Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

4 - Genèse d’un quartier artisanal

4.1. Bernard-du-Bois, naissance d’un quartier artisanal

Annick Riani

Texte intégral

1Situé sur le territoire de l’agrandissement de 1666, aux confins de la nouvelle enceinte urbaine et à l’entrée de l’une des principales portes de la ville, ce nouveau quartier offrait aux artisans beaucoup d’espace et de grandes facilités d’accès. Mais la rue Bernard Dubois s’était progressivement lotie d’habitations au cours du XVIIIe siècle (Colette Castrucci, supra), et les artisanats apportaient beaucoup de nuisances (Annick Riani, infra). Pourtant, c’est en partie en raison de ces nuisances qu’ils s’y implantèrent.

2Dans un premier temps, l’on montrera comment les mesures administratives édictées par les édiles municipaux pour parer au risque d’incendie favorisèrent une redistribution de l’espace urbain : ceux-ci assignèrent en effet les manufacturiers à s’installer dans des zones situées soit dans les nouveaux quartiers conquis sur l’agrandissement soit, au contraire, dans le vieux quartier le plus artisanal de la ville. Dans un deuxième temps, on s’attachera à préciser la localisation des implantations des manufactures rencontrées à la fin du XVIIIe siècle à partir des sources des matrices du cadastre napoléonien et de l’Indicateur Marseillais.

Évolution de la distribution de l’espace urbain

Éloigner le risque incendie

3La lutte contre les incendies contribue à expliquer une distribution nouvelle de l’espace urbain qui s’opère progressivement à partir du second quart du XVIIIe siècle. L’habitude avait pourtant été prise d’espacer le tissu urbain par dégagement de places dans le but de diminuer le risque incendie.

  • 1 L’huile d’aspic est une huile essentielle de lavande obtenue par distillation ; elle servait de s (...)
  • 2 Sorte de colle, substance visqueuse à base de résine de pin ou de sapin (poix-résine pour l’encol (...)
  • 3 Bonnot (Isabelle), Marseille et ses pompiers, Archives municipales de Marseille, mai-juin 1989, 1 (...)
  • 4 ACVM - FF 272. 05/07/1675.
  • 5 ACVM - FF 321, Procès Vernier, 26 janvier 1715.
  • 6 Idem ci-dessus.

4La protection contre les incendies liés à la présence de fours de boulangers ou de produits hautement inflammables (huile d’Aspic1, ou poix2, poix-résines, poudres...) dans les entrepôts urbains ou les cales des bateaux ne devint un souci permanent pour les édiles qu’à partir de la fin du XVIIe siècle. En effet, si les accidents s’avéraient fréquents, les archives sont longtemps restées muettes sur les moyens à mettre en œuvre quant à la prévention et la lutte contre des incendies pourtant destructeurs et meurtriers. Fatalisme ? La première prise de conscience de la nécessité d’imposer des mesures réglementaires préventives, notamment en matière d’urbanisme, intervint semble-t-il en 1654, après un dramatique incendie survenu sur le vaisseau Saint-Jean. Toutefois, ces précautions restaient timides et inefficaces.3 Il fallut attendre juillet 1675 pour que, suite à un sinistre intervenu « rue tirant aux Capucines », le Gouverneur de Pilles et les échevins interdisent, sous peine d’amende seulement, d’entreposer des matières combustibles soit « dans la ville, le nouvel agrandissement, ou les faux-bourgs »4 À une époque où fleurissaient en pleine ville des fabriques polluantes qui employaient des substances inflammables et explosives indispensables à leur activité, cette mesure augurait de difficultés d’application. L’écho nous en est parvenu par des procès plus ou moins longs et retentissants dont les archives ont heureusement conservé la trace. Ainsi en 1715, à l’occasion d’un procès opposant un fabricant de chandelles à ses voisins, les avocats de ces derniers avaient rappelé que les ordonnances de police disposaient comme conforme au droit commun : « de forcer (ces artisans) de se réduire et de se ranger dans des cartiers quy sont destinés ou pour eux ou pour leurs semblables » et qu’elles prohibaient les tueries, les écorcheries, les tanneries, les mégisseries, les teintures des corroys dans les villes. De même, les fabriques de cordes de violon, de soufre et les fabriques à savon ainsi que toutes celles où l’on brûlait le « charbon de pierre » devaient-elles « être réduites aux extrémités ou faux bourg ou autres lieux et cartiers destinés pour icelles » en raison cette fois des exhalaisons pestilentielles qui en émanaient et incommodaient le voisinage5. Finalement, le cirier Vernier, fauteur de troubles en l’espèce, fut condamné à continuer sa fabrication nauséabonde soit Rive Neuve, sur le territoire de l’agrandissement, soit sur le versant nord de la butte des Carmes. Car la rive neuve n’était pas encore lotie et la butte déjà infestée par les pollutions artisanales. Nous ignorons s’il obtempéra finalement mais, en 1725, le commandant Forbin de Gardanne, capitaine des galères du roi, n’avait-il pas rageusement refusé d’ôter cent barils de poudre de sa maison6 ?

  • 7 ACVM - FF 272. Extrait des registres du Greffe de police du 31 mars 1729, pp. 5-7. Les faiseurs d (...)

5En mars 1729, les échevins semblaient cette fois plus déterminés. Il faut dire que la manufacture de chandelles de Jusquin, établie rue du Grand puits, avait failli communiquer le feu à l’ensemble du quartier. Les édiles, qui renouvelaient donc les prohibitions antérieures, constataient aussi qu’il avait fallu composer avec les fabricants dont les établissements pré-existaient à leurs injonctions. Néanmoins, indiquait leur nouvel arrêté, la tolérance de l’autorité judiciaire à laquelle les manufacturiers avaient eu recours, devait dorénavant trouver un terme (fig. 95). Aussi les échevins leur enjoignaient-ils de déplacer leurs activités dans des rues désignées à cet effet : « Les chandeliers » notamment, étaient expressément priés d’aller s’établir « depuis la Porte de la Joliette jusqu’à celle de Bernard-du-Bois » ou bien dans la rue voisine des anciens Enfants abandonnés ou bien à proximité des Capucins ou bien encore à la Porte de Notre-Dame-du-Mont. Par ailleurs, les raffineurs de sucre aussi étaient assignés à travailler dans le secteur de Sainte-Claire, « tirant aux curateries » et les magasiniers et vendeurs de bray, résine, goudron, souffre, huile d’aspic, étoupes à calfater ne pouvaient s’installer « qu’à la rue supérieure de Saint-Victor, depuis le coin au dessus de la chapelle Saint-Roch tirant vers Saint-Victor du côté de midi ; les artificiers au fauxbourg de la Porte d’Aix où il sera aussi permis à tous les autres de s’établir ; les distributeurs de poudre, qu’aux avenues de la Porte de Rome, de la Porte de Notre-Dame du Mont, de la Porte des Réformes, & de la Porte d’Aix & aux maisons les plus proches des dites portes »7. Il était également enjoint aux sus-cités qui avaient leurs fabriques, manufactures et magasins dans d’autres quartiers, rues et endroits de la ville, que ceux ci-dessus exprimés, de s’en retirer dans le jour et fête de Saint-Michel prochain, sous peine d’interdiction de leur métier, de confiscation de leur marchandise et matières combustibles, de cinq cens livres d’amende, dépens, dommages et intérêts et même de punition corporelle. Ainsi avait été définie une nouvelle distribution des espaces urbains.

Fig. 95. Édit de 1729

(Archives de Marseille, FF 272).

De l’espace et une manufacture royale

6On constate donc une évolution entre les deux arrêtés puisque le texte de 1729 assignait aux fabricants des implantations dans des zones proscrites cinquante quatre ans auparavant. Quelles hypothèses avancer pour tenter d’expliquer cette évolution ?

  • 8 Bertrand 2011, 49-50.
  • 9 ACVM - FF 321, Procès Vernier, 1715.
  • 10 Rambert 1934, 207-208.
  • 11 Paone 2011, 64.
  • 12 Plans de Nicolas de Fer (1700), de Bresson (1712) et de Razaud (1743).

7Marseille n’avait plus de faubourg depuis la guerre de succession du Comté de Provence qui avait opposé Jeanne Ire et Robert de Duras (deuxième moitié du XIV e siècle), épisode au cours duquel les consuls avaient fait voter à plusieurs reprises la destruction des faubourgs afin qu’ils ne puissent servir de relais à d’éventuels assiégeants. Dans la perspective qui nous occupe ici, il en découle deux conséquences. La première est que cet événement explique qu’aucun espace résidentiel ne soit venu s’interposer entre le noyau ancien de la ville et l’enceinte de l’agrandissement de 1666. Ainsi, lorsque Louis XIV décida de tripler le territoire de la ville par l’ordonnance de 1666, la nouvelle ville était-elle largement constituée d’un espace très peu loti8. La seconde conséquence réside dans l’implantation ancienne des fabriques à l’intérieur des remparts de la ville du Moyen Age, argument dont usèrent fallacieusement les défenseurs de notre fondeur de suif du début du XVIIIe siècle pour répliquer que les autres manufacturiers ne se trouvaient, somme toute, ni plus ni moins situés en ville que lui, stricto sensus9. Ainsi, par l’édit de 1729, les différentes corporations employant des produits dangereux étaient-elles en partie renvoyées par les édiles locaux aux marges septentrionales de la ville médiévale que les activités artisanales les plus polluantes avaient progressivement et massivement investi sur les friches d’anciens jardins conventuels (« quartier des tanneries »)10. Cette concentration artisanale sur le versant nord de la butte des Carmes et dans le vallon de la Joliette correspondait aux zones géomorphologiques n° 6 A et 6 B définies par les archéologues11 (fig. 96). Les nouvelles localisations imparties étaient situées, dans le territoire de l’agrandissement, à la Porte d’Aix (rue Bernard-du-Bois, notamment) et derrière la Rive Neuve, quelques activités étant reléguées jusqu’aux portes de la nouvelle enceinte. Portes assez désertes derrière lesquelles la présence du faubourg Saint-Lazare, mentionné sur les plans12, fait à cette époque figure d’exception.

Fig. 96. Zones archéologiques dans la vieille ville

(d’après Bouiron 2011, 60).

  • 13 Castrucci in Sénépart (dir.) 2010, 292.

8La seconde hypothèse avancée réside en ce que la création de la manufacture royale de salpêtre par la même ordonnance royale de 1666, n’avait peut-être pas été étrangère au lotissement artisanal du secteur. En effet, un changement important était intervenu entre les deux ordonnances : si la manufacture n’était peut-être pas encore bâtie en 167513, en revanche elle fonctionnait en 1729 et avait peut-être déjà attiré d’autres fabriques à son voisinage. Du moins était-ce le désir des autorités en charge de l’ordre public.

9L’ordonnance de 1729 fut à nouveau publiée en 1753 et en 1781 alors qu’il apparaît que les manufactures avaient déjà débordé du côté du nord, la zone géomorphologique n° 6, au-delà des anciens remparts.

Un arbitrage des conflits plus favorable aux particuliers

10Enfin, l’arbitrage des conflits opposant les particuliers aux manufacturiers quant à la nuisance des activités artisanales peut concourir à expliquer cette localisation nouvelle. Avant que le décret de 1810 relatif aux établissements classés « dangereux, insalubres ou incommodes » n’étendit à la France les expériences menées à Paris en matière de régulation des nuisances causées par le développement de l’activité manufacturière, la sénéchaussée était compétente pour instruire les plaintes des riverains qui requéraient son arbitrage. (cf. Annick Riani, supra). Les archives de police conservées par les services de la ville de Marseille en rendent en partie compte : les voisins adressaient une pétition ou une lettre au lieutenant général de police qui faisait instruire la plainte par la police. Le tribunal rendait ensuite justice et, en appel, l’affaire pouvait être portée devant le Parlement de Provence. Or, au XVIIIe siècle, les magistrats ont éloigné un certain nombre de manufacturiers des centres habités ou les ont confinés dans des espaces déjà marqués par les manufactures. (cf. Annick Riani, supra). À l’intérieur des remparts, la butte des Carmes et la zone nouvelle de la rue Bernard-du-Bois appartenaient à ces espaces.

Localisation des implantations manufacturières

11Ainsi, le « quartier de la Porte d’Aix » (néologisme) apparaît comme un secteur artisanal très important à la fin du XVIIIe siècle ainsi qu’en témoignent abondamment les archives, de nombreuses illustrations et l’historiographie locale (Annick Riani, supra). Mais comment appréhender ce phénomène avec une géo-localisation précise ?

Méthode

  • 14 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 67-69.

12Élaborés vers 1810, les plans et les matrices du cadastre napoléonien fournissaient une représentation graphique à partir de laquelle pouvaient être menées les premières investigations. Après calage de la planche de la section des Récollets sur celle du cadastre urbain actuel grâce à un système d’information géographique (SIG), les parcelles de l’ancien cadastre ont été redessinées en fonction de l’affectation des surfaces portée sur la matrice ; et le nom et la profession du propriétaire ont été soigneusement reportés lorsqu’ils étaient précisés. Mais une première difficulté a immédiatement surgi car les mentions « fabrique » ou « manufacture » sont le plus souvent portées sur les matrices sans autre indication quant à la nature de l’activité exercée. Comment y remédier ? Le recours à l’Indicateur marseillais pour résoudre la difficulté n’a pas toujours donné le résultat escompté : les négociants ou rentiers propriétaires confiaient ordinairement l’exploitation de leur affaire à un gérant qui apposait sa marque14. Et c’est ce même exploitant que l’on retrouve au fil des archives lorsqu’ils sont recensés parmi les débiteurs de la commune qui leur concédait l’eau, par exemple. Les deux sources— matrices cadastrales et Indicateur marseillais— ne se recoupent pas toujours.

13Sur le plan présenté ici (fig. 97), les bâtiments dont l’affectation est indiquée comme artisanale ou manufacturière ont été colorés en violet ; les surfaces destinées aux cours sont grises ; les bassins, citernes, puits, fontaines sont bleus, le bâti rouge et les espaces non bâtis verts (pour les jardins et les potagers) ou bruns pour les champs.

Fig. 97. L’industrialisation de la partie est de la rue Bernard-du-Bois d’après le cadastre napoléonien

(DAO, Annick Riani, SMPH-DA ville de Marseille).

Localisations

14Toutefois, de ce premier travail, ont surgi plusieurs constats :

  • La très forte concentration des activités manufacturières de la zone géomorphologique n° 6 déjà signalée.

  • La présence importante des équipements liés à une utilisation importante de l’eau (lavoirs, réservoirs) ainsi que des lieux ouverts (cours) ou fermés (hangars) susceptibles de servir d’espace de séchage.

  • Les empreintes de trois moulins rue Bernard-du-Bois.

  • La concentration d’artisanats utilisant de l’eau (blanchisserie) et/ou des sous-produits animaux : poils, boyaux (chapeliers) ou peaux (tanneurs) tout à côté de l’aqueduc de la ville.

  • 15 Cf plan, ACVM - DD 10, fig. 29.

15Longue de 336 mètres dont 158 mètres (soit vingt-cinq maisons) dans la portion comprise entre l’impasse et la rue de la Fare, la rue Bernard-du-Bois était donc très industrialisée. Au nord, outre la manufacture royale des poudres et salpêtres, s’étendaient également sur l’îlot ouest voisin et sur plus de 1600 m2, deux fabriques de cire et de bougies stéariques (fig. 98) dont l’une, fameuse, appartenait au sieur Joseph Nègre15.

Fig. 98. La fabrique de Joseph Nègre, plan Bochier

(Archives de Marseille - 128Fi - 1846-1847).

16Au sud de la manufacture, du côté des numéros pairs, s’élevaient plusieurs fabriques : d’ouest en est, les établissements appartenant à la dame Pignatel épouse Grand (276 m2), la chapellerie de Dominique Toche (93 m2), la grande blanchisserie (environ 1700 m2) de la dame Morel veuve Soular, et la vaste chapellerie de Mathieu Viau (environ 2200 m2 comprenant 555 m2 de fabriques, 210 m2 d’entrepôts et plus de 900 m2 de cours). L’on accédait à la blanchisserie par l’actuelle impasse de la traverse Martel, dite autrefois « cul de sac » de Bernard-du-Bois. De part et d’autre de cette impasse, s’élevaient la manufacture de Marguerite Alquier (sur un peu moins de 1200 m2 de terrains dont 700 m2 de jardins), les tanneries de Dufour (environ 328 m2) et d’Henriette Valentin, épouse Miot (378 m2 de cours et 83 m2 de manufacture). Plus à l’ouest, sur la place intérieure de la Porte d’Aix, on note encore la présence des installations d’André Benoît Romieu (500 m2 dont 150 m2 de cour et 235 m2 d’entrepôts). Enfin, trois anciens moulins, dont la présence est attestée dans le fonds des archives de l’Hôtel Dieu de Marseille, figuraient encore au cadastre de 1820. Les deux premiers, accessibles par la traverse Martel, appartenaient pour le premier à Marie Thérèse Roux, veuve de Nallet, pour le second à la dame Morel, veuve de Soular, (Colette Castrucci, supra). Le troisième moulin était situé un peu plus à l’est, au n° 44 de la rue et appartenait à l’épouse d’un meunier.

  • 16 Velten apparaît dans l’Indicateur marseillais (1820) avant de figurer sur les matrices du cadastr (...)

17En conclusion, la consultation des Indicateurs marseillais de 1820 et 1827 confirme la vocation artisanale de la rue puisque l’on y retrouve la mention de plusieurs chapelleries : Emeric aîné (5, cul de sac de Bernard-du-Bois), Sardou frères (7, cul de sac de Bernard-du-Bois), Ed. Perrier, (marchand de matières pour chapeliers, 3, rue Bernard-du-Bois), Viau aîné et Mauche (n° 30), Sauvan fils cadet (n° 42), Pierre Fouque (n° 52). Le brasseur Velten, qui n’était pas encore propriétaire, apparaît déjà au numéro 4216 (Annick Riani, supra).

18Henriette Valentin, veuve de Miot, (4, cul de sac de Bernard-du-Bois) était propriétaire d’une tannerie et Marguerite Alquier (6, cul de sac de Bernard-du-Bois) d’une fabrique dont l’activité n’était pas précisée. Les chapeliers étaient donc assez nombreux rue Bernard-du-Bois au tout début du XIXe siècle. Mais la toponymie locale rappelle aussi ce que confirment les archives, à savoir que cette corporation était également solidement et plus anciennement établie sur le versant nord de la butte des Carmes, dans la rue qui porte son nom. Cette seconde concentration des chapeliers dans la rue Bernard-du-Bois, hors des remparts médiévaux et à la limite de l’enceinte moderne, n’a dû commencer qu’après l’installation de la Manufacture des salpêtres.

19Confrontés à la nécessité d’améliorer la protection contre des incendies fréquents et ravageurs, les édiles locaux —qui disposaient de moyens dérisoires d’extinction des sinistres— furent amenés à édicter une mesure habituelle, l’éloignement du péril des lieux habités, cette notion étant quelquefois un peu relative dans un terroir présenté par l’historiographie comme « une ville à la campagne » (Annick Riani, supra). Toutefois, progressivement, ces règles contribuèrent à redistribuer l’espace public vers les zones désignées pour l’installation des manufacturiers. Les plans et les matrices du cadastre napoléonien en fixent le résultat : ancienne, la localisation sur le versant nord de la butte des Carmes et le vallon de la Joliette a perduré tandis que de nouvelles fabriques s’installaient dans le territoire de l’agrandissement, sur la Rive sud du lacydon et autour de la Porte d’Aix. Au nord de la ville, de nombreuses fabriques, assez consommatrices d’espaces, « montaient » déjà en direction du faubourg de Saint-Lazare.

Notes

1 L’huile d’aspic est une huile essentielle de lavande obtenue par distillation ; elle servait de solvant du copal et de l’ambre dans la fabrication artisanale des vernis.

2 Sorte de colle, substance visqueuse à base de résine de pin ou de sapin (poix-résine pour l’encollage du papier) ou de goudron de bois. Employé dans la construction et la réparation navale notamment.

3 Bonnot (Isabelle), Marseille et ses pompiers, Archives municipales de Marseille, mai-juin 1989, 11-12.

4 ACVM - FF 272. 05/07/1675.

5 ACVM - FF 321, Procès Vernier, 26 janvier 1715.

6 Idem ci-dessus.

7 ACVM - FF 272. Extrait des registres du Greffe de police du 31 mars 1729, pp. 5-7. Les faiseurs de jonc ou de saigne devaient s’établir aux Moulins et à la Montée des Accoules ; les vendeurs de bray, résine ou goudron, souffre, huile d’aspic, étoupes à calfater vers Saint-Victor.

8 Bertrand 2011, 49-50.

9 ACVM - FF 321, Procès Vernier, 1715.

10 Rambert 1934, 207-208.

11 Paone 2011, 64.

12 Plans de Nicolas de Fer (1700), de Bresson (1712) et de Razaud (1743).

13 Castrucci in Sénépart (dir.) 2010, 292.

14 Daumalin, Girard, Raveux 2003, 67-69.

15 Cf plan, ACVM - DD 10, fig. 29.

16 Velten apparaît dans l’Indicateur marseillais (1820) avant de figurer sur les matrices du cadastre napoléonien. Indicateur marseillais, 1820.

Table des illustrations

Crédits (Archives de Marseille, FF 272).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14523/img-2.png
Fichier image/png, 771k
Crédits (d’après Bouiron 2011, 60).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14523/img-4.png
Fichier image/png, 481k
Crédits (DAO, Annick Riani, SMPH-DA ville de Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14523/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Crédits (Archives de Marseille - 128Fi - 1846-1847).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14523/img-8.png
Fichier image/png, 593k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search