Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Troisième partie. Le système défensif de l’oppidum à la fin du second âge du Fer (IIe-Ier s. av. J.-C.)

Conclusion sur le système défensif de l’oppidum à la fin du second âge du Fer

Texte intégral

Un puissant système défensif

1À la fin du IIe et au début du Ier siècle avant notre ère, l’accès vers l’habitat depuis l’intérieur de la combe est défendu par un puissant rempart (R1), pièce maîtresse d’un ensemble d’ouvrages formant un système défensif complet. Un premier rempart (R2) le précède à plusieurs centaines de mètres de distance. Il contrôle l’entrée dans un vaste espace intermédiaire qui constitue une basse-cour pouvant servir de refuge à la population extérieure en cas de nécessité. Plusieurs fossés séparés par des talus défensifs en terre rapportée le précèdent. Le couloir d’entrée de sa porte est protégé par une chicane courbe et contrôlé par une salle de garde.

  • 153 Fernand Benoit, Oppidum des « Caisses » et sépulture de la Tène II à Mouriès, texte dactylograph (...)

2Ce système est complété par des ouvrages défensifs secondaires permettant de surveiller et de défendre les autres accès à l’oppidum : poterne de « l’entrée orientale »153, petits ouvrages interdisant toute possibilité de progression sur les barres rocheuses, éperon oriental dont le sommet était barré par un petit rempart et peut-être dominé par une tour visible de loin.

Une construction tardive et plusieurs fois renforcée

  • 154 Cf. supra, chap. 1.
  • 155 Cf. supra, chap. 4.

3D’après les quelques éléments de datation obtenus dans plusieurs secteurs, le début de la construction du nouveau rempart venant renforcer une muraille beaucoup plus ancienne est à situer au IIe siècle avant notre ère. Par la suite, il sera renforcé par l’ajout sur une grande partie de sa longueur de plusieurs parements supplémentaires, puis de deux bastions (un saillant triangulaire au pied de la falaise septentrionale et une tour monumentale dans la zone centrale) faisant saillie de la courtine154. Mais on manque d’indices chronologiques pour fixer le TPQ de la construction initiale et de ses transformations. La datation des quelques fragments de céramique modelée ou d’amphore italique trouvés à l’intérieur des parties les plus récentes de ce rempart est en effet trop imprécise ou trop large. On dispose de davantage d’informations pour fixer son TAQ. Comme on l’a déjà vu155, une modeste construction servant de réserve à une habitation a été ravagée par un incendie entre 125/100 et 90 av. J.-C. Sa situation contre le parement intérieur du rempart indique l’antériorité de celui-ci. Mais on ne peut affirmer, comme Fernand Benoit le pensait jadis, qu’il a été bordé du côté intérieur par une série de « cases rectangulaires » qui « en assuraient sans doute la garde ».

  • 156 Cf. supra, chap. 3.

4Le remploi dans la porte156 et le dernier parement du rempart de morceaux de dalles de toiture sciée portant des larmiers apporte une indication sur le moment de l’incendie suivi probablement de l’abandon du centre monumental. Sur l’ensemble de l’oppidum, notamment dans les habitations anciennement fouillées au pied de la falaise méridionale (zone Z05), ainsi que dans la salle de réunion proche (zone Z02), quantité de ces fragments d’architecture sont également remployés dans des murs érigés à partir des années 50/40. La destruction du centre monumental était donc déjà effective dans la première moitié du Ier s. av. J.-C., et plus probablement à son début.

5Bien avant la fin de ce siècle, le rempart qui aura perdu son rôle défensif cessera d’être entretenu, puisque des habitations s’installeront à proximité de son parement intérieur, voire sur son sommet.

Notes

153 Fernand Benoit, Oppidum des « Caisses » et sépulture de la Tène II à Mouriès, texte dactylographié, été 1933. Fonds Fernand Benoit, Archives de la Fondation Flandreysy-Espérandieu, Palais du Roure, Avignon.

154 Cf. supra, chap. 1.

155 Cf. supra, chap. 4.

156 Cf. supra, chap. 3.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search