Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

5 - Les limites de la ville

5.2. Les vicissitudes du projet de Place royale

Annick Riani

Texte intégral

1La place d’Aix ne prit le nom de place Royale que sous la Restauration. En effet, la place royale imaginée en 1666 par l’intendant des galères Nicolas Arnoul aurait dû être aménagée à l’extrémité méridionale du port, au point de jonction des rues Pavillon, de Rome et d’Aubagne. Toutefois, les multiples projets présentés à l’échevinat entre 1688 et 1728 avaient tous échoué faute de moyens financiers et de volonté politique d’aboutir. Aussi, en 1752, le Maréchal Belle-Isle l’avait-il comprise dans un plan d’agrandissement de la ville qui englobait le faubourg Saint-Lazare jusqu’au Lazaret et à l’hôpital des insensés. Il s’agissait d’une vaste place décagonale (située place Marceau et non place d’Aix) d’où auraient rayonné de larges avenues ombragées. Dans cette perspective, la rue d’Aix aurait été élargie pour former un magnifique cours neuf prolongeant l’axe nord-sud traversant la ville. Mais, en butte au mécontentement des échevins qui s’effrayaient de ses conséquences sur les finances de la communauté et à l’hostilité des négociants qui refusaient de nouveaux privilèges qui auraient mis en concurrence les artisans marseillais et étrangers, ce projet échoua aussi. En 1785, le lieutenant-Colonel Pierron proposait à son tour la reconstruction d’une enceinte plus vaste pour des raisons militaires et échouait également alors que sur les terrains de l’arsenal, que le roi s’était finalement décidé à revendre à la Ville, les échevins décidaient de créer l’actuelle place du Général de Gaule en abandonnant ainsi le projet de place Royale.Néanmoins, en échange, ils avaient pris l’année précédente la décision d’élever un arc de triomphe en l’honneur du roi et en mémoire de la guerre de l’indépendance de l’Amérique, Porte d’Aix. Mais la perspective de la place était alors obstruée par l’aqueduc qui la traversait pour amener à la ville les eaux de l’Huveaune (fig. 135 et 136).

Fig. 135. L’aqueduc traversant la place d’Aix

(ANF F 21 / 1878 /344).

Fig. 136. 1824 - Vue de l’aqueduc de la Porte d’Aix avec la perspective de la rue d’Aix dessinée par Frédéric Roux

(coll. Musée du Vieux Marseille).

2En outre, la démolition des remparts s’avérait indispensable et ne put commencer que vers 1808. Il fallut encore attendre la Restauration pour que l’aqueduc fut démoli et remplacé par un siphon et que Jean-Baptiste de Montgrand, maire soutenu par son ami le préfet Villeneuve-Bargemon, chargeât alors l’architecte municipal Michel-Robert Penchaud d’un premier projet en 1823. Passionné d’archéologie et spécialiste d’architecture antique et de Renaissance italienne, celui-ci trouva dans un contexte économique et culturel favorable l’occasion d’exprimer avec talent un style architectural régional moderne et original.

Table des illustrations

Crédits (ANF F 21 / 1878 /344).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14538/img-2.png
Fichier image/png, 993k
Crédits (coll. Musée du Vieux Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14538/img-4.png
Fichier image/png, 613k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search