Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Deuxième partie. L'agglomération secondaire rurale antique

Chapitre 2. Urbanisme et architecture

Frédéric Marty, Brice Chevaux et Sophie Ledrole

Texte intégral

I- Urbanisme

(Frédéric Marty)

  • 1 Borréani, Brun 1997.
  • 2 Pomarèdes 2008.

1La superficie fouillée, qui atteint près de 6600 m², englobe l’essentiel de la partie jusque-là conservée de l’agglomération antique. À l’est, elle est limitée par la colline du Castellan. Au nord, la rive actuelle de l’étang de l’Olivier interdit toute conservation. À l’ouest, les sondages de diagnostic réalisés sur l’ancien cours de tennis ont démontré l’absence de niveaux d’époque romaine. Il en est de même au sud, d’après les observations effectuées lors de la surveillance de travaux. Nous raisonnons donc sur une partie d’agglomération dont il est aujourd’hui difficile d’évaluer la superficie d’origine. Néanmoins, nous disposons de la majeure partie du plan conservé. Si l’on s’en tient donc aux données actuelles, nous avons affaire à un habitat groupé de faible ampleur, sans doute inférieur à un hectare, c’est-à-dire comparable aux agglomérations secondaires rurales de Berthoire, à Pignans, dans le Var1 et de Peyre-Plantade, à Clermont l’Hérault2, qui ont fait l’objet de fouilles extensives.

2Un réseau de voies structure la mise en place de la trame urbaine. La voie 2192/163, approximativement de direction nord-sud, est légèrement courbée pour épouser le contour de la colline du Castellan (fig. 53). Elle paraît desservir la zone la plus élevée de l’agglomération puisque les quatre voies qui y aboutissent sont toutes situées à l’ouest (fig. 54). Dans leur premier état, ces voies sont creusées dans le substrat rocheux, parfois profondément (jusqu’à 1,50 m pour la voie 2119), afin de limiter la déclivité (4,3 à 10,6 % sur les voies 93, 230, 240 et 2119 ; fig. 55) et rendre le parcours plus régulier sur toute sa longueur. Les parois latérales se sont progressivement érodées au fil du temps et de l’écoulement de l’eau de pluie, formant des concavités juste au-dessus de la surface de circulation. Les déplacements piétons y sont attestés, comme sur tous les anciens chemins, par quatre clous de chaussure mis en évidence sur la surface rocheuse de la voie 2119 (fig. 56).

Fig. 53. Voie 2192 vue du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 53. Voie 2192 vue du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 54. Carrefour des voies 2192, 230 et 163 vu du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 54. Carrefour des voies 2192, 230 et 163 vu du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 55. Profil de la voie 2119 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 55. Profil de la voie 2119 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 56. Voie 2119 vue de l’ouest (cliché L. Sornin-Petit).

Fig. 56. Voie 2119 vue de l’ouest (cliché L. Sornin-Petit).

3Les abords des voies sont protégés, par endroits, par des murs bordiers s’apparentant à de petits murs de terrasse composés d’un parement et d’un blocage de pierre à l’arrière (fig. 57-58). De la même manière, un chasse-roue (2187 ; fig. 59-60) préserve l’angle formé par la jonction des murs 2181 et 2020, le long de la voie 2192. Il se présente sous la forme d’un bloc de molasse presque sphérique, de 0,65 à 0,66 m de diamètre pour 0,50 m de hauteur. Un autre aménagement spécifique a été identifié à l’extrémité de la voie 240, sur son côté sud. Il s’agit d’une probable aire de retournement des chariots, soigneusement matérialisée au sol par deux dallages en arc de cercle (265 et 266) délimitant un sol de mortier de chaux (fig. 61). Le mur 267 clôture cet espace au sud.

Fig. 57. Mur bordier 113 à droite de la voie 93, vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 57. Mur bordier 113 à droite de la voie 93, vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 58. Mur 2239 en bordure de la voie 2192 (à droite), vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 58. Mur 2239 en bordure de la voie 2192 (à droite), vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 59. Chasse-roue protégeant l’angle des murs 2020 et 2181, le long de la voie 2192 (cliché Fr. Marty).

Fig. 59. Chasse-roue protégeant l’angle des murs 2020 et 2181, le long de la voie 2192 (cliché Fr. Marty).

Fig. 60. Chasse-roue à l’angle des murs 2020 et 2181 (cliché S. Ledrole).

Fig. 60. Chasse-roue à l’angle des murs 2020 et 2181 (cliché S. Ledrole).

Fig. 61. Dallages 265 et 266, devant le mur 267, formant un dégagement au bord de la voie 240, vus du nord-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 61. Dallages 265 et 266, devant le mur 267, formant un dégagement au bord de la voie 240, vus du nord-est (cliché Br. Chevaux).

4À l’exception de la voie 240, qui n’a pas été fouillée jusqu’au rocher mais qui présente toutefois un relief marqué par le passage des chariots (fig. 62-63), toutes sont pourvues d’ornières plus ou moins profondes, provoquées par l’usure. Dans le cas de la voie 163 (fig. 64-69), les ornières devenues trop profondes ont été comblées avec des galets de Crau. Pour permettre de nouveau le passage des véhicules, le bouchage des ornières a aussi été réalisé avec des pierres posées à plat (166) dans la voie 93. Par la suite, la sédimentation naturelle, limono-sableuse, alterne avec des recharges de pierres et de matériaux. La surface de roulement de la voie 240, qui dessert notamment le bâtiment 7, fait l’objet d’une réfection différente. En effet, le sol de ce bâtiment est constitué d’une préparation de fragments de tuiles concassées mélangés au substrat molassique local broyé. Ce matériau est ensuite durci par damage et prend l’aspect d’un béton de tuileau. Au moment de la construction du sol, le mélange inutilisé, très reconnaissable, a été employé pour rénover la voie.

Fig. 62. Voie 240 entre les bâtiments 6 et 7, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 62. Voie 240 entre les bâtiments 6 et 7, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 63. Voie 240 vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 63. Voie 240 vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 64. Voie 163 vue du nord. À droite, le bâtiment 11 (cliché Fr. Marty).

Fig. 64. Voie 163 vue du nord. À droite, le bâtiment 11 (cliché Fr. Marty).

Fig. 65. Voie 163 vue du sud. Bâtiment 11 à gauche (cliché Br. Chevaux).

Fig. 65. Voie 163 vue du sud. Bâtiment 11 à gauche (cliché Br. Chevaux).

Fig. 66. Voie 163 passant devant le bâtiment 11, vue du nord (cliché Br. Chevaux).

Fig. 66. Voie 163 passant devant le bâtiment 11, vue du nord (cliché Br. Chevaux).

Fig. 67. Carrefour des voies 93 [à droite] et 163 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 67. Carrefour des voies 93 [à droite] et 163 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 68. Voie 163 sur laquelle est implanté le bâtiment 9, vue du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 68. Voie 163 sur laquelle est implanté le bâtiment 9, vue du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 69. Profil de la voie 163 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 69. Profil de la voie 163 (DAO J. Tisseyre).

5Concernant l’écartement des ornières d’axe en axe, on est surpris de constater des écarts significatifs entre certaines voies. Les mesures ont été effectuées au niveau des ornières assurément associées les mieux tracées au sol, pour limiter les erreurs. Trois groupes de grandeurs apparaissent. Les ornières les plus anciennes de la voie 2192 (fig. 70-71) sont écartées de 1,34 m. Celles de la voie 163 (1,23 à 1,27 m) pourraient s’apparenter à celles de la voie 93 (1,28 à 1,31 m ; fig. 72). Le troisième groupe est constitué des voies 230 (1,42 m ; fig. 73-74) et 2119 (1,43 m) dont l’écartement des ornières est comparable à celui mesuré à l’extrémité ouest de la voie située au sommet et au nord de la colline du Castellan. Faut-il comprendre que, dans leur premier état (avant comblement des ornières), les voies n’ont pas toutes fonctionné en même temps ? Ou alors que certaines ont été rafraîchies par un nouveau creusement dans le substrat ? Dans le cas de la voie 2192, il est en tout cas évident que l’axe s’est déplacé vers l’est à plusieurs reprises, au gré des aménagements du terrain, obligeant à élargir la voie d’origine par creusement. Si cette voie, dont les tracés les plus anciens sont recouverts d’aménagements (bâtiment dont ne subsiste que le mur 2178 ; canalisation 2161/2162/2164/2166 ; murs de clôture 2020 et 2181 ; fosse-bûcher 2057 et sépulture 2160) continue d’être utilisée, en revanche, l’extrémité nord de la voie 163 est purement et simplement condamnée par un gros bloc de pierre parallélépipédique (bloc 288 : 1,35 x 0,75 x 0,45 m) posé sur la surface de circulation, interdisant son accès depuis la voie 93 (fig. 75). L’espace est ensuite utilisé pour la construction de l’espace 31 du bâtiment 7, puis pour les bâtiments 8 et 9.

Fig. 70. Voie 2192 devant la pièce 2 du bâtiment 1 (cliché Fr. Marty).

Fig. 70. Voie 2192 devant la pièce 2 du bâtiment 1 (cliché Fr. Marty).

Fig. 71. Voie 2192 vue du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 71. Voie 2192 vue du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 72. Profil de la voie 93 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 72. Profil de la voie 93 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 73. Voie 230 entre les bâtiments 12 et 13, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 73. Voie 230 entre les bâtiments 12 et 13, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 74. Extrémité est de la voie 230 vue de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 74. Extrémité est de la voie 230 vue de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 75. Bloc 288 barrant la voie 93 (cliché Fr. Marty).

Fig. 75. Bloc 288 barrant la voie 93 (cliché Fr. Marty).

6Le terrain étant en pente vers le nord-ouest, il a été nécessaire de le niveler de manière à créer des replats étagés en fonction de la topographie afin d’établir les bâtiments (fig. 76). Pour cela, le sol a été creusé jusque dans le substrat limoneux ou rocheux, effaçant par la même occasion les traces d’occupation antérieures. La molasse burdigalienne a notamment été profondément entaillée pour l’installation du bâtiment 8, les parois de l’excavation, qui présentent des traces nettes de travail à l’escoude, constituant la base des murs. Les mêmes types de parois ont été creusés dans le substrat limoneux, par exemple sur le côté est du bâtiment 2, implanté par conséquent 0,90 m en contrebas de la zone de jardin (espace 15). Des creusements moins profonds, délimitant et nivelant des espaces, sont repérables ailleurs sur l’ensemble de la surface du site (bâtiments 5, 11, 13, 16, espace 21). Dans la zone nord, de grands murs de terrasse (204 avec retour 251 et 250), parallèles à la voie 163, retiennent jusqu’à 1,80 m de hauteur les terres du flanc de la colline et marquent probablement la limite orientale de l’habitat de piémont (fig. 77-78).

Fig. 76. Transects réalisés en fin de fouille (DAO N. Gonzalez).

Fig. 76. Transects réalisés en fin de fouille (DAO N. Gonzalez).

Fig. 77. Parement ouest du mur de terrasse 204 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 77. Parement ouest du mur de terrasse 204 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 78. Parement sud du mur de terrasse 251 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 78. Parement sud du mur de terrasse 251 (cliché Br. Chevaux).

7Les bâtiments ont ainsi été fondés à proximité des axes de circulation qui en régissent dans un premier temps la direction, à la régularité approximative mais préférentiellement nord-nord-ouest / sud-sud-est et ouest-sud-ouest / est-sud-est. De ce fait, les bâtiments présentent tous une façade faisant face au vent dominant, le mistral. Aucun bâtiment public n’a été identifié. Tous ont une vocation domestique ou artisanale (dont un vaste hangar pourvu de piliers). Ils se composent de plusieurs pièces disposées différemment d’un bâtiment à l’autre. Leur mauvais état de conservation général ne facilite pas la lecture du plan. Néanmoins, on remarque dans quatre cas une organisation des pièces en L donnant sur un espace ouvert. Ainsi, le bâtiment 6, dans la phase C, semble être constitué de quatre pièces en enfilade (27, 28, 10) et d’un retour (30, 31) construit à l’emplacement de l’ancienne voie 163. Toutes les ouvertures donnent directement sur la voie 240 qui aboutit d’ailleurs à l’entrée du hangar 31. Les trois pièces principales du bâtiment 11 (37, 38, 39), qui communiquent entre elles au moins dans un premier état, encadrent, au nord et à l’est, une cour (41). Une disposition similaire est observée pour le bâtiment 1 avec les espaces 7 (entièrement arasé), 1 et 2 auxquels est rattachée la cour 5. Le bâtiment 16 répondait probablement au même principe d’agencement lorsque les pièces 53, 56 et 55 encadraient une cour, réduite par la suite à une étroite bande lors de la construction de la pièce 54. Les bâtiments apparaissant en phase D (bâtiments 9 et 10), mal conservés et construits dans l’axe de la voie 163 désormais nettement surélevée en raison d’une sédimentation importante, ne sont visiblement constitués que d’une pièce allongée, complétée pour le bâtiment 9 par une nouvelle pièce (35) placée devant l’entrée.

II- Les bâtiments

816 bâtiments, conservés de manière inégale, ont été identifiés sur l’ensemble de la zone fouillée. Ils sont présentés par ordre de numérotation, puis suivis par les murs et espaces isolés. Au-delà des éléments architecturaux, les principales structures sont signalées. Généralement, leur description est développée dans les sections suivantes, consacrées notamment aux seuils, aux foyers, aux puits etc... Les mesures entre parenthèses, toujours exprimées en mètres, correspondent à : longueur x largeur x hauteur ou profondeur.

1- Bâtiment 1

9(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

10Le bâtiment 1 (fig. 79-80) est situé dans la moitié sud de la zone de fouille, à l’intersection des voies 230 et 2192. Son plan rectangulaire (18,50 x 14,30 m) est constitué d’une partie construite en L (espaces 1, 2, 3, 6, 7 et 8) s’articulant autour d’une cour (5) desservie depuis la voie 2192 par un porche (4). L’hétérogénéité des maçonneries laisse supposer l’existence de plusieurs phases de transformations.

Fig. 79. Bâtiment 1 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 79. Bâtiment 1 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 80. Bâtiment 1 vu du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 80. Bâtiment 1 vu du sud (cliché Fr. Marty).

1.1- La pièce 1

11La pièce 1 (7,38 x 4,74 m : 35,15 m²) occupe l’angle nord-est du bâtiment. Bien qu’elle soit très arasée, son plan a pu être restitué grâce à l’existence des portions de murs 2182, 2001 et 2249 ainsi que du mur 2017, commun avec la pièce 2.

12Le mur 2001 (1,90 x 0,58 x 0,62 m) marque la limite orientale de la pièce. Il est constitué d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, liés par un limon brun. Les parements interne et externe présentent tous deux des joints de mortier de chaux tirés au fer. C’est également le cas du mur de séparation 2017 (1,85 x 0,47 x 0,38 m), de direction nord-est / sud-ouest, qui sépare les pièces 1 et 2. Son extrémité est s’appuie sur le mur 2002. Le mur 2182 (0,82 x 0,69 x 0,13 m), qui ferme la pièce au nord, n’est représenté que par une petite portion de maçonnerie conservée sur une seule assise. Enfin, côté ouest, le mur 2249 (0,83 x 0,45 x 0,46 m) est fondé dans une tranchée aux parois verticales creusée dans le substrat (2250). Seul un petit segment de maçonnerie permet de restituer son tracé.

1.2- La pièce 2

13La pièce 2 est mitoyenne de la pièce 1, située au nord. De plan rectangulaire et d’une superficie de 25,21 m² (5,72 x 4,40 m), elle est délimitée par les murs 2002, 2003, 2017, 2076 et 2211. Une ouverture communique avec la pièce 1, au nord, et une autre avec la voie 2192, à l’est. Elles seront murées au cours de la phase D. Un niveau de sol limoneux est recouvert d’un épais niveau de démolition marquant l’abandon de cet espace.

14Le mur 2002 (2,15 x 0,56 x 0,51 m), de direction nord-ouest / sud-est, constitue la limite est de la pièce. Ses deux parements de moellons de molasse associés à un fourrage central d’éclats de pierre sont installés sur une surface aplanie du substrat. Comme pour le mur 2001 de la pièce 1, des joints de mortier de chaux ont été tirés au fer à l’intérieur et à l’extérieur. Le mur 2211 (2,82 x 0,57 x 0,58 m) poursuit le mur 2002, au sud, avec le même type de maçonnerie. Il en est séparé par une ouverture de 2,50 m de largeur donnant sur la voie 2192. Un gros bloc cubique de pierre lie l’extrémité sud du mur 2011 au mur perpendiculaire 2004 qui délimite un côté de la petite pièce 3. Le mur 2003 (5,15 x 0,59 x 0,64 m) s’appuie perpendiculairement sur le mur 2211. Il est constitué d’un double parement de moellons, de module variable, assis sur une semelle de fondation constituée de blocs de pierre équarris de grande taille, complétés en partie sud, côté ouest, par des petites dalles orthostatiques rétablissant la largeur souhaitée. La finition est assurée par des joints au mortier de chaux tirés au fer. Le mur 2076 (5,56 x 0,50 x 0,35 m) est lié au précédent par un gros bloc et clôture la pièce à l’ouest. Il est composé, en fondation, d’un alignement unique de blocs de molasse de module régulier associés sporadiquement à des petits éclats. À son extrémité nord, un bloc disposé en carreau (0,55 x 0,24 x 0,10 m) marque la séparation avec le mur 2249. L’ensemble, conservé sur trois assises au maximum – dont certaines, côté interne, présentent des traces de joints de mortier de chaux tirés au fer – est lié par un limon brun. Les murs 2210 et 2258, qui obstruent en phase D les ouvertures est et nord, sont composés d’un double parement de moellons de molasse de module variable, associé à un blocage central de petits cailloux, le tout lié par un sédiment de texture limoneuse. À ce moment-là, aucune autre ouverture n’a été décelée.

1.3- La pièce 3

15La pièce 3 (fig. 81), d’une superficie interne de 1,24 m² (1,17 x 1, 06 m), est située immédiatement au sud de la pièce 2. Il s’agit d’un petit réduit délimité par les murs 2003, 2004 et 2011, donnant, côté ouest, sur la cour 5. Deux niveaux de sol limoneux rythment son occupation.

Fig. 81. Bâtiment 1, pièce 3 vue du sud-ouest (cliché B. Coelho).

Fig. 81. Bâtiment 1, pièce 3 vue du sud-ouest (cliché B. Coelho).

16Le mur 2004 (1,62 x 0,54 x 1,05 m), de direction nord-est / sud-ouest, est chaîné au mur 2211 et présente les mêmes caractéristiques architecturales bien qu’aucun joint au mortier de chaux n’ait été observé. Il définit la limite sud de la pièce. À son extrémité ouest, la maçonnerie intègre un bloc architectural lié au seuil en bois du porche adjacent (2174).

1.4- Le porche 4

17Dans l’angle sud-est du bâtiment, un espace dégagé de 5,35 m² (2,58 x 2,06 m ; fig. 82) permet d’accéder à la cour depuis la voie 2192. Ce probable porche (vu la largeur du mur 2005 et le soin apporté à sa construction), sous lequel ont été reconnus deux niveaux de sol limoneux compacts successifs, est pourvu d’un seuil en bois dont ne subsistent que les ancrages en pierre également destinés à recevoir les montants et deux vantaux mobiles. Les deux blocs monolithiques, disposés en vis-à-vis, créent une baie de 1,86 m de long (2174 ; fig. 83).

Fig. 82. Bâtiment 1. Porche 4 donnant sur la voie 2192, vu du sud-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 82. Bâtiment 1. Porche 4 donnant sur la voie 2192, vu du sud-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 83. Bâtiment 1, porche 4. Seuil 2174 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 83. Bâtiment 1, porche 4. Seuil 2174 vu du nord (cliché Fr. Marty).

18Au nord, le premier piédroit (0,60 x 0,30 x 0,35 m) est intégré dans le mur 2004. Une crapaudine circulaire (diam. : 0,10 m ; prof. : 0,09 m) et une encoche en queue d’aronde (0,12 x 0,09 x 0,04 m) entaillent sa surface. Un creusement vertical évide sa face sud (0,08 x 0,07 x 0,18 m). Au sud, le second piédroit (0,62 x 0,37 x 0,35 m) s’appuie sur le parement nord du mur 2005. De manière symétrique, il est également doté d’une crapaudine (diam. : 0,10 m ;
prof. : 0,08 m), d’une encoche en queue d’aronde (0,14 x 0,10 x 0,03 m) et d’un évidement latéral (0,12 x 0,07 x 0,18 m).

1.5- La cour 5

19Une cour se développe au sud-ouest du bâtiment. Sa partie principale, de 78 m² environ (8,94 x 8,71 m), est délimitée, au nord, par le mur 2077 et, au sud, par les murs 2005 et 2204. La tranchée de récupération d’un mur (2244) marque sa limite occidentale. Enfin, côté est, elle se prolonge sous forme d’un large couloir vers le porche 4. Sa surface était recouverte d’un épais niveau d’abandon.

20Le mur 2077 (8,05 x 0,60 x 0,20 m), de direction nord-est / sud-ouest, s’appuie sur le parement externe du mur 2076. Ses matériaux ont été en grande partie récupérés. Seuls quelques segments subsistent. Ces derniers sont constitués d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, liés par un limon brun. Le mur 2005 (9,30 x 0,66 x 0,20 m) se développe parallèlement au mur 2077. Il marque la limite sud de la cour et du porche tout en séparant cette unité architecturale de la zone de jardin (cf. infra, espace 15). Ses deux parements sont composés de moellons de molasse équarris, de module variable, associés à un blocage central de petits cailloux. L’ensemble, lié par un sédiment limoneux, présente un appareillage régulier, encadré par deux blocs quadrangulaires placés à chaque extrémité. Le mur 2204 (4,70 x 0,72 x 0,32 m) s’inscrit dans le prolongement ouest du mur 2005, avec des caractéristiques très similaires, mais est bâti en cohérence avec le bâtiment 2. La tranchée de récupération 2244, à parois verticales et fond plat, permet de restituer la limite ouest de la cour. Cette dernière est dotée de plusieurs aménagements. Une aire de combustion lenticulaire d’environ 0,89 m de diamètre est installée dans son angle nord-ouest (2207). À l’opposé, dans l’angle formé par la pièce 2 et le mur 2077, un puits circulaire (2196 ; diam. : 0,98 m) a été creusé dans la roche. Au moment de l’abandon du site, la margelle a été récupérée, laissant un négatif bien visible, et le puits comblé avec des matériaux de construction, essentiellement des moellons, formant un amas de 0,70 m d’épaisseur au-dessus du niveau d’ouverture. Entre le foyer et le puits, une sépulture à inhumation, partiellement recouverte d’une dalle en molasse, a été placée dans la seconde moitié du IIe s. (2189).

1.6- La pièce 6

21La pièce 6 est située sur le côté ouest du bâtiment. Son plan très incomplet, d’une superficie de 3,75 m² environ (2,5 x 1,5 m), est défini par l’angle du mur 2077, au sud, et par le mur 2096, au nord, dont ne subsistent que quelques moellons alignés. À l’est, la pièce est délimitée par un front de taille linéaire (2242 ; L : 1,64 m) permettant d’égaliser le substrat pour en former le sol. Celui-ci est pourvu de deux aires rubéfiées signalant la présence de foyers (2260 : 0,71 x 0,20 m et 2104 : 0,97 x 0,52 m).

1.7- L’espace 7

22L’espace 7 est localisé immédiatement à l’ouest de la pièce 1. Sa proximité avec la voie 230, au nord, explique en grande partie l’absence presque totale de structures conservées qui interdit tout calcul de superficie. Il est délimité au sud et à l’est par des lambeaux de murs (2077 et 2249) et à l’ouest par des paliers taillés dans le substrat (2242 et 2262). Un foyer lenticulaire (2179 ; diam. : 0,97 m), présent dans l’angle sud-ouest, n’apporte pas d’élément d’interprétation suffisant pour définir la fonction de cet espace.

1.8- La pièce 8

23La pièce 8 (fig. 84) est reconnue immédiatement au nord de la pièce 6. Son plan, tout aussi incomplet, d’une superficie conservée d’environ 8,5 m² (4,57 x 1,86 m), est matérialisé au sud par le mur 2096 et à l’est par un front de taille linéaire nivelant le substrat (2262). Le seul aménagement conservé est un foyer lenticulaire (2105 ; diam. : 0,60 m).

Fig. 84. Bâtiment 1. Pièce 8 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 84. Bâtiment 1. Pièce 8 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

2- Bâtiment 2

24(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

25Le bâtiment 2 (fig. 85-86) jouxte au sud le bâtiment 1. Conservé sur environ 105 m² (15 x 7 m), il est composé de cinq pièces (10, 11, 12, 13, 14) et d’un petit réduit extérieur (9).

Fig. 85. Bâtiment 2 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 85. Bâtiment 2 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 86. Bâtiment 2 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 86. Bâtiment 2 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

2.1- La pièce 9

26La pièce 9 (fig. 87) correspond à un petit réduit de plan quadrangulaire d’une superficie de 2,70 m² (1,79 x 1,50 m). Elle est située à l’extérieur du bâtiment 2, côté jardin, dans l’angle formé par les murs 2005 et 2203. Sa base est légèrement excavée. Deux murets y prennent place au sud et à l’est (2078 et 2079). À l’intérieur, un niveau de colluvions limoneux scelle l’espace.

Fig. 87. Bâtiment 2. Pièce 9 vue du sud (cliché S. Ledrole).

Fig. 87. Bâtiment 2. Pièce 9 vue du sud (cliché S. Ledrole).

27Le mur 2078 (1,68 x 0,20 x 0,27 m), de direction nord-est / sud-ouest, marque la limite sud de la pièce. Il est constitué d’un unique alignement de moellons de molasse de module régulier conservé sur une assise et disposé contre une paroi creusée dans le substrat meuble. Le mur 2079 (1,97 x 0,27 x 0,14 m), perpendiculaire au mur 2078, s’appuie sur le parement sud du mur 2005. Il présente les mêmes caractéristiques architecturales que le mur précédent. On s’attendrait à trouver un muret identique à l’ouest, mais seule la paroi de l’excavation quadrangulaire est visible (2137). Dans ces conditions, il paraît difficile de définir la fonction de cet espace.

2.2- La pièce 10

28La pièce 10 (fig. 88) est positionnée dans l’angle nord-est du bâtiment. Son plan rectangulaire, de 5 m² environ (3 x 1,70 m), est défini par les murs périmétraux 2203 et 2204 ainsi que par un mur de refend (2205 surmontant 2234). La reprise de ce mur et la mise en place d’un dallage interne interviennent dans un second temps.

Fig. 88. Bâtiment 2. Pièce 10 vue du sud (cliché S. Ledrole).

Fig. 88. Bâtiment 2. Pièce 10 vue du sud (cliché S. Ledrole).

29Le mur 2234 (2,52 x 0,23 x 0,15 m), de direction nord-ouest / sud-est, s’appuie sur le parement sud du mur 2204, séparant ainsi les pièces 10 et 12. Il est constitué, pour ce qui est visible, de trois grandes dalles et de quelques moellons. Il est surmonté du mur 2205 composé d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, liés par un limon brun. Trois pierres équarries (0,70 x 0,55 x 0,30 m pour la plus grande), en molasse, à surface supérieure plane, signalent l’entrée de la pièce dont le sol est isolé par un dallage (2214). Ce détail pourrait suggérer une éventuelle fonction de réserve.

2.3- La pièce 11

30La pièce 11 (fig. 89) est située immédiatement au sud de la pièce 10, dont elle est séparée seulement par une marche, dans l’angle formé par les murs 2203 et 2209. Un mur de refend (2223) complète son plan rectangulaire de 10 m² environ (4,18 x 2,38 m).

Fig. 89. Bâtiment 2. Pièce 11 vue du sud (cliché S. Ledrole).

Fig. 89. Bâtiment 2. Pièce 11 vue du sud (cliché S. Ledrole).

31Le mur 2223 (1,44 x 0,37 x 0,13 m), de direction nord-ouest / sud-est, sépare la pièce 11 de la pièce 12. Il s’inscrit dans l’alignement du mur 2205 et présente les mêmes principes de construction. Un gros bloc équarri (0,40 x 0,32 x 0,16 m) termine son extrémité nord. Ainsi, se dessine une ouverture de 1,35 m de largeur autorisant la communication entre les pièces 11 et 12.

32Deux foyers superposés à sole d’argile (2233 et 2222), séparés par des niveaux d’utilisation cendreux, occupent l’angle sud-ouest de la pièce. Ils sont en partie surmontés par les restes d’un four à pain placé dans l’angle sud-est, dont ne subsistent que des éléments du radier et l’emplacement de l’ouverture (2226). À peu près au centre de l’espace 10-11, une fosse cylindrique (2212), de 0,81 m de diamètre et de 0,25 m de profondeur, a été taillée dans la roche. Elle contient un premier comblement limoneux, recouvert d’un niveau cendreux puis d’une couche limoneuse. Les fragments d’une grande jatte en céramique non tournée des ateliers des Alpilles étaient dispersés à l’intérieur. Ces différents indices suggèrent que nous sommes très probablement dans un espace dévolu à la cuisine.

2.4- La pièce 12

33La pièce 12 (fig. 90) constitue le plus vaste espace du bâtiment. Avant son cloisonnement pour la création des pièces 10-11 à l’est, elle était délimitée par quatre murs (2204, 2203, 2209 et 2125). Sa limite occidentale n’est pas conservée, mais devait très certainement se situer dans le prolongement de celle de la cour 5 du bâtiment 1. Après cloisonnement, on estime sa superficie à près de 22 m² (5,75 x 3,85 m).

Fig. 90. Bâtiment 2. Pièce 12 vue de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 90. Bâtiment 2. Pièce 12 vue de l’est (cliché Fr. Marty).

34Le mur 2204 (4,80 x 0,80 x 0,50 m) matérialise la limite nord de la pièce et sépare cette dernière de la cour du bâtiment 1. Il est constitué d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, associé à un blocage central. L’ensemble, lié par un limon brun, présente un appareillage irrégulier. Le mur 2203 (6,29 x 0,44 x 0,72 m) se développe perpendiculairement au mur 2204. Il est chaîné avec ce dernier et présente les mêmes principes de conception architecturale. Conservé sur quatre assises, il est implanté contre une paroi verticale taillée dans le substrat dans le but de créer un sol plan pour la pièce. Le mur 2209 (1,20 x 0, 48 x 0, 47 m) clôture la pièce au sud. Contrairement au précédent, il est implanté à l’aplomb de la paroi verticale creusée dans le substrat (2259). Autrement dit, pour une même pièce, deux techniques de construction sont utilisées. Toutefois, il convient de remarquer que le mur 2209 est commun à une autre pièce située au sud de celui-ci, mais mal conservée. Quant au mur 2125 (2,17 x 0,48 x 0,15 m), il s’inscrit dans son prolongement occidental et marque également la limite sud de la pièce. Conservées sur deux assises, ces deux maçonneries sont de même facture que les autres murs de la pièce.

35Un espace artisanal n’est pas à exclure bien que les indices susceptibles d’en éclairer l’activité soient très ténus. En effet, une meule circulaire de moulin à huile (diam. : 0,74 m ; h : 0,24 m), hors d’usage car fissurée, a été placée couchée dans l’angle nord-ouest, calée dans une fosse par un moellon posé de chant (0,37 x 0,14 x 0,23 m). Trois trous de poteaux sont disposés à proximité (2098, 2247, 2248) sans que l’on sache s’il existe un éventuel lien. Enfin, tout près de là, la fosse 2232 (L : 2,53 m ; prof. : 0,17 m) a livré un burin en fer.

2.5- La pièce 13

36La pièce 13 (fig. 91) est située dans la moitié sud du bâtiment 2. Son plan étant lacunaire, le calcul de sa superficie reste hasardeux. Globalement, ses limites sont définies par les murs 2125, 2126 et 2209 ainsi que par une paroi taillée dans le substrat (2261).

Fig. 91. Bâtiment 2. Pièce 13 vue du nord (cliché S. Ledrole).

Fig. 91. Bâtiment 2. Pièce 13 vue du nord (cliché S. Ledrole).

37Le mur 2126 (3,78 x 0,48 x 0,51 m) matérialise la limite occidentale de la pièce. De direction nord-ouest / sud-est, il s’inscrit perpendiculairement au mur 2125, prolongé par le mur 2209 duquel il est séparé par une lacune de conservation. Il est constitué de deux parements de moellons de molasse, de module variable, associés à un fourrage central de petits cailloux. Conservée sur quatre assises, la maçonnerie est fondée parallèlement à une paroi taillée dans le substrat (2252) qui forme une nouvelle plate-forme étagée pour l’espace situé à l’ouest, détruit par les travaux des années 1960. Le pallier supérieur, qui constitue le sol de la pièce 13, est délimité à l’est par la paroi verticale 2261 qui réduit l’espace de jardin de la phase AB (15). Trois niveaux d’occupation superposés ont pu être observés.

2.6- La pièce 14

38Trois fragments de murs (2103, 2180 et 2200) dessinant, après prolongation, un angle droit, définissent la pièce 14. Celle-ci prend place, dans la phase D, au-dessus de l’espace 13 qui est alors soit délaissé, soit cloisonné.

39Le mur 2103 (1,18 x 0,41 x 0,66 m) s’avance jusqu’à l’aplomb du mur 2126, mais n’est pas en contact. Il en est séparé par deux niveaux de sol et un remblai. Tout comme les deux autres, ce mur est constitué d’un double parement de moellons de molasse de module variable comme en témoignent les deux assises conservées. Perpendiculairement à ce dernier, le mur 2180 (1,17 x 0,58 x 0,62 m), prolongé par le mur 2200 (0,98 x 0,61 x 0,57 m), délimite le côté est de la pièce. Par ailleurs, l’extrémité nord du premier segment est matérialisée par un gros bloc de pierre. L’état d’arasement des structures ne permet pas de définir plus précisément la forme et la fonction de cet espace.

3- Bâtiment 4

40(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

41Le bâtiment 4 (fig. 92-93) se situe au sud de la zone de fouille. Il est délimité par deux fronts de taille (2140) dégagés à l’escoude sur une hauteur maximale de 0,44 m, pour niveler le substrat rocheux et recevoir des assises maçonnées non conservées, à l’image de celles de la pièce 11 du bâtiment 2. La longueur des deux fronts perpendiculaires (7,87 x 5,88 m) permet d’envisager une superficie d’au moins 46,36 m². Au-dessus du premier sol d’occupation limoneux, près de la paroi est, on a recueilli 172 fragments d’enduit peint en blanc qui témoignent du soin apporté à la construction. Une nouvelle couche d’occupation scelle cet ensemble.

Fig. 92. Bâtiment 4 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 92. Bâtiment 4 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 93. Bâtiment 4 vu du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 93. Bâtiment 4 vu du sud (cliché Fr. Marty).

4- Bâtiment 5

42(Brice Chevaux)

43Le bâtiment 5 (fig. 94-95) est situé dans la partie nord de la zone de fouille. De plan rectangulaire, de direction sud-ouest / nord-est (7,70 x 4.60 m), il est composé de deux pièces mitoyennes (25 et 26), probablement desservies par la voie 240. Aucun passage entre les deux espaces n’a été observé. Il s’agit vraisemblablement de deux lieux de vie distincts. Deux épais remblais marquent l’abandon de ce bâtiment. Ils scellent les dernières phases d’occupation des deux espaces et nivellent la surface pour l’aménagement du bâtiment 6.

Fig. 94. Bâtiment 5 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 94. Bâtiment 5 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 95. Bâtiment 5-6 vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 95. Bâtiment 5-6 vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

4.1- La pièce 25

44La pièce 25, d’une superficie de 10,60 m² (3,55 x 3 m), est placée du côté sud-ouest du bâtiment. Elle est délimitée par les murs 35, 39, 232, et 238.

45Le mur 35 (7,2 x 0,47 x 1,02 m), au nord, est constitué de deux parements de moellons de molasse de module variable, grossièrement équarris, et d’un blocage interne d’éclats calcaires. Un grand bloc monolithique (1,50 x 0,50 x 0,80 m) est aussi utilisé opportunément dans sa construction. L’ensemble est lié par un limon brun et présente un appareillage irrégulier. Des lambeaux d’enduit à la chaux sont conservés sur le parement interne. Ce mur est implanté dans le substrat par une tranchée de fondation aux parois concaves et à fond plat (2 x 0,55 x 0,08 m).

46Le mur 39 délimite le côté sud-ouest du bâtiment. Conservé sur une assise, il se développe perpendiculairement au mur 35 et présente les mêmes principes de construction (3,75 m x 0,51 m x 0,20 m). Le mur 238 (1,15 x 0,10 m) clôture, au sud-ouest, la pièce 25. Seuls quelques moellons de molasse et des fragments d’enduit de chaux sont conservés. D’après la configuration du bâtiment, il est possible d’envisager dans ce mur une ouverture vers l’extérieur, selon le même agencement que dans la pièce voisine 26.

47Le mur de refend 232 (3,60 m x 0,50 m x 0,20 m) repose contre le parement interne du mur 35 et divise le bâtiment en deux espaces quasi symétriques. Deux parements de moellons de molasse de module variable, associés à un blocage central, composent la maçonnerie. L’ensemble est lié par un limon brun et présente un appareillage irrégulier. Cette construction, relativement fruste, est installée dans le substrat par une tranchée de fondation (234 ; 1,41 x 0,55 x 0,08 m), aux parois concaves et à fond plat. Elle fait l’objet d’une récupération localisée dans sa partie centrale. L’épierrement (198 ; prof. : 0,32 m) intervient entre la phase d’abandon du bâtiment et la phase de construction du bâtiment 6 sur ses bases.

48Deux états caractérisent l’occupation de l’espace 25. Le premier est marqué par l’aménagement du drain 199 (3,98 x 0,35 x 0,12 m). Creusé dans le substrat, il présente un tracé parallèle au mur 232, puis effectue une légère courbe vers le sud pour emprunter la supposée ouverture vers l’extérieur. Son creusement présente un profil en cuvette. Il est colmaté par des galets disposés verticalement et pris dans une fine matrice sablo-limoneuse brune. Dans le cadre d’un lieu de vie domestique, ce drain pourrait permettre l’évacuation des eaux usées. Cette première phase est scellée par une succession de couches de remblai limono-sableuses hétérogènes au profit d’une nouvelle occupation de la pièce. La seconde phase d’occupation de la pièce 25 est matérialisée par trois niveaux de sols noirs superposés comportant de fréquentes inclusions de particules charbonneuses. Ces niveaux sont perturbés par la tranchée de fondation du mur 33 du bâtiment 6.

4.2- La pièce 26

49La pièce 26, d’une superficie de 11 m² (3,5 x 3,2 m), jouxte la pièce 25 du côté nord-est du bâtiment 5. Elle est délimitée par les murs 35, 201, 232 et 233.

50Le mur 201 (3,91 x 0,56 x 0,30 m) s’appuie perpendiculairement sur le parement interne du mur 35. De direction nord-ouest / sud-est, il repose sur un fin niveau d’aménagement limoneux brun. Comme en témoignent les deux assises conservées, la maçonnerie est dotée de deux parements de moellons de molasse de module variable et d’un blocage central. L’ensemble, lié par une matrice limoneuse brune, présente un appareillage irrégulier. Le mur 233 (2,22 x 0,44 x 0,30 m) se développe perpendiculairement au mur 232. Il présente les mêmes principes de construction que les autres éléments maçonnés qui structurent le bâtiment. Une ouverture de 1 m de long, aménagée dans sa partie est, offre un accès vers l’extérieur.

51Cette pièce se distingue par quatre phases de fréquentation. Deux aménagements à fonction indéterminée, creusés dans le substrat illustrent l’occupation primaire de la pièce. Il s’agit de la fosse 236 (diam. : 0,53 ; prof. : 0,7 m), à parois concaves et à fond plat, ainsi que d’un trou de poteau (237 ; diam. : 0,32 ; prof. : 0,08 m), tous deux comblés de limon-sableux issu du substrat. Un niveau de sol sableux compact scelle ce premier état. Une fosse à parois et fond concaves, creusée dedans, permet d’y installer un foyer circulaire (200 ; diam. : 0,28 ; prof. : 0,10 m) composé de deux niveaux d’utilisation charbonneux séparés par une interface sableuse beige. Enfin, deux séquences de niveaux de sols superposés, séparées par un apport de remblai, témoignent des dernières phases d’occupation de la pièce.

5- Bâtiment 6

52(Brice Chevaux)

53Le bâtiment 6 (fig. 96) est localisé au nord de l’emprise étudiée. Deux ensembles d’habitation mitoyens et indépendants composent l’aile nord du bâtiment (espaces 27-28 et 39-30). Un grand hangar (31) se développe quasi perpendiculairement selon un axe nord / sud. Deux phases d’occupation sont reconnues avec la réduction de la surface du hangar au profit de l’agrandissement de la partie habitable. Une succession de couches de colluvions et de démolition marquent l’abandon du bâtiment.

Fig. 96. Bâtiments 6 et 7 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 96. Bâtiments 6 et 7 (DAO N. Gonzalez).

5.1- La pièce 27

54La pièce 27 est positionnée au sud-ouest du bâtiment 6. Son plan quadrangulaire de 12,2 m² (3,93 x 3,11 m) se développe au-delà de l’emprise de fouille.

55Au nord, le mur 35 du bâtiment 5 est remployé. Le mur de refend 33 repose contre le parement interne de ce dernier. Il sépare les pièces 27 et 28. De direction nord-est / sud-ouest, il est constitué de deux parements de moellons de molasse, de module variable, associés à un blocage interne de petits cailloux. L’ensemble est lié par un limon brun et conservé sur 2 assises. Il est implanté dans les niveaux d’occupation du bâtiment antérieur par une tranchée de fondation aux parois concaves (197 ; l : 0,75 m ; prof. : 0,50 m). Un seuil en fragments de tegulae disposés à plat (34) est aménagé dans cette cloison. Il offre un accès vers la pièce mitoyenne. Seul un piédroit, encadrant l’extrémité nord-est du seuil 275, permet de restituer la limite sud de la pièce. Il est doté d’une crapaudine destinée à recevoir un vantail mobile (diam. : 0,06 m). Le seuil 275 autorise l’entrée depuis la voie 240. Il est constitué d’un bloc de molasse taillé (0,98 x 0,60 x 0,20 m), sans feuillure et usé en surface.

5.2- La pièce 28

56Il s’agit de la pièce centrale de la partie habitable du bâtiment (fig. 97). Les murs 30, 31, 33 et 35 dessinent un plan rectangulaire de 21 m² (5,09 x 4,14 m). À l’intérieur, trois niveaux de sols superposés, de texture limono-sableuse, ont été reconnus.

Fig. 97. Bâtiment 6. Pièce 28 vue du sud-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 97. Bâtiment 6. Pièce 28 vue du sud-est (cliché Br. Chevaux).

57Le mur 30 (3,91 x 0,56 x 0,27 m) se développe perpendiculairement au mur 35 et fait office de cloison avec la pièce 29. Il repose sur l’arase du mur 201 du bâtiment antérieur. La maçonnerie est constituée de deux parements de moellons de molasse équarris, de module variable, et d’un blocage central de petits cailloux. L’ensemble est lié par un limon brun et présente un appareillage irrégulier. Des lambeaux d’enduits à la chaux ont été observés sur ses deux parements. Parallèle à la voie 240, le mur 31 (3,52 x 0,45 x 0,30 m) définit la limite sud-est de la pièce. Il présente les mêmes caractéristiques, dans sa construction, que les autres éléments maçonnés. Un seuil prend place à son extrémité est (32). Celui-ci est constitué d’un unique bloc taillé (1,35 x 0,45 x 0,36 m), usé en surface, marquant l’entrée de la pièce 28 depuis la voie 240. Dans le niveau immédiatement sous-jacent au seuil, un tiers de dupondius, frappé à Nîmes sous Auguste, a été découvert. Il s’agit sans doute d’un dépôt de fondation.

5.3- La pièce 29

58La pièce 29, d’une superficie d’environ 15 m² (3,97 x 3,82 m), jouxte la pièce 28 à l’est. Les murs 18, 19, 30, 35 et 38 définissent un plan quadrangulaire. Seul un niveau de préparation de sol compact, constitué de fragments de coquilles d’huîtres fossilisées, a été observé à l’intérieur.

59Au nord, le mur 35 a été intégralement épierré. Côté sud, le mur 38 (1,11 x 0,55 x 0,30 m) s’appuie perpendiculairement sur le parement sud-est du mur 30. Conservé sur une assise, il est constitué de deux parements de moellons de molasse équarris, de dimensions variables, et d’un blocage central. Le mur 19 correspond à l’autre extrémité de la maçonnerie (0,95 x 0,53 x 0,40 m). Ses parements sont enduits à la chaux. Le mur 18 clôt la pièce à l’est (1,27 x 0,56 m). Il présente les mêmes principes de construction que précédemment. Des lambeaux d’enduit à la chaux ont aussi été observés sur ses parements. De direction légèrement oblique par rapport aux murs précédents, il suit en réalité le bord de la voie 163 qui n’a pas été atteinte par la fouille à cet endroit, ce qui explique le plan non orthogonal du bâtiment. Un accès à la pièce depuis la voie 240 est envisageable si l’on tient compte de la disposition des autres ouvertures donnant sur cet espace de circulation.

5.4- La pièce 30

60Cette pièce ne figure pas dans l’état primitif du bâtiment. Dans la phase D, la surface du hangar 31 est réduite d’un tiers, environ, avec l’aménagement du mur 80. Une nouvelle pièce est ainsi créée.

61Le mur 80 (2,20 x 0,50 m) s’inscrit dans le prolongement des murs 38 et 19. Il est composé de deux parements de moellons de molasse, grossièrement équarris, de module variable, et d’un blocage interne de petits cailloux. L’ensemble, conservé sur une assise, est lié par un limon brun.

5.5- Le hangar 31

62Le hangar 31 (15,06 x 7,48 m ; fig. 98-99), d’une superficie de 112 m², s’insère perpendiculairement à l’îlot d’habitation 27-29, à l’emplacement de la voie 163 définitivement condamnée. Une succession de niveaux de sols y a été observée au-dessus d’un premier dallage. Ceux-ci sont séparés par des niveaux de préparation compacts, composés essentiellement de coquilles d’huîtres fossiles concassées.

Fig. 98. Bâtiment 6. Espaces 31 [à gauche] et 30 [à droite] vus de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 98. Bâtiment 6. Espaces 31 [à gauche] et 30 [à droite] vus de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 99. Bâtiment 6. Hangar 31 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 99. Bâtiment 6. Hangar 31 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

63Le mur 20 (8,23 x 0,52 x 0,60 m) constitue la limite occidentale du hangar. De direction nord-est / sud-ouest et conservé sur cinq assises, il est bâti selon la technique du double parement de moellons de molasse grossièrement équarris, de module variable. Une ouverture verticale quadrangulaire (0,20 x 0,15 m) est ménagée dans les parements du mur, par deux moellons disposés de chant. Il s’agit vraisemblablement d’une chantepleure destiné à évacuer un écoulement d’eau. Le grand mur de terrasse 204 semble marquer sa limite orientale tandis que les limites nord et sud n’ont pas été reconnues.

64L’accès au hangar se fait depuis la voie 240. Dans son premier état, il est signalé par le seuil 36 auquel aboutit la voie charretière. Constitué de deux blocs de molasse juxtaposés (0,85 x 0,30 x 0,16 m et 1,15 x 0,30 x 0,16 m), c’est un seuil lisse et étroit à surface supérieure usée, légèrement convexe. Un alignement d’une dizaine de dalles de molasse taillées, de moyen module et présentant un poli d’usure (81 ; 0,50 x 0,50 x 0,07 m), renforce l’entrée du côté interne. Les vestiges d’un second dallage jouxtent cet aménagement (84 ; 2,52 x 1,50 x 0,07 m). On ne sait si ce sol couvrait, à l’origine, la surface totale de l’espace. Dans un second temps, après un épisode de sédimentation, l’entrée est rehaussée avec la mise en place d’un seuil à pas étroit et vantail mobile positionné au-dessus du seuil initial, sur un lit de fragments de tegulae. Il est constitué d’un bloc de molasse rectangulaire (82 ; 0,47 x 0,26 x 0,17 m), grossièrement équarris, usé en surface, et pourvu d’une crapaudine (diam. : 0,07 m ; prof. : 0,02 m) destinée à recevoir le vantail.

6- Bâtiment 7

65(Brice Chevaux)

66Le bâtiment 7 (fig. 100) borde le côté sud de la voie 240. Les seuls vestiges conservés sont ceux d’une unique pièce (32) de plan quadrangulaire. D’une superficie de 13,50 m² (3,95 x 3,42 m), elle est délimitée par les murs 252, 254, 255 et par la tranchée de récupération 282.

Fig. 100. Bâtiment 7 vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 100. Bâtiment 7 vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

67Le mur 252 est identifié par deux moellons de molasse équarris. Bien qu’entièrement épierré, comme l’atteste une tranchée de récupération (283 ; L : 3,26 m), il conservait encore en place une plinthe d’enduit peint polychrome (cf. troisième partie, chapitre 1). Le mur 255 marque la limite ouest du bâtiment. Un seul moellon de molasse taillé subsiste au cœur de la tranchée de récupération (283). Le mur 254 s’inscrit perpendiculairement à cette dernière. Dans sa majeure partie, la maçonnerie est épierrée par une tranchée de récupération (281). Le seuil (278) de l’entrée de la pièce, desservie par la voie 240, se situe à son extrémité est. Il ne comporte pas de feuillure et montre une usure de surface liée à la circulation (1,05 x 0,50 m). Parallèle à ce mur, la tranchée de récupération 282 permet de restituer le dernier mur du bâtiment (L : 3,42 m). Aucun élément maçonné n’est conservé. On note l’existence, à l’extérieur, contre l’angle sud-est de la pièce, d’un gros bloc de pierre quadrangulaire soigneusement taillé, dont les arêtes ont été régularisées sur trois côtés afin de préparer une surface parfaitement plane. On ignore la fonction de cet élément. Peut-être s’agit-il d’une base apte à supporter un élément architectural ou ornemental.

68Tout comme les murs, décorés de peintures murales retrouvées effondrées, le sol de la pièce est particulièrement soigné. Il est composé d’un épais niveau de molasse friable broyée, mélangée à des fragments de tuiles concassées, le tout damé de manière à donner à cette surface plane et dure un aspect de béton de tuileau.

7- Bâtiment 8

69(Brice Chevaux)

70Le bâtiment 8 (fig. 101-102) est localisé au sud-est du bâtiment 7. Le seuil 262 ainsi que les murs 264 et 273 qui l’encadrent sont les seuls vestiges conservés de ce bâtiment qui ne comporte ainsi qu’une pièce (33). La construction, placée au-dessus de la voie 163, est assise sur un épais remblai de nivellement. Sept niveaux de sols limono-sableux superposés illustrent l’occupation de l’espace. Au sud du bâtiment, on notera aussi la présence d’une petite portion maçonnée (261), conservée sur deux assises (0,70 x 0,15 x 0,35 m), unique témoin d’une construction à proximité ou mitoyenne de la pièce 33.

Fig. 101. Bâtiment 8 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 101. Bâtiment 8 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 102. Bâtiments 8 et 9 vus du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 102. Bâtiments 8 et 9 vus du nord (cliché Fr. Marty).

71Un grand seuil (262 ; 2,68 x 0,48 x 0,30 m), de direction sud-ouest / nord-est, marque l’entrée du bâtiment. Il est composé de trois blocs de molasse juxtaposés (1,32 x 0,47 x 0,30 m ; 0,62 x 0,44 x 0,31 m ; 0,67 x 0,50 x 0,35 m), pourvus d’une rainure longitudinale, destinés à recevoir un panneau central encadré de vantaux latéraux. L’utilisation d’une telle ouverture à double porte laisse envisager la présence de deux niveaux, l’une des portes desservant un espace au rez-de-chaussée, l’autre offrant un accès à un étage indépendant, accessible directement depuis l’extérieur.

72Le mur 264 (2,05 x 0,55 x 0,46 m), de direction nord-ouest / sud-est, est perpendiculaire au seuil. Il est composé de deux parements de moellons de molasse grossièrement équarris, de module variable, et d’un blocage central de petits cailloux. L’ensemble, conservé sur trois assises, est lié par un limon brun et présente un appareillage régulier. Son tracé s’interrompt vers le nord-ouest au profit d’une construction plus récente. Le mur 273 (1,40 x 0,63 x 0,25 m), de direction sud-ouest/nord-est, s’inscrit dans le prolongement du seuil 262. Conservé sur deux assises, il présente les mêmes principes de construction que le mur 264 et s’appuie, avec le seuil, sur un mur antérieur (274 ; 2,50 x 0,55 m x 0,25 m), lui aussi composé de deux parements de moellons de molasse, de module variable, liés par un limon brun et conservé sur deux assises, unique témoin d’une construction antérieure au bâtiment 8.

8- Bâtiment 9

73(Brice Chevaux)

74Le bâtiment 9 repose sur les maçonneries du bâtiment 8. Son plan bipartite (espaces 34 et 35) est de direction nord-ouest / sud-est.

8.1- La pièce 34

75La pièce 34 (fig. 103) est située au nord du bâtiment 9. De plan vraisemblablement rectangulaire, elle est délimitée par les murs 171 et 258. Un épais niveau de tegulae et d’imbrices fragmentés en marque l’abandon.

Fig. 103. Bâtiment 9 construit sur la voie 163 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 103. Bâtiment 9 construit sur la voie 163 (DAO N. Gonzalez).

76Le mur 171 (11 x 0,56 x 0,40 m), de direction nord-ouest / sud-est, est doté de deux parements de moellons de molasse équarris, de module variable. Conservé sur trois assises, cet ensemble est lié par un limon brun. Le mur 264 du bâtiment 8 est remployé dans sa construction. Le mur 258 (1 x 0,70 x 0,20 m) se développe perpendiculairement à ce dernier et présente les mêmes principes de construction. Il repose en partie sur le seuil 262 dont l’extrémité est est réemployée pour permettre l’accès à la pièce depuis l’extérieur. Cette portion de seuil est entaillée d’une crapaudine dans laquelle tournait un vantail mobile. En l’absence de gâche, on restituera un système de fermeture avec un verrou.

8.2- La pièce 35

77L’espace 35 (fig. 104) est circonscrit par trois murs (257, 258 et 259). Ainsi, seule sa portion orientale subsiste.

Fig. 104. Bâtiment 9. Pièce 35 vue du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 104. Bâtiment 9. Pièce 35 vue du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).

78Le mur 257 (5,04 x 0,55 x 0,50 m), de direction nord-ouest/sud-est, s’appuie sur le parement externe du mur 258. Il est composé de deux parements de moellons de molasse équarris de module variable. L’ensemble, lié par un limon brun, est conservé sur trois assises et présente un appareillage régulier. Une pierre d’angle taillée (0,56 x 0,40 x 0,50 m) marque l’extrémité sud de la maçonnerie. Elle reçoit l’appui du mur 259. Ce dernier (1 x 0,59 x 0,22 m) s’inscrit perpendiculairement au mur 257, dont il partage la facture, et termine la pièce au sud. Seule une assise est conservée.

79Dans l’angle sud-est, un foyer bâti (260) confère à la pièce une fonction domestique. Il est constitué d’une base maçonnée rectangulaire (1,24 x 1 x 0,11 m) de moellons de molasse, surmontée d’une sole de carreaux de terre cuite disposés à plat. Deux phases d’occupation ont été identifiées. Ainsi, sept fins niveaux de sols superposés illustrent une première fréquentation soutenue de la pièce tandis que, dans un second temps, le foyer 260, auquel est associé un niveau de sol charbonneux, est aménagé.

9- Bâtiment 10

80(Brice Chevaux)

81Le bâtiment 10 (fig. 105) est localisé près de la limite d’emprise orientale du chantier. L’unique pièce reconnue (36) présente un plan rectangulaire de direction nord-ouest / sud-est, de 40 m² environ (9,5 x 4 m). Son occupation est caractérisée par un niveau de sol limono-argileux brun sombre, présent sur l’ensemble de la surface étudiée. De puissants niveaux de démolition le scellent.

Fig. 105. Bâtiment 10 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 105. Bâtiment 10 (DAO N. Gonzalez).

82Le mur 104 (4,73 x 0,55 x 0,40 m) définit la limite ouest du bâtiment. Il est doté de deux parements de moellons de molasse équarris liés par un limon brun. Cet ensemble maçonné est conservé sur trois assises et présente un appareillage régulier. Il repose sur un hérisson de fondation formé de moellons de molasse disposés en oblique. Le mur 119 (3,86 x 0,40 x 0,40 m) s’inscrit dans le prolongement sud-est du mur 104 et présente les mêmes caractéristiques architecturales. On ne sait si l’espace détruit entre ces deux maçonneries pouvait recevoir une entrée donnant sur la voie 163. Les murs 120 (1,20 x 0,70 m) et 152 (3,37 x 0,70 m), conservés sur une assise, marquent respectivement les limites sud et nord du bâtiment. Ils sont chacun constitués de deux parements de moellons de molasse de dimensions variables et d’un fourrage central de petits éclats de pierre, le tout lié par un limon brun.

83Dans son angle nord-ouest, la pièce est dotée d’un foyer à sole d’argile (161) façonnée sur un soubassement quadrangulaire (1,80 x 1,60 m) de moellons de molasse, surmonté d’un radier de petits galets. Une fine couche charbonneuse, issue de son fonctionnement, recouvre l’aire de chauffe. Par ailleurs, on notera la présence d’une réserve de fragments de tegulae, rangés de chant contre le parement interne du mur 152.

10- Bâtiment 11

84(Brice Chevaux)

85Le bâtiment 11 (fig. 106-108) est situé au centre de la zone de fouille, à l’intersection des voies 93 et 163. Il présente un plan tripartite (espaces 37, 38 et 39) en L (16 x 12 m) desservant une cour (41) et une cave (215). Plusieurs niveaux de démolition, comportant des matériaux de construction abondants, recouvrent l’ensemble du bâtiment.

Fig. 106. Bâtiment 11 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 106. Bâtiment 11 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 107. Bâtiment 11 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 107. Bâtiment 11 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 108. Bâtiment 11 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 108. Bâtiment 11 vu du nord (cliché Fr. Marty).

10.1- La pièce 37

86La pièce 37, d’une superficie de 20,5 m² (5,90 x 3,50 m), est située du côté ouest du bâtiment. Son plan rectangulaire est délimité par les murs 154, 155 et 158, tandis que le sol est constitué d’un niveau de fragments de coquilles d’huîtres fossilisées et d’éclats de molasse, homogène et compact.

87Un seuil à pas large et double vantaux mobiles (168 ; 1,46 x 0,66 x 0,30 m) permet son accès depuis la voie 93. De direction sud-ouest / nord-est, il est constitué d’une dalle en molasse monolithe, usée en surface, reposant sur un niveau d’aménagement limono-sableux dans lequel un trésor de onze deniers a été mis au jour. Le mur 155 (9,22 x 0,50 x 0,36 m) est installé dans le prolongement est du seuil, sur une banquette taillée dans le substrat. Il est constitué de deux parements de moellons de molasse grossièrement équarris et enduits à la chaux. L’ensemble est conservé sur quatre assises et marque la limite nord du bâtiment. Cinq adobes ont été identifiés en coupe, contre le parement externe du mur, laissant supposer la mise en œuvre probable de terre crue pour les élévations. Le mur 158 (1,53 x 0,38 x 0,24 m) se développe parallèlement au précédent avec lequel il partage une conception similaire. Il s’appuie sur le parement ouest du mur 154 et clôture la pièce au sud. Un seuil à pas large et vantail mobile (159 ; 0,77 x 0,36 x 0,17 m) s’inscrit dans son tracé, permettant l’accès à la cour 41. Il est formé d’une dalle de molasse grossièrement taillée, dotée d’une crapaudine assurant la rotation du battant. Le prolongement du mur 188 (2,07 x 0,50 x 0,10 m) clôture la pièce, à l’ouest. De direction nord-ouest / sud-est, il s’appuie sur le mur 194. L’unique assise conservée est composée de dalles de molasse taillées, de module régulier. Il est implanté dans une tranchée de fondation étroite à parois verticales et fond plat (195 ; 2,07 x 0,70 x 0,10 m), creusée dans le substrat. Enfin, dans l’angle sud-est, la pièce est dotée d’un foyer bâti à sole de tegulae (160). Un épais niveau charbonneux témoigne de son utilisation.

10.2- La pièce 38

88La pièce 38 tient une place centrale au sein du bâtiment. De plan rectangulaire (6,90 x 4,50 m, soit 31 m²), de direction sud-est / nord-ouest, elle est délimitée par les murs 139, 153, 154 et 155. Son occupation a laissé deux niveaux de sols limono-sableux superposés.

89Le mur 139 est de direction nord-ouest / sud-est (7,93 x 0,72 x 0,70 m) et marque la limite orientale de la pièce. Il est aménagé sur le dernier niveau de recharge de la voie 163 et déborde ainsi sur son tracé. Il est constitué d’un double parement de moellons de molasse et d’un fourrage central de petits éclats de pierre. Le parement interne présente un appareillage régulier avec des traces d’enduit à la chaux, tandis que le parement externe est plus fruste. L’ensemble est lié par un limon brun et conservé sur quatre assises. Deux grosses pierres d’angle (0,76 x 0,55 x 0,55 m et 0,90 x 0,52 x 0,55 m) encadrent la maçonnerie. Elles reçoivent l’appui des murs 153 et 155. Le mur 153 (3,43 x 0,48 x 0,40 m), de même facture, se développe perpendiculairement au sud-est du mur 139. La maçonnerie est conservée sur deux assises et présente un appareillage régulier tandis que les parements sont partiellement recouverts d’un enduit de mortier de chaux. L’accès à la pièce 39 se fait par une ouverture ménagée à l’extrémité ouest du mur. Celle-ci est ensuite murée avec des moellons de module moyen conservés sur deux assises (290 ; 0,94 x 0,48 x 0,30 m). Le mur 154 (5,74 x 0,49 x 0,19 m) clôture la pièce à l’ouest. De direction sud-est / nord-ouest, il est constitué de deux parements de moellons de molasse équarris, de module variable, enduits à la chaux, et d’un blocage central de petits cailloux. Un négatif de tasseau apparaît dans l’enduit (0,20 x 0,04 m ; fig. 109) du parement interne. L’ensemble, lié par un limon brun, est préservé sur trois assises. La maçonnerie repose par endroit sur une banquette en relief, aménagée dans le substrat après nivellement par creusement des sols. À l’extrémité nord du mur, un accès a été créé (189 ; L : 1,25 m), offrant un passage entre les pièces 37 et 38. Au niveau de l’ouverture, une petite marche résulte de la différence d’altimétrie entre les sols des deux pièces.

Fig. 109. Bâtiment 11, pièce 38. Négatif d’un tasseau dans le parement est du mur 154 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 109. Bâtiment 11, pièce 38. Négatif d’un tasseau dans le parement est du mur 154 (cliché Br. Chevaux).

10.3- La pièce 39

90La pièce 39 (fig. 110) est située immédiatement au sud de la pièce 38. Son état de conservation est très médiocre en raison de la récupération des matériaux. Elle est délimitée par le mur 153 et par des portions des murs 165 et 217. La circulation entre les pièces et vers l’extérieur sera modifiée dans un second état. Un niveau de colluvions épais et compact marque l’abandon de cet espace.

Fig. 110. Bâtiment 11. Pièce 39 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 110. Bâtiment 11. Pièce 39 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

91Le mur 165 est uniquement représenté par un moellon de molasse grossièrement équarri (0,40 x 0,30 x 0,14 m). Il repose sur une banquette taillée dans le substrat et s’inscrit dans la continuité du mur 154. Le mur 217 (2 x 0,54 x 0,45 m) marque la limite est de la pièce. Il est composé de deux parements de moellons de molasse équarris, de module régulier, associés à un blocage central de petits cailloux et de fragments de tuiles. L’ensemble est conservé sur trois assises (0,45 m de haut) et présente un appareillage régulier. Un accès vers la voie 163 (L : 1 m) est aménagé à son extrémité nord. Cette entrée se signale par un seuil en bois (219), dont ne reste que le négatif, posé sur un niveau de petites dalles de pierre grossièrement taillées, disposées à plat. Comme l’ouverture donnant sur la pièce 38, celle-ci est murée par des moellons de module régulier (218 ; 1 x 0,43 x 0,38 m), liés par un limon brun. Ce bouchage, conservé sur trois assises, est enduit de chaux à l’image du mur 217.

92Deux foyers en vis-à-vis (148 et 216), à sole de tegulae, ont été mis au jour, respectivement contre les murs 165 et 217, donnant à cet espace une fonction probable de cuisine. L’ensemble de la pièce est ensuite recouvert d’un niveau de préparation de sol, composé principalement de fragments de coquilles d’huîtres et d’éclats de pierre. Cette surface indurée, damée et plane, qui scelle les foyers 148 et 216, est mise en place probablement au moment où l’on condamne les accès. Cette intervention marque véritablement une volonté de modifier l’agencement et la fonction de cet espace.

10.4- La pièce 40

93Une petite pièce carrée exiguë, d’environ 1,7 m² (1,30 x 1, 30 m ; fig. 111) est située dans l’angle nord-est de la cour 41. Elle succède à un petit dallage, composé de quatre pierres de molasse posées à plat (190). Les murs 154, 156, 157 et 158 délimitent l’espace. Un épais et unique niveau d’abandon limoneux le comble.

Fig. 111. Bâtiment 11. Espace 40 vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 111. Bâtiment 11. Espace 40 vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

94Le mur 156 (1,24 x 0,50 x 0,35 m) s’appuie sur le parement occidental du mur 154. Il est composé d’un bloc de molasse rectangulaire (0,74 x 0,27 x 0,35 m), soigneusement taillé et disposé en carreau, associé à un bloc carré grossièrement équarri (0,50 x 0,50 x 0,15 m). Le mur 157 s’inscrit comme un retour perpendiculaire au mur 156. Un unique bloc disposé en carreau est mis en œuvre pour cette maçonnerie. Une ouverture de 0,60 m de largeur est visible à son extrémité nord. Cet aménagement, relativement sommaire, pose la question de sa fonction d’autant que l’on ne peut guère envisager de lui donner une hauteur nettement supérieure à ce qui est conservé. S’agit-il donc d’un espace de rangement ou d’un abri pour animal domestique ?

10.5- La cour 41

95Les trois pièces du bâtiment 11 encadrent une cour de 63 m² environ (11 x 5,75 m). Son plan rectangulaire est défini par les murs 154, 165, 158 et 188. Cet espace ouvert est accessible depuis la pièce 37 et permet d’accéder au réduit 40. Son occupation est caractérisée par une superposition de niveaux de sols sablo-limoneux contenant de nombreux fragments de coquilles d’huîtres fossilisées.

96Un puits circulaire creusé dans le rocher prend place dans son angle nord-ouest (185 ; diam. : 0,75 m). Fouillé sur 1 m de profondeur, il est colmaté par de nombreux rejets de démolition pris dans une matrice limono-sableuse brune.

10.6- La cave 215

  • 3 Dimensions des marches de la plus haute vers la plus basse : 0,46 x 0,20 x 0,12 m ; 0,46 x 0,25 x (...)

97Une cave quadrangulaire d’environ 4 m² (215 ; 2,10 x 1,80 x 1 m ; fig. 112-114), creusée dans la roche, est implantée à l’ouest de la cour. La structure, aux parois verticales, est desservie par un petit escalier rupestre (fig. 115), doté de quatre marches irrégulières3.

Fig. 112. Bâtiment 11. Cave 215 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 112. Bâtiment 11. Cave 215 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 113. Bâtiment 11. Coupe est/ouest de la cave 215 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 113. Bâtiment 11. Coupe est/ouest de la cave 215 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 114. Bâtiment 11. Coupe nord/sud de la cave 215 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 114. Bâtiment 11. Coupe nord/sud de la cave 215 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 115. Bâtiment 11. Escalier de la cave 215 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 115. Bâtiment 11. Escalier de la cave 215 vu du nord (cliché Fr. Marty).

98Dans une seconde phase d’utilisation, un massif bâti de plan quadrangulaire est aménagé contre la paroi sud-est de la cave (246 ; 0,85 x 0,70 x 0,67 m ; fig. 116). Il est composé de moellons de molasse grossièrement équarris liés par un limon brun. La meta et le catillus d’une meule en basalte (diam. : 0,36 m) sont utilisés en remploi dans la construction. De facture fruste, cette maçonnerie condamne un quart du volume de la cave. Son utilité reste inconnue. S’agit-il d’une base de pilier ?

Fig. 116. Bâtiment 11. Mur 238 au fond de la cave 215, vu du sud, avec remploi d’une meule [meta visible] (cliché Br. Chevaux).

Fig. 116. Bâtiment 11. Mur 238 au fond de la cave 215, vu du sud, avec remploi d’une meule [meta visible] (cliché Br. Chevaux).

99Deux épais niveaux de démolition colmatent la cave. Ils contiennent de nombreux éléments de construction ainsi que du mobilier céramique. Lors d’une nouvelle phase d’occupation, deux murs parallèles (175 et 176 ; fig. 117-118) sont aménagés directement dessus, délimitant un nouvel espace étroit (largeur : 1 m). Le mur 175 (2,20 x 0,60 x 0,65 m), de direction nord-ouest / sud-est, conservé sur trois assises, est composé d’un double parement de moellons de molasse et d’un blocage interne de petits cailloux, liés par un limon brun. L’extrémité sud-est de ce mur est signalée par une pierre d’angle monolithe (0,80 x 0,60 x 0,32 m). Le mur 176 (1,26 x 0,42 x 0,20 m) adopte la même technique architecturale. Entre ces deux murs, l’occupation de l’espace a laissé un lambeau de sol limono-sableux.

Fig. 117. Bâtiment 11. Cave 215 et puits 185 vus de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 117. Bâtiment 11. Cave 215 et puits 185 vus de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 118. Bâtiment 11. Cave 215 recouverte par les murs 175 et 176, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 118. Bâtiment 11. Cave 215 recouverte par les murs 175 et 176, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

100À 1,75 m au sud, deux fosses (fig. 119) taillées dans la roche méritent d’être signalées même si leur fonction reste énigmatique. La première (272 ; diam. : 0,72 m ; prof. : 0,55 m), de forme cylindrique, à fond plat, est creusée par dégagement au pic d’une couronne circulaire de 0,10 m de largeur dont la trace subsiste au fond. Cette fosse est recoupée par une seconde (214 ; diam. : 0,93 m ; prof. : 0,70 m), elle aussi cylindrique et à fond plat. Elle est comblée par quatre niveaux de remplissage superposés dont un essentiellement constitué de fragments de coquilles d’huîtres fossilisées. Les trois autres sont caractérisés par une texture limono-sableuse brune, avec des inclusions occasionnelles de petits fragments de molasse, de tuiles, et de charbons de bois. Par leur forme et leur diamètre, ces fosses, uniques sur le site, s’apparentent aux puits. S’agit-il donc d’un essai de creusement avorté ?

Fig. 119. Bâtiment 11. Fosses 214 et 272 vues de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 119. Bâtiment 11. Fosses 214 et 272 vues de l’est (cliché Br. Chevaux).

11- Bâtiment 12

101(Brice Chevaux)

102Le bâtiment 12 (fig. 120-121) se situe en limite ouest de l’emprise de fouille, au nord de la voie 230. Son plan quadripartite (10,7 x 8,2 m) est largement endommagé. Deux phases rythment son évolution. Une première occupation est caractérisée par un unique espace de vie (42) qui fait l’objet dans un second temps d’un agrandissement avec l’ajout de trois nouveaux espaces. Le bâtiment est alors constitué d’un petit vestibule (43) desservant deux pièces (42 et 44) ainsi que d’une pièce attenante (45). Plusieurs niveaux de démolition marquent leur abandon et la récupération de matériaux.

Fig. 120. Bâtiment 12 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 120. Bâtiment 12 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 121. Bâtiment 12 vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 121. Bâtiment 12 vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

11.1- La pièce 42

103La pièce 42 est localisée sur le côté ouest du bâtiment. De plan quadrangulaire et d’une superficie avoisinant 35 m² (7 x 5 m), elle est délimitée par les murs 65, 68, 72 et 74. Sa limite nord-ouest, en revanche, n’est pas conservée.

104Le mur 65 (5,04 x 0,50 x 0,09 m), de direction sud-ouest / nord-est, constitue le mur de façade du bâtiment, du côté de la voie 230. Il est composé d’un double parement de moellons de molasse de module variable, équarris, associé à un fourrage central de petits cailloux. L’ensemble, conservé sur une assise, est lié par un limon brun. Le mur 68 (3,18 x 0,63 x 0,09 m) se développe perpendiculairement à l’ouest et présente les mêmes principes de construction.

105Un dépôt votif (150) a été enfoui sous le sol, au nord de la pièce. Il est constitué d’un fond d’amphore gauloise disposé dans une fosse circulaire (diam. : 0,42 m). À l’intérieur, un fond de cruche à pâte claire, calé par trois petits cailloux de molasse, a été déposé. Au-dessus, ont été placés un maillet façonné dans une ramure de cerf sciée ainsi qu’une amphorisque décolletée. Le tout est comblé par une matrice limono-argileuse brun sombre. Ce dépôt est ensuite scellé par deux niveaux de sols limono-sableux superposés, liés à l’occupation de la pièce. Un radier aux contours irréguliers (295 ; 1,40 x 1,20 x 0,13 m), composé principalement de moellons, est installé sur ces niveaux, peut-être pour y accueillir une mola asinaria. Vers la fin de l’occupation, cette stratigraphie est recoupée par une fosse circulaire (85 ; diam. : 1,06 ; prof. : 0,25 m) contenant les restes osseux en connexion d’un canidé. La structure est comblée par un sédiment brun limono-sableux.

11.2- Le vestibule 43

106Le vestibule 43, d’une superficie de 2,5 m² (2 x 1,27 m ; fig. 122), constitue l’entrée du bâtiment 12. Il est délimité par les murs 74 et 67 qui le séparent respectivement des pièces 42 et 45. Trois niveaux de sols superposés limono-sableux, comportant de nombreuses inclusions de charbons de bois et de coquilles d’huîtres fossilisées, illustrent la fréquentation de cet espace.

Fig. 122. Bâtiment 12. Entrée 43 vue du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 122. Bâtiment 12. Entrée 43 vue du sud (cliché Br. Chevaux).

107Le mur 74 (2,18 x 0,55 x 0,25 m) forme un retour à angle droit s’appuyant contre le mur 65. Les deux assises conservées sont composées de deux parements de moellons de molasse, de module variable, et d’un blocage central. L’ensemble, lié par un limon brun, présente un appareillage irrégulier. La maçonnerie est implantée dans les niveaux de sols antérieurs de la pièce 42 au moyen d’une tranchée de fondation à profil irrégulier (0,40 x 0,30 m). Le mur 67 se développe parallèlement au mur 74 (2 x 0,41 x 0,20 m). Construit selon la même technique, il présente un appareillage régulier conservé sur deux assises.

108Un dallage usé en surface (193 ; 1,74 x 0,56 x 0,10 m) est aménagé devant la voie et permet d’accéder au vestibule après une marche formant un seuil à vantail mobile (191). Celui-ci est composé de deux fragments de seuils (0,62 x 0,47 x 0,20 m et 0,60 x 0,35 x 0,18 m) réemployés pour en former un nouveau.

11.3- La pièce 44

109La pièce 44 est située au nord-est du bâtiment. Son plan incomplet est délimité par les murs 72, 90 et 92. Le mur 72 (5 x 0,50 x 0,36 m), qui sépare les pièces 42 et 44, s’inscrit dans le prolongement nord du mur 67. Son tracé diffère sensiblement de ce dernier dans le sens où l’on observe un net fléchissement vers l’ouest. Il est composé d’un double parement de moellons de molasse équarris, de module variable, associé à un blocage central de cailloux. L’ensemble est conservé sur deux assises irrégulières. Un seuil sans feuillure à vantail mobile (73 ; 0,85 x 0,54 x 0,18 m) est installé directement au nord de ce mur, autorisant le passage entre les pièces 42 et 44. Le mur 92 se développe au nord du seuil (2,38 x 0,52 x 0,50 m). Conservé sur deux assises, il présente les mêmes principes de construction que les autres maçonneries du bâtiment et se termine, au sud, par un bloc formant un piédroit (0,50 x 0,40 x 0,50 m). Le mur de refend 90 (0,84 x 0,77 x 0,10 m) s’appuie sur le parement oriental du mur 72. Il limite la pièce au sud. Seuls quelques moellons de molasse sont conservés. La présence d’un foyer à sole de tegula encadrée de moellons disposés de chant (91 ; 0,40 x 0,30 x 0,05 m), aménagé contre le mur 72, suggère que la pièce a pu avoir une fonction domestique.

11.4- La pièce 45

110Les murs 67, 72, 89 et 90 permettent d’identifier les limites de la pièce 45, presque entièrement arasée. Ainsi, le mur 89 (0,70 x 0,30 x 0,10 m) n’est plus représenté que par quelques moellons.

12- Bâtiment 13

111(Brice Chevaux)

112Le bâtiment 13 (fig. 123-124) est situé au sud de la voie 230. À l’origine doté d’une seule pièce (46), il est par la suite recoupé en deux, donnant naissance à deux pièces allongées mitoyennes de dimensions inégales (47 et 48). Deux épais niveaux de démolition marquent leur abandon.

Fig. 123. Bâtiment 13 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 123. Bâtiment 13 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 124. Bâtiment 13. Pièce 46 vue de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 124. Bâtiment 13. Pièce 46 vue de l’ouest (cliché Br. Chevaux).

12.1- La pièce 46

113La pièce 46 appartient à l’occupation primitive du bâtiment. De plan quadrangulaire (7 x 4,5 m, soit 31,5 m²), elle est délimitée par les murs 62, 63, 140 ainsi que par un front de taille (276) ménagé dans le substrat meuble. Un niveau de sol induré, constitué d’une fine couche de substrat remanié et surmonté par sept fines couches argileuses, illustre sa première phase d’occupation.

114Le mur 62 (3 x 0,43 x 0,10 m), de direction sud-ouest / nord-est, marque la limite sud du bâtiment. Il s’agit d’une construction fruste de moellons de molasse grossièrement équarris, conservée sur une assise. Le mur 63 (3,20 x 0,53 m x 0,11 m), conservé sur deux assises, se développe perpendiculairement à l’ouest. Il s’appuie sur le parement interne du mur 62 et adopte une facture similaire. Le mur 140 (5,50 x 1 x 0,45 m) ferme la pièce au nord, le long de la voie 230. Il se distingue nettement par la mise en œuvre de trois blocs de molasse bruts, de gros module, associés à un blocage de petits moellons grossièrement taillés. L’ensemble est lié par un limon brun. Une paroi linéaire verticale (276 ; 5,30 x 0,40 m), creusée dans le substrat incliné pour créer un sol plan, indique l’emplacement d’un dernier mur non conservé, à l’est.

12.2- Les pièces 47 et 48

115Dans un second temps, la mise en place d’une cloison (141 ; 2,30 x 0,59 m), de direction nord-est / sud-ouest, conservée sur une assise, partage le bâtiment en deux pièces adjacentes allongées de superficies inégales (espace 47 : 6,90 x 1,50 m, soit 10,35 m² ; espace 48 : 6,85 x 2,40 m, soit 16,44 m²). Cette maçonnerie est dotée de deux parements de moellons de molasse équarris, de module régulier, liés par un limon brun.

13- Bâtiment 14

116(Brice Chevaux)

117Situé dans la partie nord-ouest du chantier de fouille, le bâtiment 14 (fig. 125) est un aménagement difficile à interpréter, mais nettement caractérisé par quatre trous de poteaux circulaires, à parois concaves et fond plat, creusés dans le substrat rocheux (132, 133, 134 et 135). Ces excavations, peu profondes (0,06 m), forment un plan carré de 4 m² (2 x 2 m). Leur diamètre varie de 0,26 m, pour trois d’entre elles, à 0,55 m pour le trou de poteau 134. Placé à proximité de la structure hydraulique 211, il n’est pas certain que cet aménagement soit en lien avec elle.

Fig. 125. Bâtiment 14 vu du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 125. Bâtiment 14 vu du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).

14- Bâtiment 15

118(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

119Le bâtiment 15 (17 x 12 m ; fig. 126-127) est situé dans le quart sud-ouest de la zone de fouille. Il est constitué de deux espaces attenants, une pièce donnant sur un espace de circulation (51) et un hangar (52).

Fig. 126. Bâtiment 15 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 126. Bâtiment 15 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 127. Bâtiment 15 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 127. Bâtiment 15 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).

14.1- La pièce 51

120La pièce 51 (fig. 128), d’une superficie de 20 m² environ (5,66 x 3,59 m), est placée du côté ouest du bâtiment. Elle est délimitée par les murs 3023, 3024 et 3025. Aucun n’est conservé au sud, du côté de l’espace de circulation.

Fig. 128. Bâtiment 15. Pièce 51 vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 128. Bâtiment 15. Pièce 51 vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).

121Le mur 3023 (3,70 x 0,50 x 0,60 m), de direction nord-est / sud-ouest, s’appuie sur le parement interne du mur 3024. Conservé sur trois assises, il est composé d’un double parement de moellons de molasse liés par un limon brun. Le mur 3025 (4,76 x 0,47 x 0,84 m), à l’ouest, est lié au mur 3023 avec lequel il partage la même architecture.

14.2- Le hangar 52

122Le hangar 52 constitue, par son architecture, un type d’espace unique sur le site. De plan rectangulaire, de direction nord-ouest / sud-est, il occupe une superficie de 117 m² (16,1 x 7,2 m). Les murs 3024, 3027 et 3099 définissent son périmètre tandis que son côté oriental est restitué. À l’intérieur, trois bases de piliers devaient supporter la charpente. L’ensemble est recouvert par un épais niveau de sédimentation dans lequel aucun sol n’a pu être clairement identifié.

123Le mur 3024 (3,87 x 0,55 x 0,87 m), contre lequel s’appuie la pièce 51, est bâti du côté ouest du hangar. Il est constitué d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, associé à un fourrage central de petits cailloux. Le mur 3099 (4,7 x 0,52 x 0,78 m) marque la limite nord. Seule une portion de la maçonnerie est préservée. Elle présente les mêmes caractéristiques architecturales que le mur précédent. Le mur 3027 (3,50 x 0,50 x 0,50 m), conservé sur deux assises, est placé au sud. Il se distingue par un alignement de moellons en molasse de grande taille, liés par un limon brun.

124Trois dés de pierre de dimensions inégales (3022 : 1,29 x 0,93 x 0,74 m ; 3059 : 1,53 x 1,48 x 0,40 m ; 3114 : 1,37 x 1,26 x 0,31 m) sont alignés dans l’axe du hangar. Ces piles sont constituées d’une ceinture de moellons, de module variable, associée à un comblement central de petits éclats de molasse. L’ensemble, implanté dans des tranchées de fondation perforant des niveaux d’occupation antérieurs, est lié par un limon brun et offre une assise stable destinée à recevoir des piliers en bois pour le soutien de la charpente.

15- Bâtiment 16

(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

125Le bâtiment 16 (fig. 129-130) jouxte à l’est le bâtiment 15. Bien que le plan en soit incomplet, on devine un agencement de six pièces (53 à 58), réparties le long d’un axe nord-ouest / sud-est, occupant une surface d’environ 17 x 10,5 m. La circulation entre les espaces reste incertaine. Tout au plus peut-on observer un seuil donnant sur une courette pourvue d’un puits depuis la pièce 54. Plusieurs niveaux de démolition superposés marquent l’abandon du bâtiment.

Fig. 129. Bâtiment 16 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 129. Bâtiment 16 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 130. Bâtiment 16 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 130. Bâtiment 16 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

15.1- La pièce 53

126La pièce 53 (fig. 131), d’une superficie minimale de 12,8 m² (4,46 x 2,86 m), est située au nord-est du bâtiment. Aucun élément maçonné ne subsiste. Seules les parois (3021 et 3153 ; prof. : 0,10 m) de l’excavation pratiquée dans le substrat meuble pour aplanir le sol, visibles sur trois côtés, permettent de restituer un plan quadrangulaire. Un unique niveau d’occupation, stérile en mobilier, recouvert d’un niveau de démolition, a été repéré.

Fig. 131. Bâtiment 16. Pièce 53 taillée dans le substrat limoneux, vue du sud [au centre, coupe stratigraphique] (cliché Fr. Marty).

Fig. 131. Bâtiment 16. Pièce 53 taillée dans le substrat limoneux, vue du sud [au centre, coupe stratigraphique] (cliché Fr. Marty).

15.2- La pièce 54

127La pièce 54 est localisée du côté ouest de l’axe du bâtiment. De plan rectangulaire (4,03 x 2,72 m, soit 11 m²), elle est délimitée par les murs 3016, 3018 et 3060 ainsi que par le prolongement du mur 3148.

128Le mur 3016 (2,13 x 0,47 x 0,10 m), de direction nord-ouest / sud-est, est placé à l’ouest. Il est très endommagé et n’est plus représenté que par un alignement de quelques moellons de module moyen. À son extrémité nord, se trouve un seuil à pas étroit et vantail mobile (3017 ; 1 x 0,26 x 0,21 m) qui permet d’accéder à une courette. Le mur 3060 (0,72 x 0,57 x 0, 17 m) est largement perturbé. Il ferme la pièce au nord. Conservé sur deux assises, il est composé d’un double parement de moellons de molasse liés par un limon brun.

129Un foyer lenticulaire (3073 ; 0,75 x 0,50 m) prend place sur le côté est de la pièce. Il est surmonté d’une succession de fins niveaux de sols, dont le plus récent est constitué d’un mortier de chaux très dégradé. Un puits circulaire (3082 ; diam. : 0,53 m), creusé dans le substrat, est installé à l’extérieur de la pièce, dans une courette. Il est coiffé d’une margelle monolithe en molasse (1,32 x 0,74 x 0,22 m) à moitié détruite par les travaux de construction des années 1960. L’intérieur est comblé par des matériaux provenant des constructions alentour.

15.3- La pièce 55

130La pièce 55, d’une surface de 13 m² (4,06 x 3,22 m), est située au sud de la précédente. Elle est délimitée par les murs 3014, 3076, 3094 et 3148.

131Visible sur trois assises, le mur 3094 (3,06 x 0,52 x 0,33 m), de direction nord-ouest / sud-est, est le seul conservé sur toute sa longueur, fixant clairement le côté ouest de la pièce. Il est composé d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, associé à un fourrage central de petits cailloux, liés par un limon brun. Au nord, le mur 3148 (0,70 x 0,80 m), dont ne restent que quelques moellons, s’appuie sur le parement interne du mur 3094. Au sud, le mur 3076 (1,54 x 0,57 x 0,15 m) repose aussi contre le parement interne du mur 3094. Il présente les mêmes principes architecturaux que ce dernier.

15.4- La pièce 56

132La pièce 56 constitue le plus vaste espace du bâtiment. En effet, son plan restitué atteint 28,8 m² (7 x 4,12 m). Les murs 3014, 3018, 3106 et 3142, ainsi qu’une banquette en relief taillée dans le substrat meuble (3153) séparant les pièces 53 et 56 et sur laquelle devait prendre place un autre mur, en délimitent les contours. Une probable base d’escalier permet de restituer une ouverture sur le côté est.

133Le mur 3014 (3,37 x 0,51 x 0,20 m) sépare les pièces 56 et 55. Il est constitué d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, associé à un blocage central de petits éclats de pierre comme en témoignent les deux assises conservées. Au nord, le mur 3018 (3 x 0,46 x 0,20 m) s’inscrit dans son prolongement. Il est constitué principalement d’un alignement de moellons de molasse équarris, de gros module, liés par un limon. Des traces d’enduit de chaux ont été observées sur le parement ouest, en relation avec la pièce 54. Le mur 3106 (2,85 x 0,52 x 0,26 m), clôture la pièce à l’est. Il est composé de deux parements de moellons de molasse, de module variable, associés à un blocage central de petits éclats de pierre, le tout lié par un sédiment de texture limoneuse. Le mur 3142 (0,62 x 0,48 x 0,10 m), qui reçoit l’appui du mur 3014, est de même facture que ce dernier.

134Une banquette empierrée de forme rectangulaire (3107 ; 2,48 x 1,17 x 0,26 m) est aménagée dans l’angle nord-est de la pièce. Elle comporte notamment une grande dalle de pierre (1,10 x 0,51 x 0,18 m) sur son côté sud. Il s’agit, semble-t-il, d’une base d’escalier permettant d’accéder à l’extérieur où le niveau du sol est plus élevé (cf. deuxième partie, chapitre 2, III, 4).

135Trois foyers lenticulaires (3019 : 0,60 x 0,46 m ; 3143 : 0,52 x 0,50 m ; 3144 : 0,40 x 0,29 m) sont alignés le long du côté nord de la pièce. Un niveau de fonctionnement cendreux leur est associé, recouvert par plusieurs niveaux d’occupation superposés.

15.5- La pièce 57

136La pièce 57, de direction nord-est / sud-ouest, est située au sud du bâtiment. Bien que son côté est soit détruit, on peut lui restituer une dimension minimale de 3,80 x 1,53 m (5,80 m²) donnée par les murs 3105 et 3142. Le mur 3105 (2,92 x 0,42 x 0,29 m), qui sépare les pièces 57 et 58, s’inscrit parallèlement au mur 3142. Il est composé d’un double parement de moellons de molasse associé à un blocage central de petits cailloux. L’ensemble, conservé sur deux assises, est lié par un limon brun.

15.6- La pièce 58

137La pièce 58, délimitée par les murs 3010 et 3105, est mitoyenne au sud de la pièce 57. Ces deux pièces, bien qu’incomplètes, présentent des dimensions et des directions comparables. Le mur 3010 (3,48 x 0,44 x 0,09 m), conservé sur trois assises, est parallèle au mur 3105, construit selon la même technique.

16- Bâtiment 17

(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

138Le bâtiment 17 (fig. 132-133) est situé dans l’angle sud-ouest de l’emprise de fouille. De plan rectangulaire, de direction nord-est / sud-ouest (17,70 x 8,05 m), il est composé de trois pièces (59, 60, 61) réparties de part et d’autre d’un axe longitudinal, assez mal conservées au point que la circulation entre ces dernières demeure inconnue. Toutefois, immédiatement au nord, un espace ouvert devait en permettre l’accès. Le bâtiment a donc été globalement observé en fondation, les sols de fonctionnement étant généralement absents.

Fig. 132. Bâtiment 17 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 132. Bâtiment 17 (DAO N. Gonzalez).

Fig. 133. Bâtiment 17 vu de l’ouest (cliché S. Ledrole).

Fig. 133. Bâtiment 17 vu de l’ouest (cliché S. Ledrole).

16.1- La pièce 59

139La pièce 59, d’une superficie de 14 m² (3,45 x 4,15 m), s’inscrit dans l’angle nord-ouest du bâtiment. Elle est délimitée par les murs 3034, 3038 et 3084. Le mur nord a disparu, à moins que la pièce n’ait été directement ouverte sur l’extérieur.

140Le mur 3034 (3,18 x 0,52 x 0,20 m), de direction nord-ouest / sud-est, marque la limite ouest du bâtiment. Conservé sur deux assises, il est constitué d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, associé à un fourrage central de petits éclats de pierre. Son extrémité nord est terminée par une grande dalle posée à plat (0,66 x 0,38 x 0,20 m). Le mur 3084 (1 x 0,40 x 0,20 m), parallèle à ce dernier, est construit selon le même principe, de même que le mur 3038 (3 x 0,46 x 0,04), perpendiculaire.

16.2- La pièce 60

141La pièce 60 est mitoyenne, à l’est, de la pièce 59. Très allongée (12,70 x 3,15 m, soit 40 m²) si l’on en croit les relevés actuels, elle était peut-être cloisonnée à l’origine. Mais les fondations d’un gymnase et le passage d’un égout, dans les années 1960, ont largement perturbé ce secteur. L’espace pris en compte est donc délimité par les murs 3006-3041, 3037-3008-3057, 3063 et 3084.

142Le mur nord est composé de trois portions (3008 : 1,57 x 0,62 x 0,27 m ; 3037 : 3,50 x 0,36 x 0,02 m ; 3057 : 1,04 x 0,52 x 0,05 m). Conservé sur trois assises au maximum, il présente un double parement de moellons de molasse de module variable. Le mur sud, parallèle au premier, comprend deux portions (3006 : 7,06 x 0,45 x 0,30 m ; 3041 : 1,9 x 0,50 x 0,09 m). La première, à l’est, comporte plusieurs moellons de gros module alignés, implantés dans une tranchée de fondation. Le mur 3063 (6,05 x 0,44 x 0,20 m), à double parement de moellons de molasse, clôture la pièce à l’est.

16.3- La pièce 61

143La pièce 61 jouxte, au sud, la pièce 60. Elle s’étend sur toute la longueur du bâtiment. Si l’on exclut la présence éventuelle de cloisons non conservées, elle constitue la pièce la plus grande avec une superficie de près de 57 m² (20,30 x 2,80 m) délimitée par les murs 3003, 3005 et 3006-3041-3038 ainsi que par les tranchées de récupération 3090 et 3103 dont l’étendue vers l’ouest n’est pas connue.

144Le mur 3005 (4,04 x 0,5 x 0,20 m), que l’on peut prolonger à l’ouest par les tranchées de récupération, limite la pièce au sud. Ses deux parements de moellons sont largement endommagés par des perturbations récentes. Le mur 3003 (3,81 x 0,56 x 0,08 m), conservé sur quatre assises, s’inscrit dans le prolongement sud du mur 3063, du côté est. Il est constitué d’un double parement de moellons de molasse, de module variable, associé à un blocage central de petits cailloux, le tout lié par un limon brun. À son extrémité sud, on peut observer l’amorce d’un retour à angle droit vers l’est (3096).

17- Autres espaces bâtis

(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

145Certains murs et espaces sont insuffisamment conservés ou déconnectés des bâtiments les mieux caractérisés. Ils devaient, à l’origine, faire partie d’ensembles architecturaux plus vastes que ne le laissent entrevoir les vestiges qui nous sont parvenus. Néanmoins, nous les présentons dans la mesure où ils témoignent de l’extension du bâti, bien plus dense à l’époque qu’il n’apparaît sur le plan général de la fouille.

17.1- Extrémité nord de la fouille

(Brice Chevaux)

146À l’extrémité nord de la fouille (fig. 134), plusieurs lambeaux de constructions, souvent difficiles à articuler entre eux du point de vue spatial et chronologique, rendent compte d’une succession de transformations apparues au cours du Haut-Empire. Ils sont présentés, autant que possible, dans leur ordre chronologique.

Fig. 134. Espaces 20, 21, 22, 23 et 24 dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 134. Espaces 20, 21, 22, 23 et 24 dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

147Stratigraphiquement, le vestige le plus ancien, rattaché à la phase B, est un espace probablement domestique (21) dont on ne connaît qu’un fragment de mur de direction nord / sud, composé d’un parement de quatre moellons de molasse de module régulier (16 ; 1,17 x 0,20 m). Un foyer à sole d’argile (286) repéré en coupe, installé dans une fosse creusée dans le substrat limoneux et destinée à recevoir un radier de galets surmontés d’un lit de coquilles de moules, lui est associé. Six niveaux de sol superposés, associés à des foyers lenticulaires, se développent au dessus de la structure.

148Au sud-ouest de l’espace 21, le mur 12 (3,30 x 0,51 x 0,30 m ; fig. 135) représente l’unique témoin d’une construction aménagée sur une terrasse légèrement en contrebas. De direction sud-ouest / nord-est, il est constitué de deux parements de moellons de molasse, de module variable, associés à un blocage central de petits cailloux. L’ensemble, lié par un limon brun, est conservé sur trois assises. La maçonnerie est installée dans une tranchée de fondation à parois évasées et fond plat, creusée dans le substrat limoneux (L : 2,24 m).

Fig. 135. Espaces 23-24 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 135. Espaces 23-24 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

149Trois espaces sont ensuite attribués à la phase C (20, 22 et 24). Tout au nord, une pièce (fig. 136), placée au-dessus des vestiges de l’espace 21, est caractérisée par un mur (46) dont on devine le retour, associé à un foyer d’angle (69). Le mur 46 (3,20 x 0,65 x 0,85 m), de direction nord/sud, est composé de deux parements de moellons de molasse de module variable, liés par un limon brun. Un bloc rectangulaire parfaitement taillé (0,45 x 0,45 x 0,85 m) fait certainement office de piédroit pour une ouverture murée dont le seuil n’a pas été atteint, donnant très vraisemblablement sur le prolongement de la voie 163. Au sud du mur, un retour à angle droit vers l’ouest est matérialisé par une tranchée d’épierrement. C’est dans cet angle que prend place un foyer (69 ; diam. : 0,63 ; prof. : 0,34 m), constitué d’un fond d’amphore Dressel 20 disposé dans une fosse.

Fig. 136. Angle sud-est de la pièce 20. Foyer 69 près du mur 46 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 136. Angle sud-est de la pièce 20. Foyer 69 près du mur 46 (cliché Br. Chevaux).

150Au sud et au contact du mur 12, les murs 13 et 60 forment un angle matérialisant l’espace 24. De direction nord-est / sud-ouest, le mur 60 (1,79 x 0,63 x 0,12 m), conservé sur une assise, est composé de deux parements de moellons de molasse, de module variable, et d’un blocage interne de petits cailloux. Il est aménagé dans une tranchée de fondation à parois verticales (prof. : 0,25 m) recoupant un niveau de sol associé au mur 12. Le mur 13 (1,33 x 0,34 x 0,28 m), lié au mur 60, est beaucoup plus érodé. Un lambeau de niveau de sol le long du parement interne du mur 60 et une sole de foyer en argile très dégradée (300 ; 0,60 x 0,60 x 0,03 m) illustrent l’occupation de cet espace. Un enchevêtrement de niveaux de démolition les recouvre.

151Au sud de l’espace 20, un autre espace (22), de même direction, est matérialisé par deux extrémités de murs comportant de gros moellons et formant un angle (292 et 293), associés à un remblai de préparation de sol constitué de fragments de coquilles d’huîtres fossilisées. Ce remblai est surmonté d’un niveau de sol limoneux.

152Enfin, un dernier espace (23 ; fig. 137), stratigraphiquement postérieur à l’espace 24 et par conséquent rattaché à la phase D, est visible immédiatement au nord du mur 12. Là encore, nous avons affaire à un angle de construction (murs 11 et 43). Le mur 11 (3 x 0,58 x 0,30 m), de direction nord-est / sud-ouest, est composé de deux parements de moellons, de module régulier, et d’un blocage central de petits cailloux liés par un limon brun. Conservé sur trois assises, ce mur est installé dans une tranchée de fondation, creusée dans le substrat limoneux (1,19 x 0,95 x 0,25 m). Le mur 43 (0,78 x 0,55 x 0,14 m), chaîné au précédent, présente les mêmes principes de construction.

Fig. 137. Espace 23. Murs 43 et 11 vus du nord-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 137. Espace 23. Murs 43 et 11 vus du nord-est (cliché Br. Chevaux).

17.2- Partie centrale de la fouille

(Brice Chevaux)

153Six murs isolés, parfois associés à des niveaux de sol, sont reconnus dans la partie centrale du chantier de fouille.

154Le mur 101 (0,96 x 0,60 m), situé à l’est de la voie 163, face au bâtiment 11, est une petite portion de maçonnerie, de direction nord / sud, dont ne subsiste qu’une première assise de fondation formée de moellons de molasse de module régulier. Plutôt qu’un mur de bordure de voie, il pourrait s’agir, dans ce secteur très arasé, des vestiges d’un bâtiment de la phase B.

155Un peu plus au nord, sous le bâtiment 10, trois murs, dont on ne sait s’ils font partie du même ensemble, appartiennent à la phase C. De direction nord-ouest / sud-est tout comme le bâtiment postérieur, le mur 241 (3,20 x 0,60 x 0,40 m), conservé sur deux assises, présente un appareillage irrégulier de moellons de molasse, de module variable, associés à un blocage interne de petits cailloux et liés par un limon brun. Quatre niveaux de sols superposés ont été identifiés en relation avec ce mur. Au nord, deux murs perpendiculaires entre eux (256 et 268) ont été reconnus en coupe. Leur tracé reste incertain. Installés dans des tranchées de fondations à parois verticales et fond plat, creusées dans des remblais condamnant une portion de la voie 163, ils sont constitués de trois assises (H : 0,40 m) de moellons de molasse, de module variable, liés par un limon brun.

156En phase D, au-dessus de la structure hydraulique 211, sur un niveau de remblai qui la scelle, vient s’implanter un mur (51 ; 3,55 x 0,56 x 0,37 m) de direction est / ouest. Son extrémité est prend place dans un creusement semi-circulaire (1,83 x 0,94 x 0,25 m) entaillant le substrat rocheux afin d’asseoir la première assise. Ce mur présente un appareillage régulier composé de deux parements de moellons de molasse, de module variable, et d’un blocage central de petits cailloux comme en témoignent les deux assises conservées. Son extrémité ouest est dotée d’un gros bloc de pierre équarris (0,62 x 0,32 x 0,30 m). Un niveau de sol limono-sableux est en contact avec son parement nord.

157Enfin, le mur antique le plus récent du site (103 ; 3,42 x 0,48 x 0,40 m), aménagé à l’ouest du bâtiment 10 sur ses niveaux de démolition, barre perpendiculairement le tracé de la voie 163, désormais condamnée. Ce mur est composé de deux parements de moellons de molasse grossièrement taillés et équarris, de dimensions variables, et d’un blocage interne de petits cailloux. Cette maçonnerie, conservée sur deux assises, liée par un limon brun, présente un appareillage irrégulier qui ne la distingue pas des autres constructions.

17.3- Partie sud-ouest de la fouille

(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

158Dans la partie sud-ouest du chantier de fouille, plusieurs portions de murs antérieurs à la mise en place du hangar 52 doivent être rattachées à la phase B, la moins bien documentée du point de vue architectural. En partant du nord, le mur 3091 (6,60 x 0,50 x 0,21 m), de direction est / ouest, s’apparente à un mur de terrasse. Son parement, côté nord, est constitué d’un alignement de blocs de molasse. À l’arrière, le blocage est composé de petits éclats de pierre mêlés à une matrice limoneuse. Les quatre autres murs repérés sous le hangar appartiennent peut-être, pour certains, au même ensemble, mais les liaisons stratigraphiques sont inexistantes. Ainsi, le mur 3029 (1,40 x 0,72 x 0,20 m), de direction nord-ouest / sud-est, conservé sur une assise, est constitué d’un double parement de moellons de molasse liés par un limon brun. Dans son prolongement sud, le mur 3079 (1,04 x 0,58 x 0,13 m) n’a conservé que quelques moellons. Le mur 3149 (0,80 x 0,32 m), séparé du précédent par un mur plus récent, semble offrir un retour à angle droit vers l’est, suggéré par deux moellons. Parallèlement, à quelques mètres au nord de cet ensemble, quelques moellons attestent la présence du mur 3131 (0,97 x 0,58 x 0,35 m), de direction est / ouest.

159Enfin, une portion de mur mise en place lors de la phase D (3036 ; 1,80 x 0,78 x 0,20 m), se situe perpendiculairement au nord du mur 3037 du bâtiment 17. De direction nord / sud, ce mur, conservé sur une assise, présente un double parement de moellons de molasse. Il ne peut être mis en relation avec aucune autre structure.

17.4- Partie sud-est de la fouille

(Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

160Lors de la phase B, une construction est bâtie sur une portion délaissée de la voie 2192, à peine recouverte de sédiment limoneux. Il n’en reste qu’un mur de direction nord-ouest / sud-est (2178 ; 4,61 x 0,44 x 0,24 m), a priori complet puisque borné par deux gros blocs à chaque extrémité (0,50 x 0,44 x 0,23 m et 0,61 x 0,47 x 0,20 m). Conservé sur une assise, il est constitué d’un double parement de moellons de molasse liés par un sédiment limoneux. La pièce se développait à l’est, mais la construction du mur de clôture du jardin 15 (2020) et le passage de la voie 2192, déportée vers l’est, en ont effacé les traces dès l’Antiquité. Contre le parement est, ont pu être observés des niveaux charbonneux contenant des scories de fer qui trahissent une activité artisanale.

161De l’autre côté de la voie, un peu plus au nord-est, deux pièces (18 et 19), établies lors de la phase C, ont pu être identifiées grâce à l’observation de niveaux de sols superposés et à la répartition des moellons issus de l’effondrement des élévations, mais aucune structure bâtie n’a été retrouvée en place. L’espace le plus au nord (18), mesure environ 21 m². Dans l’amoncellement de moellons provenant de sa démolition, ont été retrouvés de nombreux fragments de mola asinaria en basalte d’Orvieto tandis que sur le dernier sol d’utilisation de la pièce, se trouvait un foyer lenticulaire (2063 ; 0,68 x 0,64 m). La pièce 19 paraît plus petite (12 m²). Trois niveaux de sols y ont été identifiés. Le plus récent contenait les restes d’un foyer démantelé à sole de briques (2176) et une concentration de noyaux d’olives carbonisés. L’ensemble est recouvert d’un niveau de démolition.

III- Synthèse architecturale

1- Dimension des bâtiments

(Frédéric Marty)

  • 4 Bats 2006, 150-152.

162La dimension des pièces principales est comparativement assez inégale et dépend probablement en partie de leur destination. La plupart sont d’ailleurs incomplètes, ce qui oblige à des extrapolations. Néanmoins, six pièces suffisamment bien conservées permettent d’obtenir un ordre de grandeur. Les plus petites varient de 10,6 à 12,8 m² (bât. 5 espace 25 : 10,6 m² ; bât. 5 espace 26 : 11 m² ; bât. 7 espace 32 : 12,8 m²) tandis que les plus spacieuses dépassent 21 m² jusqu’à atteindre 31 m² (bât. 6 espace 28 : 21 m² ; bât. 1 espace 2 : 25,2 m² ; bât. 11 espace 38 : 31 m²). Ces pièces sont approximativement rectangulaires sauf celle du bâtiment 7 dont le mur est (252) forme un angle à 73° avec le mur nord (254) pour s’aligner parallèlement à la voie 163. Parmi tous les bâtiments, le n°15 se distingue particulièrement des autres en ce qu’il comporte un hangar de 117 m² (52) dont la charpente est soutenue par des poteaux que laissent deviner trois dés maçonnés, régulièrement espacés le long de l’axe longitudinal de l’espace. Si la forme rectangulaire allongée et la présence de piliers centraux ne laissent aucun doute quant à la fonction d’entrepôt de ce bâtiment, il ressort des comparaisons avec des constructions de plan similaire (Olbia, Lattes, Loupian, Béziers, Donzère, Perpignan, Toulon, Aix-en-Provence, Rezé, Lyon) que nous avons affaire à un hangar de taille modeste, tous dépassant 153 m², le plus vaste pouvant atteindre 1005 m². Seul un petit entrepôt de la rue des Farges, à Lyon, de seulement 90 m², entre dans la même catégorie4. On ignore ce qui a pu être stocké dans ce hangar, les sols s’étant révélés pauvres en mobilier. Soit il s’agit de produits périssables (laine, foin, bois...), soit le bâtiment a été vidé juste avant son abandon. La pièce attenante (51) servait-elle de boutique ? Le bâtiment 16, situé à l’est, abritait peut-être le logement du propriétaire, le découpage de l’habitat laissant supposer la nature privée de cet entrepôt. D’autres pièces ont pu avoir une fonction de hangar sur le site. C’est le cas de l’espace 31 (bâtiment 7) ouvert par un large seuil (36 : 2,15 m), lieu d’aboutissement de la voie 240. Une fonction de stockage peut aussi être évoquée pour le bâtiment 8 doté, sur son petit côté, d’un grand seuil (262 : 2,68 m) situé dans l’axe de la voie 163.

2- Les murs

(Frédéric Marty)

  • 5 Ce secteur, hors emprise de la future construction, n’a pas été fouillé jusqu’au substrat.
  • 6 Chausserie-Laprée 2005, 149.

163Les techniques architecturales sont relativement simples. La pierre employée provient systématiquement des affleurements locaux de molasse vindobonienne et burdigalienne. Les murs sont bâtis dans des tranchées de fondation peu profondes, ou directement sur le substrat préalablement aplani, ou sur des banquettes en relief résultant de la taille du substrat limoneux (fig. 138) ou encore à l’aplomb d’une paroi verticale, taillée à l’escoude dans le rocher. Dans quelques cas, la première assise de fondation est en grande partie constituée de dalles grossièrement équarries, alignées sur un rang. Ceci est nettement visible dans les bâtiments 1 (2003 et 2076) et 17 (3006). Une seule fois, lors de la phase D, on observe la mise en place d’un hérisson de fondation (bât. 10, mur 104 ; fig. 139), sans doute destiné à isoler la maçonnerie le long de la voie 163. La partie basse des murs est constituée de moellons, grossièrement équarris, de module variable, agencés selon la technique du double parement lié à la terre, à blocage interne. Leur appareillage est plus ou moins régulier. Le mortier de chaux, pourtant apparu dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. en Narbonnaise et d’un emploi courant dans la seconde moitié du siècle, n’est jamais employé comme liant au Castellan. Dans de nombreux exemples, les angles des constructions sont pourvus de grandes pierres soigneusement équarries qui fournissent un indice quant à la longueur d’un mur lorsque le retour n’est pas conservé. Un grand bloc parallélépipédique, disposé en carreau dressé dans le mur 46 de l’espace 20, constitue peut-être un raidisseur, atypique sur le site (fig. 140). Pour autant, la fouille n’ayant pas atteint la base de ce mur5, il est aussi possible d’y voir l’encadrement d’une ouverture bouchée par la suite avec des moellons, dont le seuil reste enfoui sous les sédiments. Une porte de ce côté-ci du bâtiment s’accorderait d’ailleurs avec l’existence supposée d’un axe de circulation, non atteint pas la fouille, dans le prolongement de la voie 163. Deux murs sont pourvus chacun d’une chantepleure (bât. 7 mur 20 : 0,20 x 0,15 m ; bât. 1 mur 2210 : 0,17 x 0,12 m), constituée de deux dalles verticales surmontées d’une dalle horizontale, dont on suppose qu’ils devaient servir à évacuer de l’eau (fig. 141-142). Dans celui du bâtiment 1, donnant sur la voie 2192, a été découverte une coupelle complète Hayes 3C en sigillée africaine claire A qui n’éclaire pas davantage sur la fonction d’un tel vide dans la maçonnerie. L’emploi de la terre crue n’a pas été clairement mis en évidence. Il convient toutefois de souligner l’observation, en coupe, de cinq adobes visiblement tombés vers l’extérieur du mur 155 du bâtiment 11 (fig. 143-144). Ce maigre indice pourrait témoigner de l’existence d’élévations en terre crue sur solin de pierre, technique largement employée durant la Protohistoire, dans la région, depuis la fondation de Marseille, et laissant des traces le plus souvent très ténues en fouille. Dans une maison du IIe s. apr. J.-C. de l’agglomération de Tholon, à Martigues, un fragment de cloison en adobes liés au mortier de chaux, recouverte d’un enduit, donne un exemple significatif de cette technique architecturale à l’époque romaine dans la région proche6. Enfin, on mentionnera un effet de paroi très net, matérialisé par un alignement de pierres de 9,98 m de long (2064), dessinant un arc de cercle contre la partie sud du mur de clôture 2020 de la zone de jardin (fig. 145). La recherche de trous de poteaux s’est révélée infructueuse, mais il est vraisemblable que cette trace fugace signale l’existence d’une petite construction en matériaux périssables (bâtiment 3) ou d’un petit enclos d’environ 15 m² appuyé contre le mur 2020, après sa reconstruction dans la phase D.

Fig. 138. Bâtiment 16, pièces 53 et 56. Base du mur 3020 taillée dans le substrat limoneux, vue de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 138. Bâtiment 16, pièces 53 et 56. Base du mur 3020 taillée dans le substrat limoneux, vue de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 139. Bâtiment 10, pièce 36. Parement ouest du mur 104 (cliché Fr. Marty).

Fig. 139. Bâtiment 10, pièce 36. Parement ouest du mur 104 (cliché Fr. Marty).

Fig. 140. Pièce 20. Parement est du mur 46. Le bloc vertical délimite peut-être le piédroit gauche d’une ouverture murée (cliché Fr. Marty).

Fig. 140. Pièce 20. Parement est du mur 46. Le bloc vertical délimite peut-être le piédroit gauche d’une ouverture murée (cliché Fr. Marty).

Fig. 141. Bâtiment 6, hangar 31. Chantepleure dans le parement est du mur 20 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 141. Bâtiment 6, hangar 31. Chantepleure dans le parement est du mur 20 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 142. Bâtiment 1, pièce 2. Parement ouest du mur 2002 avec ouverture murée et chantepleure (cliché Fr. Marty).

Fig. 142. Bâtiment 1, pièce 2. Parement ouest du mur 2002 avec ouverture murée et chantepleure (cliché Fr. Marty).

Fig. 143. Bâtiment 11. Adobes effondrés à l’extérieur de la pièce 38 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 143. Bâtiment 11. Adobes effondrés à l’extérieur de la pièce 38 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 144. Bâtiment 11. Coupe stratigraphique au nord de la pièce 38 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 144. Bâtiment 11. Coupe stratigraphique au nord de la pièce 38 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 145. Bâtiment 3, le long du mur de clôture 2020 [à gauche], vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 145. Bâtiment 3, le long du mur de clôture 2020 [à gauche], vu du nord (cliché Fr. Marty).

3- Les seuils

(Frédéric Marty, Brice Chevaux)

164Les seuils se répartissent en cinq catégories (seuil en pierre sans feuillure ; seuil en pierre à pas large ; seuil en pierre à pas étroit et vantaux mobiles ; seuil en pierre à rainure longitudinale ; seuil en bois) auxquelles il convient d’ajouter les seuils en fragments de tuiles et dalles de pierre qui ne sont peut-être que des niveaux de préparation de seuil en pierre ou en bois.

3.1- Seuils en pierre sans feuillure

165Seuil 32 (bât. 6, espace 28 ; fig. 146) :

Fig. 146. Seuil 32 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 146. Seuil 32 (DAO J. Tisseyre).

166Seuil sans feuillure, constitué d’un seul bloc monolithe taillé et équarri (1,35 x 0,45 x 0,36 m), doté sur ses deux extrémités de crapaudines circulaires de 0,06 m de diamètre pour 0,04 m de profondeur, destinées à recevoir les vantaux. Deux encoches quadrangulaires (0,05 x 0,05 x 0,04 m), jouxtant ces cavités, sont aménagées dans le bloc afin de placer les montants de la porte. Enfin, le seuil est entaillé d’une gâche quasi centrale (0,06 x 0,04 x 0,06 m) qui permettait de fixer les battants à l’aide d’un verrou vertical. Concernant le système d’ouverture, deux configurations sont possibles. Dans la première, les deux vantaux utilisés sont mobiles et ferment par un verrou vertical. Dans une seconde, le vantail le plus étroit, dont la largeur est estimée à 0,53 m de large, est dormant et maintenu par un verrou vertical tandis que le battant le plus large, d’une largeur restituable de 0,63 m, est mobile et fermé à l’aide d’une serrure.

167Seuil 36 (bât. 6, espace 31) :

168Seuil constitué de deux blocs de molasse taillés (1 x 0,30 x 0,16 m et 1,15 x 0,30 x 0,16 m) ne présentant ni feuillure, ni crapaudine ou gâche.

169Seuil 73 (bât. 12, espace 42-44 ; fig. 147-148) :

Fig. 147. Bâtiment 12, pièce 44. Seuil 73 près du foyer 91, vu de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 147. Bâtiment 12, pièce 44. Seuil 73 près du foyer 91, vu de l’est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 148. Seuil 73 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 148. Seuil 73 (DAO J. Tisseyre).

170Seuil sans feuillure, à vantail mobile, constitué d’une dalle de molasse grossièrement équarrie (0,85 x 0,54 x 0,18 m). Le battant tournait dans une crapaudine de 0,06 m de diamètre pour 0,04 m de profondeur, creusée sur la face supérieure du bloc. Aucune gâche n’étant visible, la fermeture devait donc se faire à l’aide d’une serrure. Sur le même côté, le seuil est également entaillé par deux encoches quadrangulaires (0,06 x 0,06 x 0,03 m) destinées à recevoir le montant de la porte.

171Seuil 275 (bât. 6, espace 27) :

172Bloc de molasse taillé (0,98 x 0,60 x 0,20 m), sans feuillure, doté d’une crapaudine de 0,06 m de diamètre destinée à recevoir un vantail mobile.

173Seuil 278 (bât. 7, espace 32 ; fig. 149) :

Fig. 149. Bâtiment 7, pièce 32. Seuil 278 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 149. Bâtiment 7, pièce 32. Seuil 278 vu du nord (cliché Fr. Marty).

174Seuil en molasse (1,05 x 0,50 m) ne présentant ni feuillure, ni crapaudine ou gâche.

3.2- Seuils en pierre à pas large

175Seuil 168 (bât. 11, espace 37 ; fig. 150-151) :

Fig. 150. Bâtiment 11, pièce 37. Seuil 168 vu du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 150. Bâtiment 11, pièce 37. Seuil 168 vu du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 151. Seuil 168 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 151. Seuil 168 (DAO J. Tisseyre).

176Seuil à pas large et vantaux mobiles, constitué d’une dalle en molasse monolithe, équarrie (1,46 x 0,66 x 0,30 m). Il est doté de deux zones démaigries larges de 0,08 m qui déterminent un pas central de 0,58 m de large, surélevé de 0,02 à 0,08 m. Le pas est entaillé de deux mortaises en pi (0,46 x 0,03 x 0,04 m), avec élargissements rectangulaires sur une des extrémités (0,06 m de large), qui permettaient l’encastrement de chambranles en bois. Sur une feuillure, une gâche rectangulaire (0,05 x 0,03 x 0,04 m) permet d’identifier un système à deux battants fermant à l’aide d’une serrure. La gâche étant positionnée sur le côté nord du seuil, on envisage une ouverture des vantaux vers l’extérieur. Aucune crapaudine n’étant visible, il est possible de restituer un système de charnière pour la mobilité des portes, dont on estime les largeurs à 0,40 m pour celle de droite et 0,65 m pour l’autre.

177Seuil 159 (bât. 11, espace 37-40 ; fig. 152-153) :

Fig. 152. Bâtiment 11, pièce 37. Seuil 159 vu du nord (cliché Br. Chevaux).

Fig. 152. Bâtiment 11, pièce 37. Seuil 159 vu du nord (cliché Br. Chevaux).

Fig. 153. Seuil 159 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 153. Seuil 159 (DAO J. Tisseyre).

178Seuil à pas large et vantail mobile, formé d’une dalle de molasse grossièrement taillée et équarrie (0,77 x 0,36 x 0,17 m). Il présente un pas large de 0,13 m, conservé sur 0,04 m de hauteur, qui dégage une feuillure de 0,23 m de large. Une crapaudine, de 0,06 m de diamètre et 0,06 m de profondeur, placée en arrière du pas et présentant un profil à fond plat, assure la rotation du battant. Une cavité quadrangulaire de 0,06 m de côté pour 0,04 m de profondeur, destinée à recevoir le montant de la porte, entaille le pas.

3.3- Seuils en pierre à pas étroit et vantaux mobiles

179Seuil 82 (bât. 6, espace 31 ; fig. 154-155) :

Fig. 154. Bâtiment 6, hangar 31. Seuil 82 vu du nord-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 154. Bâtiment 6, hangar 31. Seuil 82 vu du nord-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 155. Seuil 82 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 155. Seuil 82 (DAO J. Tisseyre).

180Seuil à pas étroit et vantail mobile, constitué d’un bloc de calcaire rectangulaire (0,47 x 0,26 x 0,17 m), grossièrement taillé et équarris. Il présente une butée large de 0,06 m dont la face supérieure est plane et en surélévation de 0,02 m par rapport à la feuillure. Le pas est doté d’un retour perpendiculaire, le long du bord nord du bloc, servant de base au chambranle de la porte, large de 0,08 m et haut de 0,02 m. La zone démaigrie, de 0,37 x 0,18 m, dégagée par le pas, est entaillée par une crapaudine à fond plat de 0,07 m de diamètre pour 0,02 m de profondeur, destinée à recevoir un vantail mobile. Ce bloc ne représente qu’une portion du seuil conservée. Il repose sur un aménagement de fragments de tegulae disposés à plat sur deux niveaux.

181Seuil 191 (bât. 12, espace 43 ; fig. 156) :

Fig. 156. Seuil 191 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 156. Seuil 191 (DAO J. Tisseyre).

182Seuil composé de deux dalles de molasse, taillées et équarries, réemployées pour former un seuil à pas étroit et vantail mobile. Le bloc sud-ouest (0,62 x 0,47 x 0,20 m) provient d’un seuil à pas étroit et vantaux mobiles. Le pas détermine une feuillure de 0,45 m de large. Perpendiculaire au pas, un retour, de 0,04 m de large et 0,05 m de haut, sert de base au chambranle. Une crapaudine ovale (0,09 x 0,06 x 0,04 m), aménagée pour le maintien et la mobilité du battant, est toujours utilisée lors du remploi de ce bloc. La dalle nord-est (0,60 x 0,35 x 0,18 m) appartient avant réemploi à un seuil à pas étroit (0,06 m de large) et rainure longitudinale. Cette saignée, creusée dans la face supérieure du bloc (0,30 x 0,09 x 0,04 m conservé), est vouée à recevoir un panneau vertical fixe et dégage un plan démaigri de 0,26 m de large permettant la mobilité du battant. Lors de l’utilisation secondaire de cette dalle, une gâche (0,09 x 0,07 x 0,05 m), destinée à accueillir le verrou vertical de la porte, recoupe la rainure.

183Seuil 3017 (bât. 16, espace 54 ; fig. 157-158) :

Fig. 157. Bâtiment 16, pièce 54. Seuil 3017 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 157. Bâtiment 16, pièce 54. Seuil 3017 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 158. Seuil 3017 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 158. Seuil 3017 (DAO J. Tisseyre).

184Seuil à pas étroit coupé en deux (2,76 x 0,26 x 0,21 m) puis réemployé à nouveau comme seuil. Il présente une butée large de 0,07 m, en surélévation de 0,035 m par rapport à la feuillure. Une crapaudine (diam. : 0,05 m ; prof. : 0,02 m), creusée au sud, et deux mortaises rectangulaires (0,13 x 0,04 x 0,03 m et 0,12 x 0,04 x 0,02 m), situées à l’autre extrémité, appartiennent à un premier état que l’on peut probablement restituer avec une double porte. Une fois le seuil coupé en deux, une mortaise (diam. : 0,05 m ; prof. : 0,04 m) et une autre crapaudine (0,13 x 0,06 x 0,03 m) sont aménagées au sud tandis que l’une des mortaises, au nord, a pu être réutilisée pour fixer les montants du chambranle.

3.4- Seuil en pierre à rainure longitudinale

185Seuil 262 (bât. 8, espace 33 ; fig. 159-160) :

Fig. 159. Bâtiment 8, hangar 33. Seuil 262 vu du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 159. Bâtiment 8, hangar 33. Seuil 262 vu du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 160. Seuil 262 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 160. Seuil 262 (DAO J. Tisseyre).

186Grand seuil (2,68 x 0,48 x 0,30 m) composé de trois blocs de molasse juxtaposés, taillés et équarris. Réemployés, ils forment ainsi un seuil à rainure longitudinale et doubles vantaux latéraux. Le bloc le plus grand (1,32 x 0,47 x 0,30 m), à l’extrémité nord-est, est doté sur chacun de ses bords de deux encoches quadrangulaires (0,06 x 0,04 m et 0,08 x 0,06 m) et d’une crapaudine circulaire à fond concave (0,10 m de diamètre) témoignant de son usage primaire. Avant d’être réemployé, ce bloc était utilisé en tant que seuil sans feuillure avec montants latéraux et vantail mobile. Dans sa position secondaire, le bloc est entaillé d’une rainure longitudinale (0,40 x 0,05 x 0,04 m), qui se poursuit vers le sud-ouest sur le second bloc et qui était destinée à recevoir un panneau central. Cette saignée dégage un pas de 0,10 m de large et aboutit au nord-est à un plan démaigri (0,80 x 0,47 m) marquant l’emplacement du vantail. Cette feuillure est limitée à droite par un retour (0,35 x 0,08 x 0,04 m) perpendiculaire au pas, servant de base au chambranle. La crapaudine déjà présente est toujours utilisée pour permettre au battant d’effectuer sa rotation. Aucune gâche n’étant observée, il est plausible d’envisager une fermeture à l’aide d’une serrure. Le bloc central (0,62 x 0,44 x 0,31 m) a été façonné de manière à obtenir un prolongement cohérent du bloc évoqué précédemment et situé à sa droite. Rien n’indique que cette dalle était employée dans un premier état en tant qu’élément de seuil. Elle est entaillée sur toute sa longueur d’une rainure longitudinale (0,62 x 0,05 x 0,04 m) qui s’inscrit dans la continuité de celle du bloc de droite. Cette saignée dégage un pas de 0,08 m de large et aboutit au sud-ouest à un plan démaigri servant de feuillure qui se poursuit vers le sud-ouest, sur le bloc adjacent. Elle est creusée d’une gâche quadrangulaire (0,06 x 0,05 x 0,05 m) destinée à recevoir un verrou vertical. Le dernier bloc (0,67 x 0,50 x 0,35 m) présente un pas large de 0,15 m, conservé sur 0,03 m de haut, qui dégage une zone démaigrie (0,47 x 0,35 m). Répartie sur deux blocs, cette feuillure présente une largeur totale de 0,58 m. Elle est entaillée d’une crapaudine à fond plat (0,08 m de diamètre) dans laquelle tournait le second vantail. Ce dernier était maintenu fermé par un verrou vertical qui se logeait dans la gâche creusée dans le bloc mitoyen. Enfin, le pas présente un retour perpendiculaire (0,15 m de large et 0,03 m de haut) le long du bord sud-ouest du bloc, servant de base au chambranle. Une cavité rectangulaire (0,10 x 0,05 x 0,05 m), entaillée dans ce retour, en assurait le maintien. Ce bloc est un élément remployé. Sa feuillure a probablement été retouchée pour s’accorder avec celle du bloc adjacent lors de son utilisation secondaire. Il est impossible de savoir si les excavations présentes sur la face du bloc sont antérieures à cette seconde phase. Ainsi, le seuil 262 est composé de trois dalles remployées. Elles ont subi certaines modifications afin de former un seul et même ensemble destiné à recevoir un panneau central et deux portes latérales, l’une fermant par un système de serrure, l’autre à l’aide d’un verrou vertical. La largeur estimée du battant de gauche est de 0,45 m, tandis que celle du battant de droite est d’environ 0,70 m.

3.5- Seuils en bois

187Ouverture 2174 (bât. 1, espace 4 ; fig. 161) :

Fig. 161. Eléments en pierre de l’ouverture 2174 (DAO J. Tisseyre).

Fig. 161. Eléments en pierre de l’ouverture 2174 (DAO J. Tisseyre).

188Deux blocs de molasse taillés, distants de 1,86 m, matérialisent l’entrée, par un porche (4), à la cour 5. Destinés au maintien de l’huisserie de la porte, ils sont quadrangulaires vers l’extérieur et semi-circulaires vers l’intérieur. Le support situé au nord (0,60 x 0,30 x 0,35 m) possède un sommet plat creusé de deux cavités. À l’ouest, le creusement est circulaire (diamètre : 0,10 m ; profondeur : 0,09 m) et correspond à une crapaudine. Au nord se trouve une encoche en queue d’aronde (0,09 à 0,12 x 0,09 x 0,04 m). Un sillon vertical (0,08 x 0,07 x 0,18 m) évide la paroi sud. Le support situé au sud (0,62 x 0,37 x 0,35 m) comporte lui aussi un sommet plat pourvu d’une crapaudine (diamètre : 0,05 à 0,10 m ; profondeur : 0,08 m) et d’un creusement en queue d’aronde (0,06 à 0,14 x 0,10 x 0,03 m) ainsi qu’un sillon latéral (0,12 x 0,07 x 0,18 m). Les queues d’aronde permettaient d’encastrer les montants du cadre. Les deux crapaudines suggèrent l’existence d’une porte à double battant, tandis que les creusements latéraux devaient maintenir une poutre de seuil.

189Seuil 219 (bât. 11, espace 39 ; fig. 162) :

Fig. 162. Bâtiment 11, pièce 39. Parement est du mur 217 et bouchage 218 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 162. Bâtiment 11, pièce 39. Parement est du mur 217 et bouchage 218 (cliché Br. Chevaux).

190Seuil dont le niveau de préparation est constitué de petites dalles de calcaire juxtaposées, grossièrement taillées, de module variable, et disposées à plat. Cet aménagement devait recevoir une planche horizontale d’environ 0,04 m d’épaisseur, matérialisée par un vide comblé de sédiment entre le dallage et le bouchage postérieur de l’ouverture. Les montants en bois, également visibles en négatif, devaient avoir une épaisseur de 0,08 à 0,12 m encadrant un seuil d’environ 0,84 m de long.

3.6- Seuil en fragments de tuiles

191Seuil 34 (bât. 6, espace 27-28 ; fig. 163) :

Fig. 163. Bâtiment 6, pièce 28. Seuil 34 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 163. Bâtiment 6, pièce 28. Seuil 34 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).

192Seuil constitué de fragments de tegulae jointifs, posés à plat. S’agit-il du seuil proprement dit ou d’un lit préparatoire à la mise en place d’un seuil en pierre ou en bois ? Cette seconde hypothèse est plus vraisemblable dans la mesure où le seuil en pierre 82 repose sur un double niveau de tegulae.

4- Une base d’escalier ?

(Frédéric Marty)

193Dans l’angle nord-est de la pièce 56 du bâtiment 16, se trouve une banquette (3107 ; fig. 164) de 2,48 x 1,17 m, peu élevée (0,26 m). Elle est délimitée, sur son côté ouest, par des blocs de pierre équarris disposés sur une à deux assises, et au sud par une grande dalle de molasse (1,10 x 0,51 x 0,18 m). L’intérieur est comblé avec un blocage de pierres liées à la terre. Aucun indice ne permet de comprendre l’utilité précise d’un tel aménagement, unique sur le site. On remarque simplement que le foyer lenticulaire 3143 est placé dans l’angle formé par la banquette et le mur 3020. Cette pièce étant pourvue de trois foyers (3019, 3143 et 3144) répartis le long du mur 3020, sur le même sol d’occupation, pourrait avoir une fonction domestique, la banquette faisant alors office de base de placard ou de couchette. Une autre hypothèse consiste à y voir une base d’escalier dont la première marche serait la dalle du côté sud. Les niveaux de sol à l’intérieur et à l’extérieur de la pièce 56 sont constitués par le substrat. À l’extérieur, c’est-à-dire à l’est du mur 3106, le niveau est 0,30 m au-dessus du sol interne. Toutefois, ce secteur a été entièrement arasé lors des travaux de construction d’un gymnase vers 1965. On ne connaît donc pas avec certitude le niveau d’origine du substrat à cet endroit. À 3 m à l’est du mur 3106, l’altimétrie du substrat est 0,88 m au-dessus de celle du sol de la pièce. Pour passer d’un côté à l’autre du mur, il faut donc franchir une berme de 0,30 à 0,88 m de haut. Si l’on conçoit l’existence de marches de 0,20 m de hauteur et 0,50 m de large et la présence d’une ouverture de 1 m de large (moyenne observée ailleurs sur le site pour des seuils étroits) à l’extrémité nord du mur 3106, on peut donc restituer trois à quatre marches, le sol externe se situant donc 0,60 à 0,80 m au-dessus du sol interne de la pièce. Ces mesures sont tout à fait compatibles avec les données altimétriques recueillies lors de la fouille.

Fig. 164. Bâtiment 16, pièce 56. Probable base d’escalier 3107, vue du sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 164. Bâtiment 16, pièce 56. Probable base d’escalier 3107, vue du sud (cliché Fr. Marty).

5- Les couvertures

(Frédéric Marty)

194Des trous de piquets sont relevés dans le substrat, notamment à l’intérieur des bâtiments 1 et 11, mais leur disposition ne permet pas de les dater, de comprendre leur fonction ni leurs possibles connexions. Le bâtiment 14 est identifié grâce à la présence de quatre trous de poteau, formant un carré de 2 m de côté, qui suggèrent l’existence d’une construction sur poteaux porteurs dont on ignore la nature exacte. Les seules bases de poteaux assurément liées au soutien d’une charpente sont les trois dés du hangar 52 (bâtiment 15), aux dimensions imposantes puisqu’ils mesurent entre 0,93 et 1,53 m de côté (3059 : 1,53 x 1,48 x 0,40 m ; 3114 : 1,37 x 1,26 x 0,31 m ; 3022 : 1,29 x 0,93 x 0,74 m ; fig. 165-168). Tous les bâtiments devaient être couverts de tuiles (tegulae et imbrices) si l’on en juge par les quantités retrouvées sur l’ensemble du site (plus de 1,1 tonne). Une grande partie d’entre elles a toutefois dû être récupérée après l’abandon de l’agglomération car, même brisées, elles pouvaient être employées à divers usages en architecture (tuileau concassé à mélanger au substrat rocheux broyé pour la réfection des sols, radier pour l’installation des seuils...). Cette pratique de récupération est illustrée par la mise au jour d’une réserve de fragments de tuiles (4,5 kg d’imbrices et 67 kg de tegulae) posées de chant contre le mur 152, à l’intérieur du bâtiment 10 (fig. 169).

Fig. 165. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3059 (cliché Fr. Marty).

Fig. 165. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3059 (cliché Fr. Marty).

Fig. 166. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3114 (cliché Fr. Marty).

Fig. 166. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3114 (cliché Fr. Marty).

Fig. 167. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3022 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 167. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3022 vu de l’est (cliché Fr. Marty).

Fig. 168. Bâtiment 15, hangar 52. Parement sud du pilier 3022 (cliché Fr. Marty).

Fig. 168. Bâtiment 15, hangar 52. Parement sud du pilier 3022 (cliché Fr. Marty).

Fig. 169. Bâtiment 10, pièce 36. Réserve de fragments de tuiles stockés contre le mur 152 (cliché Fr. Marty).

Fig. 169. Bâtiment 10, pièce 36. Réserve de fragments de tuiles stockés contre le mur 152 (cliché Fr. Marty).

6- Les sols

(Frédéric Marty)

195Les sols d’origine sont généralement constitués par le niveau de substrat rocheux ou limoneux atteint après nivellement du terrain. Aucun matériau spécifique n’est apporté dans cette première phase. Par la suite, lorsqu’il est nécessaire de rénover un sol, la même technique est utilisée sur l’ensemble du site. Un remblai de 0,10 à 0,20 m d’épaisseur en moyenne, constitué de molasse burdigalienne blanchâtre, friable, broyée, riche en coquilles d’huîtres fossiles (Ostrea squarrosa), recouvre les anciens niveaux et permet d’obtenir un nouveau sol à surface horizontale (fig. 170). Le matériau est immédiatement disponible sur place puisque la fouille a permis de localiser les niveaux géologiques propres à cet usage dans l’angle sud-ouest du chantier. Une variante à cette technique est illustrée par le sol du bâtiment 7 pour lequel des fragments de tuiles concassées sont inclus dans la molasse friable broyée, lui donnant l’aspect d’un béton de tuileau (fig. 171). Ce bâtiment est particulièrement soigné puisqu’il est le seul à avoir livré des restes de peintures murales encore en place à la base des murs. Un mortier de chaux de mauvaise qualité est aussi utilisé pour le sol de la petite pièce 54 du bâtiment 16 dont on ignore la destination, les niveaux d’utilisation ayant été complètement arasés (fig. 172). Dans quatre cas, un dallage en pierre est associé à un espace bâti. Ainsi, le sol d’une petite pièce (bât. 2, espace 10), peut-être dédiée au stockage de denrées, est entièrement pavé de dalles irrégulières de 0,25 à 0,50 m de côté, probablement dans un souci d’isolation. Dans le probable hangar 31 du bâtiment 6, un alignement de dalles de 0,50 m de côté en moyenne (81 ; longueur : 4,23 m), placées devant le seuil, complète l’aménagement de l’entrée. Un second dallage (84), composé de 12 dalles de module variable, occupe une surface de 2,52 x 1,50 m. Il signale une réfection du sol, à moins qu’il ne s’agisse du lambeau d’un dallage qui occupait à l’origine toute la pièce. Un autre alignement de 9 dalles (75) de module variable (0,20 à 0,84 m de côté) borde le canal de la structure hydraulique 211. Enfin, quatre petites dalles régulières (0,20 x 0,10 m) correspondent aux restes d’un dallage conservé contre le mur 154, sous l’espace 40 aménagé dans l’angle de la cour du bâtiment 11.

Fig. 170. Bâtiment 11. Vue en coupe d’un remblai de préparation de sol composé de molasse broyée riche en coquilles d’huîtres fossiles (cliché Fr. Marty).

Fig. 170. Bâtiment 11. Vue en coupe d’un remblai de préparation de sol composé de molasse broyée riche en coquilles d’huîtres fossiles (cliché Fr. Marty).

Fig. 171. Bâtiment 7, pièce 32. Sol composé de molasse broyée et de fragments de tuiles concassées (cliché Fr. Marty).

Fig. 171. Bâtiment 7, pièce 32. Sol composé de molasse broyée et de fragments de tuiles concassées (cliché Fr. Marty).

Fig. 172. Bâtiment 16, pièce 54. Sol 3062 en mortier de chaux (cliché S. Ledrole).

Fig. 172. Bâtiment 16, pièce 54. Sol 3062 en mortier de chaux (cliché S. Ledrole).

7- Les revêtements

(Frédéric Marty)

196Plusieurs bâtiments comportent des pièces dont les murs ont été recouverts d’un enduit de chaux lissé très mal conservé, ne présentant pas de décor apparent. D’après la forme des constructions, la répartition du mobilier et des aménagements, ces espaces pourraient avoir eu une fonction domestique. Du nord vers le sud, ce sont les pièces 25 (murs 35 et 238) du bâtiment 5, 28 (murs 30 et 31) et 29 (murs 18 et 19) du bâtiment 6, 37 (mur 158), 38 (murs 139, 154 et 155) et 39 (murs 217 et 218) du bâtiment 11 ainsi que 54 (mur 3018) du bâtiment 16.

197Contre la paroi est du bâtiment 4 (espace 17), ont été prélevés, sur près de 3 m de long, 172 fragments d’enduit peint en blanc probablement détachés de l’élévation. Mais le bâtiment 7 (espace 32) comporte les enduits peints les plus remarquables, effondrés en niveaux superposés sur l’ensemble de la surface du sol et en partie conservés en place au niveau de la plinthe est (mur 252 ; fig. 173-174). Organisé en panneaux, ce décor polychrome, qui a fait l’objet d’un prélèvement minutieux, est décrit de manière détaillée dans la troisième partie, chapitre 1 de l’ouvrage. Unique sur le site et associé à un sol en dur parsemé de fragments de tuiles concassées, il est un indicateur de prospérité dans un habitat modeste ou correspond à un espace voué au commerce (boutique...).

Fig. 173. Bâtiment 7, pièce 32. Enduits peints du mur 252 vus de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 173. Bâtiment 7, pièce 32. Enduits peints du mur 252 vus de l’ouest (cliché Fr. Marty).

Fig. 174. Bâtiment 7, pièce 32. Traces d’accrochage au dos des enduits peints du mur 252 (cliché Fr. Marty).

Fig. 174. Bâtiment 7, pièce 32. Traces d’accrochage au dos des enduits peints du mur 252 (cliché Fr. Marty).

198Le bâtiment 1 se distingue des autres par la finition des pièces accolées 1 et 2. Leurs murs, montés avec des pierres équarries de module variable, présentent des joints de mortier de chaux tirés au fer avec le tranchant de la truelle pour en renforcer l’adhérence, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur (fig. 175-176). L’existence d’un éventuel enduit de terre extérieur, aussi bien sur ce bâtiment que sur les autres, n’a pas pu être démontrée à la fouille pour des raisons évidentes de conservation mais reste très probable dans la mesure où il est nécessaire pour assurer la pérennité des maçonneries.

Fig. 175. Bâtiment 1, pièce 2. Parement sud du mur 2017 (cliché Fr. Marty).

Fig. 175. Bâtiment 1, pièce 2. Parement sud du mur 2017 (cliché Fr. Marty).

Fig. 176. Bâtiment 1, pièce 2. Parement est du mur 2002. Détail des joints tirés au fer (cliché Fr. Marty).

Fig. 176. Bâtiment 1, pièce 2. Parement est du mur 2002. Détail des joints tirés au fer (cliché Fr. Marty).

8- Structures de combustion

(Frédéric Marty, Brice Chevaux, Sophie Ledrole)

199Plusieurs types de foyers se répartissent sur le site, toujours à l’intérieur d’espaces couverts quand l’état de conservation des structures permet d’en juger. Nous pouvons les classer en six types (foyer lenticulaire, en fosse, à sole d’argile, à sole de tegulae, carreaux ou briques, à sole de pierre, en amphore).

8.1- Foyers lenticulaires

200Un tiers des foyers sont de type lenticulaire. Ils se signalent au sol par une zone rubéfiée, généralement arrondie, sur laquelle repose encore, parfois, un niveau charbonneux. Ces traces, très fugaces, indiquent incontestablement l’emplacement choisi pour la combustion. En revanche, elles ne permettent pas toujours de savoir si le foyer était bâti avant d’être démantelé et de disparaître ou si le feu était allumé à même le sol, sans préparation préalable ni protection des abords par quelques pierres, par exemple. Ces foyers sont localisés dans le bâtiment 1 (espace 5 : 2207 ; espace 7 : 2179), à proximité (espace 6 : 2104 et 2260 [fig. 177-178] ; espace 17 : 2105), dans l’espace 18 (2063) reconnu à l’est de la voie 2192 ainsi que dans les bâtiments 16 (espace 54 : 3073, 3143 et 3144) et 17 (espace 60 : 3007).

Fig. 177. Foyer 2104 (cliché S. Ledrole).

Fig. 177. Foyer 2104 (cliché S. Ledrole).

Fig. 178. Foyer 2260 (cliché S. Ledrole).

Fig. 178. Foyer 2260 (cliché S. Ledrole).

8.2- Foyers en fosse

201Des fosses de forme arrondie ou allongée et de dimensions très différentes sont utilisées comme foyer. Si certaines n’appellent pas de commentaire particulier (bât. 5 espace 26 : 200 ; espace 50 : 55), on remarque que presque toutes sont situées dans le hangar 31 du bâtiment 6 ou à proximité immédiate (76 [fig. 179], 111, 167 [fig. 180] et 170) ainsi que dans le hangar 34 du bâtiment 8 (211 ; fig. 181). On ajoutera que le foyer 76 contenait deux scories de fer tandis que le foyer 211, de forme allongée (1,50 x 0,30 x 0,12 m) a livré deux scories et un culot de fer laissant supposer une utilisation en rapport avec la sidérurgie. On doit donc conclure que la plupart des foyers en fosse sont à relier à une activité artisanale.

Fig. 179. Foyer 76 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 179. Foyer 76 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 180. Foyer 167 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 180. Foyer 167 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 181. Foyer en fosse 211 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 181. Foyer en fosse 211 (cliché Br. Chevaux).

8.3- Foyers à sole d’argile

202Comme à l’âge du Fer au sommet (IIe s. av. J.-C.) ou au pied de la colline du Castellan (V e s. av. J.-C.), la tradition du foyer à sole d’argile lissée, façonnée sur un radier ou à même le sol rocheux, persiste. L’un des foyers de ce type les plus anciens a été repéré en coupe, dans l’espace 21 (286 ; fig. 182). La stratigraphie permet d’en comprendre la mise en place. Dans le substrat limoneux, qui constitue la surface du sol, une fosse à fond plat et parois obliques peu profonde (0,20 m) est creusée. À l’intérieur, le radier est constitué d’un niveau de galets de Crau, d’un module inférieur à 0,05 m, surmonté d’une couche de coquilles de moules participant à la solidité et à la cohérence de la structure tout autant qu’à la réfraction de la chaleur. Une chape d’argile lissée, indurée par la cuisson, recouvre l’ensemble. À l’ouest de l’espace 24, le foyer 300 est lui aussi constitué d’une sole d’argile (épaisseur 0,02 m). En revanche, celle-ci ne repose sur aucun radier de préparation puisque façonnée directement sur le sol limoneux. Cette différence s’explique-t-elle par une utilisation plus ponctuelle de la structure ? Le foyer 161 du bâtiment 10 (espace 36), placé contre un mur, fournit un exemple de grand foyer quadrangulaire (1,80 x 1,60 m) à sole d’argile (mal conservée) du IIe s. reposant sur un radier de galets soigneusement agencés (fig. 183-184). Le radier est délimité par une ceinture de moellons de molasse de taille moyenne (0,20 x 0,15 m) à l’intérieur de laquelle sont disposés des galets de Crau jointifs, d’un module inférieur à 0,06 m, reposant sur un premier niveau de cailloux anguleux en molasse. Une quatrième sole d’argile (2233), très dégradée, a été mise en évidence dans l’espace 11 du bâtiment 2. Posée directement sur le sol rocheux, sa fabrication n’a nécessité aucune préparation de surface préalable.

Fig. 182. Vue en coupe du foyer 286 (cliché Fr. Marty).

Fig. 182. Vue en coupe du foyer 286 (cliché Fr. Marty).

Fig. 183. Détail du radier de galets du foyer 161 (cliché Fr. Marty).

Fig. 183. Détail du radier de galets du foyer 161 (cliché Fr. Marty).

Fig. 184. Foyer 161 : radier composé d’une couche de fragments de molasse surmontée d’un lit de galets (cliché Br. Chevaux).

Fig. 184. Foyer 161 : radier composé d’une couche de fragments de molasse surmontée d’un lit de galets (cliché Br. Chevaux).

8.4- Foyers à sole de tegulae, carreaux ou briques

  • 7 Foyer en U constitué de deux adobes posés parallèlement, de chant, contre une paroi (Marty 2002b, (...)

203Dans l’angle sud-est de la pièce 37 du bâtiment 11, a été découvert un exemple complet de foyer à sole en tegulae (160) s’appuyant contre les murs 154 et 158 (fig. 185). Il est délimité par deux saignées perpendiculaires creusées dans le substrat rocheux, permettant de ficher une ceinture de moellons de molasse taillés, de module régulier, placés de chant (épaisseur : 0,04 m). L’intérieur de cet espace quadrangulaire (1,20 x 0,48 m) est rempli d’une couche de sable homogène sur laquelle sont calées deux tegulae retournées (0,60 x 0,48 x 0,05 m), une seule étant pourvue d’encoches. Deux foyers similaires, mal conservés, sont placés presque en vis-à-vis contre les parois de la pièce 39 du même bâtiment (fig. 186). Contre le mur 217, le foyer 216 est repérable à un sillon (largeur : 0,11 m ; profondeur 0,14 m) creusé dans le substrat rocheux sur trois côtés, dans lequel étaient encore bloqués des fragments d’une ceinture en moellons de molasse délimitant une aire de combustion quadrangulaire de 0,86 x 0,98 m (fig. 187). Son foyer jumeau 148 (1 x 0,80 m), appuyé contre le mur 165, possédait encore deux moellons plantés dans un sillon (largeur 0,08 m ; profondeur 0,10 m) creusé sur trois côtés (fig. 188-189). Des fragments d’une sole de tegulae reposaient sur un niveau limono-argileux. Contre l’angle sud-est du bâtiment 9 (espace 35), le foyer 260 constitue une variante (fig. 190). Il est établi sur une base rectangulaire peu élevée (1,24 x 1 x 0,11 m) maçonnée à l’aide de moellons de molasse équarris de module variable. Deux grands carreaux de terre cuite brisés, de la dimension de tegulae, sont disposés à plat sur une couche de limon argileux pour former la surface de combustion. Des fragments de briques ou de carreaux brûlés, mêlés à des charbons de bois dans l’espace 19, situé à l’est de la voie 2192, sont probablement les reste d’un foyer (2176) de ce type, démantelé. De conception plus simple mais selon le même principe, le foyer 91 (bât. 12 espace 44) est placé contre le mur 72 (fig. 191). La sole est une simple tegula posée à plat (conservée sur 0,40 x 0,30 m), encadrée latéralement par deux moellons dressés de chant (celui de gauche n’a laissé qu’une trace en négatif ; moellon de droite : 0,30 x 0,20 x 0,06 m). La partie avant du foyer n’est pas conservée. Elle était peut-être aussi limitée par un moellon orthostatique, comme ceux du bâtiment 11, à moins qu’il ne s’agisse d’un foyer comparable à celui trouvé au sommet de la colline, dans une maison du IIe s. av. J.-C.7. On constate que tous les foyers à sole de tegulae, carreaux ou briques sont localisés dans des espaces a priori domestiques, d’après la forme de l’architecture et le mobilier recueilli. La présence de deux grands foyers dans la pièce 39 pourrait même indiquer une fonction de cuisine pour cet espace.

Fig. 185. Foyer 160 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 185. Foyer 160 vu du nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 186. Foyers 148 et 216 vus du sud-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 186. Foyers 148 et 216 vus du sud-est (cliché Br. Chevaux).

Fig. 187. Foyer 216 vu du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 187. Foyer 216 vu du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).

Fig. 188. Foyer 148, appuyé contre le mur 165 [à gauche], vu du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 188. Foyer 148, appuyé contre le mur 165 [à gauche], vu du sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 189. Foyer 148 vu en coupe depuis le sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 189. Foyer 148 vu en coupe depuis le sud (cliché Br. Chevaux).

Fig. 190. Foyer 260 construit dans l’angle sud-est de la pièce 35 du bâtiment 9 (cliché Fr. Marty).

Fig. 190. Foyer 260 construit dans l’angle sud-est de la pièce 35 du bâtiment 9 (cliché Fr. Marty).

Fig. 191. Foyer 91 contre le mur 72 de la pièce 44 du bâtiment 12 (cliché Br. Chevaux).

Fig. 191. Foyer 91 contre le mur 72 de la pièce 44 du bâtiment 12 (cliché Br. Chevaux).

8.5- Foyer à sole de pierre

204Une dalle en grès trapézoïdale (0,60 x 0,46 m), placée dans l’angle nord-ouest de la pièce 56 du bâtiment 16, porte des traces prononcées de rubéfaction et une zone noircie au centre qui prouvent une utilisation comme sole de foyer (3019 ; fig. 192). Il s’agit là, semble-t-il, d’un aménagement très simple, intermédiaire entre le foyer lenticulaire et le foyer à sole maçonnée.

Fig. 192. Bâtiment 16, pièce 56. Base en pierre du foyer 3019 (cliché Fr. Marty).

Fig. 192. Bâtiment 16, pièce 56. Base en pierre du foyer 3019 (cliché Fr. Marty).

8.6- Foyer en amphore

205À l’extrémité nord de la zone de fouille, dans l’angle sud-est de la pièce 20, un fond d’amphore Dressel 20 découpé a été calé dans une fosse (fig. 193-194). Les traces de rubéfaction internes et les rejets charbonneux ne laissent aucun doute quant à sa fonction de foyer (69). Un tel aménagement paraît difficilement compatible avec les pratiques domestiques quotidiennes. Il est plus probable qu’il faille le mettre en relation avec une activité artisanale n’ayant laissé aucun autre vestige significatif.

Fig. 193. Foyer 69 dans un fond d’amphore Dressel 20 fiché dans le sol (cliché Br. Chevaux).

Fig. 193. Foyer 69 dans un fond d’amphore Dressel 20 fiché dans le sol (cliché Br. Chevaux).

Fig. 194. Fond découpé d’une amphore Dressel 20 utilisée pour le foyer 69 (DAO L. Robin).

Fig. 194. Fond découpé d’une amphore Dressel 20 utilisée pour le foyer 69 (DAO L. Robin).

Notes

1 Borréani, Brun 1997.

2 Pomarèdes 2008.

3 Dimensions des marches de la plus haute vers la plus basse : 0,46 x 0,20 x 0,12 m ; 0,46 x 0,25 x 0,24 m ; 0,42 x 0,32 x 0,19 m ; 0,37 x 0,24 x 0,10 m.

4 Bats 2006, 150-152.

5 Ce secteur, hors emprise de la future construction, n’a pas été fouillé jusqu’au substrat.

6 Chausserie-Laprée 2005, 149.

7 Foyer en U constitué de deux adobes posés parallèlement, de chant, contre une paroi (Marty 2002b, 155-157).

Table des illustrations

Titre Fig. 53. Voie 2192 vue du sud (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 54. Carrefour des voies 2192, 230 et 163 vu du sud (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 55. Profil de la voie 2119 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 56. Voie 2119 vue de l’ouest (cliché L. Sornin-Petit).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 57. Mur bordier 113 à droite de la voie 93, vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 58. Mur 2239 en bordure de la voie 2192 (à droite), vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 59. Chasse-roue protégeant l’angle des murs 2020 et 2181, le long de la voie 2192 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 60. Chasse-roue à l’angle des murs 2020 et 2181 (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 61. Dallages 265 et 266, devant le mur 267, formant un dégagement au bord de la voie 240, vus du nord-est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 62. Voie 240 entre les bâtiments 6 et 7, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 63. Voie 240 vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 64. Voie 163 vue du nord. À droite, le bâtiment 11 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 65. Voie 163 vue du sud. Bâtiment 11 à gauche (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 66. Voie 163 passant devant le bâtiment 11, vue du nord (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 67. Carrefour des voies 93 [à droite] et 163 vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 68. Voie 163 sur laquelle est implanté le bâtiment 9, vue du sud (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 69. Profil de la voie 163 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 70. Voie 2192 devant la pièce 2 du bâtiment 1 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 71. Voie 2192 vue du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 72. Profil de la voie 93 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 73. Voie 230 entre les bâtiments 12 et 13, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 74. Extrémité est de la voie 230 vue de l’ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 75. Bloc 288 barrant la voie 93 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 76. Transects réalisés en fin de fouille (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 77. Parement ouest du mur de terrasse 204 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 78. Parement sud du mur de terrasse 251 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 79. Bâtiment 1 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 80. Bâtiment 1 vu du sud (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 81. Bâtiment 1, pièce 3 vue du sud-ouest (cliché B. Coelho).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 82. Bâtiment 1. Porche 4 donnant sur la voie 2192, vu du sud-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 83. Bâtiment 1, porche 4. Seuil 2174 vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 84. Bâtiment 1. Pièce 8 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 85. Bâtiment 2 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 86. Bâtiment 2 vu de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 87. Bâtiment 2. Pièce 9 vue du sud (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 88. Bâtiment 2. Pièce 10 vue du sud (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 89. Bâtiment 2. Pièce 11 vue du sud (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 90. Bâtiment 2. Pièce 12 vue de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 91. Bâtiment 2. Pièce 13 vue du nord (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 92. Bâtiment 4 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 93. Bâtiment 4 vu du sud (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 94. Bâtiment 5 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 95. Bâtiment 5-6 vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 96. Bâtiments 6 et 7 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 97. Bâtiment 6. Pièce 28 vue du sud-est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 98. Bâtiment 6. Espaces 31 [à gauche] et 30 [à droite] vus de l’est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 99. Bâtiment 6. Hangar 31 vu de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 100. Bâtiment 7 vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 101. Bâtiment 8 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 102. Bâtiments 8 et 9 vus du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 103. Bâtiment 9 construit sur la voie 163 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 104. Bâtiment 9. Pièce 35 vue du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 105. Bâtiment 10 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 106. Bâtiment 11 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 107. Bâtiment 11 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 108. Bâtiment 11 vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 109. Bâtiment 11, pièce 38. Négatif d’un tasseau dans le parement est du mur 154 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 110. Bâtiment 11. Pièce 39 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 111. Bâtiment 11. Espace 40 vu du nord-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 112. Bâtiment 11. Cave 215 vue du nord-ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 113. Bâtiment 11. Coupe est/ouest de la cave 215 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 114. Bâtiment 11. Coupe nord/sud de la cave 215 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 115. Bâtiment 11. Escalier de la cave 215 vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 116. Bâtiment 11. Mur 238 au fond de la cave 215, vu du sud, avec remploi d’une meule [meta visible] (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 117. Bâtiment 11. Cave 215 et puits 185 vus de l’est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 118. Bâtiment 11. Cave 215 recouverte par les murs 175 et 176, vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 119. Bâtiment 11. Fosses 214 et 272 vues de l’est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 120. Bâtiment 12 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 121. Bâtiment 12 vu de l’ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 122. Bâtiment 12. Entrée 43 vue du sud (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 123. Bâtiment 13 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 124. Bâtiment 13. Pièce 46 vue de l’ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 125. Bâtiment 14 vu du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 126. Bâtiment 15 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 127. Bâtiment 15 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 128. Bâtiment 15. Pièce 51 vue de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 129. Bâtiment 16 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 130. Bâtiment 16 vu de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 131. Bâtiment 16. Pièce 53 taillée dans le substrat limoneux, vue du sud [au centre, coupe stratigraphique] (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 132. Bâtiment 17 (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 133. Bâtiment 17 vu de l’ouest (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 134. Espaces 20, 21, 22, 23 et 24 dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 135. Espaces 23-24 vu de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 136. Angle sud-est de la pièce 20. Foyer 69 près du mur 46 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 137. Espace 23. Murs 43 et 11 vus du nord-est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 138. Bâtiment 16, pièces 53 et 56. Base du mur 3020 taillée dans le substrat limoneux, vue de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 139. Bâtiment 10, pièce 36. Parement ouest du mur 104 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 140. Pièce 20. Parement est du mur 46. Le bloc vertical délimite peut-être le piédroit gauche d’une ouverture murée (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 141. Bâtiment 6, hangar 31. Chantepleure dans le parement est du mur 20 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 142. Bâtiment 1, pièce 2. Parement ouest du mur 2002 avec ouverture murée et chantepleure (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 143. Bâtiment 11. Adobes effondrés à l’extérieur de la pièce 38 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 144. Bâtiment 11. Coupe stratigraphique au nord de la pièce 38 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 145. Bâtiment 3, le long du mur de clôture 2020 [à gauche], vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 146. Seuil 32 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 147. Bâtiment 12, pièce 44. Seuil 73 près du foyer 91, vu de l’est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 148. Seuil 73 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 149. Bâtiment 7, pièce 32. Seuil 278 vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 150. Bâtiment 11, pièce 37. Seuil 168 vu du sud (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 151. Seuil 168 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 152. Bâtiment 11, pièce 37. Seuil 159 vu du nord (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 153. Seuil 159 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 154. Bâtiment 6, hangar 31. Seuil 82 vu du nord-est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 155. Seuil 82 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 156. Seuil 191 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 157. Bâtiment 16, pièce 54. Seuil 3017 vu de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 158. Seuil 3017 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 159. Bâtiment 8, hangar 33. Seuil 262 vu du sud (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 160. Seuil 262 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 161. Eléments en pierre de l’ouverture 2174 (DAO J. Tisseyre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 162. Bâtiment 11, pièce 39. Parement est du mur 217 et bouchage 218 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 163. Bâtiment 6, pièce 28. Seuil 34 vu de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 164. Bâtiment 16, pièce 56. Probable base d’escalier 3107, vue du sud (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 165. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3059 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 166. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3114 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 167. Bâtiment 15, hangar 52. Pilier 3022 vu de l’est (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 168. Bâtiment 15, hangar 52. Parement sud du pilier 3022 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 169. Bâtiment 10, pièce 36. Réserve de fragments de tuiles stockés contre le mur 152 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 170. Bâtiment 11. Vue en coupe d’un remblai de préparation de sol composé de molasse broyée riche en coquilles d’huîtres fossiles (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 171. Bâtiment 7, pièce 32. Sol composé de molasse broyée et de fragments de tuiles concassées (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 172. Bâtiment 16, pièce 54. Sol 3062 en mortier de chaux (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 173. Bâtiment 7, pièce 32. Enduits peints du mur 252 vus de l’ouest (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 174. Bâtiment 7, pièce 32. Traces d’accrochage au dos des enduits peints du mur 252 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 175. Bâtiment 1, pièce 2. Parement sud du mur 2017 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 176. Bâtiment 1, pièce 2. Parement est du mur 2002. Détail des joints tirés au fer (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 177. Foyer 2104 (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 178. Foyer 2260 (cliché S. Ledrole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 179. Foyer 76 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 180. Foyer 167 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 181. Foyer en fosse 211 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 182. Vue en coupe du foyer 286 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 183. Détail du radier de galets du foyer 161 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 184. Foyer 161 : radier composé d’une couche de fragments de molasse surmontée d’un lit de galets (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 185. Foyer 160 vu du nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 186. Foyers 148 et 216 vus du sud-est (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 187. Foyer 216 vu du sud-ouest (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 188. Foyer 148, appuyé contre le mur 165 [à gauche], vu du sud (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 189. Foyer 148 vu en coupe depuis le sud (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 190. Foyer 260 construit dans l’angle sud-est de la pièce 35 du bâtiment 9 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 191. Foyer 91 contre le mur 72 de la pièce 44 du bâtiment 12 (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 192. Bâtiment 16, pièce 56. Base en pierre du foyer 3019 (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 193. Foyer 69 dans un fond d’amphore Dressel 20 fiché dans le sol (cliché Br. Chevaux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 194. Fond découpé d’une amphore Dressel 20 utilisée pour le foyer 69 (DAO L. Robin).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14863/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search