Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Quatrième partie. Les ouvrages défensifs du faubourg des Petites Caisses

Annexe 5. Éléments de datation du rempart R3 du faubourg des Petites Caisses

Alexandra Roche-Tramier

Texte intégral

1. L’occupation du faubourg à la fin de l’âge du Fer

  • 179 Les fragments de bords étaient trop fragmentés pour être dessinés.

1Le sondage 2001.1 a mis en évidence à proximité du rempart deux habitations superposées, qui correspondent, d’après l’étude de leurs céramiques179, à deux moments différents de l’occupation du faubourg.

2La première habitation, construite selon la technique du solin de pierre surmonté par une élévation en adobes, possédait un sol d’argile jaune permettant de rattraper les irrégularités du substrat rocheux (Us 0102). La batterie de cuisine était composée essentiellement de gros pots à tout faire, de type CNT-PRO U5b2, fabriqués entre 250 et 75 av. J.-C. La fourchette chronologique de la période d’occupation pourrait se situer entre 125 et 75 av. J.-C. Le sol a ensuite été fossilisé, après l’abandon de la maison, par la couche de destruction (Us 0101) des adobes. L’analyse du matériel céramique peu abondant de cette couche n’a pas permis de dater la destruction.

3La seconde habitation, couverte de tuiles, a été aménagée sur les ruines de la première après nivellement du niveau de destruction. Le seul aménagement connu dans cette très modeste construction est un foyer lenticulaire creusé à même le sol S0101. La céramique a permis de déterminer une courte durée d’occupation dans le courant du dernier quart du Ier s. av. J.-C.

2. Habitation et fosse dépotoir sous le rempart R3

4Le sondage 2002.1 a été réalisé au sud de la section 5 du rempart, au début de la partie détruite de ce dernier. L’étude des céramiques a permis de distinguer les phases d’occupation de cette zone du quartier bas et de rechercher des éléments de datation d’une habitation située sous le rempart oriental R3, de façon à déterminer le TPQ de ce dernier.

5La phase I (Us 06 et 05) correspond à l’occupation de ce quartier durant le premier âge du Fer.

6Durant la phase II, un habitat contemporain de l’habitation la plus ancienne mise au jour par le sondage 2001.1 évoqué plus haut se développe aux alentours de 100 av. J.-C. à l’endroit où sera construit à peine plus tard le rempart R3.

7La construction des murs a nécessité divers travaux préalables, notamment l’aplanissement du rocher en bas de pente et le creusement des couches de colluvions le recouvrant. La céramique renfermée dans la couche de destruction des adobes (Us 03) d’un des murs a permis de placer la formation de cette couche entre 100 et 75 av. J.-C.

  • 180 Nous n’avons pu dessiner d’autres fragments de céramique mentionnés dans le rapport de fouille, (...)

8La cavité située entre la pente du rocher et le mur MR1 a servi de dépotoir pour les habitants et de piège pour les colluvions descendant le versant. L’étude des céramiques contenues dans cette fosse confirme une occupation immédiatement antérieure à la construction du rempart, entre 125 et 75 av. J.-C., sans qu’on puisse préciser davantage à l’intérieur de cette période. Les éléments de datation trouvés sur le sol de construction du rempart (Us 09) confirment cette datation180.

9La datation du rempart R3 est difficile à déterminer étant donné qu’aucune habitation contemporaine de son utilisation ne s’est appuyée contre ses parements. L’habitation immédiatement antérieure ne fournit pas de TPQ précis pour la construction de ce rempart, puisqu’elle a été utilisée entre 125 et 75 av. J.-C. sans pouvoir préciser davantage. Le TPQ de 75 av. J.-C. est à relativiser fortement et il ne faudrait pas lui accorder une valeur absolue, car il est donné par les urnes CNT-PRO U5b2 dont la fabrication cesse effectivement vers 75 av. J.-C., mais a commencé depuis longtemps, dès le IIIe s. av. J.-C. Les urnes CNT-PRO U7 (125 à 1 av. J.-C.) et U8 (250 à 1) sont sans intérêt pour la datation. Dans ces conditions, rien n’empêche d’admettre que le rempart ait été construit au cours du premier quart du Ier siècle, voire peut-être à la fin du IIe s. av. J.-C. Il a vraisemblablement été édifié durant cette courte période, aux alentours de 100 av. J.-C.

10Les différentes couches qui se sont accumulées contre la base conservée du rempart ne contiennent pas de matériel postérieur au milieu du Ier s. av. J.-C. En revanche, à l’endroit où il a disparu, la couche de surface a livré des céramiques datant du changement d’ère (CNT-ALP 1a6, CNT-ALP 1a10 et PRESIGGA 10). À cette date, le rempart était donc déjà abandonné et détruit. Le quartier ne semble plus occupé à partir des premiers siècles de l’Empire.

11Tous ces éléments indiquent que le rempart R3 a été utilisé sur une période assez courte, entre 100-75 et 40 av. J.-C.

  • 181  Tesson identifié par Y. Marcadal, mais que nous n’avons pas pu étudier.

12Dès son abandon, il a servi de carrière de pierres. Plusieurs fosses de récupération ont été observées à l’emplacement de contreforts détruits. La fosse du contrefort C5 renfermait un bord d’assiette sigillée italique de forme SIG-IT 12.2 caractérisé par sa lèvre pendante bien détachée de la paroi, daté entre 15 av. J.-C. et 20 ap. J.-C.181. La récupération des pierres du rempart a continué pendant les siècles suivants. La fosse du contrefort C4 contenait un fond d’amphore gauloise A-GAUL 4 (80-200 ap. J.-C.) et la couche de surface de cette fosse des tessons de céramique claire B des IIe et IIIe siècles.

Conclusion

13Le rempart R3 est un ouvrage construit entre 125 et 75 av. J.-C. sur les ruines d’un habitat antérieur, et abandonné dans les années 50-40 av. J.-C. Il est alors devenu rapidement une carrière de pierres et l’est resté jusqu’au IIIe s. ap. J.-C., ce qui atteste la continuité de l’occupation à proximité. Le prélèvement des matériaux a cessé en même temps que l’occupation du vicus voisin.

Notes

179 Les fragments de bords étaient trop fragmentés pour être dessinés.

180 Nous n’avons pu dessiner d’autres fragments de céramique mentionnés dans le rapport de fouille, notamment une grande anse pseudo bifide de cruche modelée de forme U8a, et un épaulement d’une urne U5b2 antérieure à 75 av. J.-C.

181  Tesson identifié par Y. Marcadal, mais que nous n’avons pas pu étudier.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search