Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Cinquième partie. Synthèse et comparaisons

Annexe 7. Balles de fronde en plomb anépigraphes des Petites Caisses

Texte intégral

  • 220 Ces balles de fronde ont été remises au Musée Départemental Arles Antique.

1Il y a une vingtaine d’années, huit balles de fronde en plomb ont été recueillies à la surface du sol, en des endroits différents du faubourg des Petites Caisses de Mouriès. Leur inventeur, Mr. Callois, habitant à Cavaillon, nous les a remises pour qu’elles soient étudiées et exposées dans un musée220.

1. Description

Fig. 173. Balles de fronde en plomb des Petites Caisses.

Fig. 173. Balles de fronde en plomb des Petites Caisses.

2Il s’agit de balles de section ronde, en forme de gros noyau d’olive aux extrémités effilées (fig. 173). Leurs principales caractéristiques figurent dans le tableau suivant :

Tableau I. Mesures des balles de fronde du faubourg des Petites Caisses

Numéro

Longueur (cm)

Diamètre (cm)

Poids (gr)

1

5,23

1,82

63

2

3,70

1,45

34

3

3,35

1,55

37

4

3,35

1,50

32

5

3,23

1,50

33

6

3,85

1,50

39

7

3,45

1,42

31

8

3,50

1,47

31

  • 221 Pour F. Verdin dans son étude des balles de fronde en Aquitaine (Verdin 2013, 77), cette absence (...)

3On peut remarquer l’absence d’un module précis, puisque la longueur des exemplaires 2 à 8 varie entre 3,23 et 3,85 cm, et leur poids entre 31 et 39 gr221. L’exemplaire n° 1, beaucoup plus massif et obtenu par un procédé de fabrication différent, fait figure d’exception.

Balle n° 1

4Parmi ce lot, la balle n° 1 est nettement plus allongée et plus épaisse que les autres. Par ailleurs, elle a été fabriquée à partir d’un ruban de feuille de plomb enroulé sur lui-même et martelé pour lui donner une forme symétrique effilée aux deux extrémités. Sa déformation lors d’un impact a rendu bien visible cette technique de fabrication.

Balles n° 2 à 8

5Les sept autres balles possèdent des dimensions et un poids pratiquement semblables, et diffèrent de la balle n° 1 par leur procédé de fabrication par coulage dans un moule en pierre ou en terre cuite, dont chacune des deux valves portait une cavité en forme de gros noyau d’olive.

Balle n° 2

6La trace de la jonction entre les deux valves est très visible.

Balle n° 3

7Sa forme est bien conservée. La trace du joint entre les deux valves du moule est à peine apparente. On peut toutefois observer la trace d’un léger impact. C’est la balle la plus courte du lot, ce qui montre bien que toutes ces balles ne provenaient pas du même moule.

Balle n° 4

8L’une de ses extrémités a été écrasée par un impact, ce qui a réduit sa longueur. Lors du coulage, la mauvaise position d’une valve par rapport à l’autre a laissé deux épaulements méridiens.

Balle n° 5

9Elle est morphologiquement semblable à la n° 2, mais présente néanmoins une particularité. L’une des extrémités présente en effet trois trous, l’un vertical dans l’axe des pôles, les deux autres pseudo horizontaux de part et d’autre de ce sommet perforé. Les trois cavités se rejoignent et il est possible d’y faire passer un cordon. On peut penser que cette balle de fronde a été transformée en pendeloque.

Balle n° 6

10Parfaitement conservée. Les deux valves du moule n’ont pas été bien ajustées verticalement. Le canal de coulée (diamètre : 1,5 mm) est encore visible à l’extrémité supérieure.

Balle n° 7

11Trace latérale du joint entre les deux valves du moule, et canal de coulée à une extrémité.

Balle n° 8

12Balle de même type que les n° 2 et 7, mais qui a été déformée par un impact puis martelée sur les deux faces de manière à être utilisée une nouvelle fois.

2. Analyse typologique et comparaisons

13L’étude des principales caractéristiques (longueur, diamètre, poids) et l’analyse technologique nous conduisent à distinguer dans ce lot deux types de balle différents, pour chacun desquels on peut retrouver quelques comparaisons dans le département des Bouches-du-Rhône.

Type 1

14Ce type est représenté aux Petites caisses par une seule balle (n° 1) qui procède de la technique rudimentaire et probablement indigène du ruban de feuille de plomb roulé et martelé, laquelle ne permet de fabriquer qu’un seul exemplaire à chaque opération. Il s’agit donc là d’une fabrication artisanale effectuée à l’aide de moyens techniques limités.

15Il est possible de comparer cet unique exemplaire à ceux de l’oppidum de Pierredon à Eguilles (Bouches-du-Rhône). Cet oppidum semble avoir connu un abandon momentané probablement lié aux événements militaires de 125-123 av. J.-C., attestés sur le site par des balles de fronde associées à des traits de fer de baliste. L’oppidum est ensuite réoccupé pendant peu de temps au début du Ier s. av. J.-C., puis connaît une destruction violente. Ces armes sont peut-être à mettre en rapport avec la dernière révolte salyenne matée par C. Caelius en 90 av. J.-C. Un petit atelier artisanal du plomb a été fouillé sur l’oppidum en 1963 (Pouye 1975). Sur une surface de 1,5 m2 seulement, à proximité d’un foyer et d’une sorte de table constituée de pierres plates, 19 balles de fronde ont été recueillies (Mocci, Nin 2006, 540-541 et fig. 725).

16Comme pour la balle n° 1 de Mouriès, les balles de Pierredon n’ont pas été coulées, mais fabriquées à partir d’un ruban de métal détaché d’une feuille de plomb chauffée, puis enroulé sur lui-même et martelé pour obtenir la forme définitive. Elles présentaient des défauts de fabrication. D’après l’auteur, trois d’entre elles seulement (les n° 17, 18 et 19) étaient terminées.

Tableau II. Mesures des balles de fronde de Pierredon

N° 

Longueur (cm)

Diamètre (cm)

Poids (gr)

2

2,9

1,7

47

3

4,1

1,4

38

4

5,5

1,2

40

5

5,5

1,3

42,5

6

5,2

1,5

60

7

4,35

1,9

81

8

4,1

1,3

30

9

4,0

1,75

67

10

4,85

1,6

61

11

4,6

1,5

48

12

4,4

1,5

47

13

4,25

1,7

59

14

4,7

1,8

64

15

4,95

1,9

78

16

4,0

1,5

47

17

4,6

1,7

65,5

18

4,5

1,7

62

19

4,0

1,8

67

17Le diamètre et le poids moyen de l’exemplaire des Petites Caisses sont très proches de ceux de Pierredon et seule sa longueur diffère.

Tableau III. Comparaison des mesures moyennes des balles de type 1

Site

Longueur (cm)

Diamètre (cm)

Poids (gr)

Les Petites Caisses (n° 1)

5,23

1,82

63

Pierredon

(n° 17-18-19)

4,36

1,73

64,8

18Ces balles sont aussi nettement plus lourdes que celles de type 2. Dans les deux cas, il s’agit d’une fabrication artisanale à l’unité, le procédé par martelage ne permettant pas d’obtenir des balles aussi petites et aussi légères que les balles coulées de type 2.

Type 2

19La description par E. Rolland des balles de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts) convient parfaitement aux sept autres exemplaires de Mouriès. Ce sont des « balles de plomb cylindro-coniques aux extrémités effilées… sans inscriptions ni décor, coulées dans des moules en deux pièces se raccordant suivant la section longitudinale » (Rolland 1951b, 135).

20Elles ont été fabriquées à l’aide de la technique plus savante du plomb coulé dans un moule. Ce procédé permet de produire plusieurs exemplaires en même temps et de réutiliser le moule un certain nombre de fois. À partir de celles qui ne sont pas déformées ont été calculés la longueur moyenne (3,57 cm), le diamètre moyen (1,48 cm) et le poids moyen (33,86 gr). La longueur de la balle est approximativement égale à 2,5 fois son diamètre.

21Ces projectiles (les glandes plumbae) ont été utilisés tout au long de la République jusqu’au début du principat par les frondeurs des armées romaines recrutés comme auxiliarii (Feugère 1993, 209-210 ; Feugère 2001, 205-207 ; Gruat 2006, 111-115). Inconnus en Gaule avant les premières interventions militaires romaines au IIe s. av. J.-C. (Chabot, Feugère 1993), ils sont très fréquents à la fin de la République, en particulier à l’époque de la Guerre des Gaules. Ils seront par la suite plus rarement employés jusqu’au règne de Claude. Leur utilisation serait exclusivement militaire, car, pour la chasse au petit gibier, on leur préférait des balles en terre cuite moins coûteuses et tout aussi efficaces (Feugère 2001, 205).

  • 222 Dans le Sud-Ouest, plusieurs lieux de bataille où ont été trouvées des balles de fronde en plomb (...)

22Ce type de balle est fréquent sur les sites de la Gaule transalpine et d’Aquitaine222. On le rencontre moins souvent en Gaule interne (par exemple à Alésia, cf. Gruat 2006, 112). Dans les Bouches-du-Rhône, il a été observé sur des sites ayant tous subi une intervention militaire romaine. Mais les exemplaires retrouvés sur le même site ne sont jamais très nombreux :

23- À Entremont (Aix-en-Provence), ville généralement considérée comme la capitale de la confédération salyenne et détruite vers 125-123 av. J.-C., il est exceptionnel (Willaume 1993, 107 et fig. 105). Quatre balles seulement ont été retrouvées en même temps que d’autres projectiles (boulets et traits de catapulte, balles de fronde en terre cuite).

24- D’autres balles de fronde en plomb (Rolland 1951b, 135) proviennent de l’oppidum de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-remparts). La ville (Saint-Blaise Vb) est assiégée, détruite puis abandonnée vers 130-120 av. J.-C. (Gateau et al. 1996, 302-303). Divers projectiles (boulets de pierre, traits de catapulte, galets de jet, balles de fronde en plomb ou en terre cuite) ont été retrouvés. On s’accorde aujourd’hui à mettre ce siège en relation avec l’intervention des armées romaines en Provence (M. Fulvius Flaccus en 125-124, puis C. Sextius Calvinus en 124-123 av. J.-C.).

25- Dix exemplaires de balles en plomb (Chabot, Feugère 1993, 342-343 et fig. 8 ; Chabot 2004, 259) ont été récoltés sur l’oppidum de La Cloche (Les Pennes-Mirabeau). Une seule balle (n° 34) provient de la couche de destruction du premier habitat (La Cloche I, 150-90 av. J.-C.). Les neuf autres appartiennent au niveau de destruction du second village (La Cloche II, 90-49 av. J.-C.), mis à sac au moment du siège de Marseille par les troupes de Trebonius en 49 av. J.-C.

Tableau IV. Tableau comparatif des mesures moyennes des balles de fronde de type 2

Site et n° de balle

Longueur (cm)

Diamètre (cm)

Poids (gr)

Les Petites Caisses (n° 2 à 7)

3,57

1,48

33,86

Saint-Blaise

3,80

1,50

37,00

La Cloche (34 à 41)

4,16

1,69

58,2

26Les valeurs obtenues pour les deux premiers sites sont très proches. En revanche, les balles de La Cloche sont plus massives.

27Il y a donc très peu de différences entre les balles de Saint-Blaise des années 120 et celle de Mouriès. Mais ce constat n’implique pas que l’on doive déduire obligatoirement une corrélation chronologique entre les deux sites. Les écarts entre les valeurs moyennes peuvent aussi bien s’expliquer par l’existence de différents ateliers au même moment dans la même région.

Conclusions

28Les balles de fronde en plomb sont difficiles à dater en raison de leur utilisation prolongée tout au long de la République jusqu’au début du Principat d’Auguste et de leur diversité morphologique (Verdin 2013, 72).

29Mais dans le Midi gaulois, celles de type 2 sont des armes de guerre que l’on peut vraisemblablement mettre en rapport avec les opérations militaires menées dans la région à la fin de la République par les armées romaines, Elles ont même suscité, quoique plus rarement, la fabrication sur certains oppida d’imitations plus grossières.

  • 223 C’est également l’explication la plus vraisemblable pour les 11 balles de fronde en plomb trouvé (...)

30Leur présence dans le faubourg du versant sud de l’oppidum constitue donc une forte présomption en faveur d’une intervention militaire romaine à la fin du IIe ou au cours du premier quart du Ier s. av. J.-C223. Plusieurs d’entre elles portent des traces d’impact, ce qui indique qu’elles ont été utilisées.

Notes

220 Ces balles de fronde ont été remises au Musée Départemental Arles Antique.

221 Pour F. Verdin dans son étude des balles de fronde en Aquitaine (Verdin 2013, 77), cette absence de standardisation s’expliquerait par une production faite sur place au moment des combats.

222 Dans le Sud-Ouest, plusieurs lieux de bataille où ont été trouvées des balles de fronde en plomb romaines jalonnent la voie d’Aquitaine de l’axe garonnais. Il a été possible de les mettre en relation avec la campagne militaire menée contre les Gaulois d’Aquitaine révoltés par Marcus Agrippa vers 38 av. J.-C. (Verdin 2013, fig. 19, 90-101).

223 C’est également l’explication la plus vraisemblable pour les 11 balles de fronde en plomb trouvées au bas de l’oppidum de La Quille (Le Puy-Sainte-Réparade), sur les pentes dominées par la plate-forme rocheuse (Arnaud, Boisse et Gautier 1999, 26-28 et fig. 2).

Table des illustrations

Titre Fig. 173. Balles de fronde en plomb des Petites Caisses.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search