Version classiqueVersion mobile

Une agglomération rurale gallo-romaine des rives de l’Étang de Berre

 | 
Frédéric Marty
, 
Brice Chevaux

Avant-propos

Frédéric Marty

Texte intégral

  • 1 La fouille a aussi permis de mettre au jour une aire d’ensilage médiévale dont la publication est (...)

1La colline du Castellan, magnifique espace naturel préservé au cœur de la commune d’Istres, offre une vue remarquable sur la ville, sur l’étang de l’Olivier et sur les petits reliefs tabulaires qui bordent la rive occidentale de l’Étang de Berre. Elle est connue depuis longtemps des Istréens, qui viennent s’y promener, et de la communauté scientifique, pour avoir été le siège d’une agglomération fortifiée gauloise de l’âge du Fer. En effet, entre 1948 et 1950 au moins, E. Aquaron, membre de l’association des Amis du Vieil Istres, y a effectué avec son équipe des sondages et des fouilles archéologiques qui ont révélé l’importance de cet habitat perché et fourni les premiers indices chronologiques relatifs à son occupation. À mon arrivée au musée archéologique d’Istres, en 1999, le conservateur d’alors, Martine Sciallano, m’avait fixé parmi les premiers objectifs de reprendre l’étude du site à partir des collections anciennes et d’initier de nouvelles recherches de terrain. Une fouille en 2000 suivie de plusieurs campagnes de prospections géophysiques ont mis en lumière une trame urbaine et ont permis de tracer un schéma évolutif de l’habitat durant l’âge du Fer. E. Aquaron avait aussi repéré, sur le piémont ouest de la colline, en pratiquant une tranchée, des vestiges alors attribués à une villa gallo-romaine. Comme ces découvertes, limitées dans l’espace, n’avaient fait l’objet que de compte-rendus succincts – dont ne nous sont parvenus ni photographie ni plan – il demeurait difficile de se faire une idée précise des vestiges mis au jour. Le terrain était, d’autre part, rendu inaccessible à l’archéologie, ces dernières années, par la construction de terrains de sport, d’un gymnase et d’un théâtre de verdure. Par chance, le projet de construction d’une nouvelle cité administrative pour la ville d’Istres, à leur emplacement, a été l’occasion de reprendre cette problématique et de fouiller les vestiges sur une superficie suffisamment étendue pour comprendre qu’en fait de villa, nous avions affaire à une véritable agglomération secondaire rurale, renouvelant ainsi la vision qui prévalait du peuplement ancien de la rive occidentale de l’Étang de Berre. En outre, l’identification de cette agglomération intervenait dans un contexte scientifique marqué par la mise en évidence d’une autre agglomération secondaire gallo-romaine sur le site de Tholon, à moins de 12 km au sud, à Martigues. Nous avions donc, pour la première fois dans la région, la possibilité d’appréhender un type d’habitat probablement fort répandu, mais encore largement méconnu car rarement fouillé à cette échelle1.

  • 2 Xavier Delestre et Françoise Trial (Service Régional de l’Archéologie).
  • 3 Bernard Granié (Président du SAN Ouest Provence), Marie-Hélène Sibille (Directrice du Pôle Interc (...)
  • 4 François Bernardini (Maire d’Istres), Christophe Ismar, Eric Sixdenier, Miguel Barreros, Nacer Be (...)
  • 5 Vincent Chavarria, Rémy Clément, José Dos Santos Silva, Eric Drozd, Cédric Gandon, Didier Gouraud (...)

2Le Syndicat d’Agglomération Nouvelle Ouest Provence était à la fois aménageur et opérateur d’archéologie préventive. L’opération a ainsi pu se dérouler de manière réactive et coordonnée avec les différents services mobilisés par le projet. Bien en amont, en 2010, une demande anticipée de diagnostic archéologique, suggérée par le Pôle Intercommunal du Patrimoine Culturel qui en a entrepris la réalisation, a permis de disposer très rapidement des éléments permettant de programmer la phase de fouille dans le calendrier du chantier. Par la suite, la fouille proprement dite a été menée dans les meilleurs délais tout en répondant scrupuleusement au cahier des charges fixé par le Service Régional de l’Archéologie, le terrain étant rendu bien avant la date de démarrage des travaux postérieurs, liés au chantier de construction. Ainsi, la phase de fouille a été réalisée du 20 avril au 18 octobre 2011. Une autorisation supplémentaire a permis de prélever des enduits peints jusqu’au 17 novembre. Au final, la recherche archéologique s’est déroulée dans des conditions optimales, bien éloignées de l’image du « poil à gratter » qu’on prête parfois, de manière amicale, au responsable de l’opération. Bien entendu, ce résultat doit beaucoup tant à la collaboration des acteurs du projet – intervenants administratifs et techniques de l’État2, de l’intercommunalité3 et de la ville d’Istres4 – qu’au professionnalisme des équipes de terrassement de TP Provence5 et à l’engagement sans faille de l’équipe de fouille que je tiens à remercier. Cette dernière était constituée de deux responsables de secteur – Brice Chevaux et Sophie Ledrole –, une topographe – Nathalie Gonzalez –, une dessinatrice – Jordane Tysseire – et treize techniciens de fouille – Stéphane Abellon, Zouina Bouabdallah, Thibault Canillos, Bruno Coelho, Aloïs Corona, Nicole Ferrer, Céline Huguet, Emmanuel L’Hénaff, Elodie Martin-Kobierzyki, Cécile Pons, Vanessa Prades, Laure Sornin-Petit et Camille Vosgien – auxquels se sont joints les bénévoles de l’Association des Musées d’Istres – Danielle Bernard, Michel Chérou, Jean-Claude Huard, Michel Sidolle, Laïza Thévenon et Jean-Noël Yniesta – et une stagiaire de l’Université d’Aix-Marseille – Sophie Heudhuin. Monique Bros, Clotilde Cherubini, Chantal Husson et Laudine Robin sont venues renforcer l’équipe pour des tâches de post-fouille. Pour des raisons de compétence et de sécurité, la fouille des puits a été confiée à Jean-Marc Féménias, président de l’association Archéopuits. Nous avons aussi bénéficié, pour la fouille et l’étude des structures funéraires, du concours de Gaëlle Granier, Alexia Lattard et Claire Terrat. Après les pluies continues des mois d’octobre et novembre, le prélèvement des enduits peints, initié par Denis Delpalillo, a pu être mené à son terme par Sabine Groetembril. Je remercie également tous les collègues et spécialistes qui m’ont fait l’amitié de venir échanger directement sur le terrain ou qui se sont penchés sur des problématiques liées au mobilier et aux prélèvements : Alain Badie, Jean-Claude Bardzakian, Michel Bats, Michel Bonifay, Henri Broise, Carine Cenzon-Salvayre, Jean Chausserie-Laprée, Aline Doniga, Aline Durand, Souen Fontaine, Joël Françoise, Jean-Marie Gassend, Hélène Guiraud, Lucie Lemoigne, Samuel Longepierre, Hélène Marino, Thierry Martin, Marion Rapilliard, Michel Rétif, Jean-Frédéric Terral, Mireille Vacca-Goutouli... Enfin, merci à Serge Ectassy pour le magnifique tour en avion programmé pour réaliser les photographies aériennes de fin de fouille.

Contexte géographique et géomorphologique

3Le terrain concerné par l’aménagement, fouillé sur une emprise de 6566 m², est situé à 190 m au nord-est du centre ancien d’Istres et en rive sud de l’étang de l’Olivier, sur le piémont occidental de la colline du Castellan (fig. 1-8). Cette dernière forme un promontoire rocheux s’avançant actuellement dans l’étang de l’Olivier. Son sommet culmine à 40,85 m NGF, le niveau de l’étang étant stabilisé à la cote 0 depuis 1660. Le plateau, d’une longueur d’environ 300 m sur 130 m de large (environ 2 ha) est légèrement incliné vers le nord où il est délimité par un escarpement atteignant 15 m d’altitude.

Fig. 1. Localisation géographique du site (DAO Fr. Marty).

Fig. 1. Localisation géographique du site (DAO Fr. Marty).

Fig. 2. Localisation du projet, carte IGN Scan 25, 1/25000e.

Fig. 2. Localisation du projet, carte IGN Scan 25, 1/25000e.

Fig. 3. Plan du site sur fond cadastral (DAO N. Gonzalez).

Fig. 3. Plan du site sur fond cadastral (DAO N. Gonzalez).

Fig. 4. Vue aérienne d’Istres et de la colline du Castellan vers 1935 (coll. Fr. Marty).

Fig. 4. Vue aérienne d’Istres et de la colline du Castellan vers 1935 (coll. Fr. Marty).

Fig. 5. Vue aérienne du site du chemin du Castellan en fin de fouille (cliché Fr. Marty).

Fig. 5. Vue aérienne du site du chemin du Castellan en fin de fouille (cliché Fr. Marty).

Fig. 6. Vue aérienne du chantier en fin de fouille (cliché Fr. Marty).

Fig. 6. Vue aérienne du chantier en fin de fouille (cliché Fr. Marty).

Fig. 7. Vue générale du chantier depuis le sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 7. Vue générale du chantier depuis le sud (cliché Fr. Marty).

Fig. 8. Vue générale du chantier depuis le nord (cliché Fr. Marty).

Fig. 8. Vue générale du chantier depuis le nord (cliché Fr. Marty).
  • 6 Gouin 1935, 66-67.

4Avant la fouille, l’espace prescrit, largement artificialisé, était occupé par des bâtiments et aménagements sportifs : un gymnase (construit en 1965), des tennis couverts (construits en 1985), un plateau de tennis de plein air et un théâtre de verdure. La topographie originelle des lieux a fortement été modifiée par l’urbanisation qui a gagné ce secteur dès les années 1920. En effet, à cette époque, un marais aux odeurs pestilentielles occupait le fond du golfe de Sainte-Catherine immédiatement à l’ouest de l’emprise du chantier. Pour l’assainir, la municipalité de Félix Gouin, entre 1922 et 1935, y a déversé les gadoues de la ville et les matériaux de démolition des entrepreneurs locaux, créant ainsi une esplanade artificielle6. Plus tard, dans les années 1930, s’est installé le bâtiment des Ponts-et-Chaussées, approximativement au niveau de l’école maternelle actuelle. Les terrains situés plus à l’est étaient alors plantés en vigne.

  • 7 Carte géologique de la France à 1/50000e. Feuille d’Istres (XXX-44-45). BRGM. Formations m1b, m2a (...)
  • 8 Clauzon, Ambert, Vaudour 1990, 81.
  • 9 Trément 1999, 234-251.
  • 10 Giroussens 1996.

5Du golfe de Sainte-Catherine jusqu’au sommet de la colline du Castellan, à l’est, la géologie montre une succession de dépôts sédimentaires marins néogènes7. À la base, une calcarénite blanche est attribuée au Burdigalien. Elle est surmontée par trois formations du Vindobonien inférieur : un niveau d’argile calcaire, des sables et grès, puis un entablement de biocalcirudite rousse. L’étang saumâtre de l’Olivier occupe l’une des nombreuses dépressions naturelles creusées dans ces terrains par les actions périglaciaires, particulièrement éoliennes, qui se sont développées jusqu’à la fin du Würm8. Bien que le niveau de son plan d’eau ait varié au fil du temps – avec une superficie plus restreinte à l’âge du Fer et surtout dans l’Antiquité9 – celui-ci s’est considérablement élevé à partir des années 1565-1580, après l’achèvement par l’ingénieur Adam de Craponne d’un canal amenant les eaux de la Durance à Istres afin d’irriguer le terroir et de faire fonctionner un moulin à farine. En effet, ce canal, s’il se jetait dans l’Étang de Berre, déversait aussi de l’eau dans l’étang de l’Olivier, peut-être du fait d’un mauvais entretien des fossés. La submersion de jardins, de chemins et bientôt du quartier Sainte-Catherine va conduire les Istréens à creuser, vers 1660, un canal entre les étangs de Berre et de l’Olivier afin de stabiliser le niveau de ce dernier. Cette montée des eaux aura pour conséquence la disparition d’un salin exploité entre les années 1539 et 1580 environ. Les installations saunières devaient se situer dans le quartier Sainte-Catherine puisqu’elles sont signalées au bord de l’étang « proche dudict lieu d’Istre d’ung traict de harquebouse »10.

Contexte archéologique et historique des recherches

  • 11 Aquaron 1949, 5.
  • 12 Aquaron 1949 ; 1949b ; 1949c ; 1950 ; Amar 1977 ; Benoit 1950 ; Benoit 1954.
  • 13 Marty 2002b et 2002c, 33-34.
  • 14 Armit et al. 2014.

6Les premiers travaux archéologiques menés sur le secteur du Castellan n’ont débuté, à notre connaissance, qu’en 1937. Cette année-là, le célèbre aviateur Joseph Thoret fouille un abri situé sur le flanc est de la colline11. Nous ignorons quels furent les résultats de ces travaux de terrain. À partir de 1948 et jusqu’en 1950 au moins, une nouvelle impulsion est donnée aux recherches. En effet, une équipe de fouilles constituée de membres des Amis du Vieil Istres, conduite par E. Aquaron, entreprend, en divers points du site, de nombreux sondages dont la localisation précise demeure parfois problématique12. Les structures mises au jour se rapportent à un habitat gaulois de hauteur, une occupation gallo-romaine et une sépulture médiévale. L’étude des collections issues de ces recherches anciennes et la réalisation d’une fouille peu étendue, en 2000, ont permis de préciser l’évolution chronologique du site pour les premier et second âges du Fer et de repérer des traces médiévales d’exploitation de la pierre13. Des prospections géophysiques menées avec l’Université de Bradford en 2007 et 2008, ont enfin apporté une première vision de la trame urbaine de l’agglomération gauloise perchée14.

  • 15 Trément 1999.

7Aujourd’hui, la problématique relative à l’occupation d’époque romaine s’inscrit dans le contexte de l’étude de la dynamique de peuplement de la région de l’ouest de l’Étang de Berre, initiée à cette échelle par Frédéric Trément, dès 1987, dans le cadre d’une thèse de doctorat15. Elle doit, par ailleurs, être mise en relation avec l’occupation protohistorique de la colline afin d’aborder le thème de la romanisation des campagnes et de l’évolution de l’habitat. Cette micro-région est marquée, dès le VIe s. av. J.-C., par la fondation d’une agglomération protohistorique majeure, Saint-Blaise, dont l’habitat du Castellan semble dépendre économiquement et peut-être aussi politiquement. Cette situation perdure, probablement, jusqu’au milieu du IIe s. av. J.-C., Saint-Blaise étant détruit militairement vers 130/120 av. J.-C. Au cours du Ier s., de nombreux habitats s’implantent dans les campagnes environnantes. Le mouvement se met en place dès la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., probable conséquence de la déduction de la colonie romaine d’Arles en 46 av. J.-C. Au début du Ier s. de notre ère, le réseau se densifie rapidement, le maximum de peuplement étant atteint dans le deuxième tiers du siècle. La plupart des habitats seront occupés pendant plusieurs siècles. L’occupation antique du Castellan parait s’insérer dans ce schéma dynamique nourri en grande partie par les prospections. La proximité du port antique de Fos, l’un des avant-ports d’Arles, n’est certainement pas étrangère à cet essor.

L’habitat gaulois

  • 16 Benoit 1954.

8Sur la face est de la colline, E. Aquaron fouille en 1948 ce qu’il appelle « deux fonds de cabane(s) juxtaposées » ayant livré « de nombreux fragments de poterie romaine et un vase déformé en terre cuite et rempli de cendres ». L’emplacement de ces vestiges correspond à celui d’une construction à abside (V e s. av. J.-C. ?) de direction nord-sud mesurant 6,50 m sur 4,50 m et comportant un trou de poteau central de 0,20 m de diamètre. Ce bâtiment, signalé par F. Benoit16, contenait de la céramique grise monochrome, claire massaliète, des fragments d’amphores massaliètes micacées, mais aussi de la céramique campanienne (graffiti δ, μαρι et ου) et arétine (plat estampillé A. TITI / FIGV) entretenant la confusion sur la chronologie réelle de l’édifice, en l’absence de relevé stratigraphique. Une autre case, dont nous ne savons rien, fut également dégagée au dessus des abris de défense passive de la seconde guerre mondiale creusés au pied de la colline, sur sa bordure sud-est. Pendant plusieurs années, les sondages se poursuivent livrant des céramiques et autres petits objets sans qu’aucune stratigraphie ne soit relevée, aucun plan dressé et aucun mobilier classé.

  • 17 Lejeune 1988, 100-101.
  • 18 Benoit 1954.
  • 19 Marty 2002b, 146.

9Lorsqu’on parcourt le site, quelques vestiges mal datés apparaissent. Ainsi, une voie à ornières, que l’on peut suivre sur une centaine de mètres, traverse le nord du plateau. Elle est tronquée en maints endroits par les travaux des carriers qui ont exploité la molasse, notamment à l’époque médiévale. Près de son extrémité ouest, on aperçoit un seuil taillé dans le substrat rocheux, large de 0,90 m et long de 2,10 m minimum. La roche a également été taillée en deux points distincts, sur le côté est, afin d’obtenir des escaliers permettant de relier deux terrasses naturelles. Non loin de là, se trouve une inscription gallo-grecque profondément gravée (35 à 40 mm) sur une paroi rocheuse à 2,40 m au dessus du sol : ΜΑΤΡΟΝ. Les premières lettres mesurent 0,20 à 0,22 m de haut, les deux dernières 0,17 m. Le texte se développe sur 1,35 m. Le Μ est ligaturé au Α à barrette brisée. On obtient ainsi le génitif pluriel du nom gaulois des « Mères » : ματρον. Pour M. Lejeune, cette inscription indique que l’oppidum a été placé, à un moment donné, sous la protection des Mères17. La gravure date très probablement du Ier s. av. J.-C. ou, au plus tôt du IIe s. av. J.-C. Une fouille menée au pied de l’inscription « poussée jusqu’au sol de galets [...] n’a donné aucun débris de poterie »18. F. Benoit s’attendait-il à trouver là du matériel cultuel ? En revanche, un fragment de sculpture préromaine représentant l’épaulière d’un guerrier indique peut-être l’existence d’un lieu de culte sur le site durant l’âge du Fer19.

  • 20 Marty 2002b.

10L’étude des collections anciennes et la fouille stratigraphique de l’année 2000 permettent de dégager les grands traits de l’évolution du site à l’âge du Fer20. Les habitants s’installent dans le courant du premier quart du VIe s. av. J.-C. ou au plus tard dans le second quart du siècle. Cette datation s’appuie notamment sur la présence d’un fond de kylix grecque de type B1 (-620 à -570/-560) et sur plusieurs tessons de céramiques tournées datables de la première moitié du VIe s. av. J.-C. Après une occupation dense du VIe au début du IV e s. av. J.-C., le site semble connaître une période de récession marquée par la rareté du mobilier attribuable aux IV e - IIIe s. av. J.-C. La reprise est nette à partir du IIe s. av. J.-C. Sur le sol d’une maison détruite rapidement à la fin de ce siècle, plusieurs aménagements liés aux pratiques culinaires ont été retrouvés : une sole de foyer décorée en argile, un four à pain en terre et un foyer en U formé de deux adobes disposés de chant contre une paroi. Au même moment, sont attestées l’oléiculture et probablement la viticulture. Quelques temps plus tard, un atelier de forge occasionnel est installé en plein air sur les ruines de la maison. Dans la première moitié du Ier s. av. J.-C., l’habitat est restructuré avec l’édification d’un rempart-terrasse contre lequel viennent prendre place des niveaux de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C.

11Des prospections géophysiques ont permis de restituer l’organisation générale du site (fig. 9). Les investigations ont principalement concerné le plateau situé en partie centrale de la colline ainsi qu’un petit replat légèrement en amont, au sud. Trois méthodes complémentaires ont été employées : prospections électrique, magnétique et géo-radar. Les résultats obtenus sont éloquents. En effet, on discerne clairement deux trames urbaines superposées comportant des espaces bâtis desservis par des espaces viaires, selon un schéma pré-établi. La première trame, la moins lisible car la plus enfouie, révèle des structures en pierre linéaires de direction nord-est / sud-ouest et nord-ouest / sud-est. De petites unités bâties semblent se dessiner et forment probablement des îlots le long d’axes de circulation orthogonaux. La trame la plus récente montre de grands axes traversant toute la zone prospectée qui correspondent vraisemblablement à des rues se recoupant à angle droit, structurant ainsi l’agglomération. La direction des axes diverge de celle de la trame sous-jacente avec des murs est/ouest et sud/nord. On notera, au sud de la zone, ce qui semble être un grand bâtiment dont la fonction reste à déterminer. En surface de celui-ci, on peut observer un grand fragment de seuil en pierre probablement déplacé par des travaux agricoles ou une fouille ancienne. La prospection géo-radar a aussi mis en évidence un léger étagement des constructions. Il semblerait que le substrat ait été taillé en paliers de façon à créer des sols plans aptes à recevoir les bâtiments. Par ailleurs, plusieurs zones ayant subi une forte action de feu ont été repérées (en orange sur le plan). Il s’agit probablement, dans la plupart des cas, de foyers. L’anomalie la plus étendue pourrait correspondre à une zone artisanale ou à un bâtiment incendié. Seule une fouille permettrait de s’en assurer. Concernant la chronologie, en l’absence de sondages, il est impossible de dater les deux trames urbaines repérées. Néanmoins, connaissant la chronologie générale de l’occupation de la colline, il est permis de proposer l’hypothèse d’une agglomération du premier âge du Fer à laquelle succède une agglomération du second âge du Fer.

Fig. 9. Résultats des prospections géophysiques sur la colline du Castellan (I. Armit et T. Horsley).

Fig. 9. Résultats des prospections géophysiques sur la colline du Castellan (I. Armit et T. Horsley).

L’occupation antique

  • 21 Aquaron 1949; 1949b; 1949c; 1950.
  • 22 Dans cette étude, la villa est localisée à tord à l’est de la colline du Castellan (et non à l’ou (...)
  • 23 Gouin 1935, 38-41.

12L’équipe d’E. Aquaron dégagea entre 1948 et 1950, au pied de la colline du Castellan, des vestiges de constructions qui furent attribués à une villa gallo-romaine21. Celle-ci fut différenciée de l’habitat gaulois et dénommée villa de Sainte-Catherine par Frédéric Trément, dans sa thèse de doctorat en 199422. Selon les fouilleurs, la villa est localisée près de « l’entrée du tunnel de l’égout », creusé à partir de 1923 sous le Castellan, sur 173 m de longueur, pour amener les rejets ménagers dans l’étang de l’Olivier à l’est du Castellan, près du canal de jonction avec l’Étang de Berre23. L’entrée du « tunnel » est aujourd’hui le seul repère existant sur le terrain. Aucun plan ni aucune carte ne nous sont parvenus qui auraient permis de préciser l’emplacement des vestiges découverts.

13La description des structures mises au jour à cette époque repose donc exclusivement sur les comptes rendus écrits de fouilles. Ainsi, à une quarantaine de mètres au sud de l’entrée de la canalisation d’évacuation des eaux usées, l’équipe d’E. Aquaron dégagea un seuil de porte en pierre taillée interprété alors comme un portail de clôture de la villa gallo-romaine. À trois mètres plus au nord, un bassin dont les caractéristiques et les dimensions ne sont pas précisées, pouvait servir, au dire des fouilleurs, d’abreuvoir ou de lavoir. La fonction du bassin (bétonné ?) mériterait, bien évidemment, d’être révisée. Entre ce point de découverte et la canalisation, une tranchée de 22 m de long sur 1,50 m de large a permis de dégager quatre pièces d’un bâtiment adossé au piémont de la colline du Castellan. En outre, celui-ci se situe à un niveau proche de celui de l’étang de l’Olivier puisque l’on signale que les vestiges étaient en partie immergés au moment de la fouille. La découverte de fragments d’enduits peints à décor de bandes rouges, noires et blanches indique que certaines pièces possédaient des enduits muraux peints polychromes. À quelques mètres au sud de la canalisation, se trouve un « escalier monumental », caractérisé par deux montants espacés de 7,50 m, bâtis en pierres superposées, apparents en 1948 sur une hauteur de 0,90 m et 1,50 m. Les blocs de pierre composant cet ensemble ont une longueur de 0,40 m et une hauteur moyenne de 0,30 à 0,50 m. L’un des montants, sur la face latérale, porte une entaille de 0,50 m de long, 0,10 m de large et 0,20 m de profondeur. Dans les comptes-rendus, il n’est nulle part fait mention de marches. Faut-il donc voir dans cette description une large entrée munie d’une porte ? Enfin, au nord de la canalisation, une tranchée de 25 m de long sur 1,25 m de large a révélé, à proximité immédiate de l’ouvrage, un bloc de pierre de 0,30 m de hauteur sur 0,50 m de largeur reposant directement sur le substrat (« safre gris bleu »).

  • 24 Giroussens 1987, 45-46.
  • 25 Arcelin 1981, fig. 7, n° 45, 51 et 58.

14Le mobilier recueilli par les « Amis du Vieil Istres » à l’emplacement de la supposée villa est aujourd’hui complètement mélangé à celui provenant de l’oppidum du Castellan. D’autre part, il est parfois difficile, à la lecture des rapports de fouilles, de différencier ce qui a été trouvé au sommet et au pied de la colline. La bibliographie permet de lister sûrement les éléments suivants : sigillée sud-gauloise (une assiette Drag. 36 et une coupe Drag. 37 des années 80-90 dont le décor est constitué par la répétition à quatre reprises de deux cerfs couchés se faisant face, séparés par un flabellum surmonté de deux oiseaux24) ; gobelets à parois fines à décor d’écailles de pommes de pin, à décor sablé et à décor clouté ; bol « de Roanne » en céramique celtique25 ; céramique commune gallo-romaine ; pot Mellinand 1a en céramique grise rhodanienne ; céramique non tournée ; amphores ; jarres ; lampes (plusieurs exemplaires dont une à médaillon décoré d’un bouquetin sautant à gauche, une à médaillon à décor érotique et une troisième dont le médaillon figure un personnage tourné à droite et penché vers l’avant, plongeant les mains dans un panier. À l’arrière-plan, apparaît la tête d’une chèvre) ; figurine en terre cuite représentant un dieu barbu ; objets en verre ; objets en bronze et en fer ; monnaies massaliètes et bronze de Vespasien ; fragments d’enduit peint à bandes rouges, noires et blanches.

15Ces éléments ont naturellement conduit E. Aquaron à dater la villa de la fin du Ier s. apr. J.-C. La fouille préventive réalisée en 2011 permet d’avoir une vision plus précise du site, invalide l’hypothèse d’une villa que suggéraient les données anciennes et permet de réviser la chronologie de l’occupation.

Le Moyen Age

  • 26 Ly-8907[GrA]: 920 + ou - 30 BP.
  • 27 Marty 2013b.

16En 1948, E. Aquaron entreprend également au sommet de la colline des recherches qui l’amènent à dégager une sépulture d’adulte masculin de stature élevée (1,75 m minimum) décédé vers 45 ans. Le défunt était allongé la tête à l’ouest et les pieds à l’est dans une position très particulière : « les mains étaient réunies derrière le dos, comme liées et les membres inférieurs allongés, le pied gauche passé sous le pied droit ». Le corps reposait sur un lit de galets de Crau. Sur sa gauche, à 0,50 m, ont été retrouvés les membres et le crâne d’un petit bélier peut-être retenus au moment de l’offrande par la peau de l’animal. Selon le fouilleur, quatre vases étaient disposés au dessus de la tête. L’un d’eux, seul retrouvé pour l’étude, en partie reconstitué, est datable de l’époque augustéenne et plus largement entre 20 av. J.-C. et 50 apr. J.-C. Il s’agit d’un pot en céramique non tournée de type Mellinand 1b. Le tout était recouvert de terre argileuse rouge. Si, dans un premier temps, le vase a été considéré comme une offrande susceptible d’orienter l’attribution chronologique de la sépulture, des doutes concernant le lien entre l’objet et la structure nous ont persuadé, en 2012, de faire réaliser une datation radiocarbone sur un fragment du fémur droit. Le résultat26 donne une date comprise entre 1027 et 1203 apr. J.-C., avec un indice de confiance de 95 %. La sépulture est donc celle d’un homme du XIe ou du XIIe s. Sans entrer dans les détails, l’analyse du contexte a conduit à privilégier l’hypothèse d’une sépulture isolée atypique ayant reçu le corps d’un homme définitivement banni de la communauté, inhumé près de son lieu d’exécution et / ou d’exposition27.

  • 28 Marty 2002c, 33-34.
  • 29 Bessac 1996, 243-245.

17Sur le pourtour du plateau, des vestiges d’exploitation de la roche sont visibles en différents points. La fouille réalisée en 200028 a permis d’observer une couche de déchets de taille de la pierre (éclats de molasse et gravillons) et des traces d’extraction. Celles-ci sont matérialisées au sol par trois négatifs d’enlèvement de blocs alignés opportunément contre une fissure naturelle du rocher et un bloc parallélépipédique en cours d’extraction (0,90 x 0,60 x 0,30 m). Les blocs sont découpés à l’aide d’une escoude à pointe unique. Ils sont ensuite détachés du plancher en introduisant des coins métalliques dans des encoignures creusées à la base des blocs. Le bloc non extrait comporte deux encoignures à la base de chacun des deux grands côtés. Une autre trace d’extraction à peu près sûrement datée, visible du côté est de la colline, concerne un cylindre dont les tranchées adoptent des parois quadrangulaires à l’extérieur et circulaires à l’intérieur. J.-C. Bessac date ce type d’extraction de la fin du XIV e s. et du début du XV e s. au Bois des Lens, à Nîmes29.

18Enfin, la fouille de 2011 a révélé l’existence de quinze silos, d’un mur de terrasse et d’un drain qui indiquent probablement l’existence d’une petite ferme familiale, sur le piémont de la colline, exploitant les potentialités agricoles du secteur péri-urbain entre la fin du XIIIe s. - début XIV e s. et le XV e s.

Notes

1 La fouille a aussi permis de mettre au jour une aire d’ensilage médiévale dont la publication est prévue dans un autre cadre.

2 Xavier Delestre et Françoise Trial (Service Régional de l’Archéologie).

3 Bernard Granié (Président du SAN Ouest Provence), Marie-Hélène Sibille (Directrice du Pôle Intercommunal du Patrimoine Culturel), Jean-Pierre Di Caro, Dominique Rossi, Marc Voizot.

4 François Bernardini (Maire d’Istres), Christophe Ismar, Eric Sixdenier, Miguel Barreros, Nacer Belouassi.

5 Vincent Chavarria, Rémy Clément, José Dos Santos Silva, Eric Drozd, Cédric Gandon, Didier Gouraud, Jean-Luc Mairet, Alexis Palmier, Sylvain Poirot, Claude Vaxelaire.

6 Gouin 1935, 66-67.

7 Carte géologique de la France à 1/50000e. Feuille d’Istres (XXX-44-45). BRGM. Formations m1b, m2aA, m2aS
et m2a1.

8 Clauzon, Ambert, Vaudour 1990, 81.

9 Trément 1999, 234-251.

10 Giroussens 1996.

11 Aquaron 1949, 5.

12 Aquaron 1949 ; 1949b ; 1949c ; 1950 ; Amar 1977 ; Benoit 1950 ; Benoit 1954.

13 Marty 2002b et 2002c, 33-34.

14 Armit et al. 2014.

15 Trément 1999.

16 Benoit 1954.

17 Lejeune 1988, 100-101.

18 Benoit 1954.

19 Marty 2002b, 146.

20 Marty 2002b.

21 Aquaron 1949; 1949b; 1949c; 1950.

22 Dans cette étude, la villa est localisée à tord à l’est de la colline du Castellan (et non à l’ouest), c’est-à-dire près de la sortie du tunnel de l’égout (et non de l’entrée) : Trément 1994, IS-033 ; Trément 1999, IS-022.

23 Gouin 1935, 38-41.

24 Giroussens 1987, 45-46.

25 Arcelin 1981, fig. 7, n° 45, 51 et 58.

26 Ly-8907[GrA]: 920 + ou - 30 BP.

27 Marty 2013b.

28 Marty 2002c, 33-34.

29 Bessac 1996, 243-245.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation géographique du site (DAO Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2. Localisation du projet, carte IGN Scan 25, 1/25000e.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3. Plan du site sur fond cadastral (DAO N. Gonzalez).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4. Vue aérienne d’Istres et de la colline du Castellan vers 1935 (coll. Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 5. Vue aérienne du site du chemin du Castellan en fin de fouille (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 6. Vue aérienne du chantier en fin de fouille (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 7. Vue générale du chantier depuis le sud (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 8. Vue générale du chantier depuis le nord (cliché Fr. Marty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 9. Résultats des prospections géophysiques sur la colline du Castellan (I. Armit et T. Horsley).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search