Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

2 - L’îlot Bernard-du-Bois

2.1. L’îlot Bernard-du-Bois, genèse d’un quartier

Colette Castrucci

Texte intégral

  • 1 La question de l’aqueduc est évoquée dans l’étude documentaire de Nathalie Molina dans Voyez, Barra (...)

1Le secteur dans lequel est construite la raffinerie à la fin du XVIIe siècle est l’un de ceux qui doit être compris dans l’agrandissement de la ville souhaité par Louis XIV. La question était de connaître l’aspect de ce lieu dans les années 1690. Est-il déjà touché par la flambée immobilière qui affecte le secteur du quartier de Blanquerie, en particulier le faubourg des Roubaud, étudié lors de la fouille de l’Alcazar ? Celle-ci a montré que dans les années 1660-1670, quelques familles nobles possédaient de grandes propriétés constituées de vignes, arbres fruitiers et jardins, où seuls quelques petits bâtiments dispersés —bâtiments agricoles, auberges et petites habitations artisanales— existaient. Un plan dressé à la fin du XVIIe siècle avant l’agrandissement (cf. fig. 20) montrent des bâtiments placés en alignement le long d’un chemin qui préfigure peut-être la rue d’Aix ; le même type d’alignement des maisons se retrouve également le long d’un chemin au nord de l’aqueduc. Celui-ci est représenté sur des plans de Marseille du XVIIe siècle au niveau de la rue Bernard-du-Bois1.

2Sur le plan Razaud (cf. fig. 27) de 1743, la nouvelle enceinte est construite, et la rue d’Aix bordée de constructions. Sur l’îlot fouillé, on aperçoit des bâtiments qui sont probablement ceux de la salpêtrière, puis d’autres en bordure sud de la rue Bernard-du-Bois. Sur le reste de l’îlot, on aperçoit seulement deux petits bâtiments entourés par des jardins. Le plan anonyme de la fin du XVIIIe siècle (fig. 26) vient confirmer cette image. La rue Longue des Capucins ne traverse pas encore l’îlot.

Le lotissement de la rue Bernard-du-Bois

  • 2 AD BDR: 1 H 971, f°31 à 153. Les reconnaissances concernant les îlots aux alentours de la rue Berna (...)

3Un registre de cens de l’abbaye de Saint-Victor, établi à la fin du XVIIIe siècle montre que toutes les propriétés de l’îlot où la fouille s’est déroulée payent un cens à cette abbaye. Ce registre reste muet sur la salpêtrière sauf à la situer par confronts. Parmi les propriétés concernées, certaines d’entre elles sont documentées depuis le tout début du siècle, jusque vers 1776, d’autres seulement pour les années 1730-1750. Grâce à ce registre chaque propriétaire a pu être replacé sur la parcelle correspondante2 (fig. 28).

Fig. 28. Schéma de l’ilôt Bernard-du-Bois, issu d’un registre de reconnaissance de l’abbaye de Saint-Victor

Fig. 28. Schéma de l’ilôt Bernard-du-Bois, issu d’un registre de reconnaissance de l’abbaye de Saint-Victor

(AD BDR : 1H971).

4Dans les années antérieures, Anne Dordis vend à quatre maîtres maçons de la ville « quatorze cens cannes cinq pans » (environ 2800 m) d’un terrain qu’elle possède dans cet îlot. L’acte, passé le 22 janvier 1716 indique seulement que la superficie vendue confronte « de levant terrain vandeu à Alexandre Gielat (…) de midy lad. Rue Bernard du Bosq, de couchant place ou terrain de la salpetriere ou de la communautée de cette ville et de septentrion les lices de la ville et terrain du sr Bigonnet (…) ». Les repères de la salpêtrière, du rempart et de la rue ne suffisaient pas à localiser ces terrains. La confrontation de cet acte avec celui de la vente des 201 cannes, passée en faveur des « interessés en la ferme des poudres » en 1724, puis avec le registre de Saint-Victor, permet de préciser l’ensemble.

  • 3 Voir texte en annexe : AD BDR : 359 E 142, f°567.
  • 4 Voir texte en annexe : AD BDR : 360 E 140, f°686.

5Ces deux acquisitions font en fait partie d’un ensemble plus vaste acquis par l’aïeul d’Anne Dordis au début du XVIIe siècle3. Avait-elle également vendu celui sur lequel la salpêtrière est construite initialement ? Malheureusement il n’a pas été possible de remonter l’origine de ces terrains-là. Nous n’avons connaissance que des nouvelles acquisitions réalisées au début du XVIIIe siècle4. Toutefois plusieurs éléments permettent d’affirmer qu’une grande partie de l’îlot appartenait à Anne Dordis.

  • 5 Les déclarations de directe à l’Hôtel Dieu sont en Annexe.

6Plusieurs propriétés relevées dans le registre de cens mentionnent une appartenance antérieure à celle des quatre maçons acquéreurs des terrains d’Anne Dordis. Bien que les informations manquent pour certaines d’entre elles, on peut toutefois imaginer que l’ensemble des possessions de cette famille dans ce secteur s’étendait d’est en ouest, de la salpêtrière jusqu’à traverser la rue dite des Maçons —qui n’existait pas antérieurement au XVIIIe siècle — et entamait une grande partie du second îlot. Cette hypothèse peut être confirmée par le plan du « quartier de Bernard du Bosc » dont la légende désigne les propriétés de Dordis par la lettre E (fig. 29). Elles s’étendent visiblement au-delà de la voie désignée sur le plan par la lettre N, dont la légende précise que la voie qu’elle signale traverse les terres de Dordis. Les parents d’Anne Dordis, Izabeau d’André et Bertrand Dordis possédent également une maison dans l’îlot où se trouve le couvent des pères Récollets, c’est-à-dire au sud du précédent îlot évoqué. Cette maison a une façade sur la rue Royale et jouxte « de levant le jardin des peres Récollets, murailhe au millieu, de midy maison d’Anthoine Gautier, de couchant laditte rue [Royalle] et de tresm ontane, maison de Louis Meiran » (AD BDR : 6 HD B 237, f°76)5.

Fig. 29. Plan du quartier Bernard du Bosc

(circa 1708-1726 d’après les indications contenues dans la légende du plan) représentant les premiers lotissements du quartier, (Archives de Marseille - DD101).

7Il s’agit donc d’un exemple d’immense domaine possédé par la même famille pendant au moins un siècle. Il serait intéressant de pouvoir remonter les propriétés voisines aussi loin dans le temps.

8L’abbaye détenait encore quelques enclaves dans les îlots situés au sud de la rue Bernard-du-Bois. Ainsi, à l’angle de la rue Bernard-du-Bois et de la rue des Petites Maries, Paul de Felix de Greffet reconnaît une maison de 27 cannes (54 mètres) en façade, avec cave, lavoir, et jardin de 50 pans 1/3 de profondeur (environ 13 mètres).

9Le dépouillement de plusieurs registres de cens des XVIIe et XVIIIe siècles semble montrer que l’ensemble des autres îlots situés au sud de la zone fouillée sont sous la Directe de l’hôpital Saint-Esprit, à qui les propriétaires payent un cens. Ceux-ci, bien que fournissant une documentation hétérogène, donnent au moins le nom du propriétaire de la parcelle et les confronts, livrant ainsi les noms des propriétaires voisins directs et celui des rues. Lorsqu’ils mentionnent également la date de l’acquisition, cela permet d’avoir accès à l’acte notarié, et d’évaluer ainsi les transformations de la parcelle elle-même et de son environnement. Aussi le dépouillement d’un plus grand nombre de registres permettrait-il probablement de retrouver les propriétaires d’un plus grand nombre de parcelles.

10De même plusieurs dossiers conservés aux Archives municipales, concernant l’ouverture des rues seraient à exploiter. Nous ne pouvons appréhender les transformations qui ont eu lieu lors de l’agrandissement de la ville, parti du Grand Caire et qui s’est étendu jusqu’à la porte Royale, tant elles sont nombreuses.

  • 6 AD BDR: 393 E 57, f°784; 380 E 125, f°1054; 393 E 58, f°351.

11Nous nous bornerons donc à mettre en évidence certains éléments qui serviront de points de repère pour des études ultérieures. Ainsi, parmi ceux-ci, les plus marquants concernent d’abord l’installation des Pères Récollets dans le quartier. Ils acquièrent des terrains entre 1633 et 1634 de Jacques et Pierre Berny et de Jean-François et Pierre Rouviere, chacun d’une superficie d’une carteirade, soit environ 6000 m26.

  • 7 AD BDR: 6 HD B 237, f°65.
  • 8 AD BDR: 6 HD B 237, f°1.

12Les actes notariés correspondant à ces acquisitions nous donnent des informations topographiques précieuses. En premier lieu, elles concernent la dénomination de ce quartier qui n’est encore, à cette époque, qu’un bourg. En effet, en 1633, les terrains acquis par les Récollets plantés de vignes sont signalés être situés « au lieu dit le Bourg de Saincte Clere la Vielhe autremant La Frache » ; mais dans la reconnaissance que les pères font à l’Hôtel Dieu en 1648, il est noté que les terres acquises sont situées « dans le terroir et fauxbourg de cette ville quartier appellé Sainte Clere la Vieille et a present le Collet de Jean Jerosme »7. L’appellation de Collet de Jean Jerosme était cependant utilisée dès le début du XVIIe siècle, puisqu’il figure mentionné dans une reconnaissance à l’hôpital du Saint-Esprit de 16158.

13Dans le courant du XVIIIe siècle, les Récollets ont déjà vendu une partie de leur propriété. C’est ce que nous apprend leur déclaration faite le 16 septembre 1775. En effet, à cette date ils possèdent « sous la directe de lhotel Dieu de cette ville (…) scavoir deux mille quatre cent vingt trois cannes carrées quatre pans carrés comprenant leur eglise, couvent, regales qui sont a l’entour et partie de leur jardin confrontant du levant le restant dud. jardin servile au chapitre de la Major, du midi la rue qui est au devant de leur eglise, du couchant les places des maisons alienées par lesd. Reverends peres pocedant des acquisitions faites par Gasquet et encore les regales des maisons par (…) possedees par François Moulet, Marie Marguerite Roux, Jean Baptiste Tourniaire, Catherine du Bois, veuve du sr Paul, les hoirs d’Honnoré Aubert, Sr Jean Gabriel Merle et une partie du regale de la maison de messire François Ollivier prevot de St Martin toutes lesquelles maisons qui font face a la rue Royale de la Porte d’Aix, sont serviles aud. hopital ». Il est probable que ces ventes aient été faites à la fin du XVIIe siècle, au moment où le quartier est intégré dans les nouveaux murs de la ville. Les pères ont dû profiter de l’augmentation de la valeur des terrains pour lotir la partie la mieux située du leur afin d’en tirer le plus de profit.

  • 9 AD BDR: 367 E 216, f°783.

14Le monastère du Saint-Sacrement, établissement féminin, était également présent dans le quartier. Nous ne connaissons pas la date exacte de son installation, mais il est probable qu’elle se soit faite en octobre 1711, au moment où les religieuses acquièrent un terrain situé au nord de « la rue tirant de l’eglise des peres Recolets a la porte de Bernard du Bois »9, de Magdelaine Garnier. On sait, en tout cas, qu’elles ne sont pas présentes en 1681, lorsque Madeleine Garnier doit céder une partie de son terrain pour prolonger la rue « qui vient de la Providence et aboutira à laditte de Saint-Lazare pour la décoration de l’agrandissement de cette ville » et qui se situe « du coté de levant et contient depuis la traverse ou chemin qui tire de midy a tremontane et prend son commencement a la rue des Recollets allant à la porte de Saint-Lazare (…) et finit a la rue ditte anciennement du Bernard du Bois » (ACVM : DD 101).

  • 10 ACVM: DD 101.

15D’après un mémoire relatant les différents événements concernant cette rue, dressé en 1731, il semble qu’à cette époque là, la rue ne soit pas encore terminée10 (texte en annexe). En 1681, la rue Bernard-du-Bois aurait donc pris le nom de Saint-Lazare. À plusieurs reprises l’une ou l’autre de ces appellations est employée pour désigner la rue (fig. 30).

  • 11 ACVM : DD 162, f°9, 11 15.

16Le chemin allant des pères Récollets à la porte de Saint-Lazare ou de Bernard-du-Bois, placé au sud de la propriété des pères, est aligné au début des années 1681-1682. Cela donne lieu à plusieurs rapports d’estime des propriétés dont on prélève une partie11. (voir texte en annexe). On enlève à chacun des srs Besson et Sauvaire un terrain de 33 cannes 4 pans menus, plus un « triangle de terre » au sr Sauvaire de « huit destre deux tiers et seize pans menus ». Une reconnaissance des Pères Récollets, datant de 1702, nous apprend que l’ancien chemin qu’on élargit pour faire cette rue située au sud de leur propriété « était autrefois le chemin de font couverte ».

17La présence de moulins aux abords des Pères Récollets est attestée par plusieurs reconnaissances de cens (fig. 30).

Fig. 30. Détail d’un plan d’archive probablement daté de 1738 (date portée sur les documents qui l’accompagne) ou légèrement antérieur, représentant la rue Bernard-du-Bois avec la localisation des moulins et la mention « rue de la porte Saint Lazare dite Bernard Dubois »

(Archives de Marseille - Fond d’archives de l’Hôtel-Dieu de Marseille).

  • 12 Voyez, Barra, Molina 2002, 21.

18Un plan signalant les vestiges archéologiques aux abords de la colline Saint-Charles et établi par l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille situe des moulins à trois endroits différents du même îlot, entre la rue Bernard-du-Bois et la rue Francis de Pressensé actuelle12. En 1645, Pierre Rouvière, reconnaît à l’Hôpital Saint-Esprit « une propriette de terre, vigne de la contenance de cinq carteirades et demy ou environ scittuées au collet de Jean Jerosme dans laquelle proprietté il y a deux mollins a vand appartenents audit reconnoissant l’un du coste de levant quy confronte avec plaine des heoirs de Nicollas Grousson grande ribe au milhieu, de couchant avec autre mollin a vand apartenent a Jacques Rouviere filz a feu Pierre quest le confront de levant de l’autre apartenent audit reconnoissant, toute laquelle proprietté confronte de levant avec proprietté des heoirs dudit Grousson laditte ribe au milhieu, de midy avec le jardin des pères Recollets serville audit hospital et piece de François Gasquet de couchant proprietté du sr Jean Malaval aussy serville audit hospital et de tresmontane avec les arcs de la ville et chemin de Mallopougne » (AD BDR 13 : VI HD B 237, f°1).

19On notera la présence d’une ribe à l’est du terrain.

20Il est indiqué, à la suite de cette déclaration qu’en 1657 Esperit Guion a acquis un des moulins. En 1666, ce dernier reconnaît à l’hôpital du Saint-Esprit « un mollin a vant, regalle et batiment d’une contenance de 559 destres » situés au Collet de Jean Jerosme (AD BDR 13 : 6 HD B 237, f°3) qui confronte « de midy ledit jardin et piece des peres Récollets et régalle des deux mollins a vant un des heoirs de Jacques Rouviere et l’autre du sr Patac et François Rouviere, de couchant proprietté de Andre Arnaud dit « borromettou », petit chemin allant aux susdits mollins au millieu serville audit hospital et de tresmontane chemin public les acqueducs » (AD BDR 13 : VI HD B , f°3).

21En 1665, Guilheaumes Arnaud dit « boromete », reconnaît « une terre vigne qu’il a acquise de damoylle Margtte Claviere veuve de Pierre Rouviere par acte dudit jour contenent environ une carteirade confrontant de levant avec terre, vigne de laditte Claviere, viol au millieu, de midy le terrement des peres Récollets et jardin du sr Malaval, le chemin des mollins dudit Collet de Jean Jerosme au millieu, de couchant une portion de terre acquise par ledit Malaval de laditte Claviere murailhe au millieu et de tresmontane le grand chemin et des arcs » (AD BDR 13 : VI HD B, f°7).

22Les visites d’évaluation des terrains à intégrer dans les nouveaux remparts faites par les commissaires du Bureau de l’agrandissement conduisent ceux-ci à la propriété du sr Guion, où ils décrivent « trois moulins a vend apartenant aux heoirs dudict feu Guion estant hors les murs au coulet vulgairemant apellé de Jean Hierosme, confrontant de levant le susdict jardin, de midy le jardin des Pères Recolletz, de tresmontane le chemin tirant a la Porte d’Aix et de couchant jardin de sieur Malaval marchand et tout contre lesdictz moullins il y a des vignes et un petit clos de la contenance le tout de seize cens vingt trois cannes que sont trois carteirades et un tiers, a un moullin sullemant ce treuve y avoir un bastiment pour le logemant du musnier qui conciste a deux chambres, cabinet et escuyerie estant tous lesdictz moullins en fort bon estat (…) avons estimé tant lesdictz moullins, terre, vigne et clos (…) a la somme de quatre mil cinq cens livres » (AVCM : DD 157, f°775 v°).

23Enfin, en 1685, un certain Jean Cadière, boulanger semble avoir acquis l’ensemble des terrains contient les bâtiments et les moulins à vent destinant le terrain à être loti (AD BDR 13 : VI HD B, f°8 v°). Effectivement un certain Isnard déclare reconnaître un des moulins à vent ayant appartenu à Jean Cadiere « qu’il a declaré par la presente l’avoir reduit en un colombier et une petite maison qu’il a fait construire a coté d’iceluy » (AD BDR 13 : VI HD B 237, f°12).

24Ainsi, suite à l’opération de l’agrandissement, les terrains sont lotis et vendus ; les moulins étant d’un moindre rapport ont dû disparaître. Ce secteur, où jusqu’au milieu du XVIIe siècle l’espace ne manque pas, offre l’opportunité aux couvents et autres établissements religieux d’une installation confortable. Ils disposent d’une superficie suffisante où construire leurs bâtiments et infrastructures nécessaires à leur vie quotidienne ainsi qu’à leur culte.

  • 13 Thernot 2014.

25C’est dans ce contexte que s’installe en 1651 le second monastère de la Visitation, dit « des Petites Maries » qu’une récente étude de bâti associée à une étude d’archives a permis de localiser à l’est des Pères Récollets et au sud du monastère du Saint-Sacrement13. Situés à proximité des lices, les trois couvents bénéficient pour un temps du moins d’un calme relatif.

26Le plan de 1702 de Nicolas de Fer, signale au sud de l’îlot où se trouve la raffinerie, la localisation des moulins et du monastère des Petites Maries (n° 16 et 27 de la légende).

27Par ailleurs, les archives de l’Hôtel-Dieu nous révèlent qu’au début du XVIIIe siècle, de petites industries sont déjà présentes à cet endroit. Un négociant du nom de Jean Jauna de Gariny déclare en effet en 1728, posséder à la place Royale, « au devant les aqueducs », sous la directe de l’Hôtel Dieu « une cuisine, decharge, suillargue, puits, regalle et (…) un jardin ou il y a une fontaine, un lavoir et divers petits bastimens que led. sr Jauna y a fait construire servant de fabrique d’amidon », qu’il avait acquis en 1720 (AD BDR 13 : VI HD B 264, f°40).

  • 14 Cauquiero, cauquieiro, calquieiro est un réservoir dans lequel les tanneurs font tremper les peaux (...)

28D’autre part, parmi les maisons des faubourgs qui doivent être incluses dans l’agrandissement, que les estimateurs visitent en 1668, on trouve les structures d’une tannerie. En effet, ils décrivent une « maison et cauquiere14 vis a vis de la Porte d’Aix, apartenant a Pierre Borgarel de quarante trois pans de long, trante six de large et trante deux pans dauteur concistant en trois boutiques servant de cauquiere avec une escuyerie et moulin et par dessus une salle, deux chambres et deux cuisines (…) » (AVCM : DD 157, f°975). Les éléments nous manquent pour localiser ces bâtiments avec précision : ils font partie d’une série de maisons visitées dans les « faubourgs du costé des arcz et hors la porte royalle ».

29L’installation de ces petites industries était facilitée dans un secteur où l’on ne comptait pas la place.

Un quartier en devenir ?

30Les projets de l’agrandissement de Marseille associant une nouvelle enceinte à la cité phocéenne ont fortement affecté le secteur compris entre la rue Dauphine (actuellement Nationale), la rue d’Aix et la porte Royale (Porte d’Aix). Les archives offrent de nombreux documents qui marquent l’élan de spéculation immobilière que ceux-ci ont suscité. Cette zone située jusque-là en dehors des remparts médiévaux est occupée jusqu’au début du XVIIe siècle par de grands domaines et a attiré à la même époque l’installation d’institutions religieuses qui trouvent là tout l’espace nécessaire à la construction des bâtiments utiles à leur couvent et à la mise en place de tous les espaces voulus pour les cultures.

31Dès le dernier quart du XVIIe siècle, ces domaines sont morcelés afin d’y construire des immeubles de rapport. Les installations rurales disparaissent —comme les moulins par exemple— au profit de la mise en place de petites industries (tanneries, fabriques de bougies). On sait qu’au XVIIe et XIXe siècle, d’autres industries viennent s’installer aux abords de la raffinerie ; notamment la fabrique de bougies stéariques de Marius Nègre qui existe avant 1810 et qui est agrandie en 1842. La raffinerie de salpêtre arrive dans ce contexte et vient dans la dernière décennie du XVIIe siècle perturber totalement l’îlot de la rue Bernard-du-Bois.

32En quelques décennies l’espace est déjà saturé et la présence de divers ateliers, fabriques industrielles et moulins à côté de la raffinerie de salpêtre pose le problème des nuisances occasionnées aux habitants du voisinage immédiat.

33Les risques de pollution, d’incendie, les désagréments provoqués par les odeurs nauséabondes étaient-ils perçus à l’époque ? Les autorités en étaient-elles conscientes ou est-ce les plaintes des habitants qui déclenchaient des aménagements ? (cf. infra).

34La raffinerie reste cependant présente jusqu’au début du XXe siècle.

Notes

1 La question de l’aqueduc est évoquée dans l’étude documentaire de Nathalie Molina dans Voyez, Barra, Molina, 2002, 24 et dans Sénépart (dir) et al. 2010.

2 AD BDR: 1 H 971, f°31 à 153. Les reconnaissances concernant les îlots aux alentours de la rue Bernard-du-Bois sont produits en annexe.

3 Voir texte en annexe : AD BDR : 359 E 142, f°567.

4 Voir texte en annexe : AD BDR : 360 E 140, f°686.

5 Les déclarations de directe à l’Hôtel Dieu sont en Annexe.

6 AD BDR: 393 E 57, f°784; 380 E 125, f°1054; 393 E 58, f°351.

7 AD BDR: 6 HD B 237, f°65.

8 AD BDR: 6 HD B 237, f°1.

9 AD BDR: 367 E 216, f°783.

10 ACVM: DD 101.

11 ACVM : DD 162, f°9, 11 15.

12 Voyez, Barra, Molina 2002, 21.

13 Thernot 2014.

14 Cauquiero, cauquieiro, calquieiro est un réservoir dans lequel les tanneurs font tremper les peaux (F. Mistral, Lou Tresor dou Felibrige).

Table des illustrations

Titre Fig. 28. Schéma de l’ilôt Bernard-du-Bois, issu d’un registre de reconnaissance de l’abbaye de Saint-Victor
Crédits (AD BDR : 1H971).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14497/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Crédits (circa 1708-1726 d’après les indications contenues dans la légende du plan) représentant les premiers lotissements du quartier, (Archives de Marseille - DD101).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14497/img-3.png
Fichier image/png, 770k
Crédits (Archives de Marseille - Fond d’archives de l’Hôtel-Dieu de Marseille).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14497/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search