Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Deuxième partie. Les fortifications de l’oppidum à la fin du premier âge du Fer et au début du second (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Annexe 1. Stratigraphie des remparts archaïques et du talus de destruction

Texte intégral

1Pour permettre l’étude des premiers remparts et de leur talus de destruction, il est nécessaire de décrire ici les unités stratigraphiques représentées sur les coupes stratigraphiques (fig. 44 et 45) et d’analyser leur matériel archéologique.

1. Commentaire de la figure 44

2La figure 44 est une coupe d’ouest en est réalisée dans la tranchée FB1. En ce qui concerne les remparts archaïques, sont représentés en couleurs, successivement de gauche à droite, les faits et Us des secteurs 1A, 4 et 3. La présentation suivante sera limitée à la stratigraphie du secteur 4.

  • 83 Cf. 3e partie, chap. 11, § 2.

3Il faut rappeler préalablement que les remparts et niveaux archéologiques concernés ont été décaissés et arasés à l’horizontale lors de la construction de plusieurs pièces d’habitation dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., lesquels ne font pas l’objet de cette annexe83.

Les remparts archaïques dans le secteur 4

4Dans l’ordre chronologique sont figurés de droite à gauche dans le secteur 4 :

Us 6437. Vestiges du premier rempart

5Le parement intérieur, très bouleversé, forme une accumulation désordonnée de blocs allongée du NNO au SSE ; au fond de la tranchée (Us 6438) qui l’entaille, blocage interne composé de blocs plus petits et de cailloux, se poursuivant sous le parement intérieur du rempart suivant MR6419.

La tranchée de fondation du second rempart MR 6419

6Us 6438. Tranchée creusée dans le blocage intérieur du premier rempart MR6437 pour établir le parement intérieur (Us 6421) du deuxième rempart MR6419. Elle est limitée du côté ouest par ce parement intérieur et à l’est par les vestiges du premier rempart MR6437, et remplie par la terre de l’Us 6435.

7Us 6435. Remblai de terre de couleur brun sombre fortement humique mêlée à des colluvions et des graviers, remplissant la tranchée de fondation 6438 du second rempart MR6419, et accolé à son parement intérieur. Il renferme beaucoup de tessons et des morceaux d’os. La datation de ce matériel archéologique est comprise entre 700/650 et 525 av. J.-C. Le rempart MR6419 a donc été construit au plus tard dans le dernier quart du VIe s. av. J.-C. Le même matériel archéologique peut servir de TAQ au rempart antérieur MR6437, dont on ne connaît pas malheureusement le TPQ.

8Les éléments les plus caractéristiques des céramiques sont les suivants : A. MAS (d’après les caractères de la pâte, 2e moitié VIe s. av. J.-C.), CL-MAS (cruche 541 à embouchure arrondie, -525/-300), Étrusco-corinthienne (VIe s. av. J.-C.), CNT-PRO (dont urne U2a1 -625/-575, urne U3 -650/-550, urne U1a -700/-600, urne U3 -650/-350, coupe C1 à surfaces bien polies. Fragment informe de meule à main en basalte. À remarquer l’absence de CNT-BER, dont la production ne commence que vers 475 av. J.-C.

9Le second rempart archaïque MR6419, composé de 3 unités stratigraphiques :

10Us 6421. Parement intérieur du rempart, composé en majorité de blocs de forte taille (0.40-0, 60 m). Construit dans une tranchée de fondation (Us 6438) creusée dans le blocage interne du rempart précédent MR6437.

11Us 6420. Blocage interne du rempart entre les deux parements. Il est composé, dans ce secteur seulement, d’un amas non stratifié de blocs et pierrailles noyé dans une grande quantité de terre fine et sableuse. Les tessons retrouvés sur et dans la surface arasée de ce blocage (DOL, A-MAS, CL-MAS, CNT-PRO, fragment de chenet à décor de cercles concentriques), certains datant du V e siècle (CNT-BER), ne sont pas dans leur position stratigraphique initiale, mais ont été bouleversés par le processus d’arasement. Ils sont donc peut-être postérieurs au rempart et ne peuvent dans ce cas servir à sa datation.

12Us 6419. Parement extérieur formé de gros blocs et surtout d’une très grande quantité de fragments de stèles remployés en position de boutisse. Son sommet actuel a été nivelé à l’horizontale pour servir de fondation au mur ouest (MR6124) de la maison du Ier s. av. J.-C.

13Le contrefort supplémentaire MR6114, accolé au parement extérieur (Us 6419) du rempart précédent. Son parement unique, qui présente un fruit considérable, maintient un remplissage de blocs et de terre rougeâtre riche en oxydes métalliques. Le sommet est arasé au même niveau que celui du rempart. Il est creusé le long du parement extérieur de ce dernier par une petite tranchée (Us 6114) d’axe NN0-SSE. (L. 5 m ; l. 0,30-0,70 m, prof. max. 0,90 m), sans doute réalisée pour faciliter le nivellement du parement.

La couche antérieure à la formation du talus de destruction

14Us 6436. C’est la couche située sous la base du talus de destruction. Sa formation est postérieure au premier rempart MR6437 au flanc oriental duquel elle est accolée. La terre est meuble, riche en humus, de couleur brun sombre. Elle renferme quelques tessons de céramique non tourné à polissage très soigné caractéristique du début du premier âge du Fer, et de céramique claire massaliète à dégraissant micacé très fin de la première moitié du VIe s. av. J.-C.

Le talus de destruction du second rempart archaïque MR6419, recouvrant les vestiges du premier rempart MR6437

15Le parement intérieur du rempart MR6419, conservé sur presque deux mètres de haut, est entièrement masqué par une série de couches dues à la destruction de la partie haute du rempart. Toutes présentent un pendage plus ou moins accentué descendant vers l’est. La couche inférieure recouvre les vestiges du rempart MR6437.

16Us 6434. Couche inférieure du talus recouvrant les Us 6435 et 6436. Argile jaune homogène et compacte, renfermant quelques tessons : A-MAS, CNT-PRO (dont 1 bord de jatte à surface intérieure bien polie).

17Us 6433. Ensemble de strates irrégulières. De bas en haut : terre orangée avec argile grise ; terre orangée remplie de blocs, cailloux et gravillons ; argile grise ou rouge ; terre argileuse grise ou blanche ; blocs et terre caillouteuse. Par endroits, amas de couleur homogène pouvant correspondre à des masses de bauge. Céramiques : Dolium, CNT-PRO (grand col d’urne à polissage très soigné des surfaces caractéristique des débuts du 1er âge du Fer), CNT-BER, fragments d’amphore. Par suite de la présence de céramique CNT-BER, la formation de la couche ne peut être antérieure au V e s. av. J.-C.

18Us 6432. Première couche de cendre accumulée sur la partie inférieure du talus. Sous 6431, sur 6433. Céramiques : B-NERO (fragment de carène anguleuse avec départ d’anse de canthare Ct 3e2 (-625/-550) ou Ct 3e3 (-600/-525), CNT-BER (fragments d’urnes et de jatte), CNT-PRO. Datation : V e s. av. J.-C.

19Us 6431 ( = 6340). Couche de terre caillouteuse jaune orangé. Céramique : un peu de CNT-BER.

20Us 6430 = 6330. Deuxième couche de cendre. Recouvre le sommet détruit de l’extrémité du mur MR9 de l’habitat archaïque, et se poursuit en passant sous la base du mur tardif MR1 (Us 6305), puis dans le secteur 3 où elle constitue la partie supérieure de la couche de cendre de l’Us 6330. Céramiques : Dolium, CNT-BER, CNT-PRO (avec polissage caractéristique des surfaces).

21Us 6422. Niveau de gros blocs parfois séparés par des poches de terre gravillonneuse jaune clair (6427) et des accumulations de liant bauxitique rougeâtre. Surface subhorizontale arasée, recouverte par endroits par une croûte de liant bauxitique rougeâtre ou par de la terre argileuse jaune. C’est le sommet arasé des couches formant le talus de destruction des superstructures du rempart R 6419, volontairement nivelé et à partir duquel a été creusée la tranchée de construction (Us 6423 et 6429) du mur nord (MR2) de la maison du Ier s. av. J.-C.

2. Commentaire de la figure 45

22À l’inverse de la figure précédente, la figure 45 est une coupe réalisée d’est en ouest. Les deux remparts archaïques, indiqués en couleurs, ont été rencontrés sous les sols du Ier s. av. J.-C. de la pièce du secteur 8, et le talus de destruction dans le couloir (S6) et l’entrée (S10) de la même maison. La présentation suivante sera limitée à la stratigraphie du secteur 8.

Les remparts archaïques

La couche antérieure à l’aménagement du premier rempart

23Us 6835. Recouvre le substrat rocheux et se poursuit sous le parement est du rempart MR6419. Couche de terre très compacte de couleur brun sombre mélangée à des graviers (ép. moy. 0,20 m), contenant des charbons dispersés et des tessons divers (dont des fragments d’amphore corinthienne A-GRE CorA1 (-650/-525), et de bord d’urne non tournée CNT-PRO U3b1 (-650/-550).

Les vestiges du premier rempart MR6437

24Us 6834. Cette Us surmonte l’Us 6835 et se poursuit sous le parement est du rempart MR6419 et le parement ouest du mur MR22 de l’habitat du V e s. av. J.-C. Un lit de blocs et surtout de lauzes épaisses est disposé en écailles de poisson sur deux à trois assises en formant la base du premier rempart détruit.

Le second rempart MR6419

25Comme dans le secteur 4, il s’agit d’un mur simple à double parement de 2,10-2,30 mètres de largeur. Mais son parement extérieur ne présente ici aucun fragment de stèle et son blocage intérieur est constitué par des blocs de taille variable et des cailloux en forte densité.

26Le parement supplémentaire MR6114 se différencie également de celui observé dans le secteur 4 par sa forte densité en blocs de toutes tailles. Sa liaison avec la tour archaïque MR6115 qui lui succède vers l’est n’est pas connue, car le mur tardif MR6124 en recouvre l’emplacement. La solution adoptée sur la figure 45 est néanmoins fortement plausible.

Le talus de destruction

27Us 6826. Cette couche, située sous le remblai de cailloux (Us 6825) du sol initial de la maison du Ier s. av. J.-C., et accolée au parement Est de MR6419, correspond à un talus d’une très forte épaisseur, composé de strates superposées d’argile multicolore (rouge violacé, jaune, bleue, grise, blanche) à fort pendage vers l’est, qui proviennent de la destruction par l’érosion des parties supérieures du rempart MR6419. On ne discerne pas dans ce matériau très homogène la forme géométrique d’éventuels adobes.

28La partie supérieure, remaniée sur une épaisseur de 0,10-0,15 mètre, renferme exclusivement des tessons du Ier s. av. J.-C. (bords d’amphore italique A-ITA et de céramique campanienne A tardive). En revanche, la partie inférieure a livré seulement et en très petite quantité des tessons du premier âge du Fer, notamment de petits fragments d’anse de deux canthares étrusques, tous deux antérieurs à 525 av. J.-C. Si ces céramiques étaient auparavant incorporées à l’intérieur du rempart et donc antérieures à sa construction, le TPQ du rempart MR6419 serait donc de 525 av. J.-C au plus tard.

29Le talus se poursuit vers l’est dans le secteur S6 où il recouvre une des pièces de l’habitat du V e s. av. J.-C.

La surface d’arasement du second rempart archaïque MR6419 et de son talus de destruction

30Au milieu du Ier s. av. J.-C., le rempart MR6419 et son talus de destruction ont été arasés horizontalement au même niveau lors de la construction du mur MR6124 et de la pièce S8 de la maison à pièces multiples. Puis deux strates caillouteuses ont été rapportées pour former le radier du sol (Us 6819) de l’habitation.

31Us 6832. Sur le sommet du rempart MR6419. Couche formant la partie inférieure du remblai de cailloux (Us 6825), dont elle se différencie seulement par le calibre des matériaux (pierrailles plus grosses ; fragments de lauze ; gros morceaux de dolium et d’amphore ; terre fine de couleur sombre, très charbonneuse, avec des mottes d’argile bleue ou jaune).

32Us 6825. Sur l’Us 6832, sous 6819. Accolé à la base des murs tardifs MR6124 et MR3. Remblai de cailloux anguleux étalé sur la surface d’arasement du rempart MR6419 et de son talus de destruction. S’épaissit rapidement de l’ouest (0,15 m) vers l’est (0,35 m). Beaucoup de céramiques, notamment des fragments d’amphore A-ITA Dr. 1A et GAUL 7 (-25/25), et de la céramique non tournée des Alpilles du Ier s. av. J.-C.

Notes

83 Cf. 3e partie, chap. 11, § 2.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search