent avoir été produits par le même potier (même tour de main et poinçon identique visible sur deux exemplaires). Un fragment de coupe Hayes 53B en sigillée africaine claire C reposait sur le niveau d’abandon de la voie 2119 et un fragment de plat rectangulaire (fig. 278, n°1) sur celui de la pièce 39 du bâtiment 11. Ce dernier vase est relativement rare en Gaule Narbonnaise comme le prouve une enquête réalisée dans la région, il y a quelques années166. Le marli est décoré de lignes en relief tracées au pinceau à la barbotine et délimitant des petits caissons quadrangulaires. La vaisselle commune se compose de deux fragments informes de céramique grise, d’un pot en céramique grise kaolinitique KAOL A19 (fig. 278, n°6), de quatre vases en céramique à pisolithes du Languedoc oriental (bouilloire PISO G3, marmite PISO B8 [fig. 278, n°9], pots PISO A3 [fig. 278, n°7] et A13 [fig. 278, n°8]) et d’une marmite égéenne CATHMA 5 (fig. 278, n°5), désormais bien attestée sur le littoral sud-gaulois, notamment à Fos167. À cela, s’ajoutent trois lèvres d’amphore vinaire africaine IIIB (fig. 278, n°10). Le mobilier lithique, quant à lui, est représenté par un catillus (fig. 278, n°11) en molasse locale de type Long. 202b. Enfin, l’unique monnaie découverte est un nummus (cf. troisième partie, chapitre 5) difficile à identifier.

Fig. 278. Mobilier de l’Antiquité tardive. Sigillée claire C. 1 : plat rectangulaire. DS.P. 2 : Rigoir 6b ; 3 : bol/coupe ; 4 : plat. Commune égéenne. 5 : CATHMA 5. Grise kaolinitique. 6 : KAOL A19. Commune pisolithique. 7 : PISO A3 ; 8 : PISO A13 ; 9 : PISO B8. Amphore africaine. 10 : Africaine IIIB. Meule en molasse. 11 : Long. 202b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

Fig. 278. Mobilier de l’Antiquité tardive. Sigillée claire C. 1 : plat rectangulaire. DS.P. 2 : Rigoir 6b ; 3 : bol/coupe ; 4 : plat. Commune égéenne. 5 : CATHMA 5. Grise kaolinitique. 6 : KAOL A19. Commune pisolithique. 7 : PISO A3 ; 8 : PISO A13 ; 9 : PISO B8. Amphore africaine. 10 : Africaine IIIB. Meule en molasse. 11 : Long. 202b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).

12La présence de céramiques tardives sur les voies 2119, 2192 et 230 laisse supposer qu’elles étaient encore à peu près praticables dans l’Antiquité tardive, du moins pour se déplacer au milieu des ruines. On remarque, en tout cas, qu’aux abords du sommet des voies 93, 230, 240 et 2119, les constructions sont très arasées. Bordant la voie 240, le bâtiment 7 présente un plan probablement incomplet puisque nous ne lui connaissons qu’une seule pièce (32). Celle-ci a d’ailleurs été identifiée essentiellement grâce à son sol maçonné couvert d’enduits peints effondrés au sol, alors que ses murs ont été presque intégralement épierrés. Au nord de la voie 93, l’espace 50 est vide de toute construction ; au sud, la pièce 37 du bâtiment 11 est très dégradée. Au nord de la voie 230, la pièce 39 du bâtiment 11 n’est matérialisée que par quelques pierres. Il en est de même avec les espaces 1 et 7 du bâtiment 1. Même constatation pour le bâtiment 4, au nord de la voie 2119, dont il ne reste absolument plus aucune pierre de construction. Il est donc évident que les voies ont été utilisées pour l’évacuation des matériaux, pris de préférence au plus près des axes de circulation.

  • 168  Vulturno ? : Giroussens 2001, 20.
  • 169  Trément 1999, 214-219.

13À cette époque, les habitats les plus proches sont localisés à 1,2 km au sud-est, sur la colline de Toti, au bord de l’Étang de Berre et un peu plus au sud, à Saint-Martin. Mais la concentration la plus significative se situe au nord de l’étang de l’Olivier, près de l’agglomération perchée de Saint-Michel, occupée de la fin du IV e s. au début du VIIe s. Ce vaste habitat168, implanté sur une ancienne agglomération gauloise, n’a été reconnu qu’en prospection pédestre. Il paraît occuper une position dominante au sein d’un espace regroupant plusieurs petits établissements et nécropoles169. La création de cette nouvelle agglomération, à 2,1 km au nord-est du Castellan, a pu être à l’origine d’une recherche de matériaux d’accès facile dans les ruines du Haut-Empire à la fin du IV e ou au début du V e s.

Notes

138  964 : Ystro ; 1054 : de Istro ; 1170 : de Istrio ; 1175 : ad Istrum ; Rostaing 1950, 66-67.

139  Villeneuve 1824, pl. 9.

140  Trément 1999, 18-19.

141  Barruol 1969, 194-202.

142  Chouquer, Favory 1992, 152-153 ; Verdin 2000, 196-198.

143  Bouche 1664, 167.

144  Pline l’Ancien, Hist. Nat., III, 4, 34 ; Arthémidore d’Ephèse, apud. Etienne de Byzance ; Ptolémée, Géogr., II, 10, 5 ; Pomponius Mela, Chorogr., II, 5, 78 ; Avienus, Or. Mar., v. 701.

145  Achard 1787, 613-625.

146  Papon 1776, 78-79 et 86-88.

147  D’Anville 1760, 441.

148  Barruol 1969, 194-197 ; Tréziny 2004, 102-103.

149  Gascou 2002, 196-197.

150  Chausserie-Laprée, Rétif 2002, 170-180.

151  Bureau de perception de droits de péage s’appliquant sur les marchandises transportées.

152  Ganshof 1960, 130.

153  Chausserie-Laprée 2005, 107-108.

154  Favory 2012 ; Garmy 2002 ; Leveau 2002 ; Tarpin 2002.

155  Ad Vicesimum ? : Leveau 1996, 83-84.

156  Marty 2003.

157  Marty 2013.

158  Lagrue, Prades 2011.

159  Trément 1999, 172-175.

160  Mauné 1998, 106-119.

161  Trément 1996.

162  Trément 1996, fig. 7.

163  Armit et al. 2014 ; Marty 2002b.

164  Cette datation s’appuie notamment sur l’existence de rares formes Hayes 42 et 50A en sigillée africaine claire C pour les tessons les plus tardifs (Marty, Zaaraoui 2009, 416 et 422-423).

165  Chausserie-Laprée 2017 ; Chausserie-Laprée, Rétif 2002 ; 2015.

166  Guéry 1990.

167  Marty 2007, 295 ; Tréglia 2005.

168  Vulturno ? : Giroussens 2001, 20.

169  Trément 1999, 214-219.

Table des illustrations

Titre Fig. 275. « La Viscomté de Martegue », 1559 [détail].
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 276. Agglomérations antiques de l’étang de Berre et de la Crau (DAO Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 277. Répartition de l’habitat du Haut-Empire autour de l’agglométation du Castellan (DAO Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 278. Mobilier de l’Antiquité tardive. Sigillée claire C. 1 : plat rectangulaire. DS.P. 2 : Rigoir 6b ; 3 : bol/coupe ; 4 : plat. Commune égéenne. 5 : CATHMA 5. Grise kaolinitique. 6 : KAOL A19. Commune pisolithique. 7 : PISO A3 ; 8 : PISO A13 ; 9 : PISO B8. Amphore africaine. 10 : Africaine IIIB. Meule en molasse. 11 : Long. 202b (DAO Fr. Marty, L. Robin et J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search