Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Cinquième partie. Synthèse et comparaisons

Synthèse et comparaisons

Texte intégral

  • 192 L’établissement du Castelet, fouillé jadis par L. Poumeyrol (Poumeyrol 1956) et depuis peu sous (...)

1L’oppidum des Caisses s’inscrit parfaitement dans l’évolution générale des sites protohistoriques telle qu’elle est désormais mieux connue dans le Midi de la Gaule, notamment en basse Provence, entre la fin du VIIIe et celle du VIe siècle. De nombreuses publications lui ont été consacrées. D’après une récente synthèse (Gasco 2011, 19), à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer dans le Midi, l’amorce d’un mouvement de concentration de l’habitat est rendue perceptible par la création de petites agglomérations. Durant cette période « le perchement des sites semble un fait notable tendant à devenir majoritaire, du moins dans la documentation ». En Provence, « La grande nouveauté est là : le nombre de sites perchés est multiplié par trois entre le Bronze final II et le Bronze final III » (Boissinot 1989). Dans les Alpilles, trois sites de l’âge du Bronze occupant des hauteurs sont connus (Les Caisses à Mouriès, le Castelet de Fontvieille192 et le plateau des Baux), mais aucun d’entre eux n’est encore défendu par des fossés ou des remparts.

2Au premier âge du Fer, dans les décennies qui suivent la fondation de Marseille par les Phocéens en 600 av. J.-C., l’habitat sur le littoral et dans les régions proches connaît des transformations fondamentales, caractérisées par l’accélération du mouvement de regroupement et de sédentarisation des populations, et par la multiplication des habitats perchés et le plus souvent fortifiés (Arcelin 1999, 64-66). L’oppidum des Caisses est alors pourvu d’une première fortification, ce que l’on ignorait à l’époque des fouilles de Fernand Benoit. Les recherches récentes ont démontré l’existence à la fin du premier âge du Fer, dès la deuxième moitié du VIe s. av. J.-C., d’au moins deux remparts successifs protégeant un habitat permanent de maisons avec des élévations des murs en terre crue sur des solins de pierre. L’un de ces remparts, renforcé par un parement supplémentaire, était accompagné d’au moins une tour semi-circulaire. Dès cette époque aussi, des stèles votives et des éléments architecturaux (piliers et linteaux d’un portique) décorés de gravures, provenant d’un lieu cultuel antérieur installé sur le futur oppidum, ont été réutilisés comme matériaux de construction dans ces remparts. Mais la profondeur importante aujourd’hui de ces derniers rendant une fouille exhaustive très difficile, le tracé général de cette fortification et ses éventuelles particularités de construction ne sont pas encore connus de façon certaine.

3Il n’en est pas de même pour les remparts plus récents de l’oppidum et de son faubourg, objets ces dernières années d’investigations beaucoup plus poussées mettant en évidence pour la fin de l’âge du Fer, au IIe et au Ier s. av. J.-C., à la fois sur l’oppidum et son faubourg méridional des Petites Caisses, un système défensif dont la conception d’ensemble témoigne d’une réflexion organisatrice et d’une volonté défensive évidentes. Son originalité par rapport aux sites fortifiés régionaux s’explique à la fois par sa puissance et la diversité des moyens défensifs utilisés, par l’association de techniques de construction traditionnelles et de certaines conceptions architecturales nouvelles parfois inspirées par les fortifications grecques et romaines, et par un renforcement tardif dans un contexte menaçant d’interventions militaires extérieures créant un véritable climat d’insécurité.

1. Un site fortifié à plusieurs reprises

4Le site est demeuré fortifié sans interruption depuis la fin du premier âge du Fer jusqu’à l’installation de Rome dans la région. Mais, à l’intérieur de cette longue période, le regroupement des données obtenues grâce aux prospections, aux fouilles et à l’étude architecturale des vestiges permet de distinguer deux grandes moments de construction dans l’histoire des aménagements défensifs.

À la fin du VIIIe et au VIIe s. av. J.-C, le site n’est pas protégé par une fortification

5Rappelons tout d’abord que l’occupation de l’oppidum commence avec l’installation d’un sanctuaire dont l’emplacement exact est encore ignoré, mais dont les nombreux éléments lapidaires (linteaux et piliers d’un portique, stèles votives) ont été découverts remployés dans les remparts édifiés par la suite. Il est accompagné par un habitat en matériaux légers dont les vestiges trop rares (fragments de céramique, torchis provenant des cloisons sur poteaux porteurs) sont insuffisants pour permettre d’apprécier son ampleur et le moment de sa fondation.

La première fortification est établie sur l’oppidum dans le courant du VIe s. av. J.-C. et restera utilisée jusqu’au IIIe s. av. J.-C.

6Il faut attendre la deuxième moitié du VIe siècle pour voir s’installer sur la hauteur un premier village fortifié, protégé par un rempart venant compléter les défenses naturelles. Deux courtines (d’abord MR6437 puis MR6419 renforcé plus tard par le parement supplémentaire MR6114) seront construites successivement. Le parement extérieur de la seconde remploie de nombreuses stèles provenant de l’ancien sanctuaire. Cette muraille limite étroitement la zone habitée, son parement interne servant d’appui, dès le début du V e siècle, à plusieurs petites pièces sommairement aménagées.

7Mais très rapidement ce rempart se dégrade, provoquant ainsi le retrait de la zone habitée vers l’intérieur de l’oppidum. La partie supérieure de son élévation, faite de matériaux argileux, ne résiste pas à l’action de l’érosion. Les unités d’habitation, fossilisées sous les coulées d’argile et de blocs, seront alors très vite abandonnées dès la première moitié du V e siècle. L’ensemble de cette zone sera en même temps recouvert par un énorme tertre formé par les cendres accumulées à cet emplacement pendant plus d’un siècle.

8On peut trouver dans la dégradation de cette courtine la raison de l’ajout par la suite de plusieurs parements extérieurs supplémentaires, d’au moins une tour semi-circulaire et d’un bastion quadrangulaire, édifiés pour épaissir et consolider en même temps la muraille antérieure en mauvais état. Mais les éléments de datation permettant de dater leur mise en place manquent pour le moment.

9L’oppidum, tout en semblant connaître une baisse de son occupation aux IV e et IIIe siècles, n’est cependant pas abandonné. Il faut rappeler que les structures défensives existantes sont loin d’être entièrement détruites au IIe s. av. J.-C., mais possèdent encore une hauteur importante, raison pour laquelle elles seront en partie conservées et intégrées dans l’épaisseur du nouveau rempart de cette époque.

10Au même moment, le versant méridional, peut-être pourvu d’un premier rempart (R4) et le piémont de l’oppidum sont également habités, mais leur occupation est moins dense. Elle prend une forme différente sur le piémont où les habitations, de petites unités tournées vers l’exploitation des proches ressources agricoles, sont dispersées sur toute la surface concernée qui constitue un large espace ouvert, privé de tout ouvrage destiné à le protéger.

Un nouveau système défensif, mis en place au IIe siècle, sera plusieurs fois renforcé jusqu’au début du Ier s. av. J.-C.

11À la fin du deuxième âge du Fer, au cours des IIe et Ier s. av. J.-C. est mis en place un ensemble d’aménagements qui constituent un système de défense très complet et qui témoignent, en même temps que d’un pouvoir organisateur évident, d’un souci constant de renforcer la sécurité des habitants face à une menace extérieure potentielle ou effective.

  • 193 Par exemple les quelques morceaux d’urnes CNT-PRO fabriqués depuis le IIe siècle jusqu’au début (...)

12Il est toutefois très difficile de dater de façon précise la mise en place de ce système défensif et ses transformations. Les marqueurs chronologiques découverts dans les éléments successifs de la structure des remparts sont peu nombreux et presque toujours imprécis, compte tenu de la durée de leur période de fabrication. Il s’agit essentiellement de fragments d’amphore Dr.1A et de dolium, dont on connaît la longueur de la durée de fabrication et d’utilisation. Il en est de même pour les rares tessons de céramique tournée193 ou faite à la main. On notera toutefois, en remploi comme matériaux de construction à l’intérieur du rempart, l’extrême rareté des tessons d’amphore Dr.1B du Ier s. av. J.-C. et l’absence quasi totale de la céramique campanienne tardive et de la céramique modelée régionale des ateliers des Alpilles, toutes deux caractéristiques du Ier s. av. J.-C. On se trouve donc bien dans le contexte du IIe siècle et du tout début du Ier, mais sans pouvoir resserrer cette fourchette chronologique ni préciser la datation des transformations successives du système défensif.

L’oppidum

13Au cours du IIe siècle, l’oppidum fait l’objet d’une occupation massive qui se traduit par la construction d’un nouveau rempart et par l’extension de l’habitat sur tout son espace intérieur jusqu’au petit plateau précédant l’éperon terminal. Ce nouveau rempart sera plusieurs fois renforcé par l’adjonction de parements supplémentaires, d’une tour monumentale dans sa partie centrale et d’un bastion triangulaire à son extrémité septentrionale. Le front du rempart est précédé par plusieurs fossés secs séparés par des talus de terre.

14L’habitat est reconstruit au même moment selon, semble-t-il, un quadrillage d’axes de circulation orthogonaux (mais cela reste à confirmer), tandis qu’un petit centre monumental de type gréco-italique dont on ignore encore l’emplacement précis est aménagé, ainsi qu’une grande salle de réunion dans la zone Z02.

15Mais, à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C., sans qu’on puisse avancer une datation plus précise faute de marqueurs chronologiques suffisamment précis, plusieurs secteurs du rempart sont ravagés par un incendie accompagné par une destruction d’une partie des murs. C’est notamment le cas pour le secteur de la porte qui sera reconstruite par la suite, ou d’une construction légère adossée au parement intérieur dans la zone Z06. C’est également à ce moment que l’on peut situer la destruction du centre monumental et de la salle de réunion, et l’incendie de plusieurs secteurs de l’habitat.

Le faubourg des Petites Caisses

16Tandis qu’une agglomération protégée par de nouveaux remparts (R1 et probablement R2) se développe sur l’oppidum, le versant méridional devient durant cette période un important quartier d’habitation que l’on doit considérer comme un véritable faubourg de l’oppidum auquel il est d’ailleurs relié par une poterne. Ce versant était déjà au cours des siècles précédents un espace habité. On sait que, à la fin du IIe s. av. J.-C., sa limite occidentale est déjà protégée par un obstacle défensif formé par plusieurs unités d’habitation juxtaposées barrant le passage entre les deux falaises (état 1 du rempart R5). Du côté est, sans qu’on puisse l’assurer faute de fouilles suffisantes, on peut raisonnablement avancer l’hypothèse d’une protection assurée par le rempart R4 dont il ne subsiste plus aujourd’hui qu’une partie de la courtine.

17Cependant, ces défenses ne semblent pas avoir suffi à protéger ce quartier, puisque les habitations qui ont précédé le rempart R5 sont détruites par le même incendie qui a ravagé l’oppidum. Une intervention militaire paraît vraisemblable, compte tenu des balles de fronde en plomb disséminées à la surface du terrain.

18Le danger semble avoir persisté par la suite, puisque de nouvelles fortifications vont être réalisées peu de temps après. Aux environs de 100 av. J.-C., le faubourg se dote d’un nouveau système de défense (remparts R3, R5 et parapet R6) qui complète en même temps celui de l’oppidum avec lequel il communique par la poterne fortifiée. Du côté occidental, un nouveau rempart (R5), complété par une tour et une poterne, est bâti sur les vestiges de la rangée d’habitations incendiées. Le quartier s’agrandit vers l’est, protégé par un nouveau mur défensif, R3, édifié au-delà de l’ancien rempart R4 apparemment abandonné. Une hypothèse semble plausible à ce propos. La destruction de ce dernier rempart, désormais inclus dans l’espace habité et devenu par conséquent à la fois inutile et gênant, commence peut-être dès ce moment, ses matériaux étant récupérés pour de nouvelles habitations.

19Ces remparts réalisent la symbiose entre tradition protohistorique et apports étrangers. De la tradition des enceintes de l’âge du Fer, ils conservent l’absence de fondations, l’emploi de la pierre extraite sur place et employée brute ou à peine dégrossie, celui de la terre argileuse comme liant, la technique du mur à deux parements latéraux maintenant un remplissage interne inorganisé de pierres et de terre. En revanche, des conceptions architecturales nouvelles permettent d’édifier des murs beaucoup moins épais. Celle du rempart R3 à ikria trouve des parallèles dans le monde colonial grec, en Italie ou en Sicile. Celle du rempart R5 est en partie traditionnelle, puisqu’il s’agit d’un mur simple en appui sur deux à-pics à ses extrémités. Mais elle témoigne en même temps d’une grande capacité novatrice (avec par exemple un chemin de ronde partiellement établi sur des hourds) et du souci de bien exploiter pour la défense les avantages naturels du terrain (falaises abruptes, étroitesse du versant, piton rocheux en position dominante, zone d’entrée facile à contrôler entre le piton et la falaise méridionale).

Au cours de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C.,
le renouveau provisoire de l’habitat s’accompagne du début de l’abandon du rempart

20Les années qui succèdent à cet épisode d’incendie généralisé sont encore très mal documentées et l’on ignore si le site s’est immédiatement relevé de ses ruines. C’est seulement après le milieu du siècle que les données archéologiques disponibles dans plusieurs zones (Z00, Z01, 04, 05) indiquent que l’habitat est reconstruit, notamment durant la première partie du règne
d’Auguste. En même temps, avec l’instauration progressive de la « pax romana », les remparts de l’oppidum perdent leur rôle défensif et ne sont plus entretenus. Dans la combe, on commence peut-être déjà à démonter le premier rempart R2 pour en récupérer les matériaux. Des maisons s’installent contre le flanc intérieur du rempart de l’oppidum (zones Z03, Z06), voire sur son sommet (zone Z08), tandis que la chicane défendant sa porte est rasée pour en faciliter l’entrée. Les remparts R3 et R5 du versant méridional n’ont plus d’utilité et sont alors eux aussi en grande partie démontés, leurs matériaux ayant été probablement récupérés pour la construction des maisons proches de la petite agglomération rurale qui s’installe sur le piémont.

Aux Ier-IIIe s. ap. J.-C. le rempart a perdu tout rôle défensif

21Durant les premiers siècles de l’Empire, l’importance de l’agglomération dans la vie régionale décline rapidement. Le site ne retrouvera jamais son rôle défensif. Il n’est pas cependant totalement déserté, puisque l’on observe dans certains secteurs de l’oppidum (zones Z02 et 05) des traces d’occupation permanente jusqu’à la fin du IIIe s. Mais il commence à perdre une partie de sa population dès le lendemain du changement d’ère, puisque certains quartiers (zones Z01 et 06) sont alors définitivement abandonnés. Au même moment l’habitat du faubourg se rétracte dans sa partie orientale puis finit par disparaître au profit de la petite agglomération rurale du piémont.

2. La question du remploi des stèles
dans le rempart de l’oppidum

22La présence de stèles du début de l’âge du Fer en remploi dans le rempart des Caisses de Jean-Jean n’est pas un phénomène isolé. Depuis l’article fondateur de 1985 consacré aux stèles des remparts de Glanum et de Saint-Blaise (Bessac, Bouloumié 1985), la multiplication des découvertes en Provence et Languedoc a suscité de multiples publications et ouvert un débat sur la signification de leur présence dans la fortification. L’étude de celles trouvées dans le rempart R1 de Mouriès permet d’apporter de nouveaux éléments de réponse à cette question.

Remparts et stèles du Midi de la Gaule : état de la question

Les stèles sont essentiellement remployées dans les remparts

  • 194 Le terme de stèle est utilisé ici par commodité pour désigner aussi bien un exemplaire complet q (...)
  • 195 Dans la Drôme (Saint-Marcel, Le Pègue), le Vaucluse (Saint-Laurent à Vaison-la-Romaine et Courre (...)

23À Mouriès, de nombreuses stèles194 sont intégrées dans le deuxième rempart archaïque – ce qui suffit à établir que le sanctuaire initial auquel elles ont été empruntées était déjà abandonné au moment de leur remploi –, mais aussi dans le rempart le plus récent. Il s’agit là du contexte de remploi le plus répandu dans les oppida de l’âge du Fer du Midi de la Gaule. Une enquête récente (Golosetti 2013, 146-147) portant sur neuf d’entre eux situés sur l’axe rhodanien195 a recensé trois cent soixante-deux documents lapidaires. La grande majorité (237 exemplaires, soit 66 % du total) se trouvaient en remploi dans les enceintes, tandis que la réutilisation de stèles dans l’habitat ne concerne que trois sites (Saint-Blaise, l’Île et Saint-Pierre à Martigues), soit 7 % du total. Le restant se répartit entre une position indéterminée (74 exemplaires, soit 20 %) ou autre (25 exemplaires, soit 7 %). Les stèles ont donc été remployées très majoritairement dans les fortifications. On doit toutefois signaler qu’à Mouriès, quelques-unes sont remployées dans des murs de l’habitat proche du rempart dans la zone Z06 et daté de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C.

Les raisons du remploi

24Depuis le début des années 2000, les raisons de cette réutilisation dans les fortifications ont suscité chez les protohistoriens des interprétations divergentes.

25La plupart des chercheurs sont partisans d’une désacralisation des monuments déjà totalement accomplie au moment de leur réutilisation, ces monolithes étant considérés comme de simples blocs faciles à récupérer et déjà prêts à l’emploi. On note ainsi que ces stèles sont « désacralisées, ramenées au rang de pierres à bâtir comme le montrent leur bris et leur retaille » (Py 2011, 20). Pour d’autres, « Le peu de respect constaté dans le conditionnement de ces monolithes (brisés à la masse, retaillés, débités…) implique leur totale désacralisation, due probablement à leur ancienneté et à de probables modifications dans la composition des populations résidentes » (Arcelin, Gruat et al. 2003, 193).

26Un point de vue opposé a été développé au même moment (Garcia 2003, 2004, 2006, 2011). Les anciens sanctuaires auraient joué « un rôle cristallisateur » dans le phénomène d’urbanisation, les populations qui s’installent en ces lieux à partir du VIe s. av. J.-C. les reconnaissant comme des « espaces fédérateurs, symboles de leur identité ». Le rempart de l’agglomération jouerait alors « un rôle votif » (Garcia 2003, 229) en revêtant « en sus d’un rôle politique et militaire, un caractère symbolique à l’instar du poemerium étrusco-romain » (Garcia 2011, 342). Dans ces conditions, toute idée de destruction des sanctuaires et de désacralisation des monuments ne pourrait être envisagée. Les stèles, piliers et linteaux conservant « une propriété cultuelle » auraient été « rituellement inclus dans le blocage de la muraille qui traçait les limites de la nouvelle agglomération, assurait sa défense et affirmait la cohésion du groupe social » (Garcia 2011, 342).

27Face à ce débat, des positions intermédiaires ont été adoptées depuis peu par d’autres chercheurs. Tout en ne mettant pas en doute l’idée d’une désacralisation des stèles accompagnant le démontage des sanctuaires, la récupération de « géosymboles mémoriels » (les stèles), issus « de lieux sacrés antérieurs » et « significatifs dans la mémoire des communautés », s’expliquerait par un « processus d’appropriation de l’espace » permettant d’affirmer la cohésion du groupe social (Golosetti 2011, 155). D’autre part, le bris des stèles lors de leur remploi pourrait également représenter « un geste religieux » dans la fondation de la nouvelle agglomération car, « brisés et retaillés, ces blocs peuvent évoquer les pratiques et les gestes subis par certaines offrandes de mobilier (céramiques brisées, monnaies percées, objets métalliques coupés ou tordus), et rendre compte du caractère propitiatoire de leur usage secondaire » (Duval et Chausserie-Laprée 2011, 234).

La localisation du sanctuaire primitif

28On admet généralement que les stèles ont été récupérées à peu de distance de leur lieu de découverte. Par suite « du caractère très volumineux et du poids de certaines d’entre elles », « on imagine assez mal un transport depuis un point éloigné pour être simplement intégré dans une fortification », idée qui conduit même certains à considérer « que le lieu de découverte des stèles marque vraisemblablement et approximativement le lieu d’origine de présentation des stèles » (Golosetti 2011, 151).

Le rempart et les stèles de l’oppidum des Caisses de Jean-Jean

  • 196 Le cas de Saint-Blaise est différent, dans la mesure où son rempart protohistorique a été rempla (...)

29L’examen du rempart de l’oppidum permet d’apporter quelques informations significatives. Il faut tout d’abord rappeler que l’oppidum des Caisses de Jean-Jean est un des rares dans le Midi à posséder plusieurs remparts protohistoriques196 d’âges différents juxtaposés les uns aux autres, des stèles se trouvant en remploi dans deux d’entre eux, le deuxième rempart archaïque (état 2) daté de la fin du VIe s. av. J.-C. et le rempart le plus récent construit au IIe s. av. J.-C. (état 6). Cette particularité offre l’avantage de permettre de procéder à la comparaison des conditions du remploi durant ces deux périodes très éloignées dans le temps.

Les stèles sont concentrées dans une petite portion du rempart R1 limitant l’habitat

  • 197 À une exception près, une très petites stèle pyramidale en remploi dans le parement extérieur du (...)

30Aucune stèle n’est en effet observable dans les remparts éloignés de la zone d’habitat, tels le rempart R2 qui précède celui de l’habitat fortifié ou les remparts R3, R4 et R5 du faubourg méridional. Tous les exemplaires aujourd’hui connus dans la fortification sont concentrés dans la zone Z06 du rempart R1, à l’exception seulement du n° 33 (une petite stèle à sommet pyramidal, complète) remployée dans la section septentrionale du rempart à l’angle sud-ouest du massif MR10005. D’autres stèles se trouvent d’ailleurs encore en place sur plusieurs mètres de longueur et de hauteur dans le prolongement du rempart du IIe s. av. J.-C., au nord de la tranchée transversale (FB1) creusée à l’époque de Fernand Benoit (fig. 166). Elles sont intégrées dans son parement extérieur MR6119 (fig. 124, 125). Cette concentration ne paraît pas fortuite, car aucune autre stèle n’a été observée dans les autres secteurs du rempart197 lorsque ses divers éléments constitutifs ont pu être rendus apparents par les fouilles et les dégagements de surface. Il est donc probable que leur lieu d’implantation initial se trouvait à proximité, au pied de la crête rocheuse septentrionale ou à proximité de leur emplacement actuel au bas du talus fortement descendant depuis cette crête.

Fig. 166. Partie conservée du parement extérieur MR6119 du rempart récent comprenant de nombreux fragments de stèle en remploi.

Fig. 166. Partie conservée du parement extérieur MR6119 du rempart récent comprenant de nombreux fragments de stèle en remploi.

31Il est nécessaire d’apporter ici un complément d’information au sujet de cette localisation. Pour certains auteurs, le choix du site du sanctuaire initial s’expliquerait par « des croyances naturalistes héritées de la Préhistoire finale » (Arcelin, Gruat et al. 2003, 172), ces « espaces sacrés » faisant l’objet d’un « culte naturiste » (Garcia 2003, 220 et 2006, 139 ; Gruat 2011, 80) en relation avec le milieu naturel (hauteur ou position dominante, source, etc.). L’exemple du « gisement de Mouriès entre deux barres calcaires » (Golosetti 2011, 152), donc invisible depuis les vallons encadrant le site, a été évoqué a contrario, mais en fait à tort, pour réfuter cette opinion. Car une localisation éventuelle du sanctuaire au pied de la crête septentrionale dans une sorte d’hémicycle naturel encadré par la falaise lui conférerait une position à la fois dominante et majestueuse, bien visible depuis l’espace intérieur de l’oppidum.

Situation des stèles dans les remparts successifs de R1

32L’examen des conditions de remploi des stèles permet notamment de confirmer l’idée avancée par Raphaël Golosetti d’un « traitement différencié entre les remplois des stèles au sein des agglomérations les plus anciennes et les fortifications plus tardives », les remplois dans les fortifications de date haute ne concernant que les parements externes alors que « l’engagement des stèles dans les fondations ou le blocage des fortifications ne se rencontre donc qu’à date basse » (Golosetti, p. 153).

Dans les remparts archaïques

33On doit remarquer auparavant qu’aucune stèle n’a été retrouvée dans le rempart le plus ancien MR6437 (état 1), dont la construction a été située entre 600 et 525. Mais il est vrai que celui-ci a été très tôt presque totalement détruit et que son parement extérieur, recouvert par le rempart suivant MR6419, n’est pas visible. On ne peut donc affirmer de façon sûre, même si cela est possible, qu’il ne comprenait pas de stèles.

34Bien au contraire le deuxième rempart archaïque MR6419 (état 2) comporte une grande quantité de stèles (fig. 53, 139) et marque le moment (fin du VIe s. av. J.-C.) où le sanctuaire primitif, déjà abandonné depuis un certain temps, a été démonté et ses éléments remployés.

35Les nombreuses stèles entières ou fragmentées qui ont été observées se trouvaient toutes en place dans le parement extérieur, et jamais dans le blocage et le parement intérieur. Certes, il n’a pas été possible de dégager la base de ce parement extérieur et donc de vérifier la présence de stèles dans une éventuelle tranchée de fondation. Mais l’existence de cette dernière apparaît improbable si l’on considère le parement intérieur du même rempart lequel a été monté directement sur le paléosol.

36Pour certains chercheurs, ces premiers remplois ne semblent pas neutres, mais témoigneraient de l’intention de conférer au rempart « un rôle votif » (Garcia 2003, 229), ou pour le moins « d’un certain respect vis-à-vis des monuments » (Golosetti 2011, 153). Des réserves ont été toutefois formulées à ce propos. Les monolithes ont été volontairement fragmentés en plusieurs tronçons de longueurs voisines correspondant à l’épaisseur du mur de parement. Tous ces éléments, traités comme des matériaux de construction, sont placés côte à côte en boutisse, position qui permet d’en observer seulement la section depuis l’extérieur du rempart, alors que les gravures de leurs flancs ne sont pas visibles. Cette disposition peut bien entendu s’expliquer par un choix architectural destiné à rendre le parement à la fois plus épais et plus solide. Mais elle peut en même temps s’interpréter comme l’expression d’une volonté de dissimuler ces figurations gravées, en refusant de prendre en considération leur ancien contenu cultuel. Dans ce cas, la désacralisation serait bien effective et il n’y aurait pas désir mais au contraire refus de mettre à profit une éventuelle protection exercée par ces monuments cultuels du passé.

Dans les parements supplémentaires intermédiaires

37Aucune stèle ne figure dans ce qui est actuellement observable des parements successivement accolés les uns aux autres des états 3B (MR6130) et 4 (MR6131). Le gisement de stèles semble donc déjà épuisé (ou n’est plus exploité) à l’époque de ces réalisations.

Dans le rempart des IIe-Ier s. av. J.-C.

38De très nombreuses stèles, entières ou fragmentées, sont remployées dans les différents éléments constitutifs du rempart du IIe siècle (état 5).

39Dans la zone Z06, elles figurent en très grande quantité en position de carreau ou de boutisse dans le parement extérieur MR6119 (fig. 124, 125). D’autres fragments sont aussi jetés pêle-mêle dans le remplissage de terre et de blocs du blocage interne. Des stèles figurent également, mais dans une moindre mesure, dans le parement intérieur MR 6123.

40À l’évidence, ces stèles ne peuvent pas avoir été empruntées au sanctuaire primitif depuis longtemps abandonné et démonté. Elles proviennent donc très vraisemblablement du rempart archaïque voisin dont environ la moitié supérieure de l’élévation, déjà en partie ruinée, a été en fortement dérasée au IIe s. av. J.-C. lors de la construction du rempart récent.

41Ces stèles ont perdu toute valeur sacrée, probablement oubliée depuis très longtemps. Plusieurs constatations vont dans ce sens. Les stèles sont traitées comme des matériaux de construction présentant les avantages d’être déjà disponibles sur place et d’offrir une forme et des dimensions pratiques.

  • 198 On a déjà remarqué que cette situation de remploi en fondation était tardive et ne pouvait donc (...)
  • 199 La phrase utilisée (« …la face gravée était, le plus souvent, cachée à la vue… » (Benoit 1948, 1 (...)
  • 200 Fernand Benoit signalait déjà en septembre 1939 des stèles portant « sur certaines faces visible (...)
  • 201 Ce bloc figure sur un cliché (fig. 112 pris en 1956 par le docteur Aubert de Mouriès). Il est pl (...)

42Deux arguments sont généralement avancés pour justifier l’idée d’une désacralisation : le remploi dans des emplacements non visibles de l’extérieur (les fondations et le blocage198) et d’autre part la dissimulation des faces gravées à l’intérieur du parement telle qu’elle a été signalée par Fernand Benoit199. Mais dans le cas de Mouriès, il n’y a pas de tranchée de fondation ni de semelle en débordement. La base du parement est posée directement sur le paléosol, et les premières assises sont constituées uniquement par des blocs posés côte à côte en boutisse. D’autre part, si dans le parement extérieur du rempart le plus récent de Mouriès, les faces gravées étaient « le plus souvent cachées à la vue » (Benoit 1948, 142), quelques unes étaient pourtant parfois visibles200. On en verra notamment pour preuve la « stèle aux chevaux » déposée en 1956201.

43De nombreux fragments ont servi de matière première avant d’être incorporés dans le blocage du rempart du IIe siècle (Coignard, Marcadal 1998, 75-76 et fig. 168). Certains portent en effet de profondes gorges creusées au marteau-taillant et/ou à la broche pour préparer leur débitage en vue d’obtenir d’autres artefacts, en particulier des plaques quadrangulaires. C’est par exemple le cas d’un exemplaire (fig. 167 b et c : n° ST-017, h. cons. 0,515 m) creusé de longues rainures longitudinales sur deux faces, puis brisé avant la séparation des deux plaques et abandonné. Cet exemplaire a donc été utilisé à quatre reprises : comme stèle du sanctuaire tout d’abord, puis en remploi dans le rempart archaïque. Récupéré lorsque ce dernier a été fortement dérasé, il a d’abord servi de matière première lors d’une tentative pour le diviser en deux. Brisé lors de cette opération, et devenu impropre à la construction, il sera remployé une dernière fois dans le blocage du rempart du IIe siècle comme matériau de comblement ordinaire. Autre exemple de tentative de remploi, un autre fragment (ST-022, h. cons. 0,72, fig. 167a) portant les traces des impacts du marteau-taillant lors d’une tentative de tronçonnage.

Fig. 167. Fragments de stèles avec traces de tentatives de débitage 

Fig. 167. Fragments de stèles avec traces de tentatives de débitage 

a- exemplaire ST-022 (h. cons. 0,72 m) avec gorges au marteau-taillant 

b- rainure de préparation aménagée à la broche sur un face de l’exemplaire ST-017 (h. cons. 0,515 m) 

44

c- sur la face opposée de ST-017, rainure ayant provoqué la cassure du bloc

Fig. 168. Traces de réutilisation de stèles après l’abandon du sanctuaire : n° 22, gorges transversales taillées au marteau-taillant ; 9, ébauche de débitage à partir du sommet ; n° 17, rainures longitudinales préparatoires à la séparation en deux plaques ; n° 12-16, bloc gravé séparé en deux plaques ; n° 27, 13, 14, plaques débitées dans des stèles (d’après Coignard-Marcadal 1998, 75-76 et fig. 8).

Fig. 168. Traces de réutilisation de stèles après l’abandon du sanctuaire : n° 22, gorges transversales taillées au marteau-taillant ; 9, ébauche de débitage à partir du sommet ; n° 17, rainures longitudinales préparatoires à la séparation en deux plaques ; n° 12-16, bloc gravé séparé en deux plaques ; n° 27, 13, 14, plaques débitées dans des stèles (d’après Coignard-Marcadal 1998, 75-76 et fig. 8).

45Dernière remarque enfin, les stèles sont presque exclusivement remployées dans les remparts. Les pièces du V e siècle n’en comportent aucune. Et il faut attendre la seconde moitié du Ier siècle pour voir la maison à pièces multiples de la zone Z06 réutiliser comme matériaux de construction quelques fragments probablement trouvés en dérasant le rempart archaïque sur lequel elle est en partie construite.

3. Relation entre rempart et organisation urbaine

46Cette relation a pu évoluer au cours de l’âge du Fer, mais on ne dispose à son sujet pour l’instant que de données limitées, les fouilles n’étant pas encore suffisamment étendues dans la zone d’habitat. D’après les seuls résultats obtenus dans la zone Z06, l’habitat a été adossé au rempart à différentes reprises au cours du second âge du Fer, sans laisser de place à un espace de circulation.

Des habitations le plus souvent accolées au rempart

Au début du second âge du Fer

47Des cellules d’habitation ont d’abord été accolées au parement interne du premier rempart archaïque MR6437, très vite détruit et remplacé par le second rempart MR6419 (fig. 61). Dans la zone Z06, le plan de ces pièces ne semble pas conditionné par son orientation NNE/SSO, puisque leur mur oriental affecte une orientation N-S pouvant peut-être s’expliquer par la présence d’une rue possédant la même direction.

48La fin de cet habitat adossé au rempart s’explique apparemment par des circonstances imprévues. L’érosion du rempart provoque l’abandon des pièces, très vite recouvertes au cours du V e s. av. J.-C. par les matériaux provenant de sa dégradation. L’emplacement laissé libre sera alors utilisé pour la formation du tertre de cendres.

49On manque de données pour les siècles suivants.

À la fin du IIe âge du Fer

50Les fouilles de la zone Z06 ont montré qu’une nouvelle habitation s’était installée vers 100 av. J.-C. contre le parement intérieur MR6119 du rempart du IIe s. av. J.-C. Une partie de cette construction, en partie réalisée en adobes et possédant une toiture supportée par une charpente en bois, a été incendiée. Elle abritait seulement un élément de gril et de grands vases de stockage, ce qui permet de proposer de l’interpréter comme une sorte de réserve intégrée à une habitation accolée au rempart.

51Mais il ne reste rien d’autre de cette dernière, détruite vers 50/40 av. J.-C. lors de la construction d’un grand mur (MR6124) séparant la zone du rempart de celle de l’habitat, alors que le rempart commençait à perdre sa fonction défensive. Ce mur, distant de quelques mètres du parement auquel il est parallèle, a également servi de mur de fond à une nouvelle maison dont les pièces sont réparties autour d’une cour. Il se prolonge ensuite vers le sud en servant d’appui à d’autres habitations aujourd’hui fossilisées par la colline de débris, puis disparaît dans la partie méridionale du rempart (zone Z09) pour être remplacé par une maison de la même époque dont le mur de fond est séparé du parement intérieur par un couloir de 1 mètre de largeur.

52Tel qu’on vient de le décrire, ce type de relation entre rempart et habitat est conforme à ce qui est connu sur la plupart des oppida, à quelques exceptions près (La Tête de l’Ost, Le Baou-Roux). L’enquête de 1985 sur les fortifications protohistoriques de Gaule méridionale notait déjà qu’il était « assez rare qu’une voie de rocade courre le long du parement intérieur de l’enceinte » (Dedet 1985, 26), les maisons étant le plus souvent adossées à ce parement intérieur.

Relation entre le tracé du rempart et le plan général de l’habitat à la fin du second âge du Fer

  • 202 Ces indications sont pour l’instant trop fragmentaires pour être reportées sur un plan significa (...)

53En l’absence de fouilles extensives de l’habitat, il est délicat de se prononcer sur le rapport éventuel entre le plan général de ce dernier et l’orientation du tracé du rempart (fig. 6). On dispose toutefois de quelques indications ponctuelles202 concernant des habitations dispersées dans divers secteurs de l’oppidum.

54L’orientation du rempart du IIe siècle semble avoir joué un rôle dans l’organisation du quartier le plus proche. Ainsi, à la fin du Ier s. av. J.-C., le mur de façade de la maison à pièces multiples de la zone Z06 borde une rue de direction NNO/SSE dont le tracé est à peu près parallèle à son parement intérieur. À proximité, les pièces fouillées à l’extrémité de l’îlot d’habitation de la zone Z01 s’organisent par rapport aux axes orthogonaux représentés par une voie charretière de direction ouest-est et une ruelle nord-sud approximativement parallèle au rempart. La même direction se retrouve pour la rue qui tourne vers le nord après avoir débouché du couloir d’entrée de la porte.

55Ailleurs en revanche, le plan d’urbanisme semble plutôt obéir aux contraintes imposées par la configuration du terrain. Ainsi les constructions situées au pied de la falaise méridionale (zones Z02 et Z05) ont dû suivre sa direction. Il en est de même pour celles installées contre une crête calcaire divisant le plateau terminal (zone Z00).

56Enfin sur d’autres emplacements, la zone Z04 par exemple, l’orientation des maisons est variable. Le plan de certaines d’entre elles a été conditionné par la direction de la crête rocheuse qui traverse le plateau terminal. D’autres en revanche, placées à l’écart de cette crête, ne semblent pas avoir subi de contraintes particulières.

57Une conclusion provisoire semble se dégager à l’issue de ces quelques constatations. Sauf peut-être aux abords du rempart dont il a fallu tenir compte, l’organisation urbaine ne paraît pas s’être faire selon un plan préconçu en rapport avec le tracé du rempart. L’habitat semble plutôt s’être organisé en obéissant aux contraintes topographiques ou bien de façon indépendante.

4. Des modes de construction traditionnels

58De façon générale, le mode de construction des remparts ressemble à celui de la plupart des oppida de l’âge du Fer en Gaule du sud.

Des murs sans fondations

59Les murailles sont construites sans tranchée de fondation, les premières assises étant posées directement sur le paléosol ou sur le substrat rocheux lorsqu’il affleurait. Mais le plus souvent on n’a pas jugé bon d’enlever la terre qui masquait ce dernier, même lorsqu’il était peu profond, l’absence d’une fondation engagée en profondeur dans le sol étant compensée par l’épaisseur de l’ouvrage.

Murs simples et murs à parements internes

60Les remparts des Caisses, du moins dans leur état initial, sont toujours des murs simples à deux parements, l’intérieur du mur étant constitué d’un remplissage de terre et de pierres jetées en désordre. Quelquefois, et seulement à la fin de l’âge du Fer, l’intérieur de la construction devient plus soigné, avec des lits superposés de blocs bien disposés. Souvent, le fruit du parement extérieur est assez fort, que ce soit pour le parement MR6114 du second rempart archaïque ou pour plusieurs parties du rempart de la fin de l’âge du Fer. C’est le cas par exemple du parement extérieur du rempart MR10001 dans la zone Z010 au nord ou de celui du rempart MR9001 dans la zone méridionale Z09.

61Par la suite, pour accroître l’épaisseur de la fortification ou pour la consolider dans le cas où elle se dégradait, des parements supplémentaires ont été à des moments différents accolés au parement extérieur précédent. La courtine devient alors un mur à un ou plusieurs parements internes/extérieurs qui servent de raidisseurs. « Noyés dans la construction, donc non visibles sauf sur le sommet, ils présentent leur face parementée tournée vers l’extérieur de l’agglomération » (Arcelin, Dedet 1985, 19). C’est effectivement le cas aux Caisses. Dès le V e s. av. J.-C., on a rajouté un parement supplémentaire (MR6114) contre le parement extérieur du deuxième rempart archaïque MR6419. Mais cela est encore plus vrai pour le rempart de la fin de l’âge du Fer, qui, renforcé à plusieurs reprises par l’ajout de nouveaux parements, a fini par atteindre une épaisseur considérable, notamment dans sa partie centrale. Les murs à parement interne/extérieur sont donc toujours sur le site le résultat d’un renforcement progressif des moyens défensifs.

  • 203 « Pour le IIe âge du Fer, on ne peut signaler qu’un seul cas du IIe s. et encore peu clair : les (...)

62D’après Michel Py, en dehors des Caisses203, les murs à parement(s) interne(s) seraient peu fréquents durant tout l’âge du Fer en Provence occidentale, où ils ne sont signalés qu’à Saint-Blaise, au Baou de Saint-Marcel près de Marseille et à Constantine (Lançon-de-Provence). Ce type de mur est d’autre part extrêmement rare en Languedoc occidental où il n’est signalé qu’à Pech Maho (Gailledrat, Beylier 2009, Gailledrat, Solier 2004). En revanche, il est très répandu dans le Languedoc oriental à partir de la fin du IV e siècle (Arcelin, Dedet 1985, 18-19) ou du début du IIIe (Py 1990, 131-132). Pour Michel Py, ce serait là le résultat de tâtonnements empiriques dont on a su tirer les leçons. À la différence des murs provençaux, ce mode de construction devient alors systématique, par exemple à Nages, Ambrussum, Le Marduel ou Roque de Viou, afin de profiter au mieux de l’avantage offert par les murs raidisseurs.

L’association de la pierre et de la terre dans l’élévation des remparts

63Une des caractéristiques essentielles des remparts des Caisses est de comporter, du moins dans l’état initial de leur élévation, une importante partie supérieure réalisée en terre crue. Bien entendu, l’érosion a joué son rôle dès sa mise en place, et seule est visible aujourd’hui la partie en pierre de la construction ayant résisté à l’action des éléments ou de l’homme. Mais on retrouve les vestiges de l’élévation en terre crue accumulés au pied du rempart sous la forme de strates d’argile superposées de couleurs différentes, de talus de terre argileuse jaunâtre ou de couches d’effondrement renfermant de grosses mottes de terre plus ou moins désagrégées. Ce caractère mixte du rempart – un soubassement en pierres surmonté par une élévation en terre crue – est également rendu perceptible par l’observation du parement extérieur MR8009 situé au sud de la tour monumentale dans le secteur Z08. Encore conservé sur une hauteur totale de 4,20 mètres, ce parement devait s’élever initialement de plusieurs mètres supplémentaires. Plusieurs parties distinctes sont superposées. La base en pierres, haute de 2,40 mètres, est coiffée d’une assise de nivellement composée de grandes lauzes, elles-mêmes recouvertes par un lit d’argile pure de couleur jaune et d’une épaisseur moyenne de 0,15 mètre, sur lequel a été reconstruite la partie supérieure de l’élévation. L’épaisseur importante de ce lit d’argile permet d’écarter l’idée d’un simple joint entre deux assises de blocs. On doit y voir plutôt le vestige en même temps que le témoignage d’une élévation en terre crue, détruite à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C. pour être remplacée par une élévation en pierres. Mais l’aspect homogène vu en coupe du lit d’argile ne permet pas de déterminer s’il s’agit ou non de bauge ou d’adobes désagrégés.

L’utilisation de la pierre

64La partie inférieure des murs, la seule conservée, est donc construite en pierre. Sa hauteur actuelle, à l’exception de celles des murs latéraux de l’état 2 de la porte d’entrée, se situe entre un et quatre mètres, comme le montre le tableau suivant.

Rempart

Désignation

Hauteur conservée (en mètres)

Époque archaïque

MR6419

Parement est (Us 6419)

2,10

Parement ouest (Us 6421)

3,00

MR6114

Parement ouest

2,85

Époque hellénistique

Rempart F. Benoit (zone 06)

Parement est (MR6123)

1,90

Parement ouest (Us 6119)

4,00

Rempart MR8009 (zone 08)

Partie inférieure du parement ouest

2,40

Couloir d’entrée de la porte

Mur nord (Us 3067)

1,0 env.

Mur sud (Us 3024 = 3058)

1,35

65Les pierres sont abondamment liées par de la terre plus ou moins argileuse. Les blocs les plus importants sont parfois posés sur un lit d’argile pure de couleur jaune qui les cimente. Cette argile est extraite de fosses creusées dans les couches qui affleurent au fond de la combe et la terre est prélevée dans les colluvions de surface ou sur l’habitat. On peut alors y retrouver des tessons appartenant à diverses époques. Les morceaux de panse et de fond de dolium jouent alors le rôle de pierres de calage plates tandis que les fragments de leurs bords massifs servent à boucher les intervalles entre les blocs. Dans le parement archaïque supplémentaire MR6114 (état 3A) a été employé un liant très caractéristique (une terre argileuse rougeâtre riche en oxydes métalliques) qui s’observe également dans toutes les constructions défensives de la même époque.

66L’aspect de la face visible des murs dépend essentiellement du matériau majoritairement utilisé, le calcaire rognacien local, que l’on pouvait détacher à proximité et en abondance des couches fortement redressées, en agissant sur les zones de moindre résistance offertes par les plans de stratification. Mais cette pierre à la fois dure et cassante présente l’inconvénient d’être gélive et d’éclater facilement par suite de ses nombreuses diaclases et fissures plus légères, ce qui la rend impropre à la taille. Les constructeurs disposaient par conséquent de pierres de toutes dimensions, le plus souvent informes et sans plan de pose, ce qui rendait le mur difficile à monter. Son appareil, que l’on peut qualifier d’appareil polygonal irrégulier, rendait nécessaire l’emploi d’un liant plastique et de calages (cailloux, fragments de fines lauzes, morceaux de dolium) pour combler les interstices et stabiliser les blocs. Par suite des dimensions inégales et de la forme irrégulière des matériaux, les parements ne présentent que très rarement et sur de petites longueurs des lits horizontaux.

67Les plus gros de ces blocs (plus de 0,50 m de côté), lorsqu’ils sont rendus naturellement quadrangulaires par les deux surfaces opposées de la strate ayant servi de carrière, sont utilisés de préférence dans la partie basse de la courtine. Toutefois, de très gros blocs peuvent s’observer en hauteur, par exemple dans le parement contre lequel est accolée la première tour à pans coupés (MR8004) du rempart récent. Ceux dont la forme est la plus régulière, parfois plus ou moins grossièrement retouchés à la massette sur leur face apparente, sont réservés aux chaînages d’angle. Dans le rempart oriental R3 des Petites Caisses, les parements sont composés de blocs « cyclopéens » (longs de 0,80 à 1,25 m) extraits d’une strate de la crête rocheuse voisine.

  • 204 Cf. supra, § 2.

68Dès la fin du VIe siècle, les constructeurs des remparts ont aussi remployé les nombreux fragments de stèles en molasse blanche ayant appartenu au sanctuaire initial du début de l’âge du Fer et trouvés sur place. On a déjà discuté plus haut204 du sens à donner à ce remploi. Mais en même temps ces blocs présentaient l’avantage de posséder déjà une forme quadrangulaire et d’être le plus souvent volumineux. On les a donc disposés en position de carreaux ou de boutisses dans le parement extérieur (Us 6419) du deuxième état du rempart archaïque (MR6419 dans la zone Z06), alors que le parement intérieur n’en comporte aucun. Ce rempart ayant été remplacé au IIe siècle par une nouvelle muraille, un grand nombre d’entre eux ont été réutilisés une deuxième fois comme de simples matériaux de construction dans ses deux murs de parement, mais également jetés pêle-mêle avec d’autres pierres dans son remplissage intérieur. On doit également remarquer que ces fragments de stèle ne sont jamais remployés dans les murs des maisons du V e s. av. J.-C., ce qui paraît témoigner d’une intention délibérée. En revanche, on peut en observer exceptionnellement quelques-uns dans des murs de maison de datation tardive. C’est le cas pour la maison à pièces multiples adossée au rempart du IIe siècle et construite au cours de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C., notamment 3 fragments en remploi dans un des piédroits de l’entrée de sa cour.

  • 205 Toutefois le rempart hellénistique de Marseille, construit vers 150-110, échappe à ce constat. C (...)

69La nature du calcaire local explique également l’absence sur le site de blocs de grand appareil à taille layée, pour la réalisation desquels un calcaire tendre facile à extraire et tailler et provenant de carrières locales serait plutôt nécessaire205. Les carrières de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts), tout comme celles de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence) ont l’avantage d’être dans le voisinage immédiat de ces agglomérations protohistoriques (Paillet, Tréziny 2000, 2003 et 2004). Il en est de même pour quelques sites du proche arrière-pays tels que les Tours de Castillon à Paradou (Tréziny, Vacca-Goutouli 2000) ou l’oppidum de Caronte à Aurons. Mais à Mouriès, les distances étant trop grandes, la molasse blanche des Alpilles (carrières des Baux, de Fontvieille et de Saint-Rémy-de-Provence) a été réservée à des usages limités comme la taille des stèles du début de l’âge du Fer ou celle de certains éléments architecturaux, en particulier des dalles de toiture et des larmiers destinés aux édifices monumentaux du IIe s. av. J.-C.

  • 206 On remarquera cependant que les stèles ne sont jamais aménagées dans cette molasse rousse.

70En revanche, l’emploi massif de blocs de molasse rousse dans les courtines les plus récentes (certains secteurs du parement extérieur de la section nord du rempart le plus récent, le rempart MR8002 en arrière de la tour monumentale, les redans du tracé en crémaillère de la section méridionale) est difficilement compréhensible. Cette pierre présente certes l’avantage de se tailler aisément206. De grands blocs quadrangulaires allongés ont été ainsi aménagés pour servir de montants de porte. Deux d’entre eux se trouvent encore près de la poterne de « l’entrée orientale », l’un tombé sur la pente du versant méridional, le second dans la cour d’une habitation de la zone Z05. Mais la majeure partie des blocs est employée à l’état brut, tels qu’ils ont été extraits de la carrière par arrachement du banc. Or cette roche est étrangère au site, puisqu’elle affleure seulement sur ou au pied de la Costière de Crau pourtant située à une distance de plusieurs kilomètres hors de l’oppidum. Son emploi a donc nécessité de lourds charrois alors que l’on disposait pourtant sur place d’une pierre abondante. Il semble donc que l’on ait choisi de ne pas toujours extraire le calcaire des falaises de l’oppidum, peut-être en raison de sa médiocrité comme pierre de construction, ou bien parce que continuer à détacher la pierre des falaises de l’oppidum présentait trop de risques pour les habitations en place.

71On observe aussi quelquefois, mais seulement à certains emplacements, des lauzes épaisses de calcaire froid rognacien, souvent de grande taille (de 0,50 à 1 m), ayant servi à établir une assise de réglage au sommet d’un mur. C’est le cas du parement extérieur (MR8009) du rempart récent dans la zone centrale (Z08). La partie inférieure en pierre de ce mur (Us 8009) est recouverte par une assise de nivellement horizontale de grosses lauzes (Us 8022) qui la sépare d’une couche d’argile jaune (Us 8023), vestige probable de l’élévation en terre d’un état antérieur du rempart. Le talus d’éboulis accumulé contre le parement extérieur de ce rempart renfermait également de nombreuses lauzes provenant, d’après leur position stratigraphique, de la partie supérieure de l’élévation et peut-être même de son couronnement. Mais, plus fréquemment, les lauzes ont servi à d’autres usages. Celles qui ont été retrouvées dans la salle latérale 2C de la porte proviennent sans doute de sa toiture effondrée. D’autres constituent la couverture d’un égout (zone 03) ou d’un caniveau (zone Z05), ou bien les marches de l’escalier du rempart R5 des Petites Caisses.

L’utilisation de la terre crue dans la partie supérieure de l’élévation du rempart

72Les traces archéologiques de cette utilisation sont seulement représentées par des couches de terre argileuse d’épaisseur considérable entraînées par le ruissellement et accumulées contre la base en pierre des remparts. Pour l’ensemble des constructions formant la butte du rempart R1, la destruction de la partie supérieure de leur élévation par les agents naturels a engendré une véritable colline de terre argileuse et de blocs qui fossilise ses flancs sur plusieurs mètres de hauteur. Deux catégories de matériaux en terre crue figurent dans les niveaux résultant de cette destruction : des couches épaisses de bauge et des talus homogènes de terre argileuse de couleur jaune renfermant parfois des masses argileuses informes de couleur différente.

La bauge (ou « terre massive »)

73Ce terme désigne des structures en « terre massive façonnée directement à la main » et qui ne comportent donc pas d’éléments modulaires. Cette technique indigène est bien attestée pendant tout l’âge du Fer dans le sud de la Gaule, et notamment en basse Provence occidentale, entre Marseille, l’Étang de Berre et les Alpilles. Dans cette région, les murs en bauge s’observent dans les habitats jusqu’au changement d’ère, par exemple à Saint-Pierre-les-Martigues à la fin du VIe s. ou à Martigues et Notre-Dame de Pitié au deuxième âge du Fer (Chazelles-Gazzal 1997b, 20 ; Chausserie-Laprée 2005, 150-151), tout en étant utilisés conjointement avec des murs d’adobes. Aux Caisses elles-mêmes, le mur nord de la salle de réunion du secteur Z02 est « construit sans soubassement de pierre dans une petite tranchée entaillant les niveaux du VIe s. à l’aide d’un matériau à texture sableuse contenant beaucoup de cailloux, de très rares tessons de vase, quelques charbons de bois et des nodules d’argile jaune » (Chazelles-Gazzal 1997b, 21).

74Mais si le procédé est avéré pour les maisons, il n’avait jusqu’à nos jours jamais été mentionné à propos d’un rempart dont la masse à édifier est bien plus importante que celle d’un simple mur d’habitation. Pourtant la bauge a probablement été utilisée dans le deuxième rempart archaïque MR6419. Le soubassement en pierre de cette construction, conservé sur plus de 2 mètres de hauteur, est accompagné par un important talus d’argile compacte et collante accolé à son parement intérieur. Les strates superposées, de couleur très variable de l’une à l’autre, présentent un pendage incliné vers l’intérieur de la zone habitée indiquant qu’elles proviennent de la destruction des parties hautes du rempart. Bien que ce talus ait été dérasé au Ier s. av. J.-C., sa hauteur maximale actuelle avoisine encore les deux mètres. À l’intérieur des strates, on ne distingue pas la forme géométrique de briques, mais des masses aux contours vaguement arrondis s’individualisant par une couleur différente (fig. 169). Cette observation rejoint celles déjà réalisées à Lattes où l’on a pu distinguer des lits d’amas de matériaux distincts évoquant la juxtaposition de « boules » pouvant être soit amassées côte à côte et battues, soit projetées (Chausserie-Laprée, Chazelles 2003, 302 ; Py, Lopez, Asencio 2008).

Fig. 169. Fosse de récupération FS3100 creusée dans la partie inférieure du remplissage terreux du couloir d’entrée de la porte : a- sol de circulation empierré ; b- lit de terre charbonneuse ; c- masses argileuses informes partiellement cuites ; d- terre argileuse jaune (adobes fondus ?), parfois légèrement rougie par une faible rubéfaction ; e- mur latéral nord MR3067.

Fig. 169. Fosse de récupération FS3100 creusée dans la partie inférieure du remplissage terreux du couloir d’entrée de la porte : a- sol de circulation empierré ; b- lit de terre charbonneuse ; c- masses argileuses informes partiellement cuites ; d- terre argileuse jaune (adobes fondus ?), parfois légèrement rougie par une faible rubéfaction ; e- mur latéral nord MR3067.

75On doit s’interroger sur la nature de ce que nous qualifierons, faute de pouvoir préciser davantage, de « partie supérieure de l’élévation du rempart ». S’agissait-il seulement d’un couronnement avec chemin de ronde défendu par des merlons, ou bien de la partie supérieure de la muraille faite d’un matériau argileux reposant sur un socle de pierres ? Il est difficile d’être affirmatif. Mais, compte tenu du volume des couches d’argile accumulées et de la partie manquante de ce talus de destruction du fait qu’il ait été dérasé au Ier s. av. J.-C. pour construire plusieurs pièces d’habitation, on peut raisonnablement penser qu’il ne s’agissait pas seulement d’un couronnement.

76À Mouriès, la bauge continue à être utilisée très tardivement dans le rempart. On l’observe dans le couloir d’entrée de sa porte, en élévation au-dessus du soubassement en pierre des murs latéraux (MR3067 au nord et MR3024 = 3058 au sud) de son deuxième état au IIe s. av. J.-C. Si le mur nord a été dérasé à une hauteur d’environ 1 mètre, le mur méridional a conservé toute sa hauteur (1,35 m), car son sommet forme un plan horizontal qui ne présente pas de trace de remaniement. Ce soubassement peu élevé a servi de support à une élévation montée en terre crue qui sera détruite à la suite d’un incendie et remplacée par un nouveau parement de gros blocs. La trace de cet incendie est notamment représentée par le lit de charbons recouvrant le sol de l’entrée tandis que les terres provenant de la partie détruite, légèrement rougies par la rubéfaction, remplissent la partie inférieure du couloir (Us 3044). Elles renferment de nombreuses mottes d’argile crue de couleur grise et d’autres plus ou moins fortement rubéfiées (fig. 169).

Les adobes

77La présence d’adobes sur les remparts des Caisses ou dans les couches de destruction de leur élévation n’est pas clairement attestée. Les parties construites en terre crue ont été soumises à une érosion intense, et, dans la masse de matériaux provenant de leur désagrégation, il a été très rarement possible d’observer les contours suffisamment caractéristiques de quelques fragments de briques de terre crue (fig. 170).

Fig. 170. Couloir de la porte du rempart R1 : contour d’un adobe partiellement cuit.

Fig. 170. Couloir de la porte du rempart R1 : contour d’un adobe partiellement cuit.

78Un seul emplacement fait exception. Dans la zone 09, une paroi d’adobes est tombée à plat au pied du parement extérieur MR9003 du rempart. Mais, l’endroit ayant été occupé par un habitat tardif, il n’est pas certain que cette cloison ait fait partie du rempart.

Synthèse et comparaisons

79Par la préférence donnée à la bauge, les remparts des Caisses de Mouriès occupent une place particulière dans les fortifications du Midi méditerranéen.

80Dans une synthèse réalisée il n’y a pas si longtemps, l’emploi de briques d’argile crue montées en parement sur la base construite en pierres d’une muraille était considéré comme un procédé peu courant dans la région (Arcelin, Dedet 1985, 16), où seulement trois exemples étaient alors signalés. Sur l’oppidum du Cayla de Mailhac dans l’Hérault (première moitié du V e s.), « des fragments de grandes briques épaisses en argile crue se trouvaient dans la plupart des fouilles au pied des remparts » (Taffanel 1985, 59). Au Baou-Roux (Bouc-Bel-Air, Bouches-du-Rhône), au pied de la fortification du début du IV e s., une couche de destruction (épais. 30 à 40 cm) montrait des restes d’adobes plus ou moins « fondus » (Boissinot 1984, 95 et fig. 15). Enfin, au pied du rempart de l’oppidum de La tête de l’Ost à Mimet (Bouches-du-Rhône) daté du début du IIe siècle, une couche (épais. 40 à 50 cm) surmontée par les blocs éboulés du rempart renfermait de nombreux fragments d’adobes en argile jaune (Roth-Congès 1980 et 1985). Mais ces observations ne permettaient pas aux auteurs de conclure sur la nature exacte des matériaux composant la partie supérieure de l’élévation. Au Cayla, on sait seulement que « le haut des murs était en briques crues ». Les fouilleurs des deux autres sites penchaient plutôt pour des aménagements relativement limités (chemin de ronde, merlons), par suite de la trop faible épaisseur de ces couches.

81Mais depuis trente ans, les observations se sont multipliées. Elles montrent dans la construction des remparts, dès l’époque archaïque, une utilisation assez répandue dans le Midi méditerranéen gaulois des adobes sur une base de pierres. Dans le secteur de La Bourse à Marseille (Tréziny, Trousset 1992), le rempart le plus ancien de la cité phocéenne a été édifié vers 510-500 av. J.-C. Son socle construit en calcaire blanc, haut de 90 cm au maximum, était « surmonté d’un mur en briques crues dont on n’a retrouvé que des restes de l’effondrement » (Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, 43). En Languedoc, le même mode de construction est signalé pour plusieurs sites de haute époque. À Mourrel-Ferrat (Olonzac, Hérault), on indique dans le couloir de la porte « une forte couche d’argile rubéfiée (Rancoule 1985, 55-57). Sur le site du Caylar dans le Gard, le socle en pierre du rempart des VIe-V e siècles était encore surmonté par quatre assises de grandes briques de terre crue assemblées par un liant limoneux (Roure, Piques et Leroux 2011). À Lattes dans l’Hérault, une « épaisse couche d’effondrement composée de briques crues » suggère que l’élévation de la courtine orientale, datable du début du IV e s., « pouvait être construite en adobes » au-dessus d’une base en pierres de 3 mètres de largeur (Py, Lopez, Asencio 2008, 2). Sur le même site, le sommet de la courtine méridionale archaïque (fin VIe s.), large de 3 à 3,70 mètres, est arasé horizontalement, ce qui laisse à penser que cette partie en pierres « ne représentait que le solin d’une muraille dont l’élévation pouvait être en briques ». À Agde enfin, la cité grecque était « entourée de remparts en brique crue à puissant soubassement de pierres » (Nickels, Marchand 1976, 46 et n. 28). Son rempart archaïque est construit entre la fin du VIIe et le milieu du VIe siècle, et celui de la colonie phocéenne (Agathé) à la fin du V e s. (Nickels 1985, 66-68).

82Ce mode de construction s’est maintenu en Provence occidentale jusqu’à une date tardive. « L’élévation de la fortification était en terre crue » (Gantès 1990, 79) à Teste Nègre (Les Pennes Mirabeau, fin IIIe-début IIe s.). Aux Tours de Castillon (Le Paradou) un mur de briques crues est établi au IIe s. sur un socle de pierres sèches (Tréziny, Vacca-Goutouli 2000, 201). Sur l’oppidum de La Cloche (Les Pennes Mirabeau), une épaisse couche d’argile grise indique que le rempart du Ier siècle, épais de 1,20 à 1,30 mètre, comportait une superstructure en adobes (Chabot 2004). Il en est de même dans le département voisin du Var où des élévations « en terre crue » (adobes ?) sont signalées pour les IIe et Ier s. av. J.-C. aux Arcs-sur-Argens sur les oppida du Castellard et de L’Apié-de-Raybaud (Bérato, Borréani, Gébara et al. 1995, sites 24 et 25 du corpus).

  • 207 D’après E. Garlan en 1974, 342, dans son commentaire du paragraphe 13 de la « Syntaxe mécanique  (...)

83L’emploi d’adobes montés sur un socle de pierres de hauteur variable est un procédé traditionnel dans diverses régions méditerranéennes. Dans la péninsule ibérique, cette technique, utilisée d’abord dans le sud et l’est, se généralisera ultérieurement dans toutes les fortifications de l’époque ibérique (Moret 2003, 24). En Grèce, comme l’ont signalé de nombreux auteurs (Martin 1965, Orlandos 1966, Garlan 1974, Adam 1982, Leriche-Bessac 1992, Hellmann 2010), les remparts sont dès l’époque archaïque le plus souvent en briques crues supportées par un socle de pierre. La hauteur du socle, peu importante parfois (1 mètre pour l’enceinte orientale du sanctuaire d’Eleusis, cf Orlandos 1966, fig. 36), peut atteindre ailleurs plusieurs mètres. Les avantages de la brique crue ont été appréciés pendant longtemps. Le soubassement en pierre préserve des remontées d’humidité et des travaux de sape, tandis que l’argile amortit les chocs des béliers ou des projectiles. Des pièces de bois horizontales et verticales pouvaient être employées pour consolider les massifs de briques crues des superstructures207. L’argile est aussi un matériau facile à se procurer à peu près partout et à façonner, d’où un gain de temps. Mais la terre crue étant particulièrement sensible aux intempéries, un nouveau type d’enceinte avec des parements en pierre maintenant un blocage interne de terre et de cailloux va se généraliser dans le monde grec à partir du IV e siècle, la tendance se renforçant jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. Grâce au remplissage intérieur, ce procédé offrait une solidité presque égale à celle des massifs de brique tout en résistant mieux aux intempéries (Garlan 1974, 198).

84Mais, dans bien des cas, le choix entre remparts de pierre ou d’adobe s’explique d’abord par les conditions d’approvisionnement sur place en matières premières (Winter 1971, 71). C’est le cas aux Caisses, où l’on doit remarquer également une évolution du même ordre dans l’utilisation des matériaux de construction, liée à la fois à un changement de conception architecturale et au problème de l’approvisionnement en matériaux. À l’époque archaïque, sans que cela puisse impliquer un choix dicté par une quelconque influence grecque (qui serait venue de Marseille ou d’Arles ?), la préférence a été donnée à l’argile présente sur le site pour la partie haute de l’élévation du rempart, car la pierre abonde sur les lieux mais est plus difficile à extraire. En revanche, à l’époque hellénistique, lorsque le rempart tout en pierre maintenant un remplissage interne remplacera l’élévation en argile, on préférera aller chercher assez loin en dehors du site des quantités importantes d’un nouveau matériau, la molasse rousse. Ce n’est pas son aptitude à la taille qui était recherchée, puisque les blocs sont toujours mis en œuvre à l’état brut, mais plutôt sa facilité d’extraction. D’autre part, le site étant densément occupé, il était sans doute difficile de continuer à utiliser comme carrières de pierre les falaises qui l’entourent.

La porte à recouvrement du rempart R2 (fig. 79)

85En Provence, les portes adoptent généralement une disposition frontale ou à recouvrement, et se trouvent de préférence rejetées en bordure des escarpements qui limitent le site et en assurent la protection (Verdin 1995, 269). Toutefois, aux Caisses, la porte du premier rempart (R2) contrôlant l’accès par la combe occupe une position centrale à l’endroit où se recoupent les deux versants descendant en pente forte depuis les falaises. Les sections nord et sud de sa courtine n’étant pas dans le prolongement l’une de l’autre, il est vraisemblable que ce rempart était pourvu dans sa partie intermédiaire d’une porte à recouvrement. C’est là un dispositif traditionnel que l’on signale durant tout l’âge du Fer dans les oppida du Midi. Dans la département du Var par exemple, pour un inventaire des portes de 56 sites, on dénombre 37 portes à recouvrement (Metzger 2005). Dans les Bouches-du-Rhône, donc en pays salyen, on rencontre ce dispositif aussi bien aux VIe-V e s. av. J.-C. sur l’oppidum des Mayans à Septèmes-les-vallons près de Marseille (Tréziny 1995, 175) que sur celui de La Tête de l’Ost à Mimet au cours du IIe s. av. J.-C. (Roth-Congès 1980 et 1985).

5. Des solutions architecturales ingénieuses, rarement inspirées de modèles étrangers

86On l’a vu tout au long de leur description, la conception d’ensemble des fortifications de l’oppidum aux IIe et Ier siècles avant notre ère traduit un souci permanent de profiter au mieux des aptitudes défensives du terrain en même temps que d’une connaissance certaine de l’art de la défense. Elle implique aussi, pour mobiliser la nombreuse main d’œuvre nécessaire, un pouvoir organisateur fort et doté de réelles compétences techniques. Les concepteurs du système défensif, tout en demeurant fidèles aux matériaux et aux modes de construction traditionnels, ont su avoir recours à des solutions architecturales ingénieuses, alliant à la fois les acquis de la tradition et les enseignements tirés de pratiques empiriques, et dans quelques cas seulement peut-être inspirées par des modèles étrangers.

Le rempart R5 des Petites Caisses (fig. 151)

87Le versant des Petites Caisses a tout d’abord été fermé à l’ouest, entre les deux falaises qui l’encadrent, par un dispositif simple formant barrage, formé par une succession de cellules d’habitat accolées les unes aux autres, la réunion de leurs murs de fond (pas plus épais que les autres et probablement aveugles) constituant le seul alignement défensif. Cette solution architecturale, qui présente l’avantage de la simplicité et de l’économie de moyens, pourrait s’expliquer par la topographie des lieux. Compte tenu des difficultés d’accès présentées par la falaise inférieure et la surface mouvementée du terrain situé plus à l’ouest, les occupants n’auraient pas jugé nécessaire de construire une véritable courtine contre laquelle seraient venues s’adosser leurs habitations, comme c’est souvent le cas dès l’origine ou plus tard dans de nombreuses agglomérations de l’âge du Fer du Midi (Arcelin, Dedet 1985, 26). On l’a vu précédemment, ce « mur de maisons » s’est montré vulnérable. Et très vite, sur les ruines des cellules d’habitat incendiées et détruites brutalement, un véritable rempart sera construit.

88Ce dispositif défensif n’a pas été observé ailleurs en Gaule méridionale. Mais il est plus répandu dans d’autres pays, par exemple sur certains sites grecs archaïques (Vroulia à Rhodes au VIIe siècle, cité par Hellmann 2010, 305) ou en Espagne dans les « villages clos » de la dépression centrale de l’Èbre (Moret 1996, 145 et 2000, 75-78).

89Après la destruction par incendie de ce premier état de la fortification, le quartier a été défendu par une muraille desservie par un escalier d’accès vers son sommet. Par suite de sa modeste largeur, les constructeurs ont probablement eu recours à une solution ingénieuse en aménageant un chemin de ronde en bois supporté par des triangles charpentés engagés dans la muraille. Ce procédé rappelle la description donnée par Philon de Byzance au IIIe s. av. J.-C. de « courtines construites, aux endroits convenables, avec un parapet crénelé et sans chemin de ronde, mais avec des volées de poutres et de planches jetées à partir des échafaudages engagés dans les murs » (livre V, 14, traduction Y. Garlan). En revanche, les passerelles mobiles en bois du rempart R3 à ikria (voir ci-après) étaient supportées par des contreforts intérieurs espacés régulièrement. Ce sont là des exemples qui montrent, de façon certes indirecte, une utilisation importante de ce matériau dans les fortifications protohistoriques.

Le rempart R3 à ikria des Petites Caisses (fig. 143)

  • 208 Cf. 4e partie, chap. 1, annexe 4.

90Les analyses précédentes nous ont conduit à privilégier dans la réalisation des remparts le poids des habitudes traditionnelles en même temps que la part de créativité des concepteurs du système défensif. Mais ces derniers, tout en restant attachés à leurs traditions, ne paraissent pas avoir ignoré certains des avantages des fortifications étrangères. Le rempart R3 défendant l’accès oriental du faubourg des Petites Caisses, certes réalisé avec un mode de construction local, correspond parfaitement à la description du rempart à ikria (R3) donnée par le théoricien grec de la poliorcétique Philon de Byzance. Cette catégorie de rempart n’est pas connue ailleurs en Gaule. On se reportera à la contribution208 qui lui est consacrée dans ce volume par Henri Tréziny, spécialiste des fortifications grecques.

Le rempart R1 de la fin de l’âge du Fer, compartimenté en caissons disposés en marches d’escalier

91Le dégagement en surface du rempart hellénistique R1 a mis en évidence à plusieurs emplacements des murs transversaux que l’on peut interpréter comme des murs raidisseurs. Ces murs transversaux (Ginouvès 1998, 29) relient les deux parements pour accroître la résistance de l’ouvrage et maintenir le blocage interne, et divisent l’intérieur du rempart en de véritables compartiments. De tels dispositifs existent aussi dans les fortifications grecques en grand appareil (Winter 1971, 135).

  • 209 Fernand Benoit avait déjà fait la même remarque, en notant à propos de ce rempart : « il est div (...)

92Certains de ces murs comportent plusieurs parements successifs accolés les uns aux autres, voire emboîtés lorsqu’ils dessinent des retours en angle droit, ce qui implique une fonction différente. À cause de la forte pente à escalader souvent par la courtine, les constructeurs ont jugé nécessaire d’établir des paliers horizontaux étagés les uns par rapport aux autres. Cette disposition architecturale imposait de devoir compenser les poussées exercées vers le bas du versant par un énorme volume de matériaux. La solution adoptée a été de maintenir chaque palier par des parements successifs et des murs bahuts transversaux adossés les uns aux autres en formant ainsi des sortes de caissons indépendants remplis de pierres et de terre209. Chacun d’eux pouvait se déformer sous la poussée de sa propre masse ou être endommagé au cours d’un siège ou par les intempéries, sans que son voisin en soit sérieusement affecté.

93Ce mode de construction en marches d’escalier est aussi celui du rempart R2, puisque l’on peut encore discerner par endroits l’amorce de murs transversaux.

94D’autre part, les décrochements « en crémaillère » de la section méridionale du rempart R1 paraissent former des caissons indépendants rajoutés devant le parement extérieur du rempart initial.

95Aucun argument ne permet d’attribuer une origine étrangère à ce procédé de construction par ailleurs jamais signalé dans les remparts indigènes de Gaule méridionale, du moins dans l’état actuel des recherches. On peut avec plus de vraisemblance y voir une adaptation locale aux contraintes du terrain, et donc une découverte technique due à l’ingéniosité en même temps qu’à l’empirisme du maître d’œuvre.

Le dispositif « en crémaillère » du rempart de la fin de l’âge du Fer (fig. 42, 75)

96Depuis la tour monumentale au centre du rempart jusqu’à la porte au pied de la falaise, la section méridionale présente un tracé très particulier en ligne brisée. Sur une distance assez longue, le front du rempart effectue une série de retours grâce à de courts décrochements en angle droit en retrait les uns par rapport aux autres.

97Ce dispositif, très rare en Gaule méditerranéenne, a été toutefois signalé sur l’oppidum de La Ramasse dans l’Hérault (Garcia 1993). Ce dernier est un bon exemple des débats qui ont pu opposer les chercheurs à propos des influences grecques éventuelles sur les remparts autochtones du Midi. Le fouilleur de La Ramasse, Dominique Garcia, a interprété la muraille à décrochements comme une enceinte à tracé « en crémaillère », selon la terminologie adoptée par E. Garlan (1974, 248). Son origine serait à rechercher dans le monde grec, ce dispositif ayant été décrit au IIIe siècle avant notre ère par Philon de Byzance (A, 5, 56), qui précise que les ressauts de la muraille doivent être disposés de façon à exposer le flanc droit des assaillants non protégé par un bouclier (Adam 1982, fig. 30). Mais cette interprétation s’inscrit à contre-courant de certaines des idées actuelles, le rôle des influences grecques dans les fortifications protohistoriques autochtones étant combattu par divers auteurs (Py 1990, 133 ; Goudineau 1980, 185) qui insistent plutôt sur la capacité d’innovation des communautés locales. Henri Tréziny notamment (1986, 198) a vu dans La Ramasse « un système de fortification original, qui n’a de parallèles ni dans le monde grec, ni dans le monde celtique ». Il ajoutera plus tard : « Plutôt qu’une influence grecque due à la proximité d’Agde, je serais donc tenté d’insérer La Ramasse dans un groupe régional ibéro-languedocien, peut-être influencé par des modèles grecs, mais de façon moins immédiate » (Tréziny 2010, 164-165). Pour lui, les innovations techniques seraient dues à « une adaptation de techniques locales » (Tréziny 2010, 561), « à la part d’initiative prise par des communautés indigènes » (Tréziny 1992, 347), tandis que Michel Py estime qu’elles s’expliquent par « un mélange d’innovations et d’habitudes régionales » (Py 1990, 132), les techniques nouvelles pouvant être élaborées d’abord par tâtonnement.

98Il semble bien que ce soit également le cas en ce qui concerne la « crémaillère » du rempart d’époque hellénistique des Caisses. Divers arguments vont dans ce sens. Les retours en angle droit sont inversés par rapport aux prescriptions de Philon de Byzance, et c’est le flanc gauche protégé par le bouclier qui est exposé aux tirs des défenseurs du rempart. Et d’autre part la longueur des redans est très insuffisante par rapport à la portée d’une arme de jet.

99On doit donc ici écarter l’idée d’une quelconque influence grecque et rechercher une autre explication, en privilégiant plutôt les capacités d’initiative et d’adaptation locales. En effet, ce tracé n’a pas été imposé par le relief du terrain qui ne présentait pas ici de déclivité ou d’accidents particuliers. Une autre explication paraît plausible, celle d’une succession de redans en retrait les uns par rapport aux autres établis de manière à réunir la section centrale portée très en avant du rempart lors de ses derniers aménagements à la porte restée très en retrait. Cette solution locale, sans équivalent ailleurs, permettait en outre de créer une sorte de large entonnoir dans lequel il fallait s’engager pour accéder à l’entrée.

La tour monumentale du rempart de la fin de l’âge du Fer (fig. 42)

100Contrairement à beaucoup d’oppida du Midi, la présence de tours reste pour le moment exceptionnelle aux Caisses. Une tour archaïque arrondie a été bien été identifiée, mais la fortification de cette période est enterrée très profondément et loin d’être entièrement dégagée. On ignore donc encore l’essentiel de son tracé et l’existence éventuelle d’autres tours.

101En revanche, les deux remparts récents qui défendaient l’accès occidental de l’oppidum (R2 puis R1 plus à l’est), aujourd’hui entièrement visibles, sont dépourvus de tours espacées régulièrement, car leur faible longueur ne rendait pas obligatoire ce type de moyen défensif. Par ailleurs, la forte déclivité des pentes sur lesquelles ils sont installés assurait aux défenseurs une position dominante renforcée par la construction « en escalier » des courtines.

102Une exception existe néanmoins. Le rempart R1 de l’époque hellénistique possède dans sa partie centrale une très grosse tour (MR8004-8005) d’allure semi-circulaire formant un véritable bastion qui, par ses dimensions considérables, présente un aspect monumental. Large d’une dizaine de mètres entre les parements nord et sud et faisant saillie à l’extérieur du rempart de plusieurs mètres, elle était d’une hauteur imposante.
Aux 4,10 mètres d’élévation conservés à sa jonction avec le parement de la courtine, il convient d’ajouter au moins 3 mètres pour se trouver seulement au niveau du sommet actuel du rempart, et davantage encore si l’on tient compte de la dégradation de ce dernier. Comme dans toutes les tours protohistoriques de la région, la construction était pleine, une première tour à pans coupés (MR8004) ayant été intégrée dans une enveloppe semi-circulaire encore plus large (MR8005). Son épaisseur venait ainsi s’ajouter à celle de la courtine, à l’endroit où déjà plusieurs parements successifs étaient juxtaposés.

103Même si cette tour occupait une position stratégique au milieu du rempart, elle n’était pas seulement destinée à protéger un point faible du relief ou un changement d’orientation de la courtine. Son rôle défensif au centre de la fortification et en débordement par rapport au front du rempart est évident. Mais en même temps, par sa masse et sa hauteur impressionnantes lorsqu’on arrivait de l’ouest par la combe, elle exerçait à la fois un rôle dissuasif et ostentatoire en contribuant à exalter la puissance de la communauté villageoise et de ses dirigeants.

104Les tours monumentales sont exceptionnelles en Provence où l’on ne peut que mentionner celle du Baou de l’Agache à Belcodène (Bouches-du-Rhône), une « très grosse tour, presque disproportionnée par rapport au site » (Verdin, 1995, I, 266) qui faisait peut-être office de tour monumentale destinée à être vue. En revanche, ces tours sont fréquentes sur les grands oppida du Languedoc oriental tels que Nîmes (la tour Magne), Mauressip ou Nages (Fiches 1979, 43 ; Py 1990, 180-181 et 1992, 119). Tout en jouant un rôle dissuasif certain, leur monumentalisation mettait en relief la force et le prestige de la communauté villageoise et de ses dirigeants.

105En revanche, on ne peut mentionner pour le Languedoc occidental que la tour de l’oppidum de Pech Maho dans l’Aude, datée de la fin du IV e ou du début du IIIe siècle, dont le rôle ostentatoire a été mis en évidence récemment (Beylier, Gailledrat 2009, 118). La tour de Mouriès présente de grandes ressemblances avec cette dernière bien qu’étant beaucoup plus tardive. Avec celle de Belcodène, elle constitue en Provence un cas particulier s’expliquant à la fois par des facteurs locaux (conditions topographiques du site, volonté d’accroître la capacité défensive d’un ouvrage antérieur, inventivité et empirisme de ses concepteurs) et en même temps par un souci de dissuasion et d’ostentation. Une explication par une influence extérieure ne paraît pas probante.

106L’origine des tours à pans coupés peut aussi se situer dans le même ordre d’idée. Elles sont d’ailleurs très rares en Provence si ce n’est à Belcodène, avec les deux sites du Baou de l’Agache et du Tonneau (Verdin 1995, III, n° 25).

107En dernier lieu, on remarquera qu’une autre tour monumentale surmontait peut-être le petit rempart barrant le sommet de l’éperon oriental de l’oppidum. Sa position dominante et dégagée la rendait visible de très loin.

La tour-porte du rempart de l’oppidum (fig. 95)

  • 210 La comparaison de ces portes avec celle de Buffe-Arnaud ayant déjà été faite (Garcia, Bernard 19 (...)

108Dans le sud de la Gaule, où les entrées se font généralement par des portes frontales ou à recouvrement (Arcelin, Dedet 1985, 24-25), les tours-portes font figure d’exception. Jusqu’à la récente fouille de l’oppidum de Buffe-Arnaud (Garcia, Bernard 1995, 120-121) à Saint-Martin-de-Bromes dans les Alpes-de-Haute-Provence, seules étaient connues celles de Mailhac dans l’Aude, du Pègue dans la Drôme et peut-être d’Olonzac dans l’Hérault210. Aucune ne présente vraiment les mêmes dispositions qu’à Mouriès. La porte de Buffe-Arnaud est celle qui présentait les particularités les plus proches. Elle possédait un étage peut-être couvert par une toiture de lauzes et de terre ou de végétaux. Et surtout, de part et d’autre du passage intérieur emprunté par un caniveau, deux petites alcoves d’une surface respective de 4 et 2,7 m2 étaient aménagées dans l’épaisseur des murs latéraux. Mais le rapprochement s’arrête là, ces deux renfoncements servant à abriter des vases à provisions retrouvés brisés sur place, alors que l’unique salle de Mouriès, plus grande et isolée du couloir par un mur de séparation, était principalement destinée à contrôler le passage.

  • 211 À la suite d’Henri Tréziny, les auteurs de la fouille de Buffe-Arnaud rappellent l’existence de (...)

109À l’évidence, chacun des exemples présentés ne s’explique pas par des emprunts au monde grec211 ou par des modèles régionaux, mais plutôt par l’inventivité des constructeurs sachant s’adapter à des nécessités locales.

La chicane courbe de la porte du rempart R1 (fig. 94, 95)

110D’après une enquête récente (Verdin 1995, 269-272) effectuée en pays salyen dans les Bouches-du-Rhône entre sa frontière avec le Var, Marseille, l’Étang de Berre et la Durance, et cela bien qu’il faille prendre en compte l’absence de fouilles et de dégagement des éboulis des fortifications pour nombre de sites, les portes à entrée frontale semblent utilisées moins fréquemment que dans le département du Var. C’est pourtant la solution primitivement retenue pour la porte du rempart principal. Mais par la suite, de nouveaux aménagements destinés à renforcer le rempart ont cherché à rendre plus difficile son approche. Comme on l’a vu précédemment, l’ajout sur le front du rempart de redans successifs à partir de la tour centrale a placé la porte très en retrait à l’intérieur de l’oppidum, au fond d’une sorte d’entonnoir où l’on ne pouvait s’engager sans s’exposer à des tirs latéraux venus de la courtine mais aussi du sommet de la falaise.

111Ce dispositif a été cependant complété par une chicane courbe devant l’entrée (état 2 de la porte). Un puissant massif a été rajouté contre la falaise et le parement extérieur du rempart pour en accroître la résistance et former un bastion protégeant la porte. Ce massif a été prolongé par une muraille de blocs imposants en arc-de-cercle (MR3007), large de plus de cinq mètres. Cette construction n’est pas encore totalement dégagée. Mais elle s’élargit progressivement vers le nord pour former une sorte de massif. Avant d’atteindre la porte proprement dite, les assaillants devaient par conséquent pénétrer au préalable dans une sorte de sas les exposant à des tirs de part et d’autre, tandis que sa forme curviligne leur interdisait de prendre de l’élan pour utiliser un bélier. La porte frontale initiale est ainsi devenue à la suite de ces transformations une porte à recouvrement à chicane coudée.

112Les portes à recouvrement constituent un dispositif courant dans les fortifications protohistoriques du Midi de la Gaule. Mais l’amélioration de ce système par l’aménagement d’une chicane courbe renforcée par un bastion est très rare. On connaît seulement quelques sites de comparaison (fig. 171), par ailleurs chronologiquement très éloignés les uns des autres : le site de Tamaris à Martigues dans les Bouches-du-Rhône pour l’époque archaïque et l’oppidum de Jastres-Nord en Ardèche pour le Ier s. av. J.-C. Un troisième site, L’Auriasque 1 (Fréjus), très mal connu et non daté, présenterait aussi « une porte à recouvrement à chicane » (Metzger, site n° 20). D’après le plan établi en 1905, il pourrait s’agir d’une porte à chicane courbe intérieure. Mais ce site n’a pas encore été fouillé.

Fig. 171. Portes à chicane courbe : a- Les Caisses de Jean Jean ; b-Tamaris ; c- Jastres-Nord ; d- L’Auriasque (Fréjus).

Fig. 171. Portes à chicane courbe : a- Les Caisses de Jean Jean ; b-Tamaris ; c- Jastres-Nord ; d- L’Auriasque (Fréjus).

113Le site littoral de Tamaris (Martigues) a été occupé par une importante agglomération dès le début du VIe s. av. J.-C. (Duval 2000 et 2002, 120-121 ; Duval 2003, 81-84 ; Chausserie-Laprée 2005, 66-69). La fouille, commencée par Charles Lagrand, a été poursuivie par Sandrine Duval au début des années 2000. Un promontoire de forme triangulaire allongée s’avance dans la mer qu’il domine par de hautes falaises escarpées. Au nord, il était défendu par deux remparts successifs divisant l’habitat en deux parties. Le rempart médian, construit vers 600 ou peu après, possède la seule porte fortifiée connue pour cette époque dans les oppida du Midi. Au début frontale et encadrée par deux massifs jouant le rôle de tours, elle a été presque aussitôt complétée par une chicane courbe. En avant de cette porte, un bastion polygonal relié à la tour orientale par un puissant mur formait un couloir d’entrée curviligne dans lequel le chemin d’accès devait s’engager après avoir suivi le bord de la falaise. D’après les auteurs, une influence étrangère (grecque ou étrusque) expliquant ce dispositif de porte à recouvrement à chicane coudée serait improbable, Tamaris, placé à cette époque « dans un environnement propice à l’expérimentation et à l’innovation technique », ayant pu jouer le rôle de « site précurseur » dans la mise en œuvre des différents moyens de défense (Chausserie-Laprée 2005, 69). On doit toutefois remarquer que ce système de protection d’une porte par une chicane courbe ne se retrouve pas dans le Midi pendant les six siècles qui suivront.

114Il faudra attendre le premier siècle avant notre ère pour retrouver, avec la clavicula du rempart JN2 de l’oppidum de Jastres-Nord en Ardèche (Lefebvre 2003 ; Lefebvre 2006, 114 et 332), un dispositif de même ordre. Ici, la porte charretière est précédée par un mur en demi-cercle parfait (ép. conservée 1,60 à 2,90 m ; l. 2,30 à 2,40 m ; diam. ext. 12 m) se terminant, après un changement de direction, par une section rectiligne parallèle à la courtine. Deux portes en bois, à l’extrémité de la chicane et dans l’ouverture du rempart, fermaient l’ouvrage. La maçonnerie était liée au mortier de chaux, tandis qu’une couverture de tuiles est attestée, au moins en phase finale. D’après le mobilier retrouvé, l’édification du rempart JN2 daterait des années 80/70 av. J.-C. À la même époque, ce système ne connaît pas d’équivalent dans les oppida protohistoriques de Gaule méridionale (si ce n’est aux Caisses) comme de Gaule intérieure. Le seul parallèle possible est apporté par les claviculae intérieures ou extérieures des portes des camps de marche et de siège romains, mises en évidence en Gaule lors des fouilles d’Alésia sous le Second Empire et plus récemment (Reddé 1995, 349-356 ; Reddé, Brulet, Fellmann et al. 2006).). Devant ou en arrière de l’entrée, le titulum, un fossé parallèle et rectiligne éventuellement pourvu d’un mur, devenait une clavicula lorsqu’il était prolongé en arc-de-cercle et doublé par un mur jusqu’au portail de façon à former une chicane courbe. Ce système, pendant longtemps signalé dans les camps romains seulement à partir de l’époque claudienne, était donc déjà connu à Alésia au moment de la Guerre des Gaules. On remarquera qu’à Jastres-Nord, la clavicula est antérieure d’environ un quart de siècle par rapport à Alésia, et qu’elle met en œuvre des techniques empruntées à Rome (mortier de chaux, tuiles en terre cuite).

115À partir de ces deux exemples seulement disponibles, et par ailleurs très éloignés dans le temps, comment peut-on interpréter l’origine du dispositif présent à Mouriès ? Par sa disposition, sa massivité et son mode de construction, ce dernier évoque fortement celui de Tamaris, mais l’écart de siècles qui les sépare exclut toute possibilité de filiation. En revanche, sa disposition en chicane courbe le rapproche indéniablement du rempart JN2 de Jastres-Nord dont il est approximativement contemporain. Il est donc difficile de déterminer s’il s’agit d’une réalisation inspirée par un modèle romain ou bien d’une innovation technique locale beaucoup plus ancienne et due à l’ingéniosité comme à l’empirisme des concepteurs des fortifications de l’oppidum, le principe de la chicane courbe s’inscrivant dans la même logique défensive que celui des portes à recouvrement.

La poterne fortifiée de la « porte de l’est »

116Cette entrée secondaire, ouverte dans un petit élément de rempart construit dans l’unique seuil naturel de la falaise méridionale, fermait le seul passage établissant une communication avec le faubourg des Petites Caisses. Elle dominait une forte pente, ce qui excluait toute possibilité de porte charretière. Mais on a jugé bon de la précéder par une sorte de sas au sommet du versant, formant l’équivalent d’une barbacane protégée par un mur d’un mètre d’épaisseur. Ici aussi, il s’agit d’une solution défensive locale ingénieuse.

Conclusion : tradition indigène et modèles étrangers

117Quelles sont donc les parts respectives dans les fortifications des Caisses de Mouriès de la tradition indigène et d’éventuelles innovations inspirées par des modèles étrangers ? Peut-on parler d’« imitations, emprunts, détournements » (Tréziny 1992) ? Et quel contenu donner aux termes d’influence ou de modèle ?

118Cette question a déjà fait couler beaucoup d’encre à propos des fortifications indigènes de la Provence et du Languedoc. Le tracé en crémaillère du rempart de La Ramasse (Clermont-l’Hérault, Hérault) a d’abord été vu comme l’imitation d’un modèle grec classique (Garcia 1993, 126) ou, de façon plus générale, le résultat « d’emprunts, directs ou indirects, à des modèles méditerranéens » (Beylier, Gailledrat 2009, 269). En revanche, il serait pour d’autres « un système de fortification original, qui n’a de parallèles ni dans le monde grec, ni dans le monde celtique » (Tréziny 1986, 198) et le résultat d’« une adaptation de techniques locales » (Tréziny 2010, 561). On s’est également interrogé sur l’éventuelle influence de Marseille sur la forme quadrangulaire des tours (Tréziny 2010, 342 ; Goudineau 1980, 182-184), ou l’origine de l’apparition des courtines à parements multiples (Py 1990, 132-133). Le dispositif des fortifications de Pech Maho (Sigean, Aude) serait a contrario « largement éloigné des standards indigènes » (Beylier, Gailledrat 2009, 115) et plutôt le résultat d’une « influence exogène, en l’occurence méditerranéenne » (Beylier, Gailledrat 2009, 251) et d’emprunts, « directs ou indirects », à des modèles hellénistiques.

119Sans chercher à prendre position dans ce déjà vieux débat, on peut toutefois, au sujet des fortifications des Caisses, apporter à ce dossier quelques nouveaux éléments de réflexion. On l’a vu plus haut, la part des techniques traditionnelles, souvent réinterprétées et adaptées aux nécessités du terrain et de la défense par l’ingéniosité des maîtres d’œuvre, est très largement prépondérante. Néanmoins, la question d’une influence étrangère doit être posée pour certains des aménagements défensifs.

120Le rempart à ikria R5 est une réalisation exceptionnelle en Gaule méridionale. Or les exemplaires de comparaison se trouvent tous dans le monde hellénique. Faut-il voir là un ouvrage inspiré par un modèle méditerranéen ou plutôt une création locale dictée par l’urgence face à un danger menaçant ?

121La tentation est forte d’interpréter la chicane courbe de la porte du rempart R1 comme une réalisation inspirée par la clavicula romaine qui est à peu de choses près contemporaine. Cette source d’inspiration est donc possible, mais rien ne permet de l’affirmer. En revanche, les capacités d’innovation locales ne sont pas à mettre en doute. Et, on l’a déjà vu, le système avait déjà été imaginé dès le début du VIe s. av. J.-C. pour la porte du village de Tamaris, et l’on s’est pourtant refusé à évoquer dans ce cas précis une quelconque influence étrusque ou phocéenne.

122En définitive, la seule quasi certitude à notre disposition concerne le système très élaboré de défenses avancées à la fin de l’âge du Fer, lequel a été visiblement conçu, remanié et amélioré pour répondre aux progrès de la poliorcétique, et probablement inspiré par des exemples romains.

6. Les défenses avancées : une adaptation aux progrès de la poliorcétique

123À la fin de l’âge du Fer, les défenseurs de l’oppidum ont fait précéder le rempart protégeant l’habitat par un ensemble de défenses avancées se succédant sur plusieurs centaines de mètres en travers de la combe d’accès pour gêner la progression des engins de siège et celle des assaillants (fig. 76, 84).

Les avant-murs

Un avant-mur très éloigné, le rempart R2 (fig. 79)

124Ce rempart barrant la combe à environ 400 mètres en avant du rempart principal R1 constituait la première des défenses avancées. Plus qu’un simple mur destiné à retarder l’avance des assaillants, cet ouvrage est en fait un véritable rempart constituant une défense importante. Sa position dominante au sommet d’une rampe assez forte semble avoir été choisie pour rendre plus difficile la progression d’engins roulants. Il protégeait en même temps un vaste espace intermédiaire, le « camp de l’ouest », qui semble dépourvu de toute construction à la fin de l’âge du Fer et a pu servir de lieu de refuge aux populations extérieures au village. La datation du rempart R2 n’est pas encore établie, faute d’éléments chronologiques suffisants. Mais il forme avec le rempart principal R1 un ensemble défensif cohérent le faisant entrer dans la catégorie mal connue en Provence des fortifications complexes à remparts multiples. Parmi celles-ci, Les Mayans à Septèmes-les-Vallons (Tréziny 1995, Rothé, Tréziny 2005) et L’Olympe à Trets (Verdin 1995, n° 149, fig. 5) présentent aussi un large espace entre leurs deux enceintes. Mais aucun n’atteint la dimension de celui des Caisses.

  • 212 En 1985, le « camp de l’ouest » n’avait pas encore fait l’objet d’une fouille. Les auteurs font (...)

125La présence d’avant-murs éloignés ou au contraire très proches du rempart n’a rien d’exceptionnelle dans la région à toutes les périodes de l’âge du Fer. Dans le Var et les Alpes-Maritimes, il existe assez souvent des avant-murs « renforçant les défenses naturelles du site sur de courtes distances ou protégeant des secteurs jugés névralgiques sur de plus grandes longueurs. Ces avant-murs peuvent se trouver à proximité des enceintes comme à Pech Maho (Gailledrat, Solier 2004 et Beylier, Gailledrat 2009) ou au contraire en sont éloignés, comme aux Caisses212 ou au Baou-Rouge » (Arcelin, Dedet 1985, 24).

126Au Fort de Taradeau (Var), le rempart nord était protégé par « un avant-mur vraisemblablement fait d’une palissade de bois sur solin de pierres, et par un fossé large de 8,50 m environ » (Fiches-Nin 1985, 46). Ailleurs dans le même département, des aménagements de même nature sont signalés en plusieurs endroits (CAG Var 1999). À La Bouisse (Cuers), le flanc le plus accessible au sud-ouest de la colline est barré à 75 mètres du rempart par un avant-mur précédé d’un fossé sec. À La Madeleine/La Retrache (Le Luc), dans le secteur le plus accessible au nord, à 10 mètres du rempart, un avant-mur est précédé d’un fossé sec de 4 mètres de largeur.

Un second avant-mur au pied du rempart de l’oppidum ? (fig. 84)

  • 213 C’est peut-être le cas du mur MR7711 situé à proximité du parement extérieur du rempart le plus (...)

127Au pied du rempart principal R1 et de sa tour monumentale, un épaisse muraille (MR7711) presque totalement arasée, identifiée en 2010 par une tranchée de sondage, constitue peut-être un ancien dispositif de protection de la porte située à proximité. Mais cela devra être confirmé. Ce moyen de défense d’une porte est en revanche fréquent en pays ibérique (Moret 1996, 130-131), où, sur une quinzaine de sites, la plupart des avant-murs sont en relation avec des systèmes d’accès pour dissimuler une poterne213 ou soutenir une rampe d’accès tangente à l’enceinte. Ce sont là des « dispositifs ponctuels, étroitement associés aux défenses d’une entrée », afin d’empêcher un assaut frontal ou dissimuler les ouvertures de l’enceinte. Les autres, liés à des fossés, sont des murs d’escarpe (à Pech Maho par exemple) ou de contrescarpe. Cas particulier, à Els Castellans en Espagne, deux avant-murs parallèles alternent avec deux fossés.

Des chevaux de frise ? (fig. 82)

128Il a été établi précédemment que les gros quartiers de roche disposés en bande allongée et continue entre les deux falaises ne pouvaient seulement s’expliquer par un éboulis de falaise. Si leur valeur défensive peut paraître limitée, leur écartement ne permet pas le passage d’un engin de siège roulant. D’autres facteurs ont dû entrer en jeu, tels que le désir d’impressionner l’adversaire en multipliant les obstacles ou celui de renforcer l’impression de puissance donnée par le rempart. Sans que ces quartiers de roche constituent un véritable champ de « chevaux-de-frise », leur rôle dans le système défensif paraît probable.

Des fossés séparés par des agger et un mur (fig. 84)

129D’après un article récent (Beylier 2011), les fossés seraient « relativement discrets » en Provence et attestés « bien plus massivement et beaucoup plus tôt » en Languedoc occidental, ce qui laisserait entrevoir « des traditions défensives différentes ». Leur apparition en Provence daterait de l’extrême fin de l’âge du Fer et serait interprétée comme « une adaptation des fortifications aux progrès de la poliorcétique » (Fiches, Nin 1985, 46).

130Pourtant, en Provence, les fossés secs ne sont pas aussi rares qu’on ne le pense, mais, à la différence de ceux des Caisses, ils sont presque toujours uniques.

131En Languedoc, on les rencontre souvent en plaine, dans des sols de terre profonde facile à creuser. C’est le cas, au premier âge du Fer, du fossé de Carsac dans l’Aude (Carozza, Burens 1985, Guilaine et al. 1986) qui présente un profil en V et des dimensions voisines du fossé FS2 de Mouriès (3 m de largeur à l’ouverture et 1,50 à 1,80 m de profondeur). Autre exemple, à Montlaurès dans l’Aude (Chazelles-Gazal 1995 et 1997a), le fossé taillé dans le substrat marneux a 6,50 mètres de largeur et 1,50 mètre de profondeur au maximum.

  • 214 Le rempart du Castellar constitue un cas particulier. Ce mur à double parement (ép. 1,50-1,60 à (...)

132Mais on connaît aussi dans le Midi des fossés creusés comme ceux des Caisses dans le rocher pour barrer un site d’éperon ou un côté trop facilement accessible. On en observe fréquemment dans le Var, par exemple à La Courtine d’Ollioules (Ribot 1985 ; Arcelin, Berato, Brien-Poitevin 1988) ou à Taradeau (Fiches, Nin 1985, 46 ; Brun, Borréani 1999, 753), dans le Lubéron au Castellar de Cadenet214 et au Moure de la Vache à Sault (Tallah 2004). Dans les Bouches-du-Rhône, en territoire salyen (Mocci, Nin 2006, Gateau et al. 1996), des fossés sont signalés sur les sites de Roquefavour à Ventabren (Musso 1985 a et b), le Castellas à Rognac (Chabot 1968), le Mitronet à Puyloubier (Mocci, Marty, Walsh 1998) et le Baou de l’Agache à Belcodène (Verdin 1995). On note aussi deux cas particuliers : au Collet Redon (Montauroux), un fossé sec est creusé entre deux lignes de défense, et à Cinq-Ponts (Saint Maximin-La Sainte Baume), une double enceinte est précédée d’un fossé.

133En revanche, certains territoires en sont dépourvus, telles que par exemple la Ligurie occidentale dans les Alpes Maritimes (Gazenbeek 2004) ou la région de Riez dans les Alpes de Haute-Provence (Borgard 1992).

134La répartition des fossés dans le Sud-Est est donc inégale, mais on en a creusé dès le début de l’âge du Fer. On a d’ailleurs fait remarquer (Verdin 1995, I, 272) que devait être nuancée « l’idée selon laquelle l’utilisation des fossés résulte d’une évolution tardive des techniques défensives (Arcelin, Dedet 1985, 24) », puisque dans les Bouches-du-Rhône, le Mitronet date des IV e-IIIe siècles, et que le Baou de l’Agache pourrait remonter au premier âge du Fer (Verdin 1995).

  • 215 Le dernier fossé (FS4) se trouve à une distance de 4 mètres du rempart.

135Toutefois, dans le cas des Caisses, il semble bien qu’à la fin du second âge du Fer le creusement de fossés successifs à une distance notable du rempart doive s’expliquer essentiellement par la volonté d’empêcher les engins de siège de parvenir à sa base215.

Conclusion : un système défensif complet

136Les fossés et les avant-murs sont donc traditionnellement utilisés dans le Midi méditerranéen pour la défense d’un site. En revanche, on remarquera que les talus défensifs élevés par la main de l’homme entre deux fossés (et probablement surmontés par des palissades) ne sont jamais mentionnés dans la littérature archéologique méridionale. Le rempart à agger de l’oppidum du Castellar à Cadenet (Isoardi, Mocci, Walsh 2009) constitue un cas particulier. À l’extrémité nord-est du site, contre le parement interne de la courtine orientale, un important talus permet d’accéder à un espace de circulation aménagé sur le sommet du rempart. Ce dispositif demeure pour le moment sans équivalent dans le Sud-Est.

137En fait, c’est l’association de plusieurs fossés, d’agger et d’avant-murs qui confère au système défensif de Mouriès un caractère exceptionnel sur la façade maritime de la Gaule méditerranéenne. À l’exception de celui de l’oppidum de Pech Maho dans l’Aude (mais dont la mise en place débute au VIe siècle), on ne connaît pas de système défensif aussi complet dans le Midi.

138Les éventuels parallèles sont-ils à rechercher en dehors du contexte régional ? Compte tenu de l’éloignement, il semble difficile d’attribuer une quelconque influence aux fortifications celtiques des régions septentrionales (par exemple celles de Grande Bretagne au premier âge du Fer) dont les fossés multiples sont séparés par des talus surmontés de palissades (Ralston 1994). En revanche, le modèle fourni par les défenses du camp romain et les circonvallations mises en œuvre lors des sièges ne doit pas être écarté dans la mesure où Rome est présente militairement dans la région depuis le IIe siècle. Dans le contexte politique et militaire régional troublé de la fin de l’âge du Fer, les chefs militaires des Caisses ne pouvaient ignorer cette pratique des Romains pour leurs retranchements. Certains des habitants ont d’ailleurs pu servir comme auxiliaires dans leurs rangs et adopter leurs usages. On en verra pour indices possibles la gaine de poignard de légionnaire trouvée dans une fosse dépotoir de la zone 05 (Marcadal 1999) ou les instruments du symposium déposés vers 100 av. J.-C. au bas de l’oppidum dans la tombe d’un petit aristocrate gaulois (Marcadal, Féménias 2001). Ce personnage, qui avait adopté une partie des usages venus d’Italie, avait peut-être servi aux côtés des légions romaines et connaissait dans ce cas leur art de la défense.

7. À la fin de l’âge du Fer, un système défensif renforcé sous l’effet de la menace romaine

  • 216 Plusieurs articles de synthèse ont été récemment consacrés à la conquête de la Gaule transalpine (...)
  • 217 Plusieurs sites (Entremont, Pierredon, La Tête de l’Ost), après une première destruction brutale (...)
  • 218 Voir par exemple les fers de baliste et/ou de pilum d’Entremont (Willaume 1987, fig. 149 et 150) (...)

139Le rempart de l’époque hellénistique de l’oppidum est donc une construction tardive du IIe s. av. J.-C., plusieurs fois renforcée au cours d’une période assez courte, à la fin du même siècle et/ou durant le premier quart du suivant. Malgré l’insuffisance de marqueurs chronologiques précis, l’époque de ses transformations peut être placée entre 125 et 90/75 av. J.-C. Le début de cette période de forte tension est notamment marqué en basse Provence par les interventions militaires de Rome assiégeant plusieurs agglomérations gauloises en réponse à l’appel au secours de Marseille216. Rome intervient notamment en 124 puis 123 contre les Ligures, les Salyens et les Voconces (Goudineau 1978, 687 ; Goudineau 1980, 74). Entremont, la capitale présumée des Salyens, connaît une première destruction entre 130 et 120 puis une deuxième vers 100 (ou plutôt 90 av. J.-C.) et est alors définitivement abandonnée. La liste des autres sites détruits et/ou abandonnés est longue217. C’est le cas de Saint-Blaise (Bouloumié 1984, 59-64 ; Bouloumié, Tréziny 1985 ; Chausserie-Laprée 2012), du Baou Roux à Bouc-Bel Air (Boissinot 1984), du Baou de Saint Marcel abandonné définitivement à la fin du IIe siècle, de l’Île de Martigues qui connaît une destruction brutale et définitive « dans le dernier quart du IIe siècle (Chausserie-Laprée, Nin, Domallain 1984 ; Chausserie-Laprée, Nin 1988), de La Tête de l’Ost à Mimet (Roth-Congès 1980 et 1985, 128), de Pierredon à Éguilles (P. Arcelin dans Gallia 1986, 409 ; Mocci, Nin 2006, 540-541 et fig. 725), de Glanum près de Saint-Rémy-de-Provence (Rolland 1946 et 1958), de La Courtine d’Ollioules (Ribot 1985 ; Arcelin, Berato, Brien-Poitevin 1988) et du Mont Garou dans le Var, de Buffe-Arnaud en Haute-Provence vers 124 av. J.-C. (Garcia, Bernard 1995, 121). On signale également des traces de destruction et d’incendie « vers la fin du IIe ou le début du Ier s. av. J.-C. » aux Tours de Castillon de Paradou (Tréziny, Vacca-Goutouli 2000, 201). Dans plusieurs de ces sites, les armes abandonnées sur place (boulets de catapulte et traits de baliste218, galets de jet, balles de fronde en plomb ou en terre cuite, sont les témoignages d’un assaut. La région connaîtra également l’invasion des Cimbres et des Teutons arrêtés par Marius en 102, puis en 90 l’ultime révolte des Salyens matée par C. Caelius. Ce dernier événement est à comparer à la datation des petits remparts du faubourg de l’oppidum, construits tardivement et simultanément. Le rempart oriental R3 et le rempart occidental R5 (dans son deuxième état) sont édifiés aux alentours de 100 av. J.-C. Tous deux sont déjà abandonnés au milieu du Ier s. av. J.-C. Durant cette courte période, le faubourg prend la forme d’un espace clos protégé de tous côtés. Cet ensemble défensif forme une catégorie intermédiaire entre les « structures ouvertes complétant le relief naturel » (Py 1990, 127-128) fréquentes au début de l’âge du Fer (tel un rempart en appui sur un à-pic), et les « enceintes dessinant une figure géométrique fermée » à partir d’une époque plus tardive. Dans le cas présent, l’enceinte ferme le périmètre habité sur deux de ses côtés seulement, les deux autres étant constitués par des obstacles naturels, la falaise méridionale de l’oppidum et celle séparant le faubourg du piémont. Toutefois, l’espace circonscrit a peut-être occupé dans un premier temps une surface moindre limitée par le rempart intérieur R4.

140Une question se pose alors quant à la date tardive de ces constructions et de leur courte durée d’utilisation. L’explication souvent avancée à propos de la création d’une enceinte est la volonté de marquer les limites de l’habitat pour affirmer la présence de la communauté villageoise. L’enceinte constituerait alors « un élément fondateur de l’agglomération extrêmement symbolique, voire sacré… en même temps qu’elle délimiterait l’espace occupé et serait la démonstration que le groupe est capable de fournir un travail collectif important (Garcia 2004, 137). Mais cette raison, tout en restant valable aux Caisses, ne nous semble pas suffisante pour expliquer le renforcement des fortifications de l’oppidum et la création plus tardive des remparts du faubourg. À propos de ce dernier, on peut penser que cette volonté aurait dû s’exprimer dès la création de ce quartier au IIe siècle et se maintenir plus longuement. L’ensemble des constructions militaires et de leurs transformations nous paraît davantage relever du souci de se défendre dans une situation conjoncturelle de forte insécurité.

141Cependant, peu d’armes ont été découvertes aux Caisses en cours de fouille, en particulier des boulets de catapulte ou des traits de baliste. On doit néanmoins rapprocher entre elles certaines constatations.

142Un incendie a ravagé l’ensemble du site à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C., et ses traces s’observent dans presque tous les secteurs fouillés. Dans la zone 06 du rempart R1, la toiture d’un abri servant de réserve à provisions a brûlé entre 125/100 et 90 av. J.-C. Il en est de même pour la porte du rempart dans son deuxième état, entre 125 et 100-75 av. J.-C. C’est aussi le cas de l’habitat. Les habitations de la zone Z01 sont abandonnées après un incendie et une destruction brutale entre 130-120 et 80 (Gallia 1986, 440-443). La salle de réunion de la zone Z02 est également incendiée au tout début du Ier s. av. J.-C. (Gallia 1990), et l’on note dans la zone Z05 une forte accumulation de remblais provenant de couches d’incendie datables entre 125 et 75 av. J.-C. (Marcadal 1999). Dans les Petites Caisses, le rempart occidental R5, construit durant le premier quart du Ier s. av. J.-C., succède à une rangée d’habitations à la suite d’une destruction brutale accompagnée d’un incendie.

  • 219 Cf. annexe 7, fig. 172.

143Certes, tous les incendies ne sont pas d’origine militaire et peuvent avoir des causes diverses (propagation d’un feu de forêt, feu accidentel à l’intérieur d’une maison). Mais celui qui a précédé la construction du rempart R5 des Petites Caisses peut être mis en relation avec plusieurs balles de fronde coulées de fabrication romaine découvertes en divers endroits du versant méridional219. Certaines de ces armes de guerre portent des traces d’impact montrant qu’elles ont été utilisées, ce qui constitue un argument de poids en faveur d’une intervention militaire romaine au cours de la période considérée. On doit également prendre en compte les céramiques détruites sur place dans plusieurs pièces d’habitation (pièce 1 du secteur 01, habitations situées sous le deuxième état du rempart R5), de même que la destruction du probable centre monumental dont les vestiges architecturaux sont remployés un peu partout dans les édifices de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. Il faut également rappeler qu’après une période d’abandon plus ou moins longue, l’occupation a repris sur le site pour se poursuivre pendant plusieurs siècles, ce qui a pu faire disparaître bien d’autres traces de ces destructions.

144Sans vouloir établir à tout prix une relation entre ces faits et les événements historiques connus précédant l’installation de Rome dans la région, on doit cependant rappeler la résistance persistante des Salyens à la pénétration romaine en Transalpine, au début du Ier s. av. J.-C., et les révoltes de 90 et 83 qui furent alors durement réprimées (Goudineau 1978). Cette situation d’insécurité suffirait d’ailleurs à elle seule à expliquer la création ou le renforcement d’une enceinte.

145En revanche, l’abandon rapide de ces fortifications est plus facile à comprendre, l’instauration progressive de la pax romana ayant mis fin à l’insécurité. Certaines villes de la nouvelle province de Narbonnaise créée par Auguste en 22 av. J.-C. ont pu conserver leurs remparts pour des raisons politiques ou grâce à leur dynamisme économique, ou en édifier de nouveaux pour des raisons de prestige. Ce n’est pas le cas aux Caisses de Jean-Jean dont les habitants ont déserté progressivement le vieil habitat de hauteur désormais à l’écart des nouveaux centres urbains d’activité économique. Ce processus d’abandon accompagné par un exode vers les villes ou les grands domaines ruraux a été assez lent, puisque certains secteurs de l’oppidum étaient encore occupés à la fin du IIIe s. ap. J.-C. Mais l’agglomération protohistorique avait déjà perdu toute importance au profit d’un petit vicus rural installé dans la plaine.

Fig. 172. Plan de la zone archéologique avec localisation des indices d’une éventuelle intervention militaire.

Fig. 172. Plan de la zone archéologique avec localisation des indices d’une éventuelle intervention militaire.

Notes

192 L’établissement du Castelet, fouillé jadis par L. Poumeyrol (Poumeyrol 1956) et depuis peu sous la direction d’E. Martin-Kobierzyki, occupe le sommet d’une colline peu élevée dominant une petite rivière, la Duransole (Clerc, Cloitre, Martin-Kobierzyki 2013). Une étude récente des céramiques (Martin-Kobierzyki 2009) a mis en évidence une première occupation au Néolithique, puis plusieurs phases successives : phase 0 au Bronze ancien II et Bronze moyen, phase I de la seconde moitié du VIIIe s. au début du VIe, phases II et III durant l’âge du Fer jusqu’au 1er s. ap. J.-C. D’après L. Poumeyrol, des vestiges d’une fortification plus ancienne se trouveraient peut-être sous l’enceinte médiévale, mais cette possibilité n’a pas encore été vérifiée.

193 Par exemple les quelques morceaux d’urnes CNT-PRO fabriqués depuis le IIe siècle jusqu’au début du Ier s. ap. J.-C.

194 Le terme de stèle est utilisé ici par commodité pour désigner aussi bien un exemplaire complet qu’un fragment. Les numéros qui les désignent sont ceux de l’article accompagné d’un CD-ROM de Coignard, Marcadal 1998.

Le nombre total de stèles actuellement déposées est de 94, mais de nombreuses autres sont toujours en place dans le rempart. Le catalogue établi par leur premier inventeur (Benoit 1948, 10-11) inventorie 20 exemplaires, mais le Musée Départemental Arles Antique conserve aussi deux autres exemplaires (n° 21 et 22) non inventoriés par Fernand Benoit. La grande stèle, dite le « menhir », aujourd’hui disparue, correspond dans notre catalogue au n° 23. Le n° 24 désigne « la stèle aux chevaux » déposée en 1965 par A. Dumoulin (en même temps qu’une dalle portant une gravure de cheval, non retrouvée depuis), et conservée d’abord à l’Hôtel de Sade de Saint-Rémy-de-Provence puis transportée au Musée d’Arles. Les n° 25 à 70 ont été déposés par Y. Marcadal en 1985 et transportés par la suite au Musée d’Arles. Les n° 71 à 94 ont été déposés en 2009 par Y. Marcadal et J.-L. Paillet.

195 Dans la Drôme (Saint-Marcel, Le Pègue), le Vaucluse (Saint-Laurent à Vaison-la-Romaine et Courrens/Durban à Beaumes-de-Venise) et les Bouches-du-Rhône (La Roque à Graveson, Glanum à Saint-Rémy-de-Provence, Les Caisses de Jean-Jean à Mouriès, Saint-Blaise à Saint-Mitre-Les-Remparts, l’Île et Saint-Pierre lès-Martigues à Martigues.

196 Le cas de Saint-Blaise est différent, dans la mesure où son rempart protohistorique a été remplacé à l’époque hellénistique par un rempart en grand appareil.

197 À une exception près, une très petites stèle pyramidale en remploi dans le parement extérieur du rempart dans la zone Z010.

198 On a déjà remarqué que cette situation de remploi en fondation était tardive et ne pouvait donc pas s’appliquer aux remplois à date haute (Golosetti 2001, 151).

199 La phrase utilisée (« …la face gravée était, le plus souvent, cachée à la vue… » (Benoit 1948, 142) a pu induire certains en erreur, car elle porte à croire à une dissimulation volontaire, ce qui n’était probablement pas dans l’intention de son auteur.

200 Fernand Benoit signalait déjà en septembre 1939 des stèles portant « sur certaines faces visibles des gravures rupestres en creux » (brouillon de rapport R1939b). Il précise peu de temps après « quelques faces visibles portaient des gravures de chevaux et de cavaliers » (R1939c du 2 décembre 1939).

201 Ce bloc figure sur un cliché (fig. 112 pris en 1956 par le docteur Aubert de Mouriès). Il est placé en position de carreau dans le parement extérieur MR6119 du rempart, plusieurs gravures de chevaux étant visibles sur la face extérieure. Il a été déposé en 1965 par A. Dumoulin, Conservateur du musée de Cavaillon, sur demande de M. Euzennat (alors conservateur de la Circonscription des Antiquités Historiques de Provence-Alpes-Côte d’Azur) en même temps qu’une « dalle portant gravé un équidé » (lettre de A. Dumoulin du 21 octobre 1965, conservée au S.R.A, n° 1941, AN32, accompagnée de deux photographies). Ces deux pièces ont été d’abord transportées à l’Hôtel de Sade à Saint-Rémy-de-Provence. La « stèle aux chevaux » est actuellement conservée dans les réserves du Musée Départemental Arles Antique.

202 Ces indications sont pour l’instant trop fragmentaires pour être reportées sur un plan significatif.

203 « Pour le IIe âge du Fer, on ne peut signaler qu’un seul cas du IIe s. et encore peu clair : les Caisses de Mouriès » (Py 1990, 131-132). Cette phrase ne tient pas compte de la réalité. En 1990, la présence aux Caisses d’un rempart à parements internes était pourtant déjà clairement établie.

204 Cf. supra, § 2.

205 Toutefois le rempart hellénistique de Marseille, construit vers 150-110, échappe à ce constat. Car ses blocs de grand appareil, taillés dans le calcaire rose des carrières du Cap Couronne, ont été acheminés par la mer sur une vingtaine de kilomètres.

206 On remarquera cependant que les stèles ne sont jamais aménagées dans cette molasse rousse.

207 D’après E. Garlan en 1974, 342, dans son commentaire du paragraphe 13 de la « Syntaxe mécanique » de Philon de Byzance. Pour d’autres auteurs au contraire, « la structure interne des remparts grecs, bâtis en pierres ou en briques crues, ne comportaient jamais de bois » (Moret 2003, 19).

208 Cf. 4e partie, chap. 1, annexe 4.

209 Fernand Benoit avait déjà fait la même remarque, en notant à propos de ce rempart : « il est divisé en éléments indépendants, décalés l’un sur l’autre en retrait, qui n’ont d’autre fin que de le compartimenter afin de limiter les brèches ou les écroulements » (Brouillon du rapport R1939d conservé au palais du Roure à Avignon).

210 La comparaison de ces portes avec celle de Buffe-Arnaud ayant déjà été faite (Garcia, Bernard 1995, 121), nous renvoyons le lecteur à cet article qui indique leur bibliographie.

211 À la suite d’Henri Tréziny, les auteurs de la fouille de Buffe-Arnaud rappellent l’existence de tours-portes dans le monde grec et les régions indigènes hellénisées, la Lucanie par exemple.

212 En 1985, le « camp de l’ouest » n’avait pas encore fait l’objet d’une fouille. Les auteurs font sans doute allusion au premier rempart (R2) dont on soupçonnait seulement l’existence.

213 C’est peut-être le cas du mur MR7711 situé à proximité du parement extérieur du rempart le plus récent des Caisses.

214 Le rempart du Castellar constitue un cas particulier. Ce mur à double parement (ép. 1,50-1,60 à 1,60-1,80 m), dont l’élévation est construite entièrement en pierres montées à sec, est précédé au nord et au nord-est par un fossé sec de 6 à 7 m de largeur et 1,40 m de profondeur au minimum, distant de 6 à 7 m. Du côté intérieur, mais seulement au nord-est, il sert d’appui à un important talus en partie artificiel (remblais de terre et de galets) interprété comme un agger surmonté par un espace de circulation. Les auteurs de la fouille émettent cependant certaines réserves dans la mesure où « ce talus n’existe qu’en un point du site… et n’est pas complètement anthropique » (Isoardi, Mocci, Walsh 2009).

215 Le dernier fossé (FS4) se trouve à une distance de 4 mètres du rempart.

216 Plusieurs articles de synthèse ont été récemment consacrés à la conquête de la Gaule transalpine par les Romains. Voir notamment Pernet 2013 et Bats 2013 dans Girard 2013 (dir.).

217 Plusieurs sites (Entremont, Pierredon, La Tête de l’Ost), après une première destruction brutale en 124-123, se sont relevés provisoirement, avant d’être à nouveau détruits et abandonnés définitivement au tout début du Ier s. av. J.-C. (Arcelin, Verdin 2006, 78), probablement en 90 lors de la répression par C. Caelius de la dernière révolte salyenne.

218 Voir par exemple les fers de baliste et/ou de pilum d’Entremont (Willaume 1987, fig. 149 et 150) ou de Pierredon, tout comme les balles de fronde en plomb de plusieurs sites (La Quille au Puy-Sainte-Réparade, Pierredon à Eguilles).

219 Cf. annexe 7, fig. 172.

Table des illustrations

Titre Fig. 166. Partie conservée du parement extérieur MR6119 du rempart récent comprenant de nombreux fragments de stèle en remploi.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 167. Fragments de stèles avec traces de tentatives de débitage 
Légende a- exemplaire ST-022 (h. cons. 0,72 m) avec gorges au marteau-taillant 
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende b- rainure de préparation aménagée à la broche sur un face de l’exemplaire ST-017 (h. cons. 0,515 m) 
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende c- sur la face opposée de ST-017, rainure ayant provoqué la cassure du bloc
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 168. Traces de réutilisation de stèles après l’abandon du sanctuaire : n° 22, gorges transversales taillées au marteau-taillant ; 9, ébauche de débitage à partir du sommet ; n° 17, rainures longitudinales préparatoires à la séparation en deux plaques ; n° 12-16, bloc gravé séparé en deux plaques ; n° 27, 13, 14, plaques débitées dans des stèles (d’après Coignard-Marcadal 1998, 75-76 et fig. 8).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 169. Fosse de récupération FS3100 creusée dans la partie inférieure du remplissage terreux du couloir d’entrée de la porte : a- sol de circulation empierré ; b- lit de terre charbonneuse ; c- masses argileuses informes partiellement cuites ; d- terre argileuse jaune (adobes fondus ?), parfois légèrement rougie par une faible rubéfaction ; e- mur latéral nord MR3067.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 170. Couloir de la porte du rempart R1 : contour d’un adobe partiellement cuit.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 171. Portes à chicane courbe : a- Les Caisses de Jean Jean ; b-Tamaris ; c- Jastres-Nord ; d- L’Auriasque (Fréjus).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 172. Plan de la zone archéologique avec localisation des indices d’une éventuelle intervention militaire.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search