Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Quatrième partie. Les ouvrages défensifs du faubourg des Petites Caisses

Annexe 4. Murs à éperons, murs à ikria

Henri Tréziny

Texte intégral

1Le mur de l’oppidum des Caisses a une épaisseur limitée (1,20 à 1,40 m) et présente à intervalles à peu près réguliers (2,30 à 2,60 m) des « éperons » de 1,40 à 1,50 m de long. Le terme est purement descriptif, et les éperons peuvent avoir plusieurs fonctions, qui du reste ne s’excluent pas : 1. support, 2. liaison ou 3. contrefort.

  • 165 Editions récentes de Philon de Byzance : Garlan 1974, 292-327 (texte et traduction), 329-404 (co (...)

21. Le système des ikria a été décrit par Philon de Byzance, 80, 32 = A, 15 à 19165. Ce sont des remparts sans doute peu épais (moins d’1 m ?) pourvus de crénelage (epalxis) mais sans chemin de ronde (parodos). Le chemin de ronde est mobile, formé de planches jetées sur des poutres (ikria) engagées dans le mur. Le but est d’empêcher de circuler un ennemi qui aurait pris pied sur le rempart. Au sens strict, ce type de construction (type 1a) n’a pas besoin de murs en éperon et n’a laissé aucun témoignage archéologique.

  • 166 Thompson, Scranton 1943, 303 sqq, 324 sqq.
  • 167 Stählin 1924, 224.
  • 168 Stahlin et al. 1934, 58 sqq. ; Garlan 1974, fig. 46.
  • 169 Himère, ville basse, rempart Nord (Vassallo 2005) et angle Nord-Ouest (Vasallo sous presse, pl. (...)
  • 170 De Miro 1958, 232-243 ; diateichisma oriental du IIIe s. ; épaisseur du mur 1,10 m ; noter cepen (...)
  • 171 Winter 1971, 143, n. 59 ; Marciano 2001, 146 et plan fig. 1 (mais il peut s’agir aussi de contre (...)
  • 172 A Vélia, ville haute, au Sud du Castelluccio, selon Schleuning 1889, 180, fig. 7 : mais le systè (...)
  • 173 Tropea Barbaro 1967, 97-99 et pl. XIV ; le mur à caissons est large de près de 7 m, la plate-for (...)

3On appelle cependant par extension ikria dans la littérature archéologique ( = type 1b) un dispositif formé de piliers adossés à la muraille, qui permettent d’élargir à moindres frais le chemin de ronde. Cela ne correspond pas tout à fait aux recommandations de Philon car, dans ces cas-là, le rempart initial est assez large pour qu’il y ait un chemin de ronde étroit et pour que l’ennemi puisse passer, alors que le but du système de Philon était précisément, en enlevant les planches, de le bloquer. De plus, le type 1b n’est pas toujours facile à distinguer des suivants, si bien que l’interprétation comme ikria (même au sens large) est rarement assurée. Le type 1b est représenté sur plusieurs sites en Grèce, à Athènes sur la Pnyx166, en Thessalie à Varybopi167 et à Démétrias168, en Sicile à Himère169, Héraclée Minoa170, Géla171 et en Italie Méridionale, à Vélia172. On pourrait voir une variante du type 1b dans une série de piliers qui jouxtent le rempart de Reggio de Calabre et pourraient supporter une plate-forme d’artillerie173.

  • 174 Winter 1971, 142 ; Garlan 1974, 349, fig. 48 ; Lawrence 1979, 373, fig. 85.

4Un autre système préconisé par Philon, employé selon lui dans les remparts de Rhodes, dont on connaît sans doute une variante dans ceux de Pergè et de Sidè, est un ensemble de voûtes appuyées sur des murs en éperon qui donnent au chemin de ronde une largeur très supérieure à l’épaisseur du mur174. Ce système (type 1c) est très utilisé à date récente, par exemple dans les fortifications vénitiennes.

  • 175 A Kaulonia, Orsi 1914, fig. 33. Il ne s’agit pas d’un mur de fortification, comme le croient Win (...)
  • 176 Naples, murs contreforts liés au parement externe du V e s., pénétrant dans le remplissage et s’ (...)
  • 177 Agger de Pompéi, cité par Holland, AJA 54, 1950, 341, mais, comme le note Winter 1974, 143 n. 59 (...)

52. Sous réserve que les vestiges aient été correctement interprétés, il s’agit dans tous les cas précédents de murs à éperons « libres », hors sol. Mais il existe aussi des murs à éperons « enterrés », murs de terrassement, qui peuvent avoir aussi des fonctions défensives, mais pas nécessairement (type 2). Les murs ont alors pour fonction de lier le parement au remplissage, un peu comme dans les murs à caissons, mais sans parement interne. Sur des remparts très détruits, ils ne sont pas si faciles à distinguer des types précédents. On les trouve dans des murs de terrasse de l’habitat175, dans des murs de fortification en terrain pentu176, dans des murs de fortification de plaine à agger, qui sont en fait une reconstitution en terrain plat des murs de terrassement177.

  • 178 Étude en cours. Voir le plan d’ensemble d’Olbia dans Bats 2006, 14, fig. 4.

63. Il existe enfin des murs dans lesquels les éperons semblent rajoutés dans un second temps, peut-être pour contreforter un mur qui donnait des signes de faiblesse (type 3). C’est le cas dans le mur nord-est d’Olbia de Provence : le rempart avait ici une épaisseur suffisante (3,80 m) avant l’ajout des contreforts (longs d’environ 2,80 m), qui viennent du reste bloquer totalement la rue pomériale. Par contre, dans la même fortification, un peu plus à l’ouest, à l’arrière de la tour médiane nord, d’autres éperons comparables pourraient avoir supporté (à l’époque romaine ?) un système de passerelle mobile (type 1b) permettant de contourner la tour178.

7Le mur de Mouriès, perpendiculaire aux courbes de niveau, n’est pas un mur de terrassement, et la fonction de contrefort paraît exclue. Les éperons entrent donc sans doute dans la catégorie des ikria (type 1b), qu’il faudra ici imaginer en escalier, pour s’adapter à la pente.

Notes

165 Editions récentes de Philon de Byzance : Garlan 1974, 292-327 (texte et traduction), 329-404 (commentaires), particulièrement 345-347 sur les ikria ; Lawrence 1979, 76-107 (traduction et commentaire). Commentaires Winter 1971, passim, particulièrement 143-148.

166 Thompson, Scranton 1943, 303 sqq, 324 sqq.

167 Stählin 1924, 224.

168 Stahlin et al. 1934, 58 sqq. ; Garlan 1974, fig. 46.

169 Himère, ville basse, rempart Nord (Vassallo 2005) et angle Nord-Ouest (Vasallo sous presse, pl. XII). Le rythme des piliers est cependant encore mal connu et l’interprétation comme ikria n’est pas assurée.

170 De Miro 1958, 232-243 ; diateichisma oriental du IIIe s. ; épaisseur du mur 1,10 m ; noter cependant que les éperons de la première phase sont ennoyés dans le doublement de la deuxième phase : s’ils ont joué le rôle de support d’un chemin de ronde en bois dans la première phase, ce n’est plus le cas ensuite.

171 Winter 1971, 143, n. 59 ; Marciano 2001, 146 et plan fig. 1 (mais il peut s’agir aussi de contreforts de type 4 dans un terrassement).

172 A Vélia, ville haute, au Sud du Castelluccio, selon Schleuning 1889, 180, fig. 7 : mais le système des éperons n’apparaît plus sur les plans publiés récemment par l’Institut archéologique de Vienne : Krinzinger, Tocco 1999, plan e.t.

173 Tropea Barbaro 1967, 97-99 et pl. XIV ; le mur à caissons est large de près de 7 m, la plate-forme rajoute près de 6 m, ce qui ne peut s’expliquer que par la présence de machines de grande dimension.

174 Winter 1971, 142 ; Garlan 1974, 349, fig. 48 ; Lawrence 1979, 373, fig. 85.

175 A Kaulonia, Orsi 1914, fig. 33. Il ne s’agit pas d’un mur de fortification, comme le croient Winter 1971, 95, n. 70 et 148, n. 75, et Lawrence 1979, 365, mais d’un mur d’habitat, sans doute un terrassement (type 4) (Tréziny 1989, 145).

176 Naples, murs contreforts liés au parement externe du V e s., pénétrant dans le remplissage et s’appuyant sur la falaise (type 4). Au IV e, un deuxième système identique de mur à éperons vient doubler le premier de l’extérieur, constituant des caissons (Napoli 1959, 49, fig. 3), selon un principe également connu à Cumes.

177 Agger de Pompéi, cité par Holland, AJA 54, 1950, 341, mais, comme le note Winter 1974, 143 n. 59, il s’agit ici plutôt de murs de liaison entre le parement et l’agger ou de soutènements de l’agger.

178 Étude en cours. Voir le plan d’ensemble d’Olbia dans Bats 2006, 14, fig. 4.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search