Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Deuxième partie. L'agglomération secondaire rurale antique

Chapitre 1. Une implantation gauloise d’époque romaine (25/220)

Frédéric Marty

Texte intégral

1La phase d’occupation majeure révélée par la fouille correspond au développement d’une agglomération secondaire rurale créée dans le deuxième quart du Ier s. de notre ère et occupée de façon continue jusqu’à son abandon au début du IIIe s. (fig. 37). Les vestiges les plus anciens consistent en une voie à ornières d’axe nord-sud et en traces agraires : sillons, plantations de vignes, d’arbres et canal d’irrigation. Quatre voies, de direction est-ouest, se raccordent à la voie nord-sud et desservent des bâtiments à usage domestique et artisanal étagés en fonction de la topographie du terrain, en pente vers le nord-ouest. Au cours du temps, certaines voies sont condamnées au profit de la construction de nouveaux bâtiments, sans toutefois remettre en cause le schéma urbanistique initial. L’approvisionnement en eau des habitants est assuré par cinq puits privés. En dehors des axes de circulation, aucun aménagement ni bâtiment public n’a été reconnu dans l’emprise de la fouille. Outre les pratiques votives domestiques, les activités mises en évidence se rapportent à l’exploitation des ressources naturelles des étangs, à l’oléiculture, à la transformation des aliments et à la métallurgie. Le domaine funéraire, quant à lui, est représenté par une fosse-bûcher et une tombe à inhumation localisées en bordure des jardins et par une autre inhumation située dans une cour.

Fig. 37. Numérotation des bâtiments, espaces et voies (DAO N. Gonzalez).

Fig. 37. Numérotation des bâtiments, espaces et voies (DAO N. Gonzalez).

I- Choix de l’implantation

(Frédéric Marty)

  • 48 Marty 2004b.

2L’agglomération secondaire du Haut-Empire s’implante après une période d’abandon de l’agglomération perchée protohistorique dont la durée est encore mal évaluée, peut-être de l’ordre d’un demi siècle (-25/25 ?). Il semble qu’il n’y ait pas de continuité entre l’habitat de l’âge du Fer et celui d’époque romaine. En effet, aucune construction ancienne n’est réemployée ou modifiée. Bien au contraire, toute trace antérieure au Ier s. est effacée au profit des constructions nouvelles. Toutefois, on peut supposer que l’implantation d’une agglomération en un lieu déjà occupé quelques décennies plus tôt par un habitat fortifié, dont les ruines devaient être toujours visibles, n’est pas le fruit du hasard. Les populations de l’âge du Fer avaient bien évidemment mis en place des réseaux de communication permettant de relier les principaux habitats entre eux et d’accéder aux ressources du terroir. C’est donc probablement l’existence de routes et chemins convergeant vers ce secteur, mais aussi sa position privilégiée non loin des rives de l’étang de l’Olivier et de l’Étang de Berre procurant ressources halieutiques et voie navigable vers la mer, ainsi que sa proximité avec la plaine de la Crau dont la vocation pastorale est bien établie depuis la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., qui sont à l’origine d’une nouvelle implantation humaine. À cela, s’ajoute la présence sur place d’abondants matériaux, notamment de moellons, prêts à être réemployés dans le chantier de construction comme nous avons pu le constater, notamment, avec des fragments de meules en basalte. Par ailleurs, il n’est pas exclu que certains habitants aient été les descendants des derniers habitants de l’oppidum, encore bien présent dans la mémoire collective. Certains indices suggèrent, en effet, que la population est d’origine indigène plutôt que coloniale. Cela transparaît, par exemple, dans les techniques architecturales, proches de celles de l’âge du Fer, ou dans le mode de construction de certains foyers dont la sole d’argile est façonnée sur un radier de galets recouvert de coquilles de moules. Cette spécificité culturelle a été reconnue sur le site au V e s. av. J.-C. et à la fin du IIe s. av. J.-C.48 En revanche, il n’est pas possible de savoir si le nombre d’habitants de l’époque romaine est sensiblement le même que celui de la fin de l’âge du Fer. Cela tient à la méconnaissance de l’occupation du sommet de la colline du Castellan aux Ier - IIe s. apr. J.-C. et, parallèlement, à la méconnaissance de l’occupation de bas de pente aux IIe - Ier s. av. J.-C. Tout au plus peut-on envisager la présence de quelques dizaines d’individus dans l’espace mis en lumière par la fouille préventive.

II- Chronologie de l’occupation

(Frédéric Marty)

  • 49 Marty 1999, 201.

3La période de création de l’agglomération peut être approchée grâce aux données stratigraphiques et céramologiques. Une datation autour du changement d’ère pourrait être compatible avec les sigillées italiques les plus anciennes retrouvées sur l’ensemble du site (Consp. 2, 2.1, 5.2 et 5.2/5.3), apparues un peu avant -20. Toutefois, aucun niveau archéologique ne peut être attribué à la période augustéenne. Soit ces niveaux ont été balayés et ne se sont pas conservés, soit le mobilier en question a été utilisé plus longtemps que sa durée d’usage normale. En effet, quelques céramiques légèrement plus anciennes parmi plusieurs milliers de tessons ne constituent pas une aberration49. Si l’on s’en tient donc aux contextes stratifiés, les céramiques fines fournissent un terminus post quem dans le deuxième quart du Ier s. (sigillées italiques Consp. 18, 22, 24.4).

4L’agglomération semble évoluer jusqu’à son abandon définitif sans véritable rupture tout au long de l’occupation, certains bâtiments étant transformés et utilisés sur la longue durée. Certes, on assiste à des remaniements affectant l’organisation générale de la circulation, tels que la construction de bâtiments à l’emplacement des voies, mais la stratigraphie relevée à l’intérieur des bâtiments est peu puissante, témoignant d’un entretien régulier des sols, ce qui ne favorise pas une lecture fine des changements intervenus pendant près de deux siècles.

  • 50 L’apparition du type doit, cependant, être légèrement plus ancienne dans la mesure où de rares fr (...)
  • 51 Auriemma 1997, 147-148.

5La période d’abandon du site, en revanche, repose sur des éléments plus lisibles. Le contexte significatif assurément le plus récent est le dernier niveau d’utilisation du puits 47, volontairement bouché avec des matériaux de construction au moment du départ de la population. Il contient un mobilier pouvant se rapporter en grande partie au deuxième quart du IIe s. et, tout au sommet, une amphore Kapitän 2 dont seul le fond est absent. Or, en l’état actuel des recherches, il semble que la diffusion de ce type d’amphore prenne réellement de l’ampleur à partir du début du IIIe s.50 On le retrouve, en effet, dans l’épave d’Ognina dont les monnaies fournissent un terminus post quem pour le naufrage vers 209-21251. Au Castellan, quelques rares céramiques disséminées dans les niveaux les plus récents doivent aussi être attribuées au IIIe s. (cruche Desbat 84 en sigillée claire B, pot à bord en amande Marty 2004 n°25 en céramique commune brune rhodanienne, amphorette levantine). Cette rareté, alliée à l’absence totale de sigillée africaine claire C sur près de 30000 tessons de céramique, invite à placer la date d’abandon de l’agglomération dans les années 210-220. Les monnaies, peu nombreuses, ne contredisent pas cette chronologie, les plus récentes étant un as de Marc Aurèle, peut-être frappé vers 180, et un as coulé au début du IIIe s. contrefaisant une monnaie d’Hadrien.

6Un phasage, établi en fonction des indices stratigraphiques, permet de saisir de manière globale les principales modifications urbanistiques :

7- Phase A (fig. 38) : deux concentrations de traces de mise en culture sont repérées dans la partie sud du terrain (canal d’irrigation, sillons, fosses de plantation de vignes et d’arbres). La voie 2192, dont le creusement recoupe le canal d’irrigation 2013, est rattachée à la même phase dans son tracé le plus ancien.

Fig. 38. Plan général de la phase A (DAO N. Gonzalez).

Fig. 38. Plan général de la phase A (DAO N. Gonzalez).

8- Phase B (fig. 39-42) : le réseau viaire est entièrement mis en place et fonctionnel. Quelques bâtiments (5, 13, 14) ainsi que les restes d’autres mal conservés et non restituables (structure hydraulique 211, murs 12, 16 et 2178, lambeaux de murs sous le bâtiment 15) sont considérés comme les constructions les plus anciennes de l’agglomération.

Fig. 39. Plan général de la phase B (DAO N. Gonzalez).

Fig. 39. Plan général de la phase B (DAO N. Gonzalez).

Fig. 40. Vestiges de la phase B dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 40. Vestiges de la phase B dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 41. Vestiges de la phase B dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).

Fig. 41. Vestiges de la phase B dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).

Fig. 42. Vestiges de la phase B dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).

Fig. 42. Vestiges de la phase B dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).

9- Phase C (fig. 43-46) : à cette phase sont attribuées les principales constructions mises en évidence, dont la plupart dureront jusqu’à l’abandon définitif du site (bâtiments 1, 2, 4, 6, 7, 8, 11, 15, 16, 17). Les fondations du bâtiment 6 reprennent le plan du bâtiment 5 désormais recouvert.

Fig. 43. Plan général de la phase C (DAO N. Gonzalez).

Fig. 43. Plan général de la phase C (DAO N. Gonzalez).

Fig. 44. Vestiges de la phase C dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 44. Vestiges de la phase C dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 45. Vestiges de la phase C dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).

Fig. 45. Vestiges de la phase C dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).

Fig. 46. Vestiges de la phase C dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).

Fig. 46. Vestiges de la phase C dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).

10- Phase D (fig. 47-50) : certains bâtiments sont légèrement transformés par l’ajout de maçonneries (bâtiments 2, 6, 11, 16, 17) tandis que d’autres apparaissent (bâtiments 9, 10, 12, autre bâtiment dont un angle est formé par les murs 11 et 43). Le bâtiment 9 prend la place du bâtiment 8 sur lequel il s’appuie en partie. Le mur de clôture du jardin 15 est rebâti. Une construction légère s’appuie sur lui (bâtiment 3).

Fig. 47. Plan général de la phase D (DAO N. Gonzalez).

Fig. 47. Plan général de la phase D (DAO N. Gonzalez).

Fig. 48. Vestiges de la phase D dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 48. Vestiges de la phase D dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 49. Vestiges de la phase D dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).

Fig. 49. Vestiges de la phase D dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).

Fig. 50. Vestiges de la phase D dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).

Fig. 50. Vestiges de la phase D dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).

11- Phase E (fig. 51-52) : le site est abandonné et les puits volontairement bouchés avec des matériaux pris sur place. Le mur 103, qui barre le passage de la voie 163, paraît être la construction la plus tardive et a donc été rattaché à cette phase.

Fig. 51. Plan général de la phase E (DAO N. Gonzalez).

Fig. 51. Plan général de la phase E (DAO N. Gonzalez).

Fig. 52. Vestiges de la phase E dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Fig. 52. Vestiges de la phase E dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).

Notes

48 Marty 2004b.

49 Marty 1999, 201.

50 L’apparition du type doit, cependant, être légèrement plus ancienne dans la mesure où de rares fragments d’amphore Kapitän 2 ont été mis en évidence dans les niveaux de la fin du IIe s. des Thermes des Nageurs, à Ostie (Rizzo 2014, 328-329). De manière indirecte, des lampes africaines décorées d’un personnage débouchant une amphore sont bien datées de la seconde moitié du IIe s. Or, la représentation de l’amphore, notamment sur un exemplaire de la nécropole de Pupput (deux lampes similaires proviennent aussi des structures funéraires du Castellan), avec un profil de panse caractéristique et des cannelures bien marquées sur le col, suggère incontestablement le type Kapitän 2. La courbure des anses, en revanche, rappelle davantage le type Kapitän 1 (Bonifay 2004, fig. 178, 11). On a donc peut-être affaire à la représentation d’un modèle précoce.

51 Auriemma 1997, 147-148.

Table des illustrations

Titre Fig. 37. Numérotation des bâtiments, espaces et voies (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 38. Plan général de la phase A (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 39. Plan général de la phase B (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 40. Vestiges de la phase B dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 41. Vestiges de la phase B dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-5.png
Fichier image/png, 156k
Titre Fig. 42. Vestiges de la phase B dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 43. Plan général de la phase C (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 44. Vestiges de la phase C dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 45. Vestiges de la phase C dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 46. Vestiges de la phase C dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 47. Plan général de la phase D (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 48. Vestiges de la phase D dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 49. Vestiges de la phase D dans la zone sud-est (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-13.png
Fichier image/png, 340k
Titre Fig. 50. Vestiges de la phase D dans la zone sud-ouest (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-14.png
Fichier image/png, 215k
Titre Fig. 51. Plan général de la phase E (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 52. Vestiges de la phase E dans la zone nord (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14858/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search