Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

4 - Genèse d’un quartier artisanal

4.4. Avez-vous le nez endurant ? Pollutions urbaines et industrielles

Annick Riani

Texte intégral

  • 85 ACVM - FF 321. Affaire Vernier - 26 janvier 1715.

1« Mais ce n’est pas à dire que parce que ceux-là suportent ces odeurs, on puisse faire des fabriques de souffre, de tueries et des cloaques au milieu des villes et que les voisins soyent obligés de les suporter et avoir comme eux des nez endurants. Et à la preuve de toutes ces odeurs, la nécessité, mère de l’industrie quy a inventé les arts, a fait accoutumer les artisans à suporter ainsy ce qu’ils ont de vilain, de dégoûtant, d’infecte et de désagréable. Mais les autres ne sont pas tenus de s’y accoutumer » plaidait un procureur, le 26 janvier 1715 à Marseille85.

2Le conflit qui opposait à ses riverains un fabricant de chandelles établi sur le quai du port (quartier Saint-Jean), à propos d’exhalaisons de fumées et d’odeurs suffocantes, introduit la question de ce que nous appelons aujourd’hui les pollutions industrielles, particulièrement concentrées autour du site de la fouille de Bernard-du-Bois, lequel se présentait comme la partie est d’une vaste zone artisanale (fig. 112).

Fig. 112. Vue de Marseille et du port de la Joliette, estampe sd [av. 1850]

Fig. 112. Vue de Marseille et du port de la Joliette, estampe sd [av. 1850]

(Archives de Marseille, 11 Fi 56).

  • 86 Corbin 2004.
  • 87 Le Roux 2011.

3Au XVIIIe siècle, ces pollutions ne constituaient encore qu’un aspect d’une question d’abord posée en termes de nuisance olfactive, de réservoir de miasmes et de danger sanitaire86. L’on entreprit d’abord de lutter contre le méphitisme engendré par la putréfaction et qui effrayait tant. La régulation, que vinrent y apporter les institutions judiciaires pressées par les habitants d’y remédier, dessina progressivement, partout en France et en Europe, les contours de nouveaux espaces urbains jusqu’aux deux premiers tiers du XVIIIe siècle. Toutefois, dès avant même la Révolution, émergea un esprit de régulation nouveau exaltant la manufacture moderne et rationnelle. Celui-ci s’appuyait à la fois sur les progrès de la science et sur l’expertise nouvelle d’un corps composé de « savants » eux-mêmes fabricants et bien introduits dans les rouages de l’administration et du pouvoir. Paris fut le laboratoire d’un nouveau système qui s’étendit en 1810 à l’ensemble de la France et dont la finalité était de tenter de concilier les intérêts des industriels avec ceux des habitants87. Ainsi, la gestion des mauvaises odeurs fut-elle envisagée et traitée de façon radicalement différente au XIXe siècle.

4À partir d’une promenade historique à la découverte d’un des faubourgs les plus industrieux, malodorants et pollués de la ville, nous aborderons quelques aspects des pollutions artisanales et urbaines à Marseille à l’époque pré-industrielle. En quoi ces pollutions consistaient-elles autour de la Porte d’Aix ? Comment une sensibilité olfactive nouvelle se développa-t-elle au XVIIIe siècle et quelles en furent les conséquences sur les conceptions de la ville ? Puis, au XIXe siècle, comment le traitement de la question se renversa-t-il ? Par quels moyens finit-on finalement par imposer la cohabitation entre manufactures et citadins tandis que prévalait l’éloignement pour d’autres nuisances olfactives.

Une concentration d’artisanats malodorants autour de la Porte d’Aix

5Défini comme un espace qui s’étendait entre la Tuerie bordée par la Méditerranée à l’ouest, le Lazaret et le faubourg Saint-Lazare au nord, la rue Bernard-du-Bois à l’est et, le versant septentrional de la butte des Carmes au sud, le « quartier de la Porte d’Aix » apparaît comme une zone artisanale dense dès le début du XIXe siècle. À l’extrémité est du rempart moderne, la rue Bernard-du-Bois rassemblait des fabriques très polluantes qui utilisaient les sous-produits animaux pour quatre secteurs importants d’entre elles (chandelles, chapeaux, cuirs, blanchisseries de laine). À l’ouest de cette voie, l’on observe encore une présence très forte d’autres fabriques chimiques également liées aux sous-produits animaux pour nombre d’entre-elles et dont une partie avait presque complètement remplacé l’ancien centre de fabrication de la céramique marseillaise. Enfin, les fabriques agro-alimentaires qui utilisaient, dans le cas de la bière et de l’amidon, des produits fermentescibles très polluants sont également apparues.

Des fabriques anciennes de la putréfaction

Les tanneurs

  • 88 ACVM - FF 321 - Affaire Vernier.
  • 89 ACVM - HH 435 - 19 février 1762. Lettre de l’Intendant de Provence aux échevins de la ville de Ma (...)
  • 90 Actuelle traverse Martel.
  • 91 Indicateur Marseillais, 1812, Tableau historique.
  • 92 Cathy, Richard, Echinard 1999.

6Les tanneurs marseillais étaient installés sur le flanc nord de la butte des Carmes, rues Étroite et Sainte-Claire (ancienne rue des Tanneurs) et sur le futur boulevard des Dames ; ils y demeuraient toujours au début du XIXe siècle. En effet, les tanneries avaient été reléguées dès le Moyen Age dans « des endroit destinés en quelque manière à toutes sorte de mauvaises odeurs... »88. Or, l’art de préparer les peaux fut un artisanat très important à Marseille et la rue de l’Etrier ou « estriou » en provençal, désignée également sous le nom de Blanquerie (le blanquier pratiquait l’art de la mégisserie), rassemblait depuis le XIIIe siècle un grand nombre de cuiratiers (corroyeurs). Lorsqu’en février 1762, trois fabricants de cuir demandèrent à la Ville la cession d’un terrain situé hors de la Porte d’Aix pour y établir une fabrique, l’intendant de La Tour ne manqua pas de faire observer aux échevins que « cet emplacement se (trouvait) sur les avenües de la Ville » et que « le public feroit beaucoup incommodité des mauvaises odeurs qu’exhalent ordinairement ces sortes de fabriques »89. Ils s’y installèrent néanmoins. Les tanneurs étaient aussi présents dans le « cul de sac » de la rue de Bernard-du-Bois90 (Dufour, originaire de Lyon et Henriette Valentin épouse Piot) et à ses abords immédiats (Philippe Gavotty, boulevard d’Enghien, Joseph Barle, boulevard du Belloy). Un sondage pratiqué dans l’Indicateur Marseillais de 1812 confirme cette implantation : Julien, Jean Lutta, Mille Cadet, étaient installés boulevard des Dames ; Augustin Laure, Vachier, chemin de la Joliette, Bouisson père et fils cadet, rue Sainte-Julie ; Gavoty fils, boulevard d’Enghien et rue de l’Etrieu ; Hippolyte Aimard, Victor Allègre, Barjavel, Commer, Jean Coste, Dupuy, Pierre Lutta, Martin, Michel Ange, Tournesi, rue Sainte-Claire ; Jean Aubran, Jacques Giraud, Gorde aîné et Gorde Noël, Pierre Julien, Jean-Louis Lautier, Michel Jean-Jacques, Perrier, Roumieu Jacques fils, Vassal Aîné, rue Étroite (fig. 113) ; Cauvin fils, rue Sainte-Claude ; Mareille, rue de l’Etrieu, Juvénal, rue de Lorette ; Roumieu, boulevard Sainte-Paule ; Roumieu, rue Belsunce91. L’on remarque la présence de Vassal aîné promis à une magnifique carrière de négociant-fabricant-tanneur et aussi de notable92.

Fig. 113. À titre d’exemple le plan de la tannerie d’Édouard Jullien, 6, rue Étroite en 1854

Fig. 113. À titre d’exemple le plan de la tannerie d’Édouard Jullien, 6, rue Étroite en 1854

(AD BDR, 5 M 442).

  • 93 ACVM - 23 F 26. Rapport Auban à Antoine d’Anthoine, maire de Marseille.
  • 94 ACVM - 23 F 26.
  • 95 Corbin 2004, 63.
  • 96 ACVM - 23 F 26 et FF 375.
  • 97 Cf Riani, « Le domaine des Mauche » dans le rapport de fouille relatif au 30 boulevard des Dames, (...)
  • 98 Lande 1764.
  • 99 Guillerme 2007, 178 et 181.

7Les tanneurs commençaient par effectuer un travail de préparation sur « les peaux en tripe » qu’ils recevaient des bouchers. Ils les lavaient à l’eau courante (travail dit « de rivière » de trempe ou de reverdissage) pour les débarrasser des souillures superficielles (boue, crotte, etc.) et du sel qui avait servi à les conserver (afin d’éviter la putréfaction) durant leur transport de l’abattoir à la tannerie lorsque le trajet avait été long. Les tanneurs procédaient à l’épilage, qui consistait à ôter l’épiderme, les poils, le tissu sous-cutané, les restes de graisse et les débris de muscle qui y adhéraient encore. Ainsi nettoyées, les peaux étaient trempées dans des solutions saturées de chaux pendant une dizaine de jours environ, l’addition du sulfure de sodium accélérant le procédé. « Le seul procédé usité à Marseille pour le tannage du cuir est celui à la chaux dont on se sert pour enlever à la peau les poils dont elle est revêtue » confirmait un contemporain en 181293. Les peaux de mouton exsudaient dans une étuve particulière d’où émanait une odeur butyrique et ammoniacale. Puis le déchaulage, obtenu par l’utilisation d’acides chlorhydrique et sulfurique, avait pour but d’éliminer les substances alcalines et d’en faire disparaître le gonflement. L’étape suivante, le confitage, consistait à faire macérer les peaux pendant quelques heures dans des bains (confits) afin d’en améliorer la souplesse et le grain. Or, les confits dits naturels étaient obtenus par fermentation de macération de son ou par macération d’excréments de chiens ou d’oiseaux : trop polluante, la méthode fut d’ailleurs abandonnée. Ensuite, la peau était picklée, c’est-à-dire traitée avec une solution acide afin d’améliorer la pénétration du cuir au moment du tannage. Le travail de tannage, dont la fonction est d’éviter la putréfaction des peaux, pouvait alors commencer. Celui-ci pouvait être minéral (tannage à l’alun) ou végétal. Il était réalisé avec des écorces de bois de chêne ou de châtaignier par exemple, ou de feuilles, ce dernier procédé étant le plus employé. À Marseille, le tan arrivait des départements voisins et l’on n’employait, pour des raisons de qualité, que de l’écorce de chêne et le sumac également en provenance des environs de Marseille ou importé de Sicile94. Le tannage à l’alun, un sel minéral qui pénétrait plus rapidement dans la peau, était le plus ancien et avait donné naissance à la mégisserie. Après le tannage, les cuirs passaient au « train de basserie », opération qui nécessitait l’emploi de vastes cuves et de fosses remplies d’une solution tannante malodorante au dessus desquelles les peaux étaient longuement suspendues. Ces fosses étaient profondément enterrées et construites en bois ou maçonnées. Puis, sortis et crouponnés, ces « cuirs en croûte » étaient séchés à l’air avant d’être soumis au travail de corroyage. Le corroyeur les transformait en un cuir souple, égalisé en épaisseur, imperméable et teint. Le foulonnage permettait l’ajout de solutions de colorants, de fongicides chimiques et d’un agent de retannage dans des cuves où les peaux se trouvaient de nouveau immergées. Or, les foulons utilisaient l’excrément et les foulonneurs se trouvaient continuellement confinés « dans des ateliers très chauds, environnés d’odeurs infectes d’urine et d’huiles pourries, et souvent à demi nus, [ils] (devenaient) presque tous cachectiques »95. L’assouplissement du cuir nécessitait aussi l’ajout de liqueurs grasses et les deux principales méthodes pour y parvenir étaient la mise en suif, qui consistait en une imprégnation du cuir sec avec une graisse animale (suif) ou la mise en huile dans laquelle un cuir humide était imprégné d’une matière grasse liquide contenant de l’eau en émulsion. Les tanneurs marseillais utilisaient pour l’assouplissement des cuirs et, au moins depuis le XVIIIe siècle, une huile de poisson très malodorante dont l’emploi suscitait les protestations des riverains96. D’ailleurs, à côté de la Porte d’Aix, le savonnier Hyacinthe Toussaint Derbès, gendre du tanneur Jean-Pierre Niel, avait fait construire au tout début du XIXe siècle, dans sa nouvelle tannerie du chemin de la Joliette, cinq belles cuves maçonnées pour cette destination qu’une fouille archéologique récente a permis de mettre au jour97 (fig. 114). Après l’assouplissement, les peaux étaient essorées et séchées par extension sur un cadre. Enfin, l’on procédait au « finissage du cuir » en le recouvrant d’une mince couche de matière adhérente et solide qui le protégeait et améliorait son aspect. Toutes ces opérations dégageaient une puanteur difficilement supportable98. Et l’odeur infecte débordait l’enceinte des ateliers pour gagner la voie publique où les tanneurs abandonnaient leurs déchets. En outre, à Marseille où l’eau était rare, le tanneur devait être contraint d’économiser sur le renouvellement des cuves dont le contenu devait infester l’air davantage. Mais l’acide tannique, proche de l’acide acétique, finit par être réputé pour assainir l’air. Et « l’on dit aussi que c’est le méphitisme engendré par les tanneries qui tue la vermine et arrête la fièvre… » commente André Guillerme99.

Fig. 114. Les cuves à huile de la tannerie de Hyacinthe Toussaint Derbès

Fig. 114. Les cuves à huile de la tannerie de Hyacinthe Toussaint Derbès

(Photo, F. Paone).

  • 100 ACVM - 23 F 26.
  • 101 Masson 1926, tome VIII, 34-35.

8Un rapport remis par Auban, courtier impérial à Marseille, au maire Antoine d’Anthoine, le 8 janvier 1812, rapporte que les cinquante fabriques marseillaises occupaient deux cent cinquante ouvriers qui travaillaient alors en grande partie, comme les ouvriers parisiens, pour les armées d’Italie100. Aussi ce nombre de tanneries, même modeste, était-il en augmentation puisque l’on comptait en l’An XIII à Marseille trente deux tanneries tandis qu’il n’en existait que vingt en 1789101. En outre, comme ailleurs et sous le coup de la nécessité, il avait fallu modifier les techniques en vue d’accélérer le tannage des cuirs car le bon cuir —solide, sain, souple, imperméable à l’humidité et à la transpiration et facile à entretenir— rendait le soldat agile et constituait un matériau tactique. Et si les marseillais fabriquaient moins, « ils avaient perfectionné leur fabrication et ils avaient une perfection bien reconnue pour les peaux de veau, les maroquins et les cuirs en vache lissés dont “l’étranger était avideˮ », précise l’Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône. Mais la capitale appréciait aussi le travail des maroquiniers marseillais.

Les chapeliers

9L’Indicateur Marseillais de 1812 note aussi la présence des chapeliers Mauche et Vian, Sauvan fils, rue Bernard-du-Bois ; Lombard, rue Fontaine-Neuve ; Verbières, rue des Fiacres. Peut-être moins nauséabonde, la fabrication des chapeaux n’en était pas moins nocive pour l’organisme des compagnons qui étaient exposés au dégagement de poussières et d’émanations de substances et de fumées toxiques. De la rue des Chapeliers ou au cul-de-sac de Bernard-du-Bois devaient s’échapper des fumées noires et épaisses et des vapeurs humides de mercure.

  • 102 ACVM - FF 395.
  • 103 Le Roux 2011, 135.
  • 104 AD BDR - 5 M 442.

10La plupart des opérations entrant dans le processus de fabrication des chapeaux s’avérait en effet polluantes et dangereuses. La première, le dégalage, qui consistait à battre les peaux, dégageait beaucoup de poussières de même que l’arçonnage qui clôturait les travaux préliminaires à la fabrication de l’étoffe. Mais la fabrication des chapeaux nécessitait aussi l’emploi de différentes substances chimiques et de bains nocifs. Importé d’Angleterre vers 1730, le procédé du secrétage consistait à brosser les peaux avec une brosse de sanglier trempée dans une solution à base de mercure et d’acide nitrique dans le but d’améliorer le feutrage des poils. Le procédé fut, semble-t-il, adopté à Marseille au début de la décennie 1760. En effet, le 15 octobre 1764 les lieutenants généraux de police interdirent l’usage d’une « eau de composition » en usage depuis « environ trois ans » parce qu’elle accomplissait de véritables ravages sur la santé des ouvriers (cf. annexe 5). Selon Moullard, le médecin attaché à l’Hôtel-Dieu, « l’eau ditte de composition faite avec du mercure, l’eau forte, esprit de nitre, de vitriol et autres mixions et secrets » était dangereuse « pour la santé et préjudiciable à la bonne fabrication »102. Cependant, constate Thomas Le Roux, un arrêté du Parlement de Provence de 1777 avait fini par en légitimer l’usage et avait fait jurisprudence103. Pourtant, comme le faisaient remarquer les médecins sollicités par les lieutenants de police marseillais, l’usage de cette solution affectait la santé des ouvriers et ouvrières qui en respiraient les vapeurs à de nombreux stades de la chaîne opératoire : le feutrage —qui consistait à tremper les poils dans un bain bouillonnant de foule composé d’eau et de lie-de-vin pressée— accroissait encore l’activité du nitrate de mercure. Cette tâche, qui visait à améliorer la consistance, la force et la solidité de l’étoffe, exposait davantage encore l’ouvrier aux exhalaisons mercurielles. Ensuite, une autre opération, l’apprêtage, nécessitait encore l’emploi d’un produit chimique : le chapeau était enduit d’une solution composée de gomme réduite en poussière et dissoute dans l’eau bouillante puis tamisée afin d’en séparer les impuretés. Ainsi raffermissait-on les feutres tout en conservant leur flexibilité pour les rendre plus modelables et imperméables. Et, à la fin du processus de fabrication, certains fabricants augmentaient encore le lustre du chapeau avec une brosse trempée dans une solution chimique. On voit bien à quel point la jurisprudence adoptée était nuisible à la santé des artisans. Mais si l’industrie des chapeaux s’était ressentie de la pénurie des peaux de castor du Canada, l’emploi du mercure avait surtout amélioré la productivité et avait permis de lutter contre la concurrence étrangère. Cette jurisprudence ménageait donc surtout les intérêts des manufacturiers et participait d’un arbitrage politique, estime Thomas Le Roux. Il s’agit ici typiquement d’un cas dans lequel l’arrêt du Parlement discréditait les pratiques ordinaires de la sénéchaussée qui reposaient sur la prudence et la précaution et visaient à cantonner les manufactures dans le droit commun. Mais, en 1855 encore, Jacquemard et Ogier adressaient une demande d’autorisation relative à « un atelier de secrétage de peaux ou poils de lièvres ou de lapins avec machine à vapeur de la force de deux chevaux, dans un local situé à Marseille, au passage Bernard-du-Bois » sans susciter d’oppositions. La même année, un peu plus haut, 5, rue Desaix, Jamin et Cazot obtenaient une autorisation pour la même activité104.

11Les chapeliers consommaient en outre une grande quantité des produits fournis par la boyauderie établie dans un lieu un peu plus écarté, aux abords du chemin de la Joliette. Dessalés dans une solution ammoniaquée, les boyaux séchaient ensuite au soleil avant d’être travaillés.

12L’organisation spatiale observée sur les plans laisse à penser que les activités des chapeliers requerraient des équipements spécifiques (fig. 115).

Fig. 115. L’atelier du chapelier, recueil des planches sur les sciences des arts libéraux et les arts mécaniques

Fig. 115. L’atelier du chapelier, recueil des planches sur les sciences des arts libéraux et les arts mécaniques

(Le Breton 1763).

13Comment les fabriques étaient-elles équipées pour procéder à ces différentes opérations ? Les opérations préparatoires, éventuellement réalisées hors des ateliers, requerraient des locaux particuliers. L’opération consistant à séparer le duvet de la jarre (éjarrage) nécessitait l’utilisation d’une cave (ou bien un autre lieu humide) où les peaux étaient retournées trois ou quatre fois par jour jusqu’à ce que leur ramollissement fut suffisant si elles s’avéraient trop sèches.

14Si le secrétage devait être pratiqué dans un local très aéré (fig. 116), les peaux devaient ensuite être entreposées dans une étuve fortement chauffée pour obtenir la dessiccation (déshydratation visant à éliminer autant d’eau que possible). D’ailleurs, une manufacture type comportait un atelier pour l’arçonnage, un pour le bâtissage, un pour la foulerie, un pour la teinture et un pour l’apprêtage. Ces ateliers devaient être équipés de chaudières et d’étuves bâties ainsi que d’un outillage diversifié dont les planches de l’Encyclopédie fournissent une représentation très précise.

Fig. 116. 1854 - Atelier de secrétage Janin et Crozot, 5 rue Desaix

Fig. 116. 1854 - Atelier de secrétage Janin et Crozot, 5 rue Desaix

(AD BDR, 5 M 442).

  • 105 Guillerme 2007, 205.
  • 106 Le garnisseur donne aux chapeaux la tournure et la coupe convenables ; il les borde et y applique (...)
  • 107 « Dresser un chapeau, c’est en unir et aplatir les bords & le dessus de la tête, en les plaçant e (...)

15Les opérations de foulage et de feutrage nécessitaient encore l’usage d’une étuve équipée d’une cuve bouillonnante, d’un banc de foule et d’un robinet d’eau froide. André Guillerme précise que l’atelier était « structuré autour de la foule —une ou deux cuves mais parfois une dizaine, voire une vingtaine quand la demande est soutenue et l’entreprise florissante— où œuvrent six à huit compagnons, deux à trois apprentis... »105. Après la foule, pouvaient commencer les bains successifs de teinture au terme desquels les chapeaux étaient soigneusement égouttés et séchés à nouveau dans une étuve, chauffée à environ trente-cinq degrés, et non au soleil qui en altérait le noir en le faisant quelquefois passer au bronze. Et les nombreuses opérations de confection proprement dite du chapeau —qui devait être apprêté, approprié, cartonné, garni106 et marqué— nécessitaient encore l’usage d’une cave dans laquelle le chapeau dressé107 était entreposé pendant un ou deux jours afin de bien ramollir le feutre. Dans l’atelier d’apprêtage, le chapeau était retrempé dans l’eau chaude pour être dressé à la forme convenable et poncé.

  • 108 Guillerme 2007, 213-214.

16Malgré le nombre des tâches à accomplir, la fabrique de chapeaux pouvait être de dimensions modestes, constate André Guillerme qui observe qu’à défaut de trouver « un quartier affecté à ce genre d’industrie », l’artisan fouleur parisien recherchait une ancienne écurie hors les murs ou, « mieux, une cour intérieure, étroite —six à huit mètres carrés— entourée de hauts murs, sans trous de chat ni de soupirs, disposant d’un puits, un hangar en plein vent pour la foule, une pièce adjacente et close pour le baguettage. Avec une entrée étroite donnant sur la rue, l’atelier se comporte comme une tuyère qui chasse les fumées noires et épaisses, les vapeurs humides de mercure »108.

17Parmi l’outillage en usage chez les chapeliers, l’arçon occupait une place particulière (fig. 117).

Fig. 117. L’arçon des chapeliers, recueil des planches sur les sciences des arts libéraux et les arts mécaniques

Fig. 117. L’arçon des chapeliers, recueil des planches sur les sciences des arts libéraux et les arts mécaniques

(Le Breton 1763).

  • 109 « Cet arçon est une longue perche de cinq ou six pieds, qui a une manicle de cuir au milieu, pour (...)
  • 110 ACVM - HH 402 - 5 mai 1705. Supplique des syndics de la jurande des Maîtres fabricants et garniss (...)
  • 111 ACVM - HH 399. Pétition des maîtres chapeliers aux officiers municipaux. Non datée.

18Il était destiné à battre —pour les mêler intimement et les répartir également sur toute la surface— les différentes qualités de poils constituant l’étoffe du chapeau. Cet arçon se présentait comme un outil en forme d’archer de grande dimension dont la corde était fabriquée en boyau animal109. Et les chapeliers marseillais devaient, si l’on en croit les archives, en consommer des quantités importantes puisqu’ils disputaient parfois âprement les cordes de boyau à d’autres corporations de la ville, comme celle des auffiers, en 1705, par exemple.110 À Marseille, l’usage voulait en effet que les tripes impropres à la consommation alimentaire humaine fussent livrées à prix modéré aux apprêteurs de cordes d’instruments sans passer par le sous-fermier de la triperie. Cependant, cette matière première était sensible à la conjoncture et faisait l’objet d’opérations spéculatives. Lorsque le prix du sel s’élevait, les tripiers pouvaient se saisir des déchets des tombades pour les saler plutôt que de les proposer aux fabricants de cordes d’instruments de musique et d’arçon, au grand damne des chapeliers111. Car c’était la manufacture des cordes et violons de la Porte d’Aix qui fournissait les boyaux aux chapeliers.

  • 112 Isnard 1916, 65.
  • 113 ACVM - HH 399. À Monseigneur le contrôleur général.
  • 114 Isnard 1916.
  • 115 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 32-33.
  • 116 Toutefois, « l’armée consomme beaucoup de chapeaux. Frédéric-Guillaume III en stocke cent mille d (...)

19Enfin, que représentait donc la fabrique de la chapellerie à Marseille ? Très consommatrice de main d’œuvre, cette activité était si florissante qu’au XVIIIe siècle « elle n’était dépassée que par celle du savon pour l’importance de la production, le nombre des ouvriers employés et le chiffre de l’exportation en Europe et aux colonies »112. Si ses débuts semblent difficiles à établir, elle apparaît en plein essor jusqu’à la grande peste qui en interrompit brutalement l’expansion. Dans une remontrance adressée en avril 1690, après la parution des mesures relatives à la fabrication des chapeaux ordonnant leur marque, les échevins observaient que « la manufacture des chapeaux est d’une grande considération et fait subsister sept à huit mille personnes qui vivent de ce travail soit à carder et à préparer la laine ou à fabriquer et teindre les chapeaux »113. Et un rapport de la Chambre de commerce dressé en 1728 estimait que l’industrie chapelière avait occupé sept cents ouvriers et deux mille cinq cents femmes sous la conduite de plus de cent maîtres entre 1670 et 1720114. Si le déclin amorcé avec la grande peste de 1720 continua —malgré un réel redressement de cette industrie au XVIIIe siècle115— en raison de la guerre de sept ans116 qui perturbait la circulation maritime, puis sous le coup de la concurrence espagnole, un cahier de doléances de 1789 estimait encore à deux mille le nombre des ouvrier(e-s) employé(e-s) dans la chapellerie quinze ans auparavant, chiffre certes d’un tiers inférieur à celui avancé vers 1735 par les « remontrances » consécutives à l’interdiction d’utiliser —et même de stocker— du poil de lapin et de lièvre.

  • 117 Masson 1911, 444.
  • 118 Guillerme 2007, 205.
  • 119 Jarre coupé resté dans le duvet.

20Les ouvrier(e-s) de la chapellerie étaient réparti(e-s) entre soixante dix ateliers en 1733117. Nombreuses, ces fabriques étaient des unités de taille limitée. Les fabricants marseillais procédaient-ils à des échanges de main d’œuvre comme les parisiens ? Les ateliers parisiens moyens employaient entre dix et quinze hommes auxquels s’ajoutaient « quantité d’ouvriers qui entreprennent des chapeaux et qui n’ont ni arçons ni fourneaux ; ceux-là vont faire leur ouvrage dans les ateliers où il n’y a point assez de compagnons pour remplir toutes les places ; ce qui se paye pour cela aux maîtres, les dédommage de la perte qu’ils feraient, s’ils allumaient leurs fourneaux pour un trop petit nombre d’ouvriers »118. Certaines tâches étaient toutefois accomplies à l’extérieur des ateliers comme le laissait présager l’article 5 du statut des chapeliers : les maîtres fabricants pouvaient donner des chapeaux à garnir aux maîtres garnisseurs « comme aussi à carder et trier à des femmes de la Ville pour y travailler dans leurs maisons particulières » (article 5). En effet, les opérations longues et coûteuses de préparation des poils employaient une main-d’œuvre féminine importante : les arracheuses, précise l’Encyclopédie, séparaient adroitement avec un couteau le jarre du duvet qui, lui, ne devait pas être arraché. Planées et repassées, puis à nouveau battues, les peaux se trouvaient alors complètement dépouillées du gros119 par les soins des coupeuses qui finissaient de les décatir avec un carrelet avant d’en couper les poils. Les particuliers non commerçants n’avaient toutefois pas le droit d’acheter les peaux afin de les faire couper et raser pour les revendre aux chapeliers.

21L’essentiel de la production marseillaise était destiné à l’exportation (Savoie, Piémont, Sicile, Italie, Malte, Espagne, Portugal, Suisse et partie de l’Allemagne, Indes et Nouvelle-Espagne) et rapportait un million de livres par an. La concurrence espagnole et de l’interdiction faite par l’Espagne d’importer des chapeaux en Nouvelle-Espagne —l’un des principaux débouchés de la chapellerie marseillaise— provoqua un déclin de l’activité.

Les blanchisseurs ou laveurs de laines

  • 120 Villeneuve-Bargemon 1829, 674.

22L’activité des « blanchisseries » n’était pas moins polluante. La statistique départementale des Bouches-du-Rhône, parue en 1821, indique que « quoique ce département ne possède pas de grandes manufactures de draps, et qu’il ne s’y fabrique que des tissus grossiers, la laine, soit celle du pays, soit celle que le Levant nous envoie en abondance, est l’objet de manipulations diverses » dont la première était le lavage. Marseille disposait de manufactures importantes pour cette opération : « On n’y (lavait) les laines du Levant de qualités inférieures, que l’on (vendait) pour les matelas et la fabrication »120. Figurées comme telles sur le plan de Demarest (1810), les « blanchisseries » occupaient de vastes espaces de cours avec de nombreux lavoirs, des hangars et des buanderies (fig. 118) retrouvés sur les matrices du cadastre napoléonien. Elles étaient très concentrées sur une zone comprise entre la rue Bernard-du-Bois à l’est, la place du Pentagone au nord, la Tuerie communale de la porte de la Joliette à l’ouest et le boulevard des Dames au sud. En 1827, tous les laveurs de laines de Marseille semblaient s’y être établis : rue Bernard-du-Bois, la veuve Soular ; boulevard Nédelec, et sur un immense terrain aux abords du Racati, Anne-Marie Bernard ; rue Malaval, Espérance Collet de Beaupré se trouvait au n° 1 et 3, Thérèse Robineau de Beaulieu en face au n° 4, Eugénie Boudoin d’Ollière au dessus, entre la rue Malaval et le Bon Pasteur, René Charles Hubert enfin, n° 11, dans son vaste domaine établi au sommet de la butte du Lazaret dominant le vallon de la Joliette.

Fig. 118. 1824 - Les « blanchisseries » du quartier de la Joliette, Demarest

Fig. 118. 1824 - Les « blanchisseries » du quartier de la Joliette, Demarest

(Archives de Marseille, 78 Fi 545).

23Les Robineau de Beaulieu possédaient encore un grand lavoir à l’embouchure du ruisseau de la Joliette, de même que Paul Jourdan, un peu plus haut. Paul Donnadieu était propriétaire d’un vaste lavoir à laine, mitoyen de celui d’Eugénie Boudoin d’Ollières, sur la rue Duverger. Enfin, au milieu de l’îlot Jean-Baptiste Charles Vitalis avait établi un vaste domaine comportant aussi un lavoir à laines avec le lavoir à linge. Sur la rue du Bon Pasteur se tenait une draperie, disent encore les matrices du cadastre Napoléonien. L’Indicateur Marseillais de 1812 indiquait déjà parmi les « marchands de laines » de Marseille : Jean-Bernard Deville, rue du Bon Pasteur ; Domergue et Cie, faubourg Saint-Lazare, Matel, rue Malaval ; Tassy, chemin de la Joliette.

  • 121 Arrêt du Conseil d’État de 1742, rappelant un arrêt de 1714 : « Les laines seront lavées de façon (...)
  • 122 Duhamel du Monceau 1761, 19.
  • 123 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 32.
  • 124 « Pour cet effet, la corbeille étant plongée dans l’eau, qui la pénétrera par-tout, on la relèver (...)
  • 125 La santé des ouvriers employés dans les fabriques de coton, de soie et de laine. Extrait des Anna (...)

24En quoi le travail du laveur de laines consistait-il ? Le marchand de laines accomplissait une partie des travaux préparatoires indispensables à la confection des draps, une activité réglementée : les laines devaient être correctement blanchies et des contrôleurs faisaient le tour des fabriques, des foires et des marchés pour vérifier la bonne exécution du travail121. En effet, le marchand recevait les laines brutes en grosses balles : « la plupart des fermiers vendent leurs laines en toison, et telles qu’elles sortent de dessus l’animal ; c’est ce qu’on nomme laine en surge ou en suin »122. Chaque toison était déroulée sur des claies de bois et autour des ouvriers —qui en extrayaient debout et dans une saleté repoussante les plus grosses ordures— se répandait l’odeur forte du suint. Celui-ci est un corps huileux adhérant à la laine et provenant de la transpiration du mouton ; il empêche le dessèchement du poil mais finit par former des croûtes lorsqu’il s’est accumulé. Il faut donc impérativement en débarrasser la laine afin d’assurer la bonne qualité du drap. Pour ce faire, deux opérations sont indispensables : le dégraissage et le lavage après trempage. Le dégraissage s’accomplissait avec du savon ou de l’urine en putréfaction (méthode efficace et économique, notamment pour dégraisser les très réputées laines d’Espagne) et, de préférence, dans l’eau tiède. L’on employait à Marseille les savons blancs obtenus avec de fines cendres du Levant et d’Italie, peu chargés en alcali, de même que le « marbré bleu pâle »123. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert précise : « La première opération du lavage à l’eau chaude se fait dans les baquets ou cuves disposées à cet effet. Il faut observer que l’eau ne soit pas trop chaude, le trop de chaleur amollissant les parties les plus déliées, les rapprocheroit & feroit feutrer. Que l’eau soit seulement tiède. Lorsque l’ouvrier l’aura bien serrée, pressée entre ses mains, il la mettra dans une grande corbeille d’osier, ensuite on la portera dans une eau courante pour la faire dégorger ». Ainsi dégraissée, la laine doit donc ensuite être immédiatement lavée. Comment ? Faute de rivière, l’on pouvait laver la laine soit « par tas dans l’eau dormante, » soit « dans des cuves pleines d’eau de rivière », continuait l’Encyclopédie124. Selon la qualité du tissu et la blancheur à obtenir en vue d’une future teinture, ces laines pouvaient dans tous les cas être « pilotées », c’est-à-dire relavées. Après quoi, il était nécessaire de les sécher. « Lorsque les laines ont été lavées, on les fait sécher ; l’usage dans les campagnes est de les étendre sur les prés, & quelquefois sur la terre ; mais cet usage est mauvais, indiquait encore le Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Les laines se chargent de poussière, ou même ramassent de la terre qui s’y attache ; en sorte qu’un manufacturier entendu, lorsqu’il achète des laines qui ont été séchées de cette manière, & que la proximité des lieux le lui permet, a soin de la faire secouer par les emballeurs, à mesure qu’ils la mettent dans les sacs. On en séparera ainsi la poussière & les autres ordures qui causeroient un déchet considérable. Dans les manufactures réglées, on fait sécher les laines sur des perches posées dans des greniers. Il en est de même des laines teintes destinées à des draps et autres étoffes, lorsqu’elles ont besoin de sécher avant que d’être transmises à d’autres opérations relatives à la fabrication ». Suivaient des opérations de triage des laines c’est-à-dire par qualité en fonction des parties d’où elles avaient été prélevées sur l’animal, de battage, d’épluchage et de droussage avant cardage, peignage, mélange et filage. Le travail de l’épluchage et du battage provoquait des poussières si polluantes qu’il n’est pas certain qu’il fut autorisé par les autorités municipales au voisinage des lavoirs à linge du boulevard des Dames et de la rue Fauchier. D’ailleurs, si l’on en croit le Dr Villermé, le marchand de draps s’adressait à d’autres intermédiaires avant d’obtenir son produit fini125.

  • 126 ACVM - DD 137. Mémoire de 1781.

25À Marseille, la grande proximité géographique de cette industrie avec celle de la tuerie communale pourrait porter à soupçonner que le laveur se fournissait en poils d’animaux morts. C’est là une très mauvaise idée car la laine prélevée sur les bêtes mortes était de piètre qualité en raison de son absence de résistance mécanique au foulon. En revanche, le marchand de laines avait intérêt à récupérer les tontes des troupeaux d’animaux vivants avant qu’ils ne finissent à l’abattage. Les bergers faisaient pacager les brebis en transit dans les prés et les bergeries des propriétés voisines de la Tuerie126.

  • 127 Julliany 1834, 462.
  • 128 Villeneuve-Bargeron1829, tome IX, 249.
  • 129 Julliany 1834, 462.
  • 130 Julliany 1842, tome 3, 249.
  • 131 Julliany 1834, 465.
  • 132 Julliany 1842, tome 3, 253.
  • 133 D’après les archives consultées.
  • 134 Une laine lavée perd la moitié de son poids.
  • 135 Julliany 1842, 252-253.

26Mais, surtout, la grande cité portuaire recevait « des laines, notamment communes, du Levant, de la Barbarie et de la Sardaigne », indiquait Jules Julliany dans l’édition de 1834 de son « Essai sur le commerce à Marseille »127. Les laines Mérinos provenaient d’Espagne. Vingt-cinq ans plus tard, les laines arrivaient de Turquie, d’Algérie et d’Argentine, précisait L’Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône128 « Le commerce des laines a de tout temps alimenté à Marseille plusieurs branches de l’industrie telles que le lavage et le cernissage des laines et la fabrication des bonnets façon Tunis »129. La laine lavée pouvait être réexpédiée après un début de transformation ; elle pouvait aussi être employée sur place, par exemple à la fabrication des bonnets de Tunis pour laquelle Marseille était si réputée, qu’au XVIIIe siècle, elle avait ravi son rang à la place de Tunis avec ses huit fabriques qui tournaient à plein régime en 1789. Mais sous la Restauration, l’instauration de droits de douane jugés « prohibitifs » sur les laines communes indigènes fit beaucoup chuter l’activité et réduisit au chômage des milliers d’ouvrières marseillaises sans que l’agriculture en profitât, se plaignait Jules Julliany : « La raison en est simple, c’est que la France ne produisant pas la qualité des laines que nous fournissait l’étranger, les laines indigènes n’ont pu les remplacer, et leurs prix, loin d’augmenter au gré du producteur, ont encore diminué. (…) Le contre-coup de cette ruine s’est fait sentir aussi à l’agriculture. Les manufactures dont nous venons de parler employaient des laines indigènes pour les amalgames nécessaires à la composition de leurs divers produits ; ce débouché leur a été fermé, et les producteurs ont été privés non seulemens des avantages présens mais encore de ceux que permettent les progrès toujours croissans de notre industrie, qui bientôt aurait triomphé de la concurrence étrangère »130. Ainsi, en 1842, Marseille se heurtait-elle à la rude concurrence de l’Italie et notamment celle de Gênes et Livourne, sans compter les mesures de rétorsion adoptées par les Napolitains sur les importations de draperie. En 1834, Marseille possédait dix établissements pour le lavage des laines ; ceux-ci occupaient 290 ouvriers et « (livraient) annuellement au commerce et à la fabrication environ 10000 quintaux métriques de laine lavée qui, à 220 frs les 100 kil. (produisaient) 2200000 francs »131. En 1842, Marseille avait perdu dans la crise une filature et deux teintureries de laines mais avait conservé neuf des dix lavoirs à laine, ceux-ci employant encore 350 ouvriers et la quantité de laine lavée demeurant stable et pour une valeur de 3000000 de francs132. On note aussi que les laveurs de laine marseillais tenaient souvent un lavoir à linge à côté de leur lavoir à laine133. Enfin Jules Julliany, qui commentait la crise dont il était le témoin et souhaitait encourager la reprise, recommandait d’autoriser le lavage des laines en entrepôt pendant leur transit vers l’étranger : des entrepôts pourraient être implantés, pensait-il, dans l’enceinte du Lazaret : « Le transport des laines en suint, c’est-à-dire chargées de matières étrangères, est dispendieux134 et d’ailleurs trop nuisible à la conservation de ses qualités, pour qu’on puisse faire des envois au dehors. Il existe dans l’enceinte du lazaret de vastes emplacemens et d’abondantes eaux qui permettraient d’opérer ce lavage pour l’extérieur avec toute sécurité pour la douane. Ce serait une nouvelle branche de commerce, d’industrie et de transports »135. Les laines d’importation étaient en effet, comme les cuirs, acheminées à Marseille par voie maritime et donc entreposées dans l’enceinte du Lazaret voisin à leur arrivée.

  • 136 Corbin 2004, 62.
  • 137 Guillerme 2007, 356.

27Sur le plan olfactif, la laine imprégnée d’huile fétide répandait des vapeurs très désagréables dans les ateliers et les tisserands à l’haleine puante sentaient une odeur infecte tandis que la lessive bouillante provoquait pour les blanchisseuses l’émanation de vapeurs jugées si « funestes » qu’elles constituèrent un temps un frein à l’extension de cette activité note Alain Corbin136. Les « blanchisseuses de toile » marseillaises, dont l’activité fut très importante au moment de la mode des indiennes, utilisaient de la soude malodorante. Sur le plan lexical, André Guillerme fait par ailleurs une mise en garde importante : « Il nous faut distinguer la lavandière qui lave la laine de la blanchisseuse qui lave le linge sale, blanc, toile et coton »137.

Les ciriers et chandeliers

  • 138 La rue Bernard-du-Bois borde le sud du même îlot. Rue des Maçons, il s’agit de la fabrique de Jac (...)
  • 139 Cette usine a été reconstruite en 1876 afin d’y établir une savonnerie (cf. matrices du cadastre (...)
  • 140 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 70.
  • 141 ACVM - FF 318. - 2 mars 1712.
  • 142 Guillerme 2007, 380-381.

28Les ciriers et les chandeliers utilisaient également des matières putrescibles pour leur fabrication. À l’angle du boulevard de la Paix (actuel boulevard Charles Nédelec) et de la rue des Maçons (actuelle rue Longue des Capucins)138 s’élevaient deux fabriques de chandelles —dont celle de Joseph Nègre139 (fig. 51), ce qui n’étonne guère puisque l’édit de 1729 leur avait assigné ce quartier pour leur installation (cf. supra). Un peu plus au nord, sur le plateau Saint-Charles, se dressait aussi une vaste fabrique de cire représentée en 1810 par le dessinateur Brochier, chargé d’étudier les alignements nécessaires pour la réalisation des nouveaux boulevards extérieurs (fig. 119). Toujours à l’extérieur des remparts, sur le versant nord du vallon de la Joliette, s’installa plus tardivement (1849) la vaste stéarinerie des Fournier. Cette relégation s’explique par le grave risque d’incendie engendré par cette activité mais aussi par la pollution qu’elle provoquait. Si, pour obtenir de la cire, les fabriques marseillaises pouvaient employer le miel des ruches alentour et des importations du Levant et d’Afrique du nord140, les chandeliers faisaient aussi fondre le suif et la graisse de bœuf et de mouton. Et, afin de la clarifier et de la purifier, ils y ajoutaient aussi du « cristal minéral » qu’ils disputaient aux teinturiers141. Mais ces graisses devaient être lavées et hachées avant d’être fondues soit par les bouchers (fonderie de suif dite « en branche ») soit par les chandeliers. Les bouchers vendaient des pains de suif épurés à un prix réglementé. On coulait ce suif fondu dans une baguette de coudrier sur laquelle on accrochait le coton mouillé des mèches. Les chandelles ainsi obtenues étaient ensuite séchées et blanchies par une exposition au grand air et à l’abri du soleil. À partir de la Restauration, la chandelle fut moulée et la méthode de la chandelle à la baguette, considérée comme trop lente et trop aléatoire, reléguée définitivement à la fabrique familiale. À la même époque, le manufacturier parisien Adolphe de Milly parvenait à séparer la partie dure du suif, la stéarine, et à réaliser des produits plus performants qui achevèrent les petits ciriers142.

Fig. 119. Brochier, plan d’alignement du boulevard de la Paix. En R, lavoir à laine du sieur Bernard, 1840

Fig. 119. Brochier, plan d’alignement du boulevard de la Paix. En R, lavoir à laine du sieur Bernard, 1840

(Archives de Marseille 128 Fi).

  • 143 ACVM - FF 321. Affaire Vernier - 26 janvier 1715.
  • 144 ACVM - 434 n° 6. Procès opposant Jean-Baptiste Vence, négociant contre la veuve Bernard, fabrican (...)
  • 145 Le Roux 2011, 41-42.

29L’exemple des chandelleries (fig. 120) est une illustration de la politique suivie par les autorités durant tout le XVIIIe siècle à Marseille : il s’agissait d’éloigner les fabriques utilisant des matières en putréfaction. Nous avons déjà évoqué l’affaire Vernier que ses voisins avaient fait traduire en justice. En effet, des odeurs infectes imprégnaient les maisons, les meubles, les vêtements et empoisonnaient l’air au point que, près de sa chandellerie du port, des plaignants ne craignissent des conséquences nocives pour leur santé. Le propriétaire et manufacturier, Joseph Vernier, avait certes pris la précaution de faire bâtir des tuyaux d’évacuation d’une hauteur supérieure à celle de la toiture de la fabrique qu’il avait établie, en avril 1699, au quatrième et dernier étage d’un immeuble en ruine. Mais, les chaudières avaient progressivement gagné tous les étages et les voisins requéraient de la justice d’une part le transfert de la fabrique Rive Neuve ou au « quartier des tanneries », et d’autre part la démolition des chaudières en présence d’huissier143. Ils l’obtinrent, contrairement aux Parisiens qui ne parvinrent pas à expulser les chandeliers hors des murs d’enceinte avant le début du XIXe siècle. Mais à la même époque, Paris comptait aussi une cinquantaine de tueries en ses murs et ces deux activités étaient très liées. Et, en août 1780, les Marseillais obtinrent encore l’éviction par le lieutenant général de police d’une chandellerie qui prétendait s’établir sur le port au prétexte de ce que le règlement de 1729 serait tombé en désuétude et qu’il fallait « des facilitées pour le commerce »144. Les nuisances dues à la fonte du suif étaient supérieures à celles du travail du cuir par exemple en ce qu’elles présentaient de gros risques d’incendie, outre le dégagement d’odeurs infectes. Thomas Le Roux note aussi « les descriptions apocalyptiques écrites dans les années 1780 par les entrepreneurs qui tentaient de convaincre les autorités de déléguer l’activité d’abattage et de fonte du suif en dehors de Paris »145. À Marseille, si l’éclairage à l’huile comptait de très nombreux partisans, la cire était surtout produite pour l’usage du culte ou pour l’exportation dans les colonies.

Fig. 120. 1852 - À titre d’exemple un plan de fabrique de suif : Amphoux à la Capelette

Fig. 120. 1852 - À titre d’exemple un plan de fabrique de suif : Amphoux à la Capelette

(AD BDR, 5 M 442).

  • 146 Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône, tome VIII, p. 36.
  • 147 Daumalin 2010, 219.

30La chandellerie, qui importait la graisse de suif d’Italie ou de Moscovie lorsque la graisse du pays faisait défaut, enregistra une nette progression au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle146. Elle fut supplantée par la stéarinerie au XIXe siècle. En 1836, Louis et Frédéric Fournier, qui établirent une usine vaste et moderne rue Sainte-Julie, introduisirent à Marseille et à bas prix, avec Milly leur inventeur, les bougies stéariques de l’Étoile. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la société anonyme diversifiée contrôlait 53 % de la production française de stéarine147. Cette industrie était liée à la savonnerie parce que l’on obtenait les bougies stéariques en précipitant l’acide stéarique dans une solution de savon à base de gras saturé comme le suif.

  • 148 ACVM - FF 321. Affaire Vernier - 26 janvier 1715. « C’est [l’odeur] la plus désagréable, la plus (...)

31Ces fabrications occasionnaient lors de la fonte une exhalaison de fumées épaisses et de vapeurs « puantes, infectes, désagréables, dégoûtantes, insupportables, pernicieuses et insinuantes » ainsi qu’une pollution par rejet des eaux usées148.

Les autres manufactures de la putréfaction

  • 149 Villeneuve-Bargemon 1829, t. IV, 779-780. Cette description ressemble davantage à celle d’une fab (...)
  • 150 AD BDR - 5 M 352.

32Dans l’une des manufactures du chemin de la Joliette, les frères Boffe, dont l’installation comportait une tannerie, fabriquaient aussi la colle forte —établissement dangereux de première classe— qui répandait une infection. Rien de surprenant car, pour fabriquer de la colle forte, « la plus ancienne [méthode] consiste à faire bouillir des rognures de peaux ou de carcasse pour les réduire en gélatine. Cette méthode est usitée chez quelques tanneurs, qui mettent à profit les débris de leur fabrication. La plus moderne consiste à extraire la gélatine contenue dans les os d’animaux, au moyen de l’acide chlorhydrique », expliquait le préfet Villeneuve dans son encyclopédie149. Étroitement associées, ces deux activités —tannerie et colle forte— étaient aussi associées à la production de gélatine. En 1827, Lazare Béranger demandait à substituer par une fabrique de gélatine sa tannerie de la place du Terras tandis qu’en 1830, Louis Blanc adressait la même demande administrative : « qu’attendu l’état d’inactivité de sa fabrique de charbon animal établie à Saint-Lazare, occasionnée par le défaut de débouché de ses produits, il lui soit permis d’extraire des os amassés dans ses ateliers, la gélatine dont la fabrication est rangée par la loi dans la troisième classe »150.

  • 151 Parfois orthographié d’Angelli.
  • 152 Le monastère du Saint-Sacrement était situé « rue tirant de l’église des Pères Récolets à la port (...)
  • 153 ACVM - HH 402 - 5 mai 1705. Supplique des syndics de la jurande des Maîtres fabricants et garniss (...)
  • 154 ACVM - HH 402. 31 décembre 1685. Lettres patentes en faveur de Jean-Baptiste d’Angello.
  • 155 ACVM - HH 402. 18 octobre 1723.

33Chemin de la Joliette toujours, un boyaudier fournissait les chapeliers en arçons et les musiciens en cordes d’instruments. Établie depuis « très long temps » non loin de la Tuerie, à côté de l’actuelle place du Pentagone, la manufacture des cordes et violons de Jean-Baptiste d’Angello151, originaire de Rome, et de son neveu Antoine, de Marseille, fournissait aux chapeliers marseillais toutes les qualités de cordes dont ils avaient besoin pour fabriquer leurs arçons à bon marché. Cette fabrique avait auparavant été installée près du couvent du Saint-Sacrement152 par leurs prédécesseurs et parents, les Sichelli, eux-mêmes successeurs d’autres parents153. Cette manufacture était importante et c’est pourquoi Louis XIV accorda à Jean-Baptiste d’Angello le droit de vendre, faire vendre, débiter et distribuer des cordes d’instruments partout dans le Royaume et à l’étranger, par ses Lettres Patentes du 31 décembre 1683. En effet, avant l’établissement de cette manufacture, les chapeliers marseillais étaient obligés d’aller se fournir à Avignon, à Lyon ou à Rome. Or, dès 1683, non seulement les d’Angello approvisionnaient les Marseillais mais ils exportaient aussi en Espagne et en Italie154. La grande peste emporta le maître et tous les ouvriers et, lorsque le neveu toulousain vint à Marseille pour relever l’affaire, il se trouva en butte à l’hostilité des sous-fermiers de la boucherie. Il reçut le soutien des autorités155 car la chapellerie tenait une importance certaine dans la vie économique et sociale marseillaise du XVIIe siècle.

  • 156 Villeneuve-Bargeron, t. IV, p. 779.
  • 157 En Île-de-France et à partir de 1810, cf. Guillerme 2007, 95.

34Enfin, les futurs raffineurs de sucre, Grandval et Girard, avaient déjà établi pour les besoins de leur future industrie —une fabrique de noir d’ivoire sur le boulevard des Dames— une calamité qui voisinait aussi avec une tannerie. Car, pour fabriquer du noir animal, il fallait d’abord « (triturer) les os sous une meuble semblable à celle des moulins à huile ; la matière pulvérulente est ensuite placée dans des marmites en fonte, sur lesquelles est un couvercle lutté avec soin et que l’on pose sur les fourneaux où la calcination s’opère à vase clos »156. Mais, note Alain Guillerme, du méthane s’échappait des fissures, brûlait et augmentait la température de cuisson au grand dam des riverains parisiens soumis au même voisinage157. Le noir animal entrait aussi, avec l’alun importé d’Espagne, dans la fabrication de la crème de tartre, également produite dans le quartier. En 1853, au cours d’un procès qui opposait Pierre Massot —l’un des principaux concurrents de Joseph Grandval— à un voisin qui tentait d’exploiter une guinguette et un jeu de boules à deux mètres de sa fabrique de noir animal, trois « experts chimistes commis d’office » par le tribunal visitaient les lieux qu’ils décrivaient soigneusement.

Description de la fabrique de noir animal de Pierre Massot, raffineur de sucre par Mermet, de Curel et Laurens, 9 août 1853

Rapport d’experts (Extraits)

35« La fabrique appartenant à M. Massot est située au quartier de St-Lazare, à l’angle de la rue des Siffleurs et du passage conduisant à la raffinerie de sucre appartenant au dit sieur Massot.

36Elle se compose :
1° de deux fours à réverbère servant à calciner les os ;
2° de deux paires de meules verticales pour triturer les os ;
3° d’une machine à vapeur de la force de quatre chevaux ;
4° d’une chaudière à vapeur ;
5° d’un hangar servant à entreposer les os et de divers magasins.

37Les fourneaux à calcination sont chargés chacun avec 24 marmites chargées d’os grossièrement concassés. La calcination de ces os dure de 3 heures 1/2 à 4 heures. Les fourneaux fonctionnent tous les jours et calcinent environ 2100 kilogrammes d’os par jour. Chacun de ces fourneaux est muni d’un foyer alimenté avec du lignite provenant des mines de Fuveau.

  • 158 Fermer hermétiquement un récipient destiné à être mis au un feu avec du lut, une pâte formée d’ar (...)

38Lorsque la température est suffisamment élevée, on introduit sous la voûte des fourneaux, les marmites pleines d’os et lutées158 avec de l’argile. Au bout d’un certain temps les gaz combustibles se dégagent par les fentes de l’argile, ils s’enflamment et entretiennent une chaleur suffisante dans les fourneaux pour qu’il ne soit plus nécessaire d’ajouter qu’une très faible quantité de combustible jusqu’à ce qu’une opération subséquente où tout se passe comme nous venons de l’indiquer.

39Lorsque la calcination est terminée, les marmites sont retirées des fourneaux, refroidies et les os extraits sont transportés dans des appareils de trituration.

40Toutes les fumées provenant de ces fourneaux se rendent dans une cheminée en maçonnerie située dans la cour de l’usine.

41Les meules verticales servant au broyage des os calcinés sont mues par une machine à vapeur de la force de quatre chevaux. Cette machine reçoit sa force d’une chaudière qui fonctionne quatre jours par semaine. Le foyer de cette chaudière est, comme ceux des fourneaux à calcination, alimenté par du lignite Fuveau.

42Les fumées se rendent dans une cheminée construite en maçonnerie jusqu’à une hauteur de 10 mètres 25 centimètres surmonté d’un tuyau en tôle de 4 m 25 environ de hauteur.

43Les os sont amenés dans l’usine en quantité variable, entassés sous un hangar et lorsque celui-ci est insuffisant, ils sont déposés dans la cour même de l’usine, contre le mur de clôture qui longe la rue des Siffleurs. L’emplacement étant assez restreint, les os dépassent quelquefois la crête du mur de clôture et on a été obligé d’ajouter une palissade à claire voie qui forme la continuation de ce mur.

44Nous avons reconnu que lors de notre premier audit sur les lieux la quantité d’os approvisionnés était d’environ 230000 kilogrammes ; qu’ils étaient en partie chargés de fragments charnus, non encore décomposés, qui déterminoient une putréfaction active de telle sorte qu’en remuant les os, ils exhalent une odeur fétide très désagréable ». (…)

Odeurs et vers provenant des os

45« Les os entassés dans la fabrique sont encore chargés de parties charnues et tendons et de peaux, qui entrent en putréfaction par l’effet de l’humidité, et dans la chaleur, ils répandent dans les environs une odeur fade très désagréable et rendent insalubre l’air qui environne ce dépôt.

46« La putréfaction engendre des vers en abondance. Nous en avons trouvé en abondance dans les os et reconnu de nombreuses traces et des larves sur les murs du sieur Rostan. Toutefois, il nous a été impossible de constater la présence de vers vivants dans les trous qu’ils ont fait au dit mur. Cette désertion doit être attribuée aux nombreuses poules que le sieur Massot entretient pour les détruire et aussi à la diminution considérable de l’approvisionnement d’os.

47« Nous pensons que ces odeurs sont telles que le voisinage de l’amoncellement d’os est très désagréable mais qu’à la distance où se trouve l’établissement du sieur Peyronschy, l’air ambiant n’est plus assez vicié pour qu’il soit insalubre. Que les trous faits par les vers n’ont point altéré la solidité des murs du sieur Rostan mais qu’ils en ont rendu l’aspect désagréable ».

Autres fabriques chimiques

  • 159 Acte du 20 mai 1807, notaire Donjon à Marseille.
  • 160 AD BDR - 1 U 410. Procès du 15/02/1816, AD BDR 410 U 74. Affaire Massot/Rostan d’Ancezune.
  • 161 ACVM - 2 N 4. Demande de concession d’un liard d’eau par Jacques Martin, salpêtrier du Roi au Mai (...)
  • 162 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 71-72.

48Mais d’autres activités, qui n’utilisaient pas les produits animaux, étaient aussi présentes et non moins incommodantes. Dès la décennie 1750, Raymond Guérin, le troisième d’une famille de chimistes, s’occupait de « chimie pratique ». Il s’était d’abord installé rue des Maçons, puis rue de la Fare où il s’attira les foudres de ses voisins, des gens « de condition », furieux de suffoquer de jour comme de nuit derrière leurs fenêtres fermées et de voir ternir leurs meubles et se tâcher le linge étendu dans les jardins. Guérin ne fabriquait, disait-il, que des préparations pouvant entrer dans les remèdes ou servir aux fabricants comme aux arts et aux artistes, travail éminemment utile au commerce. Et il attribuait la cause de la pollution à l’environnement artisanal général : « Le quartier dont il s’agit est un quartier peuplé de fabriques. C’est celui qui avoit été destiné aux fabriques de chandelles. On y brûle du charbon de pierre dont la fumée et l’odeur est véritablement désagréable. On y emploie des drogues fort capables d’exciter des plaintes de quelque fondement ». Le 27 juillet 1764, il lui était néanmoins défendu de tenir aucun laboratoire dans sa maison et « d’y travailler à aucune préparation, distillation, composition et opérations chimiques ». Mais l’on sent bien que le chimiste exprimait quelques vérités dans la présentation de sa défense. Car la liste des activités polluantes n’est pas terminée. Au chapitre des raffineurs de soufre, l’Indicateur Marseillais de 1812 cite Mouren et fils, chemin d’Aix ; François-Auguste Porry boulevard des Dames ; Veillet et Cie, rue Fauchier ; Vernet fils, rue du Petit Saint-Jean, Augustin Signoret, place de la Major. Celui de 1813 ajoute Arbaud, boulevard d’Enghien. Or, Porry et Signoret étaient des entrepreneurs importants sur la place de Marseille. Avec Boffe, ils avaient pris des parts dans la Cie Chassebeau, laquelle avait racheté le brevet perfectionné d’un autre Marseillais, Jean-Baptiste Michel159 (cf. Castrucci, Collinet, de Luca, supra). C’est à tort qu’ils accusèrent de contrefaçon leur concurrent Vernet, établi à la fois 45, grand chemin d’Aix et 9, rue Malaval160. Certains raffineurs de soufre exploitaient en même temps une fabrique de colle forte. Leur activité s’ajoutait à celle de la Manufacture royale des poudres et des salpêtres de la rue Bernard-du-Bois dont l’activité avait généré à partir de 1820 au moins une succursale connue, sise 50 grand chemin d’Aix et pour laquelle avait été demandée une concession d’eau161. Naissante en 1765, l’industrie du soufre avait connu un essor remarquable dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : « La France et la marine (s’approvisionnaient) à Marseille en soufres, ainsi que tous les États européens, hormis l’Italie, la Nouvelle-Angleterre et les colonies. Par ailleurs, les raffineries (produisaient) également de « la fleur de sel » (…) que les Hollandais eux-mêmes s’en (venaient) acheter à Marseille ». À partir de 1809, on employait le soufre pour fabriquer de l’acide sulfurique, de la poudre à canon, divers sulfates, pour blanchir la laine et la soie et pour faire des mèches soufrées destinées aux tonneaux de conservation des vins. Cette industrie était éminemment polluante et, à Marseille, à partir de 1778, les employés des fermes visitèrent les fabriques de soufres « à toute heure du jour et de la nuit »162. Et nous savons que la Salpêtrière royale déposait aussi d’énormes quantités de rejets sur la voie publique, le long des lices extérieures de la Porte d’Aix.

  • 163 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 73.
  • 164 Villeneuve-Bargeron 1834, t. IV, 714.

49Un peu plus bas, entre un laveur de laine et un tanneur, se trouvait une fabrique de verre, activité à laquelle les échevins restèrent opposés jusqu’en 1760163. Car « les potasses, soudes et acides (servaient) directement ou indirectement à la fabrication du verre. On se (servait) de la houille pour opérer la fusion des matières, et du bois de pin pour l’entretenir durant le travail des ouvriers »164. La soude était aussi une matière première qu’employait la savonnerie, également présente aux abords de la rue Bernard-du-Bois, et qui occupait une place particulière à Marseille.

50Bien que de nombreuses savonneries fussent localisées sur la rive sud du Lacydon, les matrices du cadastre napoléonien en mentionnent deux en 1827 : l’une, boulevard de la Paix (fig. 97) et l’autre, sur la place extérieure de la Porte d’Aix.

  • 165 Indicateur Marseillais, 1812, Tableau historique. Quant à ce que représentaient certains grands n (...)
  • 166 Daumalin 2013, 58.

51Et sur le flanc nord-ouest de la butte des Carmes, elles restaient très nombreuses et tenues par des savonniers renommés (Ponjuranès, boulevard du Belloy ; Roux fils et Cie à la Tour Saint-Paule ; Payen et Cie, près de la Porte de la Joliette ; Rampal Joseph, place de Lorette ; Pujol Antoine, Lacoste et Cie, rue Étroite ; Grimes jeune et Cie, Yvan Esprit et Cie, rue Sainte-Claire ; Anselme, rue Trigance en 1812 ; Cardin, faubourg Saint-Lazare)165. En 1810, Brochier en avait dessiné deux autres sur le plateau Saint-Charles très industrialisé (fig. 121). Considérée comme la « doyenne des industries », la savonnerie avait représenté jusqu’à la moitié de la production industrielle locale à la veille de la Révolution. Sa fabrication, codifiée une première fois par l’édit de 1688 puis par les règlements de 1812, avait été stimulée au XVIIIe siècle par la mode des indiennes dont la fabrication nécessitait l’emploi de savon pour le blanchissage des toiles. La savonnerie employait l’huile d’olive, les cendres et la soude végétale. Si le procédé de fabrication de la soude artificielle inventé par Leblanc était connu à Marseille, il ne fut pas exploité avant 1809-1811 en raison à la fois du coût élevé de son application et de la fluidité des échanges transméditerranéens. Mais, à partir de 1808, tout changea. En effet, les interruptions des échanges avec l’Espagne suite à la guerre déclenchée par Napoléon Ier, modifièrent le contexte et, « en quelques mois seulement, » une trentaine d’entrepreneurs engagèrent les capitaux nécessaires à l’exploitation coûteuse du procédé, soit un investissement très important, « de l’ordre de 4 millions de francs » observe Xavier Daumalin166.

Fig. 121. Extrait du plan Brochier, plan d’alignement du boulevard Thubaudeau – 1840

Fig. 121. Extrait du plan Brochier, plan d’alignement du boulevard Thubaudeau – 1840

(Archives de Marseille 128-Fi).

  • 167 La soude naturelle, d’origine végétale, est obtenue par calcination de différentes espèces de pla (...)
  • 168 Guiral 1951, 54.
  • 169 Daumalin 2006, 8, § 16.
  • 170 Daumalin 2006, 1, § 2.

52Pour fabriquer le savon, le savonnier introduisait simultanément l’huile d’olive, la soude et un fond de savon provenant d’une précédente cuite dans le chaudron qu’il chauffait à 120°C en remuant afin de commencer la saponification. On soutirait ensuite la glycérine obtenue et déposée en fond de cuve. Lorsqu’en 1808 les importations espagnoles ou italiennes de soudes naturelles furent interrompues, les savonniers marseillais commencèrent alors à utiliser des soudes chimiques dites artificielles167, issues de l’exploitation du procédé Leblanc, (le procédé Solvay n’apparut qu’en 1863) lequel consistait à produire du carbonate de soude en décomposant le sel marin avec de l’acide sulfurique (vitriol). Pierre Guiral estimait qu’en 1818 il ne restait déjà plus que quelques fabricants à employer la soude naturelle et qu’en 1826, les derniers fidèles en avaient abandonné l’emploi168. Rue du Bon Pasteur, par exemple, Rivalz fabriquait justement du sel de soude. Sans doute s’agit-il de Félix Rivalz dont Xavier Daumalin a signalé l’installation dans le petit port des Goudes en 1825169. Avant la Révolution, Marseille importait entre 13000 et 15000 tonnes de soude végétale pour alimenter sa quarantaine de savonneries : c’est dire l’importance de cette fabrication dont le principal débouché était la savonnerie170.

  • 171 Sur les techniques de fabrication, cf. Xavier Daumalin 2001, 139-158.
  • 172 Daumalin 2006, 27-46.
  • 173 Daumalin 2013, 66.
  • 174 Procédé industriel conçu en 1825 par l’industriel de Septèmes, Blaise Rougier, qui permettait de (...)
  • 175 Daumalin 2013, 74-75.

53Le procédé Leblanc était très polluant et très dangereux pour la santé des ouvriers et produisait un déchet très encombrant171. Que dire d’une telle présence en ville ? Habituellement établies aux confins du terroir marseillais, les soudières ne suscitaient pas moins de nombreuses protestations devant le désastre écologique qu’elles occasionnaient172. Xavier Daumalin, qui étudie le conflit environnemental provoqué par les soudières marseillaises au début du XIXe siècle, insiste sur deux aspects. D’abord, les intérêts des grands propriétaires terriens et des agriculteurs propriétaires n’avaient pas grand-chose à voir avec ceux des armateurs-négociants et des savonniers favorables à l’emploi de la soude d’origine végétale plutôt qu’artificielle parce que la première leur permettait d’obtenir à meilleur coût un savon moins cassant et moins rugueux. Aussi Xavier Daumalin pose-t-il la question d’une possible instrumentalisation de la peur des riverains par certains milieux économiques173. D’autre part, conclut-il, si sur le plan administratif, l’État a entériné de facto la situation des usines déjà existantes en milieu urbain, une particularité marseillaise apparaît néanmoins dans l’expertise : « Si à Paris et Rouen les chimistes —proches des entrepreneurs ou industriels eux-mêmes— jouent un rôle de premier plan dans l’affirmation d’un compromis industrialiste combattu par les médecins, à Marseille ce sont les médecins qui définissent ce même compromis. Cela se constate en avril 1810 lorsque le maire de Marseille impose la « norme Fodéré » ; cela se retrouve encore en 1826, lorsque les membres du conseil de salubrité publique —où les médecins prédominent— valident le procédé Rougier174 et rendent possible le maintient des soudières à côté des habitations, malgré une condensation incomplète de l’acide chlorhydrique » (cf. supra)175. La savonnerie était aussi très polluante et les archéologues qui fouillent des sites dévastés par la soude ne le savent que trop bien. Les déchets des savonneries étaient très volumineux et empoisonnaient la ville au nord et au sud (cf. infra).

54Enfin, les potiers employaient aussi beaucoup de substances chimiques pour réaliser les magnifiques décors de leurs productions.

Les vestiges du premier grand centre de céramique marseillaise

  • 176 À Paris, l’établissement des « potiers de terre » en ville était interdit depuis 1486 « attendu q (...)

55Toujours dans le même quartier, Matheron, un potier spécialisé dans la fabrication des poteries jaunes, était établi 13, rue Desaix. Non loin de là, au 25 du grand chemin d’Aix, le potier de terre Martin Aîné avait lui-aussi développé son activité. Les potiers incommodaient beaucoup leur voisinage en raison des fumées noires que rejetaient leurs fours durant les cuissons176. D’autre part le danger d’incendie provenait du stockage de bois de pins destiné à alimenter le feu. Il valait donc mieux qu’ils se fussent établis hors les remparts, sur le versant sud de la butte du Lazaret.

  • 177 Abbé G. Arnaud d’Agnel 1970.

56Car ce que laisse ici entrevoir la consultation des matrices cadastrales de 1827 n’était que la partie émergée de l’iceberg : le faubourg Saint-Lazare fut un grand centre de production de poteries durant tout le XVIIIe siècle. Jean-Baptiste Delaresse puis les Clérissy et les Héraud, les Fauchier, les Lefèvre, Jean Rome avaient été voisins ou s’étaient succédés aux abords de la place du Pentagone et du grand chemin d’Aix177. L’autre grand centre de la poterie marseillaise était installé au-delà des remparts sud, à l’extérieur de la Porte de Rome. La faïence marseillaise rivalisait avec les plus grands centres français et européens.

Produits fermentescibles et agro-alimentaires

57Rue d’Aix était présente une autre fabrication très polluante sans rapport, cette fois, avec les sous-produits animaux mais considérée comme tout aussi nuisible parce qu’employant des matières organiques fermentescibles indésirables en ville.

  • 178 Gervais Veuve de Jacques François, meunier à Cassis.
  • 179 Billoud 1957, 34.
  • 180 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 71. Pour compléter cette description de la rue d’Aix, il convient (...)

58En effet, la rue d’Aix permettait aux charrettes d’acheminer certaines denrées pondéreuses jusqu’à ses portes. C’était, semble-t-il, le cas des céréales puisque l’Indicateur Marseillais de 1827 mentionnait l’établissement de dix marchands de grains dans cette rue et deux sur la place d’Aix. Les grains n’étaient d’ailleurs peut-être pas toujours venus de très loin puisque dans la seule rue Bernard-du-Bois, on observait encore l’empreinte de trois moulins dont l’un demeurait la propriété de la veuve d’un meunier cassidain en 1827178, les deux autres étant désaffectés comme de nombreux autres moulins urbains. Ces marchands de grains devaient approvisionner quelques fabricants qui utilisaient leurs fournitures comme matières premières : ainsi, au début du XIXe siècle, deux fabricants de vermicelles voisinaient-ils avec trois fabricants d’amidon et, dans la rue Longue des Capucins toute proche, Pierre Joseph Bourges réalisait-il lui-même des moules destinés à la fabrication de vermicelles dont l’existence est attestée à Marseille depuis 1691179. Cinq boulangeries au moins complétaient l’équipement du quartier en commerces de détail. Le développement des fabriques d’amidon, qui utilisaient elles-aussi le grain, peut s’expliquer, quant à lui, par la mode de la « poudre à poudrer » et les besoins de l’activité textile. Toujours selon l’Indicateur Marseillais de 1812, les fabricants d’amidon étaient nombreux dans cette zone (Barthélémy, Moulardon, rue de Lorette ; Cartoux, Sébastien Petit, rue Sainte-Claire ; André Roudier, rue Étroite ; Peiné, rue des Grandes Maries ; Laugier, rue de la Treille ; Lafont, Meyer hors de la Porte d’Aix) et beaucoup d’entre-eux fabriquaient aussi de la poudre. Toutefois, selon le Guide Marseillais, cette industrie se trouva assez vite dans un état « déplorable »180.

  • 181 ACVM - FF 317 - 26 juillet 1706.
  • 182 ACVM - FF 317 - 3 août 1706.
  • 183 Le Roux 2011, 61.

59Or, les industries qui employaient des produits alimentaires fermentés occasionnaient aussi de grandes nuisances olfactives. En 1827, non loin de la rue Bernard-du-Bois, au tout début du chemin de la Joliette, Pierre Payan tenait une amidonnerie dont nous ne savons rien mais, à côté de l’éperon rocheux que suivait le même chemin d’Aix, le sieur « Moulin » Blanc possédait une fabrique d’amidon établie sur les terres de sa grande bastide « où il faisait travailler l’amidon avec si peu de précaution que tous les voisins et les passants en sont extrêmement incommodés au moyen de l’odeur qui s’exhale de l’eau qui a croupi pour corrompre le bled qu’on employe, ce qui n’arriveroit pas si on ne mettait dans les cuviers que du bled de bonne qualité, et qui ne fut pas pourri parce qu’en changeant l’eau, elle n’auroit pas l’empreinte et l’odeur de ce mauvais graind. Et les esprits qui en sortent n’infecteroit pas et les voisins et les passans... »181. Or, non content de faire fermenter un mauvais blé, l’amidonnier précipitait aussi directement les eaux usées « puantes et corrompues » sur l’espace public182. Le sieur Moulin Blanc fut condamné pour n’avoir pas utilisé du grain de bonne qualité et ce, conformément aux règlements en vigueur jusqu’en 1771. Cette fabrication avec des eaux de la macération dégageait toujours une odeur si infecte que leur rejet était considéré comme nuisible à la santé. Au point que l’administration parisienne avait fini par concentrer les amidonniers dans une zone « où la Bièvre et la rue de Montreuil leur offrait un exutoire naturel pour leurs eaux »183.

  • 184 AD BDR - 5 M 356. L’huile de lin ou « huile de graines de lin » est une huile de couleur jaune d’ (...)

60En 1838, Joseph Ranque avait établi une première fabrique, « un moulin à huile de graines de lin mu par des chevaux dans son domaine situé à Marseille, place extérieure de la Porte d’Aix, n° 4 » sans susciter la moindre opposition184. Il semble que cette installation ait surtout présenté des risques liés à l’incendie.

  • 185 Bunel 1887, 13.
  • 186 Faget 2011, 335.

61Douze ans plus tôt, le brasseur Jean-Jacques Velten —qui utilisait aussi le grain, quoique d’orge, pour obtenir du malt— s’était établi d’abord modestement, 42, rue Bernard-du-Bois, en face de la manufacture de soufre et de salpêtre. Or, la brasserie fut également incluse dans la réglementation de 1810 relative aux établissements classés « dangereux, insalubres et incommodes » car elle était très nauséabonde. En effet, les rejets de drêche et de lie de bière pouvaient entrer en putréfaction et répandre une odeur épouvantable. Si elle ne fut pas retenue comme dangereuse pour la santé, il fut quand même suggéré d’établir les nouveaux établissements loin des habitations185. Ce qui n’empêcha pas les successeurs du fondateur de Velten, au tout début du XXe siècle, de s’opposer à l’installation des « Pêcheries de la Méditerranée » qui s’établirent 8, boulevard de la Paix, à côté de la raffinerie nationale de soufre et de salpêtre, au prétexte officiel que cette activité était réputée pour répandre des odeurs nauséabondes186.

  • 187 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 177.
  • 188 ACVM - 2 N 4, pièce n° 52 du 22 octobre 1821.
  • 189 AD BDR - 5 M 573.
  • 190 Cathy, Richard, Echinard 1999, 174.
  • 191 AD BDR - 363 E 482. cf. Annick Riani, « Le domaine des Mauche : tannerie, raffinerie et domaine G (...)
  • 192 Demande d’autorisation d’installation adressée à la Préfecture des Bouches-du-Rhône, le 28 octobr (...)

62D’extension en extension, les « Brasseries de la Méditerranée » avaient fini par compter quelques cinq cents salariés en 1867187 lorsque six ans plus tôt, la raffinerie de sucre voisine de Joseph Grandval en employait mille cinq cents. En effet, l’industrie du sucre, qui appartient elle aussi à l’industrie agro-alimentaire, fut également très bien représentée à Marseille dès le XVIIIe siècle. Développée à Marseille au temps de Colbert, elle connut un premier essor après 1719 lorsque les sucres bruts ou terrés arrivèrent en abondance d’Amérique grâce à la libéralisation du commerce. Mais surtout, elle connut un second grand et bref essor au XIXe siècle. En 1827, Pierre Massot possédait déjà deux très vastes raffineries, l’une sur le boulevard des Dames, non loin de la Tuerie et l’autre sur la place extérieure de la Porte d’Aix, dans la « grande auberge de Regimbaud. »188 Arnavon était établi entre les rues du Bon Pasteur et Camille Pelletan et Jaubert et Seren étaient installés avec les tanneurs, sur le flanc nord de la butte des Carmes, rue Sainte-Claire. Par ailleurs, en 1819, Martin et fils (43 rue des Dominicaines) ; en 1822, Jean-Baptiste Cavaglieri et Jean Bérard aîné (1 & 16, rue Trigance) ; en 1823, Claude Mottet (27 rue du Bon Pasteur) ; en 1824, Jacques Jaubert (6 rue de la Treille) ; en 1825, Pierre Honoré Roux (13 et 15 rue des Phocéens) et en 1826, Loze cadet (21 boulevard du Belloy) avaient adressé une demande d’autorisation en préfecture189. Mais surtout, chemin de la Joliette, le raffineur de sucre Joseph Grandval s’était associé dès 1824 avec Antoine Girard, ancien meunier, pour exploiter une fabrique de noir animal sise 24, chemin de la Joliette et, en 1831, grâce à l’appui du banquier Laurent, les deux entrepreneurs avaient réussi à racheter une première raffinerie de sucre située non loin de la fabrique de noir animal, 6 et 8 rue la Treille190. Dès 1835, Joseph Grandval disposait de suffisamment de capitaux pour acheter le terrain qui deviendrait le cœur de son domaine, constitué par achats successifs. Il acquit le premier terrain sur lequel il fit édifier la première raffinerie du boulevard des Dames, soit 2430,66 m2, le 24 juin 1835 de Laurent Thomas Piot, c’est-à-dire lorsque la conjoncture était devenue plus favorable191. Sa puissante raffinerie était dotée pour la première fois à Marseille de machines à vapeur192. Elle produisit jusqu’à 36000 tonnes de sucre à son apogée, en 1861, et le préfet Maupas la qualifiait de « plus puissante d’Europe ». Forbin de Janson, son puissant concurrent, s’installa également place d’Aix. Ainsi, ce faubourg participa-t-il à la révolution industrielle qui commença à Marseille dès la Monarchie de juillet dans ce secteur. Outre les risques d’incendie, les raffineries émettaient des fumées noires épaisses et employaient du noir animal.

63En conclusion, cette promenade urbaine a montré à quel point les industries de la putréfaction et de la fermentation étaient nombreuses dans cette zone et la consultation de l’Indicateur marseillais sur plusieurs années montre que cette concentration avait augmenté au cours du premier quart du XIXe siècle. Ces industries anciennes étaient les plus redoutées car, pour le dire comme un Marseillais du XVIIIe siècle, les « odeurs de la corruption » alimentaient des miasmes menaçants.

Au XVIIIe siècle : L’invention d’une cité idéale dégagée d’odeurs nauséabondes

Naissance d’une sensibilité olfactive nouvelle

  • 193 La chimie pneumatique s’intéresse aux transformations chimiques au sein de mélanges de gaz.
  • 194 Corbin 2004, 21-22.
  • 195 Tourtelle et Hallé 1837.
  • 196 En 1799 paraît l’ouvrage de Fodéré intitulé Les lois sociales éclairées par la science physique o (...)

64C’est en effet au cours d’une période qu’Alain Corbin situe entre 1760 et 1840 et, sous l’influence de la pensée aériste, des découvertes relatives à la chimie pneumatique193 d’Antoine de Lavoisier (1743-1794), puis de la recherche osphésiologique, que s’est diffusée une sensibilité nouvelle aux odeurs, au moins, chez les élites. Sous l’influence des disciples des philosophes Locke puis Bonnot de Condillac, l’odorat devint « plus étroitement impliqué dans la définition du sain et du malsain qui s’esquisse alors et qui contribue à ordonner les conduites hygiénistes jusqu’aux découvertes pastoriennes. Tandis que la clinique naissante privilégie la vue, l’ouïe et le toucher, c’est à l’odorat qu’il revient de révéler la physiologie souterraine, de contrôler la modification des humeurs, d’accompagner l’ordre et la putréfaction »194. Les chimistes cherchaient alors à analyser les menaces qui menaient à la corruption, à l’infection et à la mort. Aussi l’abaissement, considérable déjà, du seuil de tolérance sociale aux odeurs traduisait-il de nouvelles inquiétudes. De leur côté, les médecins diffusaient un discours imprécis et anxieux qui entretenait la confusion entre le miasme et la puanteur, le nauséabond et le malsain, le méphitique et l’asphyxiant. Ainsi, le rapport de l’homme avec son environnement finit-il par basculer aussi : l’essentiel n’était plus tant la qualité de l’espace, l’altitude, l’exposition, la nature des vents que, dans un premier temps, l’analyse de l’atmosphère des corps. Et le danger apparut désormais dans « l’air dégénéré », le méphitisme, la proximité du nauséabond, la molécule putride émanée de la corruption, le « miasme aérien », enfin. Le pouvoir du miasme corrupteur s’étendait aux végétaux, à la viande de boucherie sur l’étal, aux métaux dans les buffets. Ce péril olfactif avait ses degrés dont le médecin Jean Noël Hallé (1754-1822), professeur d’hygiène à la faculté de Paris, avait dressé une pyramide au sommet de laquelle se trouvait l’odeur des déjections ; restait à déterminer tous les seuils de nocivité195. Pour Fodoré196, le rayon d’action des miasmes putrides coïncidait avec celui des émanations odorantes. Cette perspective justifiait l’adoption de dispositions nouvelles dans la façon d’aborder la ville caractérisée par le désordre et l’insalubrité.

L’invention de la question urbaine

  • 197 Concernant les discours des médecins et des ingénieurs, cf. les analyses de Barles 1999, 370 p.
  • 198 Billoud 1957. Relativement au caractère national de l’infection, cf. Guerrand 2009, 81.
  • 199 ACVM - DD 81, Extrait des registres du Conseil d’État. « Vu par le Roi étant en son Conseil, la d (...)
  • 200 Statuta civit. Massil., lib. IV, cap. III - de Porcis, cité par Fabre 1867, t. II, 60.

65Cette « ville délétère »197 —qu’il allait falloir désodoriser— présentait au XVIIIe siècle comme partout en France un aspect architectural et urbanistique désordonné (ruelles étroites, tortueuses, pentues, sombres, inégalement pavées et chaotiques198, parfois même impraticables)199, lequel favorisait les encombrements et les désordres ; les poulaillers et les clapiers n’étaient pas absents du cœur de la ville et même les gros animaux y vaquaient200. Les dépôts « d’engrais », c’est-à-dire de paille et de fumier mêlés, encombraient les rues et l’on y rencontrait des cloaques infects. Des ordures de toute nature jonchaient les rues en tous lieux : déchets ménagers (bouteilles cassées, morceaux de verres, poteries, faïences, par exemple) et « objets provenant des fosses d’aisances », décombres, gravas et matériaux de construction abandonnés par les maçons et provenant des très nombreux chantiers urbains et encore résidus artisanaux et industriels, particulièrement des « savonnières ».

  • 201 Mercier 2011, livre I, chap. 45, 137-139, cité par Le Roux 2011, 71.

66« Si l’on me demande comment on peut rester dans ce sale repaire […], au milieu d’un air empoisonné de mille vapeurs putrides, parmi les boucheries, les cimetières, les hôpitaux, les égouts, les ruisseaux d’urine, les monceaux d’excréments, les boutiques de teinturiers, de tanneurs, de corroyeurs ; au milieu de la fumée continuelle de cette quantité incroyable de bois, et de la vapeur de tout ce charbon ; au milieu des parties arsenicales, sulfureuses, butimineuses, qui s’exhalent sans cesse des ateliers où l’on tourmente le cuivre et les métaux […] : je répondrai que l’habitude familiarise les Parisiens avec les brouillards humides, les vapeurs malfaisantes et la boue infecte »201.

  • 202 ACVM - AA 1. Cartulaire contenant les Statuts de la Ville et diverses autres pièces, (1219-1558).
  • 203 Les procès verbaux dressés par la police mentionnent des herbages mêlés deaux sales, des écorces (...)

67Pourtant, les prescriptions relatives à la propreté urbaine étaient très anciennes et remontaient aux statuts de la ville202. Précocement conscients des risques épidémiques, les autorités marseillaises avaient œuvré, comme partout en France, en faveur de la propreté urbaine en édictant régulièrement des règlements et en tentant de réprimer les abus par trop criants. Les arrêts et ordonnances concernaient les dépôts de fumier, les déjections humaines, les « ordures ménagères »203, les déblais ou matériaux de construction et les dépôts d’outils nécessaires à l’exercice d’un art. Plus tard, s’y était ajoutée la question récurrente à Marseille des « terres de savonnière ». Néanmoins en plein XIXe siècle encore, les artisans, manufacturiers et habitants abandonnaient sur la voie publique, à même le sol, tout ce qui les encombrait.

  • 204 Billoud 1957, 153.
  • 205 ACVM - 31 O 7 - 30 décembre 1830.
  • 206 ACVM - 4 I 18 - Arrêté du 30 brumaire An X.
  • 207 ACVM - 1 D 43. Délibération du conseil municipal du 14 novembre 1818. Cité par Joseph Billioud, p (...)
  • 208 Billioud 1957, 166-167.
  • 209 ACVM - 31 O 7.

68Le premier service de nettoiement avait été mis en place à la fin du XV e siècle : Antoine Crote, concessionnaire unique, avait alors été chargé par la ville de balayer les rues et d’en enlever les détritus et, en 1480, la ville avait acquis des tombereaux et affecté un budget à cet objet204. Mais la pratique tomba en désuétude et jusqu’au XVIIIe siècle, les balayeurs de la ville, dits « escoubiers », et les cultivateurs du terroir, jouirent de la faculté « de recueillir sur les rues et autres voies publiques les substances et immondices propres à la composition des engrais »205. En effet, le premier plan d’ensemble conçu pour le nettoiement de la ville, que les échevins estimaient trop coûteux en matériel et en hommes puisqu’il prévoyait le ramassage de toutes les ordures de la ville par un service unique, ne vit le jour qu’en 1751. Plusieurs autres plans se succédèrent sans remporter davantage de succès. En 1801, la ville concéda le service de la propreté urbaine à une entreprise d’escoubiers chargée de ramasser tout ce qui avait été négligé par les agriculteurs ou autres intermédiaires en vue d’un recyclage essentiellement agricole mais aussi artisanal (os, peaux, par exemple)206. Des efforts importants furent déployés pour sanctionner les comportements délictueux mais même lorsque les maires tentaient d’instaurer un service unique, les escoubiers s’entendaient avec les agriculteurs et continuaient de former des tas de détritus au coin des rues en triant ce qui leur était utile. Ils sabotaient le travail de l’entrepreneur désigné en travaillant à la marge. En 1818, le concessionnaire avait de nouveau disparu et le maire avait repoussé une nouvelle proposition au prétexte de ne pas « priver de leurs moyens d’existence une quantité de familles qui emploient leurs enfants en bas âge au nettoiement des rues et à l’enlèvement des fumiers »207. C’est que le syndicat des escoubiers, constitué de « gens sans aveu » était assez puissant pour faire valoir ses intérêts qui allaient à l’encontre de cette création. D’ailleurs l’un d’entre-eux assassina même trois escoubiers concurrents, rapporte Joseph Billioud208. Si la Révolution de juillet « rétablit dans leurs droits » les agriculteurs du terroir, l’administration dirigée par le maire Maximin Consolat remis un nouveau service unique du nettoiement en usage209.

69Mais jusqu’alors, toutes les prescriptions maintes fois réitérées n’avaient guère été suivies d’effets. Aussi, au XVIIIe siècle, les particuliers s’adressaient-ils à la juridiction compétente, la sénéchaussée, pour faire cesser le trouble de voisinage. Et, face aux plaintes, aux risques d’incendies et aux dangers mortifères que les miasmes représentaient, avaient été mises en place diverses stratégies désodorisantes.

Ventiler, drainer

  • 210 Corbin 2004, 117.

70Dès le XVIIIe siècle, l’architecte Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806) inventa une cité idéale qui, selon Alain Corbin, « signe d’un talent exceptionnel l’influence du courant aériste. Les maisons et les bâtiments publics de Chaux sont « indépendants de toute adhérence ». L’évidence fonctionnelle, l’insularité des édifices et la symétrie, qui répond elle aussi, tout au moins partiellement, à un impératif hygiéniste, assurent, outre la salubrité, la lisibilité immédiate de la ville et le bonheur visuel du spectateur »210. L’abbé Armand-Pierre Jacquin plaidait lui-aussi, en 1762, dans son ouvrage « De la Santé », en faveur de l’édification d’une ville saine (fig. 122).

Fig. 122. L’agrandissement de 1666 qui met en oeuvre les principes de salubrité des hygiénistes avec des rues larges qui se recoupent à angle droits ou forment des pâtes d’oie - Marseille, ancienne forte ville maritime en Provence, XVIIIe

Fig. 122. L’agrandissement de 1666 qui met en oeuvre les principes de salubrité des hygiénistes avec des rues larges qui se recoupent à angle droits ou forment des pâtes d’oie - Marseille, ancienne forte ville maritime en Provence, XVIIIe

(BNF Gallica).

  • 211 Cf aussi : ACVM - DD 81 —Ordonnance de police contenant règlement pour la construction des édific (...)
  • 212 ACVM - DD 81, Marseille, impr. Favet.
  • 213 Billioud 1957, 78 - ACVM - BB 228 f°58.

71Les vents devaient la balayer pour la nettoyer de ses vapeurs et exhalaisons. Sa situation sur un coteau, sa libération de ses hauts murs d’enceinte, ses rues larges et ses vastes places devaient assurer la bonne circulation de l’air. Et, poursuivait l’abbé Jacquin, les métiers responsables des mauvaises odeurs (tanneurs, mégissiers, teinturiers) devaient être rejetés hors des murs, ainsi que les cimetières, les hôpitaux et les boucheries. Les manufactures devaient être installées dans les faubourgs. En 1783, le roi réaffirmait sa volonté de réalisations concrètes en engageant fermement la lutte contre le mauvais air en édictant des règles nouvelles relatives à la largeur des rues et à la hauteur des maisons afin que la circulation des fluides ne fut pas gênée. S’il est difficile d’en mesurer l’application, une nouvelle définition de l’espace avait néanmoins commencé à s’opérer. À Marseille, après l’extension urbaine de 1666, les nouveaux alignements s’étaient multipliés. Un arrêt du 29 mai 1725 avait interdit de relever ou de réparer les murs et maisons ainsi que de construire sur la voie publique sans autorisation211. Mais les Marseillais continuaient d’agir à leur guise comme le montre le rappel de l’interdiction en 1750. En 1779, avait paru un nouvel arrêt pour le redressement et l’élargissement des rues212 et, cette fois, la décision fut appliquée avec rigueur, estime Joseph Billioud. D’ailleurs, en 1781, les échevins obtinrent la permission du Conseil d’État de faire abattre purement et simplement toute maison ayant un avancement allant du tiers au quart de la rue pourvu que l’Intendant en fut d’accord213. En outre, en 1742, le Maréchal Fouquet de Belle-Isle avait présenté un projet, non retenu, d’embellissement de la ville qui comprenait les faubourgs. Et, un peu plus tard, en 1808, avaient commencé les travaux de démolition du rempart moderne.

  • 214 Corbin 2004, 297.

72Et les hygiénistes s’intéressèrent aussi aux techniques de construction ; ils préconisèrent de « faire tomber le vieux crépi et le renouveler, piquer les murs, enlever les briques en contact direct avec le sol, car elles s’imbibent des substances putrides mélangées à la terre, ne constituent pas que des impératifs techniques. Crépir, enduire, peindre, blanchir les murs, les voûtes et les boiseries, c’est se cuirasser contre le miasme. Ainsi se justifie le succès du plâtre qui non seulement réjouit la vie mais se révèle un agent efficace de lutte contre l’infection »214.

  • 215 ACVM - DD 43 et ACVM - BB 238, f°16, 5 mars 1754.

73Le médecin John Howard se félicitait alors de l’emploi de tuiles vernissées recouvrant les cloisons jusqu’à la hauteur de huit pieds à l’hôpital de la Corte. Et Banau inventait un vernis anti-méphitique destiné aux murs et aux meubles autant qu’aux habits. Illustration de ce phénomène, à Marseille, les cahiers des charges des travaux à effectuer dans la Tuerie, en 1724 et en 1755 donnaient des consignes d’exécution extrêmement précises concernant le drainage, la réalisation des sols, les enduits et les peintures des bâtiments à édifier ou à réparer215.

Paver

  • 216 Corbin 2004, 106.

74Le pavage des rues et son entretien exigeaient un travail permanent. En effet, « le plus archaïque des impératifs de cette hygiène désodorisante consiste à tenter d’isoler l’espace aérien des émanations telluriques. Interrompre le flux des souffles plutoniens, se protéger des remontées, empêcher l’imprégnation du sol afin de garantir l’avenir et, dans toute la mesure du possible, enfermer les puanteurs demeurent des soucis permanents. (…) Mais, paver, c’est d’abord isoler la souillure du sol ou de la putridité des nappes aquatiques. Dans les resserres qui avoisinent le marché, le dallage est indispensable »216.

  • 217 ACVM Délibération du 5 novembre 1639. Registre de 1639-1640, f°8 V° et 9 R° V°.
  • 218 Billioud 1957, 47 à 56.
  • 219 L’entrée de la vieille ville avait été interdite à toute circulation mais cette prescription n’ay (...)
  • 220 ACVM - FF 434 n° 14.
  • 221 ACVM - DD 126 Requête de du 10 avril 1776. Citée par Billioud, 1957, 115.

75À Marseille, à partir du XIV e siècle, un entrepreneur général fut chargé d’entretenir et de réparer la chaussée des rues avec des matériaux fournis par les riverains. En 1639 encore, le conseil municipal confia l’entretien du pavage des rues —qui facilitait le nettoyage— à un maçon217. Mais le pavage des rues de Marseille avec des pavés de gré ne commença qu’en 1776 grâce à l’entrepreneur parisien Guyonnet Delaru qui réalisa le pavage de la rue d’Aix, étendu à l’agrandissement. Jusqu’alors la chaussée était constituée d’un « cailloutage avec plusieurs couches de caillou d’un ou deux pieds d’épaisseur que l’on (recouvrait) avec de la terre ou de la poudre de rocher », sauf pour les quais aux abords de l’Hôtel de Ville réalisés en briques, commodes pour marcher. La Révolution arrêta pour un temps cet effort de modernisation et d’assainissement urbain. En 1792, le général Noguès s’indignait « de voir les charrettes de son armée embourbées en plein Cours » et, en l’An VIII, un rapport de police estimait qu’il était difficile d’y marcher sans tituber et qu’il « (fallait) être un écuyer intrépide pour les parcourir à cheval ». Les travaux reprirent sous la Restauration218. C’était le passage de lourdes charrettes qui causait une dégradation rapide de l’état du pavé. Aussi à partir de 1751, les échevins avaient-ils réglementé le nombre de « colliers » autorisés pour chaque attelage en fonction des différents quartiers219. Dans la vieille ville, les charrettes ne pouvaient entrer qu’avec un mulet que le charretier à pied devait tenir par la bride. Mais les artisans, qui avaient besoin de transporter les matières premières et les produits finis « à moindre frais », obtenaient des dérogations : ainsi, par exemple, en 1782, dans la « rue des tanneries autrement appelée de Sainte-Claire », les charrettes à trois colliers se chargeaient-elles des pondéreux nécessaires au travail des fabriques qui bordaient cette voie sur les deux côtés220 (fig. 123). Plus le quartier était artisanal et plus la chaussée se trouvait dégradée et sale. Les autorités municipales avaient réglementé le poids, la longueur des charrettes, essayé de les taxer mais la voirie se dégradait inexorablement et les trous et les ornières présentaient des cloaques plein d’immondices répugnants et malodorants. Le trafic croissait sans cesse dans la ville agrandie et, en 1776, le maître paveur J. Mey, protestait à l’intendant : « On aura pas de peine à croire que le nombre des huit cents charrettes ou tombereaux qui roulent sans cesse dans les rues de Marseille, indépendamment de celles qui arrivent à tout instant de l’étranger, ne rongent, brisent et détruisent entièrement le pavé et ruinent les entrepreneurs »221.

Fig. 123. Un attelage à trois colliers à Castellane, s.d. [1903]

Fig. 123. Un attelage à trois colliers à Castellane, s.d. [1903]

(Archives de Marseille, 88 Fi 576).

  • 222 ACVM - DD 123. Billioud 1957, 116.

76Face à cette difficulté, l’intendant Lebret avait d’ailleurs fait construire vers 1750 un grand cabaret et d’importantes écuries sur la place extérieure de la Porte d’Aix, pour y établir le dépôt des charrettes. Mais cet essai n’eut pas de suite à cause du décès de l’intendant et le projet ne fut pas repris par ses successeurs222.

77Importé d’Angleterre, l’usage des trottoirs n’apparut qu’en 1782 à Paris, et son lent développement participait du même impératif. À Marseille, l’usage des trottoirs ne fut introduit qu’à la fin du XVIIIe siècle et réalisé en briques de Séon avec des bordures en pierres de Cassis. Les rues étaient exiguës et la circulation y avait été longtemps à peu près interdite.

78Autant de nouveautés qui exprimaient une revendication à la respiration d’un air dégagé d’une charge nocive en train d’émerger tandis que les définitions du sain et du malsain s’esquissaient et que s’ordonnaient les normes du salubre et de l’insalubre.

En finir avec les odeurs méphitiques

Des équipements publics redoutés

79L’Adoubadou223 aurait été installé en 1558 sur le site du premier lazaret de la Joliette lui-même établi après 1526 sur le promontoire rocheux séparant les anses de la Joliette et de l’Ourse. C’est la puanteur que dégageait cette activité qui avait justifié cette installation car l’on considérait ce site comme favorable à l’élimination immédiate des déchets (sang, déchets animaux et eaux sales dites « rousses ») précipités à la mer du haut de la falaise. Car Alain Corbin comme Thomas Le Roux insistent sur l’importance de la tuerie urbaine qui amalgamait les puanteurs. À Paris, « dans les étroites courettes des bouchers, les odeurs du fumier, des immondices fraîches, des débris organiques se combinent aux gaz nauséabonds qui s’échappent des intestins. Surtout, le sang ruisselle à ciel ouvert, dévale les rues, enduit les pavés d’un vernis brunâtre, se décompose dans les interstices. Or, c’est lui qui transmet « l’air fixé » ; il est donc, de tous les débris animaux, le plus éminemment putrescible. Les vapeurs malodorantes qui imprègnent la chaussée et les étaux des commerçants sont des plus funestes et des plus révoltantes ; elles « disposent tous les corps à la putridité »224.

La création du cimetière Saint-Charles

  • 225 Corbin 2004, 119.
  • 226 Le Roux 2011, 124.

80Avant même que s’imposent les découvertes de Lavoisier, dès la fin du XVIIIe siècle, les chimistes cherchaient avec fébrilité l’antiméphitique capable de vaincre tout à la fois la mauvaise odeur, le pouvoir asphyxiant et le risque morbide225. En 1773, à Dijon, le chimiste Guyton de Morveau réussit à neutraliser les odeurs de caveaux en putréfaction dans une église avec de l’acide chlorhydrique tandis qu’à Paris le pharmacien Cadet de Vaux désinfectait les fosses d’aisances avec des acides chlorhydrique et sulfurique226. Trois ans plus tard, la loi prononçait enfin l’interdiction d’ensevelir les défunts dans les églises et affirmait la nécessité d’éloigner les cimetières des centres urbains. La loi du 23 Prairial An XII (1804) la renforça et édicta des dispositions réglementaires toujours en vigueur aujourd’hui. À Marseille, les échevins qui prenaient désormais conseil auprès des médecins et ne s’en tenaient plus aux seuls avis des inspecteurs des travaux publics, réussirent à éviter l’entassement des sépultures malgré les difficultés rencontrées. En effet, une crise sanitaire aiguë avait sévi durant tout l’Âge classique et ils ne savaient plus où faire ensevelir les morts.

  • 227 ACVM - DD 137, pétition du 13 décembre 1783.
  • 228 ACVM - 52 M 342, pétition du 19 juillet 1820.
  • 229 ACVM - 52 M 342, lettre adressée au Marquis de Montgrand, Maire de Marseille, le 8 février 1809. (...)
  • 230 ACVM - 52 M 670. Extrait des délibérations du Conseil municipal du 6 mai 1818. Cf description du (...)
  • 231 ACVM - 52 M 668. Lettre à Antoine d’Anthoine du 13 juin 1809.
  • 232 ACVM - 31 O 7.

81Situés hors des villes durant l’Antiquité, les cimetières avaient en effet fini par se retrouver enserrés à mesure que celles-ci s’étendaient à l’intérieur de leurs remparts. Et malgré les hauts murs de clôture qui les ceignaient et la réalisation d’ouvrages maçonnés étanches pour tenter de protéger le réseau hydraulique des infiltrations227, les pollutions environnementales à leurs abords étaient absolument insupportables pour les riverains, particulièrement pendant les chaleurs de l’été qui exhalaient des odeurs suffocantes. Les morts de l’hôtel Dieu, par exemple, étaient entassés de manière désordonnée dans des espaces impropres à cet usage par leur taille minuscule et, parfois, par la nature géologique du terrain qui en empêchait l’enfouissement profond228. Cette situation provoquait la « saturation » des terrains, c’est-à-dire que la terre se trouvait si « imprégnée de matières animales » qu’elle ne permettait plus « la décomposition facile des cadavres ». Or tous les cimetières étaient « saturés » et, faute de trouver à temps d’autres espaces propres à cet usage, les autorités municipales n’avaient plus d’autre choix que de se livrer à une sorte d’assolement macabre consistant à fermer temporairement un cimetière « saturé » pour faire enterrer dans un autre puis de le rouvrir et de fermer le précédent. Le petit cimetière de Saint-Martin, qui était situé au nord de la manufacture des poudres et salpêtres, fut lui aussi « débarrassé des ossements »229 qui affleuraient à la surface de la terre ; les ossements furent transportés « dans les tombeaux qui restaient libres dans les églises », puis rouvert après que la terre eut fini « par dévorer les cadavres » déjà inhumés230. D’ailleurs, en 1809, sans doute lassés par le spectacle qu’il offrait, les riverains de la rue Bernard-du-Bois suggérèrent aux autorités d’y faire « transporter des terres de savonnerie qui ont la propriété d’absorber tous les gazs émanés de la putréfaction »231. Rien là de surprenant lorsque l’on sait qu’au Pharo, à la même époque, un espace était employé « en majeure partie à enfouir les grands quadrupèdes et autres animaux morts » parce que la corrosion provoquée par le dépôt des « détritus des savonnières », justement effectué à cet endroit, accélérait leur décomposition232.

82Or c’est justement dans la prolongation du cimetière Saint-Martin, en face de la manufacture des poudres et salpêtres, que les autorités municipales entendaient établir le nouveau cimetière Saint-Charles, c’est-à-dire hors la ville moderne et en conformité avec les dispositions de l’Ordonnance de 1767 (fig. 124).

Fig. 124. Plan du cimetière Saint-Charles

Fig. 124. Plan du cimetière Saint-Charles

(Archives de Marseille, 52 M 570).

  • 233 ACVM - 52 M 670. Extrait des délibérations du Conseil municipal du 6 mai 1818.
  • 234 ACVM - 52 M 670 - 18 juin 1809.
  • 235 ACVM - 52 M 670. Extrait des délibérations du Conseil municipal du 6 mai 1818.
  • 236 Corbin 2004, 119.

83L’on comprend dès lors pourquoi elles se heurtèrent à l’opposition véhémente des riverains de la Porte d’Aix, par ailleurs en désaccord quant au prix des terrains à céder233. L’un d’entre eux, rien moins que le tanneur et laveur de laine Pierre Bernard estimait que cette implantation « empêcheroit l’agrandissement dans le quartier de la ville le plus sain, le plus susceptible d’agrandissement de la ville et d’embellissement... » Et son voisin immédiat, courtier de commerce de son état, observait qu’« il existait un établissement impérial servant à l’exploitation et fabrication des poudres et salpêtres qui seroit dans le cas d’être transféré ailleurs si le projet pouvait avoir lieu »234. Toutefois, sous la Restauration, Jean-Baptiste de Montgrand, maire gagné aux idées nouvelles de l’hygiénisme, parvint enfin à imposer la réalisation du cimetière Saint-Charles. L’obligation nouvelle de ne pas réemployer les fosses à moins de cinq années d’intervalle et d’excaver et d’espacer suffisamment les fosses les unes des autres fut enfin respectée. La création d’un espace réservé aux inhumations privées235 constituait aussi une innovation importante même si les fosses communes occupaient encore la plus grande partie du cimetière. Celle-ci répondait à la revendication de la tombe individuelle apparue vers le milieu du XVIIIe siècle, laquelle résultait d’abord d’un argument d’hygiène (fig. 124) : « Puisqu’un air pur constitue le meilleur des antiseptiques, puisque les émanations s’élèvent des corps et de l’ordure incarnent la menace putride, ventiler, drainer l’immondice, dés-entasser les individus, c’est déjà désinfecter »236. Cette volonté de dés-entassement des corps ne concernait pas que les cadavres mais aussi les hôpitaux (création du lit individuel), les prisons et les casernes ; elle donna naissance à un courant architectural qui s’illustra particulièrement dans le domaine de l’architecture hospitalière : l’édification de l’hôpital Caroline, entre 1823 et 1828, sur les plans de l’architecte Michel-Robert Penchaud en constitue un témoignage exemplaire.

84À Marseille, les questions du Lazaret, de l’abattoir et des cimetières réglées, restait celle des excréments dont l’odeur empestait les rues. Or, au XVIIIe siècle, c’était un sujet qui, avec la pollution liée à l’ensevelissement des morts, inquiétait davantage que les odeurs émanant des manufactures. Aussi l’essentiel des travaux et des débats est-il consacré aux menaces excrémentielle et cadavéreuse.

Assainir : Le dépotoir de la Porte d’Aix

  • 237 ACVM - 31 O 7 - Rapport du 15 mars 1834.
  • 238 Cf Riani, « Le domaine des Mauche » dans le rapport de fouille relatif au 30 boulevard des Dames, (...)
  • 239 ACVM - 1 D 62 - Délibération du 28 novembre 1840.

85Dans la première moitié du XIXe siècle encore, le Conseil de salubrité marseillais insistait sur la nécessité de désinfecter « le dépôt d’engrais du boulevard des Dames », autrement désigné comme un cloaque nuisible à la santé des troupes et des prisonniers établis dans l’ancien couvent des Présentines ainsi que des « habitants du quartier de la rue d’Aix et des chapeliers » soupçonnés de regarder la Révolution de Juillet comme un bienfait parce qu’elle avait pour un temps obtenu sa fermeture237. Ce site nauséabond était déjà en fonction au XVIIIe siècle238 et soulevait de vives protestations. Les plaignants obtinrent finalement sa fermeture lorsque la ville de Marseille décida de racheter le terrain du laveur de laines, Laurent Piot, pour y établir un lavoir à linge à usage public. Cependant, comme la municipalité marseillaise ne caressait pas le moindre espoir de trouver un soumissionnaire lors du renouvellement de l’appel d’offre pour le nettoiement de la ville sans la mise à disposition d’un « local » propre à traiter « les engrais » et à recevoir les immondices, elle se mit simultanément en quête d’un nouveau terrain qu’elle projetait d’acquérir dans le même quartier, à côté du nouveau cimetière, auquel il pourrait à l’avenir et, le cas échéant, servir d’extension. Dans ce cas, la question de la mise à distance était difficile à résoudre en raison du moyen de locomotion employé pour la collecte des « boues » et des immondices239.

  • 240 ACVM - 4 I 18.

86D’ailleurs, ces « boues » envahissaient parfois, littéralement, la rue Bernard-du-Bois. En effet, en 1792, les latrines de l’hôpital militaire, établies dans l’ancien couvent de Saint-Sauveur, débordaient au point d’en interdire quasiment l’accès aux riverains : « les urines et ordures des dites latrines, qui sont amassée en grande quantité, et qu’il fait que le passage du dit chemin est insupportable par les ordures provenant des urines et ordures corrompues, et des latrines... » Les décombres abandonnés dans la traverse contiguë par les maçons chargés des travaux à entreprendre à l’hôpital avaient entraîné un engorgement tel qu’il fit redouter « un inconvénient fâcheux » « dès les premières chaleurs », lequel aurait occasionné « les maladies les plus dangereuses ». En outre, le passage de l’aqueduc fit craindre que les excréments « (gâtent) les eaux de la Commune et des fontaines publiques comme ils ont gâté les eaux du dit hôpital »240.

  • 241 12 septembre 1575. Billioud 1957, 154.
  • 242 Camau 1923, 48, 299.
  • 243 AD BDR - 5 M 232 - Assainissement de Marseille par H. de Montricher, 15-16.
  • 244 ACVM - 31 O 37 - Extrait des registres de délibérations du conseil municipal, séance du 20 décemb (...)
  • 245 ACVM - 7 O 37 - Lettre des concessionnaires au préfet, 2 avril 1846.
  • 246 ACVM - 1 D 62 - Demande d’indemnité du concessionnaire Lieutaud qui s’en est plaint au Préfet.

87La présence nombreuse de ces cloaques en pleine ville s’expliquait par le fait que beaucoup de logements ne disposaient, au mieux, que de puisards ou de tinettes pour l’évacuation des matières fécales. Joseph Billioud estimait, pour les XVIIe et XVIIIe siècles, que 90 % des 10000 maisons de la ville restaient dépourvues de fosses d’aisances, malgré l’obligation d’en construire édictée par Henri III, en 1575 et constamment renouvelée241. En 1886, à Marseille encore, un rapport faisait état, sur 36653 maisons, de 19000 logements uniquement desservis par des puisards et de 13000 complètement dépourvus d’appareil et n’ayant comme exutoire que le ruisseau ou le caniveau242. Henri de Montricher notait en 1890 que « les balayures marseillaises ne ressemblent pas à celles de beaucoup d’autres villes ; outre que les immondices ordinaires des ménages, outre les déjections des animaux qui parcourent la voir publique (20000 chevaux environ), elles contiennent une assez forte proportion de déjections humaines ». Car, « bien que les règlements de voirie imposent soit la tinette, soit la fosse fixe ou le puisard étanche, les fosses d’aisance se déversent en grand nombre dans les caniveaux de la chaussée, d’où les matières s’écoulent dans les égouts, en parcourant plus ou moins rapidement la voie publique »243. Or les excréments étaient responsables de la fièvre typhoïde, de la variole et surtout, Marseille subit plusieurs épidémies de choléra, en 1834-1835 et en 1884. C’est pourquoi il s’agissait d’une préoccupation précoce et majeure des autorités. C’est sous la mandature du maire Maximin Consolat, en 1842, que l’on commença à instituer un système de tinettes encore appelées « fosses mobiles ». Il s’agissait de petits caissons placés dans chaque maison, sous l’escalier, et communiquant à chaque étage par des tuyaux. Leur emploi fut progressivement généralisé quartier par quartier. Un service concédé du nettoiement des voies publiques était chargé de les ramasser afin de les vider. Dans la pratique, deux escoubiers dûment équipés suivaient un attelage d’un cheval conduit par un charretier et ils chargeaient deux tombereaux juchés sur la charrette avec les « boues » des tinettes. Mais ces « barriques municipales », raillées en raison des odeurs infectes qui s’en dégageaient sur leur chemin, devaient bien être vidées à leur tour244. Et qu’en faire, en effet ? Les précipiter à la mer du haut de la falaise des Catalans où des vents traîtreusement contraires en rabattaient fréquemment le contenu sur le sable de la plage, la falaise rocheuse, le charretier et le cheval, ce dont les riverains et le concessionnaire du service de nettoiement se plaignaient au maire ?245 Et encore, arrivait-il que le cheval se trouvât précipité dans l’abîme avec son chargement infect246. Ces dépotoirs à vidanges étaient absolument indispensables à la ville si nauséabonds fussent-ils (fig. 125). Paris n’en comptait pas moins d’une cinquantaine, tous établis sur sa ceinture.

Fig. 125. Le torpilleur dans les rues de Toulon, carte postale ancienne

Fig. 125. Le torpilleur dans les rues de Toulon, carte postale ancienne

(coll. A. Riani).

  • 247 Corbin 2004, 262.
  • 248 Cf. description dans l’article de Gaston Rambert 1934, 299.
  • 249 Cf. Gérard Jacquemet 1979, 505-548. L’épandage des eaux des égouts de Paris présentait de grandes (...)

88Ce n’est qu’à la fin du siècle que la conduite directe des immondices à la mer préconisée par Pasteur247 triompha à Marseille avec la construction du grand collecteur de Cortiou dont la première pierre fut posée en 1891. La municipalité Barret avait dû auparavant affronter une nouvelle épidémie de Choléra survenue en 1884 pour être en mesure d’imposer une transformation totale du système d’évacuation des eaux et autres matières en établissant des égouts dans chaque rue248. Le tout-à-l’égout devait permettre de supprimer les « dépôts d’engrais » malodorants et dont l’exploitation fructueuse pour le lobby des vidangeurs était théoriquement soumise à une autorisation préfectorale préalable249.

89L’éloignement s’était traduit dans ce dernier cas par le rejet des résidus à la mer alors que le cimetière avait été déplacé selon la règle d’une mise à distance qui occasionna des conflits et de longues polémiques (cf. infra). La question des pollutions industrielles inquiétait beaucoup moins dès l’abord mais comment l’envisagea-t-on ?

Au XIXe siècle : Concilier des intérêts divergents

Le cadre législatif du décret de 1810

L’instance judiciaire dessaisie au profit du pouvoir administratif

90À Marseille, sous l’Ancien Régime, les riverains s’estimant lésés ou incommodés par des pollutions consécutives à l’exercice d’une activité artisanale ou manufacturière portaient leurs plaintes, sous forme de pétition ou de mémoire, devant la sénéchaussée. Le lieutenant de police enquêtait alors souvent sur les lieux mêmes du conflit et rédigeait un rapport circonstancié. Les avocats des plaignants et des artisans pouvaient adresser des mémoires contradictoires à la Cour lorsque l’affaire remontait jusqu’au Parlement qui avait conservé la puissance régulatrice en dernier ressort. On voit clairement à la lecture des dossiers conservés aux archives communales que le mode de prévention et de régulation des nuisances industrielles hérité de l’Ancien Régime était principalement fondé sur la « mise à distance », c’est-à-dire la mise à l’écart, hors les murs de la ville ou dans des quartiers « de relégation » (cf. infra). Cependant, dès la Révolution, des évolutions réglementaires sont perceptibles et, sous l’Empire, tout change.

  • 250 Daumalin 2013, 72.

91Le décret du 15 octobre 1810 complété par l’ordonnance royale du 15 janvier 1815 instaura de nouvelles procédures. En effet, la législation relative aux « établissements dangereux, insalubres et incommodes » attribuait un pouvoir nouveau à l’administration dans la régulation des nuisances industrielles et ce, au détriment de la justice. Les tribunaux de police étaient dessaisis de leur compétence au profit de l’instance administrative et les procédures au pénal étaient remplacées par des procédures au contentieux administratif et, en cas de contestation, seul le Conseil d’État devenait compétent. Le manufacturier devait donc adresser au préfet une demande d’installation mentionnant la nature des productions et les procédés utilisés accompagnée d’un plan figuratif et d’un plan de situation montrant l’environnement du site dans un rayon de cinq cents mètres. L’autorité préfectorale émettait ou non l’autorisation après enquête et sur avis du conseil de salubrité publique ; elle assortissait aussi cette autorisation de nombreuses recommandations relatives aux conditions d’installations. Le conseil de salubrité publique des Bouches-du-Rhône fut créé par le préfet Villeneuve-Bargemon. Il était composé de trois médecins, d’un pharmacien et d’un membre de l’Académie de Marseille250.

Pouvoirs du maire, du préfet et des médecins

  • 251 Daumalin 2013, 69.

92Est-ce à dire que les maires étaient privés de tout pouvoir décisionnel ? Xavier Daumalin, qui étudie les soudières sur un espace plus vaste que le territoire de la commune de Marseille, observe que « les maires disposent donc de quelques marges de manœuvre —au moins dans le positionnement— mais ne les utilisent pas de la même façon. Entre le maire d’une ville industrielle touchée aux marges de son territoire par la pollution des soudières, et le maire d’un petit village rural dont l’existence est empoisonnée quotidiennement par l’industrie chimique, la différence est notable : le maire de Marseille a besoin des soudières pour alimenter les savonneries et les verreries de son territoire ; celui de Septèmes préfère défendre « l’industrie agricole, la première de toute » et la seule qui ne soit « point susceptible d’aucun déplacement » »251.

  • 252 Daumalin 2013, 71.
  • 253 Daumalin 2013, 71.

93La position du préfet des Bouches-du-Rhône, qui représente l’État, était en revanche nettement plus industrialiste. Par exemple, dans le cas des manifestations et des menaces proférées à l’encontre des soudiers, celui-ci mit en œuvre une politique répressive par laquelle il réussit rapidement à ramener le calme. Mais comme il restait impuissant face aux condamnations judiciaires à répétition des fabricants, il fut amené à prendre en juillet 1824, et sur instructions du ministre de l’Intérieur Corbière, un nouvel arrêté par lequel il ordonnait aux fabricants de soude implantés à proximité des habitations « de neutraliser les gaz de leurs établissements d’ici deux ans ». Et c’est, ajoute Xavier Daumalin, « un des rares exemples où l’État impose aux industriels de trouver eux-mêmes le moyen de réduire leur pollution »252. La fermeté du préfet Villeneuve-Bargemon ne s’expliquait pas tant par un souci de santé publique ou de préservation des revenus de la rente foncière, « que dans le but d’essayer d’endiguer une contestation qui, par le biais des tribunaux, est parvenue à établir un rapport de force suffisamment puissant pour mettre en péril l’existence même des soudières, une industrie jugée vitale pour l’économie nationale. Dans les années 1820, les usines de soude demeurent une « raison d’État » »253.

  • 254 Daumalin 2013, 72.

94Enfin intervenaient les médecins de l’Académie et du conseil de salubrité publique. Et ce conseil joua dans les bouches-du-Rhône un rôle si important qu’il « consacra le rôle des sciences médicales dans l’expertise du risque industriel et dans la définition de l’acceptable —ou de l’inacceptable— en matière de pollution industrielle », comme l’a montré Xavier Daumalin254. Parmi ses membres figurait une personnalité de renom en la personne de Fodéré.

Débats et controverses

  • 255 Daumalin 2013, 67.
  • 256 Le Roux 2011, 294.
  • 257 Le Roux 2011, 295-296.
  • 258 Fodéré 1813, t. 6, 329 ; voir aussi Le Roux 2011, 290-296, cité par Daumalin 2013, 67.
  • 259 Le Roux 2011, 295.
  • 260 Le Roux 2011.

95Le médecin marseillais d’adoption François-Emmanuel Fodéré occupait la chaire d’hygiène de l’École de santé de Strasbourg (la seconde en France) ; il était membre actif du comité d’hygiène publique départemental et secrétaire général de la Société de médecine. Ce fut à ce titre qu’il rédigea, à la demande du maire de Marseille le baron d’Anthoine, un pré-rapport (05/12/1809) puis un rapport (07/10/1810) relatif aux différents procédés de fabrication de la soude artificielle et à leur dangerosité respective. Antoine d’Anthoine était en effet confronté à l’essor des premières soudières artificielles (procédé Leblanc). Xavier Daumalin indique qu’à cette occasion Fodéré « reconnaît, après enquête, la dangerosité des fumées chargées d’acide chlorhydrique pour la santé des populations, la flore et les cultures ». Cependant, « en même temps Fodéré qui ne semble pas encore, à cette date, particulièrement hostile à l’industrie et qui se montre même plutôt sensible aux difficultés de la savonnerie marseillaise —se place sans ambiguïté sur le terrain des compromis en essayant de « concilier la protection due à l’industrie avec les précautions que commande impérieusement la conservation des hommes et celle des propriétés rurales »255. Et ainsi le maire de Marseille put-il imposer ce que Xavier Daumalin nomme la « norme Fodéré » (cf. infra). Ce n’est que plus tard, comme l’a montré Thomas Le Roux, que Fodéré commença à professer que « la plupart des arts mécaniques et des manufactures sont malsains, non seulement pour ceux qui s’en occupent, mais encore pour les voisins qui n’ont rien à voir ». Il développa ses thèses dans un traité d’hygiène publique complété d’une encyclopédie en six tomes paru en 1813. Et Fodéré attribuait à ces arts mécaniques la cause de maladies ou la mort d’ouvriers. Alors que les vapeurs acides et chlorées « étaient définitivement promues comme substances curatives » et préconisées entre 1816 et 1818 pour assainir les étables, les vacheries et les dépôts de cuirs verts, « Fodéré s’insurgeait contre l’attitude bienveillante et partiales des chimistes hygiénistes. Il ne déniait pas l’effet désinfectant des fumigations guytonniennes, mais refusait leur analogie avec les émanations des fabriques. Si le soufre était administré de façon curative, on ne pouvait étendre ce principe à l’acide sulfureux, ce que faisaient pourtant les hygiénistes »256. Fodéré s’était aussi mis à critiquer le mode d’expertise des manufactures257. Et en 1813, il s’était amèrement repenti des « recommandations accommodantes » qu’il avait données : « J’ai émis l’opinion qu’elles (les usines de soude) devaient être placées à mille mètres de distance des habitations et des terrains cultivés ; et je m’en suis repenti, parce que j’ai vu dans la suite qu’une grande fabrique de soude artificielle que nous avions autorisée à Mont-Redon, sur les bords de la mer, et derrière une colline inculte assez élevée, devenait néanmoins incommode à la distance de plus de mille mètres […]. J’estime donc, conduit par l’expérience, plus infaillible que tous les corps savants et tous les raisonnements, que ces sortes de fabriques, si l’on ne parvient pas à en concentrer les vapeurs (ce qui est encore, d’après l’expérience, très difficile), doivent être reléguées dans des lieux incultes, dans les landes, et mieux encore dans les îles désertes »258. Car, estimait-il encore, « retenus dans l’atmosphère pendant le jour sur les ailes du calorique, ils [les gaz acides] en sont précipités à la tombée de la nuit, et alors toutes les membranes muqueuses de l’homme et des animaux qui sont exposés à cette rosée sont irritées et passent promptement à l’état inflammatoire. La tête éprouve un point très douloureux, la poitrine est souffrante et la respiration suffoquée, et l’on fait un long séjour sous le vent de ces vapeurs malfaisantes. C’est ce que j’ai vérifié et le jour et la nuit avec plusieurs de mes collègues du comité d’hygiène publique de la société de médecine de Marseille, chargés par l’autorité de faire un rapport sur une fabrique d’acide sulfurique établie aux environs de cette ville »259. À ce moment-là, sa voix était isolée, montre Thomas Le Roux260.

96Mais Fodéré avait donc été partisan de confiner les gaz toxiques et, dans le cas des soudières, on a vu que l’État demandait aux industriels de trouver une solution.

Désodoriser, confiner, organiser

Désodoriser et confiner

97Certains soudiers décidèrent d’éloigner leurs usines vers des espaces plus isolés comme les calanques et les îles de Porquerolles, des Embiez ou de Port-Cros tandis que d’autres cherchèrent plutôt à condenser l’acide chlorhydrique dégagé lors de la production de sulfate de soude de sorte d’en diminuer les émanations nocives.

  • 261 Daumalin 2013, 72.
  • 262 Daumalin 2013, 72.
  • 263 Daumalin 2013, 73.
  • 264 Le Roux 2011, 283.

98Ainsi, à Marseille, apparurent les « cheminées rampantes ». Il s’agit d’un procédé conçu en 1825 par Blaise Rougier, industriel de Septèmes qui en dota sa soudière. « Dans son système, d’un coût initial de l’ordre de 15000 francs, les fumées sont évacuées des fours à décomposer le sel marin —les calcines— par des conduits en maçonnerie de plusieurs centaines de mètres qui remontent le long des pentes de collines et se terminent par de grandes cheminées au sommet »261. Après plusieurs semaines d’essais réalisés en mai et juin 1826, le conseil de salubrité publique du département des Bouches-du-Rhône se montra favorable à l’usage du procédé pourvu que l’appareil fut régulièrement entretenu de façon à faire cesser les réclamations des riverains des fabriques262. Mais les plaintes ne cessèrent pas avant que le préfet Villeneuve décrétât en s’appuyant sur le rapport du conseil de salubrité que le procédé Rougier était la solution technique pour parer aux pollutions atmosphériques générées par les soudières installées à proximité des habitations. Dès lors de nombreux plaignants furent déboutés par la justice qui ne condamnait plus les industriels que pour une pollution ponctuelle et non permanente liée à des rejets accidentels dus au mauvais entretien des condensateurs. Le système était-il vraiment efficace ? Les industriels britanniques sont les premiers à avoir réussi à condenser l’acide chlorhydrique à 95 % à la fin des années 1860. Si les procédés mis au point antérieurement étaient donc moins efficaces, les performances de ces installations empiriques n’étaient pas pour autant négligeables nous apprend l’histoire des techniques. En outre, un procédé permettait de récupérer l’acide dans des cuviers spéciaux encastrés dans la maçonnerie des cheminées. Et l’acide était ensuite vendu à des fabricants de colle pour la fonte des matières organiques263. Ainsi en fut-il de la bataille des soudières. Celle-ci constitue un cas exemplaire parce que ces fabrications appartenaient aux industries chimiques nouvelles, celles qui employaient des « acides forts ». Celles qui occasionnaient des pollutions dont l’importance même « accéléra la décision de réguler par la loi » l’installation des activités manufacturières, estime Thomas Le Roux264 mais dont il importait néanmoins, désormais, de ne pas entraver la liberté économique et le progrès qui devait l’accompagner.

  • 265 La gélatine était une production très utile à la fabrication de la colle forte.
  • 266 AD BDR - 5 M 352.
  • 267 Le Roux 2011, 340.

99En ce qui concernait les manufactures anciennes —celles qui employaient des matières animales putrescibles— les hygiénistes placèrent le plus d’espoir d’assainir les nombreux ateliers dans le procédé du chlorure de chaux. À Marseille, en 1827, Lazare Bérangier fut autorisé à « établir une fabrique de gélatine265 extraite par le moyen des acides et de l’ébullition, dans le local qu’il [possédait] sur la place du Terras, n° 5, à Marseille, en lieu et place de la fabrique de tannerie qu’y s’y [trouvait] ; à la charge pour lui de ne pas garder ses eaux grasses plus de vingt-quatre heures, d’enlever régulièrement tous les résidus et de faire usage des chlorures de chaux et de sodium ». Cet établissement de troisième classe (c’est-à-dire considéré comme sans danger quoiqu’ incommode) se substituant à un établissement de deuxième classe (c’est-à-dire pouvant être établi dans une zone habitée mais devant être soumis à une enquête de commodo et incommodo), était un bénéfice pour les riverains estimaient les autorités préfectorales266. Mais le procédé de désinfection au chlorure de chaux était plus coûteux et en butte à l’hostilité des ouvriers désormais plus exposés aux émanations toxiques que les riverains de la fabrique. Aussi ne progressa-t-il que lentement bien que ce déclassement ait eu pour but d’inciter les artisans à employer le procédé moderne du chlorure de chaux267. Par ailleurs, les fabriques de chlorure de chaux elles-mêmes durent nécessairement être reclassées en établissements de première classe, c’est-à-dire absolument éloignés des habitations et autorisés par un arrêt du Conseil d’État.

  • 268 Massot entretenait des poules dont l’emploi consistait à dévorer les vers et les larves qui gagna (...)
  • 269 Un carneau est un conduit, généralement horizontal, qui relie un ou plusieurs conduits de raccord (...)
  • 270 AD BDR - 410 U 74, Conflit Massot / Rostan d’Ancézune, rapports d’experts du 09/08/1853.

100Condensation, fabrication en vase clos, rejet de la puanteur du vase clos plus haut dans le ciel grâce aux cheminées rampantes ou du « haut-fourneau », la désodorisation progressait. Autre exemple, en 1853, Philippe Rostan d’Ancézune et son locataire —qui exploitait une guinguette ceinte par un vaste terrain servant aux jeux de boules— se trouvait être le voisin immédiat de la fabrique noir animal de Pierre Massot. La guinguette était régulièrement envahie par les fumées épaisses et les odeurs désagréables qui émanaient des cuissons et du broyage des os tandis que les vers dévoraient les restes de ligaments ou de chair attachés aux os déposés le long des murs268. Le propriétaire et son locataire portèrent plainte. Le tribunal de première instance commit d’office trois experts chimistes qui reconnurent que « du reste la fabrique du sieur Massot (était) un établissement insalubre qui devrait être éloigné de toute habitation ainsi que le prescrit la loi du 15 octobre 1810... » Mais pour autant, ils ne préconisèrent pas son éloignement, la difficulté résidant simplement en ce que « la fabrique du sieur Massot (n’était) pas exploitée avec assez de soin ». Il s’agissait donc d’améliorer ce soin. L’introduction d’une action en justice avait certes déjà donné quelques résultats, évaluaient les experts, à savoir que la hauteur de la cheminée de la machine à vapeur de la fabrique s’était élevée significativement et cette précaution avait atténué les désagréments qui n’en persistaient pas moins. Aussi les chimistes recommandèrent-ils au raffineur de sucre d’opérer de nouveaux changements qui consistaient à augmenter encore la hauteur de cette cheminée et à en aménager les conduits autrement : « Pour que les fumées puissent se dégager sans atteindre les établissements qui l’environnent il faut qu’elle [la cheminée] soit relevée de 10 mètres 65 centimètres de manière à ce qu’elle atteigne la hauteur de 32 mètres fixés par les règlements administratifs pour les usines à gaz. La cheminée de la chaudière à vapeur doit être supprimée et les fumées qui en proviennent conduites dans la grande cheminée d’un carneau269 construit en maçonnerie et placé sous terre de telle sorte que la grande cheminée devienne commune à tous les foyers de la fabrique ». Enfin, l’entrepôt des os nécessitait un peu d’organisation. D’abord « ne devront être admis dans la fabrique que des os parfaitement dépouillés » et ensuite devront-ils être entreposés « suffisamment au dessus du sol de l’usine pour que l’écoulement des eaux pluviales puisse se faire sans les atteindre et mis à couvert sous un hangar fermé et n’ayant d’ouverture que dans la façade tournée vers l’intérieur de la fabrique »270.

101Pour Alain Corbin comme pour Thomas Le Roux cette volonté de fabriquer en vase clos fut à l’origine de la stratégie adoptée par les hygiénistes à l’égard des nuisances olfactives des manufactures parce qu’elles justifiaient la présence des fabriques de produits chimiques au cœur de la ville.

Organiser l’espace interne

  • 271 AD BDR - 5 M473.
  • 272 AD BDR - 5 M 442.
  • 273 AD BDR - 5 M 441.

102L’organisation de l’espace interne des ateliers était aussi, par conséquent une préoccupation essentielle ; et elle était déjà présente chez les lieutenants généraux chargés de réguler les tensions entre artisans et riverains, même lorsque la « mise-à-distance » était considérée comme effective. L’utilisation croissante de la vapeur nécessitait de nouveaux aménagements permettant d’assurer la sécurité et de réduire certaines nuisances : le charbon de terre, qui répandait des fumées noires, épaisses et incommodantes, salissait aussi les produits blancs d’un certain nombre d’autres fabricants dont les amidonniers, les blanchisseurs ou les chandeliers. Aussi les fourneaux fumivores devaient-ils remédier à ces nuisances. Lorsqu’en 1835, le raffineur de sucre marseillais Joseph Grandval demanda à l’administration préfectorale l’autorisation d’établir trois chaudières à vapeur dans sa nouvelle usine du boulevard des Dames, celle-dernière s’appuya sur l’expertise de l’ingénieur des mines et s’entoura de nombreuses précautions, ne formulant pas moins de dix exigences. La troisième condition stipulait que « les chaudières ne pourront être établies que dans un local dont l’espace vide soit égal au moins à 27 fois leur cube » et qu’ « elles devront être séparées de tout atelier par un mur qui aura au moins un mètre d’épaisseur, excepté dans le cas où ce mur serait armé » (fig. 126). Les soupapes de sécurité firent également l’objet d’une stricte réglementation. Et, bien entendu, « la cheminée des fourneaux (devait) dépasser de deux mètres au moins du toit de la raffinerie et des bâtiments voisins », fussent-ils ceux des tanneries infectes271. Lorsqu’en 1851 Joseph Grandval adressa une nouvelle demande d’autorisation pour équiper le domaine Chancel qu’il venait de racheter sur le chemin de la Joliette, il semble que les relations avec le voisinage aient été plus tendues. Mais l’industriel promettait l’installation de grilles fumivores pour absorber le dégagement des fumées noires de ses cheminées et l’administration balaya aisément les oppositions des riverains : « Considérant qu’il s’agit de l’établissement d’une machine à vapeur dans un local servant d’annexe à une raffinerie de sucre établie depuis un grand nombre d’années ; que cette adjonction est une conséquence des progrès et des besoins de l’industrie ; qu’il résulte du rapport du Conseil de salubrité que les opposants se sont exagérés les incommodités et les dangers de la mise en activité de cette machine ; que l’engagement pris par les sieurs Grandval et Cie d’établir des grilles mobiles fumivores au dessus de leur foyer, doit faire disparaître la crainte émise par les opposants ; Considérant que les conditions de sûreté et de précaution et que nous adoptons doivent faire cesser complètement ces craintes... »272. Comme ses voisins, Allamelle et Vassal, qui avaient établi leur chaudière en 1844 selon les mêmes réglementations, les chaudières de l’usine Grandval devaient chauffer grâce à la houille ou la lignite273.

Fig. 126. 1864 - Détail d’un plan de la raffinerie de sucre Maurin. Un exemple d’organisation interne avec une salle des chaudières séparée du corps de l’usine comme chez Granval

Fig. 126. 1864 - Détail d’un plan de la raffinerie de sucre Maurin. Un exemple d’organisation interne avec une salle des chaudières séparée du corps de l’usine comme chez Granval

(AD BDR - 5 M 573).

  • 274 AD BDR - 5 M 442. Affaire Gueit.

103L’administration était aussi attentive au contexte industriel du quartier et aux besoins des activités voisines comme le montrent les attendus d’une décision prise en octobre 1852 relative à l’installation d’une chaudière dans la tannerie des frères Gueit sise dans l’impasse du Bon Pasteur : « Considérant que la machine dont il s’agit ne sera que de la force de huit chevaux ; que par conséquent la quantité de lignite employée ne sera pas considérable comparativement à celle brûlée par les autres industries établies dans ce quartier éminemment industriel ; que la cheminée élevée de 22 mètres, est plus que suffisante pour garantir les lavoirs à laine de la fumée qui s’en dégagera, surtout eu égard à leur position inférieure au terrain où cette machine devra être établie ; Considérant que les lavoirs sont placés dans un quartier livré à des industries bien autrement incommodes que la tannerie dont il s’agit avec l’adjonction de la chaudière à vapeur... »274.

  • 275 Le Roux 2011, 361.

104Les progrès réalisés furent autant d’occasion pour les partisans du Comité de salubrité et de l’industrialisation des villes de proposer des reclassements plus favorables à l’installation des manufactures. De nombreuses fabriques, dont les tanneries ou les fonderies de suif autrefois en première classe, descendirent dans le classement. Mais le pire fut évité par le rejet du Conseil d’État, le 24 juillet 1820, de déclasser les soudières qui condensaient (vers la deuxième classe du décret)275 .

105Le décret de 1810 promulgué, la mise à distance ou « l’organisation de principes de bon voisinage par des dispositions architecturales ou topographiques » restaient les dernières solutions envisagées lorsqu’il n’était pas possible de remédier aux nuisances des fabriques par des moyens techniques. C’est-à-dire que la mise à distance s’effaçait derrière des logiques d’assainissement, observe Thomas Le Roux.

Marseille : mise à distance ?

106Dans l’esprit des autorités, l’installation de fabriques polluantes dans le secteur de la Porte d’Aix participait pleinement de la mise à distance d’activités jugées dangereuses, insalubres ou incommodes. Toutes ces fabriques étaient situées dans un quartier « retiré » et considéré comme « destiné à les recevoir » (cf. A. Riani, infra et supra) et de nombreuses fabrications dangereuses et insalubres avaient progressivement été chassées de la ville. En outre, avec les procédés de désodorisation et de production en vase-clos que nous venons d’évoquer brièvement, les manufactures gagnées par l’urbanisation étaient promises à un bel avenir. Mais est-ce à dire qu’il n’y eut plus de mise à distance ?

La question des acides forts

  • 276 Chimiste, enseignant, industriel, directeur de la fabrique de poudre de Grenelle, il devint minis (...)
  • 277 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 70-71 et 117.

107Les « acides forts » (acides nitrique, chlorique et sulfurique) constituaient le fleuron des nouvelles industries chimiques ; lesquelles étaient porteuses de progrès et appartenaient à celles dont il convenait de ne pas perturber l’activité par des plaintes tout-à-fait inconsidérées, montre Thomas Le Roux pour Paris. On fabriquait l’acide sulfurique à Marseille par simple distillation du vitriol dès la fin du XVIIIe siècle (d’où l’appellation de « fabrique de vitriol » mais on pouvait aussi en obtenir par combustion d’un mélange de soufre et de salpêtre (méthode anglaise), ce que devait faire la manufacture royale. Les frères Janvier avaient même reçu en 1786 l’autorisation d’établir à Marseille, au sud de la ville et hors les murs, à la Porte de Saint-Victor, une manufacture d’acide sulfurique sur le modèle de celle que Jean-Antoine Chaptal (1756-1832) avait établi à Montpellier quelques années auparavant276. Mais ils y renoncèrent finalement en raison de la franchise portuaire. En revanche, en 1809, Charles Kestner, ancien professeur de chimie à Strasbourg et industriel confirmé, avait fait construire une usine d’acide sulfurique équipée de 15 chambres de plomb au quartier du Rouet277. Il fut suivi en deux ans par une vingtaine d’entrepreneurs engagés dans la production d’acide sulfurique.

108Mais à Marseille, s’agissant des acides forts, il faut considérer les soudières établies loin de la ville mais qui ne faisaient pas taire pour autant leur opposants.

L’exemple de la nitrière artificielle

  • 278 Castrucci 2010.
  • 279 Guillerme 2007, 113.
  • 280 Guillerme 2007, chapitre 2. Une chanson, Le Salpêtre républicain, fut composée sur une musique de (...)

109Quant à l’acide nitrique, il était produit par une « nitrière naturelle », la manufacture royale des poudres et salpêtres. Celle-ci employait effectivement la couche pulvérulente blanchâtre —littéralement sel de pierre— récoltée sur les vieux murs humides des carrières, grottes, caves, caveaux, maisons...278 De la distillation du salpêtre ainsi récolté résultait l’acide nitrique (nitrate de potassium), autrement appelé eau-forte. Celle-ci était généralement réalisée avec de l’argile, du vitriol vert (sulfate de fer) ou de l’huile de vitriol (acide sulfurique)279. On perçut une évolution dans la fabrication du salpêtre à Marseille à un moment où les frontières de la République étaient menacées par les armées coalisées. En effet, depuis 1793, le prix du salpêtre brut avait flambé alors que l’on avait supprimé l’autorisation d’importer des poudres noires étrangères. Le Comité de salut public avait d’ailleurs décrété « l’extraction révolutionnaire du salpêtre »280 et l’on avait rétabli le droit de fouille des locaux habités par les salpêtriers.

110Cependant, la municipalité avait refusé l’établissement d’une « nitrière artificielle » qui aurait dû être établie au-delà des remparts est. En effet, en 1796, Libour, le directeur de la salpêtrière de la Manufacture royale de la rue Bernard-du-Bois avait adressé au Bureau central de Marseille un mémoire par lequel il demandait l’autorisation d’établir une « nitrière artificielle » dans l’ancien couvent des religieuses Capucines, en vente au titre de Bien National (fig. 127).

Fig. 127. Plan géométral de la ville de Marseille de Razaud - Situation de la nitrière artificielle

Fig. 127. Plan géométral de la ville de Marseille de Razaud - Situation de la nitrière artificielle

(DAO A. Riani, SMPH-DA, ville de Marseille) (Archives de Marseille - 78 Fi 365).

  • 281 Novario 1823, 27.
  • 282 Guillerme 2007, 114.
  • 283 Le Roux 2011, 191-192.
  • 284 ACVM - 1 D 27, p. 128-130. Séance du 12e vendémiaire An V. Les mots soulignés le sont dans le tex (...)

111Les nitrières artificielles produisaient la matière première par un procédé très polluant : « Les nitrières artificielles (…) sont en général formées de couches d’un mélange de débris de végétaux et d’animaux en putréfaction, mêlées avec des terres calcaires, des cendres, etc. » écrivait le pharmacien des hôpitaux de Paris, F-M-M Novario en 1823281. Pratiquement, on enfouissait des matières fécales humaines ou animales dans des espaces aménagés à côté des nitrières et on les arrosait avec de l’urine en les retournant fréquemment pour hâter le processus de putréfaction, en attendant que s’opérât le processus de séparation et, après un certain temps, on recueillait le salpêtre qui « sortait » à la surface du sol. On comprend que cette dernière méthode de production du salpêtre ait pu susciter de vives réactions chez les riverains potentiels. En effet, jusqu’en 1774, la fabrication « d’eau forte » était encore réputée pour occasionner des toux très fortes, des suffocations et des crachements de sang. Mais elle était aussi dévastatrice pour l’environnement : en 1750, à Saint-Denis cette fois, à la suite d’une plainte déposée contre le distillateur Delacoste, un rapport d’enquête ordonné par le procureur du roi avait conclu que « la fabrique d’acide nitrique brûlait la végétation alentour, faisait fuir les locataires, enfumait les appartements, altérait les objets, émettait une odeur insoutenable de souffre, d’argile et de plomb, occasionnait des maladies, nuisait aux commerçants voisins, etc. »282. Et, en outre, en août 1794, la magnifique raffinerie de « L’Unité », éclatante de modernité, avait été ravagée par un incendie qui avait gagné la bibliothèque voisine de l’abbaye de Saint-Germain et la gigantesque poudrerie de Grenelle avait explosé283. Les autorités marseillaises avaient donc quelques motifs de méfiance, même si à Paris, on ne souffrait guère la contestation en matière d’effort de guerre. Libour, qui écrivait vingt-deux ans après l’affaire Charlard, ne pouvait pas ne pas avoir conscience de la pollution engendrée par cette activité et il estimait qu’» il (fallait) un local le plus éloigné possible de la ville, de peur d’incommoder les habitans voisins par la nature des matières employées à la putréfaction ». Mais il proposait pour ce faire le local de l’ancien couvent des Capucines établi juste à l’orée de la ville. Or à Marseille, en 1796, l’autorisation fut refusée notamment parce que « la nitrière artificielle que l’on établiroit au local des ci-devant Capucines seroit préjudiciable à ceux qui se trouvent à son entour par l’air infect et insalubre que cette manufacture répandroit dans ses environs ». D’autre part, des questions d’urbanisme n’étaient pas étrangères à ce refus. Bien que le couvent des Capucines fut situé derrière les lices extérieures de l’enceinte moderne démolie et présentât de ce fait quelque similitude avec la localisation de la manufacture royale située elle-aussi contre les anciennes lices intérieures de la rue Bernard-du-Bois, l’autorisation fut encore refusée au motif que l’implantation de la nitrière artificielle dans l’ancien couvent des Capucines « formerait un quartier relégué et déprécié par le voisinage d’une salpêtrière » alors que « déjà dans Marseille il existe une salpêtrière dans un quartier retiré, que cet établissement est sans activité quoique de tous les temps il ait servi à la fabrication des poudres, ce qui nous feroit présumer que l’objet n’est pas très urgent ». Si l’inactivité de la salpêtrière surprend, la conclusion qui en découlait n’étonne donc pas : « Considérant enfin que trois couvents (Les Grandes Maries, Sainte-Claire et les Carmélites) sont invendus et situés aux extrémités de la Commune dans le quartier des tanneries et autres fabrications ; qu’un de ces couvents remplira aussi bien l’objet sans porter un préjudice aussi considérable aux habitans de Marseille et aux intéretz de la République »284. En outre, les acquéreurs du couvent du Saint-Sacrement (Bien National situé un peu plus au nord, à l’extérieur de l’enceinte) ne se seraient engagés que sur la certitude que le plan d’urbanisme de 1792 —qui prévoyait les ouvertures des actuels boulevards Voltaire, d’Athènes et Maurice Bourdet— serait exécuté. Le poids de dernier argument dans la décision finale est toutefois difficile à évaluer. Matières en putréfaction, existence d’une promenade publique très fréquentée, projets d’urbanisme, l’installation d’une nitrière artificielle fut repoussée bien que les frontières de la République fussent menacées par les armées coalisées.

  • 285 Guillerme 2007, 116-124.

112Enfin, ce refus contrastait avec les décisions brutalement imposées à Paris et à Rouen, lesquelles avaient marqué la victoire des manufacturiers sur les riverains (affaire Charlard pour l’acide nitrique en 1773 à Saint-Denis et affaire Holker pour l’acide sulfurique, en 1773-1774 à Rouen). Car les acides forts (acides nitrique et sulfurique) constituaient déjà un véritable enjeu politique sous l’Ancien Régime. À Paris, le lieutenant de police n’avait pas suivi la procédure ordinaire qui aurait impliqué une demande d’enquête aux commissaires de police du quartier mais avait, au contraire, ordonné une expertise à la Faculté de médecine de Paris. Et pour le première fois dans l’histoire, le doute quant à la nocivité des fabrications sur la santé humaine avait profité aux industriels. Les médecins avaient beaucoup insisté sur les précautions architecturales et spatiales qui avaient été prises, contesté les inconvénients liés aux émanations de vapeurs acides ; ils s’étaient employés à discréditer des plaignants présentés comme tracassiers et assez sots pour s’établir autour d’une telle manufacture en toute connaissance de cause. Au cours du procès de Rouen, qui peut être regardé comme le premier grand procès pour pollution industrielle, la Faculté de médecine de Marseille avait produit pour la défense des industriels, un certificat pour soutenir le rapport parisien rendu à l’occasion de l’affaire Charlard. Les habitants avaient perdu leur cause dans cette ville de Normandie qu’André Guillerme considère comme le berceau de l’industrie française, « un espace proto-industriel dynamique et un lieu d’échanges important entre l’Angleterre et la France, porte d’entrée des nouvelles technologies anglaises »285.

113Dans ce contexte, l’éloignement des distilleries, intervenu plus tardivement, étonne davantage.

L’exemple des distilleries

114Depuis 1822, les distilleries étaient prohibées dans l’enceinte de la ville de Paris. Or une loi du 24 mai 1834 prévoyait que la prohibition parisienne des distilleries à l’intérieur des limites de l’octroi serait applicable aux grandes villes précisément sujettes à l’octroi si elles en faisaient la demande. Le Conseil municipal de Marseille demanda à l’État, par sa délibération du 22 février 1836, que la ville fut admise à bénéficier de ces dispositions et « le Roi rendit à la date du 7 août 1836, une ordonnance qui, faisant droit à la demande de la ville de Marseille, prononça la suppression des distilleries placées dans l’enceinte tracée par la ligne de l’octroi ». Or l’application de cette décision obligeait un industriel marseillais, nommé Jourfier cadet, à fermer une distillerie construite la même année tout exprès pour cette fonction, rue des Vignerons, au quartier de Castellane. En effet, Jourfier cadet avait effectué un voyage à Bordeaux où il avait découvert « la distillation d’eau de bac, c’est-à-dire des eaux qui servent au rinçage des formes dans les raffineries de sucre » et il avait décidé d’établir à Marseille une distillerie de ce genre. Le 2 décembre 1835 il avait donc racheté par l’intermédiaire d’un courtier royal et à un prix très élevé, un terrain et une autorisation préfectorale pour l’établissement d’une distillerie d’eau de vie à un autre industriel nommé Grousset. Jourfrier fut expulsé. Mais comme l’ordonnance posait également les bases d’une indemnité afférente aux distillateurs expulsés, il réclama une indemnité à la Ville qui estima que l’industriel était de mauvaise foi car il avait fait construire son usine après que le Conseil municipal eut délibéré d’éloigner les distilleries de la ville. Jourfrier se tourna vers la justice qui le débouta. Mais cette affaire occasionna un grand débat au Conseil municipal, au cours duquel les défenseurs de l’industriel firent valoir que ce dernier avait conclu des accords avec des raffineries de sucre de la ville auxquelles cette activité était éminemment utile et qu’en conséquence, il devait être dédommagé. Cependant, à Marseille, l’argument ne suffisait pas et la ville refusa. Mais à quelques mètres de là seulement, en 1862, s’élevaient les vastes bâtiments de la distillerie des Noilly Prat.

  • 286 Daumalin 2006, 27-46.

115À la fin de l’Âge classique, une mise-à-distance des activités polluantes avait été effectuée, essentiellement mais pas exclusivement, vers la Rive-Neuve du Lacydon et les marges nord de la ville. Progressivement, un nouveau centre industriel était apparu, au-delà de Castellane, dans le secteur du Rouet-Capelette et les industries de la chimie moderne avaient gagné les extrémités du territoire communal sans pour autant résoudre les graves problèmes posés par la pollution286. En outre, la ville avait fortement cru vers l’est et le sud tandis que le terroir restait peuplé de ses villages et bastides. À défaut d’une « mise-à-distance », on assista à un recul d’une partie de la ceinture polluante en raison des transformations spectaculaires opérées en matière d’urbanisme au cours du « beau XIXe siècle marseillais ».

Arenc, nouvelle zone insalubre

116En effet, en 1844, le gouvernement ordonnait la construction du bassin de la Joliette et le vieux Lazaret ruineux et toujours en réparations était transféré sur l’île de Ratonneau. En 1846 commençait la construction du nouvel abattoir dessiné par Pascal Coste et achevé par Vincent Barral sur le terrain de l’ancien domaine dit l’Étoile d’Arenc (fig. 128).

Fig. 128. 1857 - Plan du quartier d’Arenc

Fig. 128. 1857 - Plan du quartier d’Arenc

(AD BDR - 5 M 573).

117En 1854, le gouvernement ordonnait une nouvelle extension du port vers le nord et les bassins du Lazaret et d’Arenc étaient construits tandis que dès 1858 commençait la construction des grands docks de Paulin Talabot. Enfin, en 1863, quinze ans après la gare Saint-Charles, était inaugurée la gare d’Arenc autrement appelée gare maritime.

  • 287 AD BDR - 5 M 665 - Affaire Cohen.
  • 288 AD BDR - 5 M 671 - Affaire Lachère.
  • 289 AD BDR - 5 M 232. Mémoire à l’appui de la pétition du 4 juillet 1867. Le deuxième dépotoir, dit c (...)

118Le nouvel abattoir s’élevait au bord de la mer, sur une petite éminence sise entre le célèbre château vert et les bains Giraudy d’un côté, les Bains de la Méditerranée de l’autre. Au delà de cette similitude géographique avec la position de l’ancien adoubadou, les documents d’archives montrent que le nouvel établissement, équipé d’un vaste marché à bestiaux, regroupa alentour les mêmes industries polluantes et nauséabondes dont la fabrication était en rapport avec l’utilisation de sous-produits animaux. Le 26 août 1872, les services de la préfecture refusaient la régularisation d’un dépôt « d’engrais » existant mais non sans observer : « Il y a lieu de remarquer cependant que le boulevard Jourdan et ses abords situés dans le voisinage immédiat de l’abattoir public et du marché aux bestiaux, sont depuis long temps affectés à des industries incommodes et insalubres, les unes formant les annexes de ces deux établissements publics et les autres attirées ou protégées par l’existence de celles-ci. C’est ainsi que sont agglomérés sur ce point une boyauderie, une tannerie, des étables, une porcherie, une sécherie de peaux, un entrepôt de tinettes, un abattoir de chevaux, une savonnerie et une fabrique d’engrais chimique autorisée en 1871 »287. Un peu plus au sud, vers le boulevard National, étaient également implantées des tanneries, savonnerie, amidonnerie, fabrique de suif…288. Le boulevard Jourdan avait d’ailleurs fini par hériter du terrain destiné à recevoir le « dépotage des vidanges » que Baret et Cie, les vidangeurs titulaires du marché public, y avaient établi et que la Ville voulait supprimer en 1867289. On voit bien qu’étaient à l’œuvre les mêmes logiques qu’à la Joliette quelques décennies plus tôt.

119Est-ce à dire que le quartier de la Joliette perdit ses industries liées à la putréfaction ? La lecture des archives des établissements classés dangereux, insalubres et incommodes révèle qu’en 1895 encore, les entrepôts des chiffonniers s’étaient en partie substitués aux établissements industriels anciens. Car les progrès de la chimie avaient également suscité le développement de l’économie du recyclage puisque la demande de matière première incitait au ramassage des débris animaux qui encombraient la voirie.

120Et cette récupération économiquement fructueuse assurait aussi une fonction nouvelle dans l’entreprise d’assainissement de la ville, observe Alain Corbin : ainsi, par exemple, le nouvel établissement Payen installé à Grenelle en 1825 en vue de la production du noir animal aurait-il transformé « le sordide équarrissage en une activité salubre ». Et depuis que l’usine Pluvinet s’était installée à Clichy, « une grande quantité de sang des animaux qui ruisselait sur les pavés et infectait l’air dans le voisinage des tueries (pouvait) désormais être traitée dans une fabrique de dessiccation qui (exportait) ses produits dans les raffineries de sucre installées aux colonies ».

  • 290 Corbin 2004, 141-142.
  • 291 Barles 1999.

121Avec la demande industrielle, l’exploitation des déchets était ainsi devenue une activité si rentable que « la quête du profit conduisit à la désodorisation de l’espace public plus sûrement que la hantise de l’insalubrité », note encore Alain Corbin290. Ainsi s’explique « l’âge d’or du chiffonnage »291. Cependant, il existait des « déchets ultimes » non susceptibles d’un réemploi quelconque. Ainsi les tanneries avaient-elles littéralement empoisonné la ville pendant des siècles et l’âge d’or de la savonnerie avait-il également causé beaucoup de dégâts à Marseille. Comment avait-on traité ces questions ?

Recycler, traiter et tenter d’éliminer les déchets

Les égouts privés

  • 292 Billioud 1957, Statut VI, titre 99.
  • 293 ACVM. - 1 BB 256.
  • 294 ACVM - FF 395 - novembre 1785.
  • 295 ACVM - FF 379.
  • 296 Billioud 1957, 174.
  • 297 ACVM - 27 O 1.

122Dès le XV e siècle, les autorités municipales avait enjoint aux tanneurs de nettoyer les abords de leurs fabriques et d’en diriger les eaux usées vers des fosses à curer mensuellement et couvertes de grilles292. Mais ces prescriptions n’étaient pas respectées. Ainsi le 22 juin 1686, Forville de Pilles, le gouverneur-viguier, et les échevins de la ville, enjoignaient-ils aux propriétaires des maisons de la rue dite du Meunier, « au quartier de Cavaillon, où sont les fabriques de cuir, d’enlever terres, boues et eaux pluviales ; portant défense de jeter dans les rues chaux, roches, cendres ou autres choses qui encombrent les rues, afin que l’on puisse marcher sur le pavé en toute liberté »293. Un an plus tôt, dans un procès opposant des riverains du grand chemin d’Aix à Honoré Lafont, amidonnier, un rapport d’experts commandé par l’autorité judiciaire avait conclu à la nécessité « de faire un canal à la vieille bourgade pour recevoir les eaux de la dite fabrique du sieur Lafont et les conduire à la mer »294. Et le 31 mars 1770, à la requête du procureur du roi après plaintes des riverains, un huissier de justice constatait-il que « divers particuliers avoient encor des terres et matériaux déposés le long de leurs maisons et fabriques ». Les coupables étaient les manufacturiers Rampal aîné, Rebecq, Lombard, Auzilly, Gay, Honoré Segond, Jourdan, Jean-Baptiste Roumieu, Segond neveu, Muscarely et la veuve Montagne295. C’est qu’à l’instar des tanneurs ou des amidonniers, la plupart des fabricants avaient obligation de construire un égout privé destiné à l’évacuation des eaux usées et des déchets. Cependant, sous la Révolution, la pression administrative s’étant relâchée, ils abandonnèrent les égouts en ne les entretenant plus et en jetant tout à la rue296. Un rapport de l’An X dénonçait ces pratiques : « Depuis plusieurs années les fabricants ont mis une grande négligence aux ouvrages, vidanges et entretien de leurs canaux. Si une partie a voulu les faire nettoyer, une autre plus grande partie s’y sont opposés, par le refus d’en payer leur portion, n’y ayant point été contraints par la voie de la police, ce qui a fait que les autres ont aussi abandonné »297. Il fallut attendre l’Empire pour que les préfets restaurent ces obligations.

  • 298 ACVM - FF 378. Savonnières du quartier des tanneries. Comparant du 3 novembre 1769.

123Parmi les industriels, outre les tanneurs, les teinturiers et les amidonniers, les savonniers polluaient particulièrement la ville. Ainsi, en 1769, Joseph Balthazard de Robineau de Beaulieu, chanoine de l’église cathédrale, l’économe du couvent de la visitation des Grandes maries et le sieur Honoré Eustache Reynard, bourgeois de cette ville, qui possédaient tous trois des maisons et jardins établis dans et hors les remparts, « au quartier des tanneries que hors les remparts au quartiers de la Joliette », remontraient-ils aux échevins que (fig. 129) « l’abus que font les marchands fabricants de savon, au sujet des terres de rejet des savonnières, au mépris des ordonnances de police, rendent les possessions des comparaissants inhabitables et les endommagent au point que bientôt ils seront obligés de les abandonner ou d’y dépenser au-delà de leur produit s’ils veulent les entretenir. Quoique par les ordonnances de police des 15 juillet 1727 et 4 may 1731, renouvelées par celle du 25 juin dernier, il soit expressément porté que très expresses inhibitions et défenses sont faites à toutes personnes préposées pour la vuidange, enlèvement, charroi et transport de ces terres d’en entreposer aucunes, sous quelque prétexte que ce puisse être, dans les rues ni autres endroits tant dedans que dehors la ville, et en les transportant aux lieux indiqués pour leur versement, d’en jeter et décharger dans les chemins, les marchands fabriquants de savon au dit quartier méprisent pourtant les sages lois. Ils versent journellement les terres du rejet de leurs savonnières dans les rues au devant de leurs fabriques où elles séjournent quelquefois plusieurs jours. Les pluyes qui surviennent fort souvent et les eaux des ruisseaux qui sont en abondance en ce quartier en entraînent la plus grande partie. Par là, les rues se couvrent de ces terres, ce qui occasionne des dommages de plusieurs espèces. Lors des pluyes et pendant tout l’hiver, les rues sont impraticables et comme les endroits les plus bas reçoivent la plus grande partie de ces terres, les eaux ne trouvent plus leurs écoulements et, lors des grandes pluyes, les maisons et les possessions voisines sont exposées à des inondations considérables. L’entrepôt de ces terres dans les rues n’est pas la seule cause de leur engravement. Les charrettes préposées au transport en les parcourant y en déposent encore partie de leurs charges par le peu d’attention des conducteurs, en sorte que ces deux causes rendent aujourd’hui l’endroit inhabitable »298.

Fig. 129. Contravention « pour avoir versé des terres ou des cendres

Fig. 129. Contravention « pour avoir versé des terres ou des cendres

Éliminer les résidus d’une activité si florissante

  • 299 ACVM - DD 141 et FF 271.
  • 300 ACVM - 31 O 7 - Délibération du Conseil municipal du 11 octobre 1820 et lettre de Jean-Baptiste E (...)
  • 301 Chaland destiné à recevoir les vases et sables extraits par dragage. Le déchargement s’effectue s (...)
  • 302 Faget 2011, 299-303.
  • 303 ACVM - 31 O 7 - Lettre du Préfet au Maire, 19 décembre 1854. « Les fabriques à savon à elles seul (...)
  • 304 de Maïre, vraisemblablement. Il existe aussi un lieu dit, Tiboulen du Frioul. ACVM - 31 O 7 - Cah (...)
  • 305 ACVM - 31 O 7 - Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la ville de Marseil (...)
  • 306 ACVM - 31 O 7 - Extrait du registre des délibérations, 29 septembre 1822.
  • 307 ACVM - 31 O 7 - Lettre de F. G. Tian, 26 chemin de la Joliette au maire de Marseille. 30 décembre (...)
  • 308 Faget 2012, 21 et 2011, 299 et suivantes.

124D’ailleurs, les résidus que les savonneries avaient pris l’habitude de précipiter en mer présentaient la particularité d’être combustibles et de se solidifier lorsqu’ils entraient en contact avec l’eau. Les savonniers y étaient encouragés par les pouvoirs publics qui avaient désigné à cet effet une calanque à chaque extrémité de la ville : au nord, dans l’anse de l’Ourse pour tous les savonniers de la vieille ville et, au sud, à la pointe dite de « la Portugale » dans l’anse des Catalans (fig. 130). Le transport des dépôts des savonnières à la mer était déjà une habitude ancienne puisqu’il avait été ordonné par l’intendant Lebret le 30 juillet 1699299. Lorsque la Marine protesta devant l’élévation du niveau des fonds marins de la calanque des Catalans parce que l’apparition de hauts-fonds privait les bateaux d’un abri naturel contre la tempête ou lorsque les pêcheurs commencèrent à déserter la plage parce qu’ils ne pouvaient plus y tirer leurs embarcations sans dommages tandis que le propriétaire des vieilles infirmeries, Joseph Estelle, s’emportait contre la dévalorisation de fait subie par sa propriété et qu’enfin le préfet exigeait qu’il mit fin à cette situation300, le conseil municipal affrétait une Marie-Salope301, qui partait du vieux port en emportant une cargaison de déchets à déverser en pleine mer au niveau de l’Anse de l’Ourse302. D’ailleurs, ne fallait-il pas remblayer les terrains en vue de la construction des bassins du nouveau port ? Une aubaine sous cet aspect !303 Et ce d’autant que cette solution n’impliquait aucun coût financier ni pour la ville ni pour les manufacturiers. Les difficultés et le coût du transport terrestre des déchets par le chemin chaotique et sinueux du littoral (la Corniche n’existait pas encore) explique aussi ce choix du transport maritime. Plus tard, lorsqu’il ne s’avéra plus possible de déverser toutes les ordures si près des côtes, un bateau alla les jeter plus loin, au voisinage de Tiboulen304. Par ailleurs, l’interdiction temporaire de « porter à la mer » les résidus des savonneries prise par arrêté des 13 novembre 1820 et 22 janvier 1821 n’avait pas réglé la question : « Ces mesures ont reçu pendant assès long tems leur exécution sans qu’il soit manifesté d’inconvéniens sensibles ; mais depuis quelques mois, l’amas des matières versées à la Joliette, sur le chemin du Lazaret, a éprouvé une fermentation accompagnée de phénomènes jusqu’alors sans exemple. Ces matières sont entrées en combustion permanente, et il s’en exhale, constamment, une fumée qui s’étend au loin et répand une odeur infecte »305. L’administration sanitaire qui avait expressément réclamé ces dépôts afin de protéger le bord du chemin « contre l’invasion des eaux de la mer qui le rétrécissait tous les jours » en réclamait la fin306. Et quarante-trois propriétaires et habitants de la Joliette, excédés, adressèrent sans résultat le 31 janvier 1837 une pétition à la mairie pour obtenir l’interdiction des jets d’ordures et des vidanges des barriques de la ville. Vainement aussi Arago fut saisi de l’affaire poursuivie devant les juges307. La Ville ne savait donc pas davantage que faire des résidus d’une industrie si florissante qu’elle n’avait su faire de ses morts et de sa merde. Mais les questions environnementales n’interviennent en aucune façon dans les décisions d’élus motivés par de toutes autres considérations, note Daniel Faget308.

Fig. 130. Pollutions savonnières à Marseille (Faget 2012, 21). dans les rues de leur fabrique »

Fig. 130. Pollutions savonnières à Marseille (Faget 2012, 21). dans les rues de leur fabrique »

(Archives de Marseille - FF 381).

  • 309 ACVM - FF 318 - Remontrance aux échevins du 1er sept. 1712.
  • 310 Gallocher 1993, 108.

125Par ailleurs, la concentration artisanale de la Porte d’Aix et des Carmes eut évidemment aussi des conséquences sur les autres pollutions car tous les rejets d’eaux usées finissaient à la mer. Des conduites souterraines amenaient les eaux des savonneries et des tanneries des Carmes jusqu’à la Joliette. Or ces canalisations infestaient les lieux qu’elles traversaient lorsqu’elles étaient obstruées et infiltraient les puits dont la puanteur rendait les maisons inhabitables309. En outre, elles pouvaient aussi provoquer un dégagement continu d’acide sulfhydrique lorsqu’elles passaient sur des terrains formés par d’anciens dépôts de savonneries. En 1858, un réseau nouvellement construit continuait de déverser à la Joliette les égouts du boulevard des Dames, de la rue d’Aix, de la rue de la Joliette et de la rue l’Évêché. Un premier réseau écoulait aussi directement dans le canal de la Douane et le Bassin du Carénage les eaux usées provenant des trois égouts de la Canebière, de la rue Impériale, de la rue de la Major et des usines et du quartier de la rue Sainte310.

Vers la Crau

  • 311 Jacquemet 1979, 505-548.
  • 312 AD BDR - 5 M 232 - Assainissement de Marseille, 1890.

126Ainsi, Marseille envisagea-t-elle d’exporter ses déchets beaucoup plus loin dès que le progrès technique le permit. Le 20 juin 1887, en pleine bataille du tout-à-l’égout à Paris311, Henri de Montricher, ingénieur comme son illustre père Franz Mayor, passait avec la Ville de Marseille une convention en vertu de laquelle « la totalité des produits du nettoiement de Marseille [devait] être remise journellement au bénéficiaire du contrat, en deux décharges établies aux gares de la Joliette et du Prado, chargée en wagons et expédiée par chemin de fer en divers points, et notamment dans la plaine de la Crau ». Il s’agissait du domaine des Poulagères ou des propriétés de la Compagnie Agricole de la Crau et des marais de Fos. En effet, « le jet à la mer des immondices et produits du nettoiement » était devenu très onéreux pour la ville qui envisageait par ailleurs de supprimer tous les dépotoirs d’immondices et éventuellement ceux de vidanges, « ces foyers d’infection établis au cœur des quartiers populeux ». Convaincu de ce que les dépotoirs étaient condamnés, Henry de Montricher estimait « qu’il n’y [avait] que le transport en Crau des produits du nettoiement pour purger à tout jamais la ville des matières putrescibles qui y séjournent au mépris des règles les plus élémentaires de l’hygiène publique ». À Marseille comme à Paris, la municipalité s’était heurtée à l’opposition des vidangeurs lorsqu’elle avait entrepris de supprimer les dépotoirs. Montricher, dont la Société exploitait le domaine de 600 hectares des Poulagères, n’était pas hostile à la construction du grand collecteur de Cortiou mais il envisageait, certes très rapidement, la question de « la pollution de la rade de Marseille » et jugeait la dépense élevée pour se demander « si l’utilisation agricole des eaux d’égout de Marseille, tout en satisfaisant rigoureusement aux conditions prescrites par l’hygiène, ne présenterait pas d’avantages au point de vue économique ». Il appartenait au courant des partisans de la théorie de la complémentarité ville-campagne selon laquelle la ville rendait au monde rural qui la nourrissait les engrais qui lui permettaient de produire. Dans cette perspective, « les trains des poubelles » devaient rentrer à Marseille chargés des pierres prélevées en vue de la fertilisation des terres et nécessaires à la construction312. Le chemin de fer et de tout-à-l’égout allaient résoudre le problème des odeurs et des infections marseillaises pour un temps.

127En conclusion, le faubourg nord de Marseille, cet espace compris entre le Lazaret, l’anse de l’Ourse et la Tuerie, la Butte des Carmes et la rue Bernard-du-Bois, était devenu au XIXe siècle un secteur pré-industriel extrêmement dense, les fabriques progressivement établies à l’extérieur des remparts prolongeant l’ancien centre de la Butte des Carmes. Les activités manufacturières en rapport avec l’utilisation de sous-produits animaux putrescibles ou les matières fermentescibles y étaient très répandues. Et dans le même espace voisinaient d’autres équipements publics peu appréciés tels que le Lazaret, la Tuerie, le cimetière et le fameux « dépôt d’engrais » dont il était impossible de se passer. Toutefois, ces industriels manipulaient des produits appartenant au secteur de la nouvelle chimie : acides chlorhydrique et sulfurique (tanneurs, fabricants de colle forte, de soufre), nitrate de mercure et acide nitrique (chapeliers), puis soudes artificielles (savonniers, verriers), vernis pour les potiers…

  • 313 Corbin 2004, 77-78.
  • 314 Corbin 2004, 63.

128Jusqu’au XVIIIe siècle, les « pollutions » urbaines firent l’objet d’un traitement olfactif global. Il s’agissait de débarrasser la ville des odeurs putrides et des miasmes funestes qui la menaçaient et le dés-entassement comme l’éloignement furent les solutions préconisées avant les découvertes pasteuriennes. D’une part, sous l’influence des théories aéristes, une élite nouvelle ne tolérait plus la proximité des morts, de l’excrément et de l’ordure et, d’autre part, les riverains des fabriques — de la putréfaction en particulier — bénéficiaient de la bienveillance des autorités judiciaires qui recommandaient souvent l’éloignement des sources de puanteur. Mais si les odeurs nauséabondes provoquaient l’indignation, la pollution manufacturière ne suscitait pas la révolte, bien loin de là. D’ailleurs, « mise à part celle du charbon de terre dont la nature chronienne effraie parfois, la fumée ne rebutera que tardivement ; pour l’heure, ce qui est intolérable, c’est l’odeur de la putréfaction ou de la fermentation ; non celle de la combustion », observe Alain Corbin pour le XVIIIe siècle313. Quant à l’odeur des ateliers, à laquelle nous sommes si sensibles, celle-ci n’intéressait pas alors les autorités politiques et sanitaires : « elle n’a focalisé que tardivement la vigilance olfactive. En outre, jamais, avant l’Empire, elle ne sera incriminée avec la même virulence que l’odeur de la prison, de l’hôpital ou du cimetière. Il convient donc de nous garder de tout anachronisme. Ce qui terrorise, c’est l’odeur des corps entassés, non celle des corps au travail. L’atelier n’est dangereux que s’il dégage de mauvaises odeurs. Ici puanteur et nocivité coïncident presque exactement. La nuisance industrielle ne se conçoit guère sans fétidité. On ne dénonce pas le bruit, très peu la fumée — du moins en France — mais sans cesse les odeurs »314. Et, confirme André Guillerme, même dans les manufactures où la putréfaction pourtant si redoutée intervenait, le danger « (n’intéressait) » et ne (menaçait » que les ouvriers de la fabrique ». Or l’ouvrier n’appartenait pas à la sphère de l’hygiène publique en cours de formation.

129Progressivement furent instaurées des mesures qui jetaient les bases des législations actuelles en matière d’inhumations notamment : les progrès furent décisifs et la création du cimetière Saint-Charles remporta finalement un franc succès. L’épineuse question des dépotoirs fut tardivement résolue avec la création du tout-à-l’égout tandis que dans le cas des déchets, grâce aux progrès techniques dans les transports, l’éloignement prévalut aussi. Restaient les questions des pollutions artisanales. Si incommodantes que fussent ces pollutions (odeurs pestilentielles, fumées noires épaisses ou bruit assourdissant), elles s’inscrivaient dans un contexte général marqué par l’insalubrité. D’abord, le secteur de la Porte d’Aix ne comptait qu’une faible densité urbaine au moment où s’installèrent la plupart de ces fabriques et, sur la butte des Carmes voisine, vivait une population paupérisée dont le sort intéressait peu les autorités. En outre, dans la perspective de Darcet, cette concentration manufacturière était très bénéfique puisque la proximité des fabriques favorisait le recyclage des matières premières. Enfin, la mise à distance n’avait jamais été la règle, même sous l’Ancien Régime, et la foi dans la science et le progrès comme des impératifs économiques conduisirent à imposer aux populations des adaptations difficiles.

  • 315 Le Roux 2011, 324.

130Car nationalement, et malgré le mouvement en faveur du bannissement des activités manufacturières des centres urbains amorcé au XVIIIe siècle, fut adoptée en 1810 une législation qui préconisait une cohabitation forcée entre les fabriques et les citadins au prétexte que les progrès scientifiques et techniques permettaient la désinfection et le confinement des mauvaises odeurs en vase clos. C’était parfois illusoire, observe Thomas Le Roux, mais les activités artisanales et industrielles étaient économiquement vitales pour la ville, estimaient les autorités et il fallait donc s’accommoder de leur présence : il était « de l’intérêt du gouvernement de gêner le moins possible l’industrie », résuma le médecin Marc en 1816315. Et les découvertes pastoriennes confirmèrent cette évolution. D’ailleurs, après 1810, les médecins commençaient à affirmer l’innocuité des anciens « miasmes ». Il reste que cette législation rompait avec des modalités séculaires de régulation. Ainsi le droit expérimenté à Paris fut-il étendu à l’ensemble de la France. Les exigences de salubrité publique et la nécessité du développement économique paraissaient conciliées. On voit à Marseille que les industries déjà établies dans l’enceinte moderne —progressivement rattrapées par l’urbanisation— étaient promises à un long avenir. La brasserie Velten, par exemple, ne ferma ses portes qu’en 1939 par l’effet de sa propre volonté (cf. supra). Il resterait à étudier de façon exhaustive comment l’administration préfectorale des Bouches-du-Rhône, le conseil de salubrité et le Conseil d’État traitèrent les demandes des industriels et les plaintes des particuliers afin de comparer les situations marseillaises et parisiennes. Les thèses développées par Fodéré eurent-elles une influence à Marseille ? Toutefois, ce qui distinguait vraiment Marseille à l’époque moderne, c’était l’existence d’un vaste territoire non bâti à l’intérieur des nouveaux murs d’enceinte.

131La question des déchets industriels n’était guère posée. La mer fut longtemps considérée comme le dépotoir de tout ce que l’on ne voulait ou ne pouvait éloigner sur la terre ferme en raison de difficultés d’accessibilité, de transports ou de coûts. S’ajoute à Marseille la configuration particulière d’un immense terroir couvert de bastides qui rendait parfois difficile la définition de la ville et de la campagne (cf. infra). Lorsque les rejets à la mer posaient problème, les lieux de rejets firent l’objet de négociations interminables entre l’État, par l’intermédiaire du Préfet, de la Chambre de Commerce et des édiles municipaux parmi lesquels figuraient les industriels. L’arrivée du chemin de fer permit d’envisager l’évacuation des déchets marseillais à la campagne, à soixante kilomètres de la ville, en vue de la fertilisation des plaines pierreuses et stériles de la Crau. En effet, si la construction du grand collecteur de Cortiou avait résolu la question de l’assainissement proprement dit, elle ne pouvait résoudre celles des déchets solides ou gadoues.

Notes

85 ACVM - FF 321. Affaire Vernier - 26 janvier 1715.

86 Corbin 2004.

87 Le Roux 2011.

88 ACVM - FF 321 - Affaire Vernier.

89 ACVM - HH 435 - 19 février 1762. Lettre de l’Intendant de Provence aux échevins de la ville de Marseille.

90 Actuelle traverse Martel.

91 Indicateur Marseillais, 1812, Tableau historique.

92 Cathy, Richard, Echinard 1999.

93 ACVM - 23 F 26. Rapport Auban à Antoine d’Anthoine, maire de Marseille.

94 ACVM - 23 F 26.

95 Corbin 2004, 63.

96 ACVM - 23 F 26 et FF 375.

97 Cf Riani, « Le domaine des Mauche » dans le rapport de fouille relatif au 30 boulevard des Dames, sous la direction de Françoise Paone, INRAP, à paraître.

98 Lande 1764.

99 Guillerme 2007, 178 et 181.

100 ACVM - 23 F 26.

101 Masson 1926, tome VIII, 34-35.

102 ACVM - FF 395.

103 Le Roux 2011, 135.

104 AD BDR - 5 M 442.

105 Guillerme 2007, 205.

106 Le garnisseur donne aux chapeaux la tournure et la coupe convenables ; il les borde et y applique la coiffe, le tour, etc. Il appose au chapeau un tour en cuir qui, selon la technique utilisée pour le coudre, ruinait plus ou moins rapidement le chapeau.

107 « Dresser un chapeau, c’est en unir et aplatir les bords & le dessus de la tête, en les plaçant et tournant sur une plaque de fer, ou de cuivre, échauffée par le feu d’un fourneau qui est dessous. Pour donner cette façon, on met d’abord une feuille papier sur la plaque, & une toile par-dessus, que l’on arrose de tems en tems d’eau avec un goupillon ; précautions qu’on prend, autant pour empêcher que le chapeau ne brûle, que pour l’affermir ». (Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, Amsterdam, 1726, tome I).

108 Guillerme 2007, 213-214.

109 « Cet arçon est une longue perche de cinq ou six pieds, qui a une manicle de cuir au milieu, pour passer la main gauche de l’ouvrier qui arçonne. A l’une des extrémités de la perche, est une espèce de crochet en bois, qu’on appelle le bec de Corbin ; & à l’autre, une pièce trouée par le milieu, aussi de bois, qu’on nomme le panneau ; & qu’on devroit plutôt nommer chevalet, y tenant à peu près la place que tient dans l’instrument de musique, qu’on appelle vulgairement trompette de marine. Du bec de corbin au panneau, passe une corde à boyau, semblable par la grosseur à celle de cette trompette marine ; & afin de donner le ton, ou le degré de tension nécessaire à cette corde, pour bien faire voger l’étoffe, on se sert d’une chanterelle, qui est une cheville de fer, ou de bois, qu’on met entre le panneau et la corde, qui la tient aussi bandée qu’il faut. On appelle le cuiret, une petite pièce de cuir, qui couvre la chanterelle, & empêche que la corde n’y touche immédiatement » Jacques Savary de Bruslins, Dictionnaire universel du commerce, Amsterdam, 1726, 646.

110 ACVM - HH 402 - 5 mai 1705. Supplique des syndics de la jurande des Maîtres fabricants et garnisseurs de chapeaux à l’Intendant de Provence. Les auffiers fabriquaient des cordages et des filets à grandes mailles.

111 ACVM - HH 399. Pétition des maîtres chapeliers aux officiers municipaux. Non datée.

112 Isnard 1916, 65.

113 ACVM - HH 399. À Monseigneur le contrôleur général.

114 Isnard 1916.

115 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 32-33.

116 Toutefois, « l’armée consomme beaucoup de chapeaux. Frédéric-Guillaume III en stocke cent mille dans ses magasins de Berlin, autant couvrent les têtes de sa soldatesque. Depuis 1762, le troupier français porte le tricorne, feutre de laine que Napoléon remplace en 1805 par le bonnet de police dont les ailes sous la pluie, font gouttières. Dans la Garde, les corps coiffent le bonnet à poil, comme les officiers, les compagnies d’élites de dragon et de fusiliers. Plus de vingt mille feutres de poils consommés par an entre 1805 et 1815... » dans Guillerme 2007, 210.

117 Masson 1911, 444.

118 Guillerme 2007, 205.

119 Jarre coupé resté dans le duvet.

120 Villeneuve-Bargemon 1829, 674.

121 Arrêt du Conseil d’État de 1742, rappelant un arrêt de 1714 : « Les laines seront lavées de façon qu’elles puissent être employées à la fabrique des étoffes sans être relavées avec défenses aux marchands de les vendre ni exposer en vente autrement ; et aux fabriques de les acheter sous peine de trente livres d’amende pour chaque balle, tant contre le vendeur que contre l’acheteur, & en cas de récidive, de cent livres d’amende et de confiscation des laines » ACVM - 1 BB 2087.

122 Duhamel du Monceau 1761, 19.

123 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 32.

124 « Pour cet effet, la corbeille étant plongée dans l’eau, qui la pénétrera par-tout, on la relèvera, pressera, remuera. Cette manœuvre lui ôtera la mauvaise odeur qu’elle aura contractée au premier lavage & achèvera de la nettoyer ».

125 La santé des ouvriers employés dans les fabriques de coton, de soie et de laine. Extrait des Annales d’hygiène publique, tome XXI, 2e partie, p.2.

126 ACVM - DD 137. Mémoire de 1781.

127 Julliany 1834, 462.

128 Villeneuve-Bargeron1829, tome IX, 249.

129 Julliany 1834, 462.

130 Julliany 1842, tome 3, 249.

131 Julliany 1834, 465.

132 Julliany 1842, tome 3, 253.

133 D’après les archives consultées.

134 Une laine lavée perd la moitié de son poids.

135 Julliany 1842, 252-253.

136 Corbin 2004, 62.

137 Guillerme 2007, 356.

138 La rue Bernard-du-Bois borde le sud du même îlot. Rue des Maçons, il s’agit de la fabrique de Jacques Lapierre (Indicateur Marseillais, 1812).

139 Cette usine a été reconstruite en 1876 afin d’y établir une savonnerie (cf. matrices du cadastre napoléonien).

140 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 70.

141 ACVM - FF 318. - 2 mars 1712.

142 Guillerme 2007, 380-381.

143 ACVM - FF 321. Affaire Vernier - 26 janvier 1715.

144 ACVM - 434 n° 6. Procès opposant Jean-Baptiste Vence, négociant contre la veuve Bernard, fabricante de chandelles.

145 Le Roux 2011, 41-42.

146 Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône, tome VIII, p. 36.

147 Daumalin 2010, 219.

148 ACVM - FF 321. Affaire Vernier - 26 janvier 1715. « C’est [l’odeur] la plus désagréable, la plus insupportable et la plus infecte possible même quand on supporterait l’odeur celle des excréments plutôt que celle-là, tant elle déplaît et répugne à l’odorat ».

149 Villeneuve-Bargemon 1829, t. IV, 779-780. Cette description ressemble davantage à celle d’une fabrique de gélatine qui était un établissement de troisième classe. Dans l’instruction du dossier de Lazare Béranger, qui voulait installer une fabrique de gélatine dans son ancienne tannerie du 5, place du Terras, le conseil de salubrité fait une différence entre la fabrication de la colle forte et celle de la gélatine (cf. 5 M 352).

150 AD BDR - 5 M 352.

151 Parfois orthographié d’Angelli.

152 Le monastère du Saint-Sacrement était situé « rue tirant de l’église des Pères Récolets à la porte de Bernard-du-Bois ». (ACVM - DD 101, cité par Colette Castrucci (cf. supra).

153 ACVM - HH 402 - 5 mai 1705. Supplique des syndics de la jurande des Maîtres fabricants et garnisseurs de chapeaux à l’Intendant de Provence.

154 ACVM - HH 402. 31 décembre 1685. Lettres patentes en faveur de Jean-Baptiste d’Angello.

155 ACVM - HH 402. 18 octobre 1723.

156 Villeneuve-Bargeron, t. IV, p. 779.

157 En Île-de-France et à partir de 1810, cf. Guillerme 2007, 95.

158 Fermer hermétiquement un récipient destiné à être mis au un feu avec du lut, une pâte formée d’argile calcinée et d’huile siccative.

159 Acte du 20 mai 1807, notaire Donjon à Marseille.

160 AD BDR - 1 U 410. Procès du 15/02/1816, AD BDR 410 U 74. Affaire Massot/Rostan d’Ancezune.

161 ACVM - 2 N 4. Demande de concession d’un liard d’eau par Jacques Martin, salpêtrier du Roi au Maire, le marquis de Montgrand. 6 février 1824.

162 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 71-72.

163 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 73.

164 Villeneuve-Bargeron 1834, t. IV, 714.

165 Indicateur Marseillais, 1812, Tableau historique. Quant à ce que représentaient certains grands noms précédemment cités. Boulanger 1991, 72. On dénombrait 69 fabriques à savon en 1812.

166 Daumalin 2013, 58.

167 La soude naturelle, d’origine végétale, est obtenue par calcination de différentes espèces de plantes salées poussant dans les régions du littoral méditerranéen. En 1809, Napoléon 1er exempte de toutes taxes le sel destiné aux raffineries de soude et interdit l’entrée en France des soudes végétales.

168 Guiral 1951, 54.

169 Daumalin 2006, 8, § 16.

170 Daumalin 2006, 1, § 2.

171 Sur les techniques de fabrication, cf. Xavier Daumalin 2001, 139-158.

172 Daumalin 2006, 27-46.

173 Daumalin 2013, 66.

174 Procédé industriel conçu en 1825 par l’industriel de Septèmes, Blaise Rougier, qui permettait de condenser les vapeurs nocives de l’acide chlorhydrique dans des cheminées rampantes construites en maçonnerie sur plusieurs centaines de mètres et remontant le long des pentes des collines ; elles se terminaient par de grandes cheminées construites au sommet. Daumalin 2013, 72.

175 Daumalin 2013, 74-75.

176 À Paris, l’établissement des « potiers de terre » en ville était interdit depuis 1486 « attendu que la fumée qui sortait de ces établissements était préjudiciable à la santé du corps humain et que de ce pouvait survenir plusieurs mauvaises maladies et accidents ». in H.Brunel, Établissements insalubres, incommodes et dangereux, Paris, André, Daly fils et Cie éditeurs.

177 Abbé G. Arnaud d’Agnel 1970.

178 Gervais Veuve de Jacques François, meunier à Cassis.

179 Billoud 1957, 34.

180 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 71. Pour compléter cette description de la rue d’Aix, il convient d’ajouter que s’y tenaient aussi trois droguistes (lesquels détenaient des produits hautement inflammables), un charcutier dont le métier consistait aussi à traiter un sous-produit animal.

181 ACVM - FF 317 - 26 juillet 1706.

182 ACVM - FF 317 - 3 août 1706.

183 Le Roux 2011, 61.

184 AD BDR - 5 M 356. L’huile de lin ou « huile de graines de lin » est une huile de couleur jaune d’or, tirée des graines mûres du lin cultivé, pressées à froid et/ou à chaud.

185 Bunel 1887, 13.

186 Faget 2011, 335.

187 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 177.

188 ACVM - 2 N 4, pièce n° 52 du 22 octobre 1821.

189 AD BDR - 5 M 573.

190 Cathy, Richard, Echinard 1999, 174.

191 AD BDR - 363 E 482. cf. Annick Riani, « Le domaine des Mauche : tannerie, raffinerie et domaine Grandval » RFO, de la fouille du 32-40, bd des Dames, en collaboration avec Françoise Paone (Inrap).

192 Demande d’autorisation d’installation adressée à la Préfecture des Bouches-du-Rhône, le 28 octobre 1835. (AD BDR, 5 M 573).

193 La chimie pneumatique s’intéresse aux transformations chimiques au sein de mélanges de gaz.

194 Corbin 2004, 21-22.

195 Tourtelle et Hallé 1837.

196 En 1799 paraît l’ouvrage de Fodéré intitulé Les lois sociales éclairées par la science physique ou Traité de médecine légale et d’hygiène publique.

197 Concernant les discours des médecins et des ingénieurs, cf. les analyses de Barles 1999, 370 p.

198 Billoud 1957. Relativement au caractère national de l’infection, cf. Guerrand 2009, 81.

199 ACVM - DD 81, Extrait des registres du Conseil d’État. « Vu par le Roi étant en son Conseil, la délibération prise par le conseil municipal de Marseille le trente-un juillet mil sept cent soixante sept contenant que les rues de ladite ville et de ses fauxbourgs se trouvent totalement dégradées et impraticables, tant pour les gens à pied que pour les bêtes de somme et celles de trait, à cause d’une infinité de trous et d’ornières qui s’y rencontrent... ».

200 Statuta civit. Massil., lib. IV, cap. III - de Porcis, cité par Fabre 1867, t. II, 60.

201 Mercier 2011, livre I, chap. 45, 137-139, cité par Le Roux 2011, 71.

202 ACVM - AA 1. Cartulaire contenant les Statuts de la Ville et diverses autres pièces, (1219-1558).

203 Les procès verbaux dressés par la police mentionnent des herbages mêlés deaux sales, des écorces de pois verts, de l’eau de savonnage, de l’eau sale, du marc de café, des coquilles de moules...

204 Billoud 1957, 153.

205 ACVM - 31 O 7 - 30 décembre 1830.

206 ACVM - 4 I 18 - Arrêté du 30 brumaire An X.

207 ACVM - 1 D 43. Délibération du conseil municipal du 14 novembre 1818. Cité par Joseph Billioud, p. 163.

208 Billioud 1957, 166-167.

209 ACVM - 31 O 7.

210 Corbin 2004, 117.

211 Cf aussi : ACVM - DD 81 —Ordonnance de police contenant règlement pour la construction des édifices et des bâtiments publics et particuliers...— Marseille, impr. Boy, 1730 et ACVM - FF 191 - Recueil des règlements, divisé en deux chapitres : ville (31 articles) et terroir (11 articles).

212 ACVM - DD 81, Marseille, impr. Favet.

213 Billioud 1957, 78 - ACVM - BB 228 f°58.

214 Corbin 2004, 297.

215 ACVM - DD 43 et ACVM - BB 238, f°16, 5 mars 1754.

216 Corbin 2004, 106.

217 ACVM Délibération du 5 novembre 1639. Registre de 1639-1640, f°8 V° et 9 R° V°.

218 Billioud 1957, 47 à 56.

219 L’entrée de la vieille ville avait été interdite à toute circulation mais cette prescription n’ayant pas été respectée, Joseph Billioud estime cette position plus réaliste. Jusqu’en 1561, on déchargeait aux portes de la ville mais ce nétait plus possible après agrandissement.

220 ACVM - FF 434 n° 14.

221 ACVM - DD 126 Requête de du 10 avril 1776. Citée par Billioud, 1957, 115.

222 ACVM - DD 123. Billioud 1957, 116.

223 Abattoir en occitan. D’après http://www.lexilogos.com/provencal_langue_dictionnaires.htm#.

224 Corbin 2004, 35.

225 Corbin 2004, 119.

226 Le Roux 2011, 124.

227 ACVM - DD 137, pétition du 13 décembre 1783.

228 ACVM - 52 M 342, pétition du 19 juillet 1820.

229 ACVM - 52 M 342, lettre adressée au Marquis de Montgrand, Maire de Marseille, le 8 février 1809. « Quant à celui des Accoules situé sur la place des Moulins, il est interdit depuis six à sept ans, et je pense qu’on ne doit plus le remettre en activité ; il est dans ce moment très propre, débarrassé d’ossements, et les aqueducs y passant au milieu, il seroit peut-être dangereux de faire un nouveau cimetière », écrit l’expert désigné par le maire.

230 ACVM - 52 M 670. Extrait des délibérations du Conseil municipal du 6 mai 1818. Cf description du cimetière Saint-Martin in Bertrand 1973, 223.

231 ACVM - 52 M 668. Lettre à Antoine d’Anthoine du 13 juin 1809.

232 ACVM - 31 O 7.

233 ACVM - 52 M 670. Extrait des délibérations du Conseil municipal du 6 mai 1818.

234 ACVM - 52 M 670 - 18 juin 1809.

235 ACVM - 52 M 670. Extrait des délibérations du Conseil municipal du 6 mai 1818.

236 Corbin 2004, 119.

237 ACVM - 31 O 7 - Rapport du 15 mars 1834.

238 Cf Riani, « Le domaine des Mauche » dans le rapport de fouille relatif au 30 boulevard des Dames, sous la direction de Françoise Paone, INRAP, à paraître.

239 ACVM - 1 D 62 - Délibération du 28 novembre 1840.

240 ACVM - 4 I 18.

241 12 septembre 1575. Billioud 1957, 154.

242 Camau 1923, 48, 299.

243 AD BDR - 5 M 232 - Assainissement de Marseille par H. de Montricher, 15-16.

244 ACVM - 31 O 37 - Extrait des registres de délibérations du conseil municipal, séance du 20 décembre 1833.

245 ACVM - 7 O 37 - Lettre des concessionnaires au préfet, 2 avril 1846.

246 ACVM - 1 D 62 - Demande d’indemnité du concessionnaire Lieutaud qui s’en est plaint au Préfet.

247 Corbin 2004, 262.

248 Cf. description dans l’article de Gaston Rambert 1934, 299.

249 Cf. Gérard Jacquemet 1979, 505-548. L’épandage des eaux des égouts de Paris présentait de grandes difficultés techniques.

250 Daumalin 2013, 72.

251 Daumalin 2013, 69.

252 Daumalin 2013, 71.

253 Daumalin 2013, 71.

254 Daumalin 2013, 72.

255 Daumalin 2013, 67.

256 Le Roux 2011, 294.

257 Le Roux 2011, 295-296.

258 Fodéré 1813, t. 6, 329 ; voir aussi Le Roux 2011, 290-296, cité par Daumalin 2013, 67.

259 Le Roux 2011, 295.

260 Le Roux 2011.

261 Daumalin 2013, 72.

262 Daumalin 2013, 72.

263 Daumalin 2013, 73.

264 Le Roux 2011, 283.

265 La gélatine était une production très utile à la fabrication de la colle forte.

266 AD BDR - 5 M 352.

267 Le Roux 2011, 340.

268 Massot entretenait des poules dont l’emploi consistait à dévorer les vers et les larves qui gagnaient les murs de l’édifice. cf. supra. AD BDR, 410 U 74.

269 Un carneau est un conduit, généralement horizontal, qui relie un ou plusieurs conduits de raccordement à un conduit d’évacuation de fumée.

270 AD BDR - 410 U 74, Conflit Massot / Rostan d’Ancézune, rapports d’experts du 09/08/1853.

271 AD BDR - 5 M473.

272 AD BDR - 5 M 442.

273 AD BDR - 5 M 441.

274 AD BDR - 5 M 442. Affaire Gueit.

275 Le Roux 2011, 361.

276 Chimiste, enseignant, industriel, directeur de la fabrique de poudre de Grenelle, il devint ministre de l’Intérieur.

277 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 70-71 et 117.

278 Castrucci 2010.

279 Guillerme 2007, 113.

280 Guillerme 2007, chapitre 2. Une chanson, Le Salpêtre républicain, fut composée sur une musique de Luigi Cherubini. Interprétée par Gérard Chouquer, en 1988, elle fut diffusée sur France-Culture lors d’une émission « Concordance des temps », de Jean-Noël Jeanneney ; intitulée La nature au péril de l’industrie : deux siècles de pollution et diffusée le 26.11.2011.

281 Novario 1823, 27.

282 Guillerme 2007, 114.

283 Le Roux 2011, 191-192.

284 ACVM - 1 D 27, p. 128-130. Séance du 12e vendémiaire An V. Les mots soulignés le sont dans le texte original cité.

285 Guillerme 2007, 116-124.

286 Daumalin 2006, 27-46.

287 AD BDR - 5 M 665 - Affaire Cohen.

288 AD BDR - 5 M 671 - Affaire Lachère.

289 AD BDR - 5 M 232. Mémoire à l’appui de la pétition du 4 juillet 1867. Le deuxième dépotoir, dit complémentaire, était implanté à Menpenti, au milieu des habitations.

290 Corbin 2004, 141-142.

291 Barles 1999.

292 Billioud 1957, Statut VI, titre 99.

293 ACVM. - 1 BB 256.

294 ACVM - FF 395 - novembre 1785.

295 ACVM - FF 379.

296 Billioud 1957, 174.

297 ACVM - 27 O 1.

298 ACVM - FF 378. Savonnières du quartier des tanneries. Comparant du 3 novembre 1769.

299 ACVM - DD 141 et FF 271.

300 ACVM - 31 O 7 - Délibération du Conseil municipal du 11 octobre 1820 et lettre de Jean-Baptiste Estelle adressée au maire, Jean-Baptiste de Montgrand, le 22 janvier 1827.

301 Chaland destiné à recevoir les vases et sables extraits par dragage. Le déchargement s’effectue soit à quai par le dessus (roue à rochets) soit par ouverture du fond.

302 Faget 2011, 299-303.

303 ACVM - 31 O 7 - Lettre du Préfet au Maire, 19 décembre 1854. « Les fabriques à savon à elles seules produisent chaque année plus de 150000 mètres cubes de résidus dans un espace de temps très court, avec une telle puissance de production, qu’elles ont comblé les deux anses de l’Ourse et de la Joliette ; reportées aujourd’hui dans l’anse du Lazaret, elles finiraient par la remblayer entièrement si l’on n’y avisait ».

304 de Maïre, vraisemblablement. Il existe aussi un lieu dit, Tiboulen du Frioul. ACVM - 31 O 7 - Cahier des charges du transport des immondices en mer - Marseille, impr. Générale Achard et Cie, 1886, art. 4.

305 ACVM - 31 O 7 - Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la ville de Marseille, séance du 29 novembre 1822.

306 ACVM - 31 O 7 - Extrait du registre des délibérations, 29 septembre 1822.

307 ACVM - 31 O 7 - Lettre de F. G. Tian, 26 chemin de la Joliette au maire de Marseille. 30 décembre 1846.

308 Faget 2012, 21 et 2011, 299 et suivantes.

309 ACVM - FF 318 - Remontrance aux échevins du 1er sept. 1712.

310 Gallocher 1993, 108.

311 Jacquemet 1979, 505-548.

312 AD BDR - 5 M 232 - Assainissement de Marseille, 1890.

313 Corbin 2004, 77-78.

314 Corbin 2004, 63.

315 Le Roux 2011, 324.

Table des illustrations

Titre Fig. 112. Vue de Marseille et du port de la Joliette, estampe sd [av. 1850]
Crédits (Archives de Marseille, 11 Fi 56).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 113. À titre d’exemple le plan de la tannerie d’Édouard Jullien, 6, rue Étroite en 1854
Crédits (AD BDR, 5 M 442).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Titre Fig. 114. Les cuves à huile de la tannerie de Hyacinthe Toussaint Derbès
Crédits (Photo, F. Paone).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 115. L’atelier du chapelier, recueil des planches sur les sciences des arts libéraux et les arts mécaniques
Crédits (Le Breton 1763).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 116. 1854 - Atelier de secrétage Janin et Crozot, 5 rue Desaix
Crédits (AD BDR, 5 M 442).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Fig. 117. L’arçon des chapeliers, recueil des planches sur les sciences des arts libéraux et les arts mécaniques
Crédits (Le Breton 1763).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 118. 1824 - Les « blanchisseries » du quartier de la Joliette, Demarest
Crédits (Archives de Marseille, 78 Fi 545).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Titre Fig. 119. Brochier, plan d’alignement du boulevard de la Paix. En R, lavoir à laine du sieur Bernard, 1840
Crédits (Archives de Marseille 128 Fi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 120. 1852 - À titre d’exemple un plan de fabrique de suif : Amphoux à la Capelette
Crédits (AD BDR, 5 M 442).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Fig. 121. Extrait du plan Brochier, plan d’alignement du boulevard Thubaudeau – 1840
Crédits (Archives de Marseille 128-Fi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 122. L’agrandissement de 1666 qui met en oeuvre les principes de salubrité des hygiénistes avec des rues larges qui se recoupent à angle droits ou forment des pâtes d’oie - Marseille, ancienne forte ville maritime en Provence, XVIIIe
Crédits (BNF Gallica).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 123. Un attelage à trois colliers à Castellane, s.d. [1903]
Crédits (Archives de Marseille, 88 Fi 576).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 124. Plan du cimetière Saint-Charles
Crédits (Archives de Marseille, 52 M 570).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 125. Le torpilleur dans les rues de Toulon, carte postale ancienne
Crédits (coll. A. Riani).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 126. 1864 - Détail d’un plan de la raffinerie de sucre Maurin. Un exemple d’organisation interne avec une salle des chaudières séparée du corps de l’usine comme chez Granval
Crédits (AD BDR - 5 M 573).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 127. Plan géométral de la ville de Marseille de Razaud - Situation de la nitrière artificielle
Crédits (DAO A. Riani, SMPH-DA, ville de Marseille) (Archives de Marseille - 78 Fi 365).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Fig. 128. 1857 - Plan du quartier d’Arenc
Crédits (AD BDR - 5 M 573).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Titre Fig. 129. Contravention « pour avoir versé des terres ou des cendres
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 130. Pollutions savonnières à Marseille (Faget 2012, 21). dans les rues de leur fabrique »
Crédits (Archives de Marseille - FF 381).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14672/img-19.png
Fichier image/png, 293k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search