Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Quatrième partie. Les ouvrages défensifs du faubourg des Petites Caisses

Chapitre 13. Le rempart occidental R5

Texte intégral

1. Avantages défensifs de son emplacement

1Le rempart R5 est placé dans un environnement naturel qu’il est nécessaire de décrire afin de comprendre le choix de son emplacement ainsi que certains de ses aspects architecturaux (fig. 151).

Fig. 151. Vue aérienne E-O du rempart R5 établi entre la falaise méridionale de l’oppidum (à droite) et celle qui le sépare du piémont de Servanes.

Fig. 151. Vue aérienne E-O du rempart R5 établi entre la falaise méridionale de l’oppidum (à droite) et celle qui le sépare du piémont de Servanes.

Fig. 152. Vue vers le sud du rempart R5 et des pièces de l’habitat antérieur sous-jacent.

Fig. 152. Vue vers le sud du rempart R5 et des pièces de l’habitat antérieur sous-jacent.

Fig. 153. Rempart R5 des Petites Caisses : plan des vestiges de la fortification et de l’habitat antérieur. Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 153. Rempart R5 des Petites Caisses : plan des vestiges de la fortification et de l’habitat antérieur. Échelle d’origine : 1/20.

2C’est ici la partie la moins large (40 m au total) du versant sud de l’oppidum, ce qui a permis d’édifier un ouvrage plus court. Au nord, la falaise absolument lisse et verticale qui borde le côté méridional de l’oppidum est infranchissable (fig. 8). Au sud, un piton rocheux (fig. 154) domine une nouvelle falaise (h. 8-10 m). Enfin, reliant la falaise de l’oppidum et le piton rocheux, un dos de terrain calcaire descend par paliers. La pente est également sensible vers l’ouest à l’extérieur du quartier, où seul un passage par une sorte d’escalier naturel permet d’accéder au piémont de Servanes et sa grosse source pérenne (fig. 6). Le cheminement d’un piéton venant de cette direction est d’ailleurs rendu difficile par le relief très accidenté.

Fig. 154. Rempart R5 des Petites Caisses : le mur défensif MR1 du rempart R5 et le piton rocheux entaillé sur les côtés pour fonder les murs de la tour.

Fig. 154. Rempart R5 des Petites Caisses : le mur défensif MR1 du rempart R5 et le piton rocheux entaillé sur les côtés pour fonder les murs de la tour.

3Les avantages défensifs de ce versant étroit et escarpé ont été appréciés de longue date. De nombreuses habitations du Néolithique final et de l’âge du Bronze se nichaient au sommet de la falaise de l’oppidum, dans les creux dégagés par l’action de l’érosion différentielle entre les strates verticales. L’exposition au Midi permettait de profiter d’un bon ensoleillement et d’un abri contre le mistral. Plus tard, au VIIe s. av. J.-C., l’emplacement du rempart sera lui aussi occupé. Quelques vestiges de ces diverses périodes (petite hache polie en pierre verte, tesson de style campaniforme, tessons et portion de sol de galets de la période de transition Bronze final IIIb-Ier âge du Fer) ont été retrouvés dans plusieurs des niveaux archéologiques. De nombreux fonds de cabane sont taillés dans le rocher un peu partout aux alentours.

  • 182 On remarquera plus à l’ouest sur la figure 151 un autre piton rocheux qui a été entaillé sur ses (...)

4Les constructeurs du rempart de la fin de l’âge du Fer ont parfaitement utilisé ces avantages naturels en barrant le dos de terrain par un mur de défense, tandis que le piton rocheux était aménagé et transformé en tour182. Pour accéder aux habitations, il fallait désormais passer entre le pied de cette tour et la falaise méridionale en empruntant un étroit passage contrôlé par une poterne.

2. Analyse des données archéologiques et architecturales

5Les vestiges archéologiques s’organisent de façon linéaire selon un axe de direction nord-sud le long d’une muraille (MR1) établie depuis la falaise septentrionale jusqu’au piton rocheux (fig. 151, 152). Des espaces successifs (désignés par la lettre E suivi d’un chiffre et éventuellement d’une autre lettre), comprenant à la fois des structures défensives (une zone d’entrée, une tour sur le piton rocheux, la muraille, un escalier pour accéder à son sommet) et les vestiges d’un habitat antérieur, sont juxtaposés.

La muraille MR1 (fig. 152, 159)

6Il s’agit d’un mur simple à double parement long de 23 mètres, dominant à l’ouest vers l’extérieur du quartier une pente courte et raide jonchée par des blocs provenant de sa destruction.

7La section la plus longue de cette courtine, orientée du nord au sud, est rectiligne. Elle a été construite sur la ligne de crête du dos de terrain reliant la falaise de l’oppidum à la tour. La poussée des terres l’a déformée et légèrement renversée. L’épaisseur actuellement conservée varie entre 1,0 et 1,20 mètre. Puis la muraille change soudain de direction et devient plus épaisse (1,30 à 1,40 m). Elle oblique alors vers le nord-est en escaladant un ressaut rocheux (en E6) jusqu’au pied de la falaise. Cette dernière portion de muraille a été en grande partie détruite et la roche dénudée par l’érosion. Mais quelques entailles creusées dans le rocher pour asseoir la première assise du parement extérieur, ainsi qu’un vestige de la construction conservé au fond d’une large crevasse de la roche, permettent de suivre son tracé. La muraille venait ensuite en appui sur le bas de la falaise où son extrémité s’insérait dans un creux vertical peu profond (0,15 m). La longueur de celui-ci (3,0 m) donne une idée de celle de la construction.

8Vers le sud, dans l’espace E2A, la courtine se prolongeait dans le même alignement par le mur MR2 assurant la jonction avec le mur oriental de la tour du piton rocheux (Us 3207, en E2B).

9La technique de construction utilisée est celle du mur à deux parements latéraux avec un remplissage intérieur de pierres maçonnées par couches successives grâce à un liant argileux jaune.

  • 183 Le poudingue existe dans les strates verticales de la falaise méridionale de l’oppidum à l’état (...)

10Le matériau employé presque exclusivement est le calcaire rognacien local. Cette roche froide, dure et cassante, gélive, ne se prête pas à la taille. Les parements présentent un appareil polygonal irrégulier, car les blocs, pour la plupart bruts d’extraction, de forme et de dimension très variables, ne pouvaient pas être montés en assises régulières. On a d’ailleurs utilisé, pour caler certains d’entre eux, des fragments de dolium ou d’amphore républicaine. Plusieurs morceaux de meule en basalte ou en poudingue ont été également réemployés183.

11La base du parement occidental est établie directement sur le substrat rocheux ou sur la couche de terre argileuse peu épaisse qui le recouvre. Celle du parement intérieur repose le plus souvent sur les couches de destruction (couche argileuse 3416 en E4, couche de colluvions 3414 en E3B, couche d’incendie 3316 en E3A) ou les vestiges des murs (fig. 159, 160) de plusieurs pièces d’habitation antérieures (MR26 en E3A, MR29 en E4). En revanche, une tranchée de fondation peu profonde a traversé ces couches lorsqu’elles étaient plus épaisses, en entamant même un sol d’habitation sous-jacent (sol 3116) et une petite structure de cuisson (four 3132, en E1).

12Les sondages sur le talus descendant en pente forte au pied du parement ouest n’ont pas révélé la présence d’un contre-mur du rempart ni de murs appartenant aux pièces d’habitation fouillées à l’est de la muraille et recouvertes en partie par celle-ci. Le rocher est ici simplement masqué par une faible épaisseur de terre argileuse jaune remplie de petits charbons, qui prolonge la couche d’incendie de ces pièces (Us 3115-3116 en E1, 3316-3317 en E3A). Ce niveau est surmonté par de la terre humique, puis par un lit de blocs tombés de la muraille et divers tessons (amphore Dr.1, campanienne A, urne modelée CNT-PRO U5b).

13En revanche, les traces d’une occupation beaucoup plus ancienne étaient conservées contre le flanc du piton rocheux. Il s’agit de tessons du premier âge du Fer (bord en amande d’amphore étrusque, bord de coupe en céramique grise monochrome, urne modelée), associés à un lambeau de sol de galets.

La zone d’entrée au pied du piton rocheux (espaces E7, E8, E9) (fig. 153)

14Comme on vient de le voir, la muraille MR1 n’avait pas d’ouverture. Le seul accès possible vers l’intérieur du quartier habité se faisait donc plus au sud, entre le pied du piton sur lequel la tour a été établie et la falaise qui domine le piémont. L’emplacement de cette entrée a été d’ailleurs judicieusement choisi. Le passage obligatoire par une zone étroite dominée par une tour constituait en effet un avantage défensif évident.

15Mais la très forte pente dans ce secteur exigeait des aménagements importants.

  • 184 Ainsi, en février 2003, après un épisode neigeux, un muret de soutènement des terres sur la pent (...)

16Malheureusement, depuis l’incendie de 1999, les murs liés à la terre qui subsistaient auparavant sur cette pente du rocher ont été ruinés par l’érosion, et leurs matériaux sont allés grossir le talus d’éboulis au bas de la falaise184. Ce secteur très dégradé n’a donc pas pu faire l’objet d’une fouille importante. Seul le plan des constructions a été reconnu dans ses grandes lignes, sans que l’on puisse établir une stratigraphie et déterminer une éventuelle évolution chronologique. Néanmoins, les informations disponibles sont suffisantes pour restituer les principales dispositions de cette zone d’entrée.

17Une rampe d’accès montait depuis l’ouest vers un long couloir d’entrée (E8) limité au sud par le mur d’une pièce d’angle (MR22, en E9A) et au nord par un mur de soutènement des terres (MR25), lui-même surmonté par le mur méridional (MR15) de la tour construit sur une sorte de longue marche taillée dans le roc.

18Le fond du couloir était fermé par un mur (MR17) dont subsiste la fondation destinée à supporter une pierre de seuil aujourd’hui disparue. Cette porte permettait de pénétrer dans une pièce rectangulaire (E7) servant de sas d’entrée.

19Il est plus difficile de déterminer la fonction de la construction rectangulaire composée de deux pièces (E9A et E9B) établies en bordure de la falaise, car elle est très mal conservée. C’était vraisemblablement une sorte de bastion d’angle, dont l’intérieur devait être remblayé de manière à rattraper la pente et éviter le déchaussement de ses murs. Ce remblai était maintenu par le mur méridional MR23. Pour éviter les déformations causées par la poussée des terres, des murs intérieurs orthogonaux dont quelques pierres sont encore en place devaient former des caissons dont l’intérieur était rempli de terre. Une porte latérale dans la pièce d’entrée E7 permettait l’accès dans la pièce E9A, et une autre ouverture la communication entre les deux pièces E9A et E9B.

La tour du piton rocheux (espace E2B) (fig. 153, 154)

  • 185 Pour tailler ces encoches, on ne pouvait profiter des plans de stratification de la roche, le pe (...)

20Le piton rocheux auquel est reliée la muraille défensive a été très profondément transformé par l’action humaine. L’extraction de blocs souvent importants sur ses flancs a accentué la raideur des parois, tandis que le sommet du piton était grossièrement aplani (Us 3208). Ses bords ont été découpés par de grandes entailles linéaires (Us 3206 et 3207) présentant une paroi verticale vers l’intérieur et un fond subhorizontal185 Leur largeur est d’au moins 1,20 mètre et leur profondeur de l’ordre de 0,50. On a également taillé du côté nord une petite paroi verticale (h. 0,50 m) dominant un secteur plus bas du piton (espace E2A).

21Ces dispositions permettent de restituer, au sommet de ce piton aujourd’hui entièrement dénudé par l’érosion, une tour aux murs latéraux épais (1,0 m au moins) dont la base était solidement établie dans ces profondes entailles. En revanche, au-dessus du secteur d’entrée au sud, le flanc du piton étant très oblique, les constructeurs ont dû édifier depuis la base de ce dernier un parement maintenant un blocage intermédiaire (MR15) appuyé sur la roche (MR15).

22Il ne subsiste du côté nord aucun vestige du mur de fermeture MR6 de la tour. Mais la présence d’un ressaut vertical aménagé entre deux plans différents conduit nécessairement à admettre son existence sur le bord de cette limite. Cette cloison n’était pas engagée dans le parement intérieur du mur MR2 reliant la muraille défensive à la tour, ce qui conduit à admettre la présence d’une porte dans le coin nord-ouest de cette dernière. Une autre observation va d’ailleurs dans le même sens. Il est ainsi possible d’interpréter une cavité rectangulaire importante (Us 3203, L. 0,80 m, l. 0,70 m, prof. 0,50 m) comme l’emplacement d’un petit escalier d’accès à la plateforme intérieure.

23Ainsi délimitée, cette tour présentait au sommet un plan allongé légèrement trapézoïdal dont les dimensions intérieures étaient de 3,30 à 3,70 mètres d’ouest en est et de 6,0 mètres du nord au sud.

L’espace E2A entre la bordure nord de la tour et la pièce d’habitation E1

24Le rocher forme ici un gradin un peu plus bas (dimensions intérieures : 3,30 m au sud et 3,0 m au nord ; 2,40 m du nord au sud) (fig. 153, 155).

Limites de l’espace 2A

25Cet espace était délimité par des murs presque tous détruits aujourd’hui, mais dont on peut néanmoins retrouver l’emplacement. Seul le mur ouest MR2 (l. 0,50 m) a encore conservé ses deux premières assises en appui contre une paroi verticale taillée dans le rocher. Cette cloison se trouve dans le prolongement exact du mur occidental MR26 (recouvert plus tard par la muraille défensive) de la pièce voisine E1. Les assises suivantes, probablement rajoutées par la suite, débordaient vers l’extérieur sur un gradin plus élevé également taillé dans le rocher. L’épaisseur a été ainsi doublée au moment de la construction de la muraille MR1.

26La limite orientale est seulement indiquée par une grande entaille continue qui prolonge celle du bord oriental de la tour. Il est donc impossible de déterminer si l’on entrait dans cet espace par ce côté.

27Au nord, un ressaut rectiligne du rocher orienté d’ouest en est (Us 3118-3120) crée une dénivellation au-dessus de la pièce voisine E1. Le mur de séparation avec cette pièce (MR3), probablement installé au sommet de ce ressaut, était déjà détruit au moment de la construction du rempart.

28Il n’a pas été retrouvé la trace d’une porte dans aucun des murs périphériques. Cependant l’hypothèse d’un caisson à remplissage interne de terre ou de pierres n’est pas envisageable. Une constatation vient à l’appui de cette conclusion. Le substrat rocheux, partiellement aménagé, est recouvert par des niveaux archéologiques (dont un sol). L’espace E4 était donc un espace entouré de cloisons dans lequel on pouvait pénétrer. La logique architecturale voudrait que l’accès se fasse par une porte située en face de celle de la tour signalée plus haut.

Aménagements intérieurs

29Le substrat rocheux qui remonte sensiblement du côté oriental a été grossièrement aplani, sans que les constructeurs estiment utile de l’entamer davantage. Le sommet des arêtes rocheuses entre les diaclases a été arasé tandis que les crevasses du rocher étaient comblées par un remblai. Ces travaux ont ainsi aménagé un sol de circulation subhorizontal relativement étendu.

30Sur le côté est, une cavité (Us 3209) parfaitement circulaire est creusée dans la roche. Elle possède la forme d’une coupe hémisphérique de 0,30 mètre de diamètre dont le fond est entamé par une cavité plus petite (diam. 0,004 m, prof. 0,003 m). On pourrait y loger un récipient muni d’une petite pointe, peut-être une amphore. Mais aucun élément de datation n’est disponible puisque le rocher est dénudé à cet emplacement.

31Une épaisseur notable de sédiment est toutefois conservée dans la partie ouest de cet espace. Les grandes diaclases du substrat sont remplies de terre et de cailloux (Us 3213). Un lit d’argile pure (Us 3212), peu épais (0,004 m) forme un sol sur lequel sera construit le mur MR2. Par la suite, sa surface sera ensevelie sous une couche de destruction argileuse (Us 3211) remplie de charbons, de cailloux rubéfiés et de morceaux de torchis cuit. Ces matériaux proviennent de la destruction par incendie d’une construction dont la toiture et les cloisons étaient faites en grande partie de terre crue. Certains des blocs du parement du mur occidental MR2 sont d’ailleurs calcinés et réduits à l’état de pierre à chaux. Les éléments de datation les plus récents contenus dans cette couche (une moitié de coupe campanienne tardive A27, un bord d‘urne CNT-PRO U7b et un autre bord d’urne U5b) ont été fabriqués au plus tard durant le premier quart du Ier s. av. J.-C. Par la suite, cette couche a été nivelée pour servir de nouveau sol.

Principales unités stratigraphiques :

Us 3213

32Sédimentation naturelle au fond des crevasses du rocher. Mélange de terre argilo-calcaire beige et surtout de cailloux et graviers calcaires provenant de la désagrégation de la roche.

Us 3212

33Lit d’argile jaune pure, peu épais, remplissant le sommet des diaclases. Apport de nivellement, en particulier sous le mur MR2 dont l’assise inférieure repose sur ce niveau.

Us 3211

34Couche d’incendie d’environ 0,10 mètre d’épaisseur, dont la terre jaune très argileuse renferme de nombreux cailloux calcinés et transformés en pierre à chaux, un galet rubéfié et éclaté, de petites mottes de torchis cuit, une scorie de fer, et surtout beaucoup de charbon en gros morceaux isolés ou en épaisses zones de concentration en lits superposés.

35Le matériel archéologique comprend des morceaux de grandes urnes de stockage, des fragments d’amphore, des tessons de céramique claire récente et des bords d’urnes non tournées d’époques diverses (CNT-PRO U1a, -700/-600 ; CNT-PRO U3c, -650-350 ; CNT-PRO U5b2, -250/-75 ; CNT-PRO U7b, -125/-1), des objets du Néolithique final (grand racloir en silex, petite hache polie en pierre verte), une moitié de coupe campanienne tardive A27c. La coexistence d’artefacts d’époques très éloignées dans le temps (Néolithique final, transition Bronze final IIIb-premier âge du Fer, premier et deuxième âges du Fer) peut s’expliquer par leur présence dans la terre prélevée en d’autres endroits pour recouvrir la toiture.

Us 3209

36Cavité de section circulaire et de profil conique, creusée dans l’Us 3205. Calage de vase ou d’amphore ?

Us 3205

37Surface de circulation recoupant le substrat rocheux et le sommet des intervalles entre les diaclases.

Couche 3204

38Terre brune et compacte renfermant des cailloux calcaires, des gravillons et de rares charbons petits et dispersés. Cette couche est accolée au parement intérieur du mur MR2. Elle renfermait de petits débris de céramique très usés, un pied de CAMP-A5 (-125/-50), un épaulement d’amphore Dr.1A et un autre de Dr.1B, des fragments de dolium, et surtout de la céramique modelée de la fin du IIe et du Ier s. av. J.-C. (dont un bord de grande jatte à lèvre rentrante épaissie CNT-PRO J2a et un bord d’urne CNT-PRO U7).

Couche de surface 3201-3202

39Terre noire (humus, charbons de l’incendie de 1999) à l’intérieur de laquelle se trouve un lit de pierres de moyenne grosseur et un cailloutis (ép. 0,18 m). C’est la suite de la couche 3101-3102 de la pièce E1. On y retrouve des fragments des mêmes céramiques (bord de dolium, épaulement et pointe d’une amphore Dr. 1C, bord d’urne commune italique du Ier s. av. J.-C.)

L’espace E1

40C’est l’une des deux pièces de l’unité d’habitation qui a précédé la construction de la muraille MR1. Elle communique avec la pièce voisine E3A par une porte de 1,20 mètre de largeur. Ses dimensions sont assez réduites (L. au sud 3,20 m, au nord 3,0 m ; l. nord-sud 2,70 m).

41De plan faiblement trapézoïdal (fig. 155, 156), elle était limitée à l’ouest par le mur de fond MR26 recouvert plus tard par la muraille MR1, au sud par le mur détruit MR3, au nord par le mur de refend MR4. En revanche, du côté est, dans l’alignement du mur oriental de la tour et de l’élément subsistant du mur MR5, l’érosion a fait disparaître tout vestige d’une cloison. Sa présence est cependant rendue certaine par le négatif de sa base. Rectiligne et de faible profondeur (Us 3128), il traverse le cailloutis (Us 3130) qui recouvre le substrat rocheux (fig. 155) pour former le radier du premier sol de la pièce.

Fig. 155. Rempart R5 des Petites Caisses  

Fig. 155. Rempart R5 des Petites Caisses  

a- coupe générale sud-nord

b- coupe des espaces E2B et E2A, E1, E3A

c- coupe des espaces E3B et E4. Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 156. Rempart R5 des Petites Caisses. Plan de la pièce d’habitation E1 antérieure (phase 1) à la courtine MR1. Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 156. Rempart R5 des Petites Caisses. Plan de la pièce d’habitation E1 antérieure (phase 1) à la courtine MR1. Échelle d’origine : 1/20.

42L’étude stratigraphique permet de distinguer plusieurs phases.

Phase 1. Occupation de la pièce (fig. 156)

 Le sol de l’habitation

43Le substrat rocheux préalablement nivelé supporte le sol de la pièce qui comporte deux niveaux successifs. Le revêtement le plus ancien (Us 3131) a été réalisé à l’aide d’un lit de terre argileuse jaunâtre étalé sur le radier de cailloux peu épais (Us 3130) recouvrant la roche. Un trou de poteau de section quadrangulaire (0,15 x 0,20 m) le traverse. Il est comblé par de petites pierres, des galets et quelques tessons (un fragment d’amphore, un autre de dolium), et masqué par le revêtement du sol suivant. Ce dernier se poursuit plus au nord dans la pièce voisine E3A (Us 3326) où il est fortement rubéfié près du mur de refend MR4 construit sur sa surface. Le sol suivant (Us 3116) est formé par un lit très mince (1 cm seulement) de terre argileuse tassée de couleur jaune vif, étalé sur un niveau terreux intermédiaire (Us 3125). Il est accolé à la base du mur de refend MR4.

44Le matériel archéologique est assez réduit : un grand galet aplati de forme parfaitement elliptique, utilisé sans doute comme lissoir ; de petits débris d’os (auprès du foyer 3112 et de la dalle centrale 3124) ; et quelques fragments d’amphore et de vases de stockage en céramique non tournée (grand module de la forme CNT-PRO U5b, fabriqué entre 250 et 75 av. J.-C.). Ces récipients, fossilisés par la couche de toiture incendiée, sont toujours très incomplets. Plusieurs explications sont à envisager : le nettoyage de la pièce peu avant son incendie, ou plutôt la présence de ces vestiges dans la couverture de terre de la toiture. Des débris de même nature se trouvent dans la couche d’incendie (Us 3211) de l’espace E2B. Leur datation indique que la toiture a été établie (ou a subi une réfection) à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C.

Le mur de refend MR4

45Il était ouvert par une porte latérale permettant de communiquer avec la pièce voisine E3A. La largeur primitive de cette porte, comme l’indique l’empreinte laissée par l’extrémité du mur dans le sol, était d’abord de 0,75 mètre. Elle a été portée dans un deuxième temps à 1,20 mètre.

Les aménagements intérieurs

46La pièce semble consacrée à la préparation des repas. Le deuxième sol est en relation avec deux aménagements de cuisson très rustiques.

47Au pied du mur MR3, un foyer (FY1, Us 3112) était établi sur une sole de forme elliptique (0,60 m x 0,50 m) dont la surface soigneusement lissée formait une croûte durcie par le feu. Au-dessous, l’argile du sol est rubéfiée sur une épaisseur de plusieurs centimètres. Au moment de l’incendie, ce foyer n’était pas utilisé, car il était libre de toute accumulation cendreuse. Près de lui, au milieu de la pièce, se trouvait une grande dalle plate et épaisse (Us 3124), de forme irrégulière (L. 0,40 x l. 0,30 m ; ép. 0,10 m), environnée par plusieurs morceaux d’amphore ou de grandes urnes à provisions et par quelques débris d’os. Comme explication, on peut envisager la possibilité d’une grande lauze servant à maintenir le toit et tombée lors de sa destruction.

48La majeure partie d’un petit four à galettes (Us 3132) a été détruite lors du creusement de la tranchée de fondation de la muraille MR1, ce qui constitue un des indices de l’antériorité de l’espace E1 par rapport à cette dernière. La partie conservée (fig. 157), une moitié de fosse circulaire de faible diamètre (0,20 m à l’ouverture) et peu profonde (0,20 m), présente des parois intérieures verticales se rétrécissant légèrement vers le bas, dont la surface est égalisée par un enduit de barbotine. Elles ont été fortement rubéfiées sur plusieurs centimètres d’épaisseur. Le fond est plat. La cavité est remplie d’un mélange de plaques argileuses provenant peut-être de la superstructure détruite, et plus bas par un amas de cendres blanches.

Fig. 157. Rempart R5 des Petites Caisses. Petit four (Us 3132, phase 1) recoupé par la tranchée de fondation de la courtine MR1.

Fig. 157. Rempart R5 des Petites Caisses. Petit four (Us 3132, phase 1) recoupé par la tranchée de fondation de la courtine MR1.

49Le four devait donc comporter une partie aérienne, avec une ouverture permettant de le vider et d’appliquer les galettes à cuire sur les parois chaudes. L’amorce d’une paroi modelée subsiste en effet au-dessus du sol et l’ouverture de la fosse était surmontée par une masse informe de terre argileuse rubéfiée.

50Une petite cavité naturelle (Us 3210) de forme irrégulière (L. 0,70 m ; l. 0,30 m ; prof. 0,30 m) s’ouvre au pied du mur mitoyen MR3 (fig. 158). Ses parois, friables et crayeuses, ont subi l’action du feu, mais aucune trace de charbon ou de cendre n’a été observée. Elle renfermait 95 galets calibrés de forme ovoïde (L. 3 à 5 cm) accumulés sur un mince lit de terre recouvrant le fond. Il pourrait s’agir d’une réserve de pierres de jet. Cependant plusieurs galets ont visiblement subi l’action du feu (rubéfaction et éclatement). On peut donc également penser que ces galets, préalablement chauffés dans un foyer extérieur, ont été placés dans cette fosse pour restituer leurs calories afin de réchauffer la pièce.

Fig. 158. Rempart R5 des Petites Caisses. Cavité naturelle (Us 3210, en limite des espaces E1 et E2A) remplie de galets.

Fig. 158. Rempart R5 des Petites Caisses. Cavité naturelle (Us 3210, en limite des espaces E1 et E2A) remplie de galets.

Phase 2. Incendie et destruction

51Un incendie ravage alors la pièce en provoquant la chute sur le sol de la charpente et de la terre qui recouvrait le toit (fig. 155). Au contact du sol, le charbon constitue un lit continu de 1 à 2 cm d’épaisseur. De grosses branches carbonisées servaient de poutres soutenant le toit. Plusieurs sont tombées dans la moitié nord de la pièce. La toiture incendiée (Us 3111-3114) forme une épaisseur de terre argileuse de 10 cm recouvrant le sol, rendue très noire par une forte concentration en charbons.

52Le matériel archéologique est réduit à quelques tessons (dont un départ d’anse d’amphore italique Dr. 1 à pâte jaune clair ainsi qu’un col complet d’urne CNT-PRO U5b2 antérieur à 75 av. J.-C. placé à l’envers), qui ont été recouverts par les couches de destruction.

Phase 3. Ruine de l’habitation

53Le processus de destruction des élévations en terre a été très rapide. Plusieurs niveaux terreux successifs (Us 3113, 3110, 3106) présentent des caractéristiques identiques : une nature souvent argileuse et une couleur jaunâtre, des cailloux calcinés et transformés en pierre à chaux blanchâtre et crayeuse, des concentrations de charbons ou des charbons isolés, des morceaux de bûche brûlée. Toutes ces strates, sensiblement contemporaines, s’expliquent par l’action des éléments naturels sur les murs en terre d’un bâtiment n’étant plus protégé par sa toiture. Ce processus s’étale sur une période très courte de quelques saisons tout au plus.

Description des niveaux de destruction :

54Us 3113. Strate argileuse mince (ép. 5 à 6 cm), toujours avec les mêmes constituants charbonneux, mais très pauvre en matériel archéologique.

55Us 3110. Couche dont le faciès est très proche de celui de la couche précédente. Terre argileuse de couleur jaune vif ou blanchâtre et crayeuse. Charbons isolés dans la masse ou en amas. Branches carbonisées. Rares débris d’os. Beaucoup de petits morceaux de céramique aux bords usés, parmi lesquels on peut reconnaître notamment un pied de campanienne A, une panse volumineuse de cruche claire récente à pâte rose, des morceaux de grands vases à provisions à parois épaisses, de la céramique modelée du Ier s. av. J.-C. (petites urnes globulaires non carénées CNT-PRO U7, -125/-1 ; urne à bord horizontal et col d’urne CNT-ALP 1a3 des ateliers des Alpilles).

56Us 3106. Couche de faciès variable, constituée par de la terre argileuse jaune beige ou blanchâtre et crayeuse avec des cailloux transformés en chaux. Dès la surface ou dans la couche, tâches de charbon de 1 à 2 cm d’épaisseur, gros charbons isolés, petites mottes de terre cuite. Nombreux débris de céramique : amphores (dont un bord de type 2 d’amphore gréco-italique, datée entre 300 et 150 av. J.-C.) ; fond discoïdal de mortier en céramique commune italique à pâte rouge et dégraissant volcanique (COM-ITA 8d, -250/-50) ; céramique à pâte claire récente ; urnes modelées et/ou peignée ; jattes, dont notamment une jatte à goulot à pâte et surfaces brunes CNT-ALP 4d3 avec anse en oméga plaquée, dont la datation généralement admise est plus tardive (60 à 20 av. J.-C.). Mais les fragments de cette jatte, dispersés et incomplets, sont répartis à diverses profondeurs, et même dans la couche suivante (Us 3110). Ces éléments ont donc été déposés par le ruissellement à plusieurs reprises. Le même processus a joué pour une urne brune à bord horizontal et impressions bidirectionnelles alternées sur l’épaulement, de type CNT-ALP 1a3 (75 à 1 av. J.-C.).

Phase 4. Construction de la muraille défensive MR1

57Sa base est installée dans une tranchée qui a traversé plusieurs couches encaissantes (couches d’incendie, sols successifs de l’habitation) et détruit la moitié du four 3132.

Phase 5. Abandon final

58Toutes les couches supérieures se sont accumulées progressivement après l’abandon de l’ouvrage défensif. Le ruissellement depuis le bas de la falaise a entraîné des apports terreux et des tessons. Ces niveaux prolongent ceux de l’espace E2A, avec souvent des morceaux des mêmes récipients (fragments de la même amphore recueillis dans les Us 3201-3202 et 3105-3107, d’un bord de dolium dans les Us 3101 et 3207).

59L’analyse des céramiques indique que l’ouvrage est déjà abandonné au milieu du Ier s. av. J.C. et que ce lieu n’est pas réoccupé par la suite.

60Us 3105 ( = 3107). Couche de terre. Débris d’amphore italique Dr.1A et Dr.1B, de céramiques campaniennes (plat CAMP-A5 ou 5/7, coupe CAMP-A28 ab, -250/-75), d’une cruche à pâte claire récente CL-REC 1a (-100/-50), de plusieurs céramiques modelées (le bord de l’une d’entre elles, de grand diamètre, est décoré d’incisions) ; urnes de type CNT-PRO U7 (-100/-40).

61Us 3104 ( = 3204). Couche de terre. Matériel archéologique du Ier s. av. J.-C. : fragments d’amphore italique Dr.1 et de dolium ; rebord de grande jatte ; fragments peignés et/ou polis d’urnes CNT-PRO U6c, -100/-40 ; CNT-PRO U7, -125/-1, ou U7a1, -75/-1 ; CNT-PRO U5b1, -250/-75 ; petits débris de campanienne A5 ou 5/7, de coupe campanienne B et d’assiette B5, -150/-25.

62Us 3102 ( = 3202). Couche de terre. Amphore Dr.1A, céramique modelée de Provence CNT-PRO U6c, céramique modelée des Alpilles (urne CNT-ALP 1a2 de la première moitié du Ier s. av. J.-C.).

63Us 3101 ( = 3201). Couche de surface. Fragments d’amphore italique, de dolium, de céramique non tournée de Provence.

L’espace E3A

64Son évolution chronologique est identique à celle de la pièce précédente.

Phase 1. Construction et occupation d’une pièce d’habitation (fig. 153, 155)

65Cette pièce d’habitation de dimensions modestes (L. 4 m ; l. 2,80 m sur le côté nord et 3,0 m au sud ; surface intérieure 12 m2) présente un plan trapézoïdal.

66Elle était délimitée du côté nord par un mur (MR28) mitoyen de l’espace E3B. À l’est, il ne subsiste plus qu’une partie du mur MR14 dans le prolongement du mur oriental des espaces E2A, E2B et E1. Mais la surface du rocher, aménagée pour permettre de le construire, conserve la trace de son emplacement. Du côté sud, une ouverture latérale dans le mur de refend MR4 permettait de communiquer avec la pièce voisine E1. La base de cette cloison interne de faible largeur (0,35 m) est formée par un solin de blocs et de pierres plates liés à l’argile (ép. 0,50 m). L’élévation a entièrement fondu sous l’action de l’eau pour former une couche homogène de terre mêlée à de petits cailloux colluviaux dans laquelle on ne distingue pas la forme d’adobes.

67Le substrat rocheux, préalablement nivelé, est recouvert par deux sols successifs prolongeant ceux de la pièce voisine E1 (fig. 160b). Une mince chape d’argile étalée selon les endroits sur le rocher ou sur un cailloutis (Us 3327) constituent le sol le plus ancien (Us 3326 = 3131). Il est fortement rubéfié à l’approche du mur de refend construit sur sa surface. Une encoche rectangulaire dans le substrat indique que ce mur était primitivement plus long, le passage vers la pièce E1 se faisant par une porte latérale de 0,75 m de largeur. Par la suite un autre lit de terre argileuse à la surface fortement tassée (Us 3325) a été rapporté afin de créer un nouveau sol (Us 3318 = 3116) et la porte de communication élargie (l. 1,10 m).

68La limite ouest de la pièce se trouve sous la muraille MR1. Les deux sols successifs s’arrêtent en bordure d’une tranchée remplie de terre et d’humus (Us 3328), en retrait par rapport au parement intérieur du rempart. C’est le négatif du mur de fond (MR27) de l’habitation, détruit lors de la construction de ce rempart, et donc antérieur à lui.

Phase 2. Incendie et destruction

69Comme pour la pièce voisine, un incendie ravage l’intérieur de cet espace (fig. 159, 160). Certains blocs du mur de refend sont calcinés et transformés en pierre à chaux blanche et pulvérulente. La charpente brûle et la toiture s’effondre. Le sol est recouvert par une croûte de terre fortement cuite par endroits ou par des zones de charbon (Us 3317). De petits morceaux de terre rubéfiée portent encore des empreintes de petites branches, de roseaux ou de paille des marais (la « siagne » de Camargue).

Fig. 159. Rempart R5 des Petites Caisses. Successivement du sud vers le nord, rebord rocheux de l’espace E2A, sol 3116-3118 de l’espace E1, mur de refend MR4, couche d’incendie (Us 3116) de l’espace E3A et céramiques brisées et éparpillées sur le sol, remontée rocheuse de l’espace E3B, mur postérieur MR12 construit sur les colluvions (Us 3314). À gauche, à côté de la courtine MR1, fond de la fosse FS2.

Fig. 159. Rempart R5 des Petites Caisses. Successivement du sud vers le nord, rebord rocheux de l’espace E2A, sol 3116-3118 de l’espace E1, mur de refend MR4, couche d’incendie (Us 3116) de l’espace E3A et céramiques brisées et éparpillées sur le sol, remontée rocheuse de l’espace E3B, mur postérieur MR12 construit sur les colluvions (Us 3314). À gauche, à côté de la courtine MR1, fond de la fosse FS2.

Fig. 160. Rempart R5 des Petites Caisses. Coupes transversales ouest-est des espaces E4 (a) et E3A (b). Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 160. Rempart R5 des Petites Caisses. Coupes transversales ouest-est des espaces E4 (a) et E3A (b). Échelle d’origine : 1/20.
  • 186 Cet objet traditionnel a été utilisé sur le site jusqu’au IIe s. av. J.-C. avant d’être remplacé (...)

70La couche de terre argileuse suivante (Us 3316) résulte de la destruction de l’élévation des murs. Elle referme beaucoup de gros charbons. Elle est aussi très riche en fragments dispersés et incomplets de diverses céramiques (petit dolium, amphores, vases modelés dont plusieurs urnes à provisions de grandes dimensions, cruche non tournée à anse pseudo bifide, urne tournée à pâte claire récente, assiette campanienne A6 tardive, lampe à vernis noir). Des débris de cuisine (os portant des traces de découpe) et des fragments de meule à main186 en basalte sont également présents. La pièce E3A était donc un lieu où l’on conservait des provisions et où l’on pouvait s’éclairer. Bien qu’elle ne nous ait livré aucun des aménagements domestiques nécessaires au déroulement de la vie quotidienne (foyer, banquette), son utilisation comme pièce d’habitation est vraisemblable.

71Après l’incendie, les habitants ont peut-être cherché à récupérer divers objets en fouillant dans les décombres. La couche d’incendie 3316 et la dernière couche de destruction (Us 3310) qui la surmonte sont en effet bouleversées et toutes les céramiques qu’on y retrouve sont incomplètes. L’ancienne habitation est alors devenue un lieu de récupération de ses matériaux de construction. Les solins sont démontés. Plus rien ne subsiste du mur oriental MR14. Le mur de fond MR27 est lui aussi entièrement épierré (tranchée 3328) et le mur de refend MR4 est privé d’une grande partie de ses blocs. Le mur nord MR28 a presque totalement disparu, quelques-uns de ses blocs (Us 3322) demeurant engagés sous la base du rempart postérieur. Ailleurs, son ancien tracé est matérialisé par quelques grosses pierres isolées (Us 3323) ennoyées dans la terre argileuse, ou par de petits amas de terre rubéfiée et des charbons épars (Us 3310).

Phase 3. Construction de la muraille MR1 et réutilisation de l’espace

72Les lieux sont réoccupés après une période d’abandon assez courte. La muraille MR1 est alors construite sur les couches provenant de la destruction de l’habitation antérieure. Le secteur E3A est maintenant devenu un espace extérieur ouvert. La surface de la dernière couche de destruction (Us 3310) sert d’abord de sol de circulation, mais elle est par la suite rapidement fossilisée par un lit peu épais (Us 3307) de terre limoneuse mêlée à des graviers colluviaux laissés par le ruissellement sur la pente. Un foyer (FY2) de 0,80 mètre de diamètre est installé en position centrale sur cette surface de circulation. Son exhaussement progressif lui confère une forme bombée. Sa partie inférieure (Us 3309) est faite d’un lit de galets et de graviers colluviaux recouvert par la terre charbonneuse ou rubéfiée (Us 3309), quelques tessons informes de céramique modelée et des fragments d’os non brûlés. La partie supérieure comprend une chape d’argile lissée (Us 3306) posée sur un cailloutis et d’autres galets (Us 3308).

73Une grande fosse rectangulaire (FS2 : L. 2,45 m ; l. 1,0 m à 1,10 m) a été creusée contre le rempart à partir de la même surface (fig. 159, 160b). Elle entame les sols de la phase précédente. La terre caillouteuse intérieure contenait pêle-mêle des débris de cuisine et surtout une grande quantité de tessons variés : fragments de dolium, vases non tournés (urnes, jattes, coupes), plusieurs amphores gréco-italiques, céramique à pâte claire récente, campanienne A tardive (coupe A25, assiettes A5 et 5/7, coupes A27), assiette campanienne B5. Il semble que l’on ait enfoui dans cette fosse les débris des céramiques détruites. Des fragments de la même poterie ont été en effet retrouvés à la fois dans son remplissage (Us 3315) et sur le sol environnant.

74La présence anachronique d’un bord d’amphore étrusque 3A dans la terre de comblement est évidemment fortuite.

Phase 4. Abandon final

75L’abandon définitif se situe au plus tard dans la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. Les derniers niveaux d’occupation sont ensevelis sous des couches de terre provenant des élévations des murs. Ce processus se déroule rapidement, comme le montre l’absence d’humus dans ces couches. La muraille s’écroule ensuite (Us 3302) et les lieux ne seront plus jamais réoccupés.

L’espace E3B

76Au nord du mur MR28 de la pièce 3A, le substrat rocheux remonte fortement. Sa surface très accidentée ne montre pas de traces d’un quelconque aménagement, si ce n’est, en bordure est, une grande encoche taillée pour installer un mur dans le même alignement que celui des murs orientaux déjà étudiés.

77Plusieurs couches de sédiments ont été retenues derrière ce mur. Le rocher est tout d’abord masqué par la terre argileuse (Us 3319 et 3321) provenant d’une habitation située à proximité plus haut sur la pente. Ce talus est recouvert par une accumulation de blocs (Us 3305) puis un remblai artificiel de cailloux colluviaux (Us 3314).

78Le mur de fond MR28 est détruit et la majeure partie de ses blocs probablement réutilisée dans la muraille MR1 édifiée sur ce remblai.

L’espace E4 (fig. 160a, 161)

Fig. 161. Rempart R5 des Petites Caisses, espace E4. Vue sud-nord, avec au fond la banquette BQ1.

Fig. 161. Rempart R5 des Petites Caisses, espace E4. Vue sud-nord, avec au fond la banquette BQ1.

79La muraille MR1 à l’ouest et les murs MR10 au nord, MR11 à l’est et MR12 au sud, délimitent une pièce légèrement trapézoïdale dont les dimensions intérieures (3,70 m x 2,40 à 2,60 m) sont voisines de celles de la pièce E3A. Une porte de 1,0 mètre de largeur s’ouvrait dans le coin sud-est. À l’extérieur de cette construction, un mur perpendiculaire (MR13), accolé à MR11 mais plus large (0,60 m), est construit dans une longue encoche du rocher. Il s’agit vraisemblablement d’un mur de terrasse destiné à maintenir la terre sur la pente, car aucun sol d’habitat en rapport avec ce mur n’a été mis au jour.

80Dans ce secteur, le rocher sous-jacent descend fortement vers l’ouest et le sud, puis domine l’espace E3B par un important ressaut naturel. Les constructeurs ont dû tenir compte de ces particularités en apportant des remblais pour rattraper la dénivellation et aménager successivement plusieurs sols.

Phase 1. Les premières traces d’occupation

81Elles sont peu nombreuses.

82Une encoche linéaire, longue de 1,20 m, large de 0,60 m et profonde de 0,20 m, a été creusée en bordure du ressaut du rocher, comme à d’autres endroits du site où la base des murs est parfois implantée dans des entailles peu profondes creusées dans la roche lorsque celle-ci était apparente ou peu profonde. Cette interprétation nous autorise à restituer à cet emplacement une sorte de massif ou de gros pilier quadrangulaire soutenant peut-être la toiture.

83Une couche d’argile jaune (Us 3416), riche en charbons et nodules de terre cuite, surmonte le substrat dans la partie occidentale de l’espace fortement déclive.

84Les restes du mur de fond (MR29, fig. 160a) d’une pièce d’habitation, de direction nord-sud, ont été très perturbés par la construction ultérieure de la courtine. Son parement intérieur, construit directement sur la roche, est en retrait par rapport à celui de la muraille MR1 qui le surmonte. La couche d’argile jaune lui est accolée.

85Ces observations, malgré leurs limites, permettent de restituer à cet emplacement une pièce d’habitation. Il est logique de placer son mur oriental à l’emplacement actuel du mur MR11 probablement reconstruit par la suite, dans le prolongement des murs orientaux de la tour et des pièces E1 et E3.

Phase 2. La seconde phase de l’occupation

86La phase suivante de l’occupation est mieux perceptible. Une pièce trapézoïdale très allongée est aménagée jusqu’au mur MR28 (en E3B). Elle est limitée à l’ouest par le mur de fond MR29 (recouvert plus tard par la muraille MR1) et à l’est par le mur MR11 prolongeant les murs orientaux de la tour et des pièces E1 et E3A.

87Un remblai de cailloutis colluvial (Us 3414), retenu du côté sud par le mur MR28, a été rapporté afin d’établir un sol horizontal rattrapant la différence de niveau entre les espaces E3B et E4 et masquant le ressaut rocheux et l’encoche 3415.

88La pièce comporte alors plusieurs aménagements :

  • Un foyer lenticulaire central (FY3) de forme arrondie (0,80 m x 0,60 m), établi sur une sole à surface bien égalisée et colorée en rouge vif par une forte rubéfaction, recouvrant les restes d’une sole antérieure.

  • Un sol revêtu d’un lit d’argile, dont ne subsistait plus qu’un lambeau se raccordant progressivement, comme la sole du foyer, à la surface montante du substrat rocheux. Ce dernier, piqueté par endroits pour en supprimer les saillies, a donc en partie servi de sol. L’occupation a laissé en place quelques éléments de matériel archéologique : des fragments de dolium, d’un bol de campanienne A27ab antérieur à 50 av. J.-C. et d’une urne non tournée antérieure à 75 av. J.-C., d’amphore italique Dr.1 ; une très belle fusaïole biconique en terre cuite décorée de rangs superposés de coups d’ongle.

  • Une banquette basse (BQ1) construite contre le rocher entaillé verticalement au pied du mur nord MR10. Elle comporte une seule assise de blocs, de pierres plates et de liant argileux. La base repose sur le substrat rocheux dont la pente monte vers l’est. Son extrémité orientale est accolée au parement intérieur de MR11. En revanche, l’autre extrémité, située sous le parement de MR1, est en relation avec le mur MR29 de l’habitation antérieure, qui est encore conservé. Deux petites monnaies de bronze ont été recueillies sur cette banquette. Deux autres monnaies provenant probablement du même endroit sont tombées à son pied.

Phase 3. Un abandon provisoire

89La pièce connaît ensuite une période d’abandon. Plusieurs couches de terre argileuse et de colluvions (Us 3411 et 3412) recouvrent les aménagements antérieurs. La surface 3411 montre toutefois près de la porte de larges traces de rubéfaction qu’il est difficile d’expliquer, faute d’éléments d’information suffisants.

Phase 4. Construction de la muraille et réutilisation de l’espace E4

90L’espace E4 prend son aspect définitif durant la phase finale de son occupation, au moment de la construction de la muraille MR1 dont la base repose à la fois sur le mur antérieur MR29 et le niveau d’argile jaune 3416.

91La pièce conserve toujours un plan trapézoïdal, mais sa longueur est moindre, car elle est désormais fermée au sud par un nouveau mur (MR12) installé dans une tranchée de fondation qui a recoupé le foyer FY3.

Phase 5. Abandon final

92Le processus d’abandon est identique à celui des autres espaces. L’ensemble du secteur est masqué par une série de couches de terre argileuse beige (Us 3403, 3404, 3406, 3407, 3410) provenant de l’élévation des murs, un premier amas de pierres (Us 3405), puis une couche de gros blocs (Us 3402) tombés du rempart et des murs environnants.

L’espace E5 : un massif d’escalier (fig. 153)

93Ce massif, long de 3,5 mètres et large de 1,20 mètre, est accolé au parement interne de la muraille MR1. Deux murs de pierres liées à la terre le maintiennent latéralement : au sud MR9, perpendiculaire au rempart ; MR8 à l’est, appuyé à un ressaut du substrat rocheux. Leur base comporte de gros blocs (L. 0,50 à 0,70 m) alors que les pierres de leur élévation sont de moindre taille. Un troisième mur (MR7) au nord, lui aussi perpendiculaire au rempart, a été entièrement détruit. Mais son emplacement est reconnaissable à une encoche de fondation taillée dans le rocher sur 3,50 mètres de longueur.

94L’intérieur de cette sorte de caisson était rempli de bas en haut par une série de couches subhorizontales :

  • Une fine couche de terre colorée par l’humus (Us 3506), vierge de tout vestige archéologique, recouvre le substrat rocheux et passe sous la base des murs. Elle représente l’état naturel du terrain avant le début de l’occupation à cet emplacement.

  • Un lit fortement tassé d’argile jaune (Us 3505) constitue le sol aménagé de l’ancienne habitation (ép. 0,15 m). Sa surface horizontale est ponctuée de petits charbons et de nodules de céramique écrasée.

  • Un talus en pente de terre argileuse jaunâtre mélangée à des graviers (Us 3504, ép. max. 0,50 m) s’appuie au nord contre le ressaut du rocher. Les inclusions anthropiques y sont fréquentes : débris de cuisine (os taillés et brûlés), petits charbons, fragments de céramique recouverts de calcite (morceau d’amphore ; grand col en entonnoir du premier âge du Fer ; morceaux d’urnes modelées ; anse en pâte claire). Ce talus, en relation stratigraphique avec le solin sous le rempart (Us 3507), ne correspond pas à un remblai de remplissage entre les murs périphériques de l’escalier, mais provient sans doute de l’élévation du mur nord détruit. La terre s’est accumulée au pied du ressaut rocheux avant même que le rempart ne soit édifié.

  • Le remblai suivant (Us 3503) est composé de gros cailloux (dim. moy. 0,15-0,20 m) noyés dans de la terre argilo-calcaire jaune beige (ép. 0,15-0,20 m). On y trouve quelques tessons de céramiques modelées épaisses à surfaces peignées, un gros morceau de dolium à cordon, un morceau d’os taillé (déchet de cuisine), un fragment de panse d’amphore italique et plusieurs galets exogènes au site. Ce niveau est accolé à plusieurs assises de gros blocs mal rangés (Us 3507) qui débordent du parement intérieur du rempart qui les surmonte. Ils peuvent appartenir au solin d’un des murs d’une habitation antérieure.

  • Remblai 3502. Un cailloutis d’origine colluviale de petit calibre (≤ 0,10 m) forme ensuite un remblai très compact (Us 3502). Il renferme quelques tessons couverts de calcite de céramique modelée ayant longuement séjourné en terre.

  • Le pendage oblique de la couche de surface (Us 3501, ép. 0,20 - 0,30 m) suit la pente du terrain. Dans la terre légère de couleur marron clair mélangée à un peu de cailloutis colluvial, les vestiges archéologiques sont rares. Les quelques tessons appartenant au Néolithique final proviennent de l’habitat installé au sommet de la falaise.

95On peut tirer de cette analyse diverses conclusions.

96L’espace E5 peut être interprété comme un massif d’escalier permettant d’accéder au sommet du rempart, tout en jouant pour lui un rôle de contrefort. Plusieurs lauzes retrouvées à proximité ont pu revêtir ses marches. Le massif jouait en même temps le rôle de contrefort pour le rempart.

97L’emplacement de cet escalier était auparavant occupé par une habitation dont le sol était revêtu par le lit d’argile jaune 3505. L’encoche creusée dans le rocher devait supporter le solin du mur MR7. La destruction de son élévation en terre crue a donné naissance au talus 3504.

Les espaces E6 et E11 au pied de la falaise de l’oppidum

98La zone rocheuse au bas de la falaise ayant été totalement dénudée par l’érosion, seules y subsistent de rares traces du mur de défense MR1. Cependant, en avant de son tracé (en E11), le substrat rocheux a été entamé sur une longueur de 2,50 mètres par trois gradins successifs perpendiculaires au parement ouest. D’autres entailles dans le rocher sont alignées perpendiculairement à la falaise. Ces aménagements semblent correspondre à l’installation d’une structure bâtie dont les élévations auraient disparu. Mais ces indices sont trop légers pour formuler l’hypothèse d’une sorte de tour en dépassement par rapport à la muraille.

3. Datation

Chronologie relative

99D’après l’analyse des données obtenues, la fortification a connu deux phases successives (fig. 162).

Fig. 162. Évolution chronologique du rempart R5 des Petites Caisses. État 1 (phases Ia et Ib), État 2 (phase 2).

Fig. 162. Évolution chronologique du rempart R5 des Petites Caisses. État 1 (phases Ia et Ib), État 2 (phase 2).

Phase 1 : un habitat antérieur au rempart

100L’occupation des lieux sera interrompue provisoirement par un incendie généralisé qui permet de distinguer deux périodes :

101Période 1a : un habitat linéaire peut-être fortifié, détruit par un incendie.

102L’espace entre la falaise de l’oppidum et le piton rocheux est tout d’abord barré par un habitat linéaire comprenant plusieurs unités d’habitation juxtaposées. L’une d’elles était composée de deux pièces mitoyennes (E1 et E3A) communiquant par une porte intérieure. Les murs porteurs connus avaient une épaisseur de 0,50 à 0,60 mètre. La cloison plus étroite (0,35 m seulement) entre les deux pièces était supportée par un solin de pierres peu élevé. Les élévations des murs étaient construites en terre argileuse crue (bauge ou adobes ?). La toiture, recouverte de terre, était faite de matériaux végétaux posés sur une charpente de fortes branches. Le sol, refait plusieurs fois, était revêtu d’un lit d’argile jaune.

103La première de ces pièces était consacrée à la préparation des repas (four 3132, foyer FY1), tandis que la seconde montre des traces d’activités domestiques plus complexes (conservation de denrées, éclairage, repas).

104L’habitat se prolongeait au nord vers la falaise de l’oppidum, mais ses vestiges sont moins perceptibles. On peut restituer cependant une nouvelle pièce dans l’espace E4 (pilier dans l’entaille 3415 du rocher, mur ouest MR29, couche 3416). Plus loin encore, il subsiste des traces d’une autre habitation sous le massif d’escalier E5.

105Une partie du piton rocheux (E2A), dont l’aménagement est moins poussé (sol 3212), semble avoir été utilisé comme annexe ou local de service (support d’amphore 3209 creusé dans la roche, cavité naturelle 3210 peut-être utilisée comme réserve de galets).

106Cet habitat est à mettre en rapport avec une construction placée sur le sommet du piton rocheux. Son rôle défensif paraît évident. En effet, le mur MR2 de l’espace E2A, pour la mise en place duquel il a fallu entailler la roche, a été édifié dans le prolongement du mur de fond des habitations. Son épaisseur (0,50 m) est identique à celle des murs de la maison. Il assure pourtant la liaison avec une des grandes encoches (Us 3207) taillées sur les bords du piton. Ces dernières, compte tenu de leur largeur, ont permis d’établir des murs plus épais que ceux d’une habitation. On est donc en droit d’avancer l’hypothèse d’une sorte de tour. On a d’autre part signalé que les murs orientaux des pièces d’habitation se trouvaient tous dans l’alignement de la grande encoche orientale de cette tour. Ce même alignement se maintiendra au cours de la phase suivante de l’état 2.

  • 187 À l’ouest de R5, sur une longueur d’environ 200 mètres, le versant n’a pas fait l’objet de reche (...)

107Ces constatations nous conduisent à proposer l’interprétation suivante. À la fin de l’âge du Fer, une rangée linéaire d’habitations installée au sommet d’un seuil rocheux barrait le passage entre la falaise septentrionale et le piton rocheux, en marquant peut-être la limite occidentale du faubourg du versant sud de l’oppidum187. Son mur de fond, peut-être pas plus épais que les autres cloisons, mais probablement aveugle, pouvait cependant suffire à se protéger quelque temps contre une menace venue de l’extérieur. Cet habitat s’appuyait sur le piton rocheux sur lequel se trouvait déjà une construction ayant pu jouer un rôle défensif. L’ensemble formait un bâtiment en forme de long trapèze. Le seul passage pour pénétrer dans le quartier se trouvait en bas du piton, entre celui-ci et la falaise méridionale. Mais on ignore de quels aménagements cette zone de passage était dotée durant cette période.

108L’ensemble de ces constructions connaît ensuite un incendie généralisé qui provoque notamment la chute des toitures sur le sol (Us. 3211, 3116, 3316 et 3317).

109Mais l’arrêt de l’occupation des lieux dure peu. Très vite d’ailleurs les solins des murs seront démontés pour en récupérer les pierres.

110On est en droit de s’interroger sur les causes (propagation d’un incendie de forêt, un accident domestique à l’intérieur de l’habitation, intervention militaire ?) de cette destruction brutale. Mais la réalisation très peu de temps après d’une véritable muraille fortifiée évoque davantage la volonté de se protéger contre une menace armée extérieure persistante.

111Période 1b : une réoccupation limitée dans l’espace et le temps.

112Elle est seulement attestée dans les espaces E3B et E4, mais elle n’a laissé que peu d’indices. Un épais remblai (Us 3414) de cailloux colluviaux, maintenu du côté sud par un mur antérieur (MR28) a été rapporté à certains endroits de façon à rattraper la forte pente du substrat rocheux et à établir un sol. Ce dernier était en relation avec un foyer (FY3) comportant deux soles superposées, ce qui témoigne d’une certaine durée d’utilisation.

Phase 2 : un ouvrage défensif vite abandonné

113Durant cette période, un véritable ouvrage défensif, construit sur les ruines des constructions précédentes, ferme entièrement l’accès vers l’habitat du versant. Cette fortification est composée de plusieurs constructions juxtaposées :

  • Une muraille linéaire (MR1) de plus de 1 mètre d’épaisseur, en appui sur la falaise de l’oppidum au nord et sur le piton rocheux au sud. Elle chevauche les restes des murs de fond occidentaux des habitations de la première période d’occupation. Un massif d’escalier (E5) accolé à cette muraille permet d’accéder au sommet.

  • Une pièce habitable (E4), aménagée contre cette muraille défensive, conserve le plan trapézoïdal issu de l’habitat fortifié de la phase 1a. Elle est délimitée au sud par un nouveau mur (MR12) dont l’assise de fondation repose sur la sole la plus ancienne du foyer FY3 et sur la surface du cailloutis (Us 3414), tandis que la sole plus récente a été recoupée par la suite par une tranchée. L’intérieur de la pièce est pourvu d’un sol rustique portant des traces de rubéfaction, aménagé sur un nouveau remblai de cailloutis (Us 3412). Une banquette basse (BQ1) occupe le fond de la pièce.

114Les activités domestiques des occupants de cette pièce se prolongeaient à l’extérieur devant sa porte. Un foyer sur galets (FY2) a été utilisé assez longuement. Une grande fosse dépotoir (FS2), creusée contre le rempart, a probablement reçu les débris de céramique de l’habitation antérieure après sa destruction.

  • Une tour aux murailles épaisses, installée au sommet du piton rocheux.

  • Des constructions en bas de la tour, aménagées pour contrôler le passage au-dessus de la falaise méridionale. On peut restituer dans cette zone d’entrée un long couloir (E8), une poterne donnant accès à une pièce rectangulaire (E7), un grand bastion (E9) construit sur le bord de la falaise et dominant ces pièces d’entrée.

115L’intérêt de cet ouvrage défensif déclinera assez rapidement. Il sera alors abandonné pacifiquement. Ce secteur du versant ne sera plus jamais réoccupé.

Éléments de chronologie absolue

116Pour chacune des deux phases, les possibilités de datation sont apportées uniquement par la céramique, laquelle d’ailleurs ne permet pas une datation très fine et laisse une importante marge d’imprécision. Il faut remarquer l’extrême rareté des objets en d’autres matières, ce qui peut s’expliquer par l’entreprise de récupération opérée après l’incendie de la phase 1 et par le fait que les lieux aient été abandonnés à la fin de la phase 2. Il est probable que les occupants sont alors partis en emportant tout le mobilier encore en bon état.

117La céramique modelée prédomine de façon écrasante, tandis que les céramiques d’origine italique (céramique campanienne A, formes 5 et 5/7, A25 et A27) ou de fabrication régionale (céramique claire récente) font exception. La céramique campanienne A tardive, caractérisée par ses défauts de fabrication, situe clairement les deux phases au Ier s. av. J.-C. Mais sa durée de fabrication ne permet pas d’établir des distinctions chronologiques plus précises. La céramique campanienne B, très rare d’ailleurs, n’apparaît qu’au cours de la phase 2. Une lampe campanienne de type hellénistique (Us 3316), en usage pendant une grande partie du Ier s. av. J.-C. jusqu’au début de l’époque augustéenne, ne permet pas une datation plus précise. On doit aussi noter que la zone du rempart n’a livré aucune céramique fine de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C., par exemple des céramiques sigillées italiques et présigillées sud-gauloises ou des céramiques à parois fines. Bien que la valeur de ce dernier argument soit à considérer avec précaution, nous estimons néanmoins que le site du rempart a été abandonné très tôt, au milieu du Ier s. av. J.-C.

118En revanche, certaines céramiques modelées apportent quelques indications chronologiques permettant une approche de la datation de chaque phase.

119La phase 1 est caractérisée notamment par la présence fréquente d’urnes pansues de grande taille, avec un fond plat et un col pourvu d’une lèvre éversée oblique. Ce type d’urne (CNT-PRO U5b2), qui n’est plus fabriqué après 75 av. J.-C., est avant tout caractéristique du IIe siècle.

120La phase 2 voit l’abandon de cette forme d’urne, remplacée surtout par des fabrications des ateliers des Alpilles. La fosse dépotoir FS2 a livré, en particulier en ce qui concerne les éléments les plus récents de son matériel, des fragments de jatte à bord décoré d’incisions obliques (forme CNT-PRO 4a2, produite entre 75 et 1 av. J.-C.) et surtout une grande jatte à goulot (type CNT-ALP 4d3) qui a été fabriquée durant la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. et le début du suivant. Une autre jatte à goulot, de même type mais plus petite, avait été déjà trouvée en 2003 dans le niveau correspondant à la surface de réoccupation 3310.

121Compte tenu de ces divers arguments, nous croyons pouvoir proposer l’évolution chronologique suivante :

122Phase 1 : fin du IIe-premier quart du Ier s. av. J.-C. (entre 125/100 et 90-75 av. J.-C. ?). Cette datation correspond à celle qui avait déjà été déterminée pour l’habitat de la zone Z01 de l’oppidum, détruit également par un incendie.

123Phase 2 : entre 90/75 et 50/40 av. J.-C., époque où le rempart est construit et utilisé.

124Phase 3 : à partir de 40 av. J.-C. Abandon définitif.

4. Restitution et comparaisons

125Les structures en place étant détruites assez bas, on ne connaît pas leur élévation, mais on peut néanmoins tenter une restitution en hauteur du rempart de la phase 2 qui ne sera bien entendu qu’hypothétique (fig. 163).

Fig. 163. Proposition de restitution du rempart R5 des Petites Caisses.

Fig. 163. Proposition de restitution du rempart R5 des Petites Caisses.

126Si l’on considère la longueur du creusement vertical dans la falaise dans lequel s’engageait l’extrémité de la muraille, une grande partie de l’élévation était construite en pierre sur plusieurs mètres de hauteur. Il est logique également, compte tenu de la masse importante des couches argileuses provenant de la destruction, de la surmonter par un couronnement de terre avec probablement un système de crénelage.

  • 188 Philon de Byzance (livre V, 14) au IIIe s. av. J.-C., à propos de certaines courtines « …constru (...)
  • 189 Cf. supra, annexe 4.

127La présence d’un escalier d’accès implique nécessairement une circulation sur un chemin de ronde qui, s’il avait été aménagé sur le sommet de la muraille, n’aurait eu qu’une largeur très insuffisante de 0,70 mètre environ (en attribuant une épaisseur de 0,40 m à des merlons en terre). En dehors du fait que les défenseurs pouvaient se déplacer sur le toit de la pièce E4, on est contraint de proposer, pour la partie comprise entre cette pièce et la tour, un chemin de ronde supporté par des triangles charpentés engagés dans la muraille. C’est là d’ailleurs un procédé qui rappelle celui des passerelles mobiles du rempart à ikria R3 préconisé par Philon de Byzance188189.

128En revanche, la tour perchée au sommet du piton rocheux n’avait pas besoin de murs très hauts, mais devait être entourée par des murs parapets couronnés de merlons.

129L’entrée par le couloir E8 puis la pièce E7 servant de sas était dominée par cette tour. Le bastion d’angle E9 était probablement, au moins en partie, rempli de pierres et de terre, de façon à aménager une plateforme. On y accédait par une porte ouverte dans la pièce E7 donnant vraisemblablement accès à un escalier intérieur. On pouvait ainsi contrôler le couloir d’entrée depuis cette plateforme tout en surveillant le bas de la falaise.

130Un tel ouvrage témoigne d’une réflexion approfondie en même temps que de beaucoup d’inventivité et de capacité d’utilisation des aptitudes défensives du terrain. Il constitue une petite entité archéologique originale, à la fois fortification et espace d’habitation (la pièce E4 et ses aménagements domestiques). Mais il est très difficile de lui trouver des comparaisons régionales (Dedet, Py 1985) ou dans des régions proches. Ce n’est ni un grenier fortifié comme celui de Coudouneu à Lançon de Provence au V e s. av. J.-C. (Verdin 1996-1997), ni un fortin comme le site du Verduron près de Marseille au IIIe siècle (Bernard, Badie 2000-2007), ni une ferme fortifiée comme c’est souvent le cas dans la péninsule ibérique (Moret 1996).

Notes

182 On remarquera plus à l’ouest sur la figure 151 un autre piton rocheux qui a été entaillé sur ses quatre côtés de façon à lui donner une forme quadrangulaire et des proportions identiques. L’hypothèse d’une autre tour n’est pas à écarter, mais la vérification sur le terrain reste à faire.

183 Le poudingue existe dans les strates verticales de la falaise méridionale de l’oppidum à l’état de gros rognons isolés ou de bancs intercalaires. Pour la première fois sur le site, on peut constater grâce à ce remploi dans le rempart R5 l’utilisation de cette roche locale pour la fabrication de grosses meules à la fin de l’âge du Fer.

184 Ainsi, en février 2003, après un épisode neigeux, un muret de soutènement des terres sur la pente (Us 3204) a été presque totalement détruit.

185 Pour tailler ces encoches, on ne pouvait profiter des plans de stratification de la roche, le pendage des strates étant beaucoup trop accentué pour obtenir des parois verticales et un fond horizontal. Il a fallu tailler dans la masse.

186 Cet objet traditionnel a été utilisé sur le site jusqu’au IIe s. av. J.-C. avant d’être remplacé au cours du siècle suivant par la meule rotative introduite par les Romains.

187 À l’ouest de R5, sur une longueur d’environ 200 mètres, le versant n’a pas fait l’objet de recherches approfondies, mais on y observe toutefois des traces d’activité humaine. Les parois d’un petit piton rocheux ont été entaillées sur les quatre côtés par une petite carrière. D’autres emplacements semblent avoir été aménagés pour servir de mur à une habitation. La présence d’un habitat dispersé est probable.

188 Philon de Byzance (livre V, 14) au IIIe s. av. J.-C., à propos de certaines courtines « …construites, aux endroits convenables, avec un parapet crénelé et sans chemin de ronde, mais avec des volées de poutres et de planches jetées à partir des échafaudages engagés dans les murs… » (traduction Y. Garlan, p. 202).

189 Cf. supra, annexe 4.

Table des illustrations

Titre Fig. 151. Vue aérienne E-O du rempart R5 établi entre la falaise méridionale de l’oppidum (à droite) et celle qui le sépare du piémont de Servanes.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 152. Vue vers le sud du rempart R5 et des pièces de l’habitat antérieur sous-jacent.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 153. Rempart R5 des Petites Caisses : plan des vestiges de la fortification et de l’habitat antérieur. Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 154. Rempart R5 des Petites Caisses : le mur défensif MR1 du rempart R5 et le piton rocheux entaillé sur les côtés pour fonder les murs de la tour.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 155. Rempart R5 des Petites Caisses  
Légende a- coupe générale sud-nord
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende b- coupe des espaces E2B et E2A, E1, E3A
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende c- coupe des espaces E3B et E4. Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 156. Rempart R5 des Petites Caisses. Plan de la pièce d’habitation E1 antérieure (phase 1) à la courtine MR1. Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 157. Rempart R5 des Petites Caisses. Petit four (Us 3132, phase 1) recoupé par la tranchée de fondation de la courtine MR1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 158. Rempart R5 des Petites Caisses. Cavité naturelle (Us 3210, en limite des espaces E1 et E2A) remplie de galets.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 159. Rempart R5 des Petites Caisses. Successivement du sud vers le nord, rebord rocheux de l’espace E2A, sol 3116-3118 de l’espace E1, mur de refend MR4, couche d’incendie (Us 3116) de l’espace E3A et céramiques brisées et éparpillées sur le sol, remontée rocheuse de l’espace E3B, mur postérieur MR12 construit sur les colluvions (Us 3314). À gauche, à côté de la courtine MR1, fond de la fosse FS2.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 160. Rempart R5 des Petites Caisses. Coupes transversales ouest-est des espaces E4 (a) et E3A (b). Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 161. Rempart R5 des Petites Caisses, espace E4. Vue sud-nord, avec au fond la banquette BQ1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 162. Évolution chronologique du rempart R5 des Petites Caisses. État 1 (phases Ia et Ib), État 2 (phase 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 163. Proposition de restitution du rempart R5 des Petites Caisses.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14782/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search