Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

5 - Les limites de la ville

5.1. Où finit la ville, où commence la campagne : histoire de faubourgs, le cas de Marseille

Annick Riani

Texte intégral

  • 1 Merriman 1994, 41.
  • 2 Fabre 1867, 77-108.

1S’il est aisé de définir les villes médiévale et moderne sur des critères spatiaux, surtout dans une ville où les faubourgs s’étaient trouvés réduits à leur plus simple expression par les conséquences des conflits liés à la succession des comtes de Provence, la question des marges disparaissait-elle pour autant ? Pour John Merriman, « la configuration spatiale des faubourgs dépendait dans une certaine mesure du maintien ou non de fortifications autour de la ville. À travers la question des remparts, c’est l’État qui joue le premier rôle dans la définition physique et sociale de la périphérie »1. À cet égard, à Marseille, la construction de l’enceinte moderne ne fut pas achevée avant 1694 et elle demeura en place un bon siècle au cours duquel elle subit de nombreux dommages. En 1792, le Conseil de la Ville en décida finalement la démolition qui se poursuivit jusque sous la monarchie de Juillet2. Mais ces précisions chronologiques suffisent-elles à caractériser les espaces situés en au-delà et en-deça des remparts ? L’aire industrielle septentrionale précédemment décrite semblait située aux marges de la ville, quand bien même elle s’inscrivait largement dans le périmètre urbain triplé en 1666 par la volonté de Louis XIV.

2Dans quelle mesure, les remparts définissaient-ils les faubourgs ? Qu’en était-il aussi des postes de l’octroi, autrefois établis aux portes de la ville, et qui reculèrent à mesure de la croissance urbaine ? Venaient-ils délimiter la périphérie fiscale d’une ville disposant en outre d’un immense terroir habité parce que couvert de bastides ? Où la ville commençait-elle ? Où finissait-elle ? Enfin, sociologiquement, les « quartiers » marseillais s’apparentaient-ils aux « faubourgs » des villes françaises ?

La ville identifiée au territoire ceint par ses murailles

  • 3 Estimée à 30000 habitants en 1599, la population de Marseille est évaluée à 40 ou 45000 vers 1610 (...)
  • 4 ACVM - FF 321, Délibération du 20 février 1715, de Bausset : « Pourra néantmoins le dit Vernier v (...)

3Au fil du temps et des mutations économiques, sociales et urbaines, les correspondances, les pétitions, les procès opposant le Conseil de ville à des particuliers, des manufacturiers à leur voisinage ou à des représentants des corporations ont permis d’esquisser différentes représentations de la ville, lesquelles posaient la question de sa définition et celle de ses marges. Un premier procès éclata au tout début du XVIIIe siècle, en 1715, à une époque où la croissance urbaine à l’intérieur des murs modernes s’était effectuée vers l’est, comme le montre le plan géométral de la ville dessiné par Nicolas de Fer publié en 17023. Il fut provoqué par les nuisances olfactives d’une fabrique de chandelles établie sur le quai, à Saint-Jean. Condamné à cesser sa fabrication après une plainte déposée devant la Sénéchaussée par le voisinage4, le « chandelier » Vernier se défendit en avançant deux arguments.

  • 5 ACVM - HH 398.
  • 6 « Une géographie des odeurs ajoute ainsi à ces points d’ancrage que sont les halles et poissonner (...)

4D’abord, ses avocats décrivaient une ville encombrée de fumées puantes exhalées par quantités d’activités artisanales et manufacturières établies dans les zones surpeuplées de la vieille ville. Ainsi, les forgerons et les serruriers, —qui employaient du charbon de pierre— dégageaient-ils une fumée noire épaisse et suffocante et occasionnaient-ils du bruit en frappant le fer de leur enclume tout comme les tonneliers —établis dans le corps de ville— qui tapaient sur les fustes des tonneaux ; le nommé Bon exploitait « sans troubles » aux abords de la poissonnerie une fabrique de verrerie quoique la fumée et le danger du feu fussent des raisons à l’éloigner ; les ferblantiers utilisaient des pois résine qui produisaient aussi des fumées irrespirables ; les chaudronniers étaient installés rue de Négrel, rue des Fabre et dans les rues adjacentes et, ce sans parler des cent-vingt chaudières des fabriques à savon qui empestaient dans toute la ville. Pourgeau, l’orfèvre qui brûlait des galons d’or et d’argent, s’était empoisonné lui-même en travaillant à la séparation des métaux. Du côté des produits alimentaires, les avocats de Vernier indiquaient encore le voisinage de la poissonnerie vieille et d’un « magasin avec toutes sortes de fromages, des anchois, de la morue, du hareng et autres choses de cette espèce »5. Or, ils n’exagéraient pas et Daniel Faget évoque lui aussi « l’odeur tenace de poisson avarié qui (régnait) sur la ville »6.

  • 7 ACVM - HH 398. Décision du 8 août 1714.
  • 8 ACVM - HH 398 - 13 février 1715.
  • 9 ACVM - FF 321.
  • 10 ACVM - HH 398 - 13 février 1715.

5Le second argument avancé par le manufacturier reposait sur l’idée que les villes médiévale et moderne appartenaient à une seule et même entité urbaine à l’intérieur de laquelle tous les habitants disposaient des mêmes droits. Multipliant cette fois les exemples de fabriques établies dans le périmètre de l’extension urbaine moderne, les défenseurs de Vernier rappelaient que Messire Marcelin d’Audiffret, prieur de Saint-Ferréol et l’économe de l’Abbaye de Saint-Victor, avaient été déboutés de leur plainte au sujet du trouble occasionné par la fabrique de faïence de Maître Claude Rolland qui tenait un grand fourneau au coin de la rue qui va à la corderie, sur le régale de la maison de Ferrenc, « dans lesquels il faisoit un feu si grand pour calciner le plomb et l’estain nécessère à sa fayence »7. En outre, poursuivaient les avocats du chandelier, « Dans l’enceynthe de la ville », (…) « il y a encore une salpêtrière, joint aussy des certifficats de leur voysins en manière qu’après cette paisible jouyssance de tans de fabriquans et sans qu’il y aye jamais eu des règlements de police prohibitifs d’en user, on ne doit plus doubter de l’injustice d’une telle demande... »8. Donc, concluaient-ils « toute sorte de fabrique pouvoit subsister dans l’enceynthe de la ville, à plus forte raison la sienne »9. Et ils démontraient « qu’il était faux de dire que toutes les industries malodorantes, et notamment les savonneries, (étaient situées) hors l’enceinte de la ville ». Ils n’établissaient pas de distinction entre les industries sises dans le centre historique et celles qui s’étaient développées à l’est et sur la rive sud du Lacydon. D’ailleurs, les riverains du « quartier des tanneries » (dont ils admettaient donc implicitement l’existence), étaient également fondés à se plaindre et avaient droit aux mêmes égards que les autres. Enfin, ajoutaient-ils, l’on ne pouvait pas obliger tous les artisans de la ville à ne travailler que dans un seul quartier sans leur consentement10. Ainsi, s’opposaient-ils au rejet des manufactures en périphérie de l’emprise urbaine médiévale et suggéraient-ils le versement d’une indemnisation en compensation d’un éventuel déplacement. Une périphérie qui assurément n’en était plus une, lorsqu’en septembre 1796 cette fois, les autorités municipales proposèrent au directeur de la fabrique des poudres et salpêtre d’installer sa « nitrière » au « quartier des tanneries » dans les anciens domaines des religieuses de Sainte-Claire, des Grandes Maries ou des Carmélites et non, dans l’ancien domaine des Capucines (pourtant sis hors de l’enceinte urbaine), au prétexte des nuisances que cette implantation entraînerait à proximité d’une promenade très fréquentée et des contraintes du plan d’urbanisme de 1792 (cf. supra). Toutefois, au début du XVIIIe siècle, les toutes premières ordonnances destinées à prévenir les risques d’incendie n’avaient pas encore reçu d’application et les manufacturiers contestaient alors les injonctions nouvelles de s’installer plus loin de la ville (cf. supra).

  • 11 L’arsenal possédait ses bureaux, sa maison du roi entourée d’un jardin “exotique”, de multiples a (...)
  • 12 Zysberg 1987.
  • 13 Vovelle 1977, 323-331 et 1968.
  • 14 Riani 1982, 239 à 242.
  • 15 Riani 2006a.
  • 16 Témime 1995, 14.
  • 17 Agulhon 1971, 19-20, 53-54, cité par Merriman 1994, 85.

6Pour autant, cette description d’un tissu urbain dense concentrant une activité portuaire et manufacturière intense —et Marseille était la seule cité provençale qui ait figuré à l’Âge classique parmi les grandes villes françaises— présentait certains caractères propres aux faubourgs : au sud, l’arsenal des galères constituait presque une ville dans la ville au sein de laquelle travaillaient les manœuvres, les compagnons et les maîtres artisans libres marseillais11 tandis qu’au nord les galériens d’André Zysberg vaquaient quotidiennement à leurs occupations dans la ville, en concurrence avec ces mêmes artisans, pendant les longs mois d’hiver quand les galères étaient amarrées devant l’Hôtel-de-Ville12. À l’est, Michel Vovelle logeait ses gavots et Italiens dans les méchants garnis de la Butte des Carmes13 où Annick Riani repérait sans surprise une forte concentration de tavernes et de bordels du plus bas étage14. Car, le prolétariat flottant marseillais, les marginaux et les exclus qui composèrent au siècle suivant les classes laborieuses et dangereuses de Louis Chevalier, résidaient à l’intérieur des marges de l’ancien rempart médiéval et sur les sites de la Tourrette et de la Butte des Moulins15 qui reçurent aussi quantités de marins, de soldats, de « turcs de galère » et autres « gens sans aveu » jusqu’en 1748, année du transfert du bagne à Toulon. Toutefois, bien que ses fonctions administratives fussent réduites par les prérogatives aixoises, Marseille disposait aussi d’une certaine autonomie et l’agrandissement y avait apporté une « civilité » remarquée et saluée avec son grand Cours à carrosses aux belles façades ordonnancées et son urbanisme baroque. Emile Témime estimait qu’ « en 1830, on l’appelait le faubourg Saint-Germain de Marseille »16. Mais rien de comparable donc, dans la situation marseillaise avec celle de Toulon au XIXe siècle où « la bourgeoisie locale dans ses remparts (regardait) évidemment avec suspicion » ces mêmes gavots et les Italiens, « déracinés et isolés » établis dans « le faubourg turc »17.

Où la ville finit-elle ? De notoriété, les faubourgs sont censés faire partie de la ville...

  • 18 Entre 9 et 11 mètres.
  • 19 ACVM - HH 399. « Mémoire pour le syndic du Corps des marchands fabricants et garnisseurs de chape (...)
  • 20 Id. supra, ACVM - HH 399, p. 14.

7Cependant, cinquante ans plus tard, en 1765, pour le syndic des chapeliers, la ville ne pouvait être réduite au territoire refermé par ses murs d’enceintes. La corporation des chapeliers, qui poursuivait Pierre Joseph Fabre, fabricant de chapeaux établi dans un lieu « hors de la ville, appelé Bernard Dubois, et face à face les lices extérieures », à cinq ou six toises seulement du rempart de la ville18, définissait la ville comme un ensemble comprenant non seulement le territoire urbain mais aussi l’immense terroir marseillais : « Et tel est aussi le droit commun, moins encore parce qu’une ville, dans sa signification ordinaire, ne comprend pas seulement cet espace de son territoire que ses habitants ont entouré de murailles, mais tout le terroir lui-même ainsi que nous le verrons bientôt... »19. Marseille était alors conçue comme un ensemble constitué de deux entités, l’une « intra-muros » ou l’autre, « extra-muros », expliquait le mémoire adressé à la Cour. Or, le dit Fabre prétendait qu’il était libre de fabriquer « n’importe où » sans s’en remettre à la corporation pourvu qu’il se trouvât hors la ville. Du point de vue de la corporation, cette concurrence s’avérait évidemment déloyale puisque Fabre n’acquittait pas l’impôt et, pour le syndic des chapeliers, cette disposition ne pouvait s’appliquer que lorsque que l’on se situait dans « une campagne de ville où il n’y avoit de jurandes ». Le syndic organisa en représailles une visite de la fabrique du sieur Fabre en présence d’huissier afin d’en faire saisir toute la marchandise. Condamné à 1000 livres d’amende, celui-ci fit appel en cassation et la Cour vint préciser la définition précédemment énoncée : « Il sera toujours vrai de dire que les habitants des fauxbourgs, qui ne sont pas des habitants de la campagne, n’y sont pas compris ; parce que de droit, ainsi que de notoriété, les fauxbourgs sont censés faire partie de la ville ; & les lois sont si précises à cet égard, qu’il ne faut que les rappeler. (…) La loi 2 dit qu’en parlant proprement d’une ville, on entend que ce qui est enfermé dans les murailles ; mais que quand on désigne une telle ville, on entend tous les édifices qui sont au continent de la ville »20. La réponse de la Cour était, on le voit, pour le moins contradictoire puisque la désignation de la ville excédait ici les limites des remparts qui, pourtant, la définissaient encore.

  • 21 Merrimann 1994, 79.

8Sur le fond de l’affaire, Fabre fondait surtout son argumentation sur les arrêts des 19 février 1765 et 28 février 1766 inspirés par Turgot et les physiocrates qui, partisans du libre échange, tentaient de supprimer les jurandes. Suppression qui avait suscité de très vives protestations chez les maîtres et les compagnons parisiens effrayés par l’installation d’une population plébéienne nombreuse dans le faubourg industrieux de Saint-Antoine où entraient, malgré la présence de la Bastille, de « fausses » marchandises produites par de « faux » ouvriers « techniquement incapables » qui se montraient peu exigeants en matière de salaire21. Rien de commun dans la dimension du phénomène entre les faubourgs de Saint-Antoine et la zone de la Porte d’Aix, toutefois. Si la menace planait, elle restait micro localisée à Marseille ; il suffisait de lutter contre « l’extra-territorialité » pour éviter la création d’un précédent dans une ville alors en pleine croissance urbaine. Mais il subsistait donc des ambiguïtés que la démolition des murailles modernes ne fit qu’accentuer.

Les nouvelles limites de l’octroi, simple entité administrative ?

  • 22 Fabre 1867, 97.
  • 23 Celui-ci s’était déclaré comme « demeurant au fauxbourg de la Porte d’Aix ». Et ce faubourg fut d (...)
  • 24 ACVM - 52 M 670. - Extrait des registres de délibérations du conseil municipal de la ville de Mar (...)
  • 25 ACVM - 52 M 670. - Extrait des minutes du greffe de la justice de paix.
  • 26 La question en suspens de la reconstruction de remparts avant la Révolution aurait pu entraîner d (...)
  • 27 Fabre 1867, 99-103. Le projet de 1837 fut adopté par les commissions réunies de l’octroi et des t (...)

9À quelle entité donc, rattacher cette zone située à deux pas des remparts dont les décombres encombraient encore la voirie vers 1810, du côté de la Porte de Bernard-du-Bois, et dont les habitants ne voulaient pas qu’il devînt une zone de relégation urbaine ? Ce quartier compris entre les abattoirs, le lazaret, l’hospice des insensés et des industries polluantes (abattoir, fabrique de cordes en boyaux, tanneries, blanchisseries, amidonneries, chandelleries, chapelleries, savonneries, raffineries de sucre, ateliers de potiers...), ne l’était-il pas déjà ? Il semble qu’il n’ait pas été encore perçu ainsi par une partie au moins de ses habitants. Non décidément, arguaient ceux-ci, la démolition des remparts, la présence du faubourg Saint-Lazare au nord, le prix élevé des impositions foncières et leur situation à l’intérieur de la ligne de l’octroi, tout paraissait indiquer que l’implantation du nouveau cimetière projeté par la Ville interviendrait proprement dans une zone urbaine et, donc, en contravention avec la loi. D’ailleurs, selon eux, le voisinage industriel n’avait pas affecté la valeur immobilière de leurs terrains (l’existence de la Porte de Bernard-du-Bois y contribuait-elle ?) et, —faut-il y voir le souvenir du plan Belle-Isle avorté en 1751 ?— ils pensaient que la ville était « le plus susceptible » de s’étendre par le nord. Car le maréchal avait prévu une extension des remparts qui devaient « passer derrière la maison des fous, au quartier de Saint-Lazare, et longer la double enceinte du Lazaret jusqu’à la Joliette, où l’on pouvait construire un petit port auxiliaire »22. Pierre Honoré Marie de Roux, député et chevalier de la légion d’honneur, industriel à la Porte d’Aix, installé face à la manufacture royale des poudres et salpêtres, qui avait racheté les deux tanneries de grosse et petite peau avec le lavoir à laine de Jean-Lazare Bernard, menait la fronde contre le projet de création du cimetière Saint-Charles de la municipalité23. Son industrie très malodorante ne l’empêcha nullement d’user vainement de son influence pour porter l’affaire jusqu’au ministère afin d’essayer de faire trancher le différent en sa faveur. Mais la ville défendait au contraire qu’il était impossible de créer à Marseille un cimetière d’une taille convenable sans que l’une de ses limites ne rencontrât une bastide dans le rayon des cents mètres recommandés par une circulaire d’application de la loi de 1804 puisque tout le terroir en était couvert. Et elle refusait aussi d’appliquer la règle des trente cinq mètres, confortée dans cette opposition par un arrêt du Conseil d’État le 31 octobre 1835 : « Considérant au surplus qu’aux termes de l’article 2 du décret du 23 prairial An XII, les communes ne peuvent établir leurs cimetières qu’à une distance de trente cinq mètres de l’enceinte des villes, mais que le dit décret n’impose aux dites communes aucune obligation de cette mesure à l’égard des maisons d’habitations placés en dehors de l’enceinte ; que les propriétés du Sieur de Roux et de la Dame Bourges sont situées au delà des anciens remparts de la ville de Marseille et en dehors des murs d’habitations qui constituent la ville, et qu’ainsi l’autorité municipale n’était pas tenue d’éloigner les murs du cimetière Saint Martin à trente cinq mètres des dites propriétés »24. Ainsi, le Maire faisait-il coïncider les limites de la ville avec celles de ses « anciens » remparts. Empêtré dans des difficultés que la ville ne maîtrisait plus depuis des décennies, il entendait fermer d’extrême urgence le cimetière de Saint-Martin et tous les cimetières urbains qui laissaient planer constamment, croyait-on, la menace d’une possible contagion. Le nouveau cimetière n’était pas établi en ville mais sur des domaines à bastides, estimait donc le Maire. Quant à la ligne de l’octroi, elle ne constituait qu’une entité administrative et fiscale25 : façon légère d’écarter une question qui n’avait pourtant rien d’anecdotique car la taxe sur les entrées des marchandises en ville représentait la principale ressource communale et l’octroi ne fut définitivement supprimé qu’en 1945. D’ailleurs, une reconstruction des remparts eût évidemment rendu cette entité fiscale moins perméable à la contrebande et, dès 1802 le préfet Delacroix avait regardé la seconde reconstruction d’une muraille d’enceinte comme un moyen « d’améliorer les revenus de la commune et des hospices, la nécessité d’assurer le service des douanes pour obtenir plus aisément la franchise du port... » Et en cinquante ans (fig. 131), entre 1785 et 1836, cinq projets successifs de reconstruction de nouvelles enceintes, —souvent également motivés par des appétits spéculatifs— avaient échoué (du négociant Rodolphe Puget en 1778, du Lieutenant-Colonel Pierron en 178526, du Préfet Charles-François Delacroix en 1802, d’un anonyme en 1824 et de Surian-Durif en 1836.)27.

Fig. 131. Avec l’enceinte de 1666 et souligné en rose le projet d’une nouvelle enceinte : Plan de Marseille, anonyme 1786

(Coll. SMPH, ville de Marseille).

Un terroir très habité : mais où la campagne commence-t-elle ?

  • 28 Régis Bertrand accepte l’hypothèse de 120000 habitants en 1790 dont 20000 dans le terroir, Bertra (...)
  • 29 ACVM - 31 O 7.
  • 30 ACVM - 52 M 670. ACVM - 52 M 670. Extrait des minutes du greffe de la justice de paix du 3e arrdt (...)

10Il reste que les difficultés posées par l’importance des lieux d’habitations périphériques ne cessaient de gagner en importance à mesure que croissait la ville28 et qu’affluaient les demandes d’autorisations d’implantations industrielles : le 15 mars 1831, un rapport du Conseil de salubrité chargé d’examiner les demandes d’installation des établissements classés dangereux et insalubres avait déjà attiré l’attention du préfet : « Si l’on tient compte des mœurs marseillaises, on verra combien ces dépôts de fumiers, que les entrepreneurs appellent poétiquement engrais, doivent être éloignés de la ville. Le plaisir de la campagne est celui que notre population aime le plus. Nos environs sont tellement habités que jusqu’à une certaine distance, on prendrait le terroir pour les faubourgs. Si l’on tolère ces établissemens, bientôt nos campagnes ne seront plus habitables. De justes plaintes s’élèveront de tous côtés. On remédieroit facilement à ces inconvéniens de la ville, et le littoral semble favoriser ce projet, ou l’on put établir des dépôts d’engrais »29. Cette fois, ce sont les faubourgs et la campagne qui paraissent difficiles à distinguer. Or, ce territoire à bastides qui, à la Porte d’Aix, apparaissait déjà rongé par l’industrialisation à la fin du XVIIIe siècle, fit l’objet d’âpres discussions en raison des indemnisations auxquelles prétendaient les propriétaires des terrains. Toujours dans l’affaire qui l’opposait à la Ville au sujet de la création du cimetière, le tanneur avançait que sa propriété était un « domaine industriel mixte » qui n’était pas un domaine rural et appartenait à l’espace urbain malgré la présence de petits vignobles, de jardins et de vergers dont l’exiguïté ne permettait aucune exploitation agricole mais approvisionnait agréablement sa table en fruits et légumes tout en préservant l’ensoleillement nécessaire à son activité30.

  • 31 Merrimann 1994, 47- 49.

11Le territoire périurbain ainsi décrit était composé d’une alternance de terrains agricoles et d’usines au milieu desquels se dressaient quelques habitations. Et l’on songe à l’observation de John Merriman, pour qui une « forte osmose entre monde rural et monde urbain » subsistait dans la France du XIXe siècle, le monde rural pénétrant la ville avec ses jardins, ses animaux et leurs immondices et le monde urbain gagnant la campagne avec ses industries noires et nauséabondes31 (fig. 132, 133, 134). À la Porte d’Aix, le relief accidenté de la colline Saint-Charles (cf. Ingrid Sénépart ci-dessus) renforçait encore cet aspect rural.

Fig. 132. « Vue d’une ancienne fabrique d’Arenc, XVIIIe siècle » de Constantin père, lithographie

(coll. Musée du Vieux Marseille).

Fig. 133. « Un domaine industriel mixte »

(Archives de Marseille - 52 M 670).

Fig. 134. Plan géométral figuratif de la campagne de l’émigré Fernandili, quartier de Saint-Charles

(AD BDR - 1 Q 523, An II).

  • 32 Riani 1993.

12De fait, le rapport de Marseille avec sa campagne était très marqué par le phénomène bastidaire. Elles étaient très nombreuses et frappaient l’imagination des nombreux voyageurs qui émettaient à leur propos des jugements contradictoires. Le spectacle des bastides encloses dans leurs murs et des petites maisons de campagne, tissaient un réseau si serré, qu’ils avaient l’impression de ne voir qu’une seule ville immense, la plus grande du monde. Mlle de Scudéry voyait 12000 bastides, le Chevalier de Soissons 5800 en 1695, Bresson, dans son explication du terroir, en comptabilisait 6500 en 1773, Millin, 5000 en 1807 et Stendal 4 ou 5000. Peu importe l’exactitude de ces dénombrements qui rendent compte de l’amplitude du phénomène, de son poids dans l’organisation spatiale de la ville, dans ses pratiques et son imaginaire32.

13Mais la ville évolua au fur et à mesure d’une extension qui s’effectua le plus souvent anarchiquement et, sur l’ensemble d’un terroir découpé en 16 arrondissements et 111 quartiers par décret du 18 octobre 1946, l’urbanisation dévora la terre à bastides avant de butter sur les contreforts des collines en sorte que ses limites avec le cadre naturel semblent aujourd’hui encore parfois difficiles à établir. Cependant le phénomène bastidaire a construit une morphologie territoriale spécifique marquant la géographie urbaine marseillaise.

Des « quartiers » présentant des analogies avec les « faubourgs »

14En conclusion, les faubourgs marseillais, entendus stricto sensu, semblent difficilement comparables avec les faubourgs lyonnais, parisiens ou ceux d’autres villes françaises. Ils avaient été rasés au Moyen Age et, par ailleurs, la Marseille moderne avait fini par trouver l’espace qui lui faisait défaut sur les 125 hectares d’extension urbaine que la monarchie lui avait imposé.

  • 33 Hénin 1986, 19.
  • 34 Témime 1995, 61-62.
  • 35 Riani 2006a, 115. Réglementée, la prostitution était alors concentrée autour du grand théâtre.
  • 36 Hénin 1986.
  • 37 Merriman 1994, chapitre 3.
  • 38 Dell’Umbria 2006, 645.
  • 39 Témime 1995, 18.
  • 40 Dell’Umbria 2006, chapitre 17.

15Pourtant, dès le milieu du XIXe siècle, la physionomie populaire, parfois misérable, des quartiers de la vieille ville avait éloigné la bourgeoisie vers les belles rues et les promenades du quartier sud. En effet, au nord-est de l’agrandissement, dans le quartier de Belsunce, s’étaient installés « de nombreux artisans et commerçants tenant boutique sur le Cours ou sur les rues avoisinantes, avec toutes les formes de sociabilité que cela suggère et qui n’étaient sans doute pas escomptées par le pouvoir royal »33. D’ailleurs, à la même époque, s’était développée dans ses salles de spectacle une culture populaire vouée à l’opérette, au vaudeville ou au music-hall (Alcazar, Variétés) s’opposant aux lieux de plaisirs nobles destinés à l’Opéra ou au concert classique (Opéra, salle Prat, cercle artistique) du quartier sud34. Mais la prostitution y restait rare et, entre 1686 et 1748, on n’y repérait que quelques rares mauvais lieux35. L’agrandissement de ce côté de la ville apparaissait donc comme un « compromis entre les aspirations monarchiques et les habitudes locales »36, mais ce quartier n’inspirait aucunement la « grande peur » sociale et politique de la bourgeoisie à l’égard de marges incertaines37. Toutefois, deux siècles plus tard, ce quartier qualifié d’« arabe » dès 1940 était déserté par les européens et il « cristallisa toutes les psychoses de l’invasion »38. Les Marseillais, qui regardaient cet « isolat en plein centre ville »39 avec inquiétude et méfiance, le contournaient prudemment. Et ils l’évitaient d’autant plus aisément que cette « zone » de la Porte d’Aix —résultat d’une dislocation progressive consécutive à des politiques d’urbanisme et des logiques d’aménagement du territoire— fut transformée en un nœud autoroutier au milieu duquel trônait étrangement un arc de triomphe40. Comment expliquer cette évolution ?

  • 41 La loi du 5 août 1844 le gouvernement ordonna la construction du bassin de la Joliette.
  • 42 Son percement dans le bâti ancien et dans l’épaisseur de la colline nécessita la disparition part (...)
  • 43 Le cimetière Saint-Charles fut fermé en 1865 et ne fut totalement désaffecté qu’en 1876. Enfin, i (...)
  • 44 Témime 1995, 14-15.

16La création des nouveaux bassins portuaires à partir de 184541, la construction de la gare Saint-Charles (entre 1845 et 1852) et les travaux d’urbanisation haussmaniens (entre 1861 et 1864) notamment, en scellèrent le sort. La saignée de la rue de la République42 entama sévèrement la Butte des Carmes (dont la démolition de la partie septentrionale intervenue entre 1981 et 1985 eut raison) et déchira irrémédiablement le tissu urbain entre la ville ancienne et la ville moderne. La fermeture progressive du cimetière Saint-Charles43 et la démolition des immeubles sis « sur les terrains de derrière la Bourse » (1912-1927) laissèrent pour des décennies de vastes terrains vagues à l’abandon. Toutes ces transformations aboutirent à réduire progressivement la superficie de cette zone comme une peau de chagrin et à « faire de Belsunce une zone à part, une citadelle longtemps protégée par les glacis qui la (bordaient) de tous côtés » estime Emile Témime44. Une zone perçue à tort comme repliée et enclavée qui, comprise entre la gare maritime de la Joliette et la gare de chemin-de-fer, devint une zone de transit où s’arrêtaient pour plus ou moins longtemps les migrants fraîchement arrivés.

  • 45 Riani 2006b.
  • 46 Témime 1995, 67-68.
  • 47 Riani 2006b, 115-124.
  • 48 Témime 1995, 69-70. Le cinéma le Colibri était établi rue des Dominicaines.

17Et, finalement, ce quartier central suscita l’angoisse à l’égard de ceux que l’ordre social rejetait, des pauvres et des ouvriers qui fréquentaient les lieux de plaisirs (cafés, bals populaires, bordels) et, de façon plus subversive encore, les lieux de réunions politiques. Car, au XXe siècle, « Belsunce » finit par participer de tous ces « désordres ». Les lieux de prostitution45 se multiplièrent avant même le dynamitage du quartier réservé et la fermeture légale des maisons closes : « Au lendemain de la Libération, le quartier abritait très officiellement, rue Bernard-du-bois et rue de la Fare, des bordels réservés à une clientèle militaire, plus spécialement coloniale » ; les officiers européens, quant à eux, se rendaient rue Thubaneau46 et après 1946, Belsunce se couvrit d’hôtels borgnes où était pratiquée une prostitution d’abattage destinée à une population de migrants africains47. Et dans une autre perspective, politique cette fois, dans l’après-guerre, se « (propagea) un mouvement indépendantiste parmi les Nord-Africains résidents en France », lequel trouva sur place toutes les infrastructures nécessaires à son activité (lieux de rendez-vous, boîtes postales et bases de propagande) : le cinéma « le Colibri », qui diffusait des films égyptiens en version originale depuis la fin des années 1940, servait de « lieu de réunion privilégié pour toutes sortes de manifestations à caractère politique, dont le public se (recrutait) dans toute la région »48.

18En somme, vétusté du bâti, taudification et entassement, immigration, délinquance, prostitution, activisme politique et, plus tard encore, réalisation de transactions supposées illicites et fructueuses (trabendisme des années 1980) dans le fameux « triangle d’or » conférèrent à Belsunce une réputation de quartier dangereux. Si Marseille n’a pas de faubourgs, elle a des quartiers dont la physionomie et la sociologie s’apparentent aux faubourgs des autres villes françaises. Enfin, si la « zone de la Porte d’Aix » a été un espace économique cohérent au début du XIXe siècle, elle ne constitua jamais un quartier et la dénomination populaire de « quartier de la Porte d’Aix » reste absente de la nomenclature officielle des quartiers.

Notes

1 Merriman 1994, 41.

2 Fabre 1867, 77-108.

3 Estimée à 30000 habitants en 1599, la population de Marseille est évaluée à 40 ou 45000 vers 1610 et 75000 en 1696. Bertrand 2011, 46.

4 ACVM - FF 321, Délibération du 20 février 1715, de Bausset : « Pourra néantmoins le dit Vernier vendre et débiter dans ladite maison ses chandelles sauf à lui quant à la fabrication d’icelles et pour la fonte des suifs et graisses, de se retirer aux endroits plus écartés du port, du corps de ville et du milieu de ville ».

Les avocats des plaignants arguaient de ce que l’implantation de la fabrique de Vernier « estoit contraire aux intantions de S. M. règlements et arrests, mesme au bon ordre de la police, qui veut que ces sortes de fabriques, soint ors de la ville, et en des lieux écartés ».

5 ACVM - HH 398.

6 « Une géographie des odeurs ajoute ainsi à ces points d’ancrage que sont les halles et poissonneries marseillaises certains quartiers précis. Celui situé au nord de la Grand’rue, entre les rues de la Vieille Monnaie et celle des Pucelles, à proximité immédiate du Cours, affole régulièrement les narines des passants. La proximité du couvent des Carmes déchaussés, jouxtant l’Arsenal, est aussi problématique pour le badaud, tant les magasins loués par les religieux semblent abriter le meilleur et le pire. Il en va de même pour la place de la Canebière, en vis-à-vis du grand pavillon de l’Arsenal, siège de nombreux grossistes et détaillants en poissons » Faget 2011, 144.

7 ACVM - HH 398. Décision du 8 août 1714.

8 ACVM - HH 398 - 13 février 1715.

9 ACVM - FF 321.

10 ACVM - HH 398 - 13 février 1715.

11 L’arsenal possédait ses bureaux, sa maison du roi entourée d’un jardin “exotique”, de multiples ateliers et magasins, des entrepôts immenses (de bois notamment), une manufacture, une boulangerie, un hôpital, un canal intérieur, et cinq formes de construction où travaillaient les manœuvres, les compagnons et les maîtres artisans marseillais. Dix huit mille habitants temporaires ou permanents peuplaient la cité des galères, à son apogée, vers 1690-1705 et les galères étaient armées de quelques 30000 soldats d’infanterie. Les gavots et Italiens s’ajoutaient à cet effectif.

12 Zysberg 1987.

13 Vovelle 1977, 323-331 et 1968.

14 Riani 1982, 239 à 242.

15 Riani 2006a.

16 Témime 1995, 14.

17 Agulhon 1971, 19-20, 53-54, cité par Merriman 1994, 85.

18 Entre 9 et 11 mètres.

19 ACVM - HH 399. « Mémoire pour le syndic du Corps des marchands fabricants et garnisseurs de chapeaux de la ville de Marseille (…) contre Pierre-Joseph Fabre se disant fabriquant de chapeaux, de la même ville, appelant ». Aix, veuve Augustin Adibert 1768, 13.

20 Id. supra, ACVM - HH 399, p. 14.

21 Merrimann 1994, 79.

22 Fabre 1867, 97.

23 Celui-ci s’était déclaré comme « demeurant au fauxbourg de la Porte d’Aix ». Et ce faubourg fut décrit « comme le plus populeux de la Ville » par Louis Giraud, propriétaire. (ACVM - 52 M 670. Extrait des minutes du greffe de la justice de paix du 3e arrdt, dit du Centre, intra muros de la ville de Marseille. 23 juin 1809.

24 ACVM - 52 M 670. - Extrait des registres de délibérations du conseil municipal de la ville de Marseille, 5 août 1842.

25 ACVM - 52 M 670. - Extrait des minutes du greffe de la justice de paix.

26 La question en suspens de la reconstruction de remparts avant la Révolution aurait pu entraîner des conséquences sur l’aspect des faubourgs si elle avait duré parce qu’elle réduisit pour un temps l’aire de compétence des échevins en matière de délivrance d’autorisations de bâtir aux limites de l’enceinte.

27 Fabre 1867, 99-103. Le projet de 1837 fut adopté par les commissions réunies de l’octroi et des travaux publics et enterré dès janvier 1738 par le Conseil municipal. Masson, Duprat 1935, t. XIV, 126-133.

28 Régis Bertrand accepte l’hypothèse de 120000 habitants en 1790 dont 20000 dans le terroir, Bertrand 2001, 46.

29 ACVM - 31 O 7.

30 ACVM - 52 M 670. ACVM - 52 M 670. Extrait des minutes du greffe de la justice de paix du 3e arrdt, dit du Centre, intra muros de la ville de Marseille. 23 juin 1809. L’affectation des parcelles « ne se rapporte qu’à des habitations ou à de grands établissements de fabriques, car s’il y a dans le jardin de l’un de ces immeubles, un petit espace complanté en vignes, il n’y en a pas assez pour faire du vin, mais seulement pour que le fabricant ait des raisins de table pour sa consommation. Le jardin lui-même est là pour l’agrément du fabricant et surtout pour conserver aux étendoirs le soleil nécessaire au lavage des laines et dont ils seroient privés si le jardin était bâti ; ils ont dit aussi qu’il y a des jardins dans toutes les villes pour l’avantage et l’agrément de bien des maisons et qu’on peut démolir le bâti sur le sol urbain, suivant la convenance du propriétaire ».

31 Merrimann 1994, 47- 49.

32 Riani 1993.

33 Hénin 1986, 19.

34 Témime 1995, 61-62.

35 Riani 2006a, 115. Réglementée, la prostitution était alors concentrée autour du grand théâtre.

36 Hénin 1986.

37 Merriman 1994, chapitre 3.

38 Dell’Umbria 2006, 645.

39 Témime 1995, 18.

40 Dell’Umbria 2006, chapitre 17.

41 La loi du 5 août 1844 le gouvernement ordonna la construction du bassin de la Joliette.

42 Son percement dans le bâti ancien et dans l’épaisseur de la colline nécessita la disparition partielle ou totale de 935 maisons et de 61 rues.

43 Le cimetière Saint-Charles fut fermé en 1865 et ne fut totalement désaffecté qu’en 1876. Enfin, il ne disparut qu’en 1896 lors de la création sur son emplacement de la Faculté des Sciences et la place Victor Hugo.

44 Témime 1995, 14-15.

45 Riani 2006b.

46 Témime 1995, 67-68.

47 Riani 2006b, 115-124.

48 Témime 1995, 69-70. Le cinéma le Colibri était établi rue des Dominicaines.

Table des illustrations

Crédits (Coll. SMPH, ville de Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14533/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Crédits (coll. Musée du Vieux Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14533/img-4.png
Fichier image/png, 884k
Crédits (Archives de Marseille - 52 M 670).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14533/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Crédits (AD BDR - 1 Q 523, An II).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14533/img-8.png
Fichier image/png, 997k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search