Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

6 - Aux portes de la ville

6.1. Une logique contrariée ?

Ingrid Sénépart

Texte intégral

1Arrivé au terme de cet ouvrage, nous sommes conscients qu’il reste encore beaucoup à faire pour continuer à explorer les pistes qui ont été ouvertes à l’occasion de la découverte de la manufacture de Poudre et de salpêtre et des lotissements modernes de la rue Bernard-du-Bois. Il faudrait, par exemple continuer le travail amorcé sur le lotissement, découvrir des archives qui évoqueraient la manufacture au XVIIe et au XVIIIe siècle, aller plus en profondeur dans la connaissance du quartier et de son évolution notamment à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Il pourrait donc s’agir d’un bilan d’étape, dont le flambeau pourrait être repris et porté par de nouvelles recherches historiques. Car, ici, nous atteignons les limites du discours archéologique. Cependant, le bilan qu’il est possible de dresser pour cette opération est loin d’être négligeable et nous nous proposons en guise de conclusion d’en faire un résumé.

L’îlot Bernard-du-Bois

  • 1 En 1808 sur le plan Demarest (Molina, 2002).

2L’ouverture d’une nouvelle voie le long de l’axe de l’aqueduc mettant en correspondance la nouvelle place de la Porte d’Aix et l’extrémité du rempart près de la rue des Petites Maries est autorisée par les lettres patentes de 1669. Cette nouvelle rue reprend l’axe d’un ancien chemin. Ouverte vers 1670, elle prend le nom de Saint-Lazare, puis de Bernard-du-Bois. Le nouveau quartier est loti progressivement par des habitations qui prolongent l’amorce d’urbanisation précédente, le long de la nouvelle rue côté nord et sud et qui s’installent à l’endroit et place de grands domaines privés ou ecclésiastiques vendus progressivement (C. Castrucci, supra). Un plan provenant des archives municipales (ACM - DD 101) (cf. fig. 29) et qui représente le quartier Bernard du Bosc permet de remonter au début du lotissement de cet îlot. La date exacte de sa levée n’est pas connue avec exactitude. Sur la légende qui l’accompagne, la date la plus basse est 1700 qui correspond à une location par la ville d’un terrain qui jouxte le bâtiment dit de la Salpêtrière ; la date la plus haute est 1672. Le quartier porte déjà le nom de Bernard-du-Bois, sans que l’on sache qui est ce personnage même si dans les documents relatifs aux confronts apparaîssent des dames « du Bois » et un Gaspard du Bosc. La rue principale est nommée Saint-Lazare. Elle pourrait remonter à 1675 au moins dans sa partie ouest. La porte réale à proximité sous la protection de trois saints dont saint Lazare pourrait-elle être un indice pour expliquer cette dénomination —ce qui impliquerait l’existence du chemin de Saint-Lazare ? Le quartier apparaît encore vierge d’habitations ou occupé par des bastides dont plusieurs parcelles de terrain ont été vendues pour l’agrandissement ou juste après pour la création de nouvelles rues (C. Castrucci, supra). On remarquera une première série de maisons situées à l’angle d’une rue en milieu d’îlot. Il s’agit probablement des maisons des quatre maçons à qui Anne Dordis à vendu des terrains en 1716. C’est peut-être la raison pour laquelle la nouvelle rue prend d’abord le nom de rue des Maçons, puis de Longue des Capucins après la Révolution1. Il est dit que ces terrains jouxtent à l’ouest la salpêtrière. De nouvelles parcelles en lanières le long de l’axe nord-sud viennent ainsi perturber l’agencement cadastral initial. Enfin, au bout de la rue Saint-Lazare on peut encore observer la présence de quelques maisons qui semblent encadrer l’avant-place de la porte de Bernard-du-Bois. Il s’agit des maisons retrouvées et fouillées lors des investigations archéologiques sur l’îlot Bernard-du-Bois en 2005. La mise en relation du plan et de la fouille permet d’avancer l’idée que contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer le sens du lotissement de la rue ne s’est pas fait d’est en ouest, mais a plus certainement encadré la porte Bernard-du-Bois, peut-être en liaison avec un droit de passage (octroi). Cette fouille a permis aussi de reconnaître un module de plan qui semble se répéter (C. Chappuis et S. Mathie, I. Sénépart supra).

3Les parcelles prennent la forme de longues lanières orientées nord-sud. L’arrière des maisons est réservé à des jardins et à des cours ou des terrasses sous lesquelles se trouvent des caves.

  • 2 Hénin 1986.

4Cela va dans le sens de l’étude d’archives menée par B. Hénin2 sur le lotissement de l’agrandissement à partir des prix-faits. Elle montre que si globalement les nouvelles constructions privées s’inscrivent dans leurs formes dans la lignée des maisons de la vieille ville, les parcelles plus étendues de l’agrandissement conduisent les acquéreurs, en grande partie des maîtres-artisans, à construire des maisons plus vastes aux façades plus larges (trois fenêtres), mais aussi à réserver à l’arrière des bâtiments un espace pour une cour ou un jardin. Les fouilles archéologiques de l’îlot Bernard-du-Bois confirment cette tendance.

  • 3 Recueil des plans du Royaume, 1683-1686 (S.H.A.T., bibliothèque du Génie).
  • 4 D’après Bouyala D’Arnaud, on l’appelait jusqu’à la Révolution et au delà de la Cannebière, rue Lo (...)

5À la fin du XVIIe siècle, dans l’atlas de Louis XIV3, on observe que la parcelle n’est lotie que de part et d’autre de la rue jusqu’au niveau de la rue Longue des Capuçins4. À la fin du XVIIIe siècle la rue est entièrement bâtie.

6Enfin, sur un plan provenant des archives départementales, la rue Saint Lazare est appelée « du Bernard-du-Bois », laissant supposer qu’elle prend entre 1700 et 1732 cette appellation —ce qui est antérieur à ce que l’on savait précédemment. Par ailleurs, on voit que la rue du côté sud est désormais lotie. C’est dans cette portion de rue que sont installés des chapeliers. On notera aussi la présence de moulins à vent (C. Castrucci, supra) qui peuvent peut-être être mis en relation avec l’arrivage des blés et de l’annonerie qui est établie dans la rue d’Aix, à proximité. C’est en tout cas sa localisation à la fin du XVIIIe et au tout début du XIXe siècle.

La manufacture royale des Poudres et salpêtre

7Peu de temps après l’ouverture de la rue, une très large parcelle en contrebas de la colline est dévolue à l’installation d’une manufacture royale de soufre et de salpêtre, signalée comme la « Seplpétrière » (sic) (cf. supra). Le reste de la parcelle enclose par les nouvelles murailles ne semble pas lotie du côté des lices.

8D’après les sources dont nous disposons maintenant, la manufacture a probablement été créé dès l’agrandissement (cf. supra). Nicolas Arnoult par une ordonnance datant 1666 autorise « Berthelot à rechercher des terres et des salpêtres pour les convertir en poudre et de fabriquer du salpêtre à Marseille ». Par ailleurs, on sait que ce bâtiment existe au moins depuis 1687 car il est mentionné dans le récit d’une dispute, conservé dans les registres de l’intendance de Provence, qui se situe dans la manufacture et dont l’un des ouvriers est le témoin. Elle est ensuite mentionnée dans l’almanach marseillais comme « la manufacture royale des poudres et salpêtre » dès le premier volume conservé aux archives municipales datant de 1772. D’après les indications qui y sont portées régulièrement, la manufacture est sous l’autorité d’un commissaire des poudres et d’un trésorier du corps d’artillerie et du génie. Il semble donc qu’on y fabrique ou que l’on y a la gestion de la poudre. Il est précisé que celle-ci est entreposée au Lazaret d’Arenc et que le débitant principal des poudres est situé au « Fauxbourg » Saint-Lazare.

9Sur le terrain, les vestiges de la manufacture ou d’éléments de bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles sont rares, probablement parce qu’ils étaient plus nombreux dans la partie ouest de l’emprise, espace qui a été réservé et non fouillé. On notera toutefois la présence de fondations sur pieux, très caractéristiques des manières de construire à Marseille pour ces périodes ainsi que la présence de bassins en pierre de la Couronne et de fosses à chaux qui ont dû servir pour les constructions et qui attestent la présence d’un établissement si ce n’est de plusieurs sur l’emprise (Castrucci, Collinet, De Luca, supra). Le mobilier céramique retrouvé dans quelques murs attestent également une datation aux alentours du dernier quart du XVIIe siècle. La manufacture a cependant une longue pérennité. Elle devient manufacture de soufre et de salpêtre certainement dès 1802, au moment où l’entrepreneur Jean-Baptiste Michel invente un nouveau procédé de raffinage de soufre. Ce procédé, bien que l’on en ait pas de preuves formelles, est testé dans la manufacture et certainement employé dès cette date et jusqu’en 1857, date à laquelle, cette technique de fabrication est remplacée par le nouveau procédé Dejardin. Du point de vue archéologique, nous ne disposons que des sous-sols de divers bâtiments construits ou reconstruits entre 1824 et 1882. À ce moment, son emprise est d’environ 4000 m2.

Le quartier et ses industries

L’implantation de la manufacture à l’entrée de la ville

10La découverte de la manufacture ainsi que la mention dans les textes du début du XIXe de nombreuses fabriques dans ce secteur a été l’occasion d’examiner la création du quartier alentour et sa vocation artisanale. Le but, au départ, était de contextualiser un peu mieux cette raffinerie dans son périmètre urbain (A. Riani, supra). Cependant, comme elle était une des premières manufactures à être implantées dans l’îlot, il était intéressant de poser la question de son rôle dans le devenir de ce nouveau quartier.

  • 1 Les salpêtriers pouvaient à toute heure du jour venir récupérer le salpêtre des maisons particuli (...)

11Les raisons de la construction de la manufacture à l’intérieur de la ville et non hors les murs ne sont pas pour le moment explicitées. Est-ce que l’on cherche à mettre un établissement hautement stratégique pour la guerre à l’abri des murailles ? Est-ce que l’aqueduc a joué un rôle majeur dans cette implantation dans la mesure où il faut de l’eau pour traiter le salpêtre ? Est-ce que la proximité du Lazaret a joué un rôle ? Le salpêtre fait partie des matières premières qui sont stockées dans ses halles. La proximité de la mer et du port du Lazaret a-t-elle également eu un impact sur sa localisation en permettant soit l’exportation du salpêtre soit celle de la poudre ? Est-ce la matière première représentée par le salpêtre contenu dans les habitations de la ville proche ?1 Est-ce aussi la possibilité d’écouler les poudres, produit de grande dangerosité, hors-les murs au faubourg Saint-Lazare ? La question de sa localisation n’est donc pas tranchée actuellement.

12Sans donc entrer dans le détail de l’organisation ni des procédés mis en œuvre dans ses locaux, (cf. Castrucci, Collinet, De Luca, supra), on retiendra que la manufacture se trouve dans l’agrandissement, qu’elle est en relation avec le faubourg Saint-Lazare et le Lazaret qui sont donc en lien de complémentarité, et qu’elle est le lieu de fabrication de produits de haute technologie sans cesse améliorés (cf. Castrucci, Collinet, De Luca, supra).

Le quartier artisanal

13Avant l’agrandissement et l’implantation de la manufacture et jusqu’à la Révolution française pour partie, l’artisanat se concentre plutôt sur deux zones urbaines même s’il est dit qu’il existe un artisanat dispersé dans la ville. Les principaux quartiers sont ceux de la Blanquerie, de la Cuiraterie et de la rue Sainte-Claire. D’après les données archéologiques, on sait également que des activités artisanales s’étaient déployées dans les amorces de bourgs, des tanneries au bourg du Morier, des potiers aux Carmes, des activités non spécifiées dans la rue Sainte-Claire. On peut imaginer que la destruction des bourgs a probablement obligé ces embryons artisanaux à un repli dans l’enceinte. Cette « géographie » est encore en partie redistribuée avec l’ordonnance de 1729 prise pour lutter contre les incendies et obliger les artisans et les manufacturiers qui travaillent des matières dangereuses à gagner des zones spécifiques en dedans ou en dehors de la ville (A. Riani, supra). Au moment de la Révolution et surtout de la vente des biens nationaux, la partie nord de la ville, la moins lotie et surtout occupée par des établissements conventuels, est investie par les artisans dont les établissements étaient situés en bordure, dans les rues Sainte-Claire, de l’Étrieu, de Lorette. On peut considérer d’autre part que l’ordonnance de 1729, combinée plus tard aux effets de la Révolution et à l’abaissement des murailles vers 1800 a eu localement un impact, puisque si l’on en juge par la carte dressée (cf. fig. 111) à partir du cadastre napoléonien au début du XIXe siècle, les quartiers artisanaux ont gagné en quelques générations le vallon de la Joliette et ses alentours (fig. 137) La configuration résidentielle de cette portion de ville a donc sensiblement évolué.

Fig. 137. La ville vue de Notre dame du Mont. On distingue très bien le quartier industriel de part et d’autre de la Porte d’Aix et l’axe triomphal A.

Fig. 137. La ville vue de Notre dame du Mont. On distingue très bien le quartier industriel de part et d’autre de la Porte d’Aix et l’axe triomphal A.

Guesdon, lithographie (coll. MHM).

14Par ailleurs, l’ordonnance de 1729 a incité les artisans qui utilisent des matières hautement inflammables à s’installer hors les murs. Cependant deux zones leur sont autorisées à l’intérieur des remparts, la Rive neuve qui concentre une majorité de savonneries et le quartier Bernard-du-Bois. La manufacture a donc pu jouer un rôle dans l’implantation de certaines industries. De fait, à partir du XVIIe siècle et surtout au cours du XVIIIe siècle, plusieurs artisanats et manufactures vont s’y implanter (cf. A. Riani, supra). Ce processus prendra de l’ampleur au XIXe siècle.

15En cartographiant ce que l’on vient d’évoquer, on a pu observer que les deux zones qui accueillent l’artisanat et les manufactures préindustrielles sont disposées de part et d’autre de la Porte d’Aix. En quelque sorte, cette configuration verouille une entrée que l’on se disposait à embellir. On voit déjà s’amorcer les difficultés de la mise en œuvre d’une entrée triomphale, celle qui devait mettre en communication la ville du commerce avec Aix, la ville du parlement de Provence et du pouvoir central (fig. 138).

Fig. 138. L’entrée de ville, un espace de relégation, (DAO I. Sénépart), Plan Demarest, 1827

Fig. 138. L’entrée de ville, un espace de relégation, (DAO I. Sénépart), Plan Demarest, 1827

(Archives de Marseille 78 Fi 545-548).

Des artisanats spécialisés : des chapeliers de la rue Bernard-du-Bois à la Tuerie

16En examinant de plus près le lotissement de la rue Bernard-du-Bois, il apparaît que du XVIIIe au XIXe siècle, un nombre important de chapeliers y sont installés. Nous avons donc commencé à nous intéresser à cette profession et de fil en aiguille… nous avons été conduits à focaliser notre attention sur un nouveau lieu : la « Tuerie » ou « Adoubadou », autrement dit les abattoirs de la ville, de l’autre côté de la Porte d’Aix du côté de la mer. Un lieu, en quelque sorte, symétrique à la manufacture, mais implanté antérieurement. Installée sur l’emplacement du Lazaret en 1558 en bordure de mer et dans les murs, la « Tuerie » subit plusieurs réfections et agrandissements durant les siècles qui suivent. La décision de sa localisation devance les ordonnances de 1560 de Charles IX qui renvoie les tueries et écorcheries hors de villes et près de l’eau ; c’est à se demander si Marseille n’a pas servi de modèle. La Tuerie a cela de remarquable qu’elle génère un certain nombre de produits et de sous-produits animaux qui sont autant de matières premières exploitées dans le domaine artisanal. Elle alimente en matières premières des systèmes techniques (I. Sénépart, supra) et des sous-systèmes techniques au sens archéologique du terme qui, pris en réseau, maillent un grande partie du territoire urbain dans ses alentours ; mais pas seulement. Les produits exploités renvoient à des artisanats ou des fabriques qui sont localisées sur le plan Demarest, sur le cadastre napoléonien et spécifié par le travail de cartographie effectué à cette occasion ou mentionnées dans l’Indicateur marseillais à partir de 1812 jusqu’au Faubourg Saint-Lazare ou dans le quartier Bernard-du-Bois. Plusieurs « chaînes opératoires » du traitement des produits ou des sous-produits animaux (I. Sénépart, supra) sont donc regroupées autour de la Tuerie et de la Salpêtrière. Pour prendre un exemple et en revenir aux chapeliers, ceux-ci sont dépendants des vendeurs de cordes de violon qui les fournissent pour leurs arçons, lesquels dépendent des tripiers qui vendent les boyaux. De fait, la localisation de ces artisanats, la plupart nauséabonds en raison des produits animaux qu’ils sous-traitent (peaux, cuirs, os, sang, urine, viscères, suif etc.), ne tient plus du hasard mais d’une sorte de nécessité ; ils sont situés au plus près de la ressource et plusieurs d’entre eux sont liés par des sous-systèmes techniques et chaînes de production (I. Sénépart, supra).

17Un autre élément est également à prendre en compte et pourrait avoir joué un rôle en faveur de cette localisation artisanale spécialisée : la proximité du Lazaret ou infirmeries situé à Arenc, en bordure de mer mais proche de la Tuerie et du faubourg Saint-Lazare. Jusqu’à ce qu’il soit désaffecté, toutes les marchandises dites susceptibles y sont débarquées pour y subir une quarantaine. Elles sont donc potentiellement stockées à proximité des artisans qui les utilisent ou dit autrement les artisans qui en font l’usage ont intérêt à être installés à proximité de ce lieu. La mer, proche, est aussi un exutoire facile dans lequel on déverse les déchets de fabrication (A. Riani, supra). Par ailleurs, les charrettes étant quasi interdites dans la ville, la circulation des matières premières se fait le plus souvent à bras jusqu’au XVIIIe siècle —ce qui peut apparaître comme une entrave à la bonne marche de l’artisanat. Hors les murs, la circulation en revanche n’est pas entravée par ces contraintes. On voit donc ainsi s’amorcer une « ergonomie » des lieux et des moyens techniques.

18Les raisons qui ont poussé à l’installation d’un artisanat puis à l’industrialisation du vallon de la Joliette et de ces alentours ne sont donc pas uniquement dues à la géographie comme le proposait Gaston Rambert. Plus précisément, c’est aussi la proximité de la ressource, que ce soit la Tuerie, le Lazaret, l’aqueduc ou les moyens d’accès, le chemin d’Aix en l’occurrence, par lequel les matières premières ou les marchandises transitent avant de gagner la cité qui sont favorisés. En archéologie, on parlerait d’aire spécialisée et de réseaux de circulation de matière première. Cette spécialisation, de part et d’autre de l’entrée de ville, alors même qu’elle génère une certaine puanteur, encore accentuée par le Mistral qui en rabat l’odeur sur la ville, ne signifie pas qu’il s’agit de quartiers défavorisés, mais plutôt de quartiers spécialisés, la nuance est de taille. Au début du XIXe siècle, les débats entre les résidents des lieux et la municipalité le montrent encore (A. Riani, supra). Dans l’esprit de ses habitants, le quartier est voué à une occupation résidentielle. On peut en rendre compte par la qualité des aménagements de la rue Bernard-du-Bois encore conservé dans le bâti (cf. supra). Ce sont donc d’autres logiques qui vont conduire progressivement à enfermer ce quartier dans sa réputation de tristesse et de pauvreté.

Un espace de relégation

19Dès lors, lorsque l’on observe à quel type d’industries sont destinés ces produits, on décline un certain nombre de manufactures qui sont plutôt localisées du côté ouest de notre zone. À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, on observe donc que l’entrée de la ville avec ou sans murailles est, sans contexte, une zone particulière d’odeurs, de déchets, de pratiques nauséabondes. La présence de ces quartiers de part et d’autre de l’entrée de la ville vient contredire sinon entraver une logique urbaine qui s’amorçait autour d’un axe nord-est/sud-ouest. De fait, la ville s’étale maintenant en direction de l’est et au sud. Un nouvel élément va cependant contribuer à renforcer cette situation. Il s’agit de la création du cimetière Saint Martin hors les murs après l’ordonnance de 1776, en face de la salpêtrière puis de son extension par la création du cimetière Saint-Charles au début du XIXe (A. Riani, supra). Pour clore ce portrait d’entrée de ville, il faut aussi y adjoindre l’hôpital des Insensés situés au faubourg Saint-Lazare, installé sur l’ancienne léproserie.

  • 1 Daumalin, Condurié 1997.

20Ainsi, si l’on réexamine le plan Demarest à l’aune de ces éléments, on constate que la zone de la Porte d’Aix est encadrée par des lieux très spécifiques à un moment où la sensibilité aux odeurs, à la contagion et à la maladie sont en train d’évoluer. Le danger est rejeté à la marge ; pas encore la pauvreté. C’est toutefois entre ces lieux que se sont installées des activités artisanales tout d’abord spécialisées, mais qui du fait des circonstances historiques liées au blocus anglais qui paralyse le port et conséquemment à la chute du grand négoce vont progressivement se réorienter et se tourner vers de nouvelles logiques : celles de l’industrie. Il est intéressant de constater à ce titre que plusieurs procédés voués à un grand avenir industriel sont inventés ou testés dans cette zone : le raffinage du soufre en 1802, la fabrication de la soude en 1809, le raffinage du sucre de betterave à partir du noir animal introduit par un ouvrier qui a travaillé dans une fabrique de noir animal du quartier avant d’ouvrir l’une des premières raffineries de sucre de betterave, les premiers moteurs à vapeur testés à la Porte d’Aix avec l’eau de l’aqueduc par la compagnie Barlatier et Cie pour la mouture du blé1. Ces activités se déploient dans la zone de la Porte d’Aix progressivement déqualifiée. Dès lors l’impulsion est donnée pour accroître la vocation industrielle du quartier. Ce dynamisme finit par verrouiller cet espace et s’oppose encore à la logique d’extension résidentielle qui semblait vouloir être développée au moment des projets du second agrandissement à la fin du XVIIIe siècle. C’est plutôt un véritable espace de relégation qui est progressivement créé et que l’on peut cartographier.

La question des limites de la ville

21De sorte qu’au début du XIXe siècle, l’entrée de la ville est un entre-deux, entre la cité et le terroir accueillant bastides et villages et la question des limites de la ville se pose. Dedans ou au-delà des murs ? Il semble que cela soit fonction des droits à payer sur la matière première, la fabrication, l’entrée ou la sortie des objets manufacturés. Cette question est débattue parfois âprement (A. Riani, supra). Par ailleurs, dans ce secteur, depuis le XVIIIe siècle, on n’a de cesse de faire reculer l’octroi. Sur le plan Demarest, il est situé au Faubourg Saint-Lazare à l’intersection de plusieurs chemins, espace voué à devenir la place du Pentagone. Du côté de la Porte Bernard-du-Bois qui marquait un temps, une entrée de ville, l’octroi est installé sur le chemin de Saint-Charles. Il y a donc bien une appréciation des limites de la ville qui fluctue en fonction des intérêts des uns et des autres. Sans couronne de faubourgs qui puisse jouer le rôle de zone tampon, cet espace de « relégation » est encore une zone d’habitat dispersé, peu densement peuplé et peut-être plus longtemps qu’ailleurs un espace quasi champêtre où plusieurs logiques de peuplement et d’habitat se côtoient ce qui ne facilite pas la distinction ville/campagne (fig. 139 et 140). Ainsi, en face de la manufacture de soufre et de salpêtre, le propriétaire d’une des dernières bastides du secteur se reconvertit dans la petite industrie tout en conservant la jouissance des cultures vivrières de sa propriété (A. Riani, supra). On ne renonce pas pour autant à l’espace triomphal souhaité avec l’agrandissement. Bien que largement remanié le projet d’une entrée symbolique est toutefois maintenu et finit par aboutir avec l’édification de la Porte d’Aix.

Fig. 139. Edouard Baldus : La ville vue depuis le large aux alentours de 1856.

Fig. 139. Edouard Baldus : La ville vue depuis le large aux alentours de 1856.

Le pavillon des Douanes et les entrepôts de la Major sont déjà construis mais pas les Docks et la cathédrale. On aperçoit les fumées des photos. Collection Université de Rennes

(clichés P.-J. Texier)

Fig. 140. Edouard Baldus : les nouveaux bassins d’Arenc avec les nouveaux abattoirs.

Fig. 140. Edouard Baldus : les nouveaux bassins d’Arenc avec les nouveaux abattoirs.

La photo permet de se rendre compte du relief et des nombreuses propriétés rurales qui parsèment encore les environs immédiats de la cité. Collection Université de Rennes

(clichés P.-J. Texier).

Notes

1 En 1808 sur le plan Demarest (Molina, 2002).

2 Hénin 1986.

3 Recueil des plans du Royaume, 1683-1686 (S.H.A.T., bibliothèque du Génie).

4 D’après Bouyala D’Arnaud, on l’appelait jusqu’à la Révolution et au delà de la Cannebière, rue Longue Saint-Claude (Bouyala d’Arnaud 1961, 257).

1 Les salpêtriers pouvaient à toute heure du jour venir récupérer le salpêtre des maisons particulières contre l’avis parfois des habitants des lieux (Castrucci, ce vol. ).

1 Daumalin, Condurié 1997.

Table des illustrations

Titre Fig. 137. La ville vue de Notre dame du Mont. On distingue très bien le quartier industriel de part et d’autre de la Porte d’Aix et l’axe triomphal A.
Crédits Guesdon, lithographie (coll. MHM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14542/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Fig. 138. L’entrée de ville, un espace de relégation, (DAO I. Sénépart), Plan Demarest, 1827
Crédits (Archives de Marseille 78 Fi 545-548).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14542/img-2.png
Fichier image/png, 983k
Titre Fig. 139. Edouard Baldus : La ville vue depuis le large aux alentours de 1856.
Légende Le pavillon des Douanes et les entrepôts de la Major sont déjà construis mais pas les Docks et la cathédrale. On aperçoit les fumées des photos. Collection Université de Rennes
Crédits (clichés P.-J. Texier)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14542/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Fig. 140. Edouard Baldus : les nouveaux bassins d’Arenc avec les nouveaux abattoirs.
Légende La photo permet de se rendre compte du relief et des nombreuses propriétés rurales qui parsèment encore les environs immédiats de la cité. Collection Université de Rennes
Crédits (clichés P.-J. Texier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14542/img-4.png
Fichier image/png, 2,7M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search