Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Quatrième partie. Les ouvrages défensifs du faubourg des Petites Caisses

Présentation

Texte intégral

  • 157 Cf. supra, 1re partie, chap. 1 et 4.
  • 158 Grâce à la poterne peut-être fortifiée de « l’entrée orientale » de l’oppidum (cf. la présentati (...)

1On doit tout d’abord rappeler157 qu’une grande partie du versant méridional de l’oppidum, appelée aujourd’hui les Petites Caisses, a été occupée de façon plus ou moins dense tout au long de l’âge du Fer, en constituant ainsi une zone d’habitat secondaire en liaison avec l’agglomération installée sur la hauteur158. La présence d’habitations est notamment indiquée par les nombreux tessons retrouvés en prospection sur toute sa surface, tels ceux d’amphore étrusque et d’urne non tournée de Provence (VIIe-V e siècles, périodes 1 et 2 de l’histoire de l’oppidum), les bords en quart de cercle d’amphores de Marseille des IV e et IIIe siècles (période 3), ou encore les fragments des diverses céramiques importées d’Italie aux IIe et Ier s. av. J.-C. (amphores, campaniennes, communes, sigillées). Ces témoignages de l’occupation sont le plus souvent les indices d’un habitat ouvert dont les constructions dispersées et faites de matériaux légers ont laissé peu de traces.

2Toutefois, comme l’attestent également les vestiges des murs qui affleurent un peu partout, il est désormais certain qu’au moins à la fin du IIe et au début du Ier s. av. J.-C., les Petites Caisses étaient devenues un faubourg fortement peuplé et protégé par plusieurs ouvrages défensifs (fig. 6, 141).

  • Deux remparts de modeste épaisseur, édifiés sur des habitations antérieures ruinées, barrant le versant d’une falaise à l’autre aux extrémités du faubourg :

    • À l’est, une longue muraille (R3) renforcée par des contreforts intérieurs (chap. 12).

    • À l’ouest, une muraille plus courte (R5) se reliant à une tour aménagée sur un piton rocheux contrôlant une zone d’entrée (chap. 13).

  • Les restes d’un troisième rempart (R4) beaucoup plus épais retrouvés dans la partie centrale de cet espace (chap. 14). Bien qu’il ne soit pas encore étudié et donc daté, il pourrait être plus ancien que les deux précédents.

  • Du côté sud, au sommet de la falaise qui domine le piémont méridional, un mur plus léger (R6) servant probablement de parapet défensif (chap. 14).

  • 159 Cf. infra, annexe 7 en fin d’ouvrage.

3Tout comme l’oppidum, le faubourg connaîtra un épisode de destruction à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C. Son origine militaire paraît probable, compte tenu de la découverte de plusieurs balles de fronde en plomb romaines159 disséminées en surface et de l’incendie de plusieurs pièces d’habitation fouillées sous le rempart R5.

4Au cours du Ier s. av. J.-C., l’habitat des Petites Caisses étant progressivement abandonné, les ouvrages défensifs devenus inutiles seront en grande partie démontés pour en récupérer les matériaux.

Notes

157 Cf. supra, 1re partie, chap. 1 et 4.

158 Grâce à la poterne peut-être fortifiée de « l’entrée orientale » de l’oppidum (cf. la présentation de la 3e partie).

159 Cf. infra, annexe 7 en fin d’ouvrage.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search