Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Deuxième partie. Les fortifications de l’oppidum à la fin du premier âge du Fer et au début du second (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Conclusions sur les premiers remparts de l’oppidum

Texte intégral

1. Des datations incomplètes

1Pour l’instant, on manque d’éléments pour dater avec plus de précision certains des états de la fortification, et les réponses à plusieurs questions nécessiteront de nouvelles fouilles.

2L’oppidum a été pourvu très tôt de sa première muraille (MR6437), qui sera rapidement remplacée par un nouveau rempart (MR6419) dont la construction est datée du dernier quart du VIe s. av. J.-C. Le rempart initial a été probablement édifié au cours des trois premiers quarts de ce siècle, mais on ne peut préciser davantage faute d’avoir obtenu un terminus post quem précis.

3Le troisième état de la fortification (parement supplémentaire MR6419 et tour MR6115) doit avoir été établi dans la première moitié du V e siècle, peut-être même dès le premier quart. En effet, on l’a vu plus haut, le rempart qui le précède a été soumis très tôt à un processus de dégradation rapide de la partie supérieure de son élévation, puisque les couches d’argile et de blocs en provenant ont fossilisé dès le V e siècle les pièces d’habitation occupées à proximité en provoquant leur abandon. Il est donc raisonnable d’admettre que les adjonctions du troisième état s’expliquent par le souci de réparer les dégâts causés par l’érosion de cette muraille et de renforcer son épaisseur.

  • 84 Cf. infra, 3e partie.

4En revanche, il est pour l’instant impossible de placer en chronologie absolue les états 3B et 4, pour lesquels on ne dispose d’aucune céramique. On peut seulement les situer entre l’état 3A du V e siècle et le rempart de l’époque hellénistique (état 5) construit dans le courant du IIe siècle84. Mais doit-on les placer dans le courant du V e siècle ou dans la première moitié du IV e siècle, ou plus tard encore au IIIe siècle ? La première solution paraît la plus vraisemblable car, on l’a vu auparavant, la seconde moitié du IV e et le IIIe siècles constituent dans l’histoire de l’oppidum une période certes mal connue mais qui semble correspondre, d’après les rares indices à notre disposition, à un moment non pas d’abandon mais de ralentissement de l’occupation et de l’activité. Dans ces conditions, on imagine mal la construction de nouvelles et importantes structures défensives exigeant du temps et une main d’œuvre considérable.

5Ce raisonnement nous conduit ainsi à proposer de situer chronologiquement les états 3B et 4 du premier rempart de l’oppidum au cours de la première moitié du deuxième âge du Fer.

2. Un savoir-faire certain

6Les constructeurs du premier âge du Fer possédaient un savoir-faire architectural certain. Pour les derniers états de la fortification, ils ont eu à résoudre le même problème que leurs prédécesseurs, bâtisseurs des deux remparts plus anciens. Comment disposer de courtines horizontales dans une muraille établie sur une pente escarpée ? Le problème a été résolu de la même manière par la construction de paliers successifs, chacun mettant en œuvre des murs bahuts perpendiculaires à son axe, épaulant les massifs maçonnés étagés de la section septentrionale de la courtine. Dans la zone Z06, ils ont reconstruit le mur MR6117 chevauchant le rempart de l’état 3A de la fortification et édifié dans le même alignement le mur MR6118. Ce dernier se retourne ensuite à angle droit vers le nord en créant ainsi un décrochement. La stabilité du mur bahut MR6117 était assurée par les vestiges du rempart antérieur (états 2 et 3A) lui servant de fondation. En revanche, il leur a fallu fonder très bas le mur MR6118 le prolongeant. Ainsi, pour contrebuter les poussées exercées par la masse de la construction, les bâtisseurs ont choisi d’édifier les uns contre les autres plusieurs murs de soutènement à double parement qui s’épaulent mutuellement et se retournent vers le nord pour mieux stabiliser l’angle du massif, lequel constituait évidemment un des points faibles de la structure. La juxtaposition de plusieurs murs auto-statiques et indépendants les uns des autres assurait à l’ouvrage une meilleure résistance aux déformations.

3. La question du tracé général des premiers remparts

7Le tracé général des premiers remparts est encore ignoré, leur dégagement étant rendu très difficile par leur grande profondeur au-dessous des constructions plus récentes. On doit donc pour l’instant se limiter à formuler des hypothèses à partir des données actuellement en notre possession.

8Si le premier rempart MR6437 (état 1 du rempart) a été presque totalement détruit très rapidement, le suivant MR6419 (état 2) et son parement supplémentaire MR6114 (état 3A) ont longtemps conservé une élévation importante avant d’être dérasés et de connaître de multiples ajouts et transformations (états 3B et 4). Tous trois sont accolés les uns aux autres et orientés dans la zone Z06 du SSE vers le NNO (fig. 42 et 43). Vers le nord hors de la zone fouillée, on est assuré qu’ils se poursuivaient dans la même direction au-delà du mur transversal postérieur MR6417. Or on constate que, dans la partie septentrionale du rempart, la muraille intérieure MR10001 est située dans leur prolongement et présente à peu près la même épaisseur. Elle n’est pas encore datée et il n’est pas certain qu’elle soit contemporaine des remparts archaïques. Mais elle a pu très bien être remontée par la suite (peut-être au moment de la réalisation des états 3B et 4) sur une base antérieure dont elle aurait conservé la direction.

9En revanche, au sud de la zone Z06, cette orientation ne s’observe plus (fig. 42, 68). La direction générale de la colline de débris fossilisant les remparts, et celles de certains des éléments constitutifs du rempart (MR8001 et 8002 dans la partie centrale, MR 9001 dans la partie méridionale) s’orientent plus nettement vers le sud. Le changement d’orientation se situe au sud de la tour archaïque MR6115. Ici encore, il semble possible que ces murailles aient conservé la nouvelle direction des remparts primitifs.

10Reste alors le problème de la situation de la porte des remparts archaïques, que les fouilles récentes n’ont pas encore permis de localiser. La logique voudrait qu’elle se soit trouvée dans le prolongement de cet axe nord-sud, et peut-être même bien à l’emplacement de la porte actuellement connue au bas de la falaise méridionale de l’oppidum. Cet emplacement aurait été conservé tout au long de l’âge du Fer, ce qui expliquerait sa position très en retrait par rapport à l’axe du rempart dans son état final, et la nécessité de créer des redans successifs afin de la relier à la tour monumentale (MR8004-8005) occupant une position centrale.

Notes

84 Cf. infra, 3e partie.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search