Version classiqueVersion mobile

Défendre un oppidum en Provence

 | 
Yves Marcadal
, 
Jean-Louis Paillet
, 
Alexandra Roche-Tramier
, 
et al.

Troisième partie. Le système défensif de l’oppidum à la fin du second âge du Fer (IIe-Ier s. av. J.-C.)

Chapitre 11. Rempart et habitat à la fin de l’âge du Fer

Texte intégral

  • 145 Cf. supra, chap. 10.

1À la fin du IIe s. av. J.-C., une pièce servant de réserve à provisions (la « case A » de Fernand Benoit) était déjà installée dans la zone Z06 contre le parement interne du rempart145. Ravagée par un incendie, elle ne sera pas immédiatement reconstruite et demeurera enfouie sous ses propres débris. C’est seulement au cours de la seconde moitié du siècle suivant que sera occupée, toujours dans la même zone à proximité immédiate du rempart, une nouvelle habitation comprenant plusieurs pièces. Divers indices indiquent qu’elle ne constituait pas un cas isolé, le côté intérieur du rempart étant au même moment bordé par une rangée de maisons (fig. 138).

Fig. 138. Rempart et habitat adjacent ou superposé à la fin du Ier s. av. J.-C.

Fig. 138. Rempart et habitat adjacent ou superposé à la fin du Ier s. av. J.-C.

1. Le mur de séparation MR6124

2Un gros mur (MR6124) parallèle au rempart sépare ce dernier de la zone d’habitat, tout en servant de mur de fond à une maison de plusieurs pièces ouvertes sur une cour. D’après Fernand Benoit, ce « second mur d’un mètre d’épaisseur, auquel sont adossées des cases » faisait partie intégrante du rempart en fermant sur le côté est un « chemin de ronde ». Les fouilles récentes permettent aujourd’hui des conclusions différentes.

Description

3La largeur importante de son élévation (0,80 à 1 m) le différencie des murs plus étroits (0,40-0,60 m) des habitations habituelles.

4Sa base chevauche les vestiges du rempart archaïque (MR6419) et/ou de son parement supplémentaire (MR6114) qui lui ont servi de solides fondations. Mais ces diverses constructions ne sont pas partout parfaitement superposées par suite de leurs directions différentes (N-S pour MR6124, NNO-SSE pour MR6419-6114).

5Le mur atteint dans le secteur 1A plus de 2 mètres de hauteur (fig. 115, 134). Son extrémité septentrionale est accolée au mur transversal MR6117 (état 3B du second rempart archaïque) qui lui est antérieur de plusieurs siècles. Les constructeurs ont ici recherché pour fondation le sommet dérasé du parement extérieur de l’ancien rempart MR6419 et l’ont dégagé par une petite tranchée. Le nouveau mur, tout d’abord en retrait de 0,20 mètre par rapport à ce sommet, en déborde progressivement en allant vers le sud.

6Le parement ouest, le seul observable actuellement dans ce secteur, présente un fruit sensible. Les blocs de calcaire froid local de moyenne dimension (0,30 m) liés par de la terre argilo-calcaire, ont été retouchés grossièrement à la masse. Leur disposition, quoique irrégulière, est relativement soignée.

7Plus au sud, l’ancienne tranchée de fouille FB1 a détruit transversalement la majeure partie de l’élévation conservée jusque-là, mais sa base est conservée. Elle est construite au-dessus du parement extérieur du second rempart archaïque MR6119, où plusieurs fragments de stèle en molasse blanche sont remployés. Ce sont les « beaux blocs polygonaux indiqués sur le croquis C1939a par Fernand Benoit (fig. 113). Trois murs sont ici superposés, le mur MR6124 étant en effet bâti à cheval sur le parement extérieur du rempart archaïque MR6419 et son parement supplémentaire MR6114.

  • 146 Cf. supra, chap. 4.

8Le mode de construction utilisé s’observe clairement dans le secteur 1B, comme le montre l’aspect différent des deux parements. Du côté est, un beau parement, bien construit, sert de cloison de fond à la pièce S8 de la maison (fig. 27). Conservé aujourd’hui sur une hauteur dépassant 2 mètres, il est fait de blocs de grosseur moyenne où se remarquent en remploi plusieurs fragments de stèles. En revanche, le parement ouest est très difficile à reconnaître, les assises de blocs étant ici remplacées par une majorité de petites pierres noyées dans beaucoup de terre (fig. 139). Un remplissage de petits blocs associés à beaucoup de terre de couleur spécifique beige rosé, riche en tessons divers, forme d’ailleurs l’intérieur du mur. Pour établir ce dernier, les constructeurs ont tout d’abord creusé en front de taille très profondément dans les niveaux recouvrant l’habitation ruinée du IIe siècle146, en traversant successivement sa couche de destruction (Us 6131) et son sol (Us 6137), puis la couche d’argile (Us 6141) et le blocage (Us 6142-6143) du talus sous-jacent, et même le blocage du parement MR6114 du mur archaïque. Le mur périphérique de la tour du rempart archaïque a été également recoupé transversalement. Le mur MR6114 a été ensuite bâti en appui sur la paroi de la coupe verticale ainsi obtenue. Seul le parement tourné vers l’intérieur de la maison et destiné à être visible a fait l’objet d’un plus grand soin, le reste de la construction étant réalisé derrière ce parement en bourrage de tranchée avec des pierres plus petites et une grande quantité de terre renfermant de nombreux tessons.

Fig. 139. Zone Z06, secteur 1B. Mur tardif MR6124. La tranchée de fondation a recoupé la tour MR6115 et les matériaux remplissant l’espace 1B : couche de blocs 6143, couche d’argile 6141 surmontée par les matériaux de démolition de l’incendie (non visibles sur le cliché). À droite, mur périphérique de la tour archaÏque avec nombreux fragments de stèle en remploi.

Fig. 139. Zone Z06, secteur 1B. Mur tardif MR6124. La tranchée de fondation a recoupé la tour MR6115 et les matériaux remplissant l’espace 1B : couche de blocs 6143, couche d’argile 6141 surmontée par les matériaux de démolition de l’incendie (non visibles sur le cliché). À droite, mur périphérique de la tour archaÏque avec nombreux fragments de stèle en remploi.

Relation du mur MR6124 avec les murs de la maison voisine

  • 147 Cf. infra, § 2 et fig. 140.

9Tout en constituant un mur de séparation avec la fortification, le mur MR6124 était destiné à servir de mur de fond à la pièce S8 d’une nouvelle habitation147 dont les cloisons transversales lui sont perpendiculaires. L’extrémité ouest du mur nord (MR2) de cette maison est simplement accolée à sa paroi, ce qui pourrait faire croire qu’il est postérieur. Mais la réalité est plus complexe, comme le montre l’examen du mur méridional (MR3). En effet, si la partie inférieure de ce dernier s’appuie sur la partie conservée du parement archaïque MR6114, la partie supérieure de son élévation est engagée dans le mur de séparation MR6124 construit ici au-dessus de ce parement. Les deux murs MR6124 et MR2 sont bien contemporains.

Datation du mur MR6124

10Le Terminus Post Quem est assuré par la céramique provenant de l’intérieur du mur, datée essentiellement du Ier s. av. J.-C. Les formes les plus récentes, celles de l’urne CNT-ALP 1a (Us 6129) produite entre 100 et 20 av J.-C. ou du bol campanien A27ab (Us 6130) antérieur à 50 av. J.-C., permettent de rétrécir la fourchette chronologique et de placer la construction de ce mur dans la deuxième moitié du siècle, autour des années 50-40 av. J.-C.

  • 148 Voir à ce sujet la contribution d’Alexandra Roche-Tramier (Annexe III).

11Cette datation est confirmée par la céramique des sols qui se sont succédés en moins d’un demi siècle (de bas en haut, Us 6819, 6818, 6817, 6815-6816, 6814, 6813, 6812) et des niveaux d’habitat (par exemple le foyer FY09)) qui leur sont associés dans la pièce S8148, construite durant le troisième quart du Ier s. av. J.-C., très probablement vers 40/30. La période d’utilisation de l’un de ces sols (Us 6817) est la mieux datée grâce à sa céramique des ateliers des Alpilles, en particulier les fragments d’une cruche de forme 2b4 dont la production est bien circonscrite aux années 40/20 av. J.-C., et par la céramique présigillée produite à partir de 30 av. J.-C.

  • 149 D’après Oxé, Comfort, Kenrick, 2000, il s’agit de la marque de SECVNDVS, esclave de C. ANNIVS, c (...)

12Les sols les plus récents (Us 6812 et 6813) ont livré des fragments de céramiques un peu plus tardives datant de la première partie de l’époque augustéenne, notamment une assiette arétine (SIG-IT 18.1, 15 av. J.-C./30 ap. J.-C.) portant la marque SECVNDV...NIS dans un cartouche rectangulaire149, et un bol de Roanne (CELT 11b, -25/25).

Conclusion

13Contrairement à ce que pensait l’ancien fouilleur du site, le « mur de 1 m d’épaisseur » ne limitait pas un « chemin de ronde » et ne faisait donc pas partie du système défensif. Il est d’ailleurs bien plus tardif.

14Bien qu’on ne puisse pas encore l’affirmer, il est possible que ce mur se prolonge vers le sud hors du périmètre de la zone fouillée pour servir d’appui à d’autres habitations. Dans ce cas, Fernand Benoit aurait vu juste en écrivant que le rempart était bordé par une série d’habitations, même s’il ne s’agit pas de « cases » monocellulaires servant de « casernements ».

2. La maison à pièces multiples de la zone Z06 (2e moitié du Ier s. av. J.-C.)

  • 150 Cette maison devant faire l’objet ultérieurement d’une publication plus complète, seules sont do (...)

15Cette construction (fig. 27) n’est pas encore entièrement dégagée150, compte tenu de la couche de blocs éboulés qui le recouvre et de la très forte épaisseur de la stratigraphie près du mur MR6124. Mais plusieurs de ses pièces ont été mises au jour.

  • 151 Cf. supra, chap. 10.

16Elle occupe l’extrémité septentrionale d’une rangée d’habitations comprises entre le rempart à l’ouest et une rue (S7) d’axe NO-SE à l’est. La « case B »151 plus au nord ne communique pas avec elle, mais appartient à une entité architecturale indépendante, peut-être une autre maison à pièces multiples. D’autres pièces (pour le moment repérées seulement en surface) ouvrent directement sur la rue, et suggèrent une extension de la maison vers le sud.

Le plan de la maison et son évolution (fig. 140)

Fig. 140. Plan de la maison à pièces multiples (zone Z06) de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., construite sur les remparts archaïques et le tertre de cendre.

Fig. 140. Plan de la maison à pièces multiples (zone Z06) de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., construite sur les remparts archaïques et le tertre de cendre.

17Ce plan a connu des transformations notables au cours d’une durée d’occupation courte mais continue (un demi-siècle environ). Deux grandes phases d’occupation se sont succédées.

Phase I (40/25 av. J.-C.)

18Deux pièces attenantes (S5 et S8) sont déjà en place. Pour édifier les fondations, les constructeurs n’ont pas hésité à décaisser profondément les vestiges des anciens remparts et à creuser de profondes tranchées dans le tertre de cendre, de manière à créer une assiette solide, alors qu’auparavant et en pareil cas, il était de coutume de chevaucher les structures antérieures sans les détruire, ou de construire de simples solins à même le sol en place.

La pièce S8

19De forme rectangulaire (L. 5,5 m du nord au sud, 4,5 m d’ouest en est), elle est fermée à l’ouest par le mur de séparation MR6124. Plusieurs sols superposés témoignent d’une occupation continue. La pièce ne possédait pas de seuil, les sols se prolongeant simplement à l’extérieur au-delà de la porte (secteur S6).

La pièce S5 voisine

20C’est une pièce plus petite dont le plan est trapézoïdal (L. max. au sud 4,50 m et au nord 3,50 m ; l. nord-sud 3,25 m). Plusieurs dolia enterrés étaient destinés à la conservation des récoltes.

21Les deux pièces donnent sur une petite cour ouvrant sur la rue par une porte large de 2,50 mètres pouvant permettre le passage d’une charrette.

22L’analyse architecturale du mur méridional MR3 permet d’émettre une hypothèse. Dans son premier état, il était plus court avec une tête de mur bien appareillée dans l’axe du mur mitoyen (MR4) entre les deux pièces S5 et S8. On peut avancer ici l’hypothèse de l’existence d’une autre pièce accolée au rempart, symétrique de la pièce S8 par rapport à ce mur MR3. L’ensemble de la construction affecterait ainsi la disposition d’une maison de type méditerranéen possédant plusieurs pièces disposées autour d’une cour fermée. La progression de l’influence italique au Ier s. av. J.-C. dans cette partie du Midi gaulois est un des facteurs pouvant expliquer cette évolution de la maison rurale sur un oppidum de Basse Provence.

23Par la suite, le mur MR3 sera prolongé par un pan supplémentaire (MR17) protégé à son extrémité par une borne charretière, en créant ainsi un couloir (S6) sur lequel débouchaient les pièces déjà existantes S5 et S8.

Phase II (25/15 av. J.-C.)

24Au cours de la première partie du règne d’Auguste, la construction connaît des changements notables dans l’utilisation de son espace.

25La surface de la cour est amoindrie par la construction d’une nouvelle pièce (S12) ouvrant sur la rue. L’entrée des charrettes dans la cour étant ainsi rendue difficile, la porte charretière est rétrécie (l. 1,50 m). Les dolia sont enlevés de la pièce S5 qui cesse d’être un entrepôt pour les récoltes et devient un lieu d’habitation dont les murs sont enduits de chaux, comme semblent en témoigner les fragments d’enduit mural peints en vert accumulés sur son sol.

Phase III (15 av./5-10 ap. J.-C.)

26Un processus d’abandon progressif débute dans les dernières années du Ier s. av. J.-C. Les lieux sont définitivement désertés dans les premières années du siècle suivant.

Techniques de construction traditionnelles et techniques importées

  • 152 Période Glanum III débutant d’après le fouilleur en 49 av. J.-C. (Rolland 1946 et 1958, 124).

27Si l’influence italique est clairement perceptible dans l’adoption du nouveau plan de la maison, elle est beaucoup moins visible en ce qui concerne les techniques de construction et les matériaux utilisés. Bien que certains changements soient déjà en cours, on doit remarquer la permanence des modes de construction protohistoriques. On peut bien entendu vouloir expliquer cette continuité par la traditionnelle résistance à l’innovation du milieu rural. Mais cet argument n’est pas totalement acceptable. Non loin de Mouriès, à Glanum par exemple, dans un centre urbain important et déjà en cours de romanisation depuis le début du Ier s. av. J.-C., on continue au même moment152 dans des maisons urbaines luxueuses à construire des murs de pierres liées à la terre ou en pisé banché revêtu d’enduits muraux peints, par exemple des habitations situées sous le temple géminé nord en plein cœur du centre monumental (Paillet-Sourisseau 1993-1995), fouille à l’entrée du vallon Saint-Clerg (Augusta-Boularot, Christol, Gazenbeek et al. 2004).

Les modes de construction protohistoriques

28Les murs sont toujours bâtis en pierres brutes d’extraction ou à peine retouchées, liées avec de la terre argileuse. Le mortier de chaux n’est pas encore utilisé pour leur édification, même s’il est connu à la fin de cette période. De grandes quantités de pierres à chaux calcinées ont d’ailleurs été utilisées pour former un radier de circulation dans la cour et pour établir le sol de la nouvelle pièce S12.

29Les sols des pièces d’habitation sont toujours en terre battue. On prendra pour exemple ceux de la pièce S8, dont l’épaisseur totale atteint 0,60 mètre. Pour établir le premier d’entre eux, le sommet préalablement dérasé des remparts et de leur talus de destruction a été recouvert par un radier de cailloux (Us 6825, contenant notamment de nombreux tessons du Ier s. av. J.-C. : morceaux d’amphore républicaine, tessons de céramique non tournée des Alpilles), dont la surface inégale est masquée par une épaisseur de terre argileuse (Us 6819). Ce sol est en rapport près de la porte avec une petite fosse hémisphérique (FS.06) creusée dans le cailloutis sous-jacent (6825) et revêtue par un enduit d’argile verte qui prolonge celui du mur MR3.

30Puis des sols successifs ont été aménagés à l’aide de matériaux divers : lits de terre argileuse et fine (Us 6818, 6817, 6815, 6814, 6813, 6812) ; remblais de gravillons (Us 6816) ou de terre caillouteuse (6810, 6809). Tous sont riches en inclusions diverses : charbons épars, os (débris de cuisine), tessons variés (dans les sols 6812, 6813 et 6814, fragments d’une assiette en sigillée italique dont un fragment avec la marque du potier SECVNDV a été retrouvé dans le couloir.

31En revanche, les sols de circulation extérieure de la cour comme de la rue sont empierrés et reçoivent des recharges successives de fragments de chaux, de cailloutis et de graviers mêlés à de nombreux tessons.

32La paroi intérieure des murs a d’abord été revêtue d’un enduit d’argile colorée (verte ou brun rouge).

33La plupart des foyers (souvent installés dans de petites fosses) et un petit four de cuisson domestique (avec un support central en adobes) sont placés contre les murs du couloir à proximité des portes ou bien sur le côté de la rue. Un seul foyer lenticulaire sans aménagement particulier (FY.09) a été utilisé sur un des sols (Us 6818) de la pièce S8.

Des techniques nouvelles

34L’emploi de la tuile (tegula et imbrex) est attesté dès le début de la phase II, mais on ignore s’il s’agit d’une utilisation ponctuelle (par exemple sur le faîtage ou les rives de la toiture) ou d’une couverture complète dont les tuiles auraient été récupérées.

35Les murs sont désormais construits en pierre sur toute leur hauteur, ce qui constitue un changement fondamental par rapport à la technique du solin peu élevé surmonté par une élévation en terre crue.

36Les enduits muraux de plâtre peint ne seront connus sur le site que dans la dernière partie du Ier s. av. J.-C. Tous n’ont pas revêtu des parois de pierre. Ceux que Fernand Benoit signalait dans ce qu’il appelait la « tranchée des stucs » (zone Z05) portaient sur leur face intérieure des empreintes de clayonnage.

3. Une rangée d’habitations contre le rempart

37La zone située entre la maison à pièces multiples au nord dans la zone Z06 et la porte du rempart au sud n’a pas encore été fouillée. Toutefois, des dégagements de surface sur le sommet et le flanc oriental de la colline de débris ensevelissant le rempart apportent quelques indices ponctuels qui autorisent à soupçonner la présence de plusieurs habitations sur et contre le rempart.

38Sur le sommet du rempart (zone Z08) sont visibles des bases de murs ruinés (MR8008 et 8010) d’orientation variable, dont la largeur (0,50 m) correspond à celle de murs d’habitation. Un autre mur d’axe nord-sud (MR8006), plus long et plus épais (0,80 m) est construit sans fondation à cheval sur le parement extérieur du rempart MR8002, au-dessus d’une grande fosse ovoïde peu profonde rebouchée par des remblais.

39Un petit sondage (2012.09.02), implanté à l’extrémité du parement intérieur du rempart MR9001, a fourni quelques informations sur la présence d’une habitation. Une forte épaisseur (0,80 à 1 m) de terre argileuse jaune provenant de la destruction de murs de terre recouvrait un seuil de porte fait de deux assises de pierres superposées. La surface de circulation précédant ce seuil, pavée de galets, était entamée du côté intérieur par une petite fosse remplie par les cendres et les charbons d’un petit foyer.

40Un mur d’adobes est tombé à plat devant le front du rempart, à l’intérieur du décrochement formé par ses parements perpendiculaires MR9002 et MR9003. On peut avancer l’hypothèse d’une construction installée à l’intérieur de ce décrochement, de façon à utiliser les parements comme deux de ses cloisons, les deux autres étant faites en terre.

41Plus au sud et non loin de la porte du rempart, un autre sondage limité (sondage 20120904) a rencontré, de part et d’autre d’un socle carré ayant pu supporter une harpe, les deux murs perpendiculaires (MR9006) d’un des angles d’une maison, tous deux de faible largeur (0,55 à 0,70 m). Le mur parallèle au rempart en est séparé par un couloir de 1,50 mètre de large.

42D’autres pans de mur parallèles à l’axe du rempart affleurent sur plusieurs mètres à la surface du flanc oriental de la colline de débris. Comme pour la maison à pièces multiples de la zone Z06, il peut s’agir de murs de refend entre des pièces mitoyennes.

Conclusion

43Ces indices, certes trop fragmentaires, permettent cependant d’envisager quelle était la relation qui existait entre l’espace habité et l’ancien espace défensif peu avant le changement d’ère. Les nécessités défensives n’ayant plus lieu d’être respectées et le rempart n’étant plus entretenu, son sommet et son flanc intérieur sont devenus dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. un espace disponible pour y étendre l’habitat. Ce phénomène, qui pourrait peut-être s’expliquer par une plus forte densité de la population, ne se prolongera pas au-delà des premières années de notre ère, à partir desquelles l’espace proche du rempart cessera d’être habité.

Notes

145 Cf. supra, chap. 10.

146 Cf. supra, chap. 4.

147 Cf. infra, § 2 et fig. 140.

148 Voir à ce sujet la contribution d’Alexandra Roche-Tramier (Annexe III).

149 D’après Oxé, Comfort, Kenrick, 2000, il s’agit de la marque de SECVNDVS, esclave de C. ANNIVS, connue jusqu’à présent à un seul exemplaire (musée de Chiusi) et daté de l’époque augustéenne. Renseignement aimablement fourni par Lucien Rivet, Directeur de recherche au CNRS, Centre Camille Julian, Aix-en-Provence. Nous lui adressons nos plus sincères remerciements.

150 Cette maison devant faire l’objet ultérieurement d’une publication plus complète, seules sont données ici les informations indispensables à la présentation.

151 Cf. supra, chap. 10.

152 Période Glanum III débutant d’après le fouilleur en 49 av. J.-C. (Rolland 1946 et 1958, 124).

Table des illustrations

Titre Fig. 138. Rempart et habitat adjacent ou superposé à la fin du Ier s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 139. Zone Z06, secteur 1B. Mur tardif MR6124. La tranchée de fondation a recoupé la tour MR6115 et les matériaux remplissant l’espace 1B : couche de blocs 6143, couche d’argile 6141 surmontée par les matériaux de démolition de l’incendie (non visibles sur le cliché). À droite, mur périphérique de la tour archaÏque avec nombreux fragments de stèle en remploi.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 140. Plan de la maison à pièces multiples (zone Z06) de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., construite sur les remparts archaïques et le tertre de cendre.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search