Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Quatrième partie. Les ouvrages défensifs du faubourg des Petites Caisses

Chapitre 12. Le rempart oriental R3

Texte intégral

1. Description

Implantation et tracé d’ensemble

1L’extrémité Est du faubourg des Petites Caisses est protégée par le rempart R3, à faible distance du chemin antique de Cagalou qui, venu du sud, contourne ensuite l’éperon oriental de l’oppidum pour pénétrer dans le vallon du même nom (fig. 6, 141, 142). La pente du terrain monte régulièrement mais de façon modérée jusqu’au rempart. Ce dernier est ensuite séparé par un petit talweg du rempart R4 et de la zone d’habitat située encore plus à l’ouest.

Fig. 141. Plan de masse et hypothèse de restitution de la partie orientale du faubourg des Petites Caisses (remparts R3, R4 et R6  ; localisation des sondages 2001-1, 2001-2 et 2002-1  ; vestiges de murs de l’habitat). Échelle d’origine : 1/200.

Fig. 141. Plan de masse et hypothèse de restitution de la partie orientale du faubourg des Petites Caisses (remparts R3, R4 et R6  ; localisation des sondages 2001-1, 2001-2 et 2002-1  ; vestiges de murs de l’habitat). Échelle d’origine : 1/200.

Fig. 142. Vue aérienne de l’éperon oriental de l’oppidum dominant le chemin de Cagalou et des remparts R3 et R4 des Petites Caisses. En bas à droite, la falaise méridionale qui sépare le faubourg du piémont.

Fig. 142. Vue aérienne de l’éperon oriental de l’oppidum dominant le chemin de Cagalou et des remparts R3 et R4 des Petites Caisses. En bas à droite, la falaise méridionale qui sépare le faubourg du piémont.

Fig. 143. Plan du rempart oriental R3 des Petites Caisses et hypothèse de restitution des parties détruites, avec localisation du sondage 2002-1. Échelle d’origine : 1/100.

Fig. 143. Plan du rempart oriental R3 des Petites Caisses et hypothèse de restitution des parties détruites, avec localisation du sondage 2002-1. Échelle d’origine : 1/100.

2Il s’agit d’un mur simple à double parement, de direction pratiquement nord-sud, dépourvu de tours. L’épaisseur de la muraille varie entre 1,20 et 1,40 mètre. Des contreforts espacés de façon régulière épaulent le parement intérieur du côté ouest (fig. 144 à 147).

Fig. 144. Le rempart R3 des Petites Caisses. Vue vers le nord des sections 3 puis 2. La première assise est posée sur les colluvions recouvrant le substrat rocheux.

Fig. 144. Le rempart R3 des Petites Caisses. Vue vers le nord des sections 3 puis 2. La première assise est posée sur les colluvions recouvrant le substrat rocheux.

Fig. 145. Le rempart R3 des Petites Caisses. Vue vers le sud de la section 4. Au fond, vestiges des contreforts intérieurs détruits du rempart.

Fig. 145. Le rempart R3 des Petites Caisses. Vue vers le sud de la section 4. Au fond, vestiges des contreforts intérieurs détruits du rempart.

Fig. 146. Le rempart R3 des Petites Caisses et son contrefort C1 (section 4). Leur assise de base est directement posée sur le substrat rocheux.

Fig. 146. Le rempart R3 des Petites Caisses et son contrefort C1 (section 4). Leur assise de base est directement posée sur le substrat rocheux.

Fig. 147. Le rempart R3 des Petites Caisses et le contrefort C1, plan de détail. Le bloc allongé en couleur montre que le mur et son contrefort sont contemporains.

Fig. 147. Le rempart R3 des Petites Caisses et le contrefort C1, plan de détail. Le bloc allongé en couleur montre que le mur et son contrefort sont contemporains.

3Au nord, la muraille s’appuie sur la paroi calcaire qui forme ici une falaise escarpée. Puis il suit l’inclinaison du terrain en descendant vers la falaise méridionale dominant le piémont de Jean-Jean. Conservé sur une distance de 49 mètres, il protège ainsi la moitié supérieure du versant. Au-delà, dans la partie inférieure de la pente, il disparaît et son prolongement dans la même direction est hypothétique. L’étude du terrain ne livre aucune indication (tranchée de récupération des blocs, talus d’éboulis) et divers sondages pour le retrouver se sont révélés négatifs. Tous ses matériaux ont vraisemblablement été récupérés pour d’autres constructions et le manteau de colluvions qui continue à se former a fait disparaître toute trace de son emplacement et de celui de sa porte.

4Cependant, un prolongement en ligne droite vers le bas du versant paraît logique, compte tenu de la configuration du relief. Le sondage 2001.2, pratiqué à l’endroit où l’axe du rempart rejoint le début de la falaise méridionale, a mis en évidence les vestiges d’une éventuelle tour d’angle (fig. 141) dont le mode de construction est proche de celui du rempart. On peut probablement les mettre en relation avec ce dernier ainsi qu’avec le parapet défensif R6 surmontant le sommet de cette falaise. Cette construction a été édifiée dans une zone où la falaise de plus en plus basse cesse d’apporter un avantage défensif naturel. Elle est d’autre part exactement placée dans l’axe de la partie conservée du rempart. Un alignement de blocs quadrangulaires de forte taille forme, du sud-ouest au nord-est, un élément de mur continu sur 6 mètres de longueur au moins. Un autre mur fait de blocs polygonaux de moindres dimensions lui est perpendiculaire et crée une sorte de caisson. Il pourrait s’agir des vestiges résiduels d’une tour en saillie qui renforçait l’angle des deux murs R3 et R6. Le remplissage de cette tour, probablement pleine à l’origine, a aujourd’hui disparu. L’érosion plus forte au bas du versant a supprimé toute information stratigraphique. Aucun sol n’a été conservé et les tessons dans la terre de surface retenue par ce mur ne peuvent servir à une datation de la construction. Diverses époques sont en effet représentées : les VIe et V e siècles (anse d’amphore étrusque, anse d’une imitation de coupe ionienne, grand col de céramique non tournée), le Ier s. av. J.-C. (notamment des urnes modelées des ateliers des Alpilles datées des années 30 av.-20 ap. J.-C. et des parois fines du début de l’époque augustéenne).

Étude de la partie conservée du rempart

5L’état de conservation de la partie du rempart actuellement visible est inégal selon les sections (fig. 143).

6Dans la section de raccordement avec la falaise de l’oppidum (section 1), le rocher calcaire en forte pente affleure partout. Le tracé est cependant concrétisé par divers indices : des pierres éparses ; puis une encoche carrée (0,60 m de côté ; prof. max. 0,125 m) taillée dans la roche pour asseoir un des blocs du parement extérieur ; une série de trois grandes entailles (L. 1,50 m ; l. 0,80 à 1,0 m ; h. 0,60 à 0,80 m) où plusieurs blocs sont encore en place. Les gradins naturels de la roche ont été plus ou moins aménagés pour donner une meilleure assise à la construction. Les encoches sont légèrement décalées en avant de l’axe général du parement extérieur. À cet endroit en effet, le rempart oblique légèrement vers le nord-est pour rejoindre un rentrant naturel de la falaise, lequel a été également retaillé.

7Dans la section suivante (section 2), la pente du substrat rocheux est très raide et la couverture terreuse très mince. Le mur à deux parements est fait de gros blocs posés directement sur le rocher. Trois contreforts (C7, C8 et C9) affleurent à la surface du terrain. Les autres n’ont pas encore été dégagés.

8Dans la section 3 (fig. 144), le rempart est interrompu sur une longueur de 2 à 3 mètres. Aucun bloc n’est en place sur la couche de colluvions recouvrant le substrat rocheux et ce dernier ne porte pas de trace d’aménagement. L’hypothèse d’une porte à cet emplacement ne peut être envisagée, faute d’indices archéologiques.

9Le rempart est ensuite conservé sur une longueur de 12 mètres (section 4). Il comporte encore une ou deux assises de gros blocs. Trois contreforts perpendiculaires (C1, C2 et C6) sont encore visibles (fig. 145, 146). Construits en même temps que la courtine, ils lui sont étroitement liés, comme le montre notamment l’extrémité profondément engagée dans cette dernière d’un grand bloc allongé appartenant au contrefort C2 (fig. 147).

10L’extrémité sud (section 5) a été presque totalement détruite et ses pierres récupérées. Cependant, plusieurs éléments architecturaux isolés reposant directement sur le rocher permettent de retrouver son tracé sur une longueur de 8 mètres (fig. 143). On peut observer successivement, du nord au sud, les vestiges de trois contreforts : tout d’abord, un bloc, unique vestige du contrefort C3 ; puis un second contrefort (C4) mieux conservé ; enfin, deux blocs importants. L’un d’eux, complété par quelques pierres, représente le reste d’un contrefort (C5), tandis que le second est le seul témoin à cet emplacement du parement extérieur du rempart.

  • 160 Cf. infra, sondage 2002.1.

11Immédiatement après le contrefort C5, le rempart disparaît totalement. Mais la fouille a montré qu’il surmontait les vestiges d’une construction antérieure ainsi qu’une grande fosse dépotoir160.

Technique de construction

  • 161 L’adjectif cyclopéen est conforme à la définition donnée par Ginouvès-Martin 1985, I, p. 97 et p (...)

12La base du rempart encore en place est essentiellement construite à l’aide de gros quartiers de roche, selon un type d’appareil cyclopéen161. Les dimensions de ces blocs sont variables, mais leur emploi est très judicieux. Les plus gros sont placés en boutisse ou en carreau le long du parement extérieur du rempart, tandis que d’autres, de taille moindre, composent le parement intérieur. Les interstices entre ces éléments volumineux sont comblés par des blocs de petite dimension et des éclats de taille assez compactés. En revanche, les blocs des contreforts sont de taille inférieure.

13La stabilité de cette muraille était certes renforcée par les contreforts. Mais, en l’absence de liant d’argile ou de mortier et d’une fondation bien ancrée dans le substrat, elle restait encore relativement fragile et ne pouvait résister bien longtemps à du matériel de siège. Sa construction peut cependant s’expliquer par l’urgence de se protéger d’un danger soudain et peut-être aussi par la volonté de marquer, de façon ostentatoire, les limites de ce quartier de l’agglomération.

Assiette de l’ouvrage

14Les constructeurs ont suivi la pente naturelle du terrain. Le profil très irrégulier du substrat rocheux est le plus souvent masqué par un horizon colluvial peu épais recouvert par endroits par une mince couche de terre arable.

15Plusieurs sondages stratigraphiques ont été effectués contre la muraille. Aucun n’a révélé de traces d’une tranchée de fondation. Plusieurs cas de figure se présentent.

16Lorsqu’il était peu profond ou à nu, les constructeurs ont bâti directement sur la surface du rocher. Les blocs de l’assise de base sont alors posés sur un plan du substrat égalisé par martèlement. Dans la section 1 dont la pente remonte fortement vers l’oppidum, certains blocs sont placés en appui, sans préparation préalable, contre le flanc des bancs calcaires. D’autres ont été fondés plus solidement dans des cavités en partie naturelles ou creusées en profitant des diaclases et des plans de stratification.

17Le plus souvent, l’assise de base repose directement sur la faible couverture colluviale du substrat. On peut ainsi l’observer dans la section 3 où le rempart est interrompu sur 2 mètres de longueur (fig. 144). Un sondage sur toute la largeur de cet intervalle n’a pas permis de retenir l’hypothèse d’une porte charretière, car aucun vestige d’une surface de roulement ou d’un sol de circulation n’a été reconnu. Le rocher porte en revanche de petites ciselures créées par le ruissellement de l’eau de pluie chargée en acide carbonique, ce qui montre qu’il a connu une période à l’air libre avant d’être recouvert par les colluvions. La stratification régulière des lits superposés de cailloux colluviaux – chacun étant caractérisé par le calibre, la pente et la densité des matériaux – montre qu’il s’agit de formations naturelles et non du comblement d’une tranchée de fondation ou de récupération par l’homme ou les éléments.

18Les constructeurs ont donc utilisé comme assise le substrat rocheux lorsqu’il était à faible profondeur ou à nu. Ailleurs, là où des ressauts naturels du versant rocheux avaient retenu une couche de sédiments plus importante, ils ont posé les premiers blocs sur le terrain naturel ou en l’entamant peu profondément. C’est notamment le cas entre les contreforts C1 et C2 de la section 4.

Les contreforts intérieurs

19Huit contreforts ont été identifiés. D’autres doivent encore subsister, le parement intérieur n’ayant pas fait l’objet d’un dégagement complet. On a déjà vu que les contreforts 3, 4 et 5 étaient en grande partie détruits, mais d’autres, bien mieux conservés (en particulier C1 et surtout C8) permettent une restitution satisfaisante.

20Il s’agit de massifs comprenant de gros blocs et surtout des pierres moins considérables, longs de 1,40 et larges de 0,70 à 0,80 mètre (fig. 146, 147). Certains (C2 par exemple) sont directement accolés au parement intérieur. Mais d’autres (notamment C1) comportent sur le côté au moins un bloc allongé engagé profondément dans le parement intérieur du rempart, ce qui établit la simultanéité de leur construction.

21La largeur des intervalles entre les contreforts n’est pas d’une régularité parfaite. Elle varie entre 2,30 et 2,60 mètres. Tous ceux qui ont été dégagés jusqu’à leur base reposent directement sur le substrat rocheux. Le contrefort C8 utilise un emmarchement naturel formé par un ressaut de la pente rocheuse. Sa base se trouve sur une surface plane stable tandis que son flanc nord est soutenu par la paroi verticale du rocher qui forme ici une sorte de contremarche.

22L’espacement relativement régulier des contreforts (3,80 m environ) et leur longueur permettent de leur assigner un double rôle. De façon évidente, ils étaient destinés à consolider le rempart. Mais ils pouvaient également supporter une passerelle légère en bois pour permettre la surveillance et la défense du périmètre à protéger.

Le matériau utilisé

23La pierre est le seul matériau de construction dont l’emploi soit certain. La partie inférieure du rempart est apparemment montée à sec, sans le secours d’un liant argileux dont il ne subsiste pas de trace dans les joints. Pour stabiliser les blocs, les intervalles ont été simplement remplis au fur et à mesure de la pose par des cailloux (colluvions ou éclats de taille) mélangés à de la terre. L’élévation aujourd’hui détruite était apparemment construite en pierre. Tous ses blocs ont été démontés et emportés par les récupérateurs de matériaux, car il n’existe pas de talus d’éboulis de part et d’autre des parements. L’utilisation éventuelle d’adobes dans la partie supérieure n’a pas laissé de traces, aucun amas de terre argileuse n’ayant été observé de part et d’autre de la base du mur.

24La roche employée est exclusivement un calcaire crétacé de l’ère secondaire (étage rognacien) qui affleure sur place. C’est une pierre froide qui se prête mal à la taille au ciseau, même s’il est possible d’en rectifier grossièrement la forme avec une massette. La disposition des strates sur le flanc sud de l’oppidum qui a servi de carrière proche a facilité le travail d’extraction. Les bancs de la roche, épais de 0,45 à 0,90 mètre, présentent un fort pendage vers le sud. Il suffisait de tirer parti des plans de rupture créés par les joints de stratification et les diaclases pour détacher assez facilement des quartiers de roche et les faire rouler sur le versant.

Technique de taille et dimensions des blocs

25L’extraction, le dégrossissage et la taille du calcaire crétacé local sont des opérations souvent délicates, car ce matériau n’est pas toujours homogène et peut éclater sous le choc des outils.

26Manifestement, certains des blocs utilisés dans la construction sont des blocs de découverte mis en place sans la moindre retouche. En revanche, le plus grand nombre d’entre eux présentent une morphologie qui ne peut être le résultat du hasard et ils portent très souvent des impacts d’outils.

27Ces traces semblent correspondre à l’emploi de la masse, du têtu, et dans une moindre mesure de la massette et de la broche. Il n’a pas été observé de traces de coins ayant pu servir au débitage des blocs. C’est en multipliant les coups sur la roche qu’elle se fracturait et que l’on obtenait des blocs de la taille voulue. Il ne fallait pas que le volume des blocs soit supérieur à ce qui, en fonction des techniques de l’époque, était susceptible de pouvoir être levé, transporté et mis en place. Le poids des blocs les plus imposants, en évaluant la densité du calcaire crétacé local à 2,4 t/m3, ne dépasse pas 1200 kg et leur volume un demi-mètre cube. Ils sont évidemment employés dans les parties les plus basses du rempart.

28La face la plus plane de chaque bloc a été choisie comme face de parement. Cette notion de planéité est à relativiser très fortement, ces faces étant dressées de façon très grossière. Les bosses et les pointes ont été seulement supprimées à la massette ou au têtu afin de ne pas gêner la pose des autres blocs. Sur la face de parement de quelques blocs, un cadre périphérique se distingue parfois. Il semble avoir été traité à la chasse, avec par endroits des retouches à la broche.

29Les lits de pose et d’attente et les multiples faces de joint sont simplement dégrossis. Quant à la face arrière qui était cachée dans l’épaisseur du mur, elle est brute de débitage en carrière. Parfois, lorsque le bloc est prismatique, sa queue se termine en pointe plus ou moins tronquée obliquement.

30On ignore le calibre des éléments de l’élévation et la hauteur de celle-ci. En ce qui concerne la base, qui a conservé une à deux de ses assises, les blocs des deux parements sont importants. Ceux du parement externe, plus gros et de forme souvent allongée (longueur de 0,80 à 1,25 m), sont disposés perpendiculairement à l’axe de la muraille, formant ainsi une boutisse incomplète. Dans ce cas, pour conserver la largeur du rempart, on a employé pour le parement interne des blocs de grosseur moyenne (0,40 x 0,50 - 0,70 m), ou bien, plus rarement, d’autres disposés en carreaux, plus étroits mais pouvant atteindre jusqu’à 0,80 à 1 mètre de long. Les interstices entre les parements sont remplis par des blocs de petites dimensions et des éclats de taille associés à du cailloutis.

2. Données stratigraphiques

31Plusieurs sondages ont été réalisés de façon à préciser la datation du rempart (fig. 148, 149, 150). Certains ont révélé les traces d’un habitat antérieur.

Fig. 148. Le rempart R3 des Petites Caisses, sondage 2002.1  : plan des vestiges d’un habitat (état 1) antérieur à la courtine (état 2). Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 148. Le rempart R3 des Petites Caisses, sondage 2002.1  : plan des vestiges d’un habitat (état 1) antérieur à la courtine (état 2). Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 149. Rempart R3 des Petites Caisses, données stratigraphiques. Sondage 2002.1, coupe sud-nord. Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 149. Rempart R3 des Petites Caisses, données stratigraphiques. Sondage 2002.1, coupe sud-nord. Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 150. Rempart R3 des Petites Caisses, données stratigraphiques. Coupes ouest-est. Section 3 : a- sondage 2002.2 ; b- sondage 2002.3. Section 4, intervalle C1-C2, sondage 2002.4 : c et d. Échelle d’origine : 1/20.

Fig. 150. Rempart R3 des Petites Caisses, données stratigraphiques. Coupes ouest-est. Section 3 : a- sondage 2002.2 ; b- sondage 2002.3. Section 4, intervalle C1-C2, sondage 2002.4 : c et d. Échelle d’origine : 1/20.

32En sous-sol, le substrat calcaire (Us 06), dont la pente générale vers le sud est assez forte, est formé par des bancs en marches d’escalier qui lui confèrent un profil très irrégulier. On peut donc selon les endroits le rencontrer à faible profondeur (0,20 à 0,30 m) ou bien, au contraire, se trouver en présence de creux importants avec un remplissage sédimentaire épais et stratifié.

Habitat et fosse dépotoir sous le rempart (sondage 2002.1)

33Un sondage de 23 m2 a été implanté immédiatement au sud de la section 5, au début de la partie détruite du rempart. À cet emplacement, la pente du substrat rocheux s’accroît et la couverture terreuse devient beaucoup plus forte lorsque le profil irrégulier du rocher crée des creux notables. Elle masquait une grande fosse ayant servi de dépotoir ainsi que les vestiges d’une habitation antérieure au rempart.

Les vestiges des murs (fig. 148)

34Leur épaisseur est de l’ordre de 0,50 mètre. Le parement sud du mur MR1 est relativement soigné (même s’il ne présente pas d’assises horizontales et si son appareil est irrégulier). Il a été élevé sur le substrat calcaire préalablement nivelé. En revanche, son parement nord, qui n’offre pas une face régulière et bien construite destinée à être vue, a été monté directement sur le cailloutis colluvial (Us 05) recouvrant le substrat rocheux (fig. 149). Le mur MR2, seulement conservé sur une longueur de 3 mètres, forme à l’extrémité orientale de MR1 un retour perpendiculaire vers le nord. Le muret MR3, bâti lui aussi directement sur le rocher, prolonge vers l’est le mur MR1, tout en étant plus étroit et de construction moins soignée.

35Le tracé de ces murs a permis de délimiter 4 secteurs de fouille : le secteur 1, au nord de MR1 ; les secteurs 2, 3 et 4, se succédant d’ouest en est au sud de MR1 et du muret MR3 (fig. 148).

La fosse du secteur 1 (fig. 149)

36Elle est située immédiatement au sud des derniers blocs encore en place du rempart (un bloc du parement intérieur et un autre bloc marquant l’emplacement du contrefort C5), contre le parement nord de MR1.

37Ce dernier a été établi au bas d’une rupture de pente du substrat rocheux, perpendiculairement à la pente du terrain. Les cailloutis colluviaux (Us 02a) qui remplissaient la dénivellation ont dû être entamés jusqu’à la roche, en créant ainsi une paroi presque verticale. La fosse qui en résulte, limitée par la paroi nord du mur et celle des colluvions, forme une cavité importante de section triangulaire, profonde de 0,80 mètre et large de 0,80 à 1,0 mètre au sommet, mais seulement de 0,20 mètre à la base. Cette cavité a servi de piège pour les sédiments entraînés par le colluvionnement sur le versant, mais aussi de dépotoir pour les habitants de l’endroit. Sous la couche de surface, le remplissage de la fosse présente une série de niveaux horizontaux se succédant de bas en haut.

Us 06

38Quelques vestiges de l’occupation de la fin du premier âge du Fer étaient en place à la surface du rocher. Il s’agit de tessons de céramique non tournée fine et noire (CNT-BER du V e s. av. J.-C.), de trois cols de CNT-PRO (dont un grand col de type U4 à bord arrondi, datable entre 625 et 250 av. J.-C.), d’un petit col nettement éversé dont la base est soulignée par un décor ondé, de débris de cuisine (mâchoire d’agneau, petites dents, débris avec traces de découpe) et de fragments d’un petit dolium à cordon rapporté de section triangulaire.

Us 05

39Au-dessus du rocher, on peut observer selon les endroits de la terre de décomposition de couleur brun rougeâtre ou des lambeaux d’une couche de cailloux colluviaux (ép. 0,10 m à l’est, 0,30-0,40 m à l’ouest). On trouve à l’intérieur des petits fragments d’os (déchets de cuisine) et des tessons non tournés, informes pour la plupart.

40Le parement nord de MR1 est peu soigné car il n’était pas destiné à être vu, la fosse servant de dépotoir ayant été comblée rapidement. Il a été construit sur la couche que les bâtisseurs n’ont pas toujours estimé utile de décaper entièrement pour fonder leur construction sur la roche, la stabilité leur semblant suffisante.

41Quelques tessons (carène anguleuse de coupe en céramique monochrome du V e s. av. J.-C., petit fragment d’amphore massaliète, céramique claire peinte de Marseille) sont les indices d’une première occupation des lieux à la fin du premier âge du Fer. Le mur MR1 est postérieur à la formation de cette Us. Mais les éléments permettant de préciser la date de sa construction sont très rares. Néanmoins un bord d’urne trouvé à la surface de la couche (forme U5b2), antérieur à 75 av. J.-C., indique que ce mur a été édifié au plus tard durant le premier quart du Ier s. av. J.-C.

Us 04

42Cette couche masque selon les endroits des remontées du rocher calcaire ou la couche de cailloutis qui le recouvre. La terre argilo-calcaire contient de l’humus qui lui donne sa couleur brun clair. Elle s’est accumulée dans le fond de la fosse peu après la construction du mur.

43Elle renferme uniquement un petit amas de fragments d’os portant des traces de découpe, un morceau de torchis cuit, quelques tessons informes de céramique modelée qui ne permettent pas de dater avec précision sa formation. Seul un tesson de vase non tourné des ateliers des Alpilles peut fournir comme Terminus Ante Quem à la construction du mur l’extrême fin du IIe ou le tout début du Ier s. av. J.-C.

Us 03

44Lit peu épais (0,005 m) de terre argileuse jaunâtre, fine et peu tassée, comportant quelques débris d’os à plat sur sa surface.

45Il ne s’agit évidemment pas d’un sol d’habitat si l’on considère l’étroitesse du lieu, ni d’un aménagement volontaire, mais vraisemblablement de terre provenant d’une structure en adobes altérée par l’eau lors d’une période pluvieuse.

46Les débris d’amphore italique Dr.1A et la céramique non tournée de Provence (formes U5b2, U7) indiquent une formation comprise entre les années 125 et 75 av. J.-C.

Us 02c

47Couche de terre argilo-calcaire de couleur beige à jaunâtre renfermant quelques colluvions. La céramique est toujours présente avec un fragment du bord de dolium déjà présent plus haut en couche 2a, des fragments d’amphore italique et de céramique claire récente, d’autres informes de céramique non tournée de Provence. Les éléments les plus intéressants pour la datation sont les bords éversés d’urnes U5 qui sont antérieurs à 75 av. J.-C. Malgré la différence de nature des matériaux entre la partie supérieure et le bas de la couche, il n’y a pas d’écart chronologique significatif entre la formation de ce niveau et de celui qui le surmonte.

Us 02b

48Remblai de comblement (ép. 0,40-0,50 m) de la partie supérieure de l’intervalle entre le talus 02a et le parement nord du mur MR1. La terre est également caillouteuse et d’origine colluviale comme celle du talus. Mais elle est beaucoup moins tassée et très riche en vestiges d’habitat. On y a observé :

  • Une quantité importante d’ossements d’animaux (os longs disposés en paquets, crâne de cheval dont le maxillaire inférieur a été retrouvé un peu plus loin, dents isolées, morceaux d’os portant des traces de découpe). Parmi les animaux représentés, on note la présence du cheval, du bœuf, du cochon ou du sanglier, du mouton, du lapin. Plusieurs des sujets sont jeunes ou immatures.

  • Une grande quantité de mottes d’une terre argileuse jaunâtre durcie, portant des empreintes de brindilles et perforées de cavités tubulaires de diamètre millimétrique (débris végétaux brûlés) qui en allègent le poids. Un fragment plus important (ép. 9 cm) apporte l’explication de leur provenance. Une de ses faces est plane et lissée. La face opposée porte des empreintes de brindilles dans toutes les directions, ce qui indique qu’elle a été appliquée à cru sur des matériaux végétaux au moment de sa fabrication. Il n’y a pas de traces de branchages. Trois trous cylindriques disposés en quinconce (5 cm de diamètre au maximum) perforent la pièce de part en part. Ces vestiges ont appartenu à la grille d’un four réalisée avec du torchis probablement en contact avec la paille et les brindilles remplissant la future chambre de cuisson. Ce four, probablement destiné à la cuisson des aliments, n’a pas servi très longtemps.

  • Des fragments beaucoup moins nombreux de céramiques diverses : anse d’amphore Dr. 1A et culot de Dr. 1B, débris de dolium peigné, bord de petit dolium, grand col modelé à bord divergent (CNT-PRO U5a1 antérieur à 100 av. J.-C.), fragment de col divergent plus mince (CNT-PRO U7a fabriqué après 125 av. J.-C.).

49Datation proposée pour le matériel céramique : dernier quart du IIe - début du premier quart du Ier s. av. J.-C.

Us 02a

50Dans la partie nord de la cavité, la terre et les cailloux colluviaux forment une couche compacte (ép. 0,40 m) qui repose directement sur le rocher. Cette formation naturelle résulte de deux facteurs conjugués : l’éclatement de la roche par le gel et l’action de la pesanteur faisant rouler les cailloux sur la pente. La couche a été coupée du côté sud par un talus presque vertical, de façon à aménager un espace de travail pour la mise en place du mur MR1. Aucun matériel archéologique notable n’a été recueilli.

Us 01

51C’est une couche de surface à fort pendage vers le sud, qui recouvre la totalité du sondage en dissimulant le sommet des murs. La terre, caillouteuse et pauvre en humus, abonde en tessons de céramique entraînés sur les pentes du versant. Leur inventaire reflète bien la chronologie de l’occupation dans cette partie de la zone archéologique. On a rencontré de très rares tessons du premier âge du Fer, une fusaïole ronde en terre cuite, et surtout une abondante céramique des IIe et Ier s. av. J.-C. Il s’agit principalement de fragments d’amphore italique Dr. 1A et 1B, de dolium, de divers vases non tournés de Provence (notamment des bords et des fragments de panse de forme CNT-PRO U5 antérieure à 75 av. J.-C. ainsi que des bords de jatte).

52La céramique de la fin du Ier s. av. J.-C. et du début de notre ère est seulement représentée par deux bords non tourné des ateliers des Alpilles, datés des abords du changement d’ère (urnes CNT-ALP 1a6 et 1a et un bord d’amphore Dr.7/11 à pâte jaunâtre).

Stratigraphie dans la partie est du secteur 1

53Sur le bord de la fosse, l’extrémité nord-est du secteur 1 est surmontée par le grand bloc isolé appartenant au parement intérieur du rempart R3 et par le mur MR2. La couche de terre présente de bas en haut plusieurs strates.

Us 09

54Surface de construction du rempart en même temps que sol de circulation contemporain de son utilisation, établie sur le rocher ou sur une couche compacte de cailloutis colluvial qui atteint son épaisseur maximale au nord du mur MR1. Cette surface terreuse ponctuée par des gravillons a été tassée par la circulation. On y a recueilli quelques vestiges posés à plat : un peu d’os (tête de gigot de mouton, fragment avec traces de découpe), quelques tessons (dont une grande anse pseudo bifide de cruche modelée U8a de grande contenance, et un épaulement d’une urne U5b2 antérieure à 75 av. J.-C.).

Us 08

55Couche de terre argileuse de couleur beige jaunâtre mélangée à des graviers, provenant de structures de terre fondues sous l’action des éléments.

Us 07

56Couche de terre brun clair et de cailloutis colluvial, renfermant quelques tessons très usés. Formation de pente d’origine naturelle.

Us 01

57Couche de surface, ici très pauvre en matériel. On notera quand même un beau morceau de mortier non tourné à bord triangulaire (CNT-PRO A24 des IIe-Ier s. av. J.-C.) imitant un mortier italique.

Stratigraphie du secteur 2 (fig. 149)

58Cet espace est limité du côté nord par le mur MR1. L’épaisseur de la couverture terreuse qui fossilise le parement sud est encore forte aujourd’hui (0,80 m), car le mur l’a protégée de l’érosion. Par suite de la pente du terrain, elle diminue progressivement vers le sud (0,30 à 0,40 m) et laisse même apparaître des remontées du rocher.

59La stratigraphie est simple. Après la couche de surface humique, parsemée ça et là des blocs d’un éboulis récent, on rencontre seulement deux couches principales :

Us 011

60Talus de terre argileuse de couleur jaune, compacte, dont la surface descend vers le sud, tandis que son épaisseur (0,20 à 0,40 m) diminue en s’éloignant du mur MR1 contre lequel il s’appuie. Ce sédiment a toutes les caractéristiques des couches provenant de la destruction de constructions en terre crue, désagrégées après leur abandon et étalées par les eaux de ruissellement.

61Sa mise en place s’étant faite progressivement, des vestiges divers ont été enfouis dans sa masse : débris d’os d’animaux, tessons usés de céramique (modelée uniquement), la plupart du temps difficilement datables, parce que fabriqués pendant une longue période. On notera tout de même la présence de rares fragments de céramique des ateliers des Alpilles du Ier s. av. J.-C. (avec notamment un bord d’urne 1a1 fabriqué entre 100 et 40 av. J.-C.) et de deux bords de céramique non tournée de Provence de forme U7 datable entre 125 et 1 av. J.-C. L’habitat a donc été abandonné dans le courant de la première moitié du Ier s. av. J.-C.

Us 010

62C’est une couche de terre faiblement humique, de couleur brun clair, dans laquelle sont dispersés des cailloux colluviaux (épaisseur de la couche : 0,20 à 0,30 m). La pente vers le sud est sensible. La présence de tessons la plupart du temps très usés, voire informes, s’explique par la descente progressive des matériaux de toutes sortes sur le versant. Les éléments les mieux identifiables sont un bord de mortier CNT-PRO A23 (-375/-100), un bord d’urne U6b (-300/-50), un bord d’urne CNT-ALP 1a1 (-100/-40), une anse pseudo bifide de cruche CNT-PRO U8a (-250/-1).

63Cette couche s’est donc formée progressivement après la fin de l’occupation, entre 100 et 50 av. J.-C. sans que l’on puisse être plus précis.

64Au sud du mur MR1, le substrat rocheux (Us 06) a été piqueté de façon à former un plan horizontal régulier. C’est sur cette surface plane que le parement sud du mur MR1 a été édifié. Comme on l’a vu précédemment, ce n’est pas le cas du parement nord construit directement sur la couche de cailloutis de l’Us 05. La surface ainsi aplanie a une largeur à peu près constante de 1,30 mètre, puis le rocher reprend un profil irrégulier, avec d’importantes diaclases recouvertes elles aussi par la couche argileuse de l’Us 011. Ce nivellement au pied d’un mur bien parementé a demandé un travail considérable, et il paraît logique de l’interpréter comme un sol d’habitation. Cette hypothèse implique qu’il ait été prolongé par un sol de terre établi sur un remblai remplissant les diaclases, de manière à former un plan horizontal suffisant. Mais ce remblai a été totalement érodé et le rocher mis à nu.

Coupes du rempart R3

Section 3

Sondages 2002.2 (fig. 150a) et 2002.3 (fig. 150b)

65Le substrat rocheux, dont la profondeur est faible (0,40-0,60 m), présente une pente régulière et modérée vers le sud. Il est masqué par une couche peu épaisse de terre de décomposition argilo-calcaire (Us R3085), elle-même recouverte par des colluvions caillouteuses (Us R3084). Ces niveaux ne renferment que de rares tessons très usés et mal identifiables qui ont été entraînés par le ruissellement sur le versant.

66Quelques blocs de la base du rempart sont encore en place. Ils ont été simplement posés à la surface de la couche de terre R3085, sans tranchée de fondation préalable, et ont été depuis plus ou moins ennoyés par les cailloutis colluviaux.

Section 4

Sondage 2002.4 dans l’intervalle entre les contreforts C1 et C2 (fig. 150c et d)

67Le rempart était recouvert par les Us R3081 et R3082, alors que les couches R3083, 3084 et 3085 s’appuyaient contre son parement intérieur. La couche (Us 3087) qui surmonte le rocher passe sous sa base.

  • 162 Cf. supra, chap. 1, § 1.

68Des traces d’un fond de cabane antérieur à l’édification du rempart ont été observées. En effet, le substrat rocheux (Us R3089) a été entaillé sur 0,70 mètre de hauteur de façon à aménager une paroi verticale, et nivelé horizontalement pour créer un sol. Un trou de poteau quadrangulaire de 0,25 m de côté (Us R3088) a été également creusé dans la roche. Par la suite, lors de la construction du rempart, le grand bloc allongé du contrefort C2162 a été posé à l’aplomb de cette paroi, perpendiculairement à l’axe de la muraille dans laquelle il est engagé (fig. 147).

69Le fond de cabane a été ensuite fossilisé par une couche de terre argileuse de couleur jaune beige (adobes fondus) mélangée à des cailloux colluviaux (Us R3087). La formation de cette couche s’est faite au début du Ier s. av. J.-C. Elle renferme en effet à la fois des tessons plus anciens apportés par le ruissellement ou le colluvionnement et des tessons du Ier s. av. J.-C. Elle contient aussi des débris d’os et de corne ainsi que des dents d’animaux.

70Matériel de l’Us R3087 : col d’urne CNT-PRO U1 des VIIe-VIe s. av. J.-C., coupe de céramique grise monochrome des VIe-V e s., amphore étrusque à pâte orangée et engobe crème, coupe CNT-BER du V e s., fond d’olpé à pâte claire de Marseille, céramique des ateliers des Alpilles et pied de céramique campanienne A tardive du Ier s. av. J.-C.

71Les blocs de la base du rempart ont été posés à même la surface naturelle de cette couche qui servira ensuite de sol de circulation. Un petit foyer lenticulaire (Us R3086), établi contre le parement interne, a peut-être été utilisé au moment de la construction.

72Plusieurs couches successives se sont ensuite formées. La plus ancienne (Us R3085), peu épaisse (0,10 m), est composée par de la terre argileuse beige. La végétation naturelle qui poussait au pied du rempart a laissé des traces d’humus. Les rares tessons retrouvés (dolium, céramique à pâte claire de Marseille du IIe siècle et céramique non tournée de Provence) ne fournissent pas d’indications chronologiques précises.

73L’ouvrage est ensuite abandonné. Des lits de colluvions (Us R3084, R3082) et de pierres (Us R3083) le fossilisent. Les blocs sont enlevés pour être employés ailleurs ou débités. L’actuelle couche de terre de surface colorée par l’humus se forme en dernier lieu. La céramique (dolium, amphore, céramique non tournée des Alpilles, imitation non tournée de coupe campanienne A27) indique que cet abandon est antérieur à la fin du Ier s. av. J.-C.

Sondage 2002.5 dans l’intervalle entre les contreforts C1 et C6

74Ce sondage apporte quelques éléments de datation supplémentaires pour la période de construction et d’utilisation du rempart. La couche de terre et de colluvions recouvrant le substrat (Us 3087), antérieure à l’édification de la courtine, est très pauvre en éléments de datation : débris peu parlants de dolium et d’amphore, grand col de céramique non tournée de Provence de type U2 daté entre 625 et 575 av. J.-C. Mais un tesson d’urne non tournée (type CNT-PRO U7) permet cependant de placer la formation de cette couche entre le dernier quart du IIe s. av. J.-C. et le début du suivant. Une confirmation est apportée par la surface qui constitue son sommet. Elle correspond à la fois au sol de construction du rempart et à la surface de circulation contemporaine de son utilisation. Outre divers fragments de céramique modelée, elle a livré un tesson de mortier italique du type COM-IT 2b (antérieur à 75 av. J.-C.), à lèvre épaisse et bombée.

Conclusions

75Les analyses stratigraphiques précédentes permettent de formuler plusieurs conclusions.

76Les structures dégagées appartiennent à un habitat antérieur au rempart. La construction a nécessité certains travaux préparatoires : aplanissement du rocher du côté sud, creusement important dans la couverture colluviale pour fonder solidement le mur MR1. La cavité subsistant derrière ce mur a ensuite servi de dépotoir. Son comblement, contemporain de l’occupation de l’habitat, a été rapide.

77Le rempart R3, aujourd’hui disparu à cet emplacement, a été bâti sur les ruines de cet habitat, dont la destruction lui fournit un Terminus Post Quem.

78Cette partie du versant méridional ne paraît plus occupée après le début de notre ère, ce qui n’est pas le cas non loin de là plus à l’est ou à la base même du versant. L’habitat dans cette zone du versant semble s’être rétracté dans des limites plus étroites dès le début de l’Empire.

3. Datation du rempart R3

79La datation du rempart R3 est difficile à établir, dans la mesure où le rempart n’a pas servi d’appui à des habitations contemporaines de son utilisation.

80Pour l’établissement d’une fourchette chronologique, on doit relativiser la valeur de Terminus Ante Quem (sans la négliger pour autant) des tessons retrouvés dans la terre arable fossilisant superficiellement certains secteurs du rempart. Ce sont essentiellement des céramiques non tournées de fabrication locale ou régionale de la fin de l’âge du Fer (céramique non tournée de Provence ; céramique des ateliers des Alpilles (par exemple un bord d’urne 1a6 daté entre 30 av. et 20 ap. J.-C.) ; céramiques tournées importées (bord de mortier italique COM-IT 8d daté entre 200 et 50 av. J.-C. ; campanienne A, céramique claire récente). Mais on retrouve aussi de rares fragments de céramique claire B jetés tardivement dans un secteur du versant depuis longtemps abandonné.

81Les données de fouille permettent néanmoins de discerner plusieurs phases successives.

Phase 1. Un habitat antérieur au rempart

82Une partie du matériel céramique des Us 05 et 06 du sondage 2002.1 montre une première occupation du versant aux VIe-V e s. av. J.-C.

83Puis un nouvel habitat se développe à la fin du deuxième âge du Fer sur le futur emplacement du rempart (sondage 2002.1). L’étude de la céramique trouvée dans la fosse dépotoir indique une construction du mur MR1 à la fin du IIe ou au tout début du Ier s. av. J.-C. L’utilisation des urnes CNT-PRO U5b, produites essentiellement au IIe siècle, se poursuit au plus tard jusque vers 75 av. J.-C., tandis que la production de la céramique CNT-ALP ne commence que modestement aux alentours de 100. Le fond de cabane taillé dans le rocher (sondage 2002.4) a été probablement aménagé durant la même période.

Phase 2. Construction et utilisation du rempart

84Le Terminus Post Quem de la construction du rempart (fin du IIe s. ou premier quart du Ier s. av. J.-C.) est fourni par l’habitat du sondage 2002.1 qui lui est à peine antérieur. Cette datation est confirmée par les rares tessons retrouvés à plat sur le sol de construction du rempart : mortier italique (200 à 75 av. J.-C.), urne CNT-PRO U5b2 (250 à 75 av. J.-C.), cruche U8a (250 à 1 av. J.-C.). Tout comme l’habitat qui l’a précédé de peu, le rempart R3 a donc été bâti aux alentours de 100 av. J.-C.

85Malheureusement, on ne dispose que de très rares indications permettant de connaître sa durée d’utilisation. Les couches qui se sont accumulées contre les parements de la muraille commencent à se former avant le milieu du Ier s. av. J.-C. (sans qu’on puisse être plus précis) et ne contiennent pas de matériel céramique plus tardif. Quant aux tessons de céramique CNT-ALP 1a6 (30 av. à 20 ap. J.-C.) et 1a10 (15 av. à 20 ap. J.-C.) de la couche de surface masquant son sommet actuel, ils précèdent de peu le changement d’ère. Dans ces conditions, on est en droit de penser que le rempart était déjà abandonné au début de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. Il aurait donc connu une durée d’utilisation très courte, vraisemblablement entre 125-90 et 50-40 av. J.-C.

Phase 3. Destruction du rempart

86À la fin du Ier s. av. J.-C, le rempart, abandonné depuis longtemps, était déjà devenu une carrière de matériaux. Et par la suite, une grande partie de sa courtine sera totalement rasée. Plus au nord, des fosses ont été creusées à l’emplacement de plusieurs contreforts pour en récupérer les matériaux. Celle du contrefort C5 renfermait quelques tessons de la fin de l’âge du Fer que l’on trouve fréquemment à la surface du versant (débris de céramique modelée, de dolium et d’amphore), mais aussi des fragments de sigillée italique, notamment un bord d’assiette SIG-IT 12.2. à lèvre pendante bien détachée de la paroi, daté entre 15 av. et 20 ap. J.-C.

87La récupération des matériaux du rempart s’est poursuivie durant les siècles suivants. La fosse du contrefort C4 a livré un fond d’amphore gauloise 4 fabriqué entre 80 et 200 ap. J.-C. Celle qui entamait l’extrémité du contrefort C2 était comblée par de la terre meuble, des pierres, et un matériel céramique très réduit ainsi que quelques esquilles osseuses. La partie supérieure du remplissage renfermait cependant quelques tessons de céramique claire B des IIe - IIIe s. ap. J.-C. Quelques autres fragments de céramique claire B ont été également trouvés près de l’extrémité sud de la section 5 du rempart, sur la dernière couche du cailloutis colluvial recouvrant le substrat rocheux.

88Le rempart R3 est donc un ouvrage construit un peu avant ou un peu après le début du Ier s. av. J.-C., sans qu’on puisse préciser davantage. Abandonné bien avant l’époque augustéenne, probablement dans les années 50-40 av. J.-C., il est devenu une carrière commode de matériaux à portée de main, les blocs étant employés en l’état ou débités sur place pour les plus considérables. Cette récupération était encore pratiquée au IIe ou au IIIe siècle de notre ère, ce qui montre bien que l’occupation s’est poursuivie à proximité dans le vicus voisin au moins jusqu’à la fin de cette période, mais de façon de plus en plus réduite. Puis elle s’est arrêtée et le prélèvement des matériaux encore en place a cessé définitivement.

4. Interprétation, restitution et comparaisons

89Le rempart R3 se présentait donc comme un mur linéaire accompagné éventuellement par une tour d’angle au sud. Sa partie supérieure comportait probablement une succession de plans horizontaux séparés par des décrochements verticaux situés au droit de chaque contrefort. Cette muraille, construite en pierre locale, devait atteindre une hauteur d’au moins trois mètres, avec un appareil de type cyclopéen à sa base.

90On ignore si le sommet du mur comportait un crénelage régulier de merlons nécessaire pour la défense. Dans le midi de la Gaule, non loin des sites marqués par les techniques poliorcétiques grecques (Marseille, Saint-Blaise, Glanum), de nombreux remparts de la fin de l’âge du Fer devaient comporter ce type d’aménagement. Une représentation régionale de crénelage (Bernard, Badie 2000-2007) nous est d’ailleurs fournie par un bloc gravé trouvé près de Marseille sur l’oppidum du Verduron (IIIe s. av. J.-C.). Mais aucun vestige de merlon n’a été conservé à Mouriès. Des merlons en petit appareil, compte tenu de leur morphologie, auraient exigé la taille d’un nombre très conséquent de moellons à plusieurs faces de parement perpendiculaires aux lits de pose et d’attente. Or le calcaire froid local est très difficile à travailler et sa taille aurait laissé sur place des éclats caractéristiques. L’emploi de la molasse plus tendre provenant d’autres sites des Alpilles (Les Baux, Fontvieille) est également à exclure, car sa taille aurait laissé sur place des déchets de taille ou des lits de brasier. L’hypothèse la plus vraisemblable serait donc celle de merlons de terre crue (adobes ?) dont le ruissellement a fait disparaître les traces.

91La largeur modeste du rempart (1,10 m en moyenne) était compensée par des contreforts intérieurs espacés plus ou moins régulièrement. Le système du mur à contreforts permet en effet de construire un mur moins épais, ce qui procure à la fois un gain de temps en même temps qu’une économie de matériaux. Les contreforts renforçaient la solidité du rempart tout en autorisant la mise en place d’un chemin de ronde démontable en planches.

  • 163 Cf. annexe 4.
  • 164 Tous nos remerciements vont à Henri Tréziny, spécialiste des fortifications grecques, qui, lors (...)

92Ce type de rempart à contreforts est directement inspiré par un modèle grec importé, celui du mur à ikria163 décrit par Philon de Byzance, historien et tacticien de la fin du IIIe s. av. J.-C. Il constitue à ce jour le seul exemple connu en Gaule de ce type particulier de muraille fortifiée, mis en oeuvre tout d’abord en Grèce, puis diffusé en Italie et en Sicile164.

Notes

160 Cf. infra, sondage 2002.1.

161 L’adjectif cyclopéen est conforme à la définition donnée par Ginouvès-Martin 1985, I, p. 97 et pl. 22 : « appareil formé de blocs bruts ou à peine dégrossis de très grandes dimensions, calés par des cailloux ou des éclats, et normalement liés par un mortier de terre ».

162 Cf. supra, chap. 1, § 1.

163 Cf. annexe 4.

164 Tous nos remerciements vont à Henri Tréziny, spécialiste des fortifications grecques, qui, lors d’une visite sur le site, a su reconnaître dans le rempart R3 une muraille à ikria, et qui a accepté de rédiger une note sur ce sujet.

Table des illustrations

Titre Fig. 141. Plan de masse et hypothèse de restitution de la partie orientale du faubourg des Petites Caisses (remparts R3, R4 et R6  ; localisation des sondages 2001-1, 2001-2 et 2002-1  ; vestiges de murs de l’habitat). Échelle d’origine : 1/200.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 142. Vue aérienne de l’éperon oriental de l’oppidum dominant le chemin de Cagalou et des remparts R3 et R4 des Petites Caisses. En bas à droite, la falaise méridionale qui sépare le faubourg du piémont.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 143. Plan du rempart oriental R3 des Petites Caisses et hypothèse de restitution des parties détruites, avec localisation du sondage 2002-1. Échelle d’origine : 1/100.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 144. Le rempart R3 des Petites Caisses. Vue vers le nord des sections 3 puis 2. La première assise est posée sur les colluvions recouvrant le substrat rocheux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 145. Le rempart R3 des Petites Caisses. Vue vers le sud de la section 4. Au fond, vestiges des contreforts intérieurs détruits du rempart.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 146. Le rempart R3 des Petites Caisses et son contrefort C1 (section 4). Leur assise de base est directement posée sur le substrat rocheux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 147. Le rempart R3 des Petites Caisses et le contrefort C1, plan de détail. Le bloc allongé en couleur montre que le mur et son contrefort sont contemporains.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 148. Le rempart R3 des Petites Caisses, sondage 2002.1  : plan des vestiges d’un habitat (état 1) antérieur à la courtine (état 2). Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 149. Rempart R3 des Petites Caisses, données stratigraphiques. Sondage 2002.1, coupe sud-nord. Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 150. Rempart R3 des Petites Caisses, données stratigraphiques. Coupes ouest-est. Section 3 : a- sondage 2002.2 ; b- sondage 2002.3. Section 4, intervalle C1-C2, sondage 2002.4 : c et d. Échelle d’origine : 1/20.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14772/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search