Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Deuxième partie. Les fortifications de l’oppidum à la fin du premier âge du Fer et au début du second (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Conclusion générale sur l’occupation et la fortification de l’oppidum à la fin du premier âge du Fer et au début du second

Texte intégral

11. Une première occupation, dont on ne peut pour l’instant déterminer l’importance, a lieu très tôt sur le site avant même l’installation du premier habitat organisé et fortifié de la fin du premier âge du Fer. Sa présence est rendue perceptible par certaines céramiques modelées (notamment les fragments d’urne des VIIe-VIe siècles) ou importées de la Méditerranée orientale (de l’amphore corinthienne) ou d’Étrurie (de l’amphore et du
bucchero nero trouvés dans les niveaux de destruction du deuxième rempart archaïque). La fouille de la zone Z01 de l’oppidum en 1980-1982 avait déjà fourni dans un des remblais remplissant une fosse à extraction d’argile quelques indices ténus d’une présence sur le site à l’extrême fin du Bronze final IIIb, durant le VIIIe s. av. J.-C. (Gallia 1986). En revanche, cette occupation n’a laissé que peu de vestiges d’habitations, sinon quelques fragments de torchis cuits. Il peut s’agir de simples cabanes en matériaux légers (terre et végétaux) que les habitats postérieurs ont fait disparaître sans laisser beaucoup de traces. Dans ces conditions, il est difficile de savoir s’il s’agissait d’une fréquentation épisodique ou d’une installation plus durable.

  • 88 La datation des stèles et la question de la signification à donner à leur remploi dans les rempar (...)

2C’est essentiellement à la période de transition entre âge du Bronze final et début de l’âge du Fer (soit durant la deuxième moitié du VIIIe et le VIIe s. av. J.-C.) que doivent avoir appartenu les stèles et les éléments d’architecture trouvés en remploi dans le parement extérieur du second rempart MR6419 (daté du dernier quart du VIe s. av. J.-C.)88. Ces éléments lapidaires avaient donc déjà perdu leur valeur cultuelle depuis au moins plusieurs générations.

32. Un premier village structuré pourvu de constructions en dur sera alors établi au cours du premier âge du Fer. Les indices actuellement disponibles indiquent qu’il s’étendait sur toute la surface de la zone défendue par le rempart, mais également « hors les murs » dans la partie du « camp de l’ouest » située à proximité. Il a été pourvu très tôt, dès la deuxième moitié du VIe s. av. J.-C. au plus tard, d’une première muraille (MR6437), vite remplacée entre 525 et 500 par un nouveau rempart (MR6419), lui-même renforcé par la suite par de nouveaux parements (MR6114, MR6117 et MR6118). Ce changement radical n’est pas un phénomène isolé dans l’ensemble de la Provence et plus précisément dans les Alpilles, où le regroupement de la population dans des villages perchés souvent pourvus d’une enceinte accompagne les transformations économiques et celles du mode de vie (Bats 1989, Arcelin 1999).

43. Cette période d’occupation se prolonge au moins jusque dans la première moitié du IV e s. av. J.-C., comme l’attestent par exemple quelques tessons de céramique attique à figures rouges. On verra plus loin, d’autre part, que le premier fouilleur du site, Fernand Benoit, avait également trouvé, en remploi dans le rempart du IIe s. av. J.-C., ainsi qu’au pied de son parement extérieur, des éléments datant de la fin du IV e et de la première moitié du IIIe s. av. J.-C. (un fragment de cratère à godrons hellénistique et deux fibules). Des fragments de céramique attique à figures rouges provenaient aussi de ses fouilles dans la zone Z05 de l’habitat.

5Les transformations du second rempart archaïque MR6419 ne sont pas datées de façon certaine, faute d’éléments suffisants trouvés en fouille. Mais on peut penser, compte tenu de leur position en chronologie relative dans la succession des structures de fortification, que les murs MR6114, MR6117 et MR6118 ont été réalisés dans la première partie de la période intermédiaire entre remparts archaïques et rempart hellénistique, soit entre la fin du V e siècle et le courant du IV e s. av. J.-C. Il est en tous cas certain que ces éléments fortifiés étaient encore en place au IIe s. av. J.-C., au moment où débute une nouvelle période de fortification du site. Certes dégradés par l’usure du temps, ils étaient encore suffisamment imposants pour ne pas être totalement rasés, mais au contraire intégrés dans l’épaisseur du nouveau rempart dont ils ont ainsi renforcé la solidité en même temps que l’épaisseur.

Notes

88 La datation des stèles et la question de la signification à donner à leur remploi dans les remparts feront l’objet d’un développement particulier (5e partie, § 2) dans la synthèse finale de cet ouvrage.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search